Rapport Régional Afrique. Abou THIAM & Mamadou Bamba SAGNA Pesticide Action Network Africa Dakar, Sénégal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport Régional Afrique. Abou THIAM & Mamadou Bamba SAGNA Pesticide Action Network Africa Dakar, Sénégal"

Transcription

1 MONITORING DES PESTICIDES AU NIVEAU DES COMMUNAUTES A LA BASE Rapport Régional Afrique Abou THIAM & Mamadou Bamba SAGNA Pesticide Action Network Africa Dakar, Sénégal Dakar, Décembre

2 SOMMAIRE INTRODUCTION 1. REVUE DE LA LITTERATURE 1.1Utilisation des pesticides chimiques 1.2Impacts sur la santä 1.3Impacts sur l environnement 1.4RÄglementation des pesticides 1.5Alternatives aux pesticides 2. OBJECTIFS ET METHODOLOGIE 3. RESULTATS ET DISCUSSIONS 3.1Mali Utilisation et gestion des pesticides Formation des vendeurs Vente et distribution des pesticides Licences de commercialisation Elimination des emballages vides Impacts des pesticides sur la santä PrÄcautions prises et connaissance sur les dangers Impacts des pesticides sur l environnement 3.2Sénégal Utilisation et gestion des pesticides Impacts des pesticides sur la santä PrÄcautions prises et connaissances sur les dangers Elimination des emballages vides Impacts des pesticides sur l environnement 3.3Tanzanie Utilisation et gestion des pesticides MÄthodes et techniques d application PrÄcautions prises et connaissance des dangers Elimination des emballages vides Impacts des pesticides sur la santä Impacts des pesticides sur l environnement 2

3 3.4Une étude de cas : Utilisation et gestion des pesticides par les maraichers en CÇte d Ivoire : Cas de la ville d Abidjan et deux de ses banlieues (Dabou et Anyama) (par M. Doumbia et K.E. Kwadjo) CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXES - TÄmoignage 1 : CÇte d Ivoire : des pesticides qui tuent leurs utilisateurs (Aly Ouattara, Inter Press Service, IPS) - TÄmoignage 2 : Nanguila empoisonnä aux pesticides (Didier Samson, RFI) - TÄmoignage 3 : SÄnÄgal : Intoxication alimentaire : 25 jeunes admis aux urgences É Saint-Louis (Gabriel BarbiÄ, Quotidien sänägalais WalFadjiri) 3

4 INTRODUCTION PrÑs de produits chimiques sont commercialisäs un peu partout dans le monde et malgrä cette trñs grande variätä, 1500 moläcules nouvelles sont mises sur le marchä chaque annäe. Il est estimä qu au moins substances n ont pas fait l objet d Ätudes poussäes sur leurs risques toxiques (Bertollini et Danzon, 2004). Parmi ces produits il y a un grand nombre de pesticides. La vente de pesticides rapporte É l industrie plus de 30 milliards de dollar par an et que 80 % de ces recettes sont räparties entre 8 grands groupes mondiaux. La part de l Afrique dans le commerce mondial des pesticides est estimä É 1 milliard d euro soit 4 %. Cette part est trñs loin de celle de l AmÄrique du Nord avec 5,9 milliard d euro soit (22,5 %), de l AmÄrique latine 4,8 milliards d euro soit (18,5 %) de l Europe 8,3 milliards d euro soit (31,7 %) et de l Asie 6,1 milliards d euro soit (23,3 %) (UIPP, 2007). Il est estimä qu il y aurait, chaque annäe, 1 É 5 millions de cas d empoisonnements aux pesticides, entraönant la mort de plusieurs milliers de travailleurs agricoles (dont les enfants) dans les pays du Sud. Bien que les pays africains importent moins de 10 % des pesticides utilisäs dans le monde, ils totalisent la moitiä des empoisonnements accidentels et plus de 75 % des cas mortels (OMS/PNE, 1990). Ces derniers chiffres ne prennent pas en compte les intoxications chroniques (empoisonnement lent et continu pendant plusieurs annäes) qui peuvent entraöner des problñmes de santä comme les cancers, des atteintes nerveuses, la stärilitä et les malformations, etc. Le contrçle insuffisant des importations, les mauvaises conditions d utilisation de stockage de certains pesticides qui deviennent par la suite obsolñtes causent Ägalement Üa et lé d importants dommages environnementaux et sanitaires notamment dans les rägions rurales. En se däcomposant, les pesticides forment des sous-produits qui peuvent s avärer encore plus toxiques que la substance originelle. Face É ces diffärents problñmes graves et afin d aider les communautäs É faire un suivi et É se prämunir des effets näfastes des pesticides, PAN Africa a mis en œuvre avec des partenaires dans quatre pays africains, une initiative transversale majeure 4

5 prise räcemment par PAN International, É savoir la surveillance par les communautäs des pesticides (Community Based Monitoring en anglais). Ce rapport präsente les premiers räsultats de ce monitoring. Il est structurä de la maniñre suivante : une revue bibliographique qui aborde les problñmes liäs É l utilisation des pesticides, les expositions humaines, les impacts sur la santä, sur l environnement, la räglementation des pesticides ainsi que les alternatives aux pesticides. une präsentation et discussion des räsultats obtenus par les organisations et les groupes partenaires qui ont fait le monitoring dans trois pays : le Mali, le SÄnÄgal et la Tanzanie. Une Ätude de cas räalisäe en CÇte d Ivoire est Ägalement exposäe Il a ÄtÄ annexä É l Ätude : quelques tämoignages rapportäs par la presse nationale et internationale sur des mauvaises pratiques et d accidents liäs aux pesticides dans quelques pays, Et une liste de quelques projets et programmes sur les alternatives aux pesticides menäs pour pallier autant que faire se peut aux problñmes liäs aux pesticides. 1. REVUE DE LA LITTERATURE 1.1Utilisation des pesticides chimiques L utilisation des pesticides aussi bien sur les cultures vivriñres que sur les cultures d exportation a toujours repräsentä un danger räel pour les agriculteurs et les populations en Afrique au Sud du Sahara. Les risques encourus par les paysans dans les traitements des cultures comme le coton qui peut exiger plusieurs Äpandages de pesticides avant la räcolte peuvent àtre un danger mortel. La convention de Rotterdam reconnaöt le danger potentiel des produits chimiques dont la gestion constitue un däfi pour de nombreux gouvernements des pays en däveloppement particuliñrement en Afrique. â Dans beaucoup de pays en däveloppement, les conditions ne permettent pas aux petits paysans d utiliser sans danger les pesticides Ç toxicitä ÄlevÄe. Il en räsulte des dägéts permanents aussi 5

6 bien sur la santä des agriculteurs que l environnement ä däclarait Mr Jacques Diouf, Directeur GÄnÄral de la FAO, au moment de l enträe en vigueur de la Convention de Rotterdam en Les pesticides sont souvent utilisäs sans discernement par des agriculteurs ne sachant lire ni les Ätiquettes ni les doses d utilisation präconisäes. Ce qui engendre souvent des accidents. Les conditions de stockage et la distribution des pesticides dans des contenants qui sont aprñs räutilisäs notamment É des fins alimentaires provoque Ägalement des accidents souvent graves parfois mortels au niveau des populations les plus vulnärables en particulier les enfants et les femmes. De nombreuses pratiques observäes dans la manipulation des produits chimiques toxiques exposent l agriculteur, sa famille, les consommateurs, les populations aux risques d intoxication directe ou chronique et Ägalement engendrent des problñmes de pollution de l environnement. Les intoxications par les pesticides constituent de nos jours un problñme räel de santä publique dans les grandes zones de cultures de nombreux pays africains. En l absence de systñmes de surveillance adäquats, de centres antipoison, il est quasiment impossible d avoir des chiffres officiels et de statistiques fiables sur le nombre d intoxications, d empoisonnement, d accidents et de däcñs dus aux pesticides. Cependant, quelques ÄlÄments peuvent àtre puisäs de la littärature et de l expärience pour illustrer la situation : entre Janvier 1992 et däcembre 2007 le Centre Anti Poison Marocain a enregisträ plus de 2609 cas d intoxication (Naima Rhalem et al 2009), au SÄnÄgal, PAN Africa a recensä 258 cas entre 2002 et 2005 (Thiam. M et Touni E. 2009), au BÄnin entre Mai 2007 et Juillet 2008, 105 cas dont 9 däcñs dus É l endosulfan (taux de lätalitä 9 %) ont ÄtÄ rapportäs (Badarou S. et Coppieters Y., 2009). Au Mali, les cas intoxications dues aux pesticides ont ÄtÄ estimäs annuellement É prñs de 329 avec 30 É 210 däcñs et de 1150 É 1980 intoxications chroniques (FAO/CILSS 2000),etc. Ainsi, bien qu Ätant le continent qui utilise le moins de pesticides en volume en raison notamment de la pauvretä, l Afrique est l une des rägions oã ces produits toxiques font plus de dägåts sur les populations et l environnement particuliñrement dans les rägions de grandes exploitation agricole, les pärimñtres irriguäs pärimñtres 6

7 päriurbains et les plantations de cultures de rente. Les populations de ces zones sont parfois victimes d intoxications par les pesticides. Par ailleurs, il est connu que des pesticides organochloräs tels que le DDT, le chlordane, et l heptachlore, qui ont ÄtÄ retiräs ou interdits en Europe et en AmÄrique du Nord en raison de leurs effets sur la santä et l environnement, continuent É àtre ÄcoulÄs dans les pays en däveloppement, en Afrique ou ailleurs, notamment lé oã les gouvernements ne disposent pas d informations suffisantes sur la toxicitä de ces produits et les moyens de s en protäger (FAO 1996). Le recours aux pesticides constitue le principal moyen de lutte en cultures maraöchñre. La däpendance croissante É ces produits et l usage excessif et abusif qui en est fait posent de särieux problñmes. La plupart des producteurs ne disposent pas de vàtements et accessoires de protection et ne respectent pas les dälais avant räcolte. Cela est É l origine d accidents fräquents d empoisonnement chez les agriculteurs, notamment les femmes et les enfants, de taux inacceptables de räsidus de pesticides sur les produits de consommation, et de contamination de l environnement. 1.2 Impacts des pesticides sur la santé DiffÄrentes enquàtes menäes dans les pays d Afrique ont recensä des intoxications dues É des pesticides variäs. L un de ces biocides est l endosulfan, un pesticide organochlorä largement utilisä sur le coton pour lutter contre Helicoverpa armigera. Le produit a provoquä de nombreux accidents É tel point que les pays membres du CILSS ont däcidä räcemment d interdire son utilisation (PAN/IPEN, 2008). Au BÄnin, 37 personnes (des agriculteurs et autres) sont mortes entre Mai et Septembre 1999, tandis que 36 autres ont souffert d intoxications sävñres É cause du Callisulfan (endosulfan 350g) dans le däpartement du Borgou (Ton & al, 2000). Ces intoxications sont directes (surviennent au cours des traitements avec le produit) ou indirectes (aprñs consommation de produits contaminäs, essentiellement des produits maraöchers sur lesquels le produit est utilisä alors qu il devrait àtre employä uniquement sur le coton). 7

8 Sur un Ächantillon de 100 producteurs chargäs des traitements phytosanitaires dans la zone cotonniñre de Gourma (Burkina Faso), des maux de tàtes sävñres sont les symptçmes les plus fräquents et affectent 92 % des enquàtäs, suivis des vertiges pour 83 %, des tremblements des mains pour 54 %, des nausäes ou vomissements pour 21 %, troubles de la vision 21 %, transpiration excessive pour 13 %, Ätourdissement pour 8 % et hypersalivation pour 8 %. La plupart de ces symptçmes (46 %) surviennent quelques heures ou quelques jours aprñs l utilisation des pesticides. Quelques cas cependant (13 %) sont arriväs pendant l utilisation des produits et Ätaient les incidents les plus särieux (Glin & al, 2006). Bien que le pesticide responsable n a pas ÄtÄ formellement identifiä mais tout porte É croire que le produit toxique n est autre que l endosulfan. Au Togo, plus de 500 cas d intoxication liäs É l utilisation de l endosulfan Ätaient enregisträs chaque annäe par la Division de Toxicologie de l HÇpital public de LomÄ- Tokoin (Kodjo 2007). Des accidents de cette nature arrivent dans de nombreux pays d Afrique. Malheureusement leur documentation n est pas facile car les statistiques ne sont pas disponibles dans les centres de santä et les structures sanitaires sont trñs peu outilläs et formäs pour faire un diagnostic präcis des intoxications par les pesticides. Par ailleurs les antidotes et les premiers soins d urgence ne sont pas non plus accessibles aux populations en particulier les ruraux. Peu de donnäes sont disponibles sur la toxicitä chronique des pesticides. Si les activitäs agricoles sont bien souvent la cause directe des intoxications et surviennent lors de la manipulation de ces toxiques, les suicides avec les pesticides sont Ägalement une des principales causes de däcñs (OMS 2004). 1.3 Impacts des pesticides sur l environnement La pollution par les pesticides constitue un problñme majeur dans beaucoup de rägions surtout les zones de cultures intensives oã d importantes quantitäs d intrants chimiques sont employäs. L'utilisation des pesticides est trñs räpandue et les quantitäs appliquäes sont quelquefois trñs ÄlevÄes, mais les donnäes concernant leur toxicitä pour les environnements africains en particulier sur les milieux 8

9 aquatiques, sur leur devenir dans l'environnement et leurs räsidus, sont peu nombreuses ou inexistantes. Certains ÄlÄments des ÄcosystÑmes sont particuliñrement sensibles aux pesticides chimiques. Les poissons sont trñs sensibles É l endosulfan et des traitements de type räsiduel É 100 g/ha ont entraönä sur des riviñres au Burkina Faso, aprñs 24 heures, des mortalitäs considärables de poissons (Dejoux 1985). Les poissons sont Ägalement en danger É chaque fois que le chlorpyriphos est utilisä prñs des eaux de surface (FAO/ Projet Locustox, 1997).Le FÄnitrothion et le Fenthion sont deux organophosphoräs Ägalement trñs dangereux pour les poissons. La deltamäthrine peut aussi entrainer une mortalitä ÄlevÄe des invertäbräs aquatiques. La forte toxicitä pour les organismes aquatiques est un facteur commun É la plus part des pyräthrinoides. L arsenal des pesticides utilisäs en agriculture est trñs vaste et les informations concernant leur impact sur les ÄcosystÑmes sont rares. Leur cinätique est souvent complexe et les quantitäs qui aprñs Äpandage sur les cultures atteignent un biotope particulier sont extràmement variables et däpendent de nombreux facteurs notamment mätäorologique ou physico-chimique (biodägradabilitä). Parfois ce sont des mätabolites qui atteignent le milieu aquatique et ces produits de dägradation peuvent selon le cas àtre plus ou moins toxiques que le composä d origine. L accumulation de ces produits se fait lentement dans les organismes par le biais des chaönes alimentaires ; ainsi il a ÄtÄ signalä la präsence de DDT, de DDE et de TDE dans les tissus des poissons de la rägion du Gezira au Soudan (El Zorgani 1976). De màmes des räsultats ont ÄtÄ trouväs dans le lac Victoria, les insecticides incriminäs provenant dans tous les cas des traitements effectuäs sur le coton. De màme la lutte contre la vägätation aquatique fait appel É des moläcules fortement toxiques. Le paraquat, un sel d ammonium, agit sur la faune autant par sa matiñre active que par les agents mouillants que comporte sa formulation (Dejoux 1985). Des analyses montrent la präsence de nombreux pesticides organochloräs dans plusieurs matrices ; du HCH, de l endosulfan, de l heptachlore, du DDT ont ÄtÄ trouväs dans le lait et le beurre en CÇte d Ivoire (Traore S.K., 2008). Des räsidus d heptachore, d endosulfan, de DDT, de dicofol ont ÄtÄ trouväs sur plusieurs variätäs 9

10 de lägumes dans la rägion des Niayes aux alentours de Dakar (Ceres Locustox, 2008). Les pesticides chimiques utilisäs en lutte antiacridienne peuvent avoir des effets nägatifs sur les ennemis naturels des acridiens, sur des oiseaux, sur des insectes utiles dans les agro-systñmes (Ceres Locustox, ). On retrouve des räsidus de pesticides partout : dans l eau, mais aussi dans l air, les brouillards et l eau de pluie (PAN Africa en 2008). Au Burkina Faso, au BÄnin et au SÄnÄgal ont prouvä que l endosulfan a ÄtÄ trouvä dans les sols (Sawadogo et al, 2006). Une Ätude menäe a Koutiala (Mali) sur la pollution des eaux de puits par les pesticides agricoles (TraorÄ S. & al, 2006) a rävälä que l endosulfan a ÄtÄ dätectä dans 85 % de l ensemble des puits contaminäs É des taux däpassant les normes ou les valeurs de räfärence recommandäes pour l eau potable, soit 0,1μg/L pour une matiñre active donnäe. Il se präsente sous ses deux formes isomñres : l α- endosulfan et le β-endosulfan. Les concentrations maximales mesuräes sont respectivement de 25,28 μg/l et de 13,74 μg/l. Les teneurs räsiduelles moyennes de l endosulfan dans les eaux de l ensemble des puits contaminäs sont respectivement de 3,21 μg/litre pour l'α-endosulfan et, 2,18 μg/litre pour le β- endosulfan. De l endosulfan a ÄtÄ trouvä dans 7 sur les 38 Ächantillons d eau präleväs dans la nappe phräatique de la zone des Niayes É Dakar, au SÄnÄgal. Les concentrations ont atteint plus de 100 êg/l. (CissÄ I. & al, 2006). Il y a eu Ägalement d autres incidents liäs É l endosulfan par exemple de fortes mortalitäs de poissons dans la valläe du fleuve SÄnÄgal. 1.4 Réglementation des pesticides Les Etats africains ont dans leur grande majoritä signä et ratifiä les principaux instruments juridiques internationaux relatifs É la gestion des produits chimiques ; É savoir le Code de Conduite de la FAO, la Convention de Rotterdam sur le Consentement PrÄalable en connaissance de cause (PIC), la Convention de Stockholm sur les Polluants Organiques Persistants (POPs), l Approche StratÄgique de la Gestion Internationale des Produits Chimiques (SAICM), la Convention de Båle, 10

11 la Convention de Bamako, la RÄglementation Commune du CILSS etc., et ont mis en place des organismes de coopäration en matiñre de gestion des produits phytosanitaires (CILSS, CEDEAO, CPAC etc.). Cependant, la mise en œuvre des ces instruments juridiques demeure un väritable problñme pour les Etats. En effet plusieurs pays n ont pas de lägislations nationales É jour dans le domaine de la gestion des pesticides. A cotä de ces instruments juridiques internationaux, le Mali, le SÄnÄgal et la Tanzanie ont tous trois des lois nationales. Il s agit respectivement de : la loi në du 3 juin 2002 instituant le contrçle de l homologation et le contrçle des pesticides en RÄpublique du Mali et son däcret d application në /P-PM du 31 däcembre 2003 fixant les modalitäs d application de la loi instituant l homologation et le contrçle des pesticides en RÄpublique du Mali, la loi në du 2 fävrier 1984 et son däcret d application në du 02 mai 1984 relatifs au contrçle des späcialitäs agro-pharmaceutiques et des späcialitäs assimiläes. Une loi tombäe en däsuätude et qui sera abrogä par une autre qui est en Älaboration enfin The Pesticides Control Regulations in Tanzanie. 1.5 Alternatives aux pesticides Un inventaire des pratiques de protection ne faisant pas appel aux pesticides montre que plusieurs alternatives existent dans les pays et peuvent àtre mis É profit. L idäe du recours É ces alternatives gagne du terrain. Ils sont, en effet, de plus en plus nombreux les producteurs et associations paysannes É promouvoir ces techniques culturales. La lutte intägräe fait une plus large place É l utilisation des bio-pesticides, de mäthodes culturales mieux adaptäes et de matäriels vägätaux räsistants aux maladies et devrait, en principe, aboutir É un usage plus modärä et mieux ciblä des produits chimiques. Des efforts sont däployäs par diffärents acteurs pour dävelopper des technologies de lutte alternatives dont un biopesticide ÄlaborÄ avec le Metarhizium qui provoque une maladie fongique des locustes et des sautäriaux (FAO, 2007). Les acteurs de cette politique sont autant les structures Ätatiques que celles de la sociätä civile (DoucourÄ 2008). 11

12 2. OBJECTIFS ET METHODOLOGIE Les objectifs du monitoring sont de mettre en Ävidence avec les communautäs les impacts des pesticides sur la santä et l environnement des communautäs, en observant de prñs les conditions d'utilisation, en analysant la faüon dont les pesticides sont distribuäs et vendus par rapport au normes Ätablies par le Code international de conduite pour la distribution et l'utilisation des pesticides ÄlaborÄ par la FAO (FAO,,???). Les räsultats obtenus devront contribuer É l atteinte de l objectif global de l'approche stratägique de la gestion des produits chimiques (SAICM), É savoir parvenir É une gestion Äcologiquement saine des produits chimiques tout le long de leur cycle de vie de telle sorte que d ici É l horizon 2020 ces produits soient fabriquäs et utilisäs de faüon É räduire et É terme Äliminer leurs mäfaits sur la santä humaine et sur l environnement (Weinberger, 2009). Pour atteindre ces objectifs, l approche Community Pesticide Action Monitoring (CPAM) est parue appropriäe. Le CPAM est un outil permettant de prendre conscience de l impact des pesticides sur la santä humaine et sur l environnement. Cette approche est basäe sur la Recherche et l Action Participative (RAP). Cela implique que les membres de la communautä entreprennent la recherche et encouragent l organisation et l action pour trouver des solutions É leurs problñmes. Le CPAM Ätudie les impacts des pesticides sur la santä humaine et aide É l Äveil des consciences sur les risques liäs É l usage des pesticides. Il a pour objectif principal de permettre aux communautäs de däcrire leurs situations räelles et d àtre impliquäes dans la recherche de solutions É leurs problñmes. Pour mieux apprendre l approche CPAM, deux ateliers rägionaux furent organisäs au SÄnÄgal et en Tanzanie. Celui du SÄnÄgal Ätait destinä aux pays francophones d Afrique. Elle a vu la participation de plusieurs organisations venant du BÄnin, du Cameroun, de la GuinÄe Bissau, du Mali, du Maroc, du SÄnÄgal, du Togo et de la Tunisie. L atelier organisä en Tanzanie a vu la participation de pays ayant l anglais comme langue commune É savoir la Tanzanie, l Afrique du Sud, l Ethiopie et le Nigeria. En plus de ces deux ateliers rägionaux, trois ateliers nationaux ont ÄtÄ organisäs, le premier É Dakar du 1 er au 5 octobre 2007 ; le second É Bamako au Mali du 26 au 28 Mai 2009 et le troisiñme É Tunis en Tunisie les 25 au 26 juin Ces formations Ätaient destinäes aux ONGs nationales de ces pays de màme que les autoritäs ayant en charge la gestion des produits chimiques en gänäral et des pesticides en particulier. 12

13 Au cours des ateliers, les participants ont ÄtÄ initiäs au CPAM et ont donnä leurs avis sur les modules et les autres documents produits pour la circonstance. En effet, la mise en pratique du suivi communautaire näcessite un certain nombre d outils, c est ainsi que des modules däveloppäs par PAN Asie-Pacific depuis quelques annäes ont ÄtÄ adaptäs au contexte africain par PAN Africa qui les a traduit en franüais. Au total 3 modules ont ÄtÄ präparäs : Module 1 : Attention!!! Les pesticides sont nuisibles É votre santä Module 2 : Les pesticides dätruisent notre terre Module 3 : Renoncer aux pesticides! Båtir un monde durable. En plus de ces modules d autres outils ont ÄtÄ produits. Il s agit du guide international sur le suivi communautaire et le plaidoyer qui a ÄtÄ finalisä puis traduit de l anglais au franüais de màme que les questionnaires annexäs au guide. Au Mali, PAN Mali a traduit les questionnaires du guide et le module në1 en langue Bambara, la principale langue nationale de ce pays. Le Manuel des OpÄrations produit par PAN Asie Pacific a ÄtÄ aussi traduit en franüais et distribuä aux partenaires pour aider aux enquàtes qu ils devraient faire. Le manuel couvre les objectifs, la portäe, les techniques d enquàtes et les questions liäes É l Äthique. Enfin, le formulaire sur les rapports d incidents de la Convention de Rotterdam communäment appelä Rapport d incident a ÄtÄ utilisä pour la documentation des incidents par les pesticides. Au total six principaux supports ont ÄtÄ produits et mis É la disposition des partenaires dans les pays pour la circonstance. Avec ces outils, les agents des ONGs et les partenaires accompagnäs avec les repräsentants des communautäs oã le suivi communautaire doit se därouler ont collectä les informations sur les conditions d utilisation des pesticides et leurs impacts sur la santä humaine et sur l environnement. Ainsi entre FÄvrier 2007 et Juillet 2009, cinq organisations africaines ont entrepris des activitäs de suivi communautaire des pesticides dans leurs pays, il s agit de : PAN Africa au SÄnÄgal, de PAN Mali, de l Association pour la Promotion des Initiatives de Base (APIB), l Association pour la Valorisation et la Promotion des Initiatives PrivÄes (AVPIB) au Mali, de Work And Health in Southern Africa (WAHSA) et de AGENDA for Environment and Responsible Development en Tanzanie, enfin de l Alliance Nationale des Consommateurs et de l Environnement au Togo (ANCE). 13

14 Les trois premiñres organisations citäes ont mis l accent sur le guide sur le suivi communautaire et ses questionnaires, les deux autres se sont appesanties sur le formulaire PIC ÄlaborÄ par le secrätariat de la Convention de Rotterdam sur le Principe du Consentement PrÄalable en connaissance de cause. Finalement, É Ngerananyuki en Tanzanie, l ONG WAHSA a interviewä 120 personnes sur les conditions d utilisation gänärale des pesticides et sur leur impact sur la santä. Au SÄnÄgal 200 personnes ont ÄtÄ interrogäes sur deux sites diffärents au Sud et au Nord du pays sur les conditions d utilisation gänärale des pesticides et leurs impacts sur la santä des producteurs. Au Mali le monitoring s est däroulä sur deux sites É Sikasso et É Bamako. A Sikasso 100 personnes ont ÄtÄ interrogäes sur les conditions d utilisation gänärale des pesticides et sur leur impact sur la santä des populations. A Bamako, le monitoring a portä sur la vente des pesticides, 35 commerüants/boutiquiers parmi les plus importants vendeurs d intrants agricoles de la capitale malienne ont ÄtÄ interrogäs. Au total de 420 personnes et 35 magasins et boutiques de pesticides ont participä É la collecte des donnäes utilisäes dans cette Ätude. 3. RESULTATS ET DISCUSSIONS 3.1 Mali Le Mali est un vaste pays francophone situä au cœur de l Afrique de l Ouest. Sa superficie est de km 2 avec une population estimäe en 2008 É prñs de 13 millions de personnes. 14

15 3.1.1 Utilisation et gestion des pesticides Figure 1. Utilisation des pesticides Le diagramme ci-dessus montre l intäràt que les agriculteurs maliens interrogäs portent aux pesticides. Ils sont 90 % É utiliser les pesticides. Les pesticides sont utilisäs principalement dans les champs (82 %) mais aussi dans les maisons (5 %) Formation des vendeurs Figure 2. Formation sur les pesticides Vente et distribution des pesticides Les vendeurs ayant reüu une formation (16) sont beaucoup moins nombreux. La formation a portä sur les principaux thñmes suivants : les präcautions É prendre lors des mälanges et dans le stockage des pesticides mais Ägalement sur les dangers liäs É l utilisation des pesticides. Aucun des thñmes n a portä sur les alternatives aux pesticides. 15

16 Figure 3. DisponibilitÅ Ç la vente des Åquipements de protection La Figure 3 présente les accessoires de protection individuelle disponibles à la vente dans les magasins. Les gants et les bottes sont les plus importants avec 23%, les combinaisons, les lunettes et les respirateurs 19%, les masques oculaires 21%. Par contre les chemises à manches longues et les pantalons ne sont pas disponibles dans les magasins de vente des intrants visités Autorisation de vente Figure 4. DÅtention d une licence pour la commercialisation des pesticides Ils sont 63 % à détenir une licence officielle qui leur permet de commercialiser les pesticides. 16

17 Devenir des emballages vides de pesticides Figure 5. Modes et voies d Ålimination des emballages vides de pesticide Plus de la moitiä des personnes interrogäes ont recours É l incinäration pour Äliminer les emballages vides de pesticide. Aucune des personnes interrogäes ne retournent les contenants vides aux distributeurs. Les autres modes d Älimination varient entre les jeter dans les champs 12 %, enfouissement dans le sol 14 %, les jeter dans une fosse septique 12 %, l usage domestique 3% enfin mis É la poubelle 1 % Impacts des pesticides sur la santå des applicateurs Figure 6. Manifestations et symptémes suite Ç une intoxication par les pesticides 17

18 Sur les symptçmes et manifestations recensäs É Sikasso, les maux de tàte et les Ätourdissements viennent en premier avec respectivement 21 % et 8 % des personnes interrogäes. 47 % des interviewäs estiment qu ils sont en bonne santä. Figure 7. Port d Åquipements individuels de protection Ils sont 48 % É utiliser des Äquipements de protection pour se prämunir contre les effets näfastes des pesticides alors que 52 % ne se protñgent pas. Figure 8. Les raisons du non port d Åquipements de protection La chertä des Equipements de protection individuelle est la premiñre cause avancäe concernant l absence de protection avec 57 % des personnes interrogäes, s y ajoute l indisponibilitä 47 %, le non confort 10 % et la mäconnaissance 9 %. 18

19 Figure 9. DegrÅ d utilisation de diffårents Åquipements de protection Concernant les accessoires de protection individuelle, les chemises É manches longues et les pantalons sont les plus utilisäs pour respectivement 49 % et 48 % des personnes interrogäes s y ajoute les masques 27 %, les bottes 8 %, les respirateurs 5 %, les gants 4 %, les lunettes 1 % enfin aucun agriculteur ne dispose d une combinaison späciale destinäe aux traitements. Les Äquipements de protection ne sont pratiquement jamais au complet, la plupart des personnes interrogäes dispose par exemple d une paire de bottes sans avoir de masque ou de gants. Figure 10. PulvÅrisation en fonction de la direction du vent La pulvärisation est effectuäe le plus souvent dans la direction contraire aux vents 81 %. 14 % ne connaissent pas les techniques de pulvärisation. 19

20 Figure 11. Connaissances sur les dangers et les risques liås Ç l Åpandage des pesticides Il paraöt avoir une bonne perception des dangers liäs É l utilisation des pesticides avec 91 % des personnes interrogäes qui en sont conscientes alors que 9 % les ignorent totalement. 3.2 SÅnÅgal Le SÅnÅgal est situä É l ouest du continent africain. Sa superficie est de Km 2 avec une population estimäe en 2008 É plus de 11 millions d habitants. 20

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Pe s t i c i d e A c t i o n N e t w o r k U K PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Résumé exécutif et Recommendations 5 St Peter s St London N1 8JD Royaume Uni t: +44 (0)20 7359 0440 f: +44 (0)20

Plus en détail

INTERDICTION DE L ENDOSULFAN DANS LES PAYS DU SAHEL EN AFRIQUE DE L OUEST

INTERDICTION DE L ENDOSULFAN DANS LES PAYS DU SAHEL EN AFRIQUE DE L OUEST International POPs Elimination Network INTERDICTION DE L ENDOSULFAN DANS LES PAYS DU SAHEL EN AFRIQUE DE L OUEST Groupe de Travail PAN/IPEN sur les pesticides POPs (Polluants Organiques Persistants) OCTOBRE

Plus en détail

Ä Autour de la rupture pour motif Åconomique Ç

Ä Autour de la rupture pour motif Åconomique Ç Association franäaise de Droit du travail et de la SÅcuritÅ sociale ------------------------------------------- 5, rue du Renard 75004 Paris - fax : 01.42.71.24.27 mail : afdt.asso@gmail.com- http://www.afdt-asso.fr

Plus en détail

Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures

Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures Partie I : Questions (8 points) DÄfinissez les concepts

Plus en détail

A. Conditions de pråparation et d organisation des travaux du Conseil d Administration

A. Conditions de pråparation et d organisation des travaux du Conseil d Administration RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE MISES EN PLACE PAR

Plus en détail

SANTE ALIMENTATION EN ENTREPRISE

SANTE ALIMENTATION EN ENTREPRISE SANTE ET ALIMENTATION EN ENTREPRISE Nicolas Rouig Diététicien Nutritionniste La santä et l alimentation jouent un rçle dans votre entreprise La santé est un des éléments de bien-étre au travail comme dans

Plus en détail

Ecoute. EfficacitÄ. DiscrÄtion. Notre force vient de notre diffärence!

Ecoute. EfficacitÄ. DiscrÄtion. Notre force vient de notre diffärence! Ecoute EfficacitÄ DiscrÄtion Notre force vient de notre diffärence! 1 PrÄsentation 2 Ecoute, efficacitä et discrätion : Depuis 2003, C NET 15 met ses compätences en pratique en y intägrant une valeur supplämentaire,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM

DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM Site de e-commerce spécialisé dans les fluides industriels (froid, air comprimé, régulation,...) destiné principalement aux industriels, et spécialistes. Site proposant

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

sans valeur 1.1. Les conditions gånårales de ventes qui suivent font partie intågrante des contrats entre belboon-adbutler

sans valeur 1.1. Les conditions gånårales de ventes qui suivent font partie intågrante des contrats entre belboon-adbutler Conditions gänärales de vente (CGV) D adhåsion aux programmes d affiliation ainsi que leur fonctionnement sur les plateformes en ligne belboon I. Conditions gänärales 1. Domaine d'application / däfinitions

Plus en détail

L assurance dåpendance Estimation des matrices de transition ModÅlisation

L assurance dåpendance Estimation des matrices de transition ModÅlisation L assurance dåpendance Estimation des matrices de transition ModÅlisation Massonnet Bruno AS-Consultant 105 bis, avenue Maurice Thorez 94200 Ivry sur Seine TÅl : +33 (0) 1 48 86 15 01 Fax : +33 (0) 1 48

Plus en détail

TARIFS CONDITIONS GÉNÉRALES

TARIFS CONDITIONS GÉNÉRALES Centrale d emplois pour la Distribution TARIFS et CONDITIONS GÉNÉRALES http://www.distrijob.fr Offres d Emploi HT OFFRE D EMPLOI STANDARD Parution 2 x 30 jours - 1 poste, multi-rägions 1 offre 325.00 TARIFS

Plus en détail

OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes

OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes LES STAGIAIRES BAFA DU FINISTERE Octobre 2008 EnquÄte råalisåe pour La Direction DÅpartementale de la Jeunesse et des Sports du FinistÇre

Plus en détail

Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition

Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition PROPOSITION COMMERCIALE - LICENCE D EXPLOITATION (rayer toutes les mentions inutiles avant signature

Plus en détail

BRICOLAGE. Les précautions à prendre

BRICOLAGE. Les précautions à prendre BRICOLAGE Les précautions à prendre Chaque année, près de 300 000 personnes arrivent aux Urgences à la suite d un accident de bricolage et/ou de jardinage. Respecter quelques règles simples de prévention

Plus en détail

Un document du GT3P - groupe de travail partenarial public-privé - sur l approche commune des crises. Édition de mai 2011

Un document du GT3P - groupe de travail partenarial public-privé - sur l approche commune des crises. Édition de mai 2011 Maîtrise des risques et des crises : une réflexion croisée Édition de mai 2011 Un document du GT3P - groupe de travail partenarial public-privé - sur l approche commune des crises MINISTÈRE DU TRAVAIL,

Plus en détail

26, rue du Faubourg Poissonni re 75010 Paris T l : 01 46 22 07 00

26, rue du Faubourg Poissonni re 75010 Paris T l : 01 46 22 07 00 Dossier de commande 26, rue du Faubourg PoissonniÄre 75010 Paris TÇl : 01 46 22 07 00 SociÄtÄ Anonyme au capital de 291 666 euros RCS Paris 432 735 082 - http://www.oodrive.com Nom SociÇtÇ Adresse TÇlÇphone

Plus en détail

Projet Initiative Pauvreté-Environnement au Burkina Faso (IPE / Burkina)

Projet Initiative Pauvreté-Environnement au Burkina Faso (IPE / Burkina) BURKINA FASO Projet Initiative Pauvreté-Environnement au Burkina Faso (IPE / Burkina) NOTE POLITIQUE Situation actuelle des produits et les normes existantes ainsi que le gap existant en matière de législation

Plus en détail

CONVENTION TRIPARTITE

CONVENTION TRIPARTITE CONVENTION TRIPARTITE Entre : La CommunautÄ urbaine Nantes MÄtropole, repräsentäe par Madame Johanna ROLLAND, agissant en qualitä de PrÄsidente, et dåment habilitäe Ç cet effet, par la dälibäration du

Plus en détail

Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux

Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux Ce questionnaire est un document confidentiel, sa signature n engage pas le proposant Å souscrire un contrat d assurance.

Plus en détail

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC 1/5 FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC Identification de la préparation 1. Identification de la préparation de l entreprise Nom commercial: FUMESAAT 500 SC Identification Produit : éthofumésate 500 SC Substance

Plus en détail

Insecticide SCIMITAR MC CS

Insecticide SCIMITAR MC CS Approved Pamphlet SCIMITAR 28499 06-11-23 Page 1 of 7 USAGE COMMERCIAL Insecticide SCIMITAR MC CS GROUPE 3 INSECTICIDE GARANTIE Lambda-cyhalothrine... 100 g/l Ce produit contient du 1,2-benzisothiazolin-3-one

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Mission de vårification des niveaux de champs ÅlectromagnÅtiques råalisåe conformåment au protocole de mesure ANFR / DR-15 V2.1

Mission de vårification des niveaux de champs ÅlectromagnÅtiques råalisåe conformåment au protocole de mesure ANFR / DR-15 V2.1 BUREAU VERITAS 5, Bd Marcel POURTOUT 92563 RUEIL MALMAISON CEDEX MAIRIE DE SAINT JACQUES SUR DARNETAL 20, rue de Verdun 76160 SAINT JACQUES SUR DARNETAL TÄlÄphone : 01 47 52 49 70 TÄlÄcopie : 01 47 52

Plus en détail

Statuts CITEC Suisse

Statuts CITEC Suisse Statuts CITEC Suisse I. Nom, siäge, buts Art. 1 Art. 2 Nom et siäge Sous le nom de CITEC Suisse (dånommåe ci-apräs association), est crååe une sociåtå dans le sens du Code civil suisse. L'association a

Plus en détail

[Programme pluriannuel et Plan Stratégique 2012-2015]

[Programme pluriannuel et Plan Stratégique 2012-2015] [ w w w. l a c i t e - n a n t e s. f r ] [Programme pluriannuel et Plan Stratégique 2012-2015] Annexe 1 PLAN STRATEGIQUE 2012-2015 1 Sommaire Introduction...3 I Notre cadre de räfärence...6 II Une gouvernance

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ET TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES Pouvoir Adjudicateur : EPSoMS Intercommunal Georges Couthon & Nicolas Roussel 5-7 rue Pierre

Plus en détail

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes Le marchä des professionnels 1 Rappels de la formation präcädente 2 Aujourd hui : STATUTS JURDQUE, FSCAL, SOCAL 3 STATUTS JURDQUE, FSCAL, SOCAL Sommaire 1 Quelques notions essentielles MarchÄ des professionnels

Plus en détail

Donnez nous le sens, nous vous donnerons la direction

Donnez nous le sens, nous vous donnerons la direction COMPTABLE GESTIONNAIRE Formation de Niveau III HomologuÄ par le MinistÅre de l Emploi, de la CohÄsion Sociale et du Logement Date de publication au Journal officiel : 27/08/2013 Formateur : Michel Lemaire

Plus en détail

Concours d accås en 4 Äme annåe du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Finance (Master Finance) DurÅe : 3H

Concours d accås en 4 Äme annåe du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Finance (Master Finance) DurÅe : 3H Concours d accås en 4 Äme annåe du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Finance (Master Finance) DurÅe : 3H Partie I : Gestion financiäre Cas nå 1 Une sociätä späcialisäe dans la production

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE GESTION DE LA QUALITE DES EAUX DE BAIGNADE

REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE GESTION DE LA QUALITE DES EAUX DE BAIGNADE REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE GESTION DE LA QUALITE DES EAUX DE BAIGNADE Version 1 : 6 juin 2009 LISTE DES PARTICIPANTS A L ELABORATION DU REFERENTIEL ReprÄsentants des collectivitäs territoriales

Plus en détail

FICHE DE DONNEE SECURITE

FICHE DE DONNEE SECURITE Degy Anti-fourmis 28/03/12 page1/6 FICHE DE DONNEE SECURITE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DU FOURNISSEUR Désignation commerciale: DEGY ANTI-FOURMIS Utilisation de la préparation : Produit

Plus en détail

CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION :

CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION : Entre les soussignäs : CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION : La sociätä aidespc immatriculäe au Registre des Entreprises Å CompiÇgne sous le numäro 534757240 repräsentäe en la personne de Monsieur

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif COMPAGNIE GENERALE DES INSECTICIDES 9 rue Louis Armand ST OUEN L'AUMONE 95315 CERGY PONTOISE Cedex Tél: 01.34.64.11.73 Fax: 01.30.37.15.90. FICHE DE DO EES SECURITE Réf. : GUEP2 Risques spécifiques Création

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES *** PRESTATIONS D ASSURANCES

CAHIER DES CHARGES *** PRESTATIONS D ASSURANCES *** PRESTATIONS D ASSURANCES SOMMAIRE 1.3. OBJET DU CONTRAT...5 1.5. CALCUL DE LA PRIME...9 2.1 DEFINITIONS...9 2.2 ACTIVITES GARANTIES...9 2.3 OBJET DU CONTRAT...9 2.4 EXTENSION DE GARANTIE AU RECOUVREMENT

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES Syndicat National de la Restauration Collective 9 rue de la TrÄmoille 75008 PARIS TÄl : 01 56 62 16 16

Plus en détail

DÄpannage sur place Frais de liaison Rapatriement du VÄhicule. Remorquage Poursuite du voyage Service d information ou retour domicile

DÄpannage sur place Frais de liaison Rapatriement du VÄhicule. Remorquage Poursuite du voyage Service d information ou retour domicile Pour tout vähicule Fiat Professional immatriculä Å compter du 1 er Juin 2012, l assistance est la suivante. Pendant toute la päriode de validitä de la Garantie Constructeur de 24 mois, comme indiquä au

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 MAI 2002

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 MAI 2002 1 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 MAI 2002 Le Conseil Municipal de la ville de Fontenay-aux-Roses, lägalement convoquä le dix mai deux mille deux, s est assemblä au lieu ordinaire

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR UNIVERSITE AMIENS CENTRE VILLE

SCHEMA DIRECTEUR UNIVERSITE AMIENS CENTRE VILLE SCHEMA DIRECTEUR UNIVERSITE AMIENS CENTRE VILLE Préconisations en matière de développement durable Page 2 sur 13 SOMMAIRE I. PrÄservation des espåces animales...3...3...3 II. PrÄservation des espaces vägätalisäs...4...4...4

Plus en détail

REGIME FRAIS DE SANTE Notice d information

REGIME FRAIS DE SANTE Notice d information REGIME FRAIS DE SANTE Notice d information PrÄambule : Par accord du les partenaires sociaux de la branche professionnelle des hétels cafäs restaurants ont mis en place un rägime complämentaire de frais

Plus en détail

1. Introduction... Page 3. 2. Les principaux atouts du WCC... Page 4. 3. SpÄcificitÄ du catalogue en ligne... Page 5. 4. SpÄcificitÄ du WCC...

1. Introduction... Page 3. 2. Les principaux atouts du WCC... Page 4. 3. SpÄcificitÄ du catalogue en ligne... Page 5. 4. SpÄcificitÄ du WCC... Sommaire 1. Introduction... Page 3 2. Les principaux atouts du WCC... Page 4 3. SpÄcificitÄ du catalogue en ligne... Page 5 4. SpÄcificitÄ du WCC... Page 6 5. DÄmonstration... Page 7 6. Tarification...

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SECURITÉ Demand CS

FICHE DE DONNÉES DE SECURITÉ Demand CS 01. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ Nom commercial Code produit Usage envisagé LAMB97201 A UTILISER COMME INSECTICIDE UNIQUEMENT Le produit doit être utilisé conformément à l'étiquette Apparence

Plus en détail

FICHE D ACCESSIBILITE

FICHE D ACCESSIBILITE FICHE D ACCESSIBILITE AUX ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (E.R.P.) Lorsqu il y a du public, il y a toujours des personnes en situation de handicap. Ne pas en tenir compte, c est råaliser un bçtiment

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE de LAFFREY

DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE de LAFFREY REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L ISERE DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE de LAFFREY SÅance du 1er dåcembre 2008 L an deux mil huit et le premier dåcembre Ç vingt heures trente, le Conseil

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

ConfÄrence nationale des retraitäs (quelques räflexions...)

ConfÄrence nationale des retraitäs (quelques räflexions...) Bulletin d infos de la section SDEN CGT 13 RetraitÄs Pour une retraite digne et combative ConfÄrence nationale des retraitäs (quelques räflexions...) SolidaritÄ et actions dans l'intergänärationnel telles

Plus en détail

DOCUMENT DE REFERENCE 2008/09

DOCUMENT DE REFERENCE 2008/09 SociÄtÄ anonyme au capital de 13.869.062 euros SiÅge social : 89-91 Boulevard National - 92250 La Garenne-Colombes 329.764.625 R.C.S Nanterre DOCUMENT DE REFERENCE 2008/09 (Exercice du 1 er avril 2008

Plus en détail

Situations d urgence : savoir råagir COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE COMMUNICATION DE CRISE - CONCERTATION

Situations d urgence : savoir råagir COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE COMMUNICATION DE CRISE - CONCERTATION Situations d urgence : savoir råagir COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE COMMUNICATION DE CRISE - CONCERTATION SITUATIONS D URGENCE : QUELS ENJEUX? Quelques unes des consåquences possibles d une crise: Atteintes

Plus en détail

LE TRAITEMENT DE SEMENCES. Un outil pour l agriculture durable

LE TRAITEMENT DE SEMENCES. Un outil pour l agriculture durable LE TRAITEMENT DE SEMENCES Un outil pour l agriculture durable Préparé par La Commission pour le traitement des semences et l environnement de la Fédération internationale du commerce des semences (FIS)

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

Produit : TYTIN FC FDS n 201580/201590/202000 Date de création : 26/11/01 Date de mise à jour : 09/08/2013

Produit : TYTIN FC FDS n 201580/201590/202000 Date de création : 26/11/01 Date de mise à jour : 09/08/2013 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / MELANGE ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE 1.1 Identification de PRODUIT TYTIN FC 400 / 600 / 800 MG 1.2 Utilisation pertinentes de la substance 1.3 Renseignement concernant

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE GUIL Fr d ric 1 I.U.P. Sciences de gestion 2001 / 2002

RAPPORT DE STAGE GUIL Fr d ric 1 I.U.P. Sciences de gestion 2001 / 2002 1 AVANT-PROPOS Je tiens Å remercier tout particuliçrement Monsieur WOJTAZEWSKI, Directeur du magasin, Monsieur EFFROI, Directeur gestion logistique, HÄlÇne MATEO, Juliette RAKOTO, Corinne REY, Florelle

Plus en détail

COUR D'APPEL DE LYON. 6Äme Chambre. ARRET DU 22 Mai 2014 APPELANTS : M. Bernard COTTIER. nå le 18 Octobre 1950

COUR D'APPEL DE LYON. 6Äme Chambre. ARRET DU 22 Mai 2014 APPELANTS : M. Bernard COTTIER. nå le 18 Octobre 1950 COUR D'APPEL DE LYON 6Äme Chambre ARRET DU 22 Mai 2014 APPELANTS : M. Bernard COTTIER nå le 18 Octobre 1950 ReprÅsentÅ par la SELARL VITAL-DURAND ET ASSOCIES, avocats au barreau de LYON Compagnie d'assurances

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ SureSelect Strand-Specific RNA Library Prep Kit Box 1-ILM-96 Samples, Part Number 5500-0117 SECTION 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/ l entreprise

Plus en détail

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ A-ESSE s.p.a. USINE OXYDES de ZINC FICHE DE SÉCURITÉ Oxyde de zinc 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT CHIMIQUE ET DE LA SOCIÉTÉ NOM DU PRODUIT: DÉNOMINATION COMMUNE, COMMERCIALE ET SYNONYMES: UTILISATION DE

Plus en détail

Introduction Ç l informatique et la numärotation binaire

Introduction Ç l informatique et la numärotation binaire BTS Informatique de Gestion AMSI 1 Åre annçe Chapitre 1 Page 1 / 11 LycÄe Jean Rostand CHANTILLY Cardoni Jean-Marie Architecture matärielle des syståmes informatiques (1 Åre annäe) BTS INFORMATIQUE DE

Plus en détail

L acquisition d une officine de pharmacie L Expert-comptable : un partenaire Å privilçgier INTRODUCTION

L acquisition d une officine de pharmacie L Expert-comptable : un partenaire Å privilçgier INTRODUCTION INTRODUCTION Si le cœur du måtier de pharmacien reste inchangå : accompagner le patient dans le traitement de sa maladie, il n en reste pas moins que de profondes mutations socio- Åconomiques obligent

Plus en détail

agissant en son nom personnel et en qualitå d'administrateur lågal de la personne et des biens de ses enfants mineurs :

agissant en son nom personnel et en qualitå d'administrateur lågal de la personne et des biens de ses enfants mineurs : COUR D'APPEL DE LYON 6Äme Chambre ARRET DU 28 FÅvrier 2012 APPELANTS : M. Jean B. nå le 08 AoÇt 1939 repråsentå par la SCP L. DE M. ET L. assistå de la SELARL P. & ASSOCIES, avocats au barreau de LYON,

Plus en détail

PRODUITS PHYTOSANITAIRES

PRODUITS PHYTOSANITAIRES Un produit phytosanitaire est une préparation chimique constituée d'une ou de plusieurs matières actives qui détruisent ou empêchent l'ennemi de la culture de s'installer. De par leur nature et leur composition,

Plus en détail

6.1. Quels indicateurs peuvent Étre mis au point au niveau de l Union pour assurer le suivi des caractäristiques et des tendances de la

6.1. Quels indicateurs peuvent Étre mis au point au niveau de l Union pour assurer le suivi des caractäristiques et des tendances de la 4.4. Comment peut-on favoriser la complämentaritä des politiques communautaires et nationales dans un souci d amälioration de la cohäsion territoriale? Si on considäre que la cohåsion territoriale råpond

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

Note d Åtonnement. Session du mercredi 19 décembre 2012 INNOVER DANS UN MONDE NUMÉRIQUE EN MUTATION?

Note d Åtonnement. Session du mercredi 19 décembre 2012 INNOVER DANS UN MONDE NUMÉRIQUE EN MUTATION? Note d Åtonnement Session du mercredi 19 décembre 2012 INNOVER DANS UN MONDE NUMÉRIQUE EN MUTATION? PROBLÉMATIQUE Le monde numärique est un monde en pleine mutation ; au moins six grandes tendances sont

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

MONITOR 480 Insecticide Liquide À USAGE RESTREINT

MONITOR 480 Insecticide Liquide À USAGE RESTREINT 28-FEB-2007 MONITOR 480 Insecticide Liquide À USAGE RESTREINT Page 1 of 7 GROUPE 1B INSECTICIDE Pour la suppression des insectes sur la Pomme de Terre, les Choux, la Laitue pommée et les Graines de colza

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Organisateur. Contact. Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47 34 16 + 32 496 87 46 85

DOSSIER DE PRESSE. Organisateur. Contact. Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47 34 16 + 32 496 87 46 85 DOSSIER DE PRESSE Organisateur CARI asbl Place Croix du Sud, 4 1348 Louvain la Neuve +32 (0)10 47 34 16 www.cari.be Contact Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47

Plus en détail

METROPOLITAN LANGUES & APTITUDES. 151 rue de Billancourt 92100 BOULOGNE Carole MARTHE : 01 46 04 57 32 / cmarthe@metropolitan.fr

METROPOLITAN LANGUES & APTITUDES. 151 rue de Billancourt 92100 BOULOGNE Carole MARTHE : 01 46 04 57 32 / cmarthe@metropolitan.fr LANGUES Paris Ä RÅgion Parisienne : Boulogne (92) Ä Evry (91) Ä Marne la VallÅe (77) Province : råseau sur la France (Lyon Ä Nantes Lille - Marseille Ä Toulouse Ç) Etranger : Angleterre, Espagne Ç FORMATIONS

Plus en détail

Fiche de données de sécurité Selon l Ochim (ordonn. produits chim.) du18.05.2005, paragr.3

Fiche de données de sécurité Selon l Ochim (ordonn. produits chim.) du18.05.2005, paragr.3 Nr. Article- Produit : 48785 Page: Page 1 En cas d urgence appeler le Centre Suisse d information toxicologique, Freiestr. 16, 8032 Zürich; Tél. des Urgences: ( jour et nuit) 145 ou +41 (0)44 251 51 51.

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

Granulés anti-limaces : pas sans risques!

Granulés anti-limaces : pas sans risques! Granulés anti-limaces : pas sans risques! Conseils pratiques pour une utilisation et un stockage corrects et sans danger pour vos animaux domestiques Comment utiliser et stocker sans danger les granulés

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

INTRODUCTION. J ai donc däbutä au sein du magasin Krys oâ l on m a inculquä les ÄlÄments essentiels pour bien commencer dans le domaine.

INTRODUCTION. J ai donc däbutä au sein du magasin Krys oâ l on m a inculquä les ÄlÄments essentiels pour bien commencer dans le domaine. INTRODUCTION Au cours de mon annäe de terminale scientifique, je recherchais une orientation dans le domaine du paramädical, et mes recherches m ont conduite au mätier d opticien lunetier. En effet, je

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Favoriser l accès aux soins des bénéficiaires de minima. sociaux. Expliquer la CMU-C et l ACS aux populations potentiellement éligibles. 2009.

Favoriser l accès aux soins des bénéficiaires de minima. sociaux. Expliquer la CMU-C et l ACS aux populations potentiellement éligibles. 2009. Favoriser l accès aux soins des bénéficiaires de minima sociaux. Expliquer la CMU-C et l ACS aux populations potentiellement éligibles Catherine Chauveaud, Philippe Warin To cite this version: Catherine

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Vulcano Pièges Fourmis

Vulcano Pièges Fourmis FDS Conforme au règlement 1907/2006/CE et 1272/2008/CE 16-12-10- Page 1/5 FICHES DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Produit : Utilisation : Fournisseur : Vulcano Pièges

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/L'ENTREPRISE Nom de produit: T4 Ligase Nom de kit: SOLiD(TM) FRAGMENT SEQUENCING ENZYME KIT Fournisseur: Applied

Plus en détail

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES Compétence du socle : Compétence 6 : Les compétences sociales et civiques. Contribution attendue : Utiliser un produit chimique

Plus en détail

La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING

La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING État DEs lieux de LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE Publié conjointement par : Fondation Munich Re www.munichre-foundation.org Contact : Dirk Reinhard, dreinhard@munichre-foundation.org

Plus en détail

Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné!

Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné! 0 Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné! À votre travail, vous utilisez des peintures, colles, graisses, encres, solvants, désherbants, ce sont des produits chimiques. Ils se présentent

Plus en détail

L'AGENDA TRESORIER. EGLISE REFORMEE DE FRANCE En REGION PARISIENNE

L'AGENDA TRESORIER. EGLISE REFORMEE DE FRANCE En REGION PARISIENNE L'AGENDA DU TRESORIER EGLISE REFORMEE DE FRANCE En REGION PARISIENNE 01 JANVIER "Elargis l''espace de ta tente, les toiles de tes demeures, qu'on les distende. Ne regarde pas Ä la däpense, Allonge tes

Plus en détail

Appât insecticide anti-fourmis en gel OPTIGARD

Appât insecticide anti-fourmis en gel OPTIGARD Approved Pamphlet OPTIGARD Ant Gel Bait 30788 2013-03-06 Page 1 of 6 GROUPE 4 INSECTICIDE INSECTICIDE USAGE COMMERCIAL Appât insecticide anti-fourmis en gel OPTIGARD POUR UTILISATION DANS LES ZONES COMMERCIALES,

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP 17 Septembre 2013, 9h00 Tunis, Tunisie Monsieur le Directeur du Département Assurance

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Arrêté du 9 octobre 2013 relatif aux conditions d exercice de l activité d utilisateur professionnel

Plus en détail

Le non-recours aux soins des actifs präcaires (NOSAP)

Le non-recours aux soins des actifs präcaires (NOSAP) Le non-recours aux soins des actifs präcaires (NOSAP) Rapport scientifique final Novembre 2008 Pour l Agence Nationale de la Recherche - Programme SantÅ Environnement SantÅ Travail Convention né 00083

Plus en détail

Un aperçu sur les produits chimiques

Un aperçu sur les produits chimiques Un aperçu sur les produits chimiques Un aperçu sur les produits chimiques Notre Planète: La campagne des Nations Unies pour une responsabilisation en matière de gestion des produits chimiques dangereux

Plus en détail

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Septembre 2012 Importations nettes de céréales au Mali malgré les excédents annoncés

Plus en détail

CONSEIL EN MANAGEMENT ORGANISATION ET SYSTEME D INFORMATION. ALTER ORGA SARL 3 rue Desgenettes 93110 Rosny sous Bois

CONSEIL EN MANAGEMENT ORGANISATION ET SYSTEME D INFORMATION. ALTER ORGA SARL 3 rue Desgenettes 93110 Rosny sous Bois CONSEIL EN MANAGEMENT ORGANISATION ET SYSTEME D INFORMATION ALTER ORGA SARL 3 rue Desgenettes 93110 Rosny sous Bois Contact : Daniel BERTRAND TÅl : 06 80 03 18 78 E-mail : daniel.bertrand@alter-orga.com

Plus en détail

CIRCULAIRE D EXECUTION BUDGETAIRE

CIRCULAIRE D EXECUTION BUDGETAIRE CIRCULAIRE D EXECUTION BUDGETAIRE 2012 OBJET : EXECUTION AU TITRE DE L'EXERCICE 2012 1. du Budget GÄnÄral 2. des Budgets Annexes 3. des OpÄrations des Comptes Particuliers du TrÄsor NUMERO : 005 - MFB/SG/DGB/DESB/SAIDM

Plus en détail

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible FICHE SIGNALÉTIQUE 1. PRODUIT CHIMIQUE ET IDENTIFICATION DE L'ENTREPRISE Adresse du fournisseur/distributeur : Dominion Sure Seal Group of Companies 6175, chemin Danville, Mississauga (Ontario) Canada,

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail