Rapport Régional Afrique. Abou THIAM & Mamadou Bamba SAGNA Pesticide Action Network Africa Dakar, Sénégal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport Régional Afrique. Abou THIAM & Mamadou Bamba SAGNA Pesticide Action Network Africa Dakar, Sénégal"

Transcription

1 MONITORING DES PESTICIDES AU NIVEAU DES COMMUNAUTES A LA BASE Rapport Régional Afrique Abou THIAM & Mamadou Bamba SAGNA Pesticide Action Network Africa Dakar, Sénégal Dakar, Décembre

2 SOMMAIRE INTRODUCTION 1. REVUE DE LA LITTERATURE 1.1Utilisation des pesticides chimiques 1.2Impacts sur la santä 1.3Impacts sur l environnement 1.4RÄglementation des pesticides 1.5Alternatives aux pesticides 2. OBJECTIFS ET METHODOLOGIE 3. RESULTATS ET DISCUSSIONS 3.1Mali Utilisation et gestion des pesticides Formation des vendeurs Vente et distribution des pesticides Licences de commercialisation Elimination des emballages vides Impacts des pesticides sur la santä PrÄcautions prises et connaissance sur les dangers Impacts des pesticides sur l environnement 3.2Sénégal Utilisation et gestion des pesticides Impacts des pesticides sur la santä PrÄcautions prises et connaissances sur les dangers Elimination des emballages vides Impacts des pesticides sur l environnement 3.3Tanzanie Utilisation et gestion des pesticides MÄthodes et techniques d application PrÄcautions prises et connaissance des dangers Elimination des emballages vides Impacts des pesticides sur la santä Impacts des pesticides sur l environnement 2

3 3.4Une étude de cas : Utilisation et gestion des pesticides par les maraichers en CÇte d Ivoire : Cas de la ville d Abidjan et deux de ses banlieues (Dabou et Anyama) (par M. Doumbia et K.E. Kwadjo) CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXES - TÄmoignage 1 : CÇte d Ivoire : des pesticides qui tuent leurs utilisateurs (Aly Ouattara, Inter Press Service, IPS) - TÄmoignage 2 : Nanguila empoisonnä aux pesticides (Didier Samson, RFI) - TÄmoignage 3 : SÄnÄgal : Intoxication alimentaire : 25 jeunes admis aux urgences É Saint-Louis (Gabriel BarbiÄ, Quotidien sänägalais WalFadjiri) 3

4 INTRODUCTION PrÑs de produits chimiques sont commercialisäs un peu partout dans le monde et malgrä cette trñs grande variätä, 1500 moläcules nouvelles sont mises sur le marchä chaque annäe. Il est estimä qu au moins substances n ont pas fait l objet d Ätudes poussäes sur leurs risques toxiques (Bertollini et Danzon, 2004). Parmi ces produits il y a un grand nombre de pesticides. La vente de pesticides rapporte É l industrie plus de 30 milliards de dollar par an et que 80 % de ces recettes sont räparties entre 8 grands groupes mondiaux. La part de l Afrique dans le commerce mondial des pesticides est estimä É 1 milliard d euro soit 4 %. Cette part est trñs loin de celle de l AmÄrique du Nord avec 5,9 milliard d euro soit (22,5 %), de l AmÄrique latine 4,8 milliards d euro soit (18,5 %) de l Europe 8,3 milliards d euro soit (31,7 %) et de l Asie 6,1 milliards d euro soit (23,3 %) (UIPP, 2007). Il est estimä qu il y aurait, chaque annäe, 1 É 5 millions de cas d empoisonnements aux pesticides, entraönant la mort de plusieurs milliers de travailleurs agricoles (dont les enfants) dans les pays du Sud. Bien que les pays africains importent moins de 10 % des pesticides utilisäs dans le monde, ils totalisent la moitiä des empoisonnements accidentels et plus de 75 % des cas mortels (OMS/PNE, 1990). Ces derniers chiffres ne prennent pas en compte les intoxications chroniques (empoisonnement lent et continu pendant plusieurs annäes) qui peuvent entraöner des problñmes de santä comme les cancers, des atteintes nerveuses, la stärilitä et les malformations, etc. Le contrçle insuffisant des importations, les mauvaises conditions d utilisation de stockage de certains pesticides qui deviennent par la suite obsolñtes causent Ägalement Üa et lé d importants dommages environnementaux et sanitaires notamment dans les rägions rurales. En se däcomposant, les pesticides forment des sous-produits qui peuvent s avärer encore plus toxiques que la substance originelle. Face É ces diffärents problñmes graves et afin d aider les communautäs É faire un suivi et É se prämunir des effets näfastes des pesticides, PAN Africa a mis en œuvre avec des partenaires dans quatre pays africains, une initiative transversale majeure 4

5 prise räcemment par PAN International, É savoir la surveillance par les communautäs des pesticides (Community Based Monitoring en anglais). Ce rapport präsente les premiers räsultats de ce monitoring. Il est structurä de la maniñre suivante : une revue bibliographique qui aborde les problñmes liäs É l utilisation des pesticides, les expositions humaines, les impacts sur la santä, sur l environnement, la räglementation des pesticides ainsi que les alternatives aux pesticides. une präsentation et discussion des räsultats obtenus par les organisations et les groupes partenaires qui ont fait le monitoring dans trois pays : le Mali, le SÄnÄgal et la Tanzanie. Une Ätude de cas räalisäe en CÇte d Ivoire est Ägalement exposäe Il a ÄtÄ annexä É l Ätude : quelques tämoignages rapportäs par la presse nationale et internationale sur des mauvaises pratiques et d accidents liäs aux pesticides dans quelques pays, Et une liste de quelques projets et programmes sur les alternatives aux pesticides menäs pour pallier autant que faire se peut aux problñmes liäs aux pesticides. 1. REVUE DE LA LITTERATURE 1.1Utilisation des pesticides chimiques L utilisation des pesticides aussi bien sur les cultures vivriñres que sur les cultures d exportation a toujours repräsentä un danger räel pour les agriculteurs et les populations en Afrique au Sud du Sahara. Les risques encourus par les paysans dans les traitements des cultures comme le coton qui peut exiger plusieurs Äpandages de pesticides avant la räcolte peuvent àtre un danger mortel. La convention de Rotterdam reconnaöt le danger potentiel des produits chimiques dont la gestion constitue un däfi pour de nombreux gouvernements des pays en däveloppement particuliñrement en Afrique. â Dans beaucoup de pays en däveloppement, les conditions ne permettent pas aux petits paysans d utiliser sans danger les pesticides Ç toxicitä ÄlevÄe. Il en räsulte des dägéts permanents aussi 5

6 bien sur la santä des agriculteurs que l environnement ä däclarait Mr Jacques Diouf, Directeur GÄnÄral de la FAO, au moment de l enträe en vigueur de la Convention de Rotterdam en Les pesticides sont souvent utilisäs sans discernement par des agriculteurs ne sachant lire ni les Ätiquettes ni les doses d utilisation präconisäes. Ce qui engendre souvent des accidents. Les conditions de stockage et la distribution des pesticides dans des contenants qui sont aprñs räutilisäs notamment É des fins alimentaires provoque Ägalement des accidents souvent graves parfois mortels au niveau des populations les plus vulnärables en particulier les enfants et les femmes. De nombreuses pratiques observäes dans la manipulation des produits chimiques toxiques exposent l agriculteur, sa famille, les consommateurs, les populations aux risques d intoxication directe ou chronique et Ägalement engendrent des problñmes de pollution de l environnement. Les intoxications par les pesticides constituent de nos jours un problñme räel de santä publique dans les grandes zones de cultures de nombreux pays africains. En l absence de systñmes de surveillance adäquats, de centres antipoison, il est quasiment impossible d avoir des chiffres officiels et de statistiques fiables sur le nombre d intoxications, d empoisonnement, d accidents et de däcñs dus aux pesticides. Cependant, quelques ÄlÄments peuvent àtre puisäs de la littärature et de l expärience pour illustrer la situation : entre Janvier 1992 et däcembre 2007 le Centre Anti Poison Marocain a enregisträ plus de 2609 cas d intoxication (Naima Rhalem et al 2009), au SÄnÄgal, PAN Africa a recensä 258 cas entre 2002 et 2005 (Thiam. M et Touni E. 2009), au BÄnin entre Mai 2007 et Juillet 2008, 105 cas dont 9 däcñs dus É l endosulfan (taux de lätalitä 9 %) ont ÄtÄ rapportäs (Badarou S. et Coppieters Y., 2009). Au Mali, les cas intoxications dues aux pesticides ont ÄtÄ estimäs annuellement É prñs de 329 avec 30 É 210 däcñs et de 1150 É 1980 intoxications chroniques (FAO/CILSS 2000),etc. Ainsi, bien qu Ätant le continent qui utilise le moins de pesticides en volume en raison notamment de la pauvretä, l Afrique est l une des rägions oã ces produits toxiques font plus de dägåts sur les populations et l environnement particuliñrement dans les rägions de grandes exploitation agricole, les pärimñtres irriguäs pärimñtres 6

7 päriurbains et les plantations de cultures de rente. Les populations de ces zones sont parfois victimes d intoxications par les pesticides. Par ailleurs, il est connu que des pesticides organochloräs tels que le DDT, le chlordane, et l heptachlore, qui ont ÄtÄ retiräs ou interdits en Europe et en AmÄrique du Nord en raison de leurs effets sur la santä et l environnement, continuent É àtre ÄcoulÄs dans les pays en däveloppement, en Afrique ou ailleurs, notamment lé oã les gouvernements ne disposent pas d informations suffisantes sur la toxicitä de ces produits et les moyens de s en protäger (FAO 1996). Le recours aux pesticides constitue le principal moyen de lutte en cultures maraöchñre. La däpendance croissante É ces produits et l usage excessif et abusif qui en est fait posent de särieux problñmes. La plupart des producteurs ne disposent pas de vàtements et accessoires de protection et ne respectent pas les dälais avant räcolte. Cela est É l origine d accidents fräquents d empoisonnement chez les agriculteurs, notamment les femmes et les enfants, de taux inacceptables de räsidus de pesticides sur les produits de consommation, et de contamination de l environnement. 1.2 Impacts des pesticides sur la santé DiffÄrentes enquàtes menäes dans les pays d Afrique ont recensä des intoxications dues É des pesticides variäs. L un de ces biocides est l endosulfan, un pesticide organochlorä largement utilisä sur le coton pour lutter contre Helicoverpa armigera. Le produit a provoquä de nombreux accidents É tel point que les pays membres du CILSS ont däcidä räcemment d interdire son utilisation (PAN/IPEN, 2008). Au BÄnin, 37 personnes (des agriculteurs et autres) sont mortes entre Mai et Septembre 1999, tandis que 36 autres ont souffert d intoxications sävñres É cause du Callisulfan (endosulfan 350g) dans le däpartement du Borgou (Ton & al, 2000). Ces intoxications sont directes (surviennent au cours des traitements avec le produit) ou indirectes (aprñs consommation de produits contaminäs, essentiellement des produits maraöchers sur lesquels le produit est utilisä alors qu il devrait àtre employä uniquement sur le coton). 7

8 Sur un Ächantillon de 100 producteurs chargäs des traitements phytosanitaires dans la zone cotonniñre de Gourma (Burkina Faso), des maux de tàtes sävñres sont les symptçmes les plus fräquents et affectent 92 % des enquàtäs, suivis des vertiges pour 83 %, des tremblements des mains pour 54 %, des nausäes ou vomissements pour 21 %, troubles de la vision 21 %, transpiration excessive pour 13 %, Ätourdissement pour 8 % et hypersalivation pour 8 %. La plupart de ces symptçmes (46 %) surviennent quelques heures ou quelques jours aprñs l utilisation des pesticides. Quelques cas cependant (13 %) sont arriväs pendant l utilisation des produits et Ätaient les incidents les plus särieux (Glin & al, 2006). Bien que le pesticide responsable n a pas ÄtÄ formellement identifiä mais tout porte É croire que le produit toxique n est autre que l endosulfan. Au Togo, plus de 500 cas d intoxication liäs É l utilisation de l endosulfan Ätaient enregisträs chaque annäe par la Division de Toxicologie de l HÇpital public de LomÄ- Tokoin (Kodjo 2007). Des accidents de cette nature arrivent dans de nombreux pays d Afrique. Malheureusement leur documentation n est pas facile car les statistiques ne sont pas disponibles dans les centres de santä et les structures sanitaires sont trñs peu outilläs et formäs pour faire un diagnostic präcis des intoxications par les pesticides. Par ailleurs les antidotes et les premiers soins d urgence ne sont pas non plus accessibles aux populations en particulier les ruraux. Peu de donnäes sont disponibles sur la toxicitä chronique des pesticides. Si les activitäs agricoles sont bien souvent la cause directe des intoxications et surviennent lors de la manipulation de ces toxiques, les suicides avec les pesticides sont Ägalement une des principales causes de däcñs (OMS 2004). 1.3 Impacts des pesticides sur l environnement La pollution par les pesticides constitue un problñme majeur dans beaucoup de rägions surtout les zones de cultures intensives oã d importantes quantitäs d intrants chimiques sont employäs. L'utilisation des pesticides est trñs räpandue et les quantitäs appliquäes sont quelquefois trñs ÄlevÄes, mais les donnäes concernant leur toxicitä pour les environnements africains en particulier sur les milieux 8

9 aquatiques, sur leur devenir dans l'environnement et leurs räsidus, sont peu nombreuses ou inexistantes. Certains ÄlÄments des ÄcosystÑmes sont particuliñrement sensibles aux pesticides chimiques. Les poissons sont trñs sensibles É l endosulfan et des traitements de type räsiduel É 100 g/ha ont entraönä sur des riviñres au Burkina Faso, aprñs 24 heures, des mortalitäs considärables de poissons (Dejoux 1985). Les poissons sont Ägalement en danger É chaque fois que le chlorpyriphos est utilisä prñs des eaux de surface (FAO/ Projet Locustox, 1997).Le FÄnitrothion et le Fenthion sont deux organophosphoräs Ägalement trñs dangereux pour les poissons. La deltamäthrine peut aussi entrainer une mortalitä ÄlevÄe des invertäbräs aquatiques. La forte toxicitä pour les organismes aquatiques est un facteur commun É la plus part des pyräthrinoides. L arsenal des pesticides utilisäs en agriculture est trñs vaste et les informations concernant leur impact sur les ÄcosystÑmes sont rares. Leur cinätique est souvent complexe et les quantitäs qui aprñs Äpandage sur les cultures atteignent un biotope particulier sont extràmement variables et däpendent de nombreux facteurs notamment mätäorologique ou physico-chimique (biodägradabilitä). Parfois ce sont des mätabolites qui atteignent le milieu aquatique et ces produits de dägradation peuvent selon le cas àtre plus ou moins toxiques que le composä d origine. L accumulation de ces produits se fait lentement dans les organismes par le biais des chaönes alimentaires ; ainsi il a ÄtÄ signalä la präsence de DDT, de DDE et de TDE dans les tissus des poissons de la rägion du Gezira au Soudan (El Zorgani 1976). De màmes des räsultats ont ÄtÄ trouväs dans le lac Victoria, les insecticides incriminäs provenant dans tous les cas des traitements effectuäs sur le coton. De màme la lutte contre la vägätation aquatique fait appel É des moläcules fortement toxiques. Le paraquat, un sel d ammonium, agit sur la faune autant par sa matiñre active que par les agents mouillants que comporte sa formulation (Dejoux 1985). Des analyses montrent la präsence de nombreux pesticides organochloräs dans plusieurs matrices ; du HCH, de l endosulfan, de l heptachlore, du DDT ont ÄtÄ trouväs dans le lait et le beurre en CÇte d Ivoire (Traore S.K., 2008). Des räsidus d heptachore, d endosulfan, de DDT, de dicofol ont ÄtÄ trouväs sur plusieurs variätäs 9

10 de lägumes dans la rägion des Niayes aux alentours de Dakar (Ceres Locustox, 2008). Les pesticides chimiques utilisäs en lutte antiacridienne peuvent avoir des effets nägatifs sur les ennemis naturels des acridiens, sur des oiseaux, sur des insectes utiles dans les agro-systñmes (Ceres Locustox, ). On retrouve des räsidus de pesticides partout : dans l eau, mais aussi dans l air, les brouillards et l eau de pluie (PAN Africa en 2008). Au Burkina Faso, au BÄnin et au SÄnÄgal ont prouvä que l endosulfan a ÄtÄ trouvä dans les sols (Sawadogo et al, 2006). Une Ätude menäe a Koutiala (Mali) sur la pollution des eaux de puits par les pesticides agricoles (TraorÄ S. & al, 2006) a rävälä que l endosulfan a ÄtÄ dätectä dans 85 % de l ensemble des puits contaminäs É des taux däpassant les normes ou les valeurs de räfärence recommandäes pour l eau potable, soit 0,1μg/L pour une matiñre active donnäe. Il se präsente sous ses deux formes isomñres : l α- endosulfan et le β-endosulfan. Les concentrations maximales mesuräes sont respectivement de 25,28 μg/l et de 13,74 μg/l. Les teneurs räsiduelles moyennes de l endosulfan dans les eaux de l ensemble des puits contaminäs sont respectivement de 3,21 μg/litre pour l'α-endosulfan et, 2,18 μg/litre pour le β- endosulfan. De l endosulfan a ÄtÄ trouvä dans 7 sur les 38 Ächantillons d eau präleväs dans la nappe phräatique de la zone des Niayes É Dakar, au SÄnÄgal. Les concentrations ont atteint plus de 100 êg/l. (CissÄ I. & al, 2006). Il y a eu Ägalement d autres incidents liäs É l endosulfan par exemple de fortes mortalitäs de poissons dans la valläe du fleuve SÄnÄgal. 1.4 Réglementation des pesticides Les Etats africains ont dans leur grande majoritä signä et ratifiä les principaux instruments juridiques internationaux relatifs É la gestion des produits chimiques ; É savoir le Code de Conduite de la FAO, la Convention de Rotterdam sur le Consentement PrÄalable en connaissance de cause (PIC), la Convention de Stockholm sur les Polluants Organiques Persistants (POPs), l Approche StratÄgique de la Gestion Internationale des Produits Chimiques (SAICM), la Convention de Båle, 10

11 la Convention de Bamako, la RÄglementation Commune du CILSS etc., et ont mis en place des organismes de coopäration en matiñre de gestion des produits phytosanitaires (CILSS, CEDEAO, CPAC etc.). Cependant, la mise en œuvre des ces instruments juridiques demeure un väritable problñme pour les Etats. En effet plusieurs pays n ont pas de lägislations nationales É jour dans le domaine de la gestion des pesticides. A cotä de ces instruments juridiques internationaux, le Mali, le SÄnÄgal et la Tanzanie ont tous trois des lois nationales. Il s agit respectivement de : la loi në du 3 juin 2002 instituant le contrçle de l homologation et le contrçle des pesticides en RÄpublique du Mali et son däcret d application në /P-PM du 31 däcembre 2003 fixant les modalitäs d application de la loi instituant l homologation et le contrçle des pesticides en RÄpublique du Mali, la loi në du 2 fävrier 1984 et son däcret d application në du 02 mai 1984 relatifs au contrçle des späcialitäs agro-pharmaceutiques et des späcialitäs assimiläes. Une loi tombäe en däsuätude et qui sera abrogä par une autre qui est en Älaboration enfin The Pesticides Control Regulations in Tanzanie. 1.5 Alternatives aux pesticides Un inventaire des pratiques de protection ne faisant pas appel aux pesticides montre que plusieurs alternatives existent dans les pays et peuvent àtre mis É profit. L idäe du recours É ces alternatives gagne du terrain. Ils sont, en effet, de plus en plus nombreux les producteurs et associations paysannes É promouvoir ces techniques culturales. La lutte intägräe fait une plus large place É l utilisation des bio-pesticides, de mäthodes culturales mieux adaptäes et de matäriels vägätaux räsistants aux maladies et devrait, en principe, aboutir É un usage plus modärä et mieux ciblä des produits chimiques. Des efforts sont däployäs par diffärents acteurs pour dävelopper des technologies de lutte alternatives dont un biopesticide ÄlaborÄ avec le Metarhizium qui provoque une maladie fongique des locustes et des sautäriaux (FAO, 2007). Les acteurs de cette politique sont autant les structures Ätatiques que celles de la sociätä civile (DoucourÄ 2008). 11

12 2. OBJECTIFS ET METHODOLOGIE Les objectifs du monitoring sont de mettre en Ävidence avec les communautäs les impacts des pesticides sur la santä et l environnement des communautäs, en observant de prñs les conditions d'utilisation, en analysant la faüon dont les pesticides sont distribuäs et vendus par rapport au normes Ätablies par le Code international de conduite pour la distribution et l'utilisation des pesticides ÄlaborÄ par la FAO (FAO,,???). Les räsultats obtenus devront contribuer É l atteinte de l objectif global de l'approche stratägique de la gestion des produits chimiques (SAICM), É savoir parvenir É une gestion Äcologiquement saine des produits chimiques tout le long de leur cycle de vie de telle sorte que d ici É l horizon 2020 ces produits soient fabriquäs et utilisäs de faüon É räduire et É terme Äliminer leurs mäfaits sur la santä humaine et sur l environnement (Weinberger, 2009). Pour atteindre ces objectifs, l approche Community Pesticide Action Monitoring (CPAM) est parue appropriäe. Le CPAM est un outil permettant de prendre conscience de l impact des pesticides sur la santä humaine et sur l environnement. Cette approche est basäe sur la Recherche et l Action Participative (RAP). Cela implique que les membres de la communautä entreprennent la recherche et encouragent l organisation et l action pour trouver des solutions É leurs problñmes. Le CPAM Ätudie les impacts des pesticides sur la santä humaine et aide É l Äveil des consciences sur les risques liäs É l usage des pesticides. Il a pour objectif principal de permettre aux communautäs de däcrire leurs situations räelles et d àtre impliquäes dans la recherche de solutions É leurs problñmes. Pour mieux apprendre l approche CPAM, deux ateliers rägionaux furent organisäs au SÄnÄgal et en Tanzanie. Celui du SÄnÄgal Ätait destinä aux pays francophones d Afrique. Elle a vu la participation de plusieurs organisations venant du BÄnin, du Cameroun, de la GuinÄe Bissau, du Mali, du Maroc, du SÄnÄgal, du Togo et de la Tunisie. L atelier organisä en Tanzanie a vu la participation de pays ayant l anglais comme langue commune É savoir la Tanzanie, l Afrique du Sud, l Ethiopie et le Nigeria. En plus de ces deux ateliers rägionaux, trois ateliers nationaux ont ÄtÄ organisäs, le premier É Dakar du 1 er au 5 octobre 2007 ; le second É Bamako au Mali du 26 au 28 Mai 2009 et le troisiñme É Tunis en Tunisie les 25 au 26 juin Ces formations Ätaient destinäes aux ONGs nationales de ces pays de màme que les autoritäs ayant en charge la gestion des produits chimiques en gänäral et des pesticides en particulier. 12

13 Au cours des ateliers, les participants ont ÄtÄ initiäs au CPAM et ont donnä leurs avis sur les modules et les autres documents produits pour la circonstance. En effet, la mise en pratique du suivi communautaire näcessite un certain nombre d outils, c est ainsi que des modules däveloppäs par PAN Asie-Pacific depuis quelques annäes ont ÄtÄ adaptäs au contexte africain par PAN Africa qui les a traduit en franüais. Au total 3 modules ont ÄtÄ präparäs : Module 1 : Attention!!! Les pesticides sont nuisibles É votre santä Module 2 : Les pesticides dätruisent notre terre Module 3 : Renoncer aux pesticides! Båtir un monde durable. En plus de ces modules d autres outils ont ÄtÄ produits. Il s agit du guide international sur le suivi communautaire et le plaidoyer qui a ÄtÄ finalisä puis traduit de l anglais au franüais de màme que les questionnaires annexäs au guide. Au Mali, PAN Mali a traduit les questionnaires du guide et le module në1 en langue Bambara, la principale langue nationale de ce pays. Le Manuel des OpÄrations produit par PAN Asie Pacific a ÄtÄ aussi traduit en franüais et distribuä aux partenaires pour aider aux enquàtes qu ils devraient faire. Le manuel couvre les objectifs, la portäe, les techniques d enquàtes et les questions liäes É l Äthique. Enfin, le formulaire sur les rapports d incidents de la Convention de Rotterdam communäment appelä Rapport d incident a ÄtÄ utilisä pour la documentation des incidents par les pesticides. Au total six principaux supports ont ÄtÄ produits et mis É la disposition des partenaires dans les pays pour la circonstance. Avec ces outils, les agents des ONGs et les partenaires accompagnäs avec les repräsentants des communautäs oã le suivi communautaire doit se därouler ont collectä les informations sur les conditions d utilisation des pesticides et leurs impacts sur la santä humaine et sur l environnement. Ainsi entre FÄvrier 2007 et Juillet 2009, cinq organisations africaines ont entrepris des activitäs de suivi communautaire des pesticides dans leurs pays, il s agit de : PAN Africa au SÄnÄgal, de PAN Mali, de l Association pour la Promotion des Initiatives de Base (APIB), l Association pour la Valorisation et la Promotion des Initiatives PrivÄes (AVPIB) au Mali, de Work And Health in Southern Africa (WAHSA) et de AGENDA for Environment and Responsible Development en Tanzanie, enfin de l Alliance Nationale des Consommateurs et de l Environnement au Togo (ANCE). 13

14 Les trois premiñres organisations citäes ont mis l accent sur le guide sur le suivi communautaire et ses questionnaires, les deux autres se sont appesanties sur le formulaire PIC ÄlaborÄ par le secrätariat de la Convention de Rotterdam sur le Principe du Consentement PrÄalable en connaissance de cause. Finalement, É Ngerananyuki en Tanzanie, l ONG WAHSA a interviewä 120 personnes sur les conditions d utilisation gänärale des pesticides et sur leur impact sur la santä. Au SÄnÄgal 200 personnes ont ÄtÄ interrogäes sur deux sites diffärents au Sud et au Nord du pays sur les conditions d utilisation gänärale des pesticides et leurs impacts sur la santä des producteurs. Au Mali le monitoring s est däroulä sur deux sites É Sikasso et É Bamako. A Sikasso 100 personnes ont ÄtÄ interrogäes sur les conditions d utilisation gänärale des pesticides et sur leur impact sur la santä des populations. A Bamako, le monitoring a portä sur la vente des pesticides, 35 commerüants/boutiquiers parmi les plus importants vendeurs d intrants agricoles de la capitale malienne ont ÄtÄ interrogäs. Au total de 420 personnes et 35 magasins et boutiques de pesticides ont participä É la collecte des donnäes utilisäes dans cette Ätude. 3. RESULTATS ET DISCUSSIONS 3.1 Mali Le Mali est un vaste pays francophone situä au cœur de l Afrique de l Ouest. Sa superficie est de km 2 avec une population estimäe en 2008 É prñs de 13 millions de personnes. 14

15 3.1.1 Utilisation et gestion des pesticides Figure 1. Utilisation des pesticides Le diagramme ci-dessus montre l intäràt que les agriculteurs maliens interrogäs portent aux pesticides. Ils sont 90 % É utiliser les pesticides. Les pesticides sont utilisäs principalement dans les champs (82 %) mais aussi dans les maisons (5 %) Formation des vendeurs Figure 2. Formation sur les pesticides Vente et distribution des pesticides Les vendeurs ayant reüu une formation (16) sont beaucoup moins nombreux. La formation a portä sur les principaux thñmes suivants : les präcautions É prendre lors des mälanges et dans le stockage des pesticides mais Ägalement sur les dangers liäs É l utilisation des pesticides. Aucun des thñmes n a portä sur les alternatives aux pesticides. 15

16 Figure 3. DisponibilitÅ Ç la vente des Åquipements de protection La Figure 3 présente les accessoires de protection individuelle disponibles à la vente dans les magasins. Les gants et les bottes sont les plus importants avec 23%, les combinaisons, les lunettes et les respirateurs 19%, les masques oculaires 21%. Par contre les chemises à manches longues et les pantalons ne sont pas disponibles dans les magasins de vente des intrants visités Autorisation de vente Figure 4. DÅtention d une licence pour la commercialisation des pesticides Ils sont 63 % à détenir une licence officielle qui leur permet de commercialiser les pesticides. 16

17 Devenir des emballages vides de pesticides Figure 5. Modes et voies d Ålimination des emballages vides de pesticide Plus de la moitiä des personnes interrogäes ont recours É l incinäration pour Äliminer les emballages vides de pesticide. Aucune des personnes interrogäes ne retournent les contenants vides aux distributeurs. Les autres modes d Älimination varient entre les jeter dans les champs 12 %, enfouissement dans le sol 14 %, les jeter dans une fosse septique 12 %, l usage domestique 3% enfin mis É la poubelle 1 % Impacts des pesticides sur la santå des applicateurs Figure 6. Manifestations et symptémes suite Ç une intoxication par les pesticides 17

18 Sur les symptçmes et manifestations recensäs É Sikasso, les maux de tàte et les Ätourdissements viennent en premier avec respectivement 21 % et 8 % des personnes interrogäes. 47 % des interviewäs estiment qu ils sont en bonne santä. Figure 7. Port d Åquipements individuels de protection Ils sont 48 % É utiliser des Äquipements de protection pour se prämunir contre les effets näfastes des pesticides alors que 52 % ne se protñgent pas. Figure 8. Les raisons du non port d Åquipements de protection La chertä des Equipements de protection individuelle est la premiñre cause avancäe concernant l absence de protection avec 57 % des personnes interrogäes, s y ajoute l indisponibilitä 47 %, le non confort 10 % et la mäconnaissance 9 %. 18

19 Figure 9. DegrÅ d utilisation de diffårents Åquipements de protection Concernant les accessoires de protection individuelle, les chemises É manches longues et les pantalons sont les plus utilisäs pour respectivement 49 % et 48 % des personnes interrogäes s y ajoute les masques 27 %, les bottes 8 %, les respirateurs 5 %, les gants 4 %, les lunettes 1 % enfin aucun agriculteur ne dispose d une combinaison späciale destinäe aux traitements. Les Äquipements de protection ne sont pratiquement jamais au complet, la plupart des personnes interrogäes dispose par exemple d une paire de bottes sans avoir de masque ou de gants. Figure 10. PulvÅrisation en fonction de la direction du vent La pulvärisation est effectuäe le plus souvent dans la direction contraire aux vents 81 %. 14 % ne connaissent pas les techniques de pulvärisation. 19

20 Figure 11. Connaissances sur les dangers et les risques liås Ç l Åpandage des pesticides Il paraöt avoir une bonne perception des dangers liäs É l utilisation des pesticides avec 91 % des personnes interrogäes qui en sont conscientes alors que 9 % les ignorent totalement. 3.2 SÅnÅgal Le SÅnÅgal est situä É l ouest du continent africain. Sa superficie est de Km 2 avec une population estimäe en 2008 É plus de 11 millions d habitants. 20

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Pe s t i c i d e A c t i o n N e t w o r k U K PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Résumé exécutif et Recommendations 5 St Peter s St London N1 8JD Royaume Uni t: +44 (0)20 7359 0440 f: +44 (0)20

Plus en détail

INTERDICTION DE L ENDOSULFAN DANS LES PAYS DU SAHEL EN AFRIQUE DE L OUEST

INTERDICTION DE L ENDOSULFAN DANS LES PAYS DU SAHEL EN AFRIQUE DE L OUEST International POPs Elimination Network INTERDICTION DE L ENDOSULFAN DANS LES PAYS DU SAHEL EN AFRIQUE DE L OUEST Groupe de Travail PAN/IPEN sur les pesticides POPs (Polluants Organiques Persistants) OCTOBRE

Plus en détail

Z A C P A U L C L A U D E L T R A N C H E 4 MISSION D ETUDE DE POLLUTION DES SOLS. C a h i e r d e s C l a u s e s P a r t i c u l i Ç r e s

Z A C P A U L C L A U D E L T R A N C H E 4 MISSION D ETUDE DE POLLUTION DES SOLS. C a h i e r d e s C l a u s e s P a r t i c u l i Ç r e s Z A C P A U L C L A U D E L T R A N C H E 4 MarchÄ de services : MISSION D ETUDE DE POLLUTION DES SOLS C a h i e r d e s C l a u s e s P a r t i c u l i Ç r e s ProcÄdure adaptäe en application de l article

Plus en détail

Conventions 03 75 C 0093 et 06 75 C 0071 ADEME / SYPREA / FP2E / INERIS

Conventions 03 75 C 0093 et 06 75 C 0071 ADEME / SYPREA / FP2E / INERIS Conventions 03 75 C 0093 et 06 75 C 0071 ADEME / SYPREA / FP2E / INERIS Evaluation des risques sanitaires des filiäres d Çpandage des boues de stations d Çpuration RESUME version 1 du 15 octobre 2007 Version

Plus en détail

Ä Autour de la rupture pour motif Åconomique Ç

Ä Autour de la rupture pour motif Åconomique Ç Association franäaise de Droit du travail et de la SÅcuritÅ sociale ------------------------------------------- 5, rue du Renard 75004 Paris - fax : 01.42.71.24.27 mail : afdt.asso@gmail.com- http://www.afdt-asso.fr

Plus en détail

MED-Amin: une initiative multilatärale de suivi des marchäs pour la säcuritä alimentaire en MÄditerranÄe

MED-Amin: une initiative multilatärale de suivi des marchäs pour la säcuritä alimentaire en MÄditerranÄe MED-Amin: une initiative multilatärale de suivi des marchäs pour la säcuritä alimentaire en MÄditerranÄe Christine Ton Nu Adjointe au Directeur, CIHEAM-Montpellier Co-coordinatrice du råseau MED-Amin Nicolas

Plus en détail

Pesticides Mode d emploi. Protéger les végétaux, garantir la sécurité des utilisateurs et des consommateurs, préserver l environnement

Pesticides Mode d emploi. Protéger les végétaux, garantir la sécurité des utilisateurs et des consommateurs, préserver l environnement Pesticides Mode d emploi Protéger les végétaux, garantir la sécurité des utilisateurs et des consommateurs, préserver l environnement Que l on soit jardinier amateur, professionnel des espaces verts ou

Plus en détail

Les métiers de la distribution. Rapport final

Les métiers de la distribution. Rapport final Branche professionnelle des Industries Electriques et Gazières Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications Les métiers de la distribution Rapport final Décembre 2008 Page 1 sur 200 Sommaire

Plus en détail

Parlons de. et de notre expertise. Vous Ütes dirigeant de PME et vous souhaitez accålårer le dåveloppement commercial de votre entreprise?

Parlons de. et de notre expertise. Vous Ütes dirigeant de PME et vous souhaitez accålårer le dåveloppement commercial de votre entreprise? et de notre expertise Notre expertise: nous nous concentrons sur un des måtiers essentiels de l entreprise, la commercialisation des biens et services qu elle propose. A produit Åquivalent, la qualitå

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières

Cahier des clauses techniques particulières Marchés Ordonnance Prestations intellectuelles ACCORD-CADRE DIAGNOSTIC AMIANTE ET PLOMB AVANT TRAVAUX ET/OU AVANT DEMOLITION Cahier des clauses techniques particulières Sommaire 1 ARTICLE 1 -GENERALITES...3

Plus en détail

Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013

Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013 Réseau National des Chambres d Agriculture du Niger Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013 Rédaction équipe technique RECA

Plus en détail

La France a ainsi beaucoup investi dans l agriculture, créant ainsi une agriculture performante car technologiquement avancée.

La France a ainsi beaucoup investi dans l agriculture, créant ainsi une agriculture performante car technologiquement avancée. La culture intensive L agriculture intensive se caractérise par la mise en place de monocultures à base de semences dites «à haut rendement», une utilisation importante des intrants chimiques (pesticides,

Plus en détail

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS 1 Paris, le 2 juillet 2009 La crise financiåre pose, aujourd hui, la question du rçle et du mode de fonctionnement des marchés

Plus en détail

Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures

Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures Partie I : Questions (8 points) DÄfinissez les concepts

Plus en détail

A. Conditions de pråparation et d organisation des travaux du Conseil d Administration

A. Conditions de pråparation et d organisation des travaux du Conseil d Administration RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE MISES EN PLACE PAR

Plus en détail

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes Le marchä des professionnels 1 INTRODUCTION Les attentes des professionnels Quels sont les attentes des professionnels vis Ä vis de la banque? A titre privå A titre professionnel 2 INTRODUCTION Les attentes

Plus en détail

SANTE ALIMENTATION EN ENTREPRISE

SANTE ALIMENTATION EN ENTREPRISE SANTE ET ALIMENTATION EN ENTREPRISE Nicolas Rouig Diététicien Nutritionniste La santä et l alimentation jouent un rçle dans votre entreprise La santé est un des éléments de bien-étre au travail comme dans

Plus en détail

Ecoute. EfficacitÄ. DiscrÄtion. Notre force vient de notre diffärence!

Ecoute. EfficacitÄ. DiscrÄtion. Notre force vient de notre diffärence! Ecoute EfficacitÄ DiscrÄtion Notre force vient de notre diffärence! 1 PrÄsentation 2 Ecoute, efficacitä et discrätion : Depuis 2003, C NET 15 met ses compätences en pratique en y intägrant une valeur supplämentaire,

Plus en détail

Conditions GÄnÄrales de Vente

Conditions GÄnÄrales de Vente Conditions GÄnÄrales de Vente Applicables au 16 FÄvrier 2009 et modifiables sans präavis Allo PC NiÄvre Allier est une SociÅtÅ A ResponsabilitÅ LimitÅe repråsentåe par Mademoiselle BERIOUX Marie-Emilie

Plus en détail

Livret. Connaissances techniques sur les intrants. des apprenants. Connaissances techniques sur les Intrants agricoles.

Livret. Connaissances techniques sur les intrants. des apprenants. Connaissances techniques sur les Intrants agricoles. Connaissances techniques sur les intrants 1 Livret des apprenants Ce module a été conçu avec l appui financier de la Commission de l Union Européenne Livret des apprenants Connaissances techniques sur

Plus en détail

Journée d information Élimination des Emballages Vides de Produits Phytosanitaires

Journée d information Élimination des Emballages Vides de Produits Phytosanitaires Secrétariat d Etat auprès du Ministère de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement chargé de l Eau et de l Environnement Département de l Environnement Service Régional de l Environnement Souss

Plus en détail

La newsletter 2012. Gestion et communication de crise : en faire un atout pour rebondir. 1- La situation aujourd hui : page 1

La newsletter 2012. Gestion et communication de crise : en faire un atout pour rebondir. 1- La situation aujourd hui : page 1 Gestion et communication de crise : en faire un atout pour rebondir Depuis 1991, date de cräation d AltÄris Environnement, nos consultants ont väcu la perte de confiance du public dans les autoritäs publiques

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Du 30 avril au 4 mai, Dakar accueille la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants

COMMUNIQUE DE PRESSE. Du 30 avril au 4 mai, Dakar accueille la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants COMMUNIQUE DE PRESSE Du 30 avril au 4 mai, Dakar accueille la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants Les pourparlers sur les substances chimiques toxiques mettront l accent sur

Plus en détail

DocuCom PDF Trial. www.pdfwizard.com. Séminaire National sur la Gestion des Emballages Vides de Pesticides au Maroc Rapport définitif

DocuCom PDF Trial. www.pdfwizard.com. Séminaire National sur la Gestion des Emballages Vides de Pesticides au Maroc Rapport définitif ASSOCIATION D EDUCATION ENVIRONNEMENTALE ET DE PROTECTION DES OISEAUX AU MAROC (SEEPOM) جمعیةالتربیةالبیي یةوالمحافظة ع لىالطیوربالمغرب (سیبوم) Séminaire National sur la Gestion des Emballages Vides de

Plus en détail

Transparence des liens industrie/experts/associations, impartialitä et indäpendance

Transparence des liens industrie/experts/associations, impartialitä et indäpendance Transparence des liens industrie/experts/associations, impartialitä et indäpendance Juin 2011 La recherche avance, la vie progresse. Contexte gänäral Remise en perspective des concepts IndÅpendance /impartialitå

Plus en détail

Techniques de production de feuilles de Moringa en exploitation agricole familiale

Techniques de production de feuilles de Moringa en exploitation agricole familiale http://www.moringanews.org Techniques de production de feuilles de Moringa en exploitation agricole familiale Document räalisä par Armelle de Saint Sauveur, PROPAGE Financement : Centre Technique de CoopÄration

Plus en détail

E X T R A I T D U R E G I S T R E D E S D E L I B E R A T I O N S D U C O N S E I L M U N I C I P A L

E X T R A I T D U R E G I S T R E D E S D E L I B E R A T I O N S D U C O N S E I L M U N I C I P A L Nombre de Conseillers : En exercice : 14 PrÄsents : 14 Votants : 14 E X T R A I T D U R E G I S T R E D E S D E L I B E R A T I O N S D U C O N S E I L M U N I C I P A L L an deux mil dix, le quatre fåvrier

Plus en détail

Risques liés à l utilisation des pesticides

Risques liés à l utilisation des pesticides Chapitre 8 Risques liés à l utilisation des pesticides Dans ce chapitre Mots-clés Après avoir étudié la matière de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Définir ce qu est un risque. 2. Nommer les voies

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

Ce rapport est une synthèse des travaux du séminaire. Il comporte deux parties : une première partie qui relate le déroulement des travaux

Ce rapport est une synthèse des travaux du séminaire. Il comporte deux parties : une première partie qui relate le déroulement des travaux 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Séminaire

Plus en détail

Sécurité de l applicateur lors de l utilisation des pesticides.

Sécurité de l applicateur lors de l utilisation des pesticides. Sécurité de l applicateur lors de l utilisation des pesticides. Bruno HUYGHEBAERT, Olivier MOSTADE, Frédéric DEDONCKER Ministère de la Région Wallonne, CRA-W Gembloux (Département Génie rural) Les pesticides

Plus en détail

Parc naturel régional du Luberon Opération «Jardiner au naturel» ARPE PACA 6 octobre 2014 Aix en Provence

Parc naturel régional du Luberon Opération «Jardiner au naturel» ARPE PACA 6 octobre 2014 Aix en Provence Parc naturel régional du Luberon Opération «Jardiner au naturel» ARPE PACA 6 octobre 2014 Aix en Provence L engagement du Parc du Luberon dans cette opération Un constat : forte consommation de pesticides

Plus en détail

RÄglement de Consultation Marché de Travaux. CrÄation d une voirie temporaire, rue des Trois Baisers

RÄglement de Consultation Marché de Travaux. CrÄation d une voirie temporaire, rue des Trois Baisers RÄglement de Consultation Marché de Travaux MARCHES PROCEDURE ADAPTEE CrÄation d une voirie temporaire, rue des Trois Baisers MaÇtre d Ouvrage Amiens AmÄnagement 14 boulevard d Alsace Lorraine - 80011

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM

DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM Site de e-commerce spécialisé dans les fluides industriels (froid, air comprimé, régulation,...) destiné principalement aux industriels, et spécialistes. Site proposant

Plus en détail

MSDS CUPREX 50%WG 2/5 Date d imprimer: 31/08/06

MSDS CUPREX 50%WG 2/5 Date d imprimer: 31/08/06 MSDS CUPREX 50%WG 1/5 FICHE DE SECURITE CUPREX 50% WG 1. Identification de la substance / préparation t de la société / entreprise 1.1. Identification de la substance / préparation Nom commercial: CUPREX

Plus en détail

CONTRAT DE MAINTENANCE CURATIVE, CORRECTIVE ET PREVENTIVE ET D ASSISTANCE DU MATERIEL ET DES LOGICIELS

CONTRAT DE MAINTENANCE CURATIVE, CORRECTIVE ET PREVENTIVE ET D ASSISTANCE DU MATERIEL ET DES LOGICIELS NumÄro de contrat : CONTRAT DE MAINTENANCE CURATIVE, CORRECTIVE ET PREVENTIVE ET D ASSISTANCE DU MATERIEL ET DES LOGICIELS Ce contrat entre la sociätä cliente AMIENS AMENAGEMENT 80 rue de la VallÄe BÅtiment

Plus en détail

CONTRAT D'AGENT COMMERCIAL

CONTRAT D'AGENT COMMERCIAL ENTRE LES SOUSSIGNES : CONTRAT D'AGENT COMMERCIAL La sociätä DESSTOCK LOISIR MOTOR, sociätä SL au capital de 5000.00 euros, ayant son siåge social CALLE FERNANDO SASIAIN NÄ18 PUERTA 2A 20015 SANSEBASTIAN

Plus en détail

Filière coton: Rôle économique majeur dans les 16 pays producteurs d'afrique de l Ouest et du Centre (AOC):

Filière coton: Rôle économique majeur dans les 16 pays producteurs d'afrique de l Ouest et du Centre (AOC): CONFERENCE DES MINISTRES DE L AGRICULTURE DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE CMA/AOC Avenue Bourguiba BP. 15799 Dakar-Fann Tél : (221) 869 11 90 Fax : (221) 825 47 30 Email : cmaoc@cmaoc.org CONFERENCE

Plus en détail

ETUDE D IMPACT ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL DU PROGRAMME PASP-TUNISIE

ETUDE D IMPACT ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL DU PROGRAMME PASP-TUNISIE REPUBLIQUE TUNISIENNE ************* MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ************* AGENCE NATIONALE DE GESTION DES DECHETS AFRICA - PASP ************* PROGRAMME AFRICAIN RELATIF

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION DE SERVICES QUALITE DE SERVICE DES ETABLISSEMENTS EXERCANT LE METIER D OPTICIEN

REFERENTIEL DE CERTIFICATION DE SERVICES QUALITE DE SERVICE DES ETABLISSEMENTS EXERCANT LE METIER D OPTICIEN REFERENTIEL DE CERTIFICATION DE SERVICES QUALITE DE SERVICE DES ETABLISSEMENTS EXERCANT LE METIER D OPTICIEN RÄfÄrence : RE/OP/09 Version 1 Date : 16/04/2009 LE DEMANDEUR Bureau Veritas Certification Nom

Plus en détail

BTS Informatique de gestion (lycäe Rostand Chantilly) AMSI Chapitre 1 Introduction aux räseaux - Page 1 / 24

BTS Informatique de gestion (lycäe Rostand Chantilly) AMSI Chapitre 1 Introduction aux räseaux - Page 1 / 24 AMSI Chapitre 1 Introduction aux räseaux - Page 1 / 24 Objectifs et points du räfärentiel : S15 Architecture des räseaux o DÄcrire la structure et le fonctionnement d'une configuration räseau. o Identifier

Plus en détail

CommuniquÄ de presse Paris, le 22 octobre 2009

CommuniquÄ de presse Paris, le 22 octobre 2009 CommuniquÄ de presse Paris, le 22 octobre 2009 Bonne tenue du chiffre d affaires de l activitå FonciÇre au 30 septembre 2009 (+5,0%) Location de 15 000 mé sur les parcs tertiaires Cession de 1 148 logements

Plus en détail

Projet acte d acceptation CP Nantes MÇtropole ACTE D ACCEPTATION DE LA CESSION OU DU NANTISSEMENT D UNE CREANCE PROFESSIONNELLE

Projet acte d acceptation CP Nantes MÇtropole ACTE D ACCEPTATION DE LA CESSION OU DU NANTISSEMENT D UNE CREANCE PROFESSIONNELLE ACTE D ACCEPTATION DE LA CESSION OU DU NANTISSEMENT D UNE CREANCE PROFESSIONNELLE (soumis aux dispositions de l article L. 313-29 du Code monåtaire et financier) CrÅdit Foncier de France 19 rue des Capucines

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS-OUEST - IEJ HENRI MOTULSKY CRFPA SESSION 2013 PREPARATION A l'epreuve DE COMPTABILITE PRIVEE

UNIVERSITE PARIS-OUEST - IEJ HENRI MOTULSKY CRFPA SESSION 2013 PREPARATION A l'epreuve DE COMPTABILITE PRIVEE UNIVERSITE PARIS-OUEST - IEJ HENRI MOTULSKY CRFPA SESSION 2013 PREPARATION A l'epreuve DE COMPTABILITE PRIVEE ENSEIGNANT : Mr DEMAGNY Blog (pour informations et compläments de cours) : http://www.bloog.org/comptablog

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 06 MAI 2010 CSP TOUL

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 06 MAI 2010 CSP TOUL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 06 MAI 2010 CSP TOUL PRÅSENTS : ComitÄ Directeur : - Lieutenant-colonel FELICANI Pierre - Lieutenant ERRARD Philippe - Adjudant chef TRUNCK Fabrice - Sergent-chef ADLER Maurice

Plus en détail

Guide de gestion environnementale et sociale

Guide de gestion environnementale et sociale Guide de gestion environnementale et sociale Pour les institutions de Micro Finance Travailler avec les clients sur les aspects sociaux et environnementaux PARTIE B: GUIDE PRATIQUE Adapté et traduit en

Plus en détail

R.C. Règlement de Consultation VENTE DE SIX LOTS A BÂTIR INTERCAMPUS. TRANCHE 1 phase 1

R.C. Règlement de Consultation VENTE DE SIX LOTS A BÂTIR INTERCAMPUS. TRANCHE 1 phase 1 R.C. Règlement de Consultation VENTE DE SIX LOTS A BÂTIR INTERCAMPUS TRANCHE 1 phase 1 Aménageur Amiens AmÅnagement 80 rue La VallÅe 80011 AMIENS CEDEX 1 ReprÅsentÅ par Marie-Paule BOURGEADE TÅl : 03.22.22.37.52

Plus en détail

sans valeur 1.1. Les conditions gånårales de ventes qui suivent font partie intågrante des contrats entre belboon-adbutler

sans valeur 1.1. Les conditions gånårales de ventes qui suivent font partie intågrante des contrats entre belboon-adbutler Conditions gänärales de vente (CGV) D adhåsion aux programmes d affiliation ainsi que leur fonctionnement sur les plateformes en ligne belboon I. Conditions gänärales 1. Domaine d'application / däfinitions

Plus en détail

Risques dans l exploitation du stockage CigÅo. 1. Approche et bases de l Åtude 2. Nuisances et SÅcuritÅ 3. SynthÇse et Enseignements Questions & DÅbat

Risques dans l exploitation du stockage CigÅo. 1. Approche et bases de l Åtude 2. Nuisances et SÅcuritÅ 3. SynthÇse et Enseignements Questions & DÅbat Risques dans l exploitation du stockage CigÅo (Centre Industriel de stockage GÅologique pour les dåchets HA et MA-VL) SchÄma du site, Image ANDRA Bertrand Thuillier Ligny-en-Barrois - 13.06.2012 1. Approche

Plus en détail

Le Contrôle Judiciaire Socio-Éducatif (CJSE). Christophe WarmÄ (psychologue clinicien). Les grandes dates du contrôle judiciaire socio-éducatif :

Le Contrôle Judiciaire Socio-Éducatif (CJSE). Christophe WarmÄ (psychologue clinicien). Les grandes dates du contrôle judiciaire socio-éducatif : Le Contrôle Judiciaire Socio-Éducatif (CJSE). Christophe WarmÄ (psychologue clinicien). AprÄs quelques annåes de pratique professionnelle dans le champ du CJSE, j ai pu percevoir le manque d informations

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE GAILLAC

CENTRE HOSPITALIER DE GAILLAC CENTRE HOSPITALIER DE GAILLAC REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT (avril 2006) SOMMAIRE 1 1. GARANTIES DES DROITS DES RESIDENTSÄÄÄÄÄÄÄÄÄÄÄ..page 2 A. Projet dåçtablissement É Projet de vieääääääääääää...page 2

Plus en détail

Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale (FCRSAI) Appel à notes conceptuelles 2013. Avril 2013

Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale (FCRSAI) Appel à notes conceptuelles 2013. Avril 2013 Centre de recherches pour le développement international (CRDI), Canada Agence canadienne de développement international (ACDI) Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale (FCRSAI)

Plus en détail

L assurance dåpendance Estimation des matrices de transition ModÅlisation

L assurance dåpendance Estimation des matrices de transition ModÅlisation L assurance dåpendance Estimation des matrices de transition ModÅlisation Massonnet Bruno AS-Consultant 105 bis, avenue Maurice Thorez 94200 Ivry sur Seine TÅl : +33 (0) 1 48 86 15 01 Fax : +33 (0) 1 48

Plus en détail

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies Superficies cultivées 2002 cultivables Superficie en % des superficies cultivables () () (%) Nord 65 320 000 28 028

Plus en détail

La professionnalisation au DESS ILTS de l UniversitÅ Denis Diderot (Paris 7)

La professionnalisation au DESS ILTS de l UniversitÅ Denis Diderot (Paris 7) La professionnalisation au DESS ILTS de l UniversitÅ Denis Diderot (Paris 7) Michel Rochard, contribution au colloque international de l'universitä de Rennes 2 sur la professionnalisation des formations

Plus en détail

L étiquetage des produits dangereux

L étiquetage des produits dangereux 1/5 Qu est qu un produit dangereux? > C est un produit susceptible de provoquer des intoxications, lésions, brûlures, incendies, explosions et même parfois la mort. Votre santé est en danger si un produit

Plus en détail

Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement.

Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement. Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement. L eau de javel s utilise soit pure, pour désinfecter uniquement, soit mélangée à du détergent, dans un

Plus en détail

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes Centre de gestion Le risque chimique Pôle Organisation et Sécurité au Travail Service Prévention, Conseils 1/ Réglementation Décret n 2003-1254 du 23 décembre 2003 relatif à la prévention du risque chimique.

Plus en détail

BRICOLAGE. Les précautions à prendre

BRICOLAGE. Les précautions à prendre BRICOLAGE Les précautions à prendre Chaque année, près de 300 000 personnes arrivent aux Urgences à la suite d un accident de bricolage et/ou de jardinage. Respecter quelques règles simples de prévention

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DU SERVICE TRANSIT IP

CONDITIONS PARTICULIERES DU SERVICE TRANSIT IP CONDITIONS PARTICULIERES DU SERVICE TRANSIT IP 1.DEFINITION En compläment des däfinitions de la Convention Cadre, les termes suivants utilisäs dans les präsentes Conditions ParticuliÅres auront la signification

Plus en détail

TARIFS CONDITIONS GÉNÉRALES

TARIFS CONDITIONS GÉNÉRALES Centrale d emplois pour la Distribution TARIFS et CONDITIONS GÉNÉRALES http://www.distrijob.fr Offres d Emploi HT OFFRE D EMPLOI STANDARD Parution 2 x 30 jours - 1 poste, multi-rägions 1 offre 325.00 TARIFS

Plus en détail

Chapitre IV Habiter le monde rural

Chapitre IV Habiter le monde rural Chapitre IV Habiter le monde rural 1 e Leçon Y a-t-il beaucoup d agriculteurs dans les campagnes des pays riches? Ex : l Amérique du Nord Projection de la vidéo Galilée : un paysage rural du Middle West

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Insecticide SCIMITAR MC CS

Insecticide SCIMITAR MC CS Approved Pamphlet SCIMITAR 28499 06-11-23 Page 1 of 7 USAGE COMMERCIAL Insecticide SCIMITAR MC CS GROUPE 3 INSECTICIDE GARANTIE Lambda-cyhalothrine... 100 g/l Ce produit contient du 1,2-benzisothiazolin-3-one

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE FICHE DE DONNES DE SECURITE NETTOYANT VIDANGE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Nom du produit : Nettoyant vidange Distributeur : PGP DIFFUSION Adresse : 5, rue

Plus en détail

OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes

OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes LES STAGIAIRES BAFA DU FINISTERE Octobre 2008 EnquÄte råalisåe pour La Direction DÅpartementale de la Jeunesse et des Sports du FinistÇre

Plus en détail

CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION

CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION Entre les soussignäs : La sociätä aidespc immatriculäe au Registre des Entreprises Å CompiÇgne sous le numäro 534757240 repräsentäe en la personne de Monsieur

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

Utiliser en sécurité les produits dangereux

Utiliser en sécurité les produits dangereux Utiliser en sécurité les produits dangereux Savoir lire l étiquette Les nouveaux pictogrammes de danger Explosif Inflammable Comburant Gaz sous pression Corrosif Toxique/mortel Nocif/altération de la santé

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE : CONSULTATION POUR L ELABORATION D UN PLAN CADRE DE CONTINGENCE POUR LES PAYS DU SAHEL ET DE L AFRIQUE DE L OUEST

TERMES DE REFERENCE : CONSULTATION POUR L ELABORATION D UN PLAN CADRE DE CONTINGENCE POUR LES PAYS DU SAHEL ET DE L AFRIQUE DE L OUEST COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

RÄglement de la commune du Haut-Vully. sur la dåtention et l'imposition des chiens

RÄglement de la commune du Haut-Vully. sur la dåtention et l'imposition des chiens RÄglement de la commune du Haut-Vully sur la dåtention et l'imposition des chiens L'assemblÄe communale Vu la loi du 2 novembre 2006 sur la dåtention des chiens (LDCh; RSF 725.3); Vu le rçglement d'exåcution

Plus en détail

ÉCOLE CENTRALE PARIS MASTÈRE SPECIALISÉ

ÉCOLE CENTRALE PARIS MASTÈRE SPECIALISÉ ÉCOLE CENTRALE PARIS MASTÈRE SPECIALISÉ MS TECHNOLOGIES DE L'INFORMARION ET DU NUMERIQUE - BRANCHE MANAGEMENT DES SYSTEMES D'INFORMATION Objectifs Les technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Organisation du temps libre et pratiques collectives

Organisation du temps libre et pratiques collectives Bulletin nä32-37 Mai 2010 OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes Organisation du temps libre et pratiques collectives (2) Du colläge au lycåe Le präcädent bulletin de l OVLEJ

Plus en détail

Andréas ANTONIOU, Deputy Director, Division des Affaires économiques (Commonwealth)

Andréas ANTONIOU, Deputy Director, Division des Affaires économiques (Commonwealth) 4.2 Initiatives PPTE : ou en est on? Andréas ANTONIOU, Deputy Director, Division des Affaires économiques (Commonwealth) INTRODUCTION : L INITIATIVE PPTE Alors que les emprunts extérieurs constituent souvent

Plus en détail

Evaluer et contråler vos fournisseurs

Evaluer et contråler vos fournisseurs Les JournÄes QualitÄ SÄcuritÄ Environnement Evaluer et contråler vos fournisseurs Date : 08 avril 2008 Bureau Veritas 53-55 rue Crozatier 75578 PARIS Cedex 12 TÄl : 01 58 51 58 00 / Fax : 01 58 51 58 37

Plus en détail

1 DIAPOSITIVE 2 DIAPOSITIVE

1 DIAPOSITIVE 2 DIAPOSITIVE 1 DIAPOSITIVE Monsieur le co-président, mesdames, messieurs, Je suis le LCL Fabrice Delaître chargé de l assistance opérationnelle au sein du CIDHG et c est à ce titre que je vais vous exposer aujourd

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE ArticlesL.271-4 Ä 6, R.134-1 Ä 9 et R.271-1 Ä 5 du Code de la construction et de l'habitation DOSSIER NÅ DA-9420

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE ArticlesL.271-4 Ä 6, R.134-1 Ä 9 et R.271-1 Ä 5 du Code de la construction et de l'habitation DOSSIER NÅ DA-9420 DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE ArticlesL.271-4 Ä 6, R.134-1 Ä 9 et R.271-1 Ä 5 du Code de la construction et de l'habitation Lieu d'expertise Chateau du Creuset 58300 NEUVILLE LES DECIZE Type de bien

Plus en détail

Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition

Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition PROPOSITION COMMERCIALE - LICENCE D EXPLOITATION (rayer toutes les mentions inutiles avant signature

Plus en détail

FICHE SIGNALÉTIQUE. 1. Identification du produit et de l'entreprise. 2. Identification des risques

FICHE SIGNALÉTIQUE. 1. Identification du produit et de l'entreprise. 2. Identification des risques FICHE SIGNALÉTIQUE 1 Identification du produit et de l'entreprise Identificateur de la matière Calcium Chloride Solution, 3-35% # CAS Mélange Usage du produit Fabricant Applications industrielles Benson

Plus en détail

Mission de vårification des niveaux de champs ÅlectromagnÅtiques råalisåe conformåment au protocole de mesure ANFR / DR-15 V2.1

Mission de vårification des niveaux de champs ÅlectromagnÅtiques råalisåe conformåment au protocole de mesure ANFR / DR-15 V2.1 BUREAU VERITAS 5, Bd Marcel POURTOUT 92563 RUEIL MALMAISON CEDEX MAIRIE DE SAINT JACQUES SUR DARNETAL 20, rue de Verdun 76160 SAINT JACQUES SUR DARNETAL TÄlÄphone : 01 47 52 49 70 TÄlÄcopie : 01 47 52

Plus en détail

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Tableau 1 : Législation nationale Nature de l acte Intitulé/ dénomination/titre Ressources naturelles et protection de la nature Loi Loi n 2002 du

Plus en détail

[Étiquette panneau principal] LAMPRICIDE TFM HP. larvicide contre la lamproie marine Liquide À USAGE RESTREINT LIRE L'ÉTIQUETTE AVANT L'EMPLOI

[Étiquette panneau principal] LAMPRICIDE TFM HP. larvicide contre la lamproie marine Liquide À USAGE RESTREINT LIRE L'ÉTIQUETTE AVANT L'EMPLOI [Étiquette panneau principal] LAMPRICIDE TFM HP larvicide contre la lamproie marine Liquide À USAGE RESTREINT LIRE L'ÉTIQUETTE AVANT L'EMPLOI GARANTIE : 3-trifluorométhyl-4-nitrophénol, présente sous forme

Plus en détail

Statuts CITEC Suisse

Statuts CITEC Suisse Statuts CITEC Suisse I. Nom, siäge, buts Art. 1 Art. 2 Nom et siäge Sous le nom de CITEC Suisse (dånommåe ci-apräs association), est crååe une sociåtå dans le sens du Code civil suisse. L'association a

Plus en détail

Conforme au règlement (CE) n 1907/2006 (REACH), Annexe II, modifié conformément au règlement (CE) n 453/2010-Europe

Conforme au règlement (CE) n 1907/2006 (REACH), Annexe II, modifié conformément au règlement (CE) n 453/2010-Europe FICHE DE DONNEES DE SECURITE ITSOCLEAR 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Nom du produit : Itsoclear Code du produit

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE : BLOCJELT ROUGE 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE : BLOCJELT ROUGE 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Page : 1 êf êx F : Facilement inflammable Xi : Irritant Producteur 99 Quai du Docteur Dervaux F-92600 Asnières sur Seine France Tel : 01.40.80.32.32 - Fax : 01.40.80.32.30 infofds@itwpc.com 1 IDENTIFICATION

Plus en détail

Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux

Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux Ce questionnaire est un document confidentiel, sa signature n engage pas le proposant Å souscrire un contrat d assurance.

Plus en détail

Un document du GT3P - groupe de travail partenarial public-privé - sur l approche commune des crises. Édition de mai 2011

Un document du GT3P - groupe de travail partenarial public-privé - sur l approche commune des crises. Édition de mai 2011 Maîtrise des risques et des crises : une réflexion croisée Édition de mai 2011 Un document du GT3P - groupe de travail partenarial public-privé - sur l approche commune des crises MINISTÈRE DU TRAVAIL,

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE EPOXYDUR

FICHE DE DONNEES DE SECURITE EPOXYDUR Page : 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Produit : Epoxydur Utilisation : Peinture Epoxy à 2 composants, destinée pour la protection des supports en béton ou en ciment à usage industriel.

Plus en détail

Principes gänäraux pour une bonne conduite de l'alimentation infantile

Principes gänäraux pour une bonne conduite de l'alimentation infantile Principes gänäraux pour une bonne conduite de l'alimentation infantile Rappelons les grands principes de nutrition infantile qui permettent d Åviter les pathologies nutritionnelles : Encourager l'allaitement

Plus en détail

CONVENTION TRIPARTITE

CONVENTION TRIPARTITE CONVENTION TRIPARTITE Entre : La CommunautÄ urbaine Nantes MÄtropole, repräsentäe par Madame Johanna ROLLAND, agissant en qualitä de PrÄsidente, et dåment habilitäe Ç cet effet, par la dälibäration du

Plus en détail

SINTAGRO AG Selon 1907/2006/CE, Article 31

SINTAGRO AG Selon 1907/2006/CE, Article 31 1. Identification de la substance ou du produit et de l entreprise 1.1 Nom du produit: Blanco NET 1.2 Utilisation identifiée: Produit nettoyant pour pulvérisateurs et appareils agricoles. 1.3 Identification

Plus en détail

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC 1/5 FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC Identification de la préparation 1. Identification de la préparation de l entreprise Nom commercial: FUMESAAT 500 SC Identification Produit : éthofumésate 500 SC Substance

Plus en détail

Notice du zonage d assainissement

Notice du zonage d assainissement Commune de SAINT JULIEN MONTDENIS Notice du zonage d assainissement Juin 2008 BP 314, Savoie Technolac, 73375 Le Bourget-du-Lac cedex TÅl / Fax : 04.79.25.34.50 alpepur@wanadoo.fr / www.alpepur.com Notice

Plus en détail

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Pistes pour améliorer les résultats en matière de santé Résultats Résultats de santé Ménages et communautés Comportements

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Comprendre et gérer les risques chimiques compte tenu de la nouvelle réglementation. européenne. Jacques Kummer 1. CADRE MENTAL ET LEGISLATIF

Comprendre et gérer les risques chimiques compte tenu de la nouvelle réglementation. européenne. Jacques Kummer 1. CADRE MENTAL ET LEGISLATIF 1 Comprendre et gérer les risques chimiques compte tenu de la nouvelle réglementation Jacques Kummer La nouvelle réglementation, connue sous le terme REACH, relative à la classification, à l étiquetage

Plus en détail

PROMOUVOIR LE COMMERCE INTERAFRICAIN DES ANIMAUX ET DES PRODUITS D ORIGINE ANIMALE

PROMOUVOIR LE COMMERCE INTERAFRICAIN DES ANIMAUX ET DES PRODUITS D ORIGINE ANIMALE PROMOUVOIR LE COMMERCE INTERAFRICAIN DES ANIMAUX ET DES PRODUITS D ORIGINE ANIMALE Conf. OIE 2013, Mankor A. A. Mankor Consultant 1 Original : français Résumé : Le continent africain produit environ 4

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail