Toutes les remarques visant à améliorer la prochaine édition sont bienvenues et à adresser par au Dr. B. Delaere.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Toutes les remarques visant à améliorer la prochaine édition sont bienvenues et à adresser par e-mail au Dr. B. Delaere."

Transcription

1 Ce livret a été rédigé par : Dr. B. Delaere, Maladies Infectieuses freeset 3007 Dr. N. Ausselet, Maladies Infectieuses freeset 3019 Pr. Y. Glupczynski, Laboratoire de Microbiologie freeset 3245 Avec la collaboration particulière des pharmaciennes E. Ampe et P. Gillet freeset 3312, Sous la supervision du Comité Antibiotique des Cliniques UCL-Mont-Godinne. Toutes les remarques visant à améliorer la prochaine édition sont bienvenues et à adresser par au Dr. B. Delaere. 1

2 PRINCIPES THERAPEUTIQUES DE BASE Vous trouverez dans ce guide des conseils concernant l antibiothérapie empirique et documentée en fonction des sites d infection. Les posologies proposées correspondent à une fonction rénale normale et, dans la plupart des cas, vous trouverez la durée recommandée du traitement. N hésitez pas à faire appel à l équipe d infectiologie et de microbiologie, ils sont à votre disposition pour tout conseil. Seules les molécules du formulaire hospitalier sont disponibles sans prescription de cadre. Cette décision découle de discussions au sein du Comité antibiotique. Dans de rares occasions, vous trouverez dans les schémas thérapeutiques des molécules hors formulaire, celles-ci seront alors identifiées HF. Certaines règles de base sont à prendre en considération dans la prescription d antibiotiques: 1. Limiter la prescription d antibiotiques aux situations où une infection est suspectée ou documentée. En cas de suspicion, envisager selon l état du patient (absence de sepsis sévère cfr. p.64) la possibilité d attendre des résultats bactériologiques probants avant d instaurer un traitement. 2. Faire les prélèvements bactériologiques adéquats avant toute antibiothérapie. 3. Assurer le drainage de toute collection. 4. Réévaluer le traitement après 72h, en fonction des résultats bactériologiques obtenus. Opter toujours pour une désescalade antibiotique (autre antibiotique à spectre plus étroit) lorsque celle-ci est réalisable. En l absence de documentation bactériologique, discuter l arrêt du traitement antibiotique. 5. Tenir compte lors l instauration du traitement de la fonction rénale, de l âge et du poids du patient ainsi que du pathogène suspecté afin de prescrire les posologies adéquates. 6. Fixer dès le début de l antibiothérapie la durée du traitement : peu d infections requièrent une durée de traitement de plus de 10 jours. La persistance de symptômes infectieux ne doit pas faire poursuivre l antibiothérapie au-delà de la limite fixée mais bien remettre en question le diagnostic présomptif. 7. En cas d échec de l antibiothérapie initiale, ne pas ajouter à celle-ci une autre molécule mais réévaluer la situation. Rechercher une cause non infectieuse, rechercher des complications. Si le diagnostic d infection reste hautement probable, il est préférable de modifier complètement l antibiothérapie, mais en discutant de l utilité d une fenêtre antibiotique (en l absence de critères de gravité) pour se donner la possibilité d obtenir de nouveaux prélèvements bactériologiques de qualité. 8. Discuter toujours de la possibilité d un relais oral ultérieur. 2

3 L ALLERGIE AUX DERIVES β-lactamines De nombreux patients se présentent avec des notions vagues d allergie, il est indispensable d essayer de préciser le type d allergie afin de ne pas se priver de ressources thérapeutiques : 1. différencier une allergie d une intolérance : nausées, vomissements, diarrhées, mycoses Ceci n est pas une contre-indication! 2. préciser le type d allergie : quelle molécule, date de l évènement, délai entre la prise et l apparition des symptômes, prise ultérieure d autres antibiotiques et lequels 3. type de réaction : éruption cutanée après plusieurs jours de traitement, urticaire, bronchospasme, toxicité biologique Un bilan d allergie devrait être proposé à tout patient présentant une allergie suspectée aux β-lactamines afin d établir avec certitude le type d allergie présentée et les alternatives possibles (consultation d allergologie-pneumologie Dr. Sohy), ceci se faisant de façon programmée, en dehors de toute prise d antibiotique. Classification des réactions allergiques TYPE MECANISME DELAI CLINIQUE I IgE médiée Immédiate, dans l heure de l administration Urticaire, bronchospasme, anaphylaxie, hypotension II Cytotoxique Traitement prolongé à haute dose Anémie hémolytique, néphrite, III Complexes immuns Traitement prolongé à haute dose Maladie sérique, fièvre médicamenteuse IV Lymphocytes T Variable Dermatite de contact Idiopathique Inconnu Variable Variable (cutanée, ) En cas d allergie de type immédiat aux dérivés pénicillines : Compte tenu de la gravité potentielle de ce type d allergie et de l existence de réactions croisées entre les différentes β- lactamines ( 10%, selon la molécule), l usage d une pénicilline, aminopénicilline (ampicilline, ) uréidopénicilline (piperacilline-tazobactam) ou céphalosporine est formellement contre-indiquée. 3

4 Selon le spectre antibactérien nécessaire, les alternatives thérapeutiques proposées sont : - Cocci à Gram positif : clindamycine, glycopeptide, (moxifloxacine si suspicion de pneumocoque). - Bacilles à Gram négatif : fluoroquinolones, aztreonam, aminoglycosides, co-trimoxazole. - Anaérobies : métronidazole (la clindamycine est un second choix vu le taux de résistance global avoisinant 30%) La place des carbapénèmes est discutée, il existe une allergie croisée ( 5%), certains les positionnent comme alernative, mais sous contrôle médical strict lors de l injection (lente!) de la première dose. En l absence d alternative valable, une accoutumance médicamenteuse peut être instaurée sous contrôle médical strict («désensibilisation») En cas d allergie de type tardif (cutanée, ): Il n y a pas de contre-indication à l utilisation d une β-lactamine de type céphalosporine, le risque (10-15%) étant la réapparition endéans les quelques jours d une réaction cutanée. 4

5 LES PRELEVEMENTS BACTERIOLOGIQUES Il est important d obtenir des prélèvements bactériologiques nécessaires, selon le type d infection suspectée, avant le début du traitement (ceci ne doit pas différer le traitement antibiotique en cas de sepsis sévère ou de suspicion de méningite bactérienne cfr. p.48) Compléter correctement les demandes d analyses: préciser les sites et/ou type d infection suspecté ainsi que l antibiothérapie en cours. L obtention de renseignements cliniques précis est essentielle pour la réalisation des analyses appropriées ainsi que pour l interprétation correcte des résultats bactériologiques. D une manière générale, il est important de prévenir le laboratoire de l envoi de prélèvements précieux (LCR, LBA, biopsie d organe, ) ou en cas de suspicion d infection plus rare, nécessitant des conditions de culture particulière (Nocardiose, Legionellose, endocardite ). Examens microbiologiques à pratiquer: 1. Hémocultures : 2 à 3 paires d hémocultures (aérobie/anaérobie) prélevées sans intervalle de temps à des sites de ponction différents. Eviter la prise d hémoculture unique que ce soit par voie périphérique ou par cathéter ; si le patient est porteur de catheters, prélever au moins une paire par voie trans-cutanée! (risque de contamination, difficulté d interprétation) 2. Cathéters: En cas de suspicion d infection de KT veineux central, artériel ou périphérique: retrait et envoi au laboratoire de son extrémité distale (3-5 cm) pour culture semi-quantitative, accompagné d hémocultures dont au moins une paire par voie périphérique trans-cutanée. (cfr. infections de cathéters p.65) En cas de bilan de syndrome fébrile sans argument spécifique pour une infection de cathéter veineux central: prélever des hémocultures par le(s) catheter(s) et au moins une paire par ponction trans-cutanée, le(s) cathéter(s) restant en place. 3. Prélèvements bactériologiques autres : Urines : la culture d urines doit toujours être accompagnée d un sédiment! Expectorations/aspirations : pas de prélèvement systématique, absence d utilité des prélèvements salivaires, éviter de répéter les prélèvements après l initiation du traitement antibiotique. 5

6 Plaies/lésions cutanées, escarres : ne prélever qu en cas de suspicion d infection (cellulite, purulence, température), absence d utilité des frottis systématiques (colonisation de la peau) excepté pour la recherche de colonisation à germes multi-résistants (renforcement des mesures d hygiène, isolement). Ponction/aspiration d abcès, écoulement purulent : remplir les demandes correctement. La recherche de bactéries anaérobies ne peut se faire à partir d un frottis. Prélever à la seringue (qui sera purgée de son air et bouchée pour le transport) ou sur un milieu de transport spécifique disponible au laboratoire. Un prélèvement à la seringue ou un prélèvement tissulaire donnera toujours des résultats plus probants qu un frottis Il est important d acheminer rapidement les prélèvements au laboratoire, endéans l heure si recherche d anaérobies, sinon endéans les 4-6h (destruction des anaérobies et autres bactéries plus fragiles si délai d ensemencement). Certains prélèvements (urines, ) peuvent être conservés au frigo à 4 C, mais d autres ne supportent pas la réfrigération (expectorations et autres prélèvements respiratoires). Absence d intérêt de certains prélèvements microbiologiques : sonde vésicale, drains/redons transcutanés, cathéters en absence de signe infectieux, frottis lors de la fermeture de l incision chirurgicale 6

7 Taux de résistance (a) aux antibiotiques des souches isolées de prélèvements de patients hospitalisés (tout prélèvements confondus) U.C.L. Mont-Godinne, année 2007 C G + R B G - NF A NB de P E N I A M P I A U G M T A Z O O X A Germes souches Staph. aureus Oxa S (MSSA) Oxa R (MRSA) Staph. coag Entérocoques spp. (c) Strepto. pneumoniae (b) (e) (e) Strepto. viridans (b) Strepto. A (b) H. influenzae B. catarrhalis Esch. coli Klebs. pneumoniae Enb. cloacae Prot. mirabilis Klebs. oxytoca Morg. morganii Enb. aerogenes Ser. marcescens C. freundii H. alvei P. vulgaris C. koseri Entérobactéries Pseud. aeruginosa Steno. maltophilia Total NF Gram - (b) Gram + (b) Anaerobies (b) Legende : N : de 0 à 20 % de résistant CG+ : Coques Gram positif; BG- : Bacilles Gram négatif N : de 21 à 50 % de résistant R : autres pathogènes respiratoires ; NF : Non fermentants N : de 51 à 100 % de résistant N : Chiffres extrapolés à partir d'antibiotiques marqueurs de résistance au sein de l'espèce considérée - : Antibiotiques inactifs sur l'espèce considérée T E M O C Z O L (a) Résultats résistant + intermédiaire globalisé après validation biologique ; Exclusion des doublons (souches provenant d'isolements répétés chez un même patient) (b) Patients ambulatoires également inclus (c) Pour l'entérocoque, un haut niveau de résistance à la gentamicine implique l'abolition de toute synergie avec les beta-lactamines ou les glycopeptides (d) Données pour l'oflo extrapolables à la CIPRO (e) Les souches I/R à la pénicilline actuellement isolées restent sensibles à l'amoxicilline et au cefuroxime moyennant une augmentation de la posologie usuelle C F U R C T A Z C F E P I M I M E R O (d) O F L O N A L I G E N T O B A M I E R Y C L I N V A N C O T E I C O L I N E Z T E T R A C O T R I R I F F U C I M U P I R M E T R O 7

8 ANTIBIOTIQUES A LARGE SPECTRE : Indications et remarques Céphalosporines de 3 ème génération : Ceftazidime (Glazidim ), Ceftriaxone (Rocephine ), cefotaxime Le spectre des céphalosporines de 3è génération englobe la majorité des Gram négatif, il est équivalent ou inférieur aux céphalosporines de 1è et 2è génération vis-à-vis des Gram-positif (inactives sur les entérocoques et staphylocoques résistants à l oxacilline MRSA). Elles sont actives sur une partie des anaérobies de la flore buccale et digestive haute mais sont totalement dépourvues d activité sur Clostridium difficile et Bacteroides fragilis. La ceftazidime se différencie des autres céphalosporines de 3è génération par sa bonne activité sur le P. aeruginosa et par son manque d activité sur les Gram-positif. L usage des céphalosporines de 3è génération doit rester limité, ce ne sont pas des molécules de première ligne. La ceftazidime se positionne particulièrement dans le traitement empirique d infections où P. aeruginosa a un rôle prédominant ainsi que dans le traitement d infections documentées à ce même pathogène. Les autres céphalosporines de 3è génération seront prescrites dans les infections du SNC non nosocomiales, dans le traitement d infections communautaires du patient immunodéprimé où P. aeruginosa n est pas suspecté, dans le traitement d infections documentées à germes résistants à d autres antibiotiques (céphalosporines premières générations, amoxicilline-ac.clavulanique, témocilline ) Céphalosporine 4 ème génération : Céfépime (Maxipime ) Elle se caractérise par rapport aux précédentes par une meilleure activité vis-à-vis des Gram-positif (excepté staphylocoques oxacilline résistants et entérocoques) ainsi que par une meilleure stabilité à certaines β-lactamases (céphalosporinases), ce qui lui confère une meilleure activité contre les espèces de bactéries Gram-négatif tels Serratia, Enterobacter, Citrobacter spp. Son activité sur P. aeruginosa est similaire à la ceftazidime. Cette molécule doit voir ses indications limitées à un traitement empirique d infection nosocomiale où des Gram négatif résistants peuvent jouer un rôle, au traitement de la neutropénie fébrile ou au traitement d infections documentées à germes multirésistants. Elle ne constitue pas un premier choix dans le traitement des infections sévères à Enterobacter aerogenes multi-résistants (BLSE +) où on lui préférera un carbapéneme. Piperacilline-tazobactam (Tazocin ) L association à la piperacilline d un inhibiteur des β-lactamases (Tazobactam ) élargit le spectre aux staphylocoques oxacilline sensibles, à l ensemble des germes anaérobies et à une majorité de Gram-négatif sécréteurs de β-lactamases comme certains E. coli nosocomiaux, Morganella morganii, Klebsiella sp,. Son activité est plus variable contre des germes tels E. aerogenes, Serratia spp. Cette molécule présente une activité globalement comparable à celle de la ceftazidime et la céfepime sur P. aeruginosa. Compte tenu de son large spectre, cette association est limitée aux infections nosocomiales, plus particulièrement dans les infections polymicrobiennes (infections abdominales nosocomiales, infections polymicrobiennes (p.ex.: pied diabétique), pneumopathies nosocomiales sévères, neutropénie fébrile). 8

9 Fluoroquinolones : ciprofloxacine (Ciproxine ), ofloxacine (Tarivid ), moxifloxacine (Avelox ) Les fluoroquinolones constituent la classe antibiotique dont le marché a le plus augmenté ces dernières années. En corollaire, nous sommes confrontés à une résistance croissante, notamment chez E. coli, tant en communauté qu en milieu hospitalier. Un de leurs avantages réside dans leur excellente biodisponibilité, qui permet en cas de traitement oral bien prescrit, d obtenir des concentrations sériques équivalentes à celles obtenues par voie intraveineuse. La prescription de fluoroquinolones intra-veineuse doit donc être limitée aux patients pour lesquels la prise orale est impossible ou en état septique grave. La prise concomitante de médications contenant des cations bivalents -calcium, magnésium, fer, solutions antiacides à base d aluminium- diminue fortement leur résorption digestive et doit donc être évitée ou prévoir un intervalle entre les prises de 6-8 heures. Elles ont une bonne couverture vis-a-vis de nombreux Gram-négatif ainsi que contre certains germes atypiques comme Legionella spp, Mycoplasma spp., mais leur activité contre les Gram positif est médiocre, sauf pour moxifloxacine (streptocoques, pneumocoques). Absence d efficacité sur les anaérobies (sauf la moxifloxacine). L utilisation de la norfloxacine (Zoroxin ) est actuellement obsolète. Ces molécules étant précieuses, il faut être restrictif dans leur indications, surtout lorsque d autres possibilités thérapeutiques existent. Ciprofloxacine et ofloxacine - Indications principales : infections urinaires hautes ou prostatite, entérites bactériennes (! résistance accrue chez Campylobacter et Salmonella), ostéites chroniques et autres infections chroniques à Gram négatif où l administration orale (haute dose) prolongée est d un interêt évident. Les fluoroquinolones ne sont pas des molécules de premier choix contre le Pseudomonas sp., elles peuvent cependant être indiquées dans certains cas mais à posologies élevées : 400 mg 3x/j iv ou 750 mg 2x/j po. Il n y a pas d indication de remplacer l aminoside par une fluoroquinolone en cas de sepsis sévère ou de suspicion d infection à P. aeruginosa, sauf en cas d insuffisance rénale rapidement évolutive, la synergie obtenue n est en effet pas comparable. Moxifloxacine : c est une fluoroquinolone à visée essentiellement respiratoire car présentant une bonne activité sur le pneumocoque, les germes atypiques et les Gram-négatif usuels des infections respiratoires. Elle a également une activité sur les anaérobies, mais les données récentes montrent une émergence significative de résistance vis a vis de ces pathogènes. Afin d épargner cette molécule et d éviter l effet néfaste sur l épidémiologie, elle sera administrée en cas d allergie IgE médiée aux β-lactamines dans les infections des voies respiratoires. Carbapénèmes : Meropenem (Meronem ), Imipenem (Tienam ) Les carbapénèmes possèdent un spectre d activité très étendu : Gram-positif (excepté E. faecium et staphylocoques oxacillinerésistants), Gram-négatif (y compris P. aeruginosa et Gram-négatif producteurs de β-lactamases à spectre élargi) ainsi que les anaérobies. Ils ne constituent cependant pas un traitement de premier choix sur le P. aeruginosa sauf en cas de multi-résistance. Ces molécules ne constituent pas des choix de première intention en intra-hospitalier. Leurs indications sont limitées aux infections nosocomiales sévères suspectées à Gram-négatif multirésistants, aux infections compliquées chez des patients déjà multitraités, aux neutropénies fébriles. La posologie standard du meropenem est de 1g 3x/j majorée à 2g 3x/j en cas d infection à P. aeruginosa ou du SNC. 9

10 Glycopeptides : Vancomycine (Vancocin ), Teicoplanine (Targocid ) L usage de ces drogues doit être limitée aux infections suspectées/documentées à staphylocoques résistants à l oxacilline ou aux infections à Gram-positif chez les patients allergiques aux dérivés de la pénicilline et pour lesquels un traitement par clindamycine ne s indique pas. Dans les infections aiguës graves où un glycopeptide est indiqué, on préférera la vancomycine (variabilité individuelle nettement plus marquée des taux sériques pour la teicoplanine avec nécessité de plusieurs doses de charge et d un monitoring thérapeutique avec un coût nettement supérieur). Aminosides : Amikacine, Gentamicine, Tobramycine Deux aminosides sont disponibles sur le formulaire : l amikacine (Amukin ) et la gentamicine (Geomycine ). Leurs indications se limitent aux traitements du sepsis sévère, de la suspicion d infection à germe résistant, d une infection documentée à E. aerogenes multirésistant ou à P. aeruginosa, des endocardites. Nécessité d une adaptation stricte de la posologie à la fonction rénale vu la néphrotoxicité et la neurotoxicité (surdité). Il n y a aucune indication de prescription en monothérapie, ils s associent en général à un dérivé β-lactame. En dehors d infections à P. aeruginosa, d infections sévères à entérocoques ou d endocardites, la durée de traitement est actuellement raccourcie à 48-72h, le temps de sortir du sepsis sévère ou d obtenir la documentation bactériologique. L indication de la gentamicine est limitée : aux infections à Enterobacter aerogenes multi-résistant, aux infections sévères à entérocoques et aux endocardites. Dans tous les autres cas où la prescription d un aminoside est indiquée, c est l amikacine qui sera utilisée (notamment dans les infections à P. aeruginosa). La posologie initiale de l amikacine en cas de sepsis sévère est de 25mg/kg (importante majoration du volume de distribution). Colimycine : (Colistineb ) Cette molécule, qui présente une toxicité assez similaire à celle des aminosides, sera réservée au traitement des infections à Gramnégatif multi-résistants (P. aeruginosa résistant aux quinolones+carbapenems+aminosides, Acinetobacter baumannii résistant aux carbapenems, Enterobacter aerogenes résistant aux carbapenems,...), idéalement en association. La posologie usuelle est de UI/kg/j en 2 à 3 doses (nettement supérieure à celle recommandée par la société pharmaceutique). La posologie doit impérativement être adaptée à la fonction rénale (80-50 ml clearance :3 Miu /8h, ml clearance (et CVVH): 3Miu/12h, < 10 ml : 3Miu/24 à 48h avec en cas de dialyse un supplément de 1Miu après chaque dialyse). La délivrance par voie intra-veineuse, est soumise à l avis de l infectiologue ou du microbiologiste. Elle s administre également par voie d aérosols chez les patients mucoviscidosiques ou greffés pulmonaires en cas de colonisation par du P. aeruginosa multi-résistant (Aérosols: 1-2MiU dissouts dans 2-4 ml d eau pour injection, 2-3x/j) Linezolid : (Zyvoxid ) Le linezolid appartient à la famille des oxazolidinones, son activité est principalement ciblée sur les Gram positifs résistants: staphylocoques résistants à l oxacilline, enterocoques résistants à l ampicilline et la vancomycine. Il a montré une efficacité équivalente aux glycopeptides pour le traitement des infections compliquées des tissus mous à Gram + et pour le traitement des pneumonies nosocomiales à S. aureus y compris MRSA. L efficacité dans certains types d infections profondes (osteites, endocardites, ) reste encore peu documentée ou controversée. 10

11 La biodisponibilité de la forme orale est excellente. Les effets secondaires sont principalement digestifs mais en cas d utilisation prolongée (>14j), il y a un risque de toxicité hématologique (thrombopénie, leucopenie réversible) et neurologique (polyneuropathie, névrite optique partiellement réversible), d acidose lactique. Contre-indications : (risque d HTA maligne ou syndrome sérotoninergique malin) - Utilisation concomitante d IMAO (Nardelzine, Turorix, Permax, Natulan, ) sauf si arrêt d au moins 14 jours. - HTA non contrôlée, phéochromocytome, carcinoide, thyreotoxicose, dépression bi-polaire. - Prise concomitante d inhibiteurs de recapture de la sérotonine, anti-dépresseurs tricycliques, triptans, sympathicomimétiques directs ou indirects, vasopresseurs, dopaminergiques, péthidine et buspirone, lithium. Si possible, arrêt du traitement 14j avant l instauration du Linezolid ou surveillance clinique rapprochée. Ses indications sont actuellement limitées et soumises à attestation médicale. La délivrance se fait exclusivement via la pharmacie hospitalière et son coût est élévé (135 euros par jour voie iv ou orale). La prescription est soumise à l avis de l infectiologue ou du microbiologiste. Tigecycline : (Tygacil ) La tigécycline appartient à une nouvelle famille d antibiotiques, les glycylcyclines, qui dérivent des tétracyclines. Disponible seulement par voie intraveineuse, son spectre se caractérise par une activité sur les bactéries à Gram-positif (incluant les MRSA et les entérocoques résistants à la vancomycine), les bactéries à Gram-négatif et la majorité des anaérobies. Elle est très peu active sur P. aeruginosa et peu active sur Proteus spp. et Providencia spp.. Son activité devra toujours être testée vis-à-vis des Gram-négatif producteurs de BLSE car son activité vis à vis de ces germes est variable (activité médiocre sur Enterobacter aerogenes et Klebsiella pneumoniae productrices de BLSE) Compte tenu de l absence d activité sur P. aeruginosa, de son activité variable sur certains pathogènes nosocomiaux à Gramnégatif et de son coût élevé, cet antibiotique sera soumis à l accord de l infectiologue ou du microbiologiste et sera positionné dans : Les infections compliquées pluri-microbiennes de la peau et tissus mous (en l absence de P. aeruginosa), notamment en cas d allergie aux β-lactams. Les infections intra-abdominales hospitalières polymicrobiennes à germes résistants, sans isolement de P. aeruginosa (infections documentées). De façon ciblée, selon les pathogènes résistants isolés et selon le site de l infection. La posologie est de 100 mg en dose de charge puis 50 mg toutes les 12h (infusion en minutes). Pas d adaptation posologique en cas d insuffisance rénale ou hépatique (sauf Child C, 25 mg/12h dose d entretien). Son utilisation est contre-indiquée chez la femme enceinte et chez l enfant de moins de 8 ans et nécessite un suivi de la coagulation en cas d administration concomitante de Sintrom. Elle diminue la concentration des contraceptifs oraux. Effets secondaires principaux : intolérance digestive (infusion lente!), hypersensibilité cutanée, candidose génitale. 11

12 CHOIX DE L ANTIBIOTIQUE SELON L IDENTIFICATION DU GERME La résistance aux antibiotiques de certaines souches nosocomiales de bacilles à Gram-négatif, ainsi que des staphylocoques est fort variable d une institution à l autre. Les choix proposés sont basés sur l épidemiologie locale des cliniques UCL de Mont-Godinne. Espèce bactérienne Traitement antibiotique de Alternatives premier choix Acinetobacter spp. merop ± amika ceftaz, cipro, cotrimox Aeromonas spp ciprofloxacine cotrimox, cefurox, ceftriax, cefotax Bacteroides spp metronidazole amoxi-clav, pipe-tazo, merop Burkholderia cepacia cotrimoxazole (mino), cipro Campylobacter spp. néo-macrolide cipro/oflox (30% résistance!), doxy Chlamydia pneumoniae doxycycline néo-macrolide, oflo/moxiflo Chlamydia trachomatis Citrobacter diversus amoxi-clav,cefazoline temo, cefurox, ceftriax/cefotax Citrobacter freundii cefepime temo, cipro, merop, amika Clostridium perfringens pénicilline G metronidazole, cefurox, amoxi-clav Clostridium difficile metronidazole vanco (po) Corynebacterium jeikeium vancomycine teico, tétracyclines Corynebacterium spp pénicilline G vanco, clinda Eikenella corrodens pénicilline G, ampicilline cotrimox, doxy, amoxi-clav Enterobacter aerogenes meropenem ± gentamicine temo + genta, cefep + genta Enterobacter spp meropenem temo, cefep, cipro Enterococcus spp ampicilline (± gentamicine) vanco ou teico (±genta) Escherichia coli Souche ampi-s: ampicilline, amoxicilline Souche ampi-r: amoxicilline-ac. cefurox, temo, cotrimox,cipro/oflox clavulanique Gardnerella vaginalis imidazoles ampi, clinda Helicobacter pylori amoxicilline + clarithromycine (+ agent anti-secrétoire) amoxi + metro ou clarithro + metro (+ agent anti-secrétoire) Haemophilus influenzae β-lactamase ampicilline, amoxicilline cefurox, ceftriax/cefotax (méningite) 12

13 Haemophilus influenzae β- amoxicilline-ac.clavulanique cotrimox, ceftriax/cefotax (méningite) lactamase + Klebsiella spp amoxicilline-ac.clavulanique cefazol, cefurox, temo, cotrimox, cipro/oflox Legionella spp moxifloxacine clarithro Listeria monocytogenes ampi + genta cotrimox Moraxella catarrhalis amoxicilline-ac. clavulanique néo-macrolide, cotrimox, doxy Morganella morganii ceftriax/ cefta temo, pip/tazo, cipro/oflox Mycoplasma pneumoniae néo-macrolide doxy, moxiflo Neisseria gonorrhoeae azithro (pas de monotherapie) ceftriax, cipro (45% R en Belgique en 2005) Neisseria meningitidis pénicilline G, ampicilline ceftriax Nocardia spp cotrimoxazole mino, amika, merop Pasteurella spp pénicilline G amoxi-clav, doxy, cefurox Proteus mirabilis amoxi-clav cefurox, temo Proteus vulgaris pip/tazo, temo cipro/oflox, ceftriax/cefotax Providencia spp pip/tazo, temo cipro/oflox, ceftriax/cefotax Pseudomonas aeruginosa ceftazidime ou pipe/tazo +/- cefep ou merop ou cipro +/- amika amika Salmonella spp cipro, oflox amoxi, ceftriax, cotrimox Serratia marcescens cefep temocilline, aztreo, cipro/oflox Shigella spp cipro, oflox cotrimox, ampi Staphylococcus aureus Oxacilline-S Oxacilline-R oxacilline vancomycine cefazol, clinda teico, clinda, linezolid Staphylococcus epidermidis vancomycine teico, clinda, linezolid Streptococcus pneumoniae pénicilline, amoxicilline ceftriaxone, vancomycine 13

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE COMITE DE L ANTIBIOGAMME DE LA SOCIETE FANCAISE DE MICOBIOLOGIE Communiqué 2003 (Edition de Janvier 2003) Coordonnateur : Pr C.J. SOUSSY Centre Hospitalier Universitaire Henri Mondor 94010 Créteil Cedex

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE Accidentologie et épidémiologie bactérienne SOMMAIRE Accidentologie Qualité de vie Conséquences médico-économiques Particularités épidémiologiques

Plus en détail

Antibiothérapie empirique

Antibiothérapie empirique Antibiothérapie empirique Dr Rémy Demeester Service de Médecine Interne Maladies Infectieuses CHU de Charleroi 3 mars 2011 Les Jeudis de Fleurus Table des matières 1. Le diagnostic d une infection bactérienne

Plus en détail

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Mise au point mars 2011 MAP Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Sommaire ~ ~ ~ ~ ~ ~ d un traitement par aminosides

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

D. EVEN-ADIN - S. PLACE, Hôpital Erasme SBIMC - 26 octobre 2006

D. EVEN-ADIN - S. PLACE, Hôpital Erasme SBIMC - 26 octobre 2006 D. EVEN-ADIN - S. PLACE, Hôpital Erasme SBIMC - 26 octobre 2006 Facturation des spécialités pharmaceutiques Dépenses pharmaceutiques remboursées en officine hospitalière (INAMI) Millions 550 500 450 Total

Plus en détail

DOCUMENTATION TECHNIQUE

DOCUMENTATION TECHNIQUE DOCUMENTATION TECHNIQUE ETUDE DE LA SENSIBILITE AUX ANTIMICROBIENS Lycée des métiers du tertiaire, de la santé et du social - Louise Michel - Grenoble ANTIBIOGRAMME EN MILIEU GELOSE COMITE DE L ANTIBIOGRAMME

Plus en détail

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Khaled Menif ; Asma Bouziri Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis 19ème Congrès National STPI 24 et 25 Avril

Plus en détail

SOMMAIRE 3. CONCENTRATIONS CRITIQUES PK/PD NON RELIEES A UNE ESPECE 23

SOMMAIRE 3. CONCENTRATIONS CRITIQUES PK/PD NON RELIEES A UNE ESPECE 23 SOMMAIE 1. DETEMINATION DE LA SENSIBILITE AUX ANTIBIOTIQUES 3 1. 1. Préparation des milieux utiles aux méthodes CA-SFM / EUCAST pour la diffusion en milieu gélosé et la détermination des CMI par microdilution

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie 4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie Infection pulmonaire du sujet âgé A. Barrel CH Darnetal Omedit Rouen 20 juin 2013 Cas clinique Mme H. Patiente

Plus en détail

La Pharmacie Clinique en Belgique : Pratique et Formation

La Pharmacie Clinique en Belgique : Pratique et Formation La Pharmacie Clinique en Belgique : Pratique et Formation Céline Michel, pharmacien hospitalier clinicien Charline Artoisenet, pharmacien hospitalier clinicien Université Catholique de Louvain, Cliniques

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE COMITE DE L ANTIBIOGAMME DE LA SOCIETE FANCAISE DE MICOBIOLOGIE ecommandations 2012 (Edition de Janvier 2012) Coordonnateur : Pr C.J. SOUSSY Centre Hospitalier Universitaire Henri Mondor 94010 Créteil

Plus en détail

Par rapport à la version 2 d octobre 2011, les modifications apportées aux versions 2.1, 2.2 et 2.3 sont surlignées en jaune.

Par rapport à la version 2 d octobre 2011, les modifications apportées aux versions 2.1, 2.2 et 2.3 sont surlignées en jaune. Par rapport à la version 2 d octobre 2011, les modifications apportées aux versions 2.1, 2.2 et 2.3 sont surlignées en jaune. Pour accéder à la dernière mise à jour du guide veuillez consulter le site

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

RHINO-SINUSITES AIGUES

RHINO-SINUSITES AIGUES RHINO-SINUSITES AIGUES RAPPEL ANATOMIQUE RAPPEL ENDOSCOPIQUE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE IMMUNITE LOCALE IgA Cils IMMUNITE LOCALE 1 ostium par sinus 1 ostium : libre dans un méat libre SEMEIOLOGIE DES RHINO-SINUSITES

Plus en détail

Monographie de produit

Monographie de produit Monographie de produit Pr CLAVULIN amoxicilline : acide clavulanique Comprimés CLAVULIN -500F 500 mg d amoxicilline et 125 mg d acide clavulanique Comprimés CLAVULIN -875 875 mg d amoxicilline et 125 mg

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE 1 ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE Membres (2012 2013) MADEC Jean-Yves Coordonnateur, Anses Lyon DECOUSSER Jean-Winoc CHU Antoine Béclère

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Comité technique des infections nosocomiales et des infections

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Table des matières Infections du système nerveux central... 7 Infections ORL... 12 Pneumonies communautaires... 14 Pneumonies nosocomiales...

Table des matières Infections du système nerveux central... 7 Infections ORL... 12 Pneumonies communautaires... 14 Pneumonies nosocomiales... Table des matières 1. Infections du système nerveux central... 7 2. Infections ORL... 12 3. Pneumonies communautaires... 14 4. Pneumonies nosocomiales... 16 5. Exacerbations de BPCO... 18 6. Infections

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

GUIDE D ANTIBIOTHERAPIE DE PREMIERE INTENTION 2011

GUIDE D ANTIBIOTHERAPIE DE PREMIERE INTENTION 2011 GUIDE D ANTIBIOTHERAPIE DE PREMIERE INTENTION 2011 www.ch-perpignan.fr 20, avenue du Languedoc. BP.49954-66046 PERPIGNAN CEDEX 9 - TEL 04.68.61.66.33 - Mail : ch.perpignan@ch-pepignan.fr N Etablissement

Plus en détail

Détermination de la sensibilité aux antibiotiques. Méthode EUCAST de diffusion en gélose

Détermination de la sensibilité aux antibiotiques. Méthode EUCAST de diffusion en gélose Détermination de la sensibilité aux antibiotiques Méthode EUCAST de diffusion en gélose Version Sommaire Page Modifications des documents Abréviations et terminologie 1 Introduction 4 2 Préparation des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

PRIORITÉ RÉGIONALE 2015

PRIORITÉ RÉGIONALE 2015 PRIORITÉ RÉGIONALE 2015 Staphylococcus Aureus Résistant à la Méticilline SURVEILLANCE DES BACTÉRIÉMIES PRÉVALENCE DES INFECTIONS ÉTUDE DES FACTEURS DE RISQUE DU PORTAGE PROTOCOLE des ENQUÊTES VERSION 5

Plus en détail

GUIDE DE PRÉVENTION. de la pneumonie associée aux soins de santé

GUIDE DE PRÉVENTION. de la pneumonie associée aux soins de santé GUIDE DE PRÉVENTION de la pneumonie associée aux soins de santé Division des lignes directrices professionnelles et des pratiques de santé publique Centre de la lutte contre les maladies transmissibles

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 30 octobre 2012 Bulletin no 1 / 2012-2013 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La première réunion du Comité de pharmacologie de l année 2012-2013 a eu lieu le 30 octobre 2012. RÉSUMÉ EN QUELQUES

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 13/09/2012 Réf.: CMUB-040 Pagination : 1 de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 040 Rédacteurs Dr Minerva Faddoul (Chalon sur Saone) Date 13/09/2012

Plus en détail

Infections nosocomiales

Infections nosocomiales Infections nosocomiales NOUVELLES RECOMMANDATIONS 2001-2002 NORD-AMÉRICAINES CONCERNANT LA PRÉVENTION DES INFECTIONS SUR CATHÉTER Aux États-Unis, environ 145 millions de cathéters périphériques et 5 millions

Plus en détail

Douleur dentaire. LACAVITÉ BUCCALE constitue l habitat naturel de nombreux. est-elle d origine infectieuse?

Douleur dentaire. LACAVITÉ BUCCALE constitue l habitat naturel de nombreux. est-elle d origine infectieuse? L A B O U C H E R É V È L E L E S S E C R E T S D U C O R P S Douleur dentaire est-elle d origine infectieuse? 5 par Michelle Bourassa Simon, 9 ans, se présente au cabinet dentaire mardi en fin de journée.

Plus en détail

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR?

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? J P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot Journée Antibio Résistance et Infections, 5 décembre 2013 Effets pervers des Conflits d intérêt

Plus en détail

INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES DU NOURRISSON, DE L ENFANT et DE L ADULTE

INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES DU NOURRISSON, DE L ENFANT et DE L ADULTE 1 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES DU NOURRISSON, DE L ENFANT et DE L ADULTE Manuel Tunon de Lara, Paul Léophonte et Alain Didier Référence du programme officiel MODULE 7 - SANTÉ ET ENVIRONNEMENT - MALADIES

Plus en détail

Neutropénies fébriles

Neutropénies fébriles Neutropénies fébriles Dr Florence ADER SMIT Hôpital de la Croix-Rousse HCL Inserm 1111 Centre de Recherche en Infectiologie (CIRI) UCBL1 DUCIV LYON 2014-2015 florence.ader@chu-lyon.fr Neutropénie Grade

Plus en détail

Collection Avis et Rapports

Collection Avis et Rapports Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger Collection Avis et Rapports

Plus en détail

Fièvre chez un patient immunodéprimé.

Fièvre chez un patient immunodéprimé. Fièvre chez un patient immunodéprimé. N 187. Fièvre chez un patient immunodéprimé Connaître les situations d'urgence et les grands principes de la prise en charge. Connaître les principes de la prise en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 septembre 2008 PRIVIGEN 100 mg/ml, solution pour perfusion Flacon en verre de 50 ml (CIP: 572 790-7 Flacon en verre de 100 ml (CIP: 572 791-3) Flacon en verre de 200

Plus en détail

Situation Agent Schéma posologique*

Situation Agent Schéma posologique* Le besoin d une antibioprophylaxie pour la prévention d une endocardite infectieuse et d une infection hématogène à la suite d une arthroplastie doit être envisagé sur une base individuelle et en collaboration

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

L ORDONNANCE CHEZ L IRC: PIEGES ET BALISES. Dr Parotte M-C Néphrologue CHPLT Verviers 27 Avril 2013

L ORDONNANCE CHEZ L IRC: PIEGES ET BALISES. Dr Parotte M-C Néphrologue CHPLT Verviers 27 Avril 2013 L ORDONNANCE CHEZ L IRC: PIEGES ET BALISES Dr Parotte M-C Néphrologue CHPLT Verviers 27 Avril 2013 => QUELLE EST LA FONCTION RENALE DE MON PATIENT? MDRD: COCKROFT: Clairance créatinine ml/min = [140-âge

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Terminologie (1) On distingue : Infections urinaires simples = sans FdR de complication : Cystites aiguës simples, Pyélonéphrites

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

L essentiel. Complément québécois

L essentiel. Complément québécois L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Olivier Gaillot Institut de Microbiologie Centre de Biologie Pathologie CHU de Lille Boulevard du Professeur Leclercq 59037 Lille CEDEX tél.

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE C. Chaplain, Service d'hygiène-bactériologie, Hôpital Delafontaine, 93205 Saint- Denis. INTRODUCTION L'accroissement du nombre des infections provoquées

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Version compacte des recommandations du groupe d experts «Rivaroxaban and anesthesiology» Version compacte de l édition révisée en novembre 2013* *Toutes

Plus en détail

Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois

Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Dr Sophie Blumental Service de Maladies Infectieuses Pédiatriques Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola Bruxelles INTRODUCTION Fièvre = symptôme

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

pharmaceutique TARGOCID 200 mg Poudre pour injection voie intramusculaire/voie intraveineuse

pharmaceutique TARGOCID 200 mg Poudre pour injection voie intramusculaire/voie intraveineuse État membre UE/EEE Royaume-Uni Titulaire de l'autorisation de mise sur le marché Aventis Pharma Ltd. (or trading as Marion Merrell or Aventis Pharma) One Onslow Street Guildford Surrey GU1 4YS Royaume-Uni

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

French Version. Aciclovir Labatec 250 mg (For Intravenous Use Only) 02/2010. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v.

French Version. Aciclovir Labatec 250 mg (For Intravenous Use Only) 02/2010. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v. 250 mg French Version Aciclovir Labatec i.v. Composition Principe actif: Aciclovirum ut Acicloviri natricum (Praeparatio cryodesiccata). Excipients:

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES PROFESSIONNELS INFIRMIERS (Arrêté du 25 mars 1993) (Arrêté du 21 avril 1994) (Arrêté du 1er mars 1999) (Arrêté du 8 Décembre 1999) (Arrêté du 12 Octobre 2000) (Arrêté du

Plus en détail

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N.

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Marty Lecture critique Monica Attinger - Unité HPCI Forum HH 10 mars 2015 Article

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE 1. Pathologie Le terme sinusite désigne une inflammation des sinus. On devrait toutefois préconiser le terme clinique pertinent rhinosinusite pour évoquer une inflammation touchant à la fois les sinus

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MINOCIN 100 mg gélules Minocycline Veuillez lire attentivement notice avant de prendre ce médicament. - Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

Plus en détail

ANTIBIOTHÉRAPIE PAR VOIE GÉNÉRALE. Infections ORL et respiratoires basses

ANTIBIOTHÉRAPIE PAR VOIE GÉNÉRALE. Infections ORL et respiratoires basses ANTIBIOTHÉRAPIE PAR VOIE GÉNÉRALE Infections ORL et respiratoires basses RECOMMANDATIONS 1 Les recommandations ont été établies par un groupe de travail multidisciplinaire, sous l égide de l Agence du

Plus en détail