ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE"

Transcription

1 ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales Position du problème Dégénérescence de l ordre Méthode intégrale Principe général Ordre 1 par rapport à un réactif Ordre Exemple Méthode dérivée (ou différentielle) Méthode du temps de demi-réaction Vitesse initiale Réactions complexes Cas général : un réactif intervient dans plusieurs réactions Équilibre simple Réactions concurrentes Recherche des concentrations en fonction du temps Analyse des solutions : principe de Bodenstein /11

2 1 Méthodes expérimentales 1.1 Position du problème Le problème est le suivant : On souhaite savoir si une réaction donnée a un ordre ou non, et on veut évidemment le connaître le cas échéant et éventuellement mesurer la constante de vitesse. Pour cela on fait diverses expériences qui consistent à mesurer la concentration d un réaction (ou d un produit) en fonction du temps. On a donc généralement à notre disposition un tableau de mesures d une concentration (ou éventuellement une pression partielle ou autre) en fonction du temps. Connaissant l équation bilan on pourra toujours en déduite un tableau de l avancement en fonction du temps. Le choix de la variable à utiliser (concentration d un réactif ou avancement dépendra du cas où l on est. Une chose est sûre : le choix d utiliser l avancement de réaction fonctionnera toujours. Deux questions se posent alors : la réaction admet-elle un ordre? Quel est-il le cas échéant? 1.2 Dégénérescence de l ordre De manière générale les choses se compliquent rapidement dès que les ordres de réactions sont trop grands. Pour simplifier les choses, quand il y a plusieurs réactifs, quelquesoit la méthode utilisée ultérieurement on commence toujours par dégénérer successivement les ordres de tous les réactifs de manière à étudier indépendamment leurs ordres partiels. Il faut donc prévoir autant d expériences qu il y a de réactifs. 1.3 Méthode intégrale Principe général C est la méthode la plus courante. Cette méthode nécessite cependant d avoir une idée de l ordre de la réaction et permet de confirmer ou d infirmer cette idée. Pour avoir une idée de l ordre, d autres méthodes expérimentales existent (voir plus loin) ; cette méthode peut permettre également de confirmer expérimentalement un résultat théorique obtenu par une étude du mécanisme réactionnel. L idée est de faire l hypothèse d un certain ordre pour la réaction et de tracer une courbe le confirmant. Il faut avoir à l esprit que la seule courbe que l on sait reconnaître à l oeil à coup sûr est la droite. Donc on peut toujours tracer l allure de x(t), pour avoir éventuellement une idée de l ordre, mais la seule démonstration correcte passe par le tracé d une droite. Donc, suivant l odre cherché, il faudra tracer une courbe différente Ordre 1 par rapport à un réactif Imaginons que l on ait des mesures de la concentration d une espèce A en fonction du temps, et que l on soupçonne cette réaction d être d ordre 1 par rapport A (et d ordre global 1). On a vu que dans ce cas, la concentration de A devrait vérifier : 2/11

3 [A] = a e αkt soit ln[a] = αk t + ln a où a = [A] 0 et α est le coefficient stoechiométrique correspondant. Le tracé de ln[a] exp = f (t) doit donc donner une droite. Si c est le cas, c est que notre hypothèse était bonne. La mesure de la pente de la droite nous donne en outre une mesure de la constante de vitesse k exp. Notons que si nous voulons utiliser l avancement, on a [A] = a αx. On trace alors généralement la courbe ln a αx exp = f (t) a qui doit être une droite passant par l origine Ordre 2 Ordre 2 par rapport à un réactif Si l on veut montrer que la réaction est d ordre 2 global, par rapport à A, alors on a vu que [A] doit vérifier : 1 [A] 1 a = αkt 1 Le tracé de = f (t) doit donner une droite, dont la pente donnera une mesure de la constante [A] exp de vitesse. Si on veut utiliser l avancement de réaction, on tracera alors la courbe être linéaire. 1 a αx exp = f (t) qui doit Ordre 1 par rapport à deux réactifs Dans ce cas deux espèces interviennent dans l expression de v, on a donc vu qu il était naturel d utiliser une variable commune : l avancement x pour traiter le problème. Quoiqu on ait mesuré durant l expérience, on se rapporte au final à un tableau de valeurs de x exp en fonction du temps. On a vu que, dans le cas où les deux coefficients stoechiométriques étaient égaux à 1, l avancement vérifiait la relation suivante : 1 a(b x) ln b a b(a x) = k t Il est donc naturel de tracer la courbe 1 b a ln a(b x exp) b(a x exp ) = f (t) et de vérifier qu il s agit bien d une droite. A nouveau, sa pente donne alors la constante de vitesse. 3/11

4 1.3.4 Exemple La chlorhydrine C 6 H 5 CHOH CH 2 Cl donne, en milieu basique, un époxyde selon le bilan : C 6 H 5 CHOH CH 2 Cl + OH C 6 H 5 O CH CH 2 + Cl + H 2 O 1. Les deux ordres partiels valent un. Expliquer pourquoi, en milieu ph tamponné, la réaction est d ordre global un. 2. A 18 C en milieu basique, on mesure une concentration notée x de Cl en fonction du temps. La concentration initiale de chlorhydrine étant a = 6, mol.L 1. Temps (min) x ( 10 3 mol.l 1 ) 1,15 2,10 2,70 4,88 5,21 (a) Écrire la relation donnant la concentration en chlorhydrine en fonction du temps. (b) Vérifier graphiquement l hypothèse d un ordre 1 pour cette réaction. Déterminer la constante de vitesse k de la réaction, la vitesse étant écrite sous la forme v = k. [ chlorhydrine ]. (c) Déterminer le temps de demi-réaction. 1. Notons A=chlorhydrine. Par définition, un milieu tamponné est un milieu où le ph est fixé et ne varie pratiquement pas. Donc [ OH ] =cte. Cela entraîne que la vitesse v = k [A]. [ OH ] peut s écrire v = k [A] où k = k [ OH ] est une constante cinétique apparente. L ordre global en milieu tamponné est donc un. 2. (a) On a v = d[a] = k [A]. On en déduit immédiatement : [A] = a e k t (b) L expérience effectuée nous donne une mesure de [ ( ) Cl ] en fonction du temps. Or on a : [A] = a x donc x = a 1 e k t. Donc si la réaction est bien d ordre un, le tracé de la courbe ln a x a = f (t) doit donner une droite décroissante de pente k. Le tracé de la courbe donne bien une droite : 4/11

5 Temps (min) ,4 ln a x x -0,8-1,2 De la mesure de la pente on déduit la constante de vitesse : k = 1, min 1 (c) On en déduit donc le temps de demi-réaction : t 1/2 = ln2 k 1.4 Méthode dérivée (ou différentielle) = 619min Cette méthode est à utiliser lorsque l on a vraiment aucune idée de l ordre de réaction (si il y en a un!). On suppose qu on a commencé par utiliser la dégénérescence de l ordre en méthode en excès tout les réactifs sauf A dont on a mesurer la concentration en fonction du temps. On suppose que la réaction admet un ordre de sorte que la vitesse s écrive : v = k [A] q et on cherche q. De l expression précédente de la vitesse on déduit : ln v = q ln[a] + lnk L idée est donc de tracer ln v exp = f (ln[a] exp ). On doit, si la réaction admet un ordre, obtenir une droite dont la pente est égale à l ordre partiel par rapport à A et dont l ordonnée à l origine permet de remonter à la constante de vitesse. Sur le papier cette méthode semble alléchante. En réalité tout le problème est de calculer les valeurs de v exp On a à notre disposition des mesures de [A] exp. On peut en déduire des valeurs approchées de v exp = 1 d[a] exp en approximant la dérivée au taux d accroissement, mais la précision α est généralement très mauvaise. De sorte qu il est souvent très difficile de conclure : que dire lorsqu on mesure des valeurs du genre q exp = 1,4, ou q exp = 0,7? Il est souvent nécessaire de vérifier alors son hypothèse d ordre par la méthode intégrale. 5/11

6 1.5 Méthode du temps de demi-réaction On a vu sur quelques exemples que le temps de demi-réaction prenait une expression spécifique à l ordre de la réaction.l idée est alors de faire différentes expériences où l on mesure le temps de demi-réaction en faisant varier la concentration initiale (mieux vaut en effet dans ce genre de cas utiliser la dégénérescence de l ordre pour n avoir à se préoccuper que d un réactif de concentration initiale a). On peut alors regarder comment varie t 1/2 en fonction de a pour voir si on reconnaît un cas particulier. Par exemple si t 1/2 est indépendant de a, probablement que la réaction est d ordre 1 par rapport au réactif en question ; si t 1/2 est proportionnel à 1, cela peut ressembler à une réaction d ordre 2 a par rapport à A. On peut alors utiliser par exemple la méthode intégrale pour confirmer l hypothèse. 1.6 Vitesse initiale On a vu parfois que certaines réactions n admettent qu un ordre initial. La pente à l origine de la courbe [A] = f (t) donne v 0 = k [A] q 0 0. En faisant diverses expériences pour diverses valeurs de [A] 0, on peut en déduire k et q 0. Attention, l existence d un ordre initial q 0 est un résultat, mais ne montre pas que la réaction admet un ordre. C est cependant une indication qui pousse à vérifier avec une autre méthode (intégrale par exemple) si cet ordre q 0 est vérifié pour tout t ou non. 2 Réactions complexes 2.1 Cas général : un réactif intervient dans plusieurs réactions On s est pour le moment intéressé uniquement aux cas de réactions totales uniques. En réalité les choses sont souvent plus complexes : les réactions sont des équilibres, les réactifs interviennent dans plusieurs réactions simultanément. En fait, on peut voir un équilibre comme deux réactions totales simultanées, l une dans le sens direct, l autre dans le sens inverse. De la sorte, tout les cas complexes sont vus comme étant le cas de réactions simultanées, où un ou des réactifs réagissent simultanément. Soit une espèce A intervenant simultanément dans la réaction 1 (coefficient stoechiométrique ν 1 (algébrique), vitesse v 1 ) et dans la réaction 2 (coefficient stoechiométrique ν 2, vitesse v 2 ). Si on ne prend en compte que la réaction 1 seule, alors par définition : v 1 = 1 ν 1 d[a] 1 où d[a] 1 est la variation de [A] due à la réaction 1, par unité de temps. En d autres termes, en, [A] varie de d[a] 1 à cause de la réaction 1, tel que : d[a] 1 = ν 1 v 1 De même, en, [A] varie de d[a] 2 à cause de la réaction 2, avec : d[a] 2 = ν 2 v 2 6/11

7 Finalement, si les deux réactions se font simultanément, la variation d[a] de [A] en est simplement la somme des variations dues aux réactions 1 et 2. On a donc : d[a] = ν 1 v 1 + ν 2 v 2 C est cette relation que nous utiliserons tout le temps quand un réactif interviendra dans plusieurs réactions. Evidemment, si il y a plus de 2 réactions simultanées, des termes supplémentaires s ajoutent. Voyons maintenant l application de cette relation dans quelques cas simples. 2.2 Équilibre simple Commençons par le cas d une espèce A en équilibre avec une espèce B : A 1 B 2 Attention ici, dans le sens 1 A est le réactif, B le produit, dans le sens 2 c est le contraire. Si v 1 est la vitesse de la réaction 1 (sens 1) et Si v 2 est la vitesse de la réaction 2 (sens 2) on a d après ce que l on a vu prévédemment : d[a] d[b] = v 1 + v 2 et = v 1 v 2 Si on a pas de renseignements supplémentaires, on ne peut faire grand-chose d autre. Supposons donc en outre que les deux réactions sont d ordre 1 : par rapport au réactif A pour la réaction 1, et au réactif B pour la réaction 2 : donc, on a : v 1 = k 1 [A] et v 2 = k 2 [B] (1) d[a] = k 1 [A] + k 2 [B] Supposons maintenant que l on mette A à la concentration initiale a à t = 0, sans B. Le tableau d avancement, très simple, est le suivant : A B à t = 0 a 0 à t a x x On en déduit, en remplaçant [A] et [B] par leur expression en fonction de x dans l équation (1) : dx = k 1(a x) + k 2 x dx + (k 1 + k 2 )x = k 1 a Les solutions de l équation homogène sont de la forme x(t) = C e (k 1+k 2 )t ; une solution particulière est la solution constante k 1 k 2 a. Or, on a évidemment x(0) = 0, d où la solution : 7/11

8 (2) x(t) = k 1a k 1 + k 2 ( 1 e (k 1+k 2 )t ) Remarquons que : lim x(t) = t + k 1a k 1 + k 2 On retrouve bien le fait que cette réaction est un équilibre. Et à l équilibre on a : [A] eq = k 2a k 1 + k 2 [B] eq = k 1a k 1 + k 2 Remarquons au passage que les constantes de vitesse sont liées à la constante d équilibre : K = [B] eq [A] eq = k 1 k 2 Très logiquement, si la réaction est très rapide dans le sens et beaucoup plus lente dans le sens 2, la réaction est très déplacée vers la droite et donc K Réactions concurrentes On est dans le cas ici où une espèce B réagit dans deux réactions simultanées : { A k 1 B B k 2 C On suppose qu à t = 0, on a [A] = a, et [B] = [C] = Recherche des concentrations en fonction du temps La conservation de la matière implique ici que l on aura toujours à t : [A] + [B] + [C] = a. Si on appelle v 1 la vitesse de la réaction 1 et v 2 est la vitesse de la réaction 2, on a naturellement : d[a] = v 1 car A n intervient que dans la première réaction d[b] = v 1 v 2 Faisons l hypothèse supplémentaire que les deux réactions sont d ordre 1. Le système d équations différentielles précédent devient : (3) (4) d[a] = k 1 [A] d[b] = k 1 [A] k 2 [B] L équation (3) ne fait intervenir que A, donc on peut la résoudre, et on obtient rapidement : 8/11

9 (5) [A] = a e k 1t On injecte ce résultat dans l équation (4) et on obtient une équation différentielle linéaire d inconnue [B], avec un second membre dépendant du temps : d[b] + k 2 [B] = k 1 a e k 1t Les solutions de l équation homogène sont de la forme : λe k 2t. On cherche une solution particulière sous la forme : y part = γe k 1t : dy part + k 2 y part = k 1 a e k 1t = k 1 γe k1t + k 2 γe k1t = k 1 a e k 1t = γ = k 1a k 2 k 1 donc la solution générale est : [B] = λe k 2t + k 1a k 2 k 1 e k 1t. La condition initiale [B] 0 = 0 permet de calculer λ et on obtient finalement : (6) [A] = a e k 1t [B] = k [ 1a ] e k1t e k 2t k 2 k 1 [ [C] = a 1 k 2 e k1t + k ] 1 e k 2t k 2 k 1 k 2 k 1 En faisant tendre t vers + dans ces expressions, on obtient : [A] = 0 [B] = 0 [C] = a ce qui est logique puisque les réactions sont totales Analyse des solutions : principe de Bodenstein Cas général On voit ici que B s accumule au début de la réaction jusqu à atteindre un maximum, puis [B] diminue lentement jusqu à disparaître. B ici n est présent qu au cours de la réaction : en début et en fin de réaction, il n existe pas. C est ce qui caractérise, on le verra, un intermédiaire réactionnel. Finalement le bilan de l ensemble des deux réactions s écrit plus simplement : A C 9/11

10 FIG. 1 : Représentation des solutions. Ici on a choisi k 1 et k 2 du même ordre de grandeur : k 1 = 3, k 2 = 5 et a = 1mol.L 1 Notons que le fait que la concentration en B passe par un maximum était prévisible d un point de vue mathématique au vu des équations précédentes puisqu elle est nulle en 0, tend vers 0 en+ et est bien sûr positive. Cas où k 2 k 1 : principe de Bodenstein Nous verrons bientôt qu il est fréquent qu un intermédiaire réactionnel soit lent à fabriquer mais réagisse ensuite très rapidement, autrement dit il est fréquent que l on se retrouve dans la situation où k 2 k 1 Que deviennent alors les expressions des concentrations? k 2 k 1 entraîne d une part k 1 1 et d autre part e k2t e k1t d où : k 2 [A] = a e k 1t [B] k 1a e k1t k 1 [A] 0 k 2 k 2 [C] a (1 ) e k 2t En outre le fait que [B] k 1 k 2 [A] entraîne le fait que : (7) d[b] = k 1 [A] k 2 [B] 0 Le fait que B disparaisse beaucoup plus vite qu il ne se forme entraîne ce résultat très important : on peut considérer que la dérivée de [B] par rapport au temps est pratiquement nulle. Ce résultat constitue le Principe de Bodenstein. 10/11

11 Attention ce résultat sur la dérivée de [B] est très général : la concentration en B peut être considérée comme constante ; en revanche, le fait qu ici [B] 0 est particulier et tient aux conditions initiales choisies dans cet exemple. C est donc bien le résultat (7) qui est à retenir. On peut illustrer ceci graphiquement : FIG. 2 : Représentation des solutions dans le cas où k 2 k 1 : k 1 = 1, k 2 = 15 et a = 1mol.L 1 11/11

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle La fonction exponentielle L expression «croissance exponentielle» est passée dans le langage courant et désigne sans distinction toute variation «hyper rapide» d un phénomène. Ce vocabulaire est cependant

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Vitesse et distance d arrêt

Vitesse et distance d arrêt Vitesse et distance d arrêt Mathématiques 3e Compétences du Répertoire des connaissances et des comportements des usagers de l espace routier Connaître les risques liés aux conditions météo (freinage,

Plus en détail

9. Équations différentielles

9. Équations différentielles 63 9. Équations différentielles 9.1. Introduction Une équation différentielle est une relation entre une ou plusieurs fonctions inconnues et leurs dérivées. L'ordre d'une équation différentielle correspond

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

Temps Distance Vitesse

Temps Distance Vitesse Temps Distance Vitesse Jean-Noël Gers Février 2005 CUEEP Département Mathématiques p1/27 Ce dossier contient un certain nombre de problèmes classiques sur la rencontre de mobiles évoluant à vitesse constante.

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option (Public2014-B1) Résumé : On présente un exemple de système de deux espèces en compétition dans un environnement périodique.

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h A. P. M. E. P. Le problème se compose de 4 parties. La dernière page sera à rendre avec

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Loi binomiale Lois normales

Loi binomiale Lois normales Loi binomiale Lois normales Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 204/205 Table des matières Rappels sur la loi binomiale 2. Loi de Bernoulli............................................ 2.2 Schéma de Bernoulli

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique Nguyen Ha- Phong Section génie civil 212, Prof. Dr A. Schleiss A) Analyse hydrologique 1. Estimation des débits moyens journaliers de la station

Plus en détail

FONCTION LINEAIRE & FONCTION AFFINE. fonction linéaire a x

FONCTION LINEAIRE & FONCTION AFFINE. fonction linéaire a x FONCTION LINEAIRE & FONCTION AFFINE 3 e I. Fonction linéaire a désigne un nombre relatif. Définition La fonction qui, à tout nombre x, associe le produit de a par x est appelée fonction linéaire de coefficient

Plus en détail

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de Notion de courant de particule ; conservation du courant = expression du courant de particules chargées ; charges; j = q k k - cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de v k

Plus en détail

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique :

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique : Chapitre Chapitre. Séries de Fourier Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction - périodique : c c a0 f x dx c an f xcosnxdx c c bn f xsinn x dx c L objet de

Plus en détail

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b I Définition d une fonction affine Faire l activité 1 «une nouvelle fonction» 1. définition générale a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe

Plus en détail

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires 25 Lechapitreprécédent avait pour objet l étude decircuitsrésistifsalimentéspar dessourcesde tension ou de courant continues. Par

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Thèmes. fonction ln, théorème des valeurs intermédiares, suite définie par récurrence : majoration, minoration, monotonie, convergence, eistence.

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices Leçon N : Taux d évolution et indices En premier un peu de calcul : Si nous cherchons t [0 ;+ [ tel que x 2 = 0,25, nous trouvons une solution unique x = 0, 25 = 0,5. Nous allons utiliser cette année une

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES Sommaire 1. Suites géométriques... 2 2. Exercice... 6 3. Application des suites géométriques aux mathématiques financières... 7 4. Vocabulaire... 7 5. Exercices :... 8 6.

Plus en détail

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ)

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ) Chapitre 3 Le potentiel électrostatique Le champ électrostatique peut être caractérisé simplement à l aide d une fonction que nous appellerons potentiel électrostatique. Cette fonction scalaire est souvent

Plus en détail

A. Déterminant d une matrice carrée

A. Déterminant d une matrice carrée IUT ORSAY Mesures Physiques Déterminants Initiation à la diagonalisation de matrice Cours du ème Semestre A Déterminant d une matrice carrée A-I Définitions élémentaires Si A est la matrice ( a ) on appelle

Plus en détail

Séquence 7 : Fonctions affines. Seconde. Séance 1 Généralités. est appelée fonction affine. est une fonction affine si son expression algébrique vaut

Séquence 7 : Fonctions affines. Seconde. Séance 1 Généralités. est appelée fonction affine. est une fonction affine si son expression algébrique vaut Seconde Définition : Soient Séquence 7 : Fonctions affines Séance 1 Généralités deux nombres réels La fonction { est appelée fonction affine Concrètement, est une fonction affine si son expression algébrique

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre?

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre? Les pourcentages Cette séance est dédiée à l étude des pourcentages. Bien comprendre cette séance s avère être un passage obligé si vous souhaitez aborder de manière sereine les séances concernant les

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

I Exercices I-1 1... I-1 2... I-1 3... I-2 4... I-2 5... I-2 6... I-2 7... I-3 8... I-3 9... I-4

I Exercices I-1 1... I-1 2... I-1 3... I-2 4... I-2 5... I-2 6... I-2 7... I-3 8... I-3 9... I-4 Chapitre Convexité TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre Convexité Table des matières I Exercices I-1 1................................................ I-1................................................

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

Chapitre 1 : Cinétique chimique. Cécile VANHAVERBEKE

Chapitre 1 : Cinétique chimique. Cécile VANHAVERBEKE UE Pharmacie - Chimie Chimie Physique Chapitre : Cinétique chimique Cécile VANHAVERBEKE Année universitaire / Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan du cours Introduction Objectifs

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Décembre 2006 1 Offre du travail 1.1 énoncé On considère un ménage dont les préférences portent sur la consommation et le temps consacré aux activités non

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS.

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître différents procédés pour établir une divisibilité : utilisation de la définition, utilisation d identités remarquables, disjonction des cas,

Plus en détail

I Exercices. 1 Définition de suites. 2 Sens de variation d une suite

I Exercices. 1 Définition de suites. 2 Sens de variation d une suite I Exercices 1 Définition de suites Pour toutes les suites (u n ) définies ci-dessous, on demande de calculer u 1, u, u 3 et u 6 1 u n = 7n n + { u0 = u n+1 = u n + 3 3 u n est le n ième nombre premier

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Etude de fonctions: procédure et exemple

Etude de fonctions: procédure et exemple Etude de fonctions: procédure et exemple Yves Delhaye 8 juillet 2007 Résumé Dans ce court travail, nous présentons les différentes étapes d une étude de fonction à travers un exemple. Nous nous limitons

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points)

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points) Université Paris Ouest-Nanterre La Défense Master Economie U.F.R. SEGMI Premier Semestre 2009-2010 Macroéconomie Ouverte Chargé de T.D. : Romain Restout Cours de Olivier Musy Contrôle Continu (14/12/2009)

Plus en détail

Corrigé non officiel de la partie mathématique du CRPE, session 2011 (Rouen)

Corrigé non officiel de la partie mathématique du CRPE, session 2011 (Rouen) Corrigé non officiel de la partie mathématique du CRPE, session 2011 (Rouen) Problème 1 Partie A On peut remarquer que la définition de Da est très ambigüe : l expression «le moment ou le conducteur voit

Plus en détail

Sciences Po Paris 2012 Mathématiques Solutions

Sciences Po Paris 2012 Mathématiques Solutions Sciences Po Paris 202 athématiques Solutions Partie : Le modèle de althus odèle discret a Pour tout entier naturel n, on a P n+ P n = P n donc P n+ = +P n Par suite la suite P n est géométrique de raison

Plus en détail

COURS DE THERMODYNAMIQUE

COURS DE THERMODYNAMIQUE 1 I.U.. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie hermique et énergie COURS DE HERMODYNAMIQUE 4 e semestre Olivier ERRO 2009-2010 able des matières 1 Mathématiques pour la thermodynamique 4 1.1 Dérivées

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

TP Méthodes Numériques

TP Méthodes Numériques ENSIMAG 1ère année, 2007-2008 TP Méthodes Numériques Objectifs Les objectifs de ce TP sont : de revenir sur les méthodes de résolution des équations différentielles vues en cours de MN ; d utiliser un

Plus en détail

Session 2011. Enseignement de Spécialité. Durée de l épreuve : 3 heures. Coefficient : 7. Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7.

Session 2011. Enseignement de Spécialité. Durée de l épreuve : 3 heures. Coefficient : 7. Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7. BACCALAURÉAT GENÉRAL Session 2011 MATHÉMATIQUES Série ES Enseignement de Spécialité Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 7 Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7. L utilisation d une calculatrice

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Constante d acidité d un couple acide/base

Constante d acidité d un couple acide/base ACTIVITE-COURS CHIMIE N 3 TS 1/6 CONSTANTE D ACIDITE D UN COUPLE ACIDE/ABASE Objectifs de l'activité Activité-cours de chimie N 3 Constante d acidité d un couple acide/base Connaître la réaction d autoprotolyse

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété

Plus en détail

1ES Février 2013 Corrigé

1ES Février 2013 Corrigé 1ES Février 213 Corrigé Exercice 1 Le tableau ci-dessous renseigne sur les besoins en eau dans le monde : Population mondiale (Milliards d habitants) Volume moyen par habitant ( ) 195 2,5 4 1 197 3,6 5

Plus en détail

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction.

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction. Seconde Généralités sur les fonctions Exercices Notion de fonction. Exercice. Une fonction définie par une formule. On considère la fonction f définie sur R par = x + x. a) Calculer les images de, 0 et

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

Le second degré. Table des matières

Le second degré. Table des matières Le second degré Table des matières 1 La forme canonique du trinôme 1.1 Le trinôme du second degré......................... 1. Quelques exemples de formes canoniques................. 1.3 Forme canonique

Plus en détail