Diagnostic précoce des spondylarthropathies Diagnosis of early spondyloarthritis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic précoce des spondylarthropathies Diagnosis of early spondyloarthritis"

Transcription

1 Disponible en ligne sur La Revue de médecine interne 29 (2008) Carrefour des spécialités Diagnostic précoce des spondylarthropathies Diagnosis of early spondyloarthritis E. Pertuiset Service de rhumatologie, centre hospitalier René-Dubos, 6, avenue de l Île-de-France, B.P. 79, Pontoise, Cergy-Pontoise cedex, France Disponible sur Internet le 23 avril 2008 Résumé Propos. Les spondylarthropathies (SpA) regroupent un ensemble de maladies, dont la plus connue est la spondylarthrite ankylosante (SPA), ayant des caractéristiques communes. Les SpA dites indifférenciées peuvent évoluer vers la SPA. En France, la fréquence des SpA pourrait être la même que celle de la polyarthrite rhumatoïde (PR). La SPA a un retentissement important sur la qualité de vie et la fonction des patients et engendre des coûts socioéconomiques pour la société. Points forts. Le diagnostic de SPA est porté avec un retard de cinq à huit ans en moyenne. Cela est dû au fait que la SPA est définie par la sacro-iliite radiographique qui n est pas un signe précoce. L intérêt d un diagnostic plus rapide est justifié par la volonté d améliorer la prise en charge, mais aussi par la disponibilité de nouvelles méthodes d imagerie (IRM, échographie) et par l efficacité des traitements anti-tnf. Les systèmes de critères existants (New York, Amor, ESSG) sont des critères de classification. Leur sensibilité est insuffisante pour faire un diagnostic de SpA récente. Plusieurs groupes étudient les moyens d améliorer le diagnostic précoce. L équipe berlinoise a proposé, pour les patients souffrant de lombalgies inflammatoires, un algorithme utilisant les signes cliniques, radiographiques, biologiques et, quand nécessaire, le HLA-B27 et l IRM des sacro-iliaques. Mais ce système reste théorique et a été trouvé peu performant par l équipe de Maastricht. De plus, il ne prend pas en compte les patients débutant une SpA par une atteinte extrarachidienne. Conclusion. Seul le suivi de cohortes prospectives de SpA récentes permettra de répondre à la question des critères du diagnostic précoce (IRM, échodoppler des enthèses), mais aussi aux questions relatives à l évolution, au pronostic et à l influence d une prise en charge plus rapidement intensive Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Abstract Purpose. Spondyloarthritis (SpA) encompass different diseases with common characteristics, ankylosing spondylitis (AS) being the most typical. Undifferentiated SpA may evolve into AS. In France, SpA and rheumatoid arthritis could have the same prevalence. AS has a profound impact on the quality of live and function of patients as well as social and economic consequences for the society. Key points. There is a mean delay of five to eight years between onset of symptoms and diagnosis of AS. This is due to the fact that radiographic sacroiliitis is delayed. The purpose of an earlier diagnosis is emphasized by the need for a better management, the new diagnostic method including magnetic resonance imaging and ultrasonography, and by the efficacy of anti-tnf therapy. The current criteria (New-York, Amor, ESSG) are classification but not diagnostic criteria. Their sensitivity is insufficient for an early diagnosis of SpA. Several groups are studying methods to ensure an early diagnosis. The group of Berlin has proposed, for patients suffering inflammatory chronic back pain, an algorithm using clinical, radiological and biological signs with, if necessary, search of HLA-B27 and MRI of sacroiliac joints. But this system is theoretical and the group of Maastricht found it of little effectiveness. Furthermore, it does not take account patients with symptoms beginning out of the spine. Conclusion. We believe that only the follow-up of cohorts constituted of patients with early SpA will enable us to improve our knowledge regarding diagnostic criteria and new tools for early diagnosis, as well as outcome, prognosis and early management of SpA and AS Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Spondylarthrite ankylosante ; Spondylarthropathie ; Diagnostic ; HLA-B27 ; Imagerie par résonance magnétique ; Échographie Keywords: Ankylosing spondylitis; Spondyloarthritis; Diagnosis; HLA-B27; Magnetic resonance imaging; Ultrasonography Adresse /$ see front matter 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi: /j.revmed

2 E. Pertuiset / La Revue de médecine interne 29 (2008) Introduction La spondylarthrite ankylosante (SPA) est un rhumatisme inflammatoire chronique classé parmi le groupe des spondylarthropathies (SpA) [1]. Elle nécessite, par définition, l existence d une sacro-iliite radiographique [2]. Le terme de SPA fait référence à l ankylose rachidienne osseuse qui est tardive et inconstante. Actuellement, le terme de spondylarthrite est de plus en plus utilisé [3] car il permet de classer des patients sans ankylose et souvent sans sacro-iliite radiographique mais avec une atteinte clinique axiale et éventuellement des signes inflammatoires infraradiographiques d atteinte sacro-iliaque ou vertébrale. En ce sens, la spondylarthrite est une SpA avec atteinte axiale, sans que le critère radiographique soit exigé. Mais il existe aussi des SpA sans atteinte axiale, dont la présentation clinique est donc différente, et qui posent des problèmes diagnostiques non strictement superposables aux SpA avec atteinte axiale. Cette distinction, souvent imprécise dans la littérature internationale, sera faite ici autant que possible. Si la SPA a été décrite en 1898 par Pierre Marie à partir d observations de formes sévères [4], elle fut longtemps sousestimée, même si elle fait partie de la liste des affections de longue durée prises en charge à 100 % par la sécurité sociale française. La SPA est une maladie sévère par son retentissement sur la fonction, la qualité de vie et la vie professionnelle [2,3,5]. Elle engendre des coûts financiers directs et indirects importants [3]. Le délai diagnostique de la SPA peut être très long. Toutes les études, même les plus récentes, montrent que le délai entre le début des symptômes et le diagnostic de SPA est de cinq à huit ans en moyenne. Plusieurs facteurs expliquent ce délai [1,6,7] : le caractère peu spécifique des lombofessalgies qui constituent le symptôme révélateur le plus fréquent, le caractère inconstant de l inflammation biologique, la méconnaissance de la maladie, la sous-estimation de sa prévalence, et le caractère tardif des signes radiographiques, notamment de la sacro-iliite dont la fréquence dépend de la durée d évolution de la SPA [8,9]. La sacro-iliite radiographique est donc assez peu utile au diagnostic précoce de la SPA. De plus, depuis la découverte de l efficacité de la phénylbutazone en 1954, le traitement de la SPA n avait pas évolué, jusqu à la mise en évidence récente de l efficacité des traitements anti-tnf [10]. Cela explique que de nombreux patients n étaient pas adressés au spécialiste. De nombreux auteurs insistent actuellement sur la nécessité d un diagnostic plus précoce de la SPA et des SpA en général [6,11 13]. Le développement des nouvelles méthodes d imagerie laisse espérer que cet objectif puisse être atteint, avec en premier lieu l imagerie par résonance magnétique (IRM) des sacro-iliaques (SI). Il est important de raccourcir le délai diagnostique des SpA [14] pour plusieurs raisons : un diagnostic correct effectué précocement évite des explorations inutiles et des traitements inappropriés ; les patients ayant une SpA récente ont un degré d activité et de douleurs au moins égal à ceux ayant une maladie plus évoluée ; le traitement par AINS (ainsi qu une rééducation) devrait être débuté et poursuivi chez les patients symptomatiques dès le diagnostic porté ; dans les SPA réfractaires aux AINS, les anti-tnf sont d autant plus efficaces que la maladie est récente [11]. Cette prise en charge thérapeutique plus précoce et plus adaptée ne peut qu améliorer la qualité de vie de patients jeunes et socialement actifs. On pourrait en espérer une diminution des conséquences socioéconomiques et la possibilité de stopper l évolution vers l ankylose. 2. Le concept des SpA Le concept de SpA regroupe des entités auparavant considérées comme distinctes : SPA, rhumatisme des maladies inflammatoires colo-intestinales ([MICI] : maladie de Crohn et rectocolite hémorragique), rhumatisme psoriasique (RPS), arthrites réactionnelles, auxquelles se sont ajoutées les SpA à début juvénile et les SPA indifférenciées [1]. Les SpA ont en commun leur association avec l antigène HLA-B27 [1], mais elles avaient été reconnues avant la découverte de cette association sur la notion d agrégation familiale et sur un ensemble de caractéristiques communes : atteinte inflammatoire du squelette axial et périphérique, inflammation caractéristique des enthèses (enthésite), atteintes systémiques (cutanée, digestive, oculaire, cardiaque, urétrale) et atteinte inflammatoire des articulations SI [1]. Le rôle physiopathologique direct de l antigène HLA-B27 a été démontré dans le modèle animal du rat transgénique pour les molécules HLA-B*2705 et la 2-microgobuline humaines, modèle chez lequel se développe spontanément une maladie proche des SpA humaines et dont la survenue est dépendante de l existence de la flore bactérienne commensale [3]. Mais l HLA- B27 ne contribue que pour 40 % à la susceptibilité génétique de la SPA et d autres gènes interviennent. Le gène du récepteur à l IL-23 (IL23R) contribue pour 12 % à la susceptibilité génétique de la SPA : plusieurs variants mononucléotidiques de IL23R sont associés comme facteurs protecteurs ou favorisants la SPA, comme cela vient d être rapporté très récemment [15], et cela à l instar des MICI ou du psoriasis, apportant un nouvel éclairage génétique de grand intérêt au concept des SpA. La SPA représente un mode d évolution possible des SpA indifférenciées [11]. Au sein des SpA, le RPS occupe une place particulière, notamment du fait de son grand polymorphisme clinique et de l existence de critères diagnostiques propres. La question de la réalité et de l identification du RPS a été posée récemment par Dougados, qui a souligné la nécessité d études épidémiologiques spécifiques sur les relations entre psoriasis et maladies articulaires [16]. 3. Les critères de classification de la SPA et des SpA Les critères de New York modifiés en 1984 [17] restent la référence pour le diagnostic de SPA qui nécessite l existence d une sacro-iliite radiologique (Tableau 1) [2,9]. Leur sensibilité a été estimée à 83 % et leur spécificité à 98 % [18]. Mais

3 598 E. Pertuiset / La Revue de médecine interne 29 (2008) Tableau 1 Critères de classification de la spondylarthrite ankylosante (SPA) : critères de New York modifiés (1984) [17] Critères cliniques Lombalgies avec raideur de plus de trois mois, améliorées à l effort, mais ne cédant pas au repos Limitation des mouvements du rachis lombaire à la fois dans le plan frontal et sagittal Limitation de l ampliation thoracique par rapport aux valeurs normales corrigées pour l âge et le sexe Critère radiologique Sacro-iliite radiologique : bilatérale de grade 2 OU unilatérale de grade 3 ou 4 Diagnostic SPA définie : critère radiologique + au moins un critère clinique SPA probable : Présence des trois critères cliniques Ou critère radiologique sans aucun de ces critères cliniques il s agit de critères de classification qui ne sont pas adaptés à un diagnostic précoce du fait de la nécessité du critère radiologique et du caractère tardif de signes comme la limitation de l ampliation thoracique. De plus, le critère radiologique de cette classification est critiquable car il est difficile de distinguer les sacro-iliites de stade 1 et 2, la marge d erreur étant d au moins 20 % [9]. Il existe deux systèmes de critères de classification des SpA, les critères proposés par Amor (Tableau 2) en 1990 [19] et les critères européens de l European Spondylarthropathy Study Group (ESSG) de 1991 [20] (Tableau 3). Dans les critères de SpA, la sacro-iliite radiographique devient un élément facultatif. Les critères de l ESSG ont été validés dans différentes populations avec Tableau 2 Critères de classification des spondylarthropathies d Amor (1990) [19] Signes cliniques ou antécédents Coefficients Douleurs nocturnes lombaires ou dorsales et/ou raideur 1 matinale dorsale ou lombaire Oligoarthrite asymétrique 2 Douleurs fessières uni- ou bilatérales, douleurs fessières 1 à bascule Doigt ou orteil «en saucisse» 2 Talalgie ou autre enthésopathie 2 Iritis 2 Urétrite non gonococcique ou cervicite moins d un mois 1 avant le début de l arthrite Diarrhée moins d un mois avant de début de l arthrite 1 Présence ou antécédent de psoriasis et/ou de balanite 2 et/ou d entérocolopathie chronique Signe radiologique Sacro-iliite radiologique 3 stade 2 si bilatéral OU 3 si unilatéral Terrain génétique Présence de l antigène HLA-B27 ou antécédent familial 2 de pelvispondylite, de syndrome de Reiter, de psoriasis, d entérocolopathie chronique Sensibilité au traitement Amélioration en 48 heures des douleurs par 2 anti-inflammatoires non stéroïdiens et/ou rechute rapide (48 heures) à leur arrêt Diagnostic de spondylarthropathie si score total 6 Tableau 3 Critères de classification des spondylarthropathies de l European Spondylarthropathy Study Group (ESSG) (1991) [20] Critères majeurs Douleurs rachidiennes inflammatoires (douleurs du rachis lombaire, dorsal ou cervical avec au moins trois des cinq critères suivants : début avant 45 ans, début progressif, améliorées par l exercice, raideur matinale, durant depuis plus de trois mois) Synovites asymétriques ou prédominantes aux membres inférieurs Critères mineurs Antécédent familial de spondylarthropathie Psoriasis Urétrite, cervicite ou diarrhée aiguë survenue dans le mois précédant l arthrite Entérocolopathie inflammatoire chronique Douleurs fessières à bascule Enthésopathie (achiléenne ou plantaire) Sacro-iliite radiologique (stade 2 si bilatéral, stade 3si unilatéral) Diagnostic de spondylarthropathie s il existe au moins : un critère majeur + un critère mineur une sensibilité de 86 % et une spécificité supérieure à 87 % [2]. Pour la SPA, leur sensibilité est de 94 % et leur spécificité de 87 % [18]. Mais quand ces critères sont utilisés dans des SpA évoluant depuis moins d un an, la sensibilité n est que de 68 % même si la spécificité reste de 93 % [2,20]. Dans une étude espagnole, le pourcentage de patients répondant initialement à des critères de SpA et considérés comme ayant effectivement une SpA après cinq ans d évolution était de 46 % pour les critères de l ESSG et de 76 % pour les critères d Amor [21]. De même, dans les résultats préliminaires d une étude française portant sur des SpA précoces, la sensibilité et la spécificité des critères de l ESSG sont respectivement de 54 et 60 % [22]. Tous les systèmes existants sont des critères de classification et non des critères de diagnostic ; ils ne sont pas appropriés au diagnostic précoce des SpA [2,9,11,23]. 4. Épidémiologie des SpA et devenir des SpA indifférenciées Il existe une étroite corrélation entre la prévalence de HLA- B27 et la fréquence de la SPA dans une population donnée [11]. En France, une enquête épidémiologique réalisée dans plusieurs régions en 2001 a retrouvé une prévalence des SpA de 0,30 % chez l adulte, prévalence identique chez la femme et chez l homme, et identique à celle de la polyarthrite rhumatoïde (PR) [24]. La prévalence y était de 0,19 % pour le RPS et de 0,08 % pour la SPA. Compte tenu de la méthodologie de l étude, la prévalence des SpA en France pourrait être de 0,40 % [24]. La prévalence de la SPA est plus élevée en Norvège (0,41 % de la population adulte) [25] et plus faible en Grèce (0,03 %) [26]. Aux États-Unis, la prévalence de la SPA a été estimée à 0,21 % et celle du RPS à 0,25 %. La SPA est une maladie débutant chez le sujet jeune, entre 15 et 40 ans, en moyenne à 26 ans [11,27]. Dans la SPA, il existe une prédominance masculine avec un rapport homme/femme d environ 2/1 [2,11]. Mais si l on se réfère au concept de SpA, on observe autant de femmes que d hommes [13,24].

4 E. Pertuiset / La Revue de médecine interne 29 (2008) Le retard diagnostique est d environ huit ans dans des études récentes réalisées en Allemagne [27] et en Norvège [25]. Ainsi le diagnostic était porté à l âge de 33 ans en moyenne chez les patients HLB27+ et de 39 ans chez les patients HLA-B27 [27]. Il existe un délai de plusieurs années entre le début des rachialgies inflammatoires et l apparition de la sacro-iliite radiologique [9]. Dès 1988, une étude longitudinale effectuée chez 88 patients ayant des signes cliniques évocateurs de SPA mais sans sacroiliite radiologique avait montré l apparition d une sacro-iliite radiologique dans 36 % des cas à cinq ans et 59 % à dix ans [9]. La normalité des radiographies au stade précoce de la SPA ne signifie pas l absence de lésions inflammatoires, que ce soit sur les articulations SI ou sur d autres sites du squelette axial. Pour le diagnostic précoce, il est nécessaire de s intéresser au concept de SpA. Kumar et al. [28] ont montré, dans une série de patients ayant une SpA indifférenciée évoluant depuis moins de deux ans, que l évolution à long terme (11 ans) se faisait vers une SPA dans 68 % des cas. Dans une étude brésilienne [29] ayant porté sur 68 patients atteints d une SpA indifférenciée évoluant depuis plus longtemps (cinq ans en moyenne), le diagnostic après deux ans de suivi était : SpA indifférenciée dans 75 % des cas, SPA dans 10 % des cas, RPS dans 2 % des cas (rémission dans 13 % des cas). La sacro-iliite doit être considérée comme un marqueur d ancienneté et non comme un marqueur d activité ou de sévérité. L équipe berlinoise a proposé que tous les patients ayant une SpA avec des signes cliniques d atteinte axiale soient regroupés au sein d une même entité nosologique dénommée SpA axiale, qu ils aient ou non une sacro-iliite radiologique [9]. 5. Retentissements de la SPA L évolution de la SPA est variable [2]. La SPA a souvent été considérée comme une affection de bon pronostic et d évolution fluctuante. Mais il existe une réduction de l espérance de vie pour les patients ayant une SPA évoluant depuis plus de dix ans. Le handicap fonctionnel augmente avec l ancienneté de la maladie. De plus, il n y a pas de parallélisme strict entre les lésions structurales visibles sur les radiographies du rachis et la fonction ou la mobilité rachidienne. La SPA entraîne des douleurs chroniques, une asthénie, une raideur rachidienne, une altération de la qualité de vie et peut être responsables d uvéite antérieure aiguë, de coxite destructrice, d ankylose rachidienne progressive pouvant toucher les trois segments rachidiens, d ostéoporose et d un handicap fonctionnel sévère [1,2,6,27]. L asthénie est un symptôme méconnu mais très fréquent de la SPA [30]. Elle fait partie des paramètres d évaluation qu il faut recueillir sur une échelle visuelle analogique (EVA) d après les recommandations de l OMS [2]. Cette EVA de la fatigue est la première question du Bath Ankylosing Spondylitis Disease Activity Index (BASDAI) qui évalue l activité de la SPA et dont elle représente 20 % de la valeur. Dans une étude récente menée en Hollande chez 812 patients atteints de SPA, l EVA de la fatigue du BASDAI était supérieure à 5/10 chez 53 % des patients [30]. L asthénie est associée à l activité de la SPA, au retentissement fonctionnel, à l état de santé global et mental. Elle altère différents aspects de la qualité de vie. D après nos connaissances actuelles, les facteurs pronostiques péjoratifs de la SPA sont les suivants : un début précoce, le sexe masculin, l existence d une coxite, le tabagisme, un métier physique, une mauvaise efficacité des AINS [11,31,32]. Les syndesmophytes et l ankylose vertébrale sont les principales caractéristiques de l atteinte structurale vertébrale de la SPA, y compris dans la mesure du score modified Stokes Ankylosing Spondylitis Spinal Score (msass). Le principal facteur prédictif de l évolution structurale à deux ans est l importance des lésions structurales lors de l évaluation initiale [33]. Il existe certaines différences dans le phénotype de la SPA selon le sexe. Les données de la cohorte californienne Prospective Study of Outcomes in Ankylosing Spondylitis (PSOAS) qui comprend 302 hommes et 100 femmes ayant une SPA avérée évoluant depuis au moins 20 ans, montrent que l atteinte rachidienne radiographique est moins sévère chez la femme [34]. Mais malgré cela, il n existe pas de différence dans le degré du handicap fonctionnel. Cela semble signifier que l atteinte articulaire périphérique est plus importante chez la femme et/ou que le retentissement fonctionnel axial est plus important chez la femme que chez l homme, à degré égal de lésions structurales. Avec une prise en charge classique, les patients atteints de SPA ne semblent pas bien contrôlés. Ainsi, une étude britannique transversale effectuée à Leeds en [5] chez 213 patients ayant une SPA évoluant depuis près de 20 ans en moyenne et suivis dans un centre de référence, montre que le score d activité BASDAI est supérieur ou égal à 4/10 dans 64 % des cas, et qu il existe un handicap fonctionnel et une altération significative de tous les paramètres de la qualité de vie. De plus, il existe un retentissement professionnel avec 19 % des patients ayant perdu leur emploi et 10 % ayant été mis en retraite anticipée du fait de la SPA. Parmi les patients travaillant, la moitié est en situation de précarité potentielle. Dans une étude belge, 75 % des patients ayant une SPA définie, traitée de manière conventionnelle, avaient un score BASDAI supérieur ou égal à 4/10 [35]. Les données récentes montrent que le pronostic fonctionnel de la SPA est moins bon que ce qui était écrit [2]. La majorité du handicap fonctionnel apparaît au cours des dix premières années d évolution. De 10 à 30 % des patients perdent leur travail du fait de leur maladie. Le nombre de jours d arrêt de travail est corrélé avec l activité de la maladie et est plus important quand il existe une atteinte articulaire périphérique associée. Le coût financier total moyen de la SPA (coûts directs et indirects) a été estimé entre 6700 et 9500 dollars au début des années Dans une étude récente faite en Allemagne chez des patients suivis par des rhumatologues [36], le total des coûts annuels directs et indirects induits par la SPA et la PR était respectivement de euros et de euros. Le retentissement socioéconomique de la SPA est donc important [3]. 6. Nouveaux traitements de la SPA Trois agents anti-tnf sont utilisés dans la SPA : l infliximab, l adalimumab et l étanercept [11]. Les études randomisées, en double insu contre placebo, ont démontré, chez des patients atteints de SPA évoluant depuis de nombreuses années,

5 600 E. Pertuiset / La Revue de médecine interne 29 (2008) une efficacité importante à six mois sur les douleurs, la fonction, l activité de la maladie et les marqueurs biologiques [37 39]. Les résultats sont homogènes, les taux de réponse ASAS20 sont de % sous anti-tnf et de % sous placebo. Une étude d observation, ayant porté sur 291 PR et 62 SPA a montré à trois et six mois un degré d efficacité des anti-tnf cliniquement supérieur dans la SPA par rapport à la PR [40]. Les essais ont été poursuivis en ouvert et montrent la persistance de l efficacité sur des périodes de trois ans pour l étanercept et cinq ans pour l infliximab [11,41]. Les anti-tnf améliorent la qualité de vie et la fonction [11]. L infliximab augmente les capacités professionnelles et diminue le nombre d arrêts de travail [42]. L arrêt de l anti-tnf entraîne une rechute plus ou moins rapide de la SPA chez la quasi-totalité des malades et l efficacité de l anti- TNF est la même lors de sa reprise [11]. Les SPA répondant le mieux aux anti-tnf sont les plus récentes, celles avec une CRP plus élevée, des anomalies inflammatoires à l IRM et des lésions structurales moins évoluées [11]. Dans les SpA indifférenciées, les premières études montrent une efficacité de l infliximab [43] et l étanercept [44]. L infliximab et l étanercept diminuent les lésions inflammatoires vertébrales à l IRM [45 47]. Mais contrairement à la PR, nous ne savons pas actuellement si les anti-tnf peuvent inhiber la progression des lésions structurales de la SPA [11]. Les données les plus récentes viennent d être rapportées par l équipe berlinoise [48]. Il s agit d une cohorte de 33 patients traités pendant quatre ans par infliximab. L évolution radiographique a été comparée à celle observée antérieurement dans la cohorte OASIS. S il est difficile de comparer ces deux cohortes, les caractéristiques des SPA y sont proches. Malgré l infliximab, on observe une progression des lésions structurales qui touche seulement les patients qui avaient déjà une atteinte structurale. Mais la progression radiologique sur quatre ans est plus faible que dans la cohorte OASIS. Il est donc possible, dans les limites méthodologiques de cette comparaison, que le traitement anti- TNF ralentisse la progression des lésions ankylosantes. 7. Éléments cliniques du diagnostic précoce Le diagnostic de SpA doit être évoqué aussi bien chez la femme que chez l homme, avant l âge de 40 ans. Le signe initial le plus fréquent est la lombalgie chronique inflammatoire [2,14]. Toutefois, ce caractère inflammatoire n est ni constant ni spécifique. De plus, la sémiologie de l inflammation est d interprétation variable. L équipe berlinoise [49] a étudié un groupe de 213 patients âgés de moins de 50 ans et ayant des lombalgies anciennes, soit en rapport avec une SPA, soit des lombalgies communes. Ils proposent d individualiser quatre éléments sémiologiques de l inflammation : raideur matinale supérieure à 30 minutes, amélioration avec l exercice mais pas avec le repos, réveil douloureux dans la seconde partie de la nuit, fessalgies à bascule. En utilisant les critères pour la classification, la présence d au moins deux des quatre critères a une sensibilité de 70 % et une spécificité de 81 %. En tant que critères diagnostiques, le risque relatif de SPA est de 12,4 si le patient présente au moins trois des quatre critères (mais la sensibilité est faible). Les douleurs thoraciques doivent aussi faire évoquer le diagnostic de spondylarthrite [2]. Les douleurs des ceintures, hanches et épaules, prédominent au début de l évolution dans 15 % des cas [2]. L interrogatoire doit rechercher : un antécédent familial de SpA, une uvéite antérieure aiguë, des douleurs d enthésopathies inflammatoires périphériques (talalgies bilatérales et d horaire inflammatoire), un épisode de doigt ou d orteil en saucisse, une efficacité rapide des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et/ou une rechute rapide à leur arrêt. Dans d autres cas, le tableau révélateur est celui d une oligoarthrite périphérique asymétrique, voire d une monoarthrite, touchant surtout les genoux et les chevilles. 8. Valeur des critères biologiques Dans une population de SPA étudiée à un instant donné, la vitesse de sédimentation (VS) et la protéine C réactive (CRP) sont augmentées chez 45 et 38 % des patients ayant une atteinte axiale isolée, et chez 62 et 61 % des patients ayant une atteinte périphérique [2]. Dans les formes débutantes de SpA, cette fréquence ne dépasse pas 50 % [50]. La corrélation entre l activité de la maladie et les marqueurs de l inflammation est limitée [11]. Dans une étude internationale ayant porté sur 191 patients atteints de SPA [51], la corrélation entre VS, CRP et mesures d activité (EVA médecin, EVA malade, BASDAI) était faible. Il n y avait pas de supériorité de la VS ou de la CRP. L association de l antigène HLA-B27 et des SpA est forte [1]. La prévalence de HLA-B27, qui est de 8 % dans la population témoin d Europe occidentale, est augmentée dans toutes les SpA : 90 % dans la SPA et 70 % dans les SpA indifférenciées [18]. Cette prédisposition génétique peut varier selon les différents groupes ethniques chez lesquels la prévalence de HLA-B27 est variable, avec un gradient Nord Sud. Si la recherche de l antigène HLA-B27 n est pas nécessaire au diagnostic de SPA [1,2], cette conception se doit d être fortement nuancée dans le domaine du diagnostic précoce des SpA. Chez un sujet jeune souffrant de lombalgies inflammatoires chroniques, la présence de HLA-B27 augmente la probabilité d avoir une SPA s il n existe pas de sacro-iliite radiologique [2]. Certains estiment que la recherche de l antigène HLA-B27 est un paramètre très utile s il est utilisé à bon escient, car il est objectif et peu coûteux. Il s agissait du paramètre le plus puissant dans la classification de l ESSG pour distinguer les SpA des autres pathologies [14]. Si ce paramètre n a pas été retenu par l ESSG, cela provient de la volonté de fournir un système sans élément biologique. Pour Braun, la recherche de HLA-B27 est un élément important pour le diagnostic précoce des SpA [11]. 9. Méthodes d imagerie traditionnelle La sacro-iliite radiologique et les syndesmophytes vertébraux ne sont pas des signes précoces de la SPA et le délai dans la détection des signes radiographiques de la SPA contribue au retard diagnostique de la SPA [11]. Dans la classification de New York [2] l atteinte radiographique des SI est classée de manière subjective en cinq stades : 0 = normal ; 1 = suspicion

6 Tableau 4 Résultats de la cohorte berlinoise de lombalgies suspectes de spondylarthropathie (SpA) [13] E. Pertuiset / La Revue de médecine interne 29 (2008) Cohorte (n = 350) SpA axiale n = 159 (45,5 %) SPA (Rx +) n = 80 (23 %) SpA avec Rx normales n = 79 (22,5 %) Possible SpA n =32(9%) Groupe : pas de SpA n = 159 (45,5 %) Âge moyen (ans) 40 (16 75) 40,5 (17 71) 33,8 (17 61) 35 (20 61) 43,8 (16 75) Ancienneté des symptômes (ans) 10,7 (0,3 45) 4,6 (0,1 35) 6,6 (0,1 20) 10,1 (0,1 50) Sexe masculin 48,6 % 60 % 50,6 % 50 % 36,5 % HLA-B27+ 61,1 % 87,5 % 83,5 % 62,5 % 36,5 % Score BASDAI* 4,1 4,1 4,2 Score BASFI** 3,6 2,8 2,1 IRM des SI + 87,5 % (28/32) 87,9 % (51/58) 1,5 % (1/68) IRM rachis + 50,8 % (8/16) 40,9 % (9/22) BASDAI : Bath Ankylosing Spondylitis Disease Activity Index ; BASFI : Bath Ankylosing Spondylitis Functional Index ; SI = sacro-iliaques. de sacro-iliite ; 2 = sacro-iliite modérée ou minime ; 3 = sacroiliite certaine ; 4 = ankylose sacro-iliaque. Il existe une importante variabilité inter- et intraobservateur dans le diagnostic de sacro-iliite sur ces clichés [2]. Le grand cliché lombopelvien de De Sèze est le plus adapté, car il permet une bonne visualisation des SI. Mais les radiographies des SI sont indispensables, même à un stade précoce, car % des patients développent une sacro-iliite radiographique dans les deux premières années suivant le début des symptômes [11]. De plus, la radiographie reste la méthode la plus performante pour détecter l évolution structurale des lésions chroniques des SI et du rachis. Selon des recommandations d experts français [7], le diagnostic de SPA nécessite de réaliser en premier lieu une radiographie du bassin de face en antéropostérieur et des clichés du rachis lombaire de face et de profil. Si les radiographies montrent une sacro-iliite bilatérale, il n y a pas lieu de demander d autre imagerie à visée diagnostique. La tomodensitométrie (TDM) des SI est supérieure aux radiographies et au moins égale ou supérieure à l IRM pour visualiser les lésions structurales chroniques [8,52,53]. Elle semble plus spécifique mais est moins sensible que l IRM [1], ce qui fait qu elle est moins performante que l IRM pour le diagnostic précoce [2,11]. Dans certains cas, la scintigraphie osseuse peut être utile dans le diagnostic précoce d une SpA, car elle peut montrer des hyperfixations osseuses aux sièges des enthésites et visualise l ensemble du squelette [11]. 10. IRM L IRM permet de visualiser précocement les lésions inflammatoires des SI et des structures vertébrales [11]. Pour cela, plusieurs conditions sont requises notamment : les séquences doivent comporter une suppression de graisse comme la séquence short tau inversion recovery (STIR) et éventuellement des séquences en T1 avec injection de gadolinium [2] ; les AINS doivent avoir été arrêtés dans la semaine qui précède l IRM ; il faut étudier le rachis dorsal et lombaire (les lésions IRM étant plus fréquentes au rachis dorsal que lombaire) [54] ; le lecteur doit être expérimenté. Un des principaux signes est la mise en évidence d un œdème osseux sous-chondral (SI) ou au contact des enthésites. Néanmoins, la technique d analyse par IRM des SI n est pas consensuelle [8] et l IRM des sacro-iliaques n est pas standardisée ni pour sa technique ni en ce qui concerne son interprétation [50]. La valeur prédictive positive des anomalies IRM des SI sur le développement d anomalies radiologiques à trois ans est de 60 % [55]. Le score des lésions IRM du rachis, appelé score ASspiMRI [45,56] comporte un score de chronicité et un score d activité, ce dernier n ayant pas été étudié dans les formes récentes de SPA. Les anomalies inflammatoires vertébrales sont sensibles au changement puisqu elles diminuent sous anti-tnf [45 47]. Maksymowitch a montré la fréquence en IRM de l atteinte inflammatoire de l arc postérieur des vertèbres dorsales et lombaires (articulations interapophysaires postérieures, costovertébrales, costotransversaires), ces anomalies nécessitant de réaliser des coupes horizontales et latérales [41]. Dans la cohorte de 350 patients soufrant de lombalgies chroniques récemment rapportée par l équipe berlinoise [13], la sensibilité de l IRM des SI était de 88 % dans les spondylarthrites infraradiographiques et de 87,5 % dans les spondylarthrites avec sacro-iliite radiographique. La spécificité de l IRM était bonne, car présente chez 1,5 % des patients non classés en spondylarthrite. De même, la sensibilité des anomalies inflammatoires à l IRM du rachis était de 41 et de 50 % respectivement. Mais les spondylarthrites de cette cohorte n étaient pas récentes (Tableau 4). À ce jour, nous disposons de peu de données sur la réelle valeur diagnostique de l IRM dans les spondylarthrites récentes et ces données sont discordantes. Dans une étude danoise effectuée chez des patients présentant des rachialgies inflammatoires évoluant depuis 19 mois, 95 % des patients avaient des anomalies inflammatoires ou structurales des SI à l IRM. Le degré de cette atteinte à l IRM n était pas corrélé avec la présence de l antigène HLA-B27 [57,58]. Les résultats préliminaires d une cohorte française de 81 patients ayant des signes axiaux ou périphériques évocateurs de SpA récente (39 SpA, 42 non-spa) [59] montrent que l IRM combinée des SI et du rachis lombaire a une sensibilité de 44 % et une spécificité de 95,6 % pour le diagnostic de SpA. Dans une cohorte hollandaise de 68 patients ayant des lombalgies inflammatoires évoluant depuis moins de deux ans [60], où 84 % avaient une SpA selon les critères de

7 602 E. Pertuiset / La Revue de médecine interne 29 (2008) l ESSG (dont 20,6 % répondaient aux critères de New York), la sensibilité pour le diagnostic de spondylarthrite des anomalies inflammatoires à l IRM des SI n était que de 32 %. Selon des recommandations d experts français [7], l IRM des SI est indiquée quand les radiographies des SI sont normales ou douteuses. L IRM rachidienne peut aussi être indiquée dans l évaluation diagnostique chez un patient ayant des lombalgies inflammatoires. D autres auteurs pensent qu il n est pas certain que l IRM des SI puisse vraiment améliorer le diagnostic précoce de la SPA [6]. 11. Échographie L échographie est plus sensible que l examen physique pour diagnostiquer les enthésites des membres inférieurs qui sont caractéristiques des SpA [61]. D Agostino et al. [62] ont recherché si l hypervascularisation de l enthèse pouvait être mise en évidence spécifiquement par échographie mode B couplée au doppler puissance (PDUS). Une première étude transversale chez 164 patients atteints de SpA et 64 témoins a montré l existence d une enthésite périphérique chez 98 % des malades et a confirmé que les sites les plus souvent atteints étaient le tendon d Achille et l aponévrose plantaire. Le caractère distinctif d une enthésite chez les patients atteints de SpA était la présence anormale d une vascularisation au doppler puissance, au site d insertion corticale de l enthèse (81 %). À partir de la combinaison des modifications échographiques en mode B et du doppler puissance, cinq stades échographiques d enthésites (1, 2a et 2b, 3a et 3b) ont été définis [61]. La même équipe a rapporté les premiers résultats (124 premiers patients inclus) d une cohorte prospective de patients ayant une suspicion de SpA selon cinq tableaux cliniques : rachialgies inflammatoires, arthrites, enthésites/dactylite, uvéite HLA-B27+ et terrain familial de SpA [22]. Un diagnostic formel a été porté chez 81 patients : 39 SpA et 42 non-spa. La sensibilité et la spécificité de l examen PDUS vis-à-vis du diagnostic de SpA est de 87 et 90 % respectivement [22]. Une équipe espagnole a rapporté au congrès 2007 de l ACR une étude prospective de l échographie des enthèses, en utilisant le score the Madrid Sonography Enthesitis Index (MASEI), dans la démarche diagnostique de SpA chez 52 patients atteints de lombalgies inflammatoires et/ou d arthrites périphériques [63]. Ils ont observé que par rapport à l application de l algorithme de Berlin, l échographie permettait de requalifier 17 % des SpA, son intérêt étant grand chez les patients à radiographies normales, non porteurs de l HLA-B27 et n ayant que un ou deux des signes cliniques de SpA. L évaluation de l échodoppler pour le diagnostic précoce de SpA nécessite donc d être poursuivie et approfondie [6]. 12. Établir de nouveaux systèmes pour un diagnostic précoce Diagnostic de spondylarthrite devant un patient souffrant de lombalgies inflammatoires En 2004, l équipe berlinoise [14] a proposé un nouveau système de diagnostic des spondylarthrites reposant sur un algorithme (Fig. 1). Ce système a été établi à partir des publications de la littérature et n a pas été validé sur une cohorte de malades. L objectif était d établir un diagnostic de SpA axiale chez des patients souffrant de lombalgie chronique (supérieurs à trois mois) de type inflammatoire. Ils ont pris en compte systématiquement les données cliniques, biologiques et radiographiques, mais aussi l intérêt potentiel de HLA-B27 et de l IRM des SI. Il a été calculé, à chaque étape, la probabilité du diagnostic de spondylarthrite en fonction des signes présents aux examens demandés. Une probabilité supérieure ou égale à 90 % a été considérée comme permettant de porter le diagnostic de spondylarthrite certaine, une probabilité de 80 à 89 % comme permettant de porter un diagnostic de spondylarthrite probable. Devant des lombalgies inflammatoires sans signe radiographique, la présence d au moins trois autres signes cliniques de SpA permet de porter ce diagnostic. Dans les autres cas, la recherche de l antigène HLA-B27 est nécessaire et si besoin l IRM des SI. Les mêmes auteurs [50] ont proposé une démarche diagnostique spécifique pour le médecin généraliste : devant une lombalgie chronique débutant avant l âge de 45 ans, le généraliste doit rechercher le caractère inflammatoire des lombalgies et/ou demander la recherche de l antigène HLA-B27. S il existe au moins un de ces deux éléments, il adresse le patient au rhumatologue. Amor [4] pense que l algorithme n est pas vraiment utile et propose d ajouter dans sa classification l existence de lésions inflammatoires des SI en IRM au sein du critère radiologique. L équipe de Maastricht [60] a rapporté la valeur diagnostique des différents systèmes existants dans une cohorte de 68 patients ayant des lombalgies inflammatoires évoluant depuis moins de deux ans (médiane 18 mois). Il existe des biais de sélection dans cette cohorte. Les pourcentages de patients répondant aux différents critères étaient les suivants : 84 % pour l ESSG, 71 % pour les critères d Amor, 65 % pour les critères de Berlin. Cinquantetrois pour cent des patients répondaient aux trois systèmes de critères de SpA (ESSG, Amor, Berlin). Une SPA (critères de New York) était présente chez 14 patients (20,6 %). La sensibilité de HLA-B27 était de 46 % et celle de l IRM des SI de 32 %. Dans cette cohorte, l intérêt diagnostique de HLA-B27 et de l IRM des SI était faible et les critères de Berlin ont été moins performants que ceux de l ESSG et d Amor. Cela était lié à une forte corrélation entre HLA-B27, sacro-iliite à l IRM, sexe masculin et sensibilité aux AINS. Une inflammation sacro-iliaque en IRM était présente chez 52 % des patients HLB27+ mais chez seulement 16 % des patients HLB27. Dans cette cohorte, l IRM n était positive que dans 18,5 % des cas à radiographies normales [60]. La cohorte berlinoise de 350 patients souffrant de lombalgies chroniques (supérieure à trois mois) ayant débuté avant l âge de 45 ans qui vient d être rapportée [13] est très instructive et les principales données sont présentées au Tableau 4. Mais il ne s agit pas de spondylarthrites récentes. Malgré cela, la moitié des patients ayant une SpA axiale avait une forme infraradiologique. Le score d activité était identique entre les spondylarthrites avec ou sans atteinte radiographique. La sensibilité et la spécificité de l IRM des SI étaient très bonnes.

8 E. Pertuiset / La Revue de médecine interne 29 (2008) Fig. 1. Algorithme proposé en 2004 par l équipe de Berlin [14] pour le diagnostic de spondylarthropathie (SpA) chez les patients souffrant de lombalgies chroniques (supérieurs à trois mois). Pr : probabilité du diagnostic, SpA : spondylarthropathie, SPA (spondylarthrite ankylosante) Diagnostic de spondylarthropathie devant un patient ayant une atteinte périphérique D autres équipes ont choisi d aborder le problème du diagnostic précoce des SpA sous un angle différent de l équipe berlinoise, c est-à-dire en prenant en compte les différents modes d entrée dans la maladie. Ces autres modes d entrée, où le patient ne présente pas de lombalgies, sont les arthrites périphériques, les douleurs d enthésites et/ou une dactylite, une atteinte extra-articulaire comme une uvéite chez un sujet porteur de l HLA-B27 [22]. De même, il n est pas rare que le diagnostic de SpA soit recherché chez un sujet ayant un antécédent familial de SpA. Dans toutes ces situations, il est nécessaire d étudier l apport diagnostique des radiographies, de la recherche de l HLA-B27, de l échographie et de l IRM. Il est possible que l IRM des enthèses, qui montre aussi l œdème osseux éventuellement associé, ait un intérêt diagnostique dans ce type de situation, notamment avec le développement futur des IRM corps entier et des IRM de haute résolution [64]. En pratique ces situations diagnostiques ne sont pas rares, d où l intérêt de valider des critères diagnostiques adaptés. 13. Conclusion Jusqu à présent, nous ne disposons pas des résultats de cohortes prospectives de patients ayant une SpA récente certaine ou suspectée. Cela empêche, à ce jour, toute conclusion sur la valeur réelle des critères existants et sur l utilité des examens proposés. De telles cohortes ont été récemment mises en place, comme la cohorte Devenir des spondylarthropathies indifférenciées récentes (DESIR) en France. Seule leur analyse permettra la validation des critères diagnostiques, l établissement de critères pronostiques, une meilleure connaissance de l évolution et du pronostic des SpA axiales et/ou périphériques. Elles pourraient aussi permettre d évaluer l efficacité d interventions thérapeutiques plus intensives et plus précoces sur le devenir clinique et radiologique. Références [1] Khan MA. Update on spondyloarthropathies. Ann Intern Med 2002;136: [2] van der Linden S, van der Heijde D, Braun J. Ankylosing Spondylitis. In: Harris JJr. ED, Budd RC, Firestein GS, Genovese MC, Sergent JS, Ruddy S, Sledge CB, editors. Kelley s Textbook of Rheumatology, vol. II, seventh Edition Elsevier Saunders; p [3] Breban M, editor. La spondylarthrite. Paris: John Libbey Eurotext; p [4] Amor B. Cinquante ans dans la spondylarthrite ankylosante. In: 50 ans de Rhumatologie...et l avenir (pp. 9-31). Expanscience [5] Barkham N, Kong KO, Tennant A, Fraser A, Hensor E, Keenan AM, et al. The unmet need for anti-tumour necrosis factor (anti-tnf) therapy in ankylosing spondylitis. Rheumatology 2005;44: [6] O Shea F, Salonen D, Inman R. The challenge of early diagnosis in ankylosing spondylitis. J Rheumatol 2007;34:5 7.

9 604 E. Pertuiset / La Revue de médecine interne 29 (2008) [7] Pavy S, Dernis E, Lavie F, Maillefert J-F, Mariette X, Schaeverbeke T, et al. Imaging for the diagnosis and follow-up of ankylosing spondylitis: Development of recommendations for clinical practice based on published evidence and expert opinion. Joint Bone Spine 2007;74: [8] Healy PJ, Helliwell PS. Classification of the spondyloarthropathies. Curr Opin Rheumatol 2005;17: [9] Rudwaleit M, Khan MA, Sieper J. The challenge of diagnosis and classification in early ankylosing spondylitis. Arthritis Rheum 2005;52: [10] Pavy S, Allanore Y, Kahan A. Spondylarthropathies et médicaments anti- TNF. Rev Med Interne 2005;26: [11] Braun J, Sieper J. Ankylosing spondylitis. Lancet 2007;369: [12] Mansour M, Cheema GS, Naguwa SM, Greenspan A, Borchers AT, Keen CL, et al. Ankylosing spondylitis: a contemporary perspective on diagnostic and treatment. Semin Arthritis Rheum 2007;36: [13] Brandt J, Spiller I, Song IH, Vahldiek JL, Rudwaleit M, Sieper J. Performance of referral recommendations in patients with chronic back pain and suspected axial spondyloarthritis. Ann Rheum Dis 2007;66: [14] Rudwaleit M, van der Heijde D, Khan MA, Braun J, Sieper J. How to diagnose axial spondyloarthritis early. Ann Rheum Dis 2004;63: [15] Burton PR, Clayton DG, Cardon LR, et al., Wellcome Trust Case Control Consortium. Association scan of 14,500 nonsynonymous SNPs in four diseases identifies autoimmunity variants. Nat Genet 2007;39: [16] Dougados M. Psoriatic arthritis: is it for real? Jone Bone Spine 2007;74: [17] van der Linden SM, Valkenburg HA, Cats A. Evaluation of the diagnostic criteria for ankylosing spondylitis: a proposal for modification of the New York criteria. Arthritis Rheum 1984;27: [18] Khan MA. Thoughts concerning the early diagnosis of ankylosing spondylitis and related disease. Clin Exp Rheumatol 2002;20(Suppl 28):S6 20. [19] Amor B, Dougados M, Mijiyawa M. Critères de classification des spondylarthropathies. Rev Mal Osteoartic 1990;57:85 9. [20] Dougados M, van der Linden S, Juhlin R, Huitfeldt B, Amor B, Calin A, et al., European Spondylarthropathy Study Group. The European Spondylarthropathy Study Group preliminary criteria for the classification of spondylarthropathy. Arthritis Rheum 1991;34: [21] Collantes E, Veroz R, Escudero A, Munoz E, Munoz MC, Cisnal A, et al., Spanish Spondylarthropathy Group. Can some cases of possible spondylarthopathy be classified as definite or undifferentiated spondylarthropathy? Value of criteria for spondylarthropathies. Joint Bone Spine 2000;67: [22] D Agostino MA, Bechara K, Salliot C, Monnet D, Judet O, Moura B, et al. Evaluation of power Doppler ultrasonography (pdus) in patients consulting for suggestive clinical symptoms. Arthritis Rheum 2005;52(suppl):S630. [23] Schumacher HR, Bardin T. The spondylarthropathies: classification and diagnosis. Do we need new terminologies? Baillière s. Clin Rheumatol 1998;12: [24] Saraux A, Guillemin F, Guggenbuhl P, Roux CH, Fardellone P, Le Bihan E, et al. Prevalence of spondylarthropathies in France: Ann Rheum Dis 2005;64: [25] Bakland G, Nossent HC, Gran JT. Incidence and prevalence of ankylosing spondylitis in Northern Norway. Arthritis Rheum 2005;53: [26] Alamanos Y, Papadopoulos NG, Voulgari PV, Karakatsanis A, Siozos C, Drosos AA. Epidemiology of ankylosing spondylitis in Northern Greece, Rheumatology (Oxford) 2004;43: [27] Feldtkeller E, Khan MA, van der Heijde D, van der Linden S, Braun J. Age at disease onset and diagnosis delay in HLA-B27 negative vs. positive patients with ankylosing spondylitis. Rheumatol Int 2003;23:61 6. [28] Kumar A, Bansal M, Srivastava DN, Pandhi A, Menon A, Mehra NK, et al. Long-term outcome of undifferenciated spondylarthropathy. Rheumatol Int 2001;20: [29] Sampaio-Barros PD, Bertolo MB, Kraemer MH, Marques-Neto JF, Samara AM. Undifferentiated spondyloarthropathies: a 2-year follow-up study. Clin Rheumatol 2001;20: [30] van Tubergen A, Coenen J, Landewé R, Spoorenberg A, Chorus A, Boonen A, et al. Assessment of fatigue in patients with ankylosing spondylitis: a psychometric analysis. Arthritis Rheum 2002;47:8 16. [31] Amor B, Santos RS, Nahal R, Listrat V, Dougados M. Predictive factors for the long-term outcome of spondyloarthropathies. J Rheumatol 1994;21: [32] Doran MF, Brophy S, MacKay K, Taylor G, Calin A. Predictors of longterm outcome in ankylosing spondylitis. J Rheumatol 2003;30: [33] Baraliakos X, Listing J, Rudwailet M, Haibel H, Brandt J, Sieper J, et al. Progression of radiographic damage in patients with ankylosing spondylitis: defining the central role of syndesmophytes. Ann Rheum Dis 2007;66: [34] Lee W, Reveille JD, Davis JC, Learch TL, Ward MW, Weisman MH. Are there gender differences in severity of ankylosing spondylitis? Results from the PSOAS cohort. Ann Rheum Dis 2007;66: [35] Vander Cruyssen B, Ribbens C, Boonen A, Mielants H, de Vlam K, Lenaerts J, et al. The epidemiology of ankylosing spondylitis of anti-tnf therapy in daily rheumatology practice. Ann Rheum Dis 2007;66: [36] Huscher D, Merkesdal S, Thiele K, Zeidler H, Schneider M, Zink A, German Collaborative Arthritis Centres. Cost of illness in rheumatoid arthritis, ankylosing spondylitis, psoriatic arthritis and systemic lupus erythematosus in Germany. Ann Rheum Dis 2006;65: [37] Davis JC, van der Heijde D, Braun J, Dougados M, Cush JO, Clegg D, et al. Recombinant human tumor necrosis factor receptor (etanercept) for treating ankylosing spondylitis. A randomized, controlled trial. Arthritis Rheum 2003;48: [38] van der Heijde D, Dijkmans B, Geusens P, Sieper J, DeWoody K, Williamson P, et al. Efficacy and safety of infliximab in patients with Ankylosing Spondylitis. Arthritis Rheum 2005;52: [39] van der Heijde D, Kivitz A, Schiff MH, Sieper J, Dijkmans BA, Braun J, et al. Efficacy and safety of adalimumab in patients with ankylosing spondylitis: results of a multicenter, randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Arthritis Rheum 2006;54: [40] Heiberg MS, Nordvag BY, Mikkelsen K, Rødevand E, Kaufmann C, Mowinckel P, et al. The comparative effectiveness of tumor necrosis factorblocking agents in patients with rheumatoid arthritis and patients with ankylosing spondylitis: A six-month, longitudinal, observational, multicenter study. Arthritis Rheum 2005;52: [41] Masson C. Données nouvelles sur les spondylarthropathies. Rev Rhum 2007;74(hors-série 3):2 23. [42] van der Heijde D, Han C, Devlam K, Burmester G, van den Bosch F, Williamson P, et al. Infliximab improves productivity and reduces workday los in patients with ankylosing spondylitis: results from a randomized, placebo-controlled trial. Arthritis Rheum 2006;55: [43] Brandt J, Haibel H, Reddig J, Sieper J, Braun J. Successful short term treatment of severe undifferentiated spondyloarthropathy with theantitumor necrosis factor-alpha monoclonal antibody infliximab. J Rheumatol 2002;29: [44] Brandt J, Khariouzov A, Listing J, Haibel H, Sörensen H, Rudwailet M, et al. Successful short term treatment of patients with severe undifferentiated spondyloarthritis with the anti-tumor necrosis factor-alpha fusion receptor protein etanercept. J Rheumatol 2004;31: [45] Braun J, Baraliakos X, Golder W, Brandt J, Rudwaleit M, Listing J, et al. Magnetic resonance imaging examinations of the spine in patients with ankylosing spondylitis, before and after successful therapy with infliximab: evaluation of a new scoring system. Arthritis Rheum 2003;48: [46] Braun J, Landewé R, Hermann KG, Han J, Yan S, Williamson P, et al. Major reduction in spinal inflammation in patients with ankylosing spondylitis after treatment with infliximab: results of a multicenter, randomized, double-blind, placebo-controlled magnetic resonance imaging study. Arthritis Rheum 2006;54: [47] Baraliakos X, Davis J, Tsuji W, Braun J. Magnetic resonance imaging examinations of the spine in patients with ankylosing spondylitis before and after therapy with the tumor necrosis factor Receptor fusion protein Etanercept. Arthritis Rheum 2005;52: [48] Baraliakos X, Listing J, Brandt J, Haibel H, Rudwailet M, Sieper J, et al. Radiographic progression in patients with ankylosing spondylitis after 4 yrs of treatment with the anti-tnf- antibody infliximab. Rheumatology 2007;46: [49] Rudwaleit M, Metter A, Listing J, Sieper J, Braun J. Inflammatory back pain in ankylosing spondylitis: a reassessment of the clinical history

10 E. Pertuiset / La Revue de médecine interne 29 (2008) for application as classification and diagnostic criteria. Arthritis Rheum 2006;54: [50] Sieper J, Rudwailet M. Early recommendations for ankylosing spondylitis (including pre-radiographic and radiographic forms) in primary care. Ann Rheum Dis 2005;64: [51] Spoorenberg A, van der Heijde D, de Klerk E, Dougados M, de Vlam K, Mielants H, et al. Relative value of erythrocyte sedimentation rate and C- reactive protein in assessment of disease activity in ankylosing spondylitis. J Rheumatol 1999;26: [52] Provensol T, el Hassni A, Rolland Y, de Korvin B, Meadeb J, Duvauferrier R, et al. Evaluation of the scanner and radiography in rheumatic pelvispondylitis. J Radiol 1994;75(3): [53] Heuft-Dorenbosch, Landewé R, Weijers R, Wanders A, Houben H, van der Heijde D, et al. Combining information obtained from MRI and conventional radiographs in order to detect sacroiliitis in patients with recent-onset inflammatory back pain. Ann Rheum Dis 2006;65: [54] Baraliakos X, Listing J, Rudwailet M, Brandt J, Sieper J, Braun J. Radiographic progression in patients with ankylosing spondylitis after 2 years of treatment with the tumor necrosis factor antibody infliximab. Ann Rheum Dis 2005;64: [55] Oostveen J, Prevo R, den Boer J, van de Laar M. Early detection of sacroiliitis on magnetic resonance imaging and subsequent development of sacroiliitis on plain radiography. A prospective, longitudinal study. J Rheumatol 1999;26: [56] Braun J, Baraliakos X, Golder W, Hermann KG, Listing J, Brandt J, et al. Analysing chronic spinal changes in ankylosing spondylitis: a systematic comparison of conventional X rays with magnetic resonance imaging using established and new scoring systems. Ann Rheum Dis 2004;63: [57] Puhakka KB, Jurik AG, Schiottz-Chritensen B, Hansen GV, Egund N, Stengaard-Petersen K, et al. MRI abnormalities of sacroiliac joints in early spondylarthropathy: a 1-year follow-up study. Scand J Rheumatol 2004;33: [58] Puhakka KB, Jurik AG, Schiottz-Christensen B, Hansen GV, Egund N, Christiansen JV, et al. Magnetic resonance imaging of sacroiliitis in early seronegative spondylarthropathy. Abnormalities correlated to clinical and laboratory findings. Rheumatology (Oxford) 2004;43: [59] D Agostino MA, Bechara K, Salliot C, Monnet D, Judet O, Moura B, et al. Évaluation de la performance de l imagerie par résonance magnétique (IRM) du rachis lombaire et des sacro-iliaques chez des patients consultant pour des symptômes suggestifs d une spondylarthropathie. Rev Rhum 2005;72(Suppl.):933. [60] Heuft-Dorenbosch, Landewé R, Weijers R, Wanders A, Houben H, van der Linden S, et al. Performance of various criteria sets in patients with inflammatory back pain of short duration; the Maastricht early spondyloarthritic clinic. Ann Rheum Dis 2007;66:92 8. [61] Bechara K, Bousson V, Laredo J-D. Imagerie des enthèses dans les spondylarthropathies. In: Kahn MF, Bardin T, Meyer O, Orcel P, Lioté F, editors. L Actualité Rhumatologique. Elsevier SAS; p [62] D Agostino MA, Said-Nahal R, Hacquard-Bouder C, Brasseur JL, Dougados M, Breban M. Assessment of peripheral enthesitis in spondylarthropathy by ultrasonography combined with power Doppler. A cross sectional study. Arthritis Rheum 2003;48: [63] Cobo-Ibanez T, Munoz-Fernandez S, De Miguel-mendieta E, et al. Ultrasonography in the Berlin s algorithm for the diagnosis of early spondyloarthropathy. Arthritis Rheum 2007;56:S265. [64] Eshed I, Bollow M, McGonagle DG, Tan AL, Althoff CE, Asbach P, et al. MRI of enthesitis of the appendicular skeleton in spondyloarthritis. Ann Rheum Dis 2007;66:

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans Elaboration de Recommandations pour la Pratique Clinique pour l utilisation des biothérapies dans les spondylarthropathies T. Pham, F. Guillemin, P. Claudepierre, M. Luc, C. Miceli, M. de Bandt, M. Breban,

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Lombalgie inflammatoire François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Pronostic d une lombalgie aigue 1mois: 66 à 75% encore symptomatiques quelques limitations fonctionnelles 82

Plus en détail

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Plan Se pose-t-on souvent la question du test? Le test est-il pertinent?

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B.

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. Place des nouveaux critères de classification des spondyloarthrites en pratique clinique Dr. L.Tant Rhumatologue Service de Rhumatologie et Médecine Physique ULB- Hôpital Erasme

Plus en détail

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Auteur : Dr Éric TOUSSIROT, Besançon Comité éditorial : Dr Laure GOSSEC, Paris Dr Henri NATAF, Mantes-La-Jolie Relecteurs CFMR : Pr Bernard DUQUESNOY, Lille Pr

Plus en détail

Diagnostic et mesure de l activité du rhumatisme psoriasique. Pr P. CLAUDEPIERRE CHU Henri Mondor - Créteil

Diagnostic et mesure de l activité du rhumatisme psoriasique. Pr P. CLAUDEPIERRE CHU Henri Mondor - Créteil Diagnostic et mesure de l activité du rhumatisme psoriasique Pr P. CLAUDEPIERRE CHU Henri Mondor - Créteil Diagnostic Spondylarthropathies SA Juvénile Spondylarthrite Ankylosante Spondylarthrite Indifférenciée

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil

Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil SPONDYLARTHROPATHIES Définition Les Spondylarthrites spondylarthrite ankylosante rhumatisme

Plus en détail

LA SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE Rhumatisme inflammatoire chronique du bassin et de la colonne vertébrale ème rhumatisme inflammatoire chronique après la Polyarthrite Rhumatoïde et le Rhumatisme Psoriasique

Plus en détail

Actualités de la Spondyloarthrite

Actualités de la Spondyloarthrite Actualités de la Spondyloarthrite A. Baillet Service de Rhumatologie, Hôpital sud, Echirolles Nouveaux paradigmes des spondyloarthrites La spondyloarthrite Attéinte articulaire Enthésite Synovite Dactylite

Plus en détail

Les spondyloarthrites

Les spondyloarthrites Les spondyloarthrites Thao PHAM Rhumatologue Marseille Daniel WENDLING Rhumatologue Besançon Spondyloarthrites Avancées physiopathologiques : IL-23, IL-17 Éléments d environnement : Tabac Flores microbiennes

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

La Spondyloarthrite : quelques «mots» de terminologie. Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

La Spondyloarthrite : quelques «mots» de terminologie. Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil La Spondyloarthrite : quelques «mots» de terminologie Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions ponctuelles

Plus en détail

Le rachis inflammatoire. Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux

Le rachis inflammatoire. Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux Le rachis inflammatoire Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux Spondylo-arthrites SAPHO Quelques diagnostics différentiels Les spondyloarthrites Terminologie

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

Diagnostic précoce de la Spondylarthrite. Dr Laurent MARGUERIE

Diagnostic précoce de la Spondylarthrite. Dr Laurent MARGUERIE Diagnostic précoce de la Spondylarthrite Dr Laurent MARGUERIE Le concept de spondylarthropathie (SpA) Les spondylarthropathies regroupent : SpA JUVENILES SPONDYLARHRITE ANKYLOSANTE SpA INDIFFERENCIEES

Plus en détail

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 Maladie de PAGET Fractures ostéoporotiques Rhumatismes inflammatoires Spondylodiscite Fibromyalgies MALADIE DE PAGET Augmentation

Plus en détail

Spondylarthrite, spondylarthropathies : critères de diagnostic et de classification

Spondylarthrite, spondylarthropathies : critères de diagnostic et de classification Revue du rhumatisme monographies 77 (010) 43 47 Spondylarthrite, spondylarthropathies : critères de diagnostic et de classification Spondyloarthritis, spondyloarthritides: Diagnosis and classification

Plus en détail

Spondylarthrite ankylosante

Spondylarthrite ankylosante 39 Item 282 Spondylarthrite ankylosante Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une spondylarthrite ankylosante. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER

Plus en détail

Polyarthrites du sujet âgé

Polyarthrites du sujet âgé Polyarthrites du sujet âgé Classique FR+ ACCP+ PR rhizomélique ou PPR Évolution PR avec oedèmes PR bénigne FR- FR PR pseudo septique Polyarthrites du sujet âgé Le rhumatisme psoriasique est le plus tardif

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

L atteinte des sacro-iliaques en rhumatologie

L atteinte des sacro-iliaques en rhumatologie ARTICLE ORIGINAL L atteinte des sacro-iliaques en rhumatologie N. AKASBI, FZ. EL OUAZZANI, N. KADI, S. MANSOURI, L. TAHIRI, T. HARZY Service de rhumatologie, CHU Hassan II, FES Résumé: Introduction : la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 17 septembre 2014 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

IRM et spondylarthropathie

IRM et spondylarthropathie :1057-67 2010. Éditions Françaises de Radiologie. Édité par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés formation médicale continue le point sur IRM et spondylarthropathie A Feydy (1), L Gossec (2), R Bazeli,

Plus en détail

Actualités de la SPA: du diagnostic à l optimisation des traitements. Olivier Vittecoq

Actualités de la SPA: du diagnostic à l optimisation des traitements. Olivier Vittecoq Actualités de la SPA: du diagnostic à l optimisation des traitements Olivier Vittecoq Service de Rhumatologie, CHU de Rouen, Inserm U905 Centre de Compétences Maladies Autoimmunes et Systémiques rares

Plus en détail

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Spondylarthrite juvénile Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Formes de spondylarthrite de l adulte (1) Spondylarthrite ankylosante: critères de New York modifiés Sacroiliite radiologique

Plus en détail

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 23.03.09 Dr Jacquier Orthopédie - Rhumatologie - Traumatologie I)La Polyarthrite Rhumatoïde (PR) B)Signes fonctionnels C)Signes physiques F)Radios G)Traitement LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 1)Traitement

Plus en détail

Le bassin rhumatologique. Vu par un rhumatologue. C Richez, MCU-PH Service de Rhumatologie Hôpital Pellegrin

Le bassin rhumatologique. Vu par un rhumatologue. C Richez, MCU-PH Service de Rhumatologie Hôpital Pellegrin Le bassin rhumatologique. Vu par un rhumatologue C Richez, MCU-PH Service de Rhumatologie Hôpital Pellegrin Plan La problématique du clinicien La demande du clinicien Actualités 2012 sur la spondylarthrite

Plus en détail

Spondylarthrites : quoi de neuf?

Spondylarthrites : quoi de neuf? L année rhumatologique Spondylarthrites : quoi de neuf? T. SCHAEVERBEKE Service de Rhumatologie, Hôpital Pellegrin, CHU, Université Bordeaux Segalen, BORDEAUX. Quoi de neuf dans le domaine des comment

Plus en détail

I Les rencontres PRISME

I Les rencontres PRISME I Les rencontres PRISME Paris 27 mars 2010 Le programme PRISME est dédié à la formation médicale des rhumatologues libéraux et hospitaliers et à la prise en charge des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2013/2014 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 2 ème SESSION UE 1 : Appareil Locomoteur Mardi 19 août 2014 13h30

Plus en détail

Avis 8 18 Décembre 2012

Avis 8 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 8 18 Décembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation ENBREL (DCI : Etanercept

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Les ant-tnf dans les spondyloarthrites axiales non radiographiques : résultats des essais et limites. P Goupille, CHU de Tours

Les ant-tnf dans les spondyloarthrites axiales non radiographiques : résultats des essais et limites. P Goupille, CHU de Tours Les ant-tnf dans les spondyloarthrites axiales non radiographiques : résultats des essais et limites P Goupille, CHU de Tours Spectre des SpA axiales Sieper J & van der Heijde D. Arthrits Rheum 2013;65:543-55.

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Item 282 : Spondylarthrite ankylosante

Item 282 : Spondylarthrite ankylosante Item 282 : Spondylarthrite ankylosante COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Concept de spondylarthropathie...5

Plus en détail

IRM d un seul poignet

IRM d un seul poignet IRM d un seul poignet SAMIS : un score simplifié pour évaluer la polyarthrite rhumatoïde dans la pratique quotidienne C.Cyteval 1, A. Miquel 2, D.Hoa 1, J.Daures 1, X.Mariette 2, B.Combe 1 1 Montpellier

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 octobre 2009 CELEBREX 100 mg, gélule B/30 - Code CIP 354 368.1 CELEBREX 200 mg, gélule B/30- Code CIP 354 370.6 Laboratoire PFIZER Code ATC : M01AH01 Liste I Date

Plus en détail

Place des nouveaux critères de classification des spondyloarthrites en pratique clinique

Place des nouveaux critères de classification des spondyloarthrites en pratique clinique RHUMATOLOGIE Place des nouveaux critères de classification des spondyloarthrites en pratique clinique The new classification criteria for axial spondyloarthritis : implications in clinical practice L.

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES Introduction Regroupement de certaines maladies justifié par : - des ATCD familiaux communs - une association à l Ag HLAB27 - des similitudes cliniques et évolutives

Plus en détail

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis Trucs du métier Son épidémiologie et son expression Le psoriasis est une maladie cutanée inflammatoire chronique qui touche de 1 % à 3 % de la population

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales du rachis dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales du rachis dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales du rachis dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante (SPA) Tête de chapitre

Plus en détail

LES SPONDYLARTHROPATHIES. Pr. A. El Maghraoui

LES SPONDYLARTHROPATHIES. Pr. A. El Maghraoui LES SPONDYLARTHROPATHIES Pr. A. El Maghraoui Objectifs Objectif 1: Définir le concept des spondylarthropathies (SpA) Objectif 2: Faire le diagnostic précoce de la SPA Objectif 3: Décrire cliniquement une

Plus en détail

Swiss Clinical Quality Management in Rheumatic Diseases

Swiss Clinical Quality Management in Rheumatic Diseases Swiss Clinical Quality Management in Rheumatic Diseases 13 e séance de travail sur la politique de santé nationale 17 novembre 2011 Atelier 3 Dr méd. H.A. Schwarz Président de la SCQM SCQM? La SCQM est

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Les biothérapies : connaissance et attentes du grand public et des médecins généralistes

Les biothérapies : connaissance et attentes du grand public et des médecins généralistes : connaissance et attentes du grand public et des médecins généralistes Rapport d'étude - Juillet 2005 - Contacts TNS Sofres France Santé 68GM75 Nadia Auzanneau 01.40.92.45.57 nadia.auzanneau@tns-sofres.com

Plus en détail

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie B. Lauwerys Service de Rhumatologie Cliniques Universitaires Saint-Luc Novembre 2009 Prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde X Polyarthrite

Plus en détail

Spondylarthropathies. FMC DINAN _Octobre 2017-Ronan HOUITTE

Spondylarthropathies. FMC DINAN _Octobre 2017-Ronan HOUITTE Spondylarthropathies SpondylOarthropathie l Entité diagnostique regroupant plusieurs maladies possédant des caractères communs tant sur le plan clinique, radiologique que génétique : atteinte axiale (rachidienne

Plus en détail

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE H. DINTINGER Cabinet de rhumatologie Paixhans/ Attaché service de médecine interne et rhumatologie hôpital Legouest METZ Un message

Plus en détail

Arthrite psoriasique. Pr. Pierre-André Guerne Service de Rhumatologie Hôpitaux Universitaires de Genève

Arthrite psoriasique. Pr. Pierre-André Guerne Service de Rhumatologie Hôpitaux Universitaires de Genève Arthrite psoriasique Pr. Pierre-André Guerne Service de Rhumatologie Hôpitaux Universitaires de Genève Arthrite psoriasique 5 Formes! Wright V. Am J Med. 1959 Taylor, Ann Rheum Dis. 2005;64(Suppl III):107

Plus en détail

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Les rhumatismes inflammatoires Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Arthrite Rhumatoïde (RA) Voorstelling van de ziekte Arthrite Rhumatoïde Inflammation chronique des

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Faculté de Médecine de Marseille Université Aix Marseille II. Maître de stage : Dr BLANC Bernard. Récit authentique d une situation

Faculté de Médecine de Marseille Université Aix Marseille II. Maître de stage : Dr BLANC Bernard. Récit authentique d une situation Faculté de Médecine de Marseille Université Aix Marseille II Maître de stage : Dr BLANC Bernard. Récit authentique d une situation complexe en Cabinet : La lombalgie symptomatique Semestre de stage : 4

Plus en détail

spondylarthropathies

spondylarthropathies CHU de BORDEAUX Spondylarthrite ankylosante et spondylarthropathies p Item 282 : Diagnostiquer une spondylarthrite ankylosante. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Histoire

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite!

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Dr. Sarah Campillo Rhumatologue pédiatrique, Hôpital de Montréal pour enfants Juvenile rheumatoid arthritis: growth retardation Savez-vous que L arthrite touche

Plus en détail

Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites

Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites RECOMMANDATIONS Décembre

Plus en détail

ARTHRITES DU SUJET AGE

ARTHRITES DU SUJET AGE ARTHRITES DU SUJET AGE D. Wendling Rhumatologie, CHU Université de Franche-Comté Besançon Rhumatismes Inflammatoires du sujet âgé Diminution : - mobilité - autonomie - qualité de vie Diagnostic parfois

Plus en détail

Spondylarthrite grave

Spondylarthrite grave Titre du document (En-tête) GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Spondylarthrite grave Décembre 2008 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication 2, avenue

Plus en détail

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Rationnel Lymphocyte B Rationnel Costimulation Lymphocyte B Lymphocyte T Cytokines Th2 Anticorps anti CD 20 Le Rituximab

Plus en détail

Spondylarthropathies et maladie de Crohn

Spondylarthropathies et maladie de Crohn Spondylarthropathies et Pr René-Marc FLIPO Centre Hospitalier et Universitaire de Lille Le contenu de ces pages est rédigé sous la seule responsabilité de ses auteurs. Mais qu appelle-t-on «spondylarthropathies»?

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Cas pratiques en Rhumatologie. Dr Gabriela Buffet

Cas pratiques en Rhumatologie. Dr Gabriela Buffet Dr Gabriela Buffet Cas pratiques - cas N 1 Recueil des informations : : Femme de 50 ans Couverture de prêt : 150 000 / 15 ans Garanties souscrites : DC/PTIA et ITT/IPT (Fr. 90 jrs) Questionnaire Médical

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Auteur : Dr Mallem. D Co-auteurs : Benlahcene. B, Sai. A, Rouabhia. S, Abderahmane. K, Chinar.

Plus en détail

CIMZIA MC Spondylite ankylosante

CIMZIA MC Spondylite ankylosante CIMZIA MC Spondylite ankylosante OCTOBRE 2014 Marque de commerce : Cimzia Dénomination commune : Certolizumab pegol Fabricant : U.C.B. Forme : Solution pour injection S.C. (seringue) Teneur : 200 mg/ml

Plus en détail

La Hanche de l enfant et de l adolescent

La Hanche de l enfant et de l adolescent La Hanche de l enfant et de l adolescent Cafcim 29 Septembre 2012 Sébastien Brunot, Hervé Laumonier, Hervé Bouin Imagerie médicale, Clinique du Tondu Ostéomyélite Ostéochondrite Epiphysiolyse Rhume de

Plus en détail

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES?

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? Marc Marty MD Service rhumatologie Hôpital H Mondor 94 000 Créteil France Section

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2007 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

SPONDYLO- ARTHRITES NOUVEAU CONCEPT DES SPONDYLARTHROPATHIES. Dr Gabriela BUFFET Infectiologue, Médecin-conseil

SPONDYLO- ARTHRITES NOUVEAU CONCEPT DES SPONDYLARTHROPATHIES. Dr Gabriela BUFFET Infectiologue, Médecin-conseil OCTOBRE 2016 SCOR inform SPONDYLO- ARTHRITES NOUVEAU CONCEPT DES SPONDYLARTHROPATHIES Dr Gabriela BUFFET Infectiologue, Médecin-conseil Dr XUÂN-VIÊT PHAM Rhumatologue, Médecin-conseil Glossaire Antigène

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Spondyloarthrites. Spondylarthrite ankylosante & maladies apparentées de la colonne vertébrale.

Spondyloarthrites. Spondylarthrite ankylosante & maladies apparentées de la colonne vertébrale. Spondyloarthrites Spondylarthrite ankylosante & maladies apparentées de la colonne vertébrale. Chère patiente, cher patient, Chers proches, Dans mon cabinet, je reçois de nombreux patients souffrant de

Plus en détail

Le rhumatisme psoriasique méconnu, polymorphe, curable

Le rhumatisme psoriasique méconnu, polymorphe, curable Journée de FMC Rhumatologie - Dermatologie Le rhumatisme psoriasique méconnu, polymorphe, curable Journée de FMC 13 octobre 2016 Béatrice Bouvard Service de Rhumatologie CHU et Université Angers Rhumatisme

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 6 juin 2012

Communiqué de presse. Bâle, le 6 juin 2012 Communiqué de presse Bâle, le 6 juin 2012 RoACTEMRA de Roche, administré à titre d agent thérapeutique unique, a entraîné une régression plus significative des signes et symptômes de polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette "

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue Xavier Dufour Gilles Barette Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette " Définition" # Société Française de Rhumatologie! # Douleur allant de la charnière dorsolombaire au bassin pouvant irradier jusqu$au

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail