L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques"

Transcription

1 Stratégi publiqu n 2 - avril 2014 L audit : écoutr, obsrvr pour miux maîtrisr ls risqus La maîtris ds risqus D irigr un administration trritorial t mttr n œuvr l projt d un mandatur impliqu d savoir prndr ds risqus t d ls maîtrisr. Au cours ds drnièrs annés, ls outils déployés pour pilotr ls risqus d non conformité juridiqu, d insuffisant qualité ds prstations rndus aux usagrs, d attint au patrimoin, d mauvais utilisation ds rssourcs financièrs, d insuffisant capacité à rndr compt ont été rnforcés. Cpndant, l xtnsion ds périmètrs d compétncs, l rssrrmnt ds contraints budgétairs, la réaffirmation ds dmands ds usagrs nous contraignnt sans css à réintrrogr la prtinnc t l fficacité d nos systèms d contrôl intrn pour s assurr d lur prtinnc t d lur fficacité. Ls défis auxquls nos collctivités sont confrontés xignt d savoir rgardr nos organisations d manièr périodiqu sous un angl différnt. C st pourquoi l Départmnt d la SinSaint-Dnis a construit un démarch intégré d maîtris ds risqus dont la clé d voût st l audit intrn. La maîtris ds risqus st ainsi un ds briqus d notr dispositif d pilotag. Valéry Molt Dirctur général ds srvics du Départmnt d la Sin-Saint-Dnis JOURNÉE D ÉTUDES 19 JUIN 2013 La démarch d managmnt ds risqus du Consil général Dirction d l'audit Intrn L managmnt ds risqus dans ls ntrpriss HW OHV FROOHFWLYLW«V ORFDOHV b Rgards Croisés Judi 29 mars 2012 à Bobigny L Départmnt d la Sin-Saint-Dnis accuill un journé d étud organisé par l Association National ds Dircturs Généraux t ds Dircturs Généraux Adjoints ds Régions t ds Départmnts t l Association pour l Managmnt ds Risqus t ds Assurancs d l Entrpris, n partnariat avc l Cntr National d la Fonction Publiqu Trritorial t la Conférnc ds Inspcturs t Auditurs Trritoriaux Pour un millur maîtris ds activités t un millur srvic rndu à l'usagr Ctt journé st soutnu par : SOMMAIRE Dépassr la vision d l inspction t du contrôl Organisr la gstion ds risqus La cartographi ds risqus Un cadr d intrvntion spécifiqu t rconnu Passr à l act : un nécssair pragmatism L nju d la profssionnalisation L impératif du suivi ds rcommandations Prspctivs Un publication du Départmnt d la Sin-Saint-Dnis

2 Dépassr la vision d l inspction t du contrôl L évolution ds njux t problématiqus ds collctivités trritorials appll un réflxion sur la maîtris ds risqus. Ls missions d'inspction doivnt êtr rfondus au sin d'un approch plus intégré n s'appuyant sur ls référntils d l'audit intrn t d la maîtris ds risqus Dépassr l approch d l inspction La présnc d srvics n charg d missions d inspction au sin d l administration st ancinn, n particulir au sin ds srvics d l Etat. Cs corps d inspction sont bin souvnt l héritag d pratiqus d l Ancin régim (intndants ou gouvrnurs), d la Révolution (ls rprésntants n mission), ds inspctions spécialisés créés par Napoléon 1 r (Inspction ds lycés créé n 1802), tc. Cs srvics étaint chargés d réalisr ds contrôls ds srvics déconcntrés afin d s assurr du rspct ds dirctivs t obligations définis par l autorité cntral. Ils réalisnt dpuis égalmnt ds missions d étuds ou d consils à la dmand d lur autorité hiérarchiqu. Au sin d l Etat, ls inspctions sont ds srvics qui s appuint sur ds corps créés par la loi t l décrt. Puvnt êtr cités à titr d xmpl : - l inspction général d l administration, - l inspction général ds financs, - l inspction général d l éducation national, - l inspction général ds affairs socials, tc. Ls collctivités trritorials disposnt égalmnt parfois d srvics d inspction. Cpndant, à la différnc d l Etat, cs srvics sont créés à l initiativ d chaqu collctivité. Ls missions qui lur sont confiés sont souvnt prochs d clls d l Etat : invstigation n cas d fraud ou d non-rspct du cadr normatif, d règlmnts intrns, d instructions ou d norms tchniqus. Ells puvnt égalmnt réalisr ds étuds prospctivs, ds évaluations t xrcr un fonction d consil. L inspction apparaît ainsi au-dlà du champ ds nquêts disciplinairs rcouvrir ds réalités très différnts, n pas s caractérisr par un fonction précis t êtr avant tout un srvic rattaché à l Exécutif. Vrs l déploimnt ds dispositifs d maîtris ds risqus Ls missions ds srvics d inspction sont souvnt assimilés à l analys d incidnts déjà survnus, à l intrrogation d l application d règlmnts, à la préparation d priss d sanction ou à l évaluation d la manièr d srvir d un prsonn. Cs approchs sont aujourd hui profondémnt rnouvlés n s appuyant sur un approch du contrôl intrn construit sur l évaluation ds risqus, t non sur clls ds prsonns ou d la sul conformité. La maîtris ds risqus au sin d l Etat L décrt n du 28 juin 2011 pos l obligation d mis n œuvr d un dispositif d maîtris ds risqus fondé sur l contrôl t l audit intrns dans chaqu ministèr. La circulair du 30 juin 2011 visé par l Prmir Ministr portant sur la mis n œuvr d l audit intrn dans l administration prévoit la création d comités d audit ministérils t d missions ministérills d audit intrn. Ctt circulair précis égalmnt qu cs drnièrs puvnt êtr confiés aux srvics d inspction ou à d nouvlls structurs spécialmnt créés. Cla impliqu un nécssair profssionnalisation t harmonisation ds pratiqus au sin du comité d harmonisation intrministéril d l audit intrn afin notammnt d pouvoir fair valoir ls initiativs priss auprès ds partnairs uropéns. En fft, ls njux d la gstion ds politiqus publiqus ont baucoup évolué cs drnièrs annés. Fac aux contraints budgétairs ou à la modification ds champs d compétncs, ls organisations publiqus doivnt concvoir un gstion prospctiv d lurs activités. Ctt gstion impliqu l idntification t l évaluation ds risqus qui compromttnt la mis n œuvr d cs politiqus n s appuyant sur un systèm d contrôl intrn. Clui-ci put êtr défini comm tout msur pris par l Exécutif, la Dirction général t ls srvics d la collctivité afin d gérr ls risqus t 2

3 Ls composants d un systèm d maîtris ds risqus Ls objctifs du managmnt ds risqus Attint ds objctifs - stratégi Maîtris procssus opérationnls Conformité aux lois t règlmnts Gstion ds rssourcs humains Présrvation du patrimoin Rporting fiabl Un nvironnmnt intrn favorabl Ls 8 élémnts indispnsabls au managmnt ds risqus Un définition ds objctifs Un idntification ds risqus Un évaluation ds risqus Un traitmnt ds risqus Ds activités d contrôl Srvics Dirctions Départmnt Un information t un communication fluids Un pilotag Tous ls nivaux d la collctivité L approch d la maîtris ds risqus concrn tous ls nivaux hiérarchiqus t opérationnls d la collctivité. L audit intrn a la rsponsabilité d n évalur la prtinnc t l fficacité n s appuyant sur la cartographi ds risqus. d'accroîtr la probabilité qu ls buts t objctifs poursuivis sront attints. L audit intrn a comm mission d évalur périodiqumnt l fficacité d cs dispositifs d contrôl intrn. L'audit intrn st un activité indépndant t objctiv dont la valur ajouté st d drssr ds constats t d établir ds préconisations pour sécurisr l attint ds objctifs. Par son approch systématiqu t méthodiqu, il apport un point d vu util à la Dirction général t à l Exécutif. Ls dispositifs d maîtris ds risqus dans ls ntrpriss Ls systèms d maîtris ds risqus au sin ds ntrpriss portaint à l origin principalmnt sur la régularité t la sincérité ds compts annuls. C périmètr rstrint st aujourd hui dépassé t mbrass tous ls typs d risqus suit au krach boursir d , aux criss d la dtt t aux faillits d ntrpriss tlls Enron ou World- Com. La loi Sarbans-Oxly a abouti aux Etats-Unis à la définition d un référntil contraignant d contrôl intrn inspiré d un modèl applé COSO, transposé pu d tmps après au contxt français par l Autorité ds Marchés Financirs. D'autrs txts uropéns ou nationaux sont vnus complétr cs obligations comm ls dirctivs uropénns Solvabilité 1 t 2 ou la loi sur la sécurité financièr notammnt. 3 Marylis Lbranchu, ministr d la Réform d l'état, d la Décntralisation t d la Fonction publiqu : «L audit st aussi l complémnt nécssair d l évaluation : l un prmt d s assurr qu ls objctifs prioritairs sront attints, l autr vérifi l adéquation ds objctifs aux bsoins. Dans ls dux cas, il s agit d apportr aux décidurs la lucidité qui lur st nécssair pour fair ds choix. Il st donc ssntil, qu la démarch d contrôl intrn t d audit intrn n s limit pas aux suls njux financirs t comptabls. La maîtris ds risqus comptabls t financirs st crts important, mais cll ds risqus inhérnts aux métirs l st tout autant.» Extrait d l avant-propos du Rapport d activité du Comité d harmonisation d l audit intrn (CHAI), spt Pour parvnir à apprécir l fficacité du contrôl intrn, il st décisif d rdéfinir ls fonctions t ls méthods d travail t d dépassr la vision traditionnll d l inspction. L Etat ainsi qu crtains collctivités trritorials ont saisi ct nju t déployé ds dispositifs intégrés d maîtris ds risqus fondés sur l contrôl t l audit intrns. C st par aillurs un obligation, par xmpl, au nivau d chaqu ministèr dpuis la publication d un décrt n Dépassr la vision d l Inspction t du contrôl

4 Organisr la gstion ds risqus Tout démarch d gstion intégré ds risqus impliqu l déploimnt d'un organisation adapté. La coordination d l nsmbl ds activités liés à la maîtris ds risqus t la mis n œuvr d un modèl d gouvrnanc fficac assur à la fois la rsponsabilisation d chacun t la mobilisation d tous. L modèl ds trois ligns d maîtris (cf. schéma ci-contr) apport ds réponss quant à l organisation d la gouvrnanc d la maîtris ds risqus. Il s appui sur ls rcommandations ds autorités d contrôl t transpos d manièr pragmatiqu ls bonns pratiqus obsrvés dans ls différnts organisations. Chacun d cs trois ligns a son propr rôl à jour. Un réaffirmation d la rsponsabilité ds opérationnls dans la maîtris ds risqus La prmièr lign d maîtris st cll ds opérationnls t d l ncadrmnt. Il lur appartint d évalur ls risqus proprs aux activités ou projts dont ils ont la rsponsabilité mais aussi d définir t mttr n œuvr l systèm d contrôl intrn l plus prtinnt, n particulir concrnant ls dispositifs d vérifications d prmir t d scond nivau, d l application du princip d séparation ds tâchs Un animation t un contrôl assurés par la duxièm lign d maîtris La duxièm lign st constitué ds srvics fonctionnls rsponsabls d domains d xprtis t d fonctions dédiés à l animation d démarchs transvrsals d gstion ds risqus (animaturs AMRAE t IFACI L Association pour l managmnt ds risqus t ds assurancs d l ntrpris (AMRAE) st la prmièr association uropénn d risqus managrs profssionnls ds métirs du risqu t ds partnairs spécialisés dans la gstion ds risqus. Ell rassmbl plus d 850 dircturs ds risqus t/ou ds assurancs. L Institut français d l audit t du contrôl intrn (IFACI) rassmbl plus d profssionnls d l audit t du contrôl intrns n Franc. Il st affilié à l IIA (Th institut of Intrnational Auditors), qui bénéfici d un résau d adhérnts répartis dans plus d 160 pays. d démarchs qualité, rsponsabls ds plans d continuité d activité, risk managrs, contrôlurs d gstion ). Cs acturs disposnt n fft d un xprtis t d un savoir-fair uniqus pour appuyr ls rsponsabls opérationnls t rndr compt ds démarchs ntrpriss. Un évaluation global t indépndant du dispositif conduit par la troisièm lign La fonction d audit intrn st la troisièm lign d maîtris. Ell s doit d êtr indépndant t rattaché au plus haut nivau d l organisation. Ell apport un évaluation périodiqu à la Dirction général t à l Exécutif d l fficacité d la maîtris ds activités t ds risqus par l organisation. Ctt assuranc global port sur l fficacité ds dux prmièrs ligns d maîtris t nglob tous ls typs d risqus. Ell doit prmttr d apportr ds éclairags distanciés, ds consils, ds préconisations. Un appui à la Dirction général t à l Exécutif Ctt organisation vis à apportr un assuranc à l Exécutif t à la Dirction général qu ls msurs priss pour la réalisation ds ngagmnts sont suffisants. Ils jount ainsi un rôl clf, «au cœur du dispositif d maîtris global ds risqus» pour donnr ds orintations sur l nivau d maîtris souhaité. Ls organisations ont bsoin d un rsponsabilité clairmnt défini n matièr d maîtris ds risqus. Il appartint à la Dirction général d concvoir t d gérr ds dispositifs fficacs d gstion ds risqus t d contrôl intrn, indiqunt l AMRAE t l IFACI (voir ci-contr) dans un étud récnt. Ds xmpls d organisation ont été présntés lors d la journé d étuds organisé par l Départmnt qui s st déroulé l 19 juin 2013 n partnariat avc l Association National ds Dircturs généraux ds Grands Collctivités Trritorials, l IFACI, l AMRAE t la conférnc ds inspcturs t auditurs trritoriaux. 4

5 Modèl ds trois Modèl ligns ds d trois maîtris ligns d maîtris 1 èr lign d maîtris 2 èm lign d maîtris 3 èm lign d maîtris Managmnt opérationnl Dirction général S.I. R.H. Juridiqu Financs HSE Contrôl d gstion Consil assurancs conformité gstion ds risqus contrôl intrn Comité d audit Audit intrn Audit xtrn (CRC, Contrôl d légalité, comptabl public) Législatur Ls bénéfics rchrchés par ctt structuration sont multipls : rsponsabilisr ls acturs à tous ls nivaux d l organisation, clarifir lurs rôls t rsponsabilités dans l fonctionnmnt du dispositif, garantir la pris n compt ds contraints d chaqu parti prnant t démontrr l importanc d un approch global. Dux ds xmpls rtnus concrnaint la Vill d Paris t la SNCF : - ls trois ligns d maîtris à la Vill d Paris : - ls dirctions opérationnlls : rsponsabls ds risqus t d lur maîtris ; - ls dirctions supports : assistnt ls opérationnls dans lur activité t lur maîtris ds risqus ; ont ds résaux d référnts dans ls dirctions opérationnlls (contrôlurs d gstion, chargés d financs, chargés juridiqus) ; - l Inspction général : s assur d l fficacité ds systèms d maîtris ds risqus t d la maîtris d l activité grâc à ds missions d audit, d inspction t d évaluation ds politiqus municipals, st rattaché au Mair d Paris. Ls trois ligns à la SNCF La Dirction d l audit t ds risqus rgroup : - l Srvic managmnt ds risqus, qui ncadr un résau d «risk managrs» déployé au 5 sin ds dirctions. Ls risk managrs idntifint t évalunt ls risqus - l Srvic contrôl intrn, qui ncadr un résau d contrôlurs intrns déployé au sin ds dirctions. Ls contrôlurs élabornt ds procédurs t mttnt n ouvr ls contrôls adaptés aux risqus - l Srvic sécurité ds systèms d information (SI), qui ncadr un résau d rsponsabls sécurité ds SI n charg ds contrôls sur ls SI - l Srvic d audit, qui évalu l contrôl intrn n mnant ds audits. Ctt dirction st rattaché au Présidnt du Consil d administration t au Comité d audit, ds compts t ds risqus. Organisr la gstion ds riqus

6 La cartographi ds risqus Tout démarch intégré d maîtris ds risqus doit prmttr d idntifir ls principaux risqus pouvant affctr l organisation. La cartographi ds risqus st autant un outil qu un démarch. En fonction d la démarch rtnu, cla amèn l ncadrmnt qui st n charg du pilotag (d la mis n œuvr) d un projt, d un activité, d prstations à s intrrogr sur ls risqus proprs à ss périmètrs d rsponsabilité au rgard du cadr juridiqu à rspctr, ds procssus opérationnls, ds budgts alloués, ds outils tchniqus utilisés Définition ntan rprés u t s s agé squ hi ds ri qus, part la s p ri ra s g o d rt a l t La c globa supériur étiqu t drmnt a èrc li n tion synth u g l t, ré rmn posr d is a d c n d l t r pa rm rés t c. Ell p qus avé n s a ri s rn v d u x go liu n état ds mnt d u. potntils Ensuit, il s agit d s intrrogr sur ls actions d maîtris déployés pour assurr la gstion d cs risqus, c'st-à-dir sur la prtinnc t l fficacité du systèm d contrôl intrn. L croismnt d ctt analys avc l évaluation ds risqus potntils prmt d détrminr l risqu résidul, c'st-à-dir l vrai nivau d risqu auqul la collctivité st xposé. L a cartographi st un instrumnt d pilotag qui donn à voir quls sont ls risqus suscptibls d compromttr la mis n œuvr du projt d la collctivité t l rspct d ss obligations. Ell st donc un instrumnt d aid à la décision au srvic d la Dirction général t ds Elus. L actualisation annull d la cartographi prmt d suivr ls progrès accomplis mais aussi d mttr n évidnc ls nouvaux njux. Sa construction rpos sur un appréciation du nivau d risqu potntil, dit risqu brut, n trms d impact (qu s pass-t-il si l risqu survint t qul st l nivau d gravité ds conséquncs évntulls?) t n trms d probabilité (st-c qu j suis concrné par c risqu?). Au-dlà ds informations qu ct outil prmt d collctr, la démarch prmt d initir un réintrrogation régulièr du systèm d contrôl intrn t d la pris n compt ds risqus qu ils soint intrns ou Sourc : DIRCOM - CG 93 D gauch à droit : Jan-Pirr Artaud (rsponsabl d la maîtris ds risqus d Résau d Transport d'elctricité), Lionl d'harcourt (associé d la société Arngi), Agnès Bachlot Journt (Dirctric d l'audit intrn au Départmnt du Rhôn), Yannis Wndling (Dirctur d l'audit, du contrôl intrn t d la gstion ds risqus au Départmnt d la Sin-Saint-Dnis), Christin Cantournt (ancinn dirctric ds risqus du group Fromagris Bl), lors d la journé d étud sur la maîtris ds risqus du 19 juin 2013 organisé par l Départmnt aux Archivs nationals à Pirrfitt (93). 6

7 La matric du risqu brut L'établissmnt d'un cartographi ds risqus st un outil d'aid à la décision. Ell prmt d'établir ds priorités n fonction d l'impact t d la probabilité d survnanc du risqu. C'st n s'appuyant sur ctt analys du risqu brut qu l'on détrmin ls périmètrs d'action d rnforcmnt du contrôl intrn. xtrns. Pour mobilisr fficacmnt, l tmps dédié à son actualisation doit êtr court t s appuyr sur un portag marqué d la Dirction général. Comm tout instrumnt d pilotag, ll trouv son prolongmnt dans ds priss d décision t ds arbitrags qui portnt sur : ls thèms à inscrir au plan d audit pour vérifir l nivau d maîtris d risqus majurs, l adoption d plans d action d contrôl intrn afin d assurr t/ou d rnforcr la maîtris ds risqus c qui suppos d définir ds pilots t ds rsponsabls pour cs actions, d donnr du Ascndant - Dscndant? Il xist plusiurs démarchs pour actualisr un cartographi ds risqus. La démarch ascndant vis à mobilisr l ncadrmnt pour villr à l appropriation d la démarch t apprécir lur prcption ds risqus opérationnls. La démarch dscndant consist à amnr la Dirction général à statur sur ls risqus prioritairs t sur l nivau d risqu accptabl, c qui prmt d fair partagr ds priorités. La démarch mixt combin ls dux approchs t st la plus complèt. C st ctt voi qui st à privilégir car ll instaur un dialogu au sin d l organisation sur ls chantirs à ngagr. 7 sns aux dispositifs d contrôl intrn voir d ls allégr, d fair partagr ds réflxions t ds bonns pratiqus opérationnlls. Si possibl, il st intérssant d articulr la démarch avc ls autrs tmps forts d la collctivité : démarch budgétair, calndrirs d suivi du projt stratégiqu d la collctivité Ls consils à rtnir pour garantir l succès d un tll ntrpris sont : l idntification d référnts pour ls risqus priorisés t n particulir pour ls risqus majurs transvrss, l invstissmnt dans la pédagogi d l xrcic pour amnr ls prsonns à s xprimr sur crtains risqus tabous ou sur ls défaillancs d l organisation, la communication sur ls résultats t l intérêt d la démarch. La mis n cohérnc d l actualisation d la cartographi ds risqus t d l élaboration du plan d audit intrn st un garanti d la pérnnité t d la valur ajouté d la démarch. La cartographi ds risqus

8 Un cadr d intrvntion spécifiqu t rconnu Dévloppr l audit nécssit un méthodologi xignt ncadré par ls norms intrnationals d la profssion, transposés pour l sctur public. L cadr d référnc d l auditur intrn L'audit intrn st un activité indépndant t objctiv qui vis par ss missions à apportr un assuranc raisonnabl sur la maîtris ds opérations. Cs dux notions sont indispnsabls afin d garantir l impartialité t la fiabilité ds constats ainsi qu la prtinnc ds préconisations. Par son approch systématiqu t méthodiqu, ll apport un éclairag particulir, distinct d clui ds autrs fonctions d pilotag. Pour cla, la profssion d auditur s appui sur un cadr d référnc qui garantit la riguur t l profssionnalism ds travaux mnés. Ls princips clés doivnt êtr rpris au sin d un chart d audit intrn propr à chaqu organisation t collctivité. C documnt précis ls modalités d'intrvntion t d collaboration d l'audit intrn avc ls autrs srvics d la collctivité. Il précis ls ngagmnts pris par ls auditurs pour la réalisation d lurs missions conformémnt aux lttrs d mission qui lur sont adrssés. Ell indiqu commnt sont saisis ls auditurs intrns t commnt s opèr la validation ds rapports dans l cadr d un procssus contradictoir. Cs ngagmnts ds auditurs portnt aussi sur ls conditions d rspct du Cod d déontologi t ds norms profssionnlls. La définition ds norms L INTOSAI rgroup ls Institutions Supériurs d Contrôl ds Financs Publiqus d tous ls pays mmbrs d l'organisation ds Nations-Unis (i.. la Cour ds compts t ss homologus). Ell s'appui sur ds sous-commissions composés d rprésntants d plusiurs pays afin d élaborr ds norms profssionnlls. Par xmpl, la sous-commission pour l'audit d prformanc réalis ls tâchs suivants : promouvoir ls ligns dirctrics d mis n œuvr d l'audit d la prformanc, dévloppr ds norms t ligns dirctrics pour l'audit d la prformanc sur la bas ds ligns dirctrics xistants d l'intosai rlativs à l'audit d la prformanc, survillr ls dévloppmnts t réforms du sctur public t établir n continu ds stimations rlativs aux réprcussions sur l'audit d la prformanc, survillr l dévloppmnt ds théoris, méthods t évaluations prtinnts au nivau académiqu ainsi qu dans d'autrs cntrs d rchrch prtinnts t établir n continu ds stimations rlativs aux réprcussions sur l'audit d la prformanc. Ls règls d déontologi s imposant aux auditurs t déclinés dans ls charts d audit intrn sont : l intégrité : la gstion d évntuls conflits d intérêt pour ds auditurs ayant xrcé ds rsponsabilités au sin d autrs dirctions l objctivité : l rcuil ds pruvs t la formulation ds constats, l échang contradictoir la confidntialité : publicité ds rapports, consrvation ds documnts d travail la compétnc : l plan d formation ds auditurs Ls norms profssionnlls ont pour objt : d définir ls princips fondamntaux d la conduit ds travaux : formalisation d'un lttr d mission, documntation ds constats, xignc d la pruv d fournir un cadr d référnc pour la réalisation t la promotion d un larg champ d invstigation : accès aux piècs, périmètr étndu à l nsmbl ds typs d risqus d établir ls critèrs d appréciation du fonctionnmnt d l audit intrn : planification ds travaux, suivi d la mis n œuvr ds rcommandations d favorisr l amélioration ds procssus organisationnls t ds opérations : déclinaison ds préconisations n plans d action Cs norms profssionnlls sont transposés par l Institut Français d l Audit t du Contrôl Intrn 8

9 L baromètr d la gstion global ds risqus au sin ds collctivités Sourc : Baromètr d la gstion global ds risqus au sin ds collctivités, cabint Arngi La majorité ds collctivités trritorials ayant répondu à ctt étud a mis n plac un fonction d audit intrn. L métir d auditur intrn n st plus un xcption dans l paysag trritorial. (IFACI) tant pour l sctur privé qu pour l sctur public, n s appuyant sur ds profssionnls n post, notammnt au sin ds collctivités. L Comité d Harmonisation intrministéril d l Audit Intrn (CHAI) a élaboré un cadr d référnc commun à tous ls srvics d audit intrn d l Etat qui rprnd cs grands princips. Par aillurs, la Cour ds compts, n tant qu mmbr d l'organisation Intrnational ds Institutions Supériurs d Contrôl ds Financs Publiqus (INTOSAI), produit ds référntils t ds guids d bonns pratiqus portant sur l audit financir, l audit d conformité, l audit d prformanc, qui s appuint aussi sur cs princips t bonns pratiqus. 9 L auditur intrn dans l sctur public Au sin ds collctivités trritorials, aucun obligation n st fait d crér ds fonctions d audit intrn ou d s référr à c cadr d référnc. Cpndant, nombruss sont ls collctivités qui ont mis n plac ds dirctions ou ds srvics d audit intrn t qui s réfèrnt à ctt approch. L baromètr d la gstion global ds risqus au sin ds collctivités, réalisé au mois d juin 2013 par l cabint Arngi, l confirm. La transposition ds norms profssionnlls au sctur public local a été réalisé par un group d rsponsabls d audit intrn au sin d l IFACI. Par aillurs, l CNFPT propos maintnant ds formations à l audit intrn t managmnt ds risqus t ds échangs portant sur l audit intrn s tinnnt régulièrmnt à l occasion d colloqus ou d rncontrs profssionnlls. La dirction n charg d l audit intrn au Départmnt d la Sin-Saint-Dnis appliqu cs princips t s inscrit dans ctt logiqu d profssionnalisation t d xignc méthodologiqu. Un cadr d intrvntion spécifiqu t rconnu

10 Passr à l act : un nécssair pragmatism Pour convaincr d l intérêt d un démarch d gstion ds risqus, il faut rapidmnt démontrr la plus-valu t la prtinnc ds analyss conduits sur ds sujts à njux, n s'appuyant sur un démarch étayé t transparnt Très souvnt, la décision d s lancr dans un tll démarch s hurt aux craints, douts sur la faisabilité d un tll ntrpris au rgard d la cultur d l organisation, ds rprésntations d chacun sur c qu st l inspction ou l contrôl intrn. L implication d tous t la compréhnsion d la démarch sont décisivs pour n assurr la réussit. Au rgard d l xpérinc du Départmnt d la Sin-Saint-Dnis, plusiurs conditions d réussit puvnt êtr idntifiés. Rassurr t xplicitr commnt s conduit un mission d audit t commnt fonctionn un dirction n charg d l audit intrn L adhésion ds dirctions t ds agnts résid dans lur compréhnsion d la démarch. C st pourquoi, l équip n charg d l audit intrn doit : - présntr l déroulé d ss intrvntions, d la signatur d la lttr d mission jusqu à la rmis du rapport final validé, - présntr la construction du Programm d audit t l suivi d sa mis n œuvr, - xpliqur commnt la dirction s dot ds compétncs pour mnr ss travaux. Ctt démarch st décrit dans un référntil autant dstiné aux mmbrs du srvic d audit intrn qu aux autrs partis prnants. Tout cla doit êtr porté à connaissanc d l ncadrmnt d manièr régulièr lors ds prmirs mois d fonctionnmnt d la dirction n charg d ctt fonction. S assurr du portag d la Dirction général La Dirction d l audit, du contrôl intrn t d la gstion ds risqus d Sin-Saint-Dnis st rattaché au Dirctur général ds srvics, qui sign ls lttrs d mission t st l dstinatair ds rapports. Ctt validation st indispnsabl pour légitimr la fonction au sin d l administration départmntal. Cla constitu égalmnt un signal fort sur l nivau d importanc accordé aux rcommandations qui sront formulés. Démarrr par ds sujts simpls, concrts t transvrss La crédibilité d la démarch s gagn dès ls prmirs travaux, dont il import d donnr à voir très rapidmnt c qu ils rcouvrnt. L choix ds prmirs audits st ssntil : ds sujts simpls, ds thèms sur lsquls ds attnts xistnt, ds périmètrs transvrss pour touchr très largmnt ls dirctions t ls srvics. Exmpls : un audit sur ls délégations d signatur, sur la circulation du courrir, ls délais d rcrutmnt... Chiffrs clés Audit sur la circulation du courrir : 15 ntrtins 7 groups d travail réunis pour idntifir ls risqus 300 courrirs tstés Chiffrs clés Audit ds délégations d signatur : 24 dirctions rncontrés 29 ntrtins 44 tsts PILOTER Programmation du plan pluriannul d audit REALISER Mis n œuvr du plan pluriannul d audit t réalisation d missions d inspction SUPPORTER Gstion ds compétncs t ds rssourcs humains d la DACIGR Mis n œuvr t suivi du projt d la dirction Suivi d la mis n œuvr ds rcommandations Capitalisation 10

11 Ls trois fonctions d la DACIGR Cs prmièrs missions vont assoir la démarch par : - l intérêt suscité auprès d tous ls srvics - la rncontr avc ls autrs srvics - la vision global qui sra apporté sur la gstion ds risqus au sin d l organisation - la formulation d rcommandations pragmatiqus. Cs prmirs audits ont prmis d présntr la démarch t d snsibilisr ls srvics départmntaux à la gstion ds risqus. Engagr un audit avant d initir un démarch plus global d gstion ds risqus L audit a été la prmièr mission confié à la Dirction d l audit, du contrôl intrn t d la gstion ds risqus. C choix s xpliqu par la nécssité d illustrr l approch sur un périmètr simpl t concrt. La mis à jour d la cartographi ds risqus st vnu complétr l périmètr d intrvntion dans un scond tmps. Dans c cadr, la dirction mt n avant chaqu anné ls zons d risqus prioritairs. Enfin, la drnièr mission confié à la dirction st l contrôl intrn. Il s agit dans c cadr d suivr la mis n œuvr ds plans d action t d accompagnr ls dirctions. Prévoir un dispositif d accompagnmnt ds dirctions N n rstr qu aux constats t qu aux rcommandations n put êtr suffisant pour assurr l succès d la démarch d audit. Il convint d déployr un capacité d accompagnmnt ds dirctions, à titr prévntif ou d consil. Ls agnts d la dirction animnt ainsi ds formations au contrôl intrn dans l cadr ds formations dstinés à l ncadrmnt ou d réunions d information. 11 Cla prmt aux ncadrants d appréhndr ls notions d contrôl intrn t d transposr sur ds cas concrts ctt approch par ls risqus. Cla prmt aussi d fair pruv d pédagogi sur l sns t l apport ds audits intrns. L principal factur clé du succès d un démarch d audit st d xpliqur qu l équip d contrôl intrn st là pour snsibilisr, animr t formr ls dirctions opérationnlls à la gstion ds risqus, à la nécssité d formalisr ds procédurs, à la réalisation d contrôls d prmir t scond nivau. Ainsi, l rôl du contrôl intrn n st pas d réalisr à la plac ds dirctions opérationnlls mais d lur apportr un appui à ctt réalisation. Cla prmt un véritabl appropriation d la maîtris ds risqus. Facturs clés d succès d la démarch - un méthodologi formalisé - un impulsion d la Dirction général - un intérêt partagé avc ls srvics départmntaux pour ls thèms ds missions d audit - un évolution ds missions lié à la maturité d l ntité sur la gstion ds risqus - un accompagnmnt ds ncadrants. Un nécssair pragmatism

12 L nju d la profssionnalisation Sans un équip solid t compétnt, un démarch dédié à la maîtris ds risqus n aurait pas pu êtr mné. Cs fonctions sont ncor émrgnts c qui rnd la constitution d un équip t sa profssionnalisation particulièrmnt détrminants. L xignc d la gstion ds compétncs profssionnlls L cod d déontologi d l audit intrn prévoit qu ls auditurs intrns : «n doivnt s'ngagr qu dans ds travaux pour lsquls ils ont ls connaissancs, l savoir-fair t l'xpérinc nécssairs ; doivnt réalisr lurs travaux d'audit intrn dans l rspct ds norms intrnationals pour la pratiqu profssionnll d l'audit intrn ; doivnt toujours s'fforcr d'améliorr lur compétnc, l'fficacité t la qualité d lurs travaux.» La norm profssionnll 1210 portant sur la qualification ds auditurs ajout qu «ls auditurs intrns doivnt possédr ls connaissancs, l savoir-fair t ls autrs compétncs nécssairs à l'xrcic d lurs rsponsabilités individulls. L équip d audit intrn doit collctivmnt possédr ou acquérir ls connaissancs, l savoir-fair t ls autrs compétncs nécssairs à l'xrcic d ss rsponsabilités.» Participr aux réflxions ds résaux profssionnls La Dirction d l audit, du contrôl intrn t d la gstion ds risqus du Départmnt d la Sin-Saint- Dnis particip à ds résaux profssionnls pour accompagnr l rnforcmnt ds pratiqus d ss mmbrs t ntrtnir ds échangs ntr pairs. L Départmnt d la Sin-Saint- Dnis accuill t organis chaqu anné la journé d étud d l association national ds dircturs généraux ds grands collctivités consacré à la maîtris ds risqus t à l audit intrn. L group profssionnl Collctivités Trritorials d l Institut Français d l Audit t du Contrôl Intrns st présidé par l dirctur d l audit du Départmnt ; ls auditurs animnt t participnt aux unités d rchrch d c group c qui prmt chaqu anné la publication d ouvrags. La collctivité st rprésnté au sin d la commission dédié à l organisation d la maîtris ds risqus. Conférnc ds Inspcturs t Auditurs Trritoriaux L Départmnt particip aux travaux d la CIAT n assurant l lin avc l CNFPT pour contribur à la mis n plac d formations sur ls métirs d l audit intrn t du managmnt ds risqus t pour fair rconnaîtr la fonction. Savoir constitur t présrvr un équip A la différnc d l Etat t ds grands ntrpriss, la fonction d audit intrn t d managmnt ds risqus st émrgnt ; ll n st donc pas ncor totalmnt rconnu. La qustion d la visibilité t d l attractivité d la fonction s pos donc avc d autant plus d acuité. Il convint à la fois d constitur un équip d collaboraturs ayant un appétnc pour ctt disciplin t ds connaissancs tchniqus solids. Ls lvirs utilisés par l Départmnt d la Sin- Saint-Dnis dans ctt prspctiv ont été l accuil d stagiairs t d apprntis pour rpérr d futurs rcrus, l rcrutmnt d cadrs xpérimntés disposant d un légitimité au sin d l organisation t intérssés par un nouvau parcours profssionnl, la communication t la valorisation ds métirs au sin d la collctivité t n dhors, au sin ds résaux profssionnls, auprès du CNFPT ou lors du colloqu organisé chaqu anné avc l association national ds dircturs généraux ds grands collctivités. 12

13 Sourc : DIRCOM - CG 93 D gauch à droit : Jan-Pirr Dall (Inspctur général d l'administration, présidnt du group profssionnl Etat à l'ifaci), Danil Gniz (DGA Pôl médiation, concrtation t risqus majurs du Départmnt du Vauclus), Valéry Molt (dirctur général ds srvics du Départmnt d la Sin-SaintDnis), Gills Proust t Audry Lsuur (rspctivmnt Présidnt t Dirctur d Arngi), lors d la Journé d étud du 19 juin 2013 organisé par l Départmnt aux Archivs nationals à Pirrfitt (93). à la fois à ds débutants, à ds auditurs agurris, ds formations spécifiqus t ds itinérairs. Accompagnr t fidélisr ls collaboraturs L organisation d échangs d pratiqus, d rtours d xpérinc, ou d transmissions d compétncs n intrn suit aux colloqus t formations suivis prmt aussi d valorisr ls compétncs d chacun. C faisant, on travaill aussi sur l collctif t ls lins ntr ls mmbrs d l équip. L autr défi consist à fidélisr ls collaboraturs n lur offrant l opportunité d acquérir t d consolidr un xpérinc profssionnll sur un métir n dvnir au sin ds collctivités. La visibilité t la lisibilité du parcours d apprntissag sur l post sont primordials. Pour c fair, la construction d parcours d formation st ssntill. Ell prmt d apportr ds compétncs à ds prsonns n conciliant à la fois lurs projts t aspirations prsonnls (évolution vrs ds posts comptabls t financirs, vrs ds fonctions d ncadrmnt ), lur sprit d curiosité mais aussi ls bsoins d la dirction n cohérnc avc l plan d audit annul qui nécssit l acquisition d savoirs spécifiqus. L offr d formation d l IFACI, du CNFPT t d l AMRAE st ainsi très précius car cs organisms proposnt ds formations dstinés La cohabitation d auditurs d âgs t d parcours différnts put égalmnt êtr un atout dans la msur où ll prmt d fair du srvic un liu d échangs t d ouvrtur, sans s limitr aux audits t contrôls mnés, propic au dévloppmnt d projts profssionnls. L Départmnt a rçu dux prix attribués par l'ifaci sur proposition d dux jurys composés d prsonns qualifiés t indépndants. L prix coup d cour d l'innovation a été rmis n novmbr 2013 pour l déploimnt d la fonction d'audit au sin du CG93 t sa promotion au sin ds collctivités trritorials. L prix spécial du jury ds trophés d la maîtris ds risqus a été rmis n décmbr 2013 pour la mis n ouvr d'un démarch intégré d gstion ds risqus. Ci-contr, l équip d la DACIGR. 13 L nju d la profsionnalisation Enfin, ls démarchs d crtification du srvic ou ds auditurs (CIA, CPAI) puvnt êtr ncouragés pour d un part valorisr ls individus t d autr part rconnaîtr la prformanc collctiv d l équip.

14 L impératif du suivi ds rcommandations Réussir ds missions d'audit t évalur l nivau d maîtris ds risqus n sont n aucun cas ds finalités. L véritabl objctif poursuivi st la mis n œuvr d'actions corrctrics dont l suivi st au cour d la démarch. Un valur ajouté à soulignr L rsponsabl d l audit intrn doit mttr n plac un procssus d suivi prmttant d survillr t d garantir qu ds msurs ont été ffctivmnt miss n œuvr par l managmnt ou qu la Dirction général a accpté d prndr l risqu d n pas intrvnir. Il doit, slon ls norms d fonctionnmnt, mttr n plac t tnir à jour un systèm prmttant d survillr la suit donné aux résultats communiqués aux dirctions audités. S ngagr dans l suivi ds rcommandations ds audits ou d clls d la Chambr La rcommandation, finalité du travail d audit Afin d ajoutr d la valur, l auditur doit comprndr ls bsoins du managmnt d son organisation. La Dirction d l audit intrn apport d la valur lorsqu ll répond aux attnts du managmnt, n contribuant à l amélioration d l activité t ds procssus d l organisation. Un ds missions d l audit st d découvrir, par l biais d cs travaux, c qu l managmnt d l organisation n sait pas. L audit doit égalmnt idntifir ls risqus t ls problèms potntils émrgants qui touchront à trm l organisation. Ls travaux d audits doivnt donc répondr à cs attnts. Pour cla, l audit délivr ds rcommandations. Bin sûr, sul la mis n ouvr ds rcommandations prmt d concrétisr ls bénéfics attndus. L suivi ds rcommandations st donc un outil important d création d valur d l ntrpris. Régional ds Compts, c st avoir un suivi ds plans d action mnés par ls dirctions audités afin d répondr aux constats d audits. C st un complémnt pour ls trois ligns d maîtris (cf. p. 5), au mêm titr qu la démarch d contrôl intrn, la cartographi ds risqus t l audit n luimêm. Au sin du Départmnt d la Sin-Saint-Dnis, c st la DACIGR qui a la rsponsabilité du suivi ds rcommandations. Ls dirctions audités ont, lls, la rsponsabilité d la mis n œuvr opérationnll ds plans d action : lls pilotnt ls actions d amélioration. Cla signifi qu'lls idntifint qui port la rsponsabilité ds actions t donc ds risqus. Si l ngagmnt d l ncadrmnt st nécssair, l implication d l nsmbl ds agnts chargés d la mis n œuvr concrèt ds plans d action st ssntill. L rôl d la DACIGR st d xaminr si ls plans d action assurnt un bonn couvrtur ds risqus t d fair un rtour d ss obsrvations auprès d la Dirction général. La Dirction général put validr l plan d'action ou, n présnc d difficultés d mis n œuvr ds actions, accptr ls risqus tls qu'ils xistnt. La dirction n charg d l audit intrn au Départmnt d la Sin-Saint-Dnis a mis n plac un dispositif n bénéficiant d un rtour d xpérinc auprès d autrs organisations. Ls princips suivants ont été rtnus pour suivr t accompagnr la mis n œuvr ds rcommandations : rstr pragmatiqu t simpl ; rchrchr ds solutions adaptés à l organisation : séparr la rsponsabilité du suivi qui rlèv d la DA- CIGR, d cll d la mis n œuvr opérationnll ds plans d action ; 14

15 Conclusion d un mission d audit = RAPPORT D AUDIT Mis n œuvr ds plans d action (dirctions audités) Constats d audit t rcommandations (DACIGR) + RAPPORT PROVISOIRE Elaboration ds plans d action (dirctions audités) Elaboration du plan d suivi (DACIGR) + PLAN DE SUIVI + PLAN D ACTION Organisation Outils Vi d la nouvll organisation Audit d suivi (DACIGR) La rmis d'un rapport d'audit impliqu d présntr ls constats drssés t ls rcommandations qui n découlnt. C rapport fait l'objt d'un échang contradictoir avant la rmis du rapport définitif qui intègr ls obsrvations ds rsponsabls ds activités audités t ls réponss apportés à cs obsrvations. Chaqu rcommandation fait l'objt d plans d'action portés par ls dirctions concrnés tandis qu la dirction d l'audit assur l suivi d la mis n ouvr d cs plans d'action ainsi qu l'évaluation ds résultats obtnus ultériurmnt lors d'audits d suivi. élaborr un documnt sur ls bonns pratiqus rcnsés par la dirction d l audit pour la transformation ds rcommandations n plans d action dès la fin d la mission d audit ; fair vivr t évolur l systèm d suivi (mis à jour trimstrill) ; communiqur régulièrmnt auprès d la Dirction général ; fair ds points régulirs avc ls dircturs généraux adjoints sur l suivi t la mis n œuvr opérationnll ds plans d action. Ls plans d action visnt à l amélioration ffctiv ds conditions d réalisation ds activités t ds missions d la collctivité, avc ls objctifs multipls d amélioration ds prstations rndus, d analys ds usags, d travail d proximité. Ils doivnt prévnir ds contntiux, prmttr la rationalisation budgétair, Ls plans d'action sont à la fois construits au sin ds dirctions t soutnus par l'ngagmnt d la Dirction général. Ils sont bâtis avc l aid d outils d suivi qui intègrnt ds priorités, ds échéancs, ds étaps, un calndrir, pour chacun ds actions, la désignation ds rsponsabls d la mis n œuvr, l coût d la mis n œuvr, l évaluation. La DACIGR intrvint n accompagnmnt dans l suivi, l aid à la mis n œuvr t jou un rôl d 15 consil méthodologiqu, d xplication pédagogiqu. Ct accompagnmnt vis à prmttr aux dirctions d s approprir la démarch d contrôl intrn t la maîtris ds risqus. La rsponsabilité lur n incomb complètmnt. L suivi st fait sur ls points d avancé mais aussi sur l analys ds causs d non mis n œuvr du plan d action. C typ d suivi ds rcommandations st déclaratif mais il doit intégrr un minimum d élémnts justificatifs. Il put êtr complété par ds audits d suivi mnés par ds auditurs t réalisés pour s assurr d l ffctivité d la mis n œuvr. Il s agit dans c cas, d audits sous form d tsts sur piècs t sur plac. L nju du suivi ds rcommandations

16 Prspctivs Ls prmirs élémnts d bilan d la démarch initié il y a quatr ans soulignnt l apport d la démarch tant n intrn qu n xtrn pour un millur maîtris ds risqus. Vrs un millur insrtion dans la gouvrnanc L implication t l portag par la Dirction général ont constitué sans contst ds points forts pour la réussit du projt mné au sin d la collctivité. Chaqu trimstr, la DACIGR rnd compt d son activité aux dircturs généraux adjoints sur la conduit d ss travaux d audit, d son suivi ds plans d action t d l actualisation d la cartographi ds risqus. La dirction st rattaché au dirctur général ds srvics. En 2013, un prmir documnt d synthès annull a été rmis à l Exécutif. Plusiurs pists d amélioration ont été idntifiés, n particulir : la gouvrnanc du dispositif nécssitrait un évolution du comité d audit avc un plus grand implication d la gouvrnanc t l ouvrtur sur l xtériur tl qu l prévoint ls norms profssionnlls. Ctt pist d réflxion rst à xplorr. Pour un millur rporting sur ls résultats Comm d nombruss autrs collctivités, l Départmnt d la Sin-Saint-Dnis communiqu, inform t publi d nombrux documnts sur son action t sa gstion. La valorisation d la pris n compt d la gstion ds risqus dans son fonctionnmnt t d sa démarch d contrôl intrn st un ax d travail à poursuivr afin d consolidr ss rlations avc ss partnairs t miux informr ls décidurs. Pour un rconnaissanc xtrn La crédibilité t la création d un valur ajouté rposnt sur l profssionnalism, la riguur, l rspct ds pratiqus rconnus. Crtains collctivités publint ls rapports d audit sur lurs sits intrnt c qui prmt d partagr sur ls travaux intrns t l ffctivité ds ngagmnts pris n matièr d contrôl intrn. A l instar d c qui a été mné par crtains structurs publiqus, il srait sans dout fficac d fair rconnaîtr par un tirs la qualité d la démarch ngagé dans l cadr d un crtification par ls pairs. Concourir à améliorr la rlation à l usagr Ls résultats attints sront conforms aux objctifs poursuivis si l usagr, l contribuabl t l citoyn bénéficint d un milur srvic grâc aux actions mnés. A titr d xmpl, ls opérations d vérifications systématiqus t a priori pourraint êtr davantag ajustés aux risqus ncourus t articulés avc ds contrôls a postriori, tout n rspctant l cadr réglmntair t législatif. Cla contriburait à fluidifir t changr la rlation à l usagr t à améliorr l srvic rndu. Stratégi publiqu st un publication du Départmnt d la Sin-Saint-Dnis. Dirctur général ds srvics : Valéry Molt Coordonné par la Dirction d la stratégi, d l organisation t d l évaluation Dirctric : Carolin Rattir - Dirctur adjoint : Gills Alfonsi L prmir numéro d Stratégi publiqu était consacré au Systèm d information décisionnl. L prochain numéro sra consacré à l évaluation ds politiqus publiqus. Pour tout contact concrnant Stratégi publiqu, contactr Emmanull Marguri, chargé d mission ( ou par mail à C numéro a été réalisé par la Dirction d l audit, du contrôl intrn t d la gstion ds risqus (DACIGR) - Dirctur : Yannis Wndling. Ont participé à la préparation d c numéro : Yannis Wndling, Faïza Bachir (Auditric intrn), Slava Goloubv (Auditur intrn), Jérémy Salva (Assistant auditur), Mirill Egalgi (Dirctric délégué), Lydia Castanr (Dirctric délégué), Vanssa d Olivira (Scrétair Assistant) Pour tout échang, contactr la DACIGR - Scrétariat : Prspctivs

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair DROIT - SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz

Plus en détail

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre Commnt maintnir l'équilibr Judi 8 octobr : 14h00-18h00 - Séanc plénièr Vndrdi 9 octobr : 9h00-13h00 - Atlirs Dans ls locaux du Consil Régional du Cntr Chambrs d Métirs t d l Artisanat Programm du judi

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 JUIN 21 DELIBERATION N CR-1/6.111 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégi régional d'appui au dévloppmnt ds compétncs dans

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie -

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie - Dossir prss 2 1 0 2 r b m c é d 6 i d Ju pôl chno à 18h00 - ENIM, Mtz-T fficill o is m r d i n o Cérém Paritair n o ti a c fi li a u Q d ds Crtificats 2012 d la Métallurgi - inin au fém ls i tr s u d in

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

11. droit de la santé

11. droit de la santé 1 droit d la santé 11 La pharmacovigilanc, la qualité t la RC Produit 12 La publicité n droit d la santé 13 La RC Produit 14 L point sur la réform ds produits d santé 15 Ls allégations nutritionnlls t

Plus en détail

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité L équilibr ntr réflxion t action st pour nous la clf d l fficacité 1, 2, 3 1,2 2 &&33ANNEES ANNÉES 1r, LE CURSUS 3 Stag étrangr 1r smstr SEPTEMBRE AOÛT JUILLET JUIN MAI AVRIL M AR S FÉVRIER JANVIER DÉCEMBRE

Plus en détail

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS Un résau d ntrpriss tournés à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS «Dpuis plus d 3 décnnis, l résau d n Franc réalis partout n Franc plusiurs cntains d surélévations t aménagmnts d combls par an. Aujourd

Plus en détail

8. Propriété intellectuelle

8. Propriété intellectuelle 8. Propriété intllctull 8.1 Sécurisr ss contrats d 8.2 Valorisr t défndr ss droits d 8.3 Maîtrisr l cadr juridiqu du droit d autur 8.4 Commnt protégr ss marqus? Calndrir 2014 Paris Lyon Marsill Sécurisr

Plus en détail

Système de Management du Portefeuille de Projets

Système de Management du Portefeuille de Projets Systèm d Managmnt du Portfuill d Projts PROJETS : Initiativs, invstissmnts, décisions, améliorations prmttant d produir avc plus d Valur à Référntil d gstion dstiné aux ntrpriss qui souhaitnt dévloppr

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

Réunions des délégués

Réunions des délégués Réunions ds délégués Rapport d activité 2012 Prspctivs 2013 Saint Jan d'angly, Saujon, La Rochll, Montliu la Gard,Saint Gnis d Saintong, Saints Novmbr - Décmbr 2012 Programm 1. Rapport d activité 2012

Plus en détail

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée REUNION CONJOINTE DES POINTS FOCAUX DU CAR/PB, CAR/INFO ET CAR/PAP Nic, 11 13 mai 2011 EBAUCHE Formulair d rapport sur l application du Protocol GIZC n Méditrrané PAP/PFN/2011/3 CONTEXTE JURIDIQUE ET

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

Une formation de qualité pour :

Une formation de qualité pour : Un formation d qualité pour : Gérr ds programms t srvics n loisir Animr ds activités t ds comités Organisr ds événmnts Réalisr ds intrvntions cliniqus Tchniqus d intrvntion n loisir www.cgprdl.ca loisir.cgp-rdl.qc.ca

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

Vincent I. Promo 2014. Une école qui révèle vos talents et vous accompagne dans votre projet professionnel ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE DE COMPIÈGNE

Vincent I. Promo 2014. Une école qui révèle vos talents et vous accompagne dans votre projet professionnel ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE DE COMPIÈGNE Vincnt I. Promo 2014 Un écol qui révèl vos talnts t vous accompagn dans votr projt profssionnl ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE DE COMPIÈGNE POSSIBILITÉ D ALTERNANCE ESCC CURSUS EN 5 ANS Admission sur dossir

Plus en détail

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE SPORTS ANIMATION Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair SPORT ANIMATION grâc à c bouton! Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds autrs domains : AGRICULTURE

Plus en détail

VALIDATION-CERTIFICATION

VALIDATION-CERTIFICATION Formz-vous tout au long d votr vi... FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT VALIDATION-CERTIFICATION Spt. 2015 à juin 2016 L OMEP st mmbr actif d l Arofsp, st crtifié cntr d xamn TOEIC (ETS), st labllisé Cntr d bilans

Plus en détail

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques 6 Dossir Hébrgmnts Ls hébrgmnts d patints dans ds srvics hospitalirs dont n rlèv pas dirctmnt lur pathologi sont rlativmnt fréqunts, n raison d la pénuri d lits dans crtains spécialités. Cs situations

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE univrsité jan moulin lyon iii faculté d droit Tax 5 1 0 2 g a s s i t n d Appr r u t c a z n v D nt d m p p lo v é d du DROIT la FACULTÉ DE 8.78.70.45 Info Tax : 04.7.fr yor@univ-lyon3 martin.balz-g Édito

Plus en détail

Spécial INITIAL 2013 / 2014

Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mon guid étudiant Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mot d la dirction A l ESCG Paris, vous débutz votr carrièr profssionnll dès la 1r anné. L dispositif ainsi qu la pédagogi mis n ouvr à l ESCG Paris a fait

Plus en détail

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat Imaginarium Fstival Dossir partnariat ImaginariumFstival0DossirPartnariat L#mot#du#présidnt...3 L UTC#n#brf...4 Structur#d#la#manifstation...5 Résumé...5 Quand?...5 Où?...5 Pourquoicliu?...5 Notr#politiqu...7

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2016 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

L école de l Accompagnement

L école de l Accompagnement L'Écol : un vocation Après douz annés d'xistnc, l'écol affirm sa vocation : êtr un liu d profssionnalisation pour ls acturs ds métirs d l'accompagnmnt. Ls praticins confirmés trouvnt dans l'écol d l'accompagnmnt

Plus en détail

3. Droit économique 1DROIT ÉCONOMIQUE. www.lexformation.com contact@lexformation.com 1. f Formation mixte technico-juridique

3. Droit économique 1DROIT ÉCONOMIQUE. www.lexformation.com contact@lexformation.com 1. f Formation mixte technico-juridique 3. Droit économiqu 3.1 Tchniqus contractulls : optimisation d la rédaction d vos contrats, clauss ssntills 3.2 Dépndanc économiqu, déséquilibr d la rlation commrcial 3.3 L optimisation du rcouvrmnt, la

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand

Plus en détail

Une bourse pour toi? Pose ta candidature!

Une bourse pour toi? Pose ta candidature! Un bours pour toi? Pos ta candidatur! Pour ls bourss d xcllnc du Gala du mérit étudiant 2014 La Fondation du Cégp d Trois-Rivièrs, n collaboration avc la Dirction ds srvics aux étudiants du Cégp d Trois-

Plus en détail

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire Mai 015 Départ d «La P tit» 014 du Domain d «La Résrv» à Vaumas. : ls voiturs ancinns mpruntnt ls chmins d l histoir > En rout! Forts du succès d sa prmièr édition, il y a maintnant dux ans, ls mmbrs du

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial sommair P.4 Au cour d la réalité sportiv P.6 Qu st-c

Plus en détail

Entreprises Territoires. Développement Durable. Programme. Quel est l itinéraire le plus approprié à ma situation?

Entreprises Territoires. Développement Durable. Programme. Quel est l itinéraire le plus approprié à ma situation? Dévloppmnt Durabl Programm 13h30 14h00 14h30 Café d accuil Introduction ds Entrpriss-Trritoirs-Dévloppmnt Durabl Accuil par Jacqus DELAUME - Présidnt d la Commission Dévloppmnt Durabl t Environnmnt d la

Plus en détail

La difficulté scolaire

La difficulté scolaire La difficulté scolair Ls élèvs d l Écol, hir t aujourd hui Idntifir la difficulté Outils t dispositifs Différnts nivaux d aid L rôl du Dirctur Ls élèvs d l Écol, hir t aujourd hui Un pu d Histoir : 1883

Plus en détail

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009 Encomb Crtification ds tabls après Solvncy II Dauvill 18 sptmbr 2009 1 Institut ds Actuairs SACEI Christoph MUGNIER ids Sommair 1 L contxt réglmntair t démographiqu 03 2 L xpérinc AXA Franc 08 r l g 3

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

ré g s e u n e e D e é 1 [Mai 2011]

ré g s e u n e e D e é 1 [Mai 2011] go gi qu D R ocu és m r vé nt à SO un D us EX ag O pé da ré g é t n s I t u n q i agchmn n a T M s é d n us SystèDmon Tchniq s Donné 1 Mai 2011 1. Présntation d Sodxo go gi qu 2. Ls procssus Sodxo D R

Plus en détail

Évaluer l impact social avec l approche SROI

Évaluer l impact social avec l approche SROI Évalur l impact social avc l approch SROI Ls Cahirs d l Institut d l Innovation t d l Entrprnuriat Social IIES Application au sctur d l Insrtion par l Activité Économiqu Collction Ouvrags & Xxxxxxxxxxxxxx

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2015 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

Devenir partenaire Relayer nos actions dans les médias NOUS AVONS BESOIN DE VOUS! Devenir bénévole Association Tournesol, Artistes à l Hôpital

Devenir partenaire Relayer nos actions dans les médias NOUS AVONS BESOIN DE VOUS! Devenir bénévole Association Tournesol, Artistes à l Hôpital r t n o c n r a l s à t n i t a p s d AL H Ô P IT TES À L IS T A R R A É L ESOL, ÊT GÉN TOURN I N T É R D N IAT IO ASSOC notr projt UNE PRÉSENCE ARTISTIQUE DANS LES LIEUX DE SANTÉ. Ds artists d différnts

Plus en détail

GÉRER LES DIFFÉRENCES

GÉRER LES DIFFÉRENCES COURSE DE DURÉE L'nsignmnt d la cours d duré n EPS rst problématiqu : commnt prndr n compt la divrsité ds élèvs n trm d possibilités physiqus, mais aussi d motivation, d'attituds, d'attnts t d nivaux d'ngagmnt,

Plus en détail

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du Ls dossirs d économi t Politiqu «Patrons, j vous aim» Frédéric Rauch C st un nouvll déclaration d amour au patronat. Après la baiss du coût du travail, l gouvrnmnt ntérin un baiss du coût d la ruptur du

Plus en détail

Manuel d Approche systémique

Manuel d Approche systémique www.cclt.ca www.ccsa.ca Manul d Approch systémiqu Collaboration Avril 2014 À qui s adrss l présnt dossir? Ls dirigants t ls décidurs ds domains d la toxicomani t ds domains connxs, notammnt ls dircturs

Plus en détail

Conception du Projet «Sid Power»

Conception du Projet «Sid Power» Concption du Projt «Sid Powr» Sid Powr st un projt porté par l group d scond santé social du lycé ph. Dlorm accompagnés d lur profssur Mm Brt ainsi qu d l infirmièr scolair Mm Dauois. Il fait référnc dans

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

ARRETE N 005/MINESUP/F120

ARRETE N 005/MINESUP/F120 ARRE N 005/MINESUP/F120 28 janvir 1993 Fixant ls Domains d Formation t ls Conditions d Admission à l Institut Univrsitair d Tchnologi d l Univrsité d Douala. LE MINSTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR VU la

Plus en détail

DOSSIER : La Validation des Acquis de l Expérience (VAE) ou comment transformer son expérience en un diplôme

DOSSIER : La Validation des Acquis de l Expérience (VAE) ou comment transformer son expérience en un diplôme magazin du résau ds Grta d orrain n 28 - sptmbr 2009 Info Continu a passion d formr DOSSIER : a Validation ds Acquis d l Expérinc (VAE) ou commnt transformr son xpérinc n un diplôm A votr srvic, à votr

Plus en détail

4. Droit pénal des affaires

4. Droit pénal des affaires 4. Droit pénal ds affairs Calndrir 2014 4.1 La dénonciation calomnius : quls moyns d action? 4.2 La gard à vu : commnt y fair fac 4.3 La victim : fair valoir ss droits t obtnir réparation 4.4 Ls principals

Plus en détail

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences Programm Formation List ds moduls t ds prsonns rssourcs Socl commun d connaissancs t d compétncs Programm d la 2 promotion - hivr 2011 28 janvir 2011 - Luxmbourg Vision socio-économiqu Définitions / Approch

Plus en détail

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012 La Branch ds srvics d l'automobil Dossir d prss 24 janvir 2012 Contact prss : Mari-Joëll Dpardiu tél. : 01 41 14 13 41 dpardiumj@anfa-auto.fr Obsrvatoir d Branch ds Srvics d l Automobil Sit Intrnt dédié

Plus en détail

Subventions Diverses 2009

Subventions Diverses 2009 Dirction Tchniqu Nom du portur Titr du Objctifs du Rattachmnt au programm d financmnts 09-036 SOS Hépatits Projt 1: Forum National (19 t 20 nov 09) Projt 2 : Sit Intrnt Projt 1: Obj. Généraux: Rdonnr confianc

Plus en détail

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale été 2013 n 7 passion ommun L ssntil d l info municipal d Combloux Chrs Comblorans, S il fallait résumr l action t la vi municipal n qulqus mots, j dirais qu c st : Un hivr formidabl pour tout l mond, un

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

5. Droit public des affaires

5. Droit public des affaires 5. Droit public ds affairs 5.1 Actualité juridiqu ds marchés publics 5.2 Cadr général ds marchés publics 5.3 Connaîtr ls différnts procédurs t catégoris d marchés publics 5.4 Contntiux ds marchés publics

Plus en détail

BTS DEES MASTERS BTS DEES MASTERS

BTS DEES MASTERS BTS DEES MASTERS BTS DEES MASTERS BTS DEES MASTERS Création : Décmbr 2012 Tous droits résrvés 2012 Group Médicis 5 ru ds Rcultts 75013 Paris T. 01 45 35 28 28 F. 01 45 35 28 47 www.mdicis-altrnanc.com binvnu à médicis

Plus en détail

EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC

EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) t CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC La rconnaissanc ds droits acquis st un autr voi d inscription possibl

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS JUIN-JUILLET 2010 GUIDE À L USAGE DES ÉLUS LOCAUX L logmnt social t ls politiqus locals d l habitat Dans l cadr ds compétncs qui lur sont conférés par l Etat, lls puvnt jour un

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE PLOUARZEL DU 20 JUILLET 2015

COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE PLOUARZEL DU 20 JUILLET 2015 COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE PLOUARZEL DU 20 JUILLET 2015 L nsmbl du Consil Municipal était présnt à l xcption d Mm ELIES, absnt xcusé, d M. BATANY absnt xcusé t d Mm MADEC absnt

Plus en détail

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX Association canadinn ds profssurs d immrsion Canadian Association of Immrsion Tachrs

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE APPEL A COMMUNICATIONS 12 DÉCEMBRE 2012 PROPOSITIONS DE RÉSUMÉS Ls propositions d résumés doivnt parvnir impérativmnt AU PLUS TARD LE 4 SEPTEMBRE 2012 http://sfr.larhumatologi.fr Vous dvz soumttr vos résumés

Plus en détail

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr Immobilir à NEW YORK www.cityston.fr NEW YORK, UNE POSITION UNIQUE Nw York, t plus particulièrmnt sa mythiqu îl d Manhattan, fait parti ds principaux pôls économiqus, culturls t financirs d la planèt.

Plus en détail

Une rencontre de la communauté Ressources humaines et management de Grenoble Ecobiz en partenariat avec l ANDRH

Une rencontre de la communauté Ressources humaines et management de Grenoble Ecobiz en partenariat avec l ANDRH Un rncontr d la communauté Rssourcs humains t managmnt d Grnobl Ecobiz n partnariat avc l ANDRH L agilité, nouvll postur managérial Confrontés aux turbulncs d un mond n mutation, ls ntrpriss chrchnt d

Plus en détail

Xaélidia Contrat d assurance vie libellé en euros et/ou en unités de compte

Xaélidia Contrat d assurance vie libellé en euros et/ou en unités de compte Bulltin d souscription Xaélidia Contrat d assuranc vi libllé n uros t/ou n unités d compt Cods produits : Duré viagèr : 2277 Duré détrminé : 2278 A. Souscriptur/Assuré Co-Souscriptur/Co-Assuré* Tous ls

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

partenaires de l'habitat

partenaires de l'habitat COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE Modalités du dispositif à l'usag ds partnairs d l'habitat + POUR LE PROPRIÉTAIRE + POUR LE LOCATAIRE + POUR LE PROPRIÈTAIRE + POUR LE LOCATAIRE ds aids

Plus en détail

l économie territoriale

l économie territoriale W W W. E N R X. F R l économi trritorial 2 ÉDITORIAL Quand un Parc rassmbl autour d un mêm tabl ds acturs économiqus d horizons différnts pour partagr compétncs, savoirfair t projts, il mt n plac un dynamiqu

Plus en détail

DOSSIER P. 6 Les démarches RH : présentation & retour sur expérience à la CCPR

DOSSIER P. 6 Les démarches RH : présentation & retour sur expérience à la CCPR N 8 Magazin d information du Cntr d Gstion d la fonction publiqu trritorial d la Haut Savoi DOSSIER P. 6 Ls démarchs RH : présntation & rtour sur xpérinc à la CCPR P.3 L CDG 74 présnt au forum ds collctivités

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT 1

MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT 1 MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Dirction ds Affairs Juridiqus Mis à jour 21 octobr 2011 MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT 1 DC3 A - Objt d la consultation t d l

Plus en détail

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de Eco n om i c d v l opm n t ag n c y GPMR - P. Bouln A g n c d d é v l opp m n t é co n om i q u Trritoir projts d Dossir d W W W. C a u x S i n D E v l o p p m n t. C O M prss L Agnc Créé n 2008, Caux

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes 6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Princips But : Résultats : Convnir ds documnts dont l'ntrpris va s dotr Not adrssé au prsonnl; ligns dirctrics sur la documntation Tâch confié au : Tmps total nécssair : Rprésntant

Plus en détail

Les procédures budgétaires des ministères de l'éducation au Mali

Les procédures budgétaires des ministères de l'éducation au Mali Ls procédurs budgétairs ds ministèrs d l'éducation au Mali Ctt étud a été préparé dans l cadr du projt sur «Ls procédurs d préparation t d'xécution du budgt ds ministèrs d V éducation» dirigé par Srg Péano

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 23 NOVEMBRE 2007 DELIBERATION N CR-0705.290 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Contrat d filièr agroalimntair régional LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON, VU l Cod général ds collctivités

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

DANS. Les éditions du CRIJ Centre

DANS. Les éditions du CRIJ Centre pl i n d in fo s s u o v d s r n u o u Aut ls j t... n s s i t s s invt vous?...! t r v L Li V n z fa ir l ÉS NGAG NES E ES U E J S DE ENN ITOY NAGE C G I S O N TÉM DES ACTIO DANS Ls éditions du CRIJ Cntr

Plus en détail