Conjecture de Syracuse

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conjecture de Syracuse"

Transcription

1 Conjecture de Syracuse Énoncé du problème [1] : Soit (U)n la suite définie par : (U)0=N, avec N N* [(U)n]/2 si (U)n est pair. et (U)n+1 = 3(U)n +1 si (U)n est impair. La Conjecture de Syracuse affirme que pour tout N entier non nul choisi pour (U)0, la suite (U)n finie par passer par 1, puis cycle unique [4 ; 2 ; 1]. On dira qu'un entier naturel non nul vérifie Syracuse, s'il vérifie la Conjecture sur la suite (U)n définie précédemment. THEOREME: TORO 1 Si P pair avec P =2ß où ß impair vérifiant Syracuse, avec Sy(P)=ß vérifie Syracuse alors P+(P+1) vérifie Syracuse. PREUVE : Comme P est pair, alors (P+1) est impair, et la somme est impair. Soit H=P+(P+1), comme c'est impair on applique Syracuse Sy(H) : Sy(H)=3[P+(P+ 1)]+1. Sy(H)=6P+4=2(3P+2) qui est pair. Sy((Sy(H))=3P+2 comme P est pair, on remplace P par 2ß et on aura Sy((Sy(H))=2(3ß+1). D'où finalement : Sy[Sy((Sy(A))]=3ß+1. Comme ß est impair et vérifie Syracuse, 3ß+1 vérifie Syracuse. Cela signifie que : Si P 2 N* vérifie Syracuse avec Sy(P)=ß impair vérifiant Syracuse alors : P+(P+1) vérifie Syracuse. 1

2 «Cette page 2 n'est pas raisonnable car elle ne démontre pas clairement que si N N* vérifie Syracuse alors N+N+1 vérifie également Syracuse, ce qui rend ma démonstration incomplète.». On montre que le résultat est applicable pour tout élément I impair vérifiant Syracuse: Soit I un entier impair vérifiant Syracuse, et soit P un entier pair vérifiant Syracuse avec P=2ß avec ß impair vérifiant Syracuse on a: (2P+1)+2I=(2I+1) +2P. Où P et I commutent dans la relation. Comme d'après TORO 1 : (2P+1) vérifie Syracuse, on déduit que (2I+1) vérifie Syracuse. Part conséquent : TORO 1 s'applique aux entiers impairs vérifiant Syracuse : Si I est un entier impair vérifiant Syracuse : I+(I+1) = 2I+1 vérifie Syracuse. On montre que le résultat est applicable pour tout élément P pair vérifiant Syracuse: Soit P un entier pair vérifiant Syracuse, et soit I un entier impair vérifiant Syracuse on a: (2I+1)+2P=(2P+1) +2I. Comme d'après TORO 1: (2I+1) vérifie Syracuse, on déduit que (2P+1) vérifie Syracuse. Part conséquent : THEOREME: TORO s'applique pour tous les entiers vérifiant Syracuse : Soit un entier non nul quelconque N vérifiant Syracuse : N+N+1=2N+1 vérifie Syracuse. Ce théorème appelé théorème TORO va nous permettre de valider le BLOC(k+1)impair.

3 Méthode : Je travaille sur les nombres entiers avec une représentation binaire. En effet, la représentation binaire permet d'identifier rapidement un nombre pair. Un nombre entier représenté en binaire commence toujours par 1 vers la gauche et fini soit par 0 dans le cas pair, soit 1 dans le cas impair. Je vais démontrer par récurrence que tout nombre entier naturel non nul vérifie la conjecture de Syracuse. Pour les séquences en binaire : Principe de la représentation des nombres entier en binaire (base 2) : 0000 représente l'entier naturel représente l'entier naturel représente l'entier naturel représente l'entier naturel représente l'entier naturel représente l'entier naturel représente l'entier naturel représente l'entier naturel représente l'entier naturel 8... L'idée consiste à travailler sur une partition de N* et travailler par "BLOC" d'entiers naturels ayant un même nombre de bits noté k. On remarque facilement que les nombres sous la forme «2 puissance i» avec i N s'écrivent : avec un nombre de 0 égale à i. Or pour tout i N, Sy() appliqué à «2 puissance i» tend vers 1 (on fait des divisions par deux systématiquement, ce qui revient à retirer un zéro de droite après chaque division et on fini par tomber sur 1). 3

4 Voici ma partition de N* représentant les "BLOC" bout à bout, ayant individuellement le même nombre de bits : =1 BLOC(1) (2⁰ = 1 ligne) et 1 seul bit =2 BLOC(2) (2¹ = 2 lignes) et 2 bits = =4 BLOC(3) (2² = 4 lignes) et 3 bits = = = =8 BLOC(4) (2³ = 8 lignes) et 4 bits = = = = = = =15

5 =16 BLOC(5) (2⁴ = 16 lignes) et 5 bits = = = = = = = = = = = = = = =31 Les BLOC(1), BLOC(2) et BLOC(3) vérifient la Conjecture de Syracuse (voir en annexes). On continue suivant cette façon de représenter les entiers naturels, bien connue des électroniciens et informaticiens, pour la construction de tous les blocs suivants et en particulier du BLOC(k), k étant ici le nombre de bits de l'entier naturel N écrit en binaire, on peut écrire : Pour un entier naturel N à k bits, N est placé dans le bloc BLOC(k) avec «2 puissance k-1» lignes. Soit k N*, le BLOC(k), k étant le nombre de bits du bloc, j utilise la représentation : (k) bits

6 Par construction on a : Soit k N*, le BLOC(k), k étant le nombre de bits du bloc : (k-1)bits : BLOC(k-1) (k) bits : BLOC(k) HR supposée vraie pour tout N du bloc BLOC(k) (k+1) bits : BLOC(k+1) Remarque : Pour tout k N* : BLOC(k) = [2.BLOC(k-1)] U [2.BLOC(k-1)+1] BLOC(k+1) = [2.BLOC(k)] U [2.BLOC(k)+1]

7 Début du raisonnement par récurrence : 1) La propriété P(k) est vérifiée pour k = 1, 2, 3 (voir en annexe). 2) On suppose la propriété P(k) vraie. Voici l hypothèse de récurrence sur k, supposée vraie : tout élément N entier naturel non nul à k N* bits, présent dans le bloc BLOC(k), vérifie la Conjecture de Syracuse. P(k)<=>{Pour tout N N* à k bits avec k N*, N BLOC(k) : N vérifie Syracuse}est supposé vrai c est notre HR. on a : BLOC(k) = BLOC(k)pair U BLOC(k)impair supposé vrai. 3) On démontre que P(k) => P(k+1). On montre que BLOC(k+1) reste vrai. D après l HR : BLOC(k) = [BLOC(k)pair] U [BLOC(k)impair] On écrit le BLOC(k+1) : Pour tout k N*, BLOC(k+1) =[BLOC(k+1)pair] U [BLOC(k+1)impair] 1)Vérifions que [BLOC(k+1)pair] reste vrai : Comme le [BLOC(k+1)pair] est pair, Sy{[BLOC(k+1)pair]} = BLOC(k) Ce qui permet d'écrire que: Pour tout k N*, [BLOC(k+1)pair] est vrai. 7

8 2)Vérifions que [BLOC(k+1)impair] reste vrai : Par construction des blocs binaires on a : BLOC(k+1) = [2.BLOC(k)] U [2.BLOC(k)]+1] Or le BLOC(k) c'est l'hr. 1) Il faut vérifier d'abord que [2. BLOC(k)] reste vrai : Comme [2. BLOC(k)] est pair, Sy([2. BLOC(k)]) = BLOC(k) est l'hr. Part conséquent : [2. BLOC(k)] reste bien vrai. 2) Il faut vérifier que [2. BLOC(k)]+1] reste vrai. Soit H=[2. BLOC(k)]+1]. On peut écrire que H=[2. BLOC(k)pair]+1] U [2. BLOC(k)impair]+1] i) pour [2. BLOC(k)pair]+1] on applique TORO sur les éléments pairs et par conséquent : [2. BLOC(k)pair]+1] reste vrai. ii) pour [2. BLOC(k)impair]+1] on applique TORO sur les éléments impairs et par conséquent : [2. BLOC(k)impair]+1] reste vrai. On peut écrire que H=[2. BLOC(k)pair]+1] U [2. BLOC(k)impair]+1] reste vrai. Soit H=[2. BLOC(k)]+1] reste vrai. Comme on a [2. BLOC(k)] vérifié mais aussi [2. BLOC(k)]+1] vérifié. On a :BLOC (k+1) = [2.BLOC(k)] U [2.BLOC(k)]+1] qui reste vrai.

9 On peut écrire que : D après l HR : BLOC(k) = [BLOC(k)pair] U [BLOC(k)impair] on a déduit : Pour tout k N*, BLOC(k+1) =[2.BLOC(k)] U [2.BLOC(k)+1] avec : [2.BLOC(k)] = BLOC(k+1)pair avec : [2.BLOC(k)+1] = BLOC(k)impair Soit finalement : D après l HR : BLOC(k) = [BLOC(k)pair] U [BLOC(k)impair] on obtient : Pour tout k N*, BLOC(k+1) =[ BLOC(k+1)pair] U [BLOC(k+1)impair]. vérifié Ce qui permet d'écrire : P(k) => P(k+1) 4) Conclusion : On a démontré par récurrence sur le nombre de bits k d'un nombre entier naturel non nul N que : Pour tout k N*, le BLOC(k)vérifie la Conjecture de Syracuse. Or lorsque k parcourt N*, les BLOC(k) mis bout à bout représentent l'ensemble N*. Donc pour tout entier non nul, la suite (U)n finira par passer par 1 puis cycle unique [4 ; 2 ; 1]. 9

10 Application numérique de la démonstration: On suppose k=3 l'hr: BLOC(3) = 4,5,6,7 supposé vrai et vérifiant Syracuse. On montre que k=4 reste vrai : BLOC(4)=8,9,10,11,12,13,14,15 1) On prend les éléments pairs du BLOC(4) : 8,10,12,14, Sy(8)=4 vrai par HR donc 8 vérifie Syracuse. Sy(10)=5 vrai par HR donc 10 vérifie Syracuse. Sy(12)=6 vrai par HR donc 12 vérifie Syracuse. Sy(14)=7 vrai par HR donc 14 vérifie Syracuse. conclusion: 8,10,12,14 vérifient Syracuse. 2) a) On prend les éléments pairs du BLOC(3) : 4,6 et on applique TORO sur les éléments pairs : = 9 qui vérifie Syracuse = 13 qui vérifie Syracuse. b) On prend les éléments impairs du BLOC(3) : 5,7 et on applique TORO sur les éléments impairs : 5+5+1=11 qui vérifie Syracuse =15 qui vérifie Syracuse. Conclusion: 9,13,11,15 vérifient Syracuse. Finalement on obtient que si BLOC(3) = 4,5,6,7 supposé vrai et vérifiant Syracuse, on a bien le BLOC(4)=8,9,10,11,12,13,14,15 vrai et vérifiant Syracuse.

11 On suppose k=4 l'hr: BLOC(4) = 8,9,10,11,12,13,14,15 supposé vrai et vérifiant Syracuse. On montre que k=5 reste vrai : BLOC(5)=16,17,18,19,20,21,22,23,24,25,26,27,28,29,30,31 1) On prend les éléments pairs du BLOC(5) 16,18,20,22,24,26,28,30 Sy(16)=8 vrai par HR donc 16 vérifie Syracuse. Sy(18)=9 vrai par HR donc 18 vérifie Syracuse. Sy(20)=10 vrai par HR donc 20 vérifie Syracuse. Sy(22)=11 vrai par HR donc 22 vérifie Syracuse. Sy(24)=12 vrai par HR donc 24 vérifie Syracuse. Sy(26)=13 vrai par HR donc 26 vérifie Syracuse. Sy(28)=14 vrai par HR donc 28 vérifie Syracuse. Sy(30)=15 vrai par HR donc 30 vérifie Syracuse. conclusion: 16,18,20,22,24,26,28,30 vérifient Syracuse. 2) a) On prend les éléments pairs du BLOC(4) : 8,10,12,14, et on applique TORO pair : = 17 qui vérifie Syracuse = 21 qui vérifie Syracuse = 25 qui vérifie Syracuse = 29 qui vérifie Syracuse. b) On prend les éléments impairs du BLOC(4) : 9,11,13,15 et on applique TORO impair : 9+9+1=19 qui vérifie Syracuse =23 qui vérifie Syracuse =27 qui vérifie Syracuse =31 qui vérifie Syracuse. Conclusion: 9,13,11,15 vérifient Syracuse. Finalement on obtient que si BLOC(4) 8,9,10,11,12,13,14,15 supposé vrai et vérifiant Syracuse, on a bien le BLOC(5)= 16,17,18,19,20,21,22,23,24,25,26,27,28,29,30,31 vrai et vérifiant Syracuse. 11

12 On peut finalement dire le Théorème : Soit (U)n la suite définie par : (U)0=N, avec N N* [(U)n]/2 si (U)n est pair. et (U)n+1 = 3(U)n +1 si (U)n est impair. La suite (U)n finie par passer par 1, puis cycle unique [4 ; 2 ; 1].

13 Annexes : Vérification de la Conjecture de Syracuse est vérifiée pour les BLOC(1), BLOC(2), BLOC(3) pour le raisonnement par récurrence sur le nombre de bits des BLOC(k) : BLOC(1) : [1 ; 4 ; 2]. BLOC(2) : le cycle. BLOC (3) : Pour 1 on obtient : qui défini un cycle en décimale de Pour 10 on obtient : 1 puis le cycle. Pour 11 on obtient : puis Pour 100 on obtient : 10 1 puis le cycle. Pour 101 on obtient : puis le cycle. Pour 110 on obtient : puis le cycle. Pour 111 on obtient : puis le cycle. La Conjecture de Syracuse est vérifiée pour les BLOC(1), BLOC(2), BLOC(3). i) Multiplication par deux d'un nombre binaire : il suffit de rajouter un 0 à droite. Exemples : 2X5 = 10 en base dix. Cinq en base deux = 101 Dix en base deux = X101 = 1010 en base deux ; ici on a ajouté un zéro à droite de cinq. ii) Division par deux d'un nombre binaire pair : il suffit d'enlever un 0 à droite. Exemples : 14/2 = 7 en base dix. Quatorze en base deux = 1110 Sept en base deux =

14 Théorème de Mélanie : Tout nombre binaire N écrit sous la forme : alternant 1 et 0 vérifie Syracuse assez rapidement, s'il s'écrit sous (k+1) bits,k N, il atteint 1 après exactement un total de (k+3) transformations ou itérations. Démonstration : Comme le nombre fini par 0, il est divisible par deux et devient : qui est impair. Notons k le nombre de bits le représentant et N sa nouvelle valeur en entier naturel. L'opération 3N+1 peut être écrite (2N)+(N+1) c'est à dire le double de N plus le suivant de N. On applique cette règle sur de k bits. N = (k) bits 2N = (k)bits on ajoute un 0 à droite car on multiplie par deux N. Le suivant de N est N+1: (k) bits + 1 N+1= (k) bits On calcule à présent 3N+1 c'est à dire (2N)+(N+1) : 2N = (k+1) bits + N+1 = (k) bits 3N+1 = (k+2) bits Ce nombre tendra rapidement vers 1 car il est de la forme «2 puissance k+1». Conclusion: Tout nombre binaire de la forme à (k+1) bits, après une première transformation Syracuse Sy()pair puis une suivante transformation Syracuse Sy()impaire, puis (k+1) transformations Syracuse Sy()pair soit exactement un total de (k+3) transformations Sy() est égale à 1.

15 Exemples d'application du théorème précédent : Pour 101 en binaire à k+1 bits correspond à l'entier naturel 5 en base dix. Sy(5) = Ici k+1=3 donc k=2 et on a bien k+3 transformations soit 2+3=5. Pour 1010 en binaire à k+1 bits correspond à l'entier naturel 10 en base dix. Sy(10) = Ici k+1=4 donc k=3 et on a bien k+3 transformations soit 3+3=6. Pour en binaire à k+1 bits correspond à l'entier naturel 21 en base dix. Sy(21) = Ici k+1=5 donc k=4 et on a bien k+3 transformations soit 4+3=7. Pour en binaire à k+1 bits correspond à l'entier naturel 42 en base dix. Sy(42) = Ici k+1=6 donc k=5 et on a bien k+3 transformations soit 5+3=8.... Pour en binaire à k+1 bits correspond à l'entier naturel en base dix. Sy(87381) = Ici k+1=17 donc k=16 et on a bien k+3 transformations soit 16+3=19. 15

16 Corollaire : Tout entier naturel écrit en binaire sous la forme : N= N tends vers 1 assez rapidement car s il possède z zéros à sa droite avec z N*, après (z-1) divisions par deux il s écrira sous une forme applicable au théorème précèdent : , avec (k+1) bits, k N*. N Atteint 1 après exactement un total de (z-1) + (k+3) transformations ou itérations de Syracuse. Exemples d'application du Corollaire : N= ici z=5 et (k+1)=8 donc k=7 d où 1 est atteint pour (5-1)+ (7+3)=14 itérations de Syracuse. N=2720 en décimale voici la séquence en binaire: N= ici z=8 et (k+1)=4 donc k=3 d où 1 est atteint en (8-1)+ (3+3)=13 itérations de Syracuse. N=1280 en décimale voici la séquence en binaire:

17 Remerciements : A Nelly et Je souhaite remercier ma famille qui m'a beaucoup soutenu tout au long de mes recherches. Référence : [1] The 3x+1Problem: An Overview Jeffrey C. Lagarias 17

6. Les différents types de démonstrations

6. Les différents types de démonstrations LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉMONSTRATIONS 33 6. Les différents types de démonstrations 6.1. Un peu de logique En mathématiques, une démonstration est un raisonnement qui permet, à partir de certains axiomes,

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Exo7. Calculs de déterminants. Fiche corrigée par Arnaud Bodin. Exercice 1 Calculer les déterminants des matrices suivantes : Exercice 2.

Exo7. Calculs de déterminants. Fiche corrigée par Arnaud Bodin. Exercice 1 Calculer les déterminants des matrices suivantes : Exercice 2. Eo7 Calculs de déterminants Fiche corrigée par Arnaud Bodin Eercice Calculer les déterminants des matrices suivantes : Correction Vidéo ( ) 0 6 7 3 4 5 8 4 5 6 0 3 4 5 5 6 7 0 3 5 4 3 0 3 0 0 3 0 0 0 3

Plus en détail

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3 8 Systèmes de numération INTRODUCTION SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS Dans un système positionnel, le nombre de symboles est fixe On représente par un symbole chaque chiffre inférieur à la base, incluant

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

108y= 1 où x et y sont des entiers

108y= 1 où x et y sont des entiers Polynésie Juin 202 Série S Exercice Partie A On considère l équation ( ) relatifs E :x y= où x et y sont des entiers Vérifier que le couple ( ;3 ) est solution de cette équation 2 Déterminer l ensemble

Plus en détail

V- Manipulations de nombres en binaire

V- Manipulations de nombres en binaire 1 V- Manipulations de nombres en binaire L ordinateur est constitué de milliards de transistors qui travaillent comme des interrupteurs électriques, soit ouverts soit fermés. Soit la ligne est activée,

Plus en détail

Représentation d un entier en base b

Représentation d un entier en base b Représentation d un entier en base b 13 octobre 2012 1 Prérequis Les bases de la programmation en langage sont supposées avoir été travaillées L écriture en base b d un entier est ainsi défini à partir

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Par combien de zéros se termine N!?

Par combien de zéros se termine N!? La recherche à l'école page 79 Par combien de zéros se termine N!? par d es co llèg es An dré Do ucet de Nanterre et Victor Hugo de Noisy le Grand en seignants : Danielle Buteau, Martine Brunstein, Marie-Christine

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Les Fonctions de Hachage Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939)

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) Par Boris Gourévitch "L'univers de Pi" http://go.to/pi314 sai1042@ensai.fr Alors ça, c'est fort... Tranches de vie Autour de Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) est transcendant!!! Carl Louis

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Probabilités. I Petits rappels sur le vocabulaire des ensembles 2 I.1 Définitions... 2 I.2 Propriétés... 2

Probabilités. I Petits rappels sur le vocabulaire des ensembles 2 I.1 Définitions... 2 I.2 Propriétés... 2 Probabilités Table des matières I Petits rappels sur le vocabulaire des ensembles 2 I.1 s................................................... 2 I.2 Propriétés...................................................

Plus en détail

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux.

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux. UEO11 COURS/TD 1 Contenu du semestre Cours et TDs sont intégrés L objectif de ce cours équivalent a 6h de cours, 10h de TD et 8h de TP est le suivant : - initiation à l algorithmique - notions de bases

Plus en détail

Conversion d un entier. Méthode par soustraction

Conversion d un entier. Méthode par soustraction Conversion entre bases Pour passer d un nombre en base b à un nombre en base 10, on utilise l écriture polynomiale décrite précédemment. Pour passer d un nombre en base 10 à un nombre en base b, on peut

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur.

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur. Extrait de cours de maths de 6e Chapitre 1 : Les nombres et les opérations I) Chiffre et nombre 1.1 La numération décimale En mathématique, un chiffre est un signe utilisé pour l'écriture des nombres.

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

chapitre 4 Nombres de Catalan

chapitre 4 Nombres de Catalan chapitre 4 Nombres de Catalan I Dénitions Dénition 1 La suite de Catalan (C n ) n est la suite dénie par C 0 = 1 et, pour tout n N, C n+1 = C k C n k. Exemple 2 On trouve rapidement C 0 = 1, C 1 = 1, C

Plus en détail

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Université de Provence Introduction à l Informatique Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Année 2009-10 Aucun document n est autorisé Les exercices peuvent être traités dans le désordre.

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0.

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0. FONCTION EXPONENTIELLE I. Définition Théorème : Il eiste une unique fonction f dérivable sur R telle que f ' = f et f (0) =. Démonstration de l'unicité (eigible BAC) : L'eistence est admise - Démontrons

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Chapitre VI - Méthodes de factorisation

Chapitre VI - Méthodes de factorisation Université Pierre et Marie Curie Cours de cryptographie MM067-2012/13 Alain Kraus Chapitre VI - Méthodes de factorisation Le problème de la factorisation des grands entiers est a priori très difficile.

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Seconde-Fonctions homographiques-cours Mai 0 Fonctions homographiques Introduction Voir le TP Géogébra. La fonction inverse. Définition Considérons la fonction f définie par f() =. Alors :. f est définie

Plus en détail

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux!

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Pour ne rien vous cacher, le langage d'assembleur (souvent désigné sous le terme "Assembleur", bien que ce soit un abus de langage, puisque "Assembleur" désigne le logiciel

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Leçon 01 Exercices d'entraînement

Leçon 01 Exercices d'entraînement Leçon 01 Exercices d'entraînement Exercice 1 Etudier la convergence des suites ci-dessous définies par leur terme général: 1)u n = 2n3-5n + 1 n 2 + 3 2)u n = 2n2-7n - 5 -n 5-1 4)u n = lnn2 n+1 5)u n =

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Les codes linéaires - Chapitre 6 - Principe Définition d un code linéaire Soient p un nombre premier et s est un entier positif. Il existe un unique corps de taille q

Plus en détail

Eteindre. les. lumières MATH EN JEAN 2013-2014. Mme BACHOC. Elèves de seconde, première et terminale scientifiques :

Eteindre. les. lumières MATH EN JEAN 2013-2014. Mme BACHOC. Elèves de seconde, première et terminale scientifiques : MTH EN JEN 2013-2014 Elèves de seconde, première et terminale scientifiques : Lycée Michel Montaigne : HERITEL ôme T S POLLOZE Hélène 1 S SOK Sophie 1 S Eteindre Lycée Sud Médoc : ROSIO Gauthier 2 nd PELGE

Plus en détail

La persistance des nombres

La persistance des nombres regards logique & calcul La persistance des nombres Quand on multiplie les chiffres d un nombre entier, on trouve un autre nombre entier, et l on peut recommencer. Combien de fois? Onze fois au plus...

Plus en détail

Algorithmes récursifs

Algorithmes récursifs Licence 1 MASS - Algorithmique et Calcul Formel S. Verel, M.-E. Voge www.i3s.unice.fr/ verel 23 mars 2007 Objectifs de la séance 3 écrire des algorithmes récursifs avec un seul test rechercher un élément

Plus en détail

Chaînes de Markov au lycée

Chaînes de Markov au lycée Journées APMEP Metz Atelier P1-32 du dimanche 28 octobre 2012 Louis-Marie BONNEVAL Chaînes de Markov au lycée Andreï Markov (1856-1922) , série S Problème 1 Bonus et malus en assurance automobile Un contrat

Plus en détail

Triangle de Pascal dans Z/pZ avec p premier

Triangle de Pascal dans Z/pZ avec p premier Triangle de Pascal dans Z/pZ avec p premier Vincent Lefèvre (Lycée P. de Fermat, Toulouse) 1990, 1991 1 Introduction Nous allons étudier des propriétés du triangle de Pascal dans Z/pZ, p étant un nombre

Plus en détail

Initiation à la programmation en Python

Initiation à la programmation en Python I-Conventions Initiation à la programmation en Python Nom : Prénom : Une commande Python sera écrite en caractère gras. Exemples : print 'Bonjour' max=input("nombre maximum autorisé :") Le résultat de

Plus en détail

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh 2 Fonctions binaires 45 2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh On peut définir complètement une fonction binaire en dressant son tableau de Karnaugh, table de vérité à 2 n cases pour n variables

Plus en détail

Exercices de dénombrement

Exercices de dénombrement Exercices de dénombrement Exercice En turbo Pascal, un entier relatif (type integer) est codé sur 6 bits. Cela signifie que l'on réserve 6 cases mémoires contenant des "0" ou des "" pour écrire un entier.

Plus en détail

Définition : On obtient les nombres entiers en ajoutant ou retranchant des unités à zéro.

Définition : On obtient les nombres entiers en ajoutant ou retranchant des unités à zéro. Chapitre : Les nombres rationnels Programme officiel BO du 8/08/08 Connaissances : Diviseurs communs à deux entiers, PGCD. Fractions irréductibles. Opérations sur les nombres relatifs en écriture fractionnaire.

Plus en détail

I. Cas de l équiprobabilité

I. Cas de l équiprobabilité I. Cas de l équiprobabilité Enoncé : On lance deux dés. L un est noir et l autre est blanc. Calculer les probabilités suivantes : A «Obtenir exactement un as» «Obtenir au moins un as» C «Obtenir au plus

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Fibonacci et les paquerettes

Fibonacci et les paquerettes Fibonacci et les paquerettes JOLY Romain & RIVOAL Tanguy Introduction Quand on entend dire que l on peut trouver le nombre d or et la suite de Fibonacci dans les fleurs et les pommes de pin, on est au

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

IUT de Laval Année Universitaire 2008/2009. Fiche 1. - Logique -

IUT de Laval Année Universitaire 2008/2009. Fiche 1. - Logique - IUT de Laval Année Universitaire 2008/2009 Département Informatique, 1ère année Mathématiques Discrètes Fiche 1 - Logique - 1 Logique Propositionnelle 1.1 Introduction Exercice 1 : Le professeur Leblond

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Objets Combinatoires élementaires

Objets Combinatoires élementaires Objets Combinatoires élementaires 0-0 Permutations Arrangements Permutations pour un multi-ensemble mots sous-ensemble à k éléments (Problème du choix) Compositions LE2I 04 1 Permutations Supposons que

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Puissances d un nombre relatif

Puissances d un nombre relatif Puissances d un nombre relatif Activités 1. Puissances d un entier relatif 1. Diffusion d information (Activité avec un tableur) Stéphane vient d apprendre à 10h, la sortie d une nouvelle console de jeu.

Plus en détail

Calculateur quantique: factorisation des entiers

Calculateur quantique: factorisation des entiers Calculateur quantique: factorisation des entiers Plan Introduction Difficulté de la factorisation des entiers Cryptographie et la factorisation Exemple RSA L'informatique quantique L'algorithme quantique

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Titre : Tangram en carré Numéro de la dernière page : 14 Degrés : 1 e 4 e du Collège Durée : 90 minutes Résumé : Le jeu de Tangram (appelé en chinois les sept planches

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Cours de Probabilités et de Statistique

Cours de Probabilités et de Statistique Cours de Probabilités et de Statistique Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université Paris-Est Cours de Proba-Stat 2 L1.2 Science-Éco Chapitre Notions de théorie des ensembles 1 1.1 Ensembles

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Cours d arithmétique Première partie

Cours d arithmétique Première partie Cours d arithmétique Première partie Pierre Bornsztein Xavier Caruso Pierre Nolin Mehdi Tibouchi Décembre 2004 Ce document est la première partie d un cours d arithmétique écrit pour les élèves préparant

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES BACCALAUREAT GENERAL FEVRIER 2014 MATHÉMATIQUES SERIE : ES Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) 7(spe ES) Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformement à la

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Peut-on imiter le hasard?

Peut-on imiter le hasard? 168 Nicole Vogel Depuis que statistiques et probabilités ont pris une large place dans les programmes de mathématiques, on nous propose souvent de petites expériences pour tester notre perception du hasard

Plus en détail

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé.

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. L usage d une calculatrice est autorisé Durée : 3heures Deux annexes sont à rendre avec la copie. Exercice 1 5 points 1_ Soit f la

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Régis Boulet Charlie Demené Alexis Guyot Balthazar Neveu Guillaume Tartavel Sommaire Sommaire... 1 Structure

Plus en détail

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!»

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» Corrigé Cours de Mr JULES v3.3 Classe de Quatrième Contrat 1 Page 1 sur 13 CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» «Correction en rouge et italique.» I. Les nombres décimaux relatifs.

Plus en détail

Logiciel de Base. I. Représentation des nombres

Logiciel de Base. I. Représentation des nombres Logiciel de Base (A1-06/07) Léon Mugwaneza ESIL/Dépt. Informatique (bureau A118) mugwaneza@univmed.fr I. Représentation des nombres Codage et représentation de l'information Information externe formats

Plus en détail

La question est : dans 450 combien de fois 23. L opération est donc la division. Le diviseur. Le quotient

La question est : dans 450 combien de fois 23. L opération est donc la division. Le diviseur. Le quotient par un nombre entier I La division euclidienne : le quotient est entier Faire l activité division. Exemple Sur une étagère de 4mm de large, combien peut on ranger de livres de mm d épaisseur? La question

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail

Programmation C++ (débutant)/instructions for, while et do...while

Programmation C++ (débutant)/instructions for, while et do...while Programmation C++ (débutant)/instructions for, while et do...while 1 Programmation C++ (débutant)/instructions for, while et do...while Le cours du chapitre 4 : le for, while et do...while La notion de

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

Chapitre 10 Arithmétique réelle

Chapitre 10 Arithmétique réelle Chapitre 10 Arithmétique réelle Jean Privat Université du Québec à Montréal INF2170 Organisation des ordinateurs et assembleur Automne 2013 Jean Privat (UQAM) 10 Arithmétique réelle INF2170 Automne 2013

Plus en détail

Axiomatique de N, construction de Z

Axiomatique de N, construction de Z Axiomatique de N, construction de Z Table des matières 1 Axiomatique de N 2 1.1 Axiomatique ordinale.................................. 2 1.2 Propriété fondamentale : Le principe de récurrence.................

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence Chapitre 3 Mesures stationnaires et théorèmes de convergence Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée p.1 I. Mesures stationnaires Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée

Plus en détail

Glossaire des nombres

Glossaire des nombres Glossaire des nombres Numérisation et sens du nombre (4-6) Imprimeur de la Reine pour l'ontario, 008 Nombre : Objet mathématique qui représente une valeur numérique. Le chiffre est le symbole utilisé pour

Plus en détail

ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits

ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits {Â Ö Ñ º ØÖ Ý,È ØÖ ºÄÓ Ù,Æ ÓÐ ºÎ ÝÖ Ø¹ ÖÚ ÐÐÓÒ} Ò ¹ÐÝÓÒº Ö ØØÔ»»Ô Ö Óº Ò ¹ÐÝÓÒº Ö» Ö Ñ º ØÖ Ý»¼ Ö½» ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits 13, 20 et 27 novembre 2006 Présentation générale On choisit

Plus en détail

Les nombres entiers. Durée suggérée: 3 semaines

Les nombres entiers. Durée suggérée: 3 semaines Les nombres entiers Durée suggérée: 3 semaines Aperçu du module Orientation et contexte Pourquoi est-ce important? Dans le présent module, les élèves multiplieront et diviseront des nombres entiers concrètement,

Plus en détail

Quelques algorithmes simples dont l analyse n est pas si simple

Quelques algorithmes simples dont l analyse n est pas si simple Quelques algorithmes simples dont l analyse n est pas si simple Michel Habib habib@liafa.jussieu.fr http://www.liafa.jussieu.fr/~habib Algorithmique Avancée M1 Bioinformatique, Octobre 2008 Plan Histoire

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Une forme générale de la conjecture abc

Une forme générale de la conjecture abc Une forme générale de la conjecture abc Nicolas Billerey avec l aide de Manuel Pégourié-Gonnard 6 août 2009 Dans [Lan99a], M Langevin montre que la conjecture abc est équivalente à la conjecture suivante

Plus en détail

1 de 46. Algorithmique. Trouver et Trier. Florent Hivert. Mél : Florent.Hivert@lri.fr Page personnelle : http://www.lri.fr/ hivert

1 de 46. Algorithmique. Trouver et Trier. Florent Hivert. Mél : Florent.Hivert@lri.fr Page personnelle : http://www.lri.fr/ hivert 1 de 46 Algorithmique Trouver et Trier Florent Hivert Mél : Florent.Hivert@lri.fr Page personnelle : http://www.lri.fr/ hivert 2 de 46 Algorithmes et structures de données La plupart des bons algorithmes

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail