COMPÉTITIVITÉ ÉCOLOGIQUE DU MUR EN MADRIERS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPÉTITIVITÉ ÉCOLOGIQUE DU MUR EN MADRIERS"

Transcription

1 COMPÉTITIVITÉ ÉCOLOGIQUE DU MUR EN MADRIERS Repose sur l étude : «Calcul des impacts environnementaux d un au moyen de l analyse du cycle de vie» Oulu, le 11 février 29 Matti Alasaarela Cabinet d architectes Inspis Oy

2 QUELLE QUANTITÉ DE BOIS FAUT-IL POUR CONSTRUIRE UNE MAISON EN MADRIERS? Une maison en de taille moyenne (18 m²) comprend environ 15 m² de murs en. Pour réaliser des murs de 25 mm d épaisseur, il faut environ 12 m³ de bois sous forme de grumes, une quantité obtenue en Finlande sur une superficie moyenne de 1,4 hectare. Ces grumes permettent d obtenir, outre les (31 m³), 24 m³ de bois d œuvre sous d autres formes, 35 m³ de matière première pour l industrie papetière et 31 m³ de déchets énergétiques. La récolte du bois permet aussi d obtenir de 1 à 12 m³ de rémanents d exploitation, qui sont aujourd hui souvent récupérés aux fins de la production d énergie. La part des dans la surface forestière n est donc que de,35 ha par maison. muu sahatavara autre 2 bois % d œuvre 2 % valmiit hirret 25 % finis 25 % En Finlande, toute forêt abattue est remplacée par une nouvelle forêt, dont la récolte pourra de nouveau se faire 8 ans plus tard. La maison en existera sans doute encore à ce moment. Selon certaines sources, la progression de la quantité de dioxyde de carbone dans l atmosphère pourrait être stoppée si l on accroissait les volumes de forêts de 2 %. La d une maison en a le même impact sur l effet de serre que la plantation d une nouvelle forêt sur,64 ha. Graphe 1. Consommation des grumes dans une usine de maisons en energiakäyttö 26 énergie % 26 % paperin fabrication du papier valmistus 29 % 29 % Annuaire 28 des statistiques forestières, Institut national de la recherche forestière Alasaarela Matti, 28, Calcul des impacts environnementaux d un au moyen de l analyse du cycle de vie Y A-T-IL SUFFISAMMENT DE BOIS DANS LES FORÊTS FINLANDAISES? Depuis les années 197, on abat en Finlande systématiquement moins de forêts qu il n en repousse. Les peuplements forestiers se sont accrus de 48 % des années 196 à aujourd hui. Le graphe ci-dessous illustre le ratio entre la croissance des peuplements forestiers et leur élimination. 12 millions de m 3 par an milj. m3/vuosi puuston croissance nettokasvu nette des peuplements puuston élimination poistuma de peuplements Graphe 2. Ratio entre la croissance des peuplements forestiers et leur élimination en Finlande de 1964 à 27 L accroissement des volumes de bois a été en moyenne de 22,6 millions de m³ par an au cours des 1 dernières années. Les grumes de conifères contribuent à hauteur de 8,6 millions de m³ par an à ce chiffre. L excédent d abattage permettrait de far 1 millions de m² de murs en d une épaisseur de 25 mm. Si l ensemble de l excédent était affecté à la de maisons en, il permettrait de réaliser les murs d environ 7 maisons de taille moyenne, ce, sans aucune diminution des peuplements forestiers. Annuaire 28 des statistiques forestières, Institut national de la recherche forestière Alasaarela Matti, 28, Calcul des impacts environnementaux d un au moyen de l analyse du cycle de vie Alasaarela Matti, 28 Hirsiseinän ympäristövaikutusten laskenta elinkaaritarkastelun avulla

3 STRUCTURES MURALES UTILISÉES DANS LA COMPARAISON ÉLÉMENT EN BÉTON I BRIQUE (INTÉGRAL) BRIQUE (PAREMENT) BOIS (PAREMENT) MUR EN MADRIERS Les données des structures utilisées dans la comparaison ont été obtenues à partir des déclarations environnementales publiées par la Fondation pour les informations sur la. Elles ont été ajustées de manière à correspondre à un mur normalisé quant à sa capacité d isolation thermique (normes de 27 et 21), ce, en modifiant l épaisseur de la couche d isolant et en tenant compte des variations occasionnées par cette modification dans la consommation d énergie et les émissions. L épaisseur du utilisé dans la comparaison est de 25 mm. Dans les déclarations environnementales, le coefficient d émission éq. CO 2 retenu pour l électricité est de 22 g/kwh et celui pour le chauffage urbain de 4 g/kwh. Aux fins de cette étude, les coefficients d émission utilisés dans l analyse du cycle de vie du ont été convertis de manière correspondante. La distance de transport des éléments de a également été modifiée de manière à correspondre à celle des déclarations environnementales, 5 km. Mur en : Alasaarela Matti, 28, Calcul des impacts environnementaux d un au Autres structures murales : Saari Arto, 21, déclarations environnementales des bâtiments et éléments de RAPPORT FINAL DU PÔLE ENVIRONNEMENTAL «LE BOIS COMME ÉLÉMENT MAÎTRISANT LE CHANGEMENT CLIMATIQUE» Ce rapport de 26 fait état des conclusions suivantes : Il est avantageux du point de vue du bilan carbone de l atmosphère que : 1. les intrants énergétiques du processus de fabrication des produits à base de bois soient faibles, ce qui permet de consommer moins de combustibles fossiles ou d économiser de la bioénergie pour d autres applications 2. que les produits à base de bois et leurs applications une fois recyclés aient un long cycle de vie, durant lequel davantage de carbone sera stocké 3. le produit puisse être recyclé en bioénergie à la fin de son cycle de vie, ce qui permettra d exploiter l énergie solaire stockée dans le bois 4. le bois puisse remplacer des produits particulièrement intensifs en émissions, ce qui diminuera indirectement la consommation de combustibles fossiles Dans les pages qui suivent, on testera les caractéristiques d un au regard des quatre affirmations présentées ci-avant.

4 1. LES INTRANTS ÉNERGÉTIQUES DU PROCESSUS DE FABRICATION D UN MUR EN MADRIERS SONT FAIBLES MJ/m 2 de mur renouvelable non renouvelable 4 2 bois Énergie nécessitée par la fabrication d un mur Mur en : Alasaarela Matti, 28, Calcul des impacts environnementaux d un au Autres structures murales : Saari Arto, 21, déclarations environnementales des bâtiments et éléments de 2. LE CYCLE DE VIE D UN MUR EN MADRIERS EST LONG ET INCLUT BEAUCOUP DE CARBONE CO 2 en g/ m 2 de mur bois Teneur en carbone d un mur convertie en dioxyde de carbone Mur en : Alasaarela Matti, 28, Calcul des impacts environnementaux d un au Autres structures murales : Saari Arto, 21, déclarations environnementales des bâtiments et éléments de

5 3. À LA FIN DE SON CYCLE DE VIE, LE MADRIER PEUT ÊTRE RECYCLÉ EN BIOÉNERGIE MJ/m 2 de mur bois Bioénergie stockée dans le mur Mur en : Alasaarela Matti, 28, Calcul des impacts environnementaux d un au Autres structures murales : Saari Arto, 21, déclarations environnementales des bâtiments et éléments de 4. LE BOIS PERMET DE REMPLACER DES PRODUITS PARTICULIÈREMENT INTENSIFS EN ÉMISSIONS éq. CO2 en g/m 2 de seinä éq. CO2 en g/m 2 de mur bois -15 br ique bois -2 Émissions de dioxyde de carbone occasionnées par la d un mur Émissions de dioxyde de carbone occasionnées par la d un mur lorsque l on tient compte du carbone stocké dans le mur (effet puits de carbone du mur) Mur en : Alasaarela Matti, 28, Calcul des impacts environnementaux d un au Autres structures murales : Saari Arto, 21, déclarations environnementales des bâtiments et éléments de

6 IMPACT DE LA COMPENSATION DU COEFFICIENT U D UN MUR EN MADRIERS SUR L ÉCOLOGIE DE SA CONSTRUCTION En fonction du Recueil C3 (27) des dispositions finlandaises relatives à la en vigueur 16 1 MJ/m2 de mur renouvelable non renouvelable éq. CO2 en g/m2 de mur bois Énergie consommée par la bois Émissions de gaz à effet de serre occasionnées par la La consommation d énergie et les émissions occasionnées par l ajout de l isolation des autres structures ont été ajoutées aux valeurs du. Les bâtiments sont alors comparables en ce qui concerne l énergie qu ils consomment durant leur utilisation. Mur en : Alasaarela Matti, 28, Calcul des impacts environnementaux d un au moyen de l analyse du cycle de vie Autres structures murales : Saari Arto, 21, déclarations environnementales des bâtiments et éléments de IMPACT DE LA COMPENSATION DU COEFFICIENT U D UN MUR EN MADRIERS SUR L ÉCOLOGIE DE SA CONSTRUCTION En fonction du Recueil C3 (27) des dispositions finlandaises relatives à la en vigueur Ces graphes tiennent compte du bois-énergie issu de la production et de l effet puits de carbone du mur MJ/m2 de mur bois éq. CO2 en g/m2 de mur X bois non renouvelable énergie totale consommée Énergie consommée par la Émissions de gaz à effet de serre occasionnées par la La consommation d énergie et les émissions occasionnées par l ajout de l isolation des autres structures ont été ajoutées aux valeurs du. Les bâtiments sont alors comparables en ce qui concerne l énergie qu ils consomment durant leur utilisation Mur en : Alasaarela Matti, 28, Calcul des impacts environnementaux d un au moyen de l analyse du cycle de vie Autres structures murales : Saari Arto, 21, déclarations environnementales des bâtiments et éléments de

7 EXIGENCES EN MATIÈRE D ISOLATION THERMIQUE ENTRANT EN VIGUEUR EN 21 La valeur de référence du coefficient de transmission thermique d un est de,4 W/(m²K), le coefficient U d un de 25 mm étant de,53 W/(m²K). La différence peut être compensée en améliorant la capacité d isolation thermique des autres éléments de. Dans une maison de plain-pied, cela signifiera par exemple une isolation supplémentaire d environ 2 mm entre le suspendu et le vide sanitaire. Une maison en disposant d une telle isolation supplémentaire satisfera aux normes de 21, mais consommera environ 26 kwh d énergie en plus par mètre-carré de mur pour son chauffage. Dans une maison de plain-pied de 18 m², la différence sera d environ 3 kwh par an. L impact sur le niveau de performance énergétique de la maison sera de 17 kwh/m². La compensation totale du coefficient U d un pour le mettre au niveau d une maison isolée conformément aux normes de 21 entraîne des épaisseurs d isolants déraisonnables sous le toit et sous le. Cette compensation est en revanche possible au moyen d une récupération de la chaleur plus efficace dans le système de ventilation et en améliorant l étanchéité à l air de la maison. L effet puits de carbone du et les émissions plus faibles de sa fabrication permettent cependant de mettre les émissions de gaz à effet de serre durant son cycle de vie au même niveau qu une maison en bois si le coefficient d émission des gaz à effet de serre appliqué à l énergie affectée au chauffage est inférieur à 2 g/kwh. RÉPARTITION DES DÉPERDITIONS THERMIQUES ENTRE LES DIFFÉRENTES PARTIES DE L ENVELOPPE Maison isolée en fonction des dispositions actuellement en vigueur en matière d isolation thermique Maison isolée en fonction des dispositions en matière d isolation thermique entrant en vigueur en % de la déperdition thermique totale X murs étage Maison standard C3/27 Maison en C3/27 rez-dechaussée fenêtres portes ventilation fuites d air % de la déperdition thermique totalex murs étage Maison standard C3/27 Maison en C3/27 rez-dechaussée fenêtres portes ventilation fuites d air La part des murs extérieurs isolés selon les normes (U=,24) est d environ 16 % Dans une maison en (U=,53), la part des murs extérieurs s élève à 33 % des déperditions thermiques totales. La compensation du coefficient U des murs en est visible dans les s du rez-dechaussée et de l étage ainsi que dans les fenêtres. La part des murs extérieurs isolés selon les normes (U=,17) est d environ 14 % Dans une maison en (U=,53), la part des murs extérieurs s élève à 4 % des déperditions thermiques totales. On a dans cet exemple utilisé pour la compensation du coefficient U des murs en, outre l enveloppe, une amélioration du rendement de la ventilation.

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les responsables politiques cherchent à réduire les émissions de gaz à effet

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros.

Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros. Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros. 15. 04. 2010 Evaluation écologique des matériaux de construction à l aide de la méthode des unités de charges écologiques Derry Rey, Chef

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place

Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place Présenté par: Catherine-Anne Renaud, ing., CEM Associée écologique LEED Vice-présidente R+O Énergie Plan de la présentation 1. Mise en contexte

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006 relatif au

Plus en détail

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance 1 Contexte et objectif Maitre d ouvrage : Résidences de l Orléanais Architecte : GA Architecture AMO passif : FIABITAT Concept > 5 maisons passives mitoyennes, 3 T4 + 2 T5 508 m² shab > Réalisation Orléans

Plus en détail

A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions

A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions ULC Artikel März 2015 A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions 1. Modification règlementaires À partir du 1 janvier 2015 les nouvelles constructions se rapprocheront

Plus en détail

Isolation et confort thermique

Isolation et confort thermique Réglementation / Isolation et confort thermique Isolation et confort thermique Réglementation Soigner l isolation thermique et hygrothermique d un bâtiment a un double effet : assurer un confort d utilisation

Plus en détail

Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros.

Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros. Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros. 11.11.09 Utilité de l isolation pour le développement durable Christoph Blaser, Responsable CPI, SG-ISOVER SA Table des matières 1. Exigences

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE

BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE Ce Bilan thermique simplifié a été réalisé à l aide du logiciel DIALOGIE Il a permis d estimer, à partir des informations recueillies lors d une visite d un technicien

Plus en détail

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75)

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Phase PRO-DCE : Mise à jour du calcul phase APD des émissions de CO 2 SO 2 déchets BET HQE : SEQUOIA

Plus en détail

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005 TELECHARGEMENT Comprendre la Réglementation Thermique 2005 SOMMAIRE DE LA RT 2000 A LA RT 2005...3 LES VALEURS DE REFERENCE ET GARDE-FOUS...3 VALIDATIOND UN PROJET...4 LEXIQUE...5 TEXTES DE REFERENCE...6

Plus en détail

Aides financières pour la rénovation. sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat.

Aides financières pour la rénovation. sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat. Aides financières pour la rénovation sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat. Les aides financières accordés aux mesures individuelles réalisées sur l enveloppe du bâtiment dépendent du standard

Plus en détail

Construction zéro carbone: entre défi et réalité. Conrad Lutz architecte 26.03.2015

Construction zéro carbone: entre défi et réalité. Conrad Lutz architecte 26.03.2015 Construction zéro carbone: entre défi et réalité Conrad Lutz architecte EAI-FR/12.03.2015 EAI-FR/12.03.2015 Est-il possible de construire et d exploiter un bâtiment zéro carbone? Pourquoi construire zéro

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT Réhabilitation du bâtiment «Mendès France» à Auch 12 logements au standard «BBC Effinergie Rénovation» pour l OPH 32 Octobre 2011

Plus en détail

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Séminaire : Rénovation énergétique pour ménages à bas revenus 8 octobre 2010 Brussels Table des matières Quelques

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

Aides financières étatiques 2013 2016. www.myenergy.lu

Aides financières étatiques 2013 2016. www.myenergy.lu Aides financières étatiques 2013 2016 www.myenergy.lu myenergy infopoint Hotline 8002 11 90 Le ministère du Développement Durable et des Infrastructures soutient les particuliers, les a.s.b.l., les sociétés

Plus en détail

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales Informations générales 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage central est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments. Le schéma montre

Plus en détail

Passeport énergétique

Passeport énergétique pas de numéro pas de numéro 0/0/0 0 07 //00 Classe de performance énergétique Classe d'isolation thermique Besoins économes Bâtiment à basse consommation d'énergie Classe de performance énergétique La

Plus en détail

LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE

LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE Roger Cadiergues MémoCad nb10.a LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE SOMMAIRE nb10.1. Le cadre de la performance énergétique nb10.2. Le système français des classes nb10.3. La norme NF EN 15217 : les principes nb10.4.

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

Les labels énergétiques des bâtiments

Les labels énergétiques des bâtiments Document n 2010-06-25, BBC Les labels énergétiques des bâtiments 1 Sommaire Introduction Rappels Les critères évalués Les repères énergétiques Exemple de réalisation RT 2005 Les exigences De la RT 2005

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Afin d améliorer le confort thermique de leur maison d après-guerre, un couple

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du * de l Angoumois Avril 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre d habitants

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques.

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques. La Principauté de Monaco a signé, à Rio de Janeiro, la Convention Cadre sur les Changements Climatiques ; cette Convention est entrée en vigueur par la publication de l Ordonnance Souveraine n 11.260 du

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

Cette fiche a pour but de vous indiquer les principales informations concernant la norme RT2012.

Cette fiche a pour but de vous indiquer les principales informations concernant la norme RT2012. Cette fiche a pour but de vous indiquer les principales informations concernant la norme RT2012. Dans le but de diviser par deux la consommation énergétique des bâtiments à l horizon 2020, la France a

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Les Vitrages à Isolation Renforcée

Les Vitrages à Isolation Renforcée Les Vitrages à Isolation Renforcée Vitrage à Isolation Renforcée En neuf et en réhabilitation, les VIR s imposent en tant que solutions efficaces et rentables Glasstec : 24 oct 2006 1 Les Vitrages à Isolation

Plus en détail

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS Le système de chauffage et de production de chaleur fait partie des postes à contrôler pour assurer la rationalisation des

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Les Certificats d économies d énergie Bâtiments et Collectivités locales Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Charbonnier Sylvie Opérations élémentaires Isolation Sommaire : Opérations

Plus en détail

FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE?

FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE? FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE? Le fait d intégrer un triple vitrage dans une fenêtre est de plus en plus souvent présenté comme la seule amélioration possible de sa

Plus en détail

LE DEVELOPPEMENT DURABLE

LE DEVELOPPEMENT DURABLE LE DEVELOPPEMENT DURABLE Réaliser la maquette d une Maison à Ossature Bois Sommaire : 1- Pourquoi, réaliser la maquette d une Maison Ossature Bois(MOB) lors des heures de PPCP (Projet Pluridisciplinaire

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

Solution idéale pour l assainissement de l enveloppe des édifices

Solution idéale pour l assainissement de l enveloppe des édifices Solution idéale pour l assainissement de l enveloppe des édifices Exploitation énergétique efficiente agissons MAINTENANT! Changement climatique La consommation d énergie globale et par conséquent l émission

Plus en détail

PLANS DU BÂTIMENT CALCULS Performances Energétiques du Bâtiment Niveau d étanchéité à l air du bâtiment à faire imposer dans le cahier des charges et à faire contrôler par un test Blower Door. Exemples

Plus en détail

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un nouvel ouvrage est paru en 2013, destiné aux artisans, entreprises, architectes, maîtres d œuvre et maîtres d ouvrage,

Plus en détail

Bâtiments démonstratifs au fonctionnement maîtrisé. 21 mars 2006

Bâtiments démonstratifs au fonctionnement maîtrisé. 21 mars 2006 Bâtiments démonstratifs au fonctionnement maîtrisé 21 mars 2006 kwh/ m².an 160 140 120 100 80 60 40 20 0 Réalisation de bâtiments RT2000 autonomes en énergie RT2005 projets de démonstration Cible 2020

Plus en détail

Bâtiments et société à 2000 watts

Bâtiments et société à 2000 watts Bâtiments et société à 2000 watts Francine Wegmüller 7 novembre 2012 Table des matières 1. 2. 3. 2 Bâtiments et société à 2000 watts Les énergies renouvelables dans le bâtiment Conclusions 1. Bâtiments

Plus en détail

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 08h. 12h. 13h. 17h. 18h. 22h. lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche École École École École École Clubs Manifestation École École Clubs École

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

Un Objectif du Grenelle Environnement

Un Objectif du Grenelle Environnement Un saut énergétique Avec la RT2012, le Grenelle Environnement prévoit de diviser par 3 la consommation énergétique des bâtiments neufs d habitation et d usage tertiaire, soit : une consommation d énergie

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

VICTOR RUFFY - Evaluation SméO ATL 7.0 Résultats Etude

VICTOR RUFFY - Evaluation SméO ATL 7.0 Résultats Etude Energie grise du bâtiment Confort thermique estival / hivernal Parties privatives VICTOR RUFFY - Evaluation SméO ATL 7.0 Résultats Etude Retour Etude Interface Mapping Economie du sol 83% Assurer une occupation

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 APPLIQUABLE POUR LES PERMIS DE CONSTRUIRE DEPOSES A PARTIR DU 1 er JANVIER 2013. A compter du 1 er janvier 2013, seules les maisons répondant à la Réglementation Thermique

Plus en détail

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton.

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Maisons Individuelles THPE et BBC Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Principes des solutions étudiées dans le cadre de la Réglementation Thermique concernant les prestations courantes

Plus en détail

L ingénierie au service de la nature MC

L ingénierie au service de la nature MC L ingénierie au service de la nature MC Concerto, la fenêtre qui est testée pour l étanchéité à l air aussi bien à -30 C qu à température ambiante 20 C. Pourquoi est-il important d évaluer le degré d étanchéité

Plus en détail

Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014

Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014 Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014 Manuel Bauer Estia SA Thèmes abordés Objectif du diagnostic énergétique Revue de quelques méthodes d analyse énergétique des bâtiments

Plus en détail

Article Technique. Evaluation de scénarii énergétiques sur le parc scientifique de Sophia-Antipolis

Article Technique. Evaluation de scénarii énergétiques sur le parc scientifique de Sophia-Antipolis Article Technique Evaluation de scénarii énergétiques sur le parc scientifique de Sophia-Antipolis Introduction Dans le cadre du projet SMART MED PARK un outil de simulation a été développé afin de permettre

Plus en détail

Bilan des Energies et des Fluides 2011

Bilan des Energies et des Fluides 2011 Bilan des Energies et des Fluides 2011 Rapport de synthèse Unibat, Service des Bâtiments et Travaux Georges Berweiler, Efficience, Energie & Habitat Lausanne, le 2 juillet 2012 Introduction Dans le cadre

Plus en détail

Comment améliorer les performances thermiques d une habitation?

Comment améliorer les performances thermiques d une habitation? thermiques d une habitation? E1-1/6 Le confort 1 Définissez en trois points le confort thermique : 2-1 Sur brouillon ou sur votre cahier d expérience, émettez vos hypothèses sur la maison de demain. Comment

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Cadre réglementaire Rappel : délai d application

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. 1 Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 2

Plus en détail

Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique

Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique LEED Canada pour les nouvelles constructions et les rénovations importantes 2009 Prelco offre

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

PETIT GLOSSAIRE DU LOGEMENT DURABLE

PETIT GLOSSAIRE DU LOGEMENT DURABLE PETIT GLOSSAIRE DU LOGEMENT DURABLE Bilan Carbone : Le Bilan Carbone, une marque déposée par l ADEME (Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie), est un outil de comptabilisation des émissions

Plus en détail

Bienvenue chez swisspor Romandie SA Un concept durable Présentation des produits

Bienvenue chez swisspor Romandie SA Un concept durable Présentation des produits Bienvenue chez swisspor Romandie SA Un concept durable Présentation des produits Thierry Heyd, le 30 mai 2012 swisspor: des Suisses en Europe 3000 collaborateurs Pour un chiffre d affaires > 1 Milliard

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT

CARACTERISTIQUES du BATIMENT CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Avec décrochement Longueur : 1 m Largeur : 1 m Surface Shon : 202,40 m²

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

ENV 6003 CHANGEMENTS CLIMATIQUES

ENV 6003 CHANGEMENTS CLIMATIQUES ENV 6003 CHANGEMENTS CLIMATIQUES : impacts, adaptation, mitigation MODULE 4 Combien d énergie une maison doit-elle consommer? par Sebastian Weissenberger SOMMAIRE Introduction 1. Les normes dans le secteur

Plus en détail

Nouvelle usine éco-responsable

Nouvelle usine éco-responsable Nouvelle usine éco-responsable Bibal investit dans un bâtiment d avenir Pour gérer sa croissance tout en respectant l environnement, Philippe BERTRAND, PDG des Cafés BIBAL, a pris le parti de construire

Plus en détail

Bilan des 20 audits énergétiques et environnementaux réalisés sur le territoire de l AMVS - Adus - Septembre 2011. 1

Bilan des 20 audits énergétiques et environnementaux réalisés sur le territoire de l AMVS - Adus - Septembre 2011. 1 Bilan des 2 AUDITS ENERGETIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX réalisés sur L AGGLOMERATION MAUBEUGE VAL DE SAMBRE lors de l expérimentation du CONSEIL REGIONAL NORD-PAS DE CALAIS Bilan des 2 audits énergétiques

Plus en détail

SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne

SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne Le bâtiment : un secteur énergivore Energie consommée (Mtep)

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

climacell ouate de cellulose Isoler naturellement avec la Ouate de Cellulose Climacell Économie Écologie Confort L ISOLATION DES BÂTIMENTS

climacell ouate de cellulose Isoler naturellement avec la Ouate de Cellulose Climacell Économie Écologie Confort L ISOLATION DES BÂTIMENTS Isoler naturellement avec la Ouate de Cellulose Climacell Économie Écologie Confort L ISOLATION DES BÂTIMENTS une priorité pour l environnement. La Climacell Installée depuis 1984 en Allemagne à Angelbachtal,

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Conférence de présentation RT 2012

Conférence de présentation RT 2012 Conférence de présentation RT 2012 Les exigences prévues : La concrétisation du Grenelle Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité et de la réglementation technique de la construction MEEDDM DGALN

Plus en détail

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel»

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DE L ENERGIE SOLAIRE LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» Contexte : La

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Longueur : 12,10 m Largeur : 6,10 m Surface Shon : 109,00 m² Surface hab.

Plus en détail

LEED Leadership in Energy & Environnemental Design Système d évaluation des bâtiments Écologiques

LEED Leadership in Energy & Environnemental Design Système d évaluation des bâtiments Écologiques 870 Curé Boivin, Boisbriand (Québec) Canada, J7G 2A7 LEED Leadership in Energy & Environnemental Design Système d évaluation des bâtiments Écologiques Pour nouvelle construction et rénovation importante

Plus en détail

La 1ère société de courtage en travaux éco-responsable, spécialisée dans l ÉCO-CONSTRUCTION et l ÉCO-RÉNOVATION

La 1ère société de courtage en travaux éco-responsable, spécialisée dans l ÉCO-CONSTRUCTION et l ÉCO-RÉNOVATION La 1ère société de courtage en travaux éco-responsable, spécialisée dans l ÉCO-CONSTRUCTION et l ÉCO-RÉNOVATION www.domibio.com Mail : contact@domibio.com Tél. : 0805 140 150 Appel gratuit depuis un poste

Plus en détail

Nouveau régime d aides financières pour les économies d énergie et l utilisation des énergies renouvelables dans le domaine du logement

Nouveau régime d aides financières pour les économies d énergie et l utilisation des énergies renouvelables dans le domaine du logement Conférence de presse Nouveau régime d aides financières pour les économies d énergie et l utilisation des énergies renouvelables dans le domaine du logement 13 septembre 2012 Régime actuel (2008-2012)

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

Exercices et corrections

Exercices et corrections Exercices et corrections Apprenez avec vos élèves à réaliser un Diagnostic de Performance Energétique. A utiliser avec les exemples d'ecoville ou avec un cas réel. Exercices L'énergie primaire est une

Plus en détail

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts?

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? Colloque Sorbonne Immo-RICS 23 juin 2010 23/06/2010 1 SOMMAIRE 1. 1. L Immobilier Durable Quelles définitions?

Plus en détail

Et les «réserves» en énergies renouvelables?

Et les «réserves» en énergies renouvelables? Et les «réserves» en énergies renouvelables? La principale énergie renouvelable utilisée aujourd hui dans le monde est la biomasse, et plus principalement le bois. Ce dernier représente 10% de la production

Plus en détail

Le Projet Sémiramis à Fribourg

Le Projet Sémiramis à Fribourg Le Projet Sémiramis à Fribourg Dominique Chuard Architecte EPFZ, Sorane SA, Lausanne Situation initiale Cette note présente le processus d'optimisation énergétique menée lors du développement du projet

Plus en détail