Remboursement des soins. ambulatoires : non imposable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Remboursement des soins. ambulatoires : non imposable"

Transcription

1 mai 2006 Numéro 05 10e année Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt 2800 Mechelen 1 P LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 soins de santé et invalidité Remboursement des soins ambulatoires : non imposable 1 branche 23 La déduction des intérêts notionnels plus avantageuse qu une assuranceplacement? 2 pacte de solidarité entre générations Prolonger l âge-terme d un plan de pension existant n est pas sans conséquences4 technique d assurancevie Le coût de la solvabilité 7 À VOTRE ÉCOUTE Faites-nous part des sujets importants à vos yeux. Vos suggestions d articles sont les bienvenues. N hésitez pas à nous les transmettre par écrit. La rédaction ne peut cependant intervenir comme assistance téléphonique ni pour des consultations personnalisées. Rédaction Life & Benefits Tél. (015) , Fax (02) soins de santé et invalidité Remboursement des soins ambulatoires : non imposable Une circulaire du 14 avril 2006 de l administration de la fiscalité des entreprises et des revenus a précisé que les primes d assurance en couverture d un remboursement des soins ambulatoires ne sont pas déductibles dans le chef de la société, et que les prestations correspondantes ne sont également pas imposées dans le chef des bénéficiaires, en raison de leur caractère d avantages sociaux. La même circulaire ajoute qu un régime similaire s applique aux assurances collectives visant à couvrir exclusivement une invalidité physiologique et/ou économique sans lien avec une quelconque perte de revenus. L arrêt du 12 octobre 2000 de la cour d appel de Bruxelles avait semé le doute quant au traitement fiscal des assurances collectives Hospitalisation (voir Life & Benefits n 38 d avril 2001). La Loi sur les Pensions Complémentaires (LPC) a rétabli les principes, en stipulant clairement que les primes versées pour des assurances de ce type n étaient pas déductibles et que les prestations n étaient pas imposables. L exposé des motifs de la LPC énonçait même que ce régime s étendait à l assurance des frais ambulatoires exposés au cours des six mois qui précèdent ou qui suivent l hospitalisation. Certaines entreprises avaient également souscrit des polices prévoyant le remboursement des soins ambulatoires en dehors de cette période, tels que des soins dentaires, le coût de médicaments, etc. Jusqu à présent, l administration fiscale admettait la déduction des primes versées pour ce type de couverture, mais taxait les remboursements. L administration a entre-temps changé son fusil d épaule et admet aujourd hui la non imposition des remboursements. Toutefois, en corollaire, les primes ne seront plus déductibles. L assurance collective portant sur le remboursement des soins ambulatoires suit désormais le même régime que celui qui s applique au remboursement des frais liés à une hospitalisation. Compte tenu du fait qu il s agit d un changement de position, le nouveau régime ne sera effectif que pour les primes payées à partir du 1 er janvier La circulaire n aborde toutefois pas le statut fiscal des constructions du type cost plus. Ceci concerne les entreprises qui, pour éviter la taxe sur les primes de 9,25 %, remboursaient elles-mêmes à leurs travailleurs les frais afférents aux soins ambulatoires (le cas échéant, par l intermédiaire d un bureau de gestion). Ceci implique-t-il que l ancienne situation est toujours en vigueur, à savoir que les remboursements de ce type représentent des revenus imposables? Ou pouvons-nous en conclure que le nouveau régime trouve à s appliquer? Par ailleurs, la circulaire contient un passage remarquable en vertu duquel le même régime (prime non déductible, prestation non imposable) est étendu «aux assurances collectives visant à couvrir exclusivement une incapacité physiologique et/ou économique sans lien avec une quelconque perte de revenus». Depuis

2 2 LIFE & BENEFITS N 05 MAI 2006 KLUWER la LPC, seules les primes versées dans le cadre d engagements «qui doivent être considérés comme un complément aux prestations légales en cas d incapacité de travail» - ce que l exposé des motifs explique comme étant des plans qui visent exclusivement à compenser des pertes de revenus du travail sont déductibles dans le chef de l entreprise, sans qu elles soient imposables dans le chef de l individu. Défendre l exonération d impôt des prestations en raison d une absence de perte de revenus sera désormais encore plus difficile par la présence de cette circulaire, dans des cas particuliers où la prime a été déduite. Pensons à cet égard à la situation d une personne en incapacité de travail, qui perçoit une prestation d assurance alors qu il bénéficie toujours d un revenu professionnel. La question de savoir pourquoi le régime instauré par la circulaire se limite aux assurances collectives demeure encore un mystère. branche 23 La déduction des intérêts notionnels plus avantageuse qu une assurance-placement? Paul Roels Mode de calcul Interprétation À partir de l exercice d imposition 2007, les sociétés pourront appliquer une déduction pour le capital à risque, mieux connue comme déduction des intérêts notionnels. La mesure permet à l entreprise de déduire de sa base imposable 3,442 pourcent du capital propre. Les petites sociétés peuvent majorer cette déduction de 0,5 pourcent. Il convient toutefois d être attentif : certains types de placement peuvent créer des surprises. Toutes les composantes patrimoniales ne participent cependant pas au calcul. Ainsi, par exemple, les plus-values de revalorisation ne sont pas prises en compte. Cette notion désigne les plus-values latentes exprimées, tel que l immobilier, exonérées d impôt de manière provisoire et conditionnelle, pour autant qu elles soient comptabilisées sur un compte séparé au passif du bilan. Après avoir apporté cette correction au patrimoine propre, certains postes d actifs spécifiques doivent, en outre, être défalqués. De ce fait, les actions, comptabilisées comme des immobilisations financières à l actif, telles les participations dans une filiale, ne sont pas incluses. Ceci s applique également à la valeur comptable de composantes de l actif détenues par la société simplement à titre de placement et qui ne sont pas destinées à produire un revenu périodique imposable. Cette dernière correction empêche d apporter dans la société des possessions personnelles, telles que des bijoux, des métaux précieux et des œuvres d art, à la seule fin de maximaliser le patrimoine propre et la déduction des intérêts notionnels. Comment cette dernière disposition doit-elle être interprétée? D après l exposé des motifs de la loi, un actif ne peut être exclu que s il répond à la fois à une condition concrète et à une condition abstraite. La condition abstraite se focalise exclusivement sur la nature de l actif sans tenir compte des circonstances concrètes d utilisation par la société. Il doit donc s agir d un actif qui, par sa nature, n a pas, en principe, vocation à produire un revenu périodique imposable. La notion de revenu périodique exclut non seulement les plus-values, mais aussi les recettes extraordinaires et les recettes secondaires. La condition concrète implique que l actif soit détenu purement à titre de placement. Autrement dit, il s agit

3 KLUWER LIFE & BENEFITS N 05 MAI Clarifications Que se passe-t-il avec des contrats de la branche 23? Que se passe-t-il avec des contrats de la branche 21 et des opérations de capitalisation? d actifs qui ne sont pas employés, ni directement, ni indirectement, à l exercice d une activité économique. Ceci implique également qu un négociant en œuvres d art ne doit pas déduire son stock d œuvres d art de son patrimoine propre pour déterminer la déduction pour capital à risque. En réponse à une question du député CD&V Carl Devlies, le ministre des Finances Reynders a clarifié quelques cas. D entrée de jeu, il a rappelé que les sicav RDT (à savoir, des sicav dont les dividendes sont, sous certaines conditions, exonérées d impôt à concurrence de 95 %) doivent, conformément à la loi correspondante, toujours être défalquées du patrimoine propre pour le calcul de la déduction pour capital à risque. Dans la foulée, le ministre a ajouté que les actions de capitalisation (à savoir, les actions pour lesquelles les statuts ne prévoient aucun paiement de dividende ordinaire) devaient être défalquées du patrimoine propre. Des actions de ce type, détenues à titre de placement, ne sont aucunement destinées, par leur nature, à produire un revenu périodique imposable. Quelle est la situation en ce qui concerne les assurances-vie? La souscription par la société d un contrat de la branche 23 constitue en effet une solution alternative à un investissement direct en actions. Comparé à un investissement direct par exemple en parts d une sicav de capitalisation, les assurances de la branche 23 offrent notamment l avantage que les réductions de valeur, à comptabiliser le cas échéant sur la créance à l encontre de l assureur-vie (créance représentée par le contrat d assurance-vie), sont fiscalement déductibles. Ce qui n est pas le cas pour les réductions de valeur sur les parts d une sicav de capitalisation (art. 198, 7 du CIR). Par ailleurs, la souscription d un contrat de la branche 23 ne met pas en danger l application éventuelle du tarif réduit de l impôt des sociétés. Ce risque existe pour un investissement direct en actions, lorsque la valeur d investissement excède 50 % du capital libéré augmenté des plus-values comptabilisées (art. 215 du CIR). L inconvénient dans ce cas est que la taxe sur les primes de 4,4 % défavorise le rendement de l assurance davantage que les éventuelles taxes boursières sur les actions. Sur le plan comptable, les assurances-vie de ce type sont généralement comptabilisées sous la rubrique placements. Pour la détermination du patrimoine propre dans le cadre de la déduction des intérêts notionnels, il ne peut être tenu compte des placements qui ne produisent pas un revenu périodique imposable, comme par exemple les assurances de placement de la branche 23 qui ne prévoient pas de prestations périodiques. Toutefois, en corollaire, la société est obligée de diminuer la base de calcul de l intérêt notionnel, par analogie à la réponse ci-dessus du ministre Reynders, de la valeur comptable des assurances de ce type. Paradoxalement, une disposition destinée à l origine à exclure les actifs privés, tels que des bijoux et des œuvres d art, de la base de calcul de l intérêt notionnel, exclut également des actifs (actions de capitalisation, assurances de la branche 23) qui, par leur nature et selon une périodicité qui leur est propre, produisent un revenu imposable, mais qui, pour des raisons comptables, n est pas comptabilisé de manière périodique. Un raisonnement analogue doit-il être suivi pour des assurances-vie non liées à des fonds d investissement (branche 21) ou pour des opérations de capitalisation (branche 26)? La réponse, à notre avis, est négative, au motif que les intérêts annuels produits par ces contrats doivent figurer dans le résultat comptable et fiscal de la société, même si la société ne recueille effectivement ces intérêts qu au cours d une période imposable ultérieure (voir l avis 148/5 CNC et l article 362bis du CIR). En bref : il est permis aux sociétés de reprendre dans la base de calcul de la déduction des intérêts notionnels, la valeur représentée par les contrats d assurance-vie de la branche 21 et les contrats de capitalisation, étant donné que ces contrats produisent un revenu périodique imposable.

4 4 LIFE & BENEFITS N 05 MAI 2006 KLUWER Conseil : Pour déterminer la rentabilité d une assurance de la branche 23, il est préférable qu une société prenne en compte une déduction moins élevée d intérêts notionnels, à l inverse de placements dans des contrats de la branche 21 ou de capitalisation. Michael Mohr pacte de solidarité entre générations Prolonger l âge-terme d un plan de pension existant n est pas sans conséquences Régime fiscal plus favorable Conditions Le pacte de solidarité entre générations contient toute une série de mesures visant à augmenter le degré d activité de la population professionnelle belge. Pour encourager les salariés et les indépendants à travailler plus longtemps, le législateur a instauré un régime fiscal plus favorable pour les pensions du deuxième pilier. Ainsi, les capitaux de pension de ce type subiront une taxation finale de faveur si la liquidation aux bénéficiaires survient au plus tôt à l âge de la pension légale et pour autant que les bénéficiaires soient effectivement restés actifs jusqu à cet âge. Le présent article se focalise sur la situation des dirigeants d entreprise indépendants. En général, ils souscrivent un engagement de pension dont l âge-terme est fixé à 60 ans. Se pose alors la question de savoir s ils ont intérêt à prolonger ce terme jusqu à 65 ans. Les capitaux de pension constitués au moyen d allocations patronales ou de cotisations payées par la société en application d un engagement de pension individuel ou collectif sont taxés, en impôt des personnes physiques, au taux distinct de 16,5 %, si ces capitaux sont liquidés au plus tôt à partir de 60 ans ou à l occasion de la mise à la retraite. Le pacte de solidarité entre générations introduit un nouveau taux distinct de 10 % lorsque ces mêmes capitaux sont liquidés au bénéficiaire au plus tôt à l âge de la pension légale pour autant qu il soit resté actif jusqu à cet âge. La nouvelle mesure s applique également aux capitaux de pension complémentaire imposés selon une rente fictive (PCLI, avances non remboursées, ). Hormis quelques exceptions, l âge de la pension légale se situe à 65 ans. Les femmes bénéficient, quant à elles, d un régime transitoire qui prendra fin le 1 er décembre Jusqu à cette date, elles pourront prendre leur pension légale à 64 ans. Des dérogations à l âge de la pension légale existent pour certaines professions (par exemple les mineurs de fond et les marins). Ces particularités peuvent être prises en compte pour l application du régime fiscal favorable (pour plus de détails, voir Life & Benefits, janvier 2006, n 1, p. 6). Du moins, c est ce qu a déclaré le ministre des Finances à la commission éponyme de la Chambre. La question de savoir si cette mesure s applique aussi à un sportif rémunéré qui prend à 35 ans son capital de pension, est jusqu à présent restée sans réponse. Ce qu il convient d entendre par rester effectivement actif fait toujours l objet de pas mal de conjectures. Il est certain à ce propos qu une occupation à plein temps

5 KLUWER LIFE & BENEFITS N 05 MAI Cotisations personnelles Prélèvements (para)fiscaux Limite des 80 % jusqu à l âge de la pension légale suffit. En revanche, il n existe pas encore de certitude de pouvoir bénéficier du taux de faveur de 10 % dans l hypothèse où les dernières années de la carrière ont été prestées à temps partiel ou si une année sabbatique a été obtenue. Lors des discussions à la commission des Finances de la Chambre, le ministre semblait préconiser une interprétation souple. Par contre, en réponse à une récente question parlementaire, le ministre s est montré plus réservé et il a annoncé la diffusion prochaine d une circulaire interprétative (question orale n du député CD&V Hendrik Bogaert du 7 février 2006). Le pacte entre générations n apporte aucune modification à l imposition des capitaux de pension constitués au moyen de cotisations personnelles. Ces capitaux sont taxés au taux de 16,5 % s ils sont liquidés à partir de 60 ans ou à l occasion de la mise à la retraite pour autant qu ils aient été constitués au moyen de cotisations payées avant le 1 er janvier Lorsque les cotisations personnelles ont été payées à partir du 1 er janvier 1993, les capitaux sont taxés au taux de 10 %. Compte tenu des prélèvements parafiscaux tels que la cotisation Inami (3,55 %) et la cotisation de solidarité (de 0 à 2 %) appliqués aux capitaux de pension (participations bénéficiaires incluses) et de la taxation distincte à 16,5 % ou à 10 % sur les capitaux de pension (hors participations bénéficiaires), le nouveau taux d imposition de 10 % produit un gain fiscal de 5 à 6 %. Pour un capital de pension de euros (y compris une participation bénéficiaire de euros) exclusivement constituée au moyen de cotisations versées par la société, la facture fiscale des deux scénarios est la suivante : Capital de pension de constitué au moyen d allocations patronales et à titre de participations bénéficiaires (PB) 16,50% 10% Capital de pension (PB incluses) , ,00 Cotisation Inami (3,55%) 3.550, ,00 Cotisation de solidarité (2%) 2.000, ,00 Participation bénéficiaire nette , ,00 Montant imposable , ,02 Impôts des personnes physiques , ,80 Taxe communale (6%) 779,21 472,25 Capital de pension net hors PB , ,97 Capital de pension net avec PB , ,97 Prélèvements proportionnels 19,32% 13,89% Différence 5,43% Si notre dirigeant d entreprise projette effectivement de rester actif jusqu à l âge de 65 ans en exerçant un mandat rémunéré ou non, il remplit les conditions pour pouvoir bénéficier de la taxation favorable. Pour autant que son engagement de pension stipule aujourd hui un âge-terme de 60 ans, il pourrait envisager de prolonger l expiration de son engagement de pension jusqu à 65 ans. La modification de l échéance finale ne doit cependant pas être motivée exclusivement par l avantage fiscal. Il est préférable à ce propos de ne pas perdre de vue d autres éléments, en particulier le montant maximum de capital de pension à assurer. En effet, les primes payées en exécution d un engagement de pension complémentaire ne sont fiscalement déductibles que dans la mesure où le capital de pension à constituer, participations bénéficiaires incluses (estimées par l administration fiscale à 20 %), n excède pas 80 % de la dernière rémunération brute annuelle normale et de la pension légale, compte tenu de la fraction repré-

6 6 LIFE & BENEFITS N 05 MAI 2006 KLUWER Exemple chiffré Fraction représentant la carrière Coefficient de conversion Exemple chiffré sentant la durée de la carrière. Pour ceux d entre les lecteurs qui possèdent quelques notions d arithmétique, voici la formule : N/40 (80 % DRBA PL) / 1,20 x Coeff N = durée de la carrière professionnelle DRBA = dernière rémunération brute annuelle normale PL = pension légale, pour les indépendants 25 % de la DRBA, compte tenu d un minimum et d un maximum de pension de retraite Coeff = coefficient de conversion d un capital en rente 1,20 = participation bénéficiaire estimée Pour mieux isoler l incidence des différents paramètres, nous allons séparer la formule en un volet rente et un volet capital. En effet, la formule {N/40 (80 % DRBA PL) / 1,20} donne la rente maximale à assurer et le coefficient de conversion convertit cette rente en capital. Dans l exemple suivant, vous constaterez que tant la fraction de la carrière (N/40) que le coefficient de conversion (Coeff) ont leur importance en cas de modification de l âge-terme. Supposons un dirigeant d entreprise de 45 ans au profit duquel la société a souscrit un engagement individuel de pension visant à constituer un capital de pension à son 60 e anniversaire. À ce moment, le dirigeant d entreprise totalisera une carrière professionnelle de 35 années. Compte tenu d une rémunération brute annuelle de euros, il pourra constituer, dans le respect de la règle des 80 %, une rente de pension maximum de : {N/40 (80 % x DRBA PL (25 % x )} = {32/40 (27.500)} = ,50 Si nous prolongeons l âge-terme de 60 à 65 ans, la fraction de la carrière augmentera (N/40). En effet, il est tenu compte, lors du calcul du capital de pension maximum à constituer, des années prestées au sein de l entreprise, comme des années prestées en dehors de l entreprise (maximum 10 ans) et des années restant à prester jusqu à l âge-terme du contrat. Les années à prester augmentent de cinq ans si l engagement de pension prévoit un âge-terme de 65 au lieu de 60 ans. Les années travaillées à prendre en considération dans la fraction de la carrière de la règle des 80 % augmentent à leur tour d un maximum de cinq ans. Ce maximum s explique par le fait que, dans la règle des 80 %, la fraction de la carrière représente un maximum de 40 ans. Appliqué à notre exemple, ceci implique que le dirigeant d entreprise concerné peut assurer à 65 ans une rente de pension de euros. {N/40 (80 % DRBA PL)} = {40/40 (27.500)} = La plupart des engagements de pension assurent toutefois un capital de pension et pas une rente de pension. La conversion, dans le respect de la règle des 80 %, d une rente de pension maximum à assurer en un capital de pension maximum à assurer, utilise des coefficients fiscaux de conversion. Pour une rente réversible à 80 % et indexée à 2 % qui débute à 60 ans, ce coefficient égale 18,3749. Pour une même rente qui débute à 65 ans, le coefficient de conversion égale 16,1004. La différence se justifie principalement par le fait que la rente à liquider à 60 ans doit, tous paramètres restant identiques, être payée durant cinq années supplémentaires par rapport à celle qui ne débute qu à 65 ans. Appliqué à notre exemple, la rente doit être multipliée par le facteur {coeff / 1,20}. Ceci veut dire que la rente de pension maximum à assurer de euros doit donner à 65 ans un capital de pension maximum à assurer de : x 16,1004/1,2 = ,50 euros Ainsi, la rente de pension maximum à assurer de ,50 euros à 60 ans représente un capital de pension maximum à assurer de :

7 KLUWER LIFE & BENEFITS N 05 MAI Financement plus lent Conclusion ,50 x 18,3749/1,2 = ,03 euros À ce propos, il importe de relever que le capital de pension de ,50 euros à 65 ans est financé à un rythme plus lent que le capital à 60 ans. Il s y ajoute en effet cinq années supplémentaires de paiement de prime, ce qui influence la prime déductible. Pour assurer un capital de pension de ,03 euros au profit d une personne de 45 ans payable à ses 60 ans, la prime annuelle s élève à environ euros. Pour constituer un capital de pension de ,50 euros au profit du même dirigeant d entreprise payable à ses 65 ans, une prime annuelle de près de euros suffit. À l issue d un certain nombre de simulations sur les trois paramètres qui influencent la décision de majorer l âge-terme (le régime fiscal favorable, le coefficient de conversion et la fraction représentant la carrière) il semblerait qu une prolongation éventuelle jusqu à 65 ans pourrait être prise en considération pour un dirigeant d entreprise indépendant avec un âge-terme à 60 ans et un fraction afférente à la carrière de maximum 37 ans. Au départ des simulations, nous avons constaté que, malgré le régime fiscal plus favorable, la balance penchait du mauvais côté dès que l augmentation de la fraction de carrière n atteignait pas trois années, alors que le coefficient de conversion diminuait au même rythme. Cependant, dès lors que le dirigeant d entreprise concerné décide de porter l âge-terme de son engagement de pension à 65 ans, l homme ou la femme en question doit rester en activité jusqu à cette date. Imaginons qu à 63 ans il en ait assez et qu il décide de quitter le plan de pension de manière anticipée : dans cette hypothèse, il touchera moins que s il avait laissé l âge-terme inchangé à 60 ans. Simplement parce que le financement plus étalé joue en sa défaveur et ne peut pas contrebalancer une fraction de carrière plus élevée, à taxation égale au taux de 16,5 %. Ce problème peut trouver une solution en prolongeant le plan de pension année après année dès que le dirigeant a atteint 60 ans. Ceci permet à l entreprise de financer effectivement le capital de pension avec un terme à 60 ans, en ajoutant ensuite au plan de pension chaque année supplémentaire. Conseil : Ne calculez pas immédiatement dans votre engagement de pension, l avantage résultant du pacte entre générations, mais conservez l âge-terme à 60 ans. À ce moment, vous pourrez toujours encore décider si vous souhaitez rester actif plus longtemps. Quoi qu il en soit, vous pouvez dès maintenant vérifier si votre engagement de pension prévoit une possibilité de prolongation. technique d assurance-vie Le coût de la solvabilité Silke De Valck Risques Les assureurs-vie vendent, surtout au travers de leurs activités en branche 21, beaucoup de sécurité. Or, l assureur ne peut offrir de sécurité que dans la mesure où il constitue suffisamment de provisions. L objectif de cet article est de démontrer, à l aide d un exemple simple, que la solvabilité a un coût, quelle que soit la manière de poser le problème. L assureur actif dans la branche 21 court trois sortes de risques : un risque de placement, un risque d assurance et un risque de coûts. Il court un risque de pla-

8 8 LIFE & BENEFITS N 05 MAI 2006 KLUWER Solvabilité exigée Rémunération des actionnaires There is no free lunch cement dans la mesure où il garantit un certain taux d intérêt alors qu il n a pas de certitude de pouvoir réaliser réellement ce rendement ultérieurement au moyen de ses propres placements. Le risque d assurance, quant à lui, se rapporte à la probabilité que surviennent davantage de décès, d incapacités de travail, de frais médicaux, que les statistiques avaient estimés. Enfin, l assureur s expose à un risque de coûts parce que des coûts, quels qu ils soient (gestion, marketing, commissions, taxes, ) peuvent s avérer plus importants que les prévisions initiales. Précisément pour éviter des catastrophes, le législateur a imposé aux assureurs des obligations minimales de solvabilité. Et de manière telle à pouvoir supporter un contretemps. L assureur-vie de la branche 21 est obligé, par la loi, de constituer une provision qui s élève au minimum à 4 % des réserves (abstraction faite des exigences complémentaires de solvabilité résultant par exemple des garanties de risque). Pour simplifier, disons qu un assureur-vie de la branche 21 doit mettre de côté un patrimoine propre égal à au moins 4 % de la somme de tous les avoirs sous gestion en branche 21. Ces fonds propres ne se créent pas par miracle. Souvent, les actionnaires sont mis à contribution, mais en échange, ils réclament une rémunération. Ce qui est parfaitement logique. Supposons un instant que les actionnaires exigent un rendement moyen de 10 % (ce qui donne, après prélèvement d un précompte mobilier de 25 %, un rendement net de 7,5 % dans le chef de l actionnaire individuel). Dans l hypothèse où l assureur paie sur ses bénéfices 34 % d impôt des sociétés, ses activités de la branche 21 doivent lui procurer un rendement brut arrondi à 15 %. Supposons maintenant que l assureur possède 100 euros à titre de réserves. Dans ce cas, les fonds propres à fournir par les actionnaires doivent s élever au minimum à 4 euros. Autrement dit, ces 4 euros représentent la provision à utiliser lorsque la situation évolue moins bien que prévu. Cette provision de 4 euros peut être investie au sein même de la compagnie d assurances. Imaginons, pour ne pas compliquer les choses, que l assureur décide de placer cette provision en obligations qui rapportent du 5 %. Ceci met immédiatement en évidence le fossé qui existe entre d une part, le rendement de 5 % réalisé par la provision de 4 euros, et d autre part, le rendement de 15 % attendu par les actionnaires sur cette provision de 4 euros. Par conséquent, l assureur doit, d une manière ou d une autre, combler ce fossé. C est possible, par exemple en comptant un chargement supplémentaire de 0,4 % sur les réserves. Ce chargement représente en effet 0,4 % de bénéfice dans le chef de la compagnie. Additionné au rendement de l obligation de 5 % dégagé par la provision de 4 euros, à savoir 0,2 euros, nous obtenons un bénéfice de 0,6 euros (soit 15 % de 4 euros) destiné aux actionnaires. À l évidence, la pratique est beaucoup plus complexe que l exemple laisse supposer. Dans l hypothèse où la théorie des calculs puisse être validée, l exemple ci-dessus démontre qu un placement en branche 21 présente un coût de solvabilité estimé à 0,4 % des réserves. Ce coût doit, d une manière ou d une autre, être répercuté sur le rendement réel proposé par l assureur à son client. Et ce coût de solvabilité s ajoute aux autres coûts à charge de l assureur. C est ainsi que se vérifie l expression : there is no free lunch. Luc Vereycken Comité de rédaction: Paul Roels, Paul Van Eesbeeck, Luc Vereycken. Coordination: Herman Van Doninck Life & Benefits est une publication de Kluwer - Éditeur responsable: Dirk Haesaert, Waterloo Office Park, Drève Richelle 161L, 1410 Waterloo. Service clientèle: tél , fax , Wolters Kluwer Belgique. Hormis les exceptions expressément fixées par la loi, aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit, introduit dans un fichier de données automatisé, ni diffusé, sous quelque forme que ce soit, sans l autorisation expresse et préalable écrite de l éditeur.

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

Votre banquier et assureur. La déduction des intérêts notionnels, un encouragement fiscal pour le capital à risque

Votre banquier et assureur. La déduction des intérêts notionnels, un encouragement fiscal pour le capital à risque Votre banquier et assureur La déduction des intérêts notionnels, un encouragement fiscal pour le capital à risque Sommaire 1. La déduction des intérêts notionnels: 3 un stimulant pour les entreprises 2.

Plus en détail

Pas d impôts belges à payer

Pas d impôts belges à payer décembre 2007 Numéro 10 11e année Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt 2800 Mechelen 1 P309269 LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 pensions complémentaires Pas d impôts belges à payer lorsque l on

Plus en détail

PenSIonS extralegales

PenSIonS extralegales PenSIonS extralegales Nos tuyaux pour une meilleure retraite Version mise à jour - Mai 2013 PENSION EXTRALEGALE 2013.indd 1 15/05/13 06:54 Introduction La Commission Vie de FEPRABEL a mis à votre disposition,

Plus en détail

Indépendant? Ne laissez pas votre argent se perdre en impôts. Transformez-le plutôt en épargne pour votre pension.

Indépendant? Ne laissez pas votre argent se perdre en impôts. Transformez-le plutôt en épargne pour votre pension. PENSION LIBRE COMPLÉMENTAIRE POUR INDÉPENDANTS Indépendant? Ne laissez pas votre argent se perdre en impôts. Transformez-le plutôt en épargne pour votre pension. Toujours à vos côtés Introduction Vous

Plus en détail

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux B ULLETIN DE L'I NSTITUT P R OFESSIONNEL DES C OMPTABLES ET F ISCALISTES A GRÉÉS Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux Note préliminaire Cet exemple analyse la dissolution et

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Découvrez vite le tableau comparatif de nos formules et un aperçu chiffré des revenus que vous pouvez escompter!

Découvrez vite le tableau comparatif de nos formules et un aperçu chiffré des revenus que vous pouvez escompter! Nos solutions pour indépendants Constituez votre capital retraite et assurez la continuité de vos revenus En qualité d entrepreneur indépendant, vous vous engagez jour après jour pour garantir la croissance

Plus en détail

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise Employee Benefits L assurance de groupe pour la petite entreprise : l assurance de groupe pour la petite entreprise Ma petite entreprise, j en suis fier. Je l ai créée et je l ai développée avec beaucoup

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

Salary Plan. L assurance de groupe flexible pour salariés

Salary Plan. L assurance de groupe flexible pour salariés Salary Plan L assurance de groupe flexible pour salariés Une assurance de groupe : oui ou non? La question ne se pose plus. Mais choisissez la bonne formule. La pension complémentaire : plus que jamais

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Un contrat accessible

Un contrat accessible Octobre 2013 Un contrat accessible Minimum de versements programmés* : - 50 par mois - 100 par trimestre - 150 par semestre ou par an ou par versement libre *A conseiller, eu égard au traitement fiscal

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 111bis / 1 du 11 décembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES

Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 111bis / 1 du 11 décembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 111bis / 1 du 11 décembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R n 111bis / 1 OBJET : Le régime de prévoyance-vieillesse (article 111bis L.I.R.)

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

Votre avenir assuré quoi qu il arrive Offre de produits pour indépendants et chefs d entreprise

Votre avenir assuré quoi qu il arrive Offre de produits pour indépendants et chefs d entreprise Votre avenir assuré quoi qu il arrive Offre de produits pour indépendants et chefs d entreprise Votre avenir assuré quoi qu il arrive 3 Un revenu quoi qu il arrive? Avez-vous déjà songé à ce qui se passerait

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

Les intérêts notionnels (déduction pour capital à risque) et la réserve d investissement. Les intérêts notionnels (déduction pour capital à risque)

Les intérêts notionnels (déduction pour capital à risque) et la réserve d investissement. Les intérêts notionnels (déduction pour capital à risque) Mise à jour : 23/03/2015 Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B 1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc.be Les intérêts notionnels (déduction

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Dossier technique et fiscal

Dossier technique et fiscal Dossier technique et fiscal La constitution de pension complémentaire pour l indépendant Octobre 2011 Fidea SA, dont le siège social est établi en Belgique, Van Eycklei 14, 2018 Anvers, RPM 0406.006.069.

Plus en détail

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE PERP PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE par Élysée Consulting Votre épargne pour votre retraite SOMMAIRE Bénéficiaires 3 Fonctionnnement du plan 3 Gestion du plan 4 Fiscalité des primes versées 5 Dénouement

Plus en détail

La pension complémentaire libre pour indépendants

La pension complémentaire libre pour indépendants La pension complémentaire libre pour indépendants Votre assurance d une pension insouciante Acerta soutient les starters, les indépendants et les employeurs dans chaque phase de leur croissance et dans

Plus en détail

Insolvabilité de l assureur: quelle responsabilité pour l employeur?

Insolvabilité de l assureur: quelle responsabilité pour l employeur? LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 décembre 2013 Numéro 10 Année 17 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Antwerpen X P309269 pensions complémentaires Insolvabilité de l assureur: quelle responsabilité

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Présentation des dispositifs

Plus en détail

Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012

Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012 L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES LA DEDUCTION D INTERET NOTIONNEL: un incitant fiscal belge novateur Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012 www.invest.belgium.be 2 Contenu 4 De

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

La fiscalité des produits d assurances

La fiscalité des produits d assurances La fiscalité des produits d assurances UHPC Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Mars 2010 Notions et définitions L assurance de personnes est celle dans laquelle la prestation d assurance ou la

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP Les Arènes du Patrimoine 2013 La Retraite Loi Madelin - PERP Présentation Votre animateur Yannick BOUET (CGPI) Marie HIDALGO (Expert-Compable) Laurence DAGORNE (AVIVA) Laurent MULLER (CARDIF) Quelques

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014.

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014. Explications concernant les conditions auxquelles les emprunts conclus en 2014 doivent satisfaire pour pouvoir entrer en considération pour la réduction d impôt régionale pour l habitation unique (bonus-logement)

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

Véhicules de pension pour gérants et administrateurs indépendants

Véhicules de pension pour gérants et administrateurs indépendants Octobre 2009 Véhicules de pension pour gérants et administrateurs indépendants A côté de la Pension Libre Complémentaire pour Indépendants (PLCI), véhicule de pension très intéressant, les mandataires

Plus en détail

Fiche info financière pour assurance vie fiscale

Fiche info financière pour assurance vie fiscale Fiche info financière pour assurance vie fiscale Valable à partir du 24/3/2015 DL Strategy Type d assurance vie Assurance vie à taux d intérêt garanti par la compagnie d assurances (Branche 21). Garanties

Plus en détail

Table des matières. 1. Qu entend-on par là? 2. Quel est l avantage fiscal? 3. Quelles sont les règles du jeu? 4. Quelques conseils indispensables

Table des matières. 1. Qu entend-on par là? 2. Quel est l avantage fiscal? 3. Quelles sont les règles du jeu? 4. Quelques conseils indispensables Table des matières Partie 1 : Anticiper un investissement 1.1. Un investissement........................................... 3 1.2. Pour qui est-ce intéressant?.................................. 3 1.3.

Plus en détail

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires.

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Chers clients, Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Lors de l'élaboration du budget 2012, le gouvernement a pris différentes mesures qui ont un impact important sur

Plus en détail

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances Protégez vos employés tout en réalisant des économies Table des matières Protégez vos employés tout en réalisant des économies 1 Qu est-ce qu

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Assurances de Personnes des Chefs d entreprise

Assurances de Personnes des Chefs d entreprise Conférence / Débat Assurances de Personnes des Chefs d entreprise Les 3 piliers de votre protection sociale La Santé La Retraite La Prévoyance Complémentaire Santé Complémentaire Retraite Complémentaire

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE Loi sur les valeurs mobilières (LRQ, c V-11, a 3311, par 1, 3, 8, 9, 19, 20 et 34 ; 2007, c 15) 1 Le Règlement 51-102

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011)

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011) PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT (sur base des informations connues au 11/12/2011) 1. TAXATION DES REVENUS DU PATRIMOINE Précompte mobilier - Principes : le taux de base du précompte

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Oddo & Cie. Premavenir. Novembre 2014

Oddo & Cie. Premavenir. Novembre 2014 Oddo & Cie Premavenir Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «PERP» 3 2 Présentation du contrat Premavenir de AG2R La Mondiale 8 3 Frais 13 Annexe Solidité du groupe

Plus en détail

L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL

L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL 1 L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL UNE PREMIÈRE IMPRESSION POUR LA PLANIFICATION FINANCIÈRE Après des semaines de travail acharné et à la suite des accords de gouvernement conclus dans les trois régions

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en

Plus en détail

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants SPF Sécurité Sociale DG Indépendants NOTE CONCERNANT LE NOUVEAU STATUT DES CONJOINTS AIDANTS Depuis le 1er juillet 2005 les conjoints aidants doivent s'affilier au statut social complet (maxi-statut).

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

À conserver Réforme des cotisations sociales à partir de 2015

À conserver Réforme des cotisations sociales à partir de 2015 À conserver Réforme des cotisations sociales à partir de 2015 Quel en sera l impact pour vous? 2 Table des matières En résumé 3 Sur quels revenus payez-vous des cotisations provisoires? 4 Quels choix s

Plus en détail

Guide pratique de l épargnant

Guide pratique de l épargnant Guide pratique de l épargnant Article 83 euro rendre votre contrat / Effectuer des versements individuels facultatifs / La vie de votre contrat en 8 questions / C otre complément de revenu / Consulter

Plus en détail

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également

Plus en détail

Avances sur police. I. Aperçu général

Avances sur police. I. Aperçu général Avances sur police Plusieurs contrats d assurance (comme les polices d assurance vie universelle) permettent aux titulaires de polices d affecter des dépôts au volet placements d un compte permettant le

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

RETRAITE PATRIMOINES PRIVES Le Plan d Epargne Retraite Populaire de Cholet Dupont

RETRAITE PATRIMOINES PRIVES Le Plan d Epargne Retraite Populaire de Cholet Dupont Avec le PERP, la loi «FILLON» a donné accès à toute personne, salarié, chef d entreprise, fonctionnaire, profession libérale, agriculteur, mère au foyer... personnes avec ou sans activité professionnelle,

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Attention au piège des contrats d assurance vies multiples

Attention au piège des contrats d assurance vies multiples Attention au piège des contrats d assurance vies multiples décembre 2014 L une des raisons qui rendent attrayants les contrats d assurance-vie détenus par des sociétés, c est la possibilité de produire

Plus en détail

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie 3 e pilier, prévoyance privée Assurance vie La prévoyance privée est facultative. Elle complète les prestations des 1 er et 2 e piliers et comble les lacunes en matière de prévoyance individuelle. Table

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

Les contrats multi-supports

Les contrats multi-supports Les contrats multi-supports Régime fiscal belge Par Benoît Philippart de Foy Avocat IFE 7 octobre 2014 Sommaire Les contrats d assurance vie multi-supports Les contrats de capitalisation multi-supports

Plus en détail

Guide de sortie en rente viagère. Contrats de retraite monosupport

Guide de sortie en rente viagère. Contrats de retraite monosupport Guide de sortie en rente viagère Contrats de retraite monosupport Autonomie Garantie Capital Revenu à vie Épargne Revalorisation Retraite Bénéficiaires Rente Modularité Options Réversion Souplesse Choix

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

En effet, elle présentera les possibilités de déductibilités fiscales à un moment de l année où chacun pense à réduire le montant de ses impôts.

En effet, elle présentera les possibilités de déductibilités fiscales à un moment de l année où chacun pense à réduire le montant de ses impôts. La newsletter d A & B Courtage Table des matières : Novembre 2010 - Editorial - La garantie Conducteur protégé dans un contrat d assurance auto - Les contrats d assurance déductibles du revenu imposable

Plus en détail

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal NOTES EXPLICATIVES CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU La Loi de l impôt sur le revenu (la Loi) prévoit des règles concernant l imposition du revenu gagné sur

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Rapport bisannuel concernant la pension complémentaire libre des indépendants

Rapport bisannuel concernant la pension complémentaire libre des indépendants Rapport bisannuel concernant la pension complémentaire libre des indépendants JUILLET 2007 Table des matières Table des matières... 2 Synthèse... 4 I. Introduction... 4 II. Contenu... 4 III. Conclusion...

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS?

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Quel est l'impact des nouvelles mesures au 1er janvier 2013 pour le DIRIGEANT TNS? Modifications sociales pour les TNS (Dirigeants assimilés

Plus en détail

retraite PERP Pair Plan Agipi Innovant pour la Retraite Profitez des avantages d une retraite bien préparée

retraite PERP Pair Plan Agipi Innovant pour la Retraite Profitez des avantages d une retraite bien préparée retraite PERP Pair Plan Agipi Innovant pour la Retraite Profitez des avantages d une retraite bien préparée Bien vivre sa retraite pour en profiter pleinement est le souhait de chacun. Pour cela, il est

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 N 2041 GB N 50143#17 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n a qu une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l administration. DISPOSITIFS

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Août 2012 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail

Différents instruments de l actionnariat salarié

Différents instruments de l actionnariat salarié onnectedthinking Différents instruments de l actionnariat salarié Aspects fiscaux et sociaux 20 avril 2004 Nicolas de Limbourg Introduction Options sur actions Plans d achat d actions Promesses d attribution

Plus en détail

Vos revenus à la pension? Les meilleures solutions pour un avenir confortable!

Vos revenus à la pension? Les meilleures solutions pour un avenir confortable! Vos revenus à la pension? Les meilleures solutions pour un avenir confortable! Les meilleures solutions pour un avenir confortable Conservez votre niveau de vie après la pension Vos perspectives Les 4

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité

Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité Comment réduire votre revenu imposable? Vous cherchez à augmenter votre pouvoir d achat en réduisant vos impôts... Le système fiscal luxembourgeois vous

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Fiche info financière assurance-vie pour la branche 21

Fiche info financière assurance-vie pour la branche 21 Fiche info financière assurance-vie pour la branche 21 Type d assurance vie Garanties Secure Protect & Pension 1 La Secure Protect & Pension est une assurance vie avec rendement garanti et une participation

Plus en détail