Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude?"

Transcription

1 Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? Monique de Bonis* Résumé Communiquer un savoir technique dans un langage naturel est une des difficultés les plus importantes de l activité des experts. Contrairement au langage technique, le langage naturel comporte un certain nombre d ambiguïtés. L objectif de cette étude, centrée sur l emploi des adverbes de quantité, était d estimer le degré de précision dans les descriptions de la personnalité faites par des experts psychiatres. Une analyse systématique des combinaisons adverbes de quantité/adjectifs dans ces descriptions de la personnalité des délinquants et des meurtriers a été effectuée. Les résultats de ce travail mettent en évidence un souci de précision de la part des experts. Cependant, ils révèlent que cette précision, au lieu de contribuer à améliorer l exactitude des observations sur le sujet expertisé, est détournée au profit du renforcement des aspects les plus évaluatifs (attribution de qualités et de défauts). Summary One of the most important pitfalls of the activity of an expert is that he has to communicate a technical knowledge in a natural language. Compared with the technical, the natural language comprises several ambiguous information. The aim of the present study, focussed on the use of multipliers, was to assess the degree of vagueness in the descriptions of personality made by experts in forensic psychiatry. A systematic analysis of the combinations multipliers adjectives used in descriptions of delinquents and murderers personality leds to the increase in the exactness of the descriptive statements but rather was used for pejorative emphasis. These results were discussed in terms of the expectancies of the court room in relation to the experts. L auteur Née en 1939 ; après des travaux sur la psychologie de l anxiété, elle a soutenu une thèse d État ès lettres et sciences humaines en 1982 intitulée : Les théories implicites de la Personnalité en Psychiatrie : étude de l énoncé d attribution de trait dans l expertise psychiatrique de 1967 à Les problèmes qui sont traités dans ce travail se situent à l articulation de trois disciplines. La Psychologie, la Psychiatrie et le Droit. Actuellement Directeur de Recherche au CNRS en Psychologie, M. de Bonis mène des travaux sur l analyse du langage naturel lié à certaines pratiques (diagnostic psychiatrique, expertise) et processus de décision. L un des paradoxes de l expertise en général et de l expertise psychiatrique en particulier est qu elle se présente sous la forme * CNRS, Clinique des maladies mentales et de l encéphale, Paris, France. 303

2 M. De Bonis Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? 1. Ce travail a bénéficié des moyens attribués par le Ministère de la Justice, Convention 5077/59. Nous remercions très vivement D. Bourcier, I. Théry et M. Somogyi pour leur contribution critique ou technique à cette étude. 2. Le Monde, 1977 et 1978 ; Le Nouvel Observateur, 1977 ; Le Point, Y. ROUMAJON, Ils ne sont pas nés délinquants, Paris, R Laffont, 1977 ; M. LANDRY, Le psychiatre au tribunal. Le procès de l expertise psychiatrique en justice pénale, Paris, Privat, CASAMAYOR, La justice, Paris, Gallimard, M. FOUCAULT, Moi Pierre Rivière ayant égorgé ma mère, ma sœur, et mon frère : un cas de parricide au XIX e siècle, présenté par Michel Foucault, Paris, Gallimard, R. BARTHES, Mythologies, Paris, Seuil, MONTANDON (Cléopâtre), «L expertise psychiatrique en matière pénale à Genève», dans Déviance et Société, 1978, 2, p R. ROGERS, R. DOLMETSCH, D.E. WASYLIW et J.L. CAVANAUGH, «Scientific Inquiry in Forensic Psychiatry», dans International Journal of Law and Psychiatry, 1982, 5, p d un discours en langage naturel, résultat d un compromis entre l utilisation de mots du langage courant et de termes techniques 1. l expert doit en principe communiquer des connaissances de «spécialiste», sans quoi il ne se différencierait pas d un nonexpert, dans un langage suffisamment accessible pour être compris par des non-spécialistes. La définition que donne le dictionnaire de l expert est «celui qui sait», et en pratique, dans le cas de l expertise pénale tout au moins, ce savoir est attesté par l expérience (pour être reconnu comme tel, il doit avoir pratiqué son métier pendant un certain nombre d années). La première question qui se pose est donc de déterminer en quoi cette connaissance de professionnel ou simplement de sujet expérimenté se distingue de celle du sujet naïf, c est-à-dire de la connaissance commune. Mais l expertise ne se présente pas seulement comme une simple collection de connaissances. Elle aboutit à une conclusion, et cet exposé en langage naturel s appuie sur une argumentation et contient en principe une logique naturelle. D ailleurs, le terme anglais qui correspond à celui de psychiatrie légale est «forensic», qui, au pluriel signifie «art de l argumentation». La forme de communication de ce savoir et de ce raisonnement de l expert a entraîné un certain nombre de conséquences et se prête à certains malentendus. Elle a fait que chacun a cru pouvoir parler de l expertise, prenant en quelque sorte ce discours au premier degré. Au cours de ces dernières années, un grand nombre de réflexions, voire même de remises en cause sur la base de ces discours ont été diffusées par la grande presse 2. Ces réactions faisaient écho aux critiques des experts eux-mêmes 3, des magistrats 4 et même de celles des philosophes 5 et des linguistes 6. Ces derniers en dénonçaient les intentions et en révélaient l idéologie sous-jacente. Cette critique, chacun l a faite à sa manière et de son point de vue pour informer le citoyen, prévenir l accusé, attaquer la justice, réhabiliter la psychiatrie ou dénoncer le pouvoir du psychiatre et/ou celui du magistrat, le rapport d expertise ne constituant, à quelques exceptions près 7, qu un prétexte à des réflexions d ordre plus général. L idée que le rapport puisse faire l objet d un projet scientifique, à l instar d autres pratiques judiciaires comme le témoignage, l élaboration d une décision par des jurés, etc., ne s est imposée qu assez récemment. Comme le soulignent Rogers et ses coauteurs 8 : «Le champ de la psychiatrie et de la psychologie médicolégale est en train d émerger comme une discipline scientifique nouvelle avec ses propres problèmes méthodologiques dans l élaboration de son contenu et de ses paramètres de connaissances». C est la conjonction d un certain nombre de facteurs issus de disciplines assez différentes : psychologie, droit et sciences cognitives, qui a favorisé cette évolution. Parmi ces facteurs, trois au 304

3 moins nous paraissent avoir occupé une place importante. Il s agit : a) de la mise en place de banques de données textuelles en vue notamment de la création de systèmes experts 9, b) de l évolution vers une psychologie concrète ou de terrain se détachant en quelque sorte du cadre trop étroit du laboratoire, et enfin c) du développement de méthodes d analyse du discours et de façon plus générale du langage naturel 10. Ces trois conditions sont évidemment étroitement dépendantes. Pour ce qui est des banques de données et des systèmes experts, le développement des premières a rendu accessibles à l analyse des corpus de données d expertise importants. Bien que l exploitation de ces données apparaisse moins avancée que dans d autres domaines comme le diagnostic médical, ce sont des questions de même nature qui se posent comme «qu est-ce qui fait qu un expert est expert» ; «quelles aptitudes sont impliquées lorsque l on attribue la qualité d expert» ; ou encore «quelle est la relation entre l expérience et l expertise» 11. Pour ce qui est du retour vers une psychologie de terrain par opposition à une psychologie de laboratoire 12, il s est exprimé par le souci d assurer à des connaissances psychologiques une «validité écologique» au sens de Brunswick. Dans le domaine juridique, plutôt que de simuler en laboratoire des comportements (ceux du témoin oculaire, ceux des jurés), on s est tourné vers l étude du fonctionnement même de témoins «réels», de jurés (1981). L intérêt pour cette psychologie de terrain a trouvé un écho dans le développement des travaux sur ce qu il est convenu d appeler maintenant le domaine de la pensée naturelle 13, un domaine né en quelque sorte d un étonnement lié au fait que les processus cognitifs adopteraient des modalités de fonctionnement particulières dans des contextes situationnels particuliers. À la différence des études précédemment évoquées, dans lesquelles l expertise était traitée comme une totalité indivisible à partir d un cas particulier 14, dans les approches qui se réclament de cette nouvelle «psychologie légale», l expertise est définie comme un «ensemble de connaissances d un domaine plus une capacité d inférence et de raisonnement», et s attaque à des aspects bien délimités comme, par exemple, le problème de l utilisation des marques de quantité en rapport avec le degré de précision et d imprécision des énoncés. La définition très générale qui est donnée de l expertise permet de l apparenter à d autres pratiques discursives ou décisionnelles, comme le diagnostic psychiatrique et de la classer dans le vaste ensemble des recherches sur les processus cognitifs en appliquant les nouvelles méthodes d analyse de psycholinguistique textuelle 15. Un exemple : L utilisation des marques de quantité dans la description des personnes dans l expertise psychiatrique 9. D. BOURCIER, «Le discours juridique, analyses et méthodes», dans Langages, 1978, 53, n spécial. 10. A. ANDREEWSKY, Système S.P.I.R.J.T., s.l.n.d., 39 p., ronéo. 11. J.L. KOLODNER et R.M. KOLODNER, Toward a Computer Model of Psychiatric Reasoning, 1982, p M. REUCHLIN, «Un essai d analyse de la distinction Psychologie en laboratoire, psychologie sur le terrain», dans Le Travail humain, 1978, 41, p J.B. GRIZE et B. MATALON, «Introduction à une étude expérimentale et formelle du raisonnement naturel», dans Études d épistémologie génétique, Paris, PUF, Pierre Rivière pour Foucault, ou Dominici pour Barthes. 15. Bulletin de Psychologie, 1985, n spécial. 305

4 M. De Bonis Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? On sait que ce problème de la précision des énoncés constitue l un des thèmes privilégiés de la logique classique et que, dès l Antiquité, comme en témoigne le paradoxe des Sorites 16, les philosophes se sont attachés à résoudre ou tenter de résoudre ce problème. On remarquera que cette question a été posée, sinon traitée, à propos des adverbes par des psycholinguistes de façon assez semblable. Ainsi, Hakel se demande «How often isoften?» 17. Dans le cas de l expertise pénale en particulier, mais aussi civile, ce problème de la précision et de l utilisation des marques de quantité, éléments de surface du discours qui renvoient à cette exigence de précision, revêt une importance particulière et conduit à s interroger sur la fonction qu elles remplissent en rapport avec les objectifs de l expertise et notamment avec l attribution de responsabilité. On peut se demander : 16. Parmi les exemples les plus frappants figure, comme le rappellent Hersch, Caramazza, le paradoxe de «Falakros» qui peut prendre la forme suivante : «Combien de cheveux faut-il enlever sur la tête d un homme pour que celui-ci soit considéré comme chauve?» Cf. H.M. HERSCH et A. CARAMAZZA, «A Fuzzy set Approach to Modifiers ans Vagueness in Natural Language», dans Journal of Experimental Psychology (general), 1976, 105, p M.D. HAKEL, «How Often is Often?», dans American Psychologist, 1968, 23, p Ch. I. MOSIER, «The Psychometric Study of Meaning», dans Journal of Social Psychology, 1941, 13, p E.L. OSGOOD, G.J. SUCI et P.H. TANNENBAUM, The Measurement of Meaning, Urbana Univ. Press, MOSIER, op. cit. 1) dans quelle mesure ces marques de quantité contribuentelles à la précision de la description des sujets expertisés et finalement à l évaluation de la responsabilité et la quantification de la peine ; 2) si l utilisation de telles marques permet de révéler l adoption par le psychiatre expert d un système de représentation des traits de personnalité comparable à certains modèles psychométriques en vigueur, en particulier le modèle dimensionnel ; 3) dans quelle mesure ces représentations cognitives quantifiées sont-elles propres au psychiatre expert ou communes au discours psychiatrique en général. I. Marques de quantités, précision et imprécision À la question des rapports entre adverbes de quantité et quantification, psychologues et psycholinguistes ont fourni des réponses différentes que l on rappellera brièvement avant d examiner la répartition de ces marques dans le langage naturel de l expertise. Il existe néanmoins, depuis les premiers travaux de Mosier 18, un consensus sur l idée que les significations des mots, et des adjectifs en particulier, peuvent être évaluées avec un certain degré de précision. Pour ce qui est des adjectifs, cette «quantité de sens» ou «valeur d échelle» est généralement définie dans le cadre d un modèle multidimensionnel (l espace tridimensionnel décrit par Osgood, Suci et Tannenbaum 19. Ainsi le mot «beautiful» (beau) peut avoir des significations différentes pour des personnes différentes... ou lorsqu il s applique à des objets différents, mais il signifie rarement la même chose qu «ugly» (laid). Ces variations semblent obéir à des lois et être relativement petites 20. Certes, cette «valeur 306

5 d échelle» varie en fonction du niveau culturel 21 et aussi, un fait qui nous intéresse davantage ici, en fonction du degré de compétence de certains groupes professionnels. C est ainsi que Roy, Pinard et Tetrault 22 ont montré que la valeur d échelle de certains adjectifs se rapportant à la tristesse ou à la dépression était évaluée différemment par des infirmières et des psychiatres, les seconds accordant des valeurs d échelle plus élevées que les infirmières. On peut distinguer cependant grosso modo deux tendances dans l analyse de ces valeurs d échelle. La première, plus ancienne et plus classique, se propose, à l aide de méthodes mathématiques empruntées à la psychophysique (en particulier : l emploi d échelles ordinales et de la méthode des intervalles successifs), de préciser les valeurs exactes des marques de quantité, en particulier des adverbes, en faisant évaluer des combinaisons «adjectif» X adverbe «sur des échelles graphiques de désirabilité (caractère favorable ou défavorable de ces combinaisons). Utilisant une telle procédure, Cliff a pu montrer que, dans cette épreuve tout au moins, les adverbes de quantité possèdent et gardent la même valeur absolue (notion de coefficient multiplicatif) quel que soit l adjectif auquel ils s associent 23. Ainsi, par exemple, l adverbe «slightly» (légèrement) peut multiplier n importe quel adjectif d une valeur égale à 0,559 tandis que l adverbe «somewhat» (quelque peu) correspondrait à un coefficient multiplicatif beaucoup plus élevé (0,719). Ces résultats ont été confirmés ailleurs, dans une perspective psychométrique plus appliquée au problème de la mesure de la personnalité. Il en serait de même pour les comparatifs et les superlatifs, la forme comparative (exemple : «more immoral») correspondant à un coefficient multiplicatif de l ordre de 0,97, alors que le superlatif (exemple : «most immoral») multiplierait par 1,43 la valeur d échelle propre à l adjectif. Ces propriétés s étendent d ailleurs aux adverbes de fréquence 24. Il semblerait même confirmé par Hosman et Borg que les propriétés métriques des expressions verbales permettraient de fonder une échelle non seulement ordonnée, mais encore une échelle de rapport 25. Comme en témoignent certaines études de psychologie générale, ces données numériques, qui s appuient sur des méthodes mathématiques assez sophistiquées, ne peuvent cependant être considérées comme les fruits d une recherche de laboratoire. En effet, il apparaît que l emploi de tels opérateurs suit une évolution génétique. Des enfants d âges différents invités à réaliser des activités de comparaison ou de sériation d objets utilisent d autant plus ces opérateurs, et ceci de façon d autant plus appropriée, qu ils parviennent mieux à maîtriser ces activités 26. Dans la seconde ligne de recherche plus récente, qui s appuie sur les méthodes mathématiques développées dans le cadre des ensembles flous, l idée que chaque mot et chaque adjectif puisse 21. M. DE BONIS et C. DE LAGRANGE, «A Psycho-linguistic Approach to the Measurement of Anxiety», dans Ch. D. SPIELBERGER et I.G. SARASON (ed.), Stress and Anxiety, New York, John Willey, J.Y ROY, G. PINARD et L. TETRAULT, «Adjectif signifiant et sentiment signifié», dans Revue de Psychologie appliquée, 1971, 21, p N. CLIFF, «Adverbes as Multipliers», dans Psychological Review, 1959, 66, p HAKEL, op. cit. 25. J. HOSMAN et G. BORG, The Metric Structure of Verbal Expressions : a Further Investigation. Reports from Institute of Applied Psychology, University of Stokholm, 1970, 12, 4 (18 p.). 26. H. SINCLAIR DE ZWART, Acquisition du langage et développement de la pensée, Paris, Dunod,

6 M. De Bonis Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? 27. L imprécision se distingue de l ambigu ;té ou de la généralité, l ambiguïté étant définie par le fait qu un même mot peut être appliqué à des contextes différents et la généralité à un grand nombre de contextes. 28. M.F. BARRET-SCHULLER, Étude sémantique du vocabulaire utilisé en psychopathologie : les adjectifs empruntés à la langue courante, Thèse de logopédie, Louvain, A.L. BALDWIN, «Personal Structure Analysis : a Statistical Method for Investigating the Single Personality», dans Journal of Abnormal and Social Psychology, 1942, 37, p posséder une valeur propre dans une échelle unidimensionnelle est remise en cause, et l on se propose non plus de quantifier la valeur du coefficient multiplicatif attaché à tel ou tel adverbe, mais d évaluer le degré d imprécision 27 (vagueness) véhiculé par des expressions telles que petit («small»), très petit («very small»), tout petit («very very small»), etc. Dans ce contexte, l imprécision d un mot ou d une combinaison entre un mot et un quantificateur est définie en termes de degré d appartenance, ou plutôt une zone d appartenance. Ces distinctions renvoient assez bien à celles de terme (élément technolecte) et de mot (élément du langage commun ou naturel) 28. Facteurs de précision, les adverbes de quantité apparaissent dans ces études de laboratoire comme des «équivalents des nombres». Leur emploi dans le langage spontané de l expert répond-il bien à ce souci de mesure? II. Utilisation des marques de quantité dans la description des traits chez le sujet expertisé : une étude empirique II.1. Importance des marques de quantité dans le discours de l expert sur la personnalité Dans un corpus de 485 expertises civiles et pénales, rédigées par 34 experts différents entre 1967 et 1976, on a relevé tous les prédicats se rapportant au sujet expertisé. On entend par prédicat tout énoncé caractérisant (ayant pour argument) le sujet décrit. Cette unité de description est composée en majorité d adjectifs. Des 485 expertises ont été extraits prédicats. Pour chacun des prédicats, on a répertorié les éléments de voisinage, ou paramètres de l énoncé, qui modulent le sens de ces unités prédicatives, et en particulier tout ce qui détermine comment la description est posée, avec quel degré de précision ou de certitude, ou encore de détail, tel ou tel point a été attribué. Si l on admet que la fréquence des éléments dans un discours 29 traduit l importance que le locuteur attache à cet élément, on peut remarquer que les marques de quantité constituent (cf. tableau 1) des éléments importants dans la description des sujets expertisés. Les adverbes les plus fréquents sont, par ordre décroissant : Aucun (189), Assez (72), Peu (45), Très (36), Sans (36), Bien (20), Parfaitement (19), Quelque peu (14), Tout à fait (13), Essentiellement (9), Profondément (8), Extrêmement (7). Sur les attributions, il y en a 36 % qui portent une marque de quantité via un adverbe ou une locution adverbiale. Parmi ce gros tiers, 71,33 % sont des quantifications au sens strict. 308

7 Si l on ajoute à ce pourcentage les autres manières d introduire une quantification, c est-à-dire les 231 attributions qui comportent des articles partitifs, les références à la normalité, celles à la moyenne, les formes comparatives, ainsi que les marques de degré sur les épithètes (n = 164), on admettra que l expression de la quantité dans le discours de l expert est loin d être un événement rare, et qu il mérite une analyse approfondie. II.2. Marques de quantité et paramètres syntaxiques et sémantiques Une analyse des co-occurrences (par la méthode factorielle des correspondances de J.-P. Benzecri) entre certains aspects syntaxiques ou sémantiques des énoncés permet de préciser comment et avec quoi ces marques de quantité sont utilisées. Nous avons pu montrer (analyse des co-occurrences entre paramètres syntaxiques de l énoncé d attribution de trait) que les marques de quantités sont utilisées de façon privilégiée avec des prédicats adjectifs, des verbes être et paraître, la forme affirmative. De l examen des cooccurrences entre le contenu sémantique des prédicats et l utilisation de ces marques, nous avons dégagé deux faits 30. Le premier est que ces marques sont utilisées aussi dans le cas d attributions évaluatives (condensées dans la rubrique «qualitésdéfauts», dont les attributs représentatifs sont par exemple : méfiant, sûr de lui, avisé, vague (!), désabusé, courageux, insinuant, outrancier, égoïste, etc.). Ces attributions évaluatives relèvent évidemment davantage d un discours commun que d un discours technique. Le second est que ces marques sont justement absentes dans le cas d attributions à contenu psychiatrique (discours technique). Ces observations nous ont conduit à nous demander : 1) comment les attributs évaluatifs (péjoratifs ou mélioratifs) se combinaient aux adverbes de quantité, et si ces habitudes langagières se retrouvaient dans le discours des psychiatres en dehors de l expertise ; 2) dans quelle mesure l utilisation des marques de quantité pour les attributs psychologiques (et non psychiatriques) renvoyaient à des modes de représentation de la personnalité de type dimensionnel. Déterminants de quantité, contenus mélioratifs et péjoratifs des attributions : l exemple de «peu» et de «très» «Peu» et «très» peuvent être considérés comme deux éléments exemplaires tant du point de vue de leur fréquence d apparition (respectivement égale à 45 et 36) que de leur relation 30. M. DE BONIS, Les théories implicites de la personnalité en psychiatrie. Étude des énoncés d attribution de trait dans l expertise psychiatrique de 1967 à 1976, Thèse d État : Lettres et Sciences Humaines, Paris V,

8 M. De Bonis Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? à l idée de degré. Examinons le sous ensemble des adjectifs qualitatifs auxquels ils sont associés. L examen de cette liste montre que «peu» est presque toujours employé avec des adjectifs mélioratifs alors que «très» est presque toujours utilisé en association avec des attributs péjoratifs. Cette liaison est significative ment différente de celle que l on aurait pu obtenir par hasard (Chi 2 (coefficient de contingence) = 14,58 p <.05). L analyse de ces combinaisons nous conduit à nous interroger sur la véritable fonction des adverbes de quantité, et à nous demander si parallèlement à l idée de mesure qu ils véhiculent, de façon explicite, ces adverbes n ont pas une autre fonction implicite qui contribuerait à renforcer dans l absolu des connotations évaluatives. Utilisation des adverbes de quantité dans les observations à visée didactique Afin d évaluer dans quelle mesure les combinaisons privilégiées entre : «très», «assez» et «peu» sont liées ou non au contexte de l expertise, nous avons examiné l utilisation de ces trois adverbes de quantité dans les descriptions issues d observations psychiatriques. Nous avons sélectionné cinq revues spécialisées éditées entre 1967 et 1976, période identique à celle choisie pour les expertises. Il s agit des Annales Médico-psychologiques, de la Revue de Médecine psychosomatique, de l Évolution Psychiatrique et de l Encéphale. Malgré l importance des corpus d observations dépouillés, les fréquences des adjectifs comparables à ceux du corpus de référence des expertises sont bien faibles. Cependant, en dépit du petit nombre de combinaisons extraites de ces documents 31, on ne retrouve pas la dissymétrie constatée dans les expertises. Si l adverbe «très» est le plus souvent utilisé avec des attributs à connotation péjorative, les exemples que nous avons trouvés avec «peu» montrent que contrairement aux expertises, «peu» est loin d être utilisé de façon systématique comme c est le cas dans les expertises. 31. Peu : «obsédé, brutal, muet, indifférent, coquette, déçue». Très : «sensible, coopérante, authentique, heureuse active, décontracté, estimée, satisfait et inhibé, anxieuse, déprimée, ambivalent, débile, réticent, opposante, asthénique, isolée, confuse, obnubilé, éprouvée». 32. M. DE BONIS, op. cit. ; ead., Personnalité et expertise psychiatrique, Paris, PUF, Marques de quantité et modèle dimensionnel de la personnalité On peut définir le modèle dimensionnel par opposition au modèle catégoriel ; bien qu une telle opposition ne soit pas aussi tranchée que l on pourrait le penser, ces deux attitudes se distinguent par la plus ou moins grande importance accordée à la mesure, l intérêt plus ou moins exclusif porté aux variables (traits, symptômes, syndromes) ou aux individus (groupes, types, malades) et enfin, le caractère plus ou moins discontinu ou continu des rapports entre personnalité et maladie

9 Cet emploi des degrés et des marques de quantité dans le discours sur les personnes répond-il à une représentation dimensionnelle des traits dans laquelle l évaluation de la personnalité en termes de degrés mènerait à une évaluation de la responsabilité pénale en termes de degrés? Ainsi la balance de la justice serait équilibrée par le poids des variables psychologiques. Si l utilisation (fréquente on l a vu) de telles marques indique un souci de précision, on ne saurait cependant s appuyer sur le simple comptage de ces éléments du discours pour affirmer qu ils révèlent un certain mode de pensée. Il est nécessaire de préciser les fonctions que ces éléments remplissent dans le discours de l expert et comment «ces équivalents des nombres» sont affectés aux individus. Cela revient à se demander comment les traits attribués se répartissent en fonction des individus expertisés. Dans cette analyse, il s agit non plus d étudier des combinaisons entre des attributs et des adverbes, mais d analyser comment sur une population d individus ces marques sont employées, et dans quelle mesure elles contribuent à organiser ou sérier ces individus. Une distinction utile est apportée dans cette analyse par la différence entre attributs généraux et attributs spécifiques. On appelle «attributs généraux» des attributs appliqués à plusieurs, voire un grand nombre d individus, et «attributs spécifiques» (voire uniques) ceux qui sont affectés à un petit nombre, ou même à un seul individu. Cette distinction est issue des travaux de psychologie génétique. Des études réalisées chez l enfant de la perception des personnes, Scott, Wegner et Vallacher 33, montrent qu avec l âge, l utilisation d attributs généraux augmente. Ces constatations ont été déduites d expériences dans lesquelles les enfants étaient invités à donner des descriptions spontanées ou libres de personnes faisant partie de leur entourage. L unité attribut dans ces recherches peut être soit un mot, soit une expression, soit même une phrase. L augmentation du degré de généralité s accompagne d une évolution dans la qualité de la description. Ainsi, il semble qu avec l accroissement de la généralité, la signification de chaque attribut devienne plus stable. Les jugements des observateurs sont plus fidèles et articulés pour les attributs généraux qu ils ne l étaient pour les attributs spécifiques... «Dans ce sens, le sujet qui grandit devient plus compétent dans sa perception des autres» 34. Généralité et pensée dimensionnelle Utiliser des attributs généraux (communs) à un ensemble d individus, c est donc montrer que l on est capable de situer plusieurs individus sur une même dimension. «Dans ces conditions, les jugements effectués par un observateur peuvent être mieux compris dans la perspective d un modèle dimensionnel». L attribut spécifique, qui ne s applique qu à un seul individu, conduit à des 33. W.A. SCOTT, «Structure of Natural Cognitions», dans Journal of Personality and Social Psychology, 1969, 12, p ; D.M. WEGNER et R.R. VALLACHER, Implicit Psychology : an Introduction to Social Cognition, New York, Oxford Univ. Press, D.M. WEGNER, «Attribute Generality : the Development and Articulation of Attributes in Person Perception», dans Journal of Research in Personality, 1977, II, p

10 M. De Bonis Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? jugements dichotomiques par nature. Le fait que l attribut s applique ou ne s applique pas se comprend dans un modèle catégoriel de jugement. Généralité et quantification dans la description des personnes Une hypothèse intuitive nous a conduit à formuler l idée que l utilité des marques de quantité, dans une perspective de différenciation des individus, se concevait pour les traits généraux, mais qu en revanche sa fonction était plus obscure dans l attribution de traits spécifiques. Admettons que je souhaite rechercher dans un ensemble de sujets tous bruns un sujet blond, il est inutile de savoir s il est très blond ou seulement un peu blond. Le degré de blondeur n a dans ce cas aucune valeur informative. Il n en est pas de même si je me soucie «d étiqueter» ce sujet blond, c est-à-dire le ranger dans une case où il sera seul dans son genre. On a donc comparé la fréquence d utilisation des déterminants de quantité pour les attributs rares. On n a considéré que les attributs les plus généraux de notre lexique (nous n avons retenu pour cette comparaison que les adjectifs, les combinaisons substantifs-quantification pouvant prendre des formes trop diverses). Ces attributs sont : responsable, émotif, fragile, lucide, capable, incapable, instable, délinquant, anxieux, réadaptable. Ils correspondent à 182 occurrences (le nombre des attributs spécifiques ou uniques s élève à 151). Dans le relevé de la présence d adverbes de quantité, on a considéré l ensemble des 226 marques répertoriées. Cette analyse montre que les attributs les plus généraux (qui ne sont d ailleurs pas très généraux, puisque la proportion d individus auxquels ils s appliquent ne dépasse pas dans la majorité des cas 4,5 %) ne reçoivent significative ment pas plus de marques de quantité que les attributs spécifiques. Ces résultats permettent de rejeter l idée que tes marques de quantité assurent une fonction de mesure des différences inter-individuelles dans le cadre d un modèle dimension net. Ces conclusions ne sont pas surprenantes lorsque l on sait par le simple examen du lexique et des fréquences d apparition des prédicats que le pourcentage d attributs appliqués à un seul sujet s élève à 47,01 %. La moitié de la population des individus expertisés possède au moins un caractère qui le distingue de tous les autres sujets. Est-ce à dire que le psychiatre insiste sur la spécificité de l individu? Tous ces résultats pourraient concourir à montrer que la présence d une quantification dans l énoncé sert davantage les besoins d une évaluation que d une sériation des individus les uns par rapport aux autres. 312

11 Conclusion Le langage naturel des descriptions de la personnalité dans l expertise psychiatrique fait apparaître de nombreuses similitudes avec le langage commun. Si l on veut bien admettre que le fait d utiliser des marques de quantité constitue en quelque sorte un équivalent de l attribution des nombres à des objets, les psychiatres experts manifestent, lorsqu ils parlent de psychologie, un souci de mesure. Malheureusement, cette «quête de précision» semble porter sur les domaines sémantiques de la description les plus proches d une psychologie de sens commun comme l évaluation (c est-à-dire l attribution de qualités et de défauts). Une telle utilisation ne semble pas servir une augmentation des informations et des connaissances sur le sujet expertisé et dans ce sens on peut dire que, plutôt que de contribuer à améliorer l exactitude des observations, elle donne une fallacieuse impression de précision. 313

12 M. De Bonis Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? Tableau 1 Les marques de quantité - Statistiques descriptives Rapports type/occurrence Catégorie Adverbe «type» Nombre d adverbes différents Fréquence d apparition Degré aucun Fréquence assez Dimension profondément Autres Absence de marques Tableau 2 Adverbes de quantité, attributs mélioratifs et péjoratifs Connotation évaluative des attributs associés Marques de quantité Peu Très méliorative 20 (13,9) 4 (10,1) péjorative 2 (8,1) 12 (5,9) ambiguë 3 1 X 2 = 14,58 p <.05 Tableau 3 Généralité spécificité de l attribut et marques de quantité Marques de quantité absentes présentes Attributs généraux 69,8 30,12 Attributs spécifiques 60,26 37,08 314

13 Pour en savoir plus... CLIFF N. 1959, «Adverbes as Multipliers», dans Psychological Review, 66, p SALES B.D. (éd.) 1981, The Trial Process. Perspective in Law and Psychology, T. II, New York, Plenum Press. GLOSSAIRE : Le concept de a dimension «de la personnalité renvoie à l idée d un continuum sur lequel des différences quantitatives entre individus peuvent être détectées. Par extension, le modèle dimensionnel de la personnalité présuppose l existence de dimensions, accorde une place importante à la mesure, s appuie généralement sur le modèle mathématique de l analyse factorielle et considère que les différences entre individus s expriment davantage en termes de degrés que de nature. 315

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti caroline.bogliotti@u-paris10.fr Anne Lacheret anne@lacheret.com ; www.lacheret.com Maria Kihlstedt maria.kihlstedt@u-paris10.fr Objectifs du

Plus en détail

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision Dans ce tableau, si le chercheur ne s intéresse pas aux notes item par item mais simplement à la note globale, alors il conservera seulement les première et dernière colonnes et calculera des statistiques

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Qu est-ce que rédiger?! Hayes & Flower, 1981; Alamargot & Chanquoy, 2001;! Fayol, 1997; 2013; Garcia-Debanc, 1990! Une conception simple!

Qu est-ce que rédiger?! Hayes & Flower, 1981; Alamargot & Chanquoy, 2001;! Fayol, 1997; 2013; Garcia-Debanc, 1990! Une conception simple! Difficultés de la production verbale écrite " Approche cognitive Michel Fayol Université de Clermont Blaise Pascal et CNRS Michel.fayol@univ-bpclermont.fr Qu est-ce que rédiger? Hayes & Flower, 1981; Alamargot

Plus en détail

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE Annexe MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE L enseignement des mathématiques au collège et au lycée a pour but de donner à chaque

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 Sommaire Avant-propos... 11 PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement CHAPITRE 1 Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 I. Les différents champs disciplinaires de la

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

LES MÉTHODES D INVESTIGATION

LES MÉTHODES D INVESTIGATION LES MÉTHODES D INVESTIGATION Une méthode d investigation est une procédure définie qui permet d interroger scientifiquement une certaine réalité. Pour appréhender un phénomène, tout chercheur doit faire

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Le cadre transcendantal de l analyse journalistique

Le cadre transcendantal de l analyse journalistique Les Cahiers du journalisme n o 7 Juin 2000 Le cadre transcendantal de l analyse journalistique Gilles Gauthier Professeur Département d Information et de Communication Université Laval à Québec «Journaliste

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE

COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE DANS LES PORTFOLIOS EUROPEENS DES LANGUES Francis Goullier Portfolio européen des langues Maquettes et ressources 1 Comment prendre

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE CONCEPTS ET LANGAGE T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : LINGUISTIQUE Présentée et soutenue par : Zeina EL HELOU

Plus en détail

La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste

La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste Khalid Rashdan To cite this version: Khalid Rashdan. La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste. Colloque GREG-PLSII

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

Chacune des valeurs d une variable en est une modalité particulière.

Chacune des valeurs d une variable en est une modalité particulière. Psychologie générale Jean Paschoud STATISTIQUE Sommaire Rôle de la statistique Variables Échelles de mesure Résumer, décrire Comparer Rôle de la statistique La statistique est avant tout un outil permettant

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. L avocat et la psychologie du risque Juillet 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. L avocat et la psychologie du risque Juillet 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE L avocat et la psychologie du risque Juillet 2013 Résumé : Les conflits juridiques s inscrivent en principe dans une situation d incertitude qui n est pas sans effet

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS, L'ORDRE DES AVOCATS À LA COUR D'APPEL DE PARIS

CONVENTION ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS, L'ORDRE DES AVOCATS À LA COUR D'APPEL DE PARIS CONVENTION ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS, L'ORDRE DES AVOCATS À LA COUR D'APPEL DE PARIS ET L'UNION DES COMPAGNIES D'EXPERTS DE LA COUR D APPEL DE PARIS CONCERNANT LA CONDUITE ET LA GESTION

Plus en détail

T. Bouguerra : Cours de méthodologie

T. Bouguerra : Cours de méthodologie E 53 SLL1 T. Bouguerra : Cours de méthodologie III. LES APPROCHES ACTIONNELLES 1. Le Modèle actionnel et le Cadre Européen Commun de Référence pour les langues Par approche actionnelle on entend essentiellement

Plus en détail

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500 ABRAHAM BROER References [R] Kenneth H. Rosen, Mathématiques discrètes, Édition révisée Chenelière McGraw-Hill, 2002. 1. But

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

LES SOURCES DU DROIT

LES SOURCES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES SOURCES DU DROIT 1. QU EST-CE QUE LE DROIT? Le droit est constitué de l ensemble

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI Introduction sur la formation Le master ReLAI propose une formation de haut niveau couvrant tous les domaines

Plus en détail

LIVRET D EVALUATION CYCLE 3

LIVRET D EVALUATION CYCLE 3 LIVRET D EVALUATION CYCLE 3 NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : INFORMATIONS OBJECTIFS GENERAUX DU CYCLE 3 L e cycle 3 est le cycles des approfondissements. Ce cycle présente une spécificité affirmée. Il

Plus en détail

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements L évaluation des compétences chez l apprenant pratiques, méthodes et fondements Chapitre 10 Comment évaluer des compétences en classe d histoire? g Mathieu Bouhon, Catherine Dambroise et Jean-Louis Jadoulle

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Introduction à l'analyse statistique des données

Introduction à l'analyse statistique des données INTRODUCTION À L'ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES CONCEPTS DE BASE Un certain nombre de concepts, préalables indispensables à la compréhension des analyses présentées, sont définis ici. De même pour quelques

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

B/. 1 1 fr -I- 2 f", I! Méthode de prise en compte de la consanguinité dans un modèle simple de simulation de performances

B/. 1 1 fr -I- 2 f, I! Méthode de prise en compte de la consanguinité dans un modèle simple de simulation de performances NOTE Méthode de prise en compte de la consanguinité dans un modèle simple de simulation de performances J.-L. FOULLEY C. CHEVALET LN.R.A., Station de Génétique quantitative et appliquée, Centre de Recherches

Plus en détail

L'analyse conceptuelle assistée par ordinateur et les humanités numériques. Louis Chartrand

L'analyse conceptuelle assistée par ordinateur et les humanités numériques. Louis Chartrand L'analyse conceptuelle assistée par ordinateur et les humanités numériques Louis Chartrand Plan I. Les humanités digitales II. La LACTAO III. Expérimentations Partie I Les humanités digitales (vues par

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Glossaire Analyse en Composantes Principales (ACP) Analyse Factorielle des Correspondances (AFC) Apprentissage supervisé Apprentissage non supervisé

Glossaire Analyse en Composantes Principales (ACP) Analyse Factorielle des Correspondances (AFC) Apprentissage supervisé Apprentissage non supervisé Glossaire Analyse en Composantes Principales (ACP) : *méthode factorielle (Pearson 1901, Hotelling 1933) permettant de fournir un résumé descriptif (sous forme graphique le plus souvent) d une population

Plus en détail

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud guide des processus lecture PRÉLECTURE mprendre lire pour l de la conseil scolaire de district catholique LECTURE centre- sud Ce guide contient des conseils et des renseignements pour t aider à produire

Plus en détail

Structuration des décisions de jurisprudence basée sur une ontologie juridique en langue arabe

Structuration des décisions de jurisprudence basée sur une ontologie juridique en langue arabe Structuration des décisions de jurisprudence basée sur une ontologie juridique en langue arabe Karima Dhouib, Sylvie Després Faiez Gargouri ISET - Sfax Tunisie, BP : 88A Elbustan ; Sfax karima.dhouib@isets.rnu.tn,

Plus en détail

Ne et les adverbes : pas, aucunement, nullement, plus, jamais, guère, point, mie, goutte. Je n ai. Je n ai

Ne et les adverbes : pas, aucunement, nullement, plus, jamais, guère, point, mie, goutte. Je n ai. Je n ai La négation Ne et les adverbes : pas, aucunement, nullement,,, guère, point, mie, goutte. J ai l intention d y jouer. Je n ai pas aucunement nullement l intention d y jouer. Je joue au tennis. Je joue

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

LES PHASES DU DEVELOPPEMENT DU LANGAGE ORAL CHEZ L ENFANT

LES PHASES DU DEVELOPPEMENT DU LANGAGE ORAL CHEZ L ENFANT LES PHASES DU DEVELOPPEMENT DU LANGAGE ORAL CHEZ L ENFANT L étude du langage a beaucoup évolué ; nous sommes passés du répertoire de mots (par la description du répertoire de mots compris et produits par

Plus en détail

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Rapport Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Remerciements Plusieurs organismes ont fourni des données et de l information à l ACP, l ont aidée à formuler

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 3

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 3 IFT3913 Qualité du logiciel et métriques Chapitre 3 Théorie de la mesure Plan du cours Introduction Qualité du logiciel Théorie de la mesure Mesure du produit logiciel Mesure de la qualité du logiciel

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

des hôpitaux des Territoires du Nord-Ouest

des hôpitaux des Territoires du Nord-Ouest Questionnaire sur la satisfaction du service des hôpitaux des Territoires du Nord-Ouest Fort Smith Mars 5 TABLE DES MATIÈRES APERÇU..................................................... 2 MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

APPROCHE DE LA RECHERCHE CLINIQUE EN PSYCHOLOGIE

APPROCHE DE LA RECHERCHE CLINIQUE EN PSYCHOLOGIE Avec Jean Louis PEDINIELLI APPROCHE DE LA RECHERCHE CLINIQUE EN PSYCHOLOGIE Cette conférence a été presentée lors des journées d étude de CARS1 les 28 et 29 janvier 1999. Mots clés : PS chologie clinique

Plus en détail

LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS

LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS Recherche comparative (France et Pologne) par Katarzyna Bogacz Institut de recherches géographiques Campus Porte des Alpes 5 avenue Pierre Mendès-France, bâtiment

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Introduction de l innovation technologique dans l éducation

Introduction de l innovation technologique dans l éducation Introduction de l innovation technologique dans l éducation innovation Introduction de l innovation technologique dans l éducation Code: innovation Originaux url: http://tecfa.unige.ch/guides/tie/html/innovation/innovation.html

Plus en détail

ANNEXE III Outils d évaluation du dispositif ARPPEGE

ANNEXE III Outils d évaluation du dispositif ARPPEGE La pratique réflexive Un concept et des mises en œuvre à définir > Yann VACHER Université de Corse ANNEXE III Outils d évaluation du dispositif ARPPEGE Nous avons formalisé des outils de recueil des avis,

Plus en détail

Philosophie. Philosophie de l'éducation B122 Epistémologie B123 Logique B124 Philosophie morale B125 Théologie. sciences de l'éducation

Philosophie. Philosophie de l'éducation B122 Epistémologie B123 Logique B124 Philosophie morale B125 Théologie. sciences de l'éducation communication documentaire 15 PLAN DE CLASSEMENT EN SCIENCES DE L'ÉDUCATION A - SCIENCES HUMAINES ET SCIENCES DE L'EDUCATION A1 Sciences humaines A11 Sciences de l'éducation A2 Recherche scientifique A21

Plus en détail

T.P. 1 Exercice 1 Pourquoi les statistiques? (Corrigé)

T.P. 1 Exercice 1 Pourquoi les statistiques? (Corrigé) T.P. 1 Exercice 1 Pourquoi les statistiques? (Corrigé) Connaissances préalables : Buts spécifiques : Outils nécessaires : Consignes : Notions d hypothèse et d échantillon aléatoire Évaluer la compréhension

Plus en détail

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n de la résidence principale décrites par les ménages s étant déclarés 24 victimes sur deux ans REPÈRES institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Décembre 2013 n ISSN 2265-9323

Plus en détail

Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II

Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II Lydia Curtet To cite this version: Lydia Curtet. Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II.

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage*

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage* REPÈRES 15 Juillet 2011 n Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Violences physiques ou sexuelles

Plus en détail

B.8 Analyse d évolutions topographiques élémentaires pour le suivi de phénomènes géographiques

B.8 Analyse d évolutions topographiques élémentaires pour le suivi de phénomènes géographiques B.8 Analyse d évolutions topographiques élémentaires pour le suivi de phénomènes géographiques Patricia Bordin Introduction À leur début, dans les années 1980, les SIG (Systèmes d Information Géographiques)

Plus en détail

ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION

ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION E1 FRANÇAIS (Coef 3) U1 1. Objectif L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Les cartes conceptuelles

Les cartes conceptuelles Les cartes conceptuelles Représentations spatiales des concepts Règle de base «le chercheur isole et choisit les concepts pertinents, les hiérarchise par niveaux ordonnés, puis il relie les concepts entre

Plus en détail

CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE ET DE QUANTITE.

CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE ET DE QUANTITE. CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE ET DE QUANTITE. Objectifs : Echanger autour des pratiques de classe à propos de la construction du concept de nombre et de quantité. Réfléchir à partir d apports didactiques

Plus en détail

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION 2012/2013 PARTIE 1 : METHODOLOGIE DU RESUME Le résumé est la reformulation d un texte en un nombre de mots restreint, c est une épreuve

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

Du caractère abstrait à l approche dynamique Quelques propos tirés de l histoire du «principe de finalité»

Du caractère abstrait à l approche dynamique Quelques propos tirés de l histoire du «principe de finalité» Avant-Propos Du caractère abstrait à l approche dynamique Quelques propos tirés de l histoire du «principe de finalité» Isabelle de Lamberterie Directrice de recherche émérite La protection de la vie privée

Plus en détail

Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations

Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations U Université dumaine Faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations Carole Lailler 1 L interrogation : une modalité

Plus en détail

ANALYSE FACTORIELLE DE DONNÉES MIXTES : PRINCIPE ET

ANALYSE FACTORIELLE DE DONNÉES MIXTES : PRINCIPE ET ANALYSE FACTORIELLE DE DONNÉES MIXTES : PRINCIPE ET EXEMPLE D APPLICATION Jérôme Pagès Laboratoire de mathématiques appliquées Agrocampus, 35042 Rennes cedex email : pages@agrorennes.educagri.fr Résumé

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

Acquisition et développement du langage

Acquisition et développement du langage Acquisition et développement du langage I- Introduction In utero le bébé grandit dans un bain sonore. Dès 5 mois de grossesse les bruits extérieurs lui parviennent. Le fœtus peut mémoriser des sons. La

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

Analyse des Médias. - Guide -

Analyse des Médias. - Guide - 1 Analyse des Médias - Guide - Analyse comparative de la couverture d un événement dans la presse internationale : La guerre (imminente) en Iraq (mars 2003) Peter Stockinger Séminaire de Maîtrise en Communication

Plus en détail

Monitoring des lieux de détention Briefing

Monitoring des lieux de détention Briefing Monitoring des lieux de détention Briefing Briefing N 1 Faire des recommandations efficaces Depuis sa création en 1977, l Association pour la prévention de la torture (APT) défend l idée que les visites

Plus en détail

Zoom santé. Les personnes atteintes de cancer INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC

Zoom santé. Les personnes atteintes de cancer INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ ET BIEN-ÊTRE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Zoom santé Mai 2011 Numéro 25 Améliorer ses habitudes de vie à la suite de l annonce d un diagnostic de cancer : que révèle l Enquête québécoise

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

Annexe A : Résumé des résultats obtenus

Annexe A : Résumé des résultats obtenus FNRS 1113-061971.00 Rapport final Annexes 1 Annexe A : Résumé des résultats obtenus Méthode et instruments de recherche Les élèves en apprentissage dual suivis dans cette étude sont issus des quatre écoles

Plus en détail

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Claude Delannoy Exercices en langage C++ 3 e édition Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Chapitre 3 Les fonctions Rappels Généralités Une fonction est un bloc d instructions éventuellement

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD Renato SAIU (2009). En ligne sur detour.unice.fr Master 2 de psychologie clinique et gérontologique Résumé : La formation professionnelle du personnel en EHPAD

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

L émergence d une culture judiciaire européenne Avancées et difficultés d une culture judiciaire européenne dans l espace judiciaire européen

L émergence d une culture judiciaire européenne Avancées et difficultés d une culture judiciaire européenne dans l espace judiciaire européen Synthèse L émergence d une culture judiciaire européenne Avancées et difficultés d une culture judiciaire européenne dans l espace judiciaire européen Sous la coordination de Jean-Louis BERGEL (Laboratoire

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

Le calcul du barème d impôt à Genève

Le calcul du barème d impôt à Genève Le calcul du barème d impôt à Genève Plan : 1. Historique Passage d un système en escalier à une formule mathématique 2. Principe de l imposition Progressivité, impôt marginal / moyen ; barème couple/marié

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail