Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude?"

Transcription

1 Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? Monique de Bonis* Résumé Communiquer un savoir technique dans un langage naturel est une des difficultés les plus importantes de l activité des experts. Contrairement au langage technique, le langage naturel comporte un certain nombre d ambiguïtés. L objectif de cette étude, centrée sur l emploi des adverbes de quantité, était d estimer le degré de précision dans les descriptions de la personnalité faites par des experts psychiatres. Une analyse systématique des combinaisons adverbes de quantité/adjectifs dans ces descriptions de la personnalité des délinquants et des meurtriers a été effectuée. Les résultats de ce travail mettent en évidence un souci de précision de la part des experts. Cependant, ils révèlent que cette précision, au lieu de contribuer à améliorer l exactitude des observations sur le sujet expertisé, est détournée au profit du renforcement des aspects les plus évaluatifs (attribution de qualités et de défauts). Summary One of the most important pitfalls of the activity of an expert is that he has to communicate a technical knowledge in a natural language. Compared with the technical, the natural language comprises several ambiguous information. The aim of the present study, focussed on the use of multipliers, was to assess the degree of vagueness in the descriptions of personality made by experts in forensic psychiatry. A systematic analysis of the combinations multipliers adjectives used in descriptions of delinquents and murderers personality leds to the increase in the exactness of the descriptive statements but rather was used for pejorative emphasis. These results were discussed in terms of the expectancies of the court room in relation to the experts. L auteur Née en 1939 ; après des travaux sur la psychologie de l anxiété, elle a soutenu une thèse d État ès lettres et sciences humaines en 1982 intitulée : Les théories implicites de la Personnalité en Psychiatrie : étude de l énoncé d attribution de trait dans l expertise psychiatrique de 1967 à Les problèmes qui sont traités dans ce travail se situent à l articulation de trois disciplines. La Psychologie, la Psychiatrie et le Droit. Actuellement Directeur de Recherche au CNRS en Psychologie, M. de Bonis mène des travaux sur l analyse du langage naturel lié à certaines pratiques (diagnostic psychiatrique, expertise) et processus de décision. L un des paradoxes de l expertise en général et de l expertise psychiatrique en particulier est qu elle se présente sous la forme * CNRS, Clinique des maladies mentales et de l encéphale, Paris, France. 303

2 M. De Bonis Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? 1. Ce travail a bénéficié des moyens attribués par le Ministère de la Justice, Convention 5077/59. Nous remercions très vivement D. Bourcier, I. Théry et M. Somogyi pour leur contribution critique ou technique à cette étude. 2. Le Monde, 1977 et 1978 ; Le Nouvel Observateur, 1977 ; Le Point, Y. ROUMAJON, Ils ne sont pas nés délinquants, Paris, R Laffont, 1977 ; M. LANDRY, Le psychiatre au tribunal. Le procès de l expertise psychiatrique en justice pénale, Paris, Privat, CASAMAYOR, La justice, Paris, Gallimard, M. FOUCAULT, Moi Pierre Rivière ayant égorgé ma mère, ma sœur, et mon frère : un cas de parricide au XIX e siècle, présenté par Michel Foucault, Paris, Gallimard, R. BARTHES, Mythologies, Paris, Seuil, MONTANDON (Cléopâtre), «L expertise psychiatrique en matière pénale à Genève», dans Déviance et Société, 1978, 2, p R. ROGERS, R. DOLMETSCH, D.E. WASYLIW et J.L. CAVANAUGH, «Scientific Inquiry in Forensic Psychiatry», dans International Journal of Law and Psychiatry, 1982, 5, p d un discours en langage naturel, résultat d un compromis entre l utilisation de mots du langage courant et de termes techniques 1. l expert doit en principe communiquer des connaissances de «spécialiste», sans quoi il ne se différencierait pas d un nonexpert, dans un langage suffisamment accessible pour être compris par des non-spécialistes. La définition que donne le dictionnaire de l expert est «celui qui sait», et en pratique, dans le cas de l expertise pénale tout au moins, ce savoir est attesté par l expérience (pour être reconnu comme tel, il doit avoir pratiqué son métier pendant un certain nombre d années). La première question qui se pose est donc de déterminer en quoi cette connaissance de professionnel ou simplement de sujet expérimenté se distingue de celle du sujet naïf, c est-à-dire de la connaissance commune. Mais l expertise ne se présente pas seulement comme une simple collection de connaissances. Elle aboutit à une conclusion, et cet exposé en langage naturel s appuie sur une argumentation et contient en principe une logique naturelle. D ailleurs, le terme anglais qui correspond à celui de psychiatrie légale est «forensic», qui, au pluriel signifie «art de l argumentation». La forme de communication de ce savoir et de ce raisonnement de l expert a entraîné un certain nombre de conséquences et se prête à certains malentendus. Elle a fait que chacun a cru pouvoir parler de l expertise, prenant en quelque sorte ce discours au premier degré. Au cours de ces dernières années, un grand nombre de réflexions, voire même de remises en cause sur la base de ces discours ont été diffusées par la grande presse 2. Ces réactions faisaient écho aux critiques des experts eux-mêmes 3, des magistrats 4 et même de celles des philosophes 5 et des linguistes 6. Ces derniers en dénonçaient les intentions et en révélaient l idéologie sous-jacente. Cette critique, chacun l a faite à sa manière et de son point de vue pour informer le citoyen, prévenir l accusé, attaquer la justice, réhabiliter la psychiatrie ou dénoncer le pouvoir du psychiatre et/ou celui du magistrat, le rapport d expertise ne constituant, à quelques exceptions près 7, qu un prétexte à des réflexions d ordre plus général. L idée que le rapport puisse faire l objet d un projet scientifique, à l instar d autres pratiques judiciaires comme le témoignage, l élaboration d une décision par des jurés, etc., ne s est imposée qu assez récemment. Comme le soulignent Rogers et ses coauteurs 8 : «Le champ de la psychiatrie et de la psychologie médicolégale est en train d émerger comme une discipline scientifique nouvelle avec ses propres problèmes méthodologiques dans l élaboration de son contenu et de ses paramètres de connaissances». C est la conjonction d un certain nombre de facteurs issus de disciplines assez différentes : psychologie, droit et sciences cognitives, qui a favorisé cette évolution. Parmi ces facteurs, trois au 304

3 moins nous paraissent avoir occupé une place importante. Il s agit : a) de la mise en place de banques de données textuelles en vue notamment de la création de systèmes experts 9, b) de l évolution vers une psychologie concrète ou de terrain se détachant en quelque sorte du cadre trop étroit du laboratoire, et enfin c) du développement de méthodes d analyse du discours et de façon plus générale du langage naturel 10. Ces trois conditions sont évidemment étroitement dépendantes. Pour ce qui est des banques de données et des systèmes experts, le développement des premières a rendu accessibles à l analyse des corpus de données d expertise importants. Bien que l exploitation de ces données apparaisse moins avancée que dans d autres domaines comme le diagnostic médical, ce sont des questions de même nature qui se posent comme «qu est-ce qui fait qu un expert est expert» ; «quelles aptitudes sont impliquées lorsque l on attribue la qualité d expert» ; ou encore «quelle est la relation entre l expérience et l expertise» 11. Pour ce qui est du retour vers une psychologie de terrain par opposition à une psychologie de laboratoire 12, il s est exprimé par le souci d assurer à des connaissances psychologiques une «validité écologique» au sens de Brunswick. Dans le domaine juridique, plutôt que de simuler en laboratoire des comportements (ceux du témoin oculaire, ceux des jurés), on s est tourné vers l étude du fonctionnement même de témoins «réels», de jurés (1981). L intérêt pour cette psychologie de terrain a trouvé un écho dans le développement des travaux sur ce qu il est convenu d appeler maintenant le domaine de la pensée naturelle 13, un domaine né en quelque sorte d un étonnement lié au fait que les processus cognitifs adopteraient des modalités de fonctionnement particulières dans des contextes situationnels particuliers. À la différence des études précédemment évoquées, dans lesquelles l expertise était traitée comme une totalité indivisible à partir d un cas particulier 14, dans les approches qui se réclament de cette nouvelle «psychologie légale», l expertise est définie comme un «ensemble de connaissances d un domaine plus une capacité d inférence et de raisonnement», et s attaque à des aspects bien délimités comme, par exemple, le problème de l utilisation des marques de quantité en rapport avec le degré de précision et d imprécision des énoncés. La définition très générale qui est donnée de l expertise permet de l apparenter à d autres pratiques discursives ou décisionnelles, comme le diagnostic psychiatrique et de la classer dans le vaste ensemble des recherches sur les processus cognitifs en appliquant les nouvelles méthodes d analyse de psycholinguistique textuelle 15. Un exemple : L utilisation des marques de quantité dans la description des personnes dans l expertise psychiatrique 9. D. BOURCIER, «Le discours juridique, analyses et méthodes», dans Langages, 1978, 53, n spécial. 10. A. ANDREEWSKY, Système S.P.I.R.J.T., s.l.n.d., 39 p., ronéo. 11. J.L. KOLODNER et R.M. KOLODNER, Toward a Computer Model of Psychiatric Reasoning, 1982, p M. REUCHLIN, «Un essai d analyse de la distinction Psychologie en laboratoire, psychologie sur le terrain», dans Le Travail humain, 1978, 41, p J.B. GRIZE et B. MATALON, «Introduction à une étude expérimentale et formelle du raisonnement naturel», dans Études d épistémologie génétique, Paris, PUF, Pierre Rivière pour Foucault, ou Dominici pour Barthes. 15. Bulletin de Psychologie, 1985, n spécial. 305

4 M. De Bonis Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? On sait que ce problème de la précision des énoncés constitue l un des thèmes privilégiés de la logique classique et que, dès l Antiquité, comme en témoigne le paradoxe des Sorites 16, les philosophes se sont attachés à résoudre ou tenter de résoudre ce problème. On remarquera que cette question a été posée, sinon traitée, à propos des adverbes par des psycholinguistes de façon assez semblable. Ainsi, Hakel se demande «How often isoften?» 17. Dans le cas de l expertise pénale en particulier, mais aussi civile, ce problème de la précision et de l utilisation des marques de quantité, éléments de surface du discours qui renvoient à cette exigence de précision, revêt une importance particulière et conduit à s interroger sur la fonction qu elles remplissent en rapport avec les objectifs de l expertise et notamment avec l attribution de responsabilité. On peut se demander : 16. Parmi les exemples les plus frappants figure, comme le rappellent Hersch, Caramazza, le paradoxe de «Falakros» qui peut prendre la forme suivante : «Combien de cheveux faut-il enlever sur la tête d un homme pour que celui-ci soit considéré comme chauve?» Cf. H.M. HERSCH et A. CARAMAZZA, «A Fuzzy set Approach to Modifiers ans Vagueness in Natural Language», dans Journal of Experimental Psychology (general), 1976, 105, p M.D. HAKEL, «How Often is Often?», dans American Psychologist, 1968, 23, p Ch. I. MOSIER, «The Psychometric Study of Meaning», dans Journal of Social Psychology, 1941, 13, p E.L. OSGOOD, G.J. SUCI et P.H. TANNENBAUM, The Measurement of Meaning, Urbana Univ. Press, MOSIER, op. cit. 1) dans quelle mesure ces marques de quantité contribuentelles à la précision de la description des sujets expertisés et finalement à l évaluation de la responsabilité et la quantification de la peine ; 2) si l utilisation de telles marques permet de révéler l adoption par le psychiatre expert d un système de représentation des traits de personnalité comparable à certains modèles psychométriques en vigueur, en particulier le modèle dimensionnel ; 3) dans quelle mesure ces représentations cognitives quantifiées sont-elles propres au psychiatre expert ou communes au discours psychiatrique en général. I. Marques de quantités, précision et imprécision À la question des rapports entre adverbes de quantité et quantification, psychologues et psycholinguistes ont fourni des réponses différentes que l on rappellera brièvement avant d examiner la répartition de ces marques dans le langage naturel de l expertise. Il existe néanmoins, depuis les premiers travaux de Mosier 18, un consensus sur l idée que les significations des mots, et des adjectifs en particulier, peuvent être évaluées avec un certain degré de précision. Pour ce qui est des adjectifs, cette «quantité de sens» ou «valeur d échelle» est généralement définie dans le cadre d un modèle multidimensionnel (l espace tridimensionnel décrit par Osgood, Suci et Tannenbaum 19. Ainsi le mot «beautiful» (beau) peut avoir des significations différentes pour des personnes différentes... ou lorsqu il s applique à des objets différents, mais il signifie rarement la même chose qu «ugly» (laid). Ces variations semblent obéir à des lois et être relativement petites 20. Certes, cette «valeur 306

5 d échelle» varie en fonction du niveau culturel 21 et aussi, un fait qui nous intéresse davantage ici, en fonction du degré de compétence de certains groupes professionnels. C est ainsi que Roy, Pinard et Tetrault 22 ont montré que la valeur d échelle de certains adjectifs se rapportant à la tristesse ou à la dépression était évaluée différemment par des infirmières et des psychiatres, les seconds accordant des valeurs d échelle plus élevées que les infirmières. On peut distinguer cependant grosso modo deux tendances dans l analyse de ces valeurs d échelle. La première, plus ancienne et plus classique, se propose, à l aide de méthodes mathématiques empruntées à la psychophysique (en particulier : l emploi d échelles ordinales et de la méthode des intervalles successifs), de préciser les valeurs exactes des marques de quantité, en particulier des adverbes, en faisant évaluer des combinaisons «adjectif» X adverbe «sur des échelles graphiques de désirabilité (caractère favorable ou défavorable de ces combinaisons). Utilisant une telle procédure, Cliff a pu montrer que, dans cette épreuve tout au moins, les adverbes de quantité possèdent et gardent la même valeur absolue (notion de coefficient multiplicatif) quel que soit l adjectif auquel ils s associent 23. Ainsi, par exemple, l adverbe «slightly» (légèrement) peut multiplier n importe quel adjectif d une valeur égale à 0,559 tandis que l adverbe «somewhat» (quelque peu) correspondrait à un coefficient multiplicatif beaucoup plus élevé (0,719). Ces résultats ont été confirmés ailleurs, dans une perspective psychométrique plus appliquée au problème de la mesure de la personnalité. Il en serait de même pour les comparatifs et les superlatifs, la forme comparative (exemple : «more immoral») correspondant à un coefficient multiplicatif de l ordre de 0,97, alors que le superlatif (exemple : «most immoral») multiplierait par 1,43 la valeur d échelle propre à l adjectif. Ces propriétés s étendent d ailleurs aux adverbes de fréquence 24. Il semblerait même confirmé par Hosman et Borg que les propriétés métriques des expressions verbales permettraient de fonder une échelle non seulement ordonnée, mais encore une échelle de rapport 25. Comme en témoignent certaines études de psychologie générale, ces données numériques, qui s appuient sur des méthodes mathématiques assez sophistiquées, ne peuvent cependant être considérées comme les fruits d une recherche de laboratoire. En effet, il apparaît que l emploi de tels opérateurs suit une évolution génétique. Des enfants d âges différents invités à réaliser des activités de comparaison ou de sériation d objets utilisent d autant plus ces opérateurs, et ceci de façon d autant plus appropriée, qu ils parviennent mieux à maîtriser ces activités 26. Dans la seconde ligne de recherche plus récente, qui s appuie sur les méthodes mathématiques développées dans le cadre des ensembles flous, l idée que chaque mot et chaque adjectif puisse 21. M. DE BONIS et C. DE LAGRANGE, «A Psycho-linguistic Approach to the Measurement of Anxiety», dans Ch. D. SPIELBERGER et I.G. SARASON (ed.), Stress and Anxiety, New York, John Willey, J.Y ROY, G. PINARD et L. TETRAULT, «Adjectif signifiant et sentiment signifié», dans Revue de Psychologie appliquée, 1971, 21, p N. CLIFF, «Adverbes as Multipliers», dans Psychological Review, 1959, 66, p HAKEL, op. cit. 25. J. HOSMAN et G. BORG, The Metric Structure of Verbal Expressions : a Further Investigation. Reports from Institute of Applied Psychology, University of Stokholm, 1970, 12, 4 (18 p.). 26. H. SINCLAIR DE ZWART, Acquisition du langage et développement de la pensée, Paris, Dunod,

6 M. De Bonis Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? 27. L imprécision se distingue de l ambigu ;té ou de la généralité, l ambiguïté étant définie par le fait qu un même mot peut être appliqué à des contextes différents et la généralité à un grand nombre de contextes. 28. M.F. BARRET-SCHULLER, Étude sémantique du vocabulaire utilisé en psychopathologie : les adjectifs empruntés à la langue courante, Thèse de logopédie, Louvain, A.L. BALDWIN, «Personal Structure Analysis : a Statistical Method for Investigating the Single Personality», dans Journal of Abnormal and Social Psychology, 1942, 37, p posséder une valeur propre dans une échelle unidimensionnelle est remise en cause, et l on se propose non plus de quantifier la valeur du coefficient multiplicatif attaché à tel ou tel adverbe, mais d évaluer le degré d imprécision 27 (vagueness) véhiculé par des expressions telles que petit («small»), très petit («very small»), tout petit («very very small»), etc. Dans ce contexte, l imprécision d un mot ou d une combinaison entre un mot et un quantificateur est définie en termes de degré d appartenance, ou plutôt une zone d appartenance. Ces distinctions renvoient assez bien à celles de terme (élément technolecte) et de mot (élément du langage commun ou naturel) 28. Facteurs de précision, les adverbes de quantité apparaissent dans ces études de laboratoire comme des «équivalents des nombres». Leur emploi dans le langage spontané de l expert répond-il bien à ce souci de mesure? II. Utilisation des marques de quantité dans la description des traits chez le sujet expertisé : une étude empirique II.1. Importance des marques de quantité dans le discours de l expert sur la personnalité Dans un corpus de 485 expertises civiles et pénales, rédigées par 34 experts différents entre 1967 et 1976, on a relevé tous les prédicats se rapportant au sujet expertisé. On entend par prédicat tout énoncé caractérisant (ayant pour argument) le sujet décrit. Cette unité de description est composée en majorité d adjectifs. Des 485 expertises ont été extraits prédicats. Pour chacun des prédicats, on a répertorié les éléments de voisinage, ou paramètres de l énoncé, qui modulent le sens de ces unités prédicatives, et en particulier tout ce qui détermine comment la description est posée, avec quel degré de précision ou de certitude, ou encore de détail, tel ou tel point a été attribué. Si l on admet que la fréquence des éléments dans un discours 29 traduit l importance que le locuteur attache à cet élément, on peut remarquer que les marques de quantité constituent (cf. tableau 1) des éléments importants dans la description des sujets expertisés. Les adverbes les plus fréquents sont, par ordre décroissant : Aucun (189), Assez (72), Peu (45), Très (36), Sans (36), Bien (20), Parfaitement (19), Quelque peu (14), Tout à fait (13), Essentiellement (9), Profondément (8), Extrêmement (7). Sur les attributions, il y en a 36 % qui portent une marque de quantité via un adverbe ou une locution adverbiale. Parmi ce gros tiers, 71,33 % sont des quantifications au sens strict. 308

7 Si l on ajoute à ce pourcentage les autres manières d introduire une quantification, c est-à-dire les 231 attributions qui comportent des articles partitifs, les références à la normalité, celles à la moyenne, les formes comparatives, ainsi que les marques de degré sur les épithètes (n = 164), on admettra que l expression de la quantité dans le discours de l expert est loin d être un événement rare, et qu il mérite une analyse approfondie. II.2. Marques de quantité et paramètres syntaxiques et sémantiques Une analyse des co-occurrences (par la méthode factorielle des correspondances de J.-P. Benzecri) entre certains aspects syntaxiques ou sémantiques des énoncés permet de préciser comment et avec quoi ces marques de quantité sont utilisées. Nous avons pu montrer (analyse des co-occurrences entre paramètres syntaxiques de l énoncé d attribution de trait) que les marques de quantités sont utilisées de façon privilégiée avec des prédicats adjectifs, des verbes être et paraître, la forme affirmative. De l examen des cooccurrences entre le contenu sémantique des prédicats et l utilisation de ces marques, nous avons dégagé deux faits 30. Le premier est que ces marques sont utilisées aussi dans le cas d attributions évaluatives (condensées dans la rubrique «qualitésdéfauts», dont les attributs représentatifs sont par exemple : méfiant, sûr de lui, avisé, vague (!), désabusé, courageux, insinuant, outrancier, égoïste, etc.). Ces attributions évaluatives relèvent évidemment davantage d un discours commun que d un discours technique. Le second est que ces marques sont justement absentes dans le cas d attributions à contenu psychiatrique (discours technique). Ces observations nous ont conduit à nous demander : 1) comment les attributs évaluatifs (péjoratifs ou mélioratifs) se combinaient aux adverbes de quantité, et si ces habitudes langagières se retrouvaient dans le discours des psychiatres en dehors de l expertise ; 2) dans quelle mesure l utilisation des marques de quantité pour les attributs psychologiques (et non psychiatriques) renvoyaient à des modes de représentation de la personnalité de type dimensionnel. Déterminants de quantité, contenus mélioratifs et péjoratifs des attributions : l exemple de «peu» et de «très» «Peu» et «très» peuvent être considérés comme deux éléments exemplaires tant du point de vue de leur fréquence d apparition (respectivement égale à 45 et 36) que de leur relation 30. M. DE BONIS, Les théories implicites de la personnalité en psychiatrie. Étude des énoncés d attribution de trait dans l expertise psychiatrique de 1967 à 1976, Thèse d État : Lettres et Sciences Humaines, Paris V,

8 M. De Bonis Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? à l idée de degré. Examinons le sous ensemble des adjectifs qualitatifs auxquels ils sont associés. L examen de cette liste montre que «peu» est presque toujours employé avec des adjectifs mélioratifs alors que «très» est presque toujours utilisé en association avec des attributs péjoratifs. Cette liaison est significative ment différente de celle que l on aurait pu obtenir par hasard (Chi 2 (coefficient de contingence) = 14,58 p <.05). L analyse de ces combinaisons nous conduit à nous interroger sur la véritable fonction des adverbes de quantité, et à nous demander si parallèlement à l idée de mesure qu ils véhiculent, de façon explicite, ces adverbes n ont pas une autre fonction implicite qui contribuerait à renforcer dans l absolu des connotations évaluatives. Utilisation des adverbes de quantité dans les observations à visée didactique Afin d évaluer dans quelle mesure les combinaisons privilégiées entre : «très», «assez» et «peu» sont liées ou non au contexte de l expertise, nous avons examiné l utilisation de ces trois adverbes de quantité dans les descriptions issues d observations psychiatriques. Nous avons sélectionné cinq revues spécialisées éditées entre 1967 et 1976, période identique à celle choisie pour les expertises. Il s agit des Annales Médico-psychologiques, de la Revue de Médecine psychosomatique, de l Évolution Psychiatrique et de l Encéphale. Malgré l importance des corpus d observations dépouillés, les fréquences des adjectifs comparables à ceux du corpus de référence des expertises sont bien faibles. Cependant, en dépit du petit nombre de combinaisons extraites de ces documents 31, on ne retrouve pas la dissymétrie constatée dans les expertises. Si l adverbe «très» est le plus souvent utilisé avec des attributs à connotation péjorative, les exemples que nous avons trouvés avec «peu» montrent que contrairement aux expertises, «peu» est loin d être utilisé de façon systématique comme c est le cas dans les expertises. 31. Peu : «obsédé, brutal, muet, indifférent, coquette, déçue». Très : «sensible, coopérante, authentique, heureuse active, décontracté, estimée, satisfait et inhibé, anxieuse, déprimée, ambivalent, débile, réticent, opposante, asthénique, isolée, confuse, obnubilé, éprouvée». 32. M. DE BONIS, op. cit. ; ead., Personnalité et expertise psychiatrique, Paris, PUF, Marques de quantité et modèle dimensionnel de la personnalité On peut définir le modèle dimensionnel par opposition au modèle catégoriel ; bien qu une telle opposition ne soit pas aussi tranchée que l on pourrait le penser, ces deux attitudes se distinguent par la plus ou moins grande importance accordée à la mesure, l intérêt plus ou moins exclusif porté aux variables (traits, symptômes, syndromes) ou aux individus (groupes, types, malades) et enfin, le caractère plus ou moins discontinu ou continu des rapports entre personnalité et maladie

9 Cet emploi des degrés et des marques de quantité dans le discours sur les personnes répond-il à une représentation dimensionnelle des traits dans laquelle l évaluation de la personnalité en termes de degrés mènerait à une évaluation de la responsabilité pénale en termes de degrés? Ainsi la balance de la justice serait équilibrée par le poids des variables psychologiques. Si l utilisation (fréquente on l a vu) de telles marques indique un souci de précision, on ne saurait cependant s appuyer sur le simple comptage de ces éléments du discours pour affirmer qu ils révèlent un certain mode de pensée. Il est nécessaire de préciser les fonctions que ces éléments remplissent dans le discours de l expert et comment «ces équivalents des nombres» sont affectés aux individus. Cela revient à se demander comment les traits attribués se répartissent en fonction des individus expertisés. Dans cette analyse, il s agit non plus d étudier des combinaisons entre des attributs et des adverbes, mais d analyser comment sur une population d individus ces marques sont employées, et dans quelle mesure elles contribuent à organiser ou sérier ces individus. Une distinction utile est apportée dans cette analyse par la différence entre attributs généraux et attributs spécifiques. On appelle «attributs généraux» des attributs appliqués à plusieurs, voire un grand nombre d individus, et «attributs spécifiques» (voire uniques) ceux qui sont affectés à un petit nombre, ou même à un seul individu. Cette distinction est issue des travaux de psychologie génétique. Des études réalisées chez l enfant de la perception des personnes, Scott, Wegner et Vallacher 33, montrent qu avec l âge, l utilisation d attributs généraux augmente. Ces constatations ont été déduites d expériences dans lesquelles les enfants étaient invités à donner des descriptions spontanées ou libres de personnes faisant partie de leur entourage. L unité attribut dans ces recherches peut être soit un mot, soit une expression, soit même une phrase. L augmentation du degré de généralité s accompagne d une évolution dans la qualité de la description. Ainsi, il semble qu avec l accroissement de la généralité, la signification de chaque attribut devienne plus stable. Les jugements des observateurs sont plus fidèles et articulés pour les attributs généraux qu ils ne l étaient pour les attributs spécifiques... «Dans ce sens, le sujet qui grandit devient plus compétent dans sa perception des autres» 34. Généralité et pensée dimensionnelle Utiliser des attributs généraux (communs) à un ensemble d individus, c est donc montrer que l on est capable de situer plusieurs individus sur une même dimension. «Dans ces conditions, les jugements effectués par un observateur peuvent être mieux compris dans la perspective d un modèle dimensionnel». L attribut spécifique, qui ne s applique qu à un seul individu, conduit à des 33. W.A. SCOTT, «Structure of Natural Cognitions», dans Journal of Personality and Social Psychology, 1969, 12, p ; D.M. WEGNER et R.R. VALLACHER, Implicit Psychology : an Introduction to Social Cognition, New York, Oxford Univ. Press, D.M. WEGNER, «Attribute Generality : the Development and Articulation of Attributes in Person Perception», dans Journal of Research in Personality, 1977, II, p

10 M. De Bonis Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? jugements dichotomiques par nature. Le fait que l attribut s applique ou ne s applique pas se comprend dans un modèle catégoriel de jugement. Généralité et quantification dans la description des personnes Une hypothèse intuitive nous a conduit à formuler l idée que l utilité des marques de quantité, dans une perspective de différenciation des individus, se concevait pour les traits généraux, mais qu en revanche sa fonction était plus obscure dans l attribution de traits spécifiques. Admettons que je souhaite rechercher dans un ensemble de sujets tous bruns un sujet blond, il est inutile de savoir s il est très blond ou seulement un peu blond. Le degré de blondeur n a dans ce cas aucune valeur informative. Il n en est pas de même si je me soucie «d étiqueter» ce sujet blond, c est-à-dire le ranger dans une case où il sera seul dans son genre. On a donc comparé la fréquence d utilisation des déterminants de quantité pour les attributs rares. On n a considéré que les attributs les plus généraux de notre lexique (nous n avons retenu pour cette comparaison que les adjectifs, les combinaisons substantifs-quantification pouvant prendre des formes trop diverses). Ces attributs sont : responsable, émotif, fragile, lucide, capable, incapable, instable, délinquant, anxieux, réadaptable. Ils correspondent à 182 occurrences (le nombre des attributs spécifiques ou uniques s élève à 151). Dans le relevé de la présence d adverbes de quantité, on a considéré l ensemble des 226 marques répertoriées. Cette analyse montre que les attributs les plus généraux (qui ne sont d ailleurs pas très généraux, puisque la proportion d individus auxquels ils s appliquent ne dépasse pas dans la majorité des cas 4,5 %) ne reçoivent significative ment pas plus de marques de quantité que les attributs spécifiques. Ces résultats permettent de rejeter l idée que tes marques de quantité assurent une fonction de mesure des différences inter-individuelles dans le cadre d un modèle dimension net. Ces conclusions ne sont pas surprenantes lorsque l on sait par le simple examen du lexique et des fréquences d apparition des prédicats que le pourcentage d attributs appliqués à un seul sujet s élève à 47,01 %. La moitié de la population des individus expertisés possède au moins un caractère qui le distingue de tous les autres sujets. Est-ce à dire que le psychiatre insiste sur la spécificité de l individu? Tous ces résultats pourraient concourir à montrer que la présence d une quantification dans l énoncé sert davantage les besoins d une évaluation que d une sériation des individus les uns par rapport aux autres. 312

11 Conclusion Le langage naturel des descriptions de la personnalité dans l expertise psychiatrique fait apparaître de nombreuses similitudes avec le langage commun. Si l on veut bien admettre que le fait d utiliser des marques de quantité constitue en quelque sorte un équivalent de l attribution des nombres à des objets, les psychiatres experts manifestent, lorsqu ils parlent de psychologie, un souci de mesure. Malheureusement, cette «quête de précision» semble porter sur les domaines sémantiques de la description les plus proches d une psychologie de sens commun comme l évaluation (c est-à-dire l attribution de qualités et de défauts). Une telle utilisation ne semble pas servir une augmentation des informations et des connaissances sur le sujet expertisé et dans ce sens on peut dire que, plutôt que de contribuer à améliorer l exactitude des observations, elle donne une fallacieuse impression de précision. 313

12 M. De Bonis Langage naturel et expertise psychiatrique. Les marques de quantité dans la description des sujets expertisés : précision ou exactitude? Tableau 1 Les marques de quantité - Statistiques descriptives Rapports type/occurrence Catégorie Adverbe «type» Nombre d adverbes différents Fréquence d apparition Degré aucun Fréquence assez Dimension profondément Autres Absence de marques Tableau 2 Adverbes de quantité, attributs mélioratifs et péjoratifs Connotation évaluative des attributs associés Marques de quantité Peu Très méliorative 20 (13,9) 4 (10,1) péjorative 2 (8,1) 12 (5,9) ambiguë 3 1 X 2 = 14,58 p <.05 Tableau 3 Généralité spécificité de l attribut et marques de quantité Marques de quantité absentes présentes Attributs généraux 69,8 30,12 Attributs spécifiques 60,26 37,08 314

13 Pour en savoir plus... CLIFF N. 1959, «Adverbes as Multipliers», dans Psychological Review, 66, p SALES B.D. (éd.) 1981, The Trial Process. Perspective in Law and Psychology, T. II, New York, Plenum Press. GLOSSAIRE : Le concept de a dimension «de la personnalité renvoie à l idée d un continuum sur lequel des différences quantitatives entre individus peuvent être détectées. Par extension, le modèle dimensionnel de la personnalité présuppose l existence de dimensions, accorde une place importante à la mesure, s appuie généralement sur le modèle mathématique de l analyse factorielle et considère que les différences entre individus s expriment davantage en termes de degrés que de nature. 315

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7 Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2005 TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 1 Conséquences

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

ANGLAIS, LANGUE SECONDE

ANGLAIS, LANGUE SECONDE ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS 1999 Quebec ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

LES SOURCES DU DROIT

LES SOURCES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES SOURCES DU DROIT 1. QU EST-CE QUE LE DROIT? Le droit est constitué de l ensemble

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital 1- Statistiques du concours 2012 : 1.1- postes, de inscrits, présents, admissibles et admis : Année Postes ouverts Inscrits

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal

Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal 1. Rappels des programmes 2008 Rappels des connaissances et compétences que les élèves doivent maîtriser Grammaire : Au cycle 2 : 1. identification du

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Claude Delannoy Exercices en langage C++ 3 e édition Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Chapitre 3 Les fonctions Rappels Généralités Une fonction est un bloc d instructions éventuellement

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

LES DIFFERENTS TYPES DE MESURE

LES DIFFERENTS TYPES DE MESURE LES DIFFERENTS TYPES DE MESURE Licence - Statistiques 2004/2005 REALITE ET DONNEES CHIFFREES Recherche = - mesure. - traduction d une réalité en chiffre - abouti à des tableaux, des calculs 1) Qu est-ce

Plus en détail

Master Métier du livre jeunesse

Master Métier du livre jeunesse Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Métier du livre jeunesse Institut catholique de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Le contrôle en cours de formation en mathématiques et en physique chimie pour les CAP. I Généralités sur le contrôle en cours de formation (CCF)

Le contrôle en cours de formation en mathématiques et en physique chimie pour les CAP. I Généralités sur le contrôle en cours de formation (CCF) Le contrôle en cours de formation en mathématiques et en physique chimie pour les CAP I Généralités sur le contrôle en cours de formation (CCF) 1. Historique Apparition du CCF : - en 1990 dans le règlement

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI 1) Place des mathématiques actuellement dans le document de référence de la CTI Le document CTI - Références et Orientations n évoque pas explicitement

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Lecture critique d un article médical scientifique

Lecture critique d un article médical scientifique Lecture critique d un article médical scientifique Objectifs pédagogiques ENC Logique de Recherche Rédaction du résumé Dr Pascale FABBRO-PERAY MB6 2007-2008 Ecrire le résumé structuré d un article Lecture

Plus en détail

Brevet de Technicien Supérieur COMMUNICATION ANNEXE III GRILLE HORAIRE

Brevet de Technicien Supérieur COMMUNICATION ANNEXE III GRILLE HORAIRE ANNEXE III GRILLE HORAIRE Première année Deuxième année Enseignements Horaire hebdomadaire Volume annuel Horaire hebdomadaire Volume annuel (à titre indicatif) (à titre indicatif) Total cours TD Total

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 «Évolution du concept de formation à travers l analyse de Cahiers de l Asdifle» C est dans le cadre d un partenariat entre l Asdifle et l Université Paris VII que j

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Alexandre Vial 0 janvier 2009 Les intérêts cumulés Je place 00 e à 4% par an pendant un an. Donc au bout d un an, j ai 00 + 00. 4 = 00 00( + 4 ) =04 e. 00 Cependant,

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

I - Introduction à La psychologie Expérimentale

I - Introduction à La psychologie Expérimentale LA METHODE EXPERIMENTALE I - Introduction à La psychologie Expérimentale I.1. Introduction I.2. Critiques concernant l utilisation de la méthode expérimentale en psychologie I.2.A. Critiques morales I.2.A.

Plus en détail

Les outils de gestion

Les outils de gestion Beida Mohammed Ferhat Taleb Amar Ingénieurs d état en informatique Option : Systèmes d Information (SI) Tel: +213 (0) 76 17 36 69 Fax: +213 (0) 21 32 58 93 Email: mohamed@mtoolkit.com bilal_ini@yahoo.fr

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

Analyse des Médias. - Guide -

Analyse des Médias. - Guide - 1 Analyse des Médias - Guide - Analyse comparative de la couverture d un événement dans la presse internationale : La guerre (imminente) en Iraq (mars 2003) Peter Stockinger Séminaire de Maîtrise en Communication

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It?

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Karl F. MacDorman 1 The Uncanny Valley : Le terme d Uncanny Valley a été défini par Masahiro Mori, chercheur

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :..

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. S APP ANA Compétences évaluées Extraire l information utile Exploiter l information

Plus en détail

VADE-MECUM Adapter un écrit pour le rendre accessible aux enfants

VADE-MECUM Adapter un écrit pour le rendre accessible aux enfants VADE-MECUM Adapter un écrit pour le rendre accessible aux enfants Synthèse du document proposé par l Observatoire de l enfance et la jeunesse du ministère de la Communauté française de Belgique Introduction

Plus en détail

Diag Up Export Spécifications

Diag Up Export Spécifications Diag Up Export Spécifications Présentation Diag Up est une plate forme logicielle qui permet d élaborer des modèles de diagnostic dans des domaines aussi variés que la qualité, la transmission d entreprises,

Plus en détail

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE Bien qu elle ait été bannie pendant longtemps de la pédagogie des langues, la traduction est cependant une activité que nous pratiquons tous naturellement. On traduit

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif

De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif Application à l enseignement du jazz avec le jeu Pads n Swing guillaume.denis@ensmp.fr Centre de recherche en informatique Ecole des mines de Paris

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?»

Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?» VOLUME 11, NO 1 AUTOMNE 2012 Cégep de Rimouski Développement pédagogique Annexe 2 du Pédagotrucs no 40 Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?» Voici un guide qui t aidera

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Enseignement de mathématiques Classe de première STMG Ressources pour le lycée technologique Dérivation : Approximation affine et applications aux évolutions successives Contexte pédagogique Objectifs

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Laboratoire Sciences et Pratiques des Activités Physiques Sportives et Artistiques SPAPSA. Institut de l EPS., Université d Alger 3.

Laboratoire Sciences et Pratiques des Activités Physiques Sportives et Artistiques SPAPSA. Institut de l EPS., Université d Alger 3. Place de l EPS dans la hiérarchie des matières scolaires selon leur importance pour le développement intellectuel des élèves en Algérie. Linda Rachida Benbakhta-Fetouhi Institut d Éducation Physique et

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Afin de mieux répondre aux besoins du ministère de l Education Nationale, le processus de recrutement des enseignants est réformé, dans le premier degré

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline Langue anglaise et communication Compétence 4SA1 Communiquer en anglais avec une certaine aisance. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités Objectif Énoncé de la compétence Standard

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail