Maltraitance? Sur le chemin de la bientraitance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maltraitance? Sur le chemin de la bientraitance"

Transcription

1 Maltraitance? Sur le chemin de la bientraitance

2 Introduction Qu est-ce que l AGY? C est une Association de Loi 1901 qui développe la promotion de la gérontologie en Yvelines. Plusieurs activités dont un contrat d objectifs et de moyens avec le Conseil Général des Yvelines depuis 2000 avec une participation à la mise en œuvre de la prévention et de la lutte contre la Maltraitance envers les adultes vulnérables sur le 78. Dans ce but nous organisons des formations de sensibilisation à la bientraitance

3 Activité de l AGY En Yvelines :Comité de pilotage départemental Contrat entre AGY et le Département : Accueil téléphonique des professionnels et du public, , de 9h30 à 12 h 30 du lundi au vendredi Sensibilisation des professionnels, Groupe technique pluridisciplinaire, Campagne d information départementale Sensibilisation du grand public, Elaboration d un observatoire départemental de la maltraitance.

4 Plan proposé Pourquoi parler de la maltraitance et de la bientraitance dans le cadre des soins palliatifs? Qu est-ce que la vulnérabilité? Qu est-ce que la maltraitance, la violence? Formes de maltraitance Comment agir vers la bientraitance? La prévention

5 Pourquoi parler de la maltraitance et de la bientraitance dans le cadre des soins palliatifs? Def des soins palliatifs : Soins actifs, continus, évolutifs, coordonnés et pratiqués par une équipe pluridisciplinaire. Ils s adressent aux personnes atteintes de maladies évolutives ou mettant en jeu le pronostic vital ou en phase avancée et terminale, en accompagnant leur famille et leurs proches (Définition de l Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation de la Santé ANAES)

6 Difficulté d un tel accompagnement Ce type d accompagnement : S adresse à une personne à considérer comme toujours vivante, à sa famille et sa communauté Nécessite des compétences dans les relations humaines et une compréhension de la souffrance morale Consiste à apporter attention, écoute, et réconfort Prend en compte les composantes de la souffrance globale : physique, psychologique, sociale et spirituelle Difficulté du travail avec l être l humain qui de surcroit souffre (malade et famille) mais nous sommes également face à deux autres difficultés s que sont la douleur et la mort qui ne sont également pas simple à gérer ni pour le malade ni pour la famille ni pour les soignants

7 Une ambivalence des sentiments (du malade, de la famille et parfois du soignant ) conduisant à l épuisement L angoisse : face à la situation et majorer par sa durée Le regret : «je n ai pas eu le temps de» qui apparaît souvent quand l état de la personne se dégrade rapidement L impuissance : «je ne sais plus quoi faire» La culpabilité : «attente de la mort délivrance» L espoir : qui demeure jusqu aux derniers instants Réinvestissement de la vie : quand on a cru que c était la fin Le déni, la colère, la culpabilité et l angoisse s entremêle tour à tour

8 et à une possible maltraitance La maltraitance est-t-elle elle toujours volontaire? Généralement NON Elle peut être exercée sans le savoir Elle est favorisée par l ignorance des besoins des personnes vulnérables Elle est souvent l aboutissement de l épuisement des aidants,, de la méconnaissance de la maladie, de l isolement familial et social.

9 Sur le chemin de la bientraitance : la vulnérabilité et la maltraitance Pour aller vers la bientraitance il faut comprendre la notion de maltraitance. Elle existe et touche des personnes vulnérables et en 1 er lieu Les enfants (10000 cas par an) Les Personnes Handicapées 209 signalements de maltraitance Dont 116 concernent les mineurs et 93 concernent les adultes, les Personnes âgées :8600 appels téléphoniques soit +16% 50% relèvent de la maltraitance; 30% de maltraitance en établissement; 70% de maltraitance à domicile Dans 80% des cas elle s exerce à domicile et se cache au sein de l espace familial mais aussi par les professionnels.

10 Vulnérabilité vous êtes en contact de personnes dites vulnérables. Elle est expliquée dans le Code pénal (art et ) ainsi : Les violences habituelles sur un mineur de 15 ans ou sur une personne dont la particulière vulnérabilité due à son âge,, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de son auteur sont punies de

11 Vulnérabilité Une personne vulnérable est fragile, peut être facilement atteinte, se défend mal, est globalement dans l incapacité de se défendre contre les multiples difficultés de la vie courante. La vulnérabilité trouve sa source dans la fragilité physique ou psychique mais aussi dans l isolement et les difficultés économiques

12 Maltraitance ou violence Conseil de l Europe en 1987 : «la violence se caractérise par tout acte ou omission commis par une personne ou un groupe s il porte atteinte à la vie, à l intégrité corporelle ou psychique ou à la liberté d une personne et/ou nuit à sa sécurité financière»

13 Les différentes formes de maltraitance Les plus courantes sont : Négligences Physiques Psychologiques Financières Sur les droits de la personnes ATTENTION : Plusieurs maltraitances sont souvent associées

14 Maltraitance physique : Coups, blessures, bousculades, maltraitance sexuelle, laisser un patient une heure sur les toilettes, gifler une personne âgée avec une protection souillée, absence d aide à la prise de repas (Pr Pfitzenmeyer), la contention non autorisée(recommandations de l ANAES et de la HAS, Elle représente environ 15% de l ensemble des maltraitances.

15 Maltraitance psychologique : Se situe au niveau du chantage, infantilisation, insultes, tutoiement, pression morale, humiliation, isolement, menaces, obligation de porter des protections chez une personne continente, OKAZOU, faire un soin porte ouverte, laisser une personne malade et âgée sur un brancard pendant des heures dans un placard à balai ou près de la poubelle, maltraitance psychologique représente 35 % des cas de maltraitance

16 Maltraitance financière Se manifeste par détournement de la pension, des biens, captation d héritage, signatures forcées, menaces pour soutirer de l argent. maltraitance financière représente 35 % des cas de maltraitance

17 Maltraitance au niveau des droits de la personne : Institutionnalisation contrainte, privation de prothèses dentaires et auditives, interdiction d aller et venir, enfermement.

18 Négligences actives ou passives : Manque d hygiène, pas de réponse à la sonnerie surtout la nuit, verre d eau placé du côté invalide, oublier une personne dans son fauteuil roulant, faire à la place de la personne, ne pas appeler la personne par son nom, faire une toilette sans dire un mot au patient devenu «objet» Attention elles sont actives si intentionnelles passives si sous formes d oubli

19 La maltraitance par inadvertance (50% des situations),c est celle pour qui nous pouvons tous être l auteur,, quelle que soit notre compétence, notre bonne volonté dans nos attitudes, nos comportements et nos actes quotidiens

20 RAPPEL : La maltraitance oui mais La maltraitance est-t-elle elle toujours volontaire? Généralement NON Elle est exercée sans le savoir Elle est favorisée par l ignorance des besoins des personnes vulnérables Elle est souvent l aboutissement de l épuisement des aidants,, de la méconnaissance de la maladie, de l isolement familial et social.

21 Prévention QUE FAIRE? Alléger le fardeau,ne pas s isoler dans ces moments difficiles pour essayer de comprendre l attitude, le geste du malade.

22 Prévention Même si par amour, par devoir,par tradition culturelle,on veut «s occuper de son malade le plus longtemps possible»,ce qui parait fort légitime, Oui,, sans craquer Oui sans épuisement excessif Oui sans détruire sa propre vie familiale Oui sans aller jusqu à perdre l habitude de prendre soin de soi. Le maintien du malade à domicile est d ailleurs souhaité par l aidant mais aussi par le malade.

23 Prévention Quelle est donc l attitude à adopter pour vivre ensemble le plus longtemps possible? S INFORMER SAVOIR DEMANDER DE L AIDE SAVOIR SE FAIRE AIDER EVITER DE S ISOLER

24 Prévention Aide en lien avec l aidant familial: S informer sur les caractéristiques de la maladie auprès de médecins spécialistes. Participer à des groupes d échanges avec d autres familles pour s entraider, partager des astuces,des solutions ou des attitudes à observer. Ex : comment communiquer avec son parent qui n a plus l usage de la parole? comment prévenir, voire gérer un moment d agressivité du parent, essayer de décoder ce qu il exprime par l agressivité ou le repli sur soi.

25 Prévention Se permettre quelques heures de repos ou quelques semaines de vacances pour se reposer, penser à soi,, on y a droit. C est se ressourcer pour récupérer des forces et poursuivre sa mission.

26 Prévention L aide des services d aide à domicile et l aide des SSIAD pour les soins, apportent aussi un petit répit quotidien,, laissant un peu de temps libre Dans le cadre de l aide aux aidants, vous pouvez vous tourner vers les associations de bénévoles, et le soutien psychologique pour la personne malade, le conjoint et les enfants Si la famille est détendue, le malade sera plus serein.

27 Conclusion Pour mener un accompagnement de personne atteinte d une pathologie diverses et variées en respectant ses droits et son appartenance à sa famille, il est vivement conseillé De s informer, De se faire aider par des professionnels et des associations. De ne pas s isoler pendant les périodes parfois difficiles à gérer. La recherche avance, les aides se développent.

28 Pour informations Pour la maltraitance: site papidoc Coordonnée de l ANAES (Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé) : sante.fr (haute autorité de la santé) Pour les conditions de contentions : eresdelit lit.pdf

BIENTRAITANCE ET MALTRAITANCE EN EHPAD

BIENTRAITANCE ET MALTRAITANCE EN EHPAD BIENTRAITANCE ET MALTRAITANCE EN EHPAD http://medecine.alexis-mazoyer.com Juin 2013 A. Mazoyer I - Introduction «Une manière d être, d agir et de dire, soucieuse de l autre, réactive à ses besoins et à

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

MALTRAITANCE DES PERSONNES AGÉES

MALTRAITANCE DES PERSONNES AGÉES MALTRAITANCE DES PERSONNES AGÉES Maltraiter : 1) Soumettre quelqu un, un animal à de mauvais traitements 2) Traiter durement. Maltraitance : 1) Le fait de maltraiter un enfant ou/et une PA dépendante 2)

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie. Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir

Formation soins palliatifs et qualité de vie. Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Introduction La maladie grave = événement traumatisme pour le malade et les proches Bouleversement

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants Formation Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants A qui s adressent ces formations? Cours de sensibilisation Ces cours s adressent à vous, proches aidants, qui consacrez temps et énergie

Plus en détail

GESTION DE LA VIOLENCE EN MILIEU HOSPITALIER

GESTION DE LA VIOLENCE EN MILIEU HOSPITALIER GESTION DE LA VIOLENCE EN MILIEU HOSPITALIER Journées de printemps de la SMSTO «Les métiers d aide àla personne» Plan Mise en place des protagonistes Définitions des violences Les réponses institutionnelles

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

Respecter la personne soignée «Tendre à la Bientraitance - Prévenir la Maltraitance»

Respecter la personne soignée «Tendre à la Bientraitance - Prévenir la Maltraitance» Nous sommes, tous, potentiellement maltraitants au cours de nos activités de soignant Assumons cette réalité, prenons en conscience et travaillons ensemble, pour faire changer les choses! C est : - dans

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE 0 Page2 Sommaire Les droits rattachés au respect de la personne... 3 Le droit au respect de sa dignité... 3 Quelle est la signification de la dignité en droit de

Plus en détail

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Définition de la maltraitance En 1987, le Conseil de l Europe

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Quelle société le Québec veut-il pour ses personnes âgées?

Quelle société le Québec veut-il pour ses personnes âgées? Quelle société le Québec veut-il pour ses personnes âgées? Sommaire exécutif : - Dénigrement abusif à l endroit des centres d hébergement. - L approche milieu de vie répond aux besoins, mais disparité

Plus en détail

F o r m a t i o n. Promotion de la bientraitance de la personne âgée à domicile

F o r m a t i o n. Promotion de la bientraitance de la personne âgée à domicile M é t a F o r F o r m a t i o n Promotion de la bientraitance de la personne âgée à domicile Public ciblé : 2014 tout professionnel de l aide à domicile aux personnes âgées Objectifs principaux : La formation

Plus en détail

Prévention et gestion des risques psychosociaux. Ateliers de sensibilisation

Prévention et gestion des risques psychosociaux. Ateliers de sensibilisation Ateliers de sensibilisation LE STRESS PROFESSIONNEL Le stress: définition «Le stress est la réaction d un individu face aux modifications, exigences, menaces de son environnement» Un état de stress survient

Plus en détail

MALTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ET OU EN SITUATION DE HANDICAP DIU GESTIONNAIRE DE CAS le 16.01.2015 9h00 11h00

MALTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ET OU EN SITUATION DE HANDICAP DIU GESTIONNAIRE DE CAS le 16.01.2015 9h00 11h00 MALTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ET OU EN SITUATION DE HANDICAP DIU GESTIONNAIRE DE CAS le 16.01.2015 9h00 11h00 41 rue Curie 44093 NANTES Cedex 1 alma.loire-atlantique@laposte.net INTRODUCTION HISTORIQUE

Plus en détail

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 La maltraitance, qu est-ce que c est pour vous? Formation Maltraitance. 19/10/13. Intervenante : Claire Singer, Psychologue & Ph.D La maltraitance, qu est-ce

Plus en détail

Fédération 3977 contre la maltraitance. Maltraitance, brisons la chaîne du silence

Fédération 3977 contre la maltraitance. Maltraitance, brisons la chaîne du silence Fédération 3977 contre la maltraitance Maltraitance, brisons la chaîne du silence Maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés La maltraitance est le préjudice résultant d une multiplication

Plus en détail

De la bientraitance à la maltraitance

De la bientraitance à la maltraitance La recette du mois De la bientraitance à la maltraitance Niveau de difficulté : Ingrédients indispensables : Un brin de disponibilité Une bonne dose d'attention et d empathie Une dose de lucidité Ustensiles

Plus en détail

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Le 17 octobre 2007. LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Michel ROSENFELDT Emergence du phénomène en regard des évolutions sociétales Si aujourd hui, nos sociétés considèrent la vieillesse

Plus en détail

Protocole Maltraitance

Protocole Maltraitance Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.044.1 Protocole Maltraitance SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD:

Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD: Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD: ALERTES Association Departementale Loi 1901 regroupe les différents acteurs intervenant en gérontologie

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Journée Régionale sur le Suicide et les Aînés de Laval Jeudi 6 Février 2014 Atelier de Sensibilisation offert en partenariat

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL Synthèse Fort de l histoire et des valeurs de l association gestionnaire du Centre Médico-social Basile Moreau, le projet d établissement affirme les principes

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014 Dispositifs d aides aux personnes âgées 1 Les acteurs de la gérontologie Où trouver l information sur les aides aux personnes âgées: Les CCAS: Centre Communaux d Action Sociale, outils social des mairies.

Plus en détail

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé (Nord Picardie) (Basse-Normandie) (Rhône Alpes) (Loire-Atlantique) (Franche-Comté) (Aquitaine) Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé Contexte FORAP 10 SRA Bientraitance

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Livret d accueil. Soins palliatifs

Livret d accueil. Soins palliatifs Livret d accueil Soins palliatifs Préface Les soins palliatifs sont une priorité à Santé Service Bayonne et Région. Depuis la création de l association en 1968, ils constituent un pôle d excellence et

Plus en détail

Delphine Roulet Schwab, Professeure à la HEdS-La Source Maurice Demont, Directeur de Pro Senectute Genève

Delphine Roulet Schwab, Professeure à la HEdS-La Source Maurice Demont, Directeur de Pro Senectute Genève Personnes âgées: GUIDE POUR L ANALYSE ET LA GESTION DE SITUATIONS COMPLEXES À RISQUE DE MALTRAITANCE - Extrait - Repères destinés aux collaborateurs de la consultation sociale de Pro Senectute Genève Delphine

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

Des cours pour aider sans s épuiser

Des cours pour aider sans s épuiser Proches aidants FORUM SOCIAL DE LA COTE 2014 Des cours pour aider sans s épuiser Mme N. Droz & M. Vernaz - 6 Septembre 2014 Des cours accessibles pour tous La Croix-Rouge vaudoise accompagne les Proches

Plus en détail

Protection de l enfance

Protection de l enfance Protection de l enfance En situation de danger ou en risque de l être De quoi parle-t-on? Extraits du «Petit Guide de procédures, Enfance en danger» réalisé par le conseil général de l'yonne Les situations

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 SOMMAIRE Avant-propos... 15 Introduction générale. Présentation de la méthode de «causalité»... 19 PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 CHAPITRE I Nous

Plus en détail

La bientraitance au bloc opératoire. BORGHESI Aurélie - IBODE Maternité Régionale Universitaire de Nancy

La bientraitance au bloc opératoire. BORGHESI Aurélie - IBODE Maternité Régionale Universitaire de Nancy La bientraitance au bloc opératoire BORGHESI Aurélie - IBODE Maternité Régionale Universitaire de Nancy QU EST-CE QUE LA BIENTRAITANCE? Notion positive, n est pas seulement le contraire de maltraitance

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits.

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. NOTICE EXPLICATIVE Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. écrit. Vous allez être reçu(e) pour relater des faits qui seront

Plus en détail

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs :

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : Journée Régionale de Soins Palliatifs Cité des Congrès

Plus en détail

10. Égalité professionnelle 11. Liberté d opinion et droit d expression 12. Lutte contre le harcèlement moral et le harcèlement sexuel

10. Égalité professionnelle 11. Liberté d opinion et droit d expression 12. Lutte contre le harcèlement moral et le harcèlement sexuel Modèle commenté de document d information LIVRET D ACCUEIL DU PERSONNEL DES ÉTABLISSEMENTS ET S E R V I C E S S O C I A U X O U M É D I C O - S O C I A U X (voir bon de commande à la fin du document) ÉDITIONS

Plus en détail

La maltraitance des personnes âgées : une réalité connue ou méconnue? Alexandra Quoilin*, Nicolas Berg**.

La maltraitance des personnes âgées : une réalité connue ou méconnue? Alexandra Quoilin*, Nicolas Berg**. La maltraitance des personnes âgées : une réalité connue ou méconnue? Alexandra Quoilin*, Nicolas Berg**. La plupart des pays occidentaux assistent à un phénomène de vieillissement de la population, associé

Plus en détail

La maltraitance des personnes âgées et/ou handicapées vue par le droit Comment le droit appréhende-t- il la maltraitance? Point important: la maltraitance ne constitue pas une notion juridique C est un

Plus en détail

FORMATIONS CLIC 6 CLIC 6. Espace commun des solidarités 3 Rue du Béarn 94550 CHEVILLY-LARUE

FORMATIONS CLIC 6 CLIC 6. Espace commun des solidarités 3 Rue du Béarn 94550 CHEVILLY-LARUE FORMATIONS 2014 Espace commun des solidarités 3 Rue du Béarn 94550 CHEVILLY-LARUE Site Internet : www.clic6.org De la maltraitance à la bientraitance : Prévenir les risques de maltraitance pour assurer

Plus en détail

Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie.

Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. Article I - Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. Elle doit pouvoir profiter de l autonomie permise par ses capacités physiques et mentales, même au prix

Plus en détail

Accueillir les Personnes en Situation de Handicap dans les Commerces et les Hôtels.

Accueillir les Personnes en Situation de Handicap dans les Commerces et les Hôtels. Accueillir les Personnes en Situation de Handicap dans les Commerces et les Hôtels. Avec le concours des associations intervenant dans le domaine du handicap 1) Le handicap moteur : En France, on estime

Plus en détail

versus MALTRAITANCE BIENTRAITANCE Unité de formation : Gulliver : Gulliver 2010 www.gulliverasso.org Form.N 6 Gulliver, adresse postale :

versus MALTRAITANCE BIENTRAITANCE Unité de formation : Gulliver : Gulliver 2010 www.gulliverasso.org Form.N 6 Gulliver, adresse postale : Gulliver : BIENTRAITANCE versus MALTRAITANCE Organisme de formation : enregistré le 16 octobre 2000 en Préfecture de Région sous le numéro de déclaration d activité 9383.03054.83 Identifiant SIRET : 428

Plus en détail

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Contexte Evolia93, plateforme des services à la personne en Seine-Saint-Denis a pour mission la structuration et la professionnalisation

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES Service d Accompagnement à la Vie Sociale E.S.A.T Créations RESIDENCE «Les Mûriers» Résidence Saint Antoine Rue Antoine Dupuy Chez Liange 9 Rue Waldeck Rousseau 42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

Plus en détail

Prise en charge du patient handicapé en service de soins à domicile

Prise en charge du patient handicapé en service de soins à domicile Prise en charge du patient handicapé en service de soins à domicile Melle Hafhouf Hindi SSIAD APF Plan Association des paralysés de France (APF) Service de soins infirmiers à domicile de l association

Plus en détail

«Tendre à la Bientraitance pour prévenir la Maltraitance» Des défis relationnels et organisationnels. A propos de notre expérience

«Tendre à la Bientraitance pour prévenir la Maltraitance» Des défis relationnels et organisationnels. A propos de notre expérience Paris, les 8, 9, 15 et 16 mars 2010 «Tendre à la Bientraitance pour prévenir la Maltraitance» Des défis relationnels et organisationnels A propos de notre expérience Michel Schmitt, Anne Macherich, Magali

Plus en détail

GUIDE DE L AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE COMPETENCES ET LIMITES DE LA PROFESSION

GUIDE DE L AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE COMPETENCES ET LIMITES DE LA PROFESSION La frontière est parfois difficile à évaluer entre le domaine de l aide soignante, de l AVS ou de l infirmière. L infirmière peut, dans le cadre de son rôle propre défini et précisé dans le code de la

Plus en détail

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS 1. Bien communiquer avec la personne atteinte de la maladie d Alzheimer Même si la personne malade semble se désintéresser de son entourage,

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Une action de sensibilisation / formation en vue de l amélioration de la qualité de vie

Une action de sensibilisation / formation en vue de l amélioration de la qualité de vie Une action de sensibilisation / formation en vue de l amélioration de la qualité de vie des personnes âgées résidant en EHPAD et des professionnels y travaillant, dans le contexte du Plan qualité de vie

Plus en détail

Quelle place, quels devoirs, quelles obligations?

Quelle place, quels devoirs, quelles obligations? Quelle place, quels devoirs, quelles obligations? Dr Michaël Robin (CH. Charcot, Plaisir) Pourquoi moi? «Soyez attentifs, vous êtes souvent les premiers, voire les seuls médecins que les victimes de violence

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail

ÉTHIQUE ET PROTECTION DE L ENFANCE :

ÉTHIQUE ET PROTECTION DE L ENFANCE : JOURNÉES INTERNATIONALES D ÉTUDES D ENFANCE ET PARTAGE Les 20 et 21 novembre 2007 UNESCO, Paris ÉTHIQUE ET PROTECTION DE L ENFANCE : UN ENGAGEMENT COLLECTIF Plus d informations sur : www.colloque.enfance-et-partage.org

Plus en détail

UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016

UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES 05 46 27 96 96 Organisme de formation enregistré sous le n 541 701 203 17 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie 1 UN PROJET PORTÉ PAR 3 CLIC Février 2007 : début de la réflexion à l initiative de 3 CLIC. 2007 : financement d un accompagnement

Plus en détail

Interview Steve URSPRUNG Hypophosphatasie Europe 1. Présentation de Steve et de l association Hypophosphatasie Europe

Interview Steve URSPRUNG Hypophosphatasie Europe 1. Présentation de Steve et de l association Hypophosphatasie Europe Interview Steve URSPRUNG Hypophosphatasie Europe 1. Présentation de Steve et de l association Hypophosphatasie Europe Hypophosphatasie Europe, partenaire associé du projet Offensive Science, est une association

Plus en détail

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support Le Service Social Hospitalier en Cancérologie Formation des IDE aux soins de support 25 et 26 février 2010 Les missions du S.S.H Cadre légal : le décret 93-652 du 26 mars 1993. Aider les personnes, familles

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

Appel à projets de l AFSSU pour 2011

Appel à projets de l AFSSU pour 2011 Appel à projets de l AFSSU pour 2011 Titre «Au théâtre de la citoyenneté, il fait bon vivre» Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mmes Cécile Leveugle, Aude Deneuville, Ghislaine Lubaska.

Plus en détail

BURN-OUT Prise en charge spécifique Conséquences sur le travail Pistes de prévention PRÉVENTION DU BURNOUT

BURN-OUT Prise en charge spécifique Conséquences sur le travail Pistes de prévention PRÉVENTION DU BURNOUT BURN-OUT Prise en charge spécifique Conséquences sur le travail Pistes de prévention Le vécu intérieur du burn-out Le plus terrible peut-être sur le burn-out, c est le côté insidieux, c est comme des sables

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

Programmation à étudier selon la demande Samedis 16 et 23 janvier 2016 Annecy Samedis 19 et 26 novembre 2016 - Annecy

Programmation à étudier selon la demande Samedis 16 et 23 janvier 2016 Annecy Samedis 19 et 26 novembre 2016 - Annecy 4, Passage de la cathédrale 74000 ANNECY Mail : formation@epe74.org Présentation des Modules de Formation continue Assistant maternel - Contenu pédagogique Année 2016 Liste des modules présentés par l

Plus en détail

Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés»

Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés» Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés» Texte introductif, à lire à haute voix par l enquêteur : «La question qui suit concerne les problèmes

Plus en détail

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma LE BÉNÉVOLAT Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma le bénévolat CULTIVER LA SOLIDARITÉ La mobilisation dans la lutte contre le cancer, à laquelle a appelé Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien qui

Plus en détail

SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE

SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE EXTRAIT DU RAPPORT D ACTIVITE 2010 DE LA COMMISSION DES RELATIONS AVEC LES USAGERS ET DE LA QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE (C.R.U.Q.) Centre hospitalier de Châteauroux

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94

Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94 Paris, le 13 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients BURN OUT Le burn out est un syndrome touchant les personnes impliquées auprès d'autrui et tout particulièrement dans une relation de soin. Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel qui se

Plus en détail

CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE AIDE A DOMICILE, AUXILIAIRE DE VIE

CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE AIDE A DOMICILE, AUXILIAIRE DE VIE CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE AIDE A DOMICILE, AUXILIAIRE DE VIE ITINÉRAIRES AIDE À DOMICILE, AUXILIAIRE DE VIE CODE ITINÉRAIRE 12KAD CONSEILLER FORMATION : PASCALE GEORGES - 03

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes

25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes 25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes «La violence faite aux femmes désigne tout acte de violence fondé sur l appartenance au sexe féminin, causant

Plus en détail