Une action de sensibilisation / formation en vue de l amélioration de la qualité de vie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une action de sensibilisation / formation en vue de l amélioration de la qualité de vie"

Transcription

1 Une action de sensibilisation / formation en vue de l amélioration de la qualité de vie des personnes âgées résidant en EHPAD et des professionnels y travaillant, dans le contexte du Plan qualité de vie des maladies chroniques et du Plan violence et santé (Loi de santé publique 2004). Mise en œuvre confiée à La Société Française de Gériatrie et Gérontologie à l initiative de la Direction Générale de la Santé

2 La trousse de bientraitance 1. Démarche et objectifs Offrir un outil de réflexion pour faire converger les convictions intimes de chacun vers une vision commune de la bientraitance au sein d un établissement donné, avec les moyens qui sont les siens. Pas de recette, pas de dogme, mais une recherche, en équipe, de la meilleure définition de la bientraitance : - Qu est-ce que la bientraitance dans l établissement dans lequel je travaille? - Qu est-ce que la bientraitance, pour moi, qui travaille dans cet établissement? - Qu est-ce que la bientraitance pour la personne accueillie dans l établissement dans lequel je travaille? - Qu est-ce que la bientraitance pour l entourage des personnes accueillies dans l établissement dans lequel je travaille? Inscription de la démarche de bientraitance dans le projet d établissement (accréditation, EPP).

3 La trousse de bientraitance 2. Le contenu Une plaquette de présentation Un DVD Un film : «Vingt-quatre heures de la vie d un EHPAD» Trois séquences annexes :. Paroles de terrain (interviews). Toilette et soins du corps. Un trouble du comportement Des documents imprimables Le guide de l animateur Un poster-éphéméride : Dix recommandations phare et petits bonheurs du jour Des outils d évaluation : Tableau des objectifs Boîte à rêves

4 La trousse de bientraitance 3. Le mode d emploi L action de sensibilisation est un temps transversal commun, qui réunit tous les acteurs de l EHPAD : directeur, médecin coordonnateur, soignants, non soignants. La visualisation du film «24 heures de la vie d un EHPAD» ou de l une des autres séquences permet d ouvrir un débat, plus ou moins ciblé, sur des problématiques spécifiques de l établissement. Engagement dans une véritable démarche de bientraitance avec l organisation de rendez-vous réguliers et une évaluation.

5 La trousse de bientraitance 4. Évaluation La démarche de bientraitance entre dans : la démarche générale d évaluation et d amélioration de la qualité des EHPAD, dans le contexte de l accréditation ; le cadre de l EPP (évaluation des pratiques professionnelles) du médecin coordonnateur ou du cadre de l établissement. Des indicateurs : Inscription de la démarche dans le projet d établissement. Évaluation des objectifs définis en équipe. Utilisation effective des outils mis à disposition dans la trousse de bientraitance.

6 Le film : «24 heures de la vie d un EHPAD» 1. contenu réalisé par Marie-Claude Schultz, à l Hôpital local de Fismes Scènes de vie, d ambiance, ponctuées d interviews de résidants, de visiteurs familiaux et de professionnels soignants et non soignants. Chapitré suivant les temps forts de la vie d un EHPAD sur 24h : 07h19 Réveil, toilette, habillement, petit-déjeuner 11h11 Repas 14h14 Animations, visites, sorties, attente 17h37 Repas 19h22 Coucher 22h43 Nuit

7 Le film : «24 heures de la vie d un EHPAD» 2. Objectif réalisé par Marie-Claude Schultz, à l Hôpital local de Fismes Déclencher une réflexion sur nos comportements, nos pratiques et proposer des changements pour améliorer la qualité de vie de tous, résidants et professionnels. 3. Comment l utiliser? Visualisation, en entier (40 mn) ou par parties (repères horaires). Débat : Identifier des problématiques spécifiques de l établissement. Rechercher les moyens permettant d améliorer la situation. Une aide pour mener le débat dans le guide l animateur : Le questionnement éthique. Proposition de thèmes de discussion au fil du film.

8 Le film : «24 heures de la vie d un EHPAD» 4. L après-débat réalisé par Marie-Claude Schultz, à l Hôpital local de Fismes Entrer dans une démarche de bientraitance Définir en équipe des objectifs simples et prioritaires dans l établissement. Rédiger un protocole simple. Choisir une personne volontaire, chargée du suivi de la démarche. Evaluer si l objectif a été atteint après trois à six mois. Choix du ou des objectif(s) Un outil : la boîte à rêves. Par les résidants, les familles et les professionnels.

9 Le film : «24 heures de la vie d un EHPAD» réalisé par Marie-Claude Schultz, à l Hôpital local de Fismes 4. L après-débat (suite) Inscription du ou des objectifs sur le tableau réservé à cet effet. Evaluation après 3 à 6 mois L objectif a t-il été atteint? Si non, pourquoi? Si oui, faut-il le pérenniser? La même démarche peut être suivie à partir des autres séquences filmées («Paroles terrain», «Toilette et soins du corps», «Un trouble du comportement»).

10 Des recommandations 1. Des recommandations générales et spécifiques de la vie en EHPAD : - Lever, toilette, habillage - Nuit - Repas - Attente - Place des familles, visites - Environnement sonore - Sorties - Liberté et sécurité, intimité et collectivité - Animations 2. Dix recommandations phare : 1. Repérer et respecter autant que possible le choix des résidants - horaires (lever, toilette, petit déjeuner,changes, activités personnelles, coucher, visites), voisins de table, habits, animations, etc. 2. Maintenir un environnement olfactif agréable. 3. Favoriser un environnement sonore signifiant (nature et volume des bruits réfléchis, bruits naturels, éviter les bruits désagréables inutiles). 4. Faire sortir les résidants en extérieur au moins une demi-heure par semaine. 5. Respecter autant que possible la liberté de circuler de chacun. 6. Limiter à douze heures maximum le délai entre le repas du soir et le petit-déjeuner. 7. En cas d appel, annoncer un délai et le respecter. 8. Définir un temps minimal pour la toilette. 9. Evaluer régulièrement le degré de satisfaction des familles et des résidants. 10. Désigner un professionnel référent pour chaque résidant, chargé du recueil des plaintes, de leur transmission et de leur suivi.

11 La trousse de bientraitance Diffusion et suivi de l utilisation Une diffusion dans le cadre de MobiQual lors des réunions d information et de formation organisées en régions suivant les demandes individuelles : Un suivi de l utilisation concrète de l outil questionnaires PRE et POST communication d expériences concrètes d utilisation La possibilité pour les médecins de réaliser l EPP à partir de l utilisation de cet outil

12

13 Nos choix Un centre d informations : Le choix d une salle où sont réunis les posters et la boîte à rêve mais aussi toute information que l équipe peut recueillir

14

15 Notre point de vue Notre définition de la bientraitance : bien-être, moment(s) à partager Moment privilégié : les soins balnéothérapie avec le bain de massage pour pieds. Et son développement (soins esthétiques)

16 La boîte à rêves Le temps du rêve : en dehors d un travail d animation avec des objectifs comme l atelier écriture ou conte un moment d écoute, d échange : plusieurs rêves évoqués, certains réalisés en partie.

17 A méditer : Le bonheur vient de l attention prêtée aux petites choses et le malheur de la négligence des petites choses

18 Conclusion La démarche de bientraitance comme l amélioration de la prise en charge de la douleur, les soins palliatifs et la prise en charge de la dépression sont autant d axes de réflexion et d action qui convergent tous vers une amélioration des pratiques et donc de la qualité de vie en EHPAD, dans le contexte de la double et difficile mission qu ont ces établissements, d être à la fois un lieu de soins et un lieu de vie.

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Intervenant: Marc MOULAIRE GCS HELPAM

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Intervenant: Marc MOULAIRE GCS HELPAM en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Intervenant: Marc MOULAIRE GCS HELPAM 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La ʺtrousse de bientraitanceʺ est un outil de sensibilisation

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Xavier GERVAIS Médecin Coordonnateur EHPAD «Les Balcons de Tivoli» Le Bouscat Mise en œuvre confiée

Plus en détail

MOBIQUAL : Les outils. Yves Passadori

MOBIQUAL : Les outils. Yves Passadori MOBIQUAL : Les outils Yves Passadori Mobiqual Porté depuis 2007 par la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG), le programme Mobiqual est une action nationale dont l objectif est de soutenir

Plus en détail

Journée d Echanges REQUAMIP. Atelier bientraitance. 9 février 2012

Journée d Echanges REQUAMIP. Atelier bientraitance. 9 février 2012 Journée d Echanges REQUAMIP Atelier bientraitance 9 février 2012 Sommaire Définition Textes de référence Engagement de la direction Information et sensibilisation Constitution d un groupe de travail Identification

Plus en détail

Aujourd hui le chef vous propose: menus

Aujourd hui le chef vous propose: menus Aujourd hui le chef vous propose: La commission des menus Aude Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Quelles recommandations? Outil Angélique Repas Attentes et souhaits Existe t-il un dispositif

Plus en détail

BIENTRAITANCE. Evaluation des pratiques professionnelles, une recommandation anticipée

BIENTRAITANCE. Evaluation des pratiques professionnelles, une recommandation anticipée Etats Généraux de la Bientraitance en Franche-Comté 14 octobre 2011 BIENTRAITANCE Evaluation des pratiques professionnelles, une recommandation anticipée Patricia MINARY DOHEN Cadre de santé Coordonnateur

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Présentation de l outil

Présentation de l outil Présentation de l outil 1 Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue ou mal traitée 15% à 30% des sujets âgés ont des symptômes dépressifs significatifs En

Plus en détail

PROCES VERBAL CONSEIL DE LA VIE SOCIALE / EHPAD RECOUVRANCE 8 MARS 2013

PROCES VERBAL CONSEIL DE LA VIE SOCIALE / EHPAD RECOUVRANCE 8 MARS 2013 PROCES VERBAL CONSEIL DE LA VIE SOCIALE / EHPAD RECOUVRANCE 8 MARS 2013 Préparation du tiramisu!! La chorale des Colombiers au CANTOU ORDRE DU JOUR Approbation du procès verbal Présentation de la mise

Plus en détail

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte Réseau Bas-Normand / REQUA Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Place de la charte dans le déploiement de la bientraitance La charte de bientraitance

Plus en détail

Référence n 1. Critère d évaluation n 1.25. Indicateur(s) Cotation. Elément(s) de preuve et analyse. Proposition(s) d amélioration (le cas échéant)

Référence n 1. Critère d évaluation n 1.25. Indicateur(s) Cotation. Elément(s) de preuve et analyse. Proposition(s) d amélioration (le cas échéant) Chapitre I - Le projet d établissement ou de service Partie 1 - Élaboration, diffusion et réactualisation du projet d établissement ou de service Référence n 1 En application de la loi 2002-2, l établissement

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

CONSEILS POUR BIEN CHOISIR SA MAISON DE RETRAITE

CONSEILS POUR BIEN CHOISIR SA MAISON DE RETRAITE 2015 CONSEILS POUR BIEN CHOISIR SA MAISON DE RETRAITE Nantes Entour Age CLIC de Nantes Tél : 02.40.99.29.80 Fax : 02.40.99.29.84 Accueil : 10, rue Léopold Cassegrain Adresse postale : Nantes Entour Age

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION - RESIDENTS RESULTATS ENQUETE 2012

QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION - RESIDENTS RESULTATS ENQUETE 2012 QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION - RESIDENTS RESULTATS ENQUETE 2012 Distribution des questionnaires aux résidents en décembre 2012. 22 questionnaires remplis : taux de retour : 20%. 1. L ACCUEIL - L accueil

Plus en détail

De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE

De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE SENS DE L EVALUATION INTERNE DANS L ETABLISSEMENT La démarche qualité Depuis 2005, implication de la Direction, Implication du personnel

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION A DESTINATION DES RÉSIDENTS EHPAD «LES TERRASSES»

ENQUÊTE DE SATISFACTION A DESTINATION DES RÉSIDENTS EHPAD «LES TERRASSES» ENQUÊTE DE SATISFACTION A DESTINATION DES RÉSIDENTS EHPAD «LES TERRASSES» 2015 - Diffusion du questionnaire de satisfaction en mai et juin 2015 auprès de l ensemble des résidents : EHPAD classique et Unité

Plus en détail

Promotion de la bientraitance Préparation de l établissement à un dispositif

Promotion de la bientraitance Préparation de l établissement à un dispositif Promotion de la bientraitance it Préparation de l établissement à un dispositif d évaluation externe Françoise PAPO - Réseau Santé Qualité Nord / Picardie Patricia MINARY DOHEN Réseau Qualité Franche-Comté

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

PROTOCOLE D HYGIENE CORPORELLE DU RESIDENT DEPENDANT UN TRAVAIL INTER ETABLISSEMENTS

PROTOCOLE D HYGIENE CORPORELLE DU RESIDENT DEPENDANT UN TRAVAIL INTER ETABLISSEMENTS PROTOCOLE D HYGIENE CORPORELLE DU RESIDENT DEPENDANT UN TRAVAIL INTER ETABLISSEMENTS Contexte général : Littérature : la toilette du patient dépendant vise à Maintenir une hygiène corporelle Protéger l

Plus en détail

Le scénario pédagogique des formations AgriTic

Le scénario pédagogique des formations AgriTic Le scénario pédagogique des s AgriTic Guide à l attention des formateurs pour la mise en œuvre locale des s AgriTic. Un projet porté, au sein de Préférence FORMATIONS, par le CFPPA de Melle Niort. I. Le

Plus en détail

Questionnaire de satisfaction destiné aux résidents de l EHPAD

Questionnaire de satisfaction destiné aux résidents de l EHPAD Questionnaire de satisfaction destiné aux résidents de l EHPAD Notre établissement s inscrit dans une démarche d amélioration continue de la qualité. Annuellement, ce questionnaire est distribué aux résidents

Plus en détail

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma LE BÉNÉVOLAT Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma le bénévolat CULTIVER LA SOLIDARITÉ La mobilisation dans la lutte contre le cancer, à laquelle a appelé Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Plus en détail

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Définition de la maltraitance En 1987, le Conseil de l Europe

Plus en détail

Les personnes âgées et les personnes en fin de vie. L animation Conduire des ateliers spécifiques en lien avec les besoins des personnes âgées

Les personnes âgées et les personnes en fin de vie. L animation Conduire des ateliers spécifiques en lien avec les besoins des personnes âgées CFPC Formation Professionnelle Sommaire Les personnes âgées et les personnes en fin de vie 9 heures Repérer, pour mieux y répondre, les phases de la fin de vie. Comment prendre soin des personnes âgées

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

Conception du système de classification du secteur professionnel des Missions locales et des P.A.I.O. Liste des emplois repères

Conception du système de classification du secteur professionnel des Missions locales et des P.A.I.O. Liste des emplois repères ANNEXE 2 Conception du système de classification du secteur professionnel des Missions locales et des P.A.I.O. Liste des emplois repères MÉTIERS EMPLOIS REPÈRES Insertion sociale et professionnelle Chargé

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

EVALUATION EXTERNE. Uriopss RA 18 avril 2013

EVALUATION EXTERNE. Uriopss RA 18 avril 2013 EVALUATION EXTERNE Uriopss RA 18 avril 2013 Etape 1 : Se préparer Acteurs engagés Phases de préparation de la visite Outils - Directeur et encadrement - Evaluateur - Evaluateur Rencontre préalable avec

Plus en détail

19 mai Reims 27 mai Nancy 28 mai Epinal / Troyes 4 juin Chaumont 11 juin Charleville

19 mai Reims 27 mai Nancy 28 mai Epinal / Troyes 4 juin Chaumont 11 juin Charleville Matin de la prévention Programme TMS Pros Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques 19 mai Reims 27 mai Nancy 28 mai Epinal / Troyes 4 juin Chaumont 11 juin Charleville Programme de la réunion 1 -

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

«Tendre à la Bientraitance pour prévenir la Maltraitance» Des défis relationnels et organisationnels. A propos de notre expérience

«Tendre à la Bientraitance pour prévenir la Maltraitance» Des défis relationnels et organisationnels. A propos de notre expérience Paris, les 8, 9, 15 et 16 mars 2010 «Tendre à la Bientraitance pour prévenir la Maltraitance» Des défis relationnels et organisationnels A propos de notre expérience Michel Schmitt, Anne Macherich, Magali

Plus en détail

Appui des professionnels dans le secteur de la gérontologie

Appui des professionnels dans le secteur de la gérontologie Appui des professionnels dans le secteur de la gérontologie Hélène ARCHAMBAULT Chargée de mission métiers de la gérontologie XX/XX/XX 1 Un peu d histoire: la gérontologie, un secteur victime d une image

Plus en détail

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation Promotion de la bientraitance «Remobiliser les équipes» Regards croisés sur la Bientraitance Charte Bientraitance Outil d aide à la décision - formation Marie José D Alché-Gautier Réseau Bas Normand Santé

Plus en détail

GAYTE Christine Cadre Supérieur de Santé Hôpital Elisée Charra 07270 LAMASTRE

GAYTE Christine Cadre Supérieur de Santé Hôpital Elisée Charra 07270 LAMASTRE D UNE DEMARCHE DE PREVENTION DE LA MALTRAITANCE A LA PROMOTION DE LA BIENVEILLANCE EN HOPITAL LOCAL GAYTE Christine Cadre Supérieur de Santé Hôpital Elisée Charra 07270 LAMASTRE Journée régionale 2010

Plus en détail

De l Accueil Collectif de Mineurs (6/12 ans) de la Maison du Citoyen

De l Accueil Collectif de Mineurs (6/12 ans) de la Maison du Citoyen De l Accueil Collectif de Mineurs (6/12 ans) de la Maison du Citoyen 2010 VILLE D ARGENTAN PROJET PEDAGOGIQUE L enfant est le centre d intérêt d un projet pédagogique qui tient compte de : - Sa vie quotidienne

Plus en détail

S organiser contre la douleur

S organiser contre la douleur La douleur somatique en santé mentale. Quelles réponses? S organiser contre la douleur Isabelle DE BEAUCHAMP Pharmacien CH de Saint-Egrève «Prise en charge de la douleur» Thème de travail du comité de

Plus en détail

Bientraitance des personnes âgées. Questionnaire d auto-évaluation

Bientraitance des personnes âgées. Questionnaire d auto-évaluation Bientraitance des âgées accueillies en EHPAD Questionnaire d auto-évaluation Source : ANESM - www.anesm.gouv.fr Dans le cadre de l opération «Bientraitance des âgées accueillies en établissement» annoncée

Plus en détail

Février 2003 Ref; Disk C : Documents and settings/sylvie/mes documents/protocole de gestion de la liste d`attente

Février 2003 Ref; Disk C : Documents and settings/sylvie/mes documents/protocole de gestion de la liste d`attente Février 2003 Ref; Disk C : Documents and settings/sylvie/mes documents/protocole de gestion de la liste d`attente 1 1- Mission du CPE 2- Définition de la liste d attente 3- Contenu de la liste d attente

Plus en détail

RESULTATS DE L'ENQUETEDE SATISFACTION EN EHPAD ET USLD 2012

RESULTATS DE L'ENQUETEDE SATISFACTION EN EHPAD ET USLD 2012 er Trimestre 0 RESULTATS DE L'ENQUETEDE SATISFACTION EN EHPAD ET USLD 0 SATISFACTION DES PROCHES taux de retr : % Service Qualité er Trimestre 0 Analyse questionnaire de satisfaction des familles. Accueil

Plus en détail

SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012

SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012 SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012 Enquête de satisfaction réalisée en 2012 auprès de 1231 patients du Centre Hospitalier Intercommunal Amboise Château-Renault Qualité /Risques Avril

Plus en détail

RESSOURCER SES PRATIQUES EN EDUCATION ET PROMOTION DE LA SANTE EVALUATION DU SEMINAIRE RESULTATS

RESSOURCER SES PRATIQUES EN EDUCATION ET PROMOTION DE LA SANTE EVALUATION DU SEMINAIRE RESULTATS POLE DE COMPETENCES EN EDUCATION ET PROMO TION DE LA SANTE REGION BRETAGNE AIDES Délégation Grand-Ouest A NP A A Bretagne - Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie CIRDD Bretagne

Plus en détail

Me Catherine Torlotin Dr Frédéric Lefèvre Essey les Nancy

Me Catherine Torlotin Dr Frédéric Lefèvre Essey les Nancy Qualité en Santé Expérience Me Catherine Torlotin Dr Frédéric Lefèvre Essey les Nancy Imagerie de Nancy Est : Qui sommes nous? Société créée en 1988 pour gérer l autorisation d un scanner Aujourd hui :

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social Diaporama formateurs

en établissement sanitaire, médico-social Diaporama formateurs en établissement sanitaire, médico-social Diaporama formateurs 1 Pourquoi un tel outil? Les EHPAD sont à la fois des lieux de vie et des lieux de soins Ils accueillent des personnes âgées le plus souvent

Plus en détail

Reunion des ministres des finances des PFR francophones Washington DC. Fonds monétaire international 18 avril 2013

Reunion des ministres des finances des PFR francophones Washington DC. Fonds monétaire international 18 avril 2013 Reunion des ministres des finances des PFR francophones Washington DC Fonds monétaire international 18 avril 2013 Le suivi de Tokyo - Stratégie La stratégie proposée par la RDC à Tokyo pour renforcer la

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Organisme de formation enregistré sous le n 82 69 10408 69. www.agirensante.com

Organisme de formation enregistré sous le n 82 69 10408 69. www.agirensante.com Organisme de formation enregistré sous le n 82 69 10408 69 Qui sommes-nous? Agir en Santé est organisme de formation, créé et animé par des professionnels de la gériatrie (médecin gériatre et kinésithérapeute),

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE 0 Page2 Sommaire Les droits rattachés au respect de la personne... 3 Le droit au respect de sa dignité... 3 Quelle est la signification de la dignité en droit de

Plus en détail

Mieux appréhender le fonctionnement, les pouvoirs et missions du CVS

Mieux appréhender le fonctionnement, les pouvoirs et missions du CVS Projet soutenu par l ARS dans le cadre de la démocratie sanitaire Mieux appréhender le fonctionnement, les pouvoirs et missions du CVS Mercredi 25 juin 2014 C est quoi un CVS? OBJECTIF DE LA LOI : promouvoir

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Edito. Guy LE CHARPENTIER & Nicolas ROUMAGNE Co-directeurs, ingénieurs en réadaptation, formateurs

Edito. Guy LE CHARPENTIER & Nicolas ROUMAGNE Co-directeurs, ingénieurs en réadaptation, formateurs Edito Depuis la création de notre organisme de formation en 2011, 350 personnes ont bénéficié de notre pédagogie innovante : Scènésens. Les stagiaires ont montré à la fois les besoins et les intérêts de

Plus en détail

Décrire les plaintes autour du sommeil présentées par un échantillon de la population accueillie

Décrire les plaintes autour du sommeil présentées par un échantillon de la population accueillie METHODOLOGIE Justificatif : - bonnes pratiques préconisées en ehpad - choix de l amcoorhb dans les thèmes à traiter en 2008 - données personnelles à l ehpad : GMP ; % démences ;. Population : EHPAD volontaires

Plus en détail

L expérience de l EHPAD de Panissières (42) Mme GUYONNET, Cadre de santé

L expérience de l EHPAD de Panissières (42) Mme GUYONNET, Cadre de santé L expérience de l EHPAD de Panissières (42) Mme GUYONNET, Cadre de santé Programme initié dans le cadre du plan douleur 2006 2010 et des mesures en faveur de la bientraitance des personnes âgées en établissement.

Plus en détail

Choisir une structure d hébergement

Choisir une structure d hébergement Choisir une structure d hébergement Cet outil reprend un ensemble d informations et de questions qu il est important de poser lors de la visite d une structure d hébergement. Avec qui? Quelles sont les

Plus en détail

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE F3D24 REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE 1. Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et, si oui, à quelles conditions? Dans une école privée sous contrat avec

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR Présentation de la MDA d EURE ET LOIR 1 MDA d EURE et LOIR Date de création : Décembre 2007 Date d ouverture au public : 21 juin 2010 2 MDA d EURE et LOIR Structure juridique porteur : Centre Hospitalier

Plus en détail

ASPECTS ÉTHIQUES DE L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDEO DANS LES MILIEUX DE VIE DES AÎNÉS

ASPECTS ÉTHIQUES DE L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDEO DANS LES MILIEUX DE VIE DES AÎNÉS AVIS N O 1 ASPECTS ÉTHIQUES DE L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDEO DANS LES MILIEUX DE VIE DES AÎNÉS ADOPTÉ À L UNANIMITÉ PAR LE COMITÉ NATIONAL D ÉTHIQUE SUR LE VIEILLISSEMENT SÉANCE DU 29 JUIN 2015 SOMMAIRE

Plus en détail

A.PERRIER, Directeur Soins Infirmiers A. GAUDILLERE, Resp. Assurance Qualité

A.PERRIER, Directeur Soins Infirmiers A. GAUDILLERE, Resp. Assurance Qualité Développer la Bientraitance dans un établissement de court séjour. s Retour d expd expérience A.PERRIER, Directeur Soins Infirmiers A. GAUDILLERE, Resp. Assurance Qualité Journée régionale 2010 «Qualité

Plus en détail

MOYENS NOUVEAUX A METTRE EN ŒUVRE (CREATION DE POSTES, CONVENTIONS, FORMATIONS, ACHATS, AMORTISSEMENTS )

MOYENS NOUVEAUX A METTRE EN ŒUVRE (CREATION DE POSTES, CONVENTIONS, FORMATIONS, ACHATS, AMORTISSEMENTS ) OBJECTIF N LA FORMATION DU PERSONNEL (en fonction des résultats de l auto-évaluation ANGELIQUE) Axes de formations prioritaires E.H.P.A.D. «AGEVILLAGE.COM» - 75010 PARIS ACTIONS CONCRETES A METTRE EN 1

Plus en détail

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF Tél. : 04 42 21 06 22 Fax : 04 42 21 27 04 Mail : if.conseil@wanadoo.fr Site : www.ifconseil.eu Un partenariat Basé sur la lecture attentive

Plus en détail

Présentation de l étude ESTIMA en Haute- Savoie. PAR Nicole Vidal, Médecin Départemental chargée de la Gérontologie

Présentation de l étude ESTIMA en Haute- Savoie. PAR Nicole Vidal, Médecin Départemental chargée de la Gérontologie Présentation de l étude ESTIMA en Haute- Savoie PAR Nicole Vidal, Médecin Départemental chargée de la Gérontologie Expérimentation ESTIMA de géolocalisation des malades d Alzheimer fait partie du projet

Plus en détail

Collège des Professionnels de. Dr Eliane ABRAHAM Vice Présidente du CGL 04 juin 2013 Villers-Lès-Nancy

Collège des Professionnels de. Dr Eliane ABRAHAM Vice Présidente du CGL 04 juin 2013 Villers-Lès-Nancy Collège des Professionnels de Gériatrie en Lorraine PRESENTATION Dr Eliane ABRAHAM Vice Présidente du CGL 04 juin 2013 Villers-Lès-Nancy Historique Le Collège des Gériatres Lorrains créé le 03/12/2004...

Plus en détail

Difficultés et troubles des apprentissages

Difficultés et troubles des apprentissages Difficultés et troubles des apprentissages chez l enfant à partir de 5 ans A l usage des structures de soins à domicile Mise en œuvre : Société Française de Gériatrie et Gérontologie avec le soutien de

Plus en détail

Atelier PSSM Namur, 23 avril 2010

Atelier PSSM Namur, 23 avril 2010 Atelier PSSM Namur, 23 avril 2010 11/05/2010 IWSM 1 Le Projet de Service de Santé Mentale = un processus dynamique Diagnostique (état des lieux) Autoévaluation Définition des objectifs et du plan d action

Plus en détail

«BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD» QUESTIONNAIRE EHPAD 2015

«BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD» QUESTIONNAIRE EHPAD 2015 «BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD» QUESTIONNAIRE EHPAD 2015 A- Données sur le profil de l établissement 1. Nombre de places installées au 31/12/2014 (inombre total de lits ou de logements

Plus en détail

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean EVALUATION EXTERNE 2014 RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean 1 L évaluation externe : Rappels Le rapport d évaluation externe doit être envoyé avant le 1 er janvier 2015 aux tutelles

Plus en détail

Le meilleur chemin pour nous contacter?

Le meilleur chemin pour nous contacter? Le meilleur chemin pour nous contacter? Vous avez des questions sur les soins à domicile? Vous avez besoin de services ou de soins particuliers? N hésitez pas à nous contacter pour trouver ensemble la

Plus en détail

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques LA PLACE DE L EHPAD DANS LA FILIÈRE GÉRIATRIQUE L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques Un réseau de santé, c est quoi Les circulaires 2007-88 du 8 mars 2077, 2007-17 du

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

Respecter la personne soignée «Tendre à la Bientraitance - Prévenir la Maltraitance»

Respecter la personne soignée «Tendre à la Bientraitance - Prévenir la Maltraitance» Nous sommes, tous, potentiellement maltraitants au cours de nos activités de soignant Assumons cette réalité, prenons en conscience et travaillons ensemble, pour faire changer les choses! C est : - dans

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR SERVICE D ACCOMPAGNEMENT A LA VIE SOCIALE Mis à jour le 21/09/2011. Référence du document : CS-SAVS-01.

CONTRAT DE SEJOUR SERVICE D ACCOMPAGNEMENT A LA VIE SOCIALE Mis à jour le 21/09/2011. Référence du document : CS-SAVS-01. LES HEBERGEMENTS DE CORNOUAILLE Ergué Gabéric BP 665 29552 Quimper Cedex 9 CONTRAT DE SEJOUR SERVICE D ACCOMPAGNEMENT A LA VIE SOCIALE Mis à jour le 21/09/2011. Référence du document : CS-SAVS-01. Le présent

Plus en détail

Un partenariat innovant à destination des jeunes en formation dans la filière Bois en Région Nord-Pas de Calais

Un partenariat innovant à destination des jeunes en formation dans la filière Bois en Région Nord-Pas de Calais Dr Céline ABRAHAM Médecin du Travail Pôle Santé Travail Emmanuelle DUPUIS (toxicologue), Christophe LEVIEL (ergonome), Aline MAILLARD (chargée de projets), Virginie VERSCHELLE (Assistante Santé Travail)

Plus en détail

Prise en charge palliative chez les personnes ayant une démence

Prise en charge palliative chez les personnes ayant une démence Prise en charge palliative chez les personnes ayant une démence Concept Équipe multidisciplinaire 7 personnes travaillant sur le terrain 1 personne de référence par 2 UV Avoir au moins 160h de formation

Plus en détail

CARPE DIEM : UN REGARD DIFFERENT, UNE APPROCHE DIFFERENTE DE LA GESTION HUMAINE DES RESSOURCES

CARPE DIEM : UN REGARD DIFFERENT, UNE APPROCHE DIFFERENTE DE LA GESTION HUMAINE DES RESSOURCES 13 rue de l Aillerie B.P. 49 60240 CHAUMONT-en-VEXIN 03 44 49 53 10 contact@audit-asso.net www.audit-asso.net PROGRAMME D UN STAGE SUR LE THÈME : CARPE DIEM : UN REGARD DIFFERENT, UNE APPROCHE DIFFERENTE

Plus en détail

Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs

Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs Le Prix OCIRP Acteurs Économiques

Plus en détail

Soins palliatifs en EHPAD

Soins palliatifs en EHPAD Soins palliatifs en EHPAD Dr Astrid AUBRY aaubry@ch-aix.fr Centre Hospitalier du Pays d Aix Aix en Provence le 16 mai 2006 Les soins palliatifs en EHPAD Les EHPAD : le domicile des personnes qui y résident,

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

Guide Pédagogique pour l appropriation de l outil MOBIQUAL

Guide Pédagogique pour l appropriation de l outil MOBIQUAL Guide Pédagogique pour l appropriation de l outil MOBIQUAL Nutrition, Dénutrition, Alimentation de la Personne Âgée en EHPAD et établissement de santé Sommaire Introduction Présentation du programme MOBIQUAL

Plus en détail

Regards croisés sur la bientraitance. Auto-évaluation établissement

Regards croisés sur la bientraitance. Auto-évaluation établissement Regards croisés sur la bientraitance Auto-évaluation établissement Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Une étude bientraitance est déployée au sein de votre établissement. Cette dernière est organisée

Plus en détail

Guide pratique : questions-réponses

Guide pratique : questions-réponses Lyon, le 22/09/04 L Inspecteur d Académie, Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à InspectionAcadémique Politique de santé en faveur des élèves Service médical - Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. PO :... Prénom :... Nom :... Source : GARF Basse-Normandie Page 1/6

RESSOURCES HUMAINES. PO :... Prénom :... Nom :... Source : GARF Basse-Normandie Page 1/6 RESSOURCES HUMAINES PO :... Prénom :... Nom :... ENTRETIIEN PROFESSIIONNEL DE PROGRÈS IINDIIVIIDUEL L essentiiell Pourquoi un entretien de progrès individuel? Pour formaliser un échange, un entretien annuel

Plus en détail

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD c1 Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD Capacité de Gériatrie Dr Corinne HAGLON DUCHEMIN 17 Février 2014 Diapositive 1 c1 clientleger; 12/02/2014 Décrets et Fonction du médecin coordonnateur

Plus en détail

A l attention des Organismes de Formation

A l attention des Organismes de Formation ACTIONS COLLECTIVES PLAN ANTI-CRISE ACTIONS COLLECTIVES A l attention des Organismes de Formation Actions collectives au profit des entreprises dans le cadre du plan anti-crise 2009/2010 Les actions de

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Référentiel d activités professionnelles

Référentiel d activités professionnelles Bac pro de la 20éme CPC Référentiel d activités professionnelles Les titulaires de ce baccalauréat professionnel 20 ème CPC exercent leurs activités : - dans le souci constant de la bientraitance des personnes,

Plus en détail

CONSTRUIRE UN PROJET DE SERVICE PARTAGE

CONSTRUIRE UN PROJET DE SERVICE PARTAGE CONSTRUIRE UN PROJET DE SERVICE PARTAGE Malgré les tensions // pour régler les tensions Deux exemples BDP du Gard BM de Noisy-le-Grand Laurence Gaidan / médiathèque municipale de Noisy-le-Grand Les enjeux

Plus en détail

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé Démarche exploratoire de formation- action Représentants des usagers du secteur social et médico-social et démocratie sanitaire Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la

Plus en détail

POLITIQUE QUALITE, GESTION DES RISQUES ET DEVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE QUALITE, GESTION DES RISQUES ET DEVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE QUALITE, GESTION DES RISQUES ET DEVELOPPEMENT DURABLE 2011 1 17, rue des Prêtres Saint-Germain l Auxerrois 75001 PARIS Tél. : 08 26 30 60 60 Fax : 01 53 40 60 63 SIRET 552 097 123 00012 SOMMAIRE

Plus en détail

Fiche de poste : Agent d entretien FICHE DE POSTE. AGENT d ENTRETIEN 1/7

Fiche de poste : Agent d entretien FICHE DE POSTE. AGENT d ENTRETIEN 1/7 FICHE DE POSTE AGENT d ENTRETIEN Fiche de poste actualisée le lundi 18 février 2013 1/7 1 SOMMAIRE 2 Positionnement... 3 3 Relations internes et externes... 3 4 Presentation du service entretien... 4 5

Plus en détail

PREVENTION DE LA MALTRAITANCE EN ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX

PREVENTION DE LA MALTRAITANCE EN ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX PREVENTION DE LA MALTRAITANCE EN ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX Favoriser la mise en œuvre de la bientraitance pour une meilleure qualité de vie des usagers Durée (1 jour) : LUNDI 7 DECEMBRE

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Rapport d'étonnement

Rapport d'étonnement Nom de l entreprise Rapport d'étonnement Nom de l élève Période de stage Proposition finale En 2 pages maximum, le rapport d étonnement doit refléter vos premières impressions. Il doit être impérativement

Plus en détail

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD Qu est-ce que le réseau LCD? Le réseau Lutter Contre la Douleur a pour objectif d améliorer la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Plus en détail