Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante"

Transcription

1 Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante Rapport établi à la demande de la Direction Générale de la Santé et de la Direction des Relations du Travail (Ministère de l'emploi et de la Solidarité) Paris: INSERM, (Expertise collective) Les Éditions INSERM, , rue de Tolbiac Paris ISBN ISSN

2 Présentation Réalisée la demande de la Direction Générale de la Santé et de la Direction des Relations du Travail, la présente expertise collective de l INSERM, consacrée aux fibres de substitution à l amiante, analyse leurs effets sur la santé par différentes approches qui font l objet des chapitres de ce rapport (propriétés physicochimiques, métrologie/expositions, effets sur la santé de l homme, études expérimentales). La synthèse qui clôt cet ouvrage résume brièvement ces différents chapitres. Consistant en une analyse approfondie de la littérature scientifique publiée jusqu à la fin de 1997, ce travail a porté sur les principales fibres utilisées en remplacement de l amiante: fibres minérales artificielles (laines de verre, de roche et de laitier, fibres de verre à filament continu, microfibres de verre, fibres céramiques réfractaires), fibres organiques (para aramides, cellulose). Le cas des polyvinylalcools n a pas été abordé en raison de la pauvreté de la littérature scientifique les concernant. On peut en effet souligner que sont utilisées massivement, en remplacement de l amiante aujourd hui, des fibres pour lesquelles très peu de données toxicologiques existent; la nouveauté de leur emploi dans ces applications se traduit pareillement par une absence de données concernant leurs effets potentiels sur la santé humaine.

3 Groupe d experts Le groupe d expertise collective réuni par l INSERM comportait: Haudrey ASSIER Marie-Annick BILLON-GALLAND Paolo BOFFETTA Paul DE VUYST Pascal DUMORTIER Marcel GOLDBERG Joëlle GUIGNARD Jacques HAKIM Marie-Claude JAURAND Claude LAMBRÉ Claude LESNÉ Danièle LUCE Jean-Claude PAIRON Isabelle STÜCKER Jean-Claude TOURAY E. ORLOWSKI a été sollicitée pour ses connaissances particulières concernant les expositions. Personnalités auditionnées Ont été auditionnés par le groupe d expertise collective: C. MORSCHEIDT Isover St-Gobain J. ROTHUIZEN Rothuizen Consulting, représentant DuPont de Nemours P. SEBASTIEN et R. BROWN Kerlane St-Gobain / E.C.F.I.A. E. KAUFFER Chercheur, INRS P. BROCHARD Professeur, Médecine du travail, Université de Bordeaux M. ROLLER Chercheur, Institut fur Umwelthygiene, Dusseldorf J. SIEMIATYCKI Professeur, IARC G.W. GIBBS Safety Health Environment International Consultants Corp, Adjunct Professor, University of Alberta Nous remercions B. CARPENTIER (Isover Saint-Gobain), président du FILMM, et C. BRASERO (Rockwool) pour les informations qu ils nous ont communiquées. Équipe INSERM chargée de l expertise Cette expertise a été réalisée sous la responsabilité du service commun 15 de l INSERM: PAUL JANIAUD, directeur DOMINIQUE DOUGUET, chef de projet CATHERINE CHENU, assistante HÉLÈNE CARTERON, Annie COURTALON, documentalistes

4 Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante Expertise Collective INSERM Les Editions INSERM, 1999 Sommaire Groupe d experts Glossaire VI XIII 1 -Généralités - Propriétés physicochimiques 1 Introduction 3 Etudes sur la solubilité des fibres de verre 8 Réactivité physicochimique des fibres minérales artificielles 19 Références 31 Annexe Métrologie des fibres dans l air - Production, utilisation Environnement 55 Introduction 57 Méthodes utilisées pour la métrologie des fibres dans l air 58 Données métrologiques 67 Mesures gravimétriques 87 Références 91 Annexes 97 Dépôt des particules et des fibres inhalées dans les voies respiratoires 97 Exposition à la wollastonite Effets sur la santé humaine - Cancers 99 Etudes épidémiologiques: aspects méthodologiques essentiels 102 Description des études épidémiologiques sur l exposition aux fibres de substitution 118 Cancer 131 Synthèse des conclusions concernant les données épidémiologiques sur les risques de cancer associés à l exposition aux fibres de substitution 177 Références Effets sur la santé humaine - Maladies respiratoires non tumorales 187 Fibrose pulmonaire (pneumoconiose) 189 Pathologie pleurale bénigne 204 Maladies respiratoires chroniques non spécifiques 212 Biométrologie 232 Maladies associées à d autres substances présentes au poste de travail 236 Conclusion 237 Glossaire 240 Références Effets sur la santé humaine-dermatoses induites par les fibres artificielles 247 Laines de verre 249 Laines de roche 256 Fibres «minérales» 257 Fibres de céramique 258 Cellulose 258 Fibres d aramide 259 Résumé et recommandations 259 Glossaire des termes dermatologiques 261 Références 262

5 6 -Effets sur la santé humaine - Autres causes de décès 267 Laine de roche/laitier 269 Laine de verre 271 Filaments continus 272 Autres fibres 274 Expositions mixtes 274 Conclusion 275 Références Physiopathologie expérimentale 277 Introduction 281 Moyens d étude 283 Echantillons étudiés 288 Pathologies résultant d études expérimentales in vivo avec des laines d isolation 289 Pathologies résultant d études expérimentales in vive avec des fibres de céramique 318 Conclusions sur les résultats obtenus avec les laines d isolation et les céramiques 330 Pathologies résultant d études expérimentales in vive avec d autres fibres 341 Devenir des fibres inhalées 343 Conclusions générales sur les études expérimentales chez l animal 358 Etudes sur les mécanismes d action au niveau cellulaire 359 Références 365 Annexe: Réaction inflammatoire et fibres 381 Synthèse 397 Introduction 398 Propriétés physicochimiques 398 Métrologie/Expositions 402 Effets de l exposition aux fibres de substitution à l amiante sur la santé de l homme 406 Cancers 406 Maladies respiratoires chroniques non malignes 411 Affections dermatologiques 418 Autres causes de décès 419 Etudes expérimentales 420 Recommandations 426 Addendum à la synthèse 429

6 Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante Expertise Collective INSERM Les Editions INSERM, 1999 Glossaire On trouvera dans ce glossaire les principales définitions et abréviations des termes utilisés dans les chapitres développés dans ce rapport; les définitions des termes techniques propres à un chapitre figurent à la fin du chapitre considéré. Fibre: Il s agit d une particule ayant un rapport Longueur/Diamètre 3/1 (aspect ratio) et des côtés approximativement parallèles. Le rapport L/d 3/1 est essentiellement basé sur un consensus établi par les hygiénistes. Les minéralogistes préfèrent souvent utiliser un rapport 5/1, voire 10/1, pour définir une structure fibreuse. Fibre OMS: Les caractéristiques des fibres prises en compte dans les comptages de fibres dans les filtrages d air par microscopie optique à contraste de phase telles que définies dans la méthode OMS sont les suivantes: diamètre 3 mm, L 5 µm, L/D 3. Notons que la résolution du microscope optique limite l observation à des fibres de diamètre 0,25 mm. Les fibres OMS sont fréquemment qualifiées de «fibres respirables» dans la littérature. Cette assimilation est erronée puisque la définition de fibres OMS implique que les fibres dont le diamètre est < 0,25,mm et la longueur < 5µm ne sont pas comptabilisées. Fibre de Stanton ou fibre «S»: Stanton et al. (1981) 1 ont montré que les échantillons comportant le plus de fibres longues et fines et en particulier ceux comportant le plus de fibres de longueur 8µm et de diamètre 0,25 µm, sont les plus pathogènes en implantation intrapleurale chez le rat et ceci quelle que soit la nature des fibres. Un effet peut déjà être observé avec des fibres de longueur 4µet de diamètre 1,5µm. Dans les études de concentration en FMS dans l air, les fibres de Stanton ou fibres «S» sont définies comme ayant une longueur 8µm et un diamètre 1,5µ. Cette définition est différente de celle adoptée pour fibres de «Stanton» dans les études biométrologiques où il est habituellement fait référence à des fibres ayant un diamètre inférieur ou égal à 0,25 µm et une longueur supérieure ou égale 8µm. 1.Stanton ME, Layard M, Tegeris A, Miller E. May M, Morgan E. Smith A. Relation of partiels dimension to carcinogenicity in amphibole asbestos and other fi brous m inerals. J Natl Cancer Inst : Fibre respirable: L acception courante de ce terme dans la littérature anglo-saxonne concerne les fibres qui peuvent se déposer dans le poumon profond (zone alvéolaire). D après les travaux de Timbrell (1965) 2 on attribue, chez l homme, à ces fibres, un diamètre inférieur à 3,5µm et une longueur maximum de 200 à 250 µm. 2.Timbrell V. The inhalation of fibrous dusts. Ann NY Acad Sci : Fibre inhalable ou inspirable: Notons que des fibres de diamètre supérieur à 3µm peuvent pénétrer et se déposer dans les voies respiratoires supérieures (zones naso-pharyngée et trachéo-bronchique) (Tretowhan et al. 1995) 3. 3.Tretowhan WN, Burge PS, Rossiter CE, Harrington JM, Calvert IA. Study of the respiratory health of employées in seven european plants that manufacture ceramic fibres. Occup Environ Med :

7 Fibre naturelle: Fibre dont la structure ne résulte pas d un procédé industriel mais dont la préparation en vue de son utilisation peut inclure divers traitement. Fibre artificielle: Fibre n existant pas à l état naturel et résultant d un procédé industriel. Le terme «synthétique» est également utilisé dans le même sens. Dans ce document le terme «artificiel» sera retenu. La dénomination de «fibres manufacturées» parfois utilisée est considérée comme inadéquate dans la mesure où les fibres naturelles font la plupart du temps l objet d un traitement entre leur extraction du sol et leur application industrielle. Fibre minérale: Le terme ne s appliquera qu aux fibres non organiques naturelles. Fibre inorganique: Fibre artificielle pouvant présenter une structure cristalline ou vitreuse. Filaments continus: Fibres dont le procédé de fabrication aboutit à une génération de matière d une longueur suffisante pour être compatible avec une utilisation sous forme de textiles. Elles sont disposées sous formes orientées parallèles. Laine: Masse de fibres enchevêtrées dont les utilisations ne nécessitent pas qu elles soient organisées dans l espace selon une disposition particulière (pas de tissage). Liant: Produit chimique éventuellement associé aux fibres en cours de fabrication pour leur conférer une texture adaptée à l application à laquelle elles sont destinées et/ou pour éviter la libération de poussières en cours d usage. Structure vitreuse: Arrangement sous forme cristalline réelle ou apparente constitué de structures ressemblant au verre. Amorphe est un synonyme. Structure cristalline: Structure moléculaire constituant un arrangement régulier dans l espace. On distingue des structures mono et polycristalline. Diamètre nominal: Diamètre médian pondéré par rapport à la longueur. Les longueurs de toutes les fibres de l échantillon sont additionnées par diamètre croissant; le diamètre à mi-chemin de la longueur totale est le diamètre nominal. C est une mesure du diamètre pratique à utiliser dans le cas des fibres minérales artificielles: en effet, cette mesure est indépendante du degré de fracturation (broyage) des fibres (ICPS 1988). On peut également définir une moyenne arithmétique et une moyenne géométrique pondérées par rapport à la longueur (TIMA 1991). FMA: Fibres minérales artificielles FVS: Fibres vitreuses synthétiques MF: Man-made minerai fibres VF: Man-made vitreous fibres

Expertise collective à l Afsset: l exemple des fibres minérales

Expertise collective à l Afsset: l exemple des fibres minérales Expertise collective à l Afsset: l exemple des fibres minérales 4 juin 2008 G Boulanger, D Vernez Démarche d expertise à l Afsset Expertise collective confrontation des écoles de pensées, prise en compte

Plus en détail

Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles

Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles P Brochard Laboratoire Santé Travail Environnement Université Victor Segalen Bordeaux 2 1 Amiante Reconnaissance du danger : classement par

Plus en détail

Service Externe de Prévention et de Protection. GUERET François. Votre Partenaire Professionnel en Prévention ARISTA

Service Externe de Prévention et de Protection. GUERET François. Votre Partenaire Professionnel en Prévention ARISTA Service Externe de Prévention et de Protection GUERET François Introduction Pourquoi utiliser des F.M.A.? Auparavant, utilisation d asbeste en raison de qualités : Résistance aux hautes T et agents chimiques.

Plus en détail

Chapitre X. Les produits de substitution.

Chapitre X. Les produits de substitution. Chapitre X Les produits de substitution. Introduction : - Peu satisfaisant (aucun autre matériaux n offre les propriétés intéressantes de l asbeste) - Coût généralement plus élevé que l application initiale.

Plus en détail

FIBRES CERAMIQUES REFRACTAIRES ET OPERATIONS DE THERMOFORMAGE

FIBRES CERAMIQUES REFRACTAIRES ET OPERATIONS DE THERMOFORMAGE FIBRES CERAMIQUES REFRACTAIRES ET OPERATIONS DE THERMOFORMAGE N. Delaunay AIMT du Bas-Rhin - 1, rue de Hangenbieten 67 120 Duttlenheim L utilisation des fibres minérales artificielles (FMA) s est diversifiée

Plus en détail

Laine de roche et Santé

Laine de roche et Santé Laine de roche et Santé La laine de roche ROCKWOOL et la santé La laine de roche de ROCKWOOL bénéficie de l exonération de la classification cancérogène, en application de la note Q de la directive 97/69/CE

Plus en détail

Fibres courtes et fines

Fibres courtes et fines Fibres courtes et fines d amiante: quels risques? 30 EME JOURNÉES NATIONALES DE SANTE AU TRAVAIL DANS LE BÂTIMENT & LES TRAVAUX PUBLICS BLOIS, JEUDI 11 JUIN 2009 Pr Ch PARIS U954 Nutrition, génétique et

Plus en détail

amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN

amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN L amiante, roche fibreuse, comprend 2 groupes: -Les serpentines, dont la chrysotile («amiante blanc»),

Plus en détail

Le devenir des minéraux de type amiante dans les conditions de surface : fibrogenèse (Massif du Koniambo)

Le devenir des minéraux de type amiante dans les conditions de surface : fibrogenèse (Massif du Koniambo) Le devenir des minéraux de type amiante dans les conditions de surface : fibrogenèse (Massif du Koniambo) Christine Laporte-Magoni Géochimiste Laboratoire PPME, EA3325 UNC 1 Contexte du Projet Que sont

Plus en détail

LES FIBRES D AMIANTE DANS L AIR AMBIANT AU QUÉBEC ANALYSE DES DONNÉES DISPONIBLES

LES FIBRES D AMIANTE DANS L AIR AMBIANT AU QUÉBEC ANALYSE DES DONNÉES DISPONIBLES LES FIBRES D AMIANTE DANS L AIR AMBIANT AU QUÉBEC ANALYSE DES DONNÉES DISPONIBLES NOVEMBRE 2007 MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS (MDDEP), 2007. Les fibres d amiante dans

Plus en détail

AVIS de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail

AVIS de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 7/08/2009 AVIS de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail Relatif à la proposition de valeurs limites d exposition à des agents

Plus en détail

Pathologies respiratoires bénignes b. à l amiante. JC Pairon. Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil

Pathologies respiratoires bénignes b. à l amiante. JC Pairon. Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil Pathologies respiratoires bénignes b liées à l amiante JC Pairon Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil INSERM U955, Faculté de médecine Paris 12, Créteil Les types d amiante

Plus en détail

Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante

Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante Effets sur la santé des fibres de substitution à l'amiante Rapport établi à la demande de la Direction Générale de la Santé et de la Direction des Relations du Travail (Ministère de l'emploi et de la Solidarité)

Plus en détail

AMIANTE - RISQUES POUR LA SANTÉ. Dr Martin Rüegger, Suva, Médecine du travail

AMIANTE - RISQUES POUR LA SANTÉ. Dr Martin Rüegger, Suva, Médecine du travail AMIANTE - RISQUES POUR LA SANTÉ Dr Martin Rüegger, Suva, Médecine du travail 1 FIBRE POUVANT PÉNÉTRER DANS LES ALVÉOLES PULMONAIRES: DÉFINITION DE L'OMS Longueur > 5 µm Épaisseur < 3 µm (1 µm = 1/1000

Plus en détail

La politique européenne en matière d alternatives à l amiante: quelles tendances en matière de réglementation?

La politique européenne en matière d alternatives à l amiante: quelles tendances en matière de réglementation? La politique européenne en matière d alternatives à l amiante: quelles tendances en matière de réglementation? Colloque RISE, 16 Décembre 2003 Tony Musu Bureau Technique Syndical Européen 1 1. Le cadre

Plus en détail

L AMIANTE. Docteur Alain BERAUD. Association Vair Nord Lorraine Terville

L AMIANTE. Docteur Alain BERAUD. Association Vair Nord Lorraine Terville L AMIANTE Docteur Alain BERAUD Association Vair Nord Lorraine Terville LA CONFERENCE HISTORIQUE AMIANTE : L ESSENTIEL... LA FIBRE PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE LES MALADIES DUES A L AMIANTE LA MALADIE

Plus en détail

AMIANTE - RISQUES POUR LA SANTÉ Dr Martin Rüegger et Dr Blaise Thorens, Suva, Médecine du travail FIBRE POUVANT PÉNÉTRER DANS LES ALVÉOLES PULMONAIRES: DÉFINITION DE L'OMS Longueur > 5 µm Épaisseur < 3

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPÉRIEUR D HYGIÈNE N 8119

PUBLICATION DU CONSEIL SUPÉRIEUR D HYGIÈNE N 8119 PUBLICATION DU CONSEIL SUPÉRIEUR D HYGIÈNE N 8119 Avis concernant les fibres céramiques réfractaires Date de validation : 7 mars 2007 1. INTRODUCTION ET QUESTION Cet avis résulte d une demande adressée

Plus en détail

Le Point sur les Fibres Céramiques

Le Point sur les Fibres Céramiques Le Point sur les Fibres Céramiques Réfractaires Réseau CMR-DRTEFP Réunion du 26 janvier 2006 B.FONTAINE, A.S. BONNET, S. CHOCHOY AMEST LILLE 1 FIBRES Synthétiques Naturelles Organiques Minérales Organiques

Plus en détail

Fibres fines et fibres courtes d amiante : quels risques? Professeur C. PARIS

Fibres fines et fibres courtes d amiante : quels risques? Professeur C. PARIS Fibres fines et fibres courtes d amiante : quels risques? Professeur C. PARIS Introduction Les caractéristiques des fibres à prendre en compte pour la mesure de la concentration des fibres dans l air ont

Plus en détail

Isoler, Protéger, respecter. Les Laines Minérales, la qualité de l isolation, la qualité de la vie.

Isoler, Protéger, respecter. Les Laines Minérales, la qualité de l isolation, la qualité de la vie. Isoler, Protéger, respecter. Les Laines Minérales, la qualité de l isolation, la qualité de la vie. édito Nous sommes tous sensibles à la qualité de notre cadre de vie. Santé et environnement, sont des

Plus en détail

Dominique Bossiroy. Formation continue experts et laboratoires «sols» Jambes 24 novembre 2015

Dominique Bossiroy. Formation continue experts et laboratoires «sols» Jambes 24 novembre 2015 Dominique Bossiroy Formation continue experts et laboratoires «sols» Jambes 24 novembre 2015 1 D. BOSSIROY Direction des Risques chroniques Cellule de Microscopie et Minéralogie Unité technique Asbeste

Plus en détail

Amiante et autres matériaux fibreux: risques pour la santé et mesures de protection

Amiante et autres matériaux fibreux: risques pour la santé et mesures de protection Amiante et autres matériaux fibreux: risques pour la santé et mesures de protection 43 Amiante et autres matériaux fibreux: risques pour la santé et mesures de protection Suva Caisse nationale suisse d

Plus en détail

27 èmes. Bronchopneumopathies chroniques obstructives et asthme dans le BTP

27 èmes. Bronchopneumopathies chroniques obstructives et asthme dans le BTP 27 èmes Journées Nationales de Médecine du Travail du Bâtiment et des Travaux Publics Bronchopneumopathies chroniques obstructives et asthme dans le BTP 21 au 23 mai 2003 ARCACHON Devenir des particules

Plus en détail

GUIDE EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE À L AMIANTE

GUIDE EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE À L AMIANTE GUIDE EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE À L AMIANTE Guide de prise en charge et suivi de personnes ayant été scolarisées à proximité du «Comptoir des Minéraux et Matières Premières» à Aulnay-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis)

Plus en détail

Impact sanitaire de la pollution atmosphérique en Rhône-Alpes

Impact sanitaire de la pollution atmosphérique en Rhône-Alpes Impact sanitaire de la pollution atmosphérique en Rhône-Alpes Jean-Marc YVON Cellule de l InVS en Région Rhône-Alpes 9 décembre 2014 1 Quelles sont les sources de données disponibles en région Rhône-Alpes?

Plus en détail

Exposition environnementale à l amiante : état des données et conduite à tenir

Exposition environnementale à l amiante : état des données et conduite à tenir SYNTHÈSE Exposition environnementale à l amiante : état des données et conduite à tenir Janvier 2009 Version finale 1 Cette synthèse est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service

Plus en détail

Direction générale de la Santé

Direction générale de la Santé Présentation du décret d n n 2011-629 du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Commission de l hygiène,

Plus en détail

L Amiante et ses risques Dr BOTRUS Pierre, Pneumologue Chef de Service au CHR Thionville

L Amiante et ses risques Dr BOTRUS Pierre, Pneumologue Chef de Service au CHR Thionville L ASSOCIATION V.A.I.R. Vivre L Asthme et l Insuffisance Respiratoire (http://www.intercomsante57.fr) L Amiante et ses risques Dr BOTRUS Pierre, Pneumologue Chef de Service au CHR Thionville VENDREDI 6

Plus en détail

Apport de l analyse minéralogique en pratique clinique: quels outils et quels échantillons pour quel laboratoire?

Apport de l analyse minéralogique en pratique clinique: quels outils et quels échantillons pour quel laboratoire? Apport de l analyse minéralogique en pratique clinique: quels outils et quels échantillons pour quel laboratoire? JC Pairon Service de pneumologie et pathologie professionnelle, CHI Créteil INSERM U955,

Plus en détail

LE PROBLEME DE LA BIOPERSISTANCE

LE PROBLEME DE LA BIOPERSISTANCE A propos d un nouveau rapport d experts sur les substituts du chrysotile LE PROBLEME DE LA BIOPERSISTANCE Henri Pezerat (*) Mars 2006 En novembre 2005 s est tenu à Lyon, au Centre International de recherche

Plus en détail

Les fibres minérales artificielles

Les fibres minérales artificielles Les fibres minérales artificielles Evaluation de l exposition de la population générale et des travailleurs Saisine n «2004/012» RAPPORT FINAL RELATIF AUX FIBRES CERAMIQUES REFRACTAIRES et AUX FIBRES DE

Plus en détail

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino.

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino. FICHE DE DONNEES DE SECURITE Selon 91/155/CEE 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Nom du produit : EAU DE CUIVRE BLEUE Version 3 du 12/01/2010 Utilisation : détergent

Plus en détail

Les laines minérales, la qualité de l'isolation, la qualité de la vie

Les laines minérales, la qualité de l'isolation, la qualité de la vie isoler protéger respecter Les laines minérales, la qualité de l'isolation, la qualité de la vie Certification européenne EUCEB Demain, la certification européenne des laines minérales par l'euceb. Pour

Plus en détail

Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante

Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante Suva Division sécurité au travail Lucerne Case postale, 6002 Lucerne Fax 041 419 59 17 (commandes) www.suva.ch Identifier et manipuler

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 1-0869 rév. 4

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 1-0869 rév. 4 Convention N 502 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-0869 rév. 4 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Module pédagogique «Risques liés à l amiante» Bloc théorique

Module pédagogique «Risques liés à l amiante» Bloc théorique Module pédagogique «Risques liés à l amiante» Bloc théorique Situation initiale Les affections liées à l amiante sont un problème à prendre au sérieux. Les fibres d amiante inhalées entraînent des affections

Plus en détail

BIBLIOGRAPHIE 1 BOUTIN C., FRENAY C., ASTOUL P.

BIBLIOGRAPHIE 1 BOUTIN C., FRENAY C., ASTOUL P. BIBLIOGRAPHIE 1 BOUTIN C., FRENAY C., ASTOUL P. Diagnostic endoscopique du mésothéliome. Archives des Maladies Professionnelles, 1999, vol. 60, n 3-4, pp. 257-262. 2 BOUTIN C., MONNET I., RUFFIE P., ASTOUL

Plus en détail

Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante

Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante Pathologies pulmonaires Non cancéreuses Asbestose Fibrose pulmonaire Cancéreuses Carcinome broncho-pulmonaire Eric VAN AERDE 2 Pathologies pleurales Non

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Amiante dans les bâtiments au Québec Nouvelles exigences règlementaires

Amiante dans les bâtiments au Québec Nouvelles exigences règlementaires Amiante dans les bâtiments au Québec Nouvelles exigences règlementaires Van Hiep Nguyen, ing., M.Sc.A., M.A Vanhiep.nguyen@exp.com Les Services exp. Inc. Ordre de la présentation Historique de l amiante

Plus en détail

Présence d amiante à l école J.F. Kennedy : évaluation des risques à la santé et recommandations Avis de santé publique

Présence d amiante à l école J.F. Kennedy : évaluation des risques à la santé et recommandations Avis de santé publique Présence d amiante à l école J.F. Kennedy : évaluation des risques à la santé et recommandations Avis de santé publique Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 14 mai 2012 École J.F. Kennedy École située

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Synthèse des résultats et recommandations F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS (2002) les Fluorures Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les aliments et l'eau de boisson contiennent généralement au moins un peu de fluorures. On

Plus en détail

Suivi post-professionnel (SPP) des personnes exposées à l amiante

Suivi post-professionnel (SPP) des personnes exposées à l amiante PROTOCOLE D IMAGERIE MEDICALE Suivi post-professionnel (SPP) des personnes exposées à l amiante Octobre 2011 Société française de médecine du travail Haute Autorité de Santé Service documentation information

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition

Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition Prof. Dr Benoit Nemery KU Leuven Prof. Dr Christophe Stove UGent Acrylonitrile : propriétés chimiques Formule

Plus en détail

Porter à connaissance PADDUC. Prescriptions règlementaires pour la prise en compte du risque amiante environnemental appliquées au zonage de risque.

Porter à connaissance PADDUC. Prescriptions règlementaires pour la prise en compte du risque amiante environnemental appliquées au zonage de risque. Porter à connaissance PADDUC Prescriptions règlementaires pour la prise en compte du risque amiante environnemental appliquées au zonage de risque Étude CETE Méditerranée BRGM pour la DREAL Corse Page

Plus en détail

LES FIBRES MINERALES

LES FIBRES MINERALES LES FIBRES MINERALES (Hors Amiante) H. PEZERAT E.F.E 16 décembre 1997 Atteintes peau et muqueuses par fibres de gros diamètre posent un vrai problème. Mais les principales inquiétudes sont sur les risques

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS Centre International de Recherche contre le Cancer Organisation de la Santé Mondiale COMMUNIQUÉ DE PRESSE N 2 0 8 31 mai 2011 LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES

Plus en détail

Sécurité dans l'utilisation des fibres minérales et synthétiques

Sécurité dans l'utilisation des fibres minérales et synthétiques Sécurité dans l'utilisation des fibres minérales et synthétiques SÉRIE SÉCURITÉ, HYGIÈNE ET MÉDECINE DU TRAVAIL N 64 SECURITE DANS L'UTILISATION DES FIBRES MINÉRALES ET SYNTHÉTIQUES Document de travail

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

Évaluation des risques relatifs au talc seul et au talc contaminé par des fibres asbestiformes et non asbestiformes

Évaluation des risques relatifs au talc seul et au talc contaminé par des fibres asbestiformes et non asbestiformes Évaluation des risques relatifs au talc seul et au talc contaminé par des fibres asbestiformes et non asbestiformes Avis de l Anses Rapport d expertise collective Février 2012 Édition scientifique Évaluation

Plus en détail

CIRCULAIRE DRT n 99/10 du 13 août 1999 concernant les dispositions réglementaires applicables aux fibres minérales artificielles.

CIRCULAIRE DRT n 99/10 du 13 août 1999 concernant les dispositions réglementaires applicables aux fibres minérales artificielles. CIRCULAIRE DRT n 99/10 du 13 août 1999 concernant les dispositions réglementaires applicables aux fibres minérales artificielles. (Non parue au Journal officiel) La Ministre de l Emploi et de la solidarité

Plus en détail

:SPECIMEN SPECIMEN SUPPLÉMENT AU DIPLÔME (ANNEXE DESCRIPTIVE AU DIPLÔME)

:SPECIMEN SPECIMEN SUPPLÉMENT AU DIPLÔME (ANNEXE DESCRIPTIVE AU DIPLÔME) ########### : La présente annexe descriptive au diplôme (supplément au Université de La Rochelle diplôme) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES.

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone page 1/5 Consensus Scientifique sur la Pollution de l'air Ozone Source : OMS (2003-2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les effets sur la santé de trois principaux polluants de l'air ont été revus

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Chapitre 2. Le fonctionnement de l appareil respiratoire

Chapitre 2. Le fonctionnement de l appareil respiratoire Chapitre 2 Le fonctionnement de l appareil respiratoire Rappels : * chez les animaux, les mouvements respiratoires (inspiration, expiration) permettent le renouvellement de l air ou de l eau dans les organes

Plus en détail

Utilisation de Winbugs pour la calibration d'une nouvelle méthode de mesure d'exposition à des fibres d'amiante. Pascal Wild

Utilisation de Winbugs pour la calibration d'une nouvelle méthode de mesure d'exposition à des fibres d'amiante. Pascal Wild Utilisation de Winbugs pour la calibration d'une nouvelle méthode de mesure d'exposition à des fibres d'amiante. Pascal Wild 1 Contexte : l amiante L amiante est une famille de minéraux fibreux présents

Plus en détail

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Jean de Boutiny M1 STEM Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Maître de stage : Jean-Ulrich Mullot Tuteurs de stage : Aurélie Gollion, Lucien

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Rapport de l AERES sur la structure fédérative :

Rapport de l AERES sur la structure fédérative : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur la structure fédérative : PRISMe sous tutelle des établissements et organismes : Université de St. Etienne Ecole des Mines de St. Etienne Mai 2010

Plus en détail

LES FIBRES CÉRAMIQUES RÉFRACTAIRES. moyens de protection. INRS Département Expertise et Conseil Technique Pôle Risques Chimiques

LES FIBRES CÉRAMIQUES RÉFRACTAIRES. moyens de protection. INRS Département Expertise et Conseil Technique Pôle Risques Chimiques LES FIBRES CÉRAMIQUES RÉFRACTAIRES Démarche de prévention & moyens de protection Myriam RICAUD INRS Département Expertise et Conseil Technique Pôle Risques Chimiques LES FIBRES INORGANIQUES LES FIBRES

Plus en détail

Base de données Ev@lutil

Base de données Ev@lutil Novembre 2005 P. Rolland, E. Orlowski, S. Ducamp, S. Audignon-Durand, P. Brochard, M. Goldberg Base de données Ev@lutil Évaluation des expositions professionnelles aux fibres www.isped.u-bordeaux2.fr www.invs.sante.fr

Plus en détail

B u r e a u d e x p e r t i s e s. Le Trési 3-1028 Préverenges - tél: 021 802 08 11 fax: 021 802 08 12 Contact et info: www.batiscan.

B u r e a u d e x p e r t i s e s. Le Trési 3-1028 Préverenges - tél: 021 802 08 11 fax: 021 802 08 12 Contact et info: www.batiscan. B u r e a u d e x p e r t i s e s Le Trési 3-1028 Préverenges - tél: 021 802 08 11 fax: 021 802 08 12 Contact et info: www.batiscan.ch B u r e a u d e x p e r t i s e s Créé en 2005 par Jean-Marc Fragnière

Plus en détail

Mémoire de Projet Professionnel TITRE DU PROJET

Mémoire de Projet Professionnel TITRE DU PROJET République Tunisienne Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université de Sfax Institut Supérieur d Informatique et de Multimédia de Sfax Sigle de l ISIMS Mastère Professionnel

Plus en détail

Les consultations de pathologies professionnelles et de l environnement d Ile-de-France. Les. chiffres. clés

Les consultations de pathologies professionnelles et de l environnement d Ile-de-France. Les. chiffres. clés de pathologies Les chiffres clés L activité des consultations de pathologies Il existe 6 consultations de pathologies en Ile-de- France situées dans les hôpitaux Cochin, Hôtel- Dieu, Raymond-Poincaré,

Plus en détail

Liste des sections du Guide

Liste des sections du Guide Introduction Liste des sections du Guide Introduction Aspects éthiques et légaux Identification des cibles Formulation de la question d intérêt Recherche de littérature Évaluation de la documentation Évaluation

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Demeter, nouvelle source d information sur la reprotoxicité des produits chimiques

Demeter, nouvelle source d information sur la reprotoxicité des produits chimiques Demeter, nouvelle source d information sur la reprotoxicité des produits chimiques D.Lafon ¹, D.Oberson-Geneste², A.Bijaoui ¹, D.Payan ¹ 1. INRS 2. Toxibio Un constat Données sur la toxicité sur le développement

Plus en détail

Maîtriser les risques de l amiante

Maîtriser les risques de l amiante Maîtriser les risques de l amiante Santé environnementale et santé au travail Santé publique Ontario Photo reproduite avec l aimable autorisation de l Association de santé et sécurité dans les infrastructures

Plus en détail

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL PROJET

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL PROJET REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL L ORDRE NATIONAL DES MEDECINS DE COTE D IVOIRE ET LES AUTRES ORDRES DE SANTE PROJET ATELIER SCIENTIFIQUE SUR LA PRISE EN CHARGE GLOBALE DES INTOXICATIONS

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant le suivi des salariés français exposés à l amiante (HAS 2010)

Nouvelles recommandations concernant le suivi des salariés français exposés à l amiante (HAS 2010) Nouvelles recommandations concernant le suivi des salariés français exposés à l amiante (HAS 2010) J.D. Dewitte, B. Loddé Université de Bretagne Occidentale Jeune Equipe «Ethique, Professionnalisme et

Plus en détail

Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante

Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante Identifier et manipuler correctement les produits contenant de l amiante Suva Division protection de la santé au poste de travail Case postale, 6002 Lucerne Fax 041 419 59 17 (commandes) www.suva.ch Identifier

Plus en détail

LES FIBRES CÉRAMIQUES RÉFRACTAIRES : DE L ÉVALUATION À LA PRÉVENTION DES RISQUES

LES FIBRES CÉRAMIQUES RÉFRACTAIRES : DE L ÉVALUATION À LA PRÉVENTION DES RISQUES CARSAT AM 4 février 2013 LES FIBRES CÉRAMIQUES RÉFRACTAIRES : DE L ÉVALUATION À LA PRÉVENTION DES RISQUES Myriam RICAUD Département Expertise et Conseil Technique Pôle Risques Chimiques DÉFINITION LES

Plus en détail

Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres céramiques réfractaires

Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres céramiques réfractaires Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres céramiques réfractaires Quelques applications à un échantillon de population en France Groupe

Plus en détail

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes Valeurs limites d exposition professionnelle Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes 1 HISTORIQUE VLEP (France) Premières valeurs contraignantes > Benzène (décret du 9/11/73) >

Plus en détail

Valeurs limites d exposition en milieu professionnel

Valeurs limites d exposition en milieu professionnel Edition scientifique Air et agents chimiques Août 2009 Valeurs limites d exposition en milieu professionnel Évaluation des effets sur la santé et des méthodes de mesure des niveaux d exposition sur le

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Dr Annabelle COVI-CROCHET Département de médecine générale Faculté de médecine de Créteil Introduction

Plus en détail

STAGE D INITIATION RAPPORT DE. Elaboré par. Prénom NOM. Encadré par : Mr Prénom NOM (Société) Société d accueil :. (Sigle de la société d accueil)

STAGE D INITIATION RAPPORT DE. Elaboré par. Prénom NOM. Encadré par : Mr Prénom NOM (Société) Société d accueil :. (Sigle de la société d accueil) (Sigle de la société d accueil) REPUBLIQUE TUNISIENNE ***** MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA TECHNOLOGIE ***** DIRECTION GENERALE DES ETUDES TECHNOLOGIQUES *****

Plus en détail

Éléments techniques sur l exposition professionnelle aux fibres minérales artificielles

Éléments techniques sur l exposition professionnelle aux fibres minérales artificielles Santé travail Éléments techniques sur l exposition professionnelle aux fibres minérales artificielles Matrices emplois-expositions aux fibres minérales artificielles : - laines minérales - fibres céramiques

Plus en détail

Le projet SEIRICH. R. VINCENT/INRS - Direction des Applications

Le projet SEIRICH. R. VINCENT/INRS - Direction des Applications Le projet SEIRICH R. VINCENT/INRS - Direction des Applications Origine du projet Début des années 2000, l INRS a publié une méthodologie d évaluation simplifiée des risques chimiques visant à aider les

Plus en détail

Processus d analyse de risques

Processus d analyse de risques Processus d analyse de risques Tel que le rapporte la Loi sur la Santé et la Sécurité du Travail, tout travailleur doit «participer à l'identification et à l'élimination des risques d'accidents du travail

Plus en détail

Ecole nationale supérieure du tourisme. La méthode HACCP. Module : nutrition. Etudiante : ABOUTITE Yasmine

Ecole nationale supérieure du tourisme. La méthode HACCP. Module : nutrition. Etudiante : ABOUTITE Yasmine Ecole nationale supérieure du tourisme La méthode HACCP Module : nutrition Etudiante : ABOUTITE Yasmine 2009 Sommaire : I/ définition de l abréviation HACCP II/ la signification du HACCP III/ l historique

Plus en détail

Effets de l amiante surveillance & recherche : données en Aquitaine

Effets de l amiante surveillance & recherche : données en Aquitaine Effets de l amiante surveillance & recherche : données en Aquitaine Institut de veille sanitaire, Département santé travail, Saint-Maurice ; Université de Bordeaux, Isped, Bordeaux Equipe associée en SAnté

Plus en détail

Tissu de verre - 100gr

Tissu de verre - 100gr Page : 1 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Désignation commerciale : Tissu de Verre 100gr Fournisseur : ESPRIT COMPOSITE 10, rue Brézin Tél. : 01.40.44.47.97 75014 Paris Fax : 01.40.44.49.51

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3054 Convention collective nationale IDCC : 925. DISTRIBUTION ET COMMERCE

Plus en détail

I. CONVENTIONS DU DESSIN TECHNIQUE

I. CONVENTIONS DU DESSIN TECHNIQUE I.1. Le dessin technique : Définition : I. CONVENTIONS DU DESSIN TECHNIQUE Le dessin technique est un outil d expression graphique et de communication technique. Au cours de son évolution, l homme a rapidement

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES Les activités de codification nécessitent un personnel technique et un personnel auxiliaire, avec en amont de la chaîne, l équipe de coordination et en aval, les équipes

Plus en détail

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 L amiante 85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 I. Définition L amiante est un composé d origine

Plus en détail

Amélioration de l inspection dans une entreprise

Amélioration de l inspection dans une entreprise Département de génie mécanique Certificat en gestion et assurance de la qualité QUA151 GESTION ET TECHNIQUES D INSPECTION Projet de session Été 2013 Amélioration de l inspection dans une entreprise 1-

Plus en détail

Guide de rédaction du rapport de stage

Guide de rédaction du rapport de stage Guide de rédaction du rapport de stage Public Cible Etudiant de 3 ème année licence fondamentale ou appliquée en informatique de gestion Etablissement Objectifs ISG Sousse - Aider l apprenant à choisir

Plus en détail

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion?

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? Lionel ESCAFFRE Commissaire aux Comptes Professeur associé à l Université d Angers Chercheur associé

Plus en détail

D un régime administratif autonome à l encadrement par la règlementation Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE)

D un régime administratif autonome à l encadrement par la règlementation Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE) N 26 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 février 2015 ISSN 1769-4000 L essentiel STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES : NOUVEAU CADRE JURIDIQUE Les Installations de Stockage

Plus en détail

JOURNEES TECHNIQUES 2014 AVIGNON La prévention du risque Amiante

JOURNEES TECHNIQUES 2014 AVIGNON La prévention du risque Amiante JOURNEES TECHNIQUES 2014 AVIGNON La prévention du risque Amiante 1 La prévention du risque amiante 1. Généralités 1.1 Qu est-ce que l amiante 1.2 Où trouve-t-on de l amiante 1.3 Histoire de l amiante 2.

Plus en détail