Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise de la tuberculose?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise de la tuberculose?"

Transcription

1 INT J TUBERC LUNG DIS 13(5): The Union ETAT DE LA QUESTION SERIE ETAT DE LA QUESTION Tuberculose Edité par I. D. Rusen NUMERO 7 DE LA SERIE Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise de la tuberculose? R. E. Chaisson,* M. Harrington * Johns Hopkins University Center for Tuberculosis Research, Baltimore, Maryland ; Treatment Action Group, New York, New York, USA RÉSUMÉ La tuberculose (TB) a joué un rôle central dans l histoire de la science biomédicale depuis Robert Koch. Au dixn euvième et vingtième siècles, la recherche a produit des outils extrêmement valables pour le diagnostic, le traitement et la prévention dans la lutte contre la TB. A la suite du développement de la chimiothérapie de courte durée dans les années 1970 et 1980, la recherche en matière de TB s est virtuellement évaporée. En dépit de la disponibilité de toute une série d outils, elle s est mise à hésiter, et la maladie reste un tueur de grande classe. L échec des fruits de la re - cherche scientifique dans la lutte antituberculeuse résume des défaillances des outils eux-mêmes tant que de l application inadéquate de ceux-ci dans les populations affectées par la TB. Une situation épidémiologique en voie de modification, avec des taux croissants de TB liées au VIH et avec l émergence de la TB à germes multirésistants, menace davantage la lutte antituberculeuse mondiale. Pour atteindre les objectifs mondiaux de lutte antituberculeuse au cours du vingt-et-unième siècle, il faudra des engagements robustes de recherche en matière de TB. Une recherche fondamentale est nécessaire pour mieux comprendre la pathogénie et l immunologie ainsi que pour identifier les cibles pour le diagnostic, les médicaments et les vaccins. La recherche d outils biomédicaux de meilleure qualité pour la détection, le traitement et la prévention de la TB constitue également une priorité majeure, car tous les outils actuels ont d importantes limitations. En outre, la recherche s impose d urgence pour comprendre la façon d appliquer les outils existants et à venir pour lutter contre la TB au niveau de la population. Le financement mondial de - stiné à la recherche en matière de TB, soit 483 millions US$ en 2007, augmente progressivement mais reste largement inférieur aux besoins. Un investissement massif dans la recherche sera nécessaire si l on veut rencontrer les objectifs ambitieux du Plan Mondial Stop TB et les Objectifs du Millénaire pour le Développement. MOTS-CLES : tuberculose ; recherche ; maîtrise LA TUBERCULOSE (TB) a joué un rôle central dans l histoire de la recherche biomédicale et les efforts visant à maîtriser la maladie ont bénéficié énormé- Les articles précédents de cette série Éditorial: Rusen I D. Tuberculosis State of the Art series. Int J Tuberc Lung Dis 2008; 12(11): No. 1: Davies P D O, Pai M. The diagnosis and misdiagnosis of tuberculosis. Int J Tuberc Lung Dis 2008; 12(11): No. 2: Landry J, Menzies D. Preventive chemotherapy. Where has it got us? Where to go next? Int J Tuberc Lung Dis 2008; 12(12): No. 3: Harries A D, Zachariah R, Lawn S D. Providing HIV care for co-infected tuberculosis patients: a perspective from sub-saharan Africa. Int J Tuberc Lung Dis 2009; 13(1): No. 4: Crampin A C, Glynn J R, Fine P E M. Int J Tuberc Lung Dis 2009; 13(2): No. 5: Korenromp E L, Bierrenbach A L, Williams B G, Dye C. The measurement and estimation of tuberculosis mortality. Int J Tuberc Lung Dis 2009; 13(3): No. 6: Frieden T R. Lessons from tuberculosis control for public health. Int J Tuberc Lung Dis 2009; 13(4): ment des découvertes et réalisations scientifiques. Le Prix Nobel en Physiologie ou en Médecine a été attribué à trois chercheurs sur la TB, Robert Koch, Niels Finsen et Salman Waksman et les découvertes de Koch et de Waksman gardent un intérêt clinique jusqu aujourd hui. La gamme des recherches scientifiques sur la TB et les résultats qu elles ont obtenus sont réellement spectaculaires. Grâce aux progrès cumulatifs consécutifs à la découverte par Koch de l organisme et au développement de ses postulats, grâce à la production par Calmette et Guérin du vaccin qui porte leurs noms et grâce aux progrès extraordinaires du traitement médicamenteux de la maladie, culminant avec la chimiothérapie de courte durée dans les années 1970 et 1980, un grand nombre ont pensé que Auteur pour correspondance : Richard E Chaisson, Center for TB Research, Johns Hopkins University School of Medicine, 1550 Orleans St, 1M 08 Baltimore, MD 21231, USA. Tel : (+1) [Traduction de l article : «How research can help control tuberculosis» Int J Tuberc Lung Dis 2009; 13 (5): ]

2 2 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease la science avait fait tout ce qu elle pouvait pour maîtriser la maladie. Depuis la fin des années 1960, les investissements dans la recherche en matière de TB ont disparu, la victoire a été proclamée et les scientifiques travaillant sur ce terrain se sont orientés vers d autres problèmes. 1 Les cliniciens et les programmes de santé publique n avaient plus qu à utiliser les outils que la science avait si brillamment fournis pour que la TB devienne de l histoire ancienne. La négligence en matière de recherche sur la TB pendant plusieurs décennies a eu un impact considérable sur les efforts de maîtrise de la maladie. Le manque d intérêt académique en matière de TB a écarté la maladie des centres de recherche biomédicale, ce qui a fréquemment signifié que les médecins, les infirmières et les hommes de science de la santé n avaient plus que peu ou pas de formation dans cette maladie. L autosatisfaction a été croissante dans la communauté de la recherche en dépit de la persistance du fardeau de la TB sur la collectivité. 2 L intérêt minime pour la TB dans l industrie se traduit par un très petit nombre de nouveaux outils développés en matière de TB. De plus, le transfert de la TB vers les programmes de santé publique a entraîné dans certaines circonstances une attitude perverse selon laquelle des recherches ultérieures concernant cette maladie n étaient pas nécessaires ou peut-être contreproductives. La plupart des efforts internationaux concernant la lutte anti - tuberculeuse pendant une grande partie des années 1980 et 1990 se sont focalisés sur l amélioration des services administrés par des programmes de lutte sous-financés et a minimisé la nécessité de nouvelles con naissances, de nouveaux outils et de nouvelles approches pour réduire le fardeau mondial de la TB. 3 Même s il est vrai que les performances médiocres des programmes étaient et restent un obstacle majeur à une maîtrise efficiente de la TB, il est devenu de plus en plus évident que les outils disponibles pour faire ce travail étaient de plus en plus inadéquats. Comme la situation épidémiologique mondiale s est transformée de façon dramatique au cours des 20 dernières années, les défis posés par les mesures contemporaines de lutte contre la TB se sont accrus. L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a fixé des objectifs de détection de 70% de tous les cas de TB à bacillo scopie positive des crachats et de guérison de 85% d entre eux comme un processus essentiel de maîtrise mondiale de la maladie. Alors que de grands progrès ont été faits vers l obtention de ces objectifs, la faible détection des cas reste inacceptable dans des zones comme l Afrique et l Europe de l Est et, même dans des pays qui ont atteint les objectifs, comme le Vietnam, les taux d incidence n ont pas baissé. Il est dès lors improbable que l on atteigne les Objectifs du Millénaire pour le Développement, c est-à-dire la réduction de moitié du fardeau de la maladie TB et des décès d ici L impact du virus de l immunodéficience humaine (VIH) sur la TB est énorme, entraînant une escalade de l incidence, des taux élevés de mortalité et des modifications dans la présentation clinique de la maladie qui rendent plus difficiles le diagnostic, le traitement et la prévention de la TB. Par exemple, la détection des cas basée sur les frottis laisse échapper au moins la moitié de tous les cas de TB, et encore davantage dans les contextes où le VIH est prévalent ainsi que chez les enfants. Les médicaments de première ligne doivent être pris pendant 6 à 8 mois, ce qui entraîne une non-adhésion et le risque de reprise de la maladie ainsi que la sélection de germes résistants. L émergence de la TB à germes multirésistants (TB-MDR), et plus récemment de la TB à germes ultrarésistants (TB-XDR) rendent inefficientes les approches standard de diagnostic et de traitement de la TB. Il est clair que la plupart des cas de TB-MDR qui surviennent chaque année ne sont même pas détectés ni correctement traités. La TB à germes résistants aux médicaments exige de nou veaux produits pour un traitement couronné de succès vu les réponses généralement médiocres à l égard des médicaments de deuxième ligne existants. Le vaccin par le bacille de Calmette et Guérin (BCG) s est probablement atténué jusqu à l impuissance pour la prévention de la maladie chez les adultes. 4 Au cours de la dernière décennie, on s est rendu de plus en plus compte de l importance de la recherche pour le renforcement de la maîtrise mondiale de la TB. Le deuxième Plan Mondial Stop TB, publié en 2006, plaide fortement en faveur de la nécessité de recherches et décrit le budget nécessaire pour soutenir ces activités ; 5 beaucoup pensent toutefois qu un financement plus important que celui proposé dans ce plan est nécessaire. 6 L agenda de recherche pour la TB est très large et multidisciplinaire. La réduction du fardeau de la TB dans le monde entier et éventuellement la réalisation de son élimination exigeront une combinaison d outils biomédicaux efficients et de stratégies de santé publique. Les outils de base utilisés diagnostic, médicaments, vaccins ne sont pas des baguettes magiques. Ces outils doivent être appliqués en utilisant des stratégies de santé publique efficientes qui maximisent leurs avantages si l on veut qu ils aient un impact au niveau de la population. On trouve aux Tableaux 1 et 2 les outils biomédicaux et les stratégies de santé publique utilisés pour leur application aux patients et aux collectivités. Les tableaux énumèrent la situation actuelle, les limitations importantes et les orientations futures pour l amélioration des résultats. Tous les outils et toutes les stratégies actuellement utilisés comportent des déficiences significatives. Pour cette raison, l élaboration de nouveaux outils et de nouvelles stratégies pour les mettre en oeuvre est une priorité urgente pour la recherche biomédicale et en santé publique. La maîtrise de la TB dans les décennies à venir reposera sur de nouvelles découvertes, de nouvelles technologies et des approches innovantes en matière de santé publique et de clinique afin de maîtriser l infection et

3 Comment la recherche peut aider à la maîtrise de la TB 3 Tableau 1 Outils biomédicaux utilisés pour la lutte contre la TB Outils Actuellement disponibles Limitations En élaboration Diagnostic Frottis de crachats Médiocre sensibilité (< 50%), particulièrement chez les patients séropositifs pour le VIH Traitement Traitement préventif Systèmes de culture sur milieu solide (Löwenstein-Jensen) Systèmes de culture sur milieu liquide Tests d amplification des acides nucléique Test cutané tuberculinique Tests de libération de l interféron gamma Médicaments de 1 ère ligne (HRZES) Médicaments de 2 ème ligne pour TB-MDR Croissance lente, entraînant de longs délais de diagnostic et de détection de la résistance aux médicaments ; biosécurité nécessaire Coût, biosécurité nécessaire, taux élevés de contamination, retards de diagnostic Sensibilité dans les cas à bacilloscopie négative, coût Spécificité médiocre, incapacité de distinguer l infection latente de la maladie active Incapacité de distinguer entre infection latente et maladie active Résistance aux médicaments, toxicité, durée du traitement, interactions médicamenteuses, particulièrement avec les agents antirétroviraux Efficacité limitée, toxicité, durée du traitement, TB à germes ultrarésistants H, HR Durée du traitement, toxicité, résistance aux médicaments, durée de protection chez les patients infectés par le VIH Vaccins Vaccin BCG Absence de protection chez les adultes, manque de standardisation Amélioration du rendement du frottis des crachats (par ex. microscopie à fluorescence avec diode émettant de la lumière) Cultures plus simples rapides Détection basée sur l antigène Tests line-probe Génotypage Techniques de 3 ème génération d amplification des acides nucléiques Détection des composés organiques volatils Fluoroquinolones Diarylquinolines Nitroimadazopyranes Diamines Oxazolidinones Voir ci-dessus BCG recombinant Sous-unités Peptides Vecteurs, par ex. adénovirus Adjuvants TB = tuberculose ; VIH = virus de l immunodéficience humaine ; H = isoniazide ; R = rifampicine ; Z = pyrazinamide ; E = ethambutol ; S = streptomycine ; TB-MDR = TB à germes multirésistants ; BCG = bacille de Calmette et Guérin. Tableau 2 Stratégies cliniques et de santé publique pour l utilisation des outils de lutte contre la TB Outils Stratégies actuelles Limitations Stratégies futures Diagnostic Traitement Traitement préventif Vaccins Autres Dépistage passif des cas, diagnostic des cas symptomatiques qui se présentent aux services de santé Algorithme pour les cas à frottis négatifs DOTS avec médicaments de 1 ère ligne Phase de continuation avec HE (utilisation en diminution au niveau mondial) Retraitement avec HRZE Isoniazide pour des patients sélectionnés à haut risque Vaccination des nouveau-nés par le BCG Vaccination des adultes à haut risque, par ex. infirmières et étudiants en médecine Antirétroviraux pour la maladie VIH avancée Maîtrise de l infection Détection tardive des cas contagieux. Repose sur le frottis dans la plupart des contextes, avec une sensibilité < 50% Retards de diagnostic, sensibilité et spécificité médiocres Résistance aux médicaments, adhésion médiocre, performance médiocre du programme Taux élevés d échec et de rechute inacceptables Extension de la résistance chez beaucoup de patients Recrutement inadéquat, toxicité, adhésion et craintes de résistance Pas d efficacité chez les adultes Pas de preuves récentes d efficacité chez les nouveau-nés Beaucoup de patients souffrent de TB avant que le traitement VIH ne puisse être commencé Ignorée dans la plus grande partie du monde Dépistage actif des cas. Examen des contacts Utilisation de nouvelles technologies Dépistage conjoint des cas de TB-VIH Raccourcissement du traitement Traitement intermittent Eviter les interactions médicamenteuses Traitement reposant sur des sensibilités connues Régimes plus courts avec des nouveaux agents (par ex. rifapentine) Traitement préventif continu ou répété dans les contextes à fréquence élevée de VIH Traitement préventif secondaire Traitement préventif basé sur la collectivité Traitement préventif de masse Vacciner les nouveau-nés Répétition du vaccin chez les adolescents Détection plus précoce du VIH et début plus précoce du traitement du VIH Renforcement de la maîtrise de l infection TB = tuberculose ; VIH = virus de l immunodéficience humaine ; DOT = traitement directement observé ; H = isoniazide ; E = éthambutol ; R = rifampicine ; Z = pyrazinamide ; S = streptomycine ; BCG = bacille de Calmette et Guérin.

4 4 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease le développement de la maladie. Un large portefeuille d initiatives de recherche est essentiel pour garantir les progrès à venir car personne ne peut dire avec certitude quelles idées ou stratégies seront les plus efficientes. Il faut se dégriser en se rappelant que tout au long de la campagne mondiale d éradication de la variole dans les années 1960 et 1970, un programme sérieux de recherche a été maintenu pour garantir que les méthodes qui s étaient démontrées inefficaces sur le terrain puissent être remplacées par de nouvelles approches potentiellement plus efficaces. 7 Les efforts de recherche n ont cessé que lorsque la maladie a été effectivement éradiquée. Une attitude similaire doit être maintenue à l égard de la TB, puisque les méthodes de lutte évoluent. La déclaration récente de plus de 60 ministres de la santé à Bamako, au Mali, selon laquelle au moins 2% des budgets nationaux de santé et 5% des financements des donateurs devraient être orientés vers la recherche, nous rappellent l importance de la recherche pour la promotion de la santé humaine. 8 BESOINS DE RECHERCHE SUR DE NOUVEAUX OUTILS Science fondamentale Il y a une décennie, le séquençage du génome de Mycobacterium tuberculosis a produit une abondance de recherches sur l expression des gènes, les cibles des médicaments, les facteurs de virulence et de latence, qui sont tous nécessaires au développement de nouveaux outils. 9 Les progrès en matière de bactériologie, d immunologie, de génétique, de biochimie et de toute une série d autres disciplines continueront à faire progresser les connaissances qui vont aider à l élaboration d interventions de lutte contre la maladie. La recherche biomédicale fondamentale est aussi importante qu une recherche ciblée, car des progrès dans des domaines apparemment sans relation peuvent contribuer à la compréhension de la biologie et de la maîtrise de la TB. Par exemple, l élaboration d une protéine à fluorescence verte comme outil pour l étude de la biologie cellulaire, reconnue par le Prix Nobel 2008 de chimie, a été utilisée par les chercheurs pour comprendre le métabolisme de M. tuberculosis et sa survie dans des conditions de stress. 10 La réaction de polymérase en chaîne, reconnue par le Prix Nobel de Chimie en 1993, 11 ainsi que d autres techniques d amplification des acides nucléiques, n ont pas seulement joué un rôle critique dans la recherche de laboratoire sur la TB, mais constituent un élément central pour plusieurs nouveaux tests de diagnostic. La recherche dans d autres domaines apparemment éloignés ou sans relation influencera certainement elle aussi les progrès en matière de TB au cours des années à venir. Une caractéristique biologique essentielle de M. tuberculosis est sa latence, qui permet à l organisme de rester viable pendant de nombreuses années sans donner de signes de multiplication ou de dommage pour l hôte. La compréhension de cette latence comportera une meilleure prise sur les gènes régulateurs et sur les voies biochimiques qui maintiennent la viabilité en l absence de multiplication active ainsi que sur les facteurs stimulants des réactivations. 12 Une évaluation plus étendue des mécanismes de latence pourrait contribuer à de meilleurs outils de diagnostic et à de nouveaux médicaments pour le traitement préventif. A l inverse, la compréhension des facteurs de l hôte responsables de la maîtrise de l infection par M. tuberculosis est importante pour l élaboration de nouveaux vaccins. 13 La majorité des individus infectés par M. tuberculosis ne souffriront jamais d une maladie clinique, mais les réponses immunitaires qui les protègent ne sont pas bien comprises. L élucidation des corrélations de l immunité est une étape essentielle pour l évaluation de nouveaux vaccins et pourrait être utilisée pour le pronostic afin de distinguer les sujets qui sont non-susceptibles de voir l infection latente se transformer en maladie et qui dès lors ne nécessiteraient pas de traitement préventif. Techniques de diagnostic La déficience la plus marquante des efforts actuels de lutte contre la TB réside peut-être dans l incapacité des cliniciens et des programmes à diagnostiquer la TB de manière précise dans une proportion élevée de patients, particulièrement chez les individus infectés par le VIH et chez les enfants. Au niveau mondial, plus de la moitié de tous les cas de TB ne sont pas détectés, ce qui provient des faiblesses du système de soins de santé et de l inadéquation de la technologie disponible. Lorsque le diagnostic fait défaut, les patients ne sont pas traités, la transmission peut se poursuivre, les patients souffrent sans nécessité et beaucoup peuvent même mourir. Il est inacceptable de se fier aux frottis de crachats, technique introduite par Koch il y a plus de 125 ans, comme standard mondial pour la détection des cas. A côté de sa médiocre sensibilité, l examen microscopique des crachats ne peut pas identifier l espèce et ne fournit aucune information sur la sensibilité à l égard des médicaments, ce qui rend impossible la détection de la TB à germes résistants aux médicaments dans les contextes où le frottis est le seul outil de diagnostic disponible. Lorsque la culture est disponible, on l exécute le plus souvent sur milieu de Löwenstein-Jensen, une méthode robuste mais extrêmement lente qui entraîne de longs retards dans la détection des cas. Les tests de sensibilité aux médicaments (DST) ne sont habituellement pas disponibles pour la grande majorité des patients TB et lorsqu on les exécute, on le fait souvent par la méthode des proportions, à la fois laborieuse et lente, ce qui contribue encore davantage aux retards dans la dispensation de soins adéquats. Les recherches sur de nouveaux outils de diagnostic

5 Comment la recherche peut aider à la maîtrise de la TB 5 de la TB ont fait des progrès considérables au cours des dernières années, et un certain nombre de nouveaux outils très intéressants sont à l étude ou même disponibles sur le plan clinique. 14 Les systèmes de culture sur milieux liquides, considérés depuis longtemps comme étant à la fois plus sensibles et plus rapides que les milieux de culture solides, se sont avérés praticables et efficients dans les contextes à faibles ressources et leur utilisation en routine chez les individus suspects de TB à bacilloscopie négative et infectés par le VIH est actuellement adoptée par l OMS. 15 Les efforts récents pour introduire sur le terrain la culture sur milieu liquide ont suivi deux chemins très distincts. Un certain nombre de groupes ont démontré l efficience et le bon rapport coût-efficacité de l utilisation de systèmes commerciaux comme le système MGIT (Tubes indicateurs de croissance des mycobactéries) de Becton Dickinson. 16 Les avantages des produits commerciaux de diagnostic comportent la reproductibilité, la standardisation de la formation et des méthodes, ainsi que la gestion de la chaîne de fournitures. Les limitations de ces produits comportent les coûts, y compris les dépenses d investissement à la fois pour les équipements et les bâtiments appropriés pour leur utilisation, les taux élevés de contamination ainsi que les besoins en formation. D autres ont développé des méthodes de culture sur milieu liquide qui sont des produits non commerciaux mais plutôt des processus qui peuvent être adoptés dans toute une variété de contextes. Le plus remarquable d entre eux est la méthode d observation microscopique de la sensibilité aux médicament (MODS), un système liquide qui est produit localement et s est avéré bénéficier d une sensibilité, d une spécificité et d une rapidité élevées à la fois pour l identification de M. tuberculosis et pour la détection de la résistance à l égard de l isoniazide et de la rifampicine (RMP). 17 Les avantages du MODS comportent un faible coût, l utilisation de compétences microscopiques facilement disponibles dans les contextes à fardeau élevé ainsi que la simplicité. Les défis du MODS sont le manque de standardisation, la variabilité des résultats des tests de sensibilité, particulièrement pour la RMP, et les soucis de biosécurité. 18 Alors que l utilisation de la culture sur milieu liquide est un progrès majeur par rapport à l utilisation des frottis de crachats, des recherches s imposent pour amener en pratique clinique des outils plus rapides, moins coûteux et plus simples. Les techniques d amplification des acides nucléiques (NAA) ont été utilisées depuis quelque temps pour détecter la TB dans les pays industrialisés, mais leur utilisation a été limitée par les coûts, les exigences technologiques et une sensibilité modérée à faible chez les patients à bacilloscopie négative. Plusieurs méthodes NAA plus récentes sont actuellement à l étude et pourraient être utilisées en pratique clinique dans un proche avenir si leurs espoirs initiaux se confirment. Une technique à base de cartouche exécutée en quelques heures, permettant l amplification des cibles spécifiques des gènes pour détecter la présence à la fois de M. tuberculosis et des mutations qui signent une résistance aux médicaments, se trouve actuellement à des stades avancés de développement. 19 «Loop-mediated amplification» est une technique isothermique qui détecte la DNA en utilisant l inspection visuelle de la fluorescence dans un système clos. 20 La recherche est essentielle avant que ces techniques et d autres en relation avec elles ne puissent être introduites sur le terrain ; mais la perspective d une détection et d une identification de la résistance aux médicaments en moins de 24 heures est extrêmement séduisante. D autres techniques génétiques de diagnostic font également l objet de recherche. La stratégie sousjacente aux techniques «line-probe» est l utilisation de l amplification sur phase solide des gènes-cible pour la détection des séquences de M. tuberculosis et des mutations de résistance médicamenteuse. 21 Certaines techniques commerciales «line-probe» sont déjà disponibles, et leur utilisation a été acceptée par l OMS pour la détection de la résistance aux médicaments dans les zones où les taux de TB-MDR et de TB-XDR sont élevés. De nouvelles méthodes de détection de M. tuberculosis peuvent être empruntées à d autres terrains, comme l exploration de composants organiques volatils ou l analyse de réponses immunologiques au moyen de techniques immunologiques novatrices. 22,23 Alors que l ensemble des nouvelles modalités de diagnostic décrites ci-dessus promettent une progression spectaculaire de la maîtrise de la TB, un outil qui pourrait révolutionner la lutte contre cette maladie serait un test rapide exécuté dans les sites de soins, comme un test sur bandelette, qui détecterait avec sécurité une maladie active et qui pourrait être déployé dans des contextes de soins primaires dans les zones à fardeau élevé. Ce type de test est actuellement de la science fiction, mais la plupart des avancées technologiques commencent comme une science fiction et ne deviennent réalité qu à force d investissements, d innovations et d assiduité. La technologie des tests sur bandelettes est largement disponible et souvent utilisée pour des diagnostics de conditions aussi variées que la grossesse et l infection VIH, mais des obstacles substantiels doivent être surmontés avant qu un test sur bandelette soit utilisable pour la TB. Par exemple, la stratégie de détection des anticorps contre les antigènes de M. tuberculosis a régulièrement échoué dans le passé car les réponses immunitaires humorales ne sont ni sensibles ni spécifiques pour évaluer la présence de la maladie. La détection des antigènes de M. tuberculosis par la technique en bandelettes semble réalisable pour les patients atteints de maladie disséminée, comme ceux dont l infection VIH est à un stade avancé, mais l antigénémie sérique ou urinaire semble rare dans la majorité des cas de

6 6 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease TB. La détection rapide des antigènes dans l expectoration ou dans les sécrétions respiratoires constitue une méthode qui pourrait répondre à ce problème. Il est clair toutefois qu un programme vigoureux de recherche appliquée s impose pour conduire à cette révolution essentielle du diagnostic de la TB. Médicaments Les possibilités thérapeutiques actuelles pour la TB sont remarquables à deux égards : en premier lieu, elles sont fantastiques quand on se souvient qu il y a seulement 60 ans, la TB était incurable ; mais en deuxième lieu, elles sont absolument inadéquates face au défi actuel de la TB. Les déficiences du traitement médicamenteux comportent le manque de régimes de grande qualité pour les malades à germes résistants aux médicaments, la longue durée de la chimiothérapie dite de «courte durée», les toxicités potentiellement létales de médicaments de première ligne et les interactions intermédicamenteuses graves, particulièrement en ce qui concerne la rifampicine. La TB à germes résistants aux médicaments existe depuis l aube de l ère antibiotique. Une résistance acquise à la streptomycine est apparue chez la majorité des patients traités par le streptomycine dans le premier essai randomisé du Medical Research Council, 24 et la résistance à l égard des médicaments actuels de première ligne constitue une crise mondiale. 25 L utilisation des médicaments de deuxième ligne a, comme il fallait s y attendre, entraîné une extension des résistances et le spectre de la TB-XDR a surgi au cours des dernières années. 26 L élaboration de nouveaux médicaments actifs contre la TB-MDR et la TB-XDR s impose. En outre, l amélioration de la puissance des régimes médicamenteux pour permettre un raccourcissement significatif du traitement TB aiderait à fermer le robinet de la résistance acquise aux médicaments en facilitant la supervision et l achèvement du traitement. De plus, l élaboration de nouveaux médicaments et de nouveaux régimes moins toxiques et qui n induisent pas les cytochromes P450 ou ne sont pas affectés par eux augmenterait leur sécurité et permettrait l administration conjointe de médicaments pour la TB et le VIH chez les centaines de milliers d individus qui ont besoin d un traitement pour les deux maladies. Après un hiatus de près de 30 ans, le pipeline d élaboration de médicaments TB a enfin connu les débuts d une renaissance. 27 Différents médicaments appartenant à des classes bien établies de médicaments sont à des stades avancés d essais cliniques, et plusieurs nouveaux agents en sont à des essais de Phase 1 et 2. La rifapentine, un analogue de la RMP dont la puissance est plus grande et la demi-vie plus longue, s est avérée efficiente pour raccourcir la durée du traitement TB dans un modèle animal, et est actuellement à l étude pour le raccourcissement du traitement chez l homme. 28 La moxifloxacine (MXF) est une fluoroquinolone puissante qui peut permettre un raccourcissement du traitement, et qui devrait également être très active dans la TB-MDR. 29 Différents essais cliniques prometteurs ont été achevés et une grande étude pour déterminer dans quelle mesure le traitement peut être réduit à 4 mois par l adjonction de MXF est actuellement en route. La gatifloxacine est également puissante, et des études de cet agent sont également en cours. 30 De nouveaux agents avec des mécanismes uniques d action sont évidemment nécessaires pour combattre la TB-MDR et la TB-XDR. Plusieurs de ces agents sont actuellement en cours d évaluation. L inhibiteur de la synthase de l adénosine triphosphate (Tibotec Medicinal Compound 207) s est avéré très actif contre TB-MDR dans un petit essai de Phase 2a en Afrique du Sud ; un essai plus important est en cours. 31 Le nitroimidazopyran OPC est à l étude dans un essai multinational de patients atteints de TB-MDR, 32 alors que PA 824, un médicament de la même catégorie, a récemment achevé son premier essai de Phase 1 chez les patients TB. 33 Une nouvelle diamine, SQ107, sera bientôt introduite dans les essais cliniques. L apparente abondance des nouveaux agents sous essais cliniques obscurcit toutefois un problème critique pour le développement des médicaments TB. Alors qu une poignée de nouveaux médicaments représente une énorme avance sur la situation qui existait il y a tout juste 10 ans, le pipeline préclinique des médicaments antituberculeux est dangereusement anémique. Des investissements substantiels en recherche fondamentale pour identifier de nouvelles cibles et de nouvelles voies s imposent en même temps que la recherche des bibliothèques de produits existants pour identifier ceux dotés d une bonne activité. Un programme vigoureux pour développer de nouvelles entités et de nouveaux composés doit être suivi par un processus laborieux d étude de toxicologie, de pharmacologie, de formulation et des problèmes de biodisponibilité nécessaires pour faire progresser un produit vers les essais cliniques chez l homme. Il s agit d un processus coûteux et de longue durée, et de nombreux médicaments potentiels sont laissés de côté tout au long du chemin pour diverses raisons. L insuffisance de composés aux stades précliniques constitue donc un problème sérieux qui fait présager une pénurie de nouveaux agents dans la décennie à venir. Il est dès lors essentiel de prévoir une forte implication pour la mise de fonds en faveur des activités de découverte et de développement préclinique. Vaccins Le BCG est un des vaccins les plus largement utilisés dans le monde, mais il est évident qu il n a qu un impact minimal sur la maîtrise de la TB. Alors que les premiers essais avaient observé une importante efficacité du BCG pour la prévention de la TB et du décès chez les enfants, les adolescents et les adultes, les

7 Comment la recherche peut aider à la maîtrise de la TB 7 études les plus récentes n arrivent plus à trouver un effet protecteur et certaines même suggèrent un effet défavorable. 34,35 L analyse génétique des souches de BCG démontre un grand degré de variation génomique dans les diverses souches existantes, ce qui suggère qu une évolution de la souche mère du vaccin de Calmette et Guérin s est produite, rendant moins immunogènes les préparations actuelles. 36 Comme la souche originale du BCG n a pas été conservée, il n est pas possible de redémarrer avec la version efficace du vaccin. Le développement d un nouveau vaccin est clairement prioritaire pour cette raison. Un vaccin efficient pour la prévention de la TB n aurait toutefois qu un effet immédiat modeste sur la maîtrise de la maladie, mais pourrait entraîner, pendant une période allant d années à décennies, des réductions majeures du fardeau de la maladie puisque les nouvelles générations auraient été protégées grâce à lui. Un vaccin qui protègerait tant les individus atteints d infection TB latente que ceux qui n ont pas encore été exposés au bacille tuberculeux aurait une valeur extraordinaire. Contrairement au développement des vaccins pour le VIH/SIDA (syndrome d immunodéficience acquise), on sait que l élaboration d un vaccin TB est réalisable puisqu il a été produit antérieurement. Un défi-clé pour le développement du vaccin est la compréhension des corrélations de l immunité, comme déjà signalé plus haut. En outre, l absence de modèles animaux qui prédisent clairement l efficience du vaccin chez l homme représente une limitation importante. Néanmoins, on a fait des progrès considérables dans l identification de candidats-vaccin, et un certain nombre d essais cliniques sont planifiés ou en cours. Des approches actuellement en route comportent un BCG combinant avec surexpression des épitopes antigéniques, d autres mycobactéries atténuées (par exemple M. vaccae), des vaccins sous-unité, des peptides, des adjuvants et des vecteurs innovants. 37 Les essais cliniques initiaux se focalisent sur la sécurité et l immunogénicité ; toutefois, la détermination des réponses immunitaires les plus appropriées constitue un défi. Les essais cliniques sur l efficacité du vaccin exigent un nombre extrêmement important de sujets et de nombreuses années avant d arriver à terme. Ainsi, bien qu il soit peu probable qu un nouveau vaccin soit disponible dans les cinq à dix années à venir, l impact d un produit efficient pourrait être énorme pendant des générations. Comme déjà signalé plus haut, le Plan Mondial «Stop TB» a confirmé avec vigueur la nécessité de recherches pour l élaboration de nouveaux moyens de diagnostic, de nouveaux médicaments et de nouveaux vaccins pour la maîtrise de la TB. On trouve au Tableau 3 les cibles d élaboration de ces outils et les progrès réalisés à ce jour dans le sens de ces objectifs. Il est encourageant que des progrès aussi importants aient été accomplis, particulièrement en ce qui concerne le diagnostic, mais il est aussi évident qu il reste beaucoup à faire. BESOINS DE RECHERCHES POUR DE N OUVELLES STRATÉGIES DE SANTÉ PUBLIQUE Un trésor de nouveaux éléments de diagnostic, médicaments et vaccins sera sans valeur s il est déployé de façon incorrecte ou inefficiente dans les populations affectées par la TB. Une compréhension des bases épidémiologiques de la lutte antituberculeuse s impose pour garantir que les nouveaux outils soient utilisés au mieux de leurs avantages et pour rompre la Tableau 3 Progrès vers les Objectifs du Plan Mondial Stop TB en matière de nouveaux outils Outils Objectifs du Plan Mondial Progrès à ce jour / commentaires Diagnostic D ici 2006 : Culture rapide pour la détection des cas et DST en phase de démonstration D ici 2010 : Culture rapide sur les sites de soins, amélioration de la microscopie, détection des phages et introduction des tests simplifiés d amplification des acides nucléiques Médicaments D ici 2006 : 27 nouveaux produits dans le pipeline de la TB D ici 2010 : 1 à 2 nouveaux médicaments sous licence comportant indication ; raccourcissement du traitement jusqu à 3 ou 4 mois Vaccins D ici 2006 : Culture liquide recommandée par l OMS mais non-utilisée de façon étendue DST encore limité aux centres de référence Tests sur les sites de soins peu probables dans les 3 à 5 années à venir Technologie de détection des phages de valeur limitée Tests line-probe prouvés comme efficaces et fiables, progression lente de l extension Commentaires : Les progrès sont impressionnants dans le domaine du diagnostic ; les défis-clé sont la dissémination et le recrutement 7 médicaments en essais cliniques (2 anciennes et 5 nouvelles classes) 7 à 10 substances en développement préclinique Commentaire : en dépit de progrès réels, le pipeline des médicaments TB est dangereusement peu alimenté 5 candidats dans des études en Phase 1 7 produits en essais de Phase 1 ou 2 D ici 2010 : Commentaire : progression correcte de la recherche des vaccins 9 vaccins dans des études en Phase 2 ; au moins 2 produits dans des études en Phase 2b (proof of concept) ; début des essais en Phase 3 TB = tuberculose ; DST = tests de sensibilité à l égard des médicaments ; OMS = Organisation Mondiale de la Santé.

8 8 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease chaîne de transmission et de maladie qui nourrit l épidémie de TB. Les outils actuels de lutte antituberculeuse ont échoué pour toute une série de raisons, incluant les performances inadéquates (par ex. les frottis de crachats), une couverture inadéquate de la population (par ex. de médiocres systèmes de santé), les déficiences dans le comportement humain (par ex. la non-adhésion au traitement qui entraîne un échec du traitement et le développement de la résistance) ainsi que les modifications des circonstances épidémiologiques (par ex. le VIH et la TB-MDR). Si l on veut réduire le fardeau de la maladie, des recherches visant à comprendre et à surmonter ces obstacles s imposent pour les nouveaux outils. Au cours des quatre dernières années, différents groupes mondiaux d experts ont publié des agendas ambitieux de recherche qui s intéressent aux zones-clé spécifiquement prioritaires au sein de l ensemble des stratégies de santé publique et des stratégies médicales afin de faire face à la maladie TB dans des populations spécifiques, y compris chez les sujets infectés par le VIH, 38 les sujets atteints de TB à germes résistants aux médicaments et la TB pédiatrique L incorporation de nouveaux outils dans les programmes de lutte contre la TB déjà en place constituera à la fois un défi majeur et une importante opportunité. Pour maximiser l impact des nouveaux outils, une recherche sur leur place dans les algorithmes de diagnostic et de traitement sera importante. Par exemple, les tests NAA devront-ils remplacer la culture et les tests de sensibilité? Les nouveaux médicaments de deuxième ligne devront-ils être ajoutés au traitement initial chez les patients où l on suspecte une résistance médicamenteuse? Les régimes de raccourcissement du traitement exigeront-ils plus ou moins de suivi des résultats du traitement? La détermination des utilisations optimales des nouveaux outils exigera des recherches complémentaires en plus de la preuve de leur efficacité. Des recherches opérationnelles reconnues depuis longtemps comme importantes mais presque toujours insuffisamment financées ciblent les processus et procédures de délivrance des soins de santé visant à améliorer la performance. Un agenda important de priorités de recherche opérationnelle concerne presque toutes les composantes de l activité du programme. Les exemples de celles-ci comportent, pour ne nommer qu un petit nombre d entre eux, l amélioration des processus de laboratoire, l augmentation du rendement du dépistage des suspects de TB, l amélioration des systèmes d enregistrement et de surveillance, la réduction des barrières à l accès et la lutte contre l infection dans les contextes institutionnels. Une utilisation plus efficiente des outils biomédicaux peut également être obtenue grâce à une recherche visant à renforcer l impact des interventions cliniques et de santé publique. Au-delà de la recherche opérationnelle, il est essentiel d évaluer les stratégies utilisées pour maîtriser la TB dans une perspective épidémiologique. 46 Comme il apparaît au Tableau 2, un certain nombre de nos stratégies sont actuellement clairement inefficientes et de nouvelles approches doivent être développées et évaluées pour réduire le fardeau de la maladie. Dans le domaine du diagnostic, il est essentiel de dépasser le dépistage passif des cas au sein des services de santé afin d arriver à découvrir plus précocement les cas de TB. Un renforcement du dépistage au niveau des services ou un dépistage renforcé au niveau de la collectivité sont les moyens grâce auxquels les individus atteints de la maladie peuvent être détectés plus tôt que par le dépistage passif des cas. 47 Les études concernant les meilleurs moyens de ciblage efficient des individus atteints de TB active et d obtention d un diagnostic et d un traitement plus précoce s imposent pour déterminer les moyens les plus efficients de réduire la transmission de la maladie dans la collectivité et de limiter les souffrances et les décès inutiles résultant de l absence de diagnostic de la maladie. Au fur et à mesure de la mise à disposition de nouveaux outils, il sera impératif d évaluer leur impact dans le contexte de la collectivité et non seulement dans les cliniques et les hôpitaux. De nouveaux médicaments contre la TB constituent le seul espoir fiable de guérison pour les patients atteints de TB-MDR et de TB-XDR. Toutefois, si on les administre sans garantir un soutien adéquat à l adhésion thérapeutique, la résistance à leur égard sera inévitable. Une recherche sur les méthodes de promotion de l adhésion par diverses modalités est nécessaire pour garantir la guérison de tous les patients et pour éviter l émergence de l extension de la résistance. Le traitement préventif de la TB est hélas sous-utilisé à ce jour en dépit d une large démonstration de son efficience à la fois au niveau de l individu et de la population. Des modèles mathématiques de lutte contre la TB démontrent que le traitement de l infection latente, que ce soit par les médicaments ou les vaccins, sera essentiel pour l élimination de la maladie. 48 Des stratégies de sélection des populations concernées par le traitement préventif, y compris (mais non seulement) les contacts au domicile et les sujets atteints d infection VIH, doivent être évaluées ; les moyens de garantir l adhésion thérapeutique exigent des recherches complémentaires. L impact du traitement préventif de masse, comme celui qui avait été réalisé chez les esquimaux de l Alaska dans les années 1950 et 1960, 49 devrait être évalué dans d autres populations à risque élevé ; une étude de cette approche chez les mineurs d or est actuellement en cours en Afrique du Sud. 50 Comme les nouveaux produits qui ciblent les organismes latents sont en cours de développement, il vaudrait la peine d envisager de restreindre leur utilisation au traitement prophylactique, garantissant ainsi que la résistance ne devienne une barrière à la prévention et que des options resteront

9 Comment la recherche peut aider à la maîtrise de la TB 9 disponibles pour les sujets atteints de TB-MDR ou de TB-XDR. Des stratégies complémentaires sont également importantes. Par exemple, la maîtrise de l infection a été complètement négligée jusqu il y a peu dans l ensemble du monde en développement. L importance de la transmission nosocomiale de TB à la fois sensible ou résistante aux médicaments au sein des institutions vers les travailleurs des soins de santé et vers d autres patients, particulièrement dans les contextes où le fardeau du VIH est élevé, 51 est toutefois devenue évidente, et la recherche sur les méthodes de maîtrise de cette source d infection est devenue une priorité mondiale. L agenda de recherche sur la maîtrise de l infection est extrêmement étendu et comporte la prise en charge, l hygiène, les diagnostics, l ingénierie, les sciences comportementales et la physique, pour ne nommer qu un petit nombre de disciplines qui peuvent contribuer à cet effort. D autres interventions qui peuvent jouer un rôle important dans la lutte contre la TB se situent au niveau de la population. Celles-ci comportent une utilisation plus précoce du traitement antirétroviral chez les sujets infectés par le VIH, une amélioration de l alimentation générale et des micronutrients, et la mise à disposition de maisons mieux ventilées et moins surpeuplées. Alors que tous ceux-ci peuvent apparaître comme des investissements valant la peine par eux-mêmes, la recherche concernant les avantages et les coûts relatifs de chacun d entre eux permettra aux décideurs de politique de faire un choix parmi les options lorsque celles-ci doivent être utilisées dans un cadre de ressources limitées. FINANCEMENT Comme souligné plus haut, l agenda de recherche sur la TB est important, ambitieux et urgent. Mais le financement de la recherche antituberculeuse est anémique, mesquin et insuffisant. En dépit du fardeau mondial extraordinaire de la TB en termes de perte de vies, d invalidité, de coûts de soins de santé et de coûts pour la société, l investissement dans l étude de la lutte contre la maladie est minuscule. Le Plan Mondial Stop TB a estimé qu un minimum de 9 milliards US$ soit 900 millions d US$ par année devraient être dépensés en recherche appliquée sur la TB entre 2006 et 2015 pour développer de nouveaux médicaments, de nouveaux moyens de diagnostic et de nouveaux vaccins ; actuellement, les investissements en recherche et développement (R&D) pour la TB totalisent moins de la moitié de cette somme. De plus, si l on admet que le Plan Mondial n inclut même pas de recommandations budgétaires pour les sciences fondamentales le fondement de tout progrès en matière de science ou pour les études opérationnelles sur le terrain visant à valider l utilisation de nouveaux outils et à définir les stratégies de lutte les plus couronnées de succès dans les contextes des programmes standard, certains ont recommandé que la recherche et le développement en TB nécessitent des investissements d au moins 2 milliards par an pour atteindre les objectifs de développement des nouveaux outils qui peuvent être la plateforme de l élimination de la TB d ici Selon l ensemble de données les plus complètes rapportées sur les investissements mondiaux en recherche et développement en TB au cours des années 2005 et 2006 (comportant le lancement du Plan Mondial) en 2007, 483 millions US$ seulement ont été dépensés pour l ensemble de R&D TB, y compris les sciences fondamentales et la re cherche opérationnelle, deux secteurs non inclus dans le Plan Mondial (Tableau 4). 6 Ceci représente une augmentation de 12% sur les 429 millions US$ signalés en 2006 pour la R&D TB, mais ceci reste encore loin des besoins et des objectifs du Plan Mondial. Comme noté dans le rapport 2008 du Treatment Action Group (TAG) sur le financement de la recherche TB, Tableau 4 Investissement mondial dans la recherche en matière de tuberculose en fonction des sources de financement (US$ ; source : rapport du Treatment Action Group) Ordre d importance, institution 1 US National Institute of Allergy and Infectious Diseases, NIH 2 Bill & Melinda Gates Foundation 3 European Commission Framework 6/7 4 Otsuka Pharmaceutical Company 5 US Centers for Disease Control & Prevention 6 US other institutes & centers, NIH 7 Wellcome Trust 8 UK Medical Research Council 9 Netherlands Ministry of Foreign Affairs 10 Novartis Institute for Tropical Diseases 11 US National Heart, Lung, and Blood Institute, NIH 12 Eli Lilly Foundation 13 US Agency for International Aid 14 Company X 15 AstraZeneca 16 Institut Pasteur 17 UK Department for International Development 18 Sequella, Inc 19 Irish Aid 20 Canadian Institute of Health Research 21 UK Health Protection Agency 22 Statens Serum Institute, Copenhagen, Denmark 23 Germany, Max Planck Institute for Infectious Biology 24 Company Y 25 New Zealand, Health Research Council 26 South Africa Medical Research Council 27 Ellison Medical Foundation 28 Mexico National Institute of Public Health 29 Dafra Pharma International Ltd. 30 Swedish International Development Cooperation 31 Denmark Ministry of Foreign Affairs 32 Brazil (amalgamated) 33 Anda Biologicals 34 Russian TB Institutes 35 KNCV Tuberculosis Foundation 36 US Food Development Authority 37 Korean Institute of Tuberculosis Total NIH = US National Institutes of Health. Montant (US$)

10 10 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease Figure 1 Dépenses des National Institutes of Health (US NIH) en matière de maladies infectieuses sélectionnées, (Source : Estimations du financement pour diverses recherches, conditions et catégories de maladie [RCDC], rcdc/categories/). AF = année financière ; VIH/SIDA = virus de l immunodéficience humaine / syndrome d immunodéficience acquise ; MST = maladies sexuellement transmissibles. «les dépenses sont encore lamentablement insuffisantes de près de cinq fois par comparaison avec les estimations du plan Mondial et du TAG sur les besoins annuels pour la recherche et le développement en matière de TB. L impression globale est celle d une inadéquation et d un échec de la volonté politique». 6 Le financeur isolé le plus important de la recherche sur la TB, le United States National Institutes of Health (NIH) ne dépense que cinq cents pour la TB par dollar dépensé pour la recherche VIH/SIDA (Figure 1), en dépit du fait que les deux maladies ont une portée et létalité mondiales similaires. A la Figure 2, on trouve les données du TAG concernant les investissements mondiaux de recherche TB pour 2007 ; elles soulignent le médiocre niveau de financement de la science fondamentale, des nouveaux outils (médicaments, diagnostics et vaccins) et de la recherche opérationnelle. Même la recherche sur le traitement pour la TB la catégorie de recherche la mieux financée ne représente, avec 170 millions US$ par an, que moins de la moitié des 403 millions qu on estime comme coûts directs pour la mise sur le marché d un nouveau médicament. 52 * * Les auteurs se concentrent sur les nouvelles entités moléculaires et estiment que le coût additionnel par médicament sera de 399 millions US$ en coût indirect et d opportunité. Pour une revue plus récente équilibrée des coûts du développement de nouveaux médicaments, voir le Congressional Budget Office, «Research and development in the pharmaceutical industry», publication CBO n 2589, octobre 2006, sur DrugR-D.pdf (disponible 17 décembre 2008). On peut concevoir que le développement d un nouveau médicament antituberculeux pourrait être moins cher en moyenne qu une nouvelle entité moléculaire si on utilisait des procédures plus expéditives de développement et d approbation. Figure 2 Investissement mondial dans la recherche en matière de tuberculose en 2007 par catégorie (source : rapport du Treatment Action Group 6 ). CONCLUSION Les succès réalisés au milieu du vingtième siècle qui ont transformé la TB en maladie curable ont entraîné des déclins catastrophiques du financement de la recherche et laissé le monde mal préparé à la reprise de la maladie TB à la fin du siècle, reprise alimentée par la pandémie de VIH et l effondrement des systèmes de santé dans l ancienne Union Soviétique qui a été le point de départ d une dispersion dévastatrice de TB à germes résistants aux médicaments. Actuellement ces deux formes de TB convergent pour former une «tempête parfaite» qui pourrait sans de nouvelles mesures rendre la TB fondamentalement incurable. 51

11 Comment la recherche peut aider à la maîtrise de la TB 11 En dépit des nouvelles prises de conscience de L Assemblée Mondiale de la Santé, 53 de la Déclaration Politique de la Session Spéciale de l Assemblée Générale des Nations Unies 54 et des dirigeants mondiaux lors du lancement du Plan Mondial Stop TB pour , 55 de nouveaux investissements publics et privés en matière de recherche TB continuent à se situer bien en dessous des besoins ; de nouvelles initiatives philanthropiques comme celles soutenues par la Fondation Bill & Melinda Gates, quoique louables, ne seront pas capables de remplir la carence de financement estimée à environ 1,5 milliards US$ par an. Les gouvernements tant des pays industrialisés que de ceux à haut fardeau, ainsi que l industrie et les secteurs nonmarchands et philanthropiques, doivent accroître leur financement pour la recherche et le développement en matière de TB jusqu à au moins 2 milliards par an afin d investir en science fondamentale, en recherche appliquée et en études opérationnelles qui sont toutes nécessaires pour élaborer, valider et raffiner les nouveaux outils essentiels pour que la TB cesse d être une menace de santé publique d ici La lutte contre les maladies transmissibles comme la TB est complexe et coûteuse et exige des efforts poursuivis pendant de nombreuses années. Bien que, au cours des 60 dernières années, on ait accompli beaucoup dans notre volonté de développer les outils et stratégies appropriés pour contenir la maladie, beaucoup plus d innovation et de créativité sont nécessaires. La recherche de meilleures méthodes pour combattre la TB doit continuer jusqu à l élimination de la maladie, comme cela a été le cas pour la variole. Abandonner la recherche avant que cet objectif ne soit atteint serait téméraire et dangereux. Nous ne saurons que nous avons mené suffisamment de recherches pour la lutte contre la TB que lorsque nous l aurons maîtrisée. Comme l a dit à merveille le légendaire joueur américain de baseball Yogi Berra «Rien n est gagné tant que ce n est pas terminé». Références 1 Ryan F. The forgotten plague: how the battle against tuberculosis was won and lost. Boston, MA, USA: Little, Brown, Comstock G W. Tuberculosis: a bridge to chronic disease epidemiology. Am J Epidemiol 1986; 124: Sudre P, ten Dam G, Kochi A. Tuberculosis: a global overview of the situation today. Bull World Health Organ 1992; 70: Behr M A, Small P M. Has BCG attenuated to impotence? Nature 1997; 389: World Health Organization. The Global Plan to Stop TB WHO Geneva, Switzerland: WHO, stoptb.org/globalplan/ Accessed December Agarwal N, Syed J, Harrington M. Tuberculosis research and development: a critical analysis of funding trends, New York, NY, USA: Treatment Action Group, www. treatmentactiongroup.org Accessed March Henderson D A. The challenge of eradication: lessons from past eradication campaigns. Int J Tuberc Lung Dis 1998; 2 (Suppl 1): S4 S8. 8 Anonymous. The Bamako call to action: research for health. Lancet 2008; 372: Cole S T, Brosch R, Parkhill J, et al. Deciphering the biology of Mycobacterium tuberculosis from the complete genome sequence. Nature 1998; 393: Valdivia R H, Hromockyj A E, Monack D, Ramakrishnan L, Falkow S. Applications for green fluorescent protein (GFP) in the study of host-pathogen interactions. Gene 1996; 173 (1 Spec No): Saiki R K, Gelfand D H, Stoffel S, et al. Primer-directed enzymatic amplification of DNA with a thermostable DNA polymerase. Science 1988; 239: Manabe Y C, Bishai W R. Latent Mycobacterium tuberculosis persistence, patience, and winning by waiting. Nat Med 2000; 6: Ulrichs T, Kaufmann S H. Mycobacterial persistence and immunity. Front Biosci 2002; 7: d Pai M, O Brien R. New diagnostics for latent and active tuberculosis: state of the art and future prospects. Semin Respir Crit Care Med 2008; 29: Getahun H, Harrington M, O Brien R, Nunn P. Diagnosis of smear-negative pulmonary tuberculosis in people with HIV infection or AIDS in resource-constrained settings: informing urgent policy changes. Lancet 2007; 369: Mueller D H, Mwenge L, Muyoyeta M, et al. Costs and costeffectiveness of tuberculosis cultures using solid and liquid media in a developing country. Int J Tuberc Lung Dis 2008; 12: Caviedes L, Lee T S, Gilman R H, et al. Rapid, efficient detection and drug susceptibility testing of Mycobacterium tuberculosis in sputum by microscopic observation of broth cultures. J Clin Microbiol 2000; 38: Arias M, Mello F C, Pavon A, et al. Clinical evaluation of the microscopic-observation drug-susceptibility assay for detection of tuberculosis. Clin Infect Dis 2007; 44: Pai M, Kalantri S, Dheda K. New tools and emerging technologies for the diagnosis of tuberculosis: part 2. Active tuberculosis and drug resistance. Expert Rev Mol Diagn 2006; 6: Boehme C C, Nabeta P, Henostroza G, et al. Operational feasibility of using loop-mediated isothermal amplification for diagnosis of pulmonary tuberculosis in microscopy centers of developing countries. J Clin Microbiol 2007; 45: Barnard M, Albert H, Coetzee G, O Brien R, Bosman M E. Rapid molecular screening for multidrug-resistant tuberculosis in a high-volume public health laboratory in South Africa. Am J Respir Crit Care Med 2008; 177: Phillips M, Cataneo R N, Condos R, et al. Volatile biomarkers of pulmonary tuberculosis in the breath. Tuberculosis (Edinb) 2007; 87: Khan I H, Ravindran R, Yee J, et al. Profiling antibodies to Mycobacterium tuberculosis by multiplex microbead suspension arrays for serodiagnosis of tuberculosis. Clin Vaccine Immunol 2008; 15: Medical Research Council. Streptomycin treatment of pulmonary tuberculosis. A Medical Research Council investigation. BMJ 1948; 2: Aziz M A, Wright A, Laszlo A, et al. Epidemiology of antituberculosis drug resistance (the Global Project on Antituberculosis Drug Resistance Surveillance): an updated analysis. Lancet 2006; 368: Dorman S E, Chaisson R E. From magic bullets back to the magic mountain: the rise of extensively drug-resistant tuberculosis. Nat Med 2007; 13: Spigelman M K. New tuberculosis therapeutics: a growing pipeline. J Infect Dis 2007; 196 (Suppl 1): S28 S Rosenthal I M, Zhang M, Williams K N, et al. Daily dosing of rifapentine cures tuberculosis in three months or less in the murine model. PLoS Med 2007; 4: e344.

12 12 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease 29 Conde M B, Efron A, Loredo C, et al. Moxifloxacin in the initial therapy of tuberculosis: a randomized, Phase 2 trial. Lancet 2009; 373: Rustomjee R, Lienhardt C, Kanyok T, et al. A Phase II study of the sterilising activities of ofloxacin, gatifloxacin and moxifloxacin in pulmonary tuberculosis. Int J Tuberc Lung Dis 2008; 12: Diacon A H, Pym A, Grobusch M, et al. Interim analysis of a double-blind, placebo-controlled study with TMC207 in patients with multi-drug resistant (MDR) tuberculosis. Program and abstracts of the 48th Annual ICAAC/IDSA 46th Annual Meeting, October 2008, Washington DC, USA. [Abstract B-881b] 32 Matsumoto M, Hashizume H, Tomishige T, et al. OPC-67683, a nitro-dihydro-imidazooxazole derivative with promising action against tuberculosis in vitro and in mice. PLoS Med 2006; 3: e Ginsberg A, Diacon A, Dawson R, et al. Extended early bactericidal activity (EBA) of PA-824, a novel drug for tuberculosis treatment. Program and abstracts of the 48th Annual Interscience Conference on Antimicrobial Agents and Chemotherapy/ Infectious Diseases Society of America 46th Annual Meeting, October 2008, Washington DC, USA. American Society of Microbiology, [Abstract B-881a] 34 Colditz G A, Brewer T F, Berkey C S, et al. Efficacy of BCG vaccine in the prevention of tuberculosis. Meta-analysis of the published literature. JAMA 1994; 271: Andersen P, Doherty T M. The success and failure of BCG implications for a novel tuberculosis vaccine. Nat Rev Microbiol 2005; 3: Behr M A, Wilson M A, Gill W P, et al. Comparative genomics of BCG vaccines by whole-genome DNA microarray. Science 1999; 284: Skeiky Y A, Sadoff J C. Advances in tuberculosis vaccine strategies. Nat Rev Microbiol 2006; 4: World Health Organization. TB/HIV research priorities in resource-limited settings: report of an expert consultation, February 2005, Geneva, Switzerland. WHO/HIV/ , WHO/HTM/ Geneva, Switzerland: WHO, Accessed December Fauci A S, NIAID Tuberculosis Working Group. Multi-drugresistant and extensively drug-resistant tuberculosis: The National Institute of Allergy and Infectious Diseases research agenda and recommendations for priority research. J Infect Dis 2008; 197: Cobelens F G J, Heldal E, Kimerling M E, et al. Scaling up programmatic management of drug-resistant tuberculosis: a prioritized research agenda. PloS Med 2008; 5: e Mitnick C D, Castro K G, Harrington M, Sacks L V, Burman W. Randomized trials to optimize treatment of multidrug-resistant tuberculosis. PLoS Med 2007; 4: e World Health Organization. A research agenda for childhood tuberculosis. Improving the management of childhood tuberculosis within national tuberculosis programmes: research priorities based on a literature review. WHO HTM/TB/ WHO/FCH/07.02 Geneva, Switzerland, researchmovement/assets/documents/researchpriorities%20 Final_ pdf Accessed December Donald P R, Maher D, Qazi S. A research agenda to promote the management of childhood tuberculosis within national tuberculosis programmes. Int J Tuberc Lung Dis 2007; 11: Burman W J, Cotton M F, Gibb D M, et al. Ensuring the involvement of children in the evaluation of new tuberculosis regimens. PloS Med 2008; 5: e Hesseling A C, Cotton M F, Marais B J, et al. BCG and HIV reconsidered: moving the research agenda forward. Vaccine 2007; 25: De Cock K M, Chaisson R E. Will DOTS do it? A reappraisal of tuberculosis control in countries with high rates of HIV infection. Int J Tuberc Lung Dis 1999; 3: Golub J E, Mohan C I, Comstock G W, Chaisson R E. Active case finding of tuberculosis: historical perspective and future prospects. Int J Tuberc Lung Dis 2005; 9: Dye C, Williams B G. Eliminating human tuberculosis in the twenty-first century. J R Soc Interface 2008; 5: Comstock G W, Ferebee S H, Hammes L M. A controlled trial of community-wide isoniazid prophylaxis in Alaska. Am Rev Respir Dis 1967; 95: Consortium to Respond Effectively to AIDS TB Epidemic. Baltimore, MD, USA: CREATE. studies/thibela Accessed December Gandhi N R, Moll A, Sturm A W, et al. Extensively drugresistant tuberculosis as a cause of death in patients co-infected with tuberculosis and HIV in a rural area of South Africa. Lancet 2006; 368: DiMasi J A, Hansen R W, Grabowski H G. The price of innovation: new estimates of drug development costs. J Health Econ 2003; 22: World Health Organization. Tuberculosis control: progress and long-term planning. 60th World Health Assembly. Resolutions and decisions. Resolution WHA Geneva, Switzerland: WHO, United Nations General Assembly. Declaration of Commitment on HIV/AIDS, 2 June New York, NY, USA: United Nations, /file/060602DraftPoliticalDeclaration.pdf Accessed December World Economic Forum. Obasanjo, Brown and Gates call on world leaders to fund new plan to stop tuberculosis. Press release, 27 January documents/stop%20tb%20anouncement%20global%20plan %20to%20Stop%20TB.pdf Accessed December 2008.

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La tuberculose est une maladie contagieuse causée par le Mycobacterium tuberculosis aussi appelé bacille de Koch. Au moment de l inhalation du bacille

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 LA SITUATION DE LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE ET EN AFRIQUE Par le Professeur Pierre Chaulet Alger 29 Novembre 2009 LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 En millions Taux Population mondiale 6.668 100% Personnes

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN Chaîne de production, exigences réglementaires et accès aux vaccins International Federation of Pharmaceutical Manufacturers & Associations LE CHEMINEMENT COMPLEXE D

Plus en détail

L infection tuberculeuse latente

L infection tuberculeuse latente Colloque Meditest 8 juin 2011 L infection tuberculeuse latente Jean-Pierre Zellweger Stades du développement de la tuberculose Les mycobactéries émises dans l air par un malade atteint de TB pulmonaire

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D ENQUÊTE CAS-INDEX DE TUBERCULOSE MAJ 20131115. Statut du cas-index

QUESTIONNAIRE D ENQUÊTE CAS-INDEX DE TUBERCULOSE MAJ 20131115. Statut du cas-index No LSPQ : No RAMQ : Nom : Prénom : Date de naissance : Âge : Sexe : M F Année - mois - jour Adresse (principale) : Code postal : Téléphone : Résidence : Travail : Autre : si enfant de moins de 18 ans,

Plus en détail

Qu est-ce que c est la tuberculose?

Qu est-ce que c est la tuberculose? Qu est-ce que c est la tuberculose? La tuberculose, souvent connu comme TB, est une maladie propagée par le microbe tuberculose. A peu près 8 millions de personnes par an sont infectées par la TB et 2

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte prévalence : expérience du service des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Diop NA, Ndoye D, Niang

Plus en détail

COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT. Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement

COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT. Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement RÉSUMÉ DU RAPPORT Décembre 21 sera l heure du bilan de la décennie

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Curriculum vitae. Dr Margaret F. D. Chan BSc, MD (Canada) MSc PH (Singapour) Nationalité : chinoise Âge : 63 ans

Curriculum vitae. Dr Margaret F. D. Chan BSc, MD (Canada) MSc PH (Singapour) Nationalité : chinoise Âge : 63 ans Curriculum vitae Dr Margaret F. D. Chan BSc, MD (Canada) MSc PH (Singapour) Nationalité : chinoise Âge : 63 ans Depuis 2007, le Dr Chan occupe le poste de Directeur général de l OMS. Entrée à l OMS en

Plus en détail

Synthèse du rapport (en français)

Synthèse du rapport (en français) Rapport MSF Octobre 2006 Overview and critical analysis of the current drug pipeline Martina Casenghi, PhD. Synthèse du rapport (en français) Traduction des conclusions du rapport Rapport MSF (Résumé)

Plus en détail

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 Place des Nouveaux Tests de Dosage de L INTERFERON GAMMA dans le diagnostic de la Tuberculose Fadi ANTOUN, Cellule Tuberculose DASES Le Quotidien du Médecin 2005

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

Unité 11: Développement des ressources. humaines pour la mise en œuvre des activités conjointes de lutte contre la

Unité 11: Développement des ressources. humaines pour la mise en œuvre des activités conjointes de lutte contre la Unité 11: Développement des ressources humaines pour la mise en œuvre des activités conjointes de lutte contre la tuberculose et le VIH Objectifs A la fin de cette unité, les participants seront capables

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Unité Inserm UMR 1087-CNRS UMR 6291 Hervé Le Marec Evolution de la médecine et de la recherche biomédicale développement de traitements

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB Alimatou Ndiaye et Christian Lienhardt Programme Tuberculose, UMR 145 IRD Dakar Justification

Plus en détail

Application du Règlement sanitaire international (2005)

Application du Règlement sanitaire international (2005) CONSEIL EXECUTIF EB122/8 Cent vingt-deuxième session 10 janvier 2008 Point 4.5 de l ordre du jour provisoire Application du Règlement sanitaire international (2005) Rapport du Secrétariat 1. Dans la résolution

Plus en détail

Réseau de métrologie sanitaire (HMN - Health Metrics Network) LE RÉSEAU, SA NATURE, SES ACTIVITÉS FUTURES ET SES AVANTAGES POTENTIELS POUR LES PAYS

Réseau de métrologie sanitaire (HMN - Health Metrics Network) LE RÉSEAU, SA NATURE, SES ACTIVITÉS FUTURES ET SES AVANTAGES POTENTIELS POUR LES PAYS Réseau de métrologie sanitaire (HMN - Health Metrics Network) LE RÉSEAU, SA NATURE, SES ACTIVITÉS FUTURES ET SES AVANTAGES POTENTIELS POUR LES PAYS 1. Qu est-ce que le Réseau de métrologie sanitaire HMN

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement Strasbourg, le 26 mars 2009 AP/CAT (2009) 12 ACCORD EUROPEEN ET MEDITERRANEEN SUR LES RISQUES MAJEURS (EUR-OPA) RECOMMANDATION 1863 (2009) DE L ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE Environnement et santé: pour une

Plus en détail

Le test Xpert MTB/RIF sur le site de soins pour les suspects de tuberculose à frottis négatif dans un dispensaire de soins primaires en Afrique du Sud

Le test Xpert MTB/RIF sur le site de soins pour les suspects de tuberculose à frottis négatif dans un dispensaire de soins primaires en Afrique du Sud INT J TUBERC LUNG DIS 17(3):368 372 2013 The Union Le test Xpert MTB/RIF sur le site de soins pour les suspects de tuberculose à frottis négatif dans un dispensaire de soins primaires en Afrique du Sud

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

Retour sur investissement des vaccins antipaludiques : évaluations préliminaires de l impact sur la santé publique en Afrique

Retour sur investissement des vaccins antipaludiques : évaluations préliminaires de l impact sur la santé publique en Afrique Résumé d orientation : Cadre national pour la prise de décisions concernant les vaccins antipaludiques Retour sur investissement des vaccins antipaludiques : évaluations préliminaires de l impact sur la

Plus en détail

Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 Plan 1. Définition 2. Epidémiologie 3. Histoire naturelle de la maladie 4. Diagnostic 5. Prévention 6. Traitement 2 1- Définition

Plus en détail

Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens

Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens Résumé Avril 2015 Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens

Plus en détail

Mais qu'est ce que la tuberculose? Mycobacterium tuberculosis,

Mais qu'est ce que la tuberculose? Mycobacterium tuberculosis, La brochure rassemble les plus fréquentes questions adressées aux opérateurs du secteur de la part des parents, des enseignants et de la part de tous ceux qui ont des doutes sur la maladie tuberculeuse

Plus en détail

L utilisation des indicateurs de la performance pour améliorer les systèmes de santé

L utilisation des indicateurs de la performance pour améliorer les systèmes de santé L utilisation des indicateurs de la performance pour améliorer les systèmes de santé Sheila Leatherman Center for Health Care Policy and Evaluation, Minnéapolis, MN Nuffield Trust, Londres, Grande-Bretagne

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général Nations Unies A/65/63/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 30 juillet 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Points 130 et 137 de l ordre du jour provisoire* Examen de l efficacité

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 1 / 5

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 1 / 5 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Première étude clinique au monde visant à évaluer un vaccin anti-abêta destiné à cibler les caractéristiques de type Alzheimer chez les personnes atteintes du syndrome de Down Etude

Plus en détail

Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique

Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/37 Point 16.3 de l ordre du jour provisoire 14 mars 2014 Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique Rapport du Secrétariat

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé

Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé Les liens entre la dénutrition et la santé La dénutrition est la cause de mortalité infantile la plus importante dans la plupart des

Plus en détail

Nouvelle loi sur les épidémies

Nouvelle loi sur les épidémies Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Nouvelle loi sur les épidémies Questions et réponses Date : juillet 2013 Table des matières

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives Comment assurer une expérience utilisateur exceptionnelle pour les applications métier

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 12 décembre 2009

Communiqué de presse. Bâle, le 12 décembre 2009 Communiqué de presse Bâle, le 12 décembre 2009 Meilleures chances de guérison pour les patientes souffrant de cancer du sein HER2- positif de stade précoce lorsqu elles reçoivent Herceptin pendant un an

Plus en détail

Santé humaine Améliorer la santé dans le monde grâce aux techniques nucléaires

Santé humaine Améliorer la santé dans le monde grâce aux techniques nucléaires Programme de coopération technique Santé humaine Améliorer la santé dans le monde grâce aux techniques nucléaires Grâce à ses activités et compétences très diverses dans le domaine des sciences et de la

Plus en détail

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? S assurer que les entreprises tirent un maximum de valeur de leurs fournisseurs de services en TI, y compris flexibilité

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse r Orlando, le 2 juin 2009 Roche-EDIFICE : de nouvelles données publiées dans le cadre du congrès de l ASCO confirment l intérêt d un programme structuré de dépistage systématique dans

Plus en détail

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique et l Institut Pasteur Un partenariat qui a bien plus de 100 ans Beaucoup des grands noms de la recherche française sur les maladies tropicales

Plus en détail

Réduire les hospitalisations évitables :

Réduire les hospitalisations évitables : Réduire les hospitalisations évitables : Une politique pour rentabiliser les dépenses de soins de santé Introduction L échec dans le domaine de la prévention et dans l accès adapté et satisfaisant aux

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction Buts et objectifs 1.Améliorer la qualité du service fourni aux divers clients/mandants de la Caisse 2.Fixer des objectifs clairs et mesurables dont la réalisation puisse

Plus en détail

Nouveautés dans le diagnostic biologique de la tuberculose

Nouveautés dans le diagnostic biologique de la tuberculose Nouveautés dans le diagnostic biologique de la tuberculose Philippe Lanotte Service de Bactériologie-Virologie Pôle de Microbiologie-Infectiologie Hôpital Bretonneau CHRU de Tours Journées de Formation

Plus en détail

LE PREMIER CANDIDAT VACCIN CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS

LE PREMIER CANDIDAT VACCIN CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS FAITS ET CHIFFRES LE PREMIER CANDIDAT VACCIN CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS UN DEFI POUR LA SANTE PUBLIQUE MONDIALE La dengue, maladie transmise par les moustiques et

Plus en détail

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Entre médecine humaine et médecine vétérinaire: l usage et l abandon de la vaccination dans la prophylaxie de la tuberculose

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CEP C 2 2014.1 Doc 6b Original: anglais CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission 2 (Développement des marchés) Questions intéressant le Groupe «Economie postale appliquée

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES AVIAIRES Principales espèces pathogènes chez les poules et les dindes: Mycoplasma gallisepticum, M. synoviae, M. meleagridis, M. iowae, Tropisme

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

BACILLE DE KOCH (LA TUBERCULOSE)

BACILLE DE KOCH (LA TUBERCULOSE) Page 1/9 BACILLE DE KOCH (LA TUBERCULOSE) SOMMAIRE 1 GENERALITES...2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE...2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE...2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...2 1.4 CONTAGIOSITE...2

Plus en détail

LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS

LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS FAITS ET CHIFFRES LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS UN DEFI POUR LA SANTE PUBLIQUE MONDIALE La dengue, maladie transmise par les moustiques et

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale Conférence-Débat Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE Académie des sciences 15h15 Introduction Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de l Académie des sciences 15h30 Actualités sur

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Le VIH/sida, la loi et vous

Le VIH/sida, la loi et vous Le VIH/sida, la loi et vous Protection contre la discrimination Le VIH et le sida sont considérés comme des invalidités comme n importe quel autre état pathologique. Le Code canadien des droits de la personne

Plus en détail

Des systèmes de santé plus robustes. Un impact plus grand sur la santé.

Des systèmes de santé plus robustes. Un impact plus grand sur la santé. Tuberculose Renforcer les systèmes de santé pour éradiquer la TB : une approche axée sur les personnes Des systèmes de santé plus robustes. Un impact plus grand sur la santé. de solides compétences et

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/57/598

Assemblée générale. Nations Unies A/57/598 Nations Unies A/57/598 Assemblée générale Distr. générale 12 novembre 2002 Français Original: anglais Assemblée générale Cinquante-septième session Points 31, 32, 79, 84 c), 87, 88 et 89 de l ordre du

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés

Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés Dr D. Monnier Service d Immunologie Thérapie Cellulaire et Hématopoïèse (ITeCH) CHU de RENNES Données épidémiologiques

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

L INSTITUT DE RECHERCHE EN

L INSTITUT DE RECHERCHE EN 1 L INSTITUT DE RECHERCHE EN IMMUNOLOGIE ET EN CANCÉROLOGIE COMMERCIALISATION DE LA RECHERCHE VISION Être un centre reconnu internationalement pour ses activités de maximisation de la valeur de la recherche

Plus en détail

COMITÉ PERMANENT DE LA SANTÉ DE LA CHAMBRE DES COMMUNES. Examen du plan décennal pour consolider les soins de santé

COMITÉ PERMANENT DE LA SANTÉ DE LA CHAMBRE DES COMMUNES. Examen du plan décennal pour consolider les soins de santé COMITÉ PERMANENT DE LA SANTÉ DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Examen du plan décennal pour consolider les soins de santé Jeff Poston Directeur exécutif Association des pharmaciens du Canada Ottawa, Ontario 13

Plus en détail

Ordre du jour provisoire

Ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/1 Cent trente-huitième session 16 octobre 2015 Genève, 25-30 janvier 2016 Ordre du jour provisoire 1. Ouverture de la session et adoption de l ordre du jour Documents EB138/1 et

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Réunion GERES du 6 juillet 2007 : D Abiteboul,, E Bouvet, A Buonaccorsi,, G Carcelain,, M Domart-Rançon,

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONCLUSION

CHAPITRE 6 CONCLUSION 112 CHAPITRE 6 CONCLUSION Un randonneur sur une pente abrupte Don Mason/CORBIS 113 Manuel d éthique médicale Manuel d éthique Principales médicale Manuel caractéristiques d éthique médicale et de recherche

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON Programme VIH/sida MISE À JOUR PROGRAMMATIQUE UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON RÉSUMÉ ANALYTIQUE AVRIL 2012 WHO/HIV/2012.8

Plus en détail