Baromètre hiver 2011/2012 SymphonyIRI Group / Climpact

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre hiver 2011/2012 SymphonyIRI Group / Climpact"

Transcription

1 13 avril

2 Baromètre hiver 2011/2012!es i&pacts de la &-t-o sur la structure d1ac2at des ménages sont traditionnellement moins marqués en hiver que lors des autres saisons. Malgré cela, la vie des marchés peut être assez fortement perturbée par des variations assez fortes des températures d1une ann-e sur l1autre4 Les résultats de cette nouvelle édition du baromètre SymphonyIRI/Climpact le prouvent une nouvelle fois. 1. Les conditions météorologiques au cours des 2 derniers hivers. Les courbes de températures durant les 13 semaines de décembre/janvier/février des 2 dernières années, avec le rappel des «normales saisonnières» témoignent des fortes différences des conditions météorologiques des 2 derniers hivers. Le mois de décembre 2010 avait été particulièrement froid, notamment juste avant les fêtes de Noël. Dans de nombreuses régions, le thermomètre était descendu bien au-dessous de zéro.!e tout d-5ut d1ann-e 6788 a9ait -t- nette&ent plus clément. En janvier et février, les températures étaient même plutôt élevées. En termes, non pas à proprement parler de type de produits achetés mais plutôt de fréquentation des magasins, les mauvaises conditions de circulation :9er;las< s1-taient traduites par une limitation des déplacements. Les ménages avaient repris le chemin des grandes surfaces alimentaires et avaient reporté leurs courses de plein en tout début janvier La configuration a été tout autre au cours de cet hiver 2011/2012. Dans le prolongement du mois d1octo5re et du &ois de novembre, le mois de décembre a été plutôt beau et chaud. Les températures moyennes sur l1ense&5le du territoire ont -t- de l1ordre de => sup-rieures aux normales saisonnières et surtout de 6 supérieures au mois de décembre Les températures sont restées relativement élevées durant tout le mois de janvier et plutôt sup-rieures? celle de l1an dernier. Nous avons ensuite connu, durant 2 semaines, un grand coup de froid avec des températures extrêmement négatives mais sans trop de précipitations. Les températures étaient alors de près de 10 inférieures à la nor&e &ais aussi? celles de l1an dernier4 2

3 Aour r-su&er le lien a9ec la &esure de l1i&pact de la météo sur les achats de produits de grande consommation, nous avons repris ci-après les mêmes résultats consolidés au mois le mois. 2.!"#$%&'( *+, -& './*.$$&(#./ 01* 234 1/ HM+SM. a) Décembre 2011 Le très bon mois de décembre en termes de conditions cli&atibues? dans l1a5solu &ais plus encore en a eu tendance? p-naliser l1acti9it- des &a;asins4!1au;&entation des 9entes de 5iCres et de DRFA n1a pas co&pens- les pertes sur l1ali&entaire stricto-sensu et par exemple sur les soupes. Fi l1acti9it- ;-n-rale a -t- 5onne en d-ce&5re :H84=I<J c1est donc essentielle&ent ;rkce? ni9eau d1ac2at sur des produits non météo sensibles, notamment en DPH. Elle r-sulte de des ac2atsj l1an dernierj? cause de la neige et du verglas. 3

4 b) Janvier 2012 Fans trop de surprisej l1assem ;rande similitude des conditions météo entre les mois de janvier 2011 et 2012 se traduit par des impacts quasi-nuls sur l1ense&5le de l1acti9it- ANC. En symétrie de ce que nous avons vu sur décembre, les de l1acti9it- constat-es sur le pre&ier &ois de l1ann-e sont? &ettre au d1une pre&icre semaine 2011 très forte et atypique (rattrapage de décembre 2010). Autre élément important, au vu du niveau faible de l1i&pact météo : les alcools et les BRSA sont de toute évidence touc2-s par l1au;&entation des taxes dcs le mois de janvier. On pourra souligner que pratiquement toute la croissance de l1acti9it- sur ce &ois est i&puta5le aux conditions climatiques particulières. Parmi les catégories qui ont profité des grands froids de début février, nous pouvons citer par exemple les fromages à consommer chaud, les aides culinaires, et bien sûr les soupes et potages. Les catégories «victimes» du mois de décembre très clément récupèrent quasiment leur manque à gagner enre;istr- 6 &ois plus tqt R4et 9ice 9ersa4 c) Février 2012 A l1in9erse du &ois de d-ce&5rej les te&p-ratures négatives ont eu tendance à dynamiser les &-t-o a -t- particulicre&ent pour l1-piceriej &ais -;ale&ent pour certains se;&ents de la crémerie. 4

5 Projet1 16/04/12 10:05 Page 1

6 A propos de SymphonyIRI Group SymphonyIRI Group, précédemment IRI (Information Resources, Inc.) est le leader de solutions innovantes à destination des Industriels et Distributeurs de la Grande Consommation (PGC). SymphonyIRI offre deux types de services complémentaires : les solutions IRI pour la mesure des marchés, et les solutions Symphony Advantage pour dégager les nouvelles opportunités de croissance dans les domaines du marketing, des ventes, du category management et du comportement des shoppers. Les solutions de SymphonyIRI associent d'une façon unique les données, la modélisation et la technologie pour apporter le maximum de pertinence et d'impact sur les résultats. SymphonyIRI aide les entreprises à concevoir, planifier et mettre en oeuvre à tous les niveaux de leur organisation, les stratégies qui feront les performances de demain. Pour plus d'information A propos de Climpact Fondé en 2003 par des experts climat, CLIMPACT est le leader Européen de la Business Intelligence Climatique. Partant du constat que 70% de l1-cono&ie est U &-t-o-sensible», CLIMPACT est le promoteur de la Compétitivité Climatique: comprendre, mesurer et anticiper l'impact des aléas climatiques sur l'activité pour gagner en compétitivité. L'offre Weather Competitiveness Services permet aux entreprises de convertir, pour chacun de leurs produits ou services, les fluctuations météorologiques en avantages compétitifs. Plus d'informations sur 6

21 juin 2012. Baromètre Printemps 2012 SymphonyIRI Group / Climpact

21 juin 2012. Baromètre Printemps 2012 SymphonyIRI Group / Climpact 21 juin 2012 25 juin 2012 1 Baromètre printemps 2012 Introduction Alors que nous sommes déjà rentrés dans la seconde quinzaine du mois de juin, nous nous demandons si l été va se décider à arriver. Et

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre TRANSFORMER LES FLUCTUATIONS CLIMATIQUES EN AVANTAGES COMPETITIFS

Cliquez pour modifier le style du titre TRANSFORMER LES FLUCTUATIONS CLIMATIQUES EN AVANTAGES COMPETITIFS Cliquez pour modifier le style du titre TRANSFORMER LES FLUCTUATIONS CLIMATIQUES EN AVANTAGES COMPETITIFS L entreprise CLIMPACT Essaimage de l Institut Pierre Simon Laplace des Sciences de l Environnement

Plus en détail

Dossier de Presse. Leader Européen de la Compétitivité Climatique

Dossier de Presse. Leader Européen de la Compétitivité Climatique Leader Européen de la Compétitivité Climatique Dossier de Presse Weather Competitiveness Services Convertir les fluctuations météorologiques en avantages compétitifs 2012 YUCATAN Céline Bernard cbernard@yucatan.fr

Plus en détail

Compétitivité Climatique dans l'entreprise. Outils - Usages - Problématiques

Compétitivité Climatique dans l'entreprise. Outils - Usages - Problématiques "Atmosphère et prévisions météorologiques : nouveaux outils numériques, nouveaux usages" INRIA, 27 septembre 2012 Compétitivité Climatique dans l'entreprise Impacts météo et activités des entreprises Outils

Plus en détail

La gestion opérationnelle de la météosensibilité. La prévision météorologique et hydrologique au cœur de l Économie et de la Société

La gestion opérationnelle de la météosensibilité. La prévision météorologique et hydrologique au cœur de l Économie et de la Société La gestion opérationnelle de la météosensibilité La prévision météorologique et hydrologique au cœur de l Économie et de la Société La société METNEXT METNEXT en bref Notre métier : L assistance aux entreprises

Plus en détail

CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION

CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION Ce document présente : les principales caractéristiques cycliques de la consommation d électricité en France, les différents

Plus en détail

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes).

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes). Grille de planification Expédition météo Spécialiste de l atmosphère Spécialiste des vents Spécialiste des nuages Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10

Plus en détail

La compréhension des facteurs aléatoires et de la météo-sensibilité

La compréhension des facteurs aléatoires et de la météo-sensibilité Comment fiabiliser la prévision des ventes et optimiser les promotions? La compréhension des facteurs aléatoires et de la météo-sensibilité Accenture - Grande Consommation *La haute performance. Réalisée.

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Le taux de service en linéaire

Le taux de service en linéaire Le taux de service en linéaire Etude Shopper + Baromètre ECR SymphonyIRI Group (vague Eté 2010) Mardi 26 octobre 2010 - Aéroclub de France Matinée ECR organisée par M. Xavier HUA Délégué General ECR France

Plus en détail

Kit de base "Zéro rupture : mode d'emploi"

Kit de base Zéro rupture : mode d'emploi Kit de base "Zéro rupture : mode d'emploi" 57 Actions à mettre en œuvre dans mon entreprise pour réduire les ruptures en linéaires Clés de lecture Nombre d actions sur chaque processus Difficultés rencontrées

Plus en détail

KIT DE SENSIBILISATION «ZERO RUPTURE MODE D EMPLOI» Enjeux, démarche et outils pour lutter contre les ruptures linéaires

KIT DE SENSIBILISATION «ZERO RUPTURE MODE D EMPLOI» Enjeux, démarche et outils pour lutter contre les ruptures linéaires KIT DE SENSIBILISATION «ZERO RUPTURE MODE D EMPLOI» Enjeux, démarche et outils pour lutter contre les ruptures linéaires 1 Objectif du kit de sensibilisation Mettre à disposition des industriels et des

Plus en détail

Canicule et business, quand la météo fait l économie!

Canicule et business, quand la météo fait l économie! Canicule et business, quand la météo fait l économie! La canicule actuelle, par conséquent la meteo en général, a de nombreuses conséquences sur le business des entreprises : 70 % environ des entreprises

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

BILAN DES DEFIS CONSOMMATION, GESTION DES DECHETS MOBILITE Octobre 2012 à juin 2013

BILAN DES DEFIS CONSOMMATION, GESTION DES DECHETS MOBILITE Octobre 2012 à juin 2013 BILAN DES DEFIS CONSOMMATION, GESTION DES DECHETS MOBILITE Octobre 2012 à juin 2013 Le 23 octobre 2012, 25 familles étaient présentes à la réunion d information et de lancement des défis. 19 défis leur

Plus en détail

Direction du Service de l informatique

Direction du Service de l informatique Plan de travail 2008-2009 Direction du Service de l informatique Document rédigé par : Richard Lacombe Directeur du Service de l informatique Martin Ménard Responsable de la micro-informatique Septembre

Plus en détail

Denys BREYSSE - Myriam CHAPLAIN Philippe MALAURENT GHYMAC

Denys BREYSSE - Myriam CHAPLAIN Philippe MALAURENT GHYMAC Modélisation des variations aléatoires combinées de température et d humidité dans l environnement des ouvrages Denys BREYSSE - Myriam CHAPLAIN Philippe MALAURENT Matériaux et ouvrages sensibles à l environnement

Plus en détail

Concept nutritionnel. version 2012

Concept nutritionnel. version 2012 Concept nutritionnel version 2012 Pertuis-du-Sault 18 2000 Neuchâtel Tél. +41 (0)32 727 11 11 Fax +41 (0)32 727 11 10 home.ermitage@ne.ch www.home-ermitage.ch Date : 12.10.12 Auteur : DIR Version : 2 CONCEPT

Plus en détail

Madame Michu en 2013, sa consommation PGC & media. Laurent Zeller Président Directeur Général, Nielsen France

Madame Michu en 2013, sa consommation PGC & media. Laurent Zeller Président Directeur Général, Nielsen France Madame Michu en 2013, sa consommation PGC & media Laurent Zeller Président Directeur Général, Nielsen France L environnement media a changé PRESSE TELEVISION AFFICHAGE RADIO COURRIER ONLINE drastiquement

Plus en détail

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»:

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Paris, le 11 juin 2014 Les dernières barrières à l achat

Plus en détail

Les hypermarchés en 2013

Les hypermarchés en 2013 DR DR DR Les hypermarchés en 2013 Jacques Dupré Directeur Insights 4 juilllet 2013 Introduction Les hypermarchés ont fêté leurs 50 ans au cours du mois de juin. Cet anniversaire a été l objet de célébrations

Plus en détail

Communiqué de presse Résultats du premier semestre 2007 23 août 2007

Communiqué de presse Résultats du premier semestre 2007 23 août 2007 Vente de gaz naturel en baisse de 21,3% Baisse des ventes en Belgique (-22,8 %) en raison des températures particulièrement douces du premier semestre et de la diminution des ventes aux centrales électriques.

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer Gestes et réglages méconnus Quelques infos pour commencer Cette lettre traite des gestes et réglages méconnus. D autres lettres sont entièrement dédiées à : - La courbe de chauffe - La régulation de chauffage

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES CHAMPAGNE-ARDENNE

TENDANCES RÉGIONALES CHAMPAGNE-ARDENNE TENDANCES RÉGIONALES CHAMPAGNE-ARDENNE MAI 2007 CHAMPAGNE-ARDENNE Tendances régionales Mai 2007 1 Vue d ensemble de l activité économique Période sous revue : AVRIL 2007 INDUSTRIE 30,3 % des effectifs

Plus en détail

Le système d information en classe de première STMG

Le système d information en classe de première STMG Le système d information en classe de première STMG Description du thème Propriétés Description Intitulé long Formation concernée Matière Thème Question de gestion Intitulé long Données, information et

Plus en détail

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Décembre 211 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 21 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

INVITATION CONCOURS EUROPÉEN D ÉDUCATION ROUTIÈRE DE LA FIA DU 5 AU 7 SEPTEMBRE 2014 LILLESTRÖM, NORVÈGE

INVITATION CONCOURS EUROPÉEN D ÉDUCATION ROUTIÈRE DE LA FIA DU 5 AU 7 SEPTEMBRE 2014 LILLESTRÖM, NORVÈGE INVITATION CONCOURS EUROPÉEN D ÉDUCATION ROUTIÈRE DE LA FIA DU 5 AU 7 SEPTEMBRE 2014 LILLESTRÖM, NORVÈGE Bruxelles, le 25 Mars 2014 Chers amis, Les enfants font partie des usagers de la route les plus

Plus en détail

REUNION PRESSE VENDREDI 20 FEVRIER 2015. CONTACT PRESSE CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.

REUNION PRESSE VENDREDI 20 FEVRIER 2015. CONTACT PRESSE CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias. REUNION PRESSE VENDREDI 20 FEVRIER 2015 CONTACT PRESSE CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.fr SOMMAIRE LE MARCHE DU PNEUMATIQUE EN FRANCE EN 2014 (Sources : ventes

Plus en détail

Le Drive dans les PGC. IFM Jacques Dupré, Directeur Insights Frédéric Nicolas, Directeur Shopper Insights

Le Drive dans les PGC. IFM Jacques Dupré, Directeur Insights Frédéric Nicolas, Directeur Shopper Insights Le Drive dans les PGC IFM Jacques Dupré, Directeur Insights Frédéric Nicolas, Directeur Shopper Insights 17 juin 2014 Agenda 1 Le parc et le suivi IRI 2 Les performances du Drive à date 3 Les comportements

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

7.50 5.00 4.75 9.00 2.30 8.50 1.99 5.99. Guerre des prix en France 1.00 6.75 7.00. Bilan et enseignements pour les autres pays européens 2.

7.50 5.00 4.75 9.00 2.30 8.50 1.99 5.99. Guerre des prix en France 1.00 6.75 7.00. Bilan et enseignements pour les autres pays européens 2. Guerre des prix en France Bilan et enseignements pour les autres pays européens 2.30 6.75 7.00 4 5.00 8.50 1.00 5 5.99 9.50 1.99 6 7.50 3 2.50 6.50 4.75 9.00 Jacques Dupré, Directeur Insights, IRI Juillet

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ECONOMIE GENERALE ET ECONOMIE D'ENTREPRISE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ECONOMIE GENERALE ET ECONOMIE D'ENTREPRISE BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ECONOMIE GENERALE ET ECONOMIE D'ENTREPRISE SESSION 2012 Durée : 3 heures Coefficient 2 : BTS Banque Coefficient 3 : BTS Professions immobilières

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Explo ra

Rapport de fin de séjour Explo ra Rapport de fin de séjour Explo ra Échange Master Ressources Humaines Université Laval, Québec, Canada Septembre 2012 - Avril 2013 A vie pratique Logement J ai cherché un logement sur internet (1 mois avant

Plus en détail

BAROMETRE DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ACCOMPAGNEES PAR L ANPME

BAROMETRE DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ACCOMPAGNEES PAR L ANPME BAROMETRE DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ACCOMPAGNEES PAR L ANPME Présentation des résultats 3 ème édition EUROPALLIANCES CONSULTING SARL Casablanca Technopark, Bureaux 309/310, Route de Nouaceur,

Plus en détail

1- Ce que pensent beaucoup d adultes

1- Ce que pensent beaucoup d adultes LE MOUVEMENT APPARENT DU SOLEIL SOUS NOS LATITUDES ET SES CONSEQUENCES 1- Ce que pensent beaucoup d adultes Avec un tel modèle on ne peut avoir la durée du jour deux fois plus longue le 21 juin que le

Plus en détail

Slovenie / Croatie Serbie / Bosnie / Montenegro

Slovenie / Croatie Serbie / Bosnie / Montenegro Slovenie / Croatie Serbie / Bosnie / Montenegro Mythique Yougoslavie FORMALITÉS Carte nationale d identité en cours de validité ou passeport valide. Pensez à en faire une photocopie, en cas de perte cela

Plus en détail

CONSTRUIS TA PROPRE STATION AVEC METEOZ

CONSTRUIS TA PROPRE STATION AVEC METEOZ CONSTRUIS TA PROPRE STATION AVEC METEOZ Aujourd hui, c est décidé : tu deviens apprenti météorologue grâce à Meteoz! Il fait beau : c est l occasion idéale pour construire ta propre station météo et faire

Plus en détail

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Pour diffusion immédiate DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS MONTRÉAL (Québec), le 12 juin 2014

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

N Y OU OÙ 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes. ni n y ou où

N Y OU OÙ 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes. ni n y ou où GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES NI HOMOPHONES N Y OU OÙ 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes ni n y ou où NI N Y ni : conjonction de coordination. ni est le pendant négatif de ou

Plus en détail

L'Oscillation Nord-Atlantique, qu'est-ceque

L'Oscillation Nord-Atlantique, qu'est-ceque JANVIER 2010 ET N.A.O. NEGATIVE (North Atlantic Oscillation) L'Oscillation Nord-Atlantique, qu'est-ceque c'est? L'oscillation nord-atlantique (ou North Atlantic Oscillation en anglais, d'où le sigle NAO),

Plus en détail

pour travailler? Des solutions existent! Parlez-en avec votre délégué Centrale Générale de la FGTB.

pour travailler? Des solutions existent! Parlez-en avec votre délégué Centrale Générale de la FGTB. Trop FROID pour travailler? Des solutions existent! Parlez-en avec votre délégué Centrale Générale de la FGTB. Il fait trop froid pour travailler Brrr! L hiver : les mauvaises conditions météorologiques,

Plus en détail

Banque Nationale du Canada Prix quotidien de l'action ordinaire à la fermeture des marchés (ajusté*)

Banque Nationale du Canada Prix quotidien de l'action ordinaire à la fermeture des marchés (ajusté*) Pour l'année 2015 1 2 45.02 $ 2 48.40 $ 1 45.90 $ 1 48.90 $ 1 48.69 $ 1 3 1 42.29 $ 1 43.16 $ 2 43.18 $ 2 50.05 $ 3 46.82 $ 3 47.75 $ 2 46.06 $ 4 49.12 $ 2 49.07 $ 2 46.69 $ 4 45.81 $ 2 42.12 $ 2 40.89

Plus en détail

Rapport de fin de séjour à l étranger

Rapport de fin de séjour à l étranger Rapport de fin de séjour à l étranger Dates du stage : 14/04/10 au 13/06/10 Société : Groupe Turcotte 317 rue Racine, Granby, QC J2G3B6 INTRODUCTION Effectuant des études dans le domaine des ressources

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES.

LE BUDGET DES VENTES. R Cordier LE BUDGET DES VENTES. Conception du budget des ventes. ETUDE DU MARCHE Étude de la concurrence Définition d'une stratégie commerciale CONTRAINTES Capacités de production Possibilités d'évolution

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE PARIS LE CHANGEMENT CLIMATIQUE À PARIS ÉVOLUTION DU CLIMAT À PARIS DEPUIS 1900, QUEL CLIMAT FUTUR?

CHANGEMENT CLIMATIQUE PARIS LE CHANGEMENT CLIMATIQUE À PARIS ÉVOLUTION DU CLIMAT À PARIS DEPUIS 1900, QUEL CLIMAT FUTUR? 1800 CHANGEMENT CLIMATIQUE PARIS LE CHANGEMENT CLIMATIQUE À PARIS ÉVOLUTION DU CLIMAT À PARIS DEPUIS, QUEL CLIMAT FUTUR? PARIS-MONTSOURIS, LA MÉMOIRE DU CLIMAT PARISIEN Depuis 1872, différents paramètres

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Nom de la commune. Bilan annuel. Consommations et dépenses énergétiques 2012

Nom de la commune. Bilan annuel. Consommations et dépenses énergétiques 2012 Nom de la commune Bilan annuel Consommations et dépenses énergétiques 212 1 Rédacteur : Sylvain GUINEBERTEAU tel. 2 47 6 9 7 - sylvain.guineberteau@ale37.org 2 Sommaire Bilan Global depuis 28 4 Par types

Plus en détail

I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... Téléphone : Fax :... Poste occupé dans l entreprise :

I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... Téléphone : Fax :... Poste occupé dans l entreprise : CQP-ih Employé(e) qualifié(e) de restauration I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR DOSSIER D EVALUATION pour la professionnalisation des salariés (hors contrat de professionnalisation) Nom :... Prénom : Adresse

Plus en détail

26 OCTOBRE 2001 PUBLICATION IMMEDIATE. Contacts: Guy Elewaut: + 32 (0) 2 412 29 48 Geoffroy d Oultremont: + 32 (0) 2 412 83 21

26 OCTOBRE 2001 PUBLICATION IMMEDIATE. Contacts: Guy Elewaut: + 32 (0) 2 412 29 48 Geoffroy d Oultremont: + 32 (0) 2 412 83 21 26 OCTOBRE 2001 PUBLICATION IMMEDIATE Contacts: Guy Elewaut: + 32 (0) 2 412 29 48 Geoffroy d Oultremont: + 32 (0) 2 412 83 21 GROUPE DELHAIZE: RESULTATS DU TROISIEME TRIMESTRE 2001 EBITDA en hausse de

Plus en détail

Simuler le cumul pour valider

Simuler le cumul pour valider Énergies renouvelables et eau chaude Simuler le cumul pour valider Est-il opportun de cumuler les énergies pour améliorer les installations de production d eau chaude sanitaire? Quelles sont les interactions

Plus en détail

Semaine de l'innovation / ESC Bretagne Brest 2010

Semaine de l'innovation / ESC Bretagne Brest 2010 Semaine de l'innovation / ESC Bretagne Brest 2010 SAS Auris Solutions - 2, avenue de Provence, CS 23 812, 29 238 Brest Tel 02 29 00 62 03 Fax 02 22 44 20 96 Mobile 06 75 31 51 20 Capital 11 000 - Siret

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Métro Cash and Carry France

Métro Cash and Carry France Métro Cash and Carry France Présentation de l unité commerciale Les quatre enseignes du groupe Métro Grossiste alimentaire CA 2010: 33 milliards d euros CA Metro Groupe: 68 milliards d euros Commerce électronique

Plus en détail

ETUDE E-COMMERCE / DRIVE MODULE SHOPPER

ETUDE E-COMMERCE / DRIVE MODULE SHOPPER ETUDE E-COMMERCE / DRIVE MODULE SHOPPER 2011 LECONTEXTE INSEE : 53% des internautes ont effectué au moins un achat sur Internet en 2010 (vs 35% en 2008) FEVAD MEDIAMETRIE : 12% des internautes ont fait

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Août 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES?

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? La réalisation des calculs de TEXTINERGIE a nécessité la prise en compte de certaines hypothèses. Celles-ci portent sur les éléments du bâtiment modélisé

Plus en détail

WEB TIC COMMENT ANIMER VOS RÉSEAUX SOCIAUX À L'APPROCHE DES FÊTES DE FIN D'ANNÉE?

WEB TIC COMMENT ANIMER VOS RÉSEAUX SOCIAUX À L'APPROCHE DES FÊTES DE FIN D'ANNÉE? WEB TIC COMMENT ANIMER VOS RÉSEAUX SOCIAUX À L'APPROCHE DES FÊTES DE FIN D'ANNÉE? Flora DESBROSSES Social Media Manager www.webelse.fr 27/11/2014 2 Au menu Des idées de publications pour engager votre

Plus en détail

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale Le plan d action marketing et : De la réflexion marketing à l action e Un document qui oblige à réfléchir et à prendre du recul sur l activité, en mêlant l analyse marketing à l action e 1 L analyse marketing

Plus en détail

MerCHANdisiNG repenser vos stratégies merchandising pour impulser une nouvelle dynamique à vos ventes

MerCHANdisiNG repenser vos stratégies merchandising pour impulser une nouvelle dynamique à vos ventes Mardi 3 JuiLLet 2012 paris MerCHANdisiNG repenser vos stratégies merchandising pour impulser une nouvelle dynamique à vos ventes Enjeux et axes d optimisation de vos stratégies merchandising Collaboration,

Plus en détail

Table de matières. La culture québécoise le sport La culture québécoise la gastronomie. Sources

Table de matières. La culture québécoise le sport La culture québécoise la gastronomie. Sources Table de matières 1. Histoire du Québec 2. La géographie 3. La culture québécoise la langue La culture québécoise le sport La culture québécoise la gastronomie 4. La religion Sources 1. L Histoire du Québec

Plus en détail

Acctis - Présentation société

Acctis - Présentation société Acctis - Présentation société Juillet 2007 Acctis - 2007 1 A propos d'acctis Nos domaines d'intervention Nos services Nos partenaires Nos équipes Acctis - 2007 2 A propos d'acctis Qui nous sommes : Acctis

Plus en détail

SIMBIO. collaboratifs pour réussir le grenelle dans le bâtiment

SIMBIO. collaboratifs pour réussir le grenelle dans le bâtiment SIMBIO vers des outils logiciels vers des outils logiciels collaboratifs pour réussir le grenelle dans le bâtiment Un travail de définition collectif d une feuille de route sur les besoins de recherche

Plus en détail

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure L importance des données pertinentes pour faciliter l accès des petits exploitants à l assurance agricole, 2 ème Briefing continental africain Nairobi, 14 juillet 2014 Agrotosh Mookerjee FIA, Principal

Plus en détail

Abonnement à un service de prévision et d alerte météorologiques

Abonnement à un service de prévision et d alerte météorologiques VILLE DE NICE DIRECTION CENTRALE DES LIBERTES PUBLIQUES DE LA SECURITE POLICE MUNICIPALE ET DE LA REGLEMENTATION & DIRECTION DE LA PREVENTION DES RISQUES URBAINS DECOMPOSITION DU PRIX GLOBAL ET FORFAITAIRE

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE LE DÉVELOPPEMENT DURABLE EN TOITURE. MICHEL PARÉ ASSOCIATION DES MAÎTRES COUVREURS DU QUÉBEC. INTRODUCTION COMMENT L INDUSTRIE DE LA TOITURE PEUT-ELLE CONTRIBUER À RÉDUIRE l IMPACT ÉCOLOGIQUE QUE GÉNÈRE

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE

SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE L'analyse financière rétrospective, réalisée en octobre 214, par le trésorier du Centre des Finances Publiques de Felletin, concerne la période

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Économie d'entreprise

Économie d'entreprise Économie d'entreprise Leneant 27 Économie d'entreprise Variation de l' et positionnement produit Variation de l' et positionnement produit 1/17 Économie d'entreprise Leneant 27 Sommaire 1. Objet...3 2.

Plus en détail

WHITE PAPER. Un format du passé en format d avenir?

WHITE PAPER. Un format du passé en format d avenir? Un format du passé en format d avenir? Jacques Dupré, Directeur Insights 22 juillet 2014 1. Un intérêt grandissant pour la proximité La «proximité» a souvent été considérée, au cours des dernières décennies

Plus en détail

Réglementations européennes concernant l équipement hiver pour bus et poids-lourds. Version: 09/2012

Réglementations européennes concernant l équipement hiver pour bus et poids-lourds. Version: 09/2012 Réglementations européennes concernant l équipement hiver pour bus et poids-lourds Version: 09/2012 Réglementations européennes pour l équipement hiver Les opérateurs de poids lourds et de cars qui voyagent

Plus en détail

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude www.pwc.fr Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude 3 e journée européenne des coopératives agricoles Septembre 01 édito PwC publie le premier

Plus en détail

PROCÉDURE EN CAS DE PANNE D ÉLECTRICITÉ

PROCÉDURE EN CAS DE PANNE D ÉLECTRICITÉ PROCÉDURE EN CAS DE PANNE D ÉLECTRICITÉ Appeler info-panne chez hydro Québec pour connaître la durée prévue de cette panne. 1-800-790-2424 (signalement d un bris d équipement ou d une panne). http://www.hydroquebec.com/pournousjoindre/aff_petite_puissance.html

Plus en détail

De la difficulté de récupérer la chaleur industrielle pour du chauffage urbain

De la difficulté de récupérer la chaleur industrielle pour du chauffage urbain De la difficulté de récupérer la chaleur industrielle pour du chauffage urbain Table des matières Introduction...2 Le réseau d'échange de chaleur basse température...3 Concept...3 Fourniture de chaud et

Plus en détail

Thème : La consommation des ménages

Thème : La consommation des ménages Thème : La consommation des ménages Vous effectuez votre période de PFMP au sein du magasin ZARA, grande surface spécialisée dans le prêt-à-porter féminin, implantée dans le centre commercial Cap 3000

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Autoconsommation : Comment déterminer la puissance de son installation?

Autoconsommation : Comment déterminer la puissance de son installation? Autoconsommation : Comment déterminer la puissance de son installation? 1- Détermination de sa consommation compensable... 1 2- Puissance photovoltaïque à installer... 4 3- Surplus : problème ou pas?...

Plus en détail

l H@bitat Résidentiel

l H@bitat Résidentiel Économie d Énergie et Domotique dans l H@bitat Résidentiel Bruno de GOUBERVILLE 06.19.94.35.46 - kipusse@free.fr Sommaire Présentation de l activité de KIPUSSE Ingénierie Résultat d une installation en

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

INT 2. Consortium INT 2 Mars 2007 INT 2. Vers un bureau à INTelligence. Vers un bureau énergétique et bioclimatique INTégr

INT 2. Consortium INT 2 Mars 2007 INT 2. Vers un bureau à INTelligence. Vers un bureau énergétique et bioclimatique INTégr Vers un bureau à INTelligence Consortium Mars 2007 1 Projet de recherche Un consortium de 3 partenaires, pour concevoir et développer d le 1 er concept de Bureau à INTelligence : un projet de recherche

Plus en détail

Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO.

Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO. Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO. 02 Les ressources en énergie se réduisent, les couts énergétiques augmentent. Pour ces raisons, l Energie est une valeur importante dans nos sociétés.

Plus en détail

Chauffage, climatisation, froid - Pompes à haut rendement standard

Chauffage, climatisation, froid - Pompes à haut rendement standard Chauffage, climatisation, froid - Pompes à haut rendement standard /,- /3/,- /,-9 /3/,-7 /,- /,- /,- //,- /3/,- /,- /,-9 /,- ()/,- /,- /,- 3 /m³/h >Accessoires Page Raccords filetés............... 7 Pièces

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ avril 2013 NOTE D INFORMATION LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ En tant qu exploitant des centrales de production d électricité, EDF met en

Plus en détail

Comment développer les catégories de produits carnés? Les leviers

Comment développer les catégories de produits carnés? Les leviers Comment développer les catégories de produits carnés? Les leviers Rappel des principaux leviers - Offre produits - Organisation de l offre (merchandising) - Promotions catégorielles Le shopper : La cible

Plus en détail

Intelligent Business. Management d Equipe Niveau 1. Stage inter. 2 jours. Entraîner vos équipes pour développer leurs compétences

Intelligent Business. Management d Equipe Niveau 1. Stage inter. 2 jours. Entraîner vos équipes pour développer leurs compétences Entraîner vos équipes pour développer leurs compétences Stage inter Management d Equipe Niveau 1 2 jours Notre valeur ajoutée 1.La montée immédiate en compétence L assimilation rapide du savoirfaire L

Plus en détail

Bilan Actif TOTAL GÉNÉRAL 16 632 733 2 425 585 14 207 148 9 459 507

Bilan Actif TOTAL GÉNÉRAL 16 632 733 2 425 585 14 207 148 9 459 507 !" # Bilan Actif Net Net RUBRIQUES BRUT Amortissements 30/09/14 31/03/14 et provisions CAPITAL SOUSCRIT NON APPELÉ IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Frais d'établissement Frais de développement Concession,

Plus en détail

La Gazette Printemps 2011

La Gazette Printemps 2011 La Gazette Printemps 2011 2011: une année qui commence fort! Excellentes conditions de vol en ce début d'année, ce qui fait un peu oublier le manque de neige. La route de Très le Mont est restée dégagée

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Depuis que l UE s est engagée à réduire les émissions de gaz

Plus en détail

L innovation Chronodrive en 4 points-clés : le laboratoire du commerce intelligent

L innovation Chronodrive en 4 points-clés : le laboratoire du commerce intelligent L innovation Chronodrive en 4 points-clés : le laboratoire du commerce intelligent Sommaire Click & Drive................................. page 04 Smart Commerce............................. page 08 Experience

Plus en détail

Evolution de l'indice de Confiance des Ménages

Evolution de l'indice de Confiance des Ménages Note d information du Haut-commissariat au Plan Résultats de l enquête de conjoncture auprès des ménages Troisième trimestre 2012 Au cours du troisième trimestre de 2012, l Indice de Confiance des Ménages

Plus en détail

Brochure d information destinée aux étudiants de SSF

Brochure d information destinée aux étudiants de SSF Bienvenue au Canada Climat Le climat et la température varient grandement selon l endroit et la saison. On y retrouve quatre saisons dont le printemps, l été, l automne et l hiver. Printemps : Été : Automne

Plus en détail

Merchandising Outils & Méthodes

Merchandising Outils & Méthodes Merchandising Outils & Méthodes Ou «Comment segmenter l offre pour optimiser une implantation» Une session de formation Proposée par : & Développée par : TABLE DES MATIERES I/ DEFINITION ET EVOLUTION DU

Plus en détail

LE POINT EN RECHERCHE

LE POINT EN RECHERCHE LE POINT EN RECHERCHE Décembre 2014 Série technique 14-102 Évaluation du rendement d une thermopompe à air pour climat froid INTRODUCTION La plupart des Canadiens connaissent la technologie des thermopompes

Plus en détail

Observatoire PDU Grenoble 2006: Simulations NO 2 SIRANE Scénarii 2012

Observatoire PDU Grenoble 2006: Simulations NO 2 SIRANE Scénarii 2012 Observatoire PDU 2006: simulations SIRANE Observatoire PDU Grenoble 2006: Simulations NO 2 SIRANE Scénarii 2012 Rédacteurs Relecteur Diffusion Date N et Version IRi Cf fiche de relecture Interne Avril

Plus en détail

Notes de cours/cahier 2 préparées par Monique Vaillancourt Marc Caron Joanne Lafond

Notes de cours/cahier 2 préparées par Monique Vaillancourt Marc Caron Joanne Lafond Notes de cours/cahier 2 préparées par Monique Vaillancourt Marc Caron Joanne Lafond Permet de voir les occasions de marché c est-à-dire les places qui restent sur la carte perceptuelle. Enables to see

Plus en détail

RESULTATS DU 1 er SEMESTRE 2005. 8 Septembre 2005. Photo library Eiffage / D. Jamme (architect: Sir Norman Foster) Conférence de Presse

RESULTATS DU 1 er SEMESTRE 2005. 8 Septembre 2005. Photo library Eiffage / D. Jamme (architect: Sir Norman Foster) Conférence de Presse Photo library Eiffage / D. Jamme (architect: Sir Norman Foster) RESULTATS DU 1 er SEMESTRE 2005 8 Septembre 2005 Conférence de Presse Disclaimer Les informations, autres qu'historiques, contenues dans

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs, principes-clés et politiques de la transition des services

ITIL V3. Objectifs, principes-clés et politiques de la transition des services ITIL V3 Objectifs, principes-clés et politiques de la transition des services Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail