«Responsabilité sociale et environnementale, nouvelles formes organisationnelles» Les 5 et 6 juin 2008 ESDES 23, Place Carnot Lyon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Responsabilité sociale et environnementale, nouvelles formes organisationnelles» Les 5 et 6 juin 2008 ESDES 23, Place Carnot 69002 Lyon"

Transcription

1 «Responsabilité sociale et environnementale, nouvelles formes organisationnelles» Les 5 et 6 juin 2008 ESDES 23, Place Carnot Lyon

2 3 ème congrès du Réseau International de recherche sur les Organisations et le Développement Durable QUELLE DÉMARCHE DE MANAGEMENT D UNE SUPPLY CHAIN EN CONTEXTE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE? Marlène MONNET, Dr. ATER en Sciences de Gestion, Université Lumière Lyon 2 Laboratoire CRET-LOG - Faculté des Sciences Économiques, Université de la Méditerranée 413, Avenue Gaston Berger Aix en Provence - France Tél.: (33) Fax: (33) Résumé : Dans l objectif d une mise en œuvre d une politique de développement durable, de multiples organisations publiques et privées interagissent au sein d un réseau, nommé dans cet article, «supply chain en contexte de développement durable». En raison de ses nombreuses parties prenantes, le management de cet espace organisationnel apparaît particulièrement difficile à piloter. Cet article vise à déduire d une revue de littérature des propositions de recherche quant aux conditions d un management de cette supply chain, puis de contextualiser ces conditions à un objectif de valorisation de déchets pour enfin les confronter et les discuter. Dans une démarche exploratoire, nous adoptons une approche qualitative d une supply chain en contexte de valorisation des déchets d équipements électriques et électroniques. Suite à une collecte de données auprès des parties prenantes de cette supply chain, nous analysons le contenu de ces données issues de 32 entretiens semi-directifs et d une base documentaire, via l utilisation du logiciel de codage NVivo. Les résultats mettent en évidence que le management de la supply chain en contexte de développement durable est conditionné par l implication des parties prenantes, la qualité de leurs relations et une conception commune entre elles. Mots clés : supply chain, management, développement durable, partie prenante, réglementation, déchet. Summary : The involvement of public and private companies in a sustainable development policy implies that they interact within a network, namely «supply chain in context of sustainable development». Because of its numerous stakeholders, the management of this organizational form is difficult to pilot. The purpose of the present article is to find out the conditions which enable the management of this supply chain. The research develops three phases : the first provides the research propositions on the conditions of the management of the supply chain in context of sustainable development ; the second consists in a context study which an objective of recycling waste ; the third provides the results. We adopt a qualitative approach in order to study the supply chain in context of recycling the electric and electronic equipment waste. Relying on the data collecting with the stakeholders of this supply chain, we use the analysis software Nvivo to analyze the contents of the data from 32 semi-directive interviews and from documents. These results demonstrate that the management of the supply chain in context of sustainable development depend on the involvement of the stakeholders, the quality of their relationships and a common conception between them. Key words : supply chain, management, sustainable development, stakeholder, regulation, waste. ESDES - Lyon, 5 et 6 Juin 2008

3 Introduction Le développement durable suscite, une génération de principes dont ceux de protection de l environnement et de pollueur payeur qui impliquent progressivement l ensemble des parties prenantes d une supply chain. Dans cet article, nous conceptualisons la «supply chain en contexte de développement durable» comme une forme organisationnelle en réseau étendue à des acteurs regroupés par un intérêt commun de développement durable. Nous considérons ainsi un espace souvent caractérisé d incertain en raison des intérêts divergents des parties prenantes, de leurs logiques de décisions et de leurs parts de responsabilités diverses. L objectif de cet article est de mettre en évidence l évolution du mode de gestion de cette supply chain. Dans une première partie, nous présentons le cadre théorique choisi pour appréhender le concept de «supply chain en contexte de développement durable» et les caractéristiques de son management. Nous déduisons alors de cette revue de littérature, des propositions de recherche quant aux conditions de mise en œuvre d une démarche de management d une supply chain en contexte de développement durable. Dans une deuxième partie, nous explicitons les choix méthodologiques retenus dans une logique exploratoire reliée au contexte émergent de valorisation des déchets d équipements électriques et électroniques (DEEE). Dans une troisième et dernière partie, nous avançons les principaux résultats de cette recherche en discutant des conditions du management d une supply chain en contexte de valorisation des DEEE. 1. Cadre théorique relatif à la supply chain en contexte de développement durable Nous commençons par présenter l état de la littérature sur laquelle nous nous appuyons pour conceptualiser la «supply chain en contexte de développement durable». Nous détaillons ensuite le cadre théorique relatif au management de la supply chain afin d avancer des propositions quant aux conditions du management de la supply chain en contexte de développement durable. 1.1 Le concept de «supply chain en contexte de développement durable» Nous appréhendons ce concept par extension du concept de «supply chain». Traduit en français par «chaîne d approvisionnement», il se définit selon une approche globale, de l approvisionnement de matières premières à la production, puis à la distribution et la consommation de produits finis. C est une chaîne qui s étend aux différentes fonctions de l entreprise et aux multiples acteurs avec lesquels l entreprise est en relation. Ces acteurs jouent un rôle en aval et/ou en amont de la chaîne : marketing, recherche & développement, prévision-programmation, vente, service après vente. Ils peuvent concerner les fournisseurs et 2

4 les clients de l entreprise, les intermédiaires, les prestataires de services, voire les consommateurs finaux. Les théoriciens de la supply chain tels que Christopher (1992), Harland (1996), Lambert et Cooper (2000), Harrison et Van Hoek (2002), la conçoivent globalement comme un réseau d organisations et d interrelations et non comme une chaîne qui représente uniquement un ensemble séquentiel de liens. La supply chain est «un réseau d organisations qui participent, en amont et en aval, aux différents processus et activités qui créent de la valeur sous forme de produits et de services apportés au consommateur final» (Christopher, 1992 : 12). Ce concept est aussi approché par des auteurs en théorie des organisations tels que Jarillo (1988), Gulati et al. (2000), Fulconis (2004), Paché et Paraponaris (2006) comme une forme organisationnelle en réseau qui traduit une démarche stratégique. La supply chain renvoie à «une structure flexible et adaptative mobilisant, et non plus possédant, un ensemble coordonné et stabilisé de compétences ou savoir-faire» (Paché et Paraponaris, 2006 : 13). Les auteurs précisent que cette organisation en réseau repose sur des relations d échange entre acteurs mettant à disposition leurs compétences distinctives en vue de les articuler avec celles des autres acteurs. Ils font ainsi référence au triptyque acteurs, activités, ressources de l approche «Industrial and Marketing Purchasing» (IMP) développée par Hakansson et Snehota (1995). Les ressources sont mobilisées et contrôlées par des acteurs à travers leurs relations. Les activités sont «connectées à la condition d une implication réciproque et d une orientation mutuelle des acteurs». Nous associons aussi le concept de «supply chain en contexte de développement durable» à celui de «closed loop supply chain» développé par les théoriciens de la logistique inversée Dowlatshahi (2000), Krikke et al. (2001), Kokkinaki et al. (2001) comme une forme organisationnelle étendue aux acteurs impliqués dans la circulation des flux physiques de produits et d informations y associés tout au long de leurs cycles de vie. Le nombre élevé de parties prenantes est inhérent aux activités diverses qui s étendent de la collecte à la redistribution. Elles peuvent jouer de multiples rôles et n ont pas réellement de place prédéfinie. Cinq groupes d acteurs sont alors distingués : les metteurs sur le marché, les consommateurs, les récupérateurs, les opérateurs et les acteurs politiques. Premièrement, les metteurs sur le marché concernent les producteurs, les importateurs, les revendeurs, les distributeurs qui sont responsables en amont de la circulation des flux liés au cycle de vie des produits. Deuxièmement, les consommateurs sont détenteurs de déchets, il s agit des ménages et des organisations privées et publiques. Troisièmement, les récupérateurs sont représentés par les points de collecte, les transporteurs et les centres de regroupement et de tri tels que les municipalités, les entreprises de réinsertion sociale, les associations, les prestataires de 3

5 services, etc. Quatrièmement, les opérateurs sont les centres de traitement et de valorisation effectuant de multiples activités de tri, de démantèlement, de réparation, de recyclage, d élimination. Cinquièmement, le groupe des acteurs politiques symbolise le gouvernement et les ministères ainsi que les associations, les fédérations, les groupes de pression, etc. Ces acteurs politiques et ces tiers intervenants jouent un rôle important dans la construction des outils réglementaires mais ont un lien indirect avec les flux et activités de la supply chain. Ce sont des parties prenantes interactionnelles, au sens de Martinet et Reynaud (2004). En résumé, nous définissons la «supply chain en contexte de développement durable» comme : «une forme organisationnelle étendue, regroupant des acteurs : metteurs sur le marché, détenteurs, récupérateurs, opérateurs, acteurs politiques, selon un intérêt commun de politique de développement durable, lié à la circulation des flux physiques de déchets/produits et d informations y associées tout au long de leurs cycles de vie». Il convient, ensuite, de distinguer le management de la supply chain de la forme organisationnelle que représente la supply chain. L existence d une supply chain ne suppose pas forcément qu elle soit gérée et qu une démarche de management soit mise en place. 1.2 La perspective du management de la supply chain La définition du CSCMP (2005) fréquemment admise aujourd hui par les académiciens et praticiens est la suivante : «le management de la supply chain comprend la prévision et le management de toutes les activités relevant de la recherche de fournisseurs, de l approvisionnement, de la transformation et toutes les activités relevant du management logistique». Dans cette perspective, le management de la supply chain est une démarche de gestion globale plus large que la démarche logistique tout en l incluant au même titre que d autres activités. Christopher (2005 : 5) introduit la dimension relationnelle du management de la supply chain en le définissant comme le management : «des relations vers l amont et vers l aval avec les fournisseurs et les clients pour délivrer une valeur client supérieure à moindre coût pour la supply chain comme pour l ensemble». Décrivant ce management comme celui d un réseau d organisations, l auteur considère que la démarche concerne le niveau des activités interconnectées qui sont impliquées dans l approvisionnement final des produits et des services nécessaires aux clients finaux. Selon Christopher (2005), chaque organisation doit prendre en compte de façon globale, le management de la supply chain et améliorer la gestion des interfaces. A ce niveau, nous discernons également les recherches de Hakansson et Snehota (1995) qui décrivent les réseaux d acteurs en fonction des interactions entre les ressources et activités de tous. Lambert et Cooper (2000 : 65) précisent que «le 4

6 supply chain management représente une nouvelle manière de gérer l entreprise et les relations avec les autres membres de la supply chain». Ainsi, c est au delà des frontières de l entreprise, à travers ses relations et interactions que le management de la supply chain est important à développer. Paché et Bacus-Montfort (2002) soutiennent l idée que la performance de l entreprise peut être accrue à condition d accorder de l importance aux relations entre les acteurs et aux choix des partenaires. Le rapprochement des acteurs par des relations de qualité dans une forme organisationnelle en réseau est ainsi une condition essentielle à la facilitation du management de la supply chain. Dans le cadre théorique de l approche par les ressources et les compétences, les compétences stratégiques de la supply chain peuvent alors être représentées par la capacité d entrer en relation, d interagir ou de coopérer. Cependant, la coopération n est pas la seule condition indispensable : le management de la supply chain peut simplement concerner des modes de coordination particuliers dans la supply chain. D autres travaux mettent ainsi en évidence que le management de la supply chain nécessite en plus d une coopération étroite entre les acteurs impliqués, une coordination de leurs activités. «Le supply chain management suppose la présence de plusieurs entreprises, de plusieurs activités et la coordination de ces activités entre les fonctions et les membres de la chaîne» (Mentzer et al., 2001 : 17). Le management de la supply chain est alors défini comme : «la coordination systémique, stratégique, des fonctions opérationnelles traditionnelles et des tactiques correspondantes dans une entreprise particulière et entre des entreprises au sein de la supply chain, dans le but d améliorer la performance à long terme de chaque entreprise et de l ensemble de la chaîne» (Mentzer et al., 2001 : 18). Sa difficile mise en œuvre suppose d appréhender le management à ses différents niveaux : stratégique, tactique et opérationnel. A partir d une revue de littérature, Ganeshan et al. (1999 : 16) concluent que «les clés du succès pour le management de la supply chain nécessitent d accorder de l importance à l intégration des activités, la coopération, la coordination et le partage d informations tout au long de la supply chain globale». Ces auteurs introduisent alors l intégration, la coopération, la coordination ainsi que le partage d informations comme des conditions essentielles dans la mise en œuvre du management de la supply chain. Fabbe- Costes (2002) montre ainsi que les logiques informationnelles sont au cœur de cette démarche. Une fois en œuvre, le management de la supply chain peut alors permettre aux organisations d évoluer en développant les relations, en ajustant les processus, en adaptant les systèmes d information, etc. 5

7 En plus des discordances quant à sa définition, Lambert et al. (1998) relèvent la difficulté de mettre en œuvre le management de la supply chain. Le management actif de la supply chain est différent d une gestion imposée de la supply chain. Si la supply chain se distingue simplement en tant que phénomène, le management nécessite des efforts de toutes les organisations (Mentzer et al., 2001). Ces derniers distinguent le «supply chain management» de la «supply chain orientation». Ce management est alors une mise en pratique d une orientation supply chain de chaque entreprise du réseau. Cette orientation est caractérisée de philosophie de management. Cette philosophie s est enrichie avec l intérêt accordé au développement durable. «L attention environnementale a aussi influencé les recherches sur le management de la supply chain» (Ganeshan et al., 1999 : 6). Dans le cadre de notre recherche, la politique de développement durable, tenant compte des critères de rentabilité économique, de cohérence sociale et de respect de l écosystème, symbolise le but de cette philosophie de gestion. Elle est, plus précisément, représentée par une philosophie de management environnemental. Bloemhof-Ruwaard et al. (1995) citent des facteurs qui influencent le management de la supply chain. Premièrement, les nécessités légales ou la pression des consommateurs visent à réduire les déchets. Deuxièmement, le management de la supply chain verte permet d inclure le traitement des déchets, la réutilisation des matériaux et des emballages, la récupération des produits, l adaptation de nouveaux matériaux, la reconception des produits et le changement des processus. Selon ces auteurs, les réglementations incitent le management de la supply chain à intégrer les dimensions du développement durable. De plus, les questions de valorisation des produits tout au long de leurs cycles de vie entraînent de nouveaux processus et des réorganisations dans la supply chain. En contexte de développement durable, la littérature portant sur le management de la supply chain est quasiment inexistante. Ainsi, nous croisons ces travaux de recherche avec ceux développés en management environnemental pour faire émerger des propositions théoriques. 1.3 Vers un management de la supply chain en contexte de développement durable? A partir du moment où la supply chain en contexte de développement durable est identifiée, les acteurs impliqués dans cette forme organisationnelle étendue interagissent pour respecter l intérêt commun de développement durable. Par exemple, les Nations Unies préconisent que tous les acteurs se mobilisent dans un processus de décision collectif évoqué par une forme de gouvernance internationale. La «Gouvernance» est considérée par le PNUD, comme : «l exercice des pouvoirs économique, politique et administratif pour gérer les affaires des 6

8 pays à tous les niveaux. La bonne gouvernance est participative, transparente et responsable. Elle est aussi efficace et équitable. Elle assure que les priorités politiques, sociales et économiques sont fondées sur un large consensus dans la société et que les voix des plus pauvres et des plus vulnérables sont au cœur du processus de décision sur l allocation des ressources pour le développement». Si la gouvernance légitime le rôle important de l Etat, elle requiert également l implication de chaque partie prenante dans les choix des mesures et des prises de décisions. La mise en œuvre du développement durable suppose donc que les acteurs soient impliqués et qu ils développent des comportements de coopération. De plus, il convient de rappeler que les interrelations parmi les acteurs et les initiatives volontaires de prise de responsabilité sont importantes. En ce sens, le développement durable nécessite un management transversal et participatif de la supply chain. L intégration du développement durable dans la stratégie d entreprise implique, en effet, une démarche multidimensionnelle qui intègre les limitations de l écosystème et permet de subvenir aux besoins physiologiques humains actuels et de prévoir des besoins ultérieurs. De plus, les phénomènes d incertitude et de complexité inhérents à la supply chain en contexte de développement durable corroborent à l indétermination des interactions entre les acteurs. Le management environnemental stratégique suppose donc que les acteurs modifient leurs comportements pour anticiper la gestion des flux inversés et mettre en œuvre des stratégies. En raison des spécificités de la logistique inversée, les conditions d intégration de l ensemble des processus et de toutes les parties prenantes, de qualité relationnelle et de coopération, de coordination des activités et de partage d informations, qui sont liées à cette démarche transversale, sont cruciales. Par exemple, concernant le partage d informations, l utilisation de systèmes d information joue un rôle essentiel en permettant d analyser les données liées aux retours, et notamment les volumes pour améliorer la gestion des stocks des retours. En contexte de développement durable, le management de la supply chain se fonde ainsi sur une philosophie de management environnemental, et sur une forme organisationnelle étendue symbolisant de multiples interrelations parmi les acteurs impliqués dans le développement durable et une circulation constante des flux physiques de produits en fin de vie et d informations y associées. Sa difficile mise en œuvre suppose de tenir compte des conditions liées aux parties prenantes de cette démarche transversale et du management environnemental. Nous avançons ainsi la proposition suivante : des conditions liées aux parties prenantes d une supply chain en contexte de développement durable sont nécessaires pour mettre en œuvre une démarche de management de cette supply chain. Nous déduisons 7

9 alors ces conditions liées aux parties prenantes sous la forme des trois propositions de recherche suivantes : L implication des parties prenantes, par la prise en compte de leurs responsabilités et leur mobilisation, est une condition nécessaire pour mettre en œuvre une démarche de management d une supply chain en contexte de développement durable. La conception commune des parties prenantes, au travers d un consensus et d un partage d informations, est une condition nécessaire pour mettre en œuvre une démarche de management d une supply chain en contexte de développement durable. La qualité relationnelle entre les parties prenantes, par des relations d interdépendance et des coopérations, est une condition nécessaire pour mettre en œuvre une démarche de management d une supply chain en contexte de développement durable. 2. Choix méthodologiques Dans ce deuxième point, nous précisons la méthodologie utilisée dans cette recherche. Dans une logique exploratoire, nous avons préféré des méthodes souples de recueil de données. Selon Hlady Rispal (2002), il s agit d explorer un champ peu déchiffré dans son thème ou dans son mode d approche. Par opposition avec le mode confirmatoire, qui est dans une logique de confirmation ou de test d une théorie existante, l exploration permet de construire ou de faire émerger une théorie relative à ce champ. Charreire et Durieux (1999) précisent que les méthodes qualitatives sont plus efficaces dans le cadre des recherches exploratoires. Nous adoptons ainsi une approche qualitative d une supply chain en contexte de valorisation des déchets d équipements électriques et électroniques (DEEE). Nous contextualisons cette recherche en France en étudiant les spécificités de la gestion de ces déchets afin de repérer les parties prenantes de cette supply chain. La gestion des DEEE s organise alors autour des écoorganismes et d autres parties prenantes qui se répartissent les responsabilités selon leurs compétences. - En 2007, les metteurs sur le marché ont adhéré aux éco-organismes agréés Eco- Systèmes, Ecologic et ERP pour tous les équipements électriques électroniques à l exception des lampes. Ces éco-organismes prennent en charge, pour le compte des producteurs adhérents, l enlèvement et le traitement des DEEE collectés sélectivement. Les industriels transfèrent donc leurs responsabilités aux éco-organismes. Ces éco-organismes interagissent directement avec les sites de collecte représentés par les collectivités et les distributeurs. Les municipalités telles que Nantes dans le cadre de l'opération «Initiative Recyclage», puis Strasbourg, Lille, Montbéliard, etc. mettent en place des collectes sélectives car elles 8

10 disposent souvent de structures importantes pour collecter. Les distributeurs ont proposé d accepter les DEEE apportés par leurs clients quels que soient les produits achetés. - L industrie de management de déchets s est également répartie les activités de collecte, de tri, de regroupement ou d enlèvement, de démantèlement, de recyclage, de traitement et de valorisation des DEEE. Des prestataires de gestion de déchets tels que Véolia Propreté, Sita, CFF Recycling, Coved ou les entreprises d économie solidaire comme Envie 2E Hauts de France, Juratri, Locabenne ou celles du mouvement Emmaüs : Ateliers du Bocage, Tri 37, le Relais Nord et Tri RA trient, transportent et acheminent les flux de déchets vers des centres de regroupement et de traitement. - Selon l étude d Eurostaf (2006), les prestataires de services logistiques Géodis, DHL Exel Supply chain et Heppner développent progressivement des activités de gestion des DEEE. Géodis a ainsi signé différents contrats dès 1994 avec Xerox, puis avec IBM en 1998, avec France Télécom en 2003 et avec l éco-organisme ERP en décembre DHL Exel Supply chain intervient surtout pour des prestations de service après vente des DEEE. L offre du groupe va évoluer grâce à l expérience européenne de la filiale allemande Vfw d Exel et grâce à la création d un partenariat avec un spécialiste français du traitement des déchets, Valdelec. Heppner est positionné depuis 1995 sur les produits à forte valeur ajoutée dans les secteurs de la téléphonie, l électroménager, le secteur hi-fi et informatique. Cette contextualisation laisse ainsi apparaître une supply chain composée de diverses parties prenantes aux compétences multiples, qui peuvent jouer plusieurs rôles. En dépit des pressions réglementaires, l incertitude et la complexité caractérisent cette supply chain de façon globale mais aussi par ses interfaces. Ce cas est alors adéquat pour discuter les conditions du management de la supply chain. Relevé par Quivy et Campenhoudt (1995), Baumard et al. (1999), Hlady Rispal (2002) puis Demers (2003) comme une méthode de recueil pertinente dans une démarche qualitative, l entretien a été principalement mobilisé. Nous avons alors effectué une phase d investigation en France en menant 32 entretiens semi-directifs à partir d un guide d entretien construit autour de nos trois propositions de recherche. Nous avons interviewé certaines parties prenantes de cette supply chain en contexte réglementaire des DEEE : des acteurs politiques (fédérations professionnelles, ADEME, associations techniques), des industriels du management des déchets (prestataires privés, acteurs de l économie sociale et solidaire), des metteurs sur le marché (producteurs, éco-organismes), des membres du prestataire de services logistiques Géodis et de sa filiale Valenda. Le recueil de données s appuie également sur l étude d une base documentaire relative à la mise en place d une démarche de management 9

11 de ce réseau. Cette base de données est composée de documents d actualité, de textes législatifs, de rapports d entreprises, de comptes rendus de réunions, etc. L analyse des données recueillies s est ensuite structurée autour de la technique d analyse de contenu, qui est exposée par Bardin (1996), Allard-Poesi et al. (1999) et Voynnet Fourboul (2004). Nous avons alors utilisé le logiciel d analyse NVivo 2.0 que Bournois et al. (2002) et Hlady Rispal (2002) considèrent comme adéquat. Grâce à ce logiciel, nous avons fait émerger des codes à partir des retranscriptions d entretiens semi-directifs. Le codage n a pas été effectué suite à chaque retranscription car nous avions comme objectif de faire émerger les codes une fois que l ensemble des entretiens avait été réalisé. Bardin (1996 : 134) définit le codage comme une transformation du texte par découpage, énumération et agrégation et qui permet d aboutir à une représentation du contenu par des caractéristiques du texte. L analyse a été progressive pour discuter des conditions du management d une supply chain en contexte de développement durable. 3. Résultats sur les conditions du management d une supply chain en contexte de développement durable Dans le dernier point, nous mettons en évidence les résultats en discutant les propositions de recherche selon les perceptions des parties prenantes interviewées. 3.1 Perception des acteurs quant à l implication des parties prenantes Dans ce contexte réglementaire, les motivations, les attitudes et les engagements diffèrent selon les parties prenantes interrogées. La condition d implication apparaît dans leurs discours par les thèmes suivants : la responsabilisation légale, la volonté de contrôle, la recherche de faibles coûts, la proposition d un service global, la capitalisation d un savoir-faire. Ce sont principalement les discours des metteurs sur le marché qui traduisent la pression des réglementations sur leurs responsabilités dans l organisation et la gestion des DEEE. Les contraintes réglementaires représentent alors ce qui légitime principalement l implication de ces parties prenantes. «Sur les déchets, on parle de filière sous un régime d obligations, on ne parle pas de filière sous un régime économique qui se met en place parce qu économiquement c est intéressant.» «On ne s est pas dit : «ah, la reverse logistics çà a l air cool». On en a fait parce qu il y a une obligation à venir.» Certains metteurs sur le marché manifestent cette implication par leurs volontés de garder le contrôle sur les prestataires de services de logistique inversée et de préserver ainsi leur indépendance. «Pour les producteurs c est un nouveau coût du produit et c est un coût qu ils veulent contrôler. Ils créent des structures 10

12 pour justement ne pas être dépendants d un prestataire quel qu il soit.» D autres cherchent à se positionner sur un marché concurrentiel avec un objectif de valorisation à faibles coûts. Dans ce cas là, les acteurs accordent davantage d importance aux compétences organisationnelles et font appel à des prestataires pilotes. «On va faire appel à des gens dont c est le métier et qui auront un intérêt business à développer la filière. Pour nous, c est une nécessité, pour eux çà devient un métier. Si vous faites votre métier, à priori vous le faites mieux que quelqu un dont justement ce n est pas le métier et qui a d autres priorités.» «On ne veut pas gagner de l argent, on veut juste éviter d en perdre trop. Donc il nous a semblé nécessaire de faire au maximum appel à une sous-traitance.» Les pressions législatives représentent alors une opportunité pour le prestataire de services logistiques qui traduit son engagement en proposant un service global de conformité réglementaire pour le compte de ses clients. «On se substitue au client pour gérer la chaîne logistique inversée et on se structure pour avoir une offre globale vraiment intéressante.» «Dans le cas de la logistique inversée, on offre cette prestation d optimisation globale et en plus, on répond pour le compte du client à sa responsabilité vis-à-vis de ses obligations.» De son côté, l industrie de management des déchets montre sa détermination pour s adapter aux nouvelles demandes et contraintes en capitalisant son savoir-faire. «On est des acteurs importants, parce que finalement les DEEE tant que ce n était pas un marché solvable, cela n intéressait personne, on a été des précurseurs, çà fait des dizaines d années qu on valorise les DEEE, qu on les démantèle, qu on revend la ferraille, qu on recycle, et cette activité, on a un vrai savoir-faire là-dessus à capitaliser.» Enfin, l engagement des acteurs politiques ne semble pas convenir aux attentes des parties prenantes qui espèrent plus d initiatives, de décisions et d arbitrages de leurs parts. «Il y a un moment où des arbitrages sont nécessaires et ce serait au pouvoir public de les faire. Il y a un moment où on a des divergences d opinions qui sont liées à des divergences d intérêts que les partenaires impliqués ne peuvent pas résoudre seuls, donc il faut bien qu il y ait quelqu un qui arbitre. Dans ce cas là çà ne peut être que les pouvoirs publics, et pour le moment le pouvoir public est un peu flemme.» A travers les nombreux discours recueillis à ce sujet, la condition d implication des parties prenantes apparaît comme une condition pertinente au management de la supply chain en contexte de valorisation des DEEE. Cette condition d implication des parties prenantes se révèle inhérente aux intérêts et objectifs de chacune : contrôler, organiser, capitaliser, déléguer, etc. Certainement ralenties par les incertitudes relevées dans ce contexte, les 11

13 volontés et motivations de chaque partie prenante sont liées à la maîtrise ou à l accès aux compétences organisationnelles et techniques. 3.2 Perception des acteurs quant à la conception commune des parties prenantes La conception commune est appréhendée par les parties prenantes au travers de deux thèmes : l échange d informations et la co-construction d outils facilitant la valorisation des DEEE. Conscientes de leurs différentes perceptions, compréhensions et difficultés, les parties prenantes indiquent l importance de discours communs. Par ces dialogues collectifs, les terminologies et les contraintes techniques sont précisées, ce qui permet aux parties prenantes de concevoir une base commune d informations. Cependant, l échange d informations ne se réalise pas véritablement entre toutes les parties prenantes et il n existe pas réellement de base commune regroupant les différentes terminologies, les contraintes techniques, etc. «Les distributeurs et les producteurs sont contraints de se mettre d accord Mais pour arriver à un compromis, encore faut-il qu ils soient tous présents aux réunions.» «Il n y a jamais tout le monde autour de la même table d un coup. Il y a des discussions informelles qui se font.» «Il n y a pas de background ni beaucoup de diffusion. On a un problème de liste de fournisseurs et d accès à l information car il n y a pas beaucoup de synergie avec les autres contrats selon les différents clients.» La co-construction d outils facilitant la valorisation des DEEE est principalement illustrée par l élaboration du décret. Face aux conflits d intérêts multiples, cette co-construction dépend des actions de lobbying, des compétences relationnelles de certains acteurs, et ne semble pas aboutir sans l arbitrage des pouvoirs publics et l implication des tiers intervenants. «Quand il y a une directive sur les déchets électroniques qui est en train de se mettre en place, les différentes entreprises du secteur de l électronique mais également d autres groupes d intérêts, comme les écologiques ou autres, peuvent dire qu ils voudraient que cette directive dise çà, çà et çà ou alors qu elle ne dise pas çà, en mettant en œuvre une argumentation ou des intérêts, des opportunités, des menaces, etc. et à la fin de ce processus qui est uniquement politique, de lobby, la directive est adoptée. Ensuite, il y a une deuxième phase de lobby, extrêmement politique également, où là, même si ce n est qu au niveau national que çà se passe, on va dire aux gens des ministères, voilà le décret il faudrait qu il dise çà et çà.» L insuffisance des discours des parties prenantes au sujet de la condition de conception commune laisse supposer qu elles ont des difficultés à aboutir à une base commune. Alors qu il apparaît évident d échanger des informations quant aux perceptions et difficultés de ce contexte, le partage et la circulation d informations ne paraissent pas garantis. De plus, la co- 12

14 construction d outils tels que le décret semble assujettie aux différentes relations politiques et aux pressions de lobbying. 3.3 Perception des acteurs quant à la qualité relationnelle des parties prenantes La qualité relationnelle est perçue selon quatre types de relations : les relations étroites de regroupement, les intégrations raisonnées, les relations contractuelles de long terme et les relations politiques. L industrie de management des déchets vise à développer des relations étroites de regroupement entre les acteurs gérant les DEEE avant l émergence de contraintes réglementaires. Elle souhaite fusionner les expériences, fédérer les ressources, coordonner les activités et mutualiser les flux afin d améliorer certaines compétences spécifiques et de proposer une offre globale. «Il faut qu on ait des capacités de coordination qui soient efficaces pour pouvoir offrir une prestation de logistique qui soit suffisamment globale.» «On a un petit réseau, des moyens d intervention et de collecte limités, on ne va pas pouvoir se positionner durablement tout seuls, parce que notre offre n est pas forcément pertinente, dans la mesure où on ne peut pas traiter de gros volumes, donc on s associe avec d autres prestataires de la collecte et du traitement pour avoir une offre globale.» «Sur des partenariats, quand on est sur un certain type d activité et que les autres aussi, il faut trouver des complémentarités d activités et ne pas être juste dans une relation de concurrence.» De plus, l ensemble des parties prenantes reconnaît l expérience de ces acteurs et ne peut concevoir la supply chain sans les intégrer. Cependant, l intégration raisonnée de ces relations est suggérée par les réglementations. Les parties prenantes attendent alors que l industrie de management de déchets améliore ses services et sa capacité d adaptation aux nouvelles contraintes en développant ses compétences. «C est une volonté des autorités, à travers le décret sur les DEEE, c est une opportunité de faire travailler une catégorie de gens qui sont des chômeurs de longue durée, des gens handicapés, etc.» «Il serait mal venu qu on ne sélectionne pas tel acteur en place aujourd hui en sachant que si on ne le sélectionne pas, il disparaîtra dans les 6 mois.» «On est prêt à travailler avec tous les acteurs qui sont en place s ils font des efforts suffisants pour se mettre au niveau du prix du marché on s aperçoit qu un certain nombre d acteurs logisticiens et recycleurs devront progresser dans la logistique, dans la traçabilité, dans leurs systèmes d information, etc.» Certains metteurs sur le marché relèvent leurs besoins de relations contractuelles de long terme avec le prestataire de services logistiques pilote. Les deux parties prenantes dépassent les relations «donneurs d ordres - prestataires exécutants» et privilégient ces relations 13

15 d intérêts mutuels pour une valorisation à faibles coûts sur un marché concurrentiel. «On met en place une relation de synergies et d intérêts mutuels, c'est-à-dire qu on intéresse le pilote à la performance de l éco-organisme par des mécanismes de facturation, etc les deux sont en partenariats dans le sens où ils ont tous les deux intérêt à gagner des parts de marché et à développer leurs activités vis-à-vis des producteurs.» Les acteurs reconnaissent enfin que les relations d intérêts politiques sont importantes à prendre en compte dans ce contexte réglementaire. «Les relations avec les ministères nous permettent d avoir la carte verte pour avoir le droit d opérer.» «L éco-organisme ne pourra pas aller contre le marché, les autorités, etc. Il doit être capable d écouter et de proposer des solutions, des alternatives qui pourront être acceptées par tous les intervenants : les collectivités locales, les ministères, etc.» A travers les nombreux discours recueillis à ce sujet, la condition de qualité relationnelle apparaît comme une condition pertinente au management de la supply chain en contexte de valorisation des DEEE. De façon générale, cette condition semble liée à la mobilisation de compétences permettant aux parties prenantes d anticiper ou de s adapter aux demandes. Cependant, les relations d intérêts politiques rappellent que certaines compétences relationnelles priment parfois sur d autres. Nous avons mis en évidence que les conditions d implication des parties prenantes et de qualité relationnelle sont plus largement appréhendées que celle de conception commune. Les discours ont, en effet, permis de faire émerger de nombreux thèmes enrichissant le contenu des deux premiers codes. Nous supposons alors que l insuffisance de la condition de conception commune des parties prenantes peut être expliquée par les contraintes de conflits d intérêts ou d incertitudes. Conclusion Ainsi, l évolution d une gestion subie vers un management d une supply chain en contexte de développement durable dépend des conditions liées aux parties prenantes et des caractéristiques du contexte dans lequel elles sont impliquées. - Globalement, le contenu de la condition d implication des parties prenantes correspond aux notions repérées dans la littérature lors de l élaboration des propositions de recherche. Dans un contexte de développement durable, nous avions, en effet, relevé les notions de responsabilité et de mobilisation. De nouveaux codes précisent le contenu de l implication des parties prenantes à travers une motivation économique, une volonté de contrôle, une offre de service conforme et une nécessité de capitaliser un savoir-faire. Cette 14

16 condition apparaît ainsi reliée aux multiples intérêts et objectifs des parties prenantes mais semble également être ralentie par les incertitudes de ce contexte émergent. Nous constatons que les conflits d intérêts n empêchent pas les phénomènes d implication, nous supposons alors qu ils peuvent même faciliter les stratégies dans des situations complexes. Crozier et Friedberg (1977) analysent ainsi l organisation comme un ensemble de jeux articulés les uns aux autres dans un univers de conflits. Rojot (2006) reconnaît la présence et l inévitabilité du conflit dans les interactions et les situations sociales. A défaut de pouvoir être entièrement supprimé, le conflit peut être géré, canalisé ou contenu. L auteur met également en avant l utilité du conflit comme facteur d innovation, de changement et de créativité. Il précise qu entre les parties en conflit, «il y a certains objectifs partiellement communs» et considère que «le conflit est souvent teinté de coopération». Cependant, la présence excessive de conflits peut avoir des effets destructeurs car «le conflit a sa dynamique propre, et cette dynamique tend vers l aggravation et non vers l apaisement» Rojot (2006 : 31-32). L auteur propose alors la négociation comme un moyen de résoudre les conflits ou d arriver à un niveau acceptable de conflits. - Nous constatons que le contenu de la condition de conception commune est insuffisamment abordé par les parties prenantes du contexte de valorisation des DEEE. La coordination des activités et des ressources et la collaboration de chacun dans l objectif d accéder à une vision commune puis d atteindre l objectif commun de valorisation ne paraissent pas facilitées face aux multiples incertitudes et conflits d intérêts. Nous avançons que les parties prenantes n accèdent pas aux connaissances disponibles car elles ne mobilisent pas suffisamment leurs capacités cognitives de veille réglementaire. A travers les discours, nous percevons également l impact négatif d une faible implication des acteurs politiques ainsi que l'influence incontestable des relations de pouvoir, des actions de lobbying sur la conception commune. Nous supposons alors que la condition de conception commune est influencée par certaines relations de pouvoir entre les parties prenantes. - Le contenu de la condition de qualité relationnelle est appréhendé plus précisément que les notions de la littérature : coopération entre les institutions et les parties intéressées, coopération tout au long de la supply chain globale, relations d interdépendance. Dans ce contexte de développement durable, les codes détaillent la qualité relationnelle au-delà des relations clients et s étendent aux relations avec l ensemble des parties prenantes. Elles s expriment par les relations de regroupement parmi les acteurs de l industrie de management des déchets, l intégration raisonnée des acteurs dont l expérience précède les réglementations, les nécessaires relations contractuelles de long terme et d intérêts mutuels avec le prestataire 15

17 de services logistiques puis les relations d intérêts politiques. Les parties prenantes détiennent des ressources différentes qui légitiment leurs types de relations. Selon les compétences mobilisées, leurs comportements évoluent vers des attitudes stratégiques. Par exemple, les compétences spécifiques en termes d expérience technique et de savoir-faire, expliquent une attitude offensive. Les industriels du déchet positionnent leurs offres communes pour s adapter aux changements que suscitent les réglementations liées aux DEEE. D autre part, les compétences d organisation de réseaux, reconnues comme essentielles pour le management de la supply chain, confèrent aux metteurs sur le marché ou aux prestataires de services logistiques pilotes une attitude proactive face aux contraintes réglementaires. Nous pourrions même les associer à l attitude interactive, présentée par Ummenhofer (1998), consistant en une «implication active avec les acteurs de l environnement socio-économique afin d influencer et/ou de créer les conditions et relations futures». Contrairement à Carter et Ellram (1998) qui relevaient que l incertitude entraîne des coordinations verticales ou des accords de partenariats et réseaux, nous remarquons que les incertitudes ne favorisent pas de comportements coopératifs entre les parties prenantes dans ce contexte. Si les réglementations influencent directement ces types de comportements, l incertitude peut entraîner une attitude réactive d adhésion à un organisme créé. Nous relevons, enfin, l importance des relations d intérêts politiques qui permettent aux parties prenantes d orienter les actions vers leurs propres intérêts. Nous avançons qu une relation politique de qualité prime parfois sur l expérience technique, la compétence d organisation de réseaux ou la capacité cognitive de veille réglementaire. Ce management peut ainsi apporter un avantage stratégique aux acteurs anticipant de manager les flux inversés. En raison de l évolution parallèle de la démarche logistique et de son imbrication progressive avec les problématiques du développement durable, nous avançons que l acteur le plus à même de développer le management de la supply chain en contexte de développement durable est le prestataire de services logistiques. Cette discussion peut notamment être légitimée au travers de l étude de cas du prestataire Géodis responsable de la valorisation des DEEE pour le compte de l éco-organisme ERP. Bibliographie Allard-Poesi, F, Drucker-Godard, C, Ehlinger, S, "Analyses de représentations et de discours", in : Thiétart, R-A et coll., Méthodes de Recherche en Management, Editions Dunod,

18 Bardin, L, L analyse de contenu, Collection Le Psychologue, Editions Presses Universitaires de France, Baumard, P, Donada, C, Ibert, J, Xuereb, J-M, "La collecte des données et la gestion de leurs sources", in : Thiétart, R-A et coll., Méthodes de Recherche en Management, Editions Dunod, Bournois, F, Point, S, Voynnet Fourboul, C, "L analyse des données qualitatives assistée par ordinateur : une évaluation", Revue Française de Gestion, n 137, Janvier Mars, p , Bloemhof-Ruwaard, J, Van Beek, P, Hordijk, L, Van Wassenhove, L, "Interactions between operational research and environemental management", European Journal of Opertional Research, Vol. 85, p , Carter, C.R, Ellram, L.M, "Reverse logistics: a review of the literature and framework for future investigation", Journal of Business Logistics, Vol. 19, n 1, Charreire, S, Durieux, F, "Explorer et tester", in : Thiétart, R-A et coll., Méthodes de Recherche en Management, Editions Dunod, Christopher, M, Logistics and Supply Chain Management, Strategies for reducing costs and improving services, Financial Times Pitman Publishing, London, Christopher, M, Logistics and supply chain management, Creating value-adding networks, Third edition, Financial Times Prentice Hall, Council of Supply Chain Management Professionnals, disponible sur: <http://cscmp.org>, Crozier, M, Friedberg, E, L acteur et le système, Le Seuil, Paris, Demers, C, "L entretien", chapitre 5, in : Giordano, Y (coord), Conduire un projet de recherche, une perspective qualitative, Collection Les essentiels de la gestion, Editions Management & Société, Dowlatshahi, S, "Developing a theory of reverse logistics", Interfaces, Vol. 30, n 3, p , Eurostaf, Le marché de la «reverse logistics» et ses perspectives, 145 P, Fabbe-Costes, N, "Le pilotage des supply chains : un défi pour les systèmes d information et de communication logistiques", Gestion 2000, Vol. 19, n 1, p , Fulconis, F, "Les structures en réseau : archétype de design organisationnel pour de nouvelles formes de coordination interentreprises", p , in : Froehlicher, T, Walliger, B, La métamorphose des organisations Design organisationnel : créer, innover, relier, Editions L Harmattan, Paris,

19 Ganeshan, R, Jack, E, Magazine, M.J, Stephens, P, "A taxonomic review of supply chain management research", in Tayur, S, Ganeshan, R, Magazine, M, Quantitative models for supply chain management, MA Kluwer Academic Publishers, Norwell, Gulati, R, Nohria, N, Zaheer, A, "Strategic Networks", Strategic Management Journal, Vol. 21, n 3, p , Hakansson, H, Snehota, I, Chapitre 2 : "Analysing Business Relationships" in: Developing Relationships in Business Networks, Routledge, London and New York, Harland, C.M, "Supply chain management : relationships, chains and networks", British Journal of Management, Vol. 7, Special Issue, S63-S80, Harrison, A, Van Hoek, R, Logistics Management and Strategy, Financial Times Prentice Hall, London, Jarillo, J.C, "On strategic networks", Strategic Management Journal, Vol. 9, n 1, p , Hlady Rispal, M, La méthode des cas, Application à la recherche en gestion, Editions De Boeck, 250 P, Kokkinaki, A, Dekker, R, De Koster, M.B.M, Pappis, C, "From e-trash to e-treasure", [en ligne], European Commission, TMR Network REVLOG, disponible sur : Krikke, H, Pappis, C, Tsoulfas, G, Bloemhof-Ruwaard, J, "Design principles for closed loop supply chain", [en ligne], Erasmus Research Institute of Management, disponible sur : Lambert, D.M, Cooper, M.C, Pagh, J.D, "Supply chain management: implementation issues and research opportunities", International Journal of Logistics Management, Vol. 9, n 3, p. 1-18, Lambert, D.M, Cooper, M.C, "Issues in supply chain management", Industrial Marketing Management, Vol. 29, p , Martinet, A.C, Reynaud, E, Stratégies d entreprise et écologie, Collection Gestion, Editions Economica, Mentzer, J.T, DeWitt, W, Keebler, J.S, Min, S, Nix, N.W, Smith, C.D, Zacharia, Z.G, "Defining supply chain management", Journal of Business Logistics, Vol. 22, n 2, p. 1-25, Paché, G, Bacus-Montfort, I, "Fédérer des entreprises autour d un projet productif commun : management logistique intégré et choix de partenaires", Economies et Sociétés, série Economie de l entreprise, n 12, p ,

20 Paché, G, Paraponaris, C, L entreprise en réseau, approches inter et intra-organisationnelles, Editions de l ADREG, Quivy, R, Van Campenhoudt, L, Manuel de recherche en Sciences Sociales, Editions Dunod, 288 P, Rojot, J, La négociation, Vuibert, 449 P, Ummenhofer, M, La logistique dans une perspective d écologisation : vers l éco-logistique intégrée, Thèse de doctorat en Sciences de Gestion, CRET-LOG, Université de la Méditerranée, Aix-Marseille II, Voynnet Fourboul, C, "Méthodes qualitatives et quantitatives, Analyse de données qualitatives et analyse de contenu : vers une distinction", Communication pour la conférence ISEOR sur les méthodes de recherches innovantes, mars, p. 1-18,

Quelle démarche de management d une supply chain en contexte de développement durable? la gestion des D.E.E.E

Quelle démarche de management d une supply chain en contexte de développement durable? la gestion des D.E.E.E Quelle démarche de management d une supply chain en contexte de développement durable? la gestion des D.E.E.E Marlène MONNET Maître de Conférences en Sciences de Gestion - Université de Franche Comté IUT

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Le Code Génétique de la Marque

Le Code Génétique de la Marque Le Code Génétique de la Marque Le clé pour identifier et renforcer durablement le modèle de reussite de la marque Société de conseil international en gestion stratégique et opérationnelle des marques 39,

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

L INDUSTRIE PAPETIÈRE FACE AU

L INDUSTRIE PAPETIÈRE FACE AU L INDUSTRIE PAPETIÈRE FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA BIORAFFINERIE LIGNOCELLULOSIQUE Dynamiques institutionnelles et perspectives territoriales Clarisse CAZALS (Irstea) Arnaud SERGENT (Irstea) Tina RAMBONILAZA

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination,

Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination, Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination, Démantèlement Nucléaire Gestion des Déchets - Sécurité Humaine &

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Cadre d approche Y. Gillette, 4tivity C. Leloup, consultant www.4tivity.com www.afai.fr Plan Historique Problématique Mesure de la valeur de l entreprise

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Parcours de santé de la personne âgée en Auvergne : adéquation et complémentarité de l offre de soins Laboratoire d accueil : Centre de Recherche Clermontois

Plus en détail

«L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine

«L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine «L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine Par Eric Boespflug Préambule : cette journée de séminaire faisait état des résultats

Plus en détail

Le développement managériale

Le développement managériale Le développement managériale Comment et pourquoi le manager est au centre du processus Le concept managériale: «Business & People Partner partner: Business partner : participer à l efficacité et à la qualité

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

OBJECTIFS DE CERTIFICATION

OBJECTIFS DE CERTIFICATION OBJECTIFS DE CERTIFICATION DESCRIPTION DE LA REFERENCE PARTAGEE ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT EN TERMES D UNITES COMMUNES D ACQUIS D APPRENTISSAGE Tableau descriptif des unités d acquis d apprentissage

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager MATIÈRES 1 ère année de formation 2 ème année de formation Horaire ECTS Horaire ECTS Culture générale et expression 60 h 4 60 h 4 Langue vivante A : Anglais

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

PLATEFORME INTERACTIVE MOBILE

PLATEFORME INTERACTIVE MOBILE PLATEFORME INTERACTIVE MOBILE PLATEFORME INTERACTIVE MOBILE Ecosystème de Développement Economique et Social www.jaida.ma Platforme Interactive Mobile SOMMAIRE OPPORTUNITE DU PROJET CADRE GÉNÉRAL ET OBJECTIFS

Plus en détail

libérales ou encore des particuliers. La société dispose ainsi d un portefeuille

libérales ou encore des particuliers. La société dispose ainsi d un portefeuille TEMOIGNAGE Temoignage Thierry Mazellier - APAVE Sudeurope Directeur Finance et Comptabilité Apave Sudeurope améliore la qualité de la gestion de son poste clients avec Igrec Au travers de son partenariat

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX L Europe pour le bien-être des animaux AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DEMANDE DE LA FRANCE Si nous voulons clairement intégrer

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration

Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration Université Laval 1 Gestion des fournisseurs par rapport

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Pépinière Acheteurs publics 21 avril 2006 Atelier : «Conduite du changement» Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Atelier «Conduite du changement» Plan de l intervention

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail