REPENSONS L AVENIR. Rapport 2013 sur le développement durable - EMC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPENSONS L AVENIR. Rapport 2013 sur le développement durable - EMC"

Transcription

1 N O I X E L F É R UNE S R E V E É N R TOU : R I N E V A L IQUE T S I G O L CHAÎNE REPENSONS L AVENIR Rapport 2013 sur le développement durable - EMC

2 b

3 SOMMAIRE CHAÎNE LOGISTIQUE... 1 Responsabilité sociale et environnementale dans la chaîne logistique... 2 Planification de la continuité d activité de la chaîne logistique...12 Minerais du conflit...14

4

5 CHAÎNE LOGISTIQUE Le développement durable est un pilier essentiel de la stratégie de chaîne logistique mondiale d EMC, géré conjointement aux coûts, à la qualité, à la disponibilité et au délai de commercialisation. Nous agissons directement avec des centaines de fournisseurs de plus de 20 pays pour concevoir un modèle plus résilient qui respecte les employés et l environnement et pour créer des opportunités qui profitent aux parties prenantes à tous les niveaux de la chaîne logistique. OBJECTIFS CIBLES D ENTREPRISE Responsabilité sociale et environnementale dans la chaîne logistique Rapports sur le développement durable effectués par 100 % des fournisseurs Tier 1 et des fournisseurs Tier 2 gérés par EMC 1 d ici 2020 Surveillance par 100 % des fournisseurs Tier 2 gérés par EMC des fournisseurs Tier 3 selon les normes EMC de performances RSE d ici 2020 THÈMES ABORDÉS DANS CE RAPPORT : Responsabilité sociale et environnementale dans la chaîne logistique Planification de la continuité d activité de la chaîne logistique Minerais du conflit 1 Fournisseurs Tier 1 : vendent directement à EMC ; fournisseurs Tier 2 : vendent à nos fournisseurs Tier 1 CHAÎNE LOGISTIQUE 1

6 RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DANS LA CHAÎNE LOGISTIQUE COLLABORER POUR DÉFINIR LES NORMES ET SURVEILLER LES FOURNISSEURS Code de conduite EMC pour les fournisseurs : une norme qui définit nos attentes vis-à-vis de nos fournisseurs. Nous suivons le code de conduite EICC, qui couvre les domaines suivants : main-d œuvre, éthique, environnement, santé et sécurité, systèmes de gestion. Questionnaire d auto-évaluation EICC : outil d évaluation des risques qu EMC utilise pour déterminer la présence de règles et procédures nécessaires pour assurer la conformité au Code de conduite, ainsi que les facteurs de risque et les contrôles associés. Le questionnaire d auto-évaluation est demandé à tous les fournisseurs Tier 1 et Tier 2 stratégiques. Audits EICC : utilisés pour évaluer les conditions et les pratiques sur les sites de fabrication des fournisseurs. Dans la mesure du possible, EMC utilise les audits EICC-VAP (Validated Audit Program). Les résultats de cet audit rigoureux peuvent être partagés avec plusieurs entreprises, ce qui permet de réduire le nombre global des audits. Effectués par des auditeurs tiers, les audits VAP sont valables deux ans. Dans de rares cas, EMC n utilise pas d audit VAP, mais respecte toujours le protocole d audit standard EICC, en faisant appel à des auditeurs tiers certifiés. Plan d actions correctives : plan permettant de remédier aux problèmes trouvés lors de l audit. EMC travaille directement avec ses fournisseurs pour comprendre les causes sous-jacentes, passer les plans en revue, évaluer et recevoir la preuve de l exécution de toutes les actions correctives. Un fournisseur peut aussi être soumis à un audit de clôture ou de suivi à l issue de son plan d actions correctives, afin d en valider les résultats. Reporting EICC lié à l environnement : questionnaire EICC partagé, aligné avec le reporting du CDP et de la GRI (Global Reporting Initiative), en vue de collecter des informations sur les volumes de carbone, d eau et de déchets produits ou consommés par les fournisseurs, ainsi que leurs objectifs et initiatives dans ces domaines. Il est demandé à tous les fournisseurs Tier 1 et Tier 2 stratégiques. Le programme de responsabilité sociale et environnementale (RSE) dans la chaîne logistique d EMC vise à réduire les risques, à identifier et créer des opportunités et à favoriser la résilience de la chaîne logistique. Nous cherchons à atteindre ces objectifs par la collaboration avec nos fournisseurs et le secteur, afin de trouver et d utiliser des normes et outils communs. Il s agit notamment d affiner et de redéfinir en permanence notre approche en fonction de ce que nous apprenons. En 2013, EMC a constaté d importants progrès dans son programme RSE. Conformément à nos piliers et à nos priorités stratégiques, nous avons tiré profit de données améliorées pour optimiser notre évaluation des risques et hiérarchiser les initiatives de création de capacité. Nous avons renouvelé l implication de notre personnel interne, de nos fournisseurs et des parties prenantes, et ancré la responsabilité sociale et environnementale plus profondément dans nos pratiques métiers. Au cours de l année 2014, ces priorités seront inchangées. SURVEILLANCE ET REPORTING Approche EMC a rejoint l EICC (Electronic Industry Citizenship Coalition) en 2008 et, depuis lors, collabore avec cette organisation dans le cadre de normes, d outils et de questionnaires communs. Il s agit notamment du code de conduite EICC, du questionnaire d autoévaluation, du protocole d audit EICC-VAP et du questionnaire de reporting lié à l environnement. Tous nos fournisseurs directs de matériaux sont tenus d accepter le code de conduite, et la conformité à ce code fait partie de la formulation standard de nos contrats avec tous les fournisseurs. Nous collectons et évaluons les questionnaires d auto-évaluation et de reporting lié à l environnement de tous nos fournisseurs stratégiques Tier 1 et Tier 2. Par ailleurs, chaque année, nous procédons à des audits et contrôles ponctuels d un pourcentage croissant de sites de fournisseurs. La majorité des outils que nous utilisons pour évaluer les risques et surveiller les fournisseurs examinent tous les aspects de la responsabilité sociale et environnementale. Nous considérons que le personnel, l éthique, l environnement, la santé et la sécurité, ainsi que les systèmes de gestion sont tous étroitement liés au sein d un même système. Nous complétons ces outils par un processus d évaluation des risques développé en interne (implémenté pour la première fois en 2011) et des contrôles ponctuels (projet pilote en 2013). L évaluation des risques détermine les sites considérés à haut risque, auxquels les audits et contrôles ponctuels doivent s appliquer en priorité au cours de l année. Outre les outils EICC et le programme de contrôles ponctuels, EMC vérifie régulièrement la base de données des infractions aux réglementations sur la pollution, dressée par l IPE (Institute of Public & Environmental Affairs) en Chine. Tout problème identifié par ces moyens est rapidement corrigé via des discussions avec les fournisseurs directs et les plans d actions correctives. Par ailleurs, nous nous efforçons continuellement de renforcer la prise en compte des questions environnementales dans les outils EICC et de favoriser la sensibilisation et l engagement vis-à-vis de l IPE grâce à notre position privilégiée au sein du groupe de travail sur le développement durable environnemental de l EICC. 2 CHAÎNE LOGISTIQUE/RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DANS LA CHAÎNE LOGISTIQUE

7 ÉVALUATION DU RISQUE DES SITES DE FOURNISSEURS ÉVALUATION DU RISQUE DES SITES DE FOURNISSEURS risque total 1. Situation géographique Les sites de fournisseurs reçoivent une valeur de risque selon leur emplacement. Celle-ci tient compte des risques liés aux droits de l homme, à l éthique et à l environnement. Ces valeurs sont pondérées selon des indicateurs de gouvernance et de responsabilité. 2. Exposition Depuis 2013, les sites sont ensuite évalués en fonction des données d exposition améliorées de notre programme de continuité d activité. Cela comprend les dépenses, le recours à un seul fournisseur et le pourcentage de pièces achetées qui sont fabriquées sur ce site. 3. Informations spécifiques de l entreprise Les performances passées indiquent le risque spécifique d un fournisseur. Les résultats des audits passés fournissent la principale variable, complétée par les plans d actions correctives, les informations de première main du personnel EMC, les questionnaires d auto-évaluation et les rapports des médias et des ONG. 4. Composants universels Cette dernière information utilisée pour notre calcul du risque tient compte de ce que le site fabrique pour EMC et de sa position au sein de la chaîne logistique. Par exemple, les fournisseurs les plus en amont ou dont la production intègre le plus de produits chimiques sont susceptibles de représenter des risques plus importants. Initiatives de surveillance et reporting en 2013 Intégration métier La responsabilité sociale et environnementale d un fournisseur fait partie de ses performances métiers globales. L importance de la RSE a d ailleurs été renforcée par le transfert d une grande partie de ses aspects des équipes du développement durable à celles responsables des composants universels. En 2013, les équipes des composants universels ont été formées sur les processus et le contenu, ont commencé à dialoguer avec les fournisseurs sur les sujets relatifs au développement durable à tous les niveaux d interaction et sont devenues responsables des performances de leurs fournisseurs en matière de développement durable. Pour en savoir plus, reportez-vous à la section Formation interne sous «Engagement pour l amélioration» dans le présent rapport. En 2014, nous continuerons à former notre personnel et à améliorer l infrastructure d EMC pour le partage d informations. Nous prévoyons le lancement d un nouvel outil, basé sur la plate-forme de gestion de la gouvernance, du risque et de la conformité EMC Archer, qui permettra l automatisation et la centralisation du périmètre, des tâches et des données de risque et de performances dans tous nos programmes de développement durable. Ainsi, nos équipes des composants universels seront mieux en mesure d assurer le suivi des éléments ouverts, de comparer les performances de leurs fournisseurs en matière de développement durable et d accéder à des formations et des ressources. La plateforme comprend également un portail, qui permettra de la même façon aux fournisseurs d accéder directement aux tâches, aux états, aux formations et aux ressources. Fiche d évaluation Depuis 2009, EMC note ses fournisseurs stratégiques sur leurs performances en matière de développement durable. Ces informations sont intégrées à notre fiche globale d évaluation des fournisseurs, qui comprend également d autres indicateurs métiers comme la qualité, les coûts et la disponibilité, et revêt une importance cruciale en matière de décisions métiers. En 2013, nous avons considérablement progressé en termes de méthodologie et pondération des évaluations : Les points de la section développement durable de la fiche d évaluation (relative à la RSE, à la planification de la continuité d activité et aux matériaux) ont plus que triplé, ce qui en fait la troisième section par ordre d importance (environ 18 % de la note globale pour la plupart des fournisseurs) après les coûts et la qualité. Nous avons étendu et clarifié les indicateurs pour la RSE. Par exemple, nous avons ajouté des notes pour les performances relatives à l eau et aux déchets en fonction des données publiées par le biais du reporting lié à l environnement, des questionnaires d auto-évaluation et des audits des fournisseurs. CHAÎNE LOGISTIQUE/RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DANS LA CHAÎNE LOGISTIQUE 3

8 Cette augmentation du poids et de la portée de la notation a mis l accent sur les efforts des fournisseurs à communiquer leurs initiatives à EMC. Dans certains cas, les fournisseurs ont réalisé des investissements supplémentaires afin de répondre aux attentes d EMC en matière de performances RSE. Cette tendance est appelée à se poursuivre en 2014, car les fournisseurs s attachent à respecter une nouvelle mesure de la fiche d évaluation EMC sur les rapports publics des efforts et initiatives de développement durable. CONTRÔLES PONCTUELS EFFECTUÉS EN Contrôles ponctuels En 2013, nous avons mené un projet pilote de contrôles ponctuels sur cinq sites de fournisseurs dans trois pays. Les contrôles ponctuels sont réalisés par le personnel technique et commercial de la chaîne logistique EMC de la région, qui évalue les principaux indicateurs sociaux et environnementaux. Ces contrôles sont conçus pour identifier de petits problèmes et y remédier avant qu ils ne deviennent plus importants. Ils nous fournissent une vue plus fréquente des conditions sur le terrain, qui complète le processus d audit formel. Les résultats sont également utilisés à titre d information pour définir les priorités des audits. Le projet pilote a offert l opportunité de tester l approche, de dégager des axes d amélioration et de mieux comprendre les problèmes trouvés. Les résultats initiaux n ont révélé qu un petit nombre de problèmes mineurs, tous rapidement corrigés par le biais des plans d actions correctives. Cela correspondait à nos connaissances existantes de ces sites tout en reflétant l objectif des contrôles ponctuels, qui se concentrent uniquement sur les problèmes potentiels les plus graves, par opposition à un audit formel impliquant un examen approfondi de plus grande ampleur. En 2014, nous prévoyons de mener des contrôles ponctuels sur au moins 20 sites, en développant la diversité des types de site et en augmentant la visibilité d EMC. Associée à une formation supplémentaire du personnel de chaque région, cette visibilité soulignera notre engagement envers des pratiques RSE efficaces pour nos fournisseurs et accentuera la capacité du personnel de notre chaîne logistique à identifier les risques potentiels. Rapports publics sur le développement durable Dans le cadre de notre engagement envers la transparence et la responsabilité au sein de notre chaîne logistique, nous avons officiellement demandé aux fournisseurs directs de matériaux stratégiques d EMC de communiquer un rapport public relatif au développement durable selon la norme GRI (Global Reporting Initiative). Tout au long de l année 2013, nous avons mené une série d initiatives pour soutenir cet objectif. Nous avons notamment : interrogé nos fournisseurs pour mieux comprendre leurs pratiques et plans actuels en matière de reporting ; fourni des ressources et informations relatives à la formation pour le reporting GRI et de développement durable ; restructuré notre méthodologie d évaluation pour permettre son extension en 2014 afin d inclure les rapports de développement durable en tant qu indicateur. En 2014, les fournisseurs auront la possibilité de participer à des formations supplémentaires sur le développement durable et le reporting GRI avant d être soumis à une nouvelle enquête et à une évaluation sur leurs rapports. Nous commencerons à émettre des rapports publics sur cet indicateur en CHAÎNE LOGISTIQUE/RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DANS LA CHAÎNE LOGISTIQUE

9 Surveillance des fournisseurs de niveaux inférieurs d EMC EMC surveille constamment ses fournisseurs Tier 1 et Tier 2. Cependant, les risques augmentent et notre valorisation diminue à mesure que nous nous éloignons de nos relations directes. Par le passé, nous avons défini des attentes relatives à la gestion des niveaux inférieurs via notre Code de conduite, et nous avons audité nos fournisseurs selon cette norme. Cependant, nous prévoyons de développer cette pratique à l avenir grâce à une collaboration encore plus étroite avec nos fournisseurs. En 2013, dans le cadre de notre collaboration, des partenaires clés ont commencé à partager des informations d audit et à promouvoir collectivement des actions correctives sur les sites de fournisseurs de niveaux inférieurs. Dans certains cas, nous avons pris connaissance d un souci au troisième ou quatrième niveau (par exemple, en ce qui concerne les pratiques de santé et de sécurité ou les conditions de travail), et nous avons commencé la mise en œuvre de cette approche, en travaillant avec un fournisseur stratégique pour mieux comprendre les problèmes et garantir l adéquation des actions correctives. Nous avons l intention d étendre et de formaliser cette stratégie en 2014, dans l espoir de créer une culture de collaboration autour de l évaluation et de l incidence des risques. Il s agit de permettre au secteur de progresser à grands pas vers une plus grande responsabilisation tout au long de la chaîne logistique. Extension du reporting EICC lié à l environnement En 2013, EMC a joué un rôle primordial dans le groupe de travail responsable de la Carbon & Water Reporting Initiative de l EICC. Notre travail comprenait l extension des questions relatives aux déchets et la rationalisation de celles concernant l eau et le carbone, afin de limiter la répétition des questions déjà traitées dans les questionnaires d auto-évaluation et les audits. Le groupe de travail a aussi transféré vers EICC-ON le questionnaire renommé EICC Environmental Reporting Initiative. EMC a participé au développement et formé les membres et fournisseurs d EICC, en leur expliquant l importance du reporting et l utilisation du nouvel outil. Indicateurs et résultats Audits Le nombre et l emplacement géographique des sites audités en 2013 ont peu changé par rapport à l année précédente. C est le reflet d une décision stratégique de maintenir notre périmètre d audit tout en développant d autres aspects critiques du programme, notamment une meilleure intégration dans l entreprise, une connaissance améliorée des performances et de l exposition de fournisseurs individuels et la conception de notre infrastructure pour la surveillance des niveaux inférieurs. Simultanément, nous bénéficierons d une plus grande capacité d évolution et de création des motivations nécessaires à des performances autonomes et constantes qui ne peuvent pas uniquement découler des audits. Nous prévoyons également la poursuite de l augmentation du nombre de sites de nos fournisseurs audités, car les entreprises sont de plus en plus nombreuses à utiliser l approche d audit partagé EICC-VAP. Bien que cohérents avec l année 2012, nos chiffres de 2013 reflètent bien que l accent a été mis sur les audits de suivi (qui évaluent l atténuation ou la clôture de toutes les actions correctives). Ils montrent également une légère augmentation du pourcentage des audits de sites à haut risque. CHAÎNE LOGISTIQUE/RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DANS LA CHAÎNE LOGISTIQUE 5

10 NOMBRE D AUDITS FOURNISSEUR PORTANT SUR LA RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE, DE 2009 À NOMBRE D AUDITS FOURNISSEUR PORTANT SUR LA RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE, DE 2009 À Audits initiaux 5 Audits de suivi % de sites à haut risque contrôlés 27 % 26 % % Ré-audits complets «Je viens de recevoir un du responsable de l usine qui nous remercie de la façon dont nous avons mené le processus d audit. Il déclare avoir tiré beaucoup d enseignements de cet audit, ce qui permet à son équipe de développer et de mettre en œuvre un grand nombre des recommandations reçues. C est une réponse encourageante qui correspond à ce que nous attendons de nos audits! Il nous a fallu beaucoup de temps pour en arriver là, mais le résultat semble positif.» AUDITEUR «Je me réjouis de pouvoir dire qu après avoir consacré l année dernière à relever les défis de notre plan d actions correctives, nous venons de passer notre audit de clôture qui a démontré une conformité de 100 %.» Les données représentées dans les nombres et les résultats des audits de ce rapport reflètent deux formes d évaluation : les audits complets, qui posent toutes les questions du protocole d audit EICC, et les audits de suivi ou de clôture, qui déterminent si les problèmes trouvés lors d un précédent audit sont à présent clos. Nous encourageons de plus en plus l utilisation d audits de suivi lorsque les problèmes trouvés sont relativement nombreux. «Audit initial» et «ré-audit complet» sont deux formes d audits complets. «Ré-audit complet» signifie que le site a été audité selon la norme EICC-VAP il y a au moins deux ans, et qu un nouvel audit complet est à présent effectué. Nous considérons les audits comme un mécanisme de contrôle préalable, permettant d obtenir des valeurs de référence sur les performances du site du fournisseur et d évaluer l efficacité et la longévité des améliorations au fil du temps. Ils peuvent aussi offrir un moyen précieux de sensibilisation à différentes attentes et à des systèmes de gestion que l entreprise ou le site ne connaissait pas. Nous constatons l augmentation de la sensibilisation des fournisseurs par le biais des plans d actions correctives qui suivent chaque audit. Globalement, le nombre de problèmes trouvés chez nos fournisseurs diminue de 71 % entre le premier et le deuxième audit. 2 Cette progression reflète l objectif principal des audits : non seulement évaluer, mais aussi identifier les points d amélioration et en assurer le suivi. Les résultats détaillés des audits de 2013 ci-dessous mettent en évidence les difficultés à relever certains défis à l échelle d un secteur. Comme en 2012, les horaires de travail et la préparation aux situations d urgence restent les principaux points de non-conformité (majeure) au niveau des systèmes, en dehors des problèmes généraux de systèmes de gestion. De plus, l emploi librement choisi est devenu l une des catégories dominantes en Bien que nous n ayons constaté aucun cas de travail forcé, les fournisseurs ont manifestement besoin d améliorer leurs systèmes de gestion en ce qui concerne la surveillance de leurs propres fournisseurs, notamment dans le domaine à haut risque des agences de travail. Nous continuons à travailler individuellement avec nos fournisseurs afin d accroître leur sensibilisation et leur prise en charge, de sorte qu ils puissent faire face à ces défis. Nous avons également hiérarchisé les modules et les ressources autour de ces rubriques pour la librairie de ressources en ligne, dont le lancement est prévu en Pour en savoir plus sur la librairie, reportez-vous à la section Principales initiatives d engagement RSE du présent rapport. FOURNISSEUR TIER 2 STRATÉGIQUE 2 Du premier audit complet à l audit de clôture ou du premier audit complet au deuxième audit complet. 6 CHAÎNE LOGISTIQUE/RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DANS LA CHAÎNE LOGISTIQUE

11 RÉSULTATS DÉTAILLÉS DES AUDITS DE FOURNISSEURS EN MATIÈRE DE RSE DANS LA CHAÎNE LOGISTIQUE EN 2013 CODE EICC POURCENTAGE DE NON-CONFORMITÉ 3 MAJEURE MINEURE GÉNÉRALITÉS Code de conduite Respect des lois 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % Les horaires de travail sont l un des domaines qui présentent régulièrement le plus grand nombre de défis à relever pour les fournisseurs du secteur de l électronique. En 2013, cette tendance s est poursuivie, et nous en avons fait une priorité absolue pour notre librairie de ressources en ligne dont le lancement est prévu en Cependant, nous avons aussi constaté que des efforts ciblés et concertés ont une incidence positive sur la réduction de ces heures. Dans un cas, en seulement trois mois, les actions correctives (notamment un meilleur contrôle des documents, l ajustement du plan de production et des gains d efficacité ciblés) ont réduit de 95 % la proportion d employés qui dépassaient la limite EICC. Dans un autre cas, grâce à l application de plusieurs objectifs relatifs à l automatisation, à la rémunération, à l engagement des employés et à la productivité, le nombre de jours de travail consécutifs et le nombre d heures de travail par semaine sont passés de 40 % et 15 % au-delà des limites EICC, respectivement, à 0 %. Nous ne pouvons pas nous attribuer tout le mérite de ces améliorations. Cependant, nous les considérons comme un résultat clé du travail que nous menons pour l application des normes, tout en soutenant les efforts de nos fournisseurs, en partageant des solutions et en proposant un canal neutre permettant d apprendre des autres. PERSONNEL Emploi librement choisi Boycott du travail des enfants Horaires de travail Salaires et avantages Refus des traitements inhumains Non-discrimination Liberté d association ÉTHIQUE Intégrité de l entreprise Absence d avantage indu Divulgation des informations Propriété intellectuelle Activités, publicité et concurrence équitables Protection de l identité Approvisionnement responsable des matériaux Vie privée Absence de représailles SANTÉ ET SÉCURITÉ Sécurité au travail Préparation aux situations d urgence Accidents et maladies professionnelles Hygiène du travail Travail physiquement pénible Sécurité des machines Alimentation, sanitaires et logement ENVIRONNEMENT VDI Autorisations environnementales et reporting Prévention de la pollution et réduction des ressources Substances dangereuses Eaux usées et déchets solides Émissions dans l atmosphère Restriction de contenu des produits 32 % 12 % 26 % 9 % 14,7 % 2,3 % 11,9 % 5,1 % 2,3 % 1,7 % 4,5 % 10,4 % 3 % 3 % 4,5 % 10,4 % 9 % 6 % 4,5 % 4,5 % 13 % 25,4 % 10,1 % 8,7 % 2,2 % 2,2 % 6,5 % 10,8 % 10,8 % 37,8 % 2,7 % 5,4 % 0 % 11,9 % 5,6 % 7,3 % 11,3 % 2,8 % 1,7 % 1,7 % 17,9 % 9 % 0 % 1,5 % 1,5 % 6 % 4,5 % 0 % 3 % 5,8 % 5,8 % 7,2 % 3,6 % 2,2 % 2,9 % 1,4 % 2,7 % 0 % 21,6 % 2,7 % 5,4 % 0 % SYSTÈMES DE GESTION 21 % 64,6 % 27,4 % 3 Le pourcentage de non-conformité dans chaque catégorie de niveau supérieur (par exemple, personnel) est plus élevé en 2013 en raison du changement de classement des systèmes de gestion de l EICC. En 2012, les systèmes de gestion de la main-d œuvre et de l éthique étaient classés dans une autre catégorie que les systèmes de gestion de l environnement, de la santé et de la sécurité. En 2013, ils ont été combinés au sein d une même catégorie des systèmes de gestion. De nombreux sites comportaient auparavant des résultats dans les deux catégories de systèmes de gestion. Par conséquent, quand deux résultats auraient pu être trouvés, un seul est identifié aujourd hui. Le nombre total des résultats est donc moindre, de sorte que chaque résultat correspond à un pourcentage plus élevé du total. CHAÎNE LOGISTIQUE/RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DANS LA CHAÎNE LOGISTIQUE 7

12 Nos trois principaux domaines de résultats (majeurs) au niveau des systèmes en 2013 varient peu par rapport à ceux de Pourtant, la plupart de nos domaines courants de résultats mineurs en 2012 (substances dangereuses, activités équitables et boycott du travail des enfants) n étaient pas très fréquents en Cela peut être révélateur de tendances. Cependant, l explication la plus probable est que nous auditons différents sites chaque année et nous ne disposons pas d une taille d échantillon suffisante pour tirer des conclusions à partir des sites des deux jeux de données. Outre l examen des tendances d une année sur l autre, EMC passe en revue toutes ses données agrégées, en analysant une série de facteurs différents afin d identifier des tendances et de définir les priorités pour les formations, les programmes Incentives et les modifications éventuelles de politique en ce qui concerne la gestion des fournisseurs. La carte de couverture des audits ci-dessous illustre en partie ce que révèle ce type d analyse. En raison de la taille relativement modeste des échantillons, ces données à elles seules ne nous permettent pas de tirer des conclusions globales sur la fabrication dans un pays donné. Cependant, elles nous aident à isoler des caractéristiques communes et à identifier des sujets et des emplacements géographiques pour lesquels des supports de formation ciblés auraient le plus fort impact. COUVERTURE COUVERTURE ET RÉSULTATS ET RÉSULTATS DES DES AUDITS DE LA CHAÎNE LOGISTIQUE LOGISTIQUE NOMBRE MOYEN DE RÉSULTATS PAR CATÉGORIE, DANS LES 5 PAYS LES PLUS AUDITÉS DE 2011 À 2013 s&s = santé et sécurité env. = environnement **pe = personnel et éthique **ess = environnement, santé et sécurité gest. = systèmes de gestion CHINE PHILIPPINES *général personnel éthique s&s env. gest. pe gest. ess gest. 1 0 *général personnel éthique s&s env. gest. pe gest. ess gest. MEXICO MALAYSIA *general labor ethics h&s env. l&e mgmt ehs mgmt mgmt 1 0 *general labor ethics h&s env. l&e mgmt ehs mgmt mgmt THAÏLANDE *général personnel éthique s&s env. gest. pe gest. ess gest. *La catégorie Général du protocole d audit a été supprimée dans la révision de Elle est indiquée ici uniquement pour les audits antérieurs à cette révision. **Auparavant, les systèmes de gestion de la main-d œuvre et de l éthique et les systèmes de gestion de l environnement, de la santé et de la sécurité étaient évalués séparément mais, depuis la révision de 2012, ils sont évalués dans une seule catégorie, Systèmes de gestion. Le nombre inférieur de résultats pour «Systèmes de gestion» s explique par le fait que le nouveau protocole peut trouver un seul résultat global alors que l ancien protocole en aurait trouvé deux. Nous montrons toutes les catégories ici, car il s agit d une agrégation des résultats historiques et récents. *La catégorie Général du protocole d audit a été supprimée dans la révision de Elle est indiquée ici uniquement pour les audits antérieurs à cette révision. **Auparavant, les systèmes de gestion de la main-d œuvre et de l éthique et les systèmes de gestion de l environnement, de la santé et de la sécurité étaient évalués séparément mais, depuis la révision de 2012, ils sont évalués dans une seule catégorie, Systèmes de gestion. Le nombre inférieur de résultats pour «Systèmes de gestion» s explique par le fait que le nouveau protocole peut trouver un seul résultat global alors que l ancien protocole en aurait trouvé deux. Nous montrons toutes les catégories ici, car il s agit d une agrégation des résultats historiques et récents. 8 CHAÎNE LOGISTIQUE/RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DANS LA CHAÎNE LOGISTIQUE

13 Performances et risques environnementaux En 2013, 99 % des fournisseurs Tier 1 et Tier 2 d EMC par dépense ont publié des rapports relatifs à l environnement. De plus, nous avons constaté une croissance continue du pourcentage de fournisseurs qui effectuent ces rapports à notre demande. Le nombre de ces rapports est plus faible pour l eau et les déchets que pour le carbone. Pourtant, les pourcentages globaux sont élevés et reflètent une plus grande familiarité, une infrastructure améliorée et un intérêt croissant en ce qui concerne le suivi et le reporting liés à l environnement, et ce à l échelle du secteur, y compris au sein de notre chaîne logistique. Nous continuons à utiliser des outils aux normes du secteur par le biais de l EICC, qui accepte aussi le reporting CDP et GRI, afin d optimiser notre capacité à tirer le meilleur parti de cette tendance. Nous poursuivons également notre promotion de programmes environnementaux efficaces par le biais de notre fiche d évaluation, de formations, du Blue Sky Award et de notre newsletter, en récompensant un engagement fort et des idées innovantes au-delà d une simple gestion environnementale responsable. De plus, à mesure que nous affinons nos analyses et notre normalisation des données, nous nous adressons de plus en plus à des fournisseurs spécifiques pouvant bénéficier de formations ou conseils ciblés. La croissance de l engagement, des initiatives et des systèmes de gestion se reflète dans les statistiques d illustration ci-dessous. REPORTING LIÉ À L ENVIRONNEMENT DES FOURNISSEURS REPORTING LIÉ À L ENVIRONNEMENT DES FOURNISSEURS * % % 88 % 88 % 78 % % 59 % 43 % 53 % 68 % 46 % 51 % 20 0 REPORTING CO2, H20 OU DÉCHETS 33 % REPORTING H20 s.o. s.o. REPORTING DÉCHETS Pourcentage de participants dont les réponses à ces questions sont affirmatives OBJECTIFS D AMÉLIORATION DE LA GESTION H20 EAUX USÉES DE PRODUCTION TRAITÉES** * Données uniquement pour les fournisseurs qui ont effectué des rapports EICC liés à l environnement. ** En raison des modifications du questionnaire de reporting lié à l environnement EICC, nous ne pouvons pas comparer directement les statistiques de gestion de l eau de 2012 à celles de Par conséquent, nous combinons les informations du reporting EICC lié à l environnement et celles du questionnaire d auto-évaluation EICC. Ces données proviennent de fournisseurs représentant plus de 80 % de nos dépenses Tier 1, ainsi que de fournisseurs Tier 2 stratégiques. 69 % 80 % % de fournisseurs (ayant répondu) qui ont adopté un objectif de réduction des émissions de GHG* * Un objectif a été défini comme le fait d avoir fixé une réduction ciblée et quantifiée à atteindre dans un délai donné % de fournisseurs (ayant répondu) qui ont pris des initiatives de réduction de la consommation d énergie** ** Une initiative a été définie comme toute action effectuée ou planifiée visant à réduire la consommation d énergie CHAÎNE LOGISTIQUE/RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DANS LA CHAÎNE LOGISTIQUE 9

14 MÉTHODES DE TRAITEMENT DES DÉCHETS MÉTHODES DE TRAITEMENT DES DÉCHETS Réutilisation 10,3 % 82,4 % Recyclage 72 % Transport hors site, vers le STSD* 21 % Traitement sur site et décharge Décharge Incinération 6,5 % 0,8 % 7 % Autre NON DANGEREUX DANGEREUX *Site de traitement, stockage et/ou destruction «Nous nous sommes inspirés de la récompense pour la RSE des fournisseurs et de la newsletter d EMC pour mettre en œuvre des programmes similaires auprès de nos fournisseurs stratégiques, qui sont plus de Historiquement, nous considérons les fournisseurs comme dépendants de leurs clients, mais votre engagement m a vraiment incité à réfléchir davantage aux corrélations possibles pour impliquer un grand nombre de fournisseurs de façon positive.» FOURNISSEUR TIER 1 STRATÉGIQUE Émissions (champ d application 3) associées aux fournisseurs directs Tier 1 d EMC en 2013 Les émissions de gaz à effet de serre (GHG) associées aux fournisseurs directs de matériaux d EMC étaient de tonnes métriques d équivalent CO2 en Nous avons collecté les données relatives aux émissions de GHG des champs d application 1 et 2 auprès de fournisseurs directs Tier 1 qui correspondent à 99 % de nos dépenses annuelles. À l aide de la répartition économique, nous pouvons déduire approximativement notre part dans leurs émissions de GHG. Cela implique de déterminer le ratio de nos dépenses par rapport au chiffre d affaires de chaque entreprise, et d appliquer ce ratio aux émissions qu elles ont déclarées. Cette méthodologie suit la norme Corporate Value Chain (Scope 3) Accounting and Reporting Standard du Protocole des GHG (initié par le WRI) et elle est actuellement la meilleure option dont nous disposons, étant donné le niveau des données déclarées. Cette approche de la répartition nécessitant d avoir accès aux chiffres d affaires des fournisseurs, un certain nombre d entreprises privées ont été exclues de l analyse est la première année où nous avons collecté des indicateurs de gestion des déchets standard auprès de nos fournisseurs dans le cadre du module Environmental Reporting d EICC-ON, bien que des questions relatives à la gestion responsable des déchets soient posées depuis plusieurs années par le biais du questionnaire d autoévaluation et du protocole d audit. Les données suggèrent que l accent a déjà été mis sur la mise au rebut responsable des matériaux. Nous chercherons à mieux comprendre ces données au cours de l année. ENGAGEMENT POUR L AMÉLIORATION La collaboration et l amélioration continue sont des éléments centraux du programme RSE dans la chaîne logistique d EMC. Les programmes dans ces domaines nous fournissent une opportunité majeure de soutenir nos fournisseurs, notre personnel interne et nos initiatives impliquant plusieurs parties prenantes. Simultanément, nous pouvons proposer des programmes Incentives pour renforcer les performances et les opportunités d apprentissage. Pour faciliter ces efforts, nous avons continué à envoyer notre newsletter trimestrielle, SER Link, et attribué le Blue Sky Supplier Sustainability Award (inauguré en 2012) à deux fournisseurs. Nous avons aussi poursuivi l encadrement individuel, par un expert technique, des fournisseurs se trouvant à un stade précoce du développement de leurs programmes de développement durable, ainsi que des formations pour les nouveaux employés EMC qui apprennent à situer la RSE dans la culture d entreprise d EMC. Pour un enseignement plus formel, nous avons encouragé les fournisseurs à participer à la formation de l EICC sur le code de conduite, les communications employés/direction et la santé et la sécurité. 10 CHAÎNE LOGISTIQUE/RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DANS LA CHAÎNE LOGISTIQUE

15 INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES EMC STATEMENT AGAINST SLAVERY AND HUMAN TRAFFICKING EMC POLICY ON CONFLICT MINERALS Outre nos activités internes, nous avons continué à nous engager dans des initiatives impliquant plusieurs parties prenantes, notamment : rôle primordial continuellement joué dans les groupes de travail de l EICC sur le développement durable environnemental et le sous-groupe Impact Assessment au sein du groupe de travail Learning & Capabilities Building ; participation active à d autres groupes de travail, notamment Conflict-Free Sourcing Initiative ; engagement dans des initiatives et discussions de recherche dans le cadre de la SISSCR (Stanford Initiative for the Study of Supply Chain Responsibility), qui a publié de nouvelles recherches en 2013 sur la relation entre pratiques responsables et performances métiers ; participation à des sessions de commentaires des parties prenantes sur la traite des êtres humains. Principales initiatives d engagement RSE Librairie de ressources en ligne Les fournisseurs d EMC regroupent un large éventail d expertise et de défis, ainsi que de nombreuses différences en termes d opérations, de profil démographique des employés et d emplacement géographique. Nous ne pouvons pas offrir des formations individuelles à chacun de nos fournisseurs. Cependant, en 2013, nous avons commencé à analyser les données des questionnaires d auto-évaluation et des audits passés pour identifier les domaines dans lesquels les besoins sont les plus répandus au sein de notre base de fournisseurs. Nous avons également parlé avec plusieurs contacts chez nos fournisseurs de divers composants universels, dans plusieurs zones géographiques afin de mieux comprendre les ressources qui offriraient le plus de valeur. Des informations supplémentaires ont été fournies par une enquête relative aux lacunes (voir ci-dessous), par les préoccupations exprimées dans les médias et les rapports des ONG et par des conversations avec des homologues du secteur. Forts de ces connaissances, nous avons commencé à développer une librairie de ressources en ligne pour les fournisseurs. Les ressources comprennent de brefs modules de formation sur différents sujets et à différents niveaux, notamment les bonnes pratiques, des études de cas et des références à des ressources existantes qui sont publiquement accessibles. En 2014, nous lancerons la librairie pour une utilisation externe et interne, et nous continuerons à ajouter des modules au cours de l année en fonction des priorités les plus élevées. Nous prévoyons d analyser les performances antérieures et postérieures lors du déploiement, afin de jauger l impact de la nouvelle ressource. «Merci d avoir réalisé cette enquête! C est un excellent réflexe que de rechercher la cause première. Actuellement, nous ne suivons pas tous les indicateurs, mais je me suis déjà adressé au service RH pour que nous les analysions à l avenir.» ASSISTANT À LA RESPONSABILITÉ D ENTREPRISE, FOURNISSEUR TIER 2 STRATÉGIQUE Enquête relative aux lacunes Bien que les conversations publiques (par exemple, dans les médias et lors des conférences) se concentrent souvent sur certains sujets préoccupants ou intéressants, EMC s efforce de garantir que le développement des formations et ressources destinées à nos fournisseurs reflète leurs besoins spécifiques le plus précisément possible. Dans cette optique, nous avons lancé en 2013 une enquête auprès des fournisseurs, axée largement sur les causes premières courantes des défis sociaux et environnementaux. L objectif était de comprendre la maturité de nos fournisseurs sur différents sujets et d utiliser ces informations pour adapter nos formations à l avenir. Outre l utilisation des résultats de la librairie de ressource précitée, nous avons ainsi obtenu des informations conséquentes sur les systèmes de gestion, l approche opérationnelle et les formations existantes de nos fournisseurs. Il s agit de données précieuses qu EMC continuera à utiliser lors du développement supplémentaire du programme RSE. Formation interne En 2013, près de 100 membres du personnel commercial et technique de gestion de la chaîne logistique d EMC aux États Unis ont assisté à une formation d une journée sur la responsabilité sociale et environnementale dans la chaîne logistique. La formation a amélioré la compréhension des audits RSE, l identification des problèmes de responsabilité sociale et environnementale et les analyses des causes premières des difficultés survenant souvent dans la fabrication d articles électroniques. Chacun de ces points faisait partie de leurs nouvelles responsabilités RSE. Nous avons aussi fourni une formation sur les processus et les contrôles ponctuels alors que les employés assumaient ces nouvelles responsabilités. Au cours de l année 2014, nous prévoyons de proposer d autres formations afin de compléter ces efforts. CHAÎNE LOGISTIQUE/RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DANS LA CHAÎNE LOGISTIQUE 11

16 PLANIFICATION DE LA CONTINUITÉ D ACTIVITÉ DE LA CHAÎNE LOGISTIQUE La résilience de la chaîne logistique face à des perturbations inattendues est essentielle pour répondre aux exigences clients en termes de qualité et de disponibilité. Le programme Supply Chain Business Continuity Planning (BCP) d EMC établit des stratégies permettant de se préparer et de réagir à d éventuelles perturbations dues à des événements tels que les catastrophes naturelles, les émeutes ou une instabilité financière. Cette planification renforce la résilience de notre chaîne logistique face à des événements de grande échelle pouvant poser des problèmes de livraison, de qualité ou de production. Les opérations d EMC n ont pas été directement touchées par des catastrophes naturelles ou des perturbations sociales en 2013, mais nous avons continué à améliorer notre programme pour faire face à l augmentation de la complexité et des risques potentiels. NOTRE APPROCHE Fin 2012, nous avons commencé à utiliser une approche orientée données pour affiner le programme BCP d EMC. Nous avons poursuivi ce travail en 2013, en collectant des données plus complètes sur les sites de nos fournisseurs, qui forment la base de notre programme. Nous avons aussi mis en œuvre une structure pour utiliser ces données en vue d augmenter la résilience. Cette structure révisée comprend trois piliers : un mappage de sites mondiaux, une planification d évaluation et d atténuation des risques, la surveillance des événements et la reprise après sinistre. Mappage de sites mondiaux En 2013, EMC a effectué le mappage de numéros de pièces à plus de 800 sites mondiaux de fournisseurs Tier 1 et Tier 2 afin de mieux comprendre les «points sensibles» des sites de fabrication internationaux où nos fournisseurs sont concentrés. Ces numéros de pièces sont ensuite remappés aux produits et indicateurs de chiffre d affaire d EMC pour permettre de comprendre la portée des performances financières d EMC, en cas d interruption de la disponibilité d une pièce, d un site ou d un fournisseur. Planification d évaluation et d atténuation des risques Après le mappage, les risques relatifs à chaque pièce sont évalués à plusieurs niveaux, notamment : catastrophe naturelle et autres risques liés à la zone géographique ; capacité du fournisseur à effectuer une reprise dans les différents cas ; risque financier du fournisseur. L évaluation des risques est ensuite compilée au niveau du fournisseur, du site, du produit et de la pièce afin de mettre en évidence les domaines à plus haut risque sur lesquels se concentrer. Cet exercice de hiérarchisation permet à EMC d identifier de façon proactive les faiblesses de ses stratégies d approvisionnement et l empreinte de sa chaîne logistique. Nous identifions ensuite les actions, notamment : éligibilité d autres sources pour identifier de nouveaux fournisseurs présentant des risques plus faibles pour les pièces comportant le risque le plus élevé ; stockage de composants pour assurer l approvisionnement suffisant d une pièce essentielle en cas de catastrophe naturelle ou de concrétisation d un autre risque ; et évaluations plus approfondies des fournisseurs, notamment audits sur site dans les zones où le risque est le plus élevé et simulations de perturbations d activité pour tester la capacité des fournisseurs à exécuter les plans de réaction aux urgences et de gestion de crises. Ces stratégies proactives optimisent la flexibilité, les coûts et le profil de risque de notre chaîne logistique. 12 CHAÎNE LOGISTIQUE/PLANIFICATION DE LA CONTINUITÉ D ACTIVITÉ DE LA CHAÎNE LOGISTIQUE

17 De plus, nous avons fait évoluer nos autoévaluations BCP des fournisseurs : cet outil ne repose plus sur les processus, mais sur les fonctions. Ainsi, nous comprenons mieux le degré de préparation à une éventuelle interruption de nos fournisseurs. L identification des lacunes de nos fournisseurs nous permet de les conseiller pour l ajout de fonctions qui améliorent leur résilience et diminuent les risques pour EMC. Nous encourageons aussi fortement nos fournisseurs à utiliser des programmes internes de continuité d activité conformes aux normes ISO 22301, BS ou équivalentes. Surveillance des événements et reprise après sinistre Chaque site de fournisseur mappé à un numéro de pièce d EMC est surveillé 24 h/24 pour identifier tout événement indésirable. Les événements surveillés comprennent les catastrophes naturelles, les arrêts de travail, les faillites de fournisseurs et les sinistres d origine humaine comme les incendies d usines et les déversements chimiques. Lorsqu un événement se produit, les numéros de pièces et les produits concernés sont immédiatement identifiés. Les pièces étant mappées proactivement aux sites, EMC passe moins de temps à collecter des données et à évaluer les risques, et peut ainsi se consacrer de façon intelligente et efficace aux procédures de réponse et de restauration. OBJECTIFS 2014 En 2014, EMC continuera à tirer le meilleur parti des données collectées auprès des fournisseurs Tier 1 et Tier 2 afin d accroître la capacité de notre chaîne logistique à résister aux interruptions. Nous espérons aussi étendre nos efforts dans la mesure du possible, en mettant l accent sur l évaluation des relations et leur mappage à nos sous-traitants et notre base de fournisseurs Tier 3 et plus. En outre, nous projetons de nous concentrer sur les processus de conception des produits et d approvisionnement stratégique. Nous développerons des plans pour intégrer formellement les données et indicateurs de risque plus profondément dans nos activités de développement produit et de planification. CHAÎNE LOGISTIQUE/PLANIFICATION DE LA CONTINUITÉ D ACTIVITÉ DE LA CHAÎNE LOGISTIQUE 13

18 MINERAIS DU CONFLIT Au cours des dernières années, il a été de plus en plus question de l approvisionnement éthique des minerais, notamment du tantale, de l étain, du tungstène et de l or (3TG), souvent appelés «minerais du conflit», en provenance de République démocratique du Congo (RDC). En RDC, certaines mines sont contrôlées par des milices armées qui utilisent les produits de la vente de ces minerais pour financer le conflit actuel dans la région. EMC est engagée dans l approvisionnement éthique des 3TG. Comme indiqué dans notre Conflict Minerals Policy, notre objectif est de ne pas acheter des matériaux ou produits contenant des minerais 3TG dont la vente a financé des conflits armés. Cependant, nous pensons qu il reste possible de s approvisionner de façon responsable en RDC et dans les pays voisins sans entretenir ce conflit, de façon à favoriser des activités économiques pacifiques dans la région. NOTRE APPROCHE La recherche de l origine des minerais au sein de la chaîne logistique est une tâche complexe. En tant que fabricant de systèmes de stockage d entreprise, nous n achetons pas directement les 3TG auprès des mines, fonderies ou transformateurs. Par conséquent, pour atteindre notre objectif consistant à éviter les matériaux liés au conflit en RDC, nous devons collaborer avec les fournisseurs, nos homologues du secteur et d autres parties prenantes. Nous cherchons à faire progresser les outils et programmes simplifiant le contrôle préalable au sein de la chaîne logistique, ainsi qu à augmenter l approvisionnement en minerais dont il est possible de vérifier qu ils ne sont pas liés au conflit en RDC. EMC est un membre actif de la CFSI (Conflict-Free Sourcing Initiative), qui a été fondée par l EICC (Electronics Industry Citizenship Coalition) et la Global e-sustainability Initiative. Nous participons à des groupes de travail et projets pour faire progresser les programmes suivants de la CFSI : CMRT (Conflict Minerals Reporting Template) : norme largement utilisée pour la collecte d informations sur l ensemble de la chaîne logistique, y compris les noms des fonderies et transformateurs des 3TG. CFSP (Conflict-Free Smelter Program) : programme d audit tiers indépendant des fonderies et transformateurs des 3TG. Les audits déterminent le pays d origine des minerais et permet de savoir qu ils ne sont pas liés au conflit en RDC. Nous participons aussi aux conférences téléphoniques impliquant des parties prenantes multiples, organisées par le Responsible Sourcing Network. En 2013, nous avons posé notre candidature pour rejoindre la PPA (Public-Private Alliance for Responsible Minerals Trade), une initiative multisecteur, impliquant plusieurs parties prenantes, pour soutenir les solutions de chaîne logistique permettant de relever les défis posés par les minerais du conflit en RDC et dans la région des Grands Lacs en Afrique centrale. Ces collaborations nous aident à progresser vers notre objectif. Elles permettent aussi de créer un système de chaîne logistique mondiale pour un approvisionnement en minerais responsable et éthique. Ainsi, il est plus facile aux autres entreprises de s approvisionner en minerais qui ne sont pas liés au conflit en RDC. 14 CHAÎNE LOGISTIQUE/MINERAIS DU CONFLIT

19 Notre stratégie En 2013, nous avons commencé l implémentation d une stratégie en trois axes, concentrée sur les fournisseurs, les fonderies et les transformateurs, ainsi que l approvisionnement responsable en RDC et les pays voisins (appelés «pays couverts»). La stratégie vise à : 1. engager les fournisseurs dans le contrôle préalable et l approvisionnement non lié au conflit en RDC ; interroger les fournisseurs à l aide du CMRT, offrir des formations et un enseignement sur la question des minerais du conflit et les bonnes pratiques de contrôle préalable, influencer la chaîne logistique pour l adoption de fonderies et transformateurs respectant le CFSP, 2. augmenter le nombre de fonderies et transformateurs non liés au conflit en RDC ; identifier les fonderies et transformateurs dans notre chaîne logistique, favoriser la progression du CFSP par une participation active aux groupes de travail de la CFSI, encourager les fonderies et transformateurs de notre chaîne logistique à se conformer au CFSP, 3. encourager un approvisionnement responsable à partir des pays couverts ; soutenir des initiatives pour favoriser un approvisionnement véritablement exempt de tout lien avec des conflits dans les pays couverts afin de promouvoir des activités économiques pacifiques. Notre programme Le programme d EMC est supervisé par le Conflict Minerals Governance Committee, qui fournit une orientation stratégique et des informations utiles en termes de politique, d exigences envers les fournisseurs, de communications et de gestion des risques d EMC en matière de minerais du conflit. Ce comité comprend des responsables de Global Supply Chain Management, Global Supply Chain Engineering et de l Office of Sustainability, ainsi que des représentants de Finance, Legal, Global Product Operations Sustainability, Government Affairs et Internal Audit. Les exigences envers les fournisseurs pour le contrôle préalable des minerais du conflit sont intégrées à la gestion de la chaîne logistique d EMC. Notre document Supplier Code of Conduct exige que les fournisseurs directs de matériaux appliquent une politique en matière de minerais du conflit et exercent un contrôle préalable sur l approvisionnement et l authenticité de la preuve des 3TG dans leurs produits. La nécessité de respecter le Supplier Code of Conduct est incluse dans nos contrats et conventions d achat standard. ACTIVITÉS DE 2013 L éducation des fournisseurs constitue un composant essentiel de cet effort. En 2013, nous avons invité les fournisseurs d EMC à une formation en ligne qui proposait une présentation des minerais du conflit, de la politique d EMC, de l approche CFSI envers un approvisionnement responsable des minerais et de la façon de passer la chaîne logistique en revue et de créer des rapports à l aide du CMRT. Nous avons aussi participé au développement des modules de formation de la CFSI, qui sont mis à la disposition du public sur le site Web de cette organisation. En 2013, EMC a mené sa première étude complète relative aux minerais du conflit au sein de sa chaîne logistique. Cette étude comprenait les fournisseurs Tier 1 qui vendent directement à EMC et les fournisseurs Tier 2 et plus, auprès desquels nous demandons aux fournisseurs Tier 1 d acheter des pièces pour les composants qu ils nous vendent. Nous avons demandé aux fournisseurs de passer en revue leur propre chaîne logistique et de nous faire un rapport à l aide du CMRT. CHAÎNE LOGISTIQUE/MINERAIS DU CONFLIT 15

20 Les fournisseurs représentant 89 % de nos dépenses en 2013 ont renvoyés des CMRT remplis. Nous avons ensuite mappé nos fournisseurs à nos produits, et examiné les listes de fonderies de ces fournisseurs. Nous avons trouvé ce qui suit pour chaque catégorie de produits : Pour certains minerais 3TG, l approvisionnement est effectué par le biais de fonderies et transformateurs validés qui ne respectent pas encore le CFSP et, par conséquent, nous n avons pas encore déterminé le pays d origine de ces minerais. Pour certains minerais 3TG, l approvisionnement est effectué par le biais de fonderies et transformateurs qui respectent le CFSP, dont certains se fournissent de façon responsable dans les pays couverts et, par conséquent, nous avons des raisons de penser que ces minerais ne sont pas liés au conflit en RDC. UNE RÉFLEXION TOURNÉE VERS L AVENIR En 2014, EMC a l intention d améliorer son processus de contrôle préalable et de limiter encore plus le risque d acheter des 3TG dont la vente finance le conflit armé en RDC. Notre engagement auprès des fournisseurs se concentrera sur l amélioration continue des CMRT et l éducation accrue sur le rôle des fonderies et transformateurs respectant le CFSP. Nous continuerons aussi à intégrer des communications et programmes Incentives dans les processus de gestion de la chaîne logistique. Cela comprend l ajout à la fiche d évaluation des fournisseurs de la valeur de risque de ceux-ci en matière de minerais du conflit, en fonction de leur réponse au CMRT, pour des décisions métiers bien informées. Notre indicateur clé de performances consisterait à atteindre notre objectif pour 2014, à savoir l affichage d une politique relative aux minerais du conflit sur le site Web de 100 % des fournisseurs Tier 1 dont les produits contiennent des 3TG. Au niveau du secteur, nous visons, par le biais de la CFSI, à augmenter le nombre de fonderies respectant le CFSP. Pour plus d informations, consultez notre rapport sur les minerais du conflit, bientôt disponible sur france.emc.com. 16 CHAÎNE LOGISTIQUE/MINERAIS DU CONFLIT

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Au sein de Watson, nous savons que la réussite mondiale de notre entreprise

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président du CRAIM Le 23 novembre 2010

Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président du CRAIM Le 23 novembre 2010 Bilan de l'étude du CRAIM sur les meilleures pratiques observées pour la concertation locale en gestion des risques industriels majeurs - L'expérience des CMMI. Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président

Plus en détail

Charte des Achats Responsables

Charte des Achats Responsables Charte des Achats Responsables Norske Skog Golbey Avant-propos Depuis plus de 10 ans, Ouverture, Honnêteté et Coopération sont les trois valeurs fondamentales qui guident nos comportements et nos décisions

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

MINERAIS DE CONFLIT FOIRE AUX QUESTIONS

MINERAIS DE CONFLIT FOIRE AUX QUESTIONS MINERAIS DE CONFLIT FOIRE AUX QUESTIONS La Dodd-Frank Act était un règlement adopté par l administration Obama à la suite de l effondrement économique lié aux logements aux ÉtatsUnis. La loi a été mise

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

Code de Conduite fournisseurs de Steelcase Recommandations PUBLIÉ EN MARS 2013

Code de Conduite fournisseurs de Steelcase Recommandations PUBLIÉ EN MARS 2013 Code de Conduite fournisseurs de Steelcase Recommandations PUBLIÉ EN MARS 2013 FAQ Code de conduite fournisseurs de Steelcase Sommaire Introduction et domaine d'application 3 Gouvernance organisationnelle

Plus en détail

2.5. Pacte mondial des Nations Unies

2.5. Pacte mondial des Nations Unies 2.5. Pacte mondial des Nations Unies Priorité stratégique : soutenir les principes du Pacte Nous sommes l un des signataires du Pacte, la plus importante initiative au monde dans le domaine de la responsabilité

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE

POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE Rockwell Automation s engage à faire preuve de la gestion la plus stricte en matière d environnement mondial. Notre politique consiste à dépasser la stricte conformité réglementaire

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001?

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Réduire le coût énergétique : outils et solutions pratiques AFQP 06 & CCI de Nice Côte d Azur le 13/01/2015 Théophile CARON - Chef de Projet

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

FORMATION À LA CERTIFICATION CBCP (CERTIFIED BUSINESS CONTINUITY PROFESSIONAL) BCLE 2000

FORMATION À LA CERTIFICATION CBCP (CERTIFIED BUSINESS CONTINUITY PROFESSIONAL) BCLE 2000 FORMATION À LA CERTIFICATION CBCP (CERTIFIED BUSINESS CONTINUITY PROFESSIONAL) BCLE 2000 Les pratiques professionnelles de la Continuité Métier sont définies comme les aptitudes, connaissances et procédures

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

NBN Academy. ISO 14001: compréhension des enjeux et des apports de la version 2015. Alain Maes UWE 9/10/2015. Alain Maes

NBN Academy. ISO 14001: compréhension des enjeux et des apports de la version 2015. Alain Maes UWE 9/10/2015. Alain Maes NBN Academy ISO 14001: compréhension des enjeux et des apports de la version 2015 Alain Maes UWE 9/10/2015 Les participants Alain Maes - Formateur NBN Academy et BVT - Senior consultant ECN et BDO - Lead

Plus en détail

Colloque FIL IDF CANADA / STELA

Colloque FIL IDF CANADA / STELA Colloque FIL IDF CANADA / STELA 13-16 mai 2013 Session 2: Développement durable de l industrie laitière Initiatives de développement durable Point de vue d un transformateur Présenté par : Martin Scuccimarri,

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 ISO 9001 Guide de transition Révisions ISO Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management de la qualité ISO 9001 - Système de Management de

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Diffusion : Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir.

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. ISO 14001 de BSI. Nos chiffres vont de paire avec la croissance durable. Nos connaissances, notre expertise

Plus en détail

Le management environnemental

Le management environnemental Le management environnemental L application de la norme Iso14001 USTV Cambrai, année 2008-09 Management environnemental Iso 14001 n 1 Le management environnemental La norme Iso 14001 Ce qu elle est / n

Plus en détail

ISO/IEC 20000-1 versus ITIL

ISO/IEC 20000-1 versus ITIL ISO/IEC 20000- versus ITIL Séminaire du 6 Novembre itsmf OUEST C. LAHURE Axios Systems Ordre du jour ISO / IEC 20000- La Norme et son contexte Le référentiel La démarche d implémentation Le contexte de

Plus en détail

G3.1 Content Index - GRI Application Niveau B

G3.1 Content Index - GRI Application Niveau B Application Niveau B G3.1 Content Index - GRI Application Niveau B 1. Stratégie et Analyse 1.1 Déclaration du CEO Rapport Développement Durable 2013 (p4-5) 1.2 Description des principaux impacts, risques

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Roche Diagnostics France Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Droits de l Homme Droit du travail Environnement Lutte contre la corruption

Droits de l Homme Droit du travail Environnement Lutte contre la corruption a. Un document autonome b. Un document qui fait partie d'un rapport sur la responsabilité sociale de l'entreprise c. Un document qui fait partie d'un rapport financier annuel Droits de l Homme Droit du

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Le profit est-il une priorité? Faites de l ISO 9001 de BSI votre premier choix.

Le profit est-il une priorité? Faites de l ISO 9001 de BSI votre premier choix. Le profit est-il une priorité? Faites de l ISO 9001 de BSI votre premier choix. Pourquoi BSI? Parce que nous savons reconnaître une bonne ISO 9001 quand nous en voyons une. Nous pouvons vous aider à avoir

Plus en détail

Principaux domaines d'expertise

Principaux domaines d'expertise Principaux domaines d'expertise Élaborer des stratégies, programmes, plans et indicateurs de durabilité Politiques, procédures et plans environnementaux et/ou de durabilité de la société Les règlements

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire www.teamup-consulting.com Teamup Consulting - 1 Certificat nºinf/2007/29319 1 ère société de conseil française certifiée ISO 20000-1:2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI)

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) de La Gestion des Talents L impact de la Gestion des Talents sur l entreprise 23 % 4,6 % d augmentation d augmentation du chiffre d affaires par employé de la capitalisation

Plus en détail

Récapitulatif: Du 30 Mars au 10 Avril 2015. Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité.

Récapitulatif: Du 30 Mars au 10 Avril 2015. Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité. Du 30 Mars au 10 Avril 2015 Récapitulatif: Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité. Mise à jour de la liste des Contreparties Centrales autorisées en Europe. Lancement d un projet conjoint

Plus en détail

Achats Professionnels Responsables. Expérience Pilote

Achats Professionnels Responsables. Expérience Pilote Achats Professionnels Responsables Expérience Pilote 06.06.2014 Implenia en chiffres Nombres d employés: Chiffre d affaires: Plus de 5700 collaborateurs en Suisse 3,1 milliards CHF 4 Divisions opérationnelles:

Plus en détail

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement au-delà de l analyse du cycle de vie... L offre responsable, un levier de compétitivité Vous en êtes convaincus : une

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Séries AS/EN 9100 Aviation, Aérospatiale et Défense

Séries AS/EN 9100 Aviation, Aérospatiale et Défense Séries AS/EN 9100 Aviation, Aérospatiale et Défense Guide Produit Qu est-ce que l AS 9100 Management de la Qualité de l Aérospatiale? Les normes de l aérospatiale sont une série de normes basées sur l

Plus en détail

Questionnaire de pré qualification HSEQ des contractants (Marchés de travaux à risque moyen / élevé)

Questionnaire de pré qualification HSEQ des contractants (Marchés de travaux à risque moyen / élevé) SEREPT HSEQ Questionnaire de pré qualification HSEQ (Marchés de travaux à risque moyen / élevé) SEREPT-HSEQ-07-01-F02 Page 1 sur 7 A propos de ce questionnaire 1. Ce questionnaire a été développé selon

Plus en détail

SERVICES GÉRÉS DE SÉCURITÉ (MSS)

SERVICES GÉRÉS DE SÉCURITÉ (MSS) SERVICES GÉRÉS DE SÉCURITÉ (MSS) L INITIATIVE EN CYBERSÉCURITÉ La cybercriminalité devient un facteur important pour les chefs de l information, les professionnels en TI, mais aussi pour les chefs des

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001.

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. Décollez avec l ISO 50001 et BSI. Notre expertise peut transformer votre organisation. Depuis

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

La demande. sur l eau 2014. Introduction aux changements dans le questionnaire et au projet de scoring. www.cdp.net @CDP Page 1

La demande. sur l eau 2014. Introduction aux changements dans le questionnaire et au projet de scoring. www.cdp.net @CDP Page 1 La demande d informations CDP sur l eau 2014 Introduction aux changements dans le questionnaire et au projet de scoring Page 1 Introduction En 2013 le questionnaire du program d eau a posé des questions

Plus en détail

Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015

Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015 ISO 14001 Guide de transition Révisions ISO Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management environnemental ISO 14001 - Système de Management Environnemental

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail