INNOVATION EN MATIÈRE DE LOGISTIQUE ET D APPROCHE INTÉGRÉE DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INNOVATION EN MATIÈRE DE LOGISTIQUE ET D APPROCHE INTÉGRÉE DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT"

Transcription

1 CHAPITRE 28 INNOVATION EN MATIÈRE DE LOGISTIQUE ET D APPROCHE INTÉGRÉE DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT Massimo Iannetta, Giorgio Matranga, Claudia Zoani, Stefano Canese, Lorenza Daroda, Fabio Vitali, Giovanna Zappa Agence nationale pour les nouvelles technologies, l énergie et le développement économique durable (ENEA), Italie Parce qu elle traite des produits depuis la transformation des matières premières jusqu à la livraison aux consommateurs, la chaîne d approvisionnement permet de franchir une étape vers la durabilité, d autant que l évolution du paradigme de la chaîne d approvisionnement vers celui de la «gestion de la chaîne d approvisionnement» permet d accorder plus d attention à l écosystème, à travers l adoption de deux modèles de chaîne différents, le modèle du «circuit fermé» et celui du «triple résultat». Pour rendre plus efficace cette gestion de la chaîne d approvisionnement, il est important d appliquer une conception innovante en utilisant de nouvelles pratiques et une technologie habilitante. L innovation en la matière est un changement (graduel ou radical) intervenant au niveau du réseau, de la technologie ou des processus appliqués (ou d une combinaison de ces éléments) et opéré au sein d une entreprise, d un secteur ou d une chaîne d approvisionnement spécifique afin de favoriser la création d une valeur ajoutée pour la partie prenante (Arlbjørn et al., 2011). D un point de vue général, l innovation dans le contexte de la chaîne d approvisionnement porte surtout sur les produits, les processus ou les services. Elle vise essentiellement à la réduction des coûts, à l amélioration de l efficacité ou à l augmentation de la satisfaction du consommateur. Le degré d innovation n est pas nécessairement fonction de la technologie utilisée. L innovation technologique concerne surtout les nouveaux produits et les nouvelles méthodes de production, ainsi que l introduction de nouveaux outils, tandis que l innovation non technologique porte davantage sur des aspects organisationnels (innovation intra-organisationnelle) et de marché (innovation inter-organisationnelle).

2 504 MEDITERRA 2014 Les nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC), la mécanique, la chimie, la biotechnologie et la logistique, qui utilisent et intègrent ces technologies, assurent une meilleure communication entre les différents acteurs du secteur agro-alimentaire, facilitent l amélioration de la qualité et des services de ce secteur, en les adaptant aux besoins et aux préférences des consommateurs, et ouvrent de nouveaux marchés aux produits. Au niveau organisationnel, la coopération entre les acteurs de la chaîne d approvisionnement est considérée comme l un des moteurs essentiels de l innovation. Elle peut faciliter la mise en commun du savoir tacite et explicite existant, l acquisition de connaissances nouvelles et la diffusion de l innovation. Elle permet en outre d en améliorer la performance. Ses bénéfices sont nombreux : amélioration des recettes, réduction des coûts, flexibilité opérationnelle et aptitude à faire face aux incertitudes d une forte demande, résolution des problèmes opérationnels par une approche conjointe. L intégration de la chaîne alimentaire permet également d adopter une approche nouvelle et plus efficace du problème de la sécurité alimentaire. La protection de l approvisionnement alimentaire est un objectif qui ne peut être atteint qu à travers une approche pluridisciplinaire tenant compte de toutes les étapes de la chaîne de production. Pour intervenir efficacement à chacune des étapes de l approvisionnement, il faut avoir une visibilité complète et intégrée de la sécurité alimentaire. En fait, c est l ensemble de ces étapes qu il faut optimiser, à partir de l analyse coût/ bénéfice, de l adoption éventuelle d une approche «à étapes multiples» et des effets concomitants sur la qualité alimentaire (propriétés hédoniques, nutritionnelles et fonctionnelles). La sécurité alimentaire est, de plus en plus, non seulement une condition essentielle du marketing, mais aussi un facteur de compétitivité, les consommateurs exigeant des produits alimentaires plus sûrs et plus durables. Elle est donc aujourd hui étroitement liée à la qualité alimentaire. Logistique, gestion de la chaîne alimentaire et de la chaîne d approvisionnement Une certaine confusion règne souvent sur ce que recouvre exactement l expression «gestion de la chaîne d approvisionnement (Supply Chain Management, SCM). Dans l esprit de ceux qui l utilisent, il s agit simplement d une autre façon de parler de logistique ou d une logistique incluant consommateurs et fournisseurs. En réalité, la chaîne d approvisionnement n est pas une chaîne de fourniture impliquant des relations entre l entreprise et le client ou entre une entreprise et une autre entreprise, mais tout un réseau d entreprises et de plusieurs types de relations. L expression désigne de plus en plus la gestion des rapports multiples qui sous-tendent la chaîne d approvisionnement. Le concept est défini comme suit par les membres du Global Supply Chain Forum 1 : «La gestion de la chaîne d approvisionnement est l intégration de processus métiers clés, des utilisateurs finaux aux fournisseurs initiaux de produits, services et informations constituant une valeur ajoutée pour les consommateurs et autres parties prenantes». Elle permet donc de saisir la synergie de l intégration et de la gestion intra- et inter-entreprises. En ce sens, elle a pour objet 1 - The Global Supply Chain Forum (www.theglobalsupplychainforum.com).

3 Innovation en matière de logistique et d approche intégrée l excellence globale des processus et représente une nouvelle façon de gérer les affaires et les relations entre acteurs de la chaîne. Compte tenu de cette distinction émergente entre SCM et logistique, le Council of Logistics Management (CLM) 2 a, en octobre 1998, annoncé une définition modifiée de la logistique. Pour le CLM, la gestion logistique ne constitue qu une partie de la gestion de la chaîne d approvisionnement ou SCM : «La logistique fait partie du processus de la chaîne d approvisionnement qui planifie, applique et contrôle l efficacité du flux et du stockage des biens, des services et de l information afférente depuis le point d origine jusqu au point de consommation, de manière à satisfaire aux exigences des consommateurs». La logistique représente un secteur clé pour l économie européenne. Elle contribue pour près de 14 % au PIB de l Europe, et son impact sur la qualité des secteurs européens de la transformation et des services est substantiel, déterminant dans une large mesure la compétitivité de l Europe vis-à-vis des autres régions du monde. L Alliance for European Logistics (AEL) 3, créée en novembre 2008 lors du premier sommet européen de la logistique, s est donné pour objectif de promouvoir un nouvel agenda politique pour les services de logistique en Europe, rassemblant à la fois les plus grands prestataires européens en la matière et des entreprises mondiales qui s appuient sur une logistique performante. En octobre 2010, l AEL a élaboré une «feuille de route technologique pour la logistique» (AEL, 2010), en vue d établir une stratégie européenne complète et intégrée pour soutenir et faciliter par des incitations financières des plates-formes adaptées aux NTIC et aux technologies vertes pour les opérations européennes de transport et de logistique. L AEL demande à la Commission européenne de libérer un potentiel technologique à même d optimiser les transports en Europe. La Stratégie européenne pour les technologies de la logistique s appuie sur cinq piliers étroitement liés : 1) la logistique collaborative permet à tous les partenaires de l écosystème logistique de travailler ensemble, d optimiser leurs relations et, par conséquent, de maximiser valeur et profit ; 2) la logistique adaptative assure l excellence opérationnelle dans le contexte très réactif et de délais très courts qui caractérise la programmation et l exécution en logistique ; 3) la logistique verte et durable assure l efficacité et la durabilité des processus logistiques tout au long de la chaîne dans l utilisation des ressources, facteur de coût majeur ; 4) la logistique intelligente permet de prendre des décisions rapides et pertinentes en temps réel à tous les niveaux, au sein d une même entreprise et entre plusieurs autres, et de soutenir les compétences et connaissances humaines grâce à l utilisation d outils informatiques intelligents ; 2 - Depuis 2004, le CLM est devenu le Council of Supply Chain Management Professionals (CSCMP) (http://cscmp.org). 3 - Alliance for European Logistics (www.logistics-alliance.eu).

4 506 MEDITERRA ) la logistique transparente permet d avoir une visibilité totale sur les processus opérationnels de la logistique, en rendant disponibles les informations de qualité, fiables et suffisantes qui ont un impact sur eux. Disposer d aliments sûrs, durables et sains est devenu un enjeu majeur, étant donné la croissance continue de la population mondiale et les problèmes de plus en plus préoccupants qui touchent à l environnement et à la durabilité. La nécessité de satisfaire la demande des consommateurs (produits de haute qualité, régimes alimentaires sains, prix abordables, relations équitables et justes dans la chaîne d approvisionnement alimentaire, sécurité alimentaire, éthique de la production) est un immense défi à relever. En outre, le réchauffement climatique, la concurrence pour l usage des sols agricoles et le changement des habitudes alimentaires ne cessent de modifier les scénarios de l offre et de la demande. Afin de rendre les systèmes de la chaîne d approvisionnement alimentaire plus performants, plus sûrs, plus résilients, plus efficaces et plus justes, il est nécessaire de tenir compte des liens existant entre qualité alimentaire, santé et bien-être des consommateurs, ainsi que des questions relatives à l exploitation des écosystèmes, à la durabilité et à la biodiversité. La chaîne d approvisionnement alimentaire relie trois secteurs majeurs : l agriculture, la transformation des produits alimentaires et la distribution qui, ensemble, représentent plus de 7 % de l emploi européen. Sa performance affecte directement les consommateurs, puisque la nourriture représente en moyenne 16 % des dépenses des ménages européens. En 2008, une communication de la Commission européenne (CCE, 2008) propose d améliorer le fonctionnement de la chaîne d approvisionnement alimentaire en Europe par : > la promotion de relations durables, fondées sur le marché, entre les différentes parties prenantes de la chaîne d approvisionnement alimentaire ; > l accroissement de la transparence dans la chaîne d approvisionnement alimentaire ; > le renforcement de l intégration du marché intérieur des produits alimentaires et de la compétitivité de toutes les composantes de la chaîne d approvisionnement alimentaire. Par ailleurs, l industrialisation et la mondialisation croissantes de l agriculture et de la production agro-alimentaire induisent de nouveaux risques, peut-être plus grands, liés à la production et à la distribution en masse des aliments. Les chaînes d approvisionnement étirées mais fragmentées rassemblent des systèmes de production divers, qui présentent différents niveaux de sensibilité à la sécurité, différents degrés de réglementation et de capacité d application des dispositions en vigueur, tandis que les produits agro-alimentaires sont exposés à des risques de contamination aux différents stades de la transformation qui sont gérés par de multiples acteurs. Les règlements afférents à la sécurité alimentaire ne cessent en outre d évoluer, en raison de la diversification et de la variabilité des sources de contamination, de l introduction de nouvelles technologies, de l utilisation de nouvelles matières dans les cycles

5 Innovation en matière de logistique et d approche intégrée de production, ainsi que des progrès scientifiques concernant les effets sur la santé de différentes substances. La structure de la chaîne de valeur est donc étroitement liée à la sécurité alimentaire et aux normes de qualité, qui évoluent de manière significative pour s adapter au régime mondialisé et libéralisé de production de denrées alimentaires (Gereffi et Lee, 2009). Aperçu de l approche européenne Depuis de nombreuses années, un grand nombre de programmes de recherche européens promeuvent l innovation en matière de logistique et d intégration de la chaîne d approvisionnement alimentaire (voir le tableau 1). L une des dimensions les plus innovantes du dernier programme de travail (2013) consiste à ouvrir la voie à une approche intégrée, c est-à-dire à un seul et unique cadre conceptuel, englobant la totalité de la chaîne d approvisionnement alimentaire, depuis les écosystèmes jusqu aux consommateurs, tout en tenant compte de tous les acteurs du système, individuellement ou en interaction les uns avec les autres. L Europe est aussi confrontée au défi de concevoir des systèmes logistiques innovants et durables, tant du point de vue écologique que du point de vue économique, permettant aux entreprises de rester compétitives, tout en ayant un impact minimum sur l environnement et sans compromettre leur capacité à satisfaire aux exigences strictes de sûreté et de sécurité. Il est donc indispensable d avoir une vision complète de la planification et du contrôle de la logistique et de la chaîne d approvisionnement pour atteindre l objectif final, qui est d augmenter en Europe de 50 % l efficacité de la logistique en termes de compétitivité et de durabilité à l horizon Il convient également de mentionner d autres projets traitant de questions relatives au contrôle de la contamination alimentaire, à la traçabilité ou à l innovation dans le conditionnement (voir le tableau 2). De façon générale, les projets financés ont été élaborés pour répondre aux attentes des consommateurs et pour développer de nouvelles approches de sécurité et de qualité alimentaires. L idée est que les solutions aux problèmes de la chaîne alimentaire résident dans l amélioration des infrastructures de gestion de la chaîne d approvisionnement. Il s agit d innover et de mieux organiser cette chaîne, de contribuer à sa transparence et à sa durabilité, en offrant à toutes les parties prenantes des chaînes alimentaires, destinées à la consommation humaine ou animale, un système de soutien et de décision central, intégrant outils, méthodes, modèles et lignes directrices. L innovation doit concerner tous les opérateurs, puisqu elle est censée apporter une valeur ajoutée à la chaîne alimentaire conçue comme un tout et déboucher sur de nouvelles applications durables.

6 508 MEDITERRA 2014 Tableau 1- Projets de l UE portant exclusivement sur l innovation en matière de logistique et d intégration de la chaîne d approvisionnement Titre du projet Évolution des systèmes de production agro-alimentaire Acronyme du projet Programme Début Fin FP6-JRC 2003 Optimisation de la qualité, de la sécurité et de la valeur de la chaîne d approvisionnement du lait sur les marchés en évolution rapide de l Europe centrale et orientale Technologies de plates-formes électroniques pour la chaîne d approvisionnement agro-alimentaire européenne Chaîne d approvisionnement des OGM et non-ogm : leur CO-EXistence et TRAçabilité Développement et intégration de technologies nouvelles pour améliorer la sécurité, la transparence et l assurance qualité de la chaîne d approvisionnement des aliments réfrigérés/surgelés OPTIMILK FP6-FOOD E-MENSA FP6-FOOD CO-EXTRA FP6-FOOD CHILL-ON FP6-FOOD Chaînes d approvisionnement et réseaux sûrs et de haute qualité pour l industrie des agrumes entre les pays partenaires de la Méditerranée et l Europe EUROMED- CITRUSNET FP6-FOOD Produits agro-alimentaires de montagne européens, leur distribution et leurs consommateurs Gestion sûre des chaînes d approvisionnement Impact du changement climatique et de la mondialisation sur la sécurité des produits frais, pour une chaîne d approvisionnement d une souveraineté alimentaire non compromise EURO-MARC FP6-POLICIES SECURESCM FP7-ICT VEG-I-TRADE FP7-KBBE

7 Innovation en matière de logistique et d approche intégrée PRactical Implementation of Coexistence in Europe (application pratique de la coexistence en Europe) Acceptation par les détaillants et les consommateurs de nouvelles technologies prometteuses et gestion collaborative de l innovation Planification et innovation alimentaire pour des régions métropolitaines durables PRICE FP7-KBBE RECAPT FP7-KBBE FOODMETRES FP7-KBBE Plate-forme européenne pour la connaissance et l innovation dans la logistique du fret WINN FP7- TRANSPORT Source : élaboré par les auteurs. Tableau 2- Nombre de projets de l UE portant sur l innovation en matière de logistique et d intégration de la chaîne d approvisionnement et financés dans le cadre de différents programmes de travail Financés dans le cadre du programme FP6 FP7 Nombre total de projets européens d intérêt pour l innovation en matière de logistique et d intégration de la chaîne d approvisionnement Nombre de projets portant strictement sur l innovation en matière de logistique et d intégration de la chaîne d approvisionnement Nombre de projets liés à l innovation en matière de logistique et d intégration de la chaîne d approvisionnement Nombre de projets en cours 24 Source : élaboré par les auteurs. La recherche dans ce domaine est soutenue par les projets européens au moyen d initiatives destinées à stimuler la coopération au niveau international et entre les établissements de recherche et les opérateurs commerciaux, y compris les PME, afin de créer un réseau d intérêt transversal, en particulier pour la région méditerranéenne. L analyse de la chaîne «de la fourchette à la ferme» doit permettre de mesurer la pertinence des nouvelles stratégies et de renforcer la collaboration. Les travaux de recherche se concentrent actuellement sur la création d outils et de méthodes pratiques d intégration de la chaîne d approvisionnement. L étude et la

8 510 MEDITERRA 2014 comparaison des aspects techniques, logistiques, organisationnels et de gouvernance des systèmes innovants des chaînes alimentaires dans les différents cas envisagés (le lait ou les céréales par exemple) permettra de définir les bonnes pratiques au moment d impliquer les parties prenantes régionales entreprises et décideurs politiques dans une planification alimentaire durable. L utilisation de systèmes d information et d aide à la décision étroitement intégrés, avec des réseaux et des services internet de pointe peuvent considérablement renforcer l intelligence, l efficacité, la durabilité et la performance du secteur agro-alimentaire. En ce sens, certains projets mettent l accent sur le développement et la promotion de nouvelles plates-formes et technologies, de manière à obtenir un réseau large et ouvert, accessible à tous les clusters, réseaux et entreprises logistiques opérant dans le monde entier ou au niveau européen. Ainsi, dans le cadre du programme Horizon 2020, la plate-forme technologique européenne pour la logistique (ALICE) sera la voix du secteur (entreprises, autorités et centres de recherche) et orientera les principaux domaines de développement de la RDT (recherche et développement technologique) et de l innovation en matière de logistique. Nouvelles approches en matière de logistique et de gestion des chaînes d approvisionnement L innovation en matière de logistique concerne exclusivement l application des NTIC. La mise en place de logiciels informatiques de pointe et le développement de systèmes adéquats d échange de données informatisées (EDI) sont à la base d une maîtrise optimale du flux continu de matières et d informations tout au long de la chaîne d approvisionnement. Une bonne planification de ce flux permet en fait de réduire au maximum les délais de livraison et de réduire au maximum les gaspillages (bankrupt deliveries). L une des composantes essentielles de la SCM réside dans la collaboration entre les différents maillons de la chaîne. Ce concept revêt trois dimensions distinctes : > le partage d informations, c est-à-dire la collecte et la dissémination rapide d informations pertinentes permettant aux décideurs de planifier et de contrôler les opérations de la chaîne d approvisionnement ; > la synchronisation des décisions, autrement dit la prise de décision conjointe intervenant dans la planification et les opérations ; > l harmonisation des motivations, à savoir la mesure du partage des coûts, des risques et des bénéfices entre les membres de la chaîne. Les avantages compétitifs des entreprises peuvent stimuler et soutenir la collaboration. Par avantage compétitif, on entend la capacité d une entreprise à se protéger face à ses concurrents. Cinq facteurs sont ainsi déterminants : le prix, le prix maximum, la valeur de la qualité pour le client, la fiabilité de la livraison et l innovation dans la production.

9 Innovation en matière de logistique et d approche intégrée L ENEA est actuellement impliquée dans deux projets nationaux de recherche sur l innovation en matière de logistique et de gestion des chaînes d approvisionnement («ORTOFRULOG» et «Magazzino Viaggiante»), dans lesquels les deux aspects essentiels précités (collaboration et avantages compétitifs) sont pris en considération. Encadré 1 : Le projet ORTOFRULOG ORTOFRULOG est une plate-forme logistique innovante pour les fruits et les légumes destinés aux marchés nationaux et internationaux. Le projet a été financé par le ministère italien du Développement économique le 1 er mars 2012, pour une durée de trois ans. Le Centro Servizi Impresa est chargé de la coordination du projet et de la communication avec les partenaires : ASD Produzione, Consorzio BESTAK, Tecnolog Engineering, Alegra, Arca-Fruit, IDNOVA et ENEA. Le projet propose de réaliser un prototype de plate-forme logistique innovante, fondée sur l utilisation de NTIC pour la production agro-alimentaire nationale I et IV destinée aux marchés nationaux et internationaux. Ce prototype sera le centre d un réseau basé sur le territoire national mais en lien étroit avec des réseaux étrangers similaires, opérant sur le marché des produits alimentaires frais et transformés. L objectif général du programme est d améliorer la compétitivité du secteur national des fruits et légumes via l utilisation du fret, la maximisation de la satisfaction des clients et la protection de l environnement : > Une plate-forme logistique TIC : il s agit de standardiser au maximum l utilisation de technologies hardware et software pour réduire les délais de livraison, permettre le suivi continu et l enregistrement en temps réel de paramètres essentiels pour le stockage des produits, garantir la conformité avec les règles d hygiène et de traçabilité de la chaîne de production, lutter contre le gaspillage (défaut de livraison) et augmenter le nombre de consommateurs satisfaits et le degré de satisfaction. > Des systèmes innovants de conditionnement : il s agit de créer de nouveaux conditionnements tenant compte des destinations finales, respectant les normes existantes, présentant des caractéristiques techniques, structurelles et microstructurelles calibrées en fonction du produit, assurant les meilleures conditions d hygiène possibles, avec un impact économique et environnemental aussi limité que possible. > Une mesure et un contrôle de la qualité des produits : des prototypes d appareils (capteurs) seront développés pour mesurer les principaux paramètres servant au suivi et à la préservation de la qualité des produits transportés et stockés, mais aussi utiles à la traçabilité de la chaîne de production ; des technologies biologiques et physiques innovantes seront appliquées pour protéger les produits après leur récolte et durant les phases de transport et de stockage. > Une validation du prototype : le programme s achèvera sur le développement et la validation d un prototype de plate-forme logistique, qui se baseront sur tous les résultats obtenus par les approches de simulation. Une évaluation qualitative et quantitative des bénéfices en termes de fiabilité, de reproductibilité, de sécurité, d efficacité et d efficience (réduction des coûts) sera également réalisée avant la réalisation du prototype qui marquera la fin du programme. Le principe de base qui sous-tend l élaboration de la plate-forme organisationnelle est celui de l alignement des intérêts de l ensemble de la chaîne/réseau sur les intérêts de toutes les entreprises membres. Pour ce faire, deux règles ont été adoptées :

10 512 MEDITERRA 2014 > Des actions d ajustement mutuel (l essence même de la collaboration entre les entreprises membres) ont été identifiées puis transformées en actions d alignement et intégrées aux processus de collaboration qui s appliquent à différents domaines fonctionnels de la chaîne. Pour chacune d entre elles, et en fonction des circonstances réelles, les bénéfices attendus pour l ensemble de la chaîne sont évalués, de même que les coûts à supporter pour les entreprises appelées à mener ces actions. L action d alignement n est retenue que si les bénéfices attendus sont supérieurs aux coûts. > Dans le processus de distribution des bénéfices récoltés par le marché, les entreprises qui ont effectué les actions d alignement sont dédommagées pour les coûts qu elles ont encourus. Grâce à ces deux règles, les actions d alignement proposées bénéficient à l ensemble de la chaîne ou du réseau, ainsi qu à chacune des entreprises membres ; elles sont donc adoptées sans pression particulière par le coordinateur de la chaîne ou du réseau. En outre, chacune d entre elles impliquant par définition une meilleure collaboration, puisqu elles consistent toujours en un alignement mutuel, le principe doit permettre de résoudre le problème d intégration verticale. L efficacité de l ensemble de la chaîne s en trouve améliorée, dans la mesure où la règle de la supériorité des bénéfices sur les coûts est respectée. La vraie valeur ajoutée réside dans le fait que les actions d alignement sont prédéfinies et normalisées pour les différents processus de collaboration dans la gestion de la chaîne/réseau, et que l évaluation coûts/bénéfices est automatisée, grâce à la plate-forme informatique développée à cet effet. Encadré 2 : Le projet Magazzino Viaggiante Financé par le ministère italien du Développement économique et coordonné par FS Logistica, le projet a démarré le 1 er juin 2011 et s étend sur une période de trois ans, avec pour partenaires : Tecnoalimenti, ENEA, LIUC (Université Carlo Cattaneo), Villani, Sapio, Plastoblock, Engineering Ingegneria Informatica, Ortoreale, Paste Tipiche Regionali. Il porte sur la création d un nouveau système de gestion des chaînes et des réseaux. À partir d une approche pluridisciplinaire, le projet sert trois objectifs principaux, à savoir l élaboration d un nouveau modèle logistique, le développement de nouvelles unités de transport et l ouverture d une plate-forme interopérable. Il propose un système de chaîne doté d un haut niveau de collaboration et d efficacité. Depuis le début, l accent est mis sur l effort managérial supplémentaire requis et la charge économique afférente qui constituent les principaux obstacles à l obtention de niveaux supérieurs de collaboration. La solution proposée par le projet réside dans un système managérial adapté aux chaînes de petites et moyennes entreprises (CPME) avec : > une plate-forme organisationnelle dont les spécifications ont été développées sous la supervision de l institution de recherche et qui définit les processus de collaboration entre les entreprises membres de la chaîne ; > une plate-forme de technologie de l information spécialement conçue, qui soutient la mise en œuvre des processus de collaboration.

11 Innovation en matière de logistique et d approche intégrée Tableau 3- Lignes d intervention de l approche CPME Lignes d intervention Contrat de fourniture Optimisation des opérations Logistique unifiée Alignement de la qualité Soutien de l innovation Planification stratégique Effets directs Augmentation des recettes Réduction des coûts Réduction des coûts Capacité accrue en termes de satisfaction des consommateurs Capacité accrue en termes de satisfaction des consommateurs Capacité accrue en termes de satisfaction des consommateurs Source : élaboré par les auteurs. Tableau4-ApprocheCPMEdelaminimisationdescoûts 1. Fonction Objectif qui modélise le coût total de la chaîne à minimiser. 2. Contraintes concernant les variables dont dépend le coût. 3. Logiciel qui réunit, via internet, les données des coûts auprès des entreprises membres et les organise en vue de leur saisie. 4. Autre logiciel, de programmation mathématique cette fois, qui résout les problèmes de minimisation cernés par la fonction Objectif et les contraintes. 5. Apport de solutions aux problèmes de minimisation par le même logiciel (3), qui les transforme en commandes pour les entreprises membres. 6. Logiciel de gestion du transport qui analyse les commandes et peut les modifier de manière à trouver une configuration plus efficace réduisant le coût total. Source : élaboré par les auteurs. Le système CPME comprend six lignes d intervention dans les domaines les plus importants de la gestion de la chaîne/réseau. Ces lignes d intervention sont présentées dans le tableau 3 de l encadré 2, où sont également indiqués les effets directs de chacune d entre elles. L approche CPME de la minimisation des coûts est brièvement décrite dans le tableau 4 du même encadré. Lorsque les commandes sont modifiées, la fonction Objectif est réécrite, avec les nouvelles données des coûts de transport, et le cycle d optimisation précité répété. La fonction Objectif revêt la forme suivante : Coût total de la chaîne = Σ (coût de production + coût de transport + coût d inventaire des intrants + coût d inventaire de la production)

12 514 MEDITERRA 2014 Le coût total de la chaîne (Σ) est étendu à toutes les entreprises membres. Pour les quatre composantes de cette somme, pour lesquelles les coûts variables et fixes sont pris en considération, des valeurs initiales par défaut sont utilisées pour la minimisation au sein de chaque entreprise individuelle, y compris les entreprises de transport. De même, les coûts d inventaire sont comptabilisés selon le modèle de la quantité économique de commande (EOQ) (Ghiani et al., 2004). Cependant, la formule ne peut être appliquée à la fois pour les inventaires d intrants et ceux de production, qui sont assujettis à des contraintes de cohérence (la production d un membre constituant l intrant d un membre client en aval). Le modèle EOQ n a donc été appliqué qu au coût d inventaire des entrants (c est d ordinaire le client qui a la principale maîtrise des commandes). Par conséquent, les coûts d inventaire des sorties ont été comptabilisés à des niveaux en adéquation avec les niveaux d inventaire des entrants des clients, eux-mêmes établis selon le modèle EOQ. Cela permet de définir une fonction Objectif qui tienne compte des coûts encourus par l ensemble de la chaîne (et cette modélisation est conçue comme une innovation introduite par le système CPME). La plate-forme informatique joue un rôle essentiel dans le système CPME, car elle assume l automatisation de la plupart des processus de collaboration proposés, qui facilite leur exécution par les entreprises membres. La plate-forme est constituée des composants de base typiques des systèmes de gestion des processus opérationnels (Khan, 2004) ; autour du serveur d application (de type Java dans le système), un composant de modélisation définit les processus à exécuter et un moteur d exécution permet ensuite de mener l action. Un composant de simulation peut être utilisé pour vérifier la pertinence des processus définis et les performances associées. Le système de gestion de la base de données (DBMS) permet de collecter et de gérer toutes les données liées à la chaîne/réseau et à ses entreprises membres. L optimisation est assurée par deux applications : la première est une application de programmation mathématique, basée sur la méthode Simplex d optimisation, l autre est une application de gestion des transports, basée sur une approche mixte (mathématique et heuristique) chargée d identifier les configurations les moins coûteuses pour le transport de ressources d une entreprise à l autre. Les utilisateurs, c est-à-dire les représentants désignés des entreprises membres, communiquent avec le système sur internet, au moyen d interfaces construites et gérées par un composant de type Portal Server. La plate-forme informatique soutient la réalisation de quatre lignes d intervention : les contrats de fourniture, les optimisations opérationnelles, la logistique unifiée et la planification stratégique. Les résultats de ces traitements sont soumis pour approbation ou décision spécifique à tous les membres concernés. Ces approbations ou décisions sont ensuite collectées via les interfaces internet prédéfinies, avec l information additionnelle que chaque entreprise doit fournir suivant les processus envisagés. La plateforme réunit ces informations et passe à l étape suivante, et ainsi de suite, étape après étape, jusqu à la fin du processus. La plate-forme fournit notamment aux entreprises membres les actions d alignement proposées, assorties des évaluations des coûts/bénéfices, et attend leur agrément avant d aller plus loin. La possibilité d un désaccord est anticipée et, le cas échéant, le système propose aux entreprises membres des alternatives, après avoir recueilli auprès d elles les informations nécessaires.

13 Innovation en matière de logistique et d approche intégrée La conception et le fonctionnement de la plate-forme informatique permettent à une chaîne d approvisionnement de simuler l application de l approche CPME à ses opérations et d en anticiper les effets quantitatifs avant de l adopter. Les chaînes sont ainsi en mesure de décider d appliquer ou de ne pas appliquer le système CPME, en toute connaissance de cause. Approche intégrée de la chaîne d approvisionnement pour la valorisation des produits et amélioration de la sécurité alimentaire Le secteur agro-alimentaire italien comprend un vaste éventail de produits alimentaires végétaux et animaux d une haute valeur qualitative et organoleptique. L excellence de ces produits est due tout d abord à la production sélective de la matière première, puis aux méthodes de culture appliquées, et enfin aux conditions optimales de stockage et de transport. L utilisation d une matière première qui se distingue par sa qualité et sa saveur (parfum et goût) permet la production de denrées alimentaires de haute qualité sensorielle, «made in Italy», aux propriétés organoleptiques uniques, reconnues à l échelle internationale. L ENEA est actuellement impliquée dans le projet national de promotion de l innovation industrielle Food Flavour, qui s est donné pour objectif d identifier de nouveaux indicateurs de qualité pour mesurer, tout au long de la chaîne d approvisionnement, les caractéristiques sensorielles perçues, parallèlement aux aspects chimiques, physiologiques et microbiologiques déjà connus des légumes, des fruits et des viandes du pays. Encadré 3 : Le projet Food Flavour Financé par le ministère italien du Développement économique et coordonné par Neotron Spa, le projet a démarré en novembre 2010 pour une période de trois ans, avec pour partenaires : ENEA, CAFAR, MAGEMA, LINEAVERDE, Martini Alimentare, Pontlab, Masterpack. Le projet porte sur des méthodologies avancées de garantie de l origine des denrées alimentaires fabriquées en Italie et de nouvelles technologies pour l amélioration des qualités sensorielles, avec pour objectifs : > de fournir des données et des connaissances nouvelles sur la «qualité perçue» d une sélection de viande et de fruits et légumes frais italiens durant leur conservation ; > d établir les profils sensoriels et aromatiques de produits alimentaires sélectionnés ; > d introduire des processus innovants de production et de conditionnement permettant d allonger la durée de conservation et d améliorer la qualité perçue de produits alimentaires sélectionnés ; > de développer une approche technologique intégrée capable d identifier de nouveaux indicateurs de qualité des aliments ; > de promouvoir «l italianité» des produits alimentaires en termes d origine et de composants aromatiques naturels.

14 516 MEDITERRA 2014 Cette «italianité» des produits est étudiée en détail, de même que le maintien des conditions de santé et d hygiène prévues par les règlements italiens et européens afférents. Le projet prévoit l introduction du concept d excellence de la qualité perçue des caractéristiques des produits «made in Italy», à travers le développement d une nouvelle approche intégrée de méthodologies et de technologies essentiellement fondée sur les sciences génomique, protéomique, métabolomique et métagénomique, et associée à des processus de production innovants et à des types de conditionnement améliorés (films protecteurs notamment) capables de stabiliser ou de maintenir la qualité des produits alimentaires italiens pendant toute la durée de leur conservation. Outre la durée de conservation biologique, bien connue dans l industrie alimentaire (la durée de validité d un produit dépend essentiellement du développement de populations microbiennes), l idée est d établir de nouveaux indicateurs de la durée de conservation sensorielle : composante antioxydant, profil organoleptique, contamination bactérienne, profil métagénomique des communautés bactériennes, origine géographique, stabilité chimique, profils génomique, protéomique, aromatique, métabolique globaux. Le concept introduit une corrélation entre la durée de conservation et la dégradation sensorielle du produit alimentaire liée à l oxydation, au vieillissement, etc., et non pas seulement à la contamination microbienne. Dans le secteur alimentaire, le facteur sécurité est essentiel pour la liberté de circulation des biens et représente la base de tout plan stratégique de développement et d innovation. L intégration des chaînes d approvisionnement permet d y accorder une attention encore plus grande. La protection de l approvisionnement alimentaire est un objectif qu on ne peut atteindre qu au prix d un effort pluridisciplinaire, en tenant compte de toutes les phases de la chaîne de production alimentaire. Pour intervenir efficacement à chaque étape, il est nécessaire d avoir une visibilité complète et intégrée de la sécurité alimentaire. C est l ensemble de la chaîne d approvisionnement qu il s agit d optimiser, en tenant compte de l analyse coût/bénéfice, de la possibilité d utiliser une approche «à étapes multiples» et des effets concomitants sur la qualité alimentaire (propriétés hédoniques, nutritionnelles et fonctionnelles). Les nouvelles technologies en matière de sécurité alimentaire permettront, dans une approche intégrée de la chaîne d approvisionnement, de réécrire le scénario agroalimentaire, via la prévention, le contrôle et l innovation. L impact positif du système sera sensible, tant pour les opérateurs de la chaîne que pour les consommateurs, puisqu il permettra d éviter les traitements (coûteux pour l industrie) et la mise sur le marché de produits à haute teneur en contaminants chimiques et biologiques, dont les consommateurs se méfient de plus en plus en raison de leurs effets directs sur la santé. La réduction de la contamination des produits agro-alimentaires n est pas seulement un objectif de dispositions législatives contraignantes, elle est essentielle pour l image des produits. La question de plus en plus préoccupante de la pollution environnementale et de la bioaccumulation de substances toxiques dans la chaîne alimentaire détermineront de plus en plus les choix des consommateurs en faveur des produits à faibles teneurs en contaminants, créant une valeur ajoutée distinctive sur les

15 Innovation en matière de logistique et d approche intégrée marchés nationaux et internationaux. La sécurité alimentaire n est donc plus seulement une condition sine qua non du marketing, mais aussi un facteur de compétitivité. L ENEA a récemment coordonné la préparation du projet «Safe&Smart» pour le Groupement national technologique agro-alimentaire. Ce projet porte sur la sécurité du système agro-alimentaire à travers le développement de technologies innovantes dans les différentes étapes de la chaîne d approvisionnement, et se propose de modéliser un scénario intégré de mécanismes de prévention des risques et de détection précoce de contaminants chimiques et biologiques ou autres substances indésirables. L enjeu est de convertir le problème de la sécurité alimentaire en un facteur de compétitivité et de développement du système agro-alimentaire, et de produire en même temps des résultats significatifs pour les autres secteurs de l industrie impliqués et les services technologiques. Encadré 4 : Projet «Safe&Smart» Le projet «Safe&Smart» traite de nouvelles technologies habilitantes pour la sécurité alimentaire et l intégrité de la chaîne alimentaire abordées dans un scénario global. Financé par le Groupement national technologique agro-alimentaire (ministère de l Éducation, des Universités et de la Recherche) et placé sous la responsabilité de l ENEA-UTAGRI, le projet «Safe&Smart» réunit dix-neuf partenaires (trois du secteur public et seize du secteur privé) et huit consultants (six du secteur public et deux du secteur privé). Les partenaires privés sont de grandes entreprises, des PME ou des associations temporaires d entreprises (ATE). Le projet, dont le financement a été approuvé, s étendra sur trois ans, à compter du mois de juin L objectif final est d orienter le système agro-alimentaire vers un scénario de systèmes de prévention des risques et de détection précoce de contaminants chimiques et biologiques. Les domaines d intervention sont : > le diagnostic, avec l élaboration de nouveaux systèmes permettant de détecter très tôt les substances indésirables dans les produits alimentaires et de contrôler la contamination chimique et biologique dans les différentes chaînes d approvisionnement ; > la prévention, avec l élaboration de stratégies de prévention/contrôle/réduction destinées à soutenir la sécurité alimentaire tout au long de la chaîne de production et d approvisionnement. Le projet prévoit également la mise en place d une plate-forme informative à multiples canaux et dispositifs, axée sur l intégrité de la chaîne d approvisionnement agro-alimentaire et capable d assurer, en temps réel, une interface avec les processus et dispositifs de suivi, de manière à garantir un système d alerte tout au long de la chaîne. En outre, de nouvelles technologies intégrées sont envisagées afin d établir une interface entre le conditionnement et les systèmes de conditionnement nationaux et de fournir des informations sur l origine des produits et les processus utiles pour la sécurité alimentaire exigée par les consommateurs. Le projet doit permettre d ouvrir la voie à de nouveaux scénarios de gestion nationale des produits. L implication de l utilisateur final est indispensable à l établissement d un cercle vertueux de demande et d offre de produits de plus en plus sûrs, à l affirmation de l image de la production italienne et à la progression de la confiance des consommateurs.

16 518 MEDITERRA 2014 Conclusion La protection de la chaîne de valeur alimentaire est un objectif que l on ne peut atteindre qu au prix d un effort pluridisciplinaire, en tenant compte des différentes phases de la chaîne de production. L application de nouvelles technologies, dans le cadre de l approche intégrée de la chaîne d approvisionnement, pourrait redéfinir le scénario agro-alimentaire, infléchissant la chaîne de valeur vers des situations dans lesquelles toutes les entreprises bénéficieraient des retombées économiques, en termes de meilleure gestion des processus et de nouveaux produits et services. Le contrôle strict des matières premières pourrait permettre de détecter tous les risques et d intervenir rapidement dans les phases critiques (au moyen de mesures correctives adéquates ou pour éviter la transformation de produits non conformes), avec des avantages évidents pour tous les opérateurs de la chaîne d approvisionnement. Ces nouvelles technologies permettraient en outre de créer un scénario intelligent de systèmes et de dispositifs capables d entrer en interaction avec tous les opérateurs, améliorant sensiblement le niveau de connaissance et de gestion des phénomènes liées à la qualité et à la sécurité des aliments. S agissant plus particulièrement de la sécurité alimentaire, une approche globale (depuis la production primaire jusqu au consommateur final) et une intégration de la chaîne d approvisionnement pourraient assurer son optimisation et son amélioration effective tout au long de la chaîne d approvisionnement qui se distinguerait dès lors sur les marchés nationaux et internationaux. Nous l avons vu, la prise en compte du consommateur est primordiale. La mondialisation et la complexité croissante de la chaîne agro-commerciale, ainsi que les récentes crises alimentaires, l ont sensibilisé à la qualité et à l authenticité des aliments qu il consomme. Aujourd hui, le public s inquiète toujours plus de la fiabilité de l ensemble du système agro-alimentaire, depuis les intrants et la production jusqu à la distribution et la consommation. Développer des normes alimentaires en adéquation avec les nouvelles structures de la chaîne de valeur, qui répondent aux préoccupations de sécurité alimentaire, face aux résidus de pesticides et aux additifs alimentaires, et qui englobent les questions de qualité alimentaire, mais aussi les questions sociales et environnementales, est plus que nécessaire. De nouvelles stratégies de communication, permettant aux consommateurs de faire des choix plus éclairés, devraient également être appliquées. La concurrence dans le secteur agro-alimentaire se fondant aujourd hui davantage sur la qualité que sur les prix, et portant davantage sur des marchandises à plus forte valeur ajoutée et différenciées que sur des marchandises non différenciées, la compétitivité des producteurs alimentaires de la région méditerranéenne doit être renforcée, en ajoutant de la valeur à leurs produits en termes d orientation santé, d origine, d authenticité, de qualité, de durabilité, d éthique de la production et d impact social.

17 Innovation en matière de logistique et d approche intégrée Bibliographie Arlbjørn (J. S.), De Haas (H.) et Munksgaard (K. B.) (2011), «Exploring Supply Chain Innovation», Logistics Research, 3 (1), p Alliance for Europe Logistics (AEL) (2010), A Technology Roadmap for Logistics-Promoting a Comprehensive and Integrated European Strategy to Support and Incentivise ICT Platforms and Green Technologies for European Transport and Logistics Operations, Bruxelles, AEL, octobre. Commission des Communautés européennes (CCE) (2008), Communication from the Commission to the European Parliament, the Council, the European Economic and Social Committee and the Committee of the Regions Food Prices in Europe, Bruxelles, CCE, COM (2008) 821 final, 9 décembre. Gereffi (G.) et Lee (J.) (2009), «A Global Value Chain Approach to Food Safety and Quality Standards», Global Health Diplomacy for Chronic Disease Prevention Working Paper Series, 4 février. Ghiani (G.), Laporte (G.) et Musmanno (R.) (2004), Introduction to Logistic System Planning and Controll, New York (N. Y.), John Willey and Sons. Khan (R. N.) (2004), Business Process Management. A Practical Guide, Tampa (Fla.), Meghan-Kiffer Press.

18

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION

CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION Étude sur les ressources humaines du commerce international du FITT d intérêts et de connaissances. Toutefois, compte tenu de la nature du commerce d intégration,

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Pour une prise en charge complète des interventions, de la demande à la réalisation

Pour une prise en charge complète des interventions, de la demande à la réalisation PLANON mobile field services Pour une prise en charge complète des interventions, de la demande à la réalisation Un spécialiste innovant, avec trente ans d expérience dans le domaine IWMS Un partenaire

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 570 CIDR Tous droits de reproduction réservés Référentiel de compétences Entreprises de Services et Organisations de Producteurs

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Transformez votre supply chain en atout compétitif

Transformez votre supply chain en atout compétitif Industrie Transformez votre supply chain en atout compétitif Votre marque est unique, votre supply chain aussi Quand il s agit de stratégie supply chain, chaque industriel est unique. Chaque organisation

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

CA Oblicore Guarantee On Demand

CA Oblicore Guarantee On Demand FICHE PRODUIT : CA Oblicore Guarantee on Demand CA Oblicore Guarantee On Demand agility made possible CA Oblicore Guarantee On Demand est une solution de SaaS (Software-as-a-Service) extensible pour la

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables Session 1 La vision chinoise Approche du problème : une approche holistique pour résoudre la question multidimensionnelle que pose l association du développement durable et des concepts de chaînes d approvisionnement

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Contrôlez et améliorez vos performances Solutions Software GEA. engineering for a better world. GEA Food Solutions

Contrôlez et améliorez vos performances Solutions Software GEA. engineering for a better world. GEA Food Solutions Contrôlez et améliorez vos performances Solutions Software GEA engineering for a better world GEA Food Solutions Mesurer, ça compte! Plus vous en savez sur les mesures de vos paramètres de process, plus

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable Le concept de développement durable est aujourd hui incontournable

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

ISO/IEC 20000-1 versus ITIL

ISO/IEC 20000-1 versus ITIL ISO/IEC 20000- versus ITIL Séminaire du 6 Novembre itsmf OUEST C. LAHURE Axios Systems Ordre du jour ISO / IEC 20000- La Norme et son contexte Le référentiel La démarche d implémentation Le contexte de

Plus en détail

Brochure BX MRO. Solutions pour SAP Business One

Brochure BX MRO. Solutions pour SAP Business One Brochure BX MRO Solutions pour SAP Business One La Maintenance, Réparation & Révision pour SAP Business One L association de SAP Business One et de Variatec BX MRO (Maintenance, Repair & Overhaul) transforme

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Traçabilité. Tirez le maximum de profit de votre production et de vos opérations logistiques. De Clercq Solutions. Efficacité. Flexibilité.

Traçabilité. Tirez le maximum de profit de votre production et de vos opérations logistiques. De Clercq Solutions. Efficacité. Flexibilité. De Clercq Solutions Efficacité Flexibilité Traçabilité Qualité Time-to-market Tirez le maximum de profit de votre production et de vos opérations logistiques De Clercq Solutions Production, entrepôt et

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires TIME WINDOW DRIVEN REPORTING POUR DES ANALYSES ET DES RAPPORTS COMPLETS ET EXACTS, À TEMPS TOUT LE TEMPS www.secondfloor.com eframe pour optimiser

Plus en détail

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social LE DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES PETITES ENTREPRISES ET LES ARTISANS. La notion de Développement Durable est une thématique à la mode. Elle est largement reprise dans les médias et devient une donnée

Plus en détail

Enjeux de la Qualité et Norme ISO 9001

Enjeux de la Qualité et Norme ISO 9001 Enjeux de la Qualité et Norme ISO 9001 Journées Qualité et Chimie A. Rivet ANF Autrans, 2011 Normes et Qualité Introduction : les enjeux de la démarche qualité La qualité : notions La norme ISO 9001 :

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Gestion de parc et qualité de service

Gestion de parc et qualité de service Gestion de parc et qualité de service Journée Josy, 14 octobre 2008 A. Rivet Gestion de parc et qualité de service Gestion de parc Fonctions de base GT «Guide de bonnes pratiques» Référentiels et SI ITIL/ISO

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Processus et Outils S&OP

Processus et Outils S&OP Technical paper Processus et Outils S&OP 1. Processus et Outils S&OP 1.1 Vocabulaire S&OP désigne «Sales and Operations Planning» en anglais. L équivalent Français est le PIC «Plan Industriel et Commercial».

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX TITRE Requérant Contribution au projet régional de facilitation des affaires dans l espace UEMOA «eregulations UEMOA» - Phase 2 Commission UEMOA Durée du

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Message du président et chef de la direction Le début d une nouvelle année offre l occasion d envisager la voie à suivre dans une nouvelle perspective.

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

SOMMAIRE. I. CARTOGRAPHIE DE LA SUPPLY CHAIN. p. 2. II. PERFORMANCES LOGISTIQUES.. p. 6. III. AUDIT DES «FORCES ET FAIBLESSES»... p.

SOMMAIRE. I. CARTOGRAPHIE DE LA SUPPLY CHAIN. p. 2. II. PERFORMANCES LOGISTIQUES.. p. 6. III. AUDIT DES «FORCES ET FAIBLESSES»... p. CFR & CGL Consulting Carnet de bord Supply Chain Avec le concours de SOMMAIRE I. CARTOGRAPHIE DE LA SUPPLY CHAIN. p. 2 II. PERFORMANCES LOGISTIQUES.. p. 6 III. AUDIT DES «FORCES ET FAIBLESSES»... p. 7

Plus en détail

Microsoft IT Operation Consulting

Microsoft IT Operation Consulting Microsoft IT Operation Consulting Des offres de services qui vous permettent : D améliorer l agilité et l alignement de votre IT aux besoins métier de votre entreprise. De maîtriser votre informatique

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004)

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à destination des fournisseurs QSL (Contrat

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Présentation de m2ocity

Présentation de m2ocity Présentation de m2ocity Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable Septembre 2012 Le télérelevé des compteurs et capteurs intelligents peut aider à apporter

Plus en détail