Channel MOR Project: MANAGEMENT DE LA SUPPLY CHAIN DES EMR : AUTO-EVALUATION POUR L AMELIORATION DES PERFORMANCES LOGISTIQUES DES PME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Channel MOR Project: MANAGEMENT DE LA SUPPLY CHAIN DES EMR : AUTO-EVALUATION POUR L AMELIORATION DES PERFORMANCES LOGISTIQUES DES PME"

Transcription

1 Décembre 2014 Channel MOR Project: MANAGEMENT DE LA SUPPLY CHAIN DES EMR : AUTO-EVALUATION POUR L AMELIORATION DES PERFORMANCES LOGISTIQUES DES PME UN TERRITOIRE COMMUN, ACCÉLÉRATEUR DES PROJETS EMR «Cette publication a été réalisé dans le cadre du projet Channel MOR, grâce au soutien financier à 100% du programme Interreg IVA France (Manche) Angleterre.» Copyright 2014 Channel MOR. All Rights Reserved

2 Sommaire 3 RESUME 4 SECTION 1: Contexte de l étude 6 SECTION 2: La problématique des coûts 8 SECTION 3: Maîtrise de la chaîne logistique 10 SECTION 4: Le cas des EMR 12 SECTION 5: Le cahier des charges du projet 14 SECTION 6: Mesurer la performance logistique 16 SECTION 7: Processus de Validation 18 SECTION 8: Conclusions et Recommandations 20 ANNEXES 22 SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

3 Resume Resume Les travaux réalisés dans le cadre de Channel Mor ont été initiés après trois années d observation et d analyse du processus de création d une nouvelle filière industrielle qui se veut innovante et solide : le grand éolien posé en mer. Bien que devenu ces dernières années, la locomotive européenne, avec en 2011, 50% des 4 GW d éolien offshore installés dans le monde, le Royaume-Uni ne possède pas à ce jour de véritable filière industrielle dédiée. En France, seuls 2 à 3 GW devraient être construits à l horizon de 2020, au lieu des 6 GW fixés initialement. Une bonne partie du marché futur (42%) devrait se situer Outre-Rhin, puisque les plus grandes capacités britanniques ont déjà été acceptées et sont pour la plupart construites ou en phase de construction. Outre l Allemagne, la décennie à venir, verra en fait le retour des Pays-Bas et l apparition de nouveaux pays : la France, La Finlande, la Suède et l Irlande. Cette période d observation et de participation à différents colloques de niveau international (EWEA, Amsterdam, Frankfort, Barcelone), à des manifestations nationale et régionale (Windustry, Thétis), aux rencontres Franco-britannique sur les énergies offshore et marines organisées chaque année par l ambassade de Grande Bretagne à Paris, la participation à de fréquentes réunions de travail organisées à Paris par le syndicat des énergies renouvelables (SER) et la réalisation de nombreux entretiens menés avec les principaux acteurs de l éolien offshore européens, nous permet de témoigner des grands défis à venir. Alors que cette filière commence lentement à se structurer en France, avec des besoins en compétences spécifiques (construction de turbines, balisage de sites, maintenance des parcs), tous les acteurs sur la chaîne de valeur, dans un marché ultra concurrentiel, s accordent à dire qu il leur faudra très rapidement réduire les coûts de production, d installation et d exploitation pour rendre l électricité éolienne plus compétitive. Pour preuve, les 3 thèmes qui devraient être abordés lors des deuxièmes Assises Nationales des Energies Marines, qui auront lieu à Nantes en mai 2015 : la structuration de filières industrielles, les conditions nécessaires au développement de ces filières et la réduction des coûts. Rapport rédigé par Emmanuel Pertin, ISEL, Université le Havre. Décembre Chef de Projets Europe:

4 Image avec l aimable autoriasation de Cornwall Marine Network SECTION 1: Aliquam auctor augue id enim vehicula Contexte de l étude Les travaux réalisés dans le cadre de Channel Mor ont été initiés après trois années d observation et d analyse du processus de création d une nouvelle filière industrielle qui se veut innovante et solide : le grand éolien posé en mer. Émergente aujourd hui en France, elle est en devenir en Angleterre. Les travaux réalisés dans le cadre de Channel Mor ont été initiés après trois années d observation et d analyse du processus de création d une nouvelle filière industrielle qui se veut innovante et solide : le grand éolien posé en mer. Émergente aujourd hui en France, elle est en devenir en Angleterre. Bien que devenu ces dernières années, la locomotive européenne, avec en 2011, 50% des 4 GW d éolien offshore installés dans le monde, le Royaume-Uni ne possède pas à ce jour de véritable filière industrielle dédiée. En France, seuls 2 à 3 GW devraient être construits à l horizon de 2020, au lieu des 6 GW fixés initialement. Une bonne partie du marché futur (42%) devrait se situer Outre-Rhin, puisque les plus grandes capacités britanniques ont déjà été acceptées et sont pour la plupart construites ou en phase de construction. Channel MOR Page: 4

5 Contexte de l étude Outre l Allemagne, la décennie à venir, verra en fait le retour des Pays-Bas et l apparition de nouveaux pays : la France, La Finlande, la Suède et l Irlande. Cette période d observation et de participation à différents colloques de niveau international (EWEA, Amsterdam, Frankfort, Barcelone), à des manifestations nationale et régionale (Windustry, Thétis), aux rencontres Francobritannique sur les énergies offshore et marines organisées chaque année par l ambassade de Grande Bretagne à Paris, la participation à de fréquentes réunions de travail organisées à Paris par le syndicat des énergies renouvelables (SER) et la réalisation de nombreux entretiens menés avec les principaux acteurs de l éolien offshore européens, nous permet de témoigner des grands défis à venir. Alors que cette filière commence lentement à se structurer en France, avec des besoins en compétences spécifiques (construction de turbines, balisage de sites, maintenance des parcs), tous les acteurs sur la chaîne de valeur, dans un marché ultra concurrentiel, s accordent à dire qu il leur faudra très rapidement réduire les coûts de production, d installation et d exploitation pour rendre l électricité éolienne plus compétitive. Pour preuve, les 3 thèmes qui devraient être abordés lors des deuxièmes Assises Nationales des Energies Marines, qui auront lieu à Nantes en mai 2015 : la structuration de filières industrielles, les conditions nécessaires au développement de ces filières et la réduction des coûts. Channel MOR Page: 5

6 Image avec l aimable autorisation de A & P Group SECTION 2: Aliquam auctor augue enim vehicula Laid problématique des coûts La problématique des coûts de l éolien offshore est capitale afin qu il trouve une place sur le long terme dans le mix énergétique. Alors qu aujourd hui l éolien à terre coûte environ 1 million d euros (M ) par MW installé, l éolien en mer se situe entre 2 et 3 M. Quant à l éolien flottant, les coûts sont encore flous mais devraient se situer, au début de cette filière, autour de 4 M le MW, avant de décroître lorsque les technologies gagneront en maturité. Concernant les coûts de l énergie, il sera important pour l éolien offshore, actuellement autour de /MWh de passer en dessous de la barre des 100 /MWh, afin d être compétitif par rapport à l éolien onshore, qui se situe déjà en dessous de cette barre (70-90 /MWh) et proche des moyens de pointe comme le nucléaire ( / MWh selon l âge des centrales). L innovation, la R&D, la fiabilisation des machines et des infrastructures, l amélioration du facteur de charge, l optimisation des opérations de maintenance, la standardisation, la mutualisation des ressources, la mise à disposition de moyens à la mer plus conséquents, les regroupements d industriels de l énergie et dans certains cas la sous-traitance dans les pays de l Europe centrale et plus à l est même constitueront une partie des éléments de réponse. Cette urgence concernant la réduction des coûts d investissement et d exploitation est rappelée en cette fin d année 2014 par le Renewable UK (porté par l ensemble des industriels et énergéticiens européens) au travers d une vidéo postée mi-novembre accessible en suivant le lien : Channel MOR Page: 6

7 La problématique des coûts Dans le même temps, le SER, par voie de presse, annonce que «L éolien en mer peut réduire ses coûts de production et devenir plus compétitif». Il précise dans son communiqué du 1er décembre 2014 «avec plus de MW installés à travers l Europe, l industrie de l éolien offshore bénéficie déjà d un retour d expérience qui lui permet d anticiper sa courbe d apprentissage, et d identifier plusieurs leviers importants de réduction des coûts de production de cette énergie. Ainsi, d ici 2030, les professionnels estiment que les coûts d investissement (CAPEX) qui représentent environ les deux tiers du coût global, pourront être réduits de 20 à 30 %, principalement grâce à : l industrialisation de toute la chaîne de fabrication, qui en se structurant, gagnera en expérience et en compétitivité, de nombreuses améliorations technologiques, actuellement à l étude, parmi lesquelles : - des turbines plus puissantes, associées à des fondations offshore optimisées : ces deux éléments représentant à eux seuls environ 80% du CAPEX (hors raccordement), l économie d échelle réalisée aura un impact majeur sur ce dernier, - une augmentation de la taille des rotors, synonyme d un meilleur rendement et d une production accrue, une diminution du coût d installation, principalement due là aussi à l augmentation de la puissance des machines, et au retour d expérience en termes de logistique. Les coûts d exploitation (OPEX), qui représentent environ un tiers du coût global, pourront également diminuer de 20 à 30 %, grâce à l optimisation des moyens de maintenance, fruit du retour d expérience, de la mutualisation entre parcs, et de moyens maritimes spécialisés. Outre ces avancées technologiques, plusieurs autres conditions essentielles, si elles sont réunies, contribueront à la baisse des coûts de production : La simplification des procédures administratives et l encadrement des recours contentieux, qui doivent permettre d accélérer et de sécuriser la réalisation des projets, réduisant ainsi leurs coûts de développement et de financement». En marge de ces solutions à moyens et longs termes, les partenaires de Channel Mor ont fait le pari, en janvier 2014, que la maîtrise de la chaîne logistique ou le supply chain management viendra compléter avec avantage le dispositif «classique» mis en œuvre entre autres, par les industriels du secteur, supportés par des politiques locales, nationales, voire européennes. Channel MOR Page: 7

8 SECTION 3: Aliquam auctor augue id enim vehicula Maîtrise de la chaîne logistique Image avec l aimable autorisation de Falmouth Divers Depuis une trentaine d années, du fait du contexte économique, la relation entre client et fournisseur a fortement évolué : renforcement du besoin de personnalisation des produits et services, raccourcissement des délais de livraison, multiplication des canaux de distribution. De plus, l internationalisation des échanges et une concurrence exacerbée ont entraîné les entreprises à rechercher de nouvelles voies pour améliorer leurs performances, et répondre au mieux aux attentes de leurs clients. Face à ces enjeux, les entreprises doivent remettre en cause leurs organisations, en décloisonnant les différents services. Les notions de flux physiques et flux d information, tout au long de la chaîne logistique prennent alors tout leur sens, et la logistique constitue en ce sens une réponse complète et adaptée. Ce ne sont pas les plus gros qui mangent les plus petits, mais les plus rapides qui mangent les plus lents. Ce qui illustre parfaitement le regain d intérêt pour la maîtrise de la chaîne logistique ou le supply chain management, dans les entreprises de toutes tailles ne souhaitant pas être mangées par plus rapide que soi! Les opérations logistiques et les problématiques stratégiques au sein des chaînes de valeur logistiques sont aujourd hui étroitement associées.la performance logistique doit autant aux professionnels de la logistique qu aux fonctions qui interagissent avec elle, à savoir le développement des nouveaux produits, les ventes, les achats et la production. Comprendre par exemple, au sein de l entreprise, les collaborations que doivent entretenir entre Channel MOR Page: 8

9 Maîtrise de la chaîne logistique elles les fonctions clés, c est faire un pas vers l optimisation de la performance logistique et la création parfois insoupçonnée de valeur pour l entreprise. La logistique est devenue une arme stratégique pour les entreprises qui se battent aujourd hui pour la préservation de leurs marges et le développement de leurs parts de marché sur l échiquier mondial de la concurrence. A l évidence, elle joue un rôle de premier plan qui accompagne le quotidien et les grands projets de l entreprise. Son champ d actions s est élargi, ses missions se sont diversifiées, ses compétences ont évolué, de même que la panoplie de ses méthodes et outils s est considérablement enrichie. La logistique s étend de bout en bout de la chaîne de valeur où son rôle consiste à relier les deux pôles de l économie en synchronisant efficacement et à moindre coût la chaîne de l offre avec la demande réelle des consommateurs, aussi complexe, incertaine et fluctuante soit-elle. Bien orchestrée, elle permet non seulement d aller plus vite, mais aussi de faire moins cher et mieux que la concurrence tout en réduisant son impact sur l environnement : Plus vite en réduisant les délais et en éliminant les activités inutiles qui entravent la circulation des flux ; Plus fiable en identifiants et en minimisant les conséquences des risques de rupture ; Moins cher en réduisant les stocks, les coûts de transport et les coûts de structure qui alourdissent la chaîne logistique ; Mieux en offrant des services à valeur ajoutée aux clients (personnalisation des produits, réactivité à la demande, augmentation des fréquences de livraison, suivi de commande via Internet, traçabilité des flux, réduction des émissions de gaz à effet de serre, etc.). Faisant le lien entre l offre et la demande, la maîtrise de la supply-chain a pour finalité la maîtrise des leviers suivants : amélioration de la visibilité de la demande, synchronisation de la production et de la distribution avec la demande réelle, optimisation des ressources industrielles et logistiques à l aide de techniques de massification, de mutualisation et de collaboration interentreprises, réduction des stocks tout en garantissant les objectifs de service. La logistique consiste donc de plus en plus à améliorer les flux sur une chaîne étendue ou encore la Supply Chain - qui va du fournisseur du fournisseur au client du client, autrement dit de l approvisionnement en matières premières au consommateur final. Pour atteindre le niveau de performance qui convient, il s agit de coordonner tous les processus et les fonctions de l entreprise : le transport, l approvisionnement, la production, les stocks, la distribution, le service client, le système d information, le retrait du service et le recyclage des produits en fin de vie. Quel que soit le domaine d activité : l industrie, la distribution, la santé, les transports, les EMR en l occurrence, la performance de l entreprise a une influence sur la satisfaction de ses clients et sur ses résultats. Une stratégie logistique pertinente permettra d établir les synergies nécessaires avec des partenaires éloignés. L entreprise doit définir et mettre en œuvre un processus destiné à assurer un dialogue avec tous ses partenaires internes et externes de l entreprise, afin de coordonner les opérations relatives aux flux de matières, de composants, de produits finis, et aux flux d informations. La logistique est donc présente à tous les niveaux de l entreprise, aussi bien au niveau opérationnel pour la gestion des flux physiques de marchandises par exemple au niveau tactique pour définir les organisations et piloter ces flux à moyen terme qu au niveau stratégique pour définir les grandes orientations à long terme. Channel MOR Page: 9

10 SECTION 4: Aliquam auctor augue id enim vehicula Le cas des EMR Planifier toute l activité de l entreprise, achats, production et distribution des produits, en se calant sur la demande des clients, telle pourrait donc être une définition synthétique de l optimisation de la supply chain. Il s agit de trouver le meilleur compromis entre les objectifs de niveau de stock, de service au client et de coûts d exploitation. L objectif est clair : réduire les stocks à tous les niveaux, améliorer la flexibilité et réactivité et utiliser de façon optimale les moyens de production et de la logistique. D autant que, l optimisation étant globale, les quelques pourcents gagnés sur des montants de près de 2 milliards d euros induisent des gains financiers très significatifs. Et dans le cadre des énergies marines renouvelables (EMR) en général et pour l éolien offshore en particulier, il est fort à parier que tout le monde sera mis à contribution. Concernant les PME notamment, force est de constater qu elles doivent dès aujourd hui se préparer sur le plan logistique à accéder à ces marchés ou à être en capacité à répondre aux appels d offre des donneurs d ordre. Même si elles n ont en général aucune expérience sur ces filières en cours de développement, ces entreprises qui possèdent généralement les savoir-faire devront se positionner dans des temps et des délais extrêmement courts concernant : Channel MOR Page: 10

11 Le cas des EMR des besoins d investissements et des amortissements sur des durées courtes, des exigences fortes en terme de cadence de production (passage de l unitaire à la série). Elles devront donc se positionner dans un environnement fortement contraint avec des conséquences importantes sur la planification de leurs productions et sur la prévision de leurs livraisons. Le climat qui se dégrade, un incident majeur en mer sont des exemples classiques dont la conséquence peut être l arrêt partiel ou total de la chaîne. Que faire alors des encours de production, que faire des stocks de produits finis, quoi dire aux fournisseurs qui attendent pour livrer et que faire de la main d œuvre prévue? Un ensemble de questions et de problèmes qui ne manqueront pas d arriver et vis à vis desquels les entreprises doivent se préparer. Ces entreprises devront ainsi démontrer qu elles seront capables, tout en intégrant les aléas climatiques et les ruptures de chaîne et de charge, de s insérer sans générer de risque supplémentaire, dans la planification des différentes phases de construction et de montage ou dans le processus de maintien en conditions opérationnelles sans générer de risque supplémentaire et ainsi contribuer au maintien d un équilibre qui sera toujours par nature très précaire. La logistique, les capacités logistiques et surtout la maîtrise par la fiabilisation de la supply chain seront déterminantes pour ces PME dans leur accession à ces marchés et peut-être aussi pour leur survie. Channel MOR Page: 11

12 Image avec l aimable autorisation de Falmouth Divers SECTION 5: Aliquam auctor augue enim vehicula Leid cahier des charges du projet Par convention, la Supply Chain comporte 3 niveaux, figure 1. Le niveau Stratégique : Définition de l offre de produits et services, Dimensionnement de l outil industriel et logistique, Négociation de contrats et partenariat avec les fournisseurs et les clients. Le niveau Tactique : Prévisions de vente, Planification, programmation et calcul des besoins, Règles d approvisionnement et règles de gestion des stocks. Le niveau Opérationnel/Exécution : Gestion des commandes clients, Ordonnancement des opérations et gestion des aléas, Exécution des commandes : production, distribution et facturation. L optimisation de la logistique interne et externe doit être réalisée à tous les niveaux de l entreprise pour : Réduire des stocks à tous les niveaux, Channel MOR Page: 12

13 Le cahier des charges du projet Améliorer la flexibilité, la réactivité, Utiliser de façon optimale les moyens de production et de la logistique. «L optimisation doit être globale, les quelques pourcents gagnés sur les masses financières injectées pour l éolien offshore induiront des gains financiers très significatifs» Figure 1 : cartographie de l entreprise Pour répondre à la problématique initiale posée dans Channel Mor «Identifier et définir des outils pour renforcer les capacités et l accès des PME aux marchés des EMR», L ISEL, s appuyant sur ses domaines d expertises, ses compétences méthodologiques et sa connaissance des problématiques industrielles a proposé au partenariat, un cahier des charges simple qui devait permettre la réalisation d un outil d évaluation qui serait pris en charge par les entreprises en toute autonomie et qui permettrait de réaliser un audit complet pour chaque niveau stratégique et sur l ensemble des liaisons entre ces niveaux. Les travaux menés ont donc eu pour principal objectif de mettre à disposition des entreprises, une grille d auto-évaluation, simple d approche, qui leur permette d améliorer les performances de leur dispositif logistique et plus précisément de : Dresser un premier bilan des pratiques logistiques de l entreprise, Mesurer globalement les forces et faiblesses, Établir un plan de progrès en fonction du niveau de maturité atteint. Channel MOR Page: 13

14 SECTION 6: Aliquam auctor augue id enim vehicula Mesurer la performance Image avec l aimable autorisation de A & P Group logistique Ainsi, la grille d auto-évaluation, permet à l entreprise qui s en saisit, d évaluer les manquements sur ses processus internes et externes, du fournisseur au client du client, autrement dit de l approvisionnement en matières premières au consommateur final, depuis la prise de commande, en passant par la gestion des stocks amonts et avals, jusqu à la livraison, voire le SAV et la gestion des retours et des produits hors service. Elle permet de traiter à la fois les flux d informations, les échanges de données, les outils du système d information et les flux physiques, depuis les matières premières jusqu aux produits finis, suivant le schéma de la figure 2. L entreprise va donc pouvoir analyser l ensemble de ses flux (figure 2), depuis la prise de commande, en passant par la gestion des stocks amonts et avals, jusqu à la livraison, voire le SAV et la gestion des retours et des produits hors service. Le développement de l outil a été réalisé en référence aux standards, normes, concepts et bonnes pratiques logistiques promus par les organismes nationaux et internationaux comme Aslog, Global Evalog, Scor, ou encore SCM. La grille d auto-évaluation s articule autour de 15 thèmes (annexe 1) et 123 questions. Pour chaque réponse le système attribue des points selon un barème et des coefficients qui ne sont pas connus par l utilisateur. Channel MOR Page: 14

15 Mesurer la performance logistique Figure 2 : organisation des flux et des niveaux de décision de la supply-chain La cotation est immédiate ; le niveau de performance sur chaque thème apparaît sur un graphique de type radar (figure 3). Elle est à comparer à un seuil de maturité que l entreprise fixe au préalable, entre 0 et 100%. La durée de l exercice est d environ 2h30. Figure 3 : mesure et seuil de maturité Cette grille d auto-évaluation (figure 4) a donc été conçue pour mesurer la performance Logistique de l entreprise. Elle permet de vérifier, de valider qu un certain nombre de processus sont bien en place et mis en œuvre, et que les moyens, les ressources, les méthodes et les outils de pilotage sont bien définis et disponibles. Channel MOR Page: 15

16 Mesurer la performance logistique Figure 4 : Grille d auto-évaluation Channel MOR Page: 16

17 SECTION 7: Processus de Validation : Les thèmes ayant été définis, les questions ont été rédigées. Ce premier référentiel a fait l objet d un long processus de validation au sein de l ISEL. En parallèle, le système de coefficients par thème et de notation a été défini. Plusieurs options, correspondant aux zones de réponse ont été proposées pour arriver à la solution choisie. La grille propose donc 2 types de réponses : Oui/Non et Jamais / Parfois / Fréquent / Souvent (Figures 5 & 6). Excel a été choisi pour accueillir la grille d évaluation. Pour chaque réponse, l entreprise obtient un score qui est comparé en fond de grille à un optimum, ce qui permet d exprimer cette note en un pourcentage, compris entre 0 et 100. Le résultat des réponses est donc présenté sur un graphique de type radar (Figure 3). L entreprise visualise alors globalement le niveau de ses performances logistique. En retour, l analyse détaillée des réponses apportées lui permet d établir un premier plan de progrès. L entreprise peut alors par exemple décider de la mise en place d actions d amélioration ciblées ou la réalisation d un diagnostic plus poussé pour un thème ou un ensemble de thèmes sur lesquels des manquements ont pu être identifiés. Cette étape de conception réalisée, il était nécessaire de tester et de valider l outil au sein d entreprises manufacturières, en leur proposant la réalisation d un audit complet. Deux entreprises françaises se sont Channel MOR Page: 17

18 Processus de Validation proposées. Elles sont toutes deux, à ce jour, intéressée par le développement de leurs activités dans le cadre notamment de l éolien offshore. La première entreprise est spécialisée dans le câblage filaire de toutes applications industrielles (médical, industrie, télécom, billettique, ferroviaire, agricole, militaire et aéronautique. La production est réalisée en France, en Normandie. L effectif est de 5O personnes. La deuxième, située également en Normandie, est spécialisée dans la fabrication sur mesure de pièces chaudronnées ou mécano-soudées pour diverses activités : industrie, navale, nucléaire, transport, accastillage. L effectif est de 40 personnes. Ces deux audits ont entre autres permis de : vérifier le réel intérêt des entreprises pour cet outil unique, valider la durée de l exercice, corriger, compléter les questions posées et les commentaires de bas de page, confirmer que le support choisi (Excel) était bien adapté pour tester la faisabilité d un tel outil et qu un développement informatique professionnel serait nécessaire afin de proposer, via un futur projet, un outil totalement optimisé. Figures 5 & 6: réponses et notations. Channel MOR Page: 18

19 SECTION 8: Conclusions et Recommandations : Les deux audits qui ont été menés ont entre autres permis de : vérifier le réel intérêt des entreprises pour cet outil unique, valider la durée de l exercice, corriger, compléter les questions posées et les commentaires de bas de page, confirmer que le support choisi (Excel) était bien adapté pour tester la faisabilité d un tel outil et qu un développement informatique professionnel serait nécessaire afin de proposer, via un futur projet, un outil totalement optimisé. En effet, dans une phase ultérieure, il serait intéressant de disposer d un outil qui puisse s adapter en temps réel à la configuration de l entreprise. Une entreprise de services opérationnels ne met pas en œuvre les mêmes processus de production qu une entreprise manufacturière. Ce qui sous entend que les systèmes de questionnement et de cotation devront s adapter à l entreprise qui souhaitera s auto-évaluer. Par ailleurs la célèbre maxime «Qui veut s améliorer doit se mesurer, qui veut être le meilleur doit se comparer» nous rappelle que l entreprise ne pourra véritablement s étalonner qu en se comparant aux meilleurs. Les outils et les services de benchmarking à disposition leurs sont souvent inaccessibles car trop coûteux. Une solution consisterait à créer une plateforme d échanges, via un site internet, plus ou moins ouvert. L objectif serait alors d accueillir et d animer une communauté de PME, françaises et anglaises autour de la Channel MOR Page: 19

20 Conclusions et Recommandations performance logistique. Chacune de ces PME partenaire devrait s auto-évaluer, en toute confidentialité, ce qui permettrait de disposer à terme, d une image de la performance logistique et permettrait aux PME de s étalonner par rapport à une performance moyenne. La difficulté d un tel projet n est pas technique ; elle réside essentiellement dans la crainte des entreprises à communiquer des informations importantes voire stratégique, les concernant. Le principal challenge consistera donc à réunir suffisamment de PME partenaires, sur une période raisonnable, pour constituer un réseau et des résultats pertinents. Channel MOR Page: 20

21 Annexes Annexes Les 15 thèmes, les sujets abordés Chap. 1 Stratégie d entreprise et stratégie logistique Vision de l entreprise Objectifs et déploiement au sein de l organisation Stratégie et Processus Logistique Accords de service et partage des objectifs de performance Chap. 2 Organisation et processus logistique La fonction logistique Logistique et conception Indicateurs et performance Robustesse de la logistique Chap. 3 Système d Information Système de gestion comptable et financière Flux des données d échanges Interopérabilité du SI Chap. 5 Gestion de la demande Prévision des ventes, production et approvisionnements. Évolution de la demande, stocks et productions. Gestion de la relation clients. Chap. 6 Gestion des Approvisionnements Pré-sélection et sources d approvisionnements. Anticipation, évaluation des risques de rupture. Solutions Flux tirés/tendus/jat. Taux de service. Chap. 7 Gestion de Production Implantation des moyens de production, réduction des temps d écoulement. Postes de travail, ergonomie, simultanéité des tâches, gestuelle. Fluctuation de la demande. Prévisions de vente et lancement des fabrications. Coûts fixes, coûts variables. Productivité et autocontrôle. Chap. 8 Gestion des stocks Outil de gestion. Formation. Lissage des activités. Mouvements et maîtrise des stocks. Stocks et demandes. Coûts. Channel MOR

22 Annexes Chap. 9 Préparation & distribution Implantations lean-manufacturing, lean-supply chain. Planification des travaux, des ressources. Mesure de performance. Planification des livraisons, SI. Éléments de pilotage, fluctuation de la demande, lissage des charges, respect des engagements. Chap. 10 Gestion du soutien après la vente Disponibilité des ressources. Retour d expériences clients. Cycle de vie. Mesure du TS. Amélioration. Chap. 11 Gestion des retours Exploitation du Rex. Participation des fonctions amont. Disponibilités des rechanges, obsolescence et coûts. Traitement des réclamations. Gestion et exploitation des produits retournés, reverse logistics. Taux de Sce. Coûts des fonctions. Chap. 12 Gestion de la traçabilité Formation. Système de traçabilité. Flux entrants et sortants. Chap. 13 Gestion du service client Outils d analyse. Produits critiques. Système de mesures. Chap. 14 Efficience et réactivité logistique Outils du lean-manufacturing. Démarches d optimisation, 5S. Maîtrise des temps. Mise en ligne des processus. Chap. 15 Logistique & Environnement Préservation de l environnement. Impacts environnementaux, Écobilans. Channel MOR

Eolien en mer: l expérience Siemens

Eolien en mer: l expérience Siemens Eolien en mer: l expérience Siemens Mai 2013 Confidentiel / Siemens Energy France Siemens Wind Power Leader mondial dans l éolien offshore > 20 ans d expérience en éolien offshore Parc installé : - 1.100

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique

Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique Amélioration des performances de l entreprise : Piloter les systèmes de production (de biens et de services), Optimiser les flux (stock, délai, matière

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI!

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI! Forum Développement Durable 2015 Ayez le réflexe CCI! Nouvelles normes Comment se préparer à la mise en oeuvre des nouvelles normes ISO 9001 et 14001? Nouvelles normes Des évolutions majeures, sans pour

Plus en détail

Catalogue des Formations A Vision. Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision

Catalogue des Formations A Vision. Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision Catalogue des Formations A Vision Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision Formations Supply Chain Initiation à la Supply Chain par le jeu (1 jour) Les fondamentaux de la Supply

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 Management Valorisation Coûts Flux Planification w w w. c b a c o n s e i l. f r plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 La performance des flux dans la petite série et la production à la commande CBA Conseil

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION

ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION ACN 2012 ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION ACN ACHAT PUBLIC MODULE A RENFORCER LA STRATÉGIE ACHAT DE SON ÉTABLISSEMENT : ATOUTS ET CLÉS DE SUCCÈS MODULE A RENFORCER

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15

I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15 SOMMAIRE Introduction...5 Paroles d entreprises...7 Schéma de la chaîne de valeur de création et d exploitation d un champ d éoliennes offshore...10 I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15

Plus en détail

L énergie, des enjeux pour tous

L énergie, des enjeux pour tous L énergie, des enjeux pour tous Transformer le Système d'information EURIWARE conçoit, développe et met en œuvre des systèmes d information métiers en réponse aux enjeux majeurs de performance et de transformation

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MASTERS CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Pour vos appels d offre. 8 e ÉDITION

SUPPLY CHAIN MASTERS CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Pour vos appels d offre. 8 e ÉDITION Octobre 2013 Pour vos appels d offre CABINETS DE CONSEIL EN SCM 8 e ÉDITION SUPPLY CHAIN MASTERS SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort 1. NOM DU CABINET SUPPLY CHAIN MASTERS

Plus en détail

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés.

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. 2 3 E.ON, une dimension internationale Un grand énergéticien privé Né en 2000, le groupe E.ON est devenu

Plus en détail

Audit combiné qualité/supply chain

Audit combiné qualité/supply chain CHRISTIAN HOHMANN Audit combiné qualité/supply chain Sécuriser ses relations client-fournisseurs, 2004 ISBN : 2-7081-3219-9 Avant-propos Les entreprises du 19 e siècle partagent un fonds culturel commun,

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état.

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état. Organisme de Formation enregistré sous le numéro d agrément de déclaration d activité Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément

Plus en détail

From EDI to CPFR: new practices in customer-supplier relationships

From EDI to CPFR: new practices in customer-supplier relationships From EDI to CPFR: new practices in customer-supplier relationships Xavier Perrin, CFPIM, CIRM, CSCP XP Consulting 2006 From EDI to CPFR > 1 Sommaire Rappels à propos de Supply-Chain Management Limites

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement au-delà de l analyse du cycle de vie... L offre responsable, un levier de compétitivité Vous en êtes convaincus : une

Plus en détail

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma LA VISION SUPPLY CHAIN GLOBALE COMME ENJEU DE LA COMPÉTITIVITÉ

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

La matrice Indicateurs ou

La matrice Indicateurs ou La matrice Indicateurs ou Un outil simple pour bien démarrer sa démarche ISO 9001:2000 Actions Services Qualité Philippe Engrand / Consultant Associé - Auditeur ICA philippe. engrand @ as-qualite. com

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Programme Moussanada Textile-habillement Segment : Animation et traitement Module : Logistique Action : Supply Chain TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme Moussanada Textile-habillement Segment : Animation et traitement Module : Logistique Action : Supply Chain TERMES DE RÉFÉRENCE Programme Moussanada Textile-habillement Segment : Animation et traitement Module : Logistique Action : Supply Chain TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D'IMPACT... 2 PRE-REQUIS...

Plus en détail

Association Française de Management FAPICS des Opérations de la Chaîne Logistique. 19èmes journées des CPIM de France

Association Française de Management FAPICS des Opérations de la Chaîne Logistique. 19èmes journées des CPIM de France n MILLET, SFIG/SDS Thierry JOUENNE, CNAM Paris Plan Un rendez-vous attendu L intérêt d un langage commun de la performance Visite guidée au cœur de la performance Comment utiliser les indicateurs Supply

Plus en détail

Le pilotage de la supply chain aéronautique

Le pilotage de la supply chain aéronautique Le pilotage de la supply chain aéronautique Comment contrôler l efficacité de ses fournisseurs en phase développement et en phase série? Hervé Leroy, Président ECDYS - email : herve.leroy@ecdys.com Une

Plus en détail

Greensolver votre partenaire indépendant dédié aux parcs éoliens et solaires ayant pour seul objectif la création de valeur pour ses clients

Greensolver votre partenaire indépendant dédié aux parcs éoliens et solaires ayant pour seul objectif la création de valeur pour ses clients Greensolver votre partenaire indépendant dédié aux parcs éoliens et solaires ayant pour seul objectif la création de valeur pour ses clients Créé en 2008 par des financiers pour les investisseurs, Greensolver

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Fabrication additive : Structuration d unefilière 07/10/14

Fabrication additive : Structuration d unefilière 07/10/14 Fabrication additive : Structuration d unefilière 07/10/14 P.Villard Chargé de mission Usine du Futur Introduction Fabrication Additive un marché en pleine croissance Ces technologies sont partie intégrante

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

LA DISTRIBUTION MULTI-CANAL : QUELS IMPACTS SUR LES OPÉRATIONS

LA DISTRIBUTION MULTI-CANAL : QUELS IMPACTS SUR LES OPÉRATIONS LA DISTRIBUTION MULTI-CANAL : QUELS IMPACTS SUR LES OPÉRATIONS 18.09.2012 INTRODUCTION 2 DES SERVICES & DES SOLUTIONS POUR OPTIMISER VOTRE SUPPLY CHAIN 37 ANS D EXPÉRIENCE AU SERVICE DE LA SUPPLY CHAIN

Plus en détail

Questions. Jean DAMIENS / Florent LEBAUPAIN

Questions. Jean DAMIENS / Florent LEBAUPAIN Introduction : L ASLOG et activités Les secteurs d activité de la Communauté Supply Chain Les différents Métiers de l encadrement du Transport et de la Logistique Une proposition d approche Des réflexions

Plus en détail

La fonction achats fonction achats internes extérieur

La fonction achats fonction achats internes extérieur L objectif de la fonction achats est de mettre à la disposition des utilisateurs internes de l entreprise des biens et/ou des services acquis à l extérieur dans les meilleures conditions de prix, de délais,

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Performance de la planification > Optimisation des stocks, des prévisions et de la qualité de service

Performance de la planification > Optimisation des stocks, des prévisions et de la qualité de service Performance de la planification > Optimisation des stocks, des prévisions et de la qualité de service OPTIMISATION DES STOCKS, DES PRÉVISIONS ET DE LA QUALITÉ DE SERVICE Objectifs : Augmenter les performances

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique 28/4/2015 Level IT Introduction Level IT est un Centre de Recherche

Plus en détail

L analyse de la Chaîne de Valeur

L analyse de la Chaîne de Valeur L analyse de la Chaîne de Valeur Présentation de la chaîne de valeur En principe, une entreprise cherche à obtenir un avantage concurrentiel et se donne pour mission de créer de la valeur pour ses clients.

Plus en détail

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES 10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE Type de

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Approche produit/processus comme dynamique de développement

Approche produit/processus comme dynamique de développement Donnez un avenir industriel à vos projets Approche produit/processus comme dynamique de développement Stéphane MICHEL Date : 24 / 06 / 2010 3, Avenue de l industrie, Adamantis bât. A - 31150 Bruguières

Plus en détail

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049)

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Public concerné Salariés ou futurs salariés des entreprises industrielles qui auront pour missions de participer

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Propriété de VISEO SA reproduction interdite

Propriété de VISEO SA reproduction interdite Propriété de VISEO SA reproduction interdite 1 Gilles PEREZ Directeur Activité SCO Gilles.perez@viseo.com Speakers Mehdi KHARAB Responsable Colibri France mkharab@colibri-aps.com Comment répondre aux nouveaux

Plus en détail

Le langage commun de la Performance. Inauguration le 11 février 2010 Goethe Institut - Paris

Le langage commun de la Performance. Inauguration le 11 février 2010 Goethe Institut - Paris Le langage commun de la Performance Inauguration le 11 février 2010 Goethe Institut - Paris Christian MILLET, SFIG/SDS Thierry JOUENNE, CNAM Paris Merci aux sponsors du colloque! 2 Plan Un rendez-vous

Plus en détail

Gagner en performances grâce au pilotage des flux de production

Gagner en performances grâce au pilotage des flux de production Gagner en performances grâce au pilotage des flux de production Page 1 / Gagner en performances grâce au pilotage des flux / 2010 Détecter une problématique «flux» Si ces constats sont courants dans votre

Plus en détail

Comment optimiser son progiciel de gestion?

Comment optimiser son progiciel de gestion? Comment optimiser son progiciel de gestion? «Gérer son informatique, quelles sont les questions que doit se poser chaque entrepreneur?» Centre patronal de Paudex, 27 octobre 2006 Gérard Chessex / NJM NJM

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Les évolutions des marchés de l énergie en France

Les évolutions des marchés de l énergie en France Les évolutions des marchés de l énergie en France MTAIR en bref Entreprise de services énergétiques Fondée en 1991 4 M de CA (2013) 32 collaborateurs Entreprise indépendante Siège social Domont (95) 2

Plus en détail

Opération Management & Compétitivité

Opération Management & Compétitivité Opération Management & Présentation par AQM - BN 1 Sommaire Présentation de l AQM L action collective management et compétitivité. Processus et déroulement. Les intervenants. Les étapes de formation et

Plus en détail

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Corinne MERCADIE Direction Qualité Responsable Environnement Emballages cmercadie@groupe-casino.fr Gabrielle ADAM Direction Qualité

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Segment : Tous segments des IAA Module : Logistique aval TERMES DE RÉFÉRENCE

Segment : Tous segments des IAA Module : Logistique aval TERMES DE RÉFÉRENCE Segment : Tous segments des IAA Module : Logistique aval TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 POPULATIONS CONCERNEES... 2 PRE-REQUIS... 3 ACTIVITES ET LIVRABLES...

Plus en détail

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES DÉCHETS MÉTALLIQUES, UNE SOURCE STRATÉGIQUE D APPROVISIONNEMENT Pour l industrie métallurgique, le recyclage a toujours fait partie

Plus en détail

Synthèse et retour d expérience Groupe multi-réseaux AXEO Marine

Synthèse et retour d expérience Groupe multi-réseaux AXEO Marine Stratégie Industrielle Synthèse et retour d expérience Groupe multi-réseaux AXEO Marine 2006-2009 1 Contexte de la filière navale civile Marché de la croisière Du produit de luxe au tourisme de masse Une

Plus en détail

Project Management Performance Pack

Project Management Performance Pack Project Management Performance Pack Ligne de Service Durée Standard Prestations Project Management 10-120 jours PMBOK Formation Assistance/Conseil Solutions IT L offre packagé 2B Consulting d amélioration

Plus en détail

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité MIL GB/OB/LK -1- Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité Professeur Gérard BAGLIN Département MIL baglin@hec.fr - 33 1 39 67 72 13 MIL www.hec.fr/mil -2- Les déterminants financiers EVA : Economic

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel

Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel Etude de cas : Refondre une infrastructure de communication pour facilité la mobilité Pascal Trémong : 4tivity Pascal Bissey : Econocom

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001?

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Réduire le coût énergétique : outils et solutions pratiques AFQP 06 & CCI de Nice Côte d Azur le 13/01/2015 Théophile CARON - Chef de Projet

Plus en détail

Maitriser la fonction approvisionnement

Maitriser la fonction approvisionnement Maitriser la fonction approvisionnement Comprendre les techniques de base : éviter les ruptures tout en minimisant le niveau de stocks. Maîtriser la relation quotidienne avec le fournisseur et être efficace

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

Diag Up Export Spécifications

Diag Up Export Spécifications Diag Up Export Spécifications Présentation Diag Up est une plate forme logicielle qui permet d élaborer des modèles de diagnostic dans des domaines aussi variés que la qualité, la transmission d entreprises,

Plus en détail

Laurent CIROU. François QUERE. Consultant SC Durable CL² Animateur Commission Amélioration Continue ASLOG SCHNEIDER ELECTRIC

Laurent CIROU. François QUERE. Consultant SC Durable CL² Animateur Commission Amélioration Continue ASLOG SCHNEIDER ELECTRIC Laurent CIROU François QUERE Consultant SC Durable CL² Animateur Commission Amélioration Continue ASLOG SCHNEIDER ELECTRIC Laurent CIROU Consultant SC Durable CL² Animateur Commission Amélioration Continue

Plus en détail

Eléments de Gestion Industrielle

Eléments de Gestion Industrielle Eléments de Gestion Industrielle L objet de ce document est de rappeler quelques définitions élémentaires de gestion industrielle à l intention de lecteurs n ayant pas reçu une formation technique. Sommaire

Plus en détail

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Parce que votre entreprise est unique, parce que vos besoins sont propres à votre

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

Créer de la valeur avec l Open Data

Créer de la valeur avec l Open Data Créer de la valeur avec l Open Data Des enjeux économiques majeurs Entre 106 et 141 par personne et par an Entre 387 et 640 par personne et par an (~les intérêts de la dette en France) Leviers pour créer

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE

MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE Z.I. Saint Lambert des Levées - 49412 SAUMUR Cedex - France Tél. (+33) 02 41 40 41 40 - Fax. (+33) 02 41 40 41 49 www.castel.fr SOMMAIRE TITRE SECTION TABLE DES MATIERES Domaine

Plus en détail

Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation

Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation Document de Présentation Dakar, le 12 Novembre 2014 Présentation faite par Jean Louis PORTELLA Copyright VIZEUM M.C 1 L innovation

Plus en détail

ADEME : Colloque Produits Verts. Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat

ADEME : Colloque Produits Verts. Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat ADEME : Colloque Produits Verts Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat Juin 2008 Une solution dédiée à vos achats responsables

Plus en détail

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN"

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA SUPPLY CHAIN S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN" Comprendre le rôle de la chaîne logistique. Acquérir des outils et méthodes indispensables à la maîtrise de la SCM Maîtriser la mise en place de solutions

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail