Entreprise Etendue et Supply Chain Management. Said HAMICHI Professeur Supply Chain Management Système d Information

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Entreprise Etendue et Supply Chain Management. Said HAMICHI Professeur Supply Chain Management Système d Information"

Transcription

1 Entreprise Etendue et Supply Chain Management Said HAMICHI Professeur Supply Chain Management Système d Information 1

2 Sommaire Mutation des entreprises La mondialisation et l entreprise étendue Le Supply Chain Management L entreprise en processus Le modèle de pilotage MRPII Lean Exemple Les indicateurs de pilotage d Supply Chain Management Les outils Système d Information de l entreprise étendue Le projet SCM 2

3 1. Les implications de la mondialisation 3

4 Les implications de la mondialisation Toujours moins : délocalisation des activités multinationales dans les pays offrant de meilleurs avantages: o o o o o o o salaires plus bas, droit du travail moins strict, conditions de travail plus flexibles, droit environnemental inexistant ou non-appliqué, impôts réduits et des charges sociales allégées, absence d assurance chômage, de sécurité sociale, etc. Les droits de l homme, économiques et sociaux des travailleurs victimes de ces pratiques. 4

5 2. L Introduction 5

6 Introduction Mondialisation et l internationalisation du sourcing Concurrence par les coûts Groupe émergeant : BRICS Échanges d informations automatisés: EDI (voir CPFR) ERP CRM La mondialisation Nouveaux produits avec des cycles de vie plus courts Produits intelligents L innovation Offre de produits avec service Les technologiques Des sources d approvisionnements Des financements La sécurité Disparition du commerce du détail et de proximité et sa substitution par la grande distribution Vente via Internet et livraisons à domicile Relation de confiance remplacées par des relations professionnelles basées sur la marge, Diminution du stock Multiplicité des lieux de livraison (points de vente, entrepôts distributeurs, plate-formes cross-docking Chasse aux gaspillage La culture Le commerce Commandes en petites quantités Fonctionnement en commandes ouvertes avec des livraisons plus fréquentes Offre de services financiers L économie 11/13/2012 6

7 Introduction Changements dans l'environnement compétitif. Changement des habitudes et des comportements de consommation Nouvelles techniques managériales Volatile Croissance de la complexité dans les processus-clé Changement des structures capitalistiques Nouvelles technologies Fluctuations macroéconomiques Chocs externes 11/13/2012 7

8 Introduction Depuis l après-guerre, la mondialisation revient sous une forme plus structurée : les accords de Bretton Woods (organisation du système financier (1944), puis le GATT- General Agreement on Tariffs and Trade - (1947) qui devient l OMC Organisation Mondiale du Commerce en 1995, structurent cette nouvelle mondialisation. Les grandes entreprises s internationalisent. Les chocs pétroliers introduisent les pays producteurs de pétrole comme acteurs incontournables du jeu économique mondial. Les Etats s endettent au-delà de leurs frontières. De nouveaux pays industrialisés émergent. Depuis quelque temps, la mondialisation est autant vantée que critiquée selon les pays ou les auteurs. 8

9 La mondialisation : interprétation La mondialisation employée par les politiques pour justifier : des restructurations dans le domaine public, le retrait de l État dans certains secteurs d activités économiques. La mondialisation employée par le monde du business pour : expliquer la nécessité de «rationaliser» les activités de l entreprise, justifier les vagues de fusions-acquisitions sur le plan international Pour une partie importante de la population, mondialisation rime avec: pertes d emplois, exploitation des travailleurs par les grandes entreprises, hausse des inégalités.

10 Introduction Deux facteurs peuvent freiner ce processus de mondialisation: Les coûts de transports transferts transaction : coûts de transports et d assurance, coûts de transaction financière, coûts de voyage d une personne candidate à l émigration. Ces coûts ont été maîtrisés et diminués par l innovation (avion, TIC..) L intervention des pouvoirs publics : politique commerciale (instauration de frais de douanes, taxes ), contrôle des mouvements de capitaux (taxes, réglementations..), le contrôle des flux migratoires aux frontières (douanes) 10

11 Introduction La mondialisation des marchés, la libéralisation de l économie, la croissance de l activité de service et l impact des technologies de l information et de la communication (TIC) : Engendrent des transformations structurelles rapides et l accélération des processus de décision, Transforment hiérarchique fermée sur ses frontières en une entreprise étendue: sans frontières, ouverte et adaptative, placée sous l emprise d un environnement imprévisible et incertain. Placent les décideurs devant de nouvelles situations complexes qui nécessitent : de faire appel à des savoirs et des savoir-faire individuels et collectifs, d accorder plus d autonomie à chaque agent, qui se transforme ainsi en acteur-décideur quel que soit son rôle et sa position hiérarchique.

12 Introduction La mondialisation des marchés, la libéralisation de l économie, la croissance de l activité de service et l impact des technologies de l information et de la communication (TIC) implique le développement des activités de l entreprise dans un espace planétaire à trois dimensions : une dimension globale (espace global) qui couvre l ensemble de l organisation quels que soient les lieux géographiques d implantation ; une dimension locale (espace local) correspondant au sous-ensemble de l organisation située dans une zone géographique donnée ; une dimension d influence (espace d influence) qui couvre le champ d interaction de l entreprise avec d autres organisations.

13 Introduction Réduction de la souveraineté de l Etat: les gouvernements maîtrisent de moins en moins les décisions clés de leur économie, leur rôle traditionnel et redéfini, les compagnies multinationales, les structures intergouvernementales et les institutions financières privées ont une influence croissante et tendent à prendre la place des gouvernements. Voilà ce qui explique la forte réduction de souveraineté des Etats. Economiquement ciblé : les considérations économiques prennent le pas sur les considérations politiques et sociales, les entreprises et les organisations intergouvernementales - internationales ou régionales - s imposent dans la gestion des affaires, la prédominance des considérations économiques et financières sur les questions fondamentales d ordre social, sanitaire ou environnemental. 13

14 Les implications de la mondialisation Le manque de transparence et de responsabilité: les actions et décisions Les gouvernements, les institutions publiques et les autorités bancaires nationales sont généralement contrôlées, les entreprises multinationales, les institutions internationales et régionales agissent en fonction de leurs seuls intérêts financiers, le manque de transparence des mécanismes de prises de décision (à l OMC les décisions se prennent à huis-clos après des processus complexes de négociations informelles ou formelles. 14

15 Introduction Durant les années d après guerre 50-60, la production est une production de masse et la philosophie de management se résume à «zéro temps d inoccupation des machines». Le marché est local et demandeur; Le cycle de vie du produit est long; Le client n a pas d influence sérieuse; Son choix est limité et les quantités à produire sont déterminées; Les entreprises ne doivent que rentabiliser leurs machines en produisant d importantes séries et maîtriser leurs coûts de main d œuvre; Les produits se vendent relativement bien, ils sont attendus par le client. Le producteur n a ni souci de qualité ni contrainte de livraison. Le preneur est acquéreur de ce qu il trouve.

16 Mutations de l environnement Gestion manuelle (papier et communication verbale) Le client paie: pas besoin de faire des efforts de gestion Achats production Vente 11/13/

17 Introduction Une fois que le marché commence à saturer dès le premier choc pétrolier en 1973, le consommateur change de comportement. La production de masse entame son déclin; Les parts de marché des entreprises connaissent une érosion, il faut se les disputer. La demande devient au mieux égale à l offre, sa connaissance reste prévisible, mais elle n est plus certaine; Le choix du client se diversifie; Le cycle de vie des produits devient moins long; Le marché s élargit ; il n est plus national.

18 Introduction Les industriels sont amenés à accorder de plus en plus d importance à la qualité des produits et au contrôle des coûts. La philosophie de management s oriente alors vers «le zéro défaut et le zéro stock». L objectif est la réduction des coûts internes en vue de maximiser le profit dépendant du prix fixé par le marché. Toutes les fonctions internes de l entreprise cherchent alors à collaborer afin de satisfaire le client devenu «roi». Les grandes firmes américaines ont réagi dans les années 70 80, pour s adapter à ces évolutions en développant les méthodes de management intégré des ressources de production (MRP-2) et de planification des ressources de distribution (DRP).

19 Introduction Les entreprises Japonaises ont développé les techniques de production Juste-à-temps qui ont été adoptées par les entreprises occidentales. C est aussi le point de départ de l automatisation massive pour réduire le coût direct de la main d œuvre. En France, cette époque correspond à l ouverture des grands chantiers d amélioration des conditions de travail. Après l élargissement des tâches destiné à réduire les effets de l organisation taylorisée du travail on préconise: l enrichissement des tâches, la polyvalence, la rotation des postes et les équipes autonomes. Dans cette période, la priorité est de garder le client. Il faut impérativement augmenter la qualité du produit et le niveau de satisfaction du client.

20 Mutations de l environnement Gestion manuelle (papier et communication verbale) Gestion informatisée : MRP, Prévisions et JAT Le client exige (concurrence) : l entreprise réagit Diminuer les coûts : Le client paie: pas besoin de faire des efforts de gestion de production,de non qualité, de panne. Achats production Vente Achats production Vente 11/13/

21 Introduction A l heure de la mondialisation, le changement de tendance s est accentué. La multiplication et la banalisation des offres phénomènes accélérés par Internet ont eu pour effet de creuser le déséquilibre entre l offre et la demande : L offre est surabondante, Les produits nouveaux se succèdent à un rythme soutenu, La concurrence est agressive, le consommateur est devenu plus exigeant. Dans ce contexte où les marchés sont sur-capacitaires, la valeur ne se mesure plus seulement à l aune de la qualité des produits (facteur devenu moins différenciateur aux yeux du client), mais par rapport : au prix, à la qualité de service, à l image de marque, à la réactivité du service après-vente à la disponibilité instantanée du produit.

22 Introduction Ces changements ont fait émerger de nouveaux modèles d organisation tels que : La production au plus juste (lean manufacturing), La production modulaire, La production agile, La production flexible avec les personnalisations de masse, L amélioration continue, Le management participatif, Le réingénierie des processus.

23 Introduction Pour les consommateurs, en plus du design qui prime, le produit doit être : utile, sécurisé, fiable, durable, facilement réparable en cas de panne, récupérable, (respect de l environnement et de développement durable), personnalisé, perçu comme le meilleur de sa catégorie en terme de rapport qualité/prix sur le marché. Ainsi, la priorité du fournisseur est de répondre aux choix personnalisés du client dans des délais courts. Le marché est mondial. La philosophie de management se focalise sur la rapidité de réponse, l ingénierie simultanée (prise en compte de la phase de production, de distribution et de maintenance dès la phase de conception des produits) et la gestion de la chaîne logistique.

24 Introduction Gestion manuelle (papier et communication verbale) Le client paie: pas besoin de faire des efforts de gestion Gestion informatisée : MRP, Prévisions et JAT Le client réagit (concurrence) : l entreprise réagit Diminuer les coûts : de production,de non qualité, de panne. Supply Chain Management Le client se fait désiré (concurrence) il faut le fidéliser : l entreprise réagit la chasse à tous les gaspillages, et recherche la performance totale. Achats production Vente Achats production Vente Achats production Vente 11/13/

25 Introduction Cette stratégie implique : La refonte des systèmes et des modes de pensée traditionnels, Le passage d'une organisation compartimentée et discontinue taylorienne à une organisation par processus et flux. La coordination de partenaires internes et externes. La recherche de l optimum global. La recherche d une performance 11/13/

26 Introduction Concurrence : temps de réponse, innovation, fidélisation, coût, pays émergents Environnement : écologie, hygiène, sécurité, réglementation Entreprise Fragilité : technologies de l information et de la communication, o Complexité o Qualification et compétences multiples o Technologies évolutives : Clients : volatilité, prix bas, fiabilité, nouveauté, produit et service, délais courts, demande par petites quantités Actionnaires : rentabilité à court terme, internationaux, risque minimum, investissements limités Employés : respect, valeurs, responsabilité, autonomie une entreprise seule ne peut détenir. Être leader et le rester 11/13/

27 Le processus de création de la valeur : les ressources, les contraintes, les exigences et les objectifs Les contraintes exigences externes Les contraintes et exigences internes Les délais La sécurité Pilotage: coordination - management Les quantités Les prix Le niveau de qualité L environnement La rentabilité La formation L hygiène La stabilité L environnement La rentabilité Les matières première s Les ressources matérielles et humaines Le personn el L éner gie Les équipem ents Les locau x Les enjeux et les objectifs La pérennité Le leadership La croissance La profitabilité et la performance 27

28 Introduction Objectif Objectif Objectif Acheter : réduire les coûts o Acheter en quantités Produire : réduire les coûts o Produire en quantités Vendre : augmenter le chiffre d affaires et la marge o Vendre ce que demande le client en quantités o Politique d achats interne à la fonction : Sur Stock Rupture de stock o Politique de production interne à la fonction : Sur production Rupture de stocks o Politique de vente interne à la fonction : Sur Vente Mévente o Coûts d immobilisation o Coûts de rupture o Risque d incohérence avec la demande o Coûts d immobilisation o Risque d incohérence avec la demande et avec le disponible matières o Coûts d immobilisation o Coûts insatisfaction clients o Coûts de déstabilisation production et achats 11/13/

29 Introduction Objectif : produire au moindre coût Conséquences: produire en grande quantité Besoin client Achats production Vente Objectif : acheter au moindre coûts Conséquences: acheter en grande quantité Objectif : vendre Prérequis : disponibilité des produits 11/13/

30 Introduction Se recentrer et se concentrer sur leurs pôles de compétences. Externaliser les activités et les services considérés périphériques à leur cœur de métier et à faible valeur ajoutée. Communication et partager l information en temps réel. Maîtriser les processus de réponse aux exigences des clients et du marché. Le pilotage des activités avec les principes du Juste à Temps et de la Valeur ajoutée. 11/13/

31 Introduction FOURNISSEURS USINES DÉPÔTS demande CLIENTS (ou Groupes Logistique de Clients) 11/13/

32 Introduction Les entreprises : Compaq et Dell, Ikea, Nike, The Gap et Benetton. ont adopté une approche de contrôle global de la chaîne de valeur de leur secteur d activité, allant au-delà du maillon où elles ont débuté: la distribution, la fabrication, la conception, le design. L innovation organisationnelle est d être parvenu à un degré élevé de contrôle des acteurs de leur chaîne de valeur par des voies autres que l intégration juridique ou patrimoniale. Ses entreprises sont qualifiées d entreprises transactionnelles, virtuelles ou, entreprises étendues.

33 introduction Durant les années d après guerre 50-60, la production est une production de masse et la philosophie de management se résume à «zéro temps d inoccupation des machines». Durant les années 80 90, la philosophie de management s oriente alors vers «le zéro défaut et le zéro stock». Depuis les années 90, la philosophie de management se focalise sur la rapidité de réponse, l ingénierie et la gestion de la chaîne logistique. c est le Supply Chain Management

34 Le producteur et le consommateur Produire Puis vendre Le conso(a)mateur Produire ce qui sera vendu Le consomma(c)teur Produire ce qui déjà vendu Le consomm(o)teur 11/13/

35 3. l Entreprise Etendue 35

36 L Entreprise Etendue Définitions des concepts Entreprise Etendue et Entreprise Virtuelle : Entreprise virtuelle : Est un concept, mais pas un lieu. C est une activité, mais pas un bâtiment. Les participants sont membres adhérents, l organisation est mutualisée (...) la réalité physique et globale de l entreprise disparaît au profit de coopérations entre personnes pour réaliser un produit, ou proposer un service, sur la base d objectifs communs. Le cœur de ce type d entreprise repose sur les équipes virtuelles.» Entreprise virtuelle vient après le «travail virtuel» qui désigne «tout travail à distance qui se pratique à l aide de connections par courrier électronique, par intranet et extranet, par vidéoconférences et d autres technologies». Compagnie Virtuelle désigne les compagnies «constituées principalement d individus et de groupes reliés électroniquement pour accomplir ensemble une tâche particulière et qui se dispersent lorsque le travail est effectué».

37 L Entreprise Etendue Définitions des concepts Entreprise Etendue et Entreprise Virtuelle : Entreprise virtuelle : les deux critères suivants comme étant les principales caractéristiques de l organisation virtuelle : o o La création d un réseau d organisations indépendantes (système de partenariat, de sous-traitance ou de coopération) dans le but d atteindre un objectif commun, L utilisation des technologies de l information comme, quasiment, unique vecteur de coordination du travail The virtual enterprise can be defined as a temporary venture of enterprises, usually small and medium-sized and geographically far apart: a virtual enterprise has a virtual organization that does not belong to any of the member enterprises, but acts as a broker, namely allowing businesses to meet and establish relationships and possibly offering supporting services

38 L Entreprise Etendue Définitions des concepts Entreprise Etendue et Entreprise Virtuelle : Entreprise étendue : Est la coopération étroite entre différents acteurs impliqués dans une même chaîne de valeur. C est une organisation intégrée entre diverses entités autonomes, chacune complémentaire au sein d un chaîne de valeur : o o Les différents partenaires dépendent de l entreprise «Front Office» en contact avec le client, Chaque partenaire contribue à une part de la «valeur ajoutée» apportée au client «in the extended enterprise, the organization remains within the boundaries of the enterprise, and in the absence of a leading enterprise, each firm acts as an extended enterprise.».

39 L Entreprise Etendue Le concept Entreprise Etendue : un groupe d entreprises alignées stratégiquement et économiquement à différents stades de la chaîne de valeur et intégrées par des systèmes avancés d information, de communication et de logistique. L alignement stratégique et économique se réalise par : des mécanismes de coopération approfondie pour l innovation, un partage des risques entrepreneuriaux, l adoption de mécanismes transparents de redistribution des résultats entre les différents acteurs. La transparence élevée des coûts et des marges de l ensemble des acteurs permet : des négociations ouvertes sur la distribution des résultats et la recherche de situations équilibrées de type «gagnant-gagnant», accroissant ainsi le résultat global du réseau formé par l entreprise étendue.

40 Le concept Entreprise Etendue : L Entreprise Etendue

41 Le concept Entreprise Etendue : L Entreprise Etendue

42 Le concept Entreprise Etendue : L Entreprise Etendue

43 Activités de soutien L Entreprise Etendue La chaîne de valeur : concept utilisé en analyse stratégique, représente l organisation décomposée en activités créatrices de valeur; est indispensable pour : structurer et organiser les différentes activités, analyser les sources de l avantage concurrentiel. Schéma classique de la chaîne de valeur selon M. POTER

44 L Entreprise Etendue L évolution du rôle des employés dans l entreprise étendue : Ils sont confrontés à de nouvelles situations qui accroissent leurs marges d initiatives et de responsabilités, Ils se transforment en «acteurs-décideurs» quels que soient leurs rôles et leurs positions hiérarchiques, Ils doivent se forger de nouvelles compétences, individuelles et collectives, adaptées aux valeurs et aux cultures spécifiques de chaque lieu d implantation, Ils doivent accéder aux informations et aux connaissances largement réparties dans l espace global de leur organisation et dans l espace d influence de celle-ci.

45 4. Le Supply Chain Management 45

46 Le Supply Chain Management La Supply Chain la chaîne logistique C est un ensemble d entités ou un réseau d entités qui participent, en amont et en aval, aux différents processus et activités qui créent de la valeur sous forme de produits et de services apportés au client final. C est un ensemble de maillons, interagissant entre eux, chacun d eux peut avoir temporairement un comportement individuel distinct des autres, mais la finalité de la chaîne finira par imposer à tous ses maillons un comportement coordonné. 11/13/

47 Le Supply Chain Management La Supply Chain Management: Le SCM a pour objectif: de synchroniser les besoins du client et le flux des matières provenant des fournisseurs afin de parvenir à un équilibre entre des objectifs niveau de service client, stocks minimum et réduction des coûts unitaires souvent considérés comme contradictoires d'évaluer au plus juste les besoins, les disponibilités et les capacités de chaque maillon de la chaîne logistique et de fabrication, afin de mieux les synchroniser, et servir les clients dans les meilleures conditions possibles 11/13/

48 Le Supply Chain Management Se recentrer et se concentrer sur leurs pôles de compétences. Externaliser les activités et les services considérés périphériques à leur cœur de métier et à faible valeur ajoutée. Communication et partager l information en temps réel. Maîtriser les processus de réponse aux exigences des clients et du marché. Le pilotage des activités avec les principes du Juste à Temps et de la Valeur ajoutée. 11/13/

49 Le Supply Chain Management Le supply chain management : la gestion des flux physiques et d information du client du client au fournisseur du fournisseur, afin d offrir une réponse la plus satisfaisante possible aux besoins des clients. Les facteurs internes d efficience et d efficacité su Supply Chain Management sont : La baisse des coûts de transaction avec l amélioration des infrastructures de transport donnant l accès à des zones économiques «à prix bas» (pays de l Est, Chine, l émergence des nouvelles technologies de communication, Le recentrage sur de l activité sur un maillon de la chaîne de la valeur où elle permet de développer une compétence distinctive et un avantage concurrentiel, La diminution des coûts de gestion de stocks par la diminution dans toute la chaîne logistique La création de valeur partenariale avec un réseau performant de fournisseurs et de sous-traitants,

50 Le Supply Chain Management Le supply chain management : Les facteurs internes d efficience et d efficacité du Supply Chain Management sont : La variabilisation des charges fixes et une évolution des performances financières qui implique augmentation de la rentabilité des capitaux propres, effet de levier positif, diminution du risque par transferts vers les partenaires des investissements, La flexibilité avec la localisation des choix de fournisseurs et de sous-traitants, l architecture des réseaux de distribution et l implantation des plates-formes logistiques peuvent être réorganisées, modifiées de manière flexible et réactive en fonction de l évolution des marchés, L argument commercial de vendre dans le pays où l on produit constitue un élément de la stratégie globale de l entreprise

51 Le Supply Chain Management Le supply chain management : Les facteurs internes d efficience et d efficacité du Supply Chain Management sont : L amélioration de la qualité globale des produits qui s est accrue en utilisant des méthodes de la qualité totale 6sigma etc.. La coopération «éthique» entre les acteurs, la morale ds affaires, l éthique sont indispensables au bon fonctionnement de la supply chain et de l entreprise en réseau. L entreprise étendue ne peut exister qu à partir d un certain niveau de confiance indispensable Le rôle fondamental des systèmes d information et des technologies de l information et de la communication (TIC), : les réseaux et la communication, le développement de standards de communication, d une nouvelle forme d infrastructure (Web, EDI, ) ont offert à la flexibilité quatre propriétés essentielles la compression du temps, l espace. Le web permet de dépasser la relation de type B2B, imposée par l EDI, et d aller vers une relation B to C voire C to C. C est une nouvelle vague d innovation technologique qui vient après celle de la puissance de calcul et de la micro-informatique des années 80.

52 Le Supply Chain Management Facteurs internes Les facteurs explicatifs des causes d émergence du supply chain management Facteurs externes Baisse des coûts de transaction Recentrage sur le cœur de métier Diminution des coûts de gestion de stock Création de valeur partenariale Variabilité des charges fixes Recherche de flexibilité Stratégie commerciale Amélioration de la qualité globale des produits (normalisation) Coopération éthique entre les acteurs Rôle fondamental des systèmes d information et des technologies de l information et de la communication

53 Le Supply Chain Management : Définition Organisation traditionnelle o Objectif locaux o Piloter des fonctions o Pilotage de l activité par la charge o Gestion du produits o Gestion par les volumes o Piloter en fonction d une notion de profit o Logique de pilotage verticale o Organisation hiérarchique o Organisation autour des ressources o Coordination interne o Individualisation des comportements o Rapport de force de client à fournisseur o o o o o o o o o o o o Organisation Supply Chain Objectifs global satisfaction client Piloter des processus Pilotage de l activité par les flux Gestion du produits service / clients Pilotage par la valeur ajoutée Piloter en fonction d une notion de performance Logique de pilotage virtuelle Organisation matricielle Organisation autour objectifs et des missions Coordination des acteurs internes et externes Intégration de comportements, Coopération et collaboration Recherche de partenariat pour long terme 11/13/

54 Planification Activités SCM Stratégique Acheter Fabriquer Stocker Livrer Vendre Quels fournisseurs Quelles usines Quels sous traitants Quels réseaux de distribution Quels modes de transport Quels transporteurs Quels produits / services Quels clients Années Mois Tactique Planification des achats Planification de la production multi sites à capacité finie Planification de la distribution Planification des transports Prévisions des ventes Semaines Opérationnel Gestion des achats Gestion de production Gestion des stocks Gestion des transports Administration des ventes Jours Gestion des approvisionneme nts Gestion et suivi d atelier Gestion des entrepôts Gestion des tournées Réalisation et saisie des commandes Exécution Temps réel Flux entrants M.P. Ou Idée Fournisseurs SYSTEME PHYSIQUE / SYSTEME OPERANT Transformation flux des produits / Réalisation d un service Flux sortants P.F. Ou Services Clients (Source : CXP) 54

55 Supply Chain Management : niveaux décisionnels Niveau stratégique : concerne les décisions de planification à long terme qui impliquent une prise de risque élevée de la part de l entreprise : localisations, missions et relations des usines et entrepôts : positionnement des nouvelles usines et fermetures de sites, niveaux de capacité des usines et entrepôts, acquisitions de biens technologiques et d équipements conception d usines et d entrepôts, décision des la répartition entre «faire et faire faire» «make or buy» réseaux de transports et prestataires de transport, 55

56 Supply Chain Management : niveaux décisionnels Niveau tactique : s intéresse aux décisions à moyen et long terme qui devront être mises en application pour développer la stratégie décidée par l entreprise. Elles tiennent compte des délais liés au cycle complet de production ( englobant le délai d approvisionnement, de fabrication et de mise sur le marché). affectation des capacités de production aux familles de produits par usine, par périodes temporelles de taille «moyenne» : trimestrielle taux d utilisation des capacités planifiées par site et au niveau du réseau, besoins en ressources (niveaux nominal et d heures supplémentaires), allocation des sources d approvisionnement aux sites, gestion des transferts intersites modes de transports et choix des transporteurs. 56

57 Supply Chain Management : niveaux décisionnels Niveau opérationnel : les décisions prises à ce niveau auront une portée limitée dans l espace et dans le temps (court terme). Elles se situent au niveau d un site voire d un atelier : suivi et contrôle de la production, des commandes ordonnancement quotidien et hebdomadaire et gestion des priorités, gestion des stocks à court terme, gestion et ordonnancement des commandes clients, ordonnancement et gestion des entrepôts, ordonnancement des tournées de véhicules, 57

58 Planification Le périmètre SCM Supply Chain Planning Supply Chain Event Management Stratégique Acheter Fabriquer Stocker Livrer Vendre Quels fournisseurs Quelles usines Quels sous traitants Quels réseaux de distribution Quels modes de transport Quels transporteurs Quels produits / services Quels clients Années Mois Tactique Planification des achats Planification de la production multi sites à capacité finie Planification de la distribution Planification des transports Prévisions des ventes Semaines scem Opérationnel Gestion des achats Gestion de production Gestion des stocks Gestion des transports Administration des ventes Jours Exécution Gestion des approvisionneme nts Gestion et suivi d atelier Gestion des entrepôts Gestion des tournées Réalisation et saisie des commandes Temps réel Supply Chain Execution 58

59 4. Les outils SI du SCM 59

60 Planification Fournisseurs Le périmètre SCM Clients Supply Chain Planning Supply Chain Execution ERP APS Stratégique Acheter Fabriquer Stocker Livrer Vendre Quels fournisseurs Quelles usines Quels sous traitants Quels réseaux de distribution Quels modes de transport Quels transporteurs Quels produits / services Quels clients Années Mois Tactique Opérationnel Exécution Front Office SRM Qualité fournisseurs Achats Planification des achats Gestion des achats Gestion des approvisionneme nts Planification de la production multi sites à capacité finie Gestion de production Gestion et suivi d atelier Planification de la distribution MES Gestion des stocks Gestion des entrepôts Planification des transports Gestion des transports Gestion des tournées WMS Prévisions des ventes Front Administration Office des ventes CRM Marketing Vente Réalisation et saisie des commandes TMS Semaines Jours Temps réel Transformation flux des produits / Réalisation d un service (Source : CXP) 60

61 Les outils SCM GRH Comptabilité Knowledge Management SRM Logistique externe Logistique Interne Infrastructure de la Firme Gestion des Ressources Financières Développement, R&D, technologie Approvisionnements Production GPAO Commercialisation et Vente CRM Paie Décisionnel BPM e-procurement - e-sourcing Services B A C k O F F I C E Front office Gestion des activités commerciales Publicité Promotion Gestion de la force EMA de vente SFA Fonctionnement de la force de vente Documentatio n technique Les progiciels de gestion dans de la chaîne de valeur selon M. POTER

62 Les systèmes de la supply chain management: ERP, APS, CRM Décision Support (DWH) S C M APS Fournisseur Front Office SRM Qualité fournisseurs Achats Back Office ERP Acheter Fabriquer Distribuer Administrer Front Office CRM Marketing Vente Client 11/13/

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

L analyse de la Chaîne de Valeur

L analyse de la Chaîne de Valeur L analyse de la Chaîne de Valeur Présentation de la chaîne de valeur En principe, une entreprise cherche à obtenir un avantage concurrentiel et se donne pour mission de créer de la valeur pour ses clients.

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Chaîne logistique : approvisionnement, stocks, production et distribution. Professeur Mohamed Reghioui

Chaîne logistique : approvisionnement, stocks, production et distribution. Professeur Mohamed Reghioui Chaîne logistique : approvisionnement, stocks, production et distribution Professeur Mohamed Reghioui Version 1 P2010 M.Reghioui - 2011 1 Informations générales sur le module Intervenant: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com)

Plus en détail

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Patrick CONVERTY Directeur Commercial www.cibeo-consulting.com Approche globale de la performance Stratégie Système

Plus en détail

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable I PRESENTATION DES THEORIES 1 La chaîne logistique traditionnelle 2 Supply chain 3 Supply chain in reverse logistics La gestion globale de la chaîne logistique dans la logistique inversée (verte) II L

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

L entreprise virtuelle

L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle 1 2 Vers l entreprise virtuelle. Quel management de l entreprise virtuelle? L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle. Conventional Organization Virtual Organization Technologies

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES INSTITUT NEMO 36/38 avenue Pierre Brossolette 92240 MALAKOFF Tel : 01 79 41 13 40 Fax : 01 49 85 00 04 n VERT : 0800 80 40 22 Nouveau référentiel applicable

Plus en détail

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale?

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Forum d été Supply Chain Magazine 10 Juillet 2012 Transform to the power of digital Les impacts de la globalisation sur la Supply

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

UE 3 Management et contrôle de gestion. Le programme

UE 3 Management et contrôle de gestion. Le programme UE 3 Management et contrôle de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur A. Management

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

Maitriser la fonction approvisionnement

Maitriser la fonction approvisionnement Maitriser la fonction approvisionnement Comprendre les techniques de base : éviter les ruptures tout en minimisant le niveau de stocks. Maîtriser la relation quotidienne avec le fournisseur et être efficace

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN"

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA SUPPLY CHAIN S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN" Comprendre le rôle de la chaîne logistique. Acquérir des outils et méthodes indispensables à la maîtrise de la SCM Maîtriser la mise en place de solutions

Plus en détail

MBA L ESSENTIEL DU MANAGEMENT PAR LES MEILLEURS PROFESSEURS. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3014-5

MBA L ESSENTIEL DU MANAGEMENT PAR LES MEILLEURS PROFESSEURS. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3014-5 MBA L ESSENTIEL DU MANAGEMENT PAR LES MEILLEURS PROFESSEURS, 2005 ISBN : 2-7081-3014-5 Table des matières Introduction... 7 En résumé un MBA, qu est-ce?... 7 Quelques éléments critiques sur les programmes

Plus en détail

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS. A - Management. 1. Évolution des modèles d organisation (15 heures)

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS. A - Management. 1. Évolution des modèles d organisation (15 heures) UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS NB : les deux sous-parties de ce programme sont présentées séparément mais la compétence à acquérir doit permettre de réaliser une

Plus en détail

secteur logistique «Focus» divers ( bâtiments de plus de 10 000 m² )

secteur logistique «Focus» divers ( bâtiments de plus de 10 000 m² ) secteur logistique «Focus» divers ( bâtiments de plus de 10 000 m² ) 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 TERMES ANGLAIS APS (Advanced Planning and Scheduling

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003 L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? Le Le progiciel progiciel de de gestion gestion intégré gré PGI, PGI, ERP. ERP. 1 2 3 Définition Définition et et rôle rôle

Plus en détail

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Conférence IDC Ernst & Young Thierry Muller, Associé «Technologies, management et

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE Plan de la présentation SI pour les niveaux hiérarchiques Types de décision Systèmes opérationnels Systèmes du management opérationnel Systèmes stratégiques Article de

Plus en détail

Techniques des prévisions de ventes

Techniques des prévisions de ventes Techniques des prévisions de ventes Introduction Les techniques des prévisions de ventes servent à : Anticiper, à éviter les risques et à maitriser au mieux l avenir dans un contexte concurrentiel. PLAN

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client.

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client. Les PGI Les Progiciels de Gestion Intégrés sont devenus en quelques années une des pierres angulaire du SI de l organisation. Le Système d Information (SI) est composé de 3 domaines : - Organisationnel

Plus en détail

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Sommaire Organisation et fonctionnement de l'entreprise... 1 Les principales fonctions de l entreprise... 2 La notion de structure... 3 Caractéristiques d

Plus en détail

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11 Liste des études de cas Liste des tableaux et des figures XI XII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Club Supply Chain et distribution

Club Supply Chain et distribution Club Supply Chain et distribution Fabrice Lajugie de la Renaudie Association des diplômés de Reims Management School 91 rue de Miromesnil 75008 Paris http://www.rms-network.com Sommaire Constats 3 composantes

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

PGE POLITIQUE ACHATS ET SUPPLY CHAIN. LOG 301 Semestre 5 20 heures 2 crédits Français

PGE POLITIQUE ACHATS ET SUPPLY CHAIN. LOG 301 Semestre 5 20 heures 2 crédits Français PGE POLITIQUE ACHATS ET SUPPLY CHAIN LOG 301 Semestre 5 20 heures 2 crédits Français Département académique : Management des Hommes, des Process et des Organisations Coordinateur de département : MERLE

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel

Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel Etude de cas : Déploiement d un ERP dans une entreprise internationale Malika Mir-Silber : Microsoft Pierre-Laurent Dugré : Adgil www.adgil.net

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Questions. Jean DAMIENS / Florent LEBAUPAIN

Questions. Jean DAMIENS / Florent LEBAUPAIN Introduction : L ASLOG et activités Les secteurs d activité de la Communauté Supply Chain Les différents Métiers de l encadrement du Transport et de la Logistique Une proposition d approche Des réflexions

Plus en détail

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Définition : Gestion de la Chaine Logistique «Supply Chain Management» ou «La gestion de la chaîne logistique» est fait l'activité consistant à

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

Démarche diagnostic. Visite. Suivi des initiatives de la performance. Diagnostic. Projet(s) Recommandations. Planification et organisation

Démarche diagnostic. Visite. Suivi des initiatives de la performance. Diagnostic. Projet(s) Recommandations. Planification et organisation Démarche diagnostic Planification et organisation Processus de planification et de gestion de la demande Approvisionnement Niveau d inventaire Visite Organisation du travail Analyse de la chaîne de valeur

Plus en détail

Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique

Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique Amélioration des performances de l entreprise : Piloter les systèmes de production (de biens et de services), Optimiser les flux (stock, délai, matière

Plus en détail

Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services. www.orone.com

Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services. www.orone.com Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services www.orone.com VOUS ÊTES Une banque, un organisme de crédit, un acteur de l assurance ou de la protection sociale, une enseigne de la

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal Chapitre 9 LA FONCTION SUPPLY CHAIN 9.1 Les bases du plan de performance Supply chain et Logistique La Direction de la Supply chain est née récemment des nouveaux enjeux internes liés à l évolution du

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Pépinière Acheteurs publics 21 avril 2006 Atelier : «Conduite du changement» Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Atelier «Conduite du changement» Plan de l intervention

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

SOMMAIRE. I. CARTOGRAPHIE DE LA SUPPLY CHAIN. p. 2. II. PERFORMANCES LOGISTIQUES.. p. 6. III. AUDIT DES «FORCES ET FAIBLESSES»... p.

SOMMAIRE. I. CARTOGRAPHIE DE LA SUPPLY CHAIN. p. 2. II. PERFORMANCES LOGISTIQUES.. p. 6. III. AUDIT DES «FORCES ET FAIBLESSES»... p. CFR & CGL Consulting Carnet de bord Supply Chain Avec le concours de SOMMAIRE I. CARTOGRAPHIE DE LA SUPPLY CHAIN. p. 2 II. PERFORMANCES LOGISTIQUES.. p. 6 III. AUDIT DES «FORCES ET FAIBLESSES»... p. 7

Plus en détail

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION La formation porte sur quatre (04) Unités d enseignement répartis en modules. Chaque module est affecté d un coefficient

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Propriété de VISEO SA reproduction interdite

Propriété de VISEO SA reproduction interdite Propriété de VISEO SA reproduction interdite 1 Gilles PEREZ Directeur Activité SCO Gilles.perez@viseo.com Speakers Mehdi KHARAB Responsable Colibri France mkharab@colibri-aps.com Comment répondre aux nouveaux

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

LA DISTRIBUTION MULTI-CANAL : QUELS IMPACTS SUR LES OPÉRATIONS

LA DISTRIBUTION MULTI-CANAL : QUELS IMPACTS SUR LES OPÉRATIONS LA DISTRIBUTION MULTI-CANAL : QUELS IMPACTS SUR LES OPÉRATIONS 18.09.2012 INTRODUCTION 2 DES SERVICES & DES SOLUTIONS POUR OPTIMISER VOTRE SUPPLY CHAIN 37 ANS D EXPÉRIENCE AU SERVICE DE LA SUPPLY CHAIN

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Ce diagnostic interne consiste à passer en revue les fonctions principales d une entreprise

Ce diagnostic interne consiste à passer en revue les fonctions principales d une entreprise Les fonctions et leur évolution 2. Le diagnostic par les fonctions jscilien@u-paris10.fr Ce diagnostic interne consiste à passer en revue les fonctions principales d une entreprise L analyse se fonde sur

Plus en détail

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Cadre d approche Y. Gillette, 4tivity C. Leloup, consultant www.4tivity.com www.afai.fr Plan Historique Problématique Mesure de la valeur de l entreprise

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel

Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel Etude de cas : Refondre une infrastructure de communication pour facilité la mobilité Pascal Trémong : 4tivity Pascal Bissey : Econocom

Plus en détail

Préface à l édition française

Préface à l édition française Table des matières Préface à l édition française III Chapitre 1 La compétitivité des opérations 1 1. Qu est-ce qu un processus? 3 1.1. Les processus imbriqués 4 2. Qu est-ce que le management des opérations?

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

Calendrier des examens - Session de contrôle Juin 2015 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion

Calendrier des examens - Session de contrôle Juin 2015 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion 1 ère Année 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion LUNDI 08/06/2015 MARDI 09/06/2015 MERCREDI 10/06/2015 JEUDI 11/06/2015 VENDREDI 12/06/2015 SAMEDI 13/06/2015 LUNDI 15/06/2015 MARDI

Plus en détail

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING Table des matières Master Recherche Management, Logistique et Stratégie Jean-Louis Moulins I. LA DEMARCHE MARKETING : CONTENU ET EVOLUTION 1. Le Protomarketing 2. Le Marketing Vente ou Marketing Commercial

Plus en détail

Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR

Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR Groupement Achats et Logistique / Association des Centraliens Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR Thierry JOUENNE, CPIM Lundi 14 octobre 2002 Plan La supply chain, axe de valeur

Plus en détail

L évolution des besoins et des solutions d intégration

L évolution des besoins et des solutions d intégration L évolution des besoins et des solutions d intégration Philippe COURTY, CFPIM 1970 1990 L informatisation par grandes fonctions Stocks Appro Achats Comptabilité Ressources humaines Production Etc Premier

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 Table des matières Préface.............................................................................. XV Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 1.1 Force de Vente (F.D.V.)

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Depuis 2005, Selenis intervient aux côtés d acteurs de référence de l assurance. Ce qui nous caractérise fait aussi notre différence : Conseil métier, nous sommes spécialistes de

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

WORK SWEET WORK* * ÉDITION DE PROGICIELS * TRAVAILLEZ DÉTENDU

WORK SWEET WORK* * ÉDITION DE PROGICIELS * TRAVAILLEZ DÉTENDU WORK SWEET WORK* * * TRAVAILLEZ DÉTENDU ÉDITION DE PROGICIELS GPAO - PILOTAGE DE LA PRODUCTION - CONTRÔLE QUALITÉ MODÉLISATION ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS ÉDITO Innovation et réalités Au-delà de la

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com ADIS Innovation Partner 18 ans d activité opérationnelle dans le secteur du semi-conducteur

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

Catalogue des Formations A Vision. Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision

Catalogue des Formations A Vision. Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision Catalogue des Formations A Vision Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision Formations Supply Chain Initiation à la Supply Chain par le jeu (1 jour) Les fondamentaux de la Supply

Plus en détail

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité MIL GB/OB/LK -1- Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité Professeur Gérard BAGLIN Département MIL baglin@hec.fr - 33 1 39 67 72 13 MIL www.hec.fr/mil -2- Les déterminants financiers EVA : Economic

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources?

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? Petit Déjeuner Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? 29 Janvier 2004 Mutualisation ou Externalisation?!1- Problématique de création de valeur!2- Définitions CSP / Externalisation!3-

Plus en détail

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Valentina Carbone Professeur en Management de la Supply Chain et des Opérations ESCP Europe mailto: vcarbone@escpeurope.eu Agenda 1. Rôles

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 Management Valorisation Coûts Flux Planification w w w. c b a c o n s e i l. f r plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 La performance des flux dans la petite série et la production à la commande CBA Conseil

Plus en détail

TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours)

TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours) TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours) Organisations = rassemblent de personnes qui répartit des tâches : I) Présentation de l entreprise A) Approche économique et sociale 1)

Plus en détail

Conseil en Amélioration de Performances

Conseil en Amélioration de Performances Gérer et réussir ensemble vos projets complexes pour améliorer votre résultat financier Conseil en Amélioration de Performances Nous améliorons les performances opérationnelles et financières de votre

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

Table des matières. Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Table des matières. Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise...................................................... Liste des figures.................................................................. Liste des tableaux...............................................................

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Parce que votre entreprise est unique, parce que vos besoins sont propres à votre

Plus en détail