Complément du chapitre : nouvelle partie «Qualité opérationnelle dans services» Titre du chapitre proposé par agevillage.com :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Complément du chapitre : nouvelle partie «Qualité opérationnelle dans services» Titre du chapitre proposé par agevillage.com :"

Transcription

1 Complément du chapitre : nouvelle partie «Qualité opérationnelle dans services» Titre du chapitre proposé par agevillage.com : Un exemple de méthodologie : la servuction I Rappel : La problématique des services A la différence d un produit (cf.partie 2, chap.1/1. de l ouvrage WEKA), un service est : - intangible, immatériel ; on ne peut le décrire totalement, il ne peut se stocker, - co-produit, co-réalisé par le client lui-même ; le service est la rencontre entre un client et un prestataire, le client participe à sa finalité ; la dimension «relationnelle» est fondamentale. - instable ; il ne se reproduit jamais totalement à l identique, d un moment à l autre, A la différence des produits, dont les processus de production sont «normalisables», un service est plus fluide, plus difficile à cerner : - Comment faire en sorte que le service soit assuré dans les conditions optimales, quel que soit le client? - Comment définir le service quand l on sait qu il varie d une personne à une autre, d une heure à l autre...? - Comment partager au sein de l établissement, des repères d exigence, sans risquer d agir par des automatismes impersonnels? - Comment baliser le service pour valoriser l essentiel : la relation? Pierre Eiglier et Eric Langeard, tous deux professeurs de marketing à l'iae d'aix-en Provence et chercheurs associés au Marketing Sciences Institut à Cambridge, ont eu l idée d accorder une place fondamentale au client et à son action dans les process de service. Autant pour la production de produits manufacturés, les étapes et processus sont identifiables, autant il n existait pas de terme qui définisse les processus de service, leur environnement, leur particularité. Ces auteurs ont alors inventé ce néologisme : la servuction. II Qu est-ce que la «servuction»? Le terme, issu de la compression de service et de production, désigne le processus de création du service. C'est le système nécessaire à un prestataire pour fabriquer un service et le faire vivre concrètement. Aussi pour chaque service, à chaque étape, va t-on devoir - identifier les auteurs de ce service ( aussi bien clients, que personnels, matériels, réseau...) - définir un parcours «servuction». Cette méthodologie est particulièrement appliquée dans les métiers de l hôtellerie, la restauration, le tourisme, la banque, les grandes surfaces. Le groupe Accor et ses «boulons Novotel» (pour les points pivots, les incontournables) en a été un fervent utilisateur.

2 III Qu est-ce qu un parcours «servuction» 1/Baliser les services à analyser Au sein de l établissement, il s agit d identifier les moments clés de la vie du client qui vont nécessiter de se pencher sur le processus de «production» du service choisi et baliser son fonctionnement. 1/1. Les moments clé de la vie d un établissement Une réunion d échange avec les résidents-clients, les familles, les personnels, les bénévoles... doit permettre de réaliser un diagramme décrivant les moments-clé de la vie au sein de l établissement. On parle aussi de «logigramme», d «ordinogramme»... d atelier, chaîne des évènements : pour chaque service produit : accueil téléphonique, entrée en institution, chaque moment fort des 24 heures de la vie quotidienne... (exemple d ordinogramme ci-après. A chaque étape des questions vont se poser : - les capacités de chaque service sont-elles connues, équilibrées? - des services se combinent- t-ils les uns avec les autres, nécessitant des clarifications dans les interactions? - à chaque étape, les activités du client et du personnel sont-elles définies, connues et cohérentes avec les étapes ultérieures? - la conception, l agencement des différents supports physiques et des équipements facilitent-ils au mieux la séquence du service, son accessibilité...? 1/2. L œil du client Dans un établissement, tout parle! Le mobilier, l accueil, la musique d ambiance, les personnels régulièrement rencontrés, les informations affichées, les toilettes que l on doit utiliser... Pour chacun des moments-clés définis par l établissement, l idée des auteurs des parcours servuction est d amener le professionnel à «penser client», imaginer tout ce qu il peut et veut faire pour, en regard, baliser les réponses... tout en laissant la spontanéité professionnelle s exprimer. Ainsi pour chaque étape de ces moments-clés, il importe de décrire : - la participation du client : il veut des choses et doit pouvoir comprendre et participer aux critères de qualité du service ; - les supports physiques en contact : objets, matériels, tenues, badges... ; - le rôle du personnel en contact : savoir-faire (compétences techniques) ainsi que savoirêtre (courtoisie, empathie ) ; Ces parcours gagneraient à être réalisé en équipe, dessinés simplement sur un «paper-board» avant d être formalisés, sur support papier, pour être partagés par tous : - les clients et leur famille : en lieu et place parfois d «atelier animation» ; - le personnel en contact ; - le ou les personnels chargés de l environnement physique (techniciens, administratifs, personnel hôtelier, agents d entretien...)

3 1/3. Schéma d un parcours «servuction» Attente du client dans l évolution du service Mot clé : «je veux» Supports physiques : Matériels, outils, tenues... Rôle du personnel en contact Qui fait quoi? Point à valider 2/ Les éléments d un parcours.servuction 2/1. La participation des clients Délibérément, le vocabulaire de la servuction martèle le terme «client», que ce soit pour l analyse de parcours au sein d un l hôpital où il est communément appelé «patient» ou dans l hôtellerie, où il peut même être désigné en tant qu «invité». Dans les établissements médico-sociaux, les clients sont en priorité les résidents mais sont également clients, leur famille, leurs proches, les visiteurs. Bien qu ils ne soient pas utilisateurs directs du service, les financeurs et autres autorités de tutelle peuvent être considérés comme clients de la structure. Mais, comment envisager la notion de participation du client quand celui-ci n est plus en relation avec son entourage, quand il devient lointain... dément? Comment encourager la participation quand celle-ci n est pas voulue, que le service même est rejeté par le client? La notion d évolution du comportement du client en fonction de l évolution des approches de l établissement est à envisager. 2/1.a) Encourager la participation du client Pour encourager cette participation, la solliciter, les acteurs au sein des établissements peuvent analyser plusieurs pistes : - le regard que l on porte sur les capacités des clients résidents (parfois condamnés à porter une couche dès l entrée en établissement) ; - les différents supports (matériels, mobiliers, aides techniques) à proposer, ou non, pour laisser le choix de autonomie ou tenter de la favoriser ; - la liberté à accorder au personnel et a négocier avec l entourage du client pour tenter de laisser faire le client, même s il paye pour le service. Sa participation va dans le sens de la qualité. Certains clients sont d ailleurs parfois plus à même de se servir que d être servis... à condition qu ils l acceptent et participent à la décision.

4 La participation des clients-résidents est un critère de segmentation, elle est mesurable. Elle peut même devenir un des indicateurs qualité de la structure. Les avantages de la participation du client doivent devenir évidents pour tous les acteurs de l établissement : mise en confiance, bénéfices tangibles partagés (gain de temps, réassurance en ses propres capacités...). 2/1.b) Education du client et du personnel Parvenir à faire participer au service, le client résident ne peut qu être le résultat d une éducation à la fois du client et du personnel. Le personnel doit participer à la décision de libre action du client, approuver sa participation, adhérer à cette exigence de qualité de service. Il en va de la crédibilité, de la notoriété de la structure, son image de marque en dépend. Si on ne peut lever la méfiance du personnel, la gestion de la participation du client pourra s avérer un échec. Les auteurs de la servuction insistent sur le fait que «changer les comportements du client en lui demandant de se prendre davantage en charge nécessite paradoxalement pendant une période transitoire de le sur-assister. Le personnel va au départ devoir assister, soutenir, encourager, informer, répondre aux questions, faire des tâches avec lui, l encourager à faire seul. La gestion de la participation ne consiste pas à se débarrasser d une tâche, d une corvée. A côté de la participation physique, c est le développement de la participation intellectuelle et surtout affective qui est en jeu. On parle alors du concept d engagement réciproque. 2/1.c) Les freins à la participation du client Les freins à la participation active du client sont légion : - manque d intérêt dans la connaissance individuelle du client ; - sentiment de supériorité des actes techniques par rapport à des actes estimés plus relationnels (toilette, soins..) ; - fixations dans des processus techniques qui peuvent être accaparants, quand ils sont mal maîtrisés ( standard, système informatique...) ; - mépris des processus relationnels (question de caractère, n est pas en relation qui veut!...) ; - la relation à l individu est jugée enrichissante, pas celle avec tout le groupe ; - le client ne peut rien faire (démence, handicaps lourds...) ; - le personnel est sans aucun doute plus capable de faire, et de surcroît, il est payé pour cela ; - on oublie que la qualité du service est atteinte quand les protagonistes sont satisfaits, et non pas seulement un seul ; - les initiatives du personnel en contact peuvent ne pas être reconnues, valorisées. Les auteurs des parcours servuction soulignent l approche managériale de la qualité du processus relationnel. 2/2. Le personnel en contact Leur nombre, leur profil, leur tâches, leurs uniformes vont dépendre de ce que l établissement attend d eux : qui, pour quel service? L établissement doit ainsi réfléchir aux relations que ce personnel aura avec les autres éléments du système. Le comportement du personnel, la façon dont il va exécuter les tâches ont une très grande importance sur ce que vont ressentir les clients.

5 Le personnel va devoir savoir maîtriser ses propres réactions affectives et contenir celles du client. La professionnalisation de la relation est à travailler avec autant d énergie que doit l être l utilisation, à bon escient, des supports physiques mis à disposition. Il arrive que les matériels, locaux, soient détournés, utilisés de façon plus ou moins efficace, décorés sans bénéfice particulier pour le service, ni donc pour le client. Or, le personnel en contact, personnifie le service. Il est un recours, une sécurité, il donne un visage à l établissement. Il peut faire l objet de louange ou au contraire être vilipendé de façon disproportionnée. Naturellement, le personnel est amené à surestimer son rôle et son pouvoir. Sa situation face au client n est pas des plus aisée à assumer. 2/2.a) Il est à l intersection des contraintes Le personnel vit continuellement à l intersection entre les intérêts, les contraintes de l établissement et ceux du client. L établissement doit respecter ses engagements contractuels, ses budgets, les normes de sécurité, les règles d hygiène, les lois sociales... son système de valeurs. Le client veut naturellement le meilleur service, de son point de vue, au moindre coût. Il veut être écouté, reconnu, privilégié ; il veut que le service s adapte à son état, son humeur, ses handicaps b) Ses stratégies de défense Face à ces intérêts divergents voire opposés, le personnel peut choisir plusieurs stratégies : - se protéger physiquement du client, en érigeant des barrières ( affiches, portes fermées...) ; - s abriter, strictement, derrière la réglementation de l établissement (récemment un fait divers a décrit l attitude d un accompagnant d une personne handicapée, dans un centre, qui face à un comportement inattendue de sa cliente qui lui signalait un malaise, a désespérément cherché à joindre sa hiérarchie, car c était la consigne, sans chercher en priorité à porter secours à la personne qui, dans l intervalle est décédée. Une plainte a été déposée pour non assistance à personne en danger. Cette attitude se rencontre fréquemment dans les secteurs «en mode de monopole», sans forte concurrence. Le personnel et la direction vivent en circuit fermé loin de la logique du client, de ses besoins, de ses désirs. - inversement, le personnel peut céder à toutes les demandes du client, conformes ou non aux règles et normes établies ; attitude qui permet d éviter les conflits et maintenir des relations agréables. 2/2.c) Gérer les arbitrages Le personnel en contact de bon niveau, soutenu et guidé par un management attentif saura hiérarchiser les attentes, demandes, ainsi que les règles édictées. Il arbitre en permanence entre intérêts du client et intérêt de l établissement. Les arbitrages sont délicats et réguliers. Si la qualification des personnels, leur motivation, et leur expérience sont des avantages certains, leur suivi et leur soutien psychologique sont indispensables à la pérennité de la qualité du service qu il «produisent». L enjeu des parcours servuction va être de facilier ces arbitrages réguliers. 2/2.d) Professionnaliser la relation Les parcours servuction vont amener les personnels en contact, mais aussi les clients, à décrire dans le détail des situations ou «événements», les jouer, les répéter.

6 En optimisant le côté opérationnel du service mais aussi le côté relationnel dans ce qu il a de - visible : propreté, apparence physique, identification ; - gestuel : savoir être interrompu, savoir interrompre soi-même, regarder son interlocuteur dans les yeux ; - verbal : expressions polies, courtoises, respectueuses, nettes, au vocabulaire adapté, au ton juste... comme un acteur. Le management doit ainsi régulièrement revoir la façon dont les rôles sont joués par le personnel en contact, pour éviter la répétitivité qui amène l ennui et un désintérêt pour le client. Ceci, afin d éviter des initiatives malheureuses mais aussi de valoriser les réussites. La gestion du personnel en contact va devoir amener une réflexion sur la valorisation du travail, du statut. Toutes les formes de reconnaissance seront intégrées : salaires, certes, mais aussi formations, information interne, valorisation des initiatives, tenues,...). Les parcours servuction vont amener à concevoir précisément les tâches, envisager les cas critiques, les moments de tension pour écrire les attitudes, comportements adéquats. Ils vont minimiser les défaillances de supports techniques pour laisser plus de place au temps et à la réflexion lors des innombrables arbitrages. Quand une erreur est commise, la critique va d abord au système conçu. Lorsque cette erreur est travaillée, mais qu elle est reproduite, il s agit d envisager la sanction. Naturellement, le personnel en contact est enclin à donner un bon service au client. Il appartient à l établissement d en tirer partie en canalisant les dérives et en organisant des moments d échanges sur les améliorations possible ( groupes de paroles, réunions servuction...) 2/3 Les supports physiques Les architectes, bureaux d études, sociétés de sécurité, maintenance... n imaginent parfois pas les conséquences de décisions non analysées du point de vue des futurs clients et personnels en contact. Les normes et contraintes réglementaires sont incontournables, mais l intégration des notions d esthétisme, d ergonomie... devraient systématiquement être intégrées dans les cahiers des charges. 2/3. a) Le rôle des supports physiques Les supports physiques doivent à la fois valoriser l établissement ( servir de vitrine au service), mais aussi être un bon outil de travail. Les auteurs des parcours servuction parlent de «vitrine-usine» - la vitrine : esthétisme, mise en scène, décors... qui doivent servir le client et l image que l établissement veut se donner ; - l usine : réceptions, réserves, stockages, matériels de service... ; - parfois certains vont préférer valoriser l un plutôt que l autre, pour des raisons commerciales, ou des visions très pratiques, mais il s agit de ne jamais oublier le point de vue client qui cherche à être satisfait du service rendu. 2/3 b). Gérer l espace L espace dans lequel vont évoluer les clients et le personnel en contact est généralement compté ( prix des mètres carrées, des investissements...). Il est difficile pour le personnel de toujours vivre en contact avec les clients : d où des zones réservées, comptoirs, guichets, cloisons...

7 Le client lui est chez lui dans sa chambre, dans son appartement. Il est aussi un peu chez lui dans les espaces collectifs. 2/3 c). Gérer les flux et le temps Avant, et après les repas, devant les ascenseurs, au moment des activités, plus ou moins suivies, dans des lieux d information calme ou intense... Les espaces seront étudiés pour envisager ces moments et ces activités. Les lumières, l éclairage devront s adapter aux activités (avant, après le repas...). Un même espace, modulable, pourra avoir plusieurs finalités, être à la fois : - un espace intimiste (chapelle) - une bibliothèque - une salle de gymnastique - une salle de spectacle La servuction des moments de restauration amène, ainsi, quelques découvertes : - où ranger les fauteuils roulants, si les clients souhaitent manger assis sur les chaises - où poser les plats en cas de problème ( besoins de dessertes..)... - où passe le chariot de l infirmière et ses médicaments, si l on veut présenter une table des desserts... - le temps des uns n est pas le temps des autres, certains pourraient manger en une heure, d autres en 30 minutes... Un temps minimal doit souvent être imposé. - l ergonomie des chariots de service en chambre est étonnante et travaillée, car ces chariots vont accompagner le personnel dans son service : : dresser la table de service dans la chambre et/ou installer et nettoyer la tablette, dresser le plateau ( vaisselle, serviette...), servir des aliments et des boissons fraîches et chaudes à la commande, vérifier, revenir desservir, nettoyer 2/3 d). Introduire les nouvelles technologies Informatique, reconnaissance et stockage des données (dossiers partagés), domotique (bâtiment intelligent : éclairage, énergie...), télé-alarme, aides techniques (lits médicalisés, chariots, accessoires...), Internet et communication avec l extérieur... Les établissements médico-sociaux vont, de plus en plus, naturellement, se tourner vers ces nouveaux outils, capables d améliorer leurs performances, en terme de service. Ils seront poussés aussi par leurs clients, l entourage de leur clients, de plus en plus au fait de ces nouveaux moyens. Des exemples de réalisations déjà rencontrées : - mise à jour facilitée et automatique des demandes du client par le personnel, voire le client lui-même (système informatique en réseau, avec dossier individuel mis à jour en temps réel, mots de passe pour la confidentialité) ; - standards téléphoniques avec reconnaissance des appels, identification (nom de l appelant, lien avec les clients/personnel), transferts internes identifiés, idem pour l externe ( chaque liste de contacts enregistrés pour chaque client...) ; - gestion informatisée de l énergie : adaptation des éclairages, des systèmes de refroidissement et/ou chauffage en fonction des paramètres programmées ( température externe, lieux collectifs, individuels... - identification de clients (déments) : ouverture de chambre ou non, accès à certaines zones du bâtiments, étages programmés... - télé-médecine : liaison avec des spécialistes de l hôpital pour des séjours hospitaliers écourtés, un suivi par des compétences externes...

8 - messagerie Internet pour les clients-résidents, leur famille, leur entourage (transmission en direct ou en différé de messages écrits, photos, vidéo...) Ces outils et supports s intègrent en général dans le mobilier et dans l ambiance souhaitée par l établissement. En aucun cas, ils ne doivent déshumaniser la relation (d où des arbitrages rencontrés en servuction comme par exemple : saisies des informations au lit du client ou écoute, relation et saisie ultérieure sur un poste éloigné de la chambre...). s 2/4. Les points pivots d un parcours servuction Chaque étape du parcours va amener ou non des points pivots lors desquels à la fois le client agit, le personnel en contact est sollicité et un support physique est utilisé. Ces points sont souvent sensibles et nécessitent la prise de conscience d un certain nombre de repères : - a-t-on le bon matériel? Est-il en stock en cas de panne, en cas de manque? Où contacter une personne ressource en cas de problème... - le personnel a t-il les compétences pour agir, s adapter, connaît-il les informations nécessaires à son action (bible opérationnelle, référentiel...) 2/5. Autant de parcours que de clients? Il va exister autant de parcours «servuction» qu il existe de moments clés dans la vie quotidienne. L idéal est même d aller jusque la réalisation de parcours «servuction» individualisés qui permettent aux personnels de s habituer à avoir un «oeil client». D ailleurs pour la réalisation des parcours, quand le client ne peut décrire ce qu il peut et/ou veut faire, c est alors aux acteurs de se mettre à sa place et d avancer dans le service pour valider chaque étape. Comme le soulignent Eiglier et Langeard : «au cours du déroulement de la prestation, le client va enregistrer consciemment ou inconsciemment des signes qu il va associer à son expérience de la prestation globale. L impact positif ou négatif de ces tranches de vie l emporte très souvent sur l appréciation froide et objective du résultat.» Dans cette perspective, l environnement physique de la prestation et les objets manipulés ont une influence importante sur la perception de la qualité par le client. C est donc l interaction client/prestataire/objet qui doit être au centre des préoccupations managériales. C est, en effet, la combinaison de ces éléments qui façonnera la perception de la qualité par le client.

9 IV La servuction et les référentiels, les guides de «Bonnes pratiques» La multiplication des parcours va amener les acteurs à synthétiser des recommandations, des outils : - pour les supports physiques : archivage des supports d enregistrements, contrats, plannings, listes de matériels, procédures... ; - pour les personnels en contact : partage de valeurs, descriptifs de postes, demandes de formations ; - et ce, pour l adhésion à une charte qualité (renvoi : partie 7 de l ouvrage WEKA «Mettre en place un dispositif d écoute et d information pour les usagers», chapitre2.) qui pourra évoluer. Ces recommandations vont être archivées, référencées dans des supports : référentiels, guide des «bonnes pratiques». Ces outils, par la validation régulière des parcours servuction, vont sembler petit à petit indispensables à la bonne réalisation des parcours des services, et/ou vont régulièrement être modifiés, complétés, en fonction de l évolution des attentes et des pratiques.

10 V Evolution des parcours servuction Refaire un parcours à la place du client est un des meilleurs outils d auto-évaluation d un service. Les nouveaux venus sont d ailleurs de précieux révélateurs de nouveaux points de détails à améliorer, revoir, reformuler... Les clients évoluent, les supports physiques aussi, les personnels ont de nouvelles idées, de nouveaux points de vue... les points clés des parcours vont bouger et donc avec eux les référentiels, recommandations et autres guides pratiques s y afférant. Plus les parcours «servuction» se multiplieront, plus les acteurs seront associés, plus les clients( leur familles) pourront comprendre et participer au service, plus les référentiels seront affinés, personnalisés, contractuellement traduits et l attitude d empathie envers le client deviendra naturelle au sein des établissements. Bibliographie : La servuction Le marketing des services Pierre Eiglier P Eric Langeard - édition Stratégie et management, 1994.

11 Annexes: Annexe 1. Diagramme - Ordinogramme des moments clés Le moments charnières pour lesquels envisager l analyse de parcours servuction : Avant et au moment de l entrée : L accueil téléphonique La visite La pré-admission L arrivée, l entrée La première nuit

12 Annexe 2. Diagramme des 24 heures de la vie d un client au sein d un établissement Le lever Le petit-déjeuner La toilette Les activités Les soins Le déjeuner Les activités - les soins les visites - les sorties Les résultats de l enquête de satisfaction va identifier les moments particulièrement critiques sur lesquels se pencher Le goûter Les activités - les soins Le dîner Les soins Le coucher La nuit- La collation IL peut être intéressant de proposer à certains de vivre une journée d un client. Vivrait-on soi-même dans l établissement où l on travaille?

13 Annexe 3. exemples de parcours servuction : L accueil téléphonique Synthèses supports physiques : - système téléphonique (procédures SAV) - documents d enregistrement : appel, message - document procédures : fiche identité client, réclamations... - documents d information : livret d accueil, contrat de séjour, organigramme... Descriptif de poste, compétences, besoins de formation... Attentes et actions du client - Je me présente, je veux que l on me reconnaisse - Je veux parler à un résident, un membre du personnel - Je veux connaître les prestations, dans le détail soit : les personnes accueillies, le niveau de handicap accepté, les services proposés les soins les prix, la situation géographique... - Je décris ma situation - Je veux pouvoir réserver immédiatement - Je veux pouvoir visiter, je veux rendre visite - Je veux recevoir une documentation, jusqu au contrat - Je veux valider les information en communiquant avec un résident, une famille... Supports physiques : fiche appel / Fiche clients/organigramme-/.livret accueil/procédure postes tel. admission Cahier/messages Rôle du personnels en contact -Je réponds avant 4 sonneries - Je me présente, j écoute, je reformule éventuellement les demandes - Je connais les résidents, je mets en contacts, j enregistre les messages J enregistre les donnés du clients/futur client - J enregistre la demande, je mets à jour le planning des visites - J enregistre la demande et effectue l envoi - Je connais la procédure et donne ou non satisfaction... Point pivot : les supports physiques sont à jour, en stock, et le personnel est formé à son utilisation... La culture client évolue et incrémente les supports et les rôles...: mise à jour des situations en fonction du résultat d enquêtes de satisfaction, de propositions (boite à idée), jeux de rôle...

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES I. APPELLATION DU DIPLÔME BEP métiers des services administratifs RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES À CARACTÈRE TECHNIQUE Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents Tâche : Rédaction de messages et de courriers professionnels simples liés à l activité

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

MODULE 1 CATALOGUE DES FORMATIONS. hôtellerie-restauration. À la conquête des compétences 2013!

MODULE 1 CATALOGUE DES FORMATIONS. hôtellerie-restauration. À la conquête des compétences 2013! MODULE 1 00 CATALOGUE DES 2013 FORMATIONS hôtellerie-restauration À la conquête des compétences 2013! 1 Valoriser votre expérience et/ou celle de vos collaborateurs en obtenant un diplôme d état (Bac +

Plus en détail

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Tél : 01 45 77 98 98 - Fax : 01 45 77 14 18 RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT 1. Les finalités de la prise en charge Conformément à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, l équipe de la

Plus en détail

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire Rentrée 2015 Charte du restaurant scolaire Délibération du conseil municipal du 22 mai 2014 Mairie de Marcy L étoile Préambule Merci de bien vouloir prendre connaissance en famille, avec vos enfants, du

Plus en détail

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Xavier GERVAIS Médecin Coordonnateur EHPAD «Les Balcons de Tivoli» Le Bouscat Mise en œuvre confiée

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE 800 HT/jour Prendre conscience de l'importance et des enjeux d'un accueil physique et téléphonique de qualité Maîtriser les techniques de communication pour optimiser

Plus en détail

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface A. L organisation de la circulation dans le magasin B. L implantation des rayons 1. Les contraintes

Plus en détail

La P N L appliquée à la vente

La P N L appliquée à la vente La P N L appliquée à la vente Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Objectifs : Maîtriser les outils de programmation de la démarche commerciale. Programmer les objectifs de la réussite commerciale.

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Management des organisations Spécialité Management opérationnel des entreprises Autorité

Plus en détail

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION Programme d éducation et de motivation à l hygiène pour les patients en psychiatrie Cécile GABRIEL-BORDENAVE C.H. St Egrève (38) Problèmes d hygiène corporelle

Plus en détail

DECOUVRIR PARTAGER Et SE FAIRE PLAISIR

DECOUVRIR PARTAGER Et SE FAIRE PLAISIR Organisation pédagogique du séjour de vacances de La Marmotane 2015 DECOUVRIR PARTAGER Et SE FAIRE PLAISIR I. Descriptif Le séjour de vacances de l association La Marmotane (6 rue de la Fontaine 67 870

Plus en détail

Consultation Formations Tourisme ACTIONS SAISONNIERS 2016

Consultation Formations Tourisme ACTIONS SAISONNIERS 2016 Consultation Formations Tourisme ACTIONS SAISONNIERS 2016 Contact : Karel CHAUCHEPRAT Plan de Formation régional CRDT Auvergne Parc Technologique la Pardieu 7 allée Pierre de Fermat - CS 50502 63178 Aubière

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY Présentation des fiches de poste 1. Secrétaire... page 2 2. Auxiliaire de soins... page 4 3. Aide cuisine...

Plus en détail

Le Foyer d Hébergement

Le Foyer d Hébergement Le Foyer d Hébergement Résidences Strada et Vittoz du Complexe de Braconnac - Les Ormes Complexe de Braconnac - Les Ormes Jonquières - 81440 LAUTREC - Tél. 05 63 82 10 70 - Fax. 05 63 82 10 79 - e.mail

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols Chargé(e) d Accueil La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI OBJECTIF Développer la confiance en soi pour être plus à l aise dans sa vie personnelle et professionnelle. Adopter les comportements efficaces pour établir

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

ogiciel Véronique Messager

ogiciel Véronique Messager énie ogiciel Véronique Messager Préface de Bernadette Lecerf-Thomas Postface de Françoise Engrand Coacher une équipe agile Guide à l usage des ScrumMasters, chefs de projets, managers et de leurs équipes!

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

CONDITIONS DE SEJOUR REGLEMENT INTERIEUR

CONDITIONS DE SEJOUR REGLEMENT INTERIEUR CCAS d HEROUVILLE SAINT CLAIR EHPAD 504 quartier de Val 14200 HEROUVILLE ST CLAIR Tél : 02.31.46.23.40 Fax : 02.31.95.58.30 CONDITIONS DE SEJOUR REGLEMENT INTERIEUR 1 Le présent document définit les règles

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE CHAPITRE 1 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CHAPITRE 2 GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER CHAPITRE 3 CONTEXTE 3-1-Caractéristiques de l'activité restauration

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE DE CANTINE SCOLAIRE

REGLEMENT DU SERVICE DE CANTINE SCOLAIRE REGLEMENT DU SERVICE DE CANTINE SCOLAIRE Préambule : Le présent règlement approuvé par le Conseil Municipal de Tende régit le fonctionnement de la cantine scolaire. La cantine scolaire est un service facultatif,

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

Passer le relais au sein de son association. Création- Fonctionnement STRUCTURER

Passer le relais au sein de son association. Création- Fonctionnement STRUCTURER Création- Fonctionnement Passer le relais au sein de son association Une association est une organisation. Et comme toute organisation humaine, elle est soumise au cours de son existence à des changements

Plus en détail

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages Céline Nicolas Cantagrel C EPS Grande Section / Gérer et faciliter la continuité des apprentissages GS Quelques pistes par rapport à l équipe pédagogique : renforcer les liens, clarifier les paramètres

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile Formations Sanitaires et Sociales Petite enfance Gérontologie Aide à domicile SOMMAIRE Formations communes aux secteurs : petite enfance, gérontologie et aide à domicile Page 4 Formations relatives au

Plus en détail

Adopter une attitude adaptée à la situation : Langage et paralangage (notions étudiées dans le chap 1)

Adopter une attitude adaptée à la situation : Langage et paralangage (notions étudiées dans le chap 1) Gestion Appliquée BAC CSR C1-1.2 Accueillir la clientèle C1-1.5 Conseiller la clientèle et proposer une argumentation BAC CUISINE C2-2.3 Communiquer avec la clientèle Savoirs associés : La communication

Plus en détail

Lignes directrices relatives au café de connaissances

Lignes directrices relatives au café de connaissances Lignes directrices relatives au café de connaissances 1) Qu est-ce qu un café de connaissances? Un café de connaissances est un processus de conversation. C est une méthodologie innovante mais simple pour

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Aucun prérequis Toute personne devant prendre en charge les missions d Assistant(e) Commercial(e) Assistant(e) Commercial(e) déjà en poste

Aucun prérequis Toute personne devant prendre en charge les missions d Assistant(e) Commercial(e) Assistant(e) Commercial(e) déjà en poste REUSSIR SA FONCTION ASSISTANT(E) 2015 COMMERCIAL(E) DUREE 5 jours (35 Heures) COUT 1290 HT par personne OBJECTIFS Connaître les missions de l Assistant(e) Commercial(e) Savoir communiquer Optimiser son

Plus en détail

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point"

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil Faire le point Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point" 1 L entreprise est-elle confrontée à un problème récurent d absentéisme? tout à fait Plutôt oui Plutôt non pas du tout 2 L entreprise

Plus en détail

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet Evaluation comparative de sites Internet Quoi? Ce document est un résumé des résultats de l étude menée sur une quinzaine de sites Internet dans le domaine

Plus en détail

LIVRET D'ACCUEIL. EHPAD Valle Longa 0495532200 www.vallelonga.fr 20117 Cauro

LIVRET D'ACCUEIL. EHPAD Valle Longa 0495532200 www.vallelonga.fr 20117 Cauro LIVRET D'ACCUEIL EHPAD Valle Longa 0495532200 Sialare www.vallelonga.fr 20117 Cauro LE MOT D ACCUEIL Madame, Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue à la résidence Valle Longa de Cauro. Valle Longa,

Plus en détail

Les 10 étapes incontournables pour réaliser un site internet performant et accessible

Les 10 étapes incontournables pour réaliser un site internet performant et accessible COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 2 Les 10 étapes incontournables pour réaliser un site internet performant et accessible Les 10 étapes que vous retrouvez ci-dessous peuvent faire partie

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles S3CP Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles Référentiel Le présent socle décrit un ensemble de connaissances et compétences devant être apprécié dans un contexte professionnel.

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE REPUBLIQUE FRANÇAISE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de Cagnes-sur-Mer LOGEMENT-FOYER «LA FRATERNELLE» Livret d accueil Vous avez choisi le Logement Foyer «La Fraternelle». Nous vous remercions

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES

LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES LES CONTENUS DE FORMATION COMMUNS Champ professionnel «Métiers de la relation aux clients et aux

Plus en détail

Confectionner des plats, des mets en mettant en œuvre des techniques et des règles de fabrication culinaire.

Confectionner des plats, des mets en mettant en œuvre des techniques et des règles de fabrication culinaire. Confectionner des plats, des mets en mettant en œuvre des techniques et des règles de fabrication culinaire. Evaluer la qualité des produits, Elaboration de nouvelles recettes Avoir des notions de diététiques.

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

«Séniors et adaptation du logement»

«Séniors et adaptation du logement» «Séniors et adaptation du logement» APPROCHE QUALITATIVE & BENCH MARK Etude réalisée en dpt 37 et 71 SYNTHESE DE L ETUDE POUR LA PRESSE MARS 2015 15 rue de Bellefond, 75009 Paris // www.adjuvance.fr //

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Catalogue de formations transversales pour cadres

Catalogue de formations transversales pour cadres Cabinet de Conseil et de formation Agréé par le ministère de la formation et de l enseignement professionnel Catalogue de formations transversales pour cadres 42, Rue MAX MARCHAND GAMBETTA. Oran - Algérie

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Exprimer sa reconnaissance

Exprimer sa reconnaissance Atelier - le 30 juin 2010 dans le management au quotidien :, consultante RH Une rencontre organisée par Les principaux besoins par rapport au travail 1 TABLEAU RÉCAPITULATIF SUR LES SIGNES DE RECONNAISSANCE

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR OBJET Le restaurant scolaire est un service municipal dont le fonctionnement est assuré par des agents municipaux, sous la responsabilité du Maire. ACCES AU RESTAURANT

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

VENDRE : LES 7 REFLEXES GAGNANTS

VENDRE : LES 7 REFLEXES GAGNANTS LA PROSPECTION TELEPHONIQUE S approprier les nouvelles s et outils pour rendre sa prospection téléphonique plus efficace Renforcer sa compétence de prise de rendez-vous par téléphone Etre capable de maintenir

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

LA MESURE DE LA PERFORMANCE

LA MESURE DE LA PERFORMANCE LA MESURE DE LA PERFORMANCE Pour tout projet commercial, le manageur doit prévoir, dès la conception, un suivi des actions commerciales mises en œuvre. Un des rôles du manageur est en effet de contrôler,

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

Référentiel des activités professionnelles

Référentiel des activités professionnelles Référentiel des activités professionnelles I. APPELLATION DU DIPLÔME Brevet d études professionnelles «Métiers de la relation aux clients et aux usagers» II. CHAMP D ACTIVITÉ 1. Définition Le titulaire

Plus en détail

EXPLICATIF DES INSPECTIONS DANS LES HOMES NON MEDICALISES

EXPLICATIF DES INSPECTIONS DANS LES HOMES NON MEDICALISES CIVEMS Bâtiment administratif de la Pontaise Avenue des Casernes 2 1014 Lausanne EXPLICATIF DES INSPECTIONS DANS LES HOMES NON MEDICALISES Document officiel Par CFE Doc n 0050 T + 41 21 316 52 68 F + 41

Plus en détail

Petit guide pour choisir une solution CRM

Petit guide pour choisir une solution CRM Petit guide pour choisir une solution CRM Trouvez la solution qui vous convient» Nos clients sont plus performants. www.update.com Avant-propos Le CRM est en passe de devenir le principal logiciel de l

Plus en détail

Critères de classification hôtelière suisse

Critères de classification hôtelière suisse 1 1. Aspect extérieur du bâtiment Accès, parking, jardin, façade, fenêtres, balcons Signalisation / accès à partir des principaux axes routiers 2. Secteur de l entrée Largeur, paillassons, ambiance (éclairage,

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées

Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées Fiche pratique Personnes âgées Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées Accéder à son logement - utiliser les escaliers - prendre l ascenseur - accéder aux équipements Profiter de son

Plus en détail

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Hôtesse Standardiste

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Hôtesse Standardiste LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Hôtesse Standardiste EVALUATION GDI DU SALARIE Hôtesse Standardiste NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule à l'entretien

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

RAPPORT FONCTION COMMERCIALE Philippe Dupont 30/10/13 Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle.

RAPPORT FONCTION COMMERCIALE Philippe Dupont 30/10/13 Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle. RAPPORT FONCTION COMMERCIALE Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle. Gordon - Exclusive Rights ECPA. SOSIE is a trademark of ECPA in France and/or other countries. INTRODUCTION

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

L élaboration de la fiche de poste

L élaboration de la fiche de poste L élaboration de la fiche de poste 1 Guide pratique pour l élaboration de la fiche de poste Christine SCHMELTZ-OSCABY 40 Allée Ikinoak - 64210 Guethary tél.: 06 07 51 95 97 E-mail :chrischmeltz@yahoo.fr

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? COMMENT JOINDRE L ÉQUIPE DE BÉNÉVOLES?

QUI SOMMES-NOUS? COMMENT JOINDRE L ÉQUIPE DE BÉNÉVOLES? Une maison, une vocation, un soutien QUI SOMMES-NOUS? La Maison de soins palliatifs Source Bleue a pour mission de prodiguer gratuitement des soins à des personnes atteintes d une maladie avec un pronostic

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

HYGECO POST MORTEM ASSISTANCE. au service des professionnels du funéraire. qualité, réactivité et fiabilitéq

HYGECO POST MORTEM ASSISTANCE. au service des professionnels du funéraire. qualité, réactivité et fiabilitéq HYGECO POST MORTEM ASSISTANCE Qualité, réactivité et fiabilité, au service des professionnels du funéraire qualité, réactivité et fiabilitéq au service des professionnels du funéraire INTRODUCTION LA QUALITÉ

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail