Complément du chapitre : nouvelle partie «Qualité opérationnelle dans services» Titre du chapitre proposé par agevillage.com :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Complément du chapitre : nouvelle partie «Qualité opérationnelle dans services» Titre du chapitre proposé par agevillage.com :"

Transcription

1 Complément du chapitre : nouvelle partie «Qualité opérationnelle dans services» Titre du chapitre proposé par agevillage.com : Un exemple de méthodologie : la servuction I Rappel : La problématique des services A la différence d un produit (cf.partie 2, chap.1/1. de l ouvrage WEKA), un service est : - intangible, immatériel ; on ne peut le décrire totalement, il ne peut se stocker, - co-produit, co-réalisé par le client lui-même ; le service est la rencontre entre un client et un prestataire, le client participe à sa finalité ; la dimension «relationnelle» est fondamentale. - instable ; il ne se reproduit jamais totalement à l identique, d un moment à l autre, A la différence des produits, dont les processus de production sont «normalisables», un service est plus fluide, plus difficile à cerner : - Comment faire en sorte que le service soit assuré dans les conditions optimales, quel que soit le client? - Comment définir le service quand l on sait qu il varie d une personne à une autre, d une heure à l autre...? - Comment partager au sein de l établissement, des repères d exigence, sans risquer d agir par des automatismes impersonnels? - Comment baliser le service pour valoriser l essentiel : la relation? Pierre Eiglier et Eric Langeard, tous deux professeurs de marketing à l'iae d'aix-en Provence et chercheurs associés au Marketing Sciences Institut à Cambridge, ont eu l idée d accorder une place fondamentale au client et à son action dans les process de service. Autant pour la production de produits manufacturés, les étapes et processus sont identifiables, autant il n existait pas de terme qui définisse les processus de service, leur environnement, leur particularité. Ces auteurs ont alors inventé ce néologisme : la servuction. II Qu est-ce que la «servuction»? Le terme, issu de la compression de service et de production, désigne le processus de création du service. C'est le système nécessaire à un prestataire pour fabriquer un service et le faire vivre concrètement. Aussi pour chaque service, à chaque étape, va t-on devoir - identifier les auteurs de ce service ( aussi bien clients, que personnels, matériels, réseau...) - définir un parcours «servuction». Cette méthodologie est particulièrement appliquée dans les métiers de l hôtellerie, la restauration, le tourisme, la banque, les grandes surfaces. Le groupe Accor et ses «boulons Novotel» (pour les points pivots, les incontournables) en a été un fervent utilisateur.

2 III Qu est-ce qu un parcours «servuction» 1/Baliser les services à analyser Au sein de l établissement, il s agit d identifier les moments clés de la vie du client qui vont nécessiter de se pencher sur le processus de «production» du service choisi et baliser son fonctionnement. 1/1. Les moments clé de la vie d un établissement Une réunion d échange avec les résidents-clients, les familles, les personnels, les bénévoles... doit permettre de réaliser un diagramme décrivant les moments-clé de la vie au sein de l établissement. On parle aussi de «logigramme», d «ordinogramme»... d atelier, chaîne des évènements : pour chaque service produit : accueil téléphonique, entrée en institution, chaque moment fort des 24 heures de la vie quotidienne... (exemple d ordinogramme ci-après. A chaque étape des questions vont se poser : - les capacités de chaque service sont-elles connues, équilibrées? - des services se combinent- t-ils les uns avec les autres, nécessitant des clarifications dans les interactions? - à chaque étape, les activités du client et du personnel sont-elles définies, connues et cohérentes avec les étapes ultérieures? - la conception, l agencement des différents supports physiques et des équipements facilitent-ils au mieux la séquence du service, son accessibilité...? 1/2. L œil du client Dans un établissement, tout parle! Le mobilier, l accueil, la musique d ambiance, les personnels régulièrement rencontrés, les informations affichées, les toilettes que l on doit utiliser... Pour chacun des moments-clés définis par l établissement, l idée des auteurs des parcours servuction est d amener le professionnel à «penser client», imaginer tout ce qu il peut et veut faire pour, en regard, baliser les réponses... tout en laissant la spontanéité professionnelle s exprimer. Ainsi pour chaque étape de ces moments-clés, il importe de décrire : - la participation du client : il veut des choses et doit pouvoir comprendre et participer aux critères de qualité du service ; - les supports physiques en contact : objets, matériels, tenues, badges... ; - le rôle du personnel en contact : savoir-faire (compétences techniques) ainsi que savoirêtre (courtoisie, empathie ) ; Ces parcours gagneraient à être réalisé en équipe, dessinés simplement sur un «paper-board» avant d être formalisés, sur support papier, pour être partagés par tous : - les clients et leur famille : en lieu et place parfois d «atelier animation» ; - le personnel en contact ; - le ou les personnels chargés de l environnement physique (techniciens, administratifs, personnel hôtelier, agents d entretien...)

3 1/3. Schéma d un parcours «servuction» Attente du client dans l évolution du service Mot clé : «je veux» Supports physiques : Matériels, outils, tenues... Rôle du personnel en contact Qui fait quoi? Point à valider 2/ Les éléments d un parcours.servuction 2/1. La participation des clients Délibérément, le vocabulaire de la servuction martèle le terme «client», que ce soit pour l analyse de parcours au sein d un l hôpital où il est communément appelé «patient» ou dans l hôtellerie, où il peut même être désigné en tant qu «invité». Dans les établissements médico-sociaux, les clients sont en priorité les résidents mais sont également clients, leur famille, leurs proches, les visiteurs. Bien qu ils ne soient pas utilisateurs directs du service, les financeurs et autres autorités de tutelle peuvent être considérés comme clients de la structure. Mais, comment envisager la notion de participation du client quand celui-ci n est plus en relation avec son entourage, quand il devient lointain... dément? Comment encourager la participation quand celle-ci n est pas voulue, que le service même est rejeté par le client? La notion d évolution du comportement du client en fonction de l évolution des approches de l établissement est à envisager. 2/1.a) Encourager la participation du client Pour encourager cette participation, la solliciter, les acteurs au sein des établissements peuvent analyser plusieurs pistes : - le regard que l on porte sur les capacités des clients résidents (parfois condamnés à porter une couche dès l entrée en établissement) ; - les différents supports (matériels, mobiliers, aides techniques) à proposer, ou non, pour laisser le choix de autonomie ou tenter de la favoriser ; - la liberté à accorder au personnel et a négocier avec l entourage du client pour tenter de laisser faire le client, même s il paye pour le service. Sa participation va dans le sens de la qualité. Certains clients sont d ailleurs parfois plus à même de se servir que d être servis... à condition qu ils l acceptent et participent à la décision.

4 La participation des clients-résidents est un critère de segmentation, elle est mesurable. Elle peut même devenir un des indicateurs qualité de la structure. Les avantages de la participation du client doivent devenir évidents pour tous les acteurs de l établissement : mise en confiance, bénéfices tangibles partagés (gain de temps, réassurance en ses propres capacités...). 2/1.b) Education du client et du personnel Parvenir à faire participer au service, le client résident ne peut qu être le résultat d une éducation à la fois du client et du personnel. Le personnel doit participer à la décision de libre action du client, approuver sa participation, adhérer à cette exigence de qualité de service. Il en va de la crédibilité, de la notoriété de la structure, son image de marque en dépend. Si on ne peut lever la méfiance du personnel, la gestion de la participation du client pourra s avérer un échec. Les auteurs de la servuction insistent sur le fait que «changer les comportements du client en lui demandant de se prendre davantage en charge nécessite paradoxalement pendant une période transitoire de le sur-assister. Le personnel va au départ devoir assister, soutenir, encourager, informer, répondre aux questions, faire des tâches avec lui, l encourager à faire seul. La gestion de la participation ne consiste pas à se débarrasser d une tâche, d une corvée. A côté de la participation physique, c est le développement de la participation intellectuelle et surtout affective qui est en jeu. On parle alors du concept d engagement réciproque. 2/1.c) Les freins à la participation du client Les freins à la participation active du client sont légion : - manque d intérêt dans la connaissance individuelle du client ; - sentiment de supériorité des actes techniques par rapport à des actes estimés plus relationnels (toilette, soins..) ; - fixations dans des processus techniques qui peuvent être accaparants, quand ils sont mal maîtrisés ( standard, système informatique...) ; - mépris des processus relationnels (question de caractère, n est pas en relation qui veut!...) ; - la relation à l individu est jugée enrichissante, pas celle avec tout le groupe ; - le client ne peut rien faire (démence, handicaps lourds...) ; - le personnel est sans aucun doute plus capable de faire, et de surcroît, il est payé pour cela ; - on oublie que la qualité du service est atteinte quand les protagonistes sont satisfaits, et non pas seulement un seul ; - les initiatives du personnel en contact peuvent ne pas être reconnues, valorisées. Les auteurs des parcours servuction soulignent l approche managériale de la qualité du processus relationnel. 2/2. Le personnel en contact Leur nombre, leur profil, leur tâches, leurs uniformes vont dépendre de ce que l établissement attend d eux : qui, pour quel service? L établissement doit ainsi réfléchir aux relations que ce personnel aura avec les autres éléments du système. Le comportement du personnel, la façon dont il va exécuter les tâches ont une très grande importance sur ce que vont ressentir les clients.

5 Le personnel va devoir savoir maîtriser ses propres réactions affectives et contenir celles du client. La professionnalisation de la relation est à travailler avec autant d énergie que doit l être l utilisation, à bon escient, des supports physiques mis à disposition. Il arrive que les matériels, locaux, soient détournés, utilisés de façon plus ou moins efficace, décorés sans bénéfice particulier pour le service, ni donc pour le client. Or, le personnel en contact, personnifie le service. Il est un recours, une sécurité, il donne un visage à l établissement. Il peut faire l objet de louange ou au contraire être vilipendé de façon disproportionnée. Naturellement, le personnel est amené à surestimer son rôle et son pouvoir. Sa situation face au client n est pas des plus aisée à assumer. 2/2.a) Il est à l intersection des contraintes Le personnel vit continuellement à l intersection entre les intérêts, les contraintes de l établissement et ceux du client. L établissement doit respecter ses engagements contractuels, ses budgets, les normes de sécurité, les règles d hygiène, les lois sociales... son système de valeurs. Le client veut naturellement le meilleur service, de son point de vue, au moindre coût. Il veut être écouté, reconnu, privilégié ; il veut que le service s adapte à son état, son humeur, ses handicaps b) Ses stratégies de défense Face à ces intérêts divergents voire opposés, le personnel peut choisir plusieurs stratégies : - se protéger physiquement du client, en érigeant des barrières ( affiches, portes fermées...) ; - s abriter, strictement, derrière la réglementation de l établissement (récemment un fait divers a décrit l attitude d un accompagnant d une personne handicapée, dans un centre, qui face à un comportement inattendue de sa cliente qui lui signalait un malaise, a désespérément cherché à joindre sa hiérarchie, car c était la consigne, sans chercher en priorité à porter secours à la personne qui, dans l intervalle est décédée. Une plainte a été déposée pour non assistance à personne en danger. Cette attitude se rencontre fréquemment dans les secteurs «en mode de monopole», sans forte concurrence. Le personnel et la direction vivent en circuit fermé loin de la logique du client, de ses besoins, de ses désirs. - inversement, le personnel peut céder à toutes les demandes du client, conformes ou non aux règles et normes établies ; attitude qui permet d éviter les conflits et maintenir des relations agréables. 2/2.c) Gérer les arbitrages Le personnel en contact de bon niveau, soutenu et guidé par un management attentif saura hiérarchiser les attentes, demandes, ainsi que les règles édictées. Il arbitre en permanence entre intérêts du client et intérêt de l établissement. Les arbitrages sont délicats et réguliers. Si la qualification des personnels, leur motivation, et leur expérience sont des avantages certains, leur suivi et leur soutien psychologique sont indispensables à la pérennité de la qualité du service qu il «produisent». L enjeu des parcours servuction va être de facilier ces arbitrages réguliers. 2/2.d) Professionnaliser la relation Les parcours servuction vont amener les personnels en contact, mais aussi les clients, à décrire dans le détail des situations ou «événements», les jouer, les répéter.

6 En optimisant le côté opérationnel du service mais aussi le côté relationnel dans ce qu il a de - visible : propreté, apparence physique, identification ; - gestuel : savoir être interrompu, savoir interrompre soi-même, regarder son interlocuteur dans les yeux ; - verbal : expressions polies, courtoises, respectueuses, nettes, au vocabulaire adapté, au ton juste... comme un acteur. Le management doit ainsi régulièrement revoir la façon dont les rôles sont joués par le personnel en contact, pour éviter la répétitivité qui amène l ennui et un désintérêt pour le client. Ceci, afin d éviter des initiatives malheureuses mais aussi de valoriser les réussites. La gestion du personnel en contact va devoir amener une réflexion sur la valorisation du travail, du statut. Toutes les formes de reconnaissance seront intégrées : salaires, certes, mais aussi formations, information interne, valorisation des initiatives, tenues,...). Les parcours servuction vont amener à concevoir précisément les tâches, envisager les cas critiques, les moments de tension pour écrire les attitudes, comportements adéquats. Ils vont minimiser les défaillances de supports techniques pour laisser plus de place au temps et à la réflexion lors des innombrables arbitrages. Quand une erreur est commise, la critique va d abord au système conçu. Lorsque cette erreur est travaillée, mais qu elle est reproduite, il s agit d envisager la sanction. Naturellement, le personnel en contact est enclin à donner un bon service au client. Il appartient à l établissement d en tirer partie en canalisant les dérives et en organisant des moments d échanges sur les améliorations possible ( groupes de paroles, réunions servuction...) 2/3 Les supports physiques Les architectes, bureaux d études, sociétés de sécurité, maintenance... n imaginent parfois pas les conséquences de décisions non analysées du point de vue des futurs clients et personnels en contact. Les normes et contraintes réglementaires sont incontournables, mais l intégration des notions d esthétisme, d ergonomie... devraient systématiquement être intégrées dans les cahiers des charges. 2/3. a) Le rôle des supports physiques Les supports physiques doivent à la fois valoriser l établissement ( servir de vitrine au service), mais aussi être un bon outil de travail. Les auteurs des parcours servuction parlent de «vitrine-usine» - la vitrine : esthétisme, mise en scène, décors... qui doivent servir le client et l image que l établissement veut se donner ; - l usine : réceptions, réserves, stockages, matériels de service... ; - parfois certains vont préférer valoriser l un plutôt que l autre, pour des raisons commerciales, ou des visions très pratiques, mais il s agit de ne jamais oublier le point de vue client qui cherche à être satisfait du service rendu. 2/3 b). Gérer l espace L espace dans lequel vont évoluer les clients et le personnel en contact est généralement compté ( prix des mètres carrées, des investissements...). Il est difficile pour le personnel de toujours vivre en contact avec les clients : d où des zones réservées, comptoirs, guichets, cloisons...

7 Le client lui est chez lui dans sa chambre, dans son appartement. Il est aussi un peu chez lui dans les espaces collectifs. 2/3 c). Gérer les flux et le temps Avant, et après les repas, devant les ascenseurs, au moment des activités, plus ou moins suivies, dans des lieux d information calme ou intense... Les espaces seront étudiés pour envisager ces moments et ces activités. Les lumières, l éclairage devront s adapter aux activités (avant, après le repas...). Un même espace, modulable, pourra avoir plusieurs finalités, être à la fois : - un espace intimiste (chapelle) - une bibliothèque - une salle de gymnastique - une salle de spectacle La servuction des moments de restauration amène, ainsi, quelques découvertes : - où ranger les fauteuils roulants, si les clients souhaitent manger assis sur les chaises - où poser les plats en cas de problème ( besoins de dessertes..)... - où passe le chariot de l infirmière et ses médicaments, si l on veut présenter une table des desserts... - le temps des uns n est pas le temps des autres, certains pourraient manger en une heure, d autres en 30 minutes... Un temps minimal doit souvent être imposé. - l ergonomie des chariots de service en chambre est étonnante et travaillée, car ces chariots vont accompagner le personnel dans son service : : dresser la table de service dans la chambre et/ou installer et nettoyer la tablette, dresser le plateau ( vaisselle, serviette...), servir des aliments et des boissons fraîches et chaudes à la commande, vérifier, revenir desservir, nettoyer 2/3 d). Introduire les nouvelles technologies Informatique, reconnaissance et stockage des données (dossiers partagés), domotique (bâtiment intelligent : éclairage, énergie...), télé-alarme, aides techniques (lits médicalisés, chariots, accessoires...), Internet et communication avec l extérieur... Les établissements médico-sociaux vont, de plus en plus, naturellement, se tourner vers ces nouveaux outils, capables d améliorer leurs performances, en terme de service. Ils seront poussés aussi par leurs clients, l entourage de leur clients, de plus en plus au fait de ces nouveaux moyens. Des exemples de réalisations déjà rencontrées : - mise à jour facilitée et automatique des demandes du client par le personnel, voire le client lui-même (système informatique en réseau, avec dossier individuel mis à jour en temps réel, mots de passe pour la confidentialité) ; - standards téléphoniques avec reconnaissance des appels, identification (nom de l appelant, lien avec les clients/personnel), transferts internes identifiés, idem pour l externe ( chaque liste de contacts enregistrés pour chaque client...) ; - gestion informatisée de l énergie : adaptation des éclairages, des systèmes de refroidissement et/ou chauffage en fonction des paramètres programmées ( température externe, lieux collectifs, individuels... - identification de clients (déments) : ouverture de chambre ou non, accès à certaines zones du bâtiments, étages programmés... - télé-médecine : liaison avec des spécialistes de l hôpital pour des séjours hospitaliers écourtés, un suivi par des compétences externes...

8 - messagerie Internet pour les clients-résidents, leur famille, leur entourage (transmission en direct ou en différé de messages écrits, photos, vidéo...) Ces outils et supports s intègrent en général dans le mobilier et dans l ambiance souhaitée par l établissement. En aucun cas, ils ne doivent déshumaniser la relation (d où des arbitrages rencontrés en servuction comme par exemple : saisies des informations au lit du client ou écoute, relation et saisie ultérieure sur un poste éloigné de la chambre...). s 2/4. Les points pivots d un parcours servuction Chaque étape du parcours va amener ou non des points pivots lors desquels à la fois le client agit, le personnel en contact est sollicité et un support physique est utilisé. Ces points sont souvent sensibles et nécessitent la prise de conscience d un certain nombre de repères : - a-t-on le bon matériel? Est-il en stock en cas de panne, en cas de manque? Où contacter une personne ressource en cas de problème... - le personnel a t-il les compétences pour agir, s adapter, connaît-il les informations nécessaires à son action (bible opérationnelle, référentiel...) 2/5. Autant de parcours que de clients? Il va exister autant de parcours «servuction» qu il existe de moments clés dans la vie quotidienne. L idéal est même d aller jusque la réalisation de parcours «servuction» individualisés qui permettent aux personnels de s habituer à avoir un «oeil client». D ailleurs pour la réalisation des parcours, quand le client ne peut décrire ce qu il peut et/ou veut faire, c est alors aux acteurs de se mettre à sa place et d avancer dans le service pour valider chaque étape. Comme le soulignent Eiglier et Langeard : «au cours du déroulement de la prestation, le client va enregistrer consciemment ou inconsciemment des signes qu il va associer à son expérience de la prestation globale. L impact positif ou négatif de ces tranches de vie l emporte très souvent sur l appréciation froide et objective du résultat.» Dans cette perspective, l environnement physique de la prestation et les objets manipulés ont une influence importante sur la perception de la qualité par le client. C est donc l interaction client/prestataire/objet qui doit être au centre des préoccupations managériales. C est, en effet, la combinaison de ces éléments qui façonnera la perception de la qualité par le client.

9 IV La servuction et les référentiels, les guides de «Bonnes pratiques» La multiplication des parcours va amener les acteurs à synthétiser des recommandations, des outils : - pour les supports physiques : archivage des supports d enregistrements, contrats, plannings, listes de matériels, procédures... ; - pour les personnels en contact : partage de valeurs, descriptifs de postes, demandes de formations ; - et ce, pour l adhésion à une charte qualité (renvoi : partie 7 de l ouvrage WEKA «Mettre en place un dispositif d écoute et d information pour les usagers», chapitre2.) qui pourra évoluer. Ces recommandations vont être archivées, référencées dans des supports : référentiels, guide des «bonnes pratiques». Ces outils, par la validation régulière des parcours servuction, vont sembler petit à petit indispensables à la bonne réalisation des parcours des services, et/ou vont régulièrement être modifiés, complétés, en fonction de l évolution des attentes et des pratiques.

10 V Evolution des parcours servuction Refaire un parcours à la place du client est un des meilleurs outils d auto-évaluation d un service. Les nouveaux venus sont d ailleurs de précieux révélateurs de nouveaux points de détails à améliorer, revoir, reformuler... Les clients évoluent, les supports physiques aussi, les personnels ont de nouvelles idées, de nouveaux points de vue... les points clés des parcours vont bouger et donc avec eux les référentiels, recommandations et autres guides pratiques s y afférant. Plus les parcours «servuction» se multiplieront, plus les acteurs seront associés, plus les clients( leur familles) pourront comprendre et participer au service, plus les référentiels seront affinés, personnalisés, contractuellement traduits et l attitude d empathie envers le client deviendra naturelle au sein des établissements. Bibliographie : La servuction Le marketing des services Pierre Eiglier P Eric Langeard - édition Stratégie et management, 1994.

11 Annexes: Annexe 1. Diagramme - Ordinogramme des moments clés Le moments charnières pour lesquels envisager l analyse de parcours servuction : Avant et au moment de l entrée : L accueil téléphonique La visite La pré-admission L arrivée, l entrée La première nuit

12 Annexe 2. Diagramme des 24 heures de la vie d un client au sein d un établissement Le lever Le petit-déjeuner La toilette Les activités Les soins Le déjeuner Les activités - les soins les visites - les sorties Les résultats de l enquête de satisfaction va identifier les moments particulièrement critiques sur lesquels se pencher Le goûter Les activités - les soins Le dîner Les soins Le coucher La nuit- La collation IL peut être intéressant de proposer à certains de vivre une journée d un client. Vivrait-on soi-même dans l établissement où l on travaille?

13 Annexe 3. exemples de parcours servuction : L accueil téléphonique Synthèses supports physiques : - système téléphonique (procédures SAV) - documents d enregistrement : appel, message - document procédures : fiche identité client, réclamations... - documents d information : livret d accueil, contrat de séjour, organigramme... Descriptif de poste, compétences, besoins de formation... Attentes et actions du client - Je me présente, je veux que l on me reconnaisse - Je veux parler à un résident, un membre du personnel - Je veux connaître les prestations, dans le détail soit : les personnes accueillies, le niveau de handicap accepté, les services proposés les soins les prix, la situation géographique... - Je décris ma situation - Je veux pouvoir réserver immédiatement - Je veux pouvoir visiter, je veux rendre visite - Je veux recevoir une documentation, jusqu au contrat - Je veux valider les information en communiquant avec un résident, une famille... Supports physiques : fiche appel / Fiche clients/organigramme-/.livret accueil/procédure postes tel. admission Cahier/messages Rôle du personnels en contact -Je réponds avant 4 sonneries - Je me présente, j écoute, je reformule éventuellement les demandes - Je connais les résidents, je mets en contacts, j enregistre les messages J enregistre les donnés du clients/futur client - J enregistre la demande, je mets à jour le planning des visites - J enregistre la demande et effectue l envoi - Je connais la procédure et donne ou non satisfaction... Point pivot : les supports physiques sont à jour, en stock, et le personnel est formé à son utilisation... La culture client évolue et incrémente les supports et les rôles...: mise à jour des situations en fonction du résultat d enquêtes de satisfaction, de propositions (boite à idée), jeux de rôle...

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

P oc o e c s e s s u s s u s e t e o u o t u il i s l s d d a c a c c u c e u i e l i l e t e d d i n i t n ég é r g at a io i n Boîte à outils (7)

P oc o e c s e s s u s s u s e t e o u o t u il i s l s d d a c a c c u c e u i e l i l e t e d d i n i t n ég é r g at a io i n Boîte à outils (7) Processus et outils d accueil et d intégration Boîte à outils (7) Accueillir et intégrer Il existe un consensus sur l importance du sujet : Le recrutement ne s arrête pas à l issue de l entretien et de

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

La P N L appliquée à la vente

La P N L appliquée à la vente La P N L appliquée à la vente Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Objectifs : Maîtriser les outils de programmation de la démarche commerciale. Programmer les objectifs de la réussite commerciale.

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Bilan année : Objectifs année :

Bilan année : Objectifs année : ENTRETIEN ANNUEL COMMERCIAUX Bilan année : Objectifs année : Société : Service : Date de l entretien : Evaluateur : Collaborateur évalué : Lieu de l entretien : Durée de l entretien : ENTRETIEN ANNUEL

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

FORMATION CERTIFIANTE COLLABORATEUR ASSISTANT

FORMATION CERTIFIANTE COLLABORATEUR ASSISTANT FORMATION CERTIFIANTE COLLABORATEUR ASSISTANT Objectifs pédagogiques et compétences visées Positionner pleinement le rôle d assistant(e) dans l entreprise. Maîtriser le traitement de l information écrite

Plus en détail

Dossier de Reconnaissance des Acquis de l Expérience Professionnelle. (RAEP) Direction de la Formation CAFA de Bordeaux 2011

Dossier de Reconnaissance des Acquis de l Expérience Professionnelle. (RAEP) Direction de la Formation CAFA de Bordeaux 2011 Dossier de Reconnaissance des Acquis de l Expérience Professionnelle. (RAEP) Composition du dossier Première partie : L identité du candidat et sa situation administrative. Deuxième partie : Le parcours

Plus en détail

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Rappel Le «Prix Recherche» a pour objectif de créer et de diffuser des «supports d application 1» à destination des acteurs de terrain 2 pour que

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation Promotion de la bientraitance «Remobiliser les équipes» Regards croisés sur la Bientraitance Charte Bientraitance Outil d aide à la décision - formation Marie José D Alché-Gautier Réseau Bas Normand Santé

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte Réseau Bas-Normand / REQUA Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Place de la charte dans le déploiement de la bientraitance La charte de bientraitance

Plus en détail

Les personnes âgées et les personnes en fin de vie. L animation Conduire des ateliers spécifiques en lien avec les besoins des personnes âgées

Les personnes âgées et les personnes en fin de vie. L animation Conduire des ateliers spécifiques en lien avec les besoins des personnes âgées CFPC Formation Professionnelle Sommaire Les personnes âgées et les personnes en fin de vie 9 heures Repérer, pour mieux y répondre, les phases de la fin de vie. Comment prendre soin des personnes âgées

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Contexte Evolia93, plateforme des services à la personne en Seine-Saint-Denis a pour mission la structuration et la professionnalisation

Plus en détail

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire. CAHIER DES CHARGES - ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION Territoire concerné : Grand Villeneuvois Fumélois Lémance Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

ANNEXE II Fonction publique territoriale

ANNEXE II Fonction publique territoriale ANNEXE II Fonction publique territoriale Support d entretien annuel d évaluation du personnel départemental pour l année 2011 ENTRETIEN PROFESSIONNEL Bilan de l année 2010 Objectifs de l année 2011 INFORMATIONS

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Nous vous proposons de préparer votre prochain entretien avec votre conseiller en répondant aux différentes questions posées dans ce document. Cette réflexion

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Employé service RH

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Employé service RH LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé service RH EVALUATION GDI DU SALARIE Employé service RH NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule à l'entretien Ce que

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Employé CSP compta fournisseurs

Employé CSP compta fournisseurs LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé CSP compta fournisseurs EVALUATION GDI DU SALARIE Employé CSP compta fournisseurs NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Compétences à la carte, en fonction de l activité et de l organisation de l entreprise :

Compétences à la carte, en fonction de l activité et de l organisation de l entreprise : FICHE MÉTIER CHEF D ENTERPRISE Il définit et pilote l activité de l entreprise sur le plan technique, économique, commercial et financier. Il manage le personnel de l entreprise. En fonction de la taille

Plus en détail

Opération Management & Compétitivité

Opération Management & Compétitivité Opération Management & Présentation par AQM - BN 1 Sommaire Présentation de l AQM L action collective management et compétitivité. Processus et déroulement. Les intervenants. Les étapes de formation et

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Motiver et manager son équipe»

Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Motiver et manager son équipe» Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Motiver et manager son équipe» Contact : Karel CHAUCHEPRAT Plan de Formation régional CRDT Auvergne Parc Technologique la Pardieu 7 allée Pierre de Fermat

Plus en détail

L ITALIEN EN SITUATIONS PROFESSIONNELLES

L ITALIEN EN SITUATIONS PROFESSIONNELLES L ITALIEN EN SITUATIONS PROFESSIONNELLES Durée : 120H Formateur : Animateur de langue maternelle italienne. Formation linguistique Objectifs : Maîtriser les outils linguistiques indispensables à une bonne

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition Le titulaire de la mention complémentaire Organisateur de réceptions

Plus en détail

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Hôtesse Standardiste

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Hôtesse Standardiste LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Hôtesse Standardiste EVALUATION GDI DU SALARIE Hôtesse Standardiste NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule à l'entretien

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

Formation Certifiante à l Ennéagramme

Formation Certifiante à l Ennéagramme Formation Certifiante à l Ennéagramme formation 2015 2016 Ressources Humaines Relation d Aide - Coaching - Management qui débouche sur un diplôme de coach, en fin de troisième cycle. Seul diplôme français

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

6 RÉUSSIR SA COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELLE

6 RÉUSSIR SA COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELLE 6 MODULES DE FORMATION MARKETING COMMUNICATION EXPERTS COMPTABLES 1 DÉFINISSEZ L IDENTITÉ & LE POSITIONNEMENT DE VOTRE CABINET 4 INITIEZ UNE COMMUNICATION ON-LINE PERFORMANTE (SITE WEB, E- NEWSLETTER )

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC 1. RECOMMANDATIONS pour l épreuve E4 en CCF II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC E4 : Négociation technico-commerciale (coef 4) SITUATION 1 SITUATION 2 Compétences C111

Plus en détail

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Qu est-ce que les ateliers du coaching? L ambition des ateliers du coaching est de faciliter l émergence d un leadership réticulaire pour accompagner

Plus en détail

EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008

EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008 EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008 La pharmacie d officine norme ISO 9001-2008 D après X50-131 1. Sommaire 0. Intérêt d un manuel qualité... 3 1. Généralités... 3 1.1 Fournir un produit ou service conforme...

Plus en détail

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) de Tuteur d entreprise. INTITULÉ

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY Présentation des fiches de poste 1. Secrétaire... page 2 2. Auxiliaire de soins... page 4 3. Aide cuisine...

Plus en détail

«L ESSENTIEL DU SERVICE»

«L ESSENTIEL DU SERVICE» PROGRAMME DE FORMATION «L ESSENTIEL DU SERVICE» Apprenez les bases essentielles aux métiers de la restauration ou enrichissez vos connaissances pour les transmettre à vos équipes. AM Conseil & Formation

Plus en détail

Formations au centre ou sur site : . Travailler avec les produits de la mer La Méthode HACCP et le guide des bonnes pratiques

Formations au centre ou sur site : . Travailler avec les produits de la mer La Méthode HACCP et le guide des bonnes pratiques «Centre de formation des métiers de bouche» «Atelier conseils» Professionnels de la restauration - Amateurs & Passionnés Un nouveau concept de formation aux métiers de bouche Recevoir deviendra pour vous,

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

CAHIER des CRITERES QUALITE de L ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE à la VALIDATION des ACQUIS de L EXPERIENCE (VAE)

CAHIER des CRITERES QUALITE de L ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE à la VALIDATION des ACQUIS de L EXPERIENCE (VAE) CAHIER des CRITERES QUALITE de L ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE à la VALIDATION des ACQUIS de L EXPERIENCE (VAE) Préambule La loi de Modernisation sociale du 17 janvier 2002 permet à tout individu disposant

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Comment réussir son investissement en loi Pinel? Le dispositif Pinel est une loi de défiscalisation particulièrement intéressante. Elle remplace avantageusement

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN

FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN V032013 Code : GESTRELCLI FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN OBJECTIF FINAL Faire prendre conscience au collaborateur des enjeux de la relation client (satisfaction, fidélisation

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

BTS COMMUNICATION. Diplôme d Etat niveau III (BAC+2)

BTS COMMUNICATION. Diplôme d Etat niveau III (BAC+2) BTS COMMUNICATION Diplôme d Etat niveau III (BAC+2) Fonction Le titulaire du BTS Communication conçoit et met en œuvre des opérations de communication, qui peuvent revêtir une forme publicitaire, événementielle,

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :...

CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR DOSSIER D EVALUATION pour la professionnalisation des salariés (hors contrat de professionnalisation) Nom :... Prénom : Adresse :......

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Dossier de demande de formation 2014 de Surveillants de nuit qualifiés Maîtresses de maison

Dossier de demande de formation 2014 de Surveillants de nuit qualifiés Maîtresses de maison Dossier de demande de formation 2014 de Surveillants de nuit qualifiés Maîtresses de maison 1 Vous sollicitez une formation de surveillant de nuit ou de maîtresse de maison et vous avez besoin de plusieurs

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014 MATINEE RH CCI 18 30 octobre 2014 2 Qu est-ce que c est? Pourquoi le faire? 3 Qu est-ce c est? C est un outil de management et de gestion des ressources humaines C est un moment de dialogue privilégié

Plus en détail

Pourquoi sous-traiter votre processus de recrutement?

Pourquoi sous-traiter votre processus de recrutement? Pourquoi sous-traiter votre processus de recrutement? (Article rédigé par Ain Boost Office Le 22 Juillet 2015) Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise, les petites

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Domiphone, la télégestion pour une meilleure gestion des services à domicile

Domiphone, la télégestion pour une meilleure gestion des services à domicile Domiphone, la télégestion pour une meilleure gestion des services à domicile Accor Services - Domiphone 72, Rue Gabrièl Péri 92120 Montrouge www.domiphone.fr Sandrine Waget Responsable Commerciale 01 57

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique : 14 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Rôle et missions du titulaire d un certificat de Niveau 2 4. Evaluation des risques et définition

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES ESTHETICIEN/ESTHETICIENNE EFFECTUER UN SOIN VISAGE

SERVICES AUX PERSONNES ESTHETICIEN/ESTHETICIENNE EFFECTUER UN SOIN VISAGE Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR : 8 SERVICES AUX PERSONNES ORIENTATION D'ETUDES : ESTHETICIEN/ESTHETICIENNE COMPETENCE PARTICULIERE VISEE EFFECTUER UN SOIN VISAGE FORMATION EN COURS DE CARRIERE

Plus en détail

Assistant administratif et comptable niveau 4

Assistant administratif et comptable niveau 4 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Assistant administratif et comptable niveau 4 EVALUATION GDI DU SALARIE Assistant administratif et comptable niveau 4 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

LA VIE EST PLUS SIMPLE QUAND ON EST BIEN FORMÉ!

LA VIE EST PLUS SIMPLE QUAND ON EST BIEN FORMÉ! Animer ses réunions efficacemment (1 J) Prévenir les RPS (1 J) Mobiliser son intelligence émotionnelle (1 J) Conduire ses 2 entretiens (2 J) Développer son Leadership (1 J) Piloter efficacement une équipe

Plus en détail

Aucun prérequis Toute personne devant prendre en charge les missions d Assistant(e) Commercial(e) Assistant(e) Commercial(e) déjà en poste

Aucun prérequis Toute personne devant prendre en charge les missions d Assistant(e) Commercial(e) Assistant(e) Commercial(e) déjà en poste REUSSIR SA FONCTION ASSISTANT(E) 2015 COMMERCIAL(E) DUREE 5 jours (35 Heures) COUT 1290 HT par personne OBJECTIFS Connaître les missions de l Assistant(e) Commercial(e) Savoir communiquer Optimiser son

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail