«Je fais ce que je veux avec mes cheveux.»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Je fais ce que je veux avec mes cheveux.»"

Transcription

1 «Je fais ce que je veux avec mes cheveux.» Slogan publicitaire V ous avez certainement déjà fait cette expérience : un matin, dans la salle de bains, vos cheveux refusent obstinément de se placer comme vous le souhaitez. Une mèche rebique avec insistance, ou bien c est le volume qui ne va pas (pourquoi sont-ils si plats ou, au contraire, si ondulés ce matin, grrr?), ou encore, c est le coiffage qui vous déplaît : vos cheveux sont «trop» ou «pas assez» quelque chose (souples, fins, secs, raides, longs parfois tout ça à la fois!). Malgré vos efforts (humidification des mèches rebelles, utilisation du sèche-cheveux ou du fer, application de produits de coiffage ), rien n y fait! Ils ne ressemblent pas à ce que vous attendez d eux. Ce matin-là, vos cheveux sont «indisciplinés», comme disent les publicités pour produits capillaires. Vous entamez alors ce que les Anglo-Saxons appellent «a bad hair day», c est-à-dire une journée où vos cheveux échappent à votre contrôle : par extension (capillaire, pour le coup), l expression désigne une journée où rien ne se déroule comme vous le souhaitez. 5

2 6 Amusant : un jour «sans», pour un français, démarre en «se levant du mauvais pied», alors que pour un Anglo-Saxon, il commence par un problème capillaire. La langue française attribue à la malchance une journée où s enchaînent les événements déplaisants : «se lever du pied gauche» constitue un funeste présage, qui augure, littéralement, d incidents plus ou moins sinistres (puisque sinistra signifie gauche en latin). L expression anglophone véhicule une tout autre hypothèse : les jours où ma chevelure n est pas sous mon contrôle, alors rien ne peut l être, et tout part à vau-l eau. Autrement dit, si je ne maîtrise pas mon apparence physique, alors rien ne peut aller dans le sens de ce que je souhaite. S agit-il d une simple «façon de parler», comme on dit? Ou bien cette expression populaire comporte-t-elle une part de vérité psychologique? Marianne Lafrance, une chercheuse de l université de Yale, s est demandée dans quelle mesure l expression de bad hair day pouvait, au-delà de son apparente trivialité, rendre compte d un processus psychologique 1. Pour répondre à cette question, elle a fait passer des tests psychologiques à des participants. Ces tests portent sur la description de soi (les sujets doivent trouver 20 adjectifs qui les caractérisent) et sur l estime de soi (un questionnaire évalue si leurs jugements sur eux-mêmes sont plutôt positifs ou négatifs). Un dernier questionnaire explore l émotion qu ils ressentent au moment de la passation du test. Pour tester si un bad hair day peut avoir une incidence sur les résultats des tests, la chercheuse demande à certains d entre eux de décrire le

3 souvenir d une journée de ce type avant de remplir les questionnaires. Les autres sujets doivent, pour leur part, évoquer une expérience désagréable sans lien avec l apparence physique. Les résultats des questionnaires mettent en évidence que le bad hair day entraîne effectivement des séquelles psychologiques! Les participants du premier groupe présentent des scores d estime de soi très inférieurs aux autres. Après l évocation d un tel souvenir, leur vision d eux-mêmes est plus négative : ils se dévalorisent, s attribuent plus de défauts, se sentent moins capables et moins valables. Par ailleurs, contrairement à ce que laisseraient présumer les stéréotypes sexuels, cet effet est plus frappant chez les hommes! Chez eux, le souvenir d une journée à problème capillaire altère la confiance en soi : ils doutent de leur intelligence et de leurs compétences. Ils se décrivent avec des adjectifs négatifs, se sentent inquiets et préoccupés, et se perçoivent comme moins sociables. De leur côté, lorsqu elles évoquent une telle journée, les femmes se focalisent sur leurs émotions : elles rapportent des sensations de malaise, une gêne et une honte qui peut aller jusqu au sentiment d être déshonorées. Se soucier de l apparence de ses cheveux dépasse donc la simple coquetterie : le bad hair day influence durablement les attitudes des individus qui en font l expérience. Comment comprendre que les effets psychologiques d une telle journée se maintiennent dans le temps, après que ce moment désagréable soit passé? L étude de M. Lafrance montre que le souvenir d une journée qui commence par un échec capillaire 7

4 8 réactive, dans l instant présent, les croyances défavorables sur soi-même et les émotions pénibles qui étaient présentes ce jour-là. Elle met aussi en évidence que ces croyances (je suis moins capable et moins compétent(e) que les autres) et ces émotions (anxiété, honte) favorisent le repli sur soi : à l évocation d un tel souvenir, les hommes se décrivent comme moins enclins à aller vers les autres, et les femmes sont polarisées sur leurs ressentis pénibles. Il se produit donc vraisemblablement la même chose lorsqu une journée démarre avec un problème capillaire : les hommes comme les femmes sont moins tournés vers l extérieur, et plus centrés sur eux-mêmes. De fait, chacun de nous a pu en faire l expérience : comment réagit-on, en général, quand on se sent moins valable, moins performant que les autres, et que l on éprouve du malaise, de la gêne? On a tendance à s impliquer moins dans les échanges avec autrui, et à privilégier les tâches qui nous semblent faciles, inférieures à notre niveau réel de compétence. Ce comportement vient alors valider nos croyances négatives sur nous-mêmes : «Je ne suis même pas capable de» ( discuter avec mon collègue, accepter une invitation à déjeuner, finaliser un dossier important, aider mon fils à résoudre un problème de maths ). La boucle est alors bouclée (c est le cas de le dire, un jour de coiffage difficile ) : parce que je me pense (et que je me sens) incapable de faire certaines choses, je ne les fais pas, et je deviens alors convaincu(e) d être un(e) incapable. Et tout cela, parfois, à cause d une mèche rebelle! Si je ne fais pas ce que je veux avec mes cheveux, alors je ne fais pas ce que je veux, tout court et

5 c est toute ma personne qui me paraît nulle, plate ou hirsute. Lorsque je ne fais pas ce que je veux avec mes cheveux, ce sont mes cheveux qui font ce qu ils veulent de moi. Ma vie est littéralement tirée par les cheveux! Après la diffusion de son étude, M. Lafrance a reçu un grand nombre de témoignages d hommes et de femmes lui rapportant des «bad hair stories» : l un de ses collègues, éminent professeur à Yale, lui a même confié que c était l histoire de sa vie, et qu il avait, malgré sa brillante réussite professionnelle, le sentiment d avoir eu une «bad hair life 2»! Le souci de notre apparence physique n est donc pas aussi frivole et futile qu on pourrait le croire : loin d être superficielle, cette préoccupation entraîne une souffrance psychologique qui dépasse la frustration de ne pas correspondre à certains critères esthétiques. Le fait d être inquiet ou insatisfait de notre apparence physique affecte à la fois la représentation globale que nous avons de nous-mêmes, et la satisfaction que nous éprouvons vis-à-vis de notre vie : quand nous nous trouvons moches, ou que nous craignons de l être, c est notre personne et notre vie toutes entières qui le deviennent à nos yeux. Or les raisons de nous tourmenter pour notre apparence physique sont multiples! Le phénomène du bad hair day est transposable à de nombreuses autres préoccupations morphologiques, auxquelles peu d entre nous sont complètement étrangers. Si ce livre est entre vos mains, il y a fort à parier que vos journées à vous aussi commencent parfois par une insatisfaction liée à votre apparence : si elle ne porte pas sur vos cheveux, peut-être qu elle se focalise sur 9

6 10 votre poids? Sur la taille ou la forme de votre corps, ou de certaines parties de votre corps? Sur votre peau? Votre musculature? Votre pilosité? (Cette liste n est pas exhaustive, et la plupart d entre nous seraient tentés de cocher plusieurs items ). Ces matins-là, notre image de nous-mêmes se résume à l imperfection physique qui nous préoccupe, et nous sommes tentés de croire que la vie devrait être une succession de «good hair days» pour être satisfaisante. Mais faut-il s embellir pour s épanouir? Faut-il être en beauté pour avoir une belle vie?

7 1 L injonction esthétique

8

9 «Je suis lasse d entendre ce point de vue absurde : la beauté est une question superficielle parce qu elle s arrête à la surface de la peau. Cette soi-disant surface me paraît déjà assez profonde! Que voudriez-vous avoir de plus, un pancréas adorable 3?» Jean Kerr, romancière et auteure de théâtre américaine 4 C ombien de messages relatifs à l apparence physique, la vôtre ou celle des autres, avez-vous reçu cette semaine? Ne comptez pas seulement les compliments ou les critiques de vos proches, à votre égard ou envers autrui ; ni les regards (approbateurs ou désapprobateurs) que vous avez décelés, ou cru déceler Comptez aussi les messages publicitaires ; les dictons ; les insultes les plus communes («vieille peau», «grosse c») ; et tous les messages implicites (dans votre série préférée, à quoi ressemble l héroïne? Dans la dernière boutique où vous êtes allé(e), à quoi ressemblait la vendeuse?) Le compte est tout simplement impossible à faire! Il y en a beaucoup, et la plupart nous échappent, tant ils sont nombreux. Notre environnement abonde de messages liés à notre apparence physique : si nos vies étaient un 13 L injonction esthétique

10 film, la bande originale tournerait en boucle, lancinante et entêtante : «En v là du beau, en v là»! Une obsédante ritournelle Aujourd hui, nous sommes tous invités à être et à demeurer conformes aux critères physiques valorisés, érigés en normes esthétiques de référence. «Invités», d ailleurs, est un faible mot : nous sommes persuadés, pressés, exhortés à suivre l injonction esthétique ambiante. Ouvertement («Buvez, éliminez») ou à mots couverts («Prends soin de toi»), nous recevons chaque jour de nombreux messages qui nous enjoignent à être minces, agréables à regarder, et à paraître jeunes. Par leur omniprésence dans notre environnement, les messages concernant notre apparence sont comme une musique d ambiance, un fond sonore qu on entend même sans l écouter. Ils nous parviennent comme ces mélodies arrangées qu aux États-Unis on appelle «muzaks». Diffusés sur les lignes d attente des standards téléphoniques, dans les ascenseurs, les galeries commerciales, les bureaux, ces arrangements instrumentaux visent à induire un état psychologique propice à favoriser le comportement souhaité : être détendu pour patienter, être d humeur légère pour acheter, être stimulé pour travailler Pour la psychothérapeute américaine Susie Orbach, les messages qui valorisent l apparence 14

11 physique constituent le «muzak visuel» dans lequel nous baignons 5. Même lorsque notre attention n est pas consciemment focalisée sur eux, ils induisent un état psychologique de préoccupation pour notre apparence, qui nous conduit à effectuer toutes sortes d actions pour nous faire beaux. L effet de ce muzak ambiant sur nos comportements a été mis en évidence dans une expérience utilisant la publicité télévisée 6. Des chercheurs ont mesuré l influence des publicités mettant en scène des femmes minces sur le comportement alimentaire féminin. En prétextant une étude sur la mémoire, ils invitent des étudiantes à regarder attentivement plusieurs publicités, avec pour consigne de retenir le maximum de détails. Après le visionnage, les chercheurs leur proposent de participer à ce qu ils leur présentent comme une étude sans lien avec la précédente. Les participantes doivent tester des aliments et les évaluer sur différents critères (goût, odeur, fraîcheur ). On leur précise qu elles peuvent en manger autant qu elles veulent, même après les avoir évalués. Les images de minceur ont un impact très net sur la restriction alimentaire : pendant la dégustation, les femmes préalablement exposées aux silhouettes minces consomment environ 40 % de nourriture de moins que celles qui ont vu des pubs mettant en scène des femmes plus rondes. Le bruit de fond environnant qui nous parle sans cesse de beauté conditionne donc nos attitudes, même lorsque nous ne faisons pas explicitement le lien entre cette petite musique prescriptive et notre comportement. On connaît la chanson même sans la reconnaître! 15 L injonction esthétique

12 Et ces réactions produites de manière automatique viennent s ajouter à tout ce que nous faisons de notre plein gré pour nous rendre beaux, lorsque notre apparence physique nous occupe et nous préoccupe. L homme est une femme comme les autres Les hommes non plus n échappent pas à la ritournelle de la beauté! Ils souffrent, eux aussi, d être de plus en plus préoccupés et insatisfaits de leur image corporelle. Autrefois irrésistibles Les enquêtes de satisfaction corporelle montrent qu il y a une trentaine d années, les hommes étaient globalement satisfaits de leur apparence physique, au point que la plupart avaient même tendance à surévaluer leur beauté 7. Une essayiste américaine 8 écrit avec humour que les hommes se considéraient alors comme «aussi irrésistibles que des petits fours» à l adolescence, et qu ils conservaient cette perception positive de leur apparence jusqu à la fin de leurs jours. Face aux corps parfaits des tops models masculins, ils préservaient leur estime de soi en accordant de l importance à d autres qualités que la beauté, en se disant par exemple : «Hey Brad Pitt, est-ce qu au moins tu sais tondre la pelouse, beau gosse?» Mais cette époque où les hommes étaient en paix avec leur corps semble révolue. En 1995, au motif de lutter contre le surpoids et l obésité, l Organisation mondiale de la santé a révisé à la baisse les Indices de masse corporelle (IMC) supposés représenter le rapport idéal entre taille et poids. Or ces nouveaux 16

13 ratios n épargnent pas les icônes masculines : d après eux, Brad Pitt est désormais en surpoids, et George Clooney comme Russell Crowe sont devenus obèses 9! Comment s étonner que les hommes évaluent leur taille et leur poids de manière négative? Ils sont de plus en plus nombreux à considérer que leur corps ne correspond pas à la représentation idéale du corps masculin 10 : 52 % d entre eux sont préoccupés par leur poids, et 45 % ne sont pas satisfaits de leur musculature 11. Certains auteurs désignent cette insatisfaction corporelle masculine sous le terme de «complexe d Adonis 12». Un idéal paradoxal Les deux principales aspirations des hommes (être plus mince, être plus musclé) répondent à la coexistence médiatique de deux types d icônes masculines. D un côté, les portraits masculins présentés comme des idéaux sont de plus en plus athlétiques. Au cinéma, le nombre de comédiens «à muscles» s est multiplié, et Daniel Craig incarne un James Bond plus musclé que Sean Connery. Même la musculature des figurines comme GI Joe 13, ou celle de Ken 14 (le partenaire de Barbie), s est développée durant les décennies qui viennent de s écouler : la taille des biceps de GI Joe a plus que doublé depuis sa création en Cette tendance présente toutefois une exception notable : dans le domaine de la mode masculine, les créateurs considèrent, comme ils le font pour les collections féminines, que seule une minceur extrême permet de mettre pleinement en valeur le tombé d un vêtement 16. Les hommes se trouvent 17 L injonction esthétique

14 18 ainsi confrontés à des standards contradictoires : pour être considéré comme beau, leur corps doit être à la fois mince et puissant. Ils doivent posséder une morphologie juvénile et une musculature virile, un corps de jeune garçon et des muscles de surhomme : l idéal masculin, c est un adolescent avec des gros muscles. Ces attentes contradictoires qui pèsent sur les hommes sont très comparables à celles dont les femmes font l objet : les critères de beauté exigent d eux un corps simultanément androgyne et viril, tout comme on presse les femmes d avoir un corps à la fois androgyne et féminin (très mince, mais avec des seins voluptueux et des fesses charnues). Pour se trouver beaux, les hommes sont, eux aussi, invités à posséder une morphologie paradoxale. Or ces morphologies paradoxales se rencontrent aussi rarement l une que l autre dans la nature elles présentent donc le point commun d alimenter l insatisfaction corporelle et d inviter à la transformation du corps. Parce qu ils souhaitent maigrir et gagner en masse musculaire, les hommes présentent plus fréquemment des troubles du comportement alimentaire et ils consomment de plus en plus de stéroïdes, ces hormones qui favorisent le développement des muscles. On estime qu un homme sur 12 souffre d un trouble du comportement alimentaire (contre un sur 20 dans la décennie précédente), et que 40 % des personnes qui souffrent de boulimie ou de grignotage compulsif sont des hommes % des lycéens américains qui participent à des compétitions sportives ont pris au moins une fois des hormones stéroïdiennes. Et 10 % des hommes qui font de la musculation souffrent de

15 ce qu on appelle une dysmorphie musculaire : en dépit de leurs proportions imposantes, ils se perçoivent comme gringalets. Ils s astreignent donc à un entraînement intensif, potentialisé par les anabolisants 18. Cette perception erronée du corps est parfois qualifiée d anorexie inversée (ou bigorexia 19 ). Les hommes deviennent également très clients de la chirurgie esthétique, la liposuccion du ventre et les implants pectoraux comptant parmi les interventions les plus populaires, et en constante augmentation (leur nombre a triplé au cours de la décennie ). Des messages contradictoires Alors même que nous consacrons de plus en plus de temps, d argent et d énergie à notre beauté, les proverbes persistent à minimiser le poids des apparences. D un côté, nous sommes bombardés d icônes de beauté et d injonctions, implicites ou explicites, à leur ressembler et, de l autre, la sagesse populaire nous commande de ne pas accorder d importance aux apparences. Les dictons comme : «Il ne faut pas se fier aux apparences», «C est la beauté intérieure qui compte», ou «L essentiel est invisible pour les yeux», laissent entendre que la physionomie nous fait passer à côté de l essentiel. D autres adages plus métaphoriques relaient cette même idée : ainsi, là où le français estime que «l habit ne fait pas le moine», l anglais, lui, considère qu «on ne doit pas juger un livre d après sa couverture 21». Comment comprendre cette discordance entre les sommations 19 L injonction esthétique

16 du langage populaire et les dix (mille) commandements de la beauté? Se faire toujours plus beaux! D après les déclarations des hommes, les maris consacrent, au cours de leur vie, l équivalent de 20 semaines (cinq mois!) à attendre leur épouse qui se prépare pour sortir 22. On pourrait soupçonner que ces hommes sont sous l emprise de la mesquinerie conjugale, d une représentation archétypale des comportements masculins et féminins, ou encore de l impression subjective d étirement du temps liée à l attente (vous savez, celle qui nous persuade que c est toujours la file d à côté qui avance le plus vite à la caisse du supermarché) À la réflexion, cette estimation ne paraît pas complètement aberrante. Faites vous-même le petit calcul suivant : consacrer une heure par jour à son apparence physique représente 365 heures par an, soit (si l on considère qu une journée moyenne de travail dure huit heures) l équivalent de 45 journées au bureau. Autrement dit, cette heure quotidienne passée à se faire belle/beau représente annuellement l équivalent de neuf semaines de travail (un peu plus de deux mois par an 23 ) Et ce temps dédié chaque jour à notre apparence ne tient pas compte des heures supplémentaires induites par les occasions spéciales : réveillons, mariages, rendez-vous galants! De fait, le temps passé à se préparer le matin est, en moyenne, de trois quarts d heure pour les femmes et d une demi-heure pour les hommes 24. Nous ne sommes pas si loin d une heure par jour! Or ces durées ne prennent pas en considération le temps 20

17 consacré à accomplir l ensemble des activités liées à l entretien de notre apparence physique : shopping, exercice physique et toutes les autres démarches, des plus banales (coiffeur, soins à domicile ou en institut ) aux plus extrêmes, comme les interventions chirurgicales. N en déplaise aux maris, ces procédures ne sont désormais plus l apanage des femmes : les ventes de produits et de services cosmétiques masculins progressent plus rapidement que celles des articles de soin féminins : elles ont augmenté de 250 % ces dernières années 25. Femme ou homme, nous consacrons beaucoup de temps, mais également beaucoup d argent, à notre apparence physique. Chaque année, les Américains dépensent 40 milliards de dollars en régimes amincissants : aux États-Unis, la consommation de produits cosmétiques représente par ailleurs 18 milliards par an, et la plus importante augmentation de dépenses médicales concerne la chirurgie esthétique, avec un marché qui progresse annuellement de 400 % 26. Nous investissons d autant plus de temps et d argent pour améliorer notre apparence physique que nous nous comparons aux canons de beauté contemporains et que nous souffrons de ne pas y correspondre. Par exemple, des dermatologues américains ont analysé les motivations des jeunes femmes qui effectuent des séances de bronzage en institut 27. Plus les femmes comparent leur corps avec ceux qui sont exposés dans les médias, plus elles ont honte de leur corps et plus elles pratiquent des UV pour se rapprocher des critères de beauté socialement valorisés. 21 L injonction esthétique

18 Choisir les faux-semblants La discordance entre notre attitude (qui attribue de l importance aux apparences) et les dictons (qui minimisent leur poids) et ne constitue en réalité qu une fausse contradiction. Le simple fait que ces proverbes existent, et qu ils soient si répandus, atteste que nous avons effectivement tendance à accorder spontanément de la valeur aux apparences. Si ce n était pas le cas, nous n éprouverions pas le besoin d apprendre à nos enfants que l habit ne fait pas le moine! Préserver l image de soi La puissance de ces proverbes provient du fait qu ils décrivent une représentation idéalisée de nos comportements : ces proverbes sont des mythes, des histoires que nous nous racontons 28. Nous feignons de croire que nous nous comportons en conformité avec ces maximes sur l apparence, parce que reconnaître le contraire viendrait contredire une image positive de nous-mêmes. Cela reviendrait à admettre que nous sommes des êtres futiles et frivoles. Mais qui assumerait de se définir comme un individu superficiel, léger, sans profondeur? Nous nous cramponnons à ces maximes pour éviter l inconfort d une représentation négative de nous-mêmes. Un psychologue américain, Eliott Aronson, a reçu plusieurs prix pour ses recherches sur la dissonance cognitive 29. Ce terme désigne le fait que certaines de nos idées, croyances et attitudes sont parfois contradictoires entre elles, et que cette dissonance est une source d inconfort psychologique, lorsqu elle menace l image que nous souhaitons avoir de nous-mêmes. Nous cherchons donc à la réduire par tous les moyens. 22

19 Si besoin, nous nous arrangeons donc avec nos croyances afin de préserver une représentation positive de nous-mêmes. Nous ne pouvons pas contredire ouvertement les adages qui relativisent le poids des apparences, parce que cela reviendrait à admettre que nous manquons de profondeur, que nous cautionnons la superficialité et la futilité. Impossible! Mais avouer que notre comportement n est pas conforme à ces préceptes, ce serait confesser que nous faisons le contraire de ce que nous disons. Dépenser autant d énergie, de temps et d argent à se pomponner, tout en prétendant que cela n est pas important, ferait de nous des menteurs, des hypocrites. Impossible aussi! Nous optons donc pour la seule option qui nous permet de continuer à nous percevoir comme des êtres profonds et moraux : nous faisons semblant de croire que notre comportement est conforme à la maxime selon laquelle il faut relativiser le poids des apparences. Un fauxsemblant est moins inconfortable qu une image dégradée de soi-même Se protéger de la souffrance Pour Elliot Aronson, ce faux-semblant concernant les apparences est tellement ancré que les chercheurs eux-mêmes ont tardé à explorer si les dictons sur l apparence physique reflètent ou non la réalité de nos comportements 30. Selon lui, si les premières études sur le sujet datent seulement des années 1970, c est parce que les chercheurs redoutaient de découvrir une vérité dérangeante. La culture démocratique, écrit-il, défend l idée que les individus peuvent tout accomplir à force de motivation et de travail. Tout sauf transformer une authentique laideur en véritable beauté! Parce que la beauté échappe à 23 L injonction esthétique

20 la méritocratie, la laideur demeure une irréparable injustice : c est aussi pour nous protéger de cette cruelle réalité que nous faisons mine de croire que l essentiel est invisible pour les yeux! Les proverbes qui minimisent le poids des apparences nous apportent ainsi du réconfort quand nous nous sentons moches. Dans les moments où nous désespérons de notre non-conformité aux standards de beauté, faire semblant d adhérer à ces maximes est une démarche de protection de nous-mêmes : ces dictons nous disent que, si nous sommes moches, ça n est pas grave, puisque l essentiel est ailleurs. Concrètement, ils nous disent : ça ne compte pas, on s en fout! Ces proverbes annulent la valeur de la beauté : autrement dit, ils annulent la valeur d un domaine dans lequel nous nous sentons nuls, pas à la hauteur. En faisant cela, ils nous permettent donc de nous détacher de notre souffrance : être nul dans un domaine qui n a pas d importance, en toute logique, ça n a pas d importance. Nous savons bien que ces proverbes sont des faux- semblants, mais nous nous y raccrochons tout de même, parce qu ils soulagent notre souffrance. Quel retour sur nos investissements? Les hommes aussi bien que les femmes consacrent beaucoup d efforts, de temps et d argent à leur apparence physique. Or nous avons beau lutter pour nous conformer aux standards esthétiques valorisés, la satisfaction est rarement au rendez-vous. 24

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Aimerais-tu en connaître davantage sur les troubles alimentaires? Clique sur chacune des sections pour avoir plus de détails

Aimerais-tu en connaître davantage sur les troubles alimentaires? Clique sur chacune des sections pour avoir plus de détails LES TROUBLES ALIMENTAIRES Les troubles alimentaires se caractérisent par des croyances, des attitudes et des comportements extrêmes à l égard de la nourriture et du poids. Ce sont des troubles complexes

Plus en détail

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc.

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Un problème de santé publique inquiétant Au Québec: 73 % des femmes veulent maigrir

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Le rapport des femmes à la beauté

Le rapport des femmes à la beauté 1 Le rapport des femmes à la beauté Etude CSA pour Madame Figaro Rapport d étude octobre 2014 Julie GAILLOT, Directrice de clientèle julie.gaillot@csa.eu / 01 57 00 59 06 Marek KUBISTA Chargé d études

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

ESTIME DE SOI ET IMAGE CORPORELLE : COMPRENDRE POUR MIEUX INTERVENIR

ESTIME DE SOI ET IMAGE CORPORELLE : COMPRENDRE POUR MIEUX INTERVENIR ESTIME DE SOI ET IMAGE CORPORELLE : COMPRENDRE POUR MIEUX INTERVENIR Marie-Ève Blackburn Chercheure ÉCOBES Recherche et transfert, Cégep de Jonquière Marie-eve.blackburn@cjonquiere.qc.ca Jacinthe Dion

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

Stratégies favorisant ma réussite au cégep

Stratégies favorisant ma réussite au cégep Source de l image :daphneestmagnifique.blogspot.ca Stratégies favorisant ma réussite au cégep par Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy Table des matières UN GUIDE POUR TOI!... 2 STRATÉGIES DE GESTION

Plus en détail

Etude nationale sur l audition Résultats

Etude nationale sur l audition Résultats Etude nationale sur l audition Résultats 18 février 2013 Partenaires de l étude: Contenu Résumé Introduction Objectif Méthodologie de l étude Raisons pour lesquelles aucun appareil auditif n a été porté

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

Comment Réussir sa vie par la PNL

Comment Réussir sa vie par la PNL 1 Comment Réussir sa vie par la PNL Condensé de la conférence de Didier Pénissard 1 Ce compte-rendu à été réalisé par Françoise (membre du club) et au nom du groupe, je la remercie chaleureusement Nous

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Les enjeux existentiels du dirigeant

Les enjeux existentiels du dirigeant La complexité, tout simplement Les rencontres Trajectives Les enjeux existentiels du dirigeant S accomplir pour mieux diriger la transformation Qui sommes-nous? Un cabinet avec 10 années d expérience et

Plus en détail

III. Comprendre vos réactions. Exercice Comprendre les besoins humains fondamentaux

III. Comprendre vos réactions. Exercice Comprendre les besoins humains fondamentaux III. Comprendre vos réactions Exercice Comprendre les besoins humains fondamentaux Nous, les humains, avons plusieurs besoins essentiels et fondamentaux (Rosenberg, 2004). Nous ressentons des émotions

Plus en détail

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée 1 L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée Dans notre compréhension actuelle du trouble d anxiété généralisée (TAG), nous estimons que l intolérance à l incertitude joue un rôle

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DURANT L ENFANCE ET L ADOLESCENCE PROFESSEUR N. RIGAL MAITRE DE CONFERENCES EN PSYCHOLOGIE DU DEVELOPPEMENT, UNIVERSITE DE PARIS 10, FRANCE rigal.n@free.fr Rôle

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

Jeunes. argent. Résumé. Une histoire paradoxale

Jeunes. argent. Résumé. Une histoire paradoxale À la lumière des chiffres astronomiques faisant état du niveau de consommation et des problèmes de surendettement qui en découlent, nous mettons généralement l accent sur les dangers d une telle situation

Plus en détail

BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant. et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions.

BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant. et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions. BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant Ils (les élèves) découvrent les parties du corps et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions. Le goût Objectifs : Reconnaitre les

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

dans le peloton européen

dans le peloton européen 1 résultats européens La Belgique : dans le peloton européen L enquête Mediappro, menée parallèlement dans neuf pays européens (Belgique, Danemark, Estonie, France, Grèce, Italie, Pologne, Portugal et

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure.

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Participants : Dr Evelyne Barraud, Martine Chevillard, Marie-José Dureau Mer, Isabelle Gouget,

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE Avant d aborder le sujet de l amélioration du sommeil, permettez-moi de vous présenter quelques faits concernant le sommeil. Plusieurs études ont démontré qu on a besoin

Plus en détail

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Juillet 2013 Etude réalisée par l institut OpinionWay pour la MAIF, conduite en ligne du 3 au 29 juillet 2013 auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Analyse Appliquée du Comportement Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Qu est-ce que l ABA? «Applied Behavior Analysis» (Analyse appliquée du comportement) C est une méthode inspirée de Skinner

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour INTRODUCTION Je remercie la région Rhône-Alpes pour m avoir permis d effectuer ce stage dans de bonnes conditions, grâce au soutien non négligeable qu a représenté la bourse Explor

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle)

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Petit mémoire Déroulé des séances de musicothérapie réceptive collective au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Damien GONTHIER Formation aux techniques psychomusicales, corporelles et vocales Musicothérapie

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Meghann Stanley Photography RENCONTRE AVEC BEBE FORFAITS 2015. http://mstanley-photography.com/ SIRET: 80408532200019

Meghann Stanley Photography RENCONTRE AVEC BEBE FORFAITS 2015. http://mstanley-photography.com/ SIRET: 80408532200019 Meghann Stanley Photography RENCONTRE AVEC BEBE FORFAITS 2015 http://mstanley-photography.com/ SIRET: 80408532200019 En ligne http://mstanley-photography.com www.facebook.com/meghann.stanley.photography

Plus en détail

L ESTIME DE SOI, C EST...

L ESTIME DE SOI, C EST... L'estime de soi Sources : C.A.P. Santé Outaouais. Votre guide d'animation Mieux-être en tête, 1994. SCRIPTOGRAPHIC COMMUNICATIONS LTD, Ce que vous devez savoir sur l'estime de soi, 1989. FORTIN, BRUNO.

Plus en détail

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010)

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010) Guidé par un aveugle CFI / INJA CIRPP (18 février 2010) 3 projets pour le projet La junior entreprise L entreprenariat Guidé par un aveugle : 2-07-08 / 22-06-09 Intentions pédagogiques Apprend t-on à se

Plus en détail

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE 1 Date Titre présentation MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE Service études et prospective, Direction des ressources et de la stratégie, Juliette Delfaud Octobre 2014 www.sacem.fr SOMMAIRE

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

Directives. 1. Je lis beaucoup. 2. J aime utiliser la calculatrice, un chiffrier électronique ou un logiciel de base de données à l ordinateur.

Directives. 1. Je lis beaucoup. 2. J aime utiliser la calculatrice, un chiffrier électronique ou un logiciel de base de données à l ordinateur. Nous vous invitons à faire compléter ce questionnaire par votre enfant et à le compléter par la suite en utilisant la section qui vous est attribuée en pensant à votre enfant. Directives Lis chaque énoncé

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Un regard différent, une approche différente

Un regard différent, une approche différente Un regard différent, une approche différente Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? La maladie d Alzheimer et les maladies apparentées entraînent des difficultés au niveau de la mémoire, du langage, de

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

LES MEILLEURES TECHNIQUES DE PROSPECTION

LES MEILLEURES TECHNIQUES DE PROSPECTION Appelez nous au 04 78 89 54 43 contact@ceresdeveloppement.fr LES MEILLEURES TECHNIQUES DE PROSPECTION Livre blanc Vous êtes gérant, indépendant ou commercial ; vous savez qu une partie de votre travail

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Guide Confiance en soi

Guide Confiance en soi Guide Confiance en soi Phase Être en relation avec soi Guide.Confiance-juillet 2014.doc 27-07-14 Ce document, créé par ÉCOUTE TON CORPS, est destiné pour votre usage personnel seulement. Seuls nos diplômés

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

Assurance de soins de longue durée Sun Life

Assurance de soins de longue durée Sun Life Assurance de soins de longue durée Sun Life CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT L ASSURANCE DE SOINS DE LONGUE DURÉE Sun Life fournit une prestation de type revenu si vous ne pouvez plus prendre soin de vous-même

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

Psychologie des grands traders

Psychologie des grands traders Thami KABBAJ Psychologie des grands traders Préface de Jean-Jacques Joulié, 2007 ISBN : 978-2-212-53880-9 Sommaire Préface... 15 Introduction... 19 Partie 1 Biais psychologiques et trading Chapitre1 Biais

Plus en détail

Conduire. Mark Tant et Guido Baten

Conduire. Mark Tant et Guido Baten Conduire Mark Tant et Guido Baten A juste titre ou non, la voiture est parfois un signe extérieur de richesse. L utilisation de la voiture, en tant que conducteur, n implique cependant pas que le fait

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE Magali Dufour, Ph.D. Faculté de médecine et des sciences de la Santé Natacha Brunelle, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières Sévrine

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail