«Je fais ce que je veux avec mes cheveux.»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Je fais ce que je veux avec mes cheveux.»"

Transcription

1 «Je fais ce que je veux avec mes cheveux.» Slogan publicitaire V ous avez certainement déjà fait cette expérience : un matin, dans la salle de bains, vos cheveux refusent obstinément de se placer comme vous le souhaitez. Une mèche rebique avec insistance, ou bien c est le volume qui ne va pas (pourquoi sont-ils si plats ou, au contraire, si ondulés ce matin, grrr?), ou encore, c est le coiffage qui vous déplaît : vos cheveux sont «trop» ou «pas assez» quelque chose (souples, fins, secs, raides, longs parfois tout ça à la fois!). Malgré vos efforts (humidification des mèches rebelles, utilisation du sèche-cheveux ou du fer, application de produits de coiffage ), rien n y fait! Ils ne ressemblent pas à ce que vous attendez d eux. Ce matin-là, vos cheveux sont «indisciplinés», comme disent les publicités pour produits capillaires. Vous entamez alors ce que les Anglo-Saxons appellent «a bad hair day», c est-à-dire une journée où vos cheveux échappent à votre contrôle : par extension (capillaire, pour le coup), l expression désigne une journée où rien ne se déroule comme vous le souhaitez. 5

2 6 Amusant : un jour «sans», pour un français, démarre en «se levant du mauvais pied», alors que pour un Anglo-Saxon, il commence par un problème capillaire. La langue française attribue à la malchance une journée où s enchaînent les événements déplaisants : «se lever du pied gauche» constitue un funeste présage, qui augure, littéralement, d incidents plus ou moins sinistres (puisque sinistra signifie gauche en latin). L expression anglophone véhicule une tout autre hypothèse : les jours où ma chevelure n est pas sous mon contrôle, alors rien ne peut l être, et tout part à vau-l eau. Autrement dit, si je ne maîtrise pas mon apparence physique, alors rien ne peut aller dans le sens de ce que je souhaite. S agit-il d une simple «façon de parler», comme on dit? Ou bien cette expression populaire comporte-t-elle une part de vérité psychologique? Marianne Lafrance, une chercheuse de l université de Yale, s est demandée dans quelle mesure l expression de bad hair day pouvait, au-delà de son apparente trivialité, rendre compte d un processus psychologique 1. Pour répondre à cette question, elle a fait passer des tests psychologiques à des participants. Ces tests portent sur la description de soi (les sujets doivent trouver 20 adjectifs qui les caractérisent) et sur l estime de soi (un questionnaire évalue si leurs jugements sur eux-mêmes sont plutôt positifs ou négatifs). Un dernier questionnaire explore l émotion qu ils ressentent au moment de la passation du test. Pour tester si un bad hair day peut avoir une incidence sur les résultats des tests, la chercheuse demande à certains d entre eux de décrire le

3 souvenir d une journée de ce type avant de remplir les questionnaires. Les autres sujets doivent, pour leur part, évoquer une expérience désagréable sans lien avec l apparence physique. Les résultats des questionnaires mettent en évidence que le bad hair day entraîne effectivement des séquelles psychologiques! Les participants du premier groupe présentent des scores d estime de soi très inférieurs aux autres. Après l évocation d un tel souvenir, leur vision d eux-mêmes est plus négative : ils se dévalorisent, s attribuent plus de défauts, se sentent moins capables et moins valables. Par ailleurs, contrairement à ce que laisseraient présumer les stéréotypes sexuels, cet effet est plus frappant chez les hommes! Chez eux, le souvenir d une journée à problème capillaire altère la confiance en soi : ils doutent de leur intelligence et de leurs compétences. Ils se décrivent avec des adjectifs négatifs, se sentent inquiets et préoccupés, et se perçoivent comme moins sociables. De leur côté, lorsqu elles évoquent une telle journée, les femmes se focalisent sur leurs émotions : elles rapportent des sensations de malaise, une gêne et une honte qui peut aller jusqu au sentiment d être déshonorées. Se soucier de l apparence de ses cheveux dépasse donc la simple coquetterie : le bad hair day influence durablement les attitudes des individus qui en font l expérience. Comment comprendre que les effets psychologiques d une telle journée se maintiennent dans le temps, après que ce moment désagréable soit passé? L étude de M. Lafrance montre que le souvenir d une journée qui commence par un échec capillaire 7

4 8 réactive, dans l instant présent, les croyances défavorables sur soi-même et les émotions pénibles qui étaient présentes ce jour-là. Elle met aussi en évidence que ces croyances (je suis moins capable et moins compétent(e) que les autres) et ces émotions (anxiété, honte) favorisent le repli sur soi : à l évocation d un tel souvenir, les hommes se décrivent comme moins enclins à aller vers les autres, et les femmes sont polarisées sur leurs ressentis pénibles. Il se produit donc vraisemblablement la même chose lorsqu une journée démarre avec un problème capillaire : les hommes comme les femmes sont moins tournés vers l extérieur, et plus centrés sur eux-mêmes. De fait, chacun de nous a pu en faire l expérience : comment réagit-on, en général, quand on se sent moins valable, moins performant que les autres, et que l on éprouve du malaise, de la gêne? On a tendance à s impliquer moins dans les échanges avec autrui, et à privilégier les tâches qui nous semblent faciles, inférieures à notre niveau réel de compétence. Ce comportement vient alors valider nos croyances négatives sur nous-mêmes : «Je ne suis même pas capable de» ( discuter avec mon collègue, accepter une invitation à déjeuner, finaliser un dossier important, aider mon fils à résoudre un problème de maths ). La boucle est alors bouclée (c est le cas de le dire, un jour de coiffage difficile ) : parce que je me pense (et que je me sens) incapable de faire certaines choses, je ne les fais pas, et je deviens alors convaincu(e) d être un(e) incapable. Et tout cela, parfois, à cause d une mèche rebelle! Si je ne fais pas ce que je veux avec mes cheveux, alors je ne fais pas ce que je veux, tout court et

5 c est toute ma personne qui me paraît nulle, plate ou hirsute. Lorsque je ne fais pas ce que je veux avec mes cheveux, ce sont mes cheveux qui font ce qu ils veulent de moi. Ma vie est littéralement tirée par les cheveux! Après la diffusion de son étude, M. Lafrance a reçu un grand nombre de témoignages d hommes et de femmes lui rapportant des «bad hair stories» : l un de ses collègues, éminent professeur à Yale, lui a même confié que c était l histoire de sa vie, et qu il avait, malgré sa brillante réussite professionnelle, le sentiment d avoir eu une «bad hair life 2»! Le souci de notre apparence physique n est donc pas aussi frivole et futile qu on pourrait le croire : loin d être superficielle, cette préoccupation entraîne une souffrance psychologique qui dépasse la frustration de ne pas correspondre à certains critères esthétiques. Le fait d être inquiet ou insatisfait de notre apparence physique affecte à la fois la représentation globale que nous avons de nous-mêmes, et la satisfaction que nous éprouvons vis-à-vis de notre vie : quand nous nous trouvons moches, ou que nous craignons de l être, c est notre personne et notre vie toutes entières qui le deviennent à nos yeux. Or les raisons de nous tourmenter pour notre apparence physique sont multiples! Le phénomène du bad hair day est transposable à de nombreuses autres préoccupations morphologiques, auxquelles peu d entre nous sont complètement étrangers. Si ce livre est entre vos mains, il y a fort à parier que vos journées à vous aussi commencent parfois par une insatisfaction liée à votre apparence : si elle ne porte pas sur vos cheveux, peut-être qu elle se focalise sur 9

6 10 votre poids? Sur la taille ou la forme de votre corps, ou de certaines parties de votre corps? Sur votre peau? Votre musculature? Votre pilosité? (Cette liste n est pas exhaustive, et la plupart d entre nous seraient tentés de cocher plusieurs items ). Ces matins-là, notre image de nous-mêmes se résume à l imperfection physique qui nous préoccupe, et nous sommes tentés de croire que la vie devrait être une succession de «good hair days» pour être satisfaisante. Mais faut-il s embellir pour s épanouir? Faut-il être en beauté pour avoir une belle vie?

7 1 L injonction esthétique

8

9 «Je suis lasse d entendre ce point de vue absurde : la beauté est une question superficielle parce qu elle s arrête à la surface de la peau. Cette soi-disant surface me paraît déjà assez profonde! Que voudriez-vous avoir de plus, un pancréas adorable 3?» Jean Kerr, romancière et auteure de théâtre américaine 4 C ombien de messages relatifs à l apparence physique, la vôtre ou celle des autres, avez-vous reçu cette semaine? Ne comptez pas seulement les compliments ou les critiques de vos proches, à votre égard ou envers autrui ; ni les regards (approbateurs ou désapprobateurs) que vous avez décelés, ou cru déceler Comptez aussi les messages publicitaires ; les dictons ; les insultes les plus communes («vieille peau», «grosse c») ; et tous les messages implicites (dans votre série préférée, à quoi ressemble l héroïne? Dans la dernière boutique où vous êtes allé(e), à quoi ressemblait la vendeuse?) Le compte est tout simplement impossible à faire! Il y en a beaucoup, et la plupart nous échappent, tant ils sont nombreux. Notre environnement abonde de messages liés à notre apparence physique : si nos vies étaient un 13 L injonction esthétique

10 film, la bande originale tournerait en boucle, lancinante et entêtante : «En v là du beau, en v là»! Une obsédante ritournelle Aujourd hui, nous sommes tous invités à être et à demeurer conformes aux critères physiques valorisés, érigés en normes esthétiques de référence. «Invités», d ailleurs, est un faible mot : nous sommes persuadés, pressés, exhortés à suivre l injonction esthétique ambiante. Ouvertement («Buvez, éliminez») ou à mots couverts («Prends soin de toi»), nous recevons chaque jour de nombreux messages qui nous enjoignent à être minces, agréables à regarder, et à paraître jeunes. Par leur omniprésence dans notre environnement, les messages concernant notre apparence sont comme une musique d ambiance, un fond sonore qu on entend même sans l écouter. Ils nous parviennent comme ces mélodies arrangées qu aux États-Unis on appelle «muzaks». Diffusés sur les lignes d attente des standards téléphoniques, dans les ascenseurs, les galeries commerciales, les bureaux, ces arrangements instrumentaux visent à induire un état psychologique propice à favoriser le comportement souhaité : être détendu pour patienter, être d humeur légère pour acheter, être stimulé pour travailler Pour la psychothérapeute américaine Susie Orbach, les messages qui valorisent l apparence 14

11 physique constituent le «muzak visuel» dans lequel nous baignons 5. Même lorsque notre attention n est pas consciemment focalisée sur eux, ils induisent un état psychologique de préoccupation pour notre apparence, qui nous conduit à effectuer toutes sortes d actions pour nous faire beaux. L effet de ce muzak ambiant sur nos comportements a été mis en évidence dans une expérience utilisant la publicité télévisée 6. Des chercheurs ont mesuré l influence des publicités mettant en scène des femmes minces sur le comportement alimentaire féminin. En prétextant une étude sur la mémoire, ils invitent des étudiantes à regarder attentivement plusieurs publicités, avec pour consigne de retenir le maximum de détails. Après le visionnage, les chercheurs leur proposent de participer à ce qu ils leur présentent comme une étude sans lien avec la précédente. Les participantes doivent tester des aliments et les évaluer sur différents critères (goût, odeur, fraîcheur ). On leur précise qu elles peuvent en manger autant qu elles veulent, même après les avoir évalués. Les images de minceur ont un impact très net sur la restriction alimentaire : pendant la dégustation, les femmes préalablement exposées aux silhouettes minces consomment environ 40 % de nourriture de moins que celles qui ont vu des pubs mettant en scène des femmes plus rondes. Le bruit de fond environnant qui nous parle sans cesse de beauté conditionne donc nos attitudes, même lorsque nous ne faisons pas explicitement le lien entre cette petite musique prescriptive et notre comportement. On connaît la chanson même sans la reconnaître! 15 L injonction esthétique

12 Et ces réactions produites de manière automatique viennent s ajouter à tout ce que nous faisons de notre plein gré pour nous rendre beaux, lorsque notre apparence physique nous occupe et nous préoccupe. L homme est une femme comme les autres Les hommes non plus n échappent pas à la ritournelle de la beauté! Ils souffrent, eux aussi, d être de plus en plus préoccupés et insatisfaits de leur image corporelle. Autrefois irrésistibles Les enquêtes de satisfaction corporelle montrent qu il y a une trentaine d années, les hommes étaient globalement satisfaits de leur apparence physique, au point que la plupart avaient même tendance à surévaluer leur beauté 7. Une essayiste américaine 8 écrit avec humour que les hommes se considéraient alors comme «aussi irrésistibles que des petits fours» à l adolescence, et qu ils conservaient cette perception positive de leur apparence jusqu à la fin de leurs jours. Face aux corps parfaits des tops models masculins, ils préservaient leur estime de soi en accordant de l importance à d autres qualités que la beauté, en se disant par exemple : «Hey Brad Pitt, est-ce qu au moins tu sais tondre la pelouse, beau gosse?» Mais cette époque où les hommes étaient en paix avec leur corps semble révolue. En 1995, au motif de lutter contre le surpoids et l obésité, l Organisation mondiale de la santé a révisé à la baisse les Indices de masse corporelle (IMC) supposés représenter le rapport idéal entre taille et poids. Or ces nouveaux 16

13 ratios n épargnent pas les icônes masculines : d après eux, Brad Pitt est désormais en surpoids, et George Clooney comme Russell Crowe sont devenus obèses 9! Comment s étonner que les hommes évaluent leur taille et leur poids de manière négative? Ils sont de plus en plus nombreux à considérer que leur corps ne correspond pas à la représentation idéale du corps masculin 10 : 52 % d entre eux sont préoccupés par leur poids, et 45 % ne sont pas satisfaits de leur musculature 11. Certains auteurs désignent cette insatisfaction corporelle masculine sous le terme de «complexe d Adonis 12». Un idéal paradoxal Les deux principales aspirations des hommes (être plus mince, être plus musclé) répondent à la coexistence médiatique de deux types d icônes masculines. D un côté, les portraits masculins présentés comme des idéaux sont de plus en plus athlétiques. Au cinéma, le nombre de comédiens «à muscles» s est multiplié, et Daniel Craig incarne un James Bond plus musclé que Sean Connery. Même la musculature des figurines comme GI Joe 13, ou celle de Ken 14 (le partenaire de Barbie), s est développée durant les décennies qui viennent de s écouler : la taille des biceps de GI Joe a plus que doublé depuis sa création en Cette tendance présente toutefois une exception notable : dans le domaine de la mode masculine, les créateurs considèrent, comme ils le font pour les collections féminines, que seule une minceur extrême permet de mettre pleinement en valeur le tombé d un vêtement 16. Les hommes se trouvent 17 L injonction esthétique

14 18 ainsi confrontés à des standards contradictoires : pour être considéré comme beau, leur corps doit être à la fois mince et puissant. Ils doivent posséder une morphologie juvénile et une musculature virile, un corps de jeune garçon et des muscles de surhomme : l idéal masculin, c est un adolescent avec des gros muscles. Ces attentes contradictoires qui pèsent sur les hommes sont très comparables à celles dont les femmes font l objet : les critères de beauté exigent d eux un corps simultanément androgyne et viril, tout comme on presse les femmes d avoir un corps à la fois androgyne et féminin (très mince, mais avec des seins voluptueux et des fesses charnues). Pour se trouver beaux, les hommes sont, eux aussi, invités à posséder une morphologie paradoxale. Or ces morphologies paradoxales se rencontrent aussi rarement l une que l autre dans la nature elles présentent donc le point commun d alimenter l insatisfaction corporelle et d inviter à la transformation du corps. Parce qu ils souhaitent maigrir et gagner en masse musculaire, les hommes présentent plus fréquemment des troubles du comportement alimentaire et ils consomment de plus en plus de stéroïdes, ces hormones qui favorisent le développement des muscles. On estime qu un homme sur 12 souffre d un trouble du comportement alimentaire (contre un sur 20 dans la décennie précédente), et que 40 % des personnes qui souffrent de boulimie ou de grignotage compulsif sont des hommes % des lycéens américains qui participent à des compétitions sportives ont pris au moins une fois des hormones stéroïdiennes. Et 10 % des hommes qui font de la musculation souffrent de

15 ce qu on appelle une dysmorphie musculaire : en dépit de leurs proportions imposantes, ils se perçoivent comme gringalets. Ils s astreignent donc à un entraînement intensif, potentialisé par les anabolisants 18. Cette perception erronée du corps est parfois qualifiée d anorexie inversée (ou bigorexia 19 ). Les hommes deviennent également très clients de la chirurgie esthétique, la liposuccion du ventre et les implants pectoraux comptant parmi les interventions les plus populaires, et en constante augmentation (leur nombre a triplé au cours de la décennie ). Des messages contradictoires Alors même que nous consacrons de plus en plus de temps, d argent et d énergie à notre beauté, les proverbes persistent à minimiser le poids des apparences. D un côté, nous sommes bombardés d icônes de beauté et d injonctions, implicites ou explicites, à leur ressembler et, de l autre, la sagesse populaire nous commande de ne pas accorder d importance aux apparences. Les dictons comme : «Il ne faut pas se fier aux apparences», «C est la beauté intérieure qui compte», ou «L essentiel est invisible pour les yeux», laissent entendre que la physionomie nous fait passer à côté de l essentiel. D autres adages plus métaphoriques relaient cette même idée : ainsi, là où le français estime que «l habit ne fait pas le moine», l anglais, lui, considère qu «on ne doit pas juger un livre d après sa couverture 21». Comment comprendre cette discordance entre les sommations 19 L injonction esthétique

16 du langage populaire et les dix (mille) commandements de la beauté? Se faire toujours plus beaux! D après les déclarations des hommes, les maris consacrent, au cours de leur vie, l équivalent de 20 semaines (cinq mois!) à attendre leur épouse qui se prépare pour sortir 22. On pourrait soupçonner que ces hommes sont sous l emprise de la mesquinerie conjugale, d une représentation archétypale des comportements masculins et féminins, ou encore de l impression subjective d étirement du temps liée à l attente (vous savez, celle qui nous persuade que c est toujours la file d à côté qui avance le plus vite à la caisse du supermarché) À la réflexion, cette estimation ne paraît pas complètement aberrante. Faites vous-même le petit calcul suivant : consacrer une heure par jour à son apparence physique représente 365 heures par an, soit (si l on considère qu une journée moyenne de travail dure huit heures) l équivalent de 45 journées au bureau. Autrement dit, cette heure quotidienne passée à se faire belle/beau représente annuellement l équivalent de neuf semaines de travail (un peu plus de deux mois par an 23 ) Et ce temps dédié chaque jour à notre apparence ne tient pas compte des heures supplémentaires induites par les occasions spéciales : réveillons, mariages, rendez-vous galants! De fait, le temps passé à se préparer le matin est, en moyenne, de trois quarts d heure pour les femmes et d une demi-heure pour les hommes 24. Nous ne sommes pas si loin d une heure par jour! Or ces durées ne prennent pas en considération le temps 20

17 consacré à accomplir l ensemble des activités liées à l entretien de notre apparence physique : shopping, exercice physique et toutes les autres démarches, des plus banales (coiffeur, soins à domicile ou en institut ) aux plus extrêmes, comme les interventions chirurgicales. N en déplaise aux maris, ces procédures ne sont désormais plus l apanage des femmes : les ventes de produits et de services cosmétiques masculins progressent plus rapidement que celles des articles de soin féminins : elles ont augmenté de 250 % ces dernières années 25. Femme ou homme, nous consacrons beaucoup de temps, mais également beaucoup d argent, à notre apparence physique. Chaque année, les Américains dépensent 40 milliards de dollars en régimes amincissants : aux États-Unis, la consommation de produits cosmétiques représente par ailleurs 18 milliards par an, et la plus importante augmentation de dépenses médicales concerne la chirurgie esthétique, avec un marché qui progresse annuellement de 400 % 26. Nous investissons d autant plus de temps et d argent pour améliorer notre apparence physique que nous nous comparons aux canons de beauté contemporains et que nous souffrons de ne pas y correspondre. Par exemple, des dermatologues américains ont analysé les motivations des jeunes femmes qui effectuent des séances de bronzage en institut 27. Plus les femmes comparent leur corps avec ceux qui sont exposés dans les médias, plus elles ont honte de leur corps et plus elles pratiquent des UV pour se rapprocher des critères de beauté socialement valorisés. 21 L injonction esthétique

18 Choisir les faux-semblants La discordance entre notre attitude (qui attribue de l importance aux apparences) et les dictons (qui minimisent leur poids) et ne constitue en réalité qu une fausse contradiction. Le simple fait que ces proverbes existent, et qu ils soient si répandus, atteste que nous avons effectivement tendance à accorder spontanément de la valeur aux apparences. Si ce n était pas le cas, nous n éprouverions pas le besoin d apprendre à nos enfants que l habit ne fait pas le moine! Préserver l image de soi La puissance de ces proverbes provient du fait qu ils décrivent une représentation idéalisée de nos comportements : ces proverbes sont des mythes, des histoires que nous nous racontons 28. Nous feignons de croire que nous nous comportons en conformité avec ces maximes sur l apparence, parce que reconnaître le contraire viendrait contredire une image positive de nous-mêmes. Cela reviendrait à admettre que nous sommes des êtres futiles et frivoles. Mais qui assumerait de se définir comme un individu superficiel, léger, sans profondeur? Nous nous cramponnons à ces maximes pour éviter l inconfort d une représentation négative de nous-mêmes. Un psychologue américain, Eliott Aronson, a reçu plusieurs prix pour ses recherches sur la dissonance cognitive 29. Ce terme désigne le fait que certaines de nos idées, croyances et attitudes sont parfois contradictoires entre elles, et que cette dissonance est une source d inconfort psychologique, lorsqu elle menace l image que nous souhaitons avoir de nous-mêmes. Nous cherchons donc à la réduire par tous les moyens. 22

19 Si besoin, nous nous arrangeons donc avec nos croyances afin de préserver une représentation positive de nous-mêmes. Nous ne pouvons pas contredire ouvertement les adages qui relativisent le poids des apparences, parce que cela reviendrait à admettre que nous manquons de profondeur, que nous cautionnons la superficialité et la futilité. Impossible! Mais avouer que notre comportement n est pas conforme à ces préceptes, ce serait confesser que nous faisons le contraire de ce que nous disons. Dépenser autant d énergie, de temps et d argent à se pomponner, tout en prétendant que cela n est pas important, ferait de nous des menteurs, des hypocrites. Impossible aussi! Nous optons donc pour la seule option qui nous permet de continuer à nous percevoir comme des êtres profonds et moraux : nous faisons semblant de croire que notre comportement est conforme à la maxime selon laquelle il faut relativiser le poids des apparences. Un fauxsemblant est moins inconfortable qu une image dégradée de soi-même Se protéger de la souffrance Pour Elliot Aronson, ce faux-semblant concernant les apparences est tellement ancré que les chercheurs eux-mêmes ont tardé à explorer si les dictons sur l apparence physique reflètent ou non la réalité de nos comportements 30. Selon lui, si les premières études sur le sujet datent seulement des années 1970, c est parce que les chercheurs redoutaient de découvrir une vérité dérangeante. La culture démocratique, écrit-il, défend l idée que les individus peuvent tout accomplir à force de motivation et de travail. Tout sauf transformer une authentique laideur en véritable beauté! Parce que la beauté échappe à 23 L injonction esthétique

20 la méritocratie, la laideur demeure une irréparable injustice : c est aussi pour nous protéger de cette cruelle réalité que nous faisons mine de croire que l essentiel est invisible pour les yeux! Les proverbes qui minimisent le poids des apparences nous apportent ainsi du réconfort quand nous nous sentons moches. Dans les moments où nous désespérons de notre non-conformité aux standards de beauté, faire semblant d adhérer à ces maximes est une démarche de protection de nous-mêmes : ces dictons nous disent que, si nous sommes moches, ça n est pas grave, puisque l essentiel est ailleurs. Concrètement, ils nous disent : ça ne compte pas, on s en fout! Ces proverbes annulent la valeur de la beauté : autrement dit, ils annulent la valeur d un domaine dans lequel nous nous sentons nuls, pas à la hauteur. En faisant cela, ils nous permettent donc de nous détacher de notre souffrance : être nul dans un domaine qui n a pas d importance, en toute logique, ça n a pas d importance. Nous savons bien que ces proverbes sont des faux- semblants, mais nous nous y raccrochons tout de même, parce qu ils soulagent notre souffrance. Quel retour sur nos investissements? Les hommes aussi bien que les femmes consacrent beaucoup d efforts, de temps et d argent à leur apparence physique. Or nous avons beau lutter pour nous conformer aux standards esthétiques valorisés, la satisfaction est rarement au rendez-vous. 24

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Affirmations de Louise HAY

Affirmations de Louise HAY Affirmations de Louise HAY C est par des affirmations positives quotidiennes que nous pouvons parvenir à transformer notre vie. Et pour cela, il est bon de répéter le plus souvent possible ces affirmations

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION Lorsque nous pensons à la séduction et aux premières rencontres amoureuses des adolescents, nous souhaitons pour eux qu ils apprennent

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

Évaluation du poids normal Fascicule n o 333

Évaluation du poids normal Fascicule n o 333 Évaluation du poids normal Fascicule n o 333 Chaque individu a un poids normal. Ce poids s identifie par un chiffre précis. Il ne se situe pas à l intérieur d une marge plus ou moins élastique. Pour une

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie Confiance en soi 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi MOUNET Sylvie www.osezvotrereussite.com Page 1 sur 9 Technique 1 Voici 10 attitudes qui diminuent la confiance en soi. La technique

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

Principes fondamentaux de la communication. Atelier sur les compétences en communication orale

Principes fondamentaux de la communication. Atelier sur les compétences en communication orale Principes fondamentaux de la communication Atelier sur les compétences en communication orale Qu est est-ce que la communication? Passage ou échange de messages entre un sujet émetteur et un sujet récepteur

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Juillet 2013 Etude réalisée par l institut OpinionWay pour la MAIF, conduite en ligne du 3 au 29 juillet 2013 auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL L offre et la demande 127 Dans ce chapitre, nous exposerons les éléments du modèle de l offre et de la demande, puis nous les assemblerons avant de montrer comment ce modèle peut être utilisé pour comprendre

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010)

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010) Guidé par un aveugle CFI / INJA CIRPP (18 février 2010) 3 projets pour le projet La junior entreprise L entreprenariat Guidé par un aveugle : 2-07-08 / 22-06-09 Intentions pédagogiques Apprend t-on à se

Plus en détail

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme?

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme? Dix questions clé pour la gouvernance des fondations Une fondation dispose de deux atouts précieux parce qu ils sont rares : l indépendance et la capacité à agir dans la durée. La gouvernance d une fondation

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Anim h@nd. Connaissances... La gestion du stress et la relation entraîneur - entraîné(e) Les 10ème Rendez Vous Georges Petit

Anim h@nd. Connaissances... La gestion du stress et la relation entraîneur - entraîné(e) Les 10ème Rendez Vous Georges Petit Connaissances... La gestion du stress et la relation entraîneur - entraîné(e) Liévin, avril 2001. 50 stagiaires participaient aux Rendez-Vous Georges Petit pour écouter des intervenants, assister à un

Plus en détail

Ce jeu a été écrit pour se jouer dans un endroit confiné, une salle noire et nue est idéale.

Ce jeu a été écrit pour se jouer dans un endroit confiné, une salle noire et nue est idéale. Shooting Un jeu de Baptiste CAZES expérience electro-gn Ce jeu a été écrit pour se jouer dans un endroit confiné, une salle noire et nue est idéale. C est un jeu pour deux joueurs. Le premier personnage

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Comment mieux gérer son temps? Il n existe aucune règle valable pour TOUS!

Comment mieux gérer son temps? Il n existe aucune règle valable pour TOUS! Comment mieux gérer son temps? Il n existe aucune règle valable pour TOUS! Le temps relatif Ma personnalité Mes compétences Mes valeurs Mes enjeux pro et perso Ma résistance au stress Ma capacité à négocier

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc.

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Un problème de santé publique inquiétant Au Québec: 73 % des femmes veulent maigrir

Plus en détail

Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel

Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel Nom : Prénom : Date : Mode d emploi Des situations en contexte professionnel ont été élaborées sous forme de questions à choix multiples.

Plus en détail

Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1

Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1 Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1 Tout au long de ce récit, je vais essayer de vous faire part de quelques réflexions émanant de ma

Plus en détail

aux troubles alimentaires!

aux troubles alimentaires! Il faut être au courant des mythes et réalités reliés aux troubles alimentaires! Cette activité s inscrit dans le cadre de la Semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires de 2015. L activité

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Anorexie et boulimie (première partie) Plus qu une simple question de poids

Anorexie et boulimie (première partie) Plus qu une simple question de poids Anorexie et boulimie (première partie) Plus qu une simple question de poids Une étude de Santé Canada réalisée en 1993 révèle que dès l âge de 11 ans, 37 % des élèves canadiennes changeraient d apparence

Plus en détail

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL?

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? R. Le Centre de crise pour les victimes de viol est un groupe de femmes qui apporte son soutien aux femmes qui ont vécu une expérience

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

Le rapport des femmes à la beauté

Le rapport des femmes à la beauté 1 Le rapport des femmes à la beauté Etude CSA pour Madame Figaro Rapport d étude octobre 2014 Julie GAILLOT, Directrice de clientèle julie.gaillot@csa.eu / 01 57 00 59 06 Marek KUBISTA Chargé d études

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

L hyperphagie boulimique

L hyperphagie boulimique L hyperphagie boulimique Chacun de nous mange en excès de temps en temps, en prenant une troisième assiette au souper de Noël, par exemple ou en avalant un paquet entier de cookies pendant une session

Plus en détail

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins»

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Deuxième édition Septembre 2010 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Générale de Santé Echantillon : 967 personnes,

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

L élégance de l intérieur

L élégance de l intérieur L élégance de l intérieur 1. L apparence compte pour beaucoup mais n est pas grande richesse. 2. Pas toujours facile voire difficile de vraiment s aimer soi-même. 3. Le plus souvent tout semble toujours

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe Amélioration de la performance des hommes et des organisations par le management et la motivation 4.0 20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe «Faire grandir mon équipe ou

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Toi seul peux répondre à cette question.

Toi seul peux répondre à cette question. Suis-je dépendant ou dépendante? Traduction de littérature approuvée par la fraternité de NA. Copyright 1991 by Narcotics Anonymous World Services, Inc. Tous droits réservés. Toi seul peux répondre à cette

Plus en détail

Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga. De L ingénieur au maître spirituel

Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga. De L ingénieur au maître spirituel Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga Conférence de Swami Sai Shivananda Colloque FFY 2013 De L ingénieur au maître spirituel Comme vous le savez je suis docteur

Plus en détail

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Cet article provient de la banque des meilleures pratiques de la Fondation européenne de la qualité. Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Introduction Le taux de recommandation net est-il

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

L ALIMENTATION ET LE SOMMEIL CHEZ L ENFANT. 1 L alimentation

L ALIMENTATION ET LE SOMMEIL CHEZ L ENFANT. 1 L alimentation 1 L ALIMENTATION ET LE SOMMEIL CHEZ L ENFANT Soit deux domaines à explorer qui ne sont pas questionnés sans raison car les difficultés alimentaires ou de sommeil chez les enfants constituent les motifs

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Comment rajouter de la vie aux années?

Comment rajouter de la vie aux années? Pour plus d informations concernant cette étude et concernant le thème d alimentation et santé: www.alimentationinfo.org Comment rajouter de la vie aux années?...rendons le choix de la santé facile! Editeur

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

C est quoi les T.C.A??

C est quoi les T.C.A?? C est quoi les T.C.A?? Par T.C.A : Trouble du Comportement Alimentaire ou Trouble de la Conduite Alimentaire, on désigne l Anorexie, la Boulimie et l Hyperphagie. Ils parlent d une histoire difficile avec

Plus en détail

Les Français et le bien-être : Quoi de neuf?

Les Français et le bien-être : Quoi de neuf? Communiqué de presse A Paris, le 27 juin 2013 Les Français et le bien-être : Quoi de neuf? Darty, spécialiste du petit électroménager dédié au bien-être, a toujours été soucieux d anticiper les besoins

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Libérez-vous d une relation toxique au travail!

Libérez-vous d une relation toxique au travail! Libérez-vous d une relation toxique au travail! Permettez-moi de vous poser ces trois questions : Travaillez-vous avec une personne qui vous fait souvent sortir de vos gonds et qui siphonne votre enthousiasme,

Plus en détail

Reprendre confiance en soi

Reprendre confiance en soi Reprendre confiance en soi Je pense ne pas avoir le niveau pour m exprimer dans cette langue... J ai un peu honte de faire le premier pas et débuter la conversation... Je n ai pas le courage de m adresser

Plus en détail

Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices

Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices Page # 1 Vitae Dynamics Inc. Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices Introduction Le cahier d exercice qui suit est conçu pour vous aider à clarifier les émotions que vous ressentez à

Plus en détail

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce «Shaw disait que l homme raisonnable était celui qui savait qu il fallait s adapter au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce qui faisait que le monde appartenait

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire.

Les troubles du comportement alimentaire. Les troubles du comportement alimentaire. Notions essentielles Dr Pascal Guingand, psychiatre Les troubles du comportement alimentaire Chez l adolescent, une manière de s alimenter anormale, une préoccupation

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

dans le peloton européen

dans le peloton européen 1 résultats européens La Belgique : dans le peloton européen L enquête Mediappro, menée parallèlement dans neuf pays européens (Belgique, Danemark, Estonie, France, Grèce, Italie, Pologne, Portugal et

Plus en détail

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE 1 Date Titre présentation MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE Service études et prospective, Direction des ressources et de la stratégie, Juliette Delfaud Octobre 2014 www.sacem.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne?

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Le bain flottant est un espace libre de toute stimulation et contrainte au corps et à l esprit. À l intérieur, il n y a que vous sans les distractions

Plus en détail

Opinions, faits, sentiments

Opinions, faits, sentiments Opinions, faits, sentiments Les messages que nous recevons, de proches, d adultes, de la télévision, des livres, des journaux sont composés d un ensemble de faits, d opinions et de sentiments. Il n est

Plus en détail

Meghann Stanley Photography RENCONTRE AVEC BEBE FORFAITS 2015. http://mstanley-photography.com/ SIRET: 80408532200019

Meghann Stanley Photography RENCONTRE AVEC BEBE FORFAITS 2015. http://mstanley-photography.com/ SIRET: 80408532200019 Meghann Stanley Photography RENCONTRE AVEC BEBE FORFAITS 2015 http://mstanley-photography.com/ SIRET: 80408532200019 En ligne http://mstanley-photography.com www.facebook.com/meghann.stanley.photography

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

INTRODUCTION Amour, apprentissages, approches, abandons des débuts, violence du désir, corps- à- corps, emprises et dépenses, incertitudes et attentes, pratiques et codes, plaisirs ordinaires, jouissance

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues 1 ÉPREUVES COLLECTIVES DURÉE NOTE SUR Compréhension de l oral Réponse à des questionnaires de compréhension

Plus en détail

PARLER DE L INFLUENCE DE LA PUBLICITÉ

PARLER DE L INFLUENCE DE LA PUBLICITÉ Activités éducatives pour les 10 à 11 ans PARLER DE L INFLUENCE DE LA PUBLICITÉ HABILETÉS FINANCIÈRES ANALYSER LES PUBLICITÉS DIFFÉRENCIER LES BESOINS DES DÉSIRS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ La publicité est

Plus en détail

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER SECTION 1 L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER OBJECTIF RECHERCHÉ L acte de mesurer et d évaluer est plus difficile que ce qu on peut imaginer au premier abord. S il est relativement aisé de calculer quelque

Plus en détail

Carl Rogers et la Relation d Aide 1

Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Il ne paraît guère possible quand il est fait référence à la «juste distance» de ne pas évoquer la «relation d aide», cadre dans lequel cette question s est posée et

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail