Des allocataires satisfaits du service rendu par leurs CAF Quelques résultats tirés de l enquête nationale de satisfaction.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Des allocataires satisfaits du service rendu par leurs CAF Quelques résultats tirés de l enquête nationale de satisfaction."

Transcription

1 consulter? Là encore, c est une vieille idée neuve. Cela fait des décennies que la question est posée, mais il n y a aucune volonté politique pour aller jusqu au bout de la réalisation. Et cela n intéresse pas les comités d entreprise. On ne peut s empêcher de penser que le «machisme» ambiant y est pour beaucoup. Que les femmes restent à la maison pour s occuper des enfants! Or il ne faut pas qu elles restent à la maison. La femme au foyer qui élève ses enfants n a plus aucun avenir dans notre société. La très récente réforme du divorce le confirme (4). Il faut qu elle en soit consciente et qu elle agisse en conséquence. Se retrouver seule à 50 ans sans travail et sans formation avec, pour tout capital, dans le meilleur des cas, le logement de la famille, ne lui permettra pas de vivre dignement jusqu à 90 ans. Il faut donc l aider à élever ses enfants tout en travaillant. Sinon, elle fera le choix, raisonné et raisonnable, de ne pas avoir d enfants ou alors, un seul, très tard. Ce sont toutes les mentalités qui sont à changer. (1) Loi n du 19 décembre 1997 de financement de la sécurité sociale, JO du 23 décembre 1997, p ; Cons. const. n DC du 18 décembre 1997, JO du 23 décembre 1997, p (2) Revue de droit sanitaire et social, 1996, p. 765, ici, p (3) V. dossier dans le journal Le Monde, lundi 4 juillet 2005, p. 9. (4) Loi n du 26 mai 2004, entrée en application le 1 er janvier Désormais, chaque époux a le droit de divorcer après deux années de séparation. Sur cette réforme mise en perspective avec les doits européens, voir notre article publié dans De tous horizons. Mélanges Xavier Blanc-Jouvan, p Des allocataires satisfaits du service rendu par leurs CAF Quelques résultats tirés de l enquête nationale de satisfaction Gilles Nezosi Bernard Pélamourgues CNAF Direction de l animation de la recherche et du réseau des chargés d études. CNAF Pôle statistiques de gestion. Quelle est la satisfaction des allocataires à l égard du service qui leur est rendu? Qu attendent-ils de leurs caisses d Allocations familiales? Ces deux interrogations ont été à la base d une vaste enquête de satisfaction réalisée entre février et mai 2004 auprès de allocataires des 123 CAF de France et des DOM. Cet article synthétise les principaux enseignements de cette consultation en matière de relation de service. Si les résultats sont bons (94 % de satisfaits) et comparables selon le type de prestation perçue, on constate que la satisfaction globale est bâtie à la fois sur des éléments objectifs (gestion courante du dossier, paiement, etc.) et des éléments plus subjectifs tels que l image de la CAF. Le dynamisme, la simplicité, la rapidité, l écoute ou la modernité sont mis en avant par les allocataires et contribuent fortement à leur satisfaction. C est le cas également du professionnalisme des techniciens-conseils qui est reconnu par les personnes sondées et constitue l atout majeur des CAF. Ces éléments fortement structurants se retrouvent dans toutes les dimensions du service. Présentes, ces qualités suscitent l adhésion des allocataires ; absentes, elles sont génératrices d insatisfaction. Cependant, ces résultats globaux masquent une dispersion assez élevée du niveau de satisfaction au sein des CAF. Dès lors que les variables sociodémographiques de la population allocataire et les types de prestations servies n ont pas d impact sur la constitution de cette satisfaction, il faut rechercher des facteurs internes aux organismes pour expliquer cette hétérogénéité. En dehors de l effet taille, c est-à-dire du nombre d allocataires que les CAF ont à gérer, d autres facteurs, proprement internes aux organismes, émergent, touchant à l organisation, au management et à la gestion. Des allocataires satisfaits, quelle que soit la prestation reçue L enquête révèle un très bon niveau de satisfaction globale : 94 % des allocataires se déclarent globalement satisfaits de la qualité des services assurée par 69 Documents, travaux et commentaires

2 leur CAF, dont 24 % sont «tout à fait satisfaits». Ce premier résultat prend appui sur une grande homogénéité des réponses parmi les allocataires. Le type de prestation perçue n influence ni favorablement ni défavorablement leur satisfaction. De même, l analyse des résultats ne fait apparaître aucune variable sociodémographique (âge, sexe, CSP, taille du foyer, etc.) discriminante. On peut faire l hypothèse que les efforts consentis depuis plusieurs années par la branche Famille de la Sécurité sociale pour différencier le service en fonction des publics allocataires, de leurs profils et de leurs difficultés ont porté leurs fruits, ramenant l ensemble des publics à un niveau égal de satisfaction. Lorsque l on essaie de déterminer les facteurs qui contribuent le plus fortement à ce taux de satisfaction global, on constate que certains relèvent des services rendus par les CAF mais que d autres éléments, plus subjectifs, entrent également en ligne de compte. C est le cas, par exemple, de l image de la CAF. Parmi les éléments qui contribuent le plus à la satisfaction globale des allocataires, la gestion courante des dossiers, l image de la CAF et le paiement sont les facteurs les plus importants (tableau 1). La constitution du dossier et la prise en compte des changements de situation arrivent en dernières positions. Si on détaille les trois principaux éléments constitutifs de la satisfaction globale (tableau 2), les allocataires accordent de l importance aux items où la Méthodologie Cet article a été réalisé en croisant deux sources distinctes : les résultats de l enquête de satisfaction allocataires conduite auprès de allocataires interrogés de mars à mai 2004 (700 par CAF) par TNS Sofres et les données issues du système d information décisionnel (SID) de la branche Famille permettant d élaborer les résultats des CAF sur les principaux engagements de service définis par la convention d objectifs et de gestion (COG) liant l État et la branche Famille. Compte tenu de son profil particulier, la caisse maritime d Allocations familiales a été exclue des analyses présentées ; le champ est donc celui de 122 CAF. Les résultats de l enquête sont redressés afin que les allocataires interrogés soient représentatifs des allocataires de leur CAF au 31 décembre Les taux de satisfaction qui sont exprimés dans l article comprennent le pourcentage d allocataires «très satisfaits» et «satisfaits». Le choix a été fait d écarter la modalité «assez satisfait» qui n était pas discriminante pour répartir les CAF. Par ailleurs, certaines analyses utilisent l approche Partial Least Squares (PLS). Il s agit d une méthode économétrique permettant de quantifier les éléments complexes qui déterminent la satisfaction globale. Il s'agit de mesurer les liens de dépendance entre des variables dites «explicatives» (horaires d ouverture, délai de paiement, image de la CAF, âge de l allocataire, etc.) et des variables à expliquer (en l occurrence la satisfaction globale). Tableau 1 Éléments constitutifs de la satisfaction des allocataires Eléments constitutifs de la satisfaction Poids qu ils prennent dans la satisfaction globale Gestion courante 0,32 Image de la CAF 0,27 Paiement 0,26 Difficultés rencontrées 0,14 Horaire d ouverture 0,10 Horaires de joignabilité téléphonique 0,08 Constitution du dossier 0,05 Changement de situation 0,04 Source : exploitation complémentaire TNS Sofres de l enquête de satisfaction CNAF Méthode utilisée : Approche PLS (voir encadré méthodologique. Lecture du tableau : parmi les éléments qui contribuent à la satisfaction des allocataires, la gestion courante du dossier est l élément qui a le «plus de poids» (0,32) suivi de l image de la CAF (0,27). A contrario, la prise en compte par la CAF du changement de situation de l allocataire a moins d impact (0,04). Tableau 2 Détails des éléments constitutifs de la satisfaction des allocataires Eléments constitutifs de la satisfaction Gestion courante Détails des items constitutifs Poids des items Facilité à obtenir les documents nécessaires 0,219 Simplicité des démarches 0,214 Facilité à remplir les imprimés 0,213 Image de la CAF La CAF est à l écoute des usagers 0,200 La CAF est dynamique 0,174 La CAF est moderne 0,173 Paiement Information donnée sur les dates de versement 0,2 Délai de paiement 0,214 Régularité des paiements 0,210 Source : exploitation complémentaire TNS Sofres de l enquête de satisfaction CNAF Méthode utilisée : Approche PLS (voir encadré méthodologique. Lecture du tableau : parmi les éléments constitutifs de la satisfaction des allocataires, la gestion courante des dossiers allocataires occupe une place importante (voir tableau 1). Cette dernière est constituée de divers éléments qui sont eux-mêmes plus ou moins importants. Ainsi, la facilité à obtenir les documents nécessaires est l item qui a le plus de poids (0,219) suivi de la simplicité des démarches (0,214). facilité, la simplicité, le dynamisme, la modernité, l écoute et la régularité sont appréciés. Lorsque ces qualités sont présentes et perçues par les allocataires, leur poids est important dans la satisfaction globale. Certaines situations sont cependant insatisfaisantes Pour deux tiers des allocataires, la qualité des services assurés par la CAF s est globalement améliorée. Néanmoins, si le taux d allocataires insatisfaits est faible (6 %), le niveau de satisfaction globale cache 70 Documents, travaux et commentaires

3 des marges réelles de progrès. En effet, certaines situations sont, pour les allocataires, facteurs d insatisfaction. Si on se focalise sur quelques étapes majeures telles que la constitution d un dossier, sa gestion courante, la communication avec la CAF, la relation entre l allocataire et son organisme, on observe plusieurs points d insatisfaction. Ainsi, à l occasion de la constitution du dossier, l information écrite sur les droits suscite un taux d insatisfaction relativement important (15 %). Celui-ci résulte à la fois du manque d information ressenti par les allocataires et du temps nécessaire pour la constitution du dossier. De manière générale, il apparaît que cette notion de «temps» ou, plus précisément, de «temps perdu» avant d aboutir à la technicité du technicien-conseil de la CAF constitue certainement le facteur majeur de mécontentement. Cette analyse corrobore et complète les commentaires précédents sur les facteurs constitutifs de la satisfaction. Une CAF dynamique, réactive, simple dans ses démarches est un puissant facteur de satisfaction des allocataires. A contrario, lorsque les allocataires estiment qu elle ne répond pas à ces critères, leur satisfaction chute. Globalement, la satisfaction vis-à-vis de la gestion courante des dossiers est moyenne. Le mécontentement porte sur les changements de situation, en particulier les changements de situation professionnelle et de revenus. Plus du quart des allocataires affirment avoir rencontré une difficulté dans le traitement de leur dossier au cours des douze derniers mois. Les deux difficultés principalement rencontrées sont la fourniture d informations supplémentaires pour expliquer leur situation, et le remboursement d indus (respectivement, 31 % et 28 %). Les modes de contact passés au crible Lorsqu on interroge les allocataires sur leurs contacts avec la CAF, on constate que, quel que soit le type de contact utilisé (téléphone, accueil, etc.), leur degré de satisfaction est toujours inférieur au niveau global de satisfaction exprimé à l égard du service rendu par leur CAF. Si on dresse le «palmarès» des modes de contacts, il ressort que les connexions au site Internet, les bornes interactives ou le Minitel suscitent le plus de satisfaction, le maximun étant de 91 % de satisfaits à l égard des contacts par Internet. Les visites dans les locaux arrivent en seconde position : 83 % des allocataires s en déclarent satisfaits, dont 26 % tout à fait satisfaits. Le téléphone arrive en troisième position du point de vue de la satisfaction. Les marges de progrès sont ici importantes, puisque 32 % des interrogés se déclarent globalement insatisfaits du téléphone, dont % pas du tout satisfaits (graphique 1). À la question «Aujourd hui, si vous deviez contacter votre CAF, que préféreriez-vous faire?», 38 % répondent cependant vouloir utiliser le téléphone, 33 % se rendre dans les locaux de leur CAF, 13 % consulter le site Internet et 9 % adresser un courrier. Le contact «humain» a donc encore de l avenir même si les allocataires semblent se convertir à la fois dans l usage et les intentions à l «e-administration». Cependant, cette montée en puissance d Internet se fait au détriment de la relation épistolaire classique : le courrier traditionnel, avec 9 % d intention, s il demeure important en flux, ne semble plus faire recette. Moins de contacts, plus de satisfaction Quel que soit le mode de contact, on observe que moins les allocataires entrent en relation avec leur CAF plus leur niveau de satisfaction est élevé. La multiplication des contacts entre l allocataire et sa CAF ne semble donc pas un signe de qualité de service, ce qui se traduit par l expression d une moindre satisfaction (graphique 2). Dans cette relation de contact, avec 25 % de globalement insatisfaits, le facteur générant le plus d insatisfaction est le temps d attente avant d accéder au Graphique 1 - Satisfaction vis-à-vis des contacts avec la CAF 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Graphique 2 - Insatisfaction des allocataires et nombre de contacts annuels avec la CAF 100% 80% 60% 40% 20% 0% Visite Appel Courrier Connexion internet Tout à fait satisfait Satisfait Assez satisfait Peu satisfait Pas du toutsatisfait Source : CNAF Enquête de satisfaction <8 8-9 >9 Nombre de flux annuels moyen Taux d'insatisfaits <4% [4-5 %[ >6% Source : CNAF Enquête de satisfaction 2004 et Système d information décisionnel Lecture du graphique : le taux d insatisfaits atteint son maximum lorsque le nombre annuel moyen de contacts d un allocataire avec sa CAF est supérieur à 9. À l inverse, il est à son minimum lorsque le nombre annuel moyen de contacts d un allocataire avec sa CAF est inférieur à Documents, travaux et commentaires

4 Les flux de contacts enregistrés par les CAF en 2003 Les caisses d Allocations familiales (CAF), comme toutes les administrations, suscitent des flux de contacts importants. Parmi les moyens mis à disposition des allocataires pour entrer en contact avec leur CAF, le courrier est, avec 60 millions de plis reçus en 2003, le moyen le plus utilisé. Le téléphone arrive en seconde position avec plus de 44 millions d appels suivi des visites dans les locaux, les CAF ayant reçu plus de 18 millions d allocataires. En plus de ces moyens «traditionnels», les CAF offrent à leurs usagers d autres possibilités d entrer en contact avec elles par le biais, notamment, de moyens électroniques tels que le Minitel, les bornes interactives et Internet. Ces services donnent la possibilité à l allocataire de connaître l avancement de son dossier, de remplir en ligne certaines demandes de prestations ou d imprimer des formulaires. Si le Minitel est un mode de contact en voie d obsolescence, les bornes interactives et Internet connaissent une montée en charge. Ainsi, en 2003, le site a donné lieu à 20 millions de connexions. technicien-conseil. Ce vecteur d insatisfaction est similaire lorsqu il s agit du téléphone, puisque les deux tiers des allocataires qui ont appelé leur CAF ont été en contact avec le serveur vocal ou le standard, avant d accéder au technicien-conseil. Les allocataires ayant eu un contact uniquement avec le serveur vocal sont fortement insatisfaits. Pour 5 % des allocataires, le serveur vocal est, en effet, le dernier mode de contact utilisé au cours des six derniers mois. Quel que soit le critère évalué, celui-ci génère des taux d insatisfaction largement supérieurs à 50 % (associés à des taux de «pas du tout satisfaits» supérieurs à 30 %). Une corrélation entre satisfaction et efficacité téléphonique Il existe bien une relation entre la satisfaction des allocataires suite à un appel à la CAF et l efficacité téléphonique. Ainsi, les CAF qui se caractérisent par une efficacité téléphonique élevée (entre 80 % et 100 % d appels traités) sont également celles qui, quatre fois sur cinq, obtiennent un taux de satisfaction supérieur à 50 %. Elles sont moins de la moitié à parvenir à une telle satisfaction avec une efficacité téléphonique plus faible. L indicateur portant sur le taux d efficacité téléphonique est ainsi particulièrement corrélé à la satisfaction des allocataires : il semble bien mesurer une performance répondant à une attente des allocataires. Lors de la passation de l enquête, en 2004, le réseau des CAF se trouvait en cours de migration vers la nouvelle architecture téléphonique nationale (1), ce qui comportait le risque de perturber le niveau de la satisfaction liée au téléphone. Dans les faits, au moment du sondage, seules vingt-deux CAF avaient adopté la nouvelle architecture téléphonique. Parmi ces vingt-deux CAF, un peu plus du quart obtiennent un taux d insatisfaction lié au téléphone supérieur à 40 %, contre 15 % pour les CAF non encore migrées au moment de l enquête. Cette différence est importante mais s applique à un faible nombre d organismes : aussi, le faible niveau de satisfaction exprimé par les allocataires en matière de relation téléphonique ne saurait être imputé principalement à la mise en place de cette nouvelle architecture. Les données portant sur les CAF «migrées» en cours de maîtrise de ce nouvel outil sont en faible nombre et ne doivent donc être prises qu à titre d illustration. Toutefois, elles laissent entrevoir que, dès lors qu un allocataire estime devoir entrer directement en contact avec un technicien-conseil, tout filtre ralentissant cette mise en relation nourrit son insatisfaction. De ce point de vue, selon la complexité de l arborescence proposée et la nature des services offerts, l architecture téléphonique peut jouer un rôle sensible dans la détermination de l insatisfaction. Les allocataires se déclarant «pas du tout satisfaits» du serveur vocal appellent pour une demande d information sur les prestations existantes ou une demande d explication sur leur dossier. À l inverse, ceux se déclarant globalement satisfaits appellent pour obtenir une attestation ou pour s assurer du paiement effectif de leurs prestations. En outre, lorsque les allocataires sont entrés en contact avec le serveur vocal ou le standard avant de parler au technicien-conseil, l appréciation de ce dernier en pâtit légèrement. Ainsi, 44 % des allocataires passés par le serveur vocal ou le standard se déclarent «tout à fait satisfaits» de l amabilité du technicien-conseil, contre 50 % parmi les allocataires ayant été en contact directement avec ce dernier. Être plus réactif, plus rapide et «joignable» L impact du temps d attente sur le niveau de satisfaction de l allocataire se vérifie également pour l accueil physique. La moitié des CAF qui parviennent à traiter au moins 98 % de leurs visites en moins de trente minutes obtiennent un taux de satisfaction élevé (supérieur à 70 %). Globalement, plus (1) Cette nouvelle architecture fait en sorte que tout appelant voit sa communication prise en charge par un serveur vocal. Ce serveur est capable de lui offrir différents services, dont la mise en relation avec un technicien-conseil lorsque son appel intervient lors d une plage horaire couverte. 72 Documents, travaux et commentaires

5 la proportion de visites traitées en moins de trente minutes augmente et plus les allocataires satisfaits sont nombreux. Ce constat vaut également avec la proportion de visites à l accueil avec un temps d attente inférieur à vingt minutes. L enquête de satisfaction met en exergue un allocataire en demande de réactivité et de rapidité. Ainsi, les principales attentes exprimées tant pour les visites que pour le téléphone sont un temps d attente plus court pour entrer en relation avec un technicien-conseil. Dans le même ordre d idées, l allocataire est en demande d accessibilité, avec un souhait d ouverture des plages horaires (notamment en soirée et à l heure du déjeuner), associé à l accroissement du nombre de points d accueil (cité par 43 % des allocataires ayant eu un contact physique avec leur CAF au cours des six derniers mois). Cette demande d élargissement de l accessibilité ne saurait toutefois se confondre avec l augmentation de l amplitude d ouverture du service. Il faut en effet que les plages d ouverture du service coïncident avec les plages de disponibilité de l allocataire. Ainsi, l amplitude d ouverture du téléphone ne suffit pas en elle-même à satisfaire les allocataires. Autant de CAF proposent une amplitude de «joignabilité» inférieure à heures annuelles (socle de service institutionnel minimum) que de CAF avec une amplitude supérieure à heures. Or, près de la moitié des CAF appartenant à la tranche d amplitude la plus grande restent en deçà de 40 % d allocataires satisfaits, résultat comparable à celui obtenu pour les seize CAF proposant une amplitude d ouverture inférieure au socle de service. On retrouve ce même schéma pour l accueil physique : les CAF offrant une faible amplitude d ouverture (inférieure à heures annuelles) obtiennent une proportion d allocataires très satisfaits (dépassant 60 %) supérieure aux autres CAF. Le technicien-conseil est au cœur de la satisfaction des usagers L accès rapide au technicien est donc central. Cependant, cette relation doit dépasser le simple contact administratif, forcément désincarné. Les allocataires interrogés sont en demande d un contact personnalisé. Ils sont en attente d un technicien-conseil connaissant le dossier mais dont ils souhaitent également connaître l identité. Ainsi, 52 % des allocataires ayant adressé un courrier à leur CAF au cours des six derniers mois souhaiteraient que leur soit communiqué le nom de la personne responsable de leur dossier et 41 % souhaiteraient également une meilleure prise en compte de leur situation personnelle. Cet élément est d autant plus important qu il influence fortement le niveau de satisfaction globale. Or, la prise en compte de la situation personnelle ne satisfait que 77 % des allocataires. Qu ils aient obtenu directement le technicienconseil ou non, les allocataires partagent le même avis sur son service. Ainsi, les éléments générant les plus faibles taux de satisfaits sont (par ordre croissant) la capacité d écoute du conseiller, sa connaissance du dossier et son efficacité dans le traitement de la demande (graphique 3). Cette enquête met donc en évidence l atout pour la satisfaction que représentent les techniciensconseils et, plus particulièrement, leurs capacités d écoute et de compréhension, leur efficacité dans le traitement des demandes et leur connaissance des dossiers. De fait, les allocataires sont friands et demandeurs d un accès direct et rapide à ces techniciens en qui ils ont confiance. À l inverse, une moindre performance semble se dégager des outils de communication où la dimension humaine n est pas au cœur du dispositif : les courriers sont critiqués par les allocataires qui jugent les délais de réponse trop importants et la prise en compte de la situation personnelle insuffisante ; les serveurs vocaux ou les standards téléphoniques sont contestés par des usagers qui disent ne pas disposer de suffisamment d indications pour s orienter. Des résultats hétérogènes suivant les CAF Au-delà de ces résultats globaux, il est utile de souligner l hétérogénéité des niveaux de satisfaction selon les CAF. La dispersion des résultats est élevée puisqu elle s échelonne de 98 % pour la CAF obtenant le taux de satisfaction global le plus élevé à 79 % pour celle qui obtient le taux le plus faible (la moyenne se situant à 94 %). Si on ne prend en compte que les items «satisfait» et «tout à fait satisfait», la satisfaction s échelonne alors entre 55 % et 78 %. Cette dispersion invite à se pencher Graphique 3 Appréciation des techniciens-conseils 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Temps d'attente pour rencontrer un conseiller Amabilité du conseiller Capacité à vous écouter et à comprendre votre situation personnelle Connaissance de votre dossier par le conseiller Efficacité pour bien traiter votre demande Tout à fait satisfait Satisfait Assez satisfait Peu satisfait Pas du tout satisfait Source : CNAF Enquête de satisfaction Documents, travaux et commentaires

6 sur des facteurs explicatifs liés aux CAF ellesmêmes. Ainsi, si TNS Sofres confirme que l insatisfaction n est pas liée à la typologie de l allocataire, elle met en avant la taille de l organisme comme facteur de discrimination possible. En effet, la barre de allocataires constitue un seuil au-delà duquel la satisfaction décroît. Seules 5 % des CAF de plus de allocataires obtiennent un taux de satisfaction supérieur à 80 % contre 15 % des CAF de moins de allocataires et le tiers des CAF comprises entre et allocataires (graphique 4). La taille de la CAF ne constitue cependant pas une fatalité : une CAF de allocataire obtient un taux de satisfaction de 56 %, tandis qu une CAF de plus de allocataires un taux de 70 %. Ainsi, si la satisfaction décroît avec la taille, certaines CAF de tailles comparables ont des taux de satisfaction très différents. On peut observer des variations pouvant atteindre parfois plus de vingt points. Améliorer la qualité du service aux allocataires Ces constats font émerger des facteurs proprement internes aux organismes, touchant à l organisation, au management et à la gestion des établissements. Si des CAF de tailles comparables obtiennent des taux de satisfaction très différents alors que les variables sociodémographiques de leur population allocataire et les types de prestations servies n ont pas d impact sur la constitution de cette satisfaction, d autres facteurs sont à prendre en compte. Les critères de gestion, mais également d organisation et de management peuvent contribuer fortement, mais de manière indirecte, à la satisfaction ou à l insatisfaction des allocataires. Cette hypothèse réintroduit in fine l organisation et, de fait, les facteurs managérial et humain comme éléments constitutifs de la satisfaction des allocataires. Il s agit d un enseignement particulièrement encourageant puisque sont révélés des marges de manœuvre et un levier entièrement interne pour améliorer la satisfaction des allocataires. Graphique 4 - Dispersion des CAF selon leur taille au regard de la satisfaction globale des allocataires Source : CNAF Enquête de satisfaction Par des évaluations et des études fines d organismes générant de la satisfaction ou, au contraire, de l insatisfaction, la branche Famille pourra faire progresser la connaissance de ces mécanismes et donc, finalement, la qualité du service rendu. L enquête dévoile ainsi des allocataires globalement satisfaits de leurs relations avec leur CAF et de la qualité du service rendu. Elle montre une population utilisant majoritairement l accueil physique et le téléphone pour contacter leur organisme. Ce dernier, avec % de très insatisfaits, est cependant sujet à de fortes critiques tout comme le temps d attente, tant au téléphone qu au guichet, avant d accéder à un technicien-conseil. Ce sondage dessine également un public plutôt satisfait de la qualité des techniciens-conseils : leurs qualités relationnelles, leur bonne connaissance des dossiers ainsi que leur capacité à renseigner et à traiter les demandes représentent un atout indéniable pour les CAF. Reste le délicat arbitrage qu il convient de réaliser entre une automatisation accrue de la «gestion allocataire», en vue de réduire les coûts, et l accès aisé à un personnel de grande technicité, détenteur du savoir-faire et sur lequel repose une grande partie de l image de marque de l institution. Cet enjeu est fondamental pour un service public qui compte plus de 10 millions d allocataires et qui constitue, pour une part importante d entre eux, l unique source de revenus. Les CAF entrent dans l ère de la «relation-client» Finalement, ces quelques appréciations montrent des allocataires exigeants face à leur CAF, qui expriment des attentes, et pour lesquels «plus» est le maître mot. Ils souhaitent, en effet, un traitement plus rapide de leur dossier, une CAF plus simple, plus réactive et qui les accueille de manière plus personnalisée. Au-delà des difficultés techniques et organisationnelles à concilier une gestion administrative de masse, la rapidité des traitements et la personnalisation des relations, les demandes de cet usager-allocataire sortent définitivement les CAF d une relation où l administration est souveraine face à ses administrés et dans la détermination de la «bonne» qualité du service rendu. Ces résultats inscrivent les CAF dans l ère d une «relation-client» certes exigeante mais nécessaire dans un environnement où la situation de monopole administratif immuable n est plus de mise. Les enseignements tirés de cette enquête de satisfaction sont donc très riches et utiles pour la branche Famille de la Sécurité sociale. Ils ont permis d asseoir le fondement et la légitimité de plusieurs axes d amélioration du service rendu aux allocataires prévus dans la nouvelle convention d objectifs et de gestion qui lie l État et la branche pour la période 2005 à Répondre à au moins 90 % 74 Documents, travaux et commentaires

7 des demandes de contact téléphonique avec un technicien-conseil et limiter le temps d attente au guichet à moins de vingt minutes dans 85 % des cas vont dans le sens des attentes exprimées fortement par les allocataires d un contact plus rapide et plus personnalisé. C est le cas également de la simplification des règles administratives, dont la complexité provoque l incompréhension des usagers, ainsi que de l allègement des pièces justificatives demandées pour instruire un dossier. À partir de ces objectifs, et forte des résultats de cette première expérience, la branche Famille lancera la prochaine vague de l enquête en 2007, ce qui devrait lui permettre de mesurer les progrès réalisés et d évaluer la pertinence des engagements pris aujourd hui. La PAJE après 18 mois de montée en charge Ronan Mahieu CNAF Responsable du Département des Statistiques, des Prévisions et des Analyses. Les enfants nés à compter du 1 er janvier 2004 ouvrent droit à la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE), prestation unique qui remplace cinq anciennes prestations : l allocation pour jeune enfant (APJE), l allocation d adoption (AAD), l allocation parentale d éducation (AAPE), l aide à la famille pour l emploi d une assistante maternelle agréée (AFEAMA) et l allocation de garde d enfant à domicile (AGED). La PAJE se compose : d un socle de prestations d entretien qui prennent la suite de l APJE et de l AAD tout en s adressant à un public plus large : d une part, la prime de naissance et d adoption et, d autre part, l allocation de base de la PAJE (PAJE-AB) ; de plusieurs compléments dont l octroi est subordonné aux choix de garde des familles. Ainsi, le complément de libre choix d activité (CLCA), dans la foulée de l APE, s adresse aux parents choisissant de ne pas travailler ou seulement à temps partiel, afin de s occuper d un enfant en bas âge. Contrairement à l APE, le CLCA est ouvert dès le premier enfant mais pour une durée maximale de six mois après la fin du congé de maternité ou de paternité. Pour les familles de deux enfants et plus, le CLCA est, comme l APE, versé jusqu au troisième anniversaire de l enfant. Quant au complément de libre choix du mode de garde (CLCMG), il est versé lorsque des parents exerçant une activité professionnelle choisissent de faire garder leur enfant à domicile ou bien, le plus souvent, par une assistante maternelle. La CAF continue, comme avec les anciennes prestations, à prendre en charge la totalité des cotisations sociales (salariales et patronales) en cas de garde par une assistante maternelle, mais seulement une partie en cas de garde à domicile. Par ailleurs, la CAF verse également une prestation complémentaire correspondant à la prise en charge d une partie du salaire net qui est, pour la plupart des bénéficiaires, substantiellement plus élevée (souvent de plus de 100 euros par mois) que l AFEAMA et, a fortiori, l AGED pour laquelle aucune prestation complémentaire n était versée. L objectif de cet article est de mieux comprendre comment la création de la PAJE a pu modifier les comportements des familles en terme de choix de garde de leurs jeunes enfants (1). Pour les familles avec un enfant cinq trimestres après la naissance, un tiers ont recouru au complément de libre choix du mode de garde Dans un premier temps, on suit la trajectoire des familles ayant eu une naissance au cours du (1) Cet article élude la question de l impact du remplacement de l APJE par la prime de naissance et la PAJE-AB, simples prestations d entretien versées indépendamment des choix de garde effectués par les familles (même si le versement de la PAJE-AB à des publics qui auraient été exclus du bénéfice de l APJE a pu faciliter pour ces derniers le recours à une garde payante, individuelle ou collective). 75 Documents, travaux et commentaires

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

Service juridique. Annexe 47 à la C.O. 949. Annule et remplace l'annexe 47 du 25.05.1999 à la CO 949

Service juridique. Annexe 47 à la C.O. 949. Annule et remplace l'annexe 47 du 25.05.1999 à la CO 949 Rue de Trèves 70 B-1000 Bruxelles Service juridique date 23.02.2005 votre réf. Annexe 47 à la C.O. 949 contact Marthe Didier attaché téléphone 02-237 20 97 02-237 21 12 Annule et remplace l'annexe 47 du

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION

ENQUÊTE DE SATISFACTION Département CRM ENQUÊTE DE SATISFACTION 3 QUI SOMMES-NOUS? CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGEMENT (CRM) Ensemble de mesures prises pour optimiser la relation et la fidélisation client dans le but d augmenter

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

COMMISSION DE DIALOGUE SOCIAL DE LA POSTE MUTUALISATION DE L ACCÈS AUX SERVICES DANS 1 000 BUREAUX DE POSTE EN ZONE RURALE ET DE MONTAGNE

COMMISSION DE DIALOGUE SOCIAL DE LA POSTE MUTUALISATION DE L ACCÈS AUX SERVICES DANS 1 000 BUREAUX DE POSTE EN ZONE RURALE ET DE MONTAGNE COMMISSION DE DIALOGUE SOCIAL DE LA POSTE MUTUALISATION DE L ACCÈS AUX SERVICES DANS 1 000 BUREAUX DE POSTE EN ZONE RURALE ET DE MONTAGNE 31/03/2015 SOMMAIRE 1. Mutualisation de l accès aux services en

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010 Internet modifie la relation des Français ais à leurs banques Présentation du 12 janvier 2010 1 Objectif et méthodologie Objectif Mesurer le type de services bancaires possédé par les Français Analyser

Plus en détail

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE - Sondage de l'institut CSA - - Note des principaux enseignements - N 1001198 Février

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

Baromètre 2010 Publi-News - Solucom de la relation banque / client LES ENQUÊTES SOLUCOM. The power of simplicity. Juillet 2010

Baromètre 2010 Publi-News - Solucom de la relation banque / client LES ENQUÊTES SOLUCOM. The power of simplicity. Juillet 2010 Juillet 2010 LES ENQUÊTES SOLUCOM Baromètre 2010 Publi-News - Solucom de la relation banque / client The power of simplicity «Ce qui est simple est fort» Baromètre banque / client 2010 Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

La prime d activité INC du 16 septembre 2015

La prime d activité INC du 16 septembre 2015 La prime d activité INC du 16 septembre 2015 1 Le 3 mars 2015, lors de la présentation du plan pluriannuel contre la pauvreté et l inclusion sociale, le Premier ministre a annoncé la création au 1 er janvier

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

Regards croisés sur l intérim

Regards croisés sur l intérim octobre 2012 Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi Regards croisés sur l intérim Regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives Les USAGES DES TIC dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives é d i t i o n 2 0 0 9 1 Des ÉQUIPEMENTS qui se sont généralisés Une informatisation qui a atteint un seuil L

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Petit déjeuner des PME Fédération des entreprises romandes Genève, Rue de Saint Jean 98 Jean-Pierre Cubizolle Vendredi 21 octobre 2011 Hostettler,

Plus en détail

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises.

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Mai 2009 Préface Les PME ont aujourd hui accès aux technologies déjà déployées dans les grandes entreprises. En

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Juin 2014 Contact - BVA Opinion Erwan LESTROHAN, directeur d études erwan.lestrohan@bva.fr - 01 71 16 90 9 Victor CHAPUIS, chargé d études Victor.chapuis@bva.fr

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne 11 Objectifs et Méthodologie Objectifs : Analyse du profil sociodémographique des clients des banques en ligne Historique et détention de produits financiers dans des

Plus en détail

Garder et faire garder son enfant

Garder et faire garder son enfant Garder et faire garder son enfant Nathalie Blanpain* L arrivée d un enfant au sein d un foyer est pour ses parents un événement majeur générateur de changements en termes de rythme de vie et d organisation,

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Sondage réalisé par pour et Publié le jeudi 11 décembre 2014 Levée d embargo le mercredi 10 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

L auto-entrepreneur : trois ans déjà!

L auto-entrepreneur : trois ans déjà! PROFIL DE L'AUTO-ENTREPRENEUR N 108 août 2012 L auto-entrepreneur : trois ans déjà! L introduction du régime de l auto-entrepreneur au 1 er janvier 2009 a bouleversé le rythme des créations en France comme

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Les Français ais et l assurance l

Les Français ais et l assurance l Mai 2013 Contacts: 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français ais et l assurance l santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les actifs Français.

Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société entre pérennité et changement Contacts : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Juillet 2013 Etude réalisée par l institut OpinionWay pour la MAIF, conduite en ligne du 3 au 29 juillet 2013 auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

Rapport Lille. Sondage National de Satisfaction de la CNAV auprès des entreprises

Rapport Lille. Sondage National de Satisfaction de la CNAV auprès des entreprises Sondage National de Satisfaction de la CNAV auprès des entreprises Rapport Sommaire Présentation de l'étude Satisfaction globale La réalisation des DADS salaires Les contacts avec la CARSAT, CGSS ou CNAV

Plus en détail

La Banque Postale / CNP Assurances

La Banque Postale / CNP Assurances La Banque Postale / CNP Assurances Baromètre Prévoyance Vague 1 Santé Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Fabienne CADENAT / Michaël PERGAMENT 01.40.92. 45.37 / 31.17 / 46.72 42IG98

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Au 1er janvier 2005, les entreprises pourront répondre aux marchés publics sous forme électronique, et les collectivités territoriales

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 28 JUIN 2012 A 0H01 Les études de l emploi cadre juin 2012 Bilan de la mobilité des cadres en 2011 Perspectives

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents Juin 2013 1/5 2/5 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention et de versement de la prestation

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet salariés-parents - 3 avril 2012 Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

Le service public de Sécurité sociale

Le service public de Sécurité sociale Direction de la Sécurité sociale Le service public de Sécurité sociale Zoom sur les conventions d objectifs et de gestion 1 à l heure où la Sécurité sociale, comme l ensemble des acteurs publics, doit

Plus en détail

Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale

Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale Mémorandum commun de la fédération CAIPS et de la Fédération wallonne des CPAS pour les services d insertion sociale Les services d insertion sociale (SIS) sont des dispositifs agréés et subventionnés

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

... Caf.fr, naviguez facile! Caf de la Haute-Vienne Création octobre 2012 Crédit dessins : icônothèque Cnaf

... Caf.fr, naviguez facile! Caf de la Haute-Vienne Création octobre 2012 Crédit dessins : icônothèque Cnaf ... Caf.fr, naviguez facile! Caf de la Haute-Vienne Création octobre 2012 Crédit dessins : icônothèque Cnaf Ecran d'accueil du Caf.fr Mon Compte Pour gérer directement son dossier Ma Caf pour accéder aux

Plus en détail

INFOSTAT JUSTICE Septembre 2009 Numéro

INFOSTAT JUSTICE Septembre 2009 Numéro INFOSTAT JUSTICE Septembre 2009 Numéro 106 Bulletin d information statistique L adoption simple et plénière en 2007 : des projets différents Zakia Belmokhtar * En 2007, les tribunaux de grande instance

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 SG/SB Réf. :11-8-5 Pôle carrière / retraite Janvier 2013 05 63 60 16 59 INT/Base doc/z Indemnités-primes/Avantages en nature Sources : *Circulaire DSS/SDFSS/5B/N

Plus en détail

Accord social. Accord de méthode et mesures sociales sur les métiers de conseil bancaire de La Poste

Accord social. Accord de méthode et mesures sociales sur les métiers de conseil bancaire de La Poste - 1 - Direction Générale du Réseau La Poste Direction Générale des Services Financiers de La Poste Accord social Accord de méthode et mesures sociales sur les métiers de conseil bancaire de La Poste -

Plus en détail

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Cahier méthodologique, tableau récapitulatif 2009-2013 et Matrices importance/performance Mars 2014 Service Études et Statistiques Table

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE DE SATISFACTION. Usagers des sites hôtel d'ortaffa, Espace 24 et Bardou Job

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE DE SATISFACTION. Usagers des sites hôtel d'ortaffa, Espace 24 et Bardou Job RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE DE SATISFACTION Usagers des sites hôtel d'ortaffa, Espace 24 et Bardou Job Avril 2014 1/18 SOMMAIRE INTRODUCTION Contexte Méthodologie de l'enquête RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE DE SATISFACTION

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Observatoires de la vie étudiante Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Enquête menée dans quatre grands établissements d enseignements supérieur de Midi-Pyrénées : Toulouse 1

Plus en détail

PRESENTATION STRATEGIQUE

PRESENTATION STRATEGIQUE Programme «Accidents du travail Maladies professionnelles» 7 PRESENTATION STRATEGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITE ET D EFFICIENCE «ACCIDENTS DU TRAVAIL MALADIES PROFESSIONNELLES» La branche «accidents du travail

Plus en détail

RÈGLEMENT DÉPARTEMENTAL RELATIF AUX INDUS DES ALLOCATIONS RMI/RSA ET A L OUVERTURE DE DROIT AU RSA DES SITUATIONS DEROGATOIRES

RÈGLEMENT DÉPARTEMENTAL RELATIF AUX INDUS DES ALLOCATIONS RMI/RSA ET A L OUVERTURE DE DROIT AU RSA DES SITUATIONS DEROGATOIRES Annexe 2 à la convention RÈGLEMENT DÉPARTEMENTAL RELATIF AUX INDUS DES ALLOCATIONS RMI/RSA ET A L OUVERTURE DE DROIT AU RSA DES SITUATIONS DEROGATOIRES TITRE I : GESTION DES CREANCES LIEES AU RMI/RSA 1/

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Quelle médiation pour l assurance retraite?

Quelle médiation pour l assurance retraite? ECOLE DES DIRIGEANTS DE LA PROTECTION SOCIALE Quelle médiation pour l assurance retraite? Par Claude PÉRINEL, Médiateur de l Assurance retraite Claude PÉRINEL, docteur en sociologie de l IEP de Paris,

Plus en détail

Tour Franklin, 100-101 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 49 03 25 00 Fax. : 01 49 03 25 01 www.solucom.

Tour Franklin, 100-101 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 49 03 25 00 Fax. : 01 49 03 25 01 www.solucom. Tour Franklin, 00-0 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 0 49 03 25 00 Fax. : 0 49 03 25 0 www.solucom.fr Tous droits réservés - crédits photos : Fotolia - ISBN 978-2-98872-00-9

Plus en détail

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013 1 Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Août 2013 Sommaire Contexte... 2 Les équipements TIC des mairies... 3 Les compétences présentes en mairie... 4 Les usages TIC des mairies... 5 La communication

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition)

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) L appropriation de la stratégie et sa démultiplication par les managers Juillet 2011 Contact Inergie Luc Vidal DGA Directeur associé

Plus en détail

Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés

Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés COMMUNIQUE DE PRESSE Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés Sondage Harris Interactive pour Gecina Enquête réalisée en ligne du 5 au 11 mai 2011. Echantillon représentatif

Plus en détail

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012"

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012 Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012" SOMMAIRE 1 Structure de l échan0llon p. 3 4 2 Acteurs comptables p. 5 6 3 Organisa0on et ou0ls de

Plus en détail

LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS

LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS Introduction Objectifs de l étude Les Essenti Elles, le réseau des femmes managers de BPCE S.A., a souhaité lancer un nouveau Baromètre concernant les Femmes Managers en

Plus en détail

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Département Évaluation des Politiques Sociales Garanties et services : les attentes des et des entreprises Mars 2014 Synthèse des résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail