Le magazine de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le magazine de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain"

Transcription

1 Le magazine de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain N octobre 2013 Retrouvez l Artisanat tous les lundis de 9 heures à 12 heures sur

2 Créateurs d Entreprise nous accompagnons vos projets Des outils adaptés à votre quotidien Un financement sur-mesure Nos solutions en matière de prévoyance Tout savoir pour constituer son dossier de création ou de reprise d entreprise et engager un partenariat financier. Lyonnaise de Banque - SA au capital de RCS Lyon - SIREN cic.fr

3 1 SOMMAIRE octobre 2013 ÉDITO Pierre Cormorèche Président «L homme qui ne sourit pas ne doit pas ouvrir boutique» VIE INSTITUTIONNELLE FORMATION INITIALE OFFRE DE SERVICE FORMATION CONTINUE INFOPOINTCOM 4 à 7 Salon de l habitat et de la déco 8 à 9 Des apprentis à l honneur 10 à 21 Nous vous accompagnons dans vos projets 22 à 25 Nos offres de formation 26 à 30 Je cotise, donc je me forme! Directeur de la publication : Pierre Cormorèche. Directeur de la rédaction : Christian Ridet. Secrétariat de rédaction : Catherine René. Rédaction : Chambre de Métiers et de l Artisanat, M&G Éditions - Chorégraphic. Éditeur : Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain. Crédit photo : - M&G Éditions - Chorégraphic - Michel Bellaton - CMA01 Composition : Hervé Goyard. Impression : Imprimerie Daniel Faurite. Parution trimestrielle, tirage : exemplaires. Distribution : Bourgogne Routage. Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain : 102 BD ÉDOUARD HERRIOT - BP 123 VIRIAT BOURG-EN-BRESSE CEDEX Tél Tous les numéros peuvent être consultés sur le site Cet ancien proverbe chinois est toujours d actualité et s adresse à chacun d entre nous que l on soit chef d entreprise, salarié ou élu. Etre optimiste, croire en l avenir, chercher de nouveaux marchés ou solutions, vaincre les difficultés sont avant tout des attitudes guidées par un état d esprit et une volonté que chacun doit s approprier. Modestement mais efficacement, les services de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain sont aux côtés de chacun d entre nous pour nous aider dans cette démarche, même si, par nature, les artisans sont plutôt indépendants et habitués à se débrouiller seuls. Cependant, pour réussir dans nos entreprises nous avons besoin d un environnement politique stable et cohérent. Dans le domaine de la fiscalité, les changements permanents, les modifications de taux de TVA pénalisent encore une fois les petites entreprises. Sur le plan social, la culture abusive de la protection à outrance n encourage pas l embauche et l accueil des jeunes dans le monde du travail. Les différents projets de réforme des collectivités sont encore une fois des «bricolages» bien loin des enjeux de notre société et de son environnement. C est pourquoi le monde économique de l Ain se positionne sur les grands enjeux rappelant sans cesse que ce sont les entreprises petites, moyennes et grandes qui créent la richesse. Pour information, n oubliez pas les rendez-vous de cette fin d année où de nombreux artisans seront présents : le salon des métiers d art, le salon de la gastronomie et les floralies Sincères amitiés. Le Président Pierre CORMORÈCHE entreprise & métiers n octobre

4 VIE INSTITUTIONNELLE Salon de l habitat Un supplément d âme Avec 170 exposants, 132 de l Ain dont 93 ressortissants de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain, l édition 2013 du Salon de l habitat est un succès. Qui plus est, la CMA accompagnait cette année 27 entreprises dont 10 dans les métiers d art, un record. Véronique Perret, conseiller développement commercial export Malgré la conjoncture économique difficile, la Chambre accompagne 11 primo-entreprises cette année? Oui, c est une belle réussite car c est le plus grand nombre de primoexposants que nous accompagnons sur le Salon de l habitat depuis Globalement, en fait, nous avons accompagné, du 4 au 7 octobre, 11 primo, 3 secundo et 3 tertio-exposants. Rappelez-nous le principe de ces accompagnements. En 2011, la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain, en collaboration avec le Comité d organisation du Salon de l habitat et la SOGEPEA la société qui gère le Parc des expositions avait initié une action d accompagnement pour des jeunes entreprises artisanales du secteur du bâtiment et des entreprises artisanales des métiers d art du département de l Ain, dans le cadre de leur première participation au Salon de l habitat de Bourg-en-Bresse. Elles étaient huit. En 2012, forte de son succès, cette action a été reconduite et a permis à quatre nouvelles entreprises d y participer. Il est apparu évident que l aide allouée à ces jeunes entreprises artisanales ne s arrêtait pas à une seule et première édition. En effet, une participation à un salon se conforte sur plusieurs années afin de permettre aux entreprises de bénéficier d une certaine renommée auprès du grand public. Les partenaires avaient donc décidé de les soutenir dans le cadre d une deuxième participation. Comment les choses se passent-elles pratiquement pour les entreprises? Chacun dispose d un stand de 9 m 2 à titre individuel pour promouvoir son entreprise. En contrepartie d un soutien financier et logistique, et afin de mieux appréhender leur participation au Salon de l habitat, tous les primo-exposants ont suivi une formation «Réussir un salon». En gros, il s agit de savoir se préparer et d agir ensuite efficacement, pendant et après. La démarche se veut stratégique sur le long terme. Véronique PERRET F. Despret, B. Savy et G. Cuillerat : «Ce comité apporte un plus.» La nécessité d un partenariat durable Gérard Cuillerat, Françoise Despret et Bruno Savy font partie du Comité d organisation du Salon de l habitat, en lien avec la Chambre de Métiers et de l Artisanat et la SOGEPEA. Comment voient-ils le futur du salon? Gérard Cuillerat : «Un arbre ne peut pousser que s il a des racines. S il y a aujourd hui des primo, des secundo et des tertio-entreprises artisanales sur le salon, c est parce qu il y a toujours eu une excellente collaboration entre les trois partenaires pour porter de nouvelles entreprises. Il importe donc de maintenir cette osmose entre eux.» Françoise Despret : «Le but du jeu, c est effectivement d accueillir des primo-exposants et de leur mettre le pied à l étrier. Avec le papy-boom qui arrive, il est crucial d apporter un sang neuf au tissu artisanal. La Chambre apporte un soutien fort à l artisanat pour se lancer, d où son succès au fil du temps. C était moins vrai quand les choses ont commencé, peu d entreprises postulaient pour venir au salon.» Bruno Savy : «Je crois que ce comité, en dehors du fait qu il met la main à la pâte au côté du Parc, apporte et continuera d apporter, j espère un plus au salon. Un salon, c est commercial. Ici, il y a un supplément d âme, c est en tout cas le message que l on essaie de faire passer. Les artisans ont besoin de ce salon, de ce partenariat privilégié avec la Chambre. Le Prix régional des apprentis du bâtiment, qui a été remis le premier jour du salon, illustre bien cette démarche d ouverture, en attirant les jeunes dans nos professions. Il est clair qu il faut continuer à aider les nouvelles entreprises pour qu elles puissent accéder au salon.» 4 entreprise & métiers n octobre 2013

5 Salon de l habitat Un outil commercial Denis Lamontagne (primo-exposant) : il a créé son entreprise à 48 ans après un licenciement. Maçon de formation, il a «des idées en béton», comme le suggère sa fille Sandrine, en BTS Design Espace, qui lui a concocté l environnement de son exposition sur le salon. «J aimerais réhabiliter le béton, qui peut servir à bien d autres choses que boucher des trous. C est un matériau avec lequel on peut sculpter, imiter, faire des empreintes, l utiliser sous diverses formes de décor avec un grand choix de couleurs. Je ne pensais pas venir ici. La CMA m en a donné l occasion. J ai répondu à un questionnaire, suivi une formation et espère bien apprivoiser ce salon dont j attends des retombées. Et ce n est pas plus cher qu une pub.» Biomaterre (secundo-exposant) : Pascal Homat a créé en 2009 Biomaterre, entreprise spécialisée dans l éco-rénovation c est-à-dire dans la mise en œuvre de matériaux adaptés au bâti existant. «Si je viens au salon pour la deuxième fois, c est parce que j estime que c est un bon moyen pour faire connaître notre société qui rassemble quatre personnes aujourd hui. J ai eu pas mal de contacts la dernière fois et des chantiers qui ont suivi derrière. Et puis ça m intéresse de rencontrer d autres artisans qui, d ailleurs, ne sont pas toujours convaincus par l écologie. Nous avons le projet de monter une coopérative d artisans en vue de proposer au client une offre globale : serrurier, maçon, électricien, carreleur Ma présence ici m aide à le faire savoir.» Solartec (tertio-exposant) : «Je suis au salon pour la troisième et dernière fois, avant de voler de mes propres ailes» explique Benoît Ancrenat. Solartec a été créée en Même si on a du mal à s appeler comme ça, nous sommes des plombiers modernes J ai désormais compris comment fonctionne un salon. La formation de la CMA m a permis de distinguer les clients potentiels des simples curieux. De toucher aussi une nouvelle clientèle. On fait un salon, comme on dit, mais c est un bel apprentissage pour l outil commercial de la société. La Chambre de Métiers, on ne s en sert pas assez. Pour moi qui ne suis pas issu du commerce, c est une présence indispensable.» Un fanion pour tous Le fanion de la CMA était clairement arboré au fronton de tous les exposants ressortissants de la CMA lors du Salon. Reprenant le logo de la Chambre, il a été conçu il y a trois ans pour faire la promotion de l artisanat et aussi comme signe de reconnaissance, facilement identifiable, des ressortissants. Les exposants Primo-exposants R-Mex Solabaie, Gérard Ronzat : menuiseries extérieures, volets roulants, stores, Ambérieu-en-Bugey ; Eco Renov, Alain Dupont et Gregory David, Aérogommage, Viriat ; 7A Concept, Didier Chardeyron, Ionobrando Marchio, Pascal Tournier, Construction, rénovation, Saint-Martin-du-Fresne ; Brevet-Vialet, Stéphane Brevet et Lilian Vialet, plomberie chauffage, énergies renouvelables, Buellas ; Atelier Coupd laques, Damien et Gilbert Riquier, Polliat ; Métal concept création, Rolland Tournier, métallerie, mobilier, Saint- Jean-sur-Reyssouze ; Ain Services Piscines Frédéric Zorko, Montagnat ; D.I.H. Domotique Informatique et Home Cinéma, Sébastien Lefèvre, Bourg-en- Bresse ; Rendez-Vous Dehors, Germain Richard, jardin d assainissement, baignade naturelle et paysagiste, Trévoux ; Denis Lamontagne, revêtement de sols et des murs, dallage, pavage, Péronnas ; Berthet, protections solaires et fermetures, Hugo-Merlin Hyvernat, Vonnas. Secundo-exposants Alain Fabre, fourniture et pose de portails, motorisation, fenêtres PVC Alu, Buellas ; SAS Ozeale, Alain Peguet, installation d appareils de filtration de l eau et de l air, Frans ; Biomaterre, Pascal Homat, BTP, construction et rénovation, Ambérieu-en-Bugey. Tertio-exposants Bati-therm, Christophe Garde, travaux d isolation, peinture, Bourgen-Bresse ; Mustapha Salman, peintre, Bourg-en-Bresse ; Solartec, Benoit Ancrenat et Frédéric Monchanin, pose de panneaux photovoltaïques, installations d énergie renouvelable, Saint-Triviersur-Moignans. entreprise & métiers n octobre

6 VIE INSTITUTIONNELLE Salon de l habitat Un accompagnement sur mesure Véronique Perret : L art sort de l atelier «L accompagnement de l artisanat d art existe depuis de nombreuses années. Pour cette édition du salon, l accent a été mis sur la thématique de l habitat avec L art dans la maison. Les dix artisans d art présents bénéficiaient d un pôle d animation commun pour permettre au public une appréhension plus facile des spécificités de leur métier. Cette année, le choix s est porté sur des artisans d art en lien avec le bâtiment. Sur les dix présents, cinq ont reçu une formation. Pour les uns et les autres, c est une occasion unique de sortir de l atelier, de se faire connaître et de se frotter au public car ils n ont pas tous un magasin. Et il y a des métiers peu connus» Les exposants Décor passion, Christine Capiaux, création de meubles et objets peints, Montrevel-en-Bresse ; L Atelier, Guillaume Soupène, tapissier décorateur, matelassier, Pont-d Ain ; Buisson SARL, Jonathan Veronese, graniterie et marbrerie, Montrevel-en-Bresse ; Jaky Noël, ébénisterie, Marboz ; SMH, Hervé Michniewicz, fabrication menuiseries et fermetures métalliques, serrurerie, métallerie, Saint-Nizier-le-Bouchoux ; Clinique du cuir, Patrick Giroud, restauration et création mobilier cuir, Saint-Denis-lès-Bourg ; L art du vitrail, Gwenaelle Leguen, création et restauration de vitraux, Châtillon-sur-Chalaronne ; Blandine Basset Décor sur Porcelaine, création et réalisation de décors sur céramique, Saint-Julien-sur-Reyssouze ; Galerie Steel, Margaret et Tony Steel, ébénisterie, aquarelle, Drom ; Anne-Astrid Brunet, céramique, Marboz. Hervé et Isabelle Michniewicz : «C est notre troisième année au salon, dit Hervé. J ai fait une journée de formation. Ce qui me ramène ici pour la troisième fois, c est la recherche du contact. Je suis trop technique, je n ai pas le côté vendeur même s il y a vingt ans aujourd hui que je suis à mon compte. Spécialisé dans les escaliers et les ossatures métalliques, je viens du compagnonnage. Isabelle est ma conjointe collaboratrice. Nous vivons à la campagne mais je crois que nous pouvons y apporter une touche contemporaine. La CMA nous épaule, c est important. L artisanat, c est être proche des gens.» Gwenaelle Leguen : elle exerce un métier qui n est pas courant, vitrailliste, dans lequel elle fait surtout de la restauration mais aussi de la création. «Je travaille pour les collectivités avec de la restauration dans les églises, par exemple, mais le vitrail n est pas seulement religieux, il peut aussi être un vecteur de création pour les particuliers. C est pour montrer cet aspect-là que je suis venue au salon, montrer ma touche personnelle dans le métier, le cachet que peut apporter un vitrail moderne. J apprécie l aide financière apportée par la CMA pour participer au salon mais aussi, sur un plan plus général, d être soutenue et mise en confiance. Je me suis sentie écoutée.» 6 entreprise & métiers n octobre 2013

7 Salle des fêtes - Cours de Verdun Jacky Noël, ébéniste : fidèle parmi les fidèles, il vient depuis vingt-trois ans. «C est le meilleur endroit où trouver des gens qui veulent aménager leur intérieur, explique-t-il. Figurez-vous que j ai rencontré ici, il y a cinq ans, des gens à qui j ai donné ma carte : je viens de leur faire une cuisine cette année!» Spécialisé dans les meubles de tradition (armoire bressane, vaisselier, bibliothèque, horloge) et les cuisines incorporées, il remet aussi au goût du jour certaines cuisines passées de mode. «Heureusement qu on a la Chambre: si on a besoin de quelque chose, on est servi. Dans l Ain, on a de la chance d être aussi bien accompagnés.» L Association des métiers d art de l Ain prend son envol L Association des métiers d art de l Ain a été créée à l aube des années 80 par un groupe d artisans d art. Elle a fonctionné pendant dix ans puis a été réactivée, après une période de mise en sommeil, depuis huit ans. Anne-Astrid Brunet, actuelle présidente, indique que l association entend promouvoir les métiers d art et proposer des actions groupées comme des expositions communes de qualité. Après avoir été longuement présente à la Foire de printemps de Bourg-en-Bresse, l association s apprête à prendre son envol avec la création d un salon spécifique, du 22 au 25 novembre À cette occasion, trente-trois artisans d art seront réunis à la salle des fêtes de Bourg. Parmi eux, une quinzaine directement issus de l association, les autres venant des départements limitrophes. Cette initiative a notamment reçu le soutien de la Région, du Conseil général, de la Ville de Bourg et de la Communauté d agglomération. Anne-Astrid Brunet tient à préciser, à propos de l accompagnement de la CMA, qu il a une dimension «morale, philosophique» : «Toutes les Chambres ne portent pas les associations d art.» Margaret Steel : elle est artiste peintre et son mari ébéniste d art, ils travaillent ensemble. «C est important de venir là pour montrer au public ce qu on sait et ce qu on peut faire puisqu on présente des produits finis. Avec mon mari, nous travaillons sur des pièces de mobilier de maison. Comme ce secrétaire qui rassemble le savoir-faire d un artiste-peintre, d un ébéniste et d un serrurier. Voilà une création qui est le fruit d une conception à trois pour lui donner une identité qui repose sur le bois, le fer et la déco. Je suis à Drom depuis vingt-deux ans. J estime être bien soutenue par la Chambre.» Bientôt un salon spécifique des artisans d art (voir page 28) SALON des METIERS d ART Bourg-en-Bresse Novembre entreprise & métiers n octobre Création NOUS Créons pour Vous

8 FORMATION INITIALE Des apprentis à l honneur Prix régional du bâtiment La remise du Prix régional du bâtiment a eu lieu dans le cadre du Salon régional de l habitat, le 4 octobre, à Bourg-en-Bresse. Organisé en partenariat avec le Comité d organisation du Salon de l habitat, la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain, le Crédit Agricole Centre- Est, la Fédération du Bâtiment et des Travaux Publics de l Ain et le Conseil régional Rhône-Alpes, le Prix régional du bâtiment met à l honneur un apprenti de chaque département rhônalpin. Les apprentis concernés préparent en majorité un diplôme de niveau V (CAP Mention complémentaire) ou, pour certains, de niveau IV (Bac professionnel, Brevet professionnel...) ou III (BTS, DUT ). Les jeunes sont proposés par leurs responsables d établissements et les Chambres de Métiers et de l Artisanat de Rhône- Alpes, selon plusieurs critères. Le premier est d avoir obtenu la meilleure note à l examen. Le second concerne leur excellence dans les domaines technologique, professionnel et scientifique, leur niveau en enseignement général (aucun résultat inférieur à la moyenne) et leur comportement remarquable, voire exemplaire, en termes de citoyenneté. Les lauréats ont reçu un diplôme, un trophée et un chèque de 100. Un voyage d étude et d agrément leur permettra de découvrir prochainement Paris. Au palmarès 2013 Ain : Jérôme Muffat Jeandet, CAP maçon. Ardèche : Florian Cluzel, CAP menuisier fabricant. Drôme : Pierre Langnel, CAP installateur sanitaire. Isère : Fabien Abel, CAP installateur thermique. Loire : Nathan Triomphe, CAP peintre. Rhône : Quentin Cribier, BP installation des équipements électriques. Savoie : Rahman Babayigit, BP serrurier métallier. Haute-Savoie : Valentin Forestier, BTS systèmes constructifs bois et habitat. Prix spéciaux : Éric Boulard, CAP charpente (Ain), pour une réorientation de cursus ; Léo Albien, BTS fluides énergies environnement, option génie climatique (Rhône) pour l adaptation au travers de la mobilité. Prix CECOF Le 7 octobre, le CECOF a organisé sa traditionnelle remise des prix aux apprentis diplômés en Ils étaient 452 apprentis à recevoir leur diplôme le 7 octobre dernier à l Espace 1500 à Ambérieu-en-Bugey. Les plus méritants ont eu un prix récompensant particulièrement leur travail et leurs résultats. Cette année encore, le taux de réussite aux examens est remarquable : 81,4 %, avec à noter 90 % au Bac pro maintenance des véhicules et 100 % au Bac pro Vente et commerce. Sous l égide de la Chambre de Métiers et de l Artisanat et de la Chambre de Commerce et d Industrie de l Ain, cette céré- Prix du CFA BTP Le CFA BTP de l Ain a souhaité une nouvelle fois fêter la réussite des jeunes apprentis à leurs examens. Plus de 600 personnes étaient présentes pour cette remise de prix aux jeunes apprentis, accompagnés de leur famille, amis et maîtres d apprentissage. 19 lauréats au Certificat de formation générale, soit 100 % de réussite. 300 ont obtenu leur CAP, soit 87 % de réussite, et 57 admis pour le Brevet Professionnel, soit 74 % de réussite, au total, 376 jeunes ont été récompensés vendredi 13 septembre. 8 entreprise & métiers n octobre 2013

9 Retrouvez toutes les infos sur l apprentissage monie a mis à l honneur les apprentis les plus méritants dans divers domaines : alimentaire, restauration, vente et commerce, coiffure, fleuristerie, mécanique et ébénisterie. Les jeunes en formation Dispositif d initiation aux métiers en alternance (DIMA), sous statut scolaire, sont aussi récompensés pour l obtention du certificat de formation générale (CFG). Des prix spéciaux ont été remis par les partenaires du CFA du CECOF aux apprentis s étant distingués au cours de leur formation. De nombreuses personnalités locales, départementales et régionales, ainsi que les enseignants et les collaborateurs du CECOF, étaient présents à cette sympathique manifestation. Les apprentis étaient pour la plupart accompagnés de leur famille ou de leur maître d apprentissage. En présence du président de BTP Rhône- Alpes Pierre Durbiano, de nombreux prix spéciaux ont été remis par les professionnels de la branche, les chambres consulaires et les instances rectorales. Ce fut également l occasion de présenter la nouvelle association régionale par la voix de son président et d inciter également les entreprises à continuer de recruter. En effet, un grand nombre de jeunes sont dans l attente de trouver une entreprise pour pouvoir signer un contrat d apprentissage. entreprise & métiers n octobre

10 Apprentissage L exemple qu elle a choisi «Agnès est en 2 e année de CAP cuisine. L alternance entre le CECOF et le restaurant qui l a embauchée se passe très bien car chacun s implique. Aucun souci pour les aptitudes sauf en maths où elle a reçu du soutien de son patron pendant les heures creuses. Il a aussi investi pour réduire le bruit (Agnès est malentendante) et lui a offert une belle mallette de couteaux.» Stéphanie Pétrowitsch Conseillère apprentissage Référente handicap Tél Trois questions à Stéphanie Pétrowitsch Les jeunes handicapés peuvent devenir apprentis L Agefiph a confié à la Chambre de Métiers le soin de développer l apprentissage auprès des jeunes handicapés, en lien avec les établissements qui les accueillent. C est un excellent outil d insertion, y compris pour les entreprises. Peut-on dire que les jeunes handicapés ont enfin accès à l alternance? L apprentissage était un dispositif peu ouvert aux jeunes handicapés. La stratégie change : beaucoup d établissements labellisés H+ qui les accueillent disposent en interne d un chargé d insertion. L Agefiph et les OPCA en ont fait une priorité en ne supprimant aucune aide, comme elles ont pu le faire ailleurs (l Agefiph a signé en 2007 avec les Chambres consulaires une convention régionale). L apprentissage peut être facteur d insertion et, bien sûr, moyen d accéder à un emploi qualifié. C est la feuille de route de ma mission. Avec qui travaillez-vous? D abord avec les établissements : ITEP, IME, collèges où j apporte un regard extérieur apprécié parce qu il permet au jeune de bâtir un projet, y compris, parfois, en étant obligé d accepter son handicap. Avec les chargés d insertion, nous les sensibilisons aux métiers ; nous regardons si leur projet est viable et s il nécessite des mesures d accompagnement. Nous proposons des bilans de positionnement animés par ma collègue, Karine Baudry, psychologue. Nous pouvons aussi aider le jeune dans le montage de son dossier ou dans la prospection de l entreprise et du centre de formation. Le handicap des jeunes fait-il lui aussi peur aux entreprises? Une partie de ma mission est tournée vers l information et le conseil aux entreprises. Il est très important de leur expliquer que ce sont souvent des déficiences peu visibles. Le Centre d Aide à la Décision des Chambres de Métiers et de l Artisanat évalue chaque jeune candidat à l apprentissage. Les jeunes apprentis sont suivis et nous restons là pour être l interface avec les centres de formation. Depuis le début de la convention 190 contrats signés Les aides Aides «classiques» liées à l apprentissage (primes régionales, exonérations de charges, crédit d impôt), l employeur va également pouvoir prétendre à des aides spécifiques. Aides versées par l Agefiph (pour toute embauche à partir du 1 er juin 2013) : - Contrat d apprentissage de 6 à 12 mois : Contrat égal à 12 mois : Contrat supérieur à 12 mois et inférieur ou égal à 18 mois : Contrat supérieur à 18 mois et inférieur ou égal à 24 mois : Contrat supérieur à 24 mois et inférieur ou égal à 30 mois : Contrat supérieur à 30 mois et inférieur ou égal à 36 mois : Attention : Pour être recevable, la demande d aide à l apprentissage doit être déposée auprès de l Agefiph de la région d implantation de l entreprise au plus tard 3 mois à compter de la date d embauche. 10 entreprise & métiers n octobre 2013

11 Restaurant Mets & Vins La fibre de la transmission «Cela fait 16 ans que je forme des apprentis avec le CECOF», confie Stéphane Prévalet. Lorsque que le chef cuisinier du restaurant Mets & Vins et son épouse Laetitia s installent à Bourg-en-Bresse en 2005, ils prennent un premier jeune en contrat d apprentissage pour la salle. En 2006, c est un autre élève du CECOF qui entre en cuisine. «C est important de prendre des apprentis car ils sont susceptibles de travailler avec nous par la suite et de progresser avec le temps.» S il reconnaît que la charge du formateur est plus ou moins lourde selon les " cuvées, «des demoiselles comme celle que j ai actuellement, j en prendrais dix comme elle!» s enthousiasme Stéphane Prévalet. Agnès Gaia, malentendante et reconnue travailleur handicapé (TH), est en deuxième année de CAP cuisine au CECOF. «Agnès comble ses soucis par sa rigueur, son travail. Elle s applique et, si ce n est pas ça, elle recommence.» Chaque année entre 2007 et 2010, le couple a suivi une formation d une journée pour les maîtres d apprentissage avec la Chambre de Métiers. Stéphane Prévalet est membre du jury des examens en cuisine des CAP et BP et de la formation complémentaire CAP desserts à l assiette. Il donne aussi des cours de cuisine. «Aujourd hui, les jeunes postulent davantage pour ma cuisine. Nous avons un bibendum dans le Guide Michelin. Mais je pense qu il faut revaloriser les filières professionnelles et arrêter de penser que c est une voie de garage.» Le restaurateur gastronomique forme un deuxième apprenti en cuisine. «L avantage d en avoir deux, c est que ça me permet de faire un roulement. Le but, ce n est pas qu ils arrêtent en CAP. Je veux qu ils fassent un Bac pro. Le 2 e année aide à la formation du 1 re année sous ma responsabilité. Cette organisation permet de les impliquer dans leur travail, de les rendre autonomes, de les responsabiliser et de les valoriser. Et puis, former nous oblige à nous re- NOUS VOUS ACCOMPAGNONS DANS VOS PROJETS Chez Stéphane Prévalet, qui revisite la cuisine traditionnelle, la formation d apprentis est un second métier. mettre en question, à réfléchir à ce que nous faisons et à le faire bien.» Objectif : réussir le CAP Après avoir recruté Agnès Gaia, malentendante, en contrat d apprentissage, Stéphane Prévalet a renouvelé sa batterie de casseroles et son matériel électrique. Les appareils auditifs de la jeune fille amplifiaient les sons des anciens équipements et produisaient un effet Larsen. «Je ne savais pas qu un chef pouvait faire tout ça», s étonne-t-elle. Le chef cuisinier explique qu il a dû se mettre à sa portée. «Agnès a un peu de mal dans la gymnastique d esprit. Il a fallu la comprendre et savoir comment elle réfléchit. Au début, pour le calcul des ingrédients, nous l obligions à le noter et quand elle parlait nous la poussions à articuler.» Côté administratif, sa mère s en occupe avec la Chambre de Métiers et la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Agnès Gaia est en contrat depuis le 18 juillet «J ai 18 ans et demi et j ai mon permis de conduire, précise-t-elle très clairement. J ai pris un studio en face du restaurant. Ce n était pas évident au début. J ai choisi de ne pas vivre en foyer parce que j ai fait cinq ans d internat avant. Je rentre chez mes parents le week-end. Je suis très contente de faire mon apprentissage ici. J apprends bien et plein de trucs différents. Après, j aimerais faire un BP. Mais d abord je dois passer le CAP. En pratique, j y arrive bien, mais en classe c est un peu dur dans certaines matières. L objectif est de le réussir.» Restaurant Mets & Vins Stéphane Prévalet 11 rue de la République Bourg-en-Bresse Tél entreprise & métiers n octobre

12 Environnement Les exemples qu il a choisis «Solypac a engagé une des premières démarches Imprim Vert. L entreprise a su communiquer sur ce label. Quand je suis revenu pour une visite, il y avait donc une écoute. La menuiserie Julliard illustre bien les précautions qu il faut prendre quand on s installe en zone habitée et l accompagnement très ciblé que nous offrons.» Sébastien Astier Conseiller environnement Tél Trois questions à Sébastien Astier Ignorer les réglementations, c est s exposer à des contrôles. La visite énergie et le prédiagnoctic environnement sont deux prestations gratuites et confidentielles. Elles permettent d analyser comment la réglementation ou la thématique énergie sont prises en compte dans l entreprise. Cette démarche veut transformer ces contraintes en atouts. Vous invitez toujours les artisans à regarder leur environnement. Souvent les artisans ne connaissent pas bien la législation. S ils prévoient de s installer en zone résidentielle délimitée par le plan d urbanisme, il faut une autorisation ; si leur activité figure parmi les installations classées, il y a des normes à respecter pour les rejets et les déchets. Ignorer les réglementations, c est s exposer à des contrôles. Est-ce une démarche lourde? Non, je consacre une visite et un entretien de deux ou trois heures. J aborde tous les points qui font l objet d une réglementation : l eau, l air, le bruit dans le cas d un prédiagnostic environnement ; l installation éléctrique, le chauffage, l isolation dans le cas d un diagnostic énergie. J aborde aussi brièvement la question de la sécurité au travail. Il m arrive d emporter des documents des factures, par exemple pour comparer et étayer mon analyse. Je rédige un rapport écrit avec des préconisations. J établis trois niveaux d urgence pour leur mise en œuvre : à faire tout de suite, à faire par la suite, recommandé de le faire. L entreprise a entre entre 8 et 16 mois pour appliquer ce qui est indispensable, mais nous sommes toujours là pour l acccompagner. Le bilan énergie demande un peu de temps mais est souvent facteur d économies ; le prédiagnostic environnement contribue à donner une bonne image de l entreprise auprès de clients de plus en plus sensibles à cet aspect. Dans les deux cas, c est un challenge pour l entreprise et ses salariés. Depuis le début de la mission 200 pré-diagnostics 50 visites énergie 12 entreprise & métiers n octobre 2013

13 NOUS VOUS ACCOMPAGNONS DANS VOS PROJETS Menuiserie Julliard Le silence a un prix Imprimerie Solypac L environnement fait bonne impresssion Jean-Baptiste Julliard perpétue la tradition du bois, sur le plateau d Hauteville. Ils ont tout pour être heureux. Trois beaux garçons ; une maison retapée à leur goût avec de belles huisseries ; un partage des responsabilités, lui artisan, elle conjointe ; un atelier d où sortent de magnifiques portes sur mesure et en bois massif. Un bonheur pourtant à l épreuve des décibels À 35 ans, Jean-Baptiste a décidé de mettre à son compte en s installant à Aranc, sur le plateau d Hauteville, dans l atelier où son grand-père sciait des grumes. En ce temps-là, on ne comptait pas les décibels. «Attention, vous êtes installés dans une zone d habitation, leur a expliqué Sébastien Astier, venu pour un diagnostic environnement. Vous devez prendre en compte les plaintes de votre voisin». Jean-Baptiste a investi pour réduire la pollution sonore engendrée par son aspirateur extérieur à l atelier. Il l a fait de bonne grâce, d autant qu il a pu ainsi résoudre le problème du recyclage des copeaux et de la sciure : grâce à un gros tuyau, ils traversent directement la route pour remplir la chaufferie familiale installée de l autre côté. Gaines, matériaux isolants et bonne volonté n ont pas suffi : le litige dure toujours. Cet investissement n était pas prévu au prévisionnel de départ. Il pèse lourd dans le budget de l entreprise qui a démarré en septembre Jean-Baptiste espère que le dossier FISAC, monté avec l aide du Comité départemental d aménagement rural et de la Chambre de Métiers de l Ain, viendra soulager l emprunt et solder ce souci qui encombre l esprit. Avec son épouse, il a lu et relu le rapport «clair et simple» rédigé par Sébastien Astier après sa visite. «L intervention de la CMA nous a rassurés. Ce rapport, c est un peu notre Bible. On le relit souvent. Avec lui, nous avons cherché les solutions et choisi les matériaux. Je conseille à tous ceux qui s installent de bien se renseigner sur les réglementations.» Menuiserie Julliard Portes et fenêtres sur mesure Tél Aranc Manuel Ollier imprime vert, beau et sur mesure. Il y a chez Solypac un petit côté laboratoire expérimental. L offset quatre couleurs n est lancée que lorsqu on a trouvé la bonne solution imprimée en petites séries. Manuel Ollier a repris en 2008 le virus inoculé par son père, papetier et imprimeur : l ingéniosité et la créativité pour adapter des produits haut de gamme (supports de promotion, packaging pour la vente, kakémonos, affiches pelliculées) à des tirages limités. Solypac, c est beaucoup d épicerie fine, ce qui lui vaut des clients bien au-delà d Oyonnax. Labellisée Imprim Vert, l imprimerie a mis en place une gestion très vertueuse de ses déchets (de l encre à la gâche, en passant par les chiffons, ils sont nombreux dans ce métier). Manuel poursuit la démarche. L an dernier, il a demandé à la Chambre de Métiers une visite énergie qui a été vite suivie d effets grâce à quelques investissements : installation de lampes moins gourmandes en énergie, changement des huisseries avec des fenêtres double vitrage, surveillance de la consommation des machines très diverses, etc. «Nous avons appris à changer nos petites habitudes et à nous poser des questions.» Pour Manuel Ollier, cet état d esprit est bien en phase avec la sensibilité de ses clients, souvent des agences de création graphique et de design, qui font de l image, au propre comme au figuré, une identité porteuse de valeurs. Il va donc continuer à afficher cette préoccupation durable : «J aimerais accéder à la certification PSC-PEFC (des papiers sans chlore issus de forêts gérées de façon éco-responsable). Nous y réfléchissons avec vingt-sept imprimeries rhônalpines au sein d un groupement qui veut mutualiser ses moyens pour l obtenir.» Solypac - imprimerie Tél rue du Lieutenant Minet Oyonnax Cedex entreprise & métiers n octobre

14 Transmission d entreprise L exemple qu elle a choisi «L activité de reliure relève des métiers d art. Il y a donc un savoir-faire qui risque de se perdre. Heureusement que le repreneur était très motivé car nous nous sommes heurtés à des difficultés pour suivre une formation, indispensable estimait la cédante. Tout a fini par s arranger car chacun y a mis du sien!» Nathalie Geoffray Conseillère transmission reprise Tél Chaque année 25 rendez-vous conseil 60 diagnostics Trois questions à Nathalie Geoffray Reprendre une entreprise devient parfois une façon de prendre sa carrière à contre-pied. Reprendre une entreprise devient pour beaucoup de salariés une perspective de reconversion professionnelle. La motivation doit être forte car le parcours est semé d embûches. Particulièrement en matière de formation. Acquérir le savoirfaire et l entreprise peuvent aller de pair. Existe-t-il un dispositif qui facilite la reprise? La cession reprise, c est un peu de l alchimie. Chaque cas est particulier. On le voit bien dans l exemple choisi : les deux parties doivent composer. Le repreneur a du mal à trouver des financements pour se former et il n y a pas de cadre juridique lui permettant de travailler bénévolement dans l entreprise du cédant pour acquérir le savoir faire et l expérience. Il manque un maillon pour le passage de relais, ce moment particulier où le repreneur a besoin d être accompagné par le cédant. Et, de plus en plus, compte tenu du contexte économique tendu, le cédant et le repreneur veulent des garanties. Céder son entreprise, c est s armer de patience! Et ce n est pas pour rien que l on dit qu il faut s y prendre à l avance. Les délais d attente sont longs alors qu aujourd hui beaucoup de gens auraient tendance à vouloir tout tout de suite. Ces profils changent beaucoup de nos jours. La plupart des métiers sont soumis à qualification professionnelle. Il faut un CAP ou trois années d expérience professionnelle justifiée. Vous pouvez du jour au lendemain devenir fleuriste mais c est un métier qui exige beaucoup de connaissances (il y a des formations facilement accessibles), mais pas coiffeuse (il faut un BP). Reprendre une entreprise devient parfois une façon de prendre sa carrière à contre-pied. Comment accompagnez-vous le cédant? Nous menons deux types d action. Le rendez-vous conseil : soit le cédant vient bien en amont pour connaître la marche à suivre soit il a un repreneur identifié et il prend contact avec nous pour mettre en oeuvre la transmission. L autre solution, c est le diagnostic : il faut trouver la personne susceptible de faire une offre de reprise. Nous diffusons l annonce dans notre réseau et mettons en relation cédant et repreneur. Il a besoin soit de conseils soit de contacts. Dans tous les cas, il faut s y prendre tôt! 14 entreprise & métiers n octobre 2013

15 NOUS VOUS ACCOMPAGNONS DANS VOS PROJETS Michèle Geoffray «J ai senti le repreneur très motivé» François Collet - Relieur Un métier cousu main Relieuse durant dix-huit ans près de Bourg-en- Bresse, Michèle Geoffray a transmis atelier et savoir-faire. Le savoir-faire de la reliure traditionnelle et l amour du métier, Michèle Geoffray les avait reçus de sa mère, dont elle a repris l atelier il y a dix-huit ans à Certines. À l aube de la retraite, elle les a transmis à son tour, en même temps que l atelier. «J avais toujours entendu dire qu il fallait s y prendre tôt pour chercher un repreneur. En mai 2011, dans une réunion d information organisée par la Chambre de Métiers, on nous a bien rappelé qu il faut en parler autour de soi. C est ce que j ai fait. Un jour, des amis du club de spéléo de mon mari sont venus avec leur gendre ; il a visité l atelier. C était mon futur repreneur!» explique Michèle. François n était pas tout à fait du métier. «Mais je l ai senti très motivé! Il m avait rappelé le lendemain, il est venu très souvent à l atelier, il faisait des kilomètres pour venir! Il s est formé, a passé un CAP. C est primordial de passer du temps avec le repreneur pour lui transmettre le savoir-faire : chaque atelier a ses propres manières, je voulais que le mien reste un atelier de reliure traditionnelle, François travaille comme je travaillais. C est primordial aussi de mettre le repreneur en contact avec la clientèle : il faut qu il ait vu chaque client avant la reprise.» Outre quelques particuliers, la clientèle se compose essentiellement de collectivités locales, mairies, archives départementales sur l Ain, le Jura et la Saône-et-Loire. «C est une chance d avoir trouvé un repreneur tout de suite», reconnaît l heureuse retraitée. «Une fois que tout a été mis en route, tout s est fait finalement assez rapidement. Sinon, j aurais eu la solution de mettre des annonces dans des écoles professionnelles. C est un métier rare, où les jeunes ne trouvent pas de postes salariés.» L artisan ouvre une nouvelle étape d un parcours professionnel passant par les métiers du bois et du livre. «À tenues de relier tous les dix ans les registres d état l ère du numérique, on pourrait penser qu on ne fait plus de reliures mais les mairies par exemple sont civil pour leur conservation», explique François Collet. Les clients qui confiaient à Michèle Geoffray ce soin le confient aujourd hui à François, à qui elle a cédé l entreprise cet été. «C est une reconversion, mais avec une continuité dans mon parcours : après une formation initiale d ébéniste, j ai découvert le monde des bibliothèques et travaillé dix ans à la médiathèque Vailland à Bourg, puis je suis retourné aux métiers du bois, près d Angers. Revenu dans l Ain, après un congé parental, je souhaitais reprendre une activité qui me permette de travailler à la maison. J ai visité l atelier de Michèle avec curiosité et me suis dit : pourquoi pas?» C était le point de départ d une nouvelle étape, alliant goût du travail manuel, savoir-faire du geste précis et méticuleux, et univers du livre. «La plus grosse difficulté a été de trouver des financements pour une formation.» Trop jeune ou trop vieux pour bénéficier des aides de Pôle Emploi, François a pu trouver une solution via un dispositif régional. «La Chambre de Métiers a été très présente, a vraiment soutenu mon projet. J ai mis en place une double formation : chez la relieuse et à l école des Ateliers d Or. Le gros point noir, c est le vide au niveau législatif : il n existe pas de convention possible pour qu un cédant forme son repreneur en tant que salarié.» Artisan depuis juillet, François a déménagé l atelier cet été pour l installer chez lui. Nul doute qu il a à cœur de «continuer sur la lancée de Michèle Geoffray.» François Collet - Relieur Tél Les Vernays Curciat-Dongalon entreprise & métiers n octobre

16 L exemple qu elle a choisi «À la boulangeriepâtisserie de Roissiat, il y a toujours du pain cuit au feu de bois pour les amateurs qui font le détour. Les produits sont achetés localement. Monsieur n hésite pas à vendre au magasin (repeint trois fois en dix ans) et madame fait les tournées.» Corine Hémery Conseillère métiers de l alimentation Tél «Les Économie de proximité Prédiagnostic Proximité Plus près, meilleur et moins cher! Retour aux fondamentaux : les artisans de l alimentation se fournissent de plus en plus près de chez eux. Grâce à leur savoir-faire, ils valorisent des produits qui assurent leur promotion. Tout le monde y gagne! produits des fournisseurs locaux sont très souvent meilleurs et moins chers, et ils contribuent à l image de l artisan auprès de ses clients.» C est cette démarche que défend activement Corine Hémery, exemples en main : le boulanger qui achète sa crème et son beurre à la coopérative, le boucher qui choisit ses bêtes chez leurs éleveurs, le restaurateur qui s approvisionne chez le maraîcher voisin «On peut cuire son pain à l ancienne, proposer des tartes à la crème et être au final moins cher que les autres.» Dans l économie de proximité, l artisan garde toute sa place. Le circuit court, très en vogue, établit souvent un lien direct entre le producteur et le consommateur ; le circuit de proximité, lui, rapproche l artisan de ses clients. «Les consommateurs sont très réceptifs. Il faut donc communiquer pour établir une notoriété, s appuyer sur la diversité et la qualité.» D autant que le goût est de retour : «On ne consomme plus de la même façon en début et en fin de semaine. On ira le samedi chez le boucher pour s offrir un beau morceau.» Une garantie d excellence que les grandes surfaces cherchent à s approprier en permanence grâce à la promotion de ses produits artisanaux. Pour Corine Hémery, le bon fait du bien : Boulangerie Bon à Roissiat La culture locale avant tout L artisan boulanger de Roissiat aime son métier et joue la carte de la proximité : de l approvisionnement des matières premières aux services rendus à la clientèle. Pour rien au monde l artisan formé au CECOF ne voudrait céder sa place contre une en ville. «Nous sommes bien ici. La clientèle est très gentille, simple, comme nous. On se connaît. C est familial.» Du mardi au dimanche, de minuit à 12 h30, Frédéric Bon travaille tout à la main : le levain, la pesée et le façonnage avant la cuisson au feu de bois. «Je veux continuer ce que les anciens m ont transmis et le transmettre à mon tour», confie le boulanger-pâtissier de Roissiat, qui forme deux apprentis. Son épouse, conjointe collaboratrice, s occupe de la vente, de la comptabilité et des livraisons quotidiennes. «Quand nous avons repris le commerce en 2004, les tournées existaient du mardi au samedi. Et j ai continué, précise Alexandra Bon. Je livre le pain le matin dans un rayon de 15 à 20 km dans le Revermont et deux fois par semaine dans le Jura. Nous ne voulons pas empiéter sur les communes où il y a un boulanger. Je vais chez les personnes âgées comme chez les jeunes couples. C est une manière de se faire connaître. Le dimanche, les gens viennent au magasin.» La boulangerie travaille également avec l épicerie de Cuisiat et des restaurateurs environnants. Dix ans bientôt que le couple s est installé dans le hameau. «Nous avons toujours cherché un four à bois, car j ai fait ma formation avec. Le hasard a fait que mon premier patron s était aussi formé ici. Comme quoi, c est important de garder nos valeurs, pas celles des boulangers semi-industriels.» Autre signe particulier : l utilisation de matières premières locales et l attachement à la qualité. «La farine vient du moulin de Chenay-le-Châtel (Saône-et- Loire) en lien avec ma première expérience, le beurre de Nantay (Jura) et la crème d Étrez. Le bois, je vais le chercher moimême. Et nous investissons tout le temps : nous avons refait un laboratoire pâtissier et un laboratoire boulanger, plus fonctionnels.» 16 entreprise & métiers n octobre 2013

17 NOUS VOUS ACCOMPAGNONS DANS VOS PROJETS Amblamex Les commerçants innovent «Les restaurants qui travaillent leurs produits ont une meilleure marge. Revenir à plus de proximité vous conduit à repenser vos produits, votre organisation vous fabriquez la viennoiserie crue le mardi et vous la surgelez pour la cuire le week-end, votre stratégie commerciale. Et nous, nous sommes là pour accompagner. On nous pose une question et on s aperçoit très vite qu il y en a dix derrière. L hygiène, la réglementation, la traçabilité, etc.» Boulangerie Pâtisserie Frédéric Bon Roissiat Courmangoux Tél Trois questions à Karine Rouchon Le drive, c est in Quarante commerçants des trois pôles urbains de la Plaine de l Ain se lancent dans le drive, une forme de commerce sur internet : on commande avant midi, on récupère à 17 h. Karine Rouchon suit de près cette contreoffensive. Le drive est-il est une bonne piste? C est un projet très intéressant. Des commerçants et artisans veulent vendre autrement et reconquérir une clientèle qui va chez eux le week-end mais qui court tout le reste de la semaine. C est un projet local : il concerne les cantons d Ambérieu, Lagnieu, Meximieux, d où son nom provisoire, Amblamex. C est un projet fédérateur : il réunit 40 commerçants artisans issus des unions commerciales et soutenus par la CCI de l Ain. C est un projet partenarial : les collectivités locales, les chambres consulaires s y intéressent et financent en partie. C est un projet innovant : il s appuie sur un site internet en cours de construction. Le drive débutera l an prochain. Comment ça marche? Très simplement : vous accédez quand vous voulez au site pour voir son offre et ses produits du jour ; vous devez passer votre commande avant midi si vous voulez retirer vos produits à partir de 17 h. Entre-temps, un dispatcheur (une entreprise d Ambérieu s est portée candidate) récupère les commandes et les répartit selon divers points de livraison. Avantage : un seul paiement par commande. Cette formule existe déjà à Oullins et Vienne, sous l appellation Conciergerie. Est-ce que ça va marcher? On ne peut que saluer cette initiative : elle vient de commerçants artisans qui veulent dynamiser leurs ventes et regagner des parts de marché. Elle s adresse à une clientèle typique de la Plaine de l Ain : active, nomade et connectée, mais aussi à des personnes qui ont des problèmes de déplacement. C est une expérience qui a besoin d être soutenue car elle fait partie des alternatives que le commerce local développe afin d exister face aux sites de commerce en ligne, dont ceux de la grande distribution qui montent en puissance. Karine Rouchon Responsable du service économique Tél Une formule qui intéresse «C est un projet complexe à monter au plan territorial, mais c est un projet enthousiasmant au plan commercial. Les retours sont bons!» Julie Bourgeois, animatrice du projet sur le territoire est optimiste. Sa mission jusqu en avril 2014 consiste à monter le dossier, à tisser des liens, à organiser les actions. Cette semaine, avec le comité de suivi, elle recevra les trois webmasters qui ont dû revoir leur copie et leur devis. «Nous voulons un site évolutif en fonction de la montée en puissance de l activité et plus incitatif pour pousser les commerçants sur Internet.» Ensuite, elle ira, site à l appui, visiter commerçants et artisans intéressés pour qu ils intègrent l offre de service en ligne. La communication devrait débuter en janvier pour une ouverture du site en mars. Julie Bourgeois passe une partie de son temps à accorder les violons. Normal pour un projet innovant, inter-urbain et partenarial. Elle sait l attente des professionnels et des consommateurs. Un questionnaire distribué dans les gares d Ambérieu et de Meximieux a montré l intérêt du public pour ce mode de commerce, d autant que beaucoup de femmes sont obligées de faire vite leurs courses à Lyon entre midi et deux heures. Les prix seront-ils plus élevés? «Nous ne ferons payer que ce qu il y a dans le panier.» Ce qui dire veut que l investissement initial (le site, les salaires, la communication ) aura été assuré par la Communauté de communes de la Plaine de l Ain, une banque sponsor et Amblamex. Cet acronyme devrait rester le nom du groupement des trois villes. Pour le site et son ambition, il faudra trouver plus vendeur. entreprise & métiers n octobre

18 Création d entreprise Les exemples qu elle a choisis Pour Franck Morin, parce qu il est actuellement en auto-entreprise et qu il souhaite se développer en changeant de statut. Pour Stanislas et Lucie, parce qu il s agit d une reprise d entreprise et d un jeune couple particulièrement dynamique. Fatima Doukar Conseillère création Tél Depuis le début de l année 313 stagiaires SPI 196 stagiaires auto entrepreneurs Trois questions à Fatima Doukar Plus près, meilleur et moins cher! Le stage préparation à l installation est une des missions confiées à Fatima Doukar. Elle en assure la mise en place et le contenu pédagogique. Elle forme et informe aussi sur le fiscal et le social, apporte un appui conseil aux entreprises en difficulté et sensibilise à la création d entreprise grâce au Centre d Aide à la Décision (CAD). Pas question de s installer si on ne passe pas par ce stage préparatoire? Le SPI (stage préparatoire à l installation) est obligatoire pour les créateurs ou les repreneurs d entreprises. On constate cependant une baisse du nombre de participants à cette formation très bénéfique. Parallèlement, on voit augmenter le nombre de dispenses octroyées à ceux qui sont cadres ou qui ont un niveau bac+2. Le contexte économique n est pas étranger à cette baisse. Pour les auto-entrepreneurs, la formation se limite à un jour. La CMA de l Ain propose un accompagnement facultatif d une autre journée. Suivre le SPI, c est avoir la possibilité de partir d un bon pied? La durée de la formation est une autre particularité de l Ain. Chez nous, le SPI dure fréquemment huit jours répartis sur deux semaines. Nous dispensons la première semaine une formation générale, à partir de cours théoriques, aux seize porteurs de projet qui y participent. La seconde semaine, nous la passons à travailler en demigroupe sur les projets eux-mêmes et sur la validation du prévisionnel. Une approche qui leur parle : on voit si le projet est viable. Cela va permettre à certains porteurs de décaler leur installation, d autres vont prendre conscience qu il vaut mieux renoncer. Quel profil ont ces créacteurs? En moyenne 35 ans. Ils sont souvent diplômés et ont une bonne expérience professionnelle. La plupart du temps, ils s installent dans leur métier. Ils ont besoin d accompagnement. Souvent, ils viennent à cette formation en traînant les pieds. Ils en repartent très contents parce qu ils ont pu tester leur projet, constater qu ils n avaient pas tout intégré. Quand ils partent, ils ont un peu peur de se lancer seuls. La CMA est là pour venir en appui pour les faire accéder à un dispositif d aide ou une formation. 18 entreprise & métiers n octobre 2013

19 NOUS VOUS ACCOMPAGNONS DANS VOS PROJETS Franck Morin - informatique De la passion à l installation Stanislas Garcia - garagiste Un métier qui roule Á 47 ans, Franck Morin utilise le statut d autoentrepreneur pour devenir artisan. Franck Morin ne laisse rien au hasard. «Je ne veux pas m installer en EI (entreprise individuelle) du jour au lendemain. J aime bien maîtriser les choses.» Originaire de Saint- Amour (Jura), ce quadragénaire dynamique partage ses journées de travail entre l entreprise qui l emploie et sa passion de l informatique, qu il a décidé de transformer en activité professionnelle. «En mars 2012, j ai choisi le régime d auto-entrepreneur pour mettre le pied à l étrier. Je voulais que mon projet mûrisse.» Créer son entreprise représente un vrai challenge pour Franck Morin. En 2011, dans le cadre d un congé individuel de formation (CIF), il suit une formation à l AFPA et obtient le diplôme de Technicien d assistance informatique. «Ce diplôme m a permis de sanctionner mes compétences. J ai pu démarrer mon activité parallèlement à mon emploi. En septembre 2013, l entrepreneur en herbe suit le stage préparatoire à l installation (SPI) avec la Chambre de Métiers. «Nous étions seize stagiaires d horizon et de secteurs d activités totalement différents. Le stage a permis à certains d entre eux de valider leur projet d installation, pour d autres comme moi de l affiner, de le modifier en vue de le concrétiser.» Franck Morin a pu approfondir certains thèmes, en particulier la fiscalité de l entreprise, les différentes cotisations et charges (RSI, URSSAF ). «On est performant dans notre métier, mais on néglige souvent la partie administrative et commerciale.» L objectif de l artisan en devenir est de pouvoir se lancer sur son village d origine au second semestre 2014, moyennant une mise à disposition d un an renouvelable une fois, par son employeur pour création d entreprise. «Je vais me faire connaître sur Saint-Amour car il n y a pas personne pour dépanner dans un rayon de 15 ou 20 km alentours.» Assistance et dépannage informatique Franck Morin 772, avenue de Trévoux Saint-Denis-lès-Bourg Tél Stanislas et Lucie ont accueilli leurs premiers clients en septembre. Depuis l enfance, Stanislas Garcia est un passionné de mécanique. «J ai commencé l apprentissage à 14 ans, à la sortie de 3 e. Le métier ne m a jamais lâché.» Au fil d une dizaine d années, il évolue en tant que technicien spécialisé, à Mâcon, puis chef d atelier à Bourg-en-Bresse. «J avais l espoir d évoluer chez Norauto mais il fallait être muté.» C est alors qu il réalise son rêve de longue date : ouvrir son propre garage. «Il en parlait depuis des années», confirme sa compagne, Lucie Ligeron, qui l accompagne dans l aventure. Le couple réside à Attignat. «Le garage était à vendre depuis décembre, il y avait déjà un candidat mais qui n a pas eu les financements.» En avril, Stanislas suit le SPI. «Je connaissais déjà la compta mais c est toujours bien d avoir des rappels, ça m a permis d échanger avec d autres personnes dans le même cas que moi aussi.» Parallèlement, il obtient le dispositif régional NACRE, «avec trois enveloppes : création d entreprise, financement, suivi d exploitation». Lucie devient conjointe collaboratrice et s inscrit à la formation ADEA (assistant de dirigeant d entreprise artisanale) proposée par la CMA. «On est souvent en contact avec la Chambre. On se sent bien accompagnés, avec un bon suivi», souligne le couple. Le 5 septembre 2013, Stanislas et Lucie accueillaient les premiers clients de Garage Passion Mécanique. Entièrement rénové, repeint d un beau vert frais, le lieu a fait peau neuve. Les premiers clients viennent parfois de loin Le site internet est en préparation. La démarche pour obtenir le label «Garage Propre» est en cours. Prochaine étape : «proposer la restauration de voitures américaines». Peut-être un jour réalisera-t-il un de ses autres rêves : en acheter une Garage Passion Mécanique 64, Grande rue Attignat Tél entreprise & métiers n octobre

20 Les exemples qu il a choisis «J ai choisi Hulya et Pauline, pour leur dynamisme et leur envie de transmettre leur savoir-faire.» Pascal Cuisant Directeur délégué formation Tél LES MODULES Formation continue Le brevet de maîtrise Le BM, un titre de référence Sept modules, un parcours adaptable sur la base de deux ans, une montée en qualification le brevet de maîtrise est un vrai challenge. Obtenir ce diplôme, c est s ouvrir d autres portes. Revue de détail avec Pascal Cuisant qui le présente avec enthousiasme. B comme Bac+2 Le brevet de maîtrise (BM) est un diplôme national de niveau III, propre aux Chambres de métiers et de l artisanat. Il équivaut à un BTS, un DUT ou un DEUG, c est-à-dire à bac + 2. On peut le commencer à Bourg et le finir à Nice par exemple. A B C D ENTREPRENEURIAT 49 heures Situer l entreprise dans son environnement Communiquer efficacement dans la vie professionnelle COMMERCIAL 56 heures Définir une stratégie, mettre en œuvre les plans d action commerciale et définir les différents outils de l action commerciale Maîtriser les différentes techniques de vente et d après-vente GESTION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE 84 heures Élaborer, équilibrer et analyser un plan de financement Lire et établir un compte de résultat et un bilan simplifié Analyser la rentabilité et la situation financière GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 56 heures Recruter et développer les compétences - Organiser le travail et manager le personnel Analyser les dysfonctionnements Mieux communiquer, Intégrer les principes de droit du travail C comme coiffeuse Lors de la remise des Trophées de l excellence artisanale (le 2 décembre cette année), les coiffeuses sont majoritaires pour venir chercher leur BM. On découvre aussi des patissiers, des traiteurs, des menuisiers, des réparateurs auto, des carrossiers, etc. La liste des métiers évolue régulièrement E comme excellence Le BM représente vraiment une montée en qualification qui permet aux salariés d évoluer, de gagner plus, de devenir formateur, et au chef d entreprise de faire progresser son entreprise. Il ouvre aussi à des diplômes supérieurs et permet d accéder à l enseignement supérieur. Principale difficulté à résoudre : dégager du temps. F comme financement Passer son BM coûte environ à une entreprise et à un salarié. Pour certains, cela peut être un frein. Mais il existe diverses solutions pour amortir cet investissement. E F FORMATION ET ACC. DU JEUNE 56 heures Situer l apprentissage dans son environnement Accompagner l apprenant dans son projet professionnel et social Acquérir les compétences de maître d apprentissage ou tuteur COMMUNIQUER A L INTERNATIONAL/ANGLAIS 64 heures Se présenter et s exprimer à l oral et à l écrit au quotidien et dans le milieu professionnel MODULE PROFESSIONNEL variable suivant les métiers Perfectionnement technique et pratique professionnelle Organisation du travail Hygiène et sécurité Relation clientèle J comme jury Les examens ont lieu en janvier et juin en présence d un jury composé de chefs d entreprise, de salariés et de formateurs. Le niveau requis garantit la qualité du diplôme qui permet de devenir soi-même formateur. P comme programme Le BM est modulaire et modulable. Modulaire parce que la partie théorique aborde six domaines (l entrepreneuriat, le commercial, la gestion économique et financière, les ressources humaines, la formation et l accompagnement du jeune, l anglais) et que la partie pratique comporte un module professionnel. Les formations peuvent être dispensées dans l Ain au CECOF, par exemple ou dans un autre département. Modulable : chacun peut adapter le parcours à son rythme (un jour par semaine sur deux ou trois ans). 20 entreprise & métiers n octobre 2013

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

EDITO. Les chiffres clés. L artisanat gersois

EDITO. Les chiffres clés. L artisanat gersois EDITO Les chiffres clés Niveau départemental (au 01.01.2012) : 11 273 entreprises* Alors que les indicateurs économiques se montrent toujours pessimistes, qu en est-il de la santé des entreprises artisanales?

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Entrez dans la 1 ère entreprise des Alpes - Maritimes

Entrez dans la 1 ère entreprise des Alpes - Maritimes Entrez dans la 1 ère entreprise des Alpes - Maritimes PRESENTATION Activités : Fabrication Transformation Réparation Prestation de service CMA 06 & VOUS Bâtiment - 10 salariés à la création Alimentation

Plus en détail

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011>

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> COMMUNIQUE W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! Les artisans peinent à trouver de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE Jeudi 25 juin 2015 Centre de Formation d Apprentis (CFA) d ANNONAY CONTACTS PRESSE : Cabinet du préfet Service Départemental de la Communication Interministérielle

Plus en détail

LIFI LES. For QUA. cap formations ANTES. spécial. Numéro. Les formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Puy-de-Dôme.

LIFI LES. For QUA. cap formations ANTES. spécial. Numéro. Les formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Puy-de-Dôme. cap formations Numéro spécial LES 2 è semestre 2014 For ma tions QUA LIFI ANTES Les formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Puy-de-Dôme Puy-de-Dôme LE TITRE D ASSISTANT(E) DE DIRIGEANT(E)

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment DOSSIER DE PRESSE LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment Dans son parcours scolaire, l élève en fin de 3 ème a trois

Plus en détail

DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H

DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H Coordonnées des centres de formation : Centre de Formation Chambre de Métiers et de l Artisanat impasse Morère

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX L apprentissage est une forme d éducation alternée. Il a pour but de donner à des jeunes travailleurs ayant satisfait à l obligation scolaire une formation générale, théorique et pratique, en vue de l

Plus en détail

L apprentissage, une chance pour l emploi

L apprentissage, une chance pour l emploi Dossier de presse L apprentissage, une chance pour l emploi Aujourd hui, les entreprises recherchent des jeunes bien formés, diplômés avec une expérience professionnelle C est exactement ce qu apporte

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr

Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr OPÉRATION JEUNES-ARTISANAT Spécial entreprises POURQUOI CETTE OPÉRATION? La force économique d un pays, ce sont ses

Plus en détail

LE SECTEUR DU BATIMENT

LE SECTEUR DU BATIMENT LE SECTEUR DU BATIMENT INTERVENANTS 1 - CAPEB 2 Compagnons du Devoir 3 BTP CFA de l Aude Les métiers du bâtiment et les perspectives d évolution professionnelles L Artisanat du bâtiment dans l économie

Plus en détail

COMMUNIQUE PRESSE. Coordonnées des centres de formation :

COMMUNIQUE PRESSE. Coordonnées des centres de formation : COMMUNIQUE PRESSE Le 4 avril 2009, les centres de formation de la Chambre de Métiers et de l Artisanat et du Bâtiment ouvriront leurs portes aux jeunes et à leur famille. Coordonnées des centres de formation

Plus en détail

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance. Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.com Jeudi 6 mai 2010 à 9h30 MEDEF Lyon-Rhône 60 avenue Jean Mermoz 69008

Plus en détail

Créer une entreprise, ça se prépare!

Créer une entreprise, ça se prépare! PARCOURS N 3 Créer son entreprise Les étapes de votre réussite Entretien orientation Entretien conseil Stage de Préparation à l'installation Entretiens spécialisés : étude de faisabilité ou montage des

Plus en détail

DEVENIR. L apprentissage BOULANGER BOULANGER. Votre Avenir professionnel se prépare aujourd hui. Boulanger. www.boulangerie.org

DEVENIR. L apprentissage BOULANGER BOULANGER. Votre Avenir professionnel se prépare aujourd hui. Boulanger. www.boulangerie.org DEVENIR Boulanger L apprentissage La profession de boulanger compte parmi les authentiques métiers de tradition et de savoir-faire qui associent tour de main et technologie. L apprentissage en est la première

Plus en détail

Entretien orientation. Demi-journée d information. Stage de Préparation à l'installation Auto-Entreprise. Assistance aux formalités d'immatriculation

Entretien orientation. Demi-journée d information. Stage de Préparation à l'installation Auto-Entreprise. Assistance aux formalités d'immatriculation PARCOURS N 2 Devenir Auto Entrepreneur Prendre un bon départ! Entretien orientation Entretien conseil Demi-journée d information Entretien spécialisé : étude de faisabilité Stage de Préparation à l'installation

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

2h 30 ÉDITO A25. Sommaire. Paris. Chiffres clés atouts du territoire. km 2 CRÉER ET REPRENDRE. Londres. Bruxelles. Lille

2h 30 ÉDITO A25. Sommaire. Paris. Chiffres clés atouts du territoire. km 2 CRÉER ET REPRENDRE. Londres. Bruxelles. Lille ÉDITO CRÉER ET REPRENDRE Les derniers chiffres de l Insee l affirment : la France bat des records de création d entreprises et notamment grâce aux EN auto-entrepreneurs. FLANDRE INTÉRIEURE Sur Agglopole

Plus en détail

Observatoire de l Artisanat Les Artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2013. Région Poitou-Charentes

Observatoire de l Artisanat Les Artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2013. Région Poitou-Charentes Observatoire de l Artisanat Les Artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2013 Région Poitou-Charentes Edito Comme chaque semestre, je tiens à vous présenter au travers de cette publication la synthèse des

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Dossier de presse Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Contacts : Service interministériel de la communication des

Plus en détail

Contrat de professionnalisation

Contrat de professionnalisation alternance Est-Bretagne Se former en alternance dans le cadre d un Contrat de professionnalisation contrats Tous les nalisation sion de profes par le GRETA proposés et-vilaine en Illecontinue formation

Plus en détail

PROPOSITION TARIF DES PRESTATIONS ET REDEVANCES POUR 2016

PROPOSITION TARIF DES PRESTATIONS ET REDEVANCES POUR 2016 PROPOSITION TARIF DES PRESTATIONS ET REDEVANCES POUR 2016 Base du droit fixe cumulé CMA, CRMA, APCMA : 12 CFE RM Prestations et redevances 2016 Certificat d immatriculation chef d entreprise Certificat

Plus en détail

Dossier de presse. Foire internationale de Rouen Du 1 er au 10 avril 2011 Parc Expo Rouen

Dossier de presse. Foire internationale de Rouen Du 1 er au 10 avril 2011 Parc Expo Rouen Dossier de presse Foire internationale de Rouen Du 1 er au 10 avril 2011 Parc Expo Rouen Village de l'artisanat Journée de l apprentissage Concours MAF Chambre de métiers et de l Artisanat de la Seine-Maritime

Plus en détail

Guide des prestations

Guide des prestations SOMMAIRE Guide des prestations Ensemble, construisons votre développement page 3 Créer, reprendre, une entreprise TRANSMETTRE UNE ENTREPRISE page 4 Connaître votre marché, VOtre territoire FORMER, GÉRER

Plus en détail

DUT GENIE CIVIL PAR ALTERNANCE

DUT GENIE CIVIL PAR ALTERNANCE DUT GENIE CIVIL PAR ALTERNANCE Année Universitaire 2013/2014 BÂTIMENT & TRAVAUX PUBLICS ET AMENAGEMENTS CONTRAT A DUREE DETERMINEE DE 1 AN COMPRENANT FORMATION ACADEMIQUE (IUT) - 707 HEURES + EXPERIENCE

Plus en détail

N 3 EDITO. Madame, Mademoiselle, Monsieur,

N 3 EDITO. Madame, Mademoiselle, Monsieur, N 3 EDITO Madame, Mademoiselle, Monsieur, Depuis plusieurs années, la Communauté de Communes du Pays de Lamastre assure le portage de l Opération Rurale Collective (O.R.C) qui a pour but d aider les commerçants

Plus en détail

LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES

LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES UNITE DE FORMATION D APPRENTIS LYCEE PIERRE MENDES FRANCE 17, boulevard Arago - B.P. 815 85021 LA ROCHE SUR YON CEDEX 02.51.36.87.87-02.51.36.87.88 LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES FORMATION PAR

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE La transmission de son entreprise est un processus long et complexe, juridiquement aussi bien que fiscalement. Comme tous les dirigeants d entreprise, combien de fois avez-vous

Plus en détail

cfa btp : l'apprentissage de la reussite

cfa btp : l'apprentissage de la reussite cfa btp : l'apprentissage de la reussite Association régionale des CFA du BTP d Aquitaine DORDOGNE GIRONDE LANDES LOT-ET-GARONNE PYRÉNÉES ATLANTIQUES 3 Association régionale des CFA du BTP d Aquitaine

Plus en détail

Que faire après la 3 ème SEGPA ou ULIS?

Que faire après la 3 ème SEGPA ou ULIS? Que faire après la 3 ème SEGPA ou ULIS? Qu est ce qu un CAP? Où peut-on préparer un CAP? Quelles sont les spécialités de CAP? Comment obtenir une place en CAP? CAP Certificat d Aptitude Professionnelle

Plus en détail

PANORAMA 2013. Économie CONJONCTURE ET CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT RHÔNALPIN

PANORAMA 2013. Économie CONJONCTURE ET CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT RHÔNALPIN PANORAMA Économie CONJONCTURE ET CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT RHÔNALPIN Édito du président LA DIVERSITÉ DES MÉTIERS EN RHÔNE-ALPES LES CHIFFRES PAR SECTEUR + COMPARATIF AVEC LA FRANCE 3 31 % 42 % 41 %

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Entreprise du Patrimoine Vivant. L excellence des savoir-faire français. Mars 2015 DOSSIER DE PRESSE

Entreprise du Patrimoine Vivant. L excellence des savoir-faire français. Mars 2015 DOSSIER DE PRESSE Entreprise du Patrimoine Vivant L excellence des savoir-faire français Mars 2015 DOSSIER DE PRESSE 2 UNIVERS : Équipements professionnels Un label original Le label «Entreprise du Patrimoine Vivant» (EPV)

Plus en détail

Les conditions de réussite de l accueil d un jeune

Les conditions de réussite de l accueil d un jeune Les conditions de réussite de l accueil d un jeune Pourquoi prendre un stagiaire ou un apprenti? «J aime transmettre mon métier» «je vois dans le jeune que j accueille un futur collègue agriculteur» «L

Plus en détail

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher La naissance de l idée Activité Bilan personnel Contraintes Etude de marché Le marché et la concurrence La politique commerciale Construire son projet Les moyens commerciaux Les moyens de production Les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LE MOUVEMENT DES CASQUES JAUNES

DOSSIER DE PRESSE LE MOUVEMENT DES CASQUES JAUNES DOSSIER DE PRESSE LE MOUVEMENT DES CASQUES JAUNES Une démarche d intérêt général de toute une profession, organisée avec le soutien du réseau de l apprentissage BTP et portée par les entreprises formatrices,

Plus en détail

Un secteur professionnel, une diversité de métiers

Un secteur professionnel, une diversité de métiers Axe 1 Le contexte professionnel Thème 1.1 Un secteur professionnel, une diversité de métiers Chapitre 1 Un secteur professionnel, une diversité de métiers Compétences 1.1.1 Repérer les différents métiers

Plus en détail

Projet de dossier FISAC transversal Territoire du SEGH

Projet de dossier FISAC transversal Territoire du SEGH Projet de dossier FISAC transversal Territoire du SEGH Partie II : «fiches-actions» Document annexé à la délibération du conseil communautaire de la Communauté de communes de l agglomération annemassienne

Plus en détail

Club Qualité Apprentissage

Club Qualité Apprentissage Club Qualité Apprentissage DOSSIER DE PRESSE Lundi 16 juin 2003 Contact presse : Valérie Charrière-Villien Tél. 04 72 40 58 37 charriere@lyon.cci.fr SOMMAIRE Communiqué de presse 3 Le Club Qualité Apprentissage

Plus en détail

CFA création et innovation industrielle

CFA création et innovation industrielle CFA création et innovation industrielle Inauguration à l Ecole de design Nantes Atlantique Atlanpole La Chantrerie Mardi 28 novembre 2006 à 10h45 Communiqué de synthèse p 2 Région des Pays de la Loire

Plus en détail

Pôle Qualité Hygiène Sécurité Environnement

Pôle Qualité Hygiène Sécurité Environnement Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Haute-Garonne Pôle Qualité Hygiène Sécurité Environnement Des spécialistes à votre écoute Le pôle Qualité Hygiène Sécurité et Environnement -QHSE- regroupe des

Plus en détail

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1 Le guide de l apprentissage 2014-2015 Page 1 Bienvenue au CFA Sport et Animation Rhône-Alpes Le CFA* Sport et Animation Rhône-Alpes est, depuis 1996, l acteur régional unique de la formation par l apprentissage

Plus en détail

Established in Champagne since 1928 CFA. la formation par apprentissage

Established in Champagne since 1928 CFA. la formation par apprentissage Established in Champagne since 1928 CFA la formation par apprentissage sommaire Éditorial...p 3 Définition...p 4 Missions confiées à un apprenti...p 5 Procédure...p 6 Signature du contrat et statut...p

Plus en détail

Sommaire. Les femmes dans l économie régionale. L effectif féminin du Bâtiment et des Travaux Publics en Rhône-Alpes

Sommaire. Les femmes dans l économie régionale. L effectif féminin du Bâtiment et des Travaux Publics en Rhône-Alpes LES FEMMES DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Sommaire Les femmes dans l économie régionale L effectif féminin du Bâtiment et des en RhôneAlpes L effectif féminin du Bâtiment et des par

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

EMPLOYE DE PRESSING. Centre d aide au recrutement Offre n 1200. Transmettre votre candidature UNIQUEMENT par mail à : emploi@cma-isere.

EMPLOYE DE PRESSING. Centre d aide au recrutement Offre n 1200. Transmettre votre candidature UNIQUEMENT par mail à : emploi@cma-isere. Offre n 1200 Date : 29/05/2015 EMPLOYE DE PRESSING Contrat proposé Date d embauche Horaires de travail Notre client, un pressing idéalement situé dans une rue commerçante et passagère, recherche une personne

Plus en détail

CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR

CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR Qui sommes nous? Le CFA Régional des Métiers de l Environnement et du Développement

Plus en détail

Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER

Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER SERRURIER- MÉTALLIER Le serrurier-métallier travaille tout type de construction métallique : serrurerie, rampe d escalier, porte, fenêtre, véranda, pont, passerelle, pylône...

Plus en détail

Michaël VIDEMENT m.videment@cma84.fr Tél : 04 90 80 65 43 35 rue Joseph Vernet BP 40208-84009 Avignon Cedex 1

Michaël VIDEMENT m.videment@cma84.fr Tél : 04 90 80 65 43 35 rue Joseph Vernet BP 40208-84009 Avignon Cedex 1 La Chambre de Métiers et de l Artisanat de Vaucluse (CMA 84) et le réseau des Chambres de Métiers de la Région Provence-Alpes-Côte d Azur se mobilisent en 2013. Afin de promouvoir, auprès des jeunes de

Plus en détail

offre de services tous les professionnels accompagnés par la chambre de métiers et de l artisanat de paris.

offre de services tous les professionnels accompagnés par la chambre de métiers et de l artisanat de paris. offre de services tous les professionnels accompagnés par la chambre de métiers et de l artisanat de paris. powered by 1984 _ www.1x9x8x4.com Une bonne idée est une idee qui voit le jour. édito Avec son

Plus en détail

EDITO. Newsletter n 2 octobre 2014 SOMMAIRE. 1. Plan action banque. 2. Informations collectives entreprises. 3. JOB DATING interne

EDITO. Newsletter n 2 octobre 2014 SOMMAIRE. 1. Plan action banque. 2. Informations collectives entreprises. 3. JOB DATING interne Newsletter n 2 octobre 2014 CAP EMPLOI Haute Vienne EDITO CAP EMPLOI, acteur de l emploi à part entière, n a de cesse de proposer et développer des parcours d accompagnements dynamiques aux demandeurs

Plus en détail

GRAND PROJET RHONE-ALPES NORD ISERE DURABLE. Le Nord Isère Durable, Territoire d innovations et d expérimentations de la construction durable

GRAND PROJET RHONE-ALPES NORD ISERE DURABLE. Le Nord Isère Durable, Territoire d innovations et d expérimentations de la construction durable GRAND PROJET RHONE-ALPES NORD ISERE DURABLE Le Nord Isère Durable, Territoire d innovations et d expérimentations de la construction durable SYNTHESE DU PROGRAMME D ACTIONS DECEMBRE 2012 1 SOMMAIRE GPRA

Plus en détail

L ARTISANAT 1 ère entreprise de France. L apprentissage : Passeport pour l emploi

L ARTISANAT 1 ère entreprise de France. L apprentissage : Passeport pour l emploi L ARTISANAT 1 ère entreprise de France L apprentissage : Passeport pour l emploi le cad de la chambre de Métiers et de l artisanat des conseillers spécialistes de l apprentissage et de l emploi l apprentissage

Plus en détail

Transcription du chat Handichat l émission «Créer son entreprise»

Transcription du chat Handichat l émission «Créer son entreprise» Transcription du chat Handichat l émission «Créer son entreprise» Vendredi 22 novembre 2013 Delphine Rami : Conseillère en prestations à la Délégation régionale de l Agefiph d Illeet-Vilaine (35). Edwige

Plus en détail

Thèmes : 1) questionnaire : chaque élève coche au fur et à mesure de sa lecture les propositions qui lui correspondent.

Thèmes : 1) questionnaire : chaque élève coche au fur et à mesure de sa lecture les propositions qui lui correspondent. Education à Thèmes : MOI J AIMERAIS DEVENIR l'orientation Niveau : 4 ème /3 ème Groupe : ½ Classe Durée : 1H30 2 heures Périodes : 1 er trimestre Matériel : - 1 questionnaire - 1 grille intérêts - 1 grille

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS

COMMUNIQUÉ. L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS COMMUNIQUÉ L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS L ameublement : une filière qui a LE VENT EN POUPE Riche en opportunités de carrière, le secteur de l ameublement

Plus en détail

Visites d entreprises Démonstrations Informations sur les métiers Inscriptions apprentissage

Visites d entreprises Démonstrations Informations sur les métiers Inscriptions apprentissage Marne SEMAINE NATIONALE DE L ARTISANAT REIMS - EPERNAY - CHALONS Du 11 au 21 Mars 2009 Visites d entreprises Démonstrations Informations sur les métiers Inscriptions apprentissage NATURE DE L OPERATION

Plus en détail

Quand un investissement réduit permet la réussite

Quand un investissement réduit permet la réussite Quand un investissement réduit permet la réussite Il s installe dans l ancien local vide de la boulangerie déplacée à 100 m et fait le choix d un investissement réduit. Pour leur première installation,

Plus en détail

Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION. En partenariat avec

Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION. En partenariat avec Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION En partenariat avec Objectifs de la réunion Vous donner les éléments pour décider si vous vous lancez dans votre projet

Plus en détail

LA REPRISE D ENTREPRISE: COMMENT LA REUSSIR?

LA REPRISE D ENTREPRISE: COMMENT LA REUSSIR? LA REPRISE D ENTREPRISE: COMMENT LA REUSSIR? Construire son projet de reprise -Devenir dirigeant -Concrétisation -Financer la reprise -réalisation du plan de reprise -Diagnostiquer & évaluer -Trouver l

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CAP APPRENTISSAGE BTP-RUGBY UNE NOUVELLE FORMATION : CAP APPRENTISSAGE BTP RUGBY

DOSSIER DE PRESSE CAP APPRENTISSAGE BTP-RUGBY UNE NOUVELLE FORMATION : CAP APPRENTISSAGE BTP RUGBY DOSSIER DE PRESSE CAP APPRENTISSAGE BTP-RUGBY UNE NOUVELLE FORMATION : CAP APPRENTISSAGE BTP RUGBY UNE FORMATION PAR ALTERNANCE QUI MELE L APPRENTISSAGE D UN METIER DU BTP ET LA PRATIQUE DU RUGBY 1 Tout

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mercredi 19 février 2014 / 10 h 00 Imprimerie Maugein / Z.I. de Mulatet / Tulle SOMMAIRE

DOSSIER DE PRESSE. Mercredi 19 février 2014 / 10 h 00 Imprimerie Maugein / Z.I. de Mulatet / Tulle SOMMAIRE Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, le 17 février 2014 DOSSIER DE PRESSE Développer les emplois d avenir dans les entreprises Mercredi 19 février 2014 / 10 h

Plus en détail

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E ARCHITECTURE ET DECORATION Collège Sainte-Marie des Ursulines 34, avenue de la Colonne 31500 TOULOUSE Tél. 05 34 25 28 61 Fax.

Plus en détail

Guide de l apprenti. L apprentissage en CAP, BAC PRO, BTS, DCG, Mention Complémentaire en alternance avec l entreprise

Guide de l apprenti. L apprentissage en CAP, BAC PRO, BTS, DCG, Mention Complémentaire en alternance avec l entreprise Guide de l apprenti 2015 L apprentissage en CAP, BAC PRO, BTS, DCG, Mention Complémentaire en alternance avec l entreprise UN CONTRAT DE TRAVAIL «Un contrat d apprentissage est un contrat de travail» «L

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

L Artisanat rhônalpin

L Artisanat rhônalpin L Artisanat rhônalpin Enquête de conjoncture Édito du Président Fort de plus de 119 42 entreprises en Rhône- Alpes, l Artisanat représente 1 entreprise sur 4 de la Région. Présent dans les secteurs de

Plus en détail

etre agent immobilier

etre agent immobilier etre agent immobilier sommaire 11 Une profession critiquée mais enviée 13 Les professionnels de l immobilier en France 13 Histoire et géographie de l immobilier français 22 Les agents immobiliers aujourd

Plus en détail

ALIMENTATION BOUCHER / BOUCHERE

ALIMENTATION BOUCHER / BOUCHERE ALIMENTATION BOUCHER / BOUCHERE Type et durée du contrat : CDI EMPLOI D'AVENIR Nombre d'heures hébdomadaires : 39 Lieu de travail : JUAN LES PINS Jours travaillés : DU MARDI AU DIMANCHE Horaires : Pour

Plus en détail

SEPR. pro. Générations. Club. d entrepreneurs

SEPR. pro. Générations. Club. d entrepreneurs SEPR Générations pro Club d entrepreneurs Depuis 150 ans l histoire de la SEPR......s écrit avec les entreprises de la région Créée à l initiative d industriels et commerçants lyonnais, la SEPR n a cessé

Plus en détail

Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement»

Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement» Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement» N 1 Novembre 2015 Créée il y a 19 ans, la semaine européenne de l emploi des personnes handicapées a pour objectif de lutter contre les préjugés, et

Plus en détail

Discours d inauguration du Campus des métiers et de l artisanat Lot

Discours d inauguration du Campus des métiers et de l artisanat Lot Discours d inauguration du Campus des métiers et de l artisanat Lot - Vendredi 2014 - Merci Monsieur le Ministre, cher Martin, Monsieur le Sénateur, [Gérard Miquel], Mesdames et Messieurs les Parlementaires,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette DOSSIER DE PRESSE FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette Contact Presse MNRA : Elisabeth MARZAT Tél. : 01 53 21 12 44 06 65 59 61 69 Mail : emarzat@mnra.fr

Plus en détail

GESTIONNAIRE DE PAIE Formation intensive à temps plein Titre certifié par l État de niveau III

GESTIONNAIRE DE PAIE Formation intensive à temps plein Titre certifié par l État de niveau III GESTIONNAIRE DE PAIE Formation intensive à temps plein Titre certifié par l État de niveau III Arrêté du 11/01/2012 publié au JO du 19/01/2012 BIENVENUE DANS LE MONDE DES POSSIBLES www.formationcontinue.groupe-igs.fr

Plus en détail

Guide de l employeur 2015

Guide de l employeur 2015 Guide de l employeur 2015 Apprentissage : mode d emploi L apprentissage en CAP, BAC PRO, Mention Complémentaire, BTS, DCG en alternance avec l entreprise Vous avez choisi de vous engager dans la voie de

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

APPRENTISSAGE ÔTELLERIE RESTAURATION SANTÉ MANAGEMENT COMMERCE COMPTABILITÉ AGROALIMENTAIR. Notre mission : vous apprendre un métier

APPRENTISSAGE ÔTELLERIE RESTAURATION SANTÉ MANAGEMENT COMMERCE COMPTABILITÉ AGROALIMENTAIR. Notre mission : vous apprendre un métier PPR P APPRENTISSAGE ÔTELLERIE RESTAURATION SANTÉ MANAGEMENT COMMERCE COMPTABILITÉ AGROALIMENTAIR Notre mission : vous apprendre un métier Le Centre de Formation des Apprentis Régional de la Chambre de

Plus en détail

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque PROFESSIONNALISATION, UN ENJEUX NATIONAL, UNE «PRIORITÉ» POUR LES CCI Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque année plus de 160 000 jeunes quittant le système scolaire

Plus en détail

Accélérateur de Compétences

Accélérateur de Compétences Accélérateur de Compétences progressions professionnalisme pédagogies métiers ressources expériences compétences apprentissages qualifications FORMATIONS DIPLÔMANTES OU QUALIFIANTES > COMMERCE > DISTRIBUTION

Plus en détail

Être Gestionnaire. d une Entreprise Artisanale du Batiment : Ça s acquiert Ça se complète ou Ça se confirme!

Être Gestionnaire. d une Entreprise Artisanale du Batiment : Ça s acquiert Ça se complète ou Ça se confirme! Être Gestionnaire d une Entreprise Artisanale du Batiment : Ça s acquiert Ça se complète ou Ça se confirme! La certification GEAB un grand nombre de conjoints travaillent au sein des entreprises artisanales

Plus en détail

Le 11 octobre 2013 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» à St Paul les Dax

Le 11 octobre 2013 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» à St Paul les Dax Le 11 octobre 2013 à St Paul les Dax PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le vendredi 11 octobre 2013 Sommaire

Plus en détail

Fiche 1 : Exemples de métiers possibles

Fiche 1 : Exemples de métiers possibles L apprentissage dans la fonction publique territoriale Fiche 1 : Exemples de métiers possibles Se reporter à la fiche 4 pour avoir le libellé des sigles. PILOTAGE MANAGEMENT ET GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

Plus en détail

Version 06-01-2011. Edition Octobre 2009 1

Version 06-01-2011. Edition Octobre 2009 1 Version 06-01-2011 Edition Octobre 2009 1 Tableau de bord prospectif emploi/formation Bâtiment Travaux Publics Rhône-Alpes 2 Données clés du tableau de bord BTP Situation actuelle Mise en perspective à

Plus en détail

Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Edition 2010. «L économie sociale et solidaire, une invitation à vivre autrement!»

Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Edition 2010. «L économie sociale et solidaire, une invitation à vivre autrement!» Edition 2010 «L économie sociale et solidaire, une invitation à vivre autrement!» Après trois premières éditions qui ont rassemblé plus de 25 000 rhônalpins, la Région Rhône-Alpes lance, en partenariat

Plus en détail

Guide de l Apprenti Le Contrat d Apprentissage : UNE FORMATION EN ALTERNANCE ENTREPRISE / Centre de Formation d Apprentis

Guide de l Apprenti Le Contrat d Apprentissage : UNE FORMATION EN ALTERNANCE ENTREPRISE / Centre de Formation d Apprentis Guide de l Apprenti Le Contrat d Apprentissage : UNE FORMATION EN ALTERNANCE ENTREPRISE / Centre de Formation d Apprentis pou lanplwa!!!...an chans LAPRANTISAJ... PREFECTURE DE LA REGION Chambre de Métiers

Plus en détail

Guide de l apprenti. www.ifir.fr. Réussir votre formation. 66 avenue Jean Mermoz - 69008 Lyon - Tél. 04 78 77 05 56 - e-mail : info@ifir.

Guide de l apprenti. www.ifir.fr. Réussir votre formation. 66 avenue Jean Mermoz - 69008 Lyon - Tél. 04 78 77 05 56 - e-mail : info@ifir. www.ifir.fr REF. 002-G - MALICE RC LYON 327 396 222 - Illustrations MIJA Réussir votre formation Guide de l apprenti 66 avenue Jean Mermoz - 69008 Lyon - Tél. 04 78 77 05 56 - e-mail : info@ifir.fr Édition

Plus en détail

SERVICES PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL

SERVICES PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR SERVICES PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL Avenue de saint Pierre Bourran 12000 RODEZ Tél : 05 65 73 37 03 Fax : 06 65 73 37 01 Numéro de déclaration d'existence

Plus en détail

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise»

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» Mardi 9 octobre 2012 CONTACTS PRESSE : CG74 ALEXANDRA CARRAZ 04 50 33 50 02 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30

Plus en détail

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi Les points clés du régime de l'auto-entrepreneur Catherine BERTHY, CCI RENNES Animé Gwen par : HOUEDRY, AEI - Bretagne Karim JEMMAL, BGE Le régime en quelques chiffres Auto entrepreneur : Pour qui? Accompagnement

Plus en détail

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE REPRISE - CREATION D ENTREPRISE Stage de préparation à l installation Une équipe de chargés de développement économique à votre écoute Vous souhaitez devenir chef d entreprise, la Chambre de Métiers et

Plus en détail

LA VAE à l ENSA de Cergy. A- Le déroulement et l inscription

LA VAE à l ENSA de Cergy. A- Le déroulement et l inscription LA VAE à l ENSA de Cergy. A- Le déroulement et l inscription Qu est-ce que la VAE? C est un dispositif qui permet l obtention de tout ou partie d une certification (diplôme, titre à finalité professionnelle

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE (à nous retourner dûment complété le plus rapidement possible à l adresse ci-dessous)

DOSSIER DE CANDIDATURE (à nous retourner dûment complété le plus rapidement possible à l adresse ci-dessous) INSTITUT CONSULAIRE DE FORMATION EN ALTERNANCE DOSSIER DE CANDIDATURE (à nous retourner dûment complété le plus rapidement possible à l adresse ci-dessous) (Ecrire en lettres capitales) NOM :..........................................

Plus en détail