Économie Introduction du cours

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Économie Introduction du cours"

Transcription

1 Économie Introduction du cours Université Panthéon-Assas Collège de Droit 1 ere année Etienne LEHMANN Professeur d Economie à l Université Panthéon-Assas 12 octobre / 9

2 De nombreuses questions de politiques économiques se posent dans l actualité. Faut-il baisser le coût du travail (CICE - Pacte de responsabilité) et si oui, comment (quel ciblage pour les baisses de cotisations patronales, quel dispositif... )? Faut-il faciliter les licenciements économiques des CDI en échange d un recours juridiquement plus difficile aux CDD? Face à la crise des dettes souveraines, faut-il diminuer les dépenses publiques? Augmenter les impôts? Lesquels? A quel rythme? Doit-on toujours promouvoir la concurrence entre les entreprises? Quelle réglementation faut-il imposer au secteur bancaire? Doit-on séparer les banques d affaires des banques de dépôt? Quelles réserves les banques doivent elles détenir?... 2 / 9

3 Toutes ces questions alimentent le débat politique mais aussi le débat partisan. Or un certain nombre de faits existent, permettant d identifier un certain nombre de mécanismes économiques et de les quantifier. Comprendre ces mécanismes doit permettre de mettre sur la table des arguments plus objectifs, et donc de dépassionner les débats. La question des objectifs que doit poursuivre la politique doit rester politique/idéologique. Mais la question de leurs effets sur les incitations que perçoivent les agents économiques et, par là même, sur le fonctionnement de l économie doit être le plus possible dépassionnée et sortie des débats partisans. On cherchera des prédictions à partir d hypothèses dûment explicitées et que l on pourra comparer aux faits. Si les prédictions sont contredites par les faits, alors on sera conduit à remettre en cause les hypothèses. Nos résultats ne sont pas des postulats idéologiques mais des prédictions conditionnées à la vérification de nos hypothèses. 3 / 9

4 Le problème de l allocation des ressources Au départ se pose le problème de l allocation des ressources. 1 Qui doit produire quoi en quelles quantités et quand? 2 Qui doit consommer quoi en quelles quantités et quand? Ce problème se pose d un point de vue positif: à quelle allocation des ressources aboutit les actions des agents économiques? Ce problème se pose aussi d un point de vue normatif: l allocation des ressources qui nous semble souhaitable? quelle est L approche normative nécessite de définir l allocation que l on juge idéale, un exercice reposant sur des a priori idéologiques, laissant un rôle essentiel au débat politique, idéologique. L approche positive en revanche doit être abordée de manière objective, étant donnés des faits observés. 4 / 9

5 Un problème complexe En France millions d habitants (Source INSEE). Une classification produit avec entrées. 365 jours dans l année. Un problème à = inconnues d autant plus qu on connait très mal les préférences/ besoins de chacuns, ni les technologies/ capacités de chacun. Une administration dirigiste de l économie (planification) nécessite une quantité astronomique d informations sur chacun des agents économiques qu il est illusoire d obtenir.... d autant plus que ces informations sont en perpétuelles évolutions. 5 / 9

6 Le rôle de l économie de marché Adam Smith, dans Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations en 1776 défend l idée qu il suffit de laissez faire les intérêts égoïstes des agents économiques. Si les producteurs d un bien produisent moins que ce qui serait optimal pour satisfaire les besoins des consommateurs... La loi de l offre et de la demande doit faire augmenter les prix... ce qui incite les producteurs à produire davantage... La main invisible du marché permet alors de coordonner les actions égoïstes des agents économiques pour atteindre le bien-être social. La détermination des prix fournit alors à chaque agent les bonnes incitations pour agir au mieux de l intérêt général. Il faudrait limiter l intervention de l Etat dans l économie aux fonction régaliennes et à la production de biens rentables pour la société mais que le marché ne peut pas assurer (infrastructures,...) 6 / 9

7 Pourquoi l intervention de l Etat est néanmoins nécessaire? En réalité, les marchés fonctionnent rarement aussi bien que ne le supposait Adam Smith... Les monopoles cartels peuvent influencer stratégiquement les prix à leur profit, biaisant alors les incitations des autres agents. Les prix sur certains marchés ne sont pas déterminés de manière concurrentiel, mais de manière régulée (exemple : SMIC et grilles de salaires des conventions collectives sur le marché du travail). Les agents peuvent utiliser des informations erronées qui entrainent des comportements moutonniers (exemple sur les marchés financiers). Les actions d un agent économique peut avoir un effet externe (externalité) sur les autres agents qui sera individuellement ignoré (exemple : pollution, ou innovation). Même si les marchés fonctionnaient parfaitement, ils pourraient aboutir à une allocation que l on jugerait inéquitable / inégalitaire. 7 / 9

8 La démarche On va d abord chercher à comprendre pourquoi, lorsque les marchés sont parfaits, leur fonctionnement aboutit à une allocation ayant de bonne propriétés (efficacité) efficacité Parétienne. A quelles conditions les marchés sont ils parfaits? (Premier théorème de l économie du bien-être, formalisé par la théorie de l équilibre général par Léon Walras (1874), Kenneth Arrow (Prix Nobel 1972) et Gérard Debreu (Prix Nobel 1983)). On va ensuite se demander comment l État doit s y prendre pour réparer les défaillances des marchés qui rendent leur fonctionnement imparfaits. Le but est réfléchir à la manière la plus appropriée avec laquelle l État doit intervenir pour réparer telle ou telle insuffisance de marché, tout en cherchant à limiter les distorsions sur les comportements économiques que cette intervention engendrerait. On s attache autant que faire se peu à donner des éléments quantitatifs basé sur des données économiques, en particulier micro-économiques. 8 / 9

9 Plan du cours Partie 1 Les marchés sont parfaits L offre La demande Efficacité de l équilibre Partie 2 Les marchés ne sont pas parfaits. Taxation Monopoles et politique de la concurrence. Chômage - Emploi et politiques du marché du travail. 9 / 9

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique Chapitre 1: Introduction à la science économique 1 Objectif: Définir l économique Tous les problèmes économiques proviennent du fait qu il y a rareté : nos besoins excèdent les ressources dont nous disposons

Plus en détail

Demain l emploi si...

Demain l emploi si... Demain l emploi si... Sous la direction de Michel Didier Le rapport REXECODE 2006 Table des matières Remerciements..................................2 Introduction.....................................5

Plus en détail

Bachelor 1 ère année

Bachelor 1 ère année Juin 2014 Bachelor 1 ère année GRANDS PRINCIPES ECONOMIQUES ECOA101 S1 20 heures 2 crédits Français Département académique : «stratégie, économie et droit» Coordinateur de département : S. Coissard Campus

Plus en détail

Qu'est-ce que l économie? Leurs objectifs? Pourquoi l économie est-elle différente de la gestion?

Qu'est-ce que l économie? Leurs objectifs? Pourquoi l économie est-elle différente de la gestion? Chapitre 1. Introduction a la macroéconomie I. La spécificité de la science économique 1. Définitions de la science économique Qu'est-ce que l économie? Leurs objectifs? Pourquoi l économie est-elle différente

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE?

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? Notions essentielles du programme de Première et Terminale - Externalités, biens collectifs, institutions marchandes, droits de propriétés,

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration présente des particularités

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Croissance, fluctuations et crises

Croissance, fluctuations et crises Croissance, fluctuations et crises 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? FICHE 2 LA PRODUCTIVITE La productivité fait partie des mécanismes les plus importants de l économie. Produire

Plus en détail

Le financement de l éducation : légitimité économique et contestation de l intervention publique Figure 19.

Le financement de l éducation : légitimité économique et contestation de l intervention publique Figure 19. Le financement de l éducation : légitimité économique et contestation de l intervention publique Figure 19. Part relative des dépenses publiques et privées des établissements d enseignement tous niveaux

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Budget fédéral de 2015

Budget fédéral de 2015 Mémoire de l Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Budget fédéral de 2015 à l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2014 1 RÉSUMÉ L Association

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

La chaire de Finance et Développement Durable. Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable

La chaire de Finance et Développement Durable. Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable La chaire de Finance et Développement Durable Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable 1 Vers des mécanismes de gestion collective du Développement Durable par une approche

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE 1 ère année de Sciences Économiques (L1) Théories économiques 1 : Valeur et répartition (Division III) Cours de Mme Ai-Thu DANG Le cours comprend trois parties : -

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Régulation et structure de marché La structure de marché n est pas un donné

Plus en détail

ECO 3.4 les asymétries d information

ECO 3.4 les asymétries d information ECO 3.4 les asymétries d information PARTIE ECO 3. La coordination par le marché 3.1 Qu'est-ce qu'un marché? 3.2 Comment un marché concurrentiel fonctionne t il? 3.3. Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants?

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Concurrence Energie Econométrie Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Yannick Perez 1, Vincent Rious 2 1. Supélec &

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

Transp or t s. Québec

Transp or t s. Québec Transp or t s Québec Direction du Laboratoire des chaussées La gestion des infrastructures : un incontournable vers la gestion des actifs Guy Tremblay Service des chaussées Direction du laboratoire des

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne. Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008

Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne. Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008 Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008 Introduction Émergence dans les années 80s Recherche de fondements microéconomiques solides

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ. Avril 2007. Revue de l OFCE 101

DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ. Avril 2007. Revue de l OFCE 101 DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ Avril 2007 L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ Introduction La libéralisation en cours dans le secteur de l énergie en Europe soulève deux questions qui sont

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

Économie - Chapitre 3 Concurrence Imparfaite

Économie - Chapitre 3 Concurrence Imparfaite Économie - Chapitre 3 Concurrence Imparfaite Université Panthéon-Assas Collège de Droit 1 ere année Etienne LEHMANN Professeur d Économie à l Université Panthéon-Assas etienne.lehmann@ensae.fr http ://www.crest.fr/pageperso/lehmann/lehmann.htm

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

Congrès 2012 SUD Energie : Résolution «quelle organisation du secteur énergétique et quel service public de l Energie»

Congrès 2012 SUD Energie : Résolution «quelle organisation du secteur énergétique et quel service public de l Energie» Congrès 2012 SUD Energie : Résolution «quelle organisation du secteur énergétique et quel service public de l Energie» Objet : Le service public de l Energie et l organisation du secteur énergétique se

Plus en détail

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires Page : 1 / 6 Introduction Dans le cadre des Etats généraux de l ESS en juin 2010, le Labo a coordonné la rédaction de plus de 400 cahiers d espérances. Ils sont des témoins de la vitalité de l ESS et de

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE LA CREATION D ENTREPRISE. Sous Titre

LE FINANCEMENT DE LA CREATION D ENTREPRISE. Sous Titre LE FINANCEMENT DE LA CREATION D ENTREPRISE Sous Titre DEROULE DE L INTERVENTION 1 / L ARTICULATION DU FINANCEMENT DE LA CREATION Olivier Coustenoble 2 / LE FINANCEMENT EXTERNE Olivier Montagne Marie Daigneaux

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Chapitre 13 Le monopole

Chapitre 13 Le monopole Chapitre 13 Le monopole 1. Qu est-ce que le monopole? 2. La production et le prix du monopoleur non discriminant 3. La concurrence parfaite et le monopole non discriminant : une comparaison 4. Le monopole

Plus en détail

L oligopole ESCP 2012 2103

L oligopole ESCP 2012 2103 Structures de marché L oligopole Anne Yvrande Billon ESCP 2012 2103 1 Plan du cours (2/2) 1. Introduction : qu est ce qu un oligopole? 2. L oligopole de Cournot 3. Le «paradoxe de Bertrand» 4. Le modèle

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

SECRÉTARIAT DU CONSEIL DE GESTION

SECRÉTARIAT DU CONSEIL DE GESTION BUDGET DES DÉPENSES 2001-2002 1 SOMMAIRE Le Secrétariat du Conseil de gestion (SCG) fournit des services de qualité, administre de manière efficace les ressources du gouvernement (ressources humaines et

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Thierry Pénard Mai 2004 Crédit Agricole-Crédit Lyonnais Le leader sur le marché bancaire français 9 100 agences avec deux réseaux différents 21 millions de clients

Plus en détail

VERS LE MIX ELECTRIQUE

VERS LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE PRODUIRE EN TEMPS REEL CHOISIR LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE De la centrale au consommateur L électricité qui arrive au bout de la prise

Plus en détail

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS 1) Rappels sur le monopole i) Hypothèses et notations Définition : Une entreprise est en position de monopole si elle est seule à fournir le marché d un bien pour lequel

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Les imperfections de concurrence dans l industrie bancaire : spécificités et conséquences

Les imperfections de concurrence dans l industrie bancaire : spécificités et conséquences Les imperfections de concurrence dans l industrie bancaire : spécificités et conséquences Entretiens Enseignants Entreprises Jean-Paul POLLIN 30 août 2012 Laboratoire d Economie d Orléans (LEO) 1 Plan

Plus en détail

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université Les instruments économiques de protection de l environnement Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr Sorbonne Université 1. Introduction 2 «Command and control» Cette approche s appuie sur des

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

POLITIQUE CLIMATIQUE?

POLITIQUE CLIMATIQUE? INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES: L exemple de la politique climatique permettra d analyser les instruments dont disposent les pouvoirs publics pour mener des politiques environnementales. En lien avec le programme

Plus en détail

L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays

L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays Joseph Bradley Jeff Loucks Andy Noronha James Macaulay Lauren Buckalew

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER

LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER Colloque AQPER 2013 GÉRARD MOUNIER Directeur principal, Énergie et infrastructures Secteur Commercial 28 février 2013 SOMMAIRE La Banque Laurentienne

Plus en détail

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des firmes Arnold Chassagnon Université Paris-Dauphine (LEDA-SDFi) DU1 - Université Paris-Dauphine, 2009-2010 1 Analyse positive - analyse normative 1 Objectif

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

DÉFINITIONS FONDEMENTS. Pierre BARDELLI

DÉFINITIONS FONDEMENTS. Pierre BARDELLI COMPÉTITIVITÉ DÉFINITIONS FONDEMENTS Pierre BARDELLI Professeur Emérite - Université de Lorraine Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales Université de Lorraine Membre associé à la Chaire de Responsabilité

Plus en détail

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY 1. ETATS FINANCIERS Bilan au 01/09/N Actif immobilisé Fonds commercial 1 Bâtiment Equipement Actif Actif circulant Stocks voitures neuves Stocks voitures d occasion Stock essence,

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport 1 Juin 2012 Position adoptée à l issue des échanges et travaux du réseau européen «Sport et Santé», créé et animé par Sport et

Plus en détail

Présentation du rapport :

Présentation du rapport : Présentation du rapport : LE FINANCEMENT PAR CAPITAL-RISQUE DES ENTREPRISES INNOVANTES EN WALLONIE Prof. Armin Schwienbacher (LSM UCL) Prof. Charles Van Wymeersch (LSM FUNDP) Yannick de Harlez (LSM UCL)

Plus en détail

Synthèse de l orientation générale de l argumentaire commun des candidats patriotes CAROLE, MARIE- JEANNE, NADEAU, NILOR

Synthèse de l orientation générale de l argumentaire commun des candidats patriotes CAROLE, MARIE- JEANNE, NADEAU, NILOR Elections législatives 2012 Synthèse de l orientation générale de l argumentaire commun des candidats patriotes CAROLE, MARIE- JEANNE, NADEAU, NILOR (Contribution du Camp Patriotique) Les candidats patriotes,

Plus en détail

2ème Séminaire international SESAME 2

2ème Séminaire international SESAME 2 2 ème Séminaire international SESAME 2 Meknés, Maroc, les 25 et 26 Avril 2014 Contribution du CGER VALLEE «L Agriculture Familiale dans la Vallée du Fleuve Sénégal» Présentation : Monsieur Amadou THIAW,

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE - le libéralisme - le socialisme - le keynésianisme I. Le courant libéral (XVIII s) Adam SMITH (1723-1790) un des pères fondateurs du courant libéral (son ouvrage principal

Plus en détail

Des questions pour poursuivre la réfl exion

Des questions pour poursuivre la réfl exion Des questions pour poursuivre la réfl exion EXPLICATIONS PRÉALABLES En complément du diaporama sur les résultats de l étude sur les CHSCT et selon à qui s adresse cette présentation, il est proposé une

Plus en détail

L oligopole ESCP 2012 2103

L oligopole ESCP 2012 2103 Structures de marché L oligopole Anne Yvrande Billon ESCP 2012 2103 1 Plan du cours (1/2) 1. Introduction : qu est ce qu un oligopole? 2. L oligopole de Cournot 3. Le «paradoxe de Bertrand» 2 1. Introduction

Plus en détail

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE sensibiliser Citer de situations où la ressource est rare, les contraintes possibles :! Un espace limité pour ranger ses vêtements, un temps restreint dans la journée pour faire

Plus en détail

Introduction aux Principes d Economie

Introduction aux Principes d Economie Université de Rennes 1 Année 2000-2001 Examen AES 1 ère année Introduction aux Principes d Economie Session de septembre Thierry PENARD (Durée : 2 heures) Correction Exercice 1 : Le marché des téléphones

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE

FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE ANALYSE DU COUT DES MATERIAUX ET EQUIPEMENTS DE CONSTRUCTION EN FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS Juillet 2011 57 bd de Montmorency - 75016 Paris - France - Tel : + 33 (0)1

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations Quelques constats pour commencer! Les associations, un acteur majeur de la vie sociétale Près de 1,1 million d associations en France 20

Plus en détail

Logement social en France. Rencontres du Fonds d épargne 1er juillet 2011, Hervé Boulhol, OCDE

Logement social en France. Rencontres du Fonds d épargne 1er juillet 2011, Hervé Boulhol, OCDE Logement social en France Rencontres du Fonds d épargne 1er juillet 2011, Hervé Boulhol, OCDE Partie 1 Aides àla personne / aides àla pierre dans le secteur privé Spécificités du logement social sur cette

Plus en détail

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/ Abrégé du rapport Evaluation des activités et de la qualité des prestations EHPAD Louise de la Vallière 7 rue de la Citadelle 37330 Château la Vallière 1/9 SOMMAIRE Abrégé du Rapport d évaluation... 3

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise I. INTRODUCTION COACHING JRT 35, rue LeGuerrier Blainville (Québec) J7E 4H5 514-236-1729 info@coachingjrt.com www.coachingjrt.com Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

Les déterminants de l investissement

Les déterminants de l investissement Les déterminants de l investissement Après avoir expliqué ce qu est l investissement et montré ses effets sur l économie via l offre et la demande (article du 25 octobre sur ce blog), nous allons nous

Plus en détail

Université de Bordeaux 4 Master 1 TEI Examen final, 1ère session 2000-2001 Economie publique Durée : 1 heure

Université de Bordeaux 4 Master 1 TEI Examen final, 1ère session 2000-2001 Economie publique Durée : 1 heure 2000-2001 1) La réglementation des monopoles naturels. (12 points) 2) Au choix : (8 points) a) Soient les préférences des individus a, b, c et d sur les options x, y, z et t : Individu a : x > y > t >

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON. LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale)

DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON. LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale) DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON Partie 1 : LES SOURCES DES OBLIGATIONS LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale) Ils existent deux types d actes juridiques

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante?

Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante? Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante? Introduction : Les chômeurs se sont les personnes qui n ont pas d emploi et qui en recherchent un. Nous avons vu que

Plus en détail

La Finance responsable : du souhaitable au possible

La Finance responsable : du souhaitable au possible La Finance responsable : du souhaitable au possible Résultats des recherches IAE-CERAG en finance socialement responsable Isabelle Girerd-Potin Professeur, Responsable du Master Finance Objectif : répondre

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

La sécurité d approvisionnement en gaz

La sécurité d approvisionnement en gaz La sécurité d approvisionnement en gaz Direction générale de l énergie et du climat Ministère de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie Convention AFG 18 mars 2014 Sophie Rémont Sous-directrice

Plus en détail