Carsat. info. n 5. Alsace-Moselle. sur rendez-vous. Magazine d information de la Caisse d assurance retraite et de la santé au travail.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Carsat. info. n 5. Alsace-Moselle. sur rendez-vous. Magazine d information de la Caisse d assurance retraite et de la santé au travail."

Transcription

1 Magazine d information de la Caisse d assurance retraite et de la santé au travail n 5 2 ème semestre 2015 foire européenne de strasbourg : travaux chez vous... pensez à tout! Focus sur L'atelier nutrition "Les plaisirs de la table" l'accueil sur rendez-vous

2

3 4 Travaux de rénovation ou de construction en projet? Venez nous en parler sur notre stand à la foire 6 Passage à la retraite facilité pour les bénéficiaires du RSA en Moselle 8 Les services en ligne sur Pour ma retraite, je clique, c est plus pratique! 9 Quoi de neuf du côté de ma retraite? LE BIEN VIEILLIR 10 Bien vivre votre retraite : des ateliers collectifs de prévention pour rester en forme 11 Focus sur L'atelier nutrition "Les plaisirs de la table" PARTENAIRES Zoom 12 Les résultats et perspectives de la 14 La à l'écoute de ses clients 16 Une vieille dame nommée Sécurité sociale 18 Un portail national pour s orienter face à la perte d autonomie 19 Chirurgie orthopédique : un programme d accompagnement qui permet de vivre sereinement son retour à domicile 20 l'accueil sur rendez-vous 21 contacts 22 agenda 23 les chiffres de la retraite Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 36, rue du Doubs Strasbourg cedex1 Relations Presse : tél : DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : René Marbach COMITE DE REDACTION : Christine de Finance, Sylvie Henning, Michel Hensienne, Christine Hoffer, Marylin Ihle, Dominique Kessler, Christophe Kintz, Emilia Kochmann, Sophie Lebru, Elisabeth Schlicher MAQUETTE : Christel Grand Eury Delarue et Catherine Lang crédits photos : Thinkstock - IMPRESSION : TIRAGE : exemplaires Imprimé sur du papier recyclé DEPOT LEGAL à parution - ISSN

4 des entreprises... Travaux de rénovation ou de construction en projet? Venez nous en parler sur notre stand à la foire Pour + d informations : /entreprises/prévention des risques professionnels Le service Prévention des Risques Professionnels est présent sur le stand à la Foire Européenne de Strasbourg (du 4 septembre au 14 septembre) et à la Foire Internationale de Metz (du 25 septembre au 5 octobre). Cette année, le thème proposé aborde le sujet de la "construction et rénovation" et du rôle du maitre d ouvrage dans la prise en compte de la prévention des risques présents lors de son chantier. Le message s adresse dans ce contexte à un public d entreprises qui n est habituellement pas rencontré par les techniciens du service prévention de la, notamment les TPE* intervenant dans le gros et second œuvre. Il s adresse également au particulier qui un jour peut être amené à entreprendre des travaux de rénovation ou de construction, et devient de ce fait un "maître d ouvrage" à qui incombent des choix en amont de son chantier. "Travaux chez vous pensez à tout!" Les messages déclinés sur le stand par l information affichée, le jeu d animation et la documentation remise servent à faire connaître : - les risques de chutes de plain pied ou de hauteur, en caractérisant leurs causes possibles, - les risques liés à la manutention, - les obligations du maître d ouvrage notamment en termes de sécurité sur son chantier. Le but recherché est d inciter le visiteur à faire des choix permettant la mise en œuvre de mesures de prévention simples, pour supprimer ou réduire ces risques, et une organisation garantissant l utilisation d équipements d hygiène sur le chantier. "Prévenir les chutes sur les chantiers" un programme national de l Assurance maladie risques professionnels. Les entreprises du bâtiment sont parmi celles dont les salariés sont le plus sujets à des accidents du travail, notamment des chutes de hauteur et de plain pied. Par ailleurs, les atteintes à la santé peuvent survenir suite à des manutentions de charges lourdes ou répétitives. Voilà pourquoi les services Prévention des s engagent auprès des maîtres d ouvrages, pour qu ils fassent, en amont des projets de chantiers, des choix permettant de réduire l exposition à ces risques d atteinte à la santé. Ces choix sont par exemple la sécurisation des circulations, accès et livraisons au poste de travail du chantier, ainsi que la mutualisation des équipements de travail et d accès en hauteur. Tout visiteur rencontré à la foire sera potentiellement un maître d ouvrage particulier. L objectif est donc de l amener à faire lui aussi ces choix de réduction du risque de chutes et des manutentions. 4

5 Signature de la Convention structurant le partenariat entre les et Nord-Est et les organismes professionnels de prévention du BTP. C est au pied du mur qu on voit le maçon Et c est dans les statistiques AT** que ces mêmes maçons se retrouvent avec des sinistres (accidents ou maladies professionnelles) nombreux et coûteux. Mais comment aborder ces très petites entreprises de quelques salariés avec un message de prévention? La réponse apportée par le réseau prévention a été de travailler en partenariat, avec une approche marketing. C est ainsi que nous allons travailler avec les fournisseurs de matériels de construction et de matériaux, pour promouvoir l achat de parpaings retournés, d échafaudages à montage et démontage en sécurité, de plateformes élévatrices de maçonnerie Nous avons également le projet de signer une charte avec l Union des Maisons Françaises, syndicat de constructeurs de maisons individuelles, afin d obtenir leur engagement sur l intégration dans les contrats de construction de la mutualisation des moyens de prévention des chutes et de manutentions. Toutes ces actions devront réduire la sinistralité des TPE maçons. Partenaires particuliers Aller plus loin nécessite de porter un projet ensemble. Afin de toucher plus d entreprises et notamment les entreprises du Bâtiment, la et la Nord-Est (Lorraine - Champagne / Ardennes) ont signé une convention avec les agences OPPBTP (Organisme Professionnel de Prévention du BTP) de la région Est, structurant notre partenariat et décrivant les actions de terrain menées en collaboration. Partage d informations, ciblage commun d entreprises à rencontrer, visites de chantiers et d entreprises sont autant de points détaillés par cette convention. Un point régulier sera fait pour mesurer les avancées obtenues en termes de réduction de l exposition aux risques de chutes et de sécurisation des circulations et manutentions sur les chantiers. Les dispositifs améliorant l hygiène sur les chantiers ne sont pas oubliés dans ces actions. Les centres de gestion à nos côtés Les collectivités sont des donneurs d ordre importants au vu du nombre de chantiers et de la taille de leurs marchés. Un partenariat avec les Centres de Gestion, interlocuteurs privilégiés de ces collectivités, et du service Prévention de la va permettre d expérimenter puis de diffuser le principe de l'intégration d une note Sécurité & Santé au Travail dans les pièces des marchés. Intégrer concrètement, dès la passation des marchés, les équipements d hygiène voulus sur le chantier, les protections mutualistes contre les chutes, les moyens de levage harmonisés et partagés, permettra de garantir que ces dispositifs seront effectivement présents sur toute la durée des chantiers. Un bénéfice pour les travailleurs concernés, mais aussi pour la qualité et la rapidité de réalisation des ouvrages. Les centres de gestion (CDG) nous aideront à convaincre les maires à s engager dans cette voie. *TPE : très petites entreprises, **AT : accidents du travail Venez nous rencontrer sur l espace prévention du stand de la Foire Européenne de Strasbourg Hall 4 et de la Foire Internationale de Metz Hall C. 5

6 l action sociale de la carsat Passage à la retraite facilité pour les bénéficiaires du RSA en Moselle En Moselle, une convention a été signée entre la et le Conseil départemental, visant à développer des actions collectives pour faciliter le passage à la retraite des bénéficiaires du RSA. Nombre d entre eux ayant eu une vie et une carrière difficiles, il peut être en effet un moment de fragilité accrue quant à l accès aux droits, aux soins, à la prévention. Le passage à la retraite est un changement de situation qui peut fragiliser, sur le plan social et médico-social, les personnes les plus vulnérables peu ou pas préparées, notamment les bénéficiaires du RSA qui arrivent à l âge de la retraite avec des carrières marquées par la précarité des emplois et le chômage. La difficulté pour les services de la est de pouvoir atteindre et rencontrer ce public. Les Conseils départementaux ont en charge la mise en œuvre des politiques d insertion sociale et professionnelle en faveur des bénéficiaires du RSA. En Moselle, les objectifs des deux institutions en direction de ce public se sont conjugués pour faire une offre de service collective adaptée aux bénéficiaires du RSA âgés en moyenne de 59 à 65 ans. Cette coopération a été formalisée dans une convention signée le 27 mars 2015 par le président du Conseil départemental de Moselle et le directeur de la. Faciliter l accès à l information et aux soins Il s agit de proposer des actions collectives comportant trois à cinq réunions pour un même groupe sur des thématiques associées au passage à la retraite. Elles visent à faciliter l accès aux informations relatives aux droits retraite et maladie, à informer sur les droits sociaux qui évoluent suite au changement de situation, notamment la couverture santé, à favoriser l accès aux soins, aux aides et aux dispositifs existants et à contribuer à la préservation du capital santé en sensibilisant aux actions de prévention santé et du bien vieillir. Pour le Conseil départemental, les responsables des unités territoriales d action sociale et d insertion et les chargés d insertion sociale invitent les bénéficiaires du RSA et assurent la logistique. Le service social de la organise, en partenariat avec les différents services impliqués, le contenu des interventions, et assure l animation et le bon déroulement des réunions. Le service retraite et le service prévention partenariat de la ainsi que la Caisse primaire d assurance maladie de Metz interviennent dans les séances. De gauche à droite, assises : Evelyne Delvecchio, responsable de l UTASI* de Montigny-les-Metz, Muriel Villani-Andriolo, chargée d insertion sociale à la cellule d appui RSA de Metz, Fabienne Tacchi, chargée d insertion sociale à la cellule d appui de Thionville, Noémie Viaud, responsable du bureau de l insertion sociale du conseil départemental de Moselle. De gauche à droite, debout : Marie-Bernadette Schneider, responsable de l agence retraite de la de Metz, Véronique Neu-Koehler, responsable de l unité de service social de la de Metz, Marie-José Liedecke, responsable de l unité de service social de la de Thionville, Rose-May Nold, responsable de l UTASI de Thionville. 6

7 65 premiers bénéficiaires satisfaits Une première réunion de bilan, qui s est tenue le 30 mai 2015 dans les locaux du Conseil départemental à Metz, a permis de souligner la satisfaction de cette coopération entre des institutions et des services qui se sont aussi découverts à cette occasion. Trois actions ont été menées sur Metz et Thionville au bénéfice de 65 bénéficiaires du RSA pour 170 invités. Les participants ont apprécié l action, la possibilité de s exprimer, d échanger, de poser leurs questions. Ils se sentent mieux armés pour entreprendre les différentes démarches. Plusieurs personnes ont, par exemple, pris rendez-vous avec la à la suite de l intervention retraite. Cette démarche partenariale en direction des bénéficiaires du RSA proches de la retraite se retrouve également dans les deux départements alsaciens, où les coopérations se construisent dans le même esprit et avec la même dynamique. Qu en disent les participants? "Tout était complémentaire, c est un cheminement complet" "cela permet de ne pas se sentir perdu" "c était bien ces petites réunions, certaines choses étaient dites autrement" "j ai appris beaucoup de choses" "on a été bien entendu, je vais conseiller à mes proches ces rencontres" "l ambiance était aimable et l on se sentait bien" 7

8 ...et des hommes Les services en ligne sur Pour ma retraite, je clique, c est plus pratique! "Je souhaite m inscrire, comment dois-je faire?" Pour vous inscrire et accéder aux services en ligne, rendez vous sur la page d accueil de notre site, sélectionnez "Je crée mon espace personnel". Laissez-vous ensuite guider jusqu à la création de votre espace. Votre numéro de Sécurité sociale et une adresse valide seront nécessaires pour réaliser votre inscription. Lors de votre 1 ère connexion, un confirmant votre demande d inscription vous a été adressé par l Assurance retraite, cliquez sur le lien d activation. Lors des connexions suivantes, rendez-vous sur la page d accueil de notre site et sélectionnez "Mon espace personnel". "Je n arrive pas à visualiser mon relevé de situation individuelle en ligne, que faire?" Le relevé de situation individuelle est un document au format PDF. Assurez-vous d avoir l outil adéquat pour ouvrir ce genre de fichier. "Je viens de visualiser mon relevé de carrière et je ne suis pas d accord avec certaines années, comment faire pour le corriger?" A partir de 44 ans, pour demander la régularisation de votre carrière, vous pouvez accéder au service en ligne "Je souhaite mettre à jour mon relevé de carrière". Dans "Mon espace personnel", précisez votre numéro de Sécurité sociale et votre mot de passe. Dans la liste des services proposés, cliquez sur "Je souhaite mettre à jour mon relevé de carrière" puis sur "Demander la régularisation de votre carrière". Sur la page "Demander la régularisation de votre carrière" "Comment ça marche?", cliquez sur "Continuer". Une fenêtre contenant votre adresse s ouvre. Vérifiez les informations. Si elles sont exactes, cliquez sur "Je confirme ma demande". Si vos coordonnées sont erronées, cliquez sur "modifier mes coordonnées" pour effectuer une correction dans le formulaire. Votre relevé de carrière avec nos éventuels commentaires s affiche. Cliquez sur "Saisir vos réponses" (situé en bas de la page) et laissez-vous guider. Cette demande de régularisation peut être complétée en plusieurs fois. Il vous suffit de cliquer sur "Arrêt temporaire de votre saisie" et vos données seront conservées. Pendant un mois vous pourrez reprendre cette saisie à tout moment. Passé ce délai, toutes les données seront supprimées, de même si vous cliquez sur "Abandonner votre demande". Une nouvelle demande de régularisation de votre carrière sera possible passé un délai de 12 mois. Si vous rencontrez une difficulté d ordre technique, n hésitez pas à nous contacter au (prix d un appel local) du lundi au vendredi de 8h à 17h. "Je souhaite régulariser mes trimestres pour enfants en ligne, comment dois-je faire?" A partir de 45 ans, pour régulariser vos trimestres enfants en ligne, connectez-vous à l aide de votre numéro de Sécurité sociale et de votre mot de passe au service en ligne "Je souhaite mettre à jour mon relevé de carrière" puis cliquez sur "Régulariser vos trimestres enfants". Suivez les instructions données et validez votre demande. 8

9 retraite Quoi de neuf du côté de ma retraite? Vous vous posez des questions sur votre retraite? Info répond ici à quelques questions fréquentes, pour vous aider à mieux suivre les évolutions législatives "Je souhaite demander ma retraite du régime général à partir du 01/07/2015 et continuer mon activité de commerçant". L assuré dont la première retraite de base prend effet à partir du 01/01/2015 doit cesser toute activité professionnelle salariée et/ou non salariée relevant de tous les régimes obligatoires de retraite de base français, sauf dérogations dans le régime d activité. "J ai 58 ans et je suis en retraite anticipée. Je souhaite reprendre une activité salariée, puis-je la cumuler avec ma retraite?" Vous pouvez cumuler votre retraite et une activité, dans une certaine limite, si vous reprenez une activité chez le même employeur (au moins 6 mois après votre départ) ou chez un autre employeur. Si vous reprenez une activité chez votre ancien employeur avant 6 mois, votre retraite est suspendue. Dès que vous aurez atteint l âge légal, vous pourrez cumuler intégralement votre retraite et le revenu de votre activité professionnelle si : - vous réunissez la durée d assurance requise pour la retraite au taux maximum, - vous avez obtenu toutes vos retraites de bases et complémentaires françaises et étrangères dont les conditions d ouverture du droit au taux plein sont réunies. La limite de cumul Le total mensuel de votre nouveau revenu et de vos retraites (de base et complémentaires) ne doit pas dépasser la moyenne mensuelle de vos revenus d activité des 3 derniers mois civils (ou 1,6 fois le Smic si ce montant est plus avantageux). En cas de dépassement, votre retraite n est pas payée. Le paiement de votre retraite peut reprendre quand vous cessez votre activité ou lorsque le total de vos revenus (activité et retraite) est inférieur à la limite de cumul. Dans ce cas, n oubliez pas d informer votre caisse pour rétablir le paiement de votre retraite. A noter A partir du 1 er janvier 2015, votre retraite est réduite du montant du dépassement et non plus suspendue. Un décret à paraître doit préciser les conditions d application de cette mesure. "Je suis retraité depuis le 01/03/2015. Je touche toutes mes retraites. Je souhaiterai reprendre une activité salariée. Quelle est la limite à ne pas dépasser? " Vous devez au préalable avoir obtenu toutes vos retraites de base et complémentaires des régimes français, étrangers et des organisations internationales. Il s agit des retraites dont vous remplissez les conditions d attribution au taux plein. Le cumul intégral est alors possible : à partir de l âge d obtention de la retraite à taux plein ; ou dès que vous avez à la fois l âge légal de départ à la retraite et la durée d assurance nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein. Vous pouvez reprendre une activité, quelle qu elle soit, immédiatement. "Puis-je cumuler ma retraite française et mon emploi à l Etranger?" Vous pouvez cumuler votre retraite française avec un emploi à l Etranger. Pour les autres pays, renseignez-vous auprès de l organisme qui vous paiera votre retraite. "Je souhaite reprendre une activité, quelles démarches dois-je effectuer?" L assuré doit informer sa caisse de retraite dans le mois qui suit sa reprise d activité : du nom, de l adresse de son employeur et de la date de reprise d activité ; du montant des revenus correspondant à cette activité ; du nom des organismes de retraite de base et complémentaires qui lui servent une retraite. L assuré doit répondre aux contrôles effectués par sa caisse de retraite. S il ne répond pas dans le délai d 1 mois, le paiement de sa retraite est suspendu. Le paiement est rétabli à compter du 1 er jour du mois au cours duquel les conditions sont remplies, selon les éléments fournis par l assuré. 9

10 l action sociale de la carsat Bien vivre votre retraite : des ateliers collectifs de prévention pour rester en forme Au travers de leur politique d action sociale, les caisses de retraite de la, la Mutualité Sociale Agricole (MSA) et le Régime Social des Indépendants (RSI) proposent une offre commune pour la préservation de la perte d autonomie. Des forums, des conférences et des ateliers de prévention pour avancer en âge sereinement et rester en forme sont proposés sur l ensemble du territoire. En Alsace, tout comme en Moselle, huit thématiques de prévention différentes sont proposées sous forme d ateliers collectifs organisés autour du "bien vieillir" et présentées dans la brochure interrégime "Bien vivre votre retraite" réalisée en région : - Vieillir et alors, j en suis où? pour optimiser sa santé au quotidien et pour continuer à l entretenir. - Atelier du bien vieillir : pour être acteur de sa santé au travers des ateliers du bien vieillir, sensibilisation à l alimentation, le sommeil, les médicaments - L équilibre, j en suis où? pour les personnes âgées qui ont des difficultés d équilibre. Prévention des chutes. - Du Peps pour ma mémoire : pour stimuler sa mémoire dans la vie quotidienne. - Les plaisirs de la table : pour apporter des informations et des conseils adaptés ainsi que des messages essentiels pour privilégier une alimentation équilibrée. - Habitat et sécurité : pour prévenir les risques à domicile et être conseillé sur l amélioration de la sécurité et la qualité de vie de son logement. - Initiation aux nouvelles technologies : téléphone, internet, tablettes sont des outils essentiels pour rester connecté avec son entourage. "Pour Bien Vivre sa Retraite" Le 5 novembre 2015 dès 13h30 au Parc des Expositions à Mulhouse Ce forum organisé en interrégimes (, MSA et RSI) s adresse aux personnes retraitées. L objectif de cette journée est de permettre à l ensemble de nos retraités, de découvrir les enjeux de la prévention et les offres d actions collectives proposées sur le territoire. Bouger, se nourrir l esprit, prendre soin de soi, maintenir les contacts constituent les atouts qui permettent d avancer en âge dans les meilleures conditions. Au programme de la journée : - une conférence, - une représentation théâtrale, - la découverte d un village des Une collation sera proposée en fin d après midi. Pour toute information, contactez le

11 l'action sociale de la carsat Focus sur L'atelier nutrition "Les plaisirs de la table" Pour en savoir + : / Bien vieillir / Nos actions du bien vieillir en cours. L atelier nutrition "Les plaisirs de la table" composé de cinq séances est animé par une diététicienne qui répond aux questions des seniors et apporte des informations et conseils adaptés ainsi que des messages essentiels pour privilégier une alimentation équilibrée. L'équilibre alimentaire contribue au maintien de la santé à tout âge de la vie. Chez les seniors, les besoins nutritionnels ne diminuent pas mais ils peuvent changer. Adapter ses habitudes alimentaires constitue un atout pour rester en forme et se protéger contre certaines maladies. Les ateliers guident les participants à travers des notions très variées : - Bien manger? Analyse des groupes d'aliments et des repères de consommation journaliers, tout en s'appuyant sur des recettes et astuces pour y parvenir. - Manger mieux au quotidien? Organisation des repas et rythmes alimentaires, convivialité et ambiance des repas au travers des 5 sens, symbolique de l'alimentation. - Conseils nutritionnels lorsqu'une pathologie apparaît? Savoir choisir les aliments, les régimes spécifiques, hydratation, importance des apports en protéines et calcium, définition et rôle de l'activité physique adaptée. Y sont abordés : le surpoids, l'excès de cholestérol ou de triglycérides, le diabète, l'hypertension artérielle, l'ostéoporose... - Faire ses courses? Liste de courses, lieux de vente, budget, transport et règles de conservation des aliments. - Savoir lire une étiquette? Etude des étiquettes, tout en évoquant l'impact des stratégies marketing et des médias. - Alimentation et activité physique : les incontournables de la prévention santé. En participant à ces ateliers, les seniors ont l'occasion d'avoir des informations, de partager un moment convivial, d'échanger leurs expériences et pourront partir mieux armés pour croquer la vie à pleines dents. Pour se procurer la plaquette : En Alsace : "Bien vivre votre retraite" à l Espace Prévention de la à Strasbourg, 18 rue Seyboth. En Moselle : "Label vie" : à l Espace prévention de Metz, 3 place du Roi George. 11

12 interview Les résultats et perspectives de la La est la résultante de la fusion de la Caisse Régionale d'assurance Vieillesse et de la Caisse Régionale d'assurance Maladie. Trois ans après, Jean-Pierre Alfonsi, Président du Conseil d'administration de cet organisme et René Marbach, son Directeur, reviennent sur le chemin parcouru et sur les résultats de la Caisse d'assurance Retraite et de la Santé au Travail () d'aujourd'hui. Info : Jean-Pierre Alfonsi, vous êtes à la tête du Conseil d'administration de la depuis sa création en Quelle vision avez-vous à ce jour de son évolution? Info : René Marbach, pouvez-vous nous donner une recette pour, à la fois, réussir une fusion et améliorer ses résultats, dans un contexte où les moyens ont plutôt tendance à se rationaliser? Jean-Pierre Alfonsi : "La Direction de la nous a présenté, il y a quelques jours, le rapport d'activité 2014 de la et je pense exprimer la satisfaction du Conseil d'administration dans son entier pour relever le travail qui a été accompli sur ces trois dernières années. L'organisme a réussi à relever le défi de la fusion, non seulement en maintenant de bons résultats mais en progressant dans un contexte parfois difficile et en mouvance. Je ne citerai que la réforme des retraites de 2012, qui, en combinaison avec d'autres facteurs, a généré des pics d'activité sur le traitement des demandes de départ à la retraite, la réorientation de la politique d'action sociale des caisses de retraite vers la prévention de la perte d'autonomie et le Bien Vieillir, le développement des partenariats interrégimes aussi bien dans le domaine des retraites, que dans l'action sociale et dans les risques professionnels. L'année 2014 a été une transition aussi. Les branches Retraite, Maladie et Risques professionnels ont signé avec nous de nouveaux Contrats pluriannuels de gestion qui s'imposent à nous pour les 3-4 ans à venir. " René Marbach : "Avec l'équipe de direction, nous avons fait le pari de la compétence de nos agents et cadres en cultivant notre sens du service aux assurés. Dans les synergies mises en place et dans l'écoute que nous portons aux besoins des assurés, nous trouvons tous les jours matière à améliorer, innover et à construire notre avenir en tant que service public. Et nous avons en cela le soutien et la confiance de nos administrateurs. Et c'est une grande chance!" 12

13 Plus de bénéficiaires d'une pension en 2014 Info : Pouvez-vous nous donner quelques chiffres clés qui caractérisent l'activité de la en 2014? René Marbach : "Nous avons dépassé en 2014, le cap de bénéficiaires d'une pension versée par la, pour un montant de plus de 5 milliards d'euros. Nous avons attribué plus de retraites personnelles et plus de pensions de réversion était une année difficile en terme de gestion des flux de production mais nous avons décidé malgré tout, de jouer à plein dans le système d'entraide institué entre les caisses de retraite pour aider certaines d'entre elles à résorber leurs stocks de demandes. Ce système d'entraide est institué à présent de manière pérenne. La gestion des flux de production est un enjeu majeur de ces prochaines années pour l'ensemble des caisses de retraite et nous misons énormément sur les apports des services en ligne de l'assurance Retraite qui nous permettrons de maintenir, en contrepartie, une attention particulière envers des publics plus fragiles." La engagée dans la politique du Bien vieillir Info : Monsieur le Président, vous parliez d'une réorientation de la politique de l'action sociale des Caisses de retraite... Jean-Pierre Alfonsi : "Dans le cadre de la loi d'orientation et de programmation pour l'adaptation de la société au vieillissement et de la convention "Pour " conclue avec la Mutualité sociale agricole et le Régime social des indépendants, nous avons mis un accent particulier sur la prévention de la perte d'autonomie. Notre offre de service en interrégimes est en montée en charge. Nous avons contribué, avec six autres organismes de Sécurité sociale, à la création de l'association Label Vie en Lorraine-Champagne-Ardenne. Dès 2014, les caisses de retraite ont proposé plus de 296 actions collectives de prévention en faveur de seniors. Notre investissement aux côtés des personnes en situation de risque temporaire de perte d'autonomie a lui aussi été constant. Plus de personnes ont bénéficié d'un Plan d'action personnalisé. Nous avons pu compter aussi sur un service social toujours très investi auprès des assurés en difficulté face à la maladie pour l'accès aux droits et aux soins. Plus de personnes ont été aidées en individuel et plus de en collectif. Nous poursuivons aussi notre politique de prêts et de subventions aux lieux de vie collectifs et à l'aide à l'investissement des logements foyers destinés aux seniors. Plus de 3 millions d'euros de prêts ont été accordés en 2014 pour les opérations immobilières des lieux de vie collectifs." La et les entreprises Info : Il y a eu également quelques nouveautés du côté des entreprises? Jean-Pierre Alfonsi : "Hormis la négociation d'un nouveau CPG qui a redéfini nos priorités en matière de prévention des risques professionnels, 2014 a été la première année de pleine application de la nouvelle tarification des risques professionnels définie par le décret du 5 juillet C'est donc la première année, où le taux de cotisation a été calculé entièrement sur la base des seuils d'effectifs et des coûts moyens par sinistre sur trois ans, avec l'application d'un taux unique à l'entreprise." René Marbach : "En terme d'enjeux, nous nous mettons aussi en ordre de bataille pour aider les entreprises à entrer dans le système de déclaration sociale nominative qui sera obligatoire pour l'ensemble des entreprises dès Nous prévoyons une offre de service qui permettra aux entreprises de mieux identifier leurs salariés, ce qui améliorera la fiabilité des données DSN et les remontées mensuelles des fichiers des entreprises à partir de leurs systèmes de paie." Jean-Pierre Alfonsi : "La maintient également son offre de conseil retraite en entreprise. Nos correspondants sont en mesure d'informer les salariés et les services des ressources humaines sur les dispositifs de cumul emploi-retraite, la retraite progressive, la surcote. En 2014, 73 réunions d'information retraite menées en entreprise, nous ont permis de rencontrer salariés de 55 ans et plus. Et bien entendu, nos contrôleurs de sécurité et ingénieurs conseil restent eux aussi au côté des entreprises pour toute question sur la santé & sécurité au travail". René Marbach et Jean-Pierre Alfonsi le 9 octobre 2012, lors de l'inauguration officielle de la d'. 13

14 retraite La à l'écoute de ses clients Du système de recueil de réclamations le plus simple à l'enquête d'envergure, les services de la se mobilisent sur le recueil de l'expression de la satisfaction de leurs "clients". Les enquêtes de satisfaction qui recueillent annuellement les avis des assurés sont autant de sources de connaissance et d'amélioration pour permettre d'adapter nos ressources au service rendu. L'écoute client de l'assurance retraite En juin 2014, l'enquête de satisfaction de l'assurance retraite à grande échelle avait été lancée sur la France entière auprès de nouveaux retraités et de près de actifs ayant eu un contact avec une dans l'année. Pour chaque, cela représente un groupe de 300 nouveaux retraités et 150 actifs interrogés. 95% des nouveaux retraités d' sont globalement satisfaits des services de l'assurance Retraite (+ 4 points par rapport au niveau national) et 89% des actifs (+ 10 points par rapport au niveau national). Sur les années précédentes, le taux de nouveaux retraités "très satisfaits" est cependant en recul. Un indicateur qui doit éveiller l'attention de la sur les facteurs qui diminuent la qualité de service perçue et qui touchent notamment l'information qui est donnée par nos services sur le suivi des dossiers et le temps d'attente pour la réponse téléphonique. Les taux de satisfaction par rapport aux modes de contacts (courrier, téléphone, rendez-vous en agence, site internet) sont, pour la région, supérieurs généralement à la moyenne nationale. Des solutions sont en cours de développement pour permettre au canal internet de prendre de l'ampleur pour alléger la charge sur le canal téléphonique. 14 campagnes d'évaluation pour le service social 2014 était l'année de la 14 ème édition du baromètre de satisfaction du service social. Au niveau régional, ce sont chaque année près de 1500 questionnaires qui sont exploités pour obtenir une image du service rendu par nos travailleurs sociaux. Si le taux de satisfaction global s'est toujours situé très haut (86% à 95% entre 2002 et 2014), les différentes solutions d'amélioration de service mises en place depuis le début des années 2000 ont permis, malgré un contexte économique et social plus difficile, une augmentation constante du taux de bénéficiaires "très satisfait" de 26% à 56%. La mise en oeuvre de programmes pro-actifs concernant des publics confrontés à des difficultés similaires, la généralisation d'un accueil sur rendez-vous, l'amélioration de l'accueil téléphonique en relation avec les Caisses primaires d'assurance maladie ont été les principales sources de progrès... 14

15 L'action sociale de la : une politique d'aide en évolution, une évaluation adaptée La future loi d'orientation et de programmation pour l'adaptation de la société au vieillissement et la convention "Pour " établie entre les caisses de retraite du régime général, de la MSA et du RSI, prévoit pour les caisses de retraite un rôle dans la prévention de la perte d'autonomie. Un recentrage de l'offre de service de l'action sociale individuelle et collective est donc nécessaire. Au titre de l'aide individuelle, la priorité est donnée aux assurés en risque de perte d'autonomie en raison de leur état de santé, de leur isolement ou des conditions de vie dans leur logement, tandis que des solutions plus collectives de prévention sont recherchées et déployées sur des territoires fragiles. Pour répondre à un besoin d'adaptation de l'offre de service, un panel de bénéficiaires d'une aide individuelle répond au cours du déploiement de leur plan d'aide personnalisé à un questionnaire qui permet de donner un avis sur les aides qui leur sont apportées. L'évaluation intègre des critères quantitatifs et qualitatifs. Une étude qui au final doit donner quelques indications tant au niveau de la couverture des besoins des assurés, qu'au niveau de la qualité de service des prestataires. Pour les actions collectives, les assurés sont également interrogés de manière systématique à l'issue des ateliers prévention. Mesures de satisfaction : une culture bien implantée dans le domaine des risques professionnels La Direction des risques professionnels de la CNAMTS conduit depuis de longues années une enquête annuelle employeurs. Celle-ci s'étend sur les périmètres des missions des Caisses primaires et des. Pour les actions locales, les services de la prennent le relais en proposant parfois des solutions innovantes comme un questionnaire ou un quiz proposé sur le site internet de la ou une évaluation à chaud lors d'une Matinée Employeurs. En 2014, ces réunions organisées dans toutes les grandes villes d'alsace et de Moselle ont été co-animées par les acteurs de l'assurance Maladie (CPAM, Service médical) et de l'assurance Retraite et Risques professionnels (). 98% des participants se sont déclarés satisfaits ou très satisfaits de la qualité des interventions et des échanges proposés et 64% reviendraient certainement lors d'une prochaine matinée consacrée à la gestion des risques professionnels en entreprise. Des enquêtes qui permettent, là aussi, de vérifier l'adéquation d'un dispositif d'information et d'affiner sa mise en oeuvre pour les prochaines interventions. 15

16 retraite Une vieille dame nommée Sécurité sociale La Sécurité sociale fête cette année ses 70 ans L occasion de rappeler à tous l histoire et les valeurs d une grande institution aujourd hui fragilisée. Naissance d une grande idée Aux solidarités restreintes exercées dans le cadre familial ou des métiers (corporations), la Révolution de 1789 et la Déclaration des droits de l homme ont substitué une conception nouvelle de l assistance. Les insuffisances et les limites de l assistance donneront naissance dès le début du XX ème siècle aux premières tentatives de création d une Sécurité sociale qui apparaîtra, dans ses principes et sa forme en vigueur aujourd hui, en A la veille de la deuxième guerre mondiale, la France dispose, dans les textes, d un système de protection complet mais fragile qui sera profondément renouvelé après les hostilités. En 1945, la nécessité de soutenir et d améliorer l état de la population repose sur le contexte démographique catastrophique de la Libération. Le Conseil national de la Résistance, dans son programme du 15 mars 1944, imagine "un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l Etat". La Sécurité sociale était née. Elle sera concrétisée dans les faits par les ordonnances des 4 et 19 octobre 1945, grâce à Pierre Laroque ( ), premier directeur de la Sécurité sociale. Il poursuivait alors un triple objectif : l unité de la Sécurité sociale, la généralisation quant aux personnes, l extension des risques couverts. Par son action comme par son charisme, il allait marquer de son empreinte l histoire de la Sécurité sociale française. Elle bouleverse radicalement la société française. Le sentiment d insécurité diminue, la démographie et l espérance de vie augmentent. Exposé des motifs de l ordonnance du 4 octobre 1945 (extraits) "La Sécurité sociale est la garantie donnée à chacun qu en toutes circonstances il disposera des moyens nécessaires pour assurer sa subsistance et celle de sa famille dans des conditions décentes. Trouvant sa justification dans un souci élémentaire de justice sociale, elle répond à la préoccupation de débarrasser les travailleurs de l incertitude du lendemain, de cette incertitude constante qui crée chez eux un sentiment d infériorité et qui est la base réelle et profonde de la distinction des classes entre les possédants sûrs d eux-mêmes et de leur avenir et les travailleurs sur qui pèse, à tout moment, la menace de la misère." "Envisagée sous cet angle, la Sécurité sociale appelle l aménagement d une vaste organisation nationale d entraide obligatoire qui ne peut atteindre sa pleine efficacité que si elle présente un caractère de très grande généralité à la fois quant aux personnes qu elle englobe et quant aux risques qu elle couvre. Le but final à atteindre est la réalisation d un plan qui couvre l ensemble de la population du pays contre l ensemble des 16

17 facteurs d insécurité; un tel résultat ne s obtiendra qu au prix de longues années d efforts persévérants, mais ce qu il est possible de faire aujourd hui, c est d organiser le cadre dans lequel se réalisera progressivement ce plan." Evolution de la Sécurité sociale L ordonnance du 19 octobre 1945 concerne les risques maladie, maternité, invalidité, vieillesse, décès. La loi du 22 août 1946 étend les allocations familiales à pratiquement toute la population et la loi du 30 octobre 1946 intègre la réparation des accidents du travail à la sécurité sociale. La loi du 22 mai 1946 pose le principe de la généralisation de la Sécurité sociale à l ensemble de la population mais certaines professions s y opposeront. Les évolutions démographiques et le développement du salariat ont conduit à la suppression de petites caisses et à l introduction d un mécanisme de compensation entre les régimes subsistants, le rapport démographique cotisants/ inactifs étant défavorable aux petits régimes qui perdent leurs actifs au profit du régime général. Les différences de prestations et de cotisations entre les différents régimes s estompent rapidement. La généralisation de la couverture à toute la population a été poursuivie par étapes. Le régime général de Sécurité sociale a fait l objet de plusieurs réorganisations par l ordonnance du 21 août 1967 instituant les trois caisses nationales (Cnamts, Cnavts, Cnaf) et l Acoss, la loi du 17 décembre 1982 et l ordonnance du 24 avril 1996 instituant notamment des conseils de surveillance auprès des caisses nationales et des unions régionales de caisses d Assurance maladie. Le financement de la Sécurité sociale s est aussi modifié depuis Bien que les cotisations assises sur la masse salariale représentent encore la principale ressource des régimes, la part des autres recettes (taxes fiscales, contribution sociale généralisée (CSG) assise sur l ensemble des revenus d activité, de remplacement et du patrimoine instituée par la loi du 22 juillet 1993, contribution sociale de solidarité à la charge des entreprises, contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) instituée par l ordonnance du 24 janvier 1996) croît rapidement. Le système français de Sécurité sociale se caractérise donc aujourd hui par une protection contre les risques sociaux généralisée à l ensemble de la population mais éclatée entre de nombreuses institutions faisant appel à des sources diversifiées de financement. "La Sécurité sociale, pour être efficace, doit reposer sur une solidarité nationale. Tout le monde doit participer à ses charges dans la mesure de ses moyens." "A mon sens le plus gros échec de la Sécu, ce n est pas le trou, mais le manque d éducation des Français à l idée de Sécurité sociale." Pierre Laroque (Laroque prédisait qu un jour les assurés sociaux se rendraient à leur caisse de Sécu comme ils se rendent au guichet d une banque, simplement pour obtenir leurs remboursements, loin de tout idéal de solidarité). Source : Pour en savoir plus sur le 70 ème anniversaire de la Sécurité sociale, ses valeurs, ses progrès mais aussi les différentes branches qui la composent, rendez-vous sur le blog 17

18 caisse nationale de solidarite pour l'autonomie Un portail national pour s orienter face à la perte d autonomie Si la plupart des personnes âgées vieillissent dans de bonnes conditions d autonomie, quand la perte d autonomie survient ou se confirme, elles se sentent souvent mal informées sur les démarches à entreprendre. Pour simplifier les démarches des personnes âgées et de leurs proches confrontés à une situation de perte d autonomie, leur fournir des informations sur les solutions existantes, les aides disponibles, les guider dans leur parcours, le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes et la CNSA (Caisse Nationale de solidarité pour l autonomie) mettent en service le portail d information Il centralise l information sur les aides disponibles (allocation personnalisée d autonomie, aide sociale à l hébergement, etc.) et apporte des réponses aux besoins les plus courants pour faire face à une situation de perte d autonomie : aménager son logement pour pouvoir rester chez soi, aller dans un accueil de jour ou dans un hébergement temporaire, chercher un établissement, trouver un soutien en tant qu aidant. Il propose également des solutions peu connues, comme l accueil familial ou l habitat regroupé, amenées à se développer dans les années à venir. Il oriente aussi la personne âgée ou son proche vers les bons interlocuteurs de proximité que sont les points d information locaux dédiés aux personnes âgées et les conseils départementaux (anciens conseils généraux). Le site pourra également être utile aux professionnels des secteurs social et médico-social (assistante sociale, auxiliaire de vie sociale, conseiller en économie sociale...) et de la santé (médecin généraliste, pharmacien, infirmier, kinésithérapeute...) qui sont les premiers interlocuteurs des personnes âgées et de leurs proches. Les professionnels pourront donc leur conseiller de le consulter ou s en servir comme interface lorsqu ils les renseignent. Pour assurer le même niveau d information aux personnes qui n ont pas accès à Internet et qui souhaitent un contact direct, une plateforme d information et d orientation est également ouverte au (0,15 TTC la minute). Elle permettra de répondre aux questions des personnes du lundi au vendredi de 9h à 18h sur la base des informations générales présentes sur le portail et de les orienter vers un contact local à même d apporter un renseignement personnalisé (point d information local dédié aux personnes âgées, conseil départemental...). Les+ du portail Le site propose également des outils pratiques pour guider les personnes dans leur choix : un annuaire des établissements et des services médicalisés pour personnes âgées et un simulateur permettant d estimer le montant du "reste-à-charge" mensuel pour un hébergement en EHPAD. L annuaire sera complété au fil du temps et les tarifs des EHPAD seront consultables en ligne afin de pouvoir comparer l offre d hébergement. Sources : Dossier de presse - 4 juin 2015 CNSA - Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes - Secrétariat d Etat chargé de la Famille, des Personnes âgées et de l Autonomie 18

19 Dans ce cadre, un dispositif spécifique aux interventions chirurgicales orthopédiques est mis en œuvre depuis Il s adresse aux personnes de plus de 18 ans, affiliées au régime général ou local et ayant subi l une des 23 interventions de chirurgie orthopédique ciblées par le programme et définies conjointement par la Caisse Nationale d Assurance Maladie et la Haute Autorité de Santé. Un suivi coordonné C est l équipe médicale de l établissement qui détermine si le patient peut bénéficier du programme, en se basant sur des critères médicaux, d autonomie et d environnement de vie. Un conseiller de l Assurance Maladie prend ensuite le relais pour présenter le programme au patient. En cas d accord, le patient choisit les professionnels de santé qui le suivront dès son retour à domicile. Le conseiller de l Assurance Maladie informe alors le médecin traitant du choix du patient et organise les rendez-vous avec les différents professionnels de santé. L accompagnement prévoit un suivi par un masseurkinésithérapeute et un infirmier libéral, en relation constante avec le médecin traitant. Le masseur-kinésithérapeute effectue un bilan de santé du patient et assure sa bonne récupération fonctionnelle. Il personnalise le traitement au regard de la situation du patient et peut également lui prescrire des équipements pour l aider dans ses déplacements quotidiens (attelle, canne ). assurance maladie Chirurgie orthopédique : un programme d accompagnement qui permet de vivre sereinement son retour à domicile La caisse primaire d assurance maladie du Bas-Rhin a mis en place plusieurs programmes d accompagnement du retour à domicile. Ils permettent aux patients de bénéficier d un accompagnement personnalisé par des professionnels de santé libéraux, dès leur sortie d hôpital. Un programme bien implanté sur le territoire Ce dispositif d accompagnement est mis en œuvre dans : 8 établissements du Bas-Rhin : > le Centre Hospitalier de Haguenau, > le Centre Hospitalier de Sélestat, > le Centre Hospitalier de Saverne, > le Centre Hospitalier de Wissembourg, > la Clinique de l Orangerie à Strasbourg, > la Clinique Sainte-Odile à Strasbourg, > la Clinique St François à Haguenau, > les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (site de Hautepierre). 3 établissements du Haut-Rhin : > le Centre Hospitalier de Mulhouse, > la Clinique du Diaconat à Mulhouse, > le Groupe Hospitalier du Centre Alsace, situé à Colmar. 19 L infirmier(e) assure en parallèle les soins postopératoires prescrits par le chirurgien et adapte le traitement antalgique, compte tenu du niveau de douleur ressenti par le patient. Le conseiller de l Assurance Maladie reste présent tout au long du processus et s assure de la bonne tenue des rendez-vous. Il recueille le degré de satisfaction du patient en fin de suivi et reste son interlocuteur privilégié pour toutes ses démarches administratives. Selon les besoins du patient, une offre complémentaire d aide à la vie, incluant par exemple une aideménagère et/ou un portage de repas, peut lui être proposé. Le service social hospitalier ou le conseiller de l Assurance Maladie introduisent dans ce cas une demande auprès de l action sociale de la Cpam ou de la. Cette proposition est réajustée par le service social de la par une évaluation de la situation de l assuré lors de son retour à domicile. 4 établissements en Moselle : > Les Hôpitaux Privés de Metz, > La Clinique Claude Bernard à Metz, > la Clinique Notre-Dame à Thionville, > le Centre Hospitalier Régional Metz Thionville. Plus d'informations sur :

20 s s s s s À l heure qui vous arrange et sans attendre BAS-RHIN Points d accueil de la Cpam du Bas-Rhin : prenez rendez-vous! Désormais, dans la plupart des points d accueil de la Cpam du Bas-Rhin, vous êtes reçu(e) sur rendez-vous uniquement, sans attente et à l horaire que vous avez choisi. Vous pouvez prendre rendez-vous par internet (ameli.fr, rubrique Assurés > Votre caisse), par téléphone (36 46*) ou directement à l accueil. (*prix d un appel local sauf surcoût imposé par certains opérateurs) Les services en libre accès (bornes multi-services pour vos démarches simples, consultation de votre compte ameli et d ameli.fr) restent accessibles à tout moment pendant les heures d ouverture du point d accueil. Points d accueil concernés : Haguenau, Illkirch, Molsheim, Saverne, Schiltigheim, Sélestat, Strasbourg-Koenigshoffen et Strasbourg-rue de Lausanne. Vous pouvez retrouver les coordonnées (adresse, horaires, localisation, etc.) de tous les points d accueil de la Cpam dans le Bas-Rhin sur ameli.fr. ou en flashant le code ci-dessus. L accueil sur rendez-vous à la Les experts de la retraite à vos côtés! Le passage à la retraite est une étape importante qui suscite des interrogations sur la fin de la carrière professionnelle, la date du départ, le montant. L Assurance retraite met à la disposition des futurs retraités, qu ils soient actifs ou proches de la retraite, une information complète sur son site La création d un espace personnel et l utilisation des différents services en ligne permettent de déterminer son âge de départ, d estimer le montant futur de la pension, de prendre connaissance des différents dispositifs de départ ou de prolongation d activité, de rachats de trimestres En complément de ce service, la vous propose une offre de conseil personnalisée pour préparer et accompagner le passage en retraite. Plébiscité par les assurés (96% de satisfaction en 2015), l entretien avec un expert de la retraite dans l une des agences ou points d accueil d Alsace Moselle est l occasion de répondre aux nombreuses interrogations des futurs retraités : choix de fin de carrière, montant et date de départ, retraite complémentaire La a fait le choix de répondre aux demandes des personnes désirant faire un point pour anticiper leur fin de carrière professionnelle et aux personnes souhaitant déposer leur demande. Afin de garantir la qualité du conseil offert en rendez-vous, la accueille les publics en fonction de leur classe d âge et de leur situation. Aussi, l organisme peut être amené à différer certaines demandes, avec cependant la garantie de vous offrir le conseil au moment le plus opportun. Pour vous renseigner sur l offre de rendez-vous de la, contacter le 3960* (*prix d un appel local depuis un poste fixe. De l étranger, d une box ou d un mobile, composez le ). 20

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Dossier de presse 30 mars 2012 Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Création de la Carsat Alsace-Moselle La démarche de fusion de la CRAM et de la CRAV trouve son origine dans

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés : des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 4 valeurs : service solidarité avenir

Plus en détail

Parlons retraite. Découvrez notre nouveau site. Mes dates de paiement. CALENDRIER PAIEMENTS 2014 Votre retraite de base

Parlons retraite. Découvrez notre nouveau site. Mes dates de paiement. CALENDRIER PAIEMENTS 2014 Votre retraite de base La lettre aux retraités du régime général de la Sécurité sociale Parlons retraite 2014 Du nouveau sur notre site national www.lassuranceretraite.fr Fotolia Découvrez notre nouveau site Désormais, la page

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail Salon des transfrontaliers mars 2015 Caisse d assurance retraite et de la santé au travail La retraite du régime général La Sécurité Sociale Maladie - AT/MP Maternité - Invalidité Vieillesse Décès Charges

Plus en détail

Veufs MARS 2015. Veuvage, vos droits. B Retraite de réversion. B Allocation de veuvage. B Autres prestations

Veufs MARS 2015. Veuvage, vos droits. B Retraite de réversion. B Allocation de veuvage. B Autres prestations Veufs MARS 2015 Veuvage, vos droits B Retraite de réversion B Allocation de veuvage B Autres prestations Veuvage, vos droits À la perte de votre conjoint, de nombreuses démarches sont à accomplir. L Assurance

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 4 JUIN 2015 Demande et calcul de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Hérault. Les chiffres clés

Hérault. Les chiffres clés Hérault Les chiffres clés 1 2011 La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail est aux côtés des salariés, des entreprises des retraités Préparation et paiement de la retraite et Aide et accompagnement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contacts :

DOSSIER DE PRESSE Contacts : DOSSIER DE PRESSE Contacts : Marie-Thérèse Serin, responsable Communication marie-therese.serin@carsat-mp.fr 05 62 14 29 20 Armelle Chatel, responsable adjointe Communication 05 62 14 27 43 armelle.chatel@carsat-mp.fr

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Vous êtes maintenant en possession de votre dossier de demande de retraite personnelle

Vous êtes maintenant en possession de votre dossier de demande de retraite personnelle Vous êtes maintenant en possession de votre dossier de demande de retraite personnelle Le formulaire de demande de retraite est à compléter et à envoyer par voie postale à la Carsat. Vous pouvez aussi

Plus en détail

Que retenir de la réforme des retraites 2010?

Que retenir de la réforme des retraites 2010? Réunion cabinet Que retenir de la réforme des retraites 2010? Réunion SOGEX 23 JUIN 2011 Pôle Conseils 25/02/2011 INTRODUCTION Pôle Conseils 25/02/2011 2 Présentation du cabinet SOGEX: Cabinet d expertise

Plus en détail

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Les Grands Risques Sociaux Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Santé publique 1ere année du 2eme cycle de la Faculté d Odontologie Janvier 2016 Direction

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. La Cram-se devient la Carsat Sud-Est

DOSSIER DE PRESSE. La Cram-se devient la Carsat Sud-Est DOSSIER DE PRESSE 1 Sommaire Contexte p 3 Préparer et verser les retraites p 4 Assurer et prévenir les risques professionnels p 5 Accompagner les assurés en difficulté p 6 Contacts p 7 2 Le contexte Le

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

Inaptitude, invalidité, handicap et pénibilité : vos droits

Inaptitude, invalidité, handicap et pénibilité : vos droits Inaptitude, invalidité, handicap et pénibilité : vos droits Des questions sur la retraite? Notre newsletter «Tremplin Retraite», la lettre des actifs vous informe régulièrement sur l actualité, vos droits,

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre compte individuel 4 Votre relevé de carrière 4 Vos cotisations

Plus en détail

La retraite et l inaptitude au travail

La retraite et l inaptitude au travail La retraite et l inaptitude au travail 1 Le calcul de la retraite Salaire annuel moyen X Taux X Trimestres du RG Calculé sur les 25 meilleures années Varie entre 160 25% minimum et 50% maximum 2 Le taux

Plus en détail

Quel est le régime d assurance maladie applicable à l artiste de spectacle vivant, mobile dans la Grande Région?

Quel est le régime d assurance maladie applicable à l artiste de spectacle vivant, mobile dans la Grande Région? www.frontalierslorraine.eu www.espaceculturelgr.eu Quel est le régime d assurance maladie applicable à l artiste de spectacle vivant, Novembre 2011 2 Introduction Le CRD EURES Lorraine est une association

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

La Sécurité sociale en Gironde. collaborateurs. accompagnent les Girondins tout au long de leur vie

La Sécurité sociale en Gironde. collaborateurs. accompagnent les Girondins tout au long de leur vie La Sécurité sociale 4 049 collaborateurs accompagnent les Girondins tout au long de leur vie Connaître la Sécurité sociale La Sécurité sociale est le service public qui protège chacun contre les risques

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Action sociale. Demande d aide pour Bien vieillir chez soi

Action sociale. Demande d aide pour Bien vieillir chez soi Nous sommes là pour vous aider Action sociale Demande d aide pour Bien vieillir chez soi Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande. Pour nous contacter

Plus en détail

Journée d information 8 avril 2014. Journée d information. Bienvenue

Journée d information 8 avril 2014. Journée d information. Bienvenue Journée d information Bienvenue OFFRE DE SERVICE Brigitte AZCOITIA Sous direction Offre de Service Sabine XIMENES Service Accueil Contenu de la présentation Constat de la situation actuelle Etat des lieux

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse. Professionnels libéraux. Votre guide de. l invalidité-décès

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse. Professionnels libéraux. Votre guide de. l invalidité-décès Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse Professionnels libéraux Votre guide de l invalidité-décès 2013 Afin de vous permettre de comprendre le SOMMAIRE La cotisation du régime

Plus en détail

Carsat. info. n 2. Alsace-Moselle. Magazine d information de la Caisse d assurance retraite et de la santé au travail

Carsat. info. n 2. Alsace-Moselle. Magazine d information de la Caisse d assurance retraite et de la santé au travail Magazine d information de la Caisse d assurance retraite et de la santé au travail n 2 2 ème semestre 2013 Des Actions éducation Santé près de chez vous Foire aux questions sur la retraite des rendez-vous

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

COMPRENDRE SA RETRAITE

COMPRENDRE SA RETRAITE Salar ié du secteur pr ivé COMPRENDRE SA RETRAITE avec l Assurance retraite, l Arrco et l Agirc??? Janvier 2012 = Le système de retraite Le système de retraite obligatoire est à deux étages. Vous cotisez,

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques DOSSIER DE PRESSE Point presse du 2 juillet 2013 ANNEXES Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques www.rsi.fr Une mission : assurer la protection sociale

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? Pour suivre le versement de ma pension d invalidité, j ouvre mon compte sur JE SUIS ACCOMPAGNÉ EN CAS D INVALIDITÉ L'ASSURANCE MALADIE EN LIGNE Pour en savoir plus sur l information

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

Carsat. info. n 3. Alsace-Moselle. Magazine d information de la Caisse d assurance retraite et de la santé au travail

Carsat. info. n 3. Alsace-Moselle. Magazine d information de la Caisse d assurance retraite et de la santé au travail Magazine d information de la Caisse d assurance retraite et de la santé au travail n 3 1 er semestre 2014 risques professionnels : ce qui attend les entreprises des aides personnalisées pour l autonomie

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite accompagnement social compte individuel - données sociales prévention des accidents du travail Accompagnement de la retraite dématérialisation - efficacité prévention de la dépendance des seniors accessibilité

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Sensibilisation à la première affiliation au Régime Général de l Assurance Maladie des jeunes sous statut salarié

Sensibilisation à la première affiliation au Régime Général de l Assurance Maladie des jeunes sous statut salarié Sensibilisation à la première affiliation au Régime Général de l Assurance Maladie des jeunes sous statut salarié L Assurance Maladie a alerté la Région Ile-de-France sur l importance de la première affiliation

Plus en détail

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ Circulaire n 24/2006 Cl. C 477 Colmar, le 29 juin 2006 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68000 COLMAR 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr

Plus en détail

La MSA peut prendre en charge différentes formes d aide pour faciliter la vie quotidienne des retraités à leur domicile.

La MSA peut prendre en charge différentes formes d aide pour faciliter la vie quotidienne des retraités à leur domicile. DEMANDE D ACCOMPAGNEMENT A DOMICILE Informations pratiques Vous êtes retraité du régime agricole et vous souhaitez bénéficier d une prise en charge de la MSA pour pouvoir recourir à des services vous permettant

Plus en détail

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance Introduction historique : de l assistance à l assurance - Moyen-âge : l assistance 1. C est le premier mécanisme de garantie 2. Elle est l héritière de la charité chrétienne : idée morale de générosité.

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ Guide salariés n o 2 MARS 2015 Le livret du retraité Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères... 8 Points

Plus en détail

LA RÉVERSION LE GUIDE DE EXPERTS-COMPTABLES COMMISSAIRES AUX COMPTES

LA RÉVERSION LE GUIDE DE EXPERTS-COMPTABLES COMMISSAIRES AUX COMPTES CAISSE D ASSURANCE VIEILLESSE DES EXPERTS-COMPTABLES ET DES COMMISSAIRES AUX COMPTES LE GUIDE DE LA RÉVERSION 2015 EXPERTS-COMPTABLES COMMISSAIRES AUX COMPTES LE GUIDE DE LA RÉVERSION 2015 En cas de décès

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Votre guide retraite et prévoyance

Votre guide retraite et prévoyance Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse Votre guide retraite et prévoyance 2015 Cotisations Retraite de base Retraite complémentaire Prévoyance Votre compte en ligne SOMMAIRE

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant On en parle aujourd hui A chaque statut, son régime social A chaque activité, son régime social Un interlocuteur social unique Une protection sociale complète

Plus en détail

LES AIDES AUX PERSONNES AGÉES

LES AIDES AUX PERSONNES AGÉES GUIDE Liens sur les sites officiels : www.service-public.fr et www.social-sante.gouv.fr Sur la Page d accueil du site clic sur particuliers Ou accès direct sur le lien de page correspondante 1 Page mise

Plus en détail

Le guide du nouveau retraité

Le guide du nouveau retraité Retraités FÉVRIER 2015 Le guide du nouveau retraité Le paiement de votre retraite Fiscalité Vos services en ligne Le guide du nouveau retraité La garantie d un service de qualité, c est votre attente,

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 18 015 bénéficiaires de l aide ménagère

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 18 015 bénéficiaires de l aide ménagère Édition Alsace-Moselle Parlons La lettre aux retraités du régime général de la Sécurité sociale 2012 retraite L Assurance retraite en chiffres* 12,88 millions de retraités 17,58 millions de cotisants 346

Plus en détail

SOMMAIRE. Comment suis-je informé(e) de mes droits? Quel sera le montant net de ma retraite? Comment ma retraite est-elle versée?

SOMMAIRE. Comment suis-je informé(e) de mes droits? Quel sera le montant net de ma retraite? Comment ma retraite est-elle versée? SOMMAIRE Comment suis-je informé(e) de mes droits? Quel sera le montant net de ma retraite? Comment ma retraite est-elle versée? Que dois-je déclarer aux impôts? Est-il possible de reprendre une activité?

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

révoyance modulaire Le régime de prévoyance adapté aux TPE / PME

révoyance modulaire Le régime de prévoyance adapté aux TPE / PME révoyance modulaire Le régime de prévoyance adapté aux TPE / PME Protégez vos salariés et leur famille Prévoyance Modulaire permet de faire face aux situations difficiles auxquelles tout salarié peut être

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 Version v19.00 NOUVELLES NORMES SOCIALES JUIN 2010... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/06/2010... 4 SUPPRESSION DU RACHAT DES

Plus en détail

N 851. Nantes, le 19 juillet 2012. Département des retraites et de l accueil Bureaux 1A et 1B

N 851. Nantes, le 19 juillet 2012. Département des retraites et de l accueil Bureaux 1A et 1B DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE DES RETRAITES DE L'ETAT 10, BOULEVARD GASTON-DOUMERGUE 44964 NANTES CEDEX 9 www.pensions.bercy.gouv.fr Nantes, le 19 juillet 2012 Département des retraites

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

L assurance retraite en France. Armand LOTZER 14/10/2013

L assurance retraite en France. Armand LOTZER 14/10/2013 L assurance retraite en France Armand LOTZER 14/10/2013 La CARSAT d Alsace Moselle : la gestion des prestations d assurance vieillesse près de 5 milliards versés à 685.000 retraités en 2012, dont 22.400

Plus en détail

Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie

Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie Action Sociale I janvier 2013 I Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie Plan d actions personnalisé Aides d urgence : ARDH et ASIR Logement et cadre de vie Secours exceptionnels Le

Plus en détail

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 EDITORIAL Des réformes fractionnées : restons vigilants! Plusieurs chantiers sociaux sont en cours et des revirements ou modifications sont nombreux en 2015 : nouvelles contraintes

Plus en détail

Pouvez-vous prendre votre retraite avant l âge légal?

Pouvez-vous prendre votre retraite avant l âge légal? Salariés NOVEMBRE 2012 nouveauté Pouvez-vous prendre votre retraite avant l âge légal? 2012 etraite anticipée rretraite anticipée Conditions Trimestres retenus Démarches B Les conditions Le décret du 2

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points Guide salariés n o 9 avril 2014 Majorations pour enfants et retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés...

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) indemnisation L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus Pour qui? Pour vous si : vous n avez pas atteint

Plus en détail

Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...3 Particularités du contrat...3 Les cotisations concernées...4 Les

Plus en détail

La pension minière de réversion

La pension minière de réversion La pension minière de réversion DdRS Dossier de demande Une notice explicative pour vous aider dans vos démarches ainsi que la liste des pièces justificatives à joindre à votre demande La demande de pension

Plus en détail

Bien vivre votre retraite

Bien vivre votre retraite Retraités SEPTEMBRE 2014 Bien vivre votre retraite les contacts près de chez vous Pour vous aider chez vous Le plan d actions personnalise Une offre de prise en charge globale de vos besoins pour améliorer

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Éditorial/ Sylvie Mansion Directrice de la CPAM du Bas-Rhin.

Éditorial/ Sylvie Mansion Directrice de la CPAM du Bas-Rhin. Rapport d activité Rapport d activité 02/ LA CPAM DU BAS-RHIN : REPÈRES 04/ GARANTIR A TOUS LES ASSURES UN ACCES REEL AUX DROITS ET AUX SOINS 06/ ASSURER UN SERVICE PERFORMANT ET UNE RELATION DE QUALITE

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition 2011 2 L auto-entrepreneur 3 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec des formalités

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Système de protection sociale en France. STAFF du 26 janvier 2011

Système de protection sociale en France. STAFF du 26 janvier 2011 Système de protection sociale en France STAFF du 26 janvier 2011 Plan 1. Les deux conceptions historiques de la protection sociale 2. La notion de protection sociale 3. Histoire de la protection sociale

Plus en détail

FICHE DE PRESSE. En Lot-et-Garonne, la CARSAT s engage aux côtés de la préfecture en faveur des seniors au travail : une première en Aquitaine.

FICHE DE PRESSE. En Lot-et-Garonne, la CARSAT s engage aux côtés de la préfecture en faveur des seniors au travail : une première en Aquitaine. FICHE DE PRESSE 6 décembre 2013 Déployer les contrats de génération, c est maintenir les seniors dans leur emploi et favoriser l insertion durable des jeunes sur le marché du travail. En Lot-et-Garonne,

Plus en détail

EFOIR et RÉUNION PORTAGE ont présenté le 4 juin 2013 une conférence de deux heures sur le thème : LE RSI & VOUS

EFOIR et RÉUNION PORTAGE ont présenté le 4 juin 2013 une conférence de deux heures sur le thème : LE RSI & VOUS EFOIR et RÉUNION PORTAGE ont présenté le 4 juin 2013 une conférence de deux heures sur le thème : LE RSI & VOUS Les questions ont été nombreuses! Ci-dessous le résumé des éléments les plus importants.

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Votre future retraite Mode d emploi

Votre future retraite Mode d emploi Votre future retraite Mode d emploi Comprendre votre retraite Organiser votre départ en retraite Vous assurer une belle retraite Vous aider dans les moments difficiles Le Groupe AGRICA c ʻest : Comprendre

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition janvier 2012 2 L auto-entrepreneur Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec

Plus en détail

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 5. INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Dr Jacqueline Cardona L INCAPACITÉ PERMANENTE (IP) EN ACCIDENT DU TRAVAIL Principe juridique Article L 434-2 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

Le Bulletin de la Documentation n 383 Semaine du 24 au 28 novembre 2014

Le Bulletin de la Documentation n 383 Semaine du 24 au 28 novembre 2014 Le Bulletin de la Documentation n 383 Semaine du 24 au 28 novembre 2014 Sélection d articles Page 2 à 3 Presse régionale Page 4 à 5 Actualité juridique Page 6 Pour toutes demandes : Catherine CHAPUS Christine

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant 1 Harmonie Mutuelle, 1 ère mutuelle santé de France. 520 000 personnes protégées au titre du 4.5 millions de personnes protégées en complémentaire santé

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT

ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT Présentation Gan Prévoyance Un spécialiste de la protection sociale complémentaire Depuis plus de 65 ans, Gan Prévoyance est dédiée à la protection sociale, individuelle et

Plus en détail

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE I.- PRINCIPES FONDAMENTAUX DU SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE L assurance vieillesse n a été instituée pour l ensemble des salariés qu en 1953 ; avant cette date, quelques corporations

Plus en détail

Régie des rentes du Québec 2006. En cas

Régie des rentes du Québec 2006. En cas Régie des rentes du Québec 2006 En cas Profitez de nos services en ligne Le relevé de participation au Régime de rentes du Québec ; SimulRetraite, un outil de simulation des revenus à la retraite ; La

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail