Mort subite du jeune sportif : Etat des lieux et propositions pour le dépistage à Genève. Assemblée Générale de l AGS 15 avril 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mort subite du jeune sportif : Etat des lieux et propositions pour le dépistage à Genève. Assemblée Générale de l AGS 15 avril 2015"

Transcription

1 Mort subite du jeune sportif : Etat des lieux et propositions pour le dépistage à Genève Assemblée Générale de l AGS 15 avril 2015

2 Plan Définition de la mort subite du sportif Incidences Etiologies Recommandations actuelles et différents points de vue Résumé de notre enquête auprès des associations et propositions

3 Joueurs célèbres

4 Sport et Santé OMS : «3.2 millions de décès par an seraient attribués au manque d exercices» 150 minutes par semaine d exercices d intensité moyenne recommandée Sport peut avoir aussi des conséquences négatives: blessures jusqu à la mort L effort agirait comme un déclencheur de l expression d une maladie sous-jacente.

5 Définition de la mort subite du sportif et questions Evènement naturel, non traumatique, et non iatrogène. Inattendu (athlète présumé en bonne santé); la mort survient pendant l activité physique ou jusqu à 1 heure après l arrivée des premiers symptômes. Evènements dramatiques: jeunes athlètes, souvent le premier symptômes est la mort du sportif Couverture trop importante des médias? Utilité d un dépistage/screening? Utilité d un certificat médicale pour la pratique compétitive comme en Italie et France?

6 Incidence MS chez l athlète de ans Etudes prospectives (Italie): risque plus élevé de MS chez le jeune athlète que chez le non athlète (2,1/ personnes années vs 0,7/ ; Risque relatif 2,8 pour évènements cardio-vasculaires) Etudes rétrospectives (USA): 0,46 à 0,61/ personnes années. Basées sur des registres et/ou médias. Fiabilité?

7 Sportifs > 35 ans Etiologies

8 12 35 ans Etiologies

9 L expérience italienne Depuis 1971, le gouvernement italien a introduit une visite annuelle médicale obligatoire pour l athlète de compétition Contenu: Anamnèse personnelle et familiale, Examen Physique (Pression, Auscultation), ECG 12 dérivations. Délivrance d un certificat médical pour pratiquer la compétition. Responsabilité du médecin. Diminution significative MS (90%) du jeune sportif en incluant l ECG. En lien avec l augmentation des détections des cardiomyopathies et le retrait des sportifs «malades» de la compétition (prévention secondaire: défibrillateur implantable).

10 Etude Italienne

11 ECG

12 Recommandations du CIO, European Cardiology Society, et Société suisse du sport (Athlètes ans) Recommandations (et non obligation) d un dépistage au début de l activité physique compétitive et d un suivi tous les 2 ans. CIO depuis 2004 et Société suisse du sport depuis 2011 Contenu: histoire personnelle et familiale; Examen physique, et ECG 12 dérivations. Si éléments positifs, aller vers des examens non invasifs (échocoeur, test d effort) ou plus invasif.

13 Introduction de l ECG dans la visite médicale Sans ECG, seulement 3% des MS subites ont révélées des signes positifs. ECG est anormal dans 95% des CMH Peut détecter jusqu à 70% des pathologies cardio-vasculaires potentiellement létales. La famille de l athlète peut être à son tour dépistée

14 Recommandation de l American Heart Association Encourage la visite médicale pour chaque athlète chaque 2 ans Seulement anamnèse + examen clinique sans ECG

15 AHA Arguments Echantillon à screener trop grand et dispersé. Pas assez de médecins formés adéquatement. Non «cost-effective». Trop de faux positifs. Budget annuel de 2 milliard $ $ pour détecter chaque cardiomyopathie. Davantage d intérêt pour fléau comme obésité ou suicide chez le jeune? Faux positifs créeraient forte anxiété chez l athlète Question de la responsabilité du médecin

16 Résumé de notre enquête 1.Exigence d un certificat pour la pratique compétitive Certificat Obligatoire Nombre Pourcentage Oui 1 5,26% Non 18 94,74%

17 2.Utilité d un certificat médical Non 66,66% Oui 33,33%

18 3. Proposition de contrôles médicaux aux membres Propositions de contrôles médicaux Nombre Pourcentage Oui 4 21,05% Non 15 78,95%

19 Conclusion et propositions Pas de registre complet de la MS à Genève, dernière étude à Genève en 1992 Dr. Mahler (médecin responsable du Service Santé Jeunesse) courrier aux parents de jeunes sportifs genevois en septembre 2013, et recommandation d effectuer ECG pour une pratique sportive > 10h/semaine Un modèle Italien ou Français «obligeant» des contrôles médicaux se veut actuellement trop rigoureux pour les associations et médecins genevois Rôle certain à jouer pour les associations dans la proposition de suivis médicaux et dans l information des recommandations européennes actuelles auprès de leur membres.

20 Merci pour votre attention

Le Pôle Départemental de Médecine du Sport (PDMS) Une structure unique en France

Le Pôle Départemental de Médecine du Sport (PDMS) Une structure unique en France Le Pôle Départemental de Médecine du Sport (PDMS) Une structure unique en France Le Pôle Départemental de Médecine du Sport : une structure unique en France Le Pôle Départemental de Médecine du Sport (PDMS)

Plus en détail

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 Place des Nouveaux Tests de Dosage de L INTERFERON GAMMA dans le diagnostic de la Tuberculose Fadi ANTOUN, Cellule Tuberculose DASES Le Quotidien du Médecin 2005

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

Helena Mooser Theler, Promotion Santé Valais. Le point de vue d une femme

Helena Mooser Theler, Promotion Santé Valais. Le point de vue d une femme Helena Mooser Theler, Promotion Santé Valais Le point de vue d une femme Le deuxième attribut féminin Un symbole de féminité, de beauté, et d érotisme Est importante pour l intégrité physique Est le type

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

Organisation d une action de prévention collective en entreprise

Organisation d une action de prévention collective en entreprise Organisation d une action de prévention collective en entreprise Intérêt de la pluridisciplinarité Anne LE MAULT 15 mai 2014 L'éducation pour la santé une demande Quelqu un demande explicitement quelque

Plus en détail

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE Hôpitaux Universitaires de Genève CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE C. Stan, C. Delozier-Blanchet, M.-A. Bründler, J.-L. Blouin Incidence des cancers chez la femme à Genève 120 100 114 80 Sein 60 Côlon/Rectum

Plus en détail

EQUIPEMENT MEDICAL DES REFUGES DE MONTAGNE GARDES DE FRANCE ET FORMATION AUX PREMIERS SECOURS DE LEUR GARDIEN : UNE ETUDE NATIONALE DESCRIPTIVE

EQUIPEMENT MEDICAL DES REFUGES DE MONTAGNE GARDES DE FRANCE ET FORMATION AUX PREMIERS SECOURS DE LEUR GARDIEN : UNE ETUDE NATIONALE DESCRIPTIVE Congrès ANMSM Valloire Janvier 2014 EQUIPEMENT MEDICAL DES REFUGES DE MONTAGNE GARDES DE FRANCE ET FORMATION AUX PREMIERS SECOURS DE LEUR GARDIEN : UNE ETUDE NATIONALE DESCRIPTIVE Etude menée en 2013 par

Plus en détail

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES en lien avec la Politique intégrée en santé, sécurité et bien-être du travail (2012)

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES en lien avec la Politique intégrée en santé, sécurité et bien-être du travail (2012) Procédure relative à la pratique sécuritaire d activités sportives avec les jeunes, à l intention des intervenants en unités d hébergement, dans l exercice de leurs fonctions DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES

Plus en détail

Organisation de la surveillance médicale m des sportifs de haut niveau et des sportifs en filières de la FFESSM

Organisation de la surveillance médicale m des sportifs de haut niveau et des sportifs en filières de la FFESSM Organisation de la surveillance médicale m des sportifs de haut niveau et des sportifs en filières de la FFESSM Dr Valérie PONCIN, déc d c 2009 2 LOIS Le législateur, soucieux de préserver la santé des

Plus en détail

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES Par Yves Yao SOGLO PLAN INTRODUCTION OBJECTIFS METHODOLOGIE RESULTATS RECOMMENDATIONS INTRODUCTON Les enjeux soulevés par l usage des nouvelles

Plus en détail

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN CHARGE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT EN SURPOIDS ET OBÈSES DANS LE CADRE DE L'UNITÉ D'OBÉSITÉ PÉDIATRIQUE HEL - CHUV Alexandra Balz Intervenante en activités

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt pour cet exposé. Faut il supprimer le certificat médical de non contre indication?

Pas de conflit d intérêt pour cet exposé. Faut il supprimer le certificat médical de non contre indication? Pas de conflit d intérêt pour cet exposé Faut il supprimer le certificat médical de non contre indication? Certificat médical: Une complexité croissante.. Le Certificat Médical de non contre-indication

Plus en détail

LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous :

LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous : LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous : «Former des champions capables de vaincre toutes les difficultés, montrant un bon état d esprit, de vraies valeurs et

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais

Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais Dr Karine Wyndels, Dr Pascal Chaud Cellule de l InVS en Région

Plus en détail

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN K. Cosker, C. Sevilla-Dedieu, F. Gilbert, P. Lapie-Legouis, R. Cecchi-Tenerini Fondation d entreprise MGEN pour la santé publique 1 Contexte Les différents

Plus en détail

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Suivi médico-physiologique et Football Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Centre Technique National Ouverture en 1988 3 promotions de juniors initialement : INF

Plus en détail

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies Communiqué La FFPSC a du Coeur Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies A Chartres, le 6 décembre 2013, la FFPSC, via son comité directeur, a rappelé toute l attention qu elle porte

Plus en détail

Définitions 16/04/2015

Définitions 16/04/2015 1 Définitions Définitions (Wikipedia) La télématique est un terme qui recouvre les applications associant les télécommunications et l'informatique Un système embarqué est un système électronique et informatique

Plus en détail

Réparation du préjudice corporel en Algérie

Réparation du préjudice corporel en Algérie Réparation du préjudice corporel en Algérie Communication en deux parties: 1. Le cadre institutionnel 2. L expertise médicale Première partie Le cadre institutionnel Introduction 1. La réparation du préjudice

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX Avril 2009 SOMMAIRE 1. La méthodologie 3 A. L évolution du système de protection sociale 5 B. Les pratiques en matière de protection sociale 9

Plus en détail

pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux

pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux Avril 2009 Sommaire 1. La méthodologie 3 A. Les jugements sur le système de protection sociale 5 B. L affiliation et le choix de sa mutuelle

Plus en détail

Moyens et limites du masseur kinésithérapeute d équipes

Moyens et limites du masseur kinésithérapeute d équipes Moyens et limites du masseur kinésithérapeute d équipes Guy TUSSEAU Masseur kinésithérapeute Je vais vous présenter la réflexion collégiale qui a été menée par le groupe des masseurskinésithérapeutes de

Plus en détail

Création d une association sportive. Les Différentes Etapes

Création d une association sportive. Les Différentes Etapes Création d une association sportive Les Différentes Etapes Une association sportive Loi du 1 er Juillet 1901 Qu est-ce que c est? Une Réunion de personnes Un but commun Un but non lucratif 170 000 associations

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Tension au travail selon le modèle de Karasek et recours aux soins de santé mentale

Tension au travail selon le modèle de Karasek et recours aux soins de santé mentale Tension au travail selon le modèle de Karasek et recours aux soins de santé mentale A. Atramont, F. Gilbert, P. Lapie-Legouis, M-N. Vercambre Fondation MGEN pour la Santé Publique, Paris MUTUELLE SANTÉ.

Plus en détail

Tableau récapitulatif 2009

Tableau récapitulatif 2009 Tableau récapitulatif 2009 Thème Durée Date Lieu ACMO Module 1 : Formation avant prise de fonction. 3 jours 20,21,22 Avril ou 27, 28, 29 Avril page 2 Module 2 : Formation continue après prise de fonction,

Plus en détail

Très souvent, un nom s ajoute à la liste déjà longue de sportifs foudroyés en pleine jeunesse par un arrêt cardiaque

Très souvent, un nom s ajoute à la liste déjà longue de sportifs foudroyés en pleine jeunesse par un arrêt cardiaque MORT SUBITE DU SPORTIF Très souvent, un nom s ajoute à la liste déjà longue de sportifs foudroyés en pleine jeunesse par un arrêt cardiaque On en viendrait presque à redouter l activité sportive, et on

Plus en détail

Le sport est il (vraiment)bon pour la santé??? DR PATRICIA CABOLET IRIS SUD CHIREC

Le sport est il (vraiment)bon pour la santé??? DR PATRICIA CABOLET IRIS SUD CHIREC Le sport est il (vraiment)bon pour la santé??? DR PATRICIA CABOLET IRIS SUD CHIREC Le sport est il(vraiment)bon pour la santé??? DEFINITIONS ACTIVITE PHYSIQUE: Mouvement du corps induit par la contraction

Plus en détail

Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé

Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé N ONATAL Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé Un dépistage PréCoCe favorise Un TraiTemenT rapide En tant que nouveau ou futur parent, vous avez à cœur

Plus en détail

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport 1 Juin 2012 Position adoptée à l issue des échanges et travaux du réseau européen «Sport et Santé», créé et animé par Sport et

Plus en détail

Le Programme «Nutrition, Prévention et Santé des enfants et adolescents en Aquitaine» www.nutritionenfantaquitaine.fr

Le Programme «Nutrition, Prévention et Santé des enfants et adolescents en Aquitaine» www.nutritionenfantaquitaine.fr Le Programme «Nutrition, Prévention et Santé des enfants et adolescents en Aquitaine» www.nutritionenfantaquitaine.fr Programme Nutrition, Prévention, Santé des enfants et adolescents en Aquitaine Volet

Plus en détail

N 1780 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1780 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1780 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 11 février 2014. PROPOSITION DE LOI relative aux gestes de premiers

Plus en détail

MAIRIE DE BOHARS ASSOCIATIONS SPORTIVES ANNEE 20 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION NOM DE L ASSOCIATION : - 1 -

MAIRIE DE BOHARS ASSOCIATIONS SPORTIVES ANNEE 20 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION NOM DE L ASSOCIATION : - 1 - MAIRIE DE BOHARS ASSOCIATIONS SPORTIVES NOM DE L ASSOCIATION : ANNEE 20 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 1 SUBVENTIONS : QUELS CRITERES CADRE GENERAL D'ATTIBUTION DES SUBVENTIONS Les règles préconisées

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

les Jeux Olympiques!

les Jeux Olympiques! Tous les efforts déployés par le Comité International Olympique (CIO) au travers de la Solidarité Olympique dans la promotion et le développement du sport ont pour objectif le succès du plus grand festival

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE Adopté lors de la session d'avril 1999 ENTRE l Etat la Collectivité territoriale L Association (club ou fédération) représenté par M. le Centre

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

CENTRE D ENTRAÎNEMENT RÉGIONAL. Centre Départemental de Formation et d Animation Sportives (CDFAS) 64 Rue des Bouquinvilles, 95600 Eaubonne

CENTRE D ENTRAÎNEMENT RÉGIONAL. Centre Départemental de Formation et d Animation Sportives (CDFAS) 64 Rue des Bouquinvilles, 95600 Eaubonne CENTRE D ENTRAÎNEMENT RÉGIONAL Centre Départemental de Formation et d Animation Sportives (CDFAS) 64 Rue des Bouquinvilles, 95600 Eaubonne HANDBALL PRÉSENTATION Le CER PIFO : aux jeunes athlètes l accès

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé Algorithme de la RCP de base pour le public non formé La victime ne bouge pas et ne répond pas Appeler le 15* Faire chercher un DAE La victime ne respire pas ou «gaspe» 100 compressions thoraciques 1 Continuer

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR DES PARTENAIRES EXTERIEURS

GUIDE UTILISATEUR DES PARTENAIRES EXTERIEURS Dématérialisation des demandes de subventions sportives SPORTEO GUIDE UTILISATEUR DES PARTENAIRES EXTERIEURS ACCES A L APPLICATION : Demande de bourses individuelles de formation Athlètes de haut niveau

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux Livret 5 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 5 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une liste non exhaustive d indicateurs

Plus en détail

DE LA FORME. Entreprise AMBASSADEURS FORMATIONS. Acquérir les clés pour agir sur trois facteurs du bien-être : L activité physique ou sportive

DE LA FORME. Entreprise AMBASSADEURS FORMATIONS. Acquérir les clés pour agir sur trois facteurs du bien-être : L activité physique ou sportive Entreprise FORMATIONS AMBASSADEURS DE LA FORME Acquérir les clés pour agir sur trois facteurs du bien-être : L activité physique ou sportive L alimentation La gestion du stress et de l anxiété Partenaires

Plus en détail

Couverture accident assurez l imprévu! accidents complémentaire pour vous et pour les membres de votre famille

Couverture accident assurez l imprévu! accidents complémentaire pour vous et pour les membres de votre famille Couverture accident assurez l imprévu! L assurance accidents complémentaire pour vous et pour les membres de votre famille Une couverture optimale, aussi bien chez vous qu en voyage Meilleure couverture

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE PROGRAMME MONDIAL ANTIDOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISATIONS ANTIDOPAGE DÉVELOPPANT DES BONNES PRATIQUES POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES

Plus en détail

V.M.A. VISITE MEDICALE D APTITUDE

V.M.A. VISITE MEDICALE D APTITUDE V.M.A. VISITE MEDICALE D APTITUDE OU E.M.A. EXAMEN MEDICAL D APTITUDE DOCTEUR P. LEFEVRE (PARIS) LA V.M.A. POURQUOI FAIRE? 1 ) PARCEQUE C EST LA LOI ( DU 29/10/1975 ) 2 ) PARCE QUE LA MORT SUBITE EXISTE

Plus en détail

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Matériel et méthodes... 3 3 Résultats... 4 4 Discussion... 9 4.1 Accès Internet

Plus en détail

Actualités en cardiologie du sport 2014

Actualités en cardiologie du sport 2014 Actualités en cardiologie du sport 2014 Congrès GERS Compiègne 11 13 09 2014 François Carré Université Rennes 1- Hôpital Pontchaillou -Inserm UMR 1099 Déclarations de conflit d intérêt Aucun conflit d

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LE COMMERCE

LES FRANÇAIS ET LE COMMERCE LES FRANÇAIS ET LE COMMERCE Sondage Ipsos - Présentation des résultats Ipsos Public Affairs pour le Conseil de Commerce de France Janvier 2009 Cadre méthodologique QUI AVONS-NOUS INTERROGÉ? 1013 personnes,

Plus en détail

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN Le tennis pour les «Seniors +» Analyse des caractéristiques du public +45 ans +55 ans +65 ans Propositions de Préparation Physique spécifique Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission

Plus en détail

tous les sportifs? Le point de vue CONTRE! HIA Desgenettes Lyon CŒURS DU FOREZ Mise à jour

tous les sportifs? Le point de vue CONTRE! HIA Desgenettes Lyon CŒURS DU FOREZ Mise à jour Faut il pratiquer un ECG chez tous les sportifs? Le point de vue CONTRE! R. Brion HIA Desgenettes Lyon CŒURS DU FOREZ MAI 2007 Mise à jour 24-06-08 Affirmation 1 La pratique de l ECG est indispensable

Plus en détail

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring Suivi à distance des stimulateurs cardiaques par télécardiologie Première étude prospective randomisée Investigateur principal: COMPAS Pr. Philippe MABO CHU Rennes, Université Rennes I, Unité Inserm 642,

Plus en détail

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Document d auto-évaluation élaboré par l IHSESR avec le concours de la CPU. Document

Plus en détail

Licence de management des organisations Formation initiale, apprentissage et continue

Licence de management des organisations Formation initiale, apprentissage et continue 1/ Evaluation : Licence de management des organisations Formation initiale, apprentissage et continue REGLEMENT DU CONTROLE DES CONNAISSANCES année 2012/2013 Approuvé par le Conseil LSO, le CEVU et le

Plus en détail

Las Vegas (provisoirement( provisoirement) amadouée? Prévention. Dr méd.. Tazio Carlevaro. Gruppo Azzardo Ticino

Las Vegas (provisoirement( provisoirement) amadouée? Prévention. Dr méd.. Tazio Carlevaro. Gruppo Azzardo Ticino Las Vegas (provisoirement( provisoirement) amadouée? Prévention du jeu excessif au Tessin Dr méd.. Tazio Carlevaro Gruppo Azzardo Ticino 1 Arguments de mon exposé Nous parlerons des possibilité de jeu

Plus en détail

Centre de Gestion du Finistère

Centre de Gestion du Finistère Centre de Gestion du Finistère PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE 9 et 10 octobre 2012 SOMMAIRE 1 - Introduction 2 Présentation du groupement conjoint 3 Qu est ce que la prévoyance 4 Garanties proposées

Plus en détail

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1 Principes généraux de gestion d un cabinet libéral Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1 Le radiologue libéral Aspects médico-économiques, juridiques, responsabilité, assurances,. Structures coopératives : GIE,

Plus en détail

Le HCR et l actuelle crise de la protection des réfugiés en Europe Genève MCEI 12 Novembre 2015

Le HCR et l actuelle crise de la protection des réfugiés en Europe Genève MCEI 12 Novembre 2015 Le HCR et l actuelle crise de la protection des réfugiés en Europe Genève MCEI 12 Novembre 2015 Anja Klug Directrice du bureau de liaison du HCR pour la Suisse et le Liechtenstein Structure de la présentation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule :

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : La crèche de la Cigogne, en tant qu institution pour la petite enfance, poursuit les objectifs suivants : Participer, en partenariat avec

Plus en détail

La mort subite non coronaire du sportif

La mort subite non coronaire du sportif La mort subite non coronaire du sportif Pr Philippe Charron Centre de Référence pour les maladies cardiaques héréditaires (1) Université de Versailles-Saint Quentin, Hôpital Ambroise Paré, Boulogne (2)

Plus en détail

Pas à pas vers une Entreprise en santé- Élite

Pas à pas vers une Entreprise en santé- Élite Pas à pas vers une Entreprise en santé- Élite Par Magali Chevallier, CRHA Chef du service de santé et sécurité du travail et Chargée de projet pour la norme «Entreprise en santé-élite» SQPTO-19 octobre

Plus en détail

Est-ce que la maturité professionnelle augmente la mobilité sociale?

Est-ce que la maturité professionnelle augmente la mobilité sociale? Est-ce que la maturité professionnelle augmente la mobilité sociale? Florian Wendelspiess Chávez Juárez Université de Genève 20 Octobre 2014 Plan de la présentation 1 Mobilité sociale et inégalité d opportunités

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

PROTOCOLE DE SÉLECTION DU PROGRAMME DE HAUTE PERFORMANCE BOXE CANADA ANNÉE DE PROGRAMME 2015-2016

PROTOCOLE DE SÉLECTION DU PROGRAMME DE HAUTE PERFORMANCE BOXE CANADA ANNÉE DE PROGRAMME 2015-2016 PROTOCOLE DE SÉLECTION DU PROGRAMME DE HAUTE PERFORMANCE BOXE CANADA ANNÉE DE PROGRAMME 2015-2016 INTRODUCTION 1. Le programme de haute performance (PHP) réunit les athlètes qui reçoivent un soutien direct

Plus en détail

Annonce de la JOURNÉE MONDIALE de l ASTHME 2009. - Mardi 5 Mai - «Asthmatiques, vivez à pleins poumons!»

Annonce de la JOURNÉE MONDIALE de l ASTHME 2009. - Mardi 5 Mai - «Asthmatiques, vivez à pleins poumons!» - COMMMUNIQUÉ de PRESSE - Annonce de la JOURNÉE MONDIALE de l ASTHME 2009 organisée en France par - Mardi 5 Mai - sur le thème «Asthmatiques, vivez à pleins poumons!» Les dernières études révèlent que

Plus en détail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Michèle Parent, MScA, CRHA Vice-présidente adjointe, Invalidité groupe, Québec et Est de l Ontario 1er décembre 2014 PRÉVENIR,

Plus en détail

Règlement financier de la FFTA

Règlement financier de la FFTA Règlement financier de la FFTA Préambule : Le règlement financier de la Fédération Française de Tir à l Arc (FFTA) s inscrit dans l ensemble des dispositions législatives et réglementaires s appliquant

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Activités physiques et

Activités physiques et Conférence régionale du sport d Ile-de-France Atelier «Sport - santé» Activités physiques et santé en entreprise Grégory CZAPLICKI gczaplicki@mutualite-idf.fr Lundi 13 octobre 2014 Mutualité Française

Plus en détail

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION Indication Évaluation initiale

Plus en détail

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique.

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Y. Hansmann, S. Sferrazza, N. Lefebvre, P. Zachary, S. De Martino, B. Jaulhac, D. Christmann Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Intérêt de la double lecture des électrocardiographies (ECG)

Intérêt de la double lecture des électrocardiographies (ECG) Plateforme Nationale Santé Intérêt de la double lecture des électrocardiographies (ECG) Objectifs : Améliorer la lecture des électrocardiogrammes pour le dépistage des affections cardiaques lors des visites

Plus en détail

FORMULAIRE DE PRE INSCRIPTION CENTRE DE FORMATION AMIENS

FORMULAIRE DE PRE INSCRIPTION CENTRE DE FORMATION AMIENS olivierducloshcas@gmail.com ou duclos.olivier@neuf.fr FORMULAIRE DE PRE INSCRIPTION CENTRE DE FORMATION AMIENS RENSEIGNEMENTS NOM : Date de Naissance : / /19 Prénom : Lieu de Naissance : Dept : Adresse

Plus en détail

Loi fédérale sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules

Loi fédérale sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules Loi fédérale sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules (Loi sur la transplantation) Modification du Projet L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral

Plus en détail

LES DOULEURS CHRONIQUES DANS LES EMS EN VALAIS:

LES DOULEURS CHRONIQUES DANS LES EMS EN VALAIS: LES DOULEURS CHRONIQUES DANS LES EMS EN VALAIS: PREVALENCE ET PRISE EN CHARGE H. VERLOO INSTITUT UNIVERSITAIRE KURT BOSCH SION CLINIQUE GENEVOISE DE MONTANA 14 juin 2007 Plan de présentation Motivation

Plus en détail

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Forum qualité sécurité HUG, 20 novembre 2014 Hôpitaux ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Patricia Francis Gerstel Pierre Chopard Service qualité des soins Etre Direction les

Plus en détail

Questionnaire à l attention des centres bariatriques suisses

Questionnaire à l attention des centres bariatriques suisses Questionnaire à l attention des centres bariatriques suisses 1. Nom et adresse complète de l établissement (1 questionnaire par établissement) e-mail 2. Informations concernant les membres de l équipe

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON Enquête qualitative par entretiens semi-structurés auprès de 8 femmes primipares F DUMEL, S BILLOT-HADANA

Plus en détail

Electrocardiogramme et l épreuve d effort dans la visite de non contre-indication à la pratique sportive

Electrocardiogramme et l épreuve d effort dans la visite de non contre-indication à la pratique sportive Electrocardiogramme et l épreuve d effort dans la visite de non contre-indication à la pratique sportive F Schnell Médecine du Sport CHU Pontchaillou Rennes Certificat de non contre indication à la pratique

Plus en détail

«Le défibrillateur au cœur de mon sport» Ministre en charge des Sports

«Le défibrillateur au cœur de mon sport» Ministre en charge des Sports «Le défibrillateur au cœur de mon sport» Le défibrillateur au cœur de mon sport I. Le contexte: Assurer la bonne santé des sportifs II. Les constats: Trop peu d infrastructures sportives équipées de DEA

Plus en détail

La prise en charge du diabète au Mali. David Beran

La prise en charge du diabète au Mali. David Beran La prise en charge du diabète au Mali David Beran Le diabète dans les pays en voie de développement Le nombres de cas du diabète est estimé à 150 millions Pour 1 personne diagnostiquée il y a 8 non-diagnostiquées.

Plus en détail

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ACOSS, caisse nationale des Urssaf, vous a interrogé en 2007 afin d évaluer la qualité de service de la branche du recouvrement. Retour sur l enquête

Plus en détail

Annexe 8 CONTRAT EN FAVEUR DU TRES HAUT NIVEAU SPORTIF SEINE-ET-MARNAIS DU CLUB... DISCIPLINE.. EVOLUANT EN. IL A D ABORD ÉTÉ EXPOSÉ CE QUI SUIT :

Annexe 8 CONTRAT EN FAVEUR DU TRES HAUT NIVEAU SPORTIF SEINE-ET-MARNAIS DU CLUB... DISCIPLINE.. EVOLUANT EN. IL A D ABORD ÉTÉ EXPOSÉ CE QUI SUIT : 1 Annexe 8 CONTRAT EN FAVEUR DU TRES HAUT NIVEAU SPORTIF SEINE-ET-MARNAIS DU CLUB... DISCIPLINE.. EVOLUANT EN. ENTRE ET - LE DEPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE Domicilié à l Hôtel du Département 77010 MELUN

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Bienvenue chez Mohr Relocation à Dortmund Votre service de relocation pour le personnel qualifié et les cadres dirigeants

Bienvenue chez Mohr Relocation à Dortmund Votre service de relocation pour le personnel qualifié et les cadres dirigeants arriver simplement Bienvenue chez Mohr Relocation à Dortmund Votre service de relocation pour le personnel qualifié et les cadres dirigeants Votre personnel qualifié et vos cadres dirigeants viennent d

Plus en détail

Documents relatifs à l'inscription au club Union Sportive Acignolaise Rugby SAISON 2014-2015. Fiche de renseignements FFR...

Documents relatifs à l'inscription au club Union Sportive Acignolaise Rugby SAISON 2014-2015. Fiche de renseignements FFR... Documents relatifs à l'inscription au club Union Sportive Acignolaise Rugby SAISON 2014-2015 Fiche de renseignements FFR... Page 2 Fiche de renseignements Touch France Loisirs ou Compétition... Page 3

Plus en détail

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM Tenero, 25-26.01.2013 Prof. Philippe Sarrazin Laboratoire Sport et Environnement Social Université

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

Actions prévues pour l année à venir & synthèse des actions menées durant l'année écoulée

Actions prévues pour l année à venir & synthèse des actions menées durant l'année écoulée Actions prévues pour l année à venir & synthèse des actions menées durant l'année écoulée Fiche à envoyer pour le 31 décembre de chaque année à l Agence Régionale de Santé (ARS), à l attention du correspondant

Plus en détail

BILAN DE SANTE SUR MESURE

BILAN DE SANTE SUR MESURE BILAN DE SANTE SUR MESURE I N D E X BSM 2014 Synthèse...p3 Introduction...p4 Les Bilans de santé IPC Etoile.p6 Les locaux du Centre IPC Etoile p8 Composition des bilans de santé IPC Etoile.p9 Sites & accès...p12

Plus en détail

Conseil Scientifique

Conseil Scientifique ! Conseil Scientifique Subventions de Recherche Dossier de candidature Nom : Prénom : Titre du projet : Date limite de réception : 06 JUIN 2014! 1 Règlement Les subventions de recherche sont accordées

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

Prévention du stress posttraumatique. Comment réagir après un évènement traumatisant

Prévention du stress posttraumatique. Comment réagir après un évènement traumatisant Prévention du stress posttraumatique Comment réagir après un évènement traumatisant Lindsy Werrebrouck Psychologue Conseiller en prévention psychosociale Mensura Programme Traumatisme Incident critique

Plus en détail