Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel"

Transcription

1 Inégraon réelle e éérogénéés macroéconomques en unon monéare : une évaluaon en équlbre général neremporel Aurélen Eyquem Jean-Crsope Pouneau 2 CREM - UMR CNRS 62 - Unversé de Rennes Mars 2007 Unversé de Rennes - Faculé des scences économques, Bureau 282, 7 Place Hoce, Rennes Cedex - Tel: E-mal: 2 Unversé de Rennes - Faculé des scences économques, Bureau 256, 7 Place Hoce, Rennes Cedex France - Tel: E-mal:

2 Résumé Ce arcle monre qu une plus fore négraon du marcé des bens e servces peu consuer un faceur empêcan la convergence des performances conjoncurelles des pays membres d une unon monéare. Dans un envronnemen nancer ncomple, l négraon commercale du segmen des bens nals condu les économes à s ajuser plus foremen par le bas du compe couran sue à des cocs asymérques. Ce mécansme nrodu une déconnexon des cycles économques, nécessare au respec de l équlbre nancer de la zone à long erme. Seule l négraon du marcé des bens e servces nermédares présene des e es non ambgus mas fables en ermes de convergence. Ces résulas son suscepbles d explquer la perssance des éérogénéés conjoncurelles observée au sen de l UEM depus 999, en dép d une négraon commercale crossane. JEL : E32, F32, F4, F47. Mos-Clés : Unon Monéare, Compe Couran, Nouvelle Macroéconome Ouvere.

3 Inroducon Les pays membres de l Unon Economque e Monéare (UEM) on adopé l euro au erme d une pérode de ranson qu a prvlégé la convergence nomnale au dérmen de l négraon réelle. S, jusqu en 999, cee sraége a rédu l éérogénéé des performances macroéconomques au sen de la zone, la convergence des aux d n aon e des cycles d acvé semble marquer le pas depus lors. Dans ce conexe, la melleure négraon du marcé des bens e servces observée depus la mse en place de l euro 2 es souven perçue comme un mécansme devan favorser la convergence des performances macroéconomques naonales dans l UEM. Néanmons, presque dx ans après l adopon d une polque monéare unque en Europe, le consa es mgé. Ans Lane (2006) consdère, au conrare, que l adopon de l euro a probablemen ampl é les dvergences cyclques enre les pays membres e que le degré de convergence des aux d n aon a éé modese au cours de la pérode. Ce arcle propose d analyser ce pénomène en se concenran sur les condons d ajusemen exerne des économes membres d une unon monéare soumses à des cocs asymérques. A parr d une suaon d négraon mparfae des marcés, nous éudons les conséquences d une réducon des bas naonaux e/ou d une plus fore subsuablé enre bens domesques e érangers dans les srucures de consommaon e de producon. Dans ce cadre, nous monrons qu une melleure négraon réelle a ece peu le processus de convergence macroéconomque dès lors que l on resaure le canal du compe couran comme mécansme d ajusemen. En e e, en cas de cocs asymérques ransores, une plus fore ouverure commercale muuelle sur le segmen des bens e servces nals renforce le rôle du compe couran dans l ajusemen nernaonal. S ce mécansme perme aux agens de meux lsser leur consommaon, le respec de l équlbre nancer à long erme au sen de la zone requer une plus fore déconnecon des cycles d acvé. Dans ce conexe, le manen des d érenels d n aon s explque à la sue de cocs asymérques permanens. On consdère généralemen que l éérogéneé macroéconomque acuelle des économes européennes es due à des faceurs spéc ques, concernan an des asymméres srucurelles que la naure des cocs naonaux. Ans, des écars de producvé à long erme (Snn e Reuer, 200) e l évoluon d érencée des coûs salaraux enre les pays membres de l UEM (ECB, 2004) conrbuen à la perssance acuelle des d érenels d n aon. Les écars d acvé son, quan à eux, arbués à des cocs polques naonaux asymérques ayan des e es perssans (Gannone e Recln, 2006). 2 Baldwn (2006) esme que l nroducon de l Euro a augmené le commerce nra-européen de bens nals e nermédares de l ordre de 5 à 0% ; De Grauwe e Mongell (2005), consdèren que l négraon poenelle du marcé des bens e servces rese mporan sur les vng procanes années.

4 Seule la plus fore négraon du segmen des bens nermédares présene des e es non ambgus en ermes de convergence macroéconomque. Cee négraon - somorpque dans nore modèle à un accrossemen de la fragmenaon de la producon - renforce la ransmsson symérque de cocs asymérques e le mondre recours au compe couran comme mécansme d ajusmen. Les bens devenan plus omogènes, leurs prx relafs ucuen mons en cas de cocs permanens, ce qu facle la convergence des aux d n aon enre pays membres. Dans ous les cas, les e es resen fables relavemen à l ampleur de la melleure négraon du marcé des bens e servces consdérée, ce qu perme de répondre éorquemen aux fas sallans relevés noammen par Lane (2006). Le premer paragrape de l arcle déalle le cadre d analyse, consru sur les ravaux récens de la Nouvelle Macroéconome Ouvere. Le second paragrape monre, à parr de la smulaon d une augmenaon des ux commercaux crosés, que l évoluon du pro l d ajusmen du compe couran e des ermes de l écange es un élémen suscepble de conrbuer à la perssance des éérogéneés conjoncurelles consaées aujourd u dans la zone euro. Une unon monéare aux marcés mparfaemen négrés L unon monéare es consuée de deux pays de alle denque. Caque pays es peuplé par un connuum unare de ménages mmorels, par un gouvernemen e par des rmes produsan des bens nermédares e nals écangeables. La polque monéare es con ée à une banque cenrale unque. Le marcé nancer es ncomple.. Ménages e gouvernemens naonaux Le ménage représenaf j 2 [0; ] de la naon 2 f; fg maxmse son ben-êre (j); (j) = X s= sous conrane de son budge, s C E s (j) + N s(j) + + ; W N (j) + (j) + R B (j) T (j) = P C (j) + B +(j) + P ; AC (j); en respecan la condon de ransversalé, lm T! T =R E B T + (j) = 0. Dans ces expressons, représene le aux de préférence pour le présen, C(j) la consommaon agrégée de l agen j, N (j) son o re de raval spéc que j à la rme nermédare 2

5 de l économe naonale, son ndce d averson au rsque, l élascé de son o re de raval. La banque cenrale de l unon ulsan le aux d nérê nomnal comme nsrumen de polque monéare, on gnore la déenon d encasses réelles 3 dans l ulé de l agen. W (j) représene le salare nomnal correspondan au raval de ype j dans le pays, (j) es le dvdende reversé par les rmes nales naonales don l es aconnare, B(j) la déenon de bons du résor à la n de qu rappore un aux d nérê nomnal bru R enre ( ) e ; T (j) es le monan d mpô forfaare payé, P es l ndce des prx à la consommaon dans le pays à la pérode, P ; es l ndce des prx à la producon e AC(j) représene les coûs de geson du porefeulle de l agen 4, AC(j) = 2 B +(j) B (j) 2 ; avec B (j) représenan le nveau d acfs nancers déenus à l éa saonnare. La présence de ce coû a ece la condon d Euler, E P + C +(j) = ( + ) I +P C (j) ; où I+ = R + + P; (B+(j) B (j)) représene un aux d nérê ndvdualsé. Une augmenaon des coûs de geson du porefeulle () rédu la sensblé de l accumulaon de la rcesse à la varaon du aux d nérê, pusqu l deven plus coûeux de réallouer neremporellemen la consommaon. La foncon d o re de raval prend une forme sandard, N W (j) = P C(j) : On suppose que le nveau de consommaon dans caque pays es basé en faveur des bens produs naonalemen. Les ndces de consommaon e de prx son donnés par, C(j) = ( ) C H; (j) + ( ) C F; (j) ; e leur prx par, P = ( ) PH; + ( ) PF; : Dans ces expressons, ( ) 2 2 ; représene le bas en faveur de la consommaon de bens nals naonaux dans l économe ; l consue une approxmaon correce du 3 On su en cela Beesma e Jensen (2005). Le conrôle du aux d nérê rend l o re de monnae endogène, la demande de monnae servan smplemen à déermner le nveau général des prx. 4 Cee ypoèse perme d obenr le reour à l équlbre du compe couran à long erme (Scm- Groé e Urbe, 2003). 3

6 aux d ouverure commercale sur ce marcé (vor Corse, 2006). Le paramère > représene l élascé de subsuon enre les bens des pays e f. Dans l ndce de consommaon agrégé, CH; (k; j) (resp. C F; (k; j)) représene la consommaon d une varéé k de ben nal ypque domesque (resp. éranger) par l agen représenaf j du pays ; avec, Z CH;(j) = 0 Z CF;(j) = 0 CH;(k; j) dk ; CF;(k; j) dk ; où > représene l élascé de subsuon enre les varéés de même orgne. Les prx correspondan à ces ndces de consommaon son respecvemen donnés par, Z PH; = P H; = P H; (k) Z PF; = P F; = P F; (k) e la demande ndvduelle pour caque varéé k par, C H;(k; j) = ( ) C F;(k; j) = PF; P 0 0 PH; P dk ; dk ; PH; (k) P H; PF; (k) S P F; La conrane budgéare du gouvernemen s écr, Z 0 T (j)dj + Z 0 C (j); C (j): P ; (k)y (k)dk = P ; G ; où, G représene le nveau de dépenses publques e es une subvenon proporonnelle dsrbuée aux enreprses a n de compenser l e e négaf lé à la concurrence monopolsque sur le segmen nal du marcé des bens e servces 5. Comme Beesma e Jensen (2005), on suppose que les dépenses budgéares son oalemen basées en 5 Ans que le monren Bengno and Woodford (2005), cee ypoèse perme de resaurer l allocaon opmale de prx exbles. 4

7 faveur des bens naonaux, so G = [ R 0 G (k) demande de varéés, G P; (k) (k) = P ; P ; G : dk]. Elles donnen leu à une Les coûs de porefeulle son spéc és de la même manère, AC(j) = [ R 0 AC (k; j) dk], e la demande de varéés qu ls génèren es, AC(k; P; (k) j) = AC(j): Fnalemen, on dé n les ermes de l écange comme le rappor des prx à la producon des bens nals, S = P F; P H; :.2 Enreprses nermédares e nales Le marcé des bens e servces es consué de deux segmens complémenares : un segmen de bens nermédares produs en régme de concurrence pure e parfae, e un segmen de bens nals produs en régme de concurrence monopolsque. Ces deux ypes de bens son écangés nernaonalemen. Caque pays es spécalsé dans la fabrcaon d un ben nermédare omogène. La rme nermédare du pays combne du raval naonal L avec un nveau de producvé A pour produre une quané X = A L, vendue au prx W : A Dans caque pays, l exse un connuum de rmes nales k 2 [0; ] combnan les deux ypes de bens nermédares. Cacune o re la quané Y (k) de la varéé k de manère monopolsque, à parr de la ecnologe, Y (k) = ( ) X H; (k) + ( ) X F; (k) ; au coû margnal, CM (k) = CM = W ( ) A + ( ) W f A : f Dans ces relaons, ( ) 2 ; représene le bas naonal dans l ulsaon de 2 l npu naonal e représene l élascé de subsuon enre les bens nermédares. XH; (k) e X F; (k) représenen les demandes de la rme k du pays en bens 5

8 nermédares, XH;(k) = ( ) X F;(k) = " W A CM W f A f CM Y (k); # Y (k): Cee rme représenave déermne son o re de varéé k en maxmsan son pro, (k) = ( ) P ; (k) CM Y (k); compe enu de la demande qu s adresse à elle, Y (k) = P; (k) P ; C; + C f ; + G + AC ; avec, C H; = R 0 C H; (j)dj, C F; = R 0 C F; (j)dj e AC = R 0 AC (j)dj: A la sue de Calvo (983), on suppose que dans l économe, caque rme k fa face à une probablé ( ) de xer un nouveau prx à la pérode courane. Cee probablé es ndépendane du emps écoulé depus la dernère mod caon de son prx. Les ménages éan propréares des rmes, les produceurs maxmsen la somme acualsée des pro s exprmée en unés de rcesse,.e., Arg max P ; (k) X v=0 v E Le prx de vene opmal cos P ;(k) es dé n par, P ;(k) = ( ) ( ) Y + (k) ( ) P; (k) CM P+C +(j) +v : P Y ( ) v E v=0 P Y () v E v=0 + (k)cm+ P+C +(j) + (k) P +C +(j) En agrégean sur l ensemble des rmes nales e en fasan l ypoèse de symére de comporemen arfare des rmes, le prx de vene moyen des bens nals du pays s écr donc, P ; = P;(k) + P ; : : 6

9 .3 Equlbre des marcés Le modèle es résolu sous l ypoèse de pays mrors. On pose donc =, f = ( ), = e f = ( ). Ans, les paramères e représenen le degré d ouverure commercale muuelle des deux pays sur caque segmen du marcé des bens e servces. En dé nssan l oupu du pays, Y = [ R du marcé des bens e servces s écr, 0 Y (k) dk], l équlbre du segmen nal Y = ( ) Y f = ( ) PH; P PF; P f C + C f + PH; P f PF; P C f + G + AC ; C + G f + AC f : Le raval es mmoble au nveau nernaonal e l équlbre sur ce marcé s écr pour le pays, N = Z 0 N (j)dj = L : L équlbre du segmen nal du marcé des bens e servces s écr donc, A N W = ( ) Y W A CM DP H; + Y f A CM DP F; ; " # " # A f N f W f = ( ) Y f W f A f CM f DP F; + Y A f CM DP H; ; P; (k) la varable DP ; = R 0 des bens nals du pays : P ; dk représenan la dsperson des prx sur le marcé En dé nssan B = R 0 B (j)dj pour 2 f; fg ; l équlbre nancer de l unon monéare requer Bs + Bs f = 0; 8 s = ; + ; avec, B + B = (R ) B + P ; "( ) + W A " W ( ) A CM Y DP H; + P; P C + W A CM f P; P f Y f DP F; # C f # P C CM Y DP H; : 7

10 La dynamque du compe couran se décompose en ros poses : le premer pose représene les nérês payés sur la dee exéreure de la pérode précédene ; le second pose es la balance commercale des bens e servces nals ands que le rosème pose représene celle des bens e servces nermédares..4 Polque monéare La banque cenrale de l unon monéare conrôle le aux d nérê nomnal en suvan une règle de Taylor (993) de la forme, ) u R + = + d E + e (Y u + u ey u + d y ; u où, u représene le aux d n aon de l unon e Y u = Y 2 + Y f 2. Y e u e e u représenen respecvemen les nveaux naurels de l acvé e de l n aon correspondan à la suaon = f = = f = = 0. Sous forme lnéarsée, cee règle donne, Y u r + = d E u + e u + + d y y u + ey u + : A n d éver les problèmes d ndéermnaon réelle, on su les proposons de Galí e Monacell (2005), en supposan qu l exse un couple (d ; d y ) resauran l uncé de l équlbre macroéconomque e permean à la banque cenrale de mere en oeuvre la sablé des prx à la consommaon en plaçan le aux d nérê nomnal de l unon exacemen à sa valeur naurelle, r + = ~r + : 2 Inégraon du marcé des bens e servces e perssance d éérogénéés conjoncurelles Ce paragrape évalue les conséquences d une melleure négraon du marcé des bens e servces nals e nermédares sur la dsperson des cycles économques e des aux d n aon au sen de l unon monéare. Dans ce modèle, une melleure négraon des marcés passe so par la réducon des bas dans les srucures de consommaon e de producon, so par une plus fore subsuablé enre bens domesques e érangers. L analyse es menée à l ade d une verson loglnérare du cadre d analyse. 8

11 2. Le cadre des smulaons L équlbre de long erme es caracérsé par l équlbre du compe couran des pays membres de l unon. En posan A = A =, G = Y e = ( ), l éa saonnare es dé n par, Y = N = ( ) + ; C = Y; W = e R = ( + ): P En applquan les méodes sandards, le ableau présene les relaons srucurelles loglnéarsées auour de ce équlbre. Le aux d acualsaon es xé à = 0:0, ce qu représene un aux d nérê réel annualsé de 4% envron à l éa saonnare. L élascé neremporelle de subsuon de l o re de raval es xée à = 0:066, ce qu ndu une réponse assez lene de l o re de raval en cas de coc e es en adéquaon à la réponse moyenne au sen de la zone euro. L ndce d averson au rsque de consommaon es xé à = 2. L élascé de subsuon enre bens de même orgne es xée à = 7, valeur généralemen reenue dans la léraure à la sue de Roemberg e Woodford (997). On suppose une suaon de rgdés nomnales symérques elle que = f = 0:75. Cee valeur mplque une pérodcé moyenne de xaon des prx de quare rmesres, ce qu correspond aux valeurs moyennes avancées par Angelon e al. (2006). En suvan Scm-Groé e Urbe (2003) on calbre = 0:0007, correspondan à un coû annuel de geson de porefeulle de 0:3%. En n, la par des dépenses publques dans le produ naonal es xée à = 0:2. La valeur reenue pour es volonaremen rédue compe enu du bas naonal des dépenses publques qu end à renforcer l asymére du coc de demande. La srucure des cocs exogènes su Car, Keoe e McGraan (2002) de sore que a = 0:95; g = 0:97, ( a ) = 0:007 e ( g ) = 0:0: La longueur des smulaons es T = 20 pérodes. En n, le modèle es résolu sous l ypoèse d ancpaons raonnelles en ulsan la procédure de Blancard e Kan (980). Dans le modèle, l négraon du marcé du marcé des bens e servces dépend de deux ypes de paramères : le degré d ouverure commercale muuelle e le degré de subsuablé enre bens domesques e érangers. La valeur de référence reenue pour le bas naonal dans les srucures de consommaons es xée à = 0:25, mplquan que les agens consommen ros fos plus de produs naonaux que de produs érangers. Cec correspond à la valeur moyenne observée en Europe. Les smulaons son menées en supposan que les processus de producon son foremen spécalsés, en posan = 0:05. En n, la valeur à reenr pour les élascés de subsuon e es rès débaue dans la léraure. Obsfeld e Rogo (2000) den en deux ypes d éudes emprques. Celles ssues du commerce nernaonal reennnen généralemen des valeurs élevées pour ces élascés, comprses enre 5 e 30. Au conrare, 9

12 Tableau : Le modèle loglnéare sous l ypoèse de pays mrors E c + c = + r + E + ( ) + b +, 2 f; fg n + c = w p, 2 f; fg ; = E f ;+ g + ( )( ) (cm p ; ), 2 f; fg cm = ( ) w a cm f = ( ) w f a f + w f a f + w a p = ( ) p H; + p F; p f = ( )p F; + p H; s = p F; p H; = w f w + a a f y = ( ) ( ) c + c f + 2 ( ) s + g y f = ( ) ( ) c f + c 2 ( ) s + g f a + n = ( ) y + y f + 2 ( ) a f + n f = ( ) y f + y 2 ( ) b + b = b + c f b f s = b s; 8s = ; + c + (2 ( ) ) s + y f y + (2 ( ) ) r + = er + = (+) ( g) g u ( ( )+) (+)( +)( a) ( ( )+) a u a + = a a + a + avec a +! N(0; ( a ) 2 ) pour 2 f; fg g + = g g + g + avec g +! N(0; ( g ) 2 ) pour 2 f; fg 0

13 la léraure des modèles d équlbre général en économe ouvere reen des valeurs fables, comprses enre e 5 (vor Backus, Keoe e Kydland, 993). On se raace à cee dernère léraure, e en suvan l dée que les processus producfs son mons ben négrés que les marcés des bens nals, on reen = e = 2:5. Caque smulaon s appue sur la réalsaon aléaore e asymérque d nnovaons de producvé e de dépenses publques à caque pérode. Caque rajecore smulée des économes perme ensue d évaluer la dsperson des cycles e des aux d n aon à parr des ndcaeurs, Xs=T y;t = E s y s ys f s= Xs=T ;T = E s s s f s= ; : La dsperson moyenne es ensue calculée sur l ensemble des smulaons. 2.2 L éérogéneé des performances macroéconomques conjoncurelles Les résulas des smulaons son présenés dans le ableau (2). Ils résumen les conséquences de varaons des paramères srucurels (; ; ; ) mesuran les e es de l négraon du marcé des bens e servces sur la réducon de la dsperson des cycles d acvé ( y;t ) e des aux d n aon ( ;T ) au sen de l unon monéare. On dsngue les e es des cocs emporares ( a=g = 0:95) des e es des cocs permanens ( a=g = 0:99). De manère générale, nos résulas ndquen que les e es d une melleure négraon du marcé des bens e servces son néglgeables sur la convergence des performances macroéconomques. En moyenne, une améloraon de l négraon de% a des e es dx fos plus fables, de l ordre de 0.% (par exemple, lorsque augmene de 20%, l e e sur y;t ou ;T es de l ordre de 2.5%). De plus, la prse en compe de l équlbre nancer nernaonal à long erme peu renforcer l éérogénéé macroéconomque au sen de l unon monéare ( y;t e ;T peuven êre négafs). Lorsque les cocs son ransores ( a=g = 0:95), une melleure négraon du segmen nal de l ordre de 20% ( passe de 0:25 à 0:30) ndu une augmenaon ( y;t =

14 Tableau 2: Réducon de la dsperson des cycles d acvé e des aux d n aon - en % y;t ;T a=g = 0:95 a=g = 0:99 a=g = 0:95 a=g = 0:99 = 0:30 2:30 :7 2:76 0:6 = 0:35 4:05 3:33 4:26 2:7 = 0:0 2:03 9:0 9:98 5:42 = 0:5 22:9 7:62 33:43 26:34 = 5 4:95 :50 35:70 39:49 = 2 5:45 2:78 24:25 24:04 = 5 37:38 30:34 54:34 54:30 2:3%) des écars d acvé dans la zone. Compe enu de la spécalsaon producve, les cocs on des e es rès asymérques sur les o res naonales de bens d érencés. Une augmenaon des ux commercaux crosés amène les consommaeurs à ulser plus foremen le compe couran pour meux réparr dans le emps les e es des cocs asymérques sur leur consommaon. Ce ajusemen de cour erme requer une plus fore dsperson des cycles d acvé pour assurer l équlbre nancer à long erme au sen de la zone. La dynamque du compe couran éan parculèremen sensble aux varaons de (vor ableau ), une plus fore subsuablé enre bens nals domesques e érangers accroî sgn cavemen la volalé de la balance commercale nale, du compe couran e, n ne, ampl e la dvergence des cycles économques au sen de l unon monéare (pour = 5, y;t = 4:95%). Inversemen, un acrossemen des ux commercaux crosés au sen de l unon monéare ( passe de 0:25 à 0:30) rédu les d érenels d n aon des prx à la consommaon de presque 3% ( ;T = 2:76%). Lorsque les cocs son ransores, une plus fore négraon du marcé des bens e servces renforce le rôle du compe couran dans l ajusemen nernaonal. Dans ce cas, l augmenaon de rédu la volalé des ermes de l écange nécessare au manen de l équlbre des paemens nernaonaux e les aux d n aon convergen. La réducon de la volalé des ermes de l écange es d auan plus fore que la subsuablé des bens nals augmene (la demande éan plus sensble à la varaon des prx relafs, le reour à l équlbre du marcé des bens e servces requer une mondre ucuaon de ceux c à la sue d un coc asymérque). Par conséquen, lorsque passe de 2; 5 à 5, la dsperson des aux d n aon basse de plus de 35% ( ;T = 35:70%). 2

15 Lorsque les cocs devennen perssans ( a=g = 0:99), les agens ulsen plus fablemen les marcés nancers - e donc le compe couran - pour lsser leur consommaon. Les ermes de l écange jouen alors un rôle plus mporan pour ajuser l unon à la nouvelle suaon permanene. Cec rédu la dvergence des cycles d acvé. Ans, pour = 0:3; on passe de y;t = 2:3% à y;t = :7%. De la même façon, pour = 5, on passe de y;t = 4:95% à y;t = :50%. En revance, le mondre recours au compe couran se radu par une volalé accrue des ermes de l écange e la convergence des aux d n aon noée précédemmen (pour = 0:3 on ava ;T = 2:76%) fa place à une dvergence des aux d n aon ( ;T = 0:6%). Une melleure négraon du segmen nermédare (augmenaon de ou de ) amélore de manère plus nee la convergence des performances macroéconomques au sen de l unon monéare. L omogénésaon des processus de producon rédu l asymére de la d uson des cocs sur les srucures producves, amor le recours au compe couran comme mécansme d ajusemen e amélore la convergence des cycles. Lorsque passe de 0:05 à 0: (réducon du bas de 50%) la dsperson des cycles es rédue de 2% ( y;t = 2:03%) e celle des aux d n aon de près de 20% ( ;T = 9:98%). De la même façon, une augmenaon de la subsuablé des bens e servces nermédares ( passe de à 2) rédu la dsperson des cycles de 5% ( y;t = 5:45%) e celle des aux d n aon de 25% ( ;T = 24:25%). Des processus de producon plus fragmenés permeen d omogénéser la composon e le prx des bens nals au sen de la zone monéare. Ces résulas son rès fablemen sensbles au degré de perssance des cocs e resen de même naure e de même ampleur. Ces résulas son robuses à la mod caon de deux ypoèses mporanes. Une fragmenaon plus accenuée des processus de producon ne mod e pas les sgnes des résulas n les mécansmes qu les explquen. Dans ce cas, les prncpales d érences avec les résulas présenés dans le ableau (2) son mpuables à des e es d écelle. De même, l asymére des scémas de rgdés nomnales nrodusen réacvé d érene des aux d n aon aux varaons de aux d nérê. Les prx enden à converger mons e les ermes de l écange son plus volales. En conséquence, le compe couran joue un rôle mondre dans l ajusemen exerne des économes. Pouran, les prncpales conclusons ne cangen pas e une melleure négraon du marcé des bens e servces rese sans e e majeur sur la convergence macroéconomque des pays membres de l unon. Quelle que so la naure des cocs, une melleure négraon du marcé des bens e servces a ece fablemen la convergence des performances macroéconomques. Elle peu même accroîre la dvergence des cycles ou des aux d n aon. Ces résulas 3

16 pourraen explquer le manque de convergence sgn cave des performances macroéconomques au sen de la zone euro en dép de la melleure négraon commercale observée depus Concluson Ce arcle a monré qu une plus fore négraon du marcé des bens e servces, en mod an les condons d ajusemen nernaonal, consue un des faceurs pouvan explquer l absence de convergence sgn cave des performances conjoncurelles naonales consaée depus 999 dans l UEM. La prse en compe des condons nancères de l ajusemen nernaonal à la sue de cocs asymérques consue une ypoèse clef de ce résula. Le cadre d analyse reenu monre qu en augmenan la volalé du compe couran, une plus fore ouverure commercale muuelle des membres d une unon monéare empêce la convergence de l acvé. De même, seule une plus fore négraon du segmen des bens nermédares, en rédusan la volalé des ermes de l écange en cas de cocs asymérques, perme une convergence des aux d n aon. Au vu de ces résulas, la convergence des performances conjoncurelles naonales en unon monéare requer donc, en amon, une plus fore négraon des processus de producon. En e e, l nens caon des ux commercaux muuels a alors des e es non ambgus (même s l resen fables) sur la convergence des performances macroéocnomques au sen d une zone monéare un ée. Bblogrape Angelon, I., Aucremanne, L., Ermann, M., Galí, J. & A. Levn, F. S. (2006), New Evdence on In aon Perssence and Prce Sckness n e Euro Area: Implcaons for Macro Modellng, Journal of e European Economc Assocaon 4(2-3), Backus, D. K., Keoe, P. J. & Kydland, F. E. (993), Inernaonal Real Busness Cycles: Teory vs. Evdence, Federal Reserve Bank of Mnneapols Quarerly Revew 7, Baldwn, R. (2006), Te Euro s Trade E ecs, ECB Workng Paper N o

17 Beesma, R. M. W. J. & Jensen, H. (2005), Moneary and Fscal Polcy n a Mcro-founded Model of Moneary Unon, Journal of Inernaonal Economcs 67(2), Bengno, P. & Woodford, M. (2005), In aon Sablzaon and Welfare: Te Case of a Dsored Seady Sae, Journal of e European Economc Assocaon 3(6), Blancard, O. & Kan, C. (980), Te Soluon of Lnear D erence Models under Raonal Expecaons, Economerca 48(5), Calvo, G. (983), Saggered Prces n a Uly-maxmzng Framework, Journal of Moneary Economcs 2(3), Car, V. V., Keoe, P. J. & McGraan, E. R. (2002), Can Scky Prce Models Generae Volale and Perssen Real Excange Raes, Federal Reserve Bank of Mneapols. Corse, G. (2006), Openness and e Case for Flexble Excange Raes, Researc n Economcs 60(), 2. De Grauwe, P. & Mongell, F. P. (2005), Endogenees of Opmum Currency Areas: Wa Brngs Counres Sarng a Sngle Currency Closer Togeer?, ECB Workng Paper N o 468. ECB (2004), Te Moneary Polcy of e ECB, 2nd Edon. p:// avalable a Gannone, D. & Recln, L. (2006), Trends and Cycles n e Euro Area: How Muc Heerogeney and Sould We Worry abou?, ECB Workng Paper N o 595. Lane, P. R. (2006), Te Real E ecs of e Euro, Journal of Economc Perspecves 20(4). Obsfeld, M. & Rogo, K. (2000), Te Sx Major Puzzles n Inernaonal Macroeconomcs: Is ere a Common Cause?, n B. Bernanke & K. Rogo, eds, NBER Macroeconomcs manual Roemberg, J. J. & Woodford, M. (997), An Opmzaon-based Economerc Framework for e Evaluaon of Moneary Polcy, n B. Bernanke & J. J. Roemberg, eds, NBER Macroeconomcs Annual, pp

18 Scm-Groé, S. & Urbe, M. (2003), Closng small open economy models, Journal of Inernaonal Economcs 6(), Snn, H. W. & Reuer, M. (200), Te Mnmum In aon Rae for e Euroland, NBER Workng Paper N o Taylor, J. B. (993), Dscreon versus Rules n Pracce, Carnege-Roceser Conference Seres on Publc Polcy 39,

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Benoî Mulkay e Jacques Maresse 2 Rappor pour le Mnsère l Ensegnemen supéreur e de la Recherche Novembre 20 Unversé de Monpeller Faculé d'econome beno.mulkay@unv-monp.fr

Plus en détail

LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL

LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL Le monopole naurel CM décroî avec l échelle de producon = Cm rès fable / CF L Éa do réglemener Soluon 1 : arfcaon au coû margnal Effcace au sens de Pareo mas peres

Plus en détail

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18 Deparmen of Fnance Mnsère des Fnances Workng Paper Documen de raval Conrôle des émssons de GES à l ade d un sysème de perms échangeables avec allocaon basée sur la producon Une analyse en équlbre général

Plus en détail

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris Geson de producon cour erme en conee nceran EDF R&D École enrale Pars Geson de producon à cour erme Encadrans ndusrels : Gérald Vgnal - Jérôme Quenu Encadran académque : Yves Dallery-Mchel Mnou Snda Ben

Plus en détail

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1 SYSTEMES BOUS-MALUS Phlppe BIEAIME Acuare I.S.F.A., GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A., Unversé Claude Bernard Lyon ahale RICHARD GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A.,

Plus en détail

Modélisation et simulation de l hydroformage de liners métalliques pour le stockage d hydrogène sous haute pression

Modélisation et simulation de l hydroformage de liners métalliques pour le stockage d hydrogène sous haute pression Modélsaon e smulaon de l hydroformage de lners méallques pour le sockage d hydrogène sous haue presson J.C. Geln, C. Labergère,. Boudeau, S. Thbaud Insu FEMTO-ST, Déparemen Laboraore de Mécanque Applquée

Plus en détail

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES Cenre de Recherche pour l Eude e l Observaon des Condons de Ve L'NFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPTAL SUR LA DECSON D NVESTR ET SUR L NVESTSSEMENT CORPOREL DES ENTREPRSES DE SERVCES FRANCASES LE RECOURS

Plus en détail

Real and nominal convergence amongst MENA countries

Real and nominal convergence amongst MENA countries MRA Munch ersonal ReEc Archve Real and nomnal convergence amongs MENA counres REY, Serge CATT, Unversy of au e ays de l Adour Sepember 2005 Onlne a hp://mpra.ub.un-muenchen.de/30206/ MRA aper No. 30206,

Plus en détail

UNE POLITIQUE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ASSOCIEE A UNE DEGRADATION ACCUMULATIVE BIVARIEE OBSERVEE CONTINUMENT

UNE POLITIQUE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ASSOCIEE A UNE DEGRADATION ACCUMULATIVE BIVARIEE OBSERVEE CONTINUMENT UNE POITIQUE DE AINTENANE PREVENTIVE ASSOIEE A UNE DEGRADATION AUUATIVE BIVARIEE OBSERVEE ONTINUENT A PREVENTIVE AINTENANE POIY ASSOIATED WITH A ONTINUOUSY OBSERVED UUATIVE BIVARIATE DETERIORATION Ha Ha

Plus en détail

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE Déparemen fédéral de l néreur DFI Offce fédéral de la Sasque OFS Économe, Éa e socéé Documen de raval Neuchâel, ocobre 2006 PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE RAPPORT METHODOLOGIQUE Gregory Ras, OFS, secon

Plus en détail

La loi d Okun comme indicateur de dispersion des pays européens : peut-on parler de convergence des structures?

La loi d Okun comme indicateur de dispersion des pays européens : peut-on parler de convergence des structures? La lo d Okun comme ndcaeur de dsperson des pays européens : peu-on parler de convergence des srucures? Jean-Jacques DURAND (CREREG), Marlyne HUCHET-BOURDON (DERG-CREREG) 2 Résumé : L évaluaon du degré

Plus en détail

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation Modèles d analyse des bographes en emps dscre Exemple d ulsaon Jean-Mare Le Goff Cenre Lnes Pôle Naonal de recherche Lves Unversé de Lausanne Plan Deux ypes de données dscrèes Modèles à emps dscre Modèle

Plus en détail

LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE

LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE Revue économque de l OCDE, n 37, 2003/2 LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE par Paul Schreyer TABLE DES MATIÈRES Inroducon... 186 Servces du

Plus en détail

Mécanisme international de la transmission des cycles économiques entre les États-Unis et les pays Asiatiques

Mécanisme international de la transmission des cycles économiques entre les États-Unis et les pays Asiatiques Mécansme nernaonal de la ransmsson des cycles économques enre les Éas-Uns e les pays Asaques Amra MAJOUL majoul_amra@homal.com Appled Quanave Analyss Un (UAQUAP) - ISG and GATE (UMR 5824- CNRS), Hgher

Plus en détail

Régimes transitoires

Régimes transitoires ÉLECTOCINÉTIQUE chapre 3 égmes ransores En régme connu, les composanes capacves e nducves d un crcu son analogues respecvemen à un crcu ouver e à un cour-crcu. Elles n on donc aucun nérê. Cependan, s un

Plus en détail

Taxation optimale et réformes fiscales dans les PED Une revue de littérature tropicalisée.

Taxation optimale et réformes fiscales dans les PED Une revue de littérature tropicalisée. DOCUMENT DE TRAAIL DT/2001/02 Taaon opmale e réformes fscales dans les PED Une revue de léraure ropcalsée. Jean-Franços GAUTIER RESUME Les pays en développemen son acculés depus le débu des années 80 à

Plus en détail

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises Busness Scool W O R K I N G P A P E R S E R I E S Workng Paper 04-38 La régresson logsque PLS : Applcaon à la déecon de défallance d enreprses BEN JABEUR Sam p://.pag.fr/fr/accuel/la-recerce/publcaons-wp.ml

Plus en détail

Modèle de régression linéaire multivarié

Modèle de régression linéaire multivarié U. Pars Oues, M - Cours de Modélsaon Applquée Modèle de régresson lnéare mulvaré Lauren Ferrara Févrer 07 Eemple: Consommaon mondale du pérole World Lqud Fuels Supply and Demand Balance mllon barrels per

Plus en détail

LES INDICES. LecEco.Tk. Généralités :

LES INDICES. LecEco.Tk. Généralités : LES INDICES Généralés : Dans le domane économque on se rouve en présence de grandeurs pour lesquelles on a d'auan plus de dffculés à sasr leur évoluon dans le emps ou dans l'espace ou à la fos dans le

Plus en détail

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2 LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION Jean-Bapse Gossé e Julo Raffo 2 RÉSUMÉ Ce arcle rerace l émergence des déséqulbres mondaux de compe

Plus en détail

Bureaux d études en traitement des images

Bureaux d études en traitement des images Bureau d éudes en raemen des mages ESERB Fère Téécommuncaons 3 ème année Opon SC ESERB Fère Eecronque 3 ème année Opon TS AEE 4-5 M. DOAS Bureau d éudes en raemen des mages PARTE REDRESSEMET Dans cee pare

Plus en détail

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale...

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale... GUIDE PRATIQUE sur le modèle sandard SST pour les rsques de marché Edon du 23 décembre 204 Table des maères Bu... 2 I. Généralés sur la quanfcaon des rsques dans le SST... 2 I. Modèle analyque... 3 I..

Plus en détail

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM 9 ème Congrès Franças de Mécanque Marselle, 4-8 aoû 9 Modélsaon sem-analyque e chox opmal des procédés CRTM A. MAMONE a, A. SAOAB a, C. H. PARK a,t. OAHBI a a. Laboraore d Ondes e Mleux Complexes, FRE

Plus en détail

PONDÉRATIONS LONGITUDINALES

PONDÉRATIONS LONGITUDINALES PONDÉRATIONS LONGITUDINALES DANS L ENQUÊTE EMPLOI DE L INSEE Pascal Ardlly Insee, Déparemen des méhodes sasques Conexe e objecfs Source Enquêe Emplo rmesrelle en France Objecf Sur une pérode donnée, esmer

Plus en détail

TD2 Ener3 Exercices : hacheurs

TD2 Ener3 Exercices : hacheurs Exercces : hacheurs 1 217-218 Hacheur quare quadrans Une machne à couran connu es almenée par le conversseur don le schéma es représené cdessous. Les ordres d'ouverures e de fermeures des nerrupeurs commandés

Plus en détail

Plan du chapitre 3 (suite):

Plan du chapitre 3 (suite): 4//5 Chapre3: Modèles non lnéares de la Fnance (sue) Plan du chapre 3 (sue): Modèles ARCH e prévsons Varanes des processus ARCH: ARCH-M (AuoRegressve Condonnal Heeroscedascy-n Mean) GARCH-M 4//5 Modèles

Plus en détail

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique Caher de recherche/workng Paper 09-37 Polque éducave e marché du raval en Afrque du Sud. Une analyse en équlbre général calculable dynamque Hélène Masonnave Bernard Decaluwé Aoû/Augus 2009 Masonnave: Pos

Plus en détail

Irréversibilité de l Investissement, Sous-utilisation des Capacités de Production et Croissance de Long Terme

Irréversibilité de l Investissement, Sous-utilisation des Capacités de Production et Croissance de Long Terme Irréversblé de l Invesssemen, Sous-ulsaon des Capacés de Producon e Crossance de Long Terme Séphane Jame EUREQua, Unversé Pars I Résumé Ce arcle propose une rénerpréaon dans le cadre d un modèle d équlbre

Plus en détail

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers Eude économérque de l effcence nformaonnelle P P: 0-5 Eude économérque de l effcence nformaonnelle face aux anomales sur les marchés boursers Mohamed CHIKHI - Unversé de Ouargla- Membre assocé LAMETA -

Plus en détail

Utilisation des fonctions B-splines pour modéliser la survie relative non proportionnelle

Utilisation des fonctions B-splines pour modéliser la survie relative non proportionnelle Ulsaon des foncons -splnes pour modélser la surve relave non proporonnelle Roch Gorg Laboraore d Ensegnemen e de Recherche sur le Traemen de l Informaon Médcale Faculé de médecne de Marselle - Unversé

Plus en détail

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public Règlemen d exploaon du Sade de glace Panage publc 1. Bu Le Sade de glace de Benne es un leu de renconre régonal. Son bu es de répondre aux besons du spor (spor de compéon e de losr), du délassemen acf

Plus en détail

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

Condensateur. Relation entre la charge et la tension aux bornes d un condensateur :

Condensateur. Relation entre la charge et la tension aux bornes d un condensateur : Formulare d élecrcé Pons de cours Condensaeur Explcaons ou ulsaons Un condensaeur es composé de deux armaures méallques séparé par un solan appelé délecrque. S une armaure se charge posvemen, l aure es

Plus en détail

Décomposition d une fraction rationnelle en éléments simples

Décomposition d une fraction rationnelle en éléments simples Décomposon d une fracon raonnelle en élémens smples I Premère éape Dvson eucldenne de polynômes On rappelle que procéder à la dvson eucldenne d un polynôme A par un polynôme B non nul, c es écrre A BQ

Plus en détail

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite N d ordre : 00-0 Année 0 THÈSE présenée devan l UNIVERSITÉ CLAUDE BERNARD - LYON ISFA pour l obenon du DIPLÔME DE DOCTORAT Spécalé scences acuarelle e fnancère présenée e souenue publquemen le 00/00/0

Plus en détail

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie Valeur économque de dees subordonnées our des socéés non-ve - Franços Bonnn (Hram Fnance) - Frédérc Planche (Unversé Lyon, Laboraore SAF) - Monassar Tammar (Prm Ac) - Amédée de Clermon-Tonnerre (Cohen

Plus en détail

q A q B B augmente dans le temps, ce qui signifie que A dt Quand le courant circule en sens inverse du sens choisi, l intensité est négative, les

q A q B B augmente dans le temps, ce qui signifie que A dt Quand le courant circule en sens inverse du sens choisi, l intensité est négative, les L essenel du cours proposé par Mahmoud Gazzah Le condensaeur, le dpôle Descrpon sommare d un condensaeur Défnon e symbole : Un condensaeur es consué de deux armaures méallques séparées par un solan appelé

Plus en détail

COMMI SSARI GÉNÉRAL DÉVEL OPPEMENT DURABL www. devel oppement dur abl gouv.

COMMI SSARI GÉNÉRAL DÉVEL OPPEMENT DURABL www. devel oppement dur abl gouv. C OMMI S S ARI AT GÉ NÉ RALAU DÉ VE L OPPE ME NT DURABL E J u l l e 2014 Réf ér enc es T r ans onéc ol og que, C ons omma on emodesdev edur abl es D r ec ondel ar ec her c heedel nnov a on www. devel oppemen

Plus en détail

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE ours hème VIII.3 ONVSION SAIQU D'ÉNGI 3- Famlles de conversseurs saques Suvan le ype de machne à commander e suvan la naure de la source de pussance, on dsngue pluseurs famlles de conversseurs saques (schéma

Plus en détail

TH R. 220V 50Hz. i a. chronogrammes : V GK. φ+2π

TH R. 220V 50Hz. i a. chronogrammes : V GK. φ+2π edressemen monophasé commandé C.P.G.E-SI-SAFI edressemen monophasé commandé Inroducon : Un monage redresseur commandé perme d obenr une enson connue réglable à parr d une enson alernave snusoïdale. L ulsaon

Plus en détail

Âge, salaire et productivité

Âge, salaire et productivité Drecon des Éudes e Synhèses Économques G 2003 / 06 Âge salare e producvé La producvé des salarés déclne--elle en fn de carrère? Parck AUBERT - Bruno CRÉPON Documen de raval Insu Naonal de la Sasque e des

Plus en détail

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche Sous-Evaluaon Des Inroducons En Bourse: Applcaon D une Fronere Sochasque Sur Le Nouveau Marche Samy Ben Naceur e Mohamed Goaïed Workng Paper 039 SOUS-EVALUATION DES INTRODUCTIONS EN BOURSE: APPLICATION

Plus en détail

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

LES SOURCES DE FLUCTUATIONS ECONOMIQUES EN TUNISIE ET LES IMPLICATIONS SUR LE CHOIX D UN REGIME DE CHANGE

LES SOURCES DE FLUCTUATIONS ECONOMIQUES EN TUNISIE ET LES IMPLICATIONS SUR LE CHOIX D UN REGIME DE CHANGE Les sources de flucuaons économques en Tunse e les mplcaons sur le chox d un régme de change LES SOURCES DE FLUCTUATIONS ECONOMIQUES EN TUNISIE ET LES IMPLICATIONS SUR LE CHOIX D UN REGIME DE CHANGE Lla

Plus en détail

Commande sans modèle (?)

Commande sans modèle (?) Commande sans modèle? Jacques Lon Unversé de Savoe jacques.lon@unv-savoe.fr Cours Ecole de Bucares 2012 1 Plan Présenaon du conexe Inroducon à la commande avec/sans modèle Approches classques Commande

Plus en détail

Décomposition de la productivité et dynamiques sectorielles

Décomposition de la productivité et dynamiques sectorielles Décomposon de la producvé e dynamques secorelles Pamfl ATIPA Drecon des Analyses macroéconomques e de la Prévson Servce du Dagnosc conjoncurel Cee éude propose une analyse descrpve de la crossance de la

Plus en détail

PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION -

PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION - Les Cahers du CREAD n 9 /00 5 PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION - Mosefa BELMOKADDEM * Omar BENATEK ** RESUME Le bu de ce raval es un essa d analyse du

Plus en détail

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr parculers professonnels ENTREPRISES Noce d nformaon conracuelle Enreprse arcle 83 General.fr Noce d nformaon conracuelle Sommare Préambule... 3 Arcle 1 - Défnons... 3 Arcle 2 - bje... 4 Arcle 3 - Garanes...

Plus en détail

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance evue des Scences Humanes Unversé Mohamed Khder Bskra No :9 La méhodologe d éude d évenemen : Une méhode e des ouls à s approprer en fnance Unversé de Skkda ésumé: Les éudes d événemens son largemen applquées,

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Plan. Définition, Historique, Régression Linéaire Multiple. Interprétation géométrique de la solution, Lien avec l analyse de Corrélation Canonique,

Plan. Définition, Historique, Régression Linéaire Multiple. Interprétation géométrique de la solution, Lien avec l analyse de Corrélation Canonique, Plan Défnon, Régresson Lnéare Mulple Massh-Réza Amn Technques d Analyse de Données e Théore de l Informaon Maser M IAD Parcours Recherche amn@polea.lp6.fr Hsorque, Inerpréaon géomérque de la soluon, Len

Plus en détail

t = effectif de la partie 100 effectif total

t = effectif de la partie 100 effectif total Chapre I : Pourcenages Exra du programme : - Coecen mulplca assocé à un pourcenage - Iéraon de pourcenages - Analyse des varaons de pourcenages - Comparason de pourcenage - Approxmaon lnéare dans le cas

Plus en détail

Amplificateurs différentiels et opérationnels

Amplificateurs différentiels et opérationnels UNIVESITE MOHAMMED V Faculé des Scences, aba Amplfcaeurs dfférenels e opéraonnels Chapre 3 1 Amplfcaeur dfférenel L amplfcaeur dfférenel, pare à couplage par les émeeurs (BJT) (pare à couplage par les

Plus en détail

Chapitre II- Le marché financier à l avenir incertain

Chapitre II- Le marché financier à l avenir incertain Chapre II- Le marché nancer à l avenr nceran Les agens économques qu achèen des res son movés par une espérance de renablé supéreure à celle que peu leur procura l épargne de sans rsque du marché monéare.

Plus en détail

2 LES DIPOLES PASSIFS ELEMENTAIRES

2 LES DIPOLES PASSIFS ELEMENTAIRES ES DPOES PASSFS EEMENTAES. nroducon es composans ulsés en élecronque présenen des bornes élecrques ou pôles permean leur connexon dans un réseau. On dsngue : - les dpôles ( pôles) comme les réssances,

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET VALORIAION D OPION DIGIALE EN IUAION DE MARCHE INCOMPLE Parck NAVAE Chrsophe VILLA CREREG, Insu de Geson de Rennes REUME L objecf prncpal poursuv dans ce arcle, es d éuder quelques applcaons e exensons

Plus en détail

ANNEXE 1 - LE POIDS DES HYPOTHESES DANS LE CALCUL DES QUOTIENTS

ANNEXE 1 - LE POIDS DES HYPOTHESES DANS LE CALCUL DES QUOTIENTS ANNEXE - LE POIDS DES HYPOTHESES DANS LE CALCUL DES QUOTIENTS L'hypohèse d'une réparon des événemens démographques unforme sur l'année gnore la sasonnalé des décès e des nassances qu peu êre déermnée ans

Plus en détail

Numéro 2007/04 - Juillet 2007 Guide pratique des comptes chaînés

Numéro 2007/04 - Juillet 2007 Guide pratique des comptes chaînés uméro 27/4 - Julle 27 Gude praque des compes chaînés Luc EYRAUD Gude praque des compes chaînés Luc Eyraud Ce documen de raval n engage que ses aueurs. L obje de sa dffuson es de smuler le déba e d appeler

Plus en détail

CHAPITRE 11 INTERPRÉTATION DES INDICATEURS

CHAPITRE 11 INTERPRÉTATION DES INDICATEURS CHAPITRE 11 INTERPRÉTATION DES INDICATEURS 375. Les ndcaeurs ms au pon par l OCDE peuven êre ulsés pour évaluer à la fos le nveau e la composon du souen à l agrculure résulan des polques afférenes 19.

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules»

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules» Arcle «Modèle Baésen de arcaon de l assurance des loes de véhcules» Jean-Franços Angers, Dense Desardns e Georges Donne L'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004, p. 53-303. Pour cer ce arcle, ulser l'normaon

Plus en détail

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans Dares Analyses décembre 13 N 79 publcaon de la drecon de l'anmaon de la recherche, des éudes e des sasques La réparon des hommes e des femmes par méers Une basse de la ségrégaon depus 3 ans Les femmes

Plus en détail

Modèle dynamique de transport basé sur les activités

Modèle dynamique de transport basé sur les activités Moèle ynamque e ranspor basé sur les acvés Ta-Yu Ma To ce hs verson: Ta-Yu Ma. Moèle ynamque e ranspor basé sur les acvés. Humanes an Socal Scences. Ecole es Pons ParsTech, 27. French. HAL

Plus en détail

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM) Modèles de Rsques e Solvablé en assurance Ve Kalwasser errne Le Mone erre Auoré de Conrôle des Assurances e des Muuelles (ACAM 6, rue abou 75436 ARIS CEDEX 9 él. : + 33 55 5 43 5 fax : + 33 55 5 4 5 perrne.kalwasser@acam-france.fr

Plus en détail

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon de la méhode des rx Hédonques Chraz Karam To ce hs verson: Chraz Karam. Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon

Plus en détail

Fondements théoriques et base méthodologique de l analyse empirique de la notion de convergence économique

Fondements théoriques et base méthodologique de l analyse empirique de la notion de convergence économique Fondemens héorques e base méhodologque de l analyse emprque de la noon de convergence économque Isabelle SAE Maser 1 «Ingénere économque» 006-007 Depus la révoluon margnalse des années 1870 la macroéconome

Plus en détail

0707 70 70 Lot-sizing Résumé :

0707 70 70 Lot-sizing Résumé : 77 7 7 2 Lo-szng Résumé : L améloraon de la qualé des servces logsques es la garane essenelle pour la réalsaon de l avanage de ces servces, l augmenaon du nveau de sasfacon des clens e l améloraon de la

Plus en détail

Estimation du taux de change réel d équilibre du Maroc Youssef LAHARACH Avril 2005

Estimation du taux de change réel d équilibre du Maroc Youssef LAHARACH Avril 2005 CYESS Workng paper Esmaon du aux de change réel d équlbre du Maroc Youssef LAHARACH Avrl 2005 Cener Yamama For Economc Sraegc Sudes Avenue des FAR, Kénra, Maroc (+212) 0537 66 93 44 SOMMAIRE 1 Inroducon...

Plus en détail

AUTO INDUCTION ET BOBINES

AUTO INDUCTION ET BOBINES AUT INDUCTIN T BBINS I ) Inducon ) Mse en évdence du phénomène d'nducon e phénomène d nducon es l apparon d un couran élecrque à l néreur d un crcu ne comporan pas de généraeur. N S orsqu'on déplace un

Plus en détail

Salaire, productivité et demande de travailleurs âgés

Salaire, productivité et demande de travailleurs âgés Salare, producvé e demande de ravalleurs âgés Parck Auber (INSEE e CREST-LEI) 1 VERSION PROVISOIRE 13 févrer 23 Dans cee éude, nous esmons le profl de la producvé selon l âge par l esmaon d une foncon

Plus en détail

RÉGIMES MONÉTAIRES ET PROCESSUS D INTÉGRATION FINANCIÈRE RÉGIONALE DES PAYS ÉMERGENTS

RÉGIMES MONÉTAIRES ET PROCESSUS D INTÉGRATION FINANCIÈRE RÉGIONALE DES PAYS ÉMERGENTS RÉGIMES MONÉTAIRES ET PROCESSUS D INTÉGRATION FINANCIÈRE RÉGIONALE DES PAYS ÉMERGENTS Danel GOYEAU, Jacques LÉONARD e Domnque PÉPIN * Face à la monée de l nerdépendance des marchés fnancers occdenaux,

Plus en détail

Hacheur série. 1. Présentation. 2. Principe de fonctionnement. Le hacheur est un convertisseur statique continu-continu. Symbole synoptique :

Hacheur série. 1. Présentation. 2. Principe de fonctionnement. Le hacheur est un convertisseur statique continu-continu. Symbole synoptique : Termnale STI hacheur sére Hacheur sére. Présenaon e hacheur es un conersseur saque connu-connu Symbole synopque : Tenson connue fxe Tenson connue réglable Ou plus exacemen : enson oujours de même sgne,

Plus en détail

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE PLAN D EVALUATION MAURDOR ECONDE CAMPAGNE 1 INTRODUCTION Coordonnée par le Laboraore Naonal de mérologe e d Essas (LNE) e CAIDIAN, fnancée par la DGA, la présene campagne d évaluaon propose un cadre commun

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin

Notice d information contractuelle Loi Madelin Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln 1. LA RETRAITE es une convenon d assurance collecve sur la ve à adhéson ndvduelle e faculave. Les dros e oblgaons de l Adhéren peuven êre modfés par des avenans au

Plus en détail

LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI. Laurent David. Cahier N 99.09.14. Septembre 1999.

LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI. Laurent David. Cahier N 99.09.14. Septembre 1999. LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI Lauren Davd Caher N 99.09.4 Seembre 999 Lauren Davd ATER Cenre de Recherche en Econome e Dro de l'energe CREDEN Unversé

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Mémoire de Recherche

Mémoire de Recherche UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV UFR DE SCIENCES ECONOMIQUES, GESTION ET AES GREThA, CNRS, UMR 5113 Mémore de Recherche Réseaux nsuonnels nernaonaux, coûs de ransacon e négraon fnancère dans l Unon Européenne.

Plus en détail

APPRENTISSAGE PAR COMBINAISON DE CLASSIFIEURS ELEMENTAIRES («dopage» ou «Boosting»)

APPRENTISSAGE PAR COMBINAISON DE CLASSIFIEURS ELEMENTAIRES («dopage» ou «Boosting») APPRENISSAGE PAR COMBINAISON DE CLASSIFIEURS ELEMENAIRES («dopage» ou «Boosng») Pr. Faben Mouarde Cenre de Roboque (CAOR) MINES Pars ech (ENSMP) PSL Research Unversy Faben.Mouarde@mnes-parsech.fr hp://people.mnes-parsech.fr/faben.mouarde

Plus en détail

Évolution de la sous-traitance en France depuis le début des années 80 Analyse sur données individuelles d entreprises

Évolution de la sous-traitance en France depuis le début des années 80 Analyse sur données individuelles d entreprises Évoluon de la sous-raance en France depus le débu des années 80 Analyse sur données ndvduelles d enreprses Nadne THÈVENOT Jule VALENTIN MATISSE UMR 8595 Unversé Pars MATISSE UMR 8595 Unversé Pars heveno@unv-pars.fr

Plus en détail

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête N o -00-XIF au caalogue echnques d'enquêe 005 Commen obenr d aures rensegnemens oue demande de rensegnemens au suje du présen produ ou au suje de sasques ou de serces connexes do êre adressée à : Dson

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDE DES POITIQUES ECONOMIQUES DE UNIVERSITÉ D EVRY Modèle à Ancaon Raonnellede la COnjoncure Smulée : MARCOS Pacal JACQUINOT & Ferha MIHOUBI UNIVERSITE D EVRY VA D

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Amplification Linéaire à Transistor Bipolaire

Amplification Linéaire à Transistor Bipolaire UFM Préparaon APT Géne lerque Amplfaon néare à Transsor polare Sruure énérale d un ru d amplfaon : Snal à amplfer (as neau) X X Amplfaeur are (Hau neau) Soure de pussane (Fourne par ) X amplfaon ne onerne

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques Revue es Scences e e la Technologe - RST- Volume 3 1 / janver 2012 Opmsaon u plan e geson u sock une enreprse e srbuon es prous pharmaceuques D. Bellala, M.S. oune, A. Abessme Laboraore 'Auomaque e e Proucque

Plus en détail

Estimation économétrique des fonctions d importation de produits agricoles de l Afrique de L Ouest

Estimation économétrique des fonctions d importation de produits agricoles de l Afrique de L Ouest Esmaon économérque des foncons d mporaon de produs agrcoles de l Afrque de L Oues Par Mourad Ayouz CIRAD ECOPOL CNRS CIRED UMR 8568 Ths repor was prepared by Mourad Ayouz as a background paper o he Susanably

Plus en détail

DYNAMIQUE EN REFERENTIEL TOURNANT : L EXEMPLE DE LA RESONANCE MAGNETIQUE

DYNAMIQUE EN REFERENTIEL TOURNANT : L EXEMPLE DE LA RESONANCE MAGNETIQUE DYNAMIQUE EN REFERENTIEL TOURNANT : L EXEMPLE DE LA RESONANCE MAGNETIQUE.- Hamlonen de spn On consdère une parcule de spn placée dans un champ magnéque saque B Bu e un champ ournan à la vesse angulare

Plus en détail

Jeux stratégiques de marché dans le modèle à générations imbriquées.

Jeux stratégiques de marché dans le modèle à générations imbriquées. Jeux sraégques de marché dans le modèle à généraons mbrquées Francs de MOROGUES GREQAM (UMR CRS 6579), rue de la Charé 300 Marselle Tél: 0494077 e-mal: dmorogue@ehesscnrs-mrsfr Documen de raval du GREQAM

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Intégrateur. v e. 20log T 0

Intégrateur. v e. 20log T 0 G. Pnson - Physque Applquée Foncons négraon e dérvaon - A22 / A22 - Foncons négraon e dérvaon τ = = τ ( )d éponse à un échelon (réponse ndcelle) Inégraeur : = E < : = = E τ E -a. éponse en fréquence =

Plus en détail

Émissions d obligations rachetables :

Émissions d obligations rachetables : Émssons d oblgaons racheables : movaons e rendemens oblgaares mplqués Maxme DEBON Franck MORAUX Parck NAVATTE Unversé d Evry Unversé de Rennes Unversé de Rennes & LAREM & CREM & CREM Ocobre 2 Absrac Après

Plus en détail

M1 Economie : "colle" d économie industrielle

M1 Economie : colle d économie industrielle M Economie : "colle" d économie indusrielle Armel JACQUES novembre 0 Les calcularices son auorisées ; en revanche les appareils permean de communiquer (éléphone porable ou aures) son inerdis. Concurrence

Plus en détail

Combiner des apprenants: le boosting

Combiner des apprenants: le boosting Types d expers Combner des apprenans: le boosng A. Cornuéjols IAA (basé sur Rob Schapre s IJCAI 99 alk)! Un seul exper sur l ensemble de X! Un exper par sous-régons de X (e.g. arbres de décsons)! Pluseurs

Plus en détail

Implications de l incertitude des paramètres sur le comportement du banquier central de l UEMOA

Implications de l incertitude des paramètres sur le comportement du banquier central de l UEMOA Implcaons de l ncerude des paramères sur le comporemen du banquer cenral de l UEMOA N Ylmon NANTOB Résumé Ce paper éude dans le cadre de la zone UEMOA, les mplcaons de l ncerude des paramères esmés sur

Plus en détail

NOTES TECHNIQUES SUR LA CONSTRUCTION DU PROFIL DE PAUVRETE 2001 ET L ANALYSE DE LA DYNAMIQUE DE LA PAUVRETE ENTRE 1999 2001

NOTES TECHNIQUES SUR LA CONSTRUCTION DU PROFIL DE PAUVRETE 2001 ET L ANALYSE DE LA DYNAMIQUE DE LA PAUVRETE ENTRE 1999 2001 REPOBLIKAN I MADAKASIKARA anndrazana Fahafahana- Fandrosoana MINISERE DE L ECONOMIE E DE LA PLANIFICAION SECREARIA GENERAL INSIU World Bank CORNELL NAIONAL DE LA U N I V E R S I Y SAISIQUE Drecon Des Sasques

Plus en détail