LA SÉCU VAUT BIEN UNE GRÈVE! Employés et Cadres FORCE OUVRIÈRE. Le Journal des.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA SÉCU VAUT BIEN UNE GRÈVE! Employés et Cadres FORCE OUVRIÈRE. Le Journal des. www.fecfo.fr"

Transcription

1 Le Journal des Employés et Cadres FORCE OUVRIÈRE N 63 - FÉVRIER 2014 L information des sections de la Fédération des Employés et Cadres CGT FORCE OUVRIÈRE LA SÉCU VAUT BIEN UNE GRÈVE! Section Assurances Section Commerce Section Services Secteur Juridique Fédéral CONTRE L AUSTÉRITÉ... UNITÉ SUR LES REVENDICATIONS (P.8) UNE VIE PARTIELLE POUR UNE MISÈRE TOTALE! (P.10) LA LOI LARCHER : DE LA SOUVERAINETÉ DU PEUPLE... (P.27) BRÈVES JURIDIQUES (P.32)

2

3 JEC In s Edito Serge LEGAGNOA Secrétaire général Tél: LA SÉCU VAUT BIEN UNE GRÈVE! Ce slogan déjà utilisé lors des premières attaques importantes envers la Sécurité Sociale (notre Sécu!) reste plus que jamais d actualité. Nous attirons régulièrement l attention dans ce mensuel sur ce qui se prépare à l encontre des budgets sociaux. Ainsi, au nom de l austérité et des traités européens l imposant, le gouvernement français a modifié la législation des retraites, dont le but n était que financier, au détriment des droits des salariés et des retraités. Puis, il a pris la décision très politique de répondre favorablement aux revendications patronales, consistant à transférer tout ou partie des 36 milliards d euros des cotisations sociales patronales familiales vers l impôt ; tout cela emballé dans le fumeux pacte de responsabilité, ou de confiance pour le patronat, et sous le sceau de la compétitivité indispensable en cette période de crise et de disette. Et vous allez voir ce que vous allez voir! Il y aura des contreparties en emplois d exigées! Poudre aux yeux pour la galerie et posture médiatique, car il est impossible de mesurer l impact en emplois d une telle mesure. Un chef d entreprise embauche quand son activité le nécessite et c est tout. Comme indique le vieil adage : "Les promesses n engagent que ceux qui y croient!" Mais ce n est pas tout, car la crise n est qu un prétexte. Il faut ici rappeler que dès que la Sécurité Sociale a été instaurée, le patronat français n a eu de cesse de tenter de la remettre en cause petit bout par petit bout, petit pas par petit pas. C est donc une vieille position idéologique qui n a rien à voir avec une quelconque crise conjoncturelle : sortir la Sécu du paritarisme pour l étatiser, puis transférer des pans entiers et des missions vers les assurances et le secteur privé, et ce afin de la transformer à terme en une Sécurité Sociale des pauvres. Certains lecteurs penseront peut-être que j exagère. Qu ils regardent ce qui se concrétise petit à petit. Qu ils se reportent aux propos récents de Gattaz, le Président du MEDEF, qui indique dans Le Monde du 5 janvier : "La protection sociale, c'est environ 650 milliards d'euros de dépenses par an. Il y a notamment deux postes qui pèsent sur le travail de manière absurde : la famille et la maladie. La famille, c'est 36 milliards d'euros qu'il faut transférer. C'est le but de la saisine du Haut Conseil du financement de la protection sociale par Jean-Marc Ayrault. On attend les solutions. La maladie, c'est aussi un poste qui pourrait être revu. Le Président de la République a parlé d'abus de la protection sociale. Il a voulu montrer qu'il n'y a pas de dogme. Là, j'ai applaudi, il faut y aller. L'important, c'est d'enclencher le processus, c'est d'y croire et de le faire avec les partenaires sociaux." Chacun aura pu noter que pour le patron des patrons, l essentiel est d engager le processus pour pouvoir ainsi, après les cotisations familiales, s attaquer au cœur du dispositif : la maladie. Pour les uns, patronat et idéologues de tous poils, la crise est une opportunité d accélérer le processus de remise en cause des fondements de la Sécurité Sociale ; pour les autres, et en prime ce gouvernement, une fois entré dans l acceptation des traités budgétaires européens et de l austérité qui en découle, les seules variables d ajustement budgétaire sont les budgets sociaux, Sécurité Sociale en tête. C est pourquoi il est temps de donner un coup d arrêt à une casse sociale sans précédent. L action lancée par la Fédération des Employés et Cadres en faveur de la préservation de la Sécurité Sociale le 18 mars avec toutes les organisations syndicales des organismes de Sécurité Sociale doit être d une ampleur sans précédent. La Confédération par la voix de son Secrétaire général, Jean-Claude Mailly, a proposé à tous ceux qui partagent nos analyses et nos revendications, de faire du 18 mars une journée de grève interprofessionnelle pour manifester contre l austérité destructrice de nos emplois et prétexte à casser la Sécurité Sociale et les Services Publics. Emploi, salaires, services publics, Sécurité Sociale : voilà ce que nous devons revendiquer et préserver le 18 mars avec tous ceux qui voudront nous accompagner dans ce combat. Serge LEGAGNOA Secrétaire général Page 3 / N 63 - Février 2014

4

5 JEC In s Sommaire Page 3 Page 6 Page 8 Page 10 Page 12 Page 15 Page 18 Page 20 Page 22 Page 24 Page 27 Page 30 Page 32 Page 34 Page 35 Edito LA SÉCU VAUT BIEN UNE GRÈVE! CIRIEC BONNET BLANC ET BLANC BONNET? Section Assurances CONTRE L AUSTÉRITÉ UNITÉ SUR LES REVENDICATIONS Section Commerce UNE VIE PARTIELLE POUR UNE MISÈRE TOTALE! Section Crédit SALAIRES DANS LA BRANCHE AFB : CIRCULEZ, IL N'Y A RIEN À VOIR! Section Organismes Agricoles SI J AURAIS SU Section Organismes Sociaux MOBILISATION POUR LE 18 MARS 2014 Section Organismes Sociaux Divers & Divers - APPEL À LA MOBILISATION DANS LES CAISSES DE RETRAITE ET DE PRÉVOYANCE LE 18 MARS MOBILISATION INTERSYNDICALE LE 18 MARS DANS LE SECTEUR MUTUALITÉ Section Personnels Sédentaires des Compagnies de Navigation - "TATAMAE" ET "HONNE" - CMA CGM LIGNES AFRIQUE (DÉLOCALISATION ET RECLASSEMENTS) - COMMISSION PARITAIRE DE BRANCHE DU 6 FÉVRIER 2014 (ARMATEURS DE FRANCE) Section Presse, Edition, Publicité DISTRIBUTION DIRECTE Section Services LA LOI LARCHER : DE LA SOUVERAINETÉ DU PEUPLE À LA "SOUVERAINETÉ" DU MEDEF? SUITE Section VRP & Commerciaux REGARD SUR NOTRE INSTITUTION DE PRÉVOYANCE Secteur Juridique Fédéral - ÉVOLUTION PROFESSIONNELLE DES DÉLÉGUÉS SYNDICAUX - DISCRIMINATION SYNDICALE - ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES - REPOS DOMINICAL - CHSCT : RÉPARTITION DES SIÈGES AFOC LES AIDES PERSONNALISÉES AU LOGEMENT VIANDOXX PAR SAMI J. BOUCHOUCHI DÉLIRIUM TRÈS MINCE PAR CLAUDIO FRANCONE JEC INFOS Mensuel d information des sections de la Fédération des Employés et Cadres CGT FORCE OUVRIERE Directeur de la publication : Serge Legagnoa FÉDÉRATION DES EMPLOYÉS ET CADRES CGT FORCE OUVRIÈRE 28, rue des Petits Hôtels PARIS - Tél. : Conception, réalisation & impression : Tél. : Photos et illustrations : FEC FO - FOH - Phovoir - DS - Christophe LE COMTE CPPAP : 0715 S Page 5 / N 63 - Février 2014

6 CENTRE INTERNATIONAL DE RECHERCHE ET D INFORMATION SUR L ECONOMIE PUBLIQUE, SOCIALE ET COOPERATIVE CIRIEC-France 7 passage Tenaille F Paris - Téléphone : 33 (0) Courriel : - Alain ARNAUD Président du CIRIEC-France BONNET BLANC ET BLANC BONNET? L ESS EST-ELLE SOLUBLE DANS L ENTREPRENEURIAT SOCIAL? Page 6 / N 63 - Février 2014 L Economie Sociale et Solidaire est-t-elle soluble dans l entrepreneuriat social? La question est plus que jamais d actualité. De Strasbourg à Davos, à quelques jours de distance, l entrepreneuriat dit social a été mis à toutes les sauces du libéralisme. A Strasbourg, 2000 participants ont répondu, les 16 et 17 janvier, à l invitation de la Commission européenne : "Entrepreneurs sociaux, prenez la parole! Les entrepreneurs sociaux, acteurs de l innovation, d une croissance inclusive et de l emploi". M. Barnier, le très libéral commissaire européen au marché intérieur et aux services, a justifié ainsi cette initiative : "L'économie sociale a toute sa place dans le nouveau modèle de croissance que nous créons, plus inclusif et plus vert. Par leur vocation, les entreprises sociales restent en prise avec le terrain et ses réalités sociales ou environnementales. Elles sont innovantes, dynamiques et créatrices d'emplois. Nous devons tout faire pour créer un écosystème qui les encourage à se développer encore. C est l objectif de la conférence de Strasbourg." Qui ne souscrirait à un tel programme? Mais de quoi parle M. Barnier? Lorsque, dans une même phrase, il zappe de l "économie sociale" aux "entreprises sociales", parle-t-il des mêmes entreprises? Ou considère-t-il que tout est dans tout, et réciproquement? Ou qu une des deux catégories inclut nécessairement l autre. Mais laquelle? Dans la foulée, à Davos, où accourt le gratin de la finance et des grandes entreprises mondiales, le même sujet était à l ordre du jour, et dans le même amalgame. Plusieurs organisations de l Economie Sociale et Solidaire -et pas des moindres- s en sont émues. Ainsi, l Alliance Coopérative Internationale (24O membres dans tous les secteurs de l économie, regroupant 800 millions de sociétaires dans 90 pays), exprimant pour le moins un doute dans un communiqué du 24 janvier, "appelle les dirigeants présents à Davos à s assurer que les nouvelles entreprises sociales pensent à l humain avant de penser au profit". De son côté, la Confédération Générale des SCOP, qui regroupe quelque coopératives de production en France, a ainsi justifié sa présence à Strasbourg : "L Europe intègre sous la dénomination d entreprise sociale à la fois les entrepreneurs sociaux et les entreprises de l ESS dans toute sa diversité. Les Sociétés coopératives et participatives avaient ainsi toute leur place les 16 et 17 janvier à Strasbourg pour faire entendre la voix du Mouvement coopératif. La finalité sociale est omniprésente dans les débats et élude malheureusement sa complémentaire : le mode d entreprendre, la façon de produire ensemble dans une propriété collective. C est ce message que la CG Scop a porté. Reste à défendre l importance fondamentale de l entrepreneuriat collectif et coopératif!" Est ainsi relancée la question que nous posions, ici même, en février 2010 : ce phénomène que l on appelle depuis peu "entrepreneuriat social", et qui nous vient d Amérique, s inscrit-il dans le périmètre de l économie sociale? Celle-ci est-elle soluble dans celui-là? Ou le contraire? Si l on considère le ton, souvent vif, adopté par ceux qui tentent de répondre à ces interrogations, l enjeu paraît d importance, bien qu il soit rarement explicité. Et le ton monte au fur et à mesure que l on approche de la promulgation de la loi qui ambitionne, entre autre, de définir le périmètre de l ESS, pour la rendre plus visible et faciliter son développement, et que des mesures de soutien public, notamment financières, sont annoncées. Nous écrivions alors : "Si le débat ouvert par l émergence en France du concept d entrepreneuriat social manque de clarté et confine souvent au dialogue de sourds, c est peutêtre parce qu il n a pas suffisamment été éclairé par une tentative de réponse à une question simple et pourtant essentielle : de quoi s agit-il?" Et nous décidions de contribuer à éclairer le débat par la recherche. Depuis, de nombreux points de vue se sont exprimés. Nous y avons nous-mêmes consacré un dîner-débat en y invitant Hugues Sibille, vice-président du Crédit Coopératif et Jean-François Draperi, rédacteur en chef de la RECMA - Revue internationale de l économie sociale- à confronter leurs positions. Nous avons ouvert nos colonnes au professeur Henry Noguès, président de l ADDES -Association pour le Développement de la Documentation sur l Economie Sociale. Tous connus pour leur parfaite connaissance du sujet et leur rigueur intellectuelle. Mais, puisqu il le faut, revenons sur la définition que les entreprises sociales se donnent elles-mêmes (Elle est extraite de la déclaration finale de la rencontre de Strasbourg) : - leurs revenus proviennent d'activités économiques ; - l'objectif social ou sociétal d'intérêt commun est la raison d'être des activités ; - leurs bénéfices sont principalement réinvestis dans la réalisation de cet objectif social ; - leur mode d'organisation ou leur système de propriété reflète leur mission, s'appuyant sur une gouvernance démocratique ou des principes participatifs, ou visant à la justice sociale. En fonction de quoi, ces entreprises se considèrent légitimées à se réclamer de l ES, et bénéficier des mêmes attentions dont celle-ci bénéficie aujourd hui et des avantages, qui s y rattachent. En contre-point, voyons la définition de l entreprise d ES qui a fait jusqu ici consensus :

7 L entreprise d ES est une société de personnes et non de capitaux, née d un projet collectif, réalisé et géré démocratiquement (1 H = 1 voix), et non lucratif. On peut dès lors rapprocher ces deux propositions, mesurer ce qu elles ont en commun, mais aussi ce qui distingue fondamentalement l ESS de l entrepreneuriat social : le caractère collectif de l initiative d entreprendre, la propriété collective du capital et, par voie de conséquence, la non appropriation individuelle des profits et des réserves, une définition claire des modalités de la gestion démocratique, créant une égalité de droit entre les sociétaires. Ce qui conduit Jean-François Draperi à affirmer : "Sur le plan théorique, il me semble donc difficile de défendre l un et l autre de ces deux projets. Visant l émancipation de tous, soutenue par le principe de la double qualité et s appuyant sur des statuts réduisant le pouvoir du capital, l économie sociale cherche à définir une économie a-capitaliste. Servant une finalité sociale, sociétale et environnementale, soutenue par les grandes entreprises et les fondations, l entrepreneuriat social cherche à définir l entreprise "humaine". Le problème est de savoir quelle est la nature de la relation que nous entretenons avec l économie capitaliste. Si l on veut rompre l exploitation des ressources naturelles et du travail, réduire la misère qu elle provoque pour un nombre croissant d humains et le risque qu elle fait courir à l ensemble de la vie sur terre, il est essentiel de comprendre les dynamiques du capitalisme et de maintenir un pôle de pensée qui alimente et se nourrit des pratiques alternatives au capitalisme. Entre l économie sociale et l entrepreneuriat social les portes sont ouvertes. Mais gardons l idée qu il s agit de deux maisons bien différentes". En écho, Hugues Sibille précise : "Deux excès m interpellent. Le premier est l engouement excessif des médias, des relais d opinion pour l entrepreneuriat social. Pourquoi cet engouement en partie dangereux, parce qu il peut créer une espèce de bulle avec des effets négatifs? Deuxièmement, pourquoi y a-t-il une crainte excessive de l économie sociale vis-à-vis de l entrepreneuriat social en France et en Europe? Je ne parle pas ailleurs dans le monde. Le mouvement des entrepreneurs sociaux n est rien par rapport aux forces de l économie sociale et pourtant une peur s est développée. Je ne comprends pas pourquoi cette dimension forte d appréhension? Cela pose fondamentalement la question de l économie sociale : a-t-elle confiance en elle-même pour avoir peur de ce qui est train de se passer? Non! Elle n a pas assez confiance en elle-même, en son identité, en ce qu elle est et ce qu elle peut proposer. Du coup, elle sur-réagit par rapport à ce que représente en France et en Europe le courant de l entrepreneuriat social. Je suis favorable à des liens, des débats, des synergies entre l économie sociale, cette économie qui sait où elle va, et l entrepreneuriat social émergent. C est ma vision de l économie sociale sans rivage". Laissons la conclusion (provisoire) à Henry Noguès : "Les entreprises sociales comme les entreprises d économie sociale ont une activité d opérateur économique, mais en ce qui concerne les deux autres fonctions, sociales et politiques, l avantage comparatif des secondes est évident, du moins tant qu elles mettent effectivement en pratique les règles statutaires qui les constituent en sociétés de personnes participantes. Les entreprises sociales pourraient aussi apporter une contribution stimulante et innovante dans ces deux domaines, mais il est alors nécessaire qu elles réinterrogent, elles aussi, leur mode de fonctionnement de manière plus approfondie. En attendant cette évolution, les deux formes d entreprise ne sont pas parfaitement substituables et ne conduisent pas vers la même société". J ajouterai, pour ma part, que si le débat ne vise pas à répondre à la question : "Lequel des deux modèles d entreprises s inscrit-il le mieux dans une perspective de changement d un système économique dans lequel les 85 plus grandes fortunes du monde équivalent au revenu de la moitié de l humanité?", alors le débat reste technique et ne présente pas un grand intérêt. Extrait des "BRÈVES" N 74 - février 2014 Marcel CABALLERO Vice-président du CIRIEC-France Page 7 / N 63 - Février 2014

8 JEC In s Section Assurances Georges DE OLIVEIRA Secrétaire de Section Tél: CONTRE L AUSTÉRITÉ UNITÉ SUR LES REVENDICATIONS UN PACTE CONTRE LES SALARIÉS Comme on pouvait le redouter, les annonces, et notamment le "Pacte de Responsabilité", de François Hollande posent dès à présent la question de la mobilisation sur les revendications claires contre les plans d austérité qui, au niveau du pays comme dans chaque entreprise, se traduisent par des attaques d une rare violence contre les droits des salariés, leurs organisations et leurs conquêtes, notamment la Sécurité Sociale de Face à la situation de crise d un système économique dont on se reconnaît à dire aujourd hui qu il est en faillite, les attaques n ont jamais été aussi dures. Gattaz annonçait au moment de son élection, qu il fallait mettre en place un patronat de combat ; cela a le mérite de la clarté. SECTEUR ASSURANCES EN PREMIÈRE LIGNE CONTRE LA SÉCURITÉ SOCIALE Notre secteur de l Assurance, de ce point de vue, joue un rôle prédominant au sein du MEDEF, dans l élaboration d une orientation de destruction de la Sécurité Sociale. Il faut se rappeler qu au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, les assureurs, qui jusqu alors géraient la retraite (sous forme de capitalisation), ont été dépossédés de ce marché, ne pouvant pas garantir le versement des pensions, démontrant ainsi la faillite du système par capitalisation. Or, dès 1945, le patronat n a eu de cesse que de remettre en cause ce système. Il a pu s appuyer sur les recommandations et directives des diverses institutions européennes et internationales dont le seul but est de satisfaire aux intérêts du capital. Les exigences de la Troïka ne sont pas différentes aujourd hui. Malgré les effets désastreux des mesures imposées, tant aux salariés qu aux peuples, FMI, UE, Banque Européenne continuent d imposer des mesures qui ciblent la destruction des systèmes de protection sociale, des droits des salariés, des services publiques. On s aperçoit, en fait, que ce sont toutes les conquêtes de la classe ouvrière qui sont visées car pour survivre, le système capitaliste n a pas d autre alternative. DEVANT LES PROJETS DU CAPITAL, SE DRESSE LA LUTTE DE CLASSE Oui, la lutte de classe est toujours présente, elle oppose toujours ceux qui n ont que leur force de travail pour vivre, à ceux qui possèdent les moyens de production. Tous les jours, à ceux qui voudraient nous persuader de la "fin de l histoire", la réalité des mouvements de grève démontre la résistance des salariés, souvent dans l unité d action entre FO et CGT sur des revendications de classe. C est en effet dans cette période qu a été créée la Sécurité Sociale, par et pour les travailleurs, fondée sur des principes simples : "Instituée une organisation de la Sécurité Sociale destinée à garantir les travailleurs et leurs familles contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain, à couvrir les charges de maternité et à compenser les charges de famille qu ils supportent" (1) "Cotiser selon ses moyens, être remboursé selon ses besoins". Page 8 / N 63 - Février 2014 Le financement reposait sur la cotisation, c est-à-dire la partie du salaire des travailleurs (2) qui était mutualisée dans les caisses pour pouvoir subvenir aux besoins de tous : ce que l on appelle le salaire différé. 1 Article 1 er de l ordonnance de Que les cotisations s appellent "salariales" ou "patronales", voire charges dans la bouche des patrons, elles sont toutes du salaire des travailleurs. Les faire disparaitre, comme l a annoncé François Hollande, ce n est ni plus ni moins que du vol, en plus d être une remise cause de la Sécurité Sociale

9 C est par exemple le cas : chez Generali, où à l appel des sections syndicales FO et CGT, les salariés de la production informatique ont été en grève de 24 heures le 4 février sur des revendications claires : maintien en France et au sein de l UES de toutes les activités de la DSI et d un site de données, notamment de l infrastructure et du réseau, retrait du projet de mise à disposition des salariés, retrait de tout projet de délocalisation (toute la DSI), maintien sans limitation de durée des contrats avec Generali Vie et sans aucune suppression de postes ni réduction d effectifs (toute la DSI). chez IMH, où après l annonce d évolution salariale inacceptable, notre section syndicale, pourtant non représentative, avec le Syndicat départemental des Assurances des Deux-Sèvres, a organisé la grève suivie largement par les salariés, grève qui a fait bouger la position de la direction et des organisations représentatives qui, jusqu alors, ne réagissaient pas ; et surtout avec un résultat aux élections qui viennent de se dérouler qui voit notre syndicat obtenir 18,52 % des voix et donc, conquérir dans la bataille, avec les salariés pour la défense de leurs intérêts, la représentativité. La question des salaires est aussi la cause de mouvements dans beaucoup de sociétés : MAIF, CBP Et dans bien d autres secteurs, comme celui de la Sécurité Sociale (appel de toutes les Fédérations), la défense de la Sécurité Sociale et du statut du personnel La préparation de la réussite de cette journée interprofessionnelle revêt une importance toute particulière, pour la défense des revendications de tous les travailleurs du privé comme du public. La défense de la Sécurité Sociale, c est la défense de la classe ouvrière dans toutes ses composantes, c est la défense d un système social cristallisant toutes les conquêtes des travailleurs. Dans le secteur de l Assurance (Sociétés d Assurance, d Assistance, de Courtage agences générales), la Section fédérale demande à toutes ses structures de préparer, sur la base de revendications précises, la réussite du 18 mars. Le lien est évident entre les différents projets qui surgissent dans toutes les entreprises, quelles que soient les branches et la forme juridique des sociétés, et la politique d austérité qui est impulsée par la Troïka et dont François Hollande n est plus qu un des valets serviles. Qui peut remettre en cause le fait que le but recherché de tous ces plans ou pactes, c est la baisse du coût du travail? Les médias, les fameux spécialistes, le gouvernement, les partis politiques veulent nous faire croire que cette situation est inéluctable, qu il n y aurait pas d issue, que c est dans la nature des choses. Mais les salariés, les militants ouvriers ne sont pas résignés, loin de là. Ils résistent et cherchent par tous les moyens à se réapproprier leurs organisations et à agir pour gagner. ACTION INTERPROFESSIONNELLE DANS L UNITE D ACTION Le 29 janvier dernier, la Confédération FO a organisé un meeting où militants de toute la France se sont réunis. L annonce de la décision de la Commission Exécutive de faire un appel à une journée d actions et de manifestations, avec proposition à toutes les organisations syndicales d une grève interprofessionnelle le 18 mars a été ovationnée, démontrant la grande cohésion des militants FO et en même temps traduisant l attente de toute la classe ouvrière. C est une véritable perspective de victoire dont la Confédération FO a pris la responsabilité. Cette action est d autant plus importante qu elle s inscrit dans une orientation d unité d action pour dire NON au Pacte de Responsabilité, NON aux plans d austérité et enfin pour la défense de la Sécurité Sociale. Pour ceux qui douteraient, comment comprendre alors la même orientation développée dans toutes les restructurations, les plans de licenciements, et les pressions sur les salariés qui ont tous pour principe la baisse du coût du travail pour tenter d augmenter les profits de quelques-uns, fusse sur la destruction des droits des travailleurs, de leurs organisations conduisant dans la misère la plus totale de plus en plus de familles. Nous terminerons sur deux extraits du discours de Jean-Claude MAILLY, le 29 janvier D abord, il rappelait que "Faire du syndicalisme ce n est pas se couler dans la gestion du possible. C est réclamer l impossible qui devient possible et réel quand nous obtenons satisfaction" et aussi que pour FO, le "mouvement collectif ce n est pas un pacte austère d unité nationale, mais l action par la grève, les manifestations et les rassemblements? C est-à-dire l expression libre et volontaire de ce je continue à appeler la classe ouvrière". Alors OUI, préparons tous le 18 mars 2014 pour défendre les intérêts de la Classe Ouvrière. Page 9 / N 63 - Février 2014

10 JEC In s Section Commerce Christophe LE COMTE Secrétaire de Section Tél: UNE VIE PARTIELLE POUR UNE MISÈRE TOTALE! Les temps sont durs et les perspectives sont sombres pour les salariés du Commerce. Des négociations sur les minima salariaux proches de zéro, des tentatives de déroger aux 24 heures hebdo minimum pour les temps partiels, par des accords de branches. Pour la Branche des Fleuristes, la première proposition était à 7 heures hebdo pour les temps partiels. Dans cette même branche, les deux premiers niveaux des minima sont en dessous du SMIC pour le dernier accord étendu au mois de novembre. C est aussi 17 échelons sur 21 qui sont en dessous de 1,6 fois le SMIC ce qui permet de bénéficier des allègements sur les bas salaires. Mais c est aussi près d un tiers des salariés qui sont à temps partiel dans les entreprises couvertes par la convention collective nationale des Fleuristes, de la vente et des services des animaux familiers. Vendre des fleurs n apporte pas le bonheur! Parmi toutes ces fleurs, il y a " la plus grande la plus belle Celle qui pousse toute droite sur le fumier de la misère Celle qui se dresse à côté des vieux ressorts rouillés A côté des vieux chiens mouillés A côté des vieux matelas éventrés A côté des baraques de planches où vivent les sous-alimentés Cette fleur tellement vivante Toute jaune toute brillante Celle que les savants appellent Hélianthe " (1) C est peut-être pour cela que les "jaunes" ont choisi cette couleur pour rappeler leur besoin de misère pour exister. Une autre branche a brillé, comme l Hélianthe, par un accord sur le travail du dimanche, celle du Bricolage. Après avoir essuyé un refus unanime contre la négociation du seuil du temps partiel, la partie patronale introduit le contrat week-end, soit 14 heures par semaine. Le seuil est franchi. Habile, mais aucune excuse n est possible de la part des signataires, puisque la délégation FO a su dénoncer la manœuvre. Ils sont donc responsables qui? Les signataires de cet accord, qui sont aussi signataires de l ANI sur la flexisécurité : CFTC, CGC, CFDT. Ils renient leurs grandes conquêtes. Cette mesure s est aussi accompagnée par la confirmation que le volontariat n existe pas, en particulier si le travail du dimanche est contractuel. Pas de possibilité de revenir en arrière, au regard de l accord sauf que, là encore, la délégation FO avait dénoncé le fait que certains contrats avaient été signés avant la loi Mallié et d autres en dehors des PUCE -Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel- (avant le décret du 3/12/2013), c est-à-dire des contrats illégaux. La FMB (Fédération des Magasins de Bricolage) met les menottes ; la CFTC, la CGC et la CFDT mettent les fers aux pieds. La délégation FO avait revendiqué pour les salariés concernés par un contrat "week-end" un "volontariat" pour le travail en semaine. Cette possibilité de pouvoir travailler en semaine a essuyé un refus de la FMB, pendant la négociation. Coup de théâtre, ou petite opérette, peu de temps après, une recommandation patronale allait dans notre sens. 1 Jacques Prévert - Fleurs et couronnes Page 10 / N 63 - Février 2014

11 Entre recommandation et accord, il y a un fossé, celui du mépris vis-à-vis des salariés concernés et qui travailleraient dans les entreprises non adhérentes à la FMB. Elles n ont aucune obligation de la respecter. Quant aux adhérents de la FMB, qui vérifiera le respect de cette recommandation? Ils ont déjà tant de mal à respecter le code du travail et la convention collective. Un décret annulant l application des droits des salariés pourrait enfin les libérer de toutes contraintes au nom de la rentabilité des comptes personnels des grandes fortunes du secteur. Un peu de solidarité tout de même. Smicard à temps partiel, un programme actif pour fabriquer des travailleurs pauvres, bénéficiaires du RSA pour certains. Oui, des assistés comme certains le disent. A ceux qui montrent du doigt la misère pour s élever en société : "si vous trouvez que les gens qui ont le RSA sont des assistés, démissionnez et vivez avec 470 par mois, vous aurez autant de chance qu eux." (2). Les salariés pauvres, comme les autres, pourront savourer les bienfaits de l ANI "fléxitoutdéglingué", en particulier, avec l imposition de la part patronale des complémentaires santé, avec effet rétroactif. Rare pour une loi. On baisse les cotisations patronales (notre salaire différé), on impose la part patronale des complémentaires et on complète les salaires par le RSA grâce à nos impôts. A vérifier est-ce que ceux qui bénéficient d un crédit d impôt le verront réduit avec l imposition de la complémentaire santé? Il y a tout de même quelques rayons de soleil (autre nom de l Hélianthe). Pour compléter son salaire, on peut aussi travailler jusqu à minuit sur les Champs-Élysées. Travailler sur la plus belle avenue du monde avec un éclairage magnifique, que demander de plus. Ça mériterait d être payant pour y travailler. Oui en payant de sa vie, étant donné que le travail de nuit diminue l espérance de vie. Pourtant, on dit toujours que l espoir fait vivre. Et puis SDF sur les Champs au prix du mètre carré, les assistés ont l art de se plaindre. On commence un peu à délirer... Mais c est le tournis qui provoque ça. On ne sait plus où donner de la tête pour éviter les coups libéraux du gouvernement de "gôche" qui distribue des droites : plus de 3 millions de SMICARDS en 2013 (3) ; 4,7 millions de personnes sont couvertes par le RSA en juin 2013 (de juin 2009 à juin 2013, le nombre de bénéficiaires RSA a augmenté de 50%) (4).; plus de 5 millions et demi de personnes concernées par le chômage (toutes catégories confondues) (5). Certains cumulent SDF et Chômage, voire SDF et SMICARDS Tout le monde n est pas à plaindre puisqu il y a : 65 milliards d euros d aides offertes aux entreprises (6), 330 milliards d euros, c est la fortune totale des 500 Français les plus riches, qui a progressé de presque 25 % en un an (7). Assez de souffrance, ça ne peut pas continuer. L appel pour le 18 mars doit être un moment fort pour porter nos revendications pour en finir avec la rigueur imposée depuis une trentaine d années et refuser le programme ultralibéral du gouvernement. Le 18 mars, pour ne pas être traité comme la Grèce, c est la grève qu il faut! (2) Propos prêtés à Jean ROCHEFORT (3) (4) (5).. #cite_note-5 (6).. _article_136.html (7).. 33/classement-niel-free-rejoint-arnault-et-bettencourtau-top-10-des-plus-grandes-fortunes-de-france.html Page 11 / N 63 - Février 2014

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

Accord salarial 2008

Accord salarial 2008 Accord salarial 2008 PRÉAMBULE En application de l article L. 2241-1 du Code du travail et de l article 42 de la convention collective de la Banque, les partenaires sociaux se sont rencontrés à trois reprises,

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites Paris, le 18 mai 2009 Aux Secrétaires généraux : des Unions départementales des Fédérations Pour information : Aux administrateurs : Retraite et Prévoyance CNAV, CRAM, CRAV, CGSS Aux membres : - du Comité

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 SOMMAIRE Création de CPRI (commissions paritaires régionales interprofessionnelles)

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Chapitre 1 : Champ d application et objet de l accord Le présent accord s applique à l ensemble

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

Info Syndicale : complémentaire Santé

Info Syndicale : complémentaire Santé Info Syndicale : complémentaire Santé La complémentaire santé des Salariés non-cadres La complémentaire santé des salariés agricoles non cadre évolue afin de répondre aux obligations mises en place par

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD

Plus en détail

Heures Supplémentaires

Heures Supplémentaires Heures Supplémentaires La loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a été définitivement adopté par le Parlement le 1 er août et validé par le Conseil constitutionnel le 16 août à l exception

Plus en détail

Des modes de régulation paritaire de la protection sociale et de la formation professionnelle en mutation

Des modes de régulation paritaire de la protection sociale et de la formation professionnelle en mutation Des modes de régulation paritaire de la protection sociale et de la formation professionnelle en mutation Michèle Tallard (CNRS-IRISSO/Université Paris-Dauphine) Catherine Vincent (IRES) Intervention au

Plus en détail

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale Accord collectif de branche du 14 mai 2010 Régime de prévoyance complémentaire Garantie Incapacité de travail Convention Collective Nationale des Chaînes de Cafétéria & Assimilés du 28 août 1998 Entre

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

La FEHAP solde notre convention collective!

La FEHAP solde notre convention collective! SANTÉ SOCIAL La FEHAP solde notre convention collective! Les négociations portant sur la révision de la convention collective, terminées ce 27 juin dernier, se sont traduites par un an de dialogue de sourds,

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé

La généralisation de la complémentaire santé La généralisation de la complémentaire santé istya collectives 7 square Max Hymans - 75015 Paris Numéro ORIAS : 14007239 - www.orias.fr www.istyacollectives.fr Le cadre réglementaire Au plus tard le 1er

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS?

NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS? Club des Repreneurs NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS? CREATEURS D ENTREPRISE Intervenant : Alain Maurey Quelles assurances? PREAMBULE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR (5 e édition. Novembre 2004) ACCORD

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points Guide salariés n o 9 avril 2014 Majorations pour enfants et retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés...

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL SOMMAIRE I) - Les effets de l accord sur les dispositions conventionnelles actuelles :... 3 II) - L exercice d'une activité syndicale

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD LETTRE CIRCULAIRE N 13/11/2008 Paris, le 5 novembre 2008 Aux Délégués Syndicaux Mutualité Aux Secrétaires de Syndicats OSDD Chers

Plus en détail

Les assurances collectives Santé et Prévoyance

Les assurances collectives Santé et Prévoyance CAA P A C I F I C A P R E D I C A Les assurances collectives Santé et Prévoyance Dernières évolutions réglementaires et réponses du Crédit.Agricole Réunion Experts-Comptables du 10 juillet 2014 Page 1

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1688 du 29 décembre 2014 relatif à la mise en œuvre de la réduction générale des cotisations

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS

AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS PREAMBULE Les organisations patronales et syndicales de salariés signataires : - Souhaitent renforcer l attractivité de la

Plus en détail

Propositions de BPCE Dans le cadre d un projet d accord, BPCE propose les points suivants.

Propositions de BPCE Dans le cadre d un projet d accord, BPCE propose les points suivants. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 FÉVRIER 2011 RELATIF À LA NÉGOCIATION ANNUELLE OBLIGATOIRE

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Fiche n 20 : Droit à la représentation collective

Fiche n 20 : Droit à la représentation collective Repères revendicatifs Fiche n 20 : Droit à la représentation collective La CGT propose Le droit pour tous les salariés à une représentation collective quels que soient leur statut, l entreprise et sa taille.

Plus en détail

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie janvier 2004 Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie Cette première fiche a pour objet de montrer l ampleur des questions posées par l assurance maladie et d annoncer les objectifs

Plus en détail

Questions des employeurs

Questions des employeurs Lentilles La MSA vous rembourse à hauteur de 65 %, sur la base d un forfait annuel de date à date, par œil, fixé à 39,48 e, soit 25,70 e (que les lentilles soient réutilisables ou non, journalières ou

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 23 JUIN 2005 RELATIF À LA COUVERTURE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national COMPTE ÉPARGNE-TEMPS DANS LES EXPLOITATIONS

Plus en détail

1- Fin des clauses de désignation : possibilité de recommandation d un ou plusieurs organismes assureurs

1- Fin des clauses de désignation : possibilité de recommandation d un ou plusieurs organismes assureurs Paris, le 12/10/2015 AUX UNIONS DEPARTEMENTALES AUX FEDERATIONS NATIONALES Pour information aux administrateurs : - Retraite et Prévoyance - CNAV, CRAM, CRAV, CGSS Aux membres du Comité exécutif de l UCR

Plus en détail

AVENANT N 53 Convention Collective Nationale des cabinets et cliniques vétérinaires N 3282. Instaurant un article 21 ter relatif au travail de nuit

AVENANT N 53 Convention Collective Nationale des cabinets et cliniques vétérinaires N 3282. Instaurant un article 21 ter relatif au travail de nuit AVENANT N 53 Convention Collective Nationale des cabinets et cliniques vétérinaires N 3282 Instaurant un article 21 ter relatif au travail de nuit ENTRE LES SOUSSIGNÉS : SNVEL Syndicat National des Vétérinaires

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

ACCORD SUR LA GOUVERNANCE DES GROUPES PARITAIRES DE PROTECTION SOCIALE DU 8 JUILLET 2009

ACCORD SUR LA GOUVERNANCE DES GROUPES PARITAIRES DE PROTECTION SOCIALE DU 8 JUILLET 2009 ACCORD SUR LA GOUVERNANCE DES GROUPES PARITAIRES DE PROTECTION SOCIALE DU 8 JUILLET 2009 Le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME),

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Convention d entreprise n 86

Convention d entreprise n 86 relative au régime de remboursement de frais de santé collectif et obligatoire du personnel de la société des Entre la Société, représentée par M. Josiane Costantino, Directeur des Ressources Humaines

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N O

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DES RETRAITES CGT SEMITAN SYNDICAT DES RETRAITES CGT DE LA SEMITAN LA REVOLTE

CONFERENCE DE PRESSE DES RETRAITES CGT SEMITAN SYNDICAT DES RETRAITES CGT DE LA SEMITAN LA REVOLTE CONFERENCE DE PRESSE DES RETRAITES CGT SEMITAN SYNDICAT DES RETRAITES CGT DE LA SEMITAN LA REVOLTE Y a-t-il une différence entre la politique d austérité qu a mené Nicolas Sarkozy envers le monde du travail

Plus en détail

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale PR EM I ER M INI ST R E Gagner la bataille pour l emploi Un nouveau contrat : le Contrat Nouvelles

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

le flash actualité Avril 2014

le flash actualité Avril 2014 le flash actualité Avril 2014 Thème : Conformité des contrats collectifs santé prévoyance retraite Une période transitoire a été instituée par le décret du 9 janvier 2012 pour la mise en conformité des

Plus en détail

La Vie Hospitalière et Sociale

La Vie Hospitalière et Sociale La Vie Hospitalière et Sociale CFTC - Fédération CFTC Santé Sociaux Secteur Medico-Social Supplément au journal n 288 n 2014/ 2, Paris, le 29 Janvier 2014 Tirage au duplicateur au Siège de la Fédération

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté ACCORD RELATIF A L HARMONISATION DES STATUTS DES SALARIES MEDIAPOST TRANSFERES AU SEIN DE MEDIAPOST SA DANS LE CADRE DU RAPPROCHEMENT DES 2 ENTREPRISES Entre les soussignés, Le syndicat C.F.T.C Le syndicat

Plus en détail

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE sociale utilité & transparence financière Au service des Comités d Entreprise Actualité CE Établissement et certification des comptes annuels des Comités d Entreprise

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Agences passées en mode LSB au 31/12/2007, siège et centre d affaires : versement sur la paie de mars 2008.

Agences passées en mode LSB au 31/12/2007, siège et centre d affaires : versement sur la paie de mars 2008. ACCORD SALARIAL 2008 NAO 2007 Entre La Banque Populaire Loire et Lyonnais, dont le siège social est situé à Lyon 3 ème, 141 rue Garibaldi, représentée par Monsieur OLIVIER DE MARIGNAN, Directeur Général

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE Entre les Soussignés : La CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES COLLABORATEURS SALARIES DES CABINETS D ECONOMISTES DE LA CONSTRUCTION ET DE METREURS-VERIFICATEURS DU 16 AVRIL 1993 AVENANT N 8 du 25 Mars 2005 ACCORD DE BRANCHE RELATIF

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE : SOCLE DE LA PROTECTION SOCIALE

LA SECURITE SOCIALE : SOCLE DE LA PROTECTION SOCIALE 1 La Protection sociale, son périmètre d intervention : Santé, vieillesse, survie, famille, maternité, chômage, invalidité, logement, accidents du travail, pauvreté-exclusion sociale et réinsertion professionnelle.

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3339 Convention collective nationale IDCC : 2603. PRATICIENS-CONSEILS DU RÉGIME

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Section fédérale des Organismes Agricoles/MSA

Section fédérale des Organismes Agricoles/MSA Section fédérale des Organismes Agricoles/MSA SECTION FEDERALE DES ORG. AGRICOLES Paris, le 25 mars 2014 Site Internet : www.fecfo-org-agricoles.fr Lettre circulaire n 12/2014 Aux Secrétaires des Syndicats

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Panorama DECRET DU 9 JANVIER 2012 PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE JURIDIQUE POUR LES REGIMES D ENTREPRISES?

Panorama DECRET DU 9 JANVIER 2012 PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE JURIDIQUE POUR LES REGIMES D ENTREPRISES? GRAS SAVOYE PROTECTION COMPLEMENTAIRE & AVANTAGES SOCIAUX Mars La lettre d information des Assurances de Personnes DECRET DU 9 JANVIER PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006. Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire

CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006. Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006 Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire Madame, Monsieur le directeur, L article 113 de la loi

Plus en détail

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé Communiqué de Presse E Information sous embargo jusqu au 4/09 à 9h A trois mois de la généralisation de la complémentaire santé collective Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3015 Convention collective nationale IDCC : 1561. CORDONNERIE MULTISERVICE ACCORD

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO ACCORD DU 23 MARS 2009 Le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), L'Union professionnelle

Plus en détail

2) Qui effectue le remboursement à l employeur? Nous modifions la procédure provisoire mise en place depuis le début de l année. L UD ou la FD qui a

2) Qui effectue le remboursement à l employeur? Nous modifions la procédure provisoire mise en place depuis le début de l année. L UD ou la FD qui a Note concernant la procédure de subrogation des salaires pendant les congés de formation économique sociale et syndicale suite à la loi relative au dialogue social et à l emploi du 17 août 2015. Suite

Plus en détail

Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de la société Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux L adaptation de ce modèle dans chaque entreprise relève de la seule responsabilité

Plus en détail