N 114. FO VAINCRE 94 Organe Officiel de l Union Départementale du Val de Marne. Manifestation du 26 juin non à l austérité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 114. FO VAINCRE 94 Organe Officiel de l Union Départementale du Val de Marne. Manifestation du 26 juin non à l austérité"

Transcription

1 VAINCRE 94 VAINCRE 94 VAINCRE 94 VAINCRE 94 VAINCRE 94 VAINCRE 94 VAINCRE 94 VAINCRE 94 VA FO VAINCRE 94 Organe Officiel de l Union Départementale du Val de Marne Rythmes scolaires Pernod Créteil Fermeture du centre de tri Créteil Manifestation du 26 juin non à l austérité Paul Guiraud Villejuif Réforme territoriale Fusion des universités FO VAINCRE 94 A RETENIR ELECTIONS FONCTION PUBLIQUE 4/12/2014 Mars Juin 2014 Revue Trimestrielle N 114

2 Le compte personnel de formation (CPF) J U R I D I Q U E Le 5 mars 2014, la loi réformant notamment la formation professionnelle par la transposition de l ANI du 14 décembre 2013, avec certaines modifications, a été adoptée. Parmi les innovations issues de cette réforme figure la création d un compte personnel de formation (CPF) en lieu et place du droit individuel à la formation, plus connu sous l appellation «DIF». Qu estce que le compte personnel de formation? Le compte personnel de formation est un nouveau dispositif qui remplacera le droit individuel à la formation (DIF) à compter du 1er janvier Similairement au DIF, il permet à chaque personne d acquérir un capital individuel d heures, en vue d accéder à certaines formations professionnelles. Enfin, le compte est attaché à l individu et non plus au contrat de travail comme l était le DIF. Il le suivra donc tout au long de sa vie professionnelle. Comment puisje disposer d un CPF? Pour disposer d un compte personnel de formation, il suffit d avoir au moins 16 ans et d être en emploi, en recherche d emploi, accompagné dans un projet d orientation et d insertion professionnelle ou d être accueilli dans un ESAT (établissement et service d aide par le travail). Enfin, le CPF est logiquement fermé au départ à la retraite et même en cas d un cumul emploiretraite. Quelles sont les conditions d alimentation de mon CPF? Il faut être en emploi pour que le compte personnel de formation s alimente. Ainsi le CPF est automatiquement alimenté d un crédit déterminé d heures à la fin de chaque année de travail. Il est plafonné à 150 heures cumulables sur 7 ans, à raison de 24 heures par année de travail à temps complet jusqu à l acquisition d un crédit de 120 heures, puis de 12 heures par année de travail à temps complet jusqu à l acquisition de 150 heures. En cas de travail à temps partiel, l alimentation du CPF sera calculée au prorata du temps de travail effectué, sous réserve de dispositions conventionnelles plus favorables. Pourraije utiliser mon compte pour toutes les formations? Non. Le CPF sera obligatoirement utilisé pour des formations permettant d acquérir des compétences attestées (qualification, certification, diplôme) en lien avec les besoins de l économie et la sécurisation des parcours des salariés. Ces formations sont prévues par la loi. Aussi, le CPF pourra aussi être utilisé dans le cadre de la validation des acquis de l expérience. Doisje obtenir l accord de mon employeur pour aller en formation? Pas forcément. En dehors du temps de travail, l utilisation du CPF n est pas soumise à l autorisation de l employeur. Toutefois lorsque la formation doit s effectuer durant le temps de travail ou en partie, le salarié doit demander l accord de l employeur. L absence de réponse de la part de ce dernier sous certains délais (décret) vaut acceptation. Enfin, les heures consacrées à la formation pendant le temps de travail constituent du temps de travail effectif. La rémunération du salarié doit être maintenue. FO VAINCRE 94 Journal trimestriel UD FO 94 ISSN : Union des Syndicats Force Ouvrière du Val de Marne 11/13 rue des Archives CRETEIL CEDEX Commission Paritaire N 0517 S Directeur de la Publication : Marc BONNET Rédaction : le Secrétariat Départemental Réalisation : HN Communication Dépôt légal : 1 er et 2 ème trimestres FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin 2014

3 En guise d'éditorial Rythmes scolaires, réforme ferroviaire, réforme territoriale, pacte de responsabilité Le gouvernement doit retirer ses contre réformes et satisfaire les revendications. En continuant de refuser de répondre aux revendications légitimes des salariés, il porterait entièrement la responsabilité de la dégradation de la situation. Au moment où le gouvernement accélère la mise en oeuvre du «pacte de responsabilité» et de ses 50 milliards d'euros de coupes dans le budget de l'etat, des collectivités locales et de la protection sociale, Au moment où le projet de réforme territoriale supprimant les départements et créant 14 superrégions, menace tous les services publics, Au moment où le chômage continue de croître de 0.4% en mai dernier avec près de demandeurs d emploi dans le Val de Marne, frappé lui aussi par les conséquences de la politique économique et sociale du gouvernement Hollande/Ayrault/Valls, Les enseignants des écoles du département sont massivement en grève et rassemblés ce jeudi 19 juin devant la préfecture à l appel de leurs syndicats SNUDIFO, SNUIPPFSU, SUD Education, CGT Educ action, SEUNSA avec les agents territoriaux à l appel des syndicats FO et CGT pour exiger que les décrets Peillon et Hamon sur les rythmes scolaires ne soient pas mis en place à la prochaine rentrée. Les cheminots à Villeneuve St Georges comme dans toute la France sont en grève depuis plus de huit jours avec leurs syndicats CGT, FO et SUD, pour le retrait de la réforme ferroviaire aux conséquences semblables à ce qui s'est passé avec la défunte administration d'etat des PTT, transformée aujourd'hui en sociétés anonymes LA POSTE et ORANGE, avec du personnel contractuel précaire, ce qui a affaibli les personnels fonctionnaires et leur statut. Depuis le 2 juin, par la grève, les agents hospitaliers de l hôpital Paul Guiraud à Villejuif refusent d'être les vecteurs d'ajustements budgétaires imposés par la ministre Touraine et l ARS et ont été manifester au ministère le 17 juin pour le maintien de la journée de 8 heures et contre la suppression de 9,5 jours de RTT, Les postiers du centre de tri de Créteil sont aussi en grève aujourd hui à l appel de leurs syndicats FO, CGT,SUD et manifestent également ce jeudi contre la fermeture annoncée de leur centre et une possible délocalisation sur Wissous des 400 emplois, Enfin les salariés de Pernod Créteil sont fortement inquiets du plan d'économies de 150 millions et la suppression de 160 emplois dont certains relocalisés à Marseille alors que l'entreprise a conclu un accord sur les contrats de génération il n y a pas si longtemps. L'Union Départementale FO 94 est aux cotés des enseignants qui exigent l abrogation des décrets Peillon et Hamon qui territorialisent l école. Elle est aussi aux côtés des cheminots dont elle soutient la grève et dénonce la campagne honteuse qui prétend que les lycéens qui passent leurs examens seraient menacés par la grève des cheminots qui défendent leurs légitimes revendications. C'est le gouvernement, qui menace le bac et l'enseignement par ces mesures (multiplication des contrôles en cours de formation, territorialisation de l'école et aujourd'hui des programmes, démantèlement des statuts nationaux et des obligations de service définies nationalement) ses contre réformes (rythmes scolaires, réforme territoriale, etc..) et en refusant de retirer son projet de loi de réforme ferroviaire. L Union Départementale FO est aux côtés des hospitaliers de Paul Guiraud, aux côtés des postiers du centre de tri de Créteil, aux côtés de tous les salariés. Elle apporte son soutien total aux actions engagées pour le maintien des services publics et des statuts, de tous les emplois, pour obtenir de bonnes conditions de travail et contre toutes les tentatives de remise en cause des acquis des salariés qui découlent aujourd hui du pacte de responsabilité et qui portent atteinte au service public. Dans la continuité des actions du 18 mars, 1er mai, et 15 mai 2014, et à la veille de la Conférence Sociale, FORCE OUVRIERE veut faire entendre sa voix et ses revendications en opposition avec le TSCG, le Plan de stabilité, le pacte de responsabilité que la Troïka (Union Européenne FMI BCE) impose dans toute l Europe et qui conduit les travailleurs à vivre douloureusement leurs applications conduisant à la précarité, au chômage et à la misère. En France, les gouvernements successifs ont relayé avec zèle ce que l Union Européenne leur demandait de faire, particulièrement en matière d économies de gestion : cela s intégre totalement dans le pacte de responsabilité du gouvernement Hollande Valls Sapin. C est aujourd hui la destruction d emplois y compris dans les trois fonctions publiques. Ce sont des répercussions désastreuses sur la Sécurité Sociale, l Hôpital, l Éducation Nationale mais également sur l ensemble des services publics. C est encore la désindustrialisation qui se poursuit entrainant chaque jour son lot de délocalisations et de licenciements. Cette politique entraine le blocage des salaires, des retraites et des minima sociaux occasionnant chaque jour un peu plus de difficultés pour vivre. STOP! L'UD FO 94 est solidaire des syndicats FO engagés dans l'action. Le gouvernement porte totalement la responsabilité de la dégradation de la situation.les cheminots ne sont pas isolés. L'heure est à la mobilisation des salariés du public et du privé pour : l abandon de la réforme PeillonHamon des rythmes scolaires, le retrait du projet de loi ferroviaire, l abandon de la réforme territoriale, le retrait du pacte de responsabilité et de toutes les mesures prises en son nom, l augmentation générale des salaires, sauver les services publics, les hôpitaux et la sécurité sociale qui sont menacés par les mesures gouvernementales. L Union Départementale FO du ValdeMarne sera présente à la manifestation interprofessionnelle pour soutenir les cheminots, qui partira jeudi 19 juin à 11h30 de Montparnasse (Place du 18 juin) pour se rendre à Invalides. Créteil le 19 juin 2014 (communiqué UD FO 94) FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin

4 Le VAL DE MARNE attaché à son département. R E F O R M E T E R R I T O R I A L E Dans le cadre de la mission d'information et d'évaluation mise en oeuvre par le conseil général du val de marne et son président C. FAVIER, les organisations syndicales ont été auditées le lundi 3 mars dernier par la Commission. Elle s'est réunie à 19 reprises et a procédé à l audition de 77 personnes au travers d entretiens et de tables rondes. La mission a rencontré les principaux acteurs politiques concernés, les représentants syndicaux ainsi que des experts dans les secteurs de l économie, des sports, de l éducation, de la culture, du droit. Son objectif : enrichir le débat citoyen autour du projet de suppression des départements, notamment en petite couronne, en évaluer les impacts et faire des propositions sur l organisation institutionnelle territoriale. L'union départementale FO 94 s'est exprimée au travers d'une contribution, son secrétaire général ayant un évènement familial grave appelé au chevet de son papa : Contribution FORCE OUVRIERE VAL DE MARNE suppression des départements : Métropole Grand PARIS autour des départements 75/92/93/94 Réclamé à cor et à cris par l U.E., qui veut imposer le modèle fédéral allemand partout, porté par le MEDEF, qui réclame honteusement «la suppression des communes et des départements» (P. Gattaz), un projet monstrueux de «métropolisation» du territoire national prend forme. Complétant les lois dites de décentralisation qui ont transféré un nombre croissant de compétences aux régions et eurorégions «transfrontalières», structures supracommunales imposées qui réduisent les compétences des communes, il s agit, pour le pouvoir, de mettre en place d énormes agglomérations qui signeraient la mort des départements et qui achèveraient de dessaisir les citoyens, et spécialement le monde du travail, de toute influence sur les décisions locales. Au nom de la défense des services publics et de la fonction publique d Etat, hospitalière et territoriale, il convient de rejeter ces métropoles dont le but est de parachever la cure d amaigrissement forcée et massive de la fonction publique (RGPP et MAP) et qui vise à son désossage en règle (notamment, «rationalisation» et «concentration» de moyens publics dans les «villescentres») ; Cela comporte un danger majeur pour les emplois, les statuts, les conditions de travail des personnels. Ce projet de loi «acte III de la décentralisation» intitulé «de décentralisation et de réforme de l action publique» est en cours d adoption au Parlement. Ce projet vise à donc dépecer la nation au profit de «l Europe des régions», à éclater la République en «métropoles» concurrentes instaurant des droits différents. Son application remettrait en cause tous les principes d égalité dans l accès aux services publics nationaux. Il accélérerait leur privatisation sous toutes ses formes. Ce projet de loi touche aux principes même de la démocratie, du droit des communes à s associer et à se dissocier librement dans le cadre d une intercommunalité librement consentie. Tous les titres de la fonction publique, fonction publique d État, territoriale et hospitalière sont menacés par les transferts de compétences, la territorialisation et l inter ministérialité. Au moment où L acte III de la décentralisation est finalisé, l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) invite le gouvernement français à accélérer la fusion des communes et à prononcer la suppression pure et simple des départements. Selon l OCDE cette opération générerait des «économies d échelle substantielles» Démanteler la République et la fonction publique pour réaliser des «économies substantielles» dans le cadre d une réduction de 4,5 milliards des dotations de l Etat aux collectivités territoriales, telle est bien la logique de la mise en application du TSCG que le gouvernement français a fait ratifier à l automne dernier. Sans entrer dans le détail du Grand Paris, il convient quand même de noter que : La Métropole du Grand Paris sera créée au 1 er janvier 2016, 9 mois après les élections municipales (ce qui n est pas sans conséquence). Elle sera constituée de La ville de Paris, de 4 FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin 2014

5 toutes les communes des trois départements de la petite couronne, des communes de grande couronne membre d EPCI (Communauté d Agglomération) qui sont à cheval sur la grande et la petite couronne, avec : 1 délégué par commune + 1 délégué par tranche de habitants en sus de ¼ des membres désignés par le Conseil de PARIS. Des Conseils de Territoire, d au moins habitants auront localement un avis consultatif à donner, et pourront se faire déléguer une partie des prérogatives de la Métropole sur leur territoire. Mais ils n auront aucun budget ni personnel propre. La Métropole du Grand Paris sera un Etablissement Public de Coopération Publique, qui viendra en remplacement des actuelles Communauté d Agglomération qui seront purement et simplement supprimées. Avec pour compétences obligatoires : Création, aménagement et gestion des zones d aménagement économiques, industrielles et commerciales, tertiaires, artisanales, touristiques, portuaires ou aéroportuaires ; Aménagement de l espace métropolitain, notamment par la mise en place d un Plan Local d Urbanisme en lieu et place des PLU existants; création et réalisation des Zones d Aménagements Concertées, constitution de réserves foncières ; Mise en place d un Plan Local d Habitat en lieu et place des PLH existants : politique du logement, octroi des aides financières au logement social, aide en faveur du logement social, réhabilitation des logements insalubres. En clair, les communes sont dépossédées de l essentiel de leurs compétences en terme d Urbanisme et de Logement ; deux de leurs prérogatives les plus importantes. La Métropole pourra également exercer les compétences optionnelles suivantes, si un intérêt métropolitain est manifeste : Construction, aménagement, entretien d équipements culturels, socioculturels, socioéducatifs et sportifs ; Création, aménagement et entretien de la voirie ; Dispositifs locaux de prévention de la délinquance, Service d intérêt collectif : eau, assainissement, collecte, élimination et valorisation des déchets en lieux et places des nombreux syndicats intercommunaux existants ; Politique de transition énergétique et de lutte contre la pollution de l air ; On le voit bien cette dernière refonte des territoires risque de peser lourd sur l ensemble des services publics et sur les emplois dans nos collectivités. Par ailleurs avec ce niveau de la METROPOLE, on éloigne le niveau décisionnel au plus près du citoyen et de l'usager des services publics, tels les assurés sociaux et les allocataires, ce qui rendra les relations contractuelles avec les deux caisses CPAM et CAF 94, différentes loin des relations actuelles plus proches avec le Conseil Général (partenariat, conventions, financement...). Cela posera également une approche différente du paritarisme de gouvernance dans lesdites caisses, avec un notion du territoire plus vaste, quid de la représentation des acteurs sociaux et économiques du terrain, les employeurs et les syndicats du département. Créteil le 3 mars 2014 Voeu adopté par le Conseil général le 16 juin dernier à l'issue de la mission : Considérant l ensemble des travaux de la mission d information et d évaluation portant sur la suppression des départements de petite couronne et sur l organisation institutionnelle qui s est réunie à 19 reprises, a auditionné 77 personnalités et a adopté à l unanimité son rapport. Considérant l utilité des politiques publiques départementales, soulignée dans ces auditions, au service de la qualité de vie des populations et du dynamisme des territoires. Et en particulier : l atout démocratique que constitue l Assemblée départementale. le rôle fédérateur du Conseil général pour l élaboration et le portage des grands projets structurants du territoire (Orbival et projet de métro du Grand Paris Express, grands projets de transport, grandes opérations d aménagement ) et dans les partenariats noués avec les communes et avec la Région. les actions menées à haut niveau d engagement financier en faveur de l intérêt général, du pouvoir d achat, du développement territorial et de l emploi tant dans les champs de compétences légales qu au titre de la clause de compétence générale (solidarité en faveur des personnes âgées, handicapées, en situation d exclusion sociale, protection de l enfance, prévention spécialisée, 82 centres de PM I, 76 crèches, remboursement de 50% de la carte Imagine R, prise en charge de la carte Améthyste, réseau des 21 parcs départementaux, ordinateurs mis à disposition de tous les collégiens, entretien et construction des 104 collèges, entretien et réalisation des routes départementales, participation décisive aux projets de transports, soutien au développement économique et à l emploi, soutien au développement durable, soutien à la vie associative, à la création et au développement de la vie culturelle et sportive ). la proximité et la réactivité du service public départemental. Considérant l absence de débat public et d étude d impact au projet de suppression des départements. Considérant que l argument de réduction de la dépense publique ne peut constituer le point d entrée dans une réforme des collectivités territoriales et n est pas démontré. Considérant les vives inquiétudes manifestées par les agents départementaux, L Assemblée départementale, Réaffirme, en l état actuel du débat, l utilité et la pertinence du Conseil général du ValdeMarne et des politiques publiques qu il développe comme collectivité territoriale de la République, FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin

6 Rejette en conséquence sa disparition, Préconise l organisation, sur l ensemble du territoire national, d un grand débat public associant élus, citoyens et acteurs économiques, associatifs, institutionnels et sociaux contribuant à construire une nouvelle étape de la décentralisation en renforçant les missions des collectivités locales et en les dotant des moyens leur permettant de les exercer au plus près des populations et de leurs intérêts. Le voeu a été voté à la majorité. Le Front Gauche, le PS et l UMP ont voté POUR. Les écologistes, centristes et sansétiquette se sont abstenus et personne n a voté contre. Représentation du personnel : ce que change la loi formation Quelles sont les conditions pour pouvoir désigner un représentant syndical au CE? L'obligation d'avoir au moins deux élus au CE dans les entreprises d'au moins 300 salariés est supprimée. Il suffit désormais qu'un syndicat soit représentatif dans l'entreprise ou l'établissement pour pouvoir le faire. Quelles sont les modifications concernant l'organisation des élections? Pour les élections du CE et des DP, il est instauré un délai de 15 jours entre l'invitation à négocier l'accord préélectoral adressée par l'employeur aux syndicats intéressés et la date de la première réunion de négociation, afin de limiter le contentieux. Dans le cas d'un renouvellement de l'institution, l'invitation est adressée aux syndicats deux mois (contre un mois jusqu'ici) avant l'expiration des mandats en cours. Si l'administration est saisie en vue de la reconnaissance d'établissements distincts, le processus électoral est suspendu et les mandats sont prorogés. Quelles sont les modifications concernant le mandat de délégué syndical? Tout syndicat représentatif peut désigner un DS, même si aucun candidat n'a obtenu personnellement 10 % des voix au premier tour des élections professionnelles (article L du code du travail modifié). Il est également possible de désigner un DS dans le cadre d'un périmètre inférieur à celui de l'établissement lorsqu'il existe "une communauté de travail ayant des intérêts propres susceptibles de générer des revendications communes et spécifiques". Par ailleurs, il est précisé que le mandat de délégué syndical prend fin au plus tard lors du premier tour des élections suivantes (article L du code du travail modifié). Loi du 5 mars 2014 JO du 6 mars Salut à toi, Marc Tu as porté haut les couleurs de la CGTForce Ouvrière. Tu as contribué à ce que les militantes et les militants soient fiers de leur organisation. Tu as défendu bec et ongles la liberté et l indépendance, pour le syndicat comme pour toimême. Tu n as laissé personne indifférent. Les réactions à ta disparition en témoignent, ceux avec qui tu as été en conflit ou en désaccord chez les responsables politiques ont reconnu ta détermination, tes convictions, ton attachement à la liberté et à l indépendance. Les messages sont nombreux, y compris au niveau international de la part de camarades qui ont notamment tenu à souligner ton rôle au Bureau international du travail. Aujourd hui, nombreuses et nombreux sont les militantes et militants de Force Ouvrière qui se sentent orphelins. Dans la négociation comme dans l action, tu as assumé clairement tes responsabilités de «mandaté n 1». Force Ouvrière sans Blondel n aurait pas été Force Ouvrière. Aujourd hui, nous te rendons hommage. Nous boirons également un coup pour cacher notre tristesse. Tu n es plus là mais tu seras toujours là. Pendant dixneuf ans je fus ton assistant direct. Les anecdotes, les événements, les joies et les peines se bousculent dans mes souvenirs. Complices, complémentaires, confiants, nous le fûmes assurément. Tu m as beaucoup appris. La première fois que nous nous sommes vus c était en 1974, j étais étudiant. Nous avons refait le monde et tu as été déterminant dans mon adhésion à la CGTForce Ouvrière. Je ne fus pas le seul. Tu savais entraîner, convaincre, former. Cela n empêchait pas les débats, bien au contraire. L étiquette que tu revendiques c était celle de militant syndicaliste. J ajouterai celle de laïque et de républicain. Il y a des empreintes qui ne s effacent pas. C est le cas de la tienne. Je t embrasse affectueusement et je pense à ton épouse «cacahuète», à tes filles, Dominique et Corinne, et à tes petitsenfants. Salut Marc. Nous ne te disons pas merci, ça t énerverait. JeanClaude Mailly, Secrétaire général 21 mars 2014 A mon père Joseph, décédé le 7 mars 2014 d'un mal incurable, la maladie l'a emportée dans sa 82 ème année ; au travers de ces quelques lignes, permettez moi de lui rendre hommage en se souvenant des bons moments passés ensemble, postier et syndicaliste, bénévole associatif et membre du CCAS communal de Jussac, homme à l'écoute de tous, discutant et prêt à aider, tant dans le sport et son foot favori que les associations, donneurs de sang, familles rurales,...avec ses passions du jardinage, de la pêche, de la ferme comme de nos belles montages cantaliennes et ses fromages sans oublier sa chasse aux champignons et aux cèpes... Remerciements aux nombreux messages et témoignages de sympathie des camarades et militants pour le décès de Monsieur Joseph Bonnet. ADIEU PAPA 6 FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin 2014

7 Fusion des Universités de Créteil et de Marne la Vallée Le Syndicat des Personnels de la Recherche et des Etablissements d Enseignement Supérieur FO94 (SNPRESS) d UPEC et du ValdeMarne est résolument CONTRE la fusion entre l UPEC (Université Paris Est Créteil) et l UPEM (Université Paris Est Marne la vallée), qui engendre une mise en commun de la politique d austérité laquelle prépare suppressions d établissements, de composantes, d enseignements et de postes. Devant cette «communauté d universités et d établissements/cue", ainsi que la perspective de fusion des deux universités, le syndicat SNPRESS s'est exprimé résolument contre lors de la concertation car après les déficits des universités créés par la loi LRU 1, la régionalisation par la loi LRU 2 s'avance : La loi LRU de 2007 a provoqué la mise en déficit des Universités en leurs transférant la charge de la masse salariale de leurs fonctionnaires d Etat, sans transférer les budgets correspondants. La loi LRU 2 de Mme Fioraso maintient ces dispositions et ouvre la voie à cette fusion. Toutes les Universités prennent des mesures d austérité. Ainsi le CA de l Université de Montpellier 3 a annoncé la fermeture de l antenne de Béziers (700 étudiants)! Le déficit budgétaire de l Université MarnelaVallée s élève à environs 2 millions d euros (pour étudiants), malgré 5% de suppression d heures de cours et 2,5% de réduction de budget des services centraux (vote de CA). Et le coût engendré par le processus de fusion? (Et le coût humain du stress?) Ces pertes seraient mutualisées entre UPEC et UPEM. Et même si l UPEC n est pas en déficit, des réductions drastiques ont été exigées dans les enseignements. L Université fusionnée resterait en déficit, entrainant des pressions pour réduire davantage les dépenses. La loi LRU2 (juillet 2013) avec les CUE organise la régionalisation de l Enseignement Supérieur et de la Recherche avec un pilotage par les collectivités territoriales et le secteur privé. C est le désengagement financier massif de l État et une dislocation de l Université laïque et républicaine et de la recherche publique. Une fusion pour démanteler les établissements, les disciplines et la recherche indépendante? Aucune garantie d aucune sorte n est donnée aux personnels de l UPEC! Les Universités autonomes gèlent de nombreux postes alors que la charge de travail est de plus en plus lourde. A l UPEC, par exemple, le service DRH doit faire au mieux, à effectifs constants, à de multiples tâches effectuées autrefois au Ministère. Il en est de même pour les procédures financières plus complexes. Le redéploiement de postes et le repyramidages à l UPEC se font systématiquement au détriment des services administratifs et techniques. Aucune garantie n est donnée pour améliorer ces conditions de travail et de carrière, ni par exemple de remboursement de frais de déplacement d enseignants pour enseigner à l UPEM. Toutes les fusions qui ont eu lieu (Strasbourg, Nancy, Marseille) ont abouti à des mutualisations, licenciements de contractuels, fermetures de composantes Suite à la fermeture d UFR (et malgré la promesse qu il n y aurait «aucune mobilité forcée») des personnels d AixMarseille doivent faire désormais une heure et demie de route pour se rendre au travail. Quant aux étudiants de l UPEC94 n irontils pas tout simplement dans une Université au centre de Paris, si possible, plutôt que de voyager d un site à l autre? La fusion menace l existence de tous les UFR, laboratoires de recherche, établissements du CUE ParisEst hors périmètre, au sein des Universités UPEC et UPEM et de leurs composantes, mais aussi au sein des universités de ParisEst et de tous les établissements d Enseignement Supérieur de ParisEst. MOBILISATIONS EN VAL DE MARNE Le SNPREESFO d UPEC revendique : le maintien de tous les établissements, de toutes les UFR, de toutes les disciplines, de la recherche dans tous les domaines, de tous les postes de fonctionnaire d État, pas de «masters mutualisés» le maintien des contractuels actuellement employés, et l attribution par l État des moyens nécessaires au fonctionnement des établissements l'etablissement de Cahiers de revendications chiffrés et précis par service, pour chaque personnel. La meilleure garantie pour l avenir est la mobilisation autour de nos revendications actuelles! LE SNPREESFO DEMANDE L ABANDON DU PROJET DE FUSION UPECUPEM. FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin

8 Le syndicat des instituteurs et directeurs des écoles (Snudi fo 94) persiste et signe dans l'opposition à la réforme PEILLON/HAMON des rythmes scolaires : rassemblement devant l'inspection académique le 4juin malgré la pluie battante, rassemblement de 1000 personnes, professeurs des écoles, agents territoriaux, parents d'élèves et élus locaux de MaisonsAlfort, de Limeil, de Vitry, de Villejuif, de Bonneuil, de Valenton, de Noiseau, de St Maurice, d Ivry, de Villecresnes, de Champigny, de VilleneuveStGeorges, de l Hay, de St Maur devant la préfecture lors du CDEN94 du 19 juin pour exiger la suspension de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires dans le ValdeMarne. Déclaration commune ValdeMarne SNUippFSU, SNUDIFO, SUD Education, CGT Educ action, CNT CGT Territoriaux, FO Territoriaux, FCPE et PEEP Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame l'inspectrice d'académie C'est un fait, les conditions de travail des personnels et les conditions d'apprentissage des élèves seront très dégradées si cette réforme est mise en œuvre à la rentrée dans notre département. A 15 jours des congés d'été des élèves et des personnels, la mise en place des rythmes scolaires dans nos écoles désorganiserait les écoles ; elle serait catastrophique pour tous : élèves, enseignants, agents territoriaux, familles. La rentrée ne doit pas, ne peut pas se dérouler dans ces conditions! Pour ne pas désorganiser les écoles ; Dans l'intérêt des élèves et des personnels ; Pour que l'école Publique remplisse ses objectifs pour tous les élèves ; Pour le respect des droits statutaires des personnels, de leur métier et de leurs conditions de travail, La raison doit l'emporter, Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame l'inspectrice d'académie vous pouvez, vous devez décider à titre conservatoire de suspendre la mise en place des rythmes scolaires à la rentrée prochaine dans l'ensemble des écoles du ValdeMarne. Nos organisations invitent, plus que jamais, les Maires à rester aux côtés des enseignants, des agents territoriaux et des parents en ne s'engageant pas dans la mise en œuvre des nouveaux rythmes et par conséquent à ne transmettre aucun projet d'organisation du temps scolaire à Madame l'inspectrice d'académie ou si un projet a déjà été transmis, à le retirer. Rythmes scolaires, ni en 2013, ni en 2014 Une déclaration commune signée par le SNUIPP, le SNUDIFO, SUD, la CGT, la CNT, les syndicats CGT et FO des territoriaux, la FCPE et la PEEP approuvée à l unanimité par les participants a été lue en préalable dès l ouverture du CDEN. Lors du CDEN, le Préfet, contre l avis de la majorité des organisations, a imposé un vote consultatif sur le nouveau règlement type départemental visant à mettre en place les rythmes scolaires. Conformément à l engagement que nous avons pris, le SNUDIFO a demandé que soit ajoutées au règlement type les phrases suivantes : «A titre conservatoire, la mise en place des rythmes scolaires est suspendue dans les écoles du Val de Marne à la rentrée de septembre 2014 ; les horaires et jours de fonctionnement des écoles sont identiques à ceux de l année ». Le Préfet a refusé d intégrer cet amendement pourtant soutenu par l ensemble des organisations signataires de la déclaration. Le vote sur le règlementtype s est donc réduit à un vote pour ou contre l application des rythmes dans le département à la rentrée prochaine. Résultat du vote (le règlement type a été très largement rejeté par le CDEN mais il s'agit d'un vote indicatif) : CONTRE : FSU/FO/SUD/FCPE/PEEP POUR : SeUNSA/CFDT!!! Le point suivant était consacré à la présentation et au vote sur les projets d organisation du temps scolaire mettant en place les rythmes dans le département. D après l IA et le Préfet, 32 communes auraient transmis un projet jusqu à hier soir. pourtant, à la sortie du CDEN des élus de plusieurs de ces communes ont contesté cette information (Vitry, Champigny ). Quoi qu il en soit au moins un tiers des communes n ont rien transmis et le préfet a été dans l incapacité d acter les horaires et jours de classe pour l ensemble du département. Il a soumis au vote (consultatif) des horaires, présentés dans un grand flou et avec plusieurs erreurs et imprécisions (il a été impossible de savoir si les projets déposés dans le cadre du décret Hamon ont effectivement reçus l aval des conseils d école et ont été validés par la Rectrice!). Le préfet a annoncé qu un nouveau CDEN serait réuni le 3 juillet (donc un nouveau délai qui témoigne de l impuissance à faire effectivement appliquer les décrets). Les communes pour lesquelles des projets ont été déposées peuvent donc faire marche arrière et retirer le projet déposé! Rien n est joué : on ne lâche rien!!! Les résultats du vote (le CDEN a encore rejeté très largement les propositions) : CONTRE : FSU/FO/SUD/FCPE/PEEP ABSTENTION : SeUNSA/CFDT POUR : Ligue de l enseignement En parallèle, une délégation composée d'élus des 15 communes présentes au rassemblement, des syndicats enseignants SnuippFSU/SnudiFO/SUD/CGT/CNT/UNSA et des syndicats des territoriaux CGT et FO, de la FCPE et de la PEEP a été reçue par les deux sous/préfets, le Secrétaire général adjoint du Préfet, l IAAdjoint et l adjoint au Recteur d Académie. La délégation s est largement exprimée et comme l a dit un représentant des territoriaux CGT de Vitry «autour de cette table, il y a l unanimité contre cette réforme quelle que soit l étiquette politique», la représentante du Maire de VilleneuveStGeorges rajoutant «il est temps d arrêter le massacre!» et celle de Valenton «ce décret est une honte!». 8 FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin 2014

9 La représentante du Maire de MaisonsAlfort a fait état de 3 pétitions adressées au Maire de la commune et signées par 85% des enseignants lui demandant de ne pas mettre en place cette réforme dans la commune. Tous les intervenants ont demandé que la réforme ne soit pas mise en place à la rentrée. A l issue du CDEN, les organisations signataires de la déclaration ont appelé les collègues à la signer et à la faire signer massivement dans les écoles et auprès des parents d élèves, qui préparent déjà la rentrée scolaire de septembre La rentrée ne se fera pas dans ces conditions chaotiques et désastreuses! Paul Guiraud Villejuif : non à la remise en cause des RTT Depuis le 2 juin, les personnels de Paul Guiraud Villejuif avec les syndicats sud/cgt/fo/unsa ex cdft refusent la suppression de 9 jours artt sous couvert de réduction de moyens imposés par l'igas afin de rechercher des économies d'équilibre de l'hôpital psychiatrique Au delà des piquets de grève, voire occupation de locaux, le syndicat FO PGV a soutenu toutes mobilisations avec l ensemble des organisations syndicales du GHPG pour porter haut et fort les revendications des salariés. FO a soutenu toutes actions de mouvements de grève menées contre la direction, en faisant respecter le droit de grève tout en protégeant les salariés, afin d'éviter ou s'exposer aux assignations en référé devant le TA MELUN et les pressions judiciaires. Aussi avec l'appui de la Fédération SPS FO, les salariés du GHPG ont été devant le ministère de la santé, exposé leurs revendications. La situation budgétaire de cet établissement hospitalier, comme beaucoup d autres, est extrêmement difficile, la seule solution prônée par les pouvoirs publics pour revenir à l équilibre financier est d utiliser les personnels comme variable d ajustement, en l occurrence, en remettant en cause l accord local sur la réduction du temps de travail négocié et validé en 2002, et ceci en imposant une nouvelle organisation de la journée de travail ainsi que la suppression de 9,5 jours de RTT. Les organisations syndicales de l établissement ont donc demandé au Ministère de la Santé des Affaires sociales, de garantir le respect et le maintien du contenu du protocole d accord de 2002, et d octroyer à cet établissement un rebasage budgétaire leur permettant de retrouver un équilibre de fonctionnement. Tout ce petit monde, direction et tutelle, font la sourde oreille à nos demandes, et veulent mettre en place très vite les 7h36 et le gel de 9,50 ATT. C EST NON ET PAS NEGOCIABLE! Le syndicat Force Ouvrière PGV sera toujours à l écoute et présent pour porter vos revendications et de faire respecter dans votre intérêt les droits du salarié, dans toute mobilisation à condition de demeurer dans l'exercice du droit de grève sans débordement ni exaction. La raison doit l'emporter après un mois de lutte et la direction suspendre cette réorganisation du temps de travail. Non à la fermeture du centre de tri de Créteil Les personnes postiers de Créteil de centre de tri (plate forme industrielle courrier/pic) refusent ce traumatisme social et humain d'une fermeture du site avec la suppression de leurs 393 emplois, car LA POSTE entend vendre et transférer les agents vers Wissous, Lognes ou autres reclassements. En région parisienne, les défunts centre de tri seraient donc concentrés sur 2 pôles industriels Paris nord Gonesse et Paris sud Wissous. Au passage la desserte matinale des bureaux de poste sera plus tardive donc une distribution du courrier dans la journée à redouter pour les facteurs et les usagers, comme la concentration du départ courrier à des heures de levée ramenées plus tôt dans la journée que ce qui existe 20h/22h et même 23h pour le val de marne avec la dernière levée à Créteil ctc/pic. Ainsi le 19 juin, 80 postiers se sont rassemblés devant le centre à l'appel des 4 organisations cgt/fo/solidaires et cfdt condamnant tant la fermeture en 2015 annoncée le 11 juin dans une forme lapidaire que la méthode sociale où les agents devraient aller se «vendre» avec CV à l'appui à trouver un reclassement. Or LA POSTE vit aujourd'hui un affaiblissement du trafic courrier avec une réorganisation de son réseau postal où les facteurs subissent de plein fouet des suppressions d'emploi ou des regroupements en PPDC /plaque distribution courrier sur plusieurs communes. Encore une fois, La Poste taille dans le dur par deux annonces de fermetures de PIC Arras et Créteil d'ici 18 mois. Deux nouvelles fermetures de PIC/CTC qui s'ajoutent aux 11 déjà programmées au motif de l'adaptation du réseau industriel à la baisse du trafic! En pleine refonte de sa stratégie postale, de la mise en œuvre de la nouvelle gouvernance, La Poste poursuit inlassablement sa politique de démantèlement de son réseau industriel et de casse des emplois! Ce sont près de 400 agents qui seront sur le carreau, lesquels aujourd'hui s'interrogent comme leurs collègues des autres PIC/CTC sur leur devenir professionnel et de leur vie familiale. Comme par hasard, le projet de la mairie de Créteil qui oppose d'ailleurs celle de Maisons Alfort depuis quelques années, a comme ambition de récupérer les 6 hectares de PERNOD et de construire avec Bouygues immobilier, un nouveau quartier de 1700 résidents, 579 logements et 166 résidences étudiantes autour d'un espace commercial de 2329 m2 (projet GIZEH), sans oublier la fermeture de la plateforme de tri coliposte de Créteil Pompadour en Le changement de statut, administration d Etat en Société Anonyme se paye cash! Peutêtre la proximité du projet immobilier atelle dopée une valorisation foncière des terrains? Pour le syndicat FO COM 94 LA POSTE, la revendication syndicale est claire : maintien du site et des activités postales, maintien des emplois, interventions auprès des élus locaux, préparation de la riposte et de la mobilisation, rencontre avec les agents,... FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin

10 Pernod : 156 postes sur le carreau Pernod Ricard se réorganise et supprimerait 60 emplois à Créteil, 66 délocalisés à Marseille avec le rapprochement de fonctions support, ressources humaines, finances, comptabilité, moyens généraux. Pour information, le groupe PERNOD RICARD emploie 850 personnes à Marseille (Ricard) et 690 à Créteil (Pernod), personnes à travers le monde et salariés en France; on parle même dans certaines rumeurs de la moitié des effectifs cristoliens touchés voire un possible transfert du siège Pernod à Marseille! Dans le contexte du chômage en hausse 0.4% en avril et 0.7% en mai, un chiffre val de marnais de demandeurs d'emplois toutes catégories confondues, chiffre jamais atteint dans le val de marne mais proche des personnes, ce n'est pas la conférence sociale de juillet qui va sauver la croissance et relancer l'économie. Les mesures d'assouplissement ou d'allègement du cout du travail ou le pacte de responsabilité des 50 milliards avec ces mesures d'austérité vont au contraire augmenter et fragiliser encore plus les couches populaires, consacrer la smicardisation de travailleurs pauvres (powers workers), accroitre la paupérisation, la précarité et la pauvreté salariale tant les ponctions sociales seront supportées par le salarié ou le consommateur. Apres les mobilisations du 18 mars, du 1er mai, du 15 mai pour la fonction publique, du 3 juin pour les retraités et la dernière du 26 juin, le moment est vraiment dans la construction du rapport de force unitaire et d'une mobilisation efficace à infléchir la politique gouvernementale pour : Refuser le pacte de responsabilité (pacte d austérité), qui s inscrit dans un projet de société profondément inégalitaire qui va produire des effets négatifs pour l emploi. Pour le maintien du financement de la Sécu et de toute la protection sociale basé sur les cotisations sociales des salariés et des employeurs. Une politique créatrice d emplois stables et statutaires qui rompt avec les cadeaux faits au patronat et aux actionnaires. L augmentation des salaires, des retraites et des minima sociaux pour toutes et tous afin de relancer la consommation étranglée par l austérité qui aggrave le chômage et la précarité. L arrêt des coupes drastiques dans les budgets, le maintien, le développement des services publics. L arrêt de toutes les exonérations consenties au patronat, qui n ont pas fait la preuve de leur efficacité. BULLETIN D ADHESION Nom :... Prénom :... Nom de jeune fille :... Né(e) le :... Lieu de naissance :... Nationalité :... N de Sécurité Sociale :... Adresse personnelle :... Code postal :... Localité :... Immeuble privé Immeuble OPHLM/OPAC Autre Profession :... Entreprise :... Adresse de l entreprise : Code postal :... Code A.P.E. :... Tél. Trav. :... Tél. Dom. :... A retourner à UD FO 94 11/13 Rue des Archives Créteil Cedex Tél. : Fax : e mail Date & Signature 10 FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin 2014

11 Vous avez dit management? Mais c'est vraiment sans aucun... ménagement!... Et pour personne! Les faits sont têtus, et d'une constante décidément incontestable! En l'espèce, il s'agit bien là, du mal être de l'encadrement. Et il ne s'agit pas d'un quelconque "marronnier", prétendument médiatique! De rapports, en analyses, de parutions en baromètres, la coupe est véritablement pleine, et les désordres collatéraux en sont le signe, alarmant! Car le phénomène concerne désormais l'ensemble de la ligne hiérarchique en terme de répercussions! Des invariants Les prémices auraient pourtant pu être considérées comme plutôt favorables, tant les intéressés très majoritairement se disaient satisfaits d'exercer ce métier de cadre! Sur les motivations et les préalables, on reste (encore) dans l'image d'epinal avec, "en tête de gondole", et comme première qualité requise : la prise de décision, immédiatement suivie de l écoute. Sur le papier, tout est clair, mais il ne faut pas "gratter" beaucoup pour découvrir une réalité moins reluisante... Une cohérence et une convergence Pour la majorité des cadres managers, en effet, les éléments étudiés ne diffèrent pas, globalement, quelle que soit le localisation ou la branche. La mission la plus essentielle s'avère être l organisation de la charge de travail, puis, vient le développement des compétences de l équipe encadrée, et le soutien à lui apporter en cas de difficultés. Sur un plan théorique trien de particulier à ajouter,... mais c'est soumis à l'épreuve des faits que la bât commence à... blesser. Le début d'un hiatus qui va s'amplifiant Car aujourd hui, unanimement, la difficulté principale perçue par le cadre manager est bien constituée par l'avalanche des tâches de tous ordres! Et nous voilà submergés par ce véritable cahier de revendications! Suivre et établir des cohortes de statistiques, (c'est sans fin), rédiger des rapports d activités en tout genre, assurer sans cesse le "reporting",... autant d'activités bien trop chronophages qui sont exercées au détriment du management et du métier cadre à proprement parler. Au détriment de l'essentiel Les vraies priorités des managers sont pourtant connues et souvent (toujours théoriquement), reconnues!... Elles s articulent entre l organisation nécessaire, rapportée aux outils multiples, et en mutation permanente. Mais cela est à rapprocher aussi des questions d'effectifs (toujours en diminution), des faramineux projets, nationaux, régionaux ou locaux, quand on n'est pas à l'international, à mener de front, le plus souvent dans une grande solitude!... Sans compter la gestion du stress et l amélioration des conditions de travail des agents sous la responsabilité desdits managers. Pour ce qui est de la gestion du stress du manager, lui même, nous n'en sommes pas là! (pour le miracle, il faut toujours prévoir un délai). Une myriade d'intercalaires dans le millefeuille Personne ne conteste la nécessité des statistiques, et la gestion des indicateurs, évidemment prépondérants. La question est plutôt liée au volume et à l'intensité,... et peut être (surtout?) l'absence de "retour", comme si "tout cela se retrouvait broyé digéré dans un trou sans fond, et donc sans retour... Malgré la masse, et le degré d'exigence qui semblent n'avoir plus de limite, les managers semblent estimer qu'ils restent proches de leurs équipes, pensent les soutenir, et leur apporter ainsi, une aide technique et humaine. Nous ne sommes pas à un paradoxe près Voilà pour les cadres managers! Mais lorsque l'on pose la même question aux membres de l'équipe, la perception des agents s'avère toute différente! En effet, les collaborateurs estiment que leurs responsables ne sont (le plus souvent), pas disponibles. De la même façon, et nonobstant l'analyse et la perception des managers, versus rémunération, les mêmes collaborateurs déplorent l absence d évolution professionnelle et, de facto de progression salariale. La mise en cause de l'encadrement C'est à cette occasion que se renforcent les constats "à charge", avec des collaborateurs insistant sur le fait qu'en l absence de compétences techniques les cadres, majoritairement, sont désormais dans l'incapacité d'apporter un soutien dans la résolution des dossiers, un tant soit peu techniques... Il existe certes des exceptions, mais elles semblent confirmer la règle. Il n'est pas question ici, sauf cas particulier, et là cela dépend véritablement du contexte de prôner ou de faire l'apologie du "cadre supertechnicien",... mais il existe des limites en deçà desquelles il n'est pas possible de descendre... Et ne parlons (surtout) pas des didacticiels, souvent indigents! Le "nerf" de la guerre? On entend affirmer fréquemment, que les cadres n évoquent pas leur niveau de rémunération, et semblent donc satisfaits (?)... D'où tient "on" cela? Nous situerions nous dans une logique (?) de qui ne dit mot consent? Tandis que, corrélativement, les collaborateurs, pris généralement, ou les "jeunes", (mais tout est relatif), seraient démotivés, compte tenu de la faiblesse de leur rémunération. On sait depuis Herzberg et la théorie de la motivation (qui elle, n'a pas pris une ride), que l'élément salaire constitue un aspect (certes essentiel, dans le présent contexte), mais parmi d'autres... Un télescopage inévitable, dans un contexte délétère Tous ces éléments, semble t il traduisent un immense malaise aux multiples facettes. Factuellement tout ceci reste lié, à l'évidence, à l'accumulation sans fin des missions, activités et tâches qui incombent désormais aux managers. Et ceci se surajoute à l'infini, bien sur en plus, et au détriment du cœur de métier : le management. Les «clients» principaux, des managers, si l'on peut dire, sont les "directions" à qui il faut rendre des comptes quotidiennement : résultats, indicateurs, processus, indices de qualité, restes à charge, tableaux de bord (en hauteur ou à l'italienne?), plans de prospective, projets d entreprise, le tout sur fond de réduction drastique des effectifs et des moyens. FO CADRES FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin

12 Des constantes... qui se surajoutent Certains métiers ont disparu ou s'étiolent, alanguis au sein des services : le secrétariat par exemple, ce qui amène le cadre à rédiger et taper l'ensemble de ses courriers lui même. Et il n'en manque pas! La disparition des services techniques et / ou de documentation, (parfois les deux), oblige le cadre à exploiter quotidiennement les aspects réglementaires, décrets et autres législations, le tout en «direct live», et sans aucun filtre ou support. Il faut désormais "tout" savoir sans disposer du temps d'appropriation nécessaire... (pour le miracle, voir plus haut)! Tant va la cruche à l'eau... Chaque manager, pour rentrer dans le détail doit ainsi trier, comprendre, relayer et transmettre l'information, et puis répondre à des questionnaires en tout genre! Pour quel usage d'ailleurs? Mystère à peu près absolu,... car le «retour», on l'a vu, n'est pas, en cette occurrence une vertu ou la qualité des mieux partagée... D'où un sentiment de travail inutile, et sans effets,... sinon sur la surcharge de travail! Un gros investissement, mais sans «retour»... sur investissement! Et pour... quoi faire? Hermès aux pieds ailés (ou zélés?) Et puis il s'ajoute à tout cela, l usage de la messagerie,... qui s'avère par ailleurs aussi abusif qu'excessif, et englue le cadre dans un fatras d informations dont il doit extirper, seul, (toujours seul), la quintessence, la substantifique moelle. (voir plus haut!). Ne va t on pas jusqu'à communiquer par mail avec le bureau d'à côté? Bonjour les relations humaines! (Cela semble d'ailleurs devenir un "gros mot"). Alors, s'il faut changer d'étage... Et l'on mesure un peu plus, avec Henri de Montherlant, "la solitude du coureur de fond"... Une demande insaisissable (comme le mercure?) Cette demande, légitime, consiste à pallier les effets de la réduction permanente des effectifs. On assiste d'ailleurs à un glissement d activités d un service sur un autre, sans avoir son mot à dire, petit à petit, et parfois, insidieusement. Flexibilité des tâches (aussi?) Il n'est qu'à ouvrir les yeux, ici ou là, pour voir les queues s'allonger, faute de personnel en nombre suffisant (et formé) pour satisfaire la "demande"... Les préfectures étaient connues, la poste aussi mais on assiste à un changement de modèle y compris dans les caisses de sécurité sociale (Cpam & Caf), et le privé marchand n'échappe plus à la norme... Ce que l'on peut tirer de ces constats au long cours A ces éléments, tous subis, il convient d'ajouter des aspects propres à la rupture générationnelle!... En effet, les cadres les plus anciens disposent d'une technicité de très haut niveau, de par leur cursus professionnel et l'application d'organisations adaptées et rodées. Pourquoi s'acharner encore à découper les tâches? Aujourd hui, les cadres nouvellement embauchés et les employés les plus jeunes, ont de par les organisations segmentées en processus, une vision raccourcie,... et des activités, avec corrélativement des perspectives singulièrement rétrécies... Des stratégies à courte vue, "perdant perdant" La technicité constitue pourtant bien une compétence! Et elle s éloigne de plus en plus du terrain, au fur et à mesure que partent les plus anciens,... et cela vaut pour les cadres et employés! Autant dire que partent avec eux la connaissance, la technicité et le professionnalisme, le savoir faire, et la relève n est assurément... pas assurée. Quosque tandem? Car cette rupture, ces cassures au long cours sont facteur de désengagement par une "désimplication" de plus en plus importante... Et les pratiques en pâtissent! Il n'est pas rare de voir démotivé tel qui naguère avait toujours une sinon "la" bonne idée pour passer un cap, une difficulté conjoncturelle... ("ma" créativité je la garde pour l'extérieur... entend on quelquefois). Le salaire... de la peur? Quant à la rémunération,... parce qu'il faut bien en parler, dans ce contexte de blocage tout azimuts,... car il existe une gradation dans le caractère calamiteux des constats opérés!... Et si l'on peut constater que les salaires de «cadres» n atteignent pas le plafond de sécurité sociale, il est alors loisible d'affirmer que la cotisation forfaitaire «retraite cadre» s'avère de fait, une tromperie. Nous voici à la limite de la malhonnêteté! Encore une manœuvre dolosive! Et manifestement, les cadres, ou réputés tels sont à l'évidence des salariés comme les autres! Pas de quoi, assurément, s'en réjouir! Quelques projections sous forme de perspectives... Seul un calibrage, concerté, sous la forme d'une mise à plat, des problèmes des collaborateurs d une part, et ceux très spécifiques de l encadrement, d autre part, permettra de sortir de l'impasse. Ce qui revient ipso facto à redéfinir le statut du cadre, des cadres, en restant bien dans ce cadre. Il en est plus que temps! Pour qu'enfin, soit clairement défini, qui est cadre, ce que fait un cadre, combien gagne un cadre et quelles sont ses perspectives professionnelles? Cette discussion, dont le caractère récurrent n'échappe à personne, et ce quelle que soit la branche, permettrait au moins de ne plus entendre l éternel discours sur les seuls "bas salaires", & "les jeunes embauchés", avec ce profond désintérêt pour l encadrement. D'autres organisations nous ont rejoint sur ces constats! L année 2014 se doit d'être celle de la reconnaissance du statut de cadre, avec une rémunération en conformité avec le degré d'exigence qui reste attaché à la fonction, et sa reconnaissance spécifique. Ce n'est qu'un début, continuons le débat! D'ailleurs le frémissement, en terme de syndicalisation de l'encadrement, semble porteur d'espoir... Raison de plus pour s'engager! la commission fo cadres 94 Cadres! On pense à Vous!... Pensez à vous syndiquer! L adresse du site fo cadres national : L adresse du site Fo cadres local : ud fo 94 rubrique cadres FO 94 Précision : Un groupe de travail se réunit régulièrement à l UD du Val de Marne. L'historique des articles sur le site est accessible depuis FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin 2014

13 Mobilité professionnelle des cadres Le taux de mobilité externe a baissé pour la troisième année consécutive, dans un contexte économique défavorable en Ainsi, 6% des cadres ont changé d entreprise pendant l année contre 7% en 2012 et 8% en En outre, seulement la moitié des cadres ont été à l initiative de ce changement contre les deux tiers un an auparavant. La mobilité interne stable en 2013 La mobilité interne est restée relativement stable en 2013 : 18% des cadres ont connu une forme de mobilité au sein de leur entreprise, soit 1 point de moins que l année précédente. En outre, 8% ont déclaré avoir changé de poste dans leur entreprise au cours de l année. Deux tiers des cadres envisagent une mobilité Interrogés au début de l année 2014 sur leur situation professionnelle, 79% des cadres se déclaraient satisfaits. Ils étaient aussi majoritairement confiants dans leur avenir professionnel. Par ailleurs, deux tiers d entre eux envisageaient d effectuer une mobilité dans les trois ans à venir. La mobilité externe En 2013, 6% des cadres ont intégré une nouvelle entreprise, contre 7% l année précédente. Cette baisse de la mobilité externe s accompagne de circonstances de changement nettement moins favorables. Ainsi, parmi les cadres qui ont connu une mobilité externe en 2013, 59% ont changé d entreprise «directement», c estàdire sans période de chômage entre les deux postes, contre 67% en En outre, 50% des cadres ont été à l initiative de ce changement, contre 65% un an auparavant. Quant à la part de ceux dont le départ s est effectué sous l impulsion de l entreprise, elle a augmenté de 2points par rapport à Enfin, les départs ayant donné lieu à une concertation entre les cadres et leur employeur ont fortement augmenté, passant de 14% en 2012 à 27% en La mobilité interne Moins influencée par le contexte économique, la part de cadres ayant connu un changement, quel qu il soit, au sein de leur entreprise n a pratiquement pas évolué au cours des cinq dernières années. Ainsi, 18% des cadres ont connu un changement dans leur entreprise en 2013, contre 19% l année dernière. Les cadres ont ainsi pu changer de service, de département, d établissement ou voir le contenu de leur poste évoluer «en grande partie», ou encore changer de poste. 8% des cadres déclarent avoir changé de poste stricto sensu en 2013, une proportion quasi stable par rapport à Le changement de poste en interne est, dans la très grande majorité des cas, impulsé par les cadres euxmêmes. En 2013, 68% des cadres ayant changé de poste sont à l initiative de ce changement, contre 62% en Parmi les cadres qui sont restés dans la même entreprise en 2013, 42% ont néanmoins entrepris des démarches actives en vue d une mobilité externe, (envoi de candidatures, sollicitation de leur réseau personnel, entretiens d embauche..), et 34% sont restés en veille sur le marché de l emploi, par exemple en regardant les petites annonces ou en déposant leur CV dans une CVthèque. Les perspectives de mobilité des cadres Interrogés sur leur avenir professionnel début 2014, 72% des cadres se déclaraient confiants. Un niveau stable par rapport à l année précédente. Traditionnellement, les cadres qui ont connu une mobilité courant l année 2013 sont ceux qui sont les plus confiants dans leur avenir : 77% chez les cadres qui ont changé de poste en interne et 79% chez les cadres qui ont changé d entreprise. Au moment de l enquête, 66% des cadres envisageaient une mobilité professionnelle dans les trois ans à venir. Ainsi, 41% songeaient à changer d entreprise et 11% à en créer une. De plus, 45% des cadres envisageaient de changer de poste dans leur entreprise, une proportion en baisse de 3 points par rapport à l année précédente. Changer de poste en interne demeure néanmoins le projet de mobilité le plus souvent souhaité par les cadres. La création d entreprise s accompagne fréquemment d un autre projet de mobilité. Seuls 2% des cadres ont évoqué uniquement le souhait de créer leur entreprise. Les autres cadres intéressés par ce type de mobilité déclaraient conjointement l envie de changer de poste dans leur entreprise et/ou de changer d entreprise, ce qui laisse supposer un projet d évolution professionnelle moins précis. En outre, un quart des cadres souhaite changer de métier dans les trois à venir. La mobilité étant le moyen d effectuer une reconversion professionnelle, 73% des cadres souhaitant changer de métier envisageaient parallèlement de changer d entreprise, 61% envisageaient de changer de poste et 27% pensaient à créer leur entreprise. (source : Apec, enquête mobilité 2014) FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin

14 Résultats électoraux Délégués du Personnel (DP ou DUP/ voix, élus) Date, Sociétés Ins. Vot. Exp. F.O. CGT CFDT Divers 13/11/2013 charenton taxi (transports 94140) 21/11/2013 ikea (commerce 94350) 23/11/2013 renault (métaux 94600) 05/12/2013 caf 94 (fec 94000) 30/12/2013 lfp by delanchy (transports 94500) 15/01/2014 kodak alaris (chimie 94700) 16/01/2014 stef logistique (transports 94400) 4/04/2014 visual (transports 94400) 27/05/2014 foyer de cachan (action sociale 94320) 03/06/2014 transgourmet (fgta 94310) 5/06/2014 cenexi (chimie 94120) élus 43 1élu 51 2 élus élus 59 1 élu 9 1 élu 13 1élu 15 2 élus élu 6 1 élu élu 154 4élus 511élu élu 39 1élu élus 56 1 élu 45 1 élu élus élu élus 44 1 élu 20 1élu élu 26 2 élus 5 cgc 21v 1élu cgc 68 2élus cftc 8v cgc 18 v 1 élu unsa 66v 4 élus cgc 7 v 1 élu cftc 4v cftc 6 v solidaires 77 v 3 élus cftc 15v 1 élu/cgc 13v 1élu/solidaires 9v cftc 36v cgc élus Comité d Entreprise (voix, élus) Date, Sociétés Ins. Vot. Exp. F.O. CGT CFDT Divers 21/11/2013 ikea (commerce 94450) 23/11/2013 renault (métaux 94600) 3 ème collège 5/12/2013 caf 94 (fec 94000) 16/01/2014 stef logistique (transports94400) 3/06/2014 transgourmet (fgta 94310) 5/06/2014 cenexi (chimie94120) 3 ème collège élu élus 58 1 élu élu élus élu 31 1 élu élus 66 1 élu élus 58 1 élu élus élu 7 cgc 20 v cgc 44 1 élu cgc 31 1 élu cftc 11v cgc 20 1élu solidaires 78 v 2 élus cftc13v/cgc 16 v 1élu/solidaires 15 v 1 élu cftc 33v cftc11v/ cgc 78 v 2 élus cgc 56 v 1 élu 14 FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin 2014

15 Billet d'humeur Tempes grises, crinières blanches?... Chauve qui peut! Un cauchemar pour «maltraités»! Et «Ils» vont encore énerver les Retraités!... Mais ce n est pas fini! U D R F O R E T R A I T E S Cela n allait déjà pas fort, pour nous, avec l âge! On avait beau dire que la durée de vie augmentait, certes! Mais l essentiel reste bien la durée de vie en bonne santé! Et là, la performance s avère moins, disons convaincante, pour les actifs comme pour nous, d'ailleurs! Et dans le même temps, «on» est en train de nous faire changer de statut! Et passer de celui de retraités à celui de maltraités! A cet effet, les dernières (?) novations deviennent littéralement inqualifiables, avec ce blocage des retraites et des pensions! «Z avez» pas trouvé mieux? M enfin! Tous des "Vieux",... en puissance,... attention! Il ne manquait plus que cette mesure destinée à bloquer les retraites! «On» se gargarisait naguère encore, à propos de ce troisième âge exemplaire! Ah les braves gens! Et tous ces beaux et bons vieillards, tous ces aînés, qui étaient aussi qualifiés de seniors, qui consommaient encore, gâtaient leurs enfants et petitsenfants, qui participaient à la vie de la cité, prenaient leur voiture pour les accompagner ici, ou là, disponibles et bien disposés. Et que l on n aille surtout pas "taxer" le présent propos de corporatiste!!! Car pour la solidarité, on a déjà donné! Et on continue à donner, beaucoup et souvent! Et l on n a pas fini!... Mais maintenant, «on» veut nous «prendre»!!! C est cela qui change toute la «donne»! Et toujours... actifs et solidaires, entendez bien... Actifs! Car les mêmes «Tempes grises», s investissent aussi dans l associatif, les syndicats, ne ménageant ni leur temps, ni leur peine, de déplacements en pleins d essence, pour agir, et toujours pour le bien commun. L associatif n est pas toujours à proximité, et si ce n est pas bon pour la taxe carbone, cela n arrange pas non plus la carte bleue! Mais "on" s en tirait par une pirouette, en disant que la solidarité passait aussi parlà! Solidarité! Remember! C.N.R, Conseil National de la «Résistance»! Il est des mots symboles, avec lesquels il n est pas bon de «jouer»!... Jusqu à ce moment! Et là, la coupe est pleine, elle déborde! Et ce fut bien cette «mesure», (tu parles), qui fit déborder le vase! Avec ces mesures (?)... vaseuses! Ne prenons pas la peine... d'accepter sans mot dire,... "La double peine"? «Nous», on a des idées, pour «eux», (ils ne méritent même pas de majuscule à ce niveau d indigence de la pensée, et l «on» n ose pas parler d action)! Car il y en a bien d'autres! «Ils» auraient pu pourtant penser au «cac à rente», excusez cette dérive scatologique (pratiquante?), mais tout cela énerve!... «Ils» auraient pu penser aux profits, aux superprofits, aux entreprises qui se gavent (on a les noms)! Trouver des pistes pour la finance, ou au moins «chercher»! Mais sur ce terrain? Waterloo, morne plaine! Mieux, si l on peut dire, «Ils» avaient commencé par un nouveau cadeau aux entreprises, avec les cotisations familiales! Et demain? L assurance Maladie?... A suivre!... Nous restons particulièrement mobilisés sur ce sujet aussi! Et maintenant?... Taxer les vieux! Sont décidément capables de tout, et du pire! Touchez pas au grisbi de papy! (ni de mamie)! Sacré... Brel! Les Vieux aussi se rebiffent! Alors?... «les Vieux et les Vieilles» se remirent debout, les articulations, les tendons, les muscles se dégourdirent progressivement, ça grince, ça couine, mais ça dérouille!... Ca va nous rajeunir, ces manifs! Premier coup de semonce le 18 mars, puis le 1er mai, puis le 15 mai, et le 3 juin 2014! La Manif, avec Force Ouvrière! Qui nous aime nous suive! On prendra la tête, sans se prendre la tête! «Ils» veulent nous mettre dans la M ouise? Ils ne vont pas être déçus du voyage, car nous avons encore de la «ressource», et ne sommes pas sans désirs! (desirless? Voyages, voyages...). Nous avons fait un rêve? C est ça qui va devenir leur cauchemar! Et puis, un nouveau rendez vous,... en automne? UDR FO 94 : union départementale des retraités du Val de Marne, Jacques CAMPARGUE secrétaire 11/13 rue des archives CRETEIL Permanences lundi/mercredi/vendredi 9h à 12h François CHENOUR FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin

16 Logement : commission de conciliation La commission de conciliation, installée en Préfecture du VAL DE MARNE est composée de bailleurs et représentants des locataires, elle examine les litiges entre bailleurs et locataires. La saisine de la Commission est gratuite et facultative sauf en cas de litige sur le montant d une réévaluation de loyer, cas lors duquel elle doit être impérativement saisie avant la procédure contentieuse. Les autres litiges peuvent concerner l état des lieux, les réparations, le préavis, la décence du logement Comment profiter de cette procédure. Bailleur ou locataire, si vous recevez une convocation pour une réunion de la Commission Départementale de Conciliation (CDC), prenezle comme une bonne nouvelle. Que le litige porte sur le niveau du loyer, l état des lieux, les réparations, les charges locatives, le dépôt de garantie, c est le signe que votre adversaire cherche une solution amiable. Une chance à saisir. Le passage devant la commission est obligatoire quand le litige concerne l augmentation du loyer sousévalué. En revanche, il est facultatif dans les autres cas : libre donc à chacun de la tenter ou non. Mais ne décidez pas trop tôt que c est du temps perdu, même si vos échanges avec votre adversaire se sont toujours soldés par un échec. Cette foisci, la discussion se déroulera devant une commission composée de représentants de locataires et de bailleurs en nombre égal ; elle vous écoutera puis tentera de rapprocher vos points de vue. La procédure est gratuite. Préparez votre dossier. La réunion de la commission de conciliation se déroule sans solennité : chacun expose librement ses arguments. Mais cette liberté de parole ne doit pas vous inciter à venir les mains dans les poches. Il est préférable de préparer vos arguments par écrit ; n oubliez pas d apporter les éléments de preuve qui viendront étayer vos dires selon la nature du litige (des photos, des attestations, des références de loyer, etc.). Au besoin faitesvous assister. Vous pouvez venir accompagné d une personne de votre choix (parent, ami, professionnel du droit) ou lui donner mandat pour vous représenter si vous ne pouvez pas vous déplacer en personne. Mais vous pouvez également demander un report de la réunion. Par ailleurs si vous vous présentez seul au nom de votre couple ou bien de vos colocataires, pensez à leur demander un mandat écrit. Un accord, mais pas à tout prix. L idéal est, bien entendu, de parvenir à un compromis au terme de la réunion. L accord est alors mis par écrit et signé en séance et le dossier est clos : les parties renoncent à soumettre leur litige au juge. Mais ce n est pas toujours possible. En cas d échec, la CDC rend un avis sur la solution du litige et le transmet aux deux parties dans un délai de deux mois. Ensuite chacun peut, s il le souhaite, assigner son adversaire en justice. L avis de la commission sera alors transmis au juge pour information. La Commission départementale de conciliation du Val de Marne, instance paritaire comprenant des représentants de bailleurs et de locataires, destinée à trouver des solutions amiables à leurs litiges, a élu ce vendredi 27 juin dernier Michel Moro, du collège locataire (CNL), président et Maryvonne PinconSchnorf, du collège bailleur, viceprésidente. L'AFOC94 y est représenté par deux camarades, Bernard CAPELLE (titulaire) et Frédéric BOULLE (suppléant). Bilan 2013 : 381 dossiers instruits, 349 dossiers traités (les autres étant non recevables) contre 287 en 2012 et 217 en Les saisines émanent à 79% de locataires ou associations de locataires et la commission s est réunie en 39 séances de demijournées. En 2013, presque la moitié de ces dossiers (soit 165) concernaient des litiges sur les charges locatives (contre 102 en 2012). 20% (70) des litiges sur la non restitution du dépôt de garantie (contre 68 en 2012). 20% (soit 68 contre 58 en 2012) concernaient le réajustement du montant des loyers eu égard à ceux pratiqués dans le quartier. Le taux de conciliation s est élevé à 35% contre 43% en 2012 et 37% en Le plus fort taux de conciliation concerne les charges locatives (71 dossiers) et le dépôt de garantie (21 dossiers). Coordonnées : Commission départementale de conciliation du ValdeMarne/DRIHL 1214 rue des Archives Créteil cedex Téléphone: CONSOMMATION 16 FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin 2014

17 ELECTIONS HLM 2014 De mi novembre à mi décembre 2014, vote physique, vote par correspondance, vote code à barre, vote internet selon les bailleurs, auront lieu les élections HLM. L AFOC étant l une des 5 associations nationales de locataires (cnl, cgl, clcv, csf et afoc ), ce scrutin constitue un enjeu majeur pour notre représentativité, dans un contexte où le logement est en crise et atteint jusqu à 50 % du budget des ménages. Ces élections HLM qui ont lieu tous les 4 ans, avec pour objectif d élire les représentants des locataires au sein des conseils d administration ou de surveillance des organismes HLM (ex : Paris Habitat, RIVP, Efidis, Batigère, ICF La Sablière, Logirep, Coopération & Famille, Immobilier 3F, toit & Joie, OSICA, SIEMP, Logial, Valophis, etc ). Depuis les élections de 2010, l AFOC est la 3ème organisation en nombre de sièges parmi les 5 associations de défense des locataires représentatives au plan national. Quel est le rôle des administrateurs locataires? Les administrateurs locataires, élus pour 4 ans, représentent et défendent les intérêts des locataires, participent à la gestion de l organisme HLM et veillent au respect des règles d attribution des logements. Ils peuvent être membres du bureau des organismes, des commissions d attribution des logements et d appel d offres. Ils ont les mêmes attributions et les mêmes pouvoirs que les autres administrateurs au Conseil d Administration ou Conseil de Surveillance. L administrateur locataire AFOC n est pas tout seul, il travaille au sein d une équipe et prépare les conseils d administration avec l association locale et les adhérents locataires. La présence des administrateurs est particulièrement importante puisqu ils sont les seuls administrateurs à habiter dans les logements de l organisme HLM et peuvent ainsi tenter de s opposer ou de limiter les hausses de loyer, proposer la réalisation de travaux pour rendre les logements plus confortables, plus économes en consommation d énergie, etc Alors que la crise économique et sociale qui perdure joue un rôle d accélérateur des exclusions, défendre le logement, élément essentiel à l épanouissement de chacun est une nécessité. Depuis 2006, la part des ressources des ménages consacrée au logement a atteint un niveau historique, avec une moyenne de 30% des revenus, voire 50% pour les plus modestes. C est inacceptable compte tenu de la modération salariale imposée et très lourd financièrement alors même que le pouvoir d achat des ménages est en berne et que les dépenses contraintes (assurance, électricité, gaz, eau, transports ) ne cessent d augmenter! Afin de faire changer les choses, l AFOC présente dans la majorité des départements, a besoin de militant(e)s prêt(e)s à s investir : pour la représenter dans les instances où elle doit siéger (Commission de Concertation Locative (CCL), Commission départementale de Conciliation (CDC), Commission départementale de coordination des actions de prévention des expulsions locatives (CCAPEX), Commission de surendettement etc ) ; pour tenir des permanences qui permettent d informer et de conseiller les consommateurs et les locataires ; pour préparer et mener la campagne électorale des élections des représentants des locataires dans les conseils d administration des bailleurs ou organismes HLM. Si vous êtes intéressé(e) par l action de l AFOC, ou si vous voulez être candidat(e), prenez contact avec l AFOC départementale de votre lieu de résidence. 40 ans au service du consommateur L association Force Ouvrière des consommateurs, l AFOC, née il y a quarante ans, en février 1974, est aujourd hui présente dans 80 départements et compte quelque 200 antennes locales. Son but : «promouvoir les intérêts collectifs des consommateurs et des locataires auprès des professionnels et des pouvoirs publics», et «défendre au quotidien et individuellement les consommateurs par le biais d informations, de formations et de conseils». Pour FO, il s agissait d élargir au domaine très vaste de la consommation son action de défense des intérêts collectifs des salariés. L AFOC est présente dans nombre de conseils, comités et commissions administratives aux niveaux local, national et européen, ainsi qu au sein de grandes entreprises du secteur public. Elle a pu ainsi prendre part à l élaboration de normes importantes ou de documents de référence dans de nombreux domaines. Dès 1989 elle s est investie dans la lutte contre le surendettement et en 1995 elle a réclamé la gratuité des chèques. Agréée par les pouvoirs publics, elle a été «la première à avoir obtenu le superagrément qui permet d instruire des FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin

18 recours collectifs», comme l a souligné sa Secrétaire générale, Martine Derobert. Cependant, l AFOC, qui défend le consumérisme social, ne verse pas pour autant, au contraire de certaines autres associations de consommateurs, dans la judiciarisation, ce travers qui ramène toute solution à un règlement devant les tribunaux, d autant plus que la voie judiciaire représente souvent des frais importants à l heure où pour beaucoup chaque sou compte. Sur les quelque dossiers traités annuellement par l AFOC, 80% sont ainsi réglés à l amiable, la plupart concernant la téléphonie, les banques, les assurances, les SAV et les achats par Internet. Rappelons que, si tous les syndiqués de FO sont membres de droit de l AFOC, tout le monde peut y adhérer. Loi Hamon : Pas de merveilles mais des avancées pour le consommateur Après moult discussions et navettes entre les assemblées, la «loi sur la consommation, portée par le ministre délégué à l Economie solidaire et à la Consommation Benoit Hamon», a été adoptée définitivement par le Parlement le 13 février 2014, presqu un an après son dépôt. Elle ne regonflera peutêtre pas autant que semble l annoncer le ministre le pouvoir d achat des Français qui n achètent pas tous les jours des tests de grossesse et des lunettes. Néanmoins la loi Hamon, qui intervient dans un grand nombre de domaines, apporte également des améliorations en matière de protection des consommateurs, notamment en matière sanitaire et d étiquetage. La législation est plus contraignante, les sanctions plus importantes et les moyens de l administration renforcés, du moins ses pouvoirs, car il ne faut pas s attendre à des embauches massives à la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes)... Des élus n en ont pas moins hurlé au "matraquage de l entreprise" et déposé un recours devant le Conseil constitutionnel juste après le vote. Mesure très médiatisée, l action de groupe devrait permettre aux associations de consommateurs d intervenir mais sa procédure a été très encadrée sous le couvert des excès américains. Saluées par l AFOC, l Association Force Ouvrière Consommateurs, qui a pesé de tout son poids et été consultée par des élus, des avancées notables sont enregistrées comme la résiliation possible des contrats d assurances au bout de 12 mois et l augmentation du délai de rétractation pour les ventes à distance et le démarchage à domicile. Toutes les mesures ne seront pas immédiatement effectives. Ainsi ce n est qu à partir du 1er juillet 2015, que le stationnement dans les parkings sera facturé au quart d heure. Certains ont déjà commencé à augmenter leurs tarifs. 94 Secrétaire général : Bernard CAPELLE Adjoint : francois CHENOUR Permanences lundi au vendredi 9h/12h et sur rdv Mieux s'informer et se défendre : guides AFOC en vente LOGEMENT : L'afoc s'attache depuis de longues années à défendre les droits des locataires. En effet, le logement est un élément essentiel du cadre de vie des consommateurs que nous sommes tous. Un nombre croissant de ménages sont à la recherche d'un logement social ou sont déjà locataires en HLM. L'AFOC, association de locataires représentative au plan national, a donc jugé utile de faciliter la tâche à ceux qui habitent en HLM ou qui exercent un rôle de conseil auprès des locataires. Ce petit guide de 51 pages au format 15x21 mm, décrit l'essentiel de ce qu'il faut savoir et donne des renseignements pratiques sur les organismes auxquels s'adresser. Prix : 7 euros CONSOMMATEUR : Les actes d'achat quotidiens, qu'il s'agisse de produits ou de services, sont autant de contrats passés avec des professionnels. De l'achat d'une baguette de pain à la souscription d'une assurance, tout un édifice de textes, lois et règlements, régit ces relations contractuelles, pour les encadrer et protéger les parties qui s'engagent, et plus particulièrement le consommateur. Ce guide de 76 pages au format 15x21 mm édité par l'afoc a pour vocation d'expliquer dans des termes simples, comment un consommateur conscient de ses devoirs peut veiller à ce que ses droits soient respectés. Prix : 12 euros 18 FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin 2014

19 N O S U N I O N S L O C A L E S R U N G I S M I N A n t e n n e O u e s t d e l ' U n i o n D é p a r t e m e n t a l e Q u a r t i e r S t E u s t a c h e B t. E 5, 2 1 A, r u e d e S t r a s b o u r g, RU N G I S C E D E X T é l / F a x : Pe r m a n e n c e s : M a r d i 9 h à 1 2 h 3 0 e t J e u d i d e 9 h à 1 2 h 3 0 ALFORTVILLE MAISONS ALFORT CHARENTON LE PONT SAINT MAURICE Union Locale F.O 2, rue Micolon ALFORTVILLE Tél/Fax : Permanences : Mercredi de 17h30 à 19h30 1 er et 3 ème Samedi 10h30 à 12h BONNEUIL S/MARNE BOISSY ST LÉGER LIMEIL BRÉVANNES Union Locale F.O 6, rue du Chemin Vert BONNEUIL Tél/fax : Permanences : Mardi de 17h à 18h30 Jeudi de 17h à 18h30 CHAMPIGNY S/MARNE JOINVILLE LE PONT CHENNEVIERES S/MARNE VILLIERS S/MARNE BRY S/MARNE Union Locale F.O 191, rue de Verdun CHAMPIGNY Tél. : Permanences : Mercredi de 17h à 18h30 Jeudi matin de 9h30 à 12h30 CHOISY LE ROI ORLY Union Locale F.O. Bourse du Travail, 27 Bld des Alliés CHOISY LE ROI Tél/Fax : Permanences : 1 er et 3 ème Mardis du mois de 17h à 18h30 Mercredi 17h à 18h30 et sur rendezvous CRÉTEIL ST MAUR LA VARENNE Union Locale F.O 11/13 rue des Archives CRETEIL CEDEX Tél. : Permanences : Mardi de 15h à 18h Jeudi de 10h à 12h FONTENAY NOGENT LE PERREUX VINCENNES SAINT MANDE Union Locale F.O Bourse du Travail 10 rue de la Mare à Guillaume FONTENAY S/ BOIS Tél/Fax : Permanences : Mardi de 15h à 17h et sur rendezvous L'HAY LES ROSES CHEVILLY LARUE FRESNES Union Locale F.O 34 rue Jean Jaurés L'HAY LES ROSES Tél/Fax : ou Port Permanences : Mardi de 18h à 19h30 Samedi de 10h à 12h SUCY EN BRIE NOISEAU ORMESSON Union Locale F.O Maison des Associations Le Clos de Pacy 9 Ter rue Maurice Berteaux BP SUCY EN BRIE CEDEX Tél. : Permanences : Mercredi matin sur RDV et de 18h à19h Samedi 11h30 à 13h et aprèsmidi sur RDV VILLEJUIF KREMLIN BICÉTRE ARCUEIL CACHAN GENTILLY Union Locale F.O 16, rue Jean Jaurès VILLEJUIF Tél./fax : ou Port Permanences : Lundi de 10h à 12h et sur RDV VITRY S/SEINE IVRY S/SEINE Union Locale F.O 1, rue Germain Defresne VITRY SUR SEINE Tél. : Permanences : Jeudi de 15h à 18h L UNION DEPARTEMENTALE à votre service 9h00 à 12h30 & 14h00 à 18h15 11 / 13 Rue des Archives CRETEIL CEDEX Tél. : Fax Site : E.mail : FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin

20 20 FO Vaincre 94 n 114 Mars Juin 2014

COMITE CONFEDERAL NATIONAL 2 ET 3 OCTOBRE 2014

COMITE CONFEDERAL NATIONAL 2 ET 3 OCTOBRE 2014 JOURNAL DES EMPLOYES ET CADRES Bulletin périodique d'information de la Fédération des Employés et Cadres : 28 rue des Petits Hôtels 75010 Paris - : www.fecfo.fr : 01.48.01.91.90 - : 01.48.01.91.92 secretariat@fecfo.fr

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Année 2015

L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Année 2015 MA/SL/GB/GL P.S.J L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA Année 2015 Le droit syndical constitue l'une des garanties accordées à l'ensemble des fonctionnaires et agents non titulaires par le statut général

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT?

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT? Introduction : Le 17 décembre 2002, la Commission européenne a adopté un «rapport d'évaluation des stratégies nationales en matière de pensions adéquates et viables» (1). Ce rapport indique que «Le rythme

Plus en détail

1- Une situation économique et politique dégradée

1- Une situation économique et politique dégradée Le 9 Avril 2015 Intervention Elisabeth Le Gac Assemblée générale URI CFDT Rhône-Alpes Préambule : L activité présentée n est pas exhaustive du travail réalisé par l interpro en Rhône-Alpes. La présentation

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

Le droit syndical dans le privé. Extrait du code du Travail sur le droit syndical du privé

Le droit syndical dans le privé. Extrait du code du Travail sur le droit syndical du privé Mémento des droits des personnels des EPST Sntrs-Cgt F9 Le droit syndical dans le privé Créée le 15 novembre 2005 - Dernière modification le 19 février 2009 Extrait du code du Travail sur le droit syndical

Plus en détail

La construction métropolitaine en Ile-de-France

La construction métropolitaine en Ile-de-France 1 La construction métropolitaine en Ile-de-France Eléments d actualité: La réforme territoriale Le devenir du Grand Paris 29 Novembre 2012 Intercommunalité et Métropolisation en Ile-de-France 2 Eléments

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté ACCORD RELATIF A L HARMONISATION DES STATUTS DES SALARIES MEDIAPOST TRANSFERES AU SEIN DE MEDIAPOST SA DANS LE CADRE DU RAPPROCHEMENT DES 2 ENTREPRISES Entre les soussignés, Le syndicat C.F.T.C Le syndicat

Plus en détail

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Les fonctionnaires sont les salariés qui paient le plus lourd tribut à la réforme des retraites, qui pourtant n'apparaît que comme un deuxième

Plus en détail

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Présentation Rassemblant les syndicats et associations

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Réf. : CDG-INFO2008-18/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON - Sylvie TURPAIN PLAN DE CLASSEMENT : 1-25-20 : 03.59.56.88.48/58 Date : le 17 juillet 2008 MISE A JOUR DU 27 MARS 2012 Suite à la parution

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Administrative B Concours Rédacteur Principal 2 ème classe Mise à jour : juillet 2014 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Décembre 2010 Rapport sur la mise en œuvre

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

Vade-mecum sur les regroupements

Vade-mecum sur les regroupements Vade-mecum sur les regroupements Le nouvel article L718-2 du code de l éducation fixe l objectif que «Sur un territoire donné, qui peut être académique ou inter académique, sur la base d'un projet partagé,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Décret n o 2010-1463 du 1 er décembre 2010 mettant en œuvre la réforme du réseau des chambres de commerce

Plus en détail

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe Retraites : qu'en disent nos voisins européens? Le 7 octobre 2010 Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010 Face au vieillissement de la population et aux déficits publics aggravés par

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES Depuis la Convention Collective de la branche professionnelle du 18 janvier 2002, les

Plus en détail

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP)

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) Le protocole d accord se négocie entre le chef d entreprise ou son représentant (dument mandaté à cet effet) et les organisations syndicales (OS) représentatives.

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Impact d une restructuration sur l adhésion à un régime de prévoyance

Impact d une restructuration sur l adhésion à un régime de prévoyance Mois Mois Mise à jour décembre 2008 En bref L objet de cette fiche est d étudier les différentes hypothèses qui peuvent exister lors d une opération de restructuration et les conséquences sur le régime

Plus en détail

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Circulaire C.G n 04.18 D.M du 3 novembre 2004 Mise à jour Juillet 2008 TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Réf. : - Décret 2004.878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique

Plus en détail

Economie Sociale et Solidaire : Réflexions et propositions pour aller plus loin

Economie Sociale et Solidaire : Réflexions et propositions pour aller plus loin CONFERENCE NATIONALE ENTREPRISE Colloque du 15 novembre 2014 Merci pour cette invitation au dialogue Economie Sociale et Solidaire : Réflexions et propositions pour aller plus loin Ap2e.info - Vigilancecitoyenne.fr

Plus en détail

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ENTRE LES SOUSSIGNES : La Caisse d Epargne Aquitaine Poitou-Charentes,

Plus en détail

2013-29-02 Modification de la représentation des communes au sein du conseil de communauté du Sicoval Le Conseil,

2013-29-02 Modification de la représentation des communes au sein du conseil de communauté du Sicoval Le Conseil, H a u t e - G a r o n n e République Française Liberté - Égalité - Fraternité EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL N 2013-29 du Jeudi 27 juin 2013 à 20h30 2013-29-01a Correction des

Plus en détail

Le licenciement économique

Le licenciement économique Le licenciement économique Définition. Le licenciement économique est un licenciement d un ou plusieurs salariés en raison des difficultés économiques que connaît une entreprise. Selon les dispositions

Plus en détail

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Réunion d information UDAF du Gard 23 mars 2015 Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Créée : MAJ : 24/06/2014 19/03/15 Sommaire 1 : UNIFAF 2 :

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

2 - Situation actuelle. 3 Santé de l élève : 1 - État civil & coordonnées. Photo. Identité PIECES OBLIGATOIRES À JOINDRE AU DOSSIER :

2 - Situation actuelle. 3 Santé de l élève : 1 - État civil & coordonnées. Photo. Identité PIECES OBLIGATOIRES À JOINDRE AU DOSSIER : 30 rue des Berceaux 62630 ETAPLES : 03 21 94 57 36 www.enseignement-prive-etaples.com Centre de Formation Continue Dispensateur de Formation N 31620218262 Dossier de Candidature BTS MANAGEMENT DES UNITÉS

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE PREAMBULE ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, de l'accord

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

La mise à disposition

La mise à disposition Fiches statut Positions administratives - Activité La mise à disposition 1/29/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée

Plus en détail

Territoires, compétences et gouvernance

Territoires, compétences et gouvernance Territoires, compétences et gouvernance État des connaissances sur la remise et les taxis Le 4 avril 2012 Agnès Parnaix Tél. : 01 77 49 76 94 agnes.parnaix@iau-idf.fr 1 Sommaire SDCI et périmètres intercommunaux

Plus en détail

Associations, Syndicats, Ordre. Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX

Associations, Syndicats, Ordre. Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX Associations, Syndicats, Ordre Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX Trois systèmes complémentaires aux fonctions et missions bien définies : Associatif regroupement de personnes

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD NE LAISSONS PAS LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD Le MEDEF demande les pleins pouvoirs! Le janvier 0, le MEDEF a signé avec des syndicats minoritaires un accord sur l emploi. La négociation s est déroulée

Plus en détail

L AMICALE CNL EN PRATIQUE

L AMICALE CNL EN PRATIQUE L AMICALE CNL EN PRATIQUE Se rassembler en amicales locataires Locataires ou copropriétaires, si vous habitez un immeuble ou un ensemble de maisons individuelles d'un même bailleur, vos problèmes de logement

Plus en détail

Le Conseil Municipal des Jeunes Qu est-ce qu un Conseil Municipal des Jeunes? Le Conseil Municipal des Jeunes (CMJ) est une assemblée qui réunit des jeunes Volvicois de la 6 ème à la 4 ème. Il est composé

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Le service civique. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / juin 2010 1

Le service civique. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / juin 2010 1 Sans disparaître complètement, le volontariat associatif, introduit par la loi du 23 mai 2006, reçoit une nouvelle configuration et réapparaît dans la loi du 10 mars 2010 sous la dénomination de «service

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Beauvais, le 24 octobre 2012 Dossier suivi par le cabinet de la Présidente Tél. - 03.44.15.68.27 - s.landry@beauvaisis.fr La Présidente, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Vous le savez

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours 1 Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours La réforme territoriale : quelle organisation, quelles compétences demain? Paris, 4 février 2010 1 2 Une longue

Plus en détail

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX ARTICLE 1 er DEFINITION L'association dite Comité Départemental de Golf de est une association Loi 1901

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

INFOS N 5. Veille Jurisprudentielle IRP :

INFOS N 5. Veille Jurisprudentielle IRP : 1 INFOS N 5 Information du CE sur la déclaration du nombre de travailleurs handicapés «L'employeur porte à la connaissance du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel la déclaration

Plus en détail

PACTE D ADMINISTRATION COMMUNE ENTRE LA VILLE ET L AGGLOMERATION D AGEN

PACTE D ADMINISTRATION COMMUNE ENTRE LA VILLE ET L AGGLOMERATION D AGEN Date de mise à jour : 3 décembre 2014 Entre PACTE D ADMINISTRATION COMMUNE ENTRE LA VILLE ET L AGGLOMERATION D AGEN ( Convention de création d un service commun en application de l article L 5211-4-2 du

Plus en détail

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon Édito L année 2014 a constitué pour le Centre de gestion du Rhône et de la Métropole de Lyon une année forte d évolutions et de renouvellement avec en parallèle la poursuite des nombreuses activités qui

Plus en détail

AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS

AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS Entre les organisations patronales signataires : Le syndicat général des organismes privés

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 enmodesocial Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 octobre novembre

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville

Réforme de la politique de la ville 0 4 M A R S 2 0 1 4 / Rédacteur PÔLE TD2S Réforme de la politique de la ville Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine La loi de «Programmation pour la ville et la cohésion urbaine», promulguée

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe Mise à jour : 16 janvier 2015 PRÉSENTATION DU CADRE D EMPLOIS ET PRINCIPALES FONCTIONS

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

RESONANCES EDITO : Une feuille de route déjà bien pleine! Alors, bonne rentrée à toutes et à tous! Mickaël MANZONI

RESONANCES EDITO : Une feuille de route déjà bien pleine! Alors, bonne rentrée à toutes et à tous! Mickaël MANZONI RESONANCES Section Syndicale CFDT Adapei 35 17, rue Kérautret Botmel CS 74428-35044 Rennes cedex sectioncfdt.adapei@laposte.net Site: cfdtadapei35 Tél. 02 99 22 76 65 Permanence le mardi Journal de section

Plus en détail

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587 L environnement social de votre entreprise va être profondément modifié dans les six prochains mois. Nous souhaitons vous en parler et vous expliquer ces nouvelles mesures et leurs impacts. La mutuelle

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise NANTES METROPOLE Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise RAPPORT DE PRESENTATION SUR LE PRINCIPE DE LA DELEGATION DU RESEAU DE TRANSPORTS

Plus en détail

mode d emploi Représentativité des syndicats

mode d emploi Représentativité des syndicats mode d emploi Représentativité des syndicats LA LOI DU 20 AOUT 2008 transpose dans le Code du travail les règles sur la représentativité et la négociation collective, telles que définies par les partenaires

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL

CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL CENTRE DE GESTION DU JURA 5 avenue de la République BP 86 39303 CHAMPAGNOLE CEDEX Tél : 03 84 53 06 39 Fax : 03

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Indemnité spécifique de service

Indemnité spécifique de service Indemnité spécifique de service 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 6 avril 2010 Mise à jour le 27 novembre

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail