Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur"

Transcription

1 Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable de formations

2 Plan de présentation Introduction et contexte Objectifs et méthodes Résultats Conclusion

3 Introduction - contexte

4 CHUV : Centre Hospitalier Universitaire Vaudois 1460 lits 13 départements cliniques (= 90 unités) Secteurs d hospitalisation et ambulatoire collaborateurs dont EPT* dans les soins infirmiers (= infirmiers et affiliés ) *EPT : emploi plein temps

5 2009 : Programme institutionnel douleur => Mise à disposition de formations et d outils/moyens E-learning douleur : Méthode innovante, apprentissage autonome Formation d un grand nombre de professionnels simultanément 21 vidéos audio-commentées obligatoires /18 facultatives Formation obligatoire pour les ID/ASSC Démarche de formation débutée en 2013

6 Objectifs et méthodes

7 La mesure du transfert des connaissances dans les pratiques : un enjeu majeur Question de recherche : Comment les connaissances, acquises lors de la formation e-learning et relatives au dépistage et à l évaluation de la douleur, sont-elles transférées dans la pratique clinique? Enquête descriptive Population cible : ID/ASSC d un centre universitaire de réadaptation gériatrique (66 lits) Avis favorable de la Commission des demandes d enquêtes du CHUV

8 Obj. 1 : Evaluer l acquisition de connaissances Quizz pré-post formation Obj. 2 : Evaluer la satisfaction avec la formation e-learning Obj. 3 : Décrire l intégration des recommandations de bonnes pratiques Obj. 4 : Explorer les freins et facteurs facilitant l utilisation des connaissances Questionnaire post formation Analyse des dossiers de soins pré-post formation Focus groups avec des ID/ASSC post formation

9 Résultats : connaissances & satisfaction des participants

10 ID/ASSC éligibles pour formation e-learning (N = 59) 47 ID/ASSC ont achevé la formation 12 n ont jamais débuté / achevé la formation Quizz des connaissances sur la gestion de la douleur Questionnaire de satisfaction (n = 16) Quizz pré formation facultatif (n = 42) Quizz post formation obligatoire (n = 47) Figure 1. Diagramme de recrutement des participants aux Quizz connaissances et questionnaire de satisfaction

11 Quizz des connaissances Attestation de réussite si 70% réponses correctes en fin de e-learning (cut off) Distribution des connaissances pré- post-formation (n = 42 ; 89%) (n = 47; 100%) score_pré score_post Le test de différence a démontré un accroissement significatif des connaissances à l issue de la formation (p = 0,000) %

12 Questionnaire Satisfaction (1) Taux de réponse à 34% (n = 16) Formation permet d'acquérir des nouvelles connaissances Oui (n ; %) Plutôt oui (n ; %) Plutôt non (n ; %) Non (n ; %) Ne s'applique pas (n ; %) 7 ; 43.8% 8 ; 50,0% 1 ; 6,3% 0 ; 0% 0 ; 0% Thèmes abordés suffisamment développés 9 ; 56,3% 5 ; 31,3% 1 ; 6,3% 0 ; 0% 1 ; 6,3% Contenu applicable dans mon travail 8 ; 50,0% 6 ; 37,5% 1 ; 6,3% 0 ; 0% 1 ; 6,3% Rythme d'apprentissage par e-learning convient bien Je recommande cette formation à mes collègues 94% 88% 87% 5 ; 31,3% 9 ; 56,3% 2; 12,5% 0 ; 0% 0 ; 0% 81-87% 9 ; 56,3% 4 ; 25,0% 2; 12,5% 0 ; 0% 1 ; 6,3% Méthode pédagogique à distance pertinentes 1 ; 6,3% 12 ; 75,0% 1 ; 6,3% 0 ; 0% 2; 12,5%

13 Questionnaire Satisfaction (2) Points forts Points à améliorer Changements pressentis pour la pratique Formation à distance (domicile, etc) Nombreux thèmes, riches, divers Remise à jour des connaissances Parcours facultatif disponible Même formation pour tous les professionnels Beaucoup de matière à retenir en peu de temps Contenu dense Problèmes techniques Etre plus attentif : choix de l échelle, évaluation ré-évaluation, effets secondaires des opioïdes, temps d action des médicaments Utiliser des méthodes non-pharmacologiques Améliorer la communication avec le patient et l équipe Renforcer la collaboration avec l équipe interdisciplinaire

14 Résultats : Transfert des connaissances dans la pratique clinique

15 Evaluer l utilisation des connaissances liées à l évaluation de la douleur dans la documentation inf. Analyse rétrospective de 58 dossiers, 2 mois avant la formation e-learning Analyse rétrospective de 57 dossiers, 2 mois après la formation e-learning 4 focus groups ID/ASSC (10 participants) - Temporalités : J0, J2, J4, J7, J14-4 recommandations pour la pratique clinique - Temporalités : J0, J2, J4, J7, J14-4 recommandations pour la pratique clinique Freins et facteurs facilitant l utilisation des connaissances Figure 2. Collecte de données concernant le transfert des connaissances dans la pratique clinique

16 Recommandation 1 Le dépistage de la douleur est effectué à l admission (RNAO, 2013 ; JBI,2013) Cible : Nombre de dossiers (n = 115) Tous les patients admis dans une unité de soins devraient bénéficier d un dépistage de la douleur dans les 4h suivant l admission (Commission Performance, CHUV ) Dépistage de la douleur à l admission (n ; %) 47% 3% 50% Oui, < 4h Oui, > 4h Non documenté Temporalités Sans différence statistiquement significative avant après la formation (p = 0,832)

17 Recommandation 2 L intensité de la douleur est évaluée de manière répétée (RNAO, 2013 ; JBI,2013) Cible : Nombre de dossiers (n = 115) Tous les patients hospitalisés devraient bénéficier au moins d une évaluation de la douleur en 24h (Commission Performance, CHUV ) % 57% Fréquence d'évaluation journalière (n ; %) 51 % 54 % 46% 45% 4% 3 % aucune fois 1 à 2 fois 3 à 4 fois 63 % 36% 1 % 1 % J2 J4 Temporalités J7 J14 Sans différence statistiquement significative avant après la formation (p > 0,05)

18 Recommandation 3 L échelle d évaluation de la douleur est adaptée aux circonstances cliniques de chaque patient (RNAO, 2013 ; JBI,2013) Evaluation de l adéquation (à J0) Entre dimension cognitive et échelle de douleur prescrite par le médecin (n = 115) * Entre dimension cognitive et outil utilisé par ID/ASSC (n = 115) ** Absence de prescription : n = 37 ; 32% Outil probablement adéquat : n = 73 ; 64% Outil probablement non adéquat : n = 1 ; 1% Dossier non archivé : n = 4 ; 3% Probablement adéquat : n = 40 ; 35% Absence de documentation: n = 75 ; 65% * Aucun test de différence effectué : les médecins n ont pas suivi le e-learning ** Sans différence statistiquement significative avant après la formation (p = 0,102)

19 Recommandation 4 L évaluation de la douleur documente les caractéristiques de la douleur de la personne (RNAO, 2013 ; JBI,2013) Nombre de dossiers (n = 115) % 33% 14% 14% 1% 0.3% 0.1% L intensité de la douleur était plus fréquemment documentée avant la formation à J2 (70% vs 51% ; p = 0,043) La temporalité de la douleur était plus fréquemment documentée après la formation à J4 (7% vs 21% ; p = 0,034)

20 Synthèse intermédiaire Fin de formation : Connaissances accrues Satisfaction : Elevée Documentation : Non systématique Indiquant un écart aux recommandations => Questions aux Focus groups : Perceptions de la prise en charge de la douleur? Perceptions des freins et facteurs facilitant l utilisation des connaissances?

21 Résultats : Focus groups

22 Freins à l évaluation de la douleur Connaissances et compétences Difficultés quand : patient non communicant / tr. cognitifs / tr. vue - audition / non francophone / illettré Difficultés dans les situations de soins palliatifs Difficulté avec l utilisation de l EVA chez le sujet âgé Outils d hétéro-évaluation peu maitrisés Procédure interne non connue de tous les prof. Collaboration inter-pro Organisation des soins Médecin : manque d accessibilité / expérience prof Difficulté de communication argumentation Manque de leadership clinique Manque de temps pour les soins et la continuité Charge de travail importante Manque d encadrement / de référent douleur Nombreux supports de documentation

23 Facteurs facilitant l évaluation de la douleur Connaissances et compétences Collaboration inter-pro Organisation des soins Conscience de l importance de la problématique Prise de conscience des difficultés Communication de bonne qualité en intra-pro Attitudes positives envers le rôle et les responsabilités Autre regard, représentations => mieux cibler les infos transmises au pt Efficacité du binôme ID / ASSC Travail d équipe fonctionnant bien Excellent partenariat avec les physiothérapeutes Introduction du dossier patient informatisé

24 Conclusion

25 En résumé Fin de formation : Connaissances accrues Satisfaction : Elevée Documentation : Non systématique Indiquant un écart aux recommandations Focus group : Pistes d amélioration pour l accompagnement du développement des compétences

26 Conclusion La prise en charge de la douleur : - Fait partie du quotidien des patients et des soignants - Est un indicateur de la qualité des soins - Est indispensable car la douleur est délétère pour la santé Cette enquête met en évidence qu au-delà d un accroissement des connaissances amené par la formation e-learning, le développement des compétences dans les pratiques cliniques nécessite des stratégies complémentaires pour se réaliser

27 Merci pour votre attention Merci à : Jenny, Martine, Serge, Viviane, Raul, Isabelle

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI Céline Gélinas, inf., Ph.D., Marie-Anik Robitaille, M.A., Lise Fillion, inf., Ph.D. & Manon Truchon, Ph.D. Dans

Plus en détail

projet individuel de RH 1

projet individuel de RH 1 Comment évaluer la performance de RH? Application dans le cas de l amélioration de GRH des hôpitaux en Chine XIE Liying 16/01/2008 projet individuel de RH 1 Plan Résumé de l article et introduction du

Plus en détail

DOSSIER PATIENT INFORMATISE : Évaluation de la qualité de la documentation clinique

DOSSIER PATIENT INFORMATISE : Évaluation de la qualité de la documentation clinique DOSSIER PATIENT INFORMATISE : Évaluation de la qualité de la documentation clinique 6 ème Congrès mondial du SIDIIEF Montréal (Canada) - Juin 2015 Direction des soins P. Ducloux, A. Sallet, J. Censier,

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Diagnostics RePèreS. WellScan ID RePèreS Orientation ID RePèreS Action. Présentation générale. Finalités. Livrables. Page 1

Diagnostics RePèreS. WellScan ID RePèreS Orientation ID RePèreS Action. Présentation générale. Finalités. Livrables. Page 1 Diagnostics RePèreS WellScan Présentation générale Finalités Livrables Baromètre du stress en ligne A l échelle individuelle, il est destiné à : mieux comprendre son état de stress prendre conscience de

Plus en détail

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Forum qualité sécurité HUG, 20 novembre 2014 Hôpitaux ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Patricia Francis Gerstel Pierre Chopard Service qualité des soins Etre Direction les

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de

L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de l épilepsie M.Generet Pharmacien Hospitalier Clinicien Hôpital Civil Marie curie Bruxelles 13 novembre 2015- Réseau CMP 1 Plan 1. L éducation

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Continuité des traitements médicamenteux : LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Coraline Claeys Pharmacien au Cercle Royal Pharmaceutique de l Arrondissement de Nivelles et en officine Faculté de

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

2 e congrès international francophone de soins palliatifs/23 e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, 5 mai 2013

2 e congrès international francophone de soins palliatifs/23 e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, 5 mai 2013 Évaluation du degré d intégration du fonctionnement interdisciplinaire en pratique clinique de soins palliatifs et bénéfices attendus : Perspective d amélioration continue de la qualité des soins et des

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

L utilisation des savoirs scientifiques dans le domaine du bloc ope ratoire

L utilisation des savoirs scientifiques dans le domaine du bloc ope ratoire JNEP 2015, Lyon L utilisation des savoirs scientifiques dans le domaine du bloc ope ratoire C. Debout Inf PhD Directeur de l Institut de Soins Infirmiers Supérieurs Membre de la Chaire Santé Sciences-Po/IDS

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN RESTAURATION ET SERVICE HOSPITALIER. A - Règlement général de la formation. B - Règlement d'examen.

CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN RESTAURATION ET SERVICE HOSPITALIER. A - Règlement général de la formation. B - Règlement d'examen. CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN RESTAURATION ET SERVICE HOSPITALIER A - Règlement général de la formation B - Règlement d'examen Annexe C - Directive du travail de projet A - Règlement général du certificat

Plus en détail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Présentation en soutien au webinaire réalisé dans le cadre de la Semaine québécoise des adultes en formation

Plus en détail

Sensibilisation aux Soins Palliatifs

Sensibilisation aux Soins Palliatifs Sensibilisation aux Soins Palliatifs Contexte : Le programme cantonal de développement des Soins Palliatifs (SP) fixe des objectifs en matière de formation aux SP dans chaque structure du réseau de soins.

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Formation de Spécialisation en Soins Palliatifs

Formation de Spécialisation en Soins Palliatifs Formation de Spécialisation en Soins Palliatifs Dispositions générales Remarque préliminaire La formation de spécialisation en soins palliatifs est basée sur les objectifs de la formation d approfondissement

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N. Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.BOURBON N.ESTIENNE S.LUIGI M.ROBIN Le contexte au Centre Hospitalier de Martigues: Augmentation continue

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016

GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 Renforcer ses compétences dans le domaine de la gestion d équipe et de l interdisciplinarité - Augmenter son expertise

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean EVALUATION EXTERNE 2014 RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean 1 L évaluation externe : Rappels Le rapport d évaluation externe doit être envoyé avant le 1 er janvier 2015 aux tutelles

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

1. Le changement de système

1. Le changement de système JOURNEE MONDIALE HYGIENE DES MAINS 2014 Auto-évaluation de la promotion et des pratiques d hygiène des mains dans les établissements de soins et médico-sociaux en région Picardie NOM DE L'ETABLISSEMENT

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

Bilan du Programme DPC ACFM 2011

Bilan du Programme DPC ACFM 2011 Bilan du Programme DPC ACFM 2011 Janvier 2012 Plan Contexte Méthodologie et déroulement Résultats du programme DPC Synthèse Participation Satisfaction Audits cliniques et mesure de l impact Annexe Exemple

Plus en détail

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Marie-Josée Béliveau, inf. Gaétane Boucher, inf. B. Sc. Monique Bourque, inf. M.A. Carole Brousseau, inf. B. Sc.

Plus en détail

UNE DÉMARCHE NOVATRICE EN ORGANISATION DES SOINS ET DU TRAVAIL EN SANTÉ MENTALE. Institut universitaire en santé mentale de Québec

UNE DÉMARCHE NOVATRICE EN ORGANISATION DES SOINS ET DU TRAVAIL EN SANTÉ MENTALE. Institut universitaire en santé mentale de Québec UNE DÉMARCHE NOVATRICE EN ORGANISATION DES SOINS ET DU TRAVAIL EN SANTÉ MENTALE Institut universitaire en santé mentale de Québec Madame Lorraine Guillemette Directrice des soins et services cliniques

Plus en détail

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers FORMADOC 2- Loire 2011-2012 Julie Kalecinski Vanessa Dutertre Franck Chauvin Centre

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

La formation professionnelle en Europe

La formation professionnelle en Europe Baromètre de l Observatoire Cegos La formation professionnelle en Europe + Focus sur la réforme en France 23 juin 2015 Méthodologie L'Observatoire Cegos a conduit cette étude entre les mois d avril et

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation et deux ICLS, une transition réussie pour OZE Le 21.11.

Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation et deux ICLS, une transition réussie pour OZE Le 21.11. XIIème congrès européen des Infirmiers-ères cliniciens-nes, Spécialistes cliniques, Clinicien-nes consultante, symposium no 4 Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation

Plus en détail

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers CSSS Laval Présentation modélisation et simulation, cliniques externes Congrès OIIQ 2012 La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers Le cas du bloc d endoscopie du CSSS du

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Pour des écoles promotrices de réussite éducative en matière de santé et de bien-être. «Partage international en éducation pour un mieux être global»

Pour des écoles promotrices de réussite éducative en matière de santé et de bien-être. «Partage international en éducation pour un mieux être global» Pour des écoles promotrices de réussite éducative en matière de santé et de bien-être «Partage international en éducation pour un mieux être global» L éducation à la santé au Québec Programmes scolaires

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner?

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? «Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? Congrès du CNGE Angers Novembre 2008 Sébastien Cadier*, Isabelle Aubin**, Pierre Barraine* *Département de médecine générale

Plus en détail

État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent.

État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent. État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent. Plan de présentation Le Québec c est État des soins palliatifs au Québec. Éléments de réflexion. Les défis qui nous attendent.

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

Lignes Directrices pour le testing et la validation des outils WP3

Lignes Directrices pour le testing et la validation des outils WP3 Développer les compétences clés en formation professionnelle: Outils Pédagogiques Clés - les Savoir-Faire Comportementaux pour l inclusion dans l emploi Lignes Directrices pour le testing et la validation

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du EVALUATION DU STAGE. Acquis.

ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du EVALUATION DU STAGE. Acquis. ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du au EVALUATION DU STAGE Acquis Non acquis Absences pendant le stage : jours Date et Signatures : Stagiaire

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins»

CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins» CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins» La Bourse Mutualiste pour la Recherche Infirmière et Paramédicale LE CONTEXTE GÉNÉRAL La recherche infirmière et paramédicale - c est-à-dire l étude

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS

OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS Adele Ferrante, inf., M.Sc.(A). Directrice des soins infirmiers Dr Irwin Kuzmarov M.D. FRCS Directeur

Plus en détail

Un MOOC pour la promotion de l activité physique et la lutte contre la sédentarité des jeunes (APS)

Un MOOC pour la promotion de l activité physique et la lutte contre la sédentarité des jeunes (APS) Développer des compétences en promotion de la santé Un MOOC pour la promotion de l activité physique et la lutte contre la sédentarité des jeunes (APS) Stéphanie Regat Frédéric Forestier INPES - Département

Plus en détail

La participation d un pair aidant au retour. post-isolement : les principaux enjeux

La participation d un pair aidant au retour. post-isolement : les principaux enjeux La participation d un pair aidant au retour + post-isolement : les principaux enjeux Marie-Hélène Goulet, inf., Ph.D.(c), UdM Patricia Clavet, paire aidante Caroline Larue, Ph.D, UdM + Problématique Plus

Plus en détail

Analyse des risques a priori

Analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en hygiène CClin Sud-Est

Plus en détail

Récit de Situation clinique Complexe Authentique RSCA. Pr Thierry Valette

Récit de Situation clinique Complexe Authentique RSCA. Pr Thierry Valette Récit de Situation clinique Complexe Authentique RSCA Pr Thierry Valette Récit: Récit écrit descriptif chronologique détaillé ou décrivant les moments forts ou a problèmes d une situation De la plainte

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012

SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012 SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012 Enquête de satisfaction réalisée en 2012 auprès de 1231 patients du Centre Hospitalier Intercommunal Amboise Château-Renault Qualité /Risques Avril

Plus en détail

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Audit Committee Institute Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Le comité d audit joue un rôle de plus en plus important dans l orientation et l exécution des travaux de l audit

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et édition de fonds photographiques et audiovisuels de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015 Programme 2015 du RéQua-Sanitaire 14 octobre 2015 Conception du programme Enquête de satisfaction et des attentes réalisée auprès de tous les adhérents Enquête sur les grandes orientations pressenties

Plus en détail

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration Dr Joséphine Loteteka Dr Tatiana Garcia HAD Santé Service Corpalif 93, 23 mars 2010 Sommaire Le cadre

Plus en détail

Licence Economie et Société

Licence Economie et Société Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Economie et Société Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Programme National pour la Sécurité des Patients

Programme National pour la Sécurité des Patients Programme National pour la Sécurité des Patients Isabelle Martin Marie-France Angelini Tibert Cellule de coordination des vigilances et des risques liés aux soins Nathalie Lugagne Delpon responsable pôle

Plus en détail

TACTIQUE PRO Serious Game

TACTIQUE PRO Serious Game TACTIQUE PRO Serious Game Choisir et construire IFMV-VALDOCCO 102, rue Henri Barbusse 95100 Argenteuil 09.61.28.12.57 Responsable du projet : Christine MARY projet.valdocco@gmail.com Le Valdocco est une

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce, spécialité E-commerce/e-marketing : gestionnaire de projet

Licence professionnelle Commerce, spécialité E-commerce/e-marketing : gestionnaire de projet Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce, spécialité E-commerce/e-marketing : gestionnaire de projet Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Plus en détail

EVALUATION DU STAGE D EXTERNAT EN MEDECINE GENERALE EN FRANCHE COMTE Enquête quantitative auprès de 176 étudiants

EVALUATION DU STAGE D EXTERNAT EN MEDECINE GENERALE EN FRANCHE COMTE Enquête quantitative auprès de 176 étudiants EVALUATION DU STAGE D EXTERNAT EN MEDECINE GENERALE EN FRANCHE COMTE Enquête quantitative auprès de 176 étudiants T.Rodriguez, JM Perrot, AL.Bolot 27 Septembre 2012 Pourquoi un stage? Problèmes de démographie

Plus en détail

VISITE DE STAGE ET ANALYSE DE SITUATION OU PRATIQUE

VISITE DE STAGE ET ANALYSE DE SITUATION OU PRATIQUE VISITE DE STAGE ET ANALYSE DE SITUATION OU PRATIQUE C est quoi? LA VISITE DE STAGE Par qui? Dans quel but? Combien? Comment? Ce qui est attendu de l étudiant Présentation du service/structure: privée,

Plus en détail

Formation Vendeurs d excellence

Formation Vendeurs d excellence Formation Vendeurs d excellence Basé sur le concept de la préparation sportive, instrumentale ou théâtrale : Peu de théorie, de l entraînement INTENSIF, l apprentissage des bons réflexes! Le sportif, même

Plus en détail

«ENDO-SCOPIE» D UNE ACTIVITÉ A RISQUE.

«ENDO-SCOPIE» D UNE ACTIVITÉ A RISQUE. «ENDO-SCOPIE» D UNE ACTIVITÉ A RISQUE. 1 Évaluation des Pratiques Professionnelles Céline Minchaca-Perrochaud IDE Hygiéniste CHU de Martinique INTRODUCTION 2 PRÉSENTATION 2012 CHU de 1200 lits 4 unités

Plus en détail

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let.

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. b, OFPr Filière d études Certificat complémentaire pour la maturité

Plus en détail

Employé CSP compta fournisseurs

Employé CSP compta fournisseurs LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé CSP compta fournisseurs EVALUATION GDI DU SALARIE Employé CSP compta fournisseurs NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule

Plus en détail

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Mise à jour : septembre 2011 Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Table des matières 1. L évaluation de la performance... 1 2. Les mécanismes d évaluation...

Plus en détail

"Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse"

Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse "Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse" Journées Franco-Suisses de Pharmacie Hospitalière 23 avril 2015, Mâcon Dr Vera Jordan-von Gunten Pharmacien d hôpital,

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2012-2013 Préparé le 4 septembre 2013 Déposé le 11 septembre 2013 En vertu de l article 220.2 de la Loi sur l instruction publique

Plus en détail

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts comme développés par inter}artes et adoptés par artesneteurope Institution et sujets à évaluation

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

Prévention Santé Environnement

Prévention Santé Environnement Prévention Santé Environnement Epreuve sur dossier Baccalauréat Professionnel vente ou arcu Nom Prénom SESSION 201X SOMMAIRE Introduction 1. Présentation de l entreprise et de la PFMP. 2. Description d

Plus en détail