Garantie locative et abus des propriétaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Garantie locative et abus des propriétaires"

Transcription

1 Recht/Droit Garantie locative et abus des propriétaires La garantie locative, encore communément appelée «caution», est destinée en principe à protéger le propriétaire vis-à-vis d un locataire qui ne respecterait pas ses obligations, c est-à-dire un locataire qui ne paierait pas son loyer ou ses charges, ou encore aurait causé des dommages à l immeuble loué. La garantie locative ne pourra être utilisée par le bailleur qu à la fin de la location. Le bailleur ne peut donc puiser dans la garantie locative pour compenser des loyers non payés en cours de bail. Les règles relatives à la garantie locative se résument au Grand-Duché de Luxembourg à l article 5 de la loi du 21 septembre 2006 relative au bail à usage d habitation. Le propriétaire peut-il exiger une garantie? Le propriétaire a le droit d exiger une garantie, mais il n est pas obligé de le faire. Le montant de la garantie ne peut dépasser trois mois de loyer : il s agit ici du montant du loyer au sens strict et non du montant des avances sur charges. Si une garantie est exigée, le propriétaire est alors obligé de procéder à un état des lieux d entrée contradictoire avec le locataire, au moment de la remise des clés au locataire. Le locataire sera bien avisé de noter dans cet état des lieux tous les défauts constatés (exemple : des fissures dans du carrelage, qui ne semblent pas «graves» au locataire lors de son entrée dans les lieux, devront être consignées dans le procès-verbal, sous peine d être mises à sa charge en fin de bail). Notons qu il est toujours utile de procéder à un état des lieux en début de bail, même si le propriétaire n exige pas de garantie locative. En effet, en l absence total d état des lieux d entrée contradictoire, c est-àdire réalisé et signé tant par le propriétaire que le locataire, le logement est réputé avoir été mis à disposition du locataire en bon état. Ceci implique que si aucun procès-verbal d état des lieux n est signé par le locataire et le propriétaire au début du bail, le logement est censé se trouver en bon état même si ce n est pas le cas : ce sera alors au locataire qui voudrait restituer le logement en fin de bail dans le même état qu il l a reçu de prouver qu il avait reçu le logement en mauvais état (Pour suivre l exemple ci-dessus, il devra prouver que les carrelages étaient déjà fissurés lorsqu il est entré dans les lieux). S il ne peut pas apporter cette preuve, il sera tenu de remettre le logement en bon état (suivant notre exemple, de remplacer les carrelages). L établissement d un état des lieux en début de bail est donc particulièrement utile pour le locataire. Le propriétaire peut-il exiger une garantie en liquide? Non. La loi prévoit expressément que le bailleur ne peut refuser, même après la conclusion du bail, une garantie locative sous forme d une garantie bancaire. Si le locataire est d accord de fournir une garantie en liquide, contre quittance de la part du propriétaire, cela est parfaitement valable, mais le bailleur ne peut le lui imposer. En quoi consiste cette «garantie bancaire»? Présentet-elle réellement des avantages pour le locataire? Beaucoup de locataires sont convaincus que la garantie bancaire qu ils ont fournie à leur propriétaire leur permettra de discuter à la fin du bail sur le montant à verser ou non au propriétaire, convaincus également que ce dernier ne pourra obtenir le montant de la garantie qu à la condition qu il soit en mesure de prouver qu il a bien une créance à leur encontre. Ainsi, en cas de discussion sur la nécessité ou non de remettre en peinture l appartement en fin de bail, par exemple, beaucoup de locataires sont convaincus que leur bailleur ne pourra «prendre l argent de la garantie», que si les deux parties sont d accord, ou si un tribunal condamne le locataire à payer la remise en peinture de l appartement : Dans la plupart des cas, il n en n est rien! En effet, la garantie bancaire la plus répandue au Luxembourg, est la garantie dite «à première demande». Il s agit d un mécanisme redoutable d efficacité, du point de vue du propriétaire : Suivant ce mécanisme, une banque s engage à payer au pro- 6 I décembre 2013 I N 12

2 de Konsument UNION LUXEMBOURGEOISE DES CONSOMMATEURS priétaire une somme déterminée pendant une durée déterminée éventuellement renouvelable, sur simple demande du propriétaire. Ce dernier n aura donc aucune preuve à apporter concernant sa créance : il lui suffira de réclamer à la banque une somme inférieure ou égale au montant de la garantie pour que la banque soit tenue de la lui verser. Généralement, la banque accepte de prendre un tel engagement visà-vis du propriétaire, contre dépôt par le locataire de la somme équivalente à la garantie locative sur un compte bloqué pour une durée déterminée. Ce compte est générateur d intérêts au profit de son titulaire, le locataire, mais aussi de frais au profit de la banque. Attention : Certaines banques réclament des frais forfaitaires de dossier lors de l octroi de cette garantie, qui ne sont pas négligeables. En définitive, l opération ne sera pas nécessairement rentable pour le locataire, dans la mesure où les frais risquent d être plus élevés que les intérêts. La garantie bancaire a néanmoins de plus en plus la préférence des locataires, souvent sur base d un malentendu, ces derniers étant convaincus, comme exposé ci-dessus, qu ils pourront contrôler le sort du montant garanti en fin de bail. Elle a également la confiance des propriétaires, qui y voient un moyen facile et efficace d obtenir de l argent «si nécessaire» en fin de bail. Est-ce à dire que les propriétaires peuvent impunément réclamer à la banque le montant d une garantie locative en l absence d une quelconque dette du locataire à leur égard? Bien sûr que non : Dans une telle hypothèse, il appartiendra au locataire de réclamer le remboursement de la somme «détournée» par le propriétaire, dans un premier temps en lui adressant une lettre recommandée. Si le propriétaire fait la sourde oreille, le locataire pourra faire appel au service contentieux de l ULC, voire agir par voie judiciaire si nécessaire et réclamer alors des intérêts, et éventuellement une indemnité de procédure (Une indemnité de procédure est une indemnité destinée à couvrir une partie des frais engagés par une partie pour faire valoir ses droits devant un tribunal, tels que des honoraires d avocats, des frais de déplacement au tribunal, de correspondance avec son avocat ou avec la partie adverse, L indemnité décembre 2013 I N 12 I 7

3 Recht/Droit ne couvre jamais tous les frais mais seulement une partie. Seul celui qui gagne l affaire y a éventuellement droit, sous certaines conditions). Par contre, la banque, qui n aura fait qu exécuter son engagement «à première demande», ne pourra se voir reprocher aucune faute. Un autre type de garantie bancaire envisageable, dite «garantie bancaire simple», consiste en un «cautionnement bancaire» : Dans ce type de garantie, la banque s engage à régler au propriétaire les dettes qu aurait le locataire en fin de bail, à concurrence d un certain montant. Attention : A la différence de la garantie à première demande, la banque ne serait amenée à régler le montant réclamé par le propriétaire, qu à la condition que ce dernier puisse établir sa créance envers le locataire, soit par jugement, soit par l accord du locataire. Dans ce 2 ème type de garantie, ce sera au propriétaire à entreprendre des démarches en cas de mauvaise foi du locataire, et non l inverse. On distingue encore deux types de cautionnement : le cautionnement «simple» suivant lequel le propriétaire devra prouver qu il n a pas pu obtenir paiement du locataire avant de s adresser à la banque, et le cautionnement «solidaire» suivant lequel le propriétaire pourra directement s adresser à la banque sans avoir entrepris au préalable de démarches pour obtenir le paiement directement du locataire. Mais ici, contrairement à ce qui se passe dans le cas d une garantie à première demande, en cas de contestation du locataire quant au montant réclamé, le propriétaire devra obtenir un jugement reconnaissant sa créance. Il pourra par contre, dans le cadre d un cautionnement solidaire, s adresser directement à la banque une fois le jugement obtenu, sans avoir à prouver qu il n a pas réussi à obtenir le paiement de la part du locataire sur base de ce jugement. Qu en est-il de l ouverture d'un compte d épargne spécifique bloqué au nom du locataire? Il s agit d une forme de garantie locative très répandue à l étranger, en Belgique notamment. La totalité du montant de la garantie est bloqué sur un compte bancaire spécifiquement ouvert par le locataire à cet effet, pendant toute la durée du bail. La banque dans ce cas ne se porte pas «caution» mais bloque tout simplement le compte. Le compte ne pourra être débloqué qu avec l accord tant du locataire que du propriétaire ou en vertu d une décision de justice. Sauf erreur de notre part, ce type de garantie est courant en Belgique mais pas au Luxembourg. Dans quels cas le propriétaire peut-il conserver le montant de la garantie locative? 8 I décembre 2013 I N 12

4 de Konsument UNION LUXEMBOURGEOISE DES CONSOMMATEURS Le propriétaire pourra utiliser la garantie locative en fin de bail, dans l hypothèse où le locataire serait resté en défaut de régler certains loyers, certaines charges, ou encore dans l hypothèse où le locataire aurait causé des dégâts dans l appartement. Quels types de dégâts peuvent justifier l utilisation de la garantie locative? Avant tout, il appartient au propriétaire de prouver que le logement a été restitué en mauvais état. Le recours à un état des lieux de sortie est justement destiné à constater contradictoirement, c est-à-dire en présence de toutes les parties, propriétaires et locataires, l état de l appartement au moment de la remise des clés. Tous les dégâts et détériorations constatés doivent y être mentionnés. De prétendus dégâts invoqués par le propriétaire postérieurement à la remise des clés, en l absence totale d état des lieux de sortie contradictoire, peuvent être contestés par les locataires. De même, des dégâts invoqués postérieurement à l établissement d un état des lieux de sortie, mais qui n auraient pas été mentionnés sur ce procès-verbal d état des lieux de sortie, peuvent également être contestés par les locataires. Il est bon de rappeler que, sauf convention contraire, le locataire n est tenu que des dégradations qui ne résultent pas de la vétusté, c est-à-dire des dégradations qui ne résultent pas d une utilisation normale et du simple écoulement du temps. A titre d exemple : il est normal que la couleur d un papier peint ou d une peinture subisse l effet de la lumière au cours du temps. Par conséquent, le locataire qui n a pas taché les murs n est pas tenu de les remettre en peinture, du simple fait que des différences de couleur apparaissent à certains endroits. Par contre, le locataire sera tenu de prendre en charge la remise en peinture si les murs sont tachés, souillés, de son fait. Pour plus d informations concernant les obligations respectives des propriétaires et des locataires en ce qui concerne l entretien et la remise en état du bien loué, nous vous invitons à lire ou à relire notre article «Bail à loyer : réparations ou entretien : qui doit payer?» paru dans le Konsument n 12, décembre 2012 (disponible en ligne sur notre site internet : ulc.lu/fr/konsument/detail.asp?t=4&d=descr&id=72) La garantie locative n est donc pas destinée à permettre à un propriétaire de maintenir son bien en état neuf au fil du temps, aux frais des locataires successifs. Il se peut également qu il y ait accord entre parties sur le principe de la prise en charge de travaux de réfection par le locataire mais que les parties ne s accordent pas sur le montant des réparations. Traditionnellement, le propriétaire doit fournir des devis quant aux réparations qu'il juge nécessaires. Ici encore, le locataire fera bien de vérifier si les travaux faisant l objet du devis sont bien en relation avec les dégâts constatés : certains propriétaires, «profitent de l occasion» de l intervention de l une ou l autre entreprise dans leur immeuble, pour faire faire des travaux supplémentaires : il leur appartient alors de demander un devis détaillé, afin de ne mettre à charge des locataires que la part des travaux rendue nécessaire par les dégâts qu ils ont occasionnés. Exemple : Si la remise en peinture d une chambre d enfant est nécessaire suite aux dégâts occasionnés par le locataire, le propriétaire est certes en droit de faire repeindre l ensemble de l appartement, mais il peut réclamer uniquement le coût de la remise en peinture de la chambre endommagée. Le propriétaire doit donc veiller à demander au peintre un devis détaillé, pièce par pièce. Enfin, la question nous ayant déjà été posée, il peut être utile de rappeler que le montant de la garantie locative ne constitue pas, sauf convention contraire, un montant forfaitaire constituant le montant maximum que pourrait réclamer le propriétaire à titre d indemnisation pour les dégâts causés par le locataire. Aussi, dans la mesure où le montant de la garantie locative ne serait pas suffisant pour couvrir le montant des réparations à charge du locataire, le propriétaire serait en droit de lui réclamer la différence. Que faire en cas d abus de la part du propriétaire? Chaque semaine, le service contentieux de l ULC reçoit des réclamations de la part de locataires dont le propriétaire «refuse de restituer la caution». Dans certains cas, les parties ne sont pas du même avis en ce qui concerne l état du logement, l origine des dégâts, l ampleur des travaux de réparation nécessaire, Il arrive aussi fréquemment qu alors même que le propriétaire reconnaisse que le logement est restitué en parfait état, celui-ci refuse de restituer la garantie locative. La plupart du temps, le refus est motivé, dans le cadre de logements en copropriété, par le fait que le pro- décembre 2013 I N 12 I 9

5 Recht/Droit priétaire n a pas encore reçu le(s) décompte(s) de charges de la copropriété afférent à la totalité de la durée du bail ( quant au délai de restitution de la garantie locative : voir ci-après). Le retard dans l établissement des décomptes de copropriété est ainsi gravement préjudiciable pour les locataires qui comptent sur la récupération de leur garantie locative, soit pour financer un déménagement, soit pour fournir une nouvelle garantie locative pour leur nouveau propriétaire, ou encore pour régler la commission de l agent immobilier intervenu dans la conclusion de leur nouveau bail. Plus rarement, le propriétaire ne fournit aucun motif. Si le propriétaire refuse abusivement de restituer la garantie locative ou «caution», il y a lieu de lui adresser une mise en demeure, par lettre recommandée, de restituer le montant de la garantie locative dans un certain délai. Si le propriétaire ne réagit pas, l ULC peut prendre le relais et tenter de trouver une solution amiable avec le propriétaire. Nous rappelons à cet égard que l ULC défend les intérêts des locataires, à l instar de ceux des consommateurs, et non les intérêts des propriétaires bailleurs : l ULC ne peut donc pas intervenir dans l intérêt des propriétaires vis-à-vis des locataires, ni prendre position dans un litige donné, à la demande de propriétaires. Si toute démarche amiable s avère infructueuse, le locataire peut adresser une requête au Juge de Paix. Il a le choix de faire appel ou non aux services d un avocat pour l assister ou le représenter dans cette démarche, le recours à un avocat n étant pas obligatoire dans ce type de procédure. (Pour tous renseignements sur la procédure judiciaire et les actions judiciaires pour lesquelles le recours à un avocat n est pas obligatoire, vous pouvez vous adresser aux différents Services d accueil et d information juridique : Luxembourg - Cité judiciaire - Bâtiment BC - L Luxembourg-Tél. : (+352) / Diekirch-Justice de paix-place Joseph Bech - L Diekirch - Tél. : (+352) / Eschsur-Alzette - Justice de paix - Place Norbert Metz - L Esch-sur-Alzette-Tél. : (+352) ) Dans quel délai le propriétaire est-il tenu de restituer la garantie locative? Contrairement aux législateurs français et belge (tant en France qu en Belgique, le délai de restitution de la garantie locative est de 2 mois à partir du jour de la restitution des clés par le locataire), le législateur luxembourgeois n a pas répondu à cette question. La question se pose pourtant fréquemment. Si le contrat de bail est muet sur la question, l ULC recommande traditionnellement aux parties, afin d éviter d avoir besoin de recourir au Juge de Paix, de trouver un arrangement. Dans l hypothèse où les parties s accordent pour dire que l appartement est rendu en bon état, cet arrangement consiste la plupart du temps dans le fait pour le propriétaire de restituer une partie de la garantie locative au locataire au moment de la remise des clés et de garder l autre partie pour couvrir les éventuels frais qui se révèleraient encore à charge du locataire après établissement du décompte de copropriété. Il appartient donc aux parties de faire preuve de bon sens et de s accorder sur les modalités de restitution de la garantie afin d éviter des procédures qui peuvent s avérer relativement longues, voire onéreuses en cas de recours à un avocat (notons que le ministère d un avocat n est pas obligatoire pour introduire une requête tendant à obtenir restitution d une garantie locative devant le Juge de Paix). Comment fixer amiablement la part de la garantie à conserver par le propriétaire dans l attente du décompte de charges d une copropriété? Nous proposons de le calculer sur base du montant des charges payées par le locataire pour les années antérieures, le cas échéant. Dans l hypothèse où le propriétaire serait informé de l augmentation de certains coûts, ce montant pourrait être augmenté à due concurrence (10 à 15 % par exemple). Dans le cas d un locataire présent depuis moins d un an ou juste un an dans les lieux, il faut supposer que les avances, récemment fixées, ont été évaluées justement pour permettre de couvrir les charges. Un montant de 20 à 10 I décembre 2013 I N 12

6 de Konsument UNION LUXEMBOURGEOISE DES CONSOMMATEURS 30 %, et au maximum d un mois de loyer pourrait être proposé à titre de garantie «sur charges». Notons que la jurisprudence ne permet pas aux propriétaires de garder la garantie locative indéfiniment sans juste motif. Le fait de ne pas avoir reçu de décompte de copropriété, constituera dans la plupart des cas, un juste motif, du moins pour une partie du montant de la garantie. Nous sommes cependant également d avis que le fait de ne pas avoir reçu le décompte des charges de la copropriété ne saurait dispenser de plein droit le propriétaire de restituer la caution : trop de propriétaires négligent de réclamer ce décompte à leur syndic, et restent complètement passifs en cas d inaction de ce dernier. Or, il appartient au propriétaire, afin d être en mesure d exécuter ses obligations vis-à-vis de ses locataires, d effectuer toutes démarches utiles à cet effet. Ainsi, nous sommes d avis qu il lui appartient de réclamer les décomptes au syndic, par voie de courrier recommandé si nécessaire. Un propriétaire qui resterait complètement passif vis-à-vis d un syndic négligent, devrait en assumer les conséquences et accepter de restituer la garantie locative sous toutes réserves, à charge pour lui de réclamer par la suite le montant des charges éventuellement non couvert par les avances réglées par son ancien locataire, une fois le décompte en mains. Nous estimons en effet inacceptable que certains propriétaires conservent pendant plus d une année une garantie locative sans entreprendre la moindre démarche visà-vis de leur syndic pour obtenir les décomptes. En conclusion, la garantie locative doit être utilisée de bonne foi par les deux parties, de manière à préserver raisonnablement les droits tant des locataires que des propriétaires, sans abus de part ni d autre. Information complémentaire: Il existe des aides étatiques pour le financement d une garantie locative : Les personnes qui ne disposeraient pas des ressources financières suffisantes, peuvent sous certaines conditions, obtenir une aide de l Etat. Pour plus de renseignements à ce sujet, nous vous invitons à consulter la brochure «Les aides étatiques en matière de Logement» éditée par l ULC et la Chambre des Salariés ou à vous adresser au Service des Aides au logement (11, rue de Hollerich, L-1741 Luxembourg, Tél. : (+352) ) décembre 2013 I N 12 I 11

E N R E G I S T R E M E N T

E N R E G I S T R E M E N T E N R E G I S T R E M E N T FAUT-IL FAIRE ENREGISTRER LE BAIL? Depuis le 1 er janvier 2007, le propriétaire est tenu de faire enregistrer le contrat de bail d un logement affecté exclusivement au logement

Plus en détail

L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Sommaire 1 ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Utilité de l état des lieux / Page 2 Etablissement de l état des lieux / Page 2 Forme de l état des lieux / Page 3 Coût de

Plus en détail

Mots clefs pour cette fiche : aide, appartement, agence, assurance, bail, caution, contrat, garantie, immobilier, location, logement, loyer, studio.

Mots clefs pour cette fiche : aide, appartement, agence, assurance, bail, caution, contrat, garantie, immobilier, location, logement, loyer, studio. Louer malin Les Cahiers du CIJ Secteur C Vie Pratique C.1. Logement 1. Louer malin Mots clefs pour cette fiche : aide, appartement, agence, assurance, bail, caution, contrat, garantie, immobilier, location,

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

MODÈLE D UN CONTRAT DE BAIL À LOYER

MODÈLE D UN CONTRAT DE BAIL À LOYER MODÈLE D UN CONTRAT DE BAIL À LOYER (recommandé par l Union Luxembourgeoise des Consommateurs - ULC) CONTRAT-TYPE DE BAIL Entre les soussignés: Nom: Prénom(s): demeurant à: dénommé(e) ci-après le «bailleur»,

Plus en détail

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 La fin de l année approche et avec elle ses bilans et autres rétrospectives. Pour l ULC, c est l occasion de faire le point et d informer les consommateurs

Plus en détail

L aide pour la constitution d une garantie locative

L aide pour la constitution d une garantie locative Version n : 1 Dernière actualisation : 30-10-2009 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une garantie locative? 3) Est-il obligatoire de constituer une garantie locative? 4) La garantie locative appartient-elle

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Une fois complet, votre dossier est à adresser à :

Une fois complet, votre dossier est à adresser à : Dossier DECLARATION DE SINISTRE Kit Bailleur Individuel Ce dossier contient : L imprimé de déclaration de sinistre «loyers impayés» L imprimé de déclaration de sinistre «détériorations immobilières» Le

Plus en détail

FORMATION DE BASE RBDH 22 OCTOBRE 2012 "LE BAIL A LOYER"

FORMATION DE BASE RBDH 22 OCTOBRE 2012 LE BAIL A LOYER FORMATION DE BASE RBDH 22 OCTOBRE 2012 "LE BAIL A LOYER" Par Mme Jémy NZEYIMANA Juriste, Coordinatrice Table du Logement Habitat et Rénovation asbl 1 I. INTRODUCTION II. CONTRAT DE BAIL EN GENERAL III.

Plus en détail

Locations saisonnières en France

Locations saisonnières en France Centre Européen des Consommateurs GIE Luxembourg 2009 Locations saisonnières en France Locations saisonnières en France Introduction La location saisonnière consiste à louer, pendant une durée limitée

Plus en détail

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LE BAIL COMMERCIAL Explications et conseils Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales,

Plus en détail

État de Genève. Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL)

État de Genève. Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL) État de Genève Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL) Art. Forme de la garantie Toute garantie en espèces ou en valeurs fournie en faveur d un bailleur par un locataire ou par

Plus en détail

L assurance-caution Une alternative aux formes traditionnelles de garantie locative dans les relations bailleur-locataire.

L assurance-caution Une alternative aux formes traditionnelles de garantie locative dans les relations bailleur-locataire. L assurance-caution Une alternative aux formes traditionnelles de garantie locative dans les relations bailleur-locataire Mars 2014 Wildgen, Partners in Law est aujourd hui l un des cabinets d avocats

Plus en détail

Contrat de bail pour appartements de vacances meublés/ maisons de vacances meublées à usage privé (3 mois max.)

Contrat de bail pour appartements de vacances meublés/ maisons de vacances meublées à usage privé (3 mois max.) Contrat de bail pour appartements de vacances meublés/ maisons de vacances meublées à usage privé (3 mois max.) Données sur le partie contractantes Bailleur Nom/prénom... Adresse... NPA/localité... Portable.

Plus en détail

Les grands principes du statut du fermage (bail rural)

Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Le statut du fermage est le corps de règles qui encadre les droits et obligations du bailleur (propriétaire) et du preneur (locataire), parties à

Plus en détail

ASSURANCE GARANTIE LOCATIVE ENTREPRISE CONDITIONS GENERALES

ASSURANCE GARANTIE LOCATIVE ENTREPRISE CONDITIONS GENERALES ASSURANCE GARANTIE LOCATIVE ENTREPRISE CONDITIONS GENERALES L U X E M B O U R G B U S I N E S S VOTRE ASSURANCE GARANTIE LOCATIVE ENTREPRISE CONDITIONS GENERALES Version 1.1 du 10/01/2014 Sommaire 1 La

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

Conditions générales (CGA) Helvetia Assurance Cautionnement de Loyer. Edition Avril 2012

Conditions générales (CGA) Helvetia Assurance Cautionnement de Loyer. Edition Avril 2012 Conditions générales (CGA) Helvetia Assurance Cautionnement de Loyer Edition Avril 2012 Tout simplement. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch Sommaire A Information aux clients 3 1 Partenaires

Plus en détail

Louez en toute Sérénité

Louez en toute Sérénité MK IMMOBILIER.ADMINISTRATEUR DE BIENS Louez en toute Sérénité 57, rue du Rendez-vous 75012 Paris Tél: 01 44 74 74 74 Site: www.mk-immobilier.com Fax: 01 73 76 93 56 mkimmo57@gmail.com cotegestion@gmail.com

Plus en détail

Louer devient encore plus intéressant avec le. Pack Bailleur. Une tranquillité absolue pour votre bien immobilier!

Louer devient encore plus intéressant avec le. Pack Bailleur. Une tranquillité absolue pour votre bien immobilier! Louer devient encore plus intéressant avec le Pack Bailleur Une tranquillité absolue pour votre bien immobilier! Félicitations! En mettant votre bien en location, vous assurez vos arrières et vos fins

Plus en détail

Le Guide Dégât des eaux

Le Guide Dégât des eaux Les fiches pratiques Oralia Fiche N 019 Edition Juin 2011 Le Guide Dégât des eaux Qu est-ce qu un dégât des eaux p. 1 Que faire après un dégât des eaux p. 2 La recherche de fuite p. 2 La convention CIDRE

Plus en détail

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

Louer un bien immobilier en Allemagne Mode d emploi

Louer un bien immobilier en Allemagne Mode d emploi Mode d emploi A) Les démarches... 2 1) La recherche de logement... 2 2) L'état des lieux...2 B) Le contrat de bail... 3 1) Règles applicables à tout type de bail... 3 2) Le bail à durée déterminée... 3

Plus en détail

LE LOYER ET LES CHARGES LOCATIVES

LE LOYER ET LES CHARGES LOCATIVES LE LOYER ET LES CHARGES LOCATIVES De manière générale, le locataire et le propriétaire peuvent fixer librement le montant du loyer. Dans la plupart des cas, le loyer peut être indexé. Le loyer peut aussi,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY. de location initialement prévue sur le présent contrat, sauf accord du propriétaire.

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY. de location initialement prévue sur le présent contrat, sauf accord du propriétaire. CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY DISPOSITIONS GENERALES Le locataire ne pourra en aucune circonstance se prévaloir d un quelconque droit au maintien dans les lieux à l expiration

Plus en détail

Vos biens immobiliers et vos revenus locatifs, en toute sécurité!

Vos biens immobiliers et vos revenus locatifs, en toute sécurité! sécherwunnen pour les propriétaires investisseurs Vos biens immobiliers et vos revenus locatifs, en toute sécurité! Monde de sécurité Bâloise Vos biens immobiliers, un investissement judicieux. Vous avez

Plus en détail

L appelant a été poursuivi devant la Chambre exécutive pour les griefs suivants :

L appelant a été poursuivi devant la Chambre exécutive pour les griefs suivants : Juridiction : Chambre d appel d expression française Date : 07/08/2012 Type de décision : par défaut Numéro de décision : 769 Syndic prélèvement indu de sommes non convocation d assemblées générales non

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION

LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION Octobre 2010 Les Guides pratiques OHADA pour les entreprises résultent d une collaboration entre le Secrétatriat

Plus en détail

RESIDENCE «L ETOILE DU SUD» 7, impasse Abat Oliva 66250 SAINT LAURENT DE LA SALANQUE

RESIDENCE «L ETOILE DU SUD» 7, impasse Abat Oliva 66250 SAINT LAURENT DE LA SALANQUE RESIDENCE «L ETOILE DU SUD» 7, impasse Abat Oliva 66250 SAINT LAURENT DE LA SALANQUE CONDITIONS GENERALES DE GESTION ET DE LOCATION AGENCE DU SOLEIL DE RIVESALTES PRESENTATION DU GROUPE : Créée en 1973,

Plus en détail

DOSSIER LOGEMENT LOCATIF

DOSSIER LOGEMENT LOCATIF DOSSIER LOGEMENT LOCATIF Pourquoi cette enquête? Le logement est le poste de dépense le plus important pour les consommateurs. Il représente 22% 1 des dépenses des ménages. De plus, en termes de litiges

Plus en détail

CAP Assurance de Protection juridique

CAP Assurance de Protection juridique Clients privés/clients entreprises CAP Assurance de Protection juridique Protection juridique globale pour tous: privalex, firmalex et contrat spécial w.cap.ch A company of Il est important d avoir des

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Nos bureaux sont ouverts toute l année et une équipe de 8 personnes au total vous reçoit :

Nos bureaux sont ouverts toute l année et une équipe de 8 personnes au total vous reçoit : www.grenecheimmo.fr Le Cabinet GRENECHE Immobilier est l une des plus anciennes agences de la ville d Evian et de la région, présente dans l ensemble des activités immobilières : - ventes : traditionnellement

Plus en détail

ASSURANCE GARANTIE LOCATIVE CONDITIONS GENERALES

ASSURANCE GARANTIE LOCATIVE CONDITIONS GENERALES ASSURANCE GARANTIE LOCATIVE CONDITIONS GENERALES B E L G I Q U E VOTRE ASSURANCE GARANTIE LOCATIVE CONDITIONS GENERALES Version 1.1 du 04/11/2013 Sommaire 1 La vie du contrat 3 1.1 DEFINITIONS 3 1.1.1

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Les droits du locataire

Gwendoline Aubourg Les droits du locataire Gwendoline Aubourg Les droits du locataire Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3538-4 Chapitre 6 Les litiges De nombreux litiges peuvent vous opposer à votre propriétaire. Le principal d entre eux concerne

Plus en détail

TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS. Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS. Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

Contrat de sous-location

Contrat de sous-location Contrat de sous-location Description : Une sous-location est une opération dans laquelle le locataire d un logement accepte de louer une pièce du logement qu il occupe ou ce logement dans son ensemble.

Plus en détail

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003 DEP 302 - JUIN 2003 Copropriété et assurances Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Fax DEP : 01 465

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

Les dispositions à prendre en cours de fonction

Les dispositions à prendre en cours de fonction TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction de Curateur dans le cadre d une curatelle dite renforcée (article 472 du code civil) Ces dispositions ne concernent

Plus en détail

Avril 2008. Dispositif GRL

Avril 2008. Dispositif GRL Avril 2008 Dispositif GRL 1- Qu est-ce que la GRL? La GRL c est quoi? 2 La Garantie des Risques Locatifs est un dispositif créé par l Etat et les partenaires sociaux (dont l UESL, Union d Economie Sociale

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales Article 0 Conditions générales Etant donné que RELI opère dans un environnement commercial, technologique et règlementaire qui change constamment, RELI peut toujours adapter les présentes

Plus en détail

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME Décryptage : ce qui pourrait changer pour les propriétaires et les locataires Jean-François BUET Président de la FNAIM Etienne GINOT Président de l UNIS Point presse

Plus en détail

A. Les contrats visés par la loi de 2006... 14 B. Les contrats exclus du champ d application de la loi... 15

A. Les contrats visés par la loi de 2006... 14 B. Les contrats exclus du champ d application de la loi... 15 Table des matières Sommaire... 7 Introduction... 11 I ère Partie Le bail à usage d habitation... 13 Titre I. Champ d application... 14 A. Les contrats visés par la loi de 2006... 14 B. Les contrats exclus

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

Les fondements juridiques sous-tendant les

Les fondements juridiques sous-tendant les L expert Dégât des eaux et la responsabilité des entreprises L auteur Christophe Gadouleau Dans la pratique quotidienne de son activité, l expert Dégât des eaux intervenant en dommage est parfois en situation

Plus en détail

Conditions générales d abonnement au service MégaMax A2C Net Pro

Conditions générales d abonnement au service MégaMax A2C Net Pro SAS A2Cnet Pro 3, rue de la Liberté 87120 EYMOUTIERS Tel. 05 55 57 55 58 Siret : 510 598 337 00010 RCS Limoges info@a2cnet.fr Conditions générales d abonnement au service MégaMax A2C Net Pro Table des

Plus en détail

Conférence de l Arson club du 16 avril 2008 sur la répétibilité des honoraires de l avocat (loi du 21/4/2007).

Conférence de l Arson club du 16 avril 2008 sur la répétibilité des honoraires de l avocat (loi du 21/4/2007). Conférence de l Arson club du 16 avril 2008 sur la répétibilité des honoraires de l avocat (loi du 21/4/2007). 1. Le contexte historique Notre Cour de Cassation a longuement considéré que les frais et

Plus en détail

Comment défendre vos droits

Comment défendre vos droits Union luxembourgeoise des consommateurs Comment défendre vos droits 11 lettres types Avec le soutien financier du Ministère de l Economie et du Commerce extérieur. Mit der finanziellen Unterstützung des

Plus en détail

Le contrat de location

Le contrat de location Les fiches pratiques de la concurrence et de la consommation LOCATION D UN LOGEMENT CONTRAT DE LOCATION DROITS ET OBLIGATIONS DU LOCATAIRE Le contrat de location L information préalable du locataire sur

Plus en détail

Idées reçues et autres contre-vérités

Idées reçues et autres contre-vérités Idées reçues et autres contre-vérités "Juger, c'est de toute évidence, ne pas comprendre ; si l'on comprenait, on ne pourrait plus juger." Citation d'andré Malraux A l occasion des prochaines manifestations

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

CONTRAT DE BAIL POUR UNE MAISON D HABITATION

CONTRAT DE BAIL POUR UNE MAISON D HABITATION CONTRAT DE BAIL POUR UNE MAISON D HABITATION Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilié(s) à... - ci-après dénommé bailleur - et 2. Monsieur... et Madame... domicilié(s) actuellement à... - ci-après

Plus en détail

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT :

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : GUIDE DE L HÉBERGEMENT ET DU LOGEMENT L occupant hébergé Ci-après désigné par les mots «L occupant hébergé» IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : CONDITIONS PARTICULIERES Article 1 - Objet de la convention La

Plus en détail

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY 1. Définitions Dans ces Conditions, les notions suivantes ont la signification qui suit: Demandeur de crédit : la personne (personne physique) qui présente une Demande de

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété 1. Caractéristiques et champ d application d une Assurance Immeuble : Existe -t-il une obligation d assurance? Aucun texte

Plus en détail

Conditions Générales de Location de Matériel et de Prestation de Services Musicaux (FESTI LOCA)

Conditions Générales de Location de Matériel et de Prestation de Services Musicaux (FESTI LOCA) Conditions Générales de Location de Matériel et de Prestation de Services Musicaux (FESTI LOCA) ARTICLE 1 Généralités 1.1. Les présentes Conditions Générales ont vocation à régir les relations contractuelles

Plus en détail

Bail de location d un emplacement de stationnement

Bail de location d un emplacement de stationnement Soumis aux dispositions des articles 1709 et suivants du Code civil Entre les soussignés : Propriétaire bailleur : Nom et prénom : Demeurant : Téléphone / E-mail : Dénommé(s) ci-après «BAILLEUR», (au singulier)

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION LOCAUX VACANTS

CONTRAT DE LOCATION LOCAUX VACANTS CONTRAT DE LOCATION LOCAUX VACANTS D après la loi n 89-462 du 6 juillet 1989 (JO 08/07 /89) modifiée par la loi du 21 juillet 1994 (JO 24/07/94) Le présent contrat de location est composé: d'une première

Plus en détail

La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial

La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial «Le renouvellement d un contrat de bail commercial n est pas automatique» 1. La demande de renouvellement Il n existe pas de renouvellement

Plus en détail

POLE TECHNOLOGIQUE DE SFAX -CONTRAT DE BAIL DE LOCAL

POLE TECHNOLOGIQUE DE SFAX -CONTRAT DE BAIL DE LOCAL POLE TECHNOLOGIQUE DE SFAX -CONTRAT DE BAIL DE LOCAL Il a été convenu ce qui suit entre : La société de gestion de la technopole de Sfax, société anonyme au capital de 01 million de dinars immatriculée

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

GARANTIES LOCATIVES. Le Cabinet ATI GESTION gère aujourd hui environ 800 lots en gérance et 1000 en copropriété.

GARANTIES LOCATIVES. Le Cabinet ATI GESTION gère aujourd hui environ 800 lots en gérance et 1000 en copropriété. GARANTIES LOCATIVES LES SERVICES D ATI GESTION LA GESTION LOCATIVE (quittancement, reddition mensuelle des comptes, suivi des travaux ) LE SYNDIC DE COPROPRIETE LA MISE EN LOCATION (sélection des locataires,

Plus en détail

L assurance du Patrimoine Immobilier. SwissLife Bailleur Privé

L assurance du Patrimoine Immobilier. SwissLife Bailleur Privé L assurance du Patrimoine Immobilier SwissLife Bailleur Privé Vous avez réalisé un investissement locatif, comment préserver ce patrimoine immobilier? Assurez vos biens en cas de sinistre! Vous donnez

Plus en détail

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS Le Crédit Municipal de Toulon est un établissement public de crédit et d aide sociale régit par les articles L 514-1 et suivants du code monétaire et financier dont le siège social est sis à Toulon, 10

Plus en détail

Conditions pour la location de matériel de chantier (Les présentes conditions ont été élaborées par des délégations de VSBM et SBI/SSE)

Conditions pour la location de matériel de chantier (Les présentes conditions ont été élaborées par des délégations de VSBM et SBI/SSE) Conditions pour la location de matériel de chantier (Les présentes conditions ont été élaborées par des délégations de VSBM et SBI/SSE) 1. Généralités Les conditions énoncées ci-après sont valables pour

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Le juge de paix : le juge le plus proche du citoyen

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Le juge de paix : le juge le plus proche du citoyen La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Le juge de paix : le juge le plus proche du citoyen Cette brochure vous explique quelles sont les tâches et les

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art.

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art. CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678 du 20-7-1972, art. 64, 66 et 67) Numéro du registre : Numéro de l immeuble : OBJET du MANDAT : Des

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

Le loyer pour l intégralité du séjour est du à l arrivée dans l appartement.

Le loyer pour l intégralité du séjour est du à l arrivée dans l appartement. Nos Conditions Générales 1. Usage de l appartement L appartement est loué à usage exclusif d habitation et ce à titre provisoire. Le locataire, préalablement à sa réservation, déclare que la réservation

Plus en détail

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location.

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Article 1. Généralité. 1.1. Sauf dérogation expresse écrite convenue entre parties, les relations entre la Sprl SON EXCENTRIQUE,

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Les sûretés Chapitre 1. Législation...................................... 18 Section 1. Les notifications fiscales et sociales..................... 18 Section 2. L insaisissabilité de

Plus en détail

Contrat de bail de bureau

Contrat de bail de bureau Contrat de bail de bureau CONTRAT DE BAIL DE BUREAU 2/8 Entre les soussignés : Madame... domiciliée à..... (adresse complète), Et/ou Monsieur..., domicilié à..... (adresse complète), agissant en qualité

Plus en détail

Charges de copropriété impayées

Charges de copropriété impayées C est le versement de provisions par les copropriétaires qui permet à la copropriété de fonctionner : grâce au paiement régulier des charges, le syndicat peut entretenir l immeuble et faire face à ses

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION Article 1 - Présentation de l'activité : CONDITIONS GENERALES DE LOCATION La SARL Kidelio, capital de 7000 euros située à 06330 Roquefort, 7 chemin du Curnier CIDEX 13 inscrite au RCS de Grasse sous le

Plus en détail

Le rôle du syndic. Introduction

Le rôle du syndic. Introduction Le rôle du syndic Introduction Le syndic constitue un concept nouveau dans la société marocaine. Il est apparu avec l apparition de la copropriété. Celle ci a été régie pendant longtemps par le Dahir de

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

établi en application de l'article L.113-2 du Code des Assurances Nom :... Prénom :... Adresse :.. Code Postal :... Ville :... :tel...

établi en application de l'article L.113-2 du Code des Assurances Nom :... Prénom :... Adresse :.. Code Postal :... Ville :... :tel... Kit Bailleur Individuel Centre de gestion Solly Azar Assurances Immeuble "Espace Cordeliers" 2, rue Président Carnot 69002 Lyon Téléphone : 04.72.41.88.88 Télécopie : 04.72.41.74.90 FORMULAIRE DE SOUSCRIPTION

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Les droits du locataire

Gwendoline Aubourg Les droits du locataire Gwendoline Aubourg Les droits du locataire Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3538-4 Table des matières Préambule....................................................... 7 Pour commencer... Bien choisir

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS : annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ CAS DE FIGURE Le propriétaire des locaux frappés d un arrêté de police tenu à l obligation

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ARTICLE PREMIER - Champ d'application Les présentes conditions générales de vente constituent le socle de la négociation commerciale et s'appliquent sans réserve et en priorité

Plus en détail

L assurance dommages-ouvrage

L assurance dommages-ouvrage Vous construisez un bâtiment neuf ou réalisez certains travaux sur un bâtiment existant? Afin de faciliter les indemnisations des maîtres d ouvrage lors de la survenance de sinistres, le législateur (loi

Plus en détail

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat.

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. CHAPITRE 1 Avant le bail Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. Concernant le locataire Ça y est, vous avez choisi

Plus en détail

Les fiches Juridiques de Copropriété-eJuris.be

Les fiches Juridiques de Copropriété-eJuris.be Justice de paix de Forest, jugement du 10 juin 1999 Juge : Y. Janssens Casteels. Avocats : Hoeck (loco Leonard), Coeckelberghs La demande de prorogation doit être justifiée par des circonstances exceptionnelles

Plus en détail

«Le salon indépendant de la Copropriété» 4 ème édition du salon de l ARC LE SUIVI DES IMPAYES PAR LE CONSEIL SYNDICAL

«Le salon indépendant de la Copropriété» 4 ème édition du salon de l ARC LE SUIVI DES IMPAYES PAR LE CONSEIL SYNDICAL «Le salon indépendant de la Copropriété» 4 ème édition du salon de l ARC LE SUIVI DES IMPAYES PAR LE CONSEIL SYNDICAL Pourquoi un suivi? Les conséquences d un manque de suivi des impayés par le CS Frais

Plus en détail

CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE. (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats :

CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE. (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats : 1 CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats : ENTRE LES SOUSSIGNES ET Usufruitiers des droits immobiliers ci-après énoncés,

Plus en détail

CONTRAT DE BAIL. Entre les soussignés : Le présent bail a été conclu aux conditions suivantes : Article 1 : OBJET DU BAIL

CONTRAT DE BAIL. Entre les soussignés : Le présent bail a été conclu aux conditions suivantes : Article 1 : OBJET DU BAIL CONTRAT DE BAIL (Le cas échéant) Par l intermédiaire de l Agence Entre les soussignés : NOM, Prénom : Date et lieu de naissance : Adresse : N de téléphone : Dénommé ci-après «le bailleur», d une part,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1. Sauf stipulation contraire écrite, toutes offres et toutes conventions (même celles à venir) sont régies par les présentes conditions, lesquelles en font partie intégrante et priment

Plus en détail