DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Les partenaires financiers des associations»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Les partenaires financiers des associations»"

Transcription

1 DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Les partenaires financiers des associations»

2 Points clés Lorsque l on dit «association», on pense souvent «subvention», autrement dit une aide de partenaires financiers publics (État, établissements publics, collectivités territoriales). Il faut rappeler que la subvention n est pas un dû et qu elle n est pas automatique. Les associations ont tout intérêt à diversifier leur partenariat financier pour préserver leur autonomie et développer plus sûrement leurs projets. D autres partenaires financiers existent et peuvent tout autant apporter leur aide, leur expertise, leurs capacités d accompagnement : la banque (dès lors que l association ouvre un compte en banque, c est un partenaire quasi quotidien), les partenaires financiers solidaires (pour épargner et emprunter en fonction de ses valeurs). Les partenaires financiers publics Les relations financières avec les partenaires publics recouvrent deux champs distincts : celui des aides publiques d une part avec les subventions d investissement, de fonctionnement, d actions spécifiques ou les cautions, et celui des prestations régies par le code des marchés publics, d autre part. Sous le terme de partenaires publics, on regroupe différentes instances dont chacune a ses compétences propres : Etat (administrations centrales et services déconcentrés), conseils régionaux, conseils généraux, communes, communautés de communes, établissements publics à caractère administratif sous tutelle de l Etat ou des collectivités territoriales. Quelles aides publiques? Les aides publiques peuvent prendre différentes formes : aides financières, aides en nature ou caution. Elles peuvent concerner aussi bien l investissement que le fonctionnement général de l association, ou des actions spécifiques. Ces aides ne sont jamais automatiques et pour pouvoir en bénéficier les associations doivent répondre à des critères précis fixés par chaque financeur en fonction de ses compétences, de ses programmes et de ses objectifs. Les subventions financières Subvention de fonctionnement pour le financement de la gestion courante et globale de l association - Ce type de subvention peut être alloué par toutes les collectivités publiques selon leurs domaines de compétence. Cette aide peut être renouvelable. C est alors un élément de stabilisation du projet associatif. - Elle a la même incidence financière que n importe quelle recette d exploitation. Elle est comptabilisée au compte de résultat de l association (compte 74) au moment de la décision d attribution (et non du versement). _ À noter que les subventions d équilibre doivent être enregistrées dans un compte de produits exceptionnels (7715) ; bien que couvrant une partie du déficit global d exploitation, ce type de subvention revêt un caractère exceptionnel. - En revanche, l incidence financière sur le calcul du besoin en fonds de roulement et sur la trésorerie est importante en raison du délai de versement souvent très long. La diversification des sources de financement et notamment le cofinancement permettra de minorer les inconvénients de ce type de ressources.

3 Subvention par action pour le financement d une activité ou d un projet particulier de l association - Ce type de subvention peut être alloué par toutes les collectivités publiques selon leurs domaines de compétence. L aide est alors conditionnée au bon fonctionnement de cette activité ou de ce projet. - Le traitement comptable et financier doit être spécifique. Un suivi précis, soit par une comptabilité analytique soit de manière extracomptable, doit être effectué pour pouvoir rendre des comptes à la collectivité publique sur la réalisation du projet. - Notamment, si le projet ou l activité n est pas achevé au terme de l exercice, il convient d affecter la part des financements restants au compte de «fonds dédiés», comme le prévoit le plan comptable des associations et fondations. Subvention pour le financement d investissements de l association - Ce type de subvention peut être alloué par toutes les collectivités publiques selon leurs domaines de compétence. - Ces subventions d investissement ont pour but de financer un équipement précis et doivent impérativement respecter ce but, au risque d avoir à rendre tout ou partie de leur montant. - À la différence des subventions de fonctionnement, les subventions d investissements affectent le haut de bilan. Sur le plan financier, elles constituent une ressource, au même titre que l emprunt, face aux besoins d investissements et permettent de consacrer les fonds associatifs au financement du fonds de roulement. - Le traitement comptable des subventions d investissements nécessite de distinguer si elles sont affectées à des biens renouvelables ou non renouvelables et de déterminer les conditions de réintégration de quotes-parts de subventions au compte de résultat en fonction de l amortissement des biens financés. Rappelons qu au-delà de euros de subvention, les associations doivent passer une convention avec le partenaire public qui verse cette aide. Cette convention fixe les droits et les devoirs de chacune des parties. Vous avez donc tout intérêt, quel que soit le montant de la subvention, à privilégier le conventionnement. Par ailleurs, les pouvoirs publics tendent à s engager de plus en plus sur des soutiens sur plusieurs années avec les conventions pluriannuelles d objectifs (CPO), ce que rapportent plusieurs circulaires. Pour les associations qui auront réussi à faire valoir l intérêt général de leurs actions, c est une opportunité de partenariat à ne pas laisser passer. Les subventions en nature Les collectivités peuvent également soutenir le fonctionnement de certaines associations sans leur verser une aide financière mais en ayant recours à des subventions en nature de plusieurs ordres : - Attribution de matériel, mise à disposition gracieuse de moyens techniques (appareil de reprographie, documentation, secrétariat...), d équipements de la collectivité publique (piscine municipale, stade, salle de spectacles) ; - Mise à disposition de personnel. Elle peut être ponctuelle (un agent communal est par exemple affecté à la réfection des terrains de sport pour l association sportive locale) ou permanente quand les associations complètent l action des services publics (la même association sportive pourra se voir affecté un professeur de tennis rémunéré par la commune) ;

4 - Mise à disposition gratuite ou à des prix symboliques de locaux appartenant à la collectivité publique, là encore à titre permanent ou pour des manifestations ponctuelles (tenue d AG, spectacles, forum...). Il est préférable, voire obligatoire, que ces mises à disposition d équipements ou de personnels soient subordonnées à la conclusion d une convention entre l association et l administration. En matière financière et comptable, ces subventions en nature sont à traiter et ont les mêmes incidences que des contributions financières. Toutefois, à la différence des subventions financières, elles n ont pas de délais de versement et n ont pas d incidence négative sur le BFR et la trésorerie. Les cautions bancaires et les garanties d emprunt Elles ne sont accordées par les collectivités qu aux opérations qui présentent un intérêt public local incontestable. L engagement de la collectivité doit être strictement connu, lié à un emprunt (à l exclusion des découverts, loyers, dettes fiscales ou sociales ) et limité à 50 % de son montant. L association prestataire de collectivités publiques Qu il s agisse de financer son activité principale ou une ou plusieurs actions particulières, votre association peut être prestataire des collectivités publiques : elle peut répondre à des commandes publiques, en participant notamment à des appels d offre dans le cadre de marchés publics, assurer une délégation de service public ou fournir une prestation particulière. Certaines conditions doivent impérativement être respectées. Les marchés publics Il y a marché public lorsqu une collectivité publique achète un bien ou un service (achat des bancs publics, du réaménagement du parc urbain, etc.). Elle lance alors un appel d offres auquel répondent les entreprises ou les associations intéressées qui fixent un prix pour la prestation demandée. Les conditions d attribution sont étroitement encadrées par le Code des marchés publics. Les délégations de service public On appelle délégation de service public la procédure par laquelle une collectivité publique, ayant l initiative d un service d intérêt général, décide d en confier la gestion ou l exploitation à un tiers, une association par exemple, qui pourra éventuellement se rémunérer auprès des usagers. Pour qu il y ait délégation de service public, il faut également que la collectivité publique soit à l initiative de la prestation et que le risque d exploitation soit assuré par votre association. Celle-ci ne peut percevoir les recettes d exploitation que si elle est dûment habilitée par la collectivité publique. Cette habilitation consiste le plus souvent à mettre en place une régie de recettes. Des conditions à respecter Les implications comptables et financières des activités économiques - Comme pour n importe quelle entreprise, les recettes perçues de marchés publics ou de délégations de service public constituent des ventes de produits finis, de prestations de services ou de marchandises, selon les cas, à comptabiliser en compte 70.

5 - Ces recettes constituent un produit de gestion courante qui a une forte incidence sur le besoin en fonds de roulement (BFR) en raison des délais de paiement souvent long du client public. - L incidence fiscale est également à considérer en suivant la démarche indiquée dans l instruction fiscale du 18 décembre La liberté du commerce et de l industrie - L activité de votre association ne doit pas porter atteinte à la libre concurrence. - Dans la mesure où votre association perçoit par ailleurs une subvention qui lui permet de diminuer son prix de vente (ou de réaliser une économie de charges), et qu elle peut en tirer des bénéfices supplémentaires, son octroi peut être considéré comme contrevenant au principe de la liberté du commerce et de l industrie. Le prêt d un local communal à une association d insertion a pu également poser problème au regard de cette liberté du commerce et de l industrie. Les principes de gestion des fonds publics Vous devez veiller à ne pas apporter le concours de l association à une prise illégale d intérêt ou à une gestion de fait de fonds publics. Financement public : à quelle porte frapper? Il n y a pas de «guichet unique» du financement public. État, services déconcentrés, régions, départements, communes et regroupements de communes, chaque instance a ses compétences. La loi n du 13 août 2004 relative aux libertés e t responsabilités locales a clarifié les attributions de chacun. Respecter les domaines de compétence Normalement, votre association ne peut s adresser à la commune, par exemple, si elle agit dans un domaine qui relève en droit du département ou de la région. En fait, dans de nombreux domaines, si la région, par exemple, est l autorité de tutelle de l action publique, en réalité chaque niveau de collectivités locales est susceptible d intervenir si l action de l association s exerce à son niveau. C est le cas de la culture, du développement économique, de l aménagement du territoire Dans d autres cas, notamment dans l action sociale, les domaines de compétences sont tellement enchevêtrés que l association doit s adresser à deux ou trois partenaires publics à la fois. L État Les services de l État sont des partenaires financiers de première importance pour un grand nombre d associations, notamment celles qui nécessitent un agrément. Il s agit des services centraux mais aussi des services déconcentrés de l État comme les directions départementales de la Jeunesse, du Sport et de la Vie associative (DDJS), de l Action sanitaire et sociale (DASS), ou les directions régionales à l Action culturelle (DRAC). Il s agit également des établissements publics à caractère administratif sous tutelle de l État comme les caisses d allocations familiales (CAF), l Agence nationale pour la cohésion sociale et l égalité des chances (Acsé), etc.

6 Depuis les circulaires du 24 décembre 2002 relative aux subventions de l Etat aux associations et du 16 janvier 2007->, ces financements peuvent faire l objet de conventions pluriannuelles et permettent à l association d être soutenue sur plusieurs exercices. Un dossier unique de demande de subvention a été mis en place pour toutes les demandes à des services de l État ou des établissements publics, mais aussi en cas de cofinancement État-collectivités territoriales. En outre, les demandes de subvention devront bientôt pouvoir être faites en ligne. Les domaines d intervention de l État sont de tous ordres, quand bien même il a délégué aux régions ou aux départements un grand nombre de compétences. La région Les lois de décentralisation depuis 1982 ont considérablement accru les domaines de compétences de la région. Ses principaux domaines sont les suivants : - Développement économique (chef de file) et emploi (avec l État) - Aménagement du territoire et planification - Éducation, lycées, enseignement technique, formation professionnelle - Culture et patrimoine - Santé (vaccination, lutte contre la tuberculose, la lèpre, MST ) Le département Le transfert aux conseils généraux de la gestion de l aide sociale a donné à ceux-ci la gestion de budgets et des pouvoirs très importants dans ce domaine. Les principaux domaines de compétences sont les suivants : - Aide sociale et coordination de l action sociale, solidarité - Protection sanitaire de la famille et de l enfance - Logement - Aménagement de l espace, équipement - Protection, gestion et ouverture au public des espaces naturels sensibles boisés ou non. - Collèges, culture, patrimoine - Action économique (possibilité de mettre en œuvre leurs propres régimes d aides après l accord de la région) - Transport (en dehors des périmètres de transport urbain) - Certaines compétences en matière de santé La commune et le groupement de communes (EPCI) La commune reste le premier partenaire public du secteur associatif, une place qui ne fait que s étendre avec la mise en place de l intercommunalité. Normalement, le regroupement intercommunal (établissement public de coopération intercommunale, EPCI) exerce des compétences en lieu et place des communes de manière exclusive. Si une compétence est déléguée au regroupement, l association ne peut pas s adresser à sa commune mais uniquement au regroupement ; inversement, si une compétence n est pas déléguée au regroupement, l association ne peut pas s adresser à lui. Chaque regroupement a ses délégations de compétences propres et l association n a d autre solution que de se renseigner localement.

7 Les principaux domaines de compétences sont les suivants : - Urbanisme et transports (au sein des périmètres de transport urbain) - Enseignement préélémentaire et élémentaire, péri et parascolaire - Petite enfance - Action économique (dans certaines limites fixées par la région) et emploi (avec l Etat) - Logement. - Action sanitaire et sociale (et parfois aide sociale) - Culture et sport, vie sociale dans les quartiers, etc. Les partenaires financiers bancaires Dès l ouverture de votre compte bancaire, votre banquier devient un de vos partenaires. En effet, vous devez lui présenter vos projets de développement, expliquer vos besoins de financement courant ou les particularités de votre cycle d exploitation, y placer vos excédents de trésorerie, etc. Si toutes les banques peuvent accueillir des clients associatifs, certaines ont fait de ce type de clientèle un axe de leur politique commerciale en leur proposant des produits dédiés et en mettant à leur disposition des chargés de clientèle spécialisés. La banque, comment ça marche et à quoi ca sert? L activité bancaire est très encadrée afin d assurer la confiance des acteurs économiques et la sécurité des épargnants. Ce qui entraîne des contraintes pour l établissement bancaire. De l autre côté, l association a elle-même des obligations et des attentes. Chaque partie doit donc prendre en compte ces considérations et comprendre le fonctionnement de l autre pour instaurer un partenariat équilibré. La banque, un partenaire «à vie» de l association Ouverture du compte : la deuxième formalité associative Après la déclaration en préfecture, l ouverture d un compte bancaire est souvent la deuxième formalité dont s acquitte l association. Dès lors que votre activité génère des flux financiers (ne serait-ce que des cotisations, et à plus forte raison si vous employez du personnel salarié), vous aurez besoin d un compte bancaire. Un partenariat à étudier Par la suite, la banque est un partenaire offrant des services financiers ou extra financiers tout au long de la vie de l association depuis la simple gestion du compte à vue jusqu aux crédits, en passant par les placements. Le recours à ces services nécessite un examen approfondi des offres, de leurs conditions et de leurs implications pour la structure et ses dirigeants. Avant toute chose, il faut construire une relation équilibrée fondée sur une confiance et une transparence mutuelles. La banque n est pas un fournisseur comme un autre ; ses relations avec l association s inscrivent dans la durée (plus encore si des crédits sont en jeu ).

8 Un fonctionnement lié à des risques et procédures Prenez en compte les modalités de fonctionnement de la banque pour construire une relation de confiance avec son interlocuteur bancaire et comprendre ses décisions, il est important de bien cerner les modalités de leur fonctionnement. Elles évoluent en effet dans un environnement réglementaire très strict et un environnement concurrentiel très dynamique qui ne peuvent qu avoir des répercussions sur vos interlocuteurs bancaires. Procédures et risques : demandez des explications à votre chargé de clientèle. Il devra ainsi concilier ses obligations en matière d application des procédures et de contrôle des risques, avec des objectifs de développement de son activité commerciale et de la rentabilité de son portefeuille. Le secteur bancaire et les associations Pensez aux «banques associatives»! Toutes les banques peuvent accueillir un client associatif. Toutefois, certaines d entre elles font de cette clientèle un axe commercial important. Cela peut les amener à définir des produits spécifiquement dédiés aux associations ou à mettre à disposition de leurs clients associatifs des chargés de clientèle spécialisés. Plusieurs banques ont mis en place des actions d information ou des espaces spécifiques sur leurs sites. Informez-vous sur les accords passés entre réseaux associatifs et banques. Enfin, plusieurs réseaux associatifs ou fédérations ont passé des accords avec un ou plusieurs établissements de crédit, ce qui marque leur volonté de développer une offre et des conditions adaptées aux adhérents. Les partenaires financiers solidaires Les finances solidaires ce sont à la fois des investissements dans des projets à forte utilité sociale, mais en marge des circuits financiers et bancaires classiques, et des produits d épargne où les critères économiques (rendement et liquidité) ne priment pas sur les critères éthiques : solidarité, proximité, réciprocité, etc. Avoir recours aux finances solidaires, c est l assurance de gagner sur le plan financier et avant tout humain! L association FINANSOL regroupe depuis 1995 la plupart des institutions financières solidaires (associations, coopératives, etc.) et des établissements financiers engagés dans une démarche de solidarité. Les finances solidaires, comment ça marche? Elles suivent un circuit qui allie la capacité d épargne d associations ou de particuliers, des produits d épargne labellisés «solidaires», l expertise et l aide financières des acteurs financiers solidaires et le besoin d investissement d associations porteuses de projet. L économie au service du mieux-être social et de la solidarité La solidarité est au centre du principe des finances solidaires, comme des projets que vous choisissez de soutenir : insertion professionnelle, accès au logement, coopération internationale, commerce équitable, écologie... La mutualisation, à travers la mise à disposition de la trésorerie placée par l association ou le partage des rendements de ses placements, permet le financement ou l accompagnement des projets développés par les autres.

9 La proximité est aussi présente, tant dans la relation d accompagnement entre les acteurs financiers et les porteurs de projets, qu entre ces derniers et les épargnants, informés des projets que leur épargne contribue à financer. La transparence, c est l objet du label FINANSOL, qui garantit qu au moins 10% des sommes placées et/ou 25% du revenu sont destinés au financement d activités solidaires. Un dossier complet est tenu à la disposition du souscripteur, l informant de la destination de l argent déposé. Comment ça marche? L argent placé par les uns sert aux autres pour financer leurs besoins en investissements ou pour faire face aux aléas de trésorerie, lors des versements différés de subventions notamment. L argent des associations devient ainsi vecteur de développement, de partage, d entraide et de croissance, parce qu il contribue à la réussite d autres projets et qu il peut fructifier en toute solidarité. L association épargnante : Vous êtes une association et vous souhaitez placer une partie de votre trésorerie ou ouvrir un compte en banque. Vous avez la possibilité de choisir des produits d épargne solidaire labellisés FINANSOL ou encore un compte courant solidaire. L association porteuse de projet : Votre association a besoin d un financement et d un accompagnement. Les financements solidaires constituent une alternative efficace aux autres ressources (dons, subventions, apports des bénévoles, activités commerciales...). Par leur stabilité, ils vous permettent d établir des stratégies à moyen et à long terme (minimum 2-3 ans) et de gagner en autonomie tout en rencontrant des interlocuteurs proches de vos valeurs et sensibilisés aux spécificités de la forme associative. En rendant accessibles leurs outils de financement, les circuits financiers solidaires permettent aux associations de réaliser les investissements nécessaires au développement de leurs projets, à l amélioration de la qualité de leurs actions et à l augmentation du nombre de bénéficiaires. Diversifiez vos partenaires financiers, empruntez solidaires Les finances solidaires participent à la diversification des revenus des associations, permettent de pallier le manque de subventions, de supporter un retard de trésorerie, etc. Mais solidarité ne rime pas avec irresponsabilité et des garanties sont demandées aux acteurs associatifs avant de solliciter ces réseaux, au minimum, la volonté et l engagement de pérenniser leurs activités et leurs emplois. Solidaire mais remboursable Financement solidaire ne veut pas dire subvention. Les produits présentés par les organismes de la finance solidaire s inscrivent dans une logique de structuration financière des projets et visent à donner aux acteurs associatifs les moyens d asseoir leur développement et de se projeter dans l avenir. L association doit présenter une capacité d autofinancement assise sur le projet et ses perspectives de développement : elle est essentielle pour pouvoir rembourser, à moyen terme, ces prêts ou apports en fonds propres. L association doit élaborer un prévisionnel sur 3 ans (en termes de coût, de financement et de remboursement), ou un plan global de consolidation, qui lui permette de vérifier l adéquation entre les orientations adoptées et les financements sollicités.

10 Un accompagnement global Redéfinition du projet associatif, mise à plat de la comptabilité, élaboration de tableaux de bord, conception d une stratégie de communication, recherche de financements, amélioration de la gouvernance (relations et rôles respectifs administrateurs/salariés), organisation interne..., de nombreux acteurs peuvent accompagner les associations dans l analyse de leurs besoins et la mise en œuvre de réponses appropriées. Le financement est une des composantes de l accompagnement du projet. Deux types de structures d accompagnement peuvent alors être mobilisés, les fédérations associatives (cf. le site de la CPCA) et les dispositifs locaux d accompagnement (DLA). Trois types de besoins de financement des associations Les outils financiers présentés par les organismes de la finance solidaires peuvent apporter une réponse, totale ou partielle, aux besoins liés : au cycle d exploitation, c est-à-dire nés du décalage entre les sorties et les rentrées d argent (les subventions notamment). Pour couvrir sereinement ces besoins, il convient de disposer de ressources longues suffisantes (fonds propres, quasi-fonds propres ou endettement à moyen terme) et de pouvoir mobiliser en complément des crédits bancaires ponctuels à court terme, aux investissements lors de la création ou du développement de l association (ingénierie, montage de projet, équipement, etc.), à la restructuration financière. Dans le cas d une structure financière déséquilibrée, renouer avec l équilibre ne suffit pas. Les opérateurs financiers solidaires peuvent accompagner le redressement de votre assise financière. Les outils adaptés à vos besoins Tous permettent d inscrire les associations dans une dynamique de pérennisation et de développement. Le contrat d apport associatif : Il a pour objectif de renforcer les fonds propres d associations d utilité sociale créant ou pérennisant des emplois, par le développement d activités à caractère économique. Il s agit d un apport en fonds associatif avec droit de reprise, destiné à financer les investissements et/ou le besoin en fonds de roulement liés à la création ou au développement de l association, à l exception de tout frais de fonctionnement et/ou de couverture de pertes d exploitation passées ou futures. La garantie : La garantie a pour objectif de remédier à l exclusion des circuits financiers classiques. Une structure de financement solidaire se porte garante de l association et permet ainsi l obtention d un prêt supplémentaire. L apport en quasi-fonds propres : Prêt stable, de longue durée remboursable après plusieurs années (5 ans en général). Le prêt participatif : Il s agit d un prêt à moyen et long terme. En règle générale, le taux d intérêt de ce prêt est plus faible que celui pratiqué par une banque. Pour connaître les solutions de financement et les garanties mobilisables, conférer le guide de France active dans la base documentaire du site internet onglet «Financement» ou directement sur le site internet dans la boîte à outils. Sources :

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions

Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions Synthèse des conclusions Décembre 2009 avec le soutien du Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille,

Plus en détail

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Gamme complète 2015 France Active bénéficie du soutien de NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Garantie France Active Créateur, repreneur d entreprise, entreprise

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

Chantier Ecole 09 mars 2012 DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS. Avec le soutien de

Chantier Ecole 09 mars 2012 DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS. Avec le soutien de Chantier Ecole 09 mars 2012 DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS Avec le soutien de QUI SOMMES-NOUS? QUI EST ILE DE FRANCE ACTIVE? Association membre du réseau France Active

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

«Donnons du crédit DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS ASSOCIATIONS ET ENTREPRISES SOLIDAIRES.

«Donnons du crédit DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS ASSOCIATIONS ET ENTREPRISES SOLIDAIRES. ASSOCIATIONS ET ENTREPRISES SOLIDAIRES DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS «Donnons du crédit à l emploi» Avec le soutien de >> QUI EST FRANCE ACTIVE? Association créée

Plus en détail

Emp r u n t e r po u r se dé v e l o p p e r :

Emp r u n t e r po u r se dé v e l o p p e r : Emp r u n t e r po u r se dé v e l o p p e r : u n e ut o p i e po u r le s pe t i t e s a s s o c i a t i o n s? Vous êtes dirigeant d une petite association : vous avez des besoins de financement? vous

Plus en détail

!!" # $ % & ' ( ) # * ( + # # $ (, $ - (. / -- 0 # # 1-2 - # $ 3 - ( 4 *4-5. & ) * 5

!! # $ % & ' ( ) # * ( + # # $ (, $ - (. / -- 0 # # 1-2 - # $ 3 - ( 4 *4-5. & ) * 5 "$ %&' ( )* ( +$ (,$- (./-- 0 1-2- $ 3- ( 4*4-5.&)* 5 Un cadre légal : Les écoles primaires, à la différence des collèges et des lycées, ne sont pas des établissements publics autonomes, et ne bénéficient

Plus en détail

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Gamme complète 2015 France Active bénéficie du soutien de FAG Créateur, repreneur d entreprise, entreprise solidaire ou association NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE

Plus en détail

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Établir un budget est une étape indispensable pour aborder sereinement un projet et rechercher des soutiens financiers auprès de partenaires privés et publics.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA sur le Paquet Almunia Adopté en session plénière du 15 novembre 2012 Avis du HCVA sur le Paquet Almunia La Commission européenne a adopté

Plus en détail

Projets favorisant la vie associative et la citoyenneté

Projets favorisant la vie associative et la citoyenneté DEMANDE DE SUBVENTION Projets favorisant la vie associative et la citoyenneté Dossier de demande de subvention www.midipyrenees.fr n CRITERES D OBTENTION DE LA SUBVENTION Objectifs : n Permettre la réalisation

Plus en détail

Nom de l association :... Adresse du siège social :. Code postal :.. Commune : Téléphone :.

Nom de l association :... Adresse du siège social :. Code postal :.. Commune : Téléphone :. Nom de l association :... Adresse du siège social :. Code postal : Commune : Téléphone :. Veuillez cocher la case correspondant à votre situation : Première demande Renouvellement d une demande Le dossier

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT - ANNEE 2015 Association Loi du 1 er Juillet 1901 1. PRÉSENTATION DE VOTRE ASSOCIATION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT - ANNEE 2015 Association Loi du 1 er Juillet 1901 1. PRÉSENTATION DE VOTRE ASSOCIATION DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT - ANNEE 2015 Association Loi du 1 er Juillet 1901 1ère demande Renouvellement 1. PRÉSENTATION DE VOTRE ASSOCIATION Nom de votre association :... Sigle:...

Plus en détail

Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports. Service des Sports Bâtiment Pyrène 1, place Jean Jaurès

Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports. Service des Sports Bâtiment Pyrène 1, place Jean Jaurès Nom de l association Sigle Numéro SIRET APE DEMANDE DE SUBVENTION ORDINAIRE ANNEE 2016 Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports Service des Sports Bâtiment Pyrène 1,

Plus en détail

COMMUNE DE MAURIAC (15200) DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION - Subvention annuelle de fonctionnement -

COMMUNE DE MAURIAC (15200) DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION - Subvention annuelle de fonctionnement - COMMUNE DE MAURIAC (15200) DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION - Subvention annuelle de fonctionnement - Présentation de l association Intitulé de l association Nom : Sigle : Objet : Coordonnées de l association

Plus en détail

Le fonds de roulement (FR)

Le fonds de roulement (FR) Mois AAAA Mois décembre AAAA 2009 mise à jour décembre 2010 Préambule Les associations du secteur social et médico-social qui gèrent un ou plusieurs établissements ou services et proposent des prestations

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents Juin 2013 1/5 2/5 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention et de versement de la prestation

Plus en détail

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E.

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Organisé par l Institut Multilatéral d Afrique et la Banque Africaine du Développement en partenariat avec le Fond Monétaire International

Plus en détail

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL Ministère des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Fonds pour le développement de la vie

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Associations (artistiques et culturelles), quels liens avec l ESS Les associations font donc automatiquement partie du périmètre de l ESS

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques L insertion par l économique Un secteur fragilisé (Dossier réalisé par Sébastien Desitter, Expert-comptable, Commissaire aux comptes, In Extenso Rhône-Alpes) Né dans les

Plus en détail

Dossier de demande de subvention 2016

Dossier de demande de subvention 2016 Nous sommes là pour vous aider D après CERFA N 12156*03 Association Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Associations sportives NOM DE L ASSOCIATION

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTIONS ANNEE 2015

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTIONS ANNEE 2015 FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTIONS ANNEE 2015 NOM DE L ASSOCIATION A RENVOYER IMPERATIVEMENT AVANT LE 1er Mars 2015 PIECES A JOINDRE : Pour une première demande statuts ou modification de statuts Pour

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION PREFET DU LOIRET Ce dossier est à adresser DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION - Collectivités ou organisme public maître d'ouvrage - en 2 exemplaires signés au Cabinet du Préfet (dont 1 original) 1 exemplaire

Plus en détail

Association. Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair

Association. Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair Association Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair NOM DE L ASSOCIATION : Veuillez cocher la case correspondant

Plus en détail

CONTRAT EDUCATIF LOCAL

CONTRAT EDUCATIF LOCAL CONTRAT EDUCATIF LOCAL Année 2002-2003 CANDIDATURE ET PROJET D ACTIONS SUR LES TEMPS PERI ET EXTRA-SCOLAIRES sur la commune ou le groupement de communes de... Ce dossier comprend : Page 2 : Page 3 : Page

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Janvier 2011. Mode d emploi des prêts accordés aux structures d utilité sociale dans le cadre du Grand Emprunt national.

Janvier 2011. Mode d emploi des prêts accordés aux structures d utilité sociale dans le cadre du Grand Emprunt national. Associations s i o s : comment m bénéficier é i des apports p financiers n i du programme r m investissement i s s e e n t d avenir (PIA)? Mode d emploi des prêts accordés aux structures d utilité sociale

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

1- PRESENTATION DE L ASSOCIATION. 1-1. Identification de l association

1- PRESENTATION DE L ASSOCIATION. 1-1. Identification de l association 1 1- PRESENTATION DE L ASSOCIATION 1-1. Identification de l association Nom de votre association : Sigle. Objet :. Activités principales :. Adresse de son siège social :.. Code Postal :. Ville :. Téléphone

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire

Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire Étude de préfiguration Restitution aux acteurs 15 octobre 2008 Dossier remis aux participants 1 Version n 3 Sommaire Méthodologie Priorités

Plus en détail

DISPOSITIFS Accompagnement

DISPOSITIFS Accompagnement DISPOSITIFS Accompagnement JUILLET 2014 SOCIÉTÉ D'INVESTISSEMENT FRANCE ACTIVE /fr/outils/sifa.php Type d'aide : Accompagnement ; Prêt Financement remboursable /// Nature : prêt participatif ou compte

Plus en détail

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne?

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne? ANGERS Le 12 novembre 2009 L'économie et - le réseau des CIGALES - - à quoi sert mon épargne? - Aujourd'hui, est-ce que je sais à quoi sert mon épargne? Me produire des intérêts (réponse factuelle) Financer

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

DOSSIER DE SUBVENTION 2016 Mode d emploi

DOSSIER DE SUBVENTION 2016 Mode d emploi DOSSIER DE SUBVENTION 2016 Mode d emploi 1- L instruction de vos demandes de subventions pour 2016 Pour 2016, le dossier complet, accompagné des pièces justificatives, doit être retourné avant le 15 octobre

Plus en détail

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Année 2016 Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Pour les subventions de fonctionnement : date limite de dépôt : 31 Octobre 2015 Pour les subventions exceptionnelles :

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REGIONAL (FEDER) AQUITAINE PROGRAMME OPERATIONNEL REGIONAL 2007-2013 Soutenir le développement durable des quartiers sensibles Cahier des charges de l appel à projet régional

Plus en détail

Pour une première demande :

Pour une première demande : Cocher la case correspondant à votre situation : Première demande Renouvellement Fonctionnement ¹ Projet ² NOM DE L ASSOCIATION :. Documents à fournir : Pour une première demande : Les statuts régulièrement

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 - Amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire Les entreprises

Plus en détail

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES Service des communes et des relations institutionnelles Autorité cantonale de surveillance des finances communales (ASFICO) RECOMMANDATIONS EN

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Association. Dossier de demande de subvention

Association. Dossier de demande de subvention Association 2015 Dossier de demande de subvention Cadre réservé à l'administration THÉMATIQUE : Direction de la Vie Associative et des Quartiers Service Vie Associative / mjm_2014 ÉLU RÉFÉRENT : Dossier

Plus en détail

Dossier de Demande de subvention

Dossier de Demande de subvention Association Loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d association Nom de l Association : service traitant la demande : SERVICE CULTUREL Année : 2016 Dossier de Demande de subvention Vous trouverez

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 ACCÈS AU SPORT ACCÈS AUX LOISIRS ET/OU À LA CULTURE 1 PRÉAMBULE Définies dans le

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Séance plénière du Conseil général de l Ariège Vote du Budget primitif 2015 Lundi 12 et mardi 13 janvier, à Foix

DOSSIER DE PRESSE. Séance plénière du Conseil général de l Ariège Vote du Budget primitif 2015 Lundi 12 et mardi 13 janvier, à Foix DOSSIER DE PRESSE Séance plénière du Conseil général de l Ariège Vote du Budget primitif 2015 Lundi 12 et mardi 13 janvier, à Foix La séance de vote du Budget primitif est toujours un exercice particulier.

Plus en détail

Pôle des Entreprises Secteur de l Economie Sociale, Solidaire et des Petites Entreprises

Pôle des Entreprises Secteur de l Economie Sociale, Solidaire et des Petites Entreprises Pôle des Entreprises Secteur de l Economie Sociale, Solidaire et des Petites Entreprises Date de limite de dépôts des projets : 1er septembre 2011 Objectif L exécutif régional a défini en 2010 quatre axes

Plus en détail

APPEL À PROJETS : ESPACES et USAGES NUMÉRIQUES

APPEL À PROJETS : ESPACES et USAGES NUMÉRIQUES LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE présente APPEL À PROJETS : ESPACES et USAGES NUMÉRIQUES Pour tous les Espaces Publics Numériques de la Loire Règlement de l appel à projets Tous les documents relatifs à

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles Mairie de Saint-Julien-en-Genevois Nom et coordonnées de l association Fiche d identité de l association Nom de l'association Objet Adresse de

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA)

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) APPEL A PROPOSITIONS Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) Région Provence Alpes Côte d Azur Région Rhône-Alpes Axe 3 «Développer la résilience des territoires et des populations

Plus en détail

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU GUICHET Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

- ASSOCIATIONS - L ANNEE 2016

- ASSOCIATIONS - L ANNEE 2016 Septembre 2015 Ville d EMBRUN - ASSOCIATIONS - DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR L ANNEE 2016 A REMETTRE EN MAIRIE AVANT LE 15 NOVEMBRE 2015 Composition du dossier : 1. Préambule page 2 2. Présentation

Plus en détail

Intitulé du projet : ... Coût total du projet en HT : (cf tableau des dépenses/recettes)

Intitulé du projet : ... Coût total du projet en HT : (cf tableau des dépenses/recettes) DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION FILIERE TOURISME D AFFAIRE Intitulé du projet : Coût total du projet en HT : (cf tableau des dépenses/recettes) Montant de la subvention sollicitée :.. (cf tableau des

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Le Réseau intercommunal des bibliothèques

Le Réseau intercommunal des bibliothèques Réseau intercommunal des bibliothèques APPEL A CANDIDATURE POUR UNE RESIDENCE D AUTEUR Dans la période d octobre 2010 à janvier 2011, la Communauté de communes Vallée de l Hérault accueille un auteur en

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 COMMUNE DE BANYULS-SUR-MER NOM DE L ASSOCIATION Certifié sincère et véritable à Banyuls sur Mer, le Le Président Le Trésorier PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION IDENTIFICATION

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT Saison 2015-2016

DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT Saison 2015-2016 VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSES Service des Sports DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT Saison 2015-2016 À retourner 1 exemplaire au service : Hôtel de Ville Place Charles De Gaulle 94107 SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS

Plus en détail

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui Et après... Info CCI Faire face à la crise Édition n 2 Edito La Sortie de crise se prépare aujourd hui Le cycle actuel de conjoncture défavorable ne durera pas éternellement! L accélération des cycles

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

1 Nom association : ------------------------------------ Discipline : ------------------------------- Page N Nous sommes là pour vous aider

1 Nom association : ------------------------------------ Discipline : ------------------------------- Page N Nous sommes là pour vous aider 1 Nom association : ------------------------------------ Discipline : ------------------------------- Page N Nous sommes là pour vous aider A ssociation Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Dossier commun de demande de subvention au titre de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport - 2013

Dossier commun de demande de subvention au titre de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport - 2013 Dossier commun de demande de subvention au titre de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport - 2013 ------------- C. N. D. S. ------------ Retour des dossiers des Ligues Régionales

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Renforcer la mobilisation du droit commun

Renforcer la mobilisation du droit commun Dossier ressources Comprendre le droit commun pour le renforcer dans les quartiers Dans son article 1 er, la loi pour la ville et la cohésion urbaine précise : «La politique de la ville mobilise et adapte,

Plus en détail

3. Renforcer la trésorerie

3. Renforcer la trésorerie 3. Renforcer la trésorerie La trésorerie est fortement impactée en permanence par le poids des stocks, les délais de paiement des clients ou aux fournisseurs et d autres paramètres récurrents (cotisations

Plus en détail

Problématique : la mutualisation comme solution pour le maintien des services publics en milieu rural

Problématique : la mutualisation comme solution pour le maintien des services publics en milieu rural Évaluation de la politique de soutien du CPER 2007-2013 de la région Centre aux Maisons des services publics, Relais services publics et leur articulation avec les autres entrées de service sur le territoire

Plus en détail

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES Avec les entreprises, le Conseil Général fait bouger les Vosges! Création Développement Reprise d entreprise CONSEIL GENERAL DES VOSGES 1 8 rue

Plus en détail