NOTE EXPLICATIVE. des CONDITIONS GENERALES BANCAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE EXPLICATIVE. des CONDITIONS GENERALES BANCAIRES"

Transcription

1 NOTE EXPLICATIVE des CONDITIONS GENERALES BANCAIRES Article 1 Les ABV (Algemene Bankvoorwaarden: Conditions générales bancaires) renferment des règles sur le commerce entre le client et la banque. Ce commerce s'exerce dans le cadre de la relation engagée entre le client et la banque. Une telle relation peut comporter une convention unique, par exemple un compte courant. Elle peut aussi comprendre plusieurs éléments tels que la location d'un compartiment de coffre, un compte de dépôt ou un dépôt de titres. Dans les ABV, l'ensemble de ces éléments est désigné par le terme de 'relation'. Les ABV ne pourvoient pas à un règlement exhaustif pour tous les éléments qui peuvent entrer dans une relation. A chaque élément séparé, d'autres conditions peuvent encore s'appliquer - et s'appliqueront presque toujours dans la pratique. Par exemple, des conditions spéciales peuvent s'appliquer à la possession d'un compte d'épargne et ces conditions peuvent en outre encore diverger selon le type de compte d'épargne choisi par le client. On offre par exemple plusieurs sortes de financement de logement, qui ont chacune des conditions spécifiques. Aussi les ABV renferment-elles en grande partie des règles de base pour la relation entre le client et la banque. Pour un complément d'information sur les services les plus fréquente, la banque met à votre disposition des brochures et dépliants. Article 2 Cet article dit que la banque doit apporter l'attention nécessaire dans le commerce avec le client. Dans ce commerce, elle défendra de son mieux les intérêts du client. Mais la banque n'a pas le droit de communiquer à n'importe qui toutes les informations dont elle dispose. Certaines informations sont confidentielles ou lui sont remises sous le sceau du secret. Le client doit donc tenir compte du fait que les conseils qui lui sont donnés - par exemple en fait de transactions de valeurs - sont fondés sur des informations publiques. Article 3 Certaines transactions peuvent complètement être réglées par la banque à l'intérieur de la banque, comme par exemple la vente de devises étrangères au guichet. Pour d'autres transactions cependant, elle doit faire appel aux services de tiers. Lorsque la banque reçoit l'ordre du client d'acheter des valeurs à une bourse

2 - 2 - étrangère, un tel ordre ne peut être exécuté que si la banque fait intervenir un agent de change officiellement admis à cette bourse. Afin de pouvoir exécuter l'ordre d'un client pour un règlement à l'étranger, il faudra en général également un tiers à savoir une banque étrangère. La banque qui fait appel à un tiers, doit apporter l'attention nécessaire à son choix. Article 4 Quand la banque reçoit d'un client l'ordre d'acheter un certain papier de commerce, il est possible que la banque puisse fournir ce papier de son stock et qu'elle puisse par conséquent intervenir comme vendeur. Voici la signification de la possibilité prévue à cet article pour la banque de régler la transaction 'avec elle-même'. Article 7 Un client peut avoir des comptes courants auprès de plusieurs agences bancaires, par exemple un compte courant à son lieu de résidence et un autre compte courant à son lieu de travail. Un client qui a donné un pouvoir à une autre personne pour les deux comptes et qui veut retirer ce pouvoir, doit communiquer cette révocation aux deux agences. Le premier alinéa de cet article dit : sauf si la banque a expressément indiqué une autre adresse. Il s'agit ici du cas éventuel où la banque a indiqué pour certaines communications un point central de remise. Article 8 En exemple d'un registre public comme visé à cet article, on peut nommer le registre du commerce de la Chambre de Commerce et des Fabriques. Un client ayant une entreprise sera en général inscrit sur le registre du commerce. Le client peut alors - par exemple en ouvrant un compte courant - présenter à la banque un extrait du registre du commerce qui prouve qu'il a donné une procuration à un membre du personnel et que, selon le contenu de la procuration donnée à ce fondé de pouvoirs, celui-ci peut disposer du compte bancaire. Si, à un moment donné, le client retire cette procuration et en informe le registre du commerce mais pas la banque, ce retrait n'entrera en vigueur pour la banque, selon cet article, qu'à partir du moment où la banque a été mise au courant de ce retrait par écrit. Article 9 L'exécution efficace et quotidienne de plusieurs millions d'ordres n'est faisable pour la banque qu'à l'aide du numéro de compte indiqué. Pour l'exécution des ordres, la banque se base donc uniquement sur ce numéro. Ceci souligne la grande importance d'un numéro de bénéficiaire correctement écrit par le client. Article 10 Evidemment il arrive souvent que le donneur d'un ordre de paiement et le bénéficiaire de cet ordre n'ont pas, tous les deux, un compte auprès de la même

3 - 3 - banque, mais auprès de banques différentes. Dans ce cas, il est possible qu'une faute faite dans l'exécution de cet ordre de payement ne soit pas imputable à la banque du donneur d'ordre. L'article 10 dit que la banque du donneur d'ordre est tout de même responsable de l'exécution d'ordres de paiement intérieur dans les limites de l'article, à condition, cependant, que l'ordre soit donné correctement. Cela implique (voir l'article 9) que le numéro du bénéficiaire nommé dans l'ordre est correct. Si l'exécution de l'ordre peut être entièrement réglée au sein du circuit de la centrale des virements bancaires, la banque accepte du donneur d'ordre la responsabilité telle que couchée dans l'article 10. Pour le bon ordre, il faut remarquer que toutes les banques néerlandaises qui participent aux transactions financières adhèrent à la centrale des virements bancaires à l'exception de la Postbank N.V. Articles 12 et 13 Un client qui constate que des ordres qu'il a donnés à la banque n'ont pas, ou pas correctement, été exécutés, doit déposer au plus vite une réclamation auprès de la banque. La banque est responsable de ses propres fautes, il est vrai, mais une réclamation arrivée à temps limitera peut-être les dommages possibles. En outre, la règle suivante s'applique en général : plus la réclamation est prompte, plus la possibilité de reconstruction et de réparation est grande. Le contenu des confirmations et d'autres communications envoyées par la banque au client est en tout cas censé être approuvé par le client si celui-ci n'a pas fait une réclamation à ce sujet avant un an. Par ailleurs, ce terme n'est pas applicable quand il s'agit d'erreurs de calcul faites par la banque. Article 14 Il va sans dire que des formules, cartes de garantie et autres pièces, perdues par le client ou volées risquent d'être utilisées de façon malhonnête par la personne qui les a trouvées ou volées. Cependant, le client peut limiter les conséquences fâcheuses en informant la banque dès qu'il a constaté la disparition. Il peut le faire de vive voix. Après une telle communication, les risques passent à la banque dans les limites de l'article 14. Après avoir informé la banque de vive voix, le client doit confirmer cette communication par écrit. Nous conseillons au client de mentionner dans cette confirmation le moment de sa communication verbale à la banque de même que le nom de l'employé de la banque avec lequel il a parlé. Article 15

4 - 4 - Pour le client qui a un compte avec tantôt un solde créditeur, tantôt un solde débiteur, il importe de savoir si les intérêts créditeurs à inscrire par la banque à ce compte y sont portés au même moment que les intérêts débiteurs à imputer sur ce compte. Si ces moments divergent, la banque doit en informer le client par écrit. Article 16 Le client peut donc avoir affaire à des intérêts créditeurs et débiteurs, mais aussi à des commissions et des compensations. En effet, pour sa prestation de services la banque peut porter en compte une commission ou compensation au client. La banque a fixé des tarifs standard pour un grand nombre de services. Pour un complément d'information vous pouvez vous adresser à la banque. Article 17 Il peut arriver, par exemple, que le client reçoive un chèque d'une personne à l'étranger. Evidemment le client veut encaisser le montant de ce chèque et à cette fin il remet le chèque à la banque. La banque créditera le compte du client du montant du chèque après l'encaissement du montant. En anticipant sur l'encaissement de fait, la banque est parfois disposée à inscrire le montant du chèque à l'avoir du client. Dans ce cas le compte du client est crédité à la condition que la banque recoive effectivement, par la suite, le montant du chèque. Si la banque ne reçoit pas le montant - il arrive, en effet, que des chèques soient retournés sans être payés - elle a le droit de débiter le compte du client du montant. En langue bancaire, cela s'appelle 'créditer sous réserve ordinaire' ou 'débiter sous réserve ordinaire'. Articles 18 à 20 L'octroi de crédits représente l'une des principales activités de la banque. Cet octroi de crédits se fait souvent contre garantie. Comme exemple on peut nommer l'octroi de crédits contre nantissement de valeurs. Dans ce cas, la banque a un droit de gage sur le dépôt de valeurs du client auprès de la banque. L'article 18 concerne un tel droit de gage. Un caractéristique de ce droit de gage est qu'il se fait 'tout seul'. Le client n'est donc pas obligé chaque fois de signer des actes de nantissement. Par ailleurs, la flexibilité de cette mesure permet aussi un déroulement souple des transactions financières. Apparenté au droit de gage est le droit de compensation de la banque prévu à l'article 19. La possibilité de compenser également des créances non exigibles donne à ce droit une application plus large qu'au droit de compensation prévu par la loi. Dans le cas de créances libellées dans les mêmes devises, la banque exercera ce droit élargi de compensation uniquement dans les cas décrits au deuxième alinéa de cet article. Le cas le plus important dans la pratique est le cas où un créditeur du

5 - 5 - client saisit le compte du client auprès de la banque. Comme déjà dit, l'octroi de crédits se fait souvent contre garantie. Or, on peut imaginer qu'une garantie suffisante au début, devienne insuffisante ou risque de le devenir. Ceci peut se présenter par exemple en cas de baisse du cours des valeurs qui couvrent le droit de gage de la banque. Selon l'article 20, la banque peut alors demander au client de suppléer au gage. Une demande en garantie peut en outre être faite quand il s'agit de soldes débiteurs entièrement non-couverts. Article 21 Quand un client ne satisfait pas à une de ses obligations envers la banque, la banque observera naturellement avec soin sa position totale. La banque peut alors se voir obligée de procéder à la réclamation effective de toutes ses créances. La banque n'y procédera qu'après en avoir informé le client par écrit avec mention du motif. Article 22 Dans le système du commerce scriptural de valeurs comme visé par la Loi sur les transactions de valeurs par virements (WGE), le droit de propriété individuelle du client à des valeurs spécifiques est remplacé par un droit de copropriété réglé par la loi. Selon la Loi sur les transactions de valeurs par virements, le client est copropriétaire de l'ensemble des valeurs du même type gardées dans un dépôt commun, le dépôt dit collectif. De ce fait la nécessité d'enregistrer pour chaque client individuel les numéros de ces valeurs dans l'administration de la banque n'existe plus. Le soin du fonctionnement correct des transactions scripturales de valeurs est confié au Nederlands Centraal Instuut voor Giraal Effectenverkeer (Necigef) (Institut central néerlandais des transactions scripturales de valeurs). Negicef est sous surveillande du Ministre des Finances. Pour les obligations à lots au porteur, la Vereniging voor de Effectenhandel (Association pour le marché des valeurs) a établi un système appellé le 'système d'attribution par virement'. Dans les dépôts collectifs susvisés, on ne trouve que des valeurs échangeables. C'est le cas pour la majorité des valeurs. Ce n'est pas le cas pour, par exemple, les obligations à prime, car le numéro de celles-ci représente une donnée essentielle pour le client. Les numéros de ces valeurs sont enregistrés dans l'administration de la banque pour chaque client individuel. Afin de réaliser, dans la mesure du possible, dans la garde des autres valeurs, une séparation entre la garde de titres et les autres activités commerciales de la banque et d'éviter que les valeurs du client soient mélangées au patrimoine de la banque, on a crée la société dépositaire de valeurs. Article 23

6 - 6 - Dans le commentaire sur l'article 3, on a mentionné le cas où la banque, en vertu d'un ordre du client, achète des valeurs à une bourse étrangère. De telles valeurs peuvent être gardées dans l'un des dépôts généraux de titres détenu par la banque à son propre nom auprès de la banque correspondante au pays en question. Article 24 L'obligation administrative dont se charge la banque au premier alinéa concerne les valeurs admises à la cote officielle de la bourse des valeurs d'amsterdam. Cette limitation est évidente. En effet, si elle veut pouvoir exécuter sa tâche administrative prudemment, la banque doit être garantie d'informations concluantes en ce qui concerne les valeurs qui relèvent de sa tâche administrative. Cette certitude existe pour les valeurs visées ci-dessus qui sont admises à la cote officielle de la bourse des valeurs d'amsterdam, mais dans une moindre mesure pour les valeurs étrangères. C'est pour cette raison que la tâche administrative liée à ces dernières valeurs a été déléguée à la banque correspondante étrangère où ces valeurs sont déposées. Cette banque correspondante se trouve, en effet, plus proche des sources d'information et est par conséquent mieux équipée pour la tâche administrative. Article 26 Quant aux ordres de valeurs (par exemple ordres d'achat ou de vente de valeurs), on peut distinguer ordres jour, ordres permanents et ordres valables pour une certaine période. Un ordre jour est un ordre qui n'est valable que pour un seul jour. Un ordre permanent est un ordre qui reste valable jusqu'au moment de sa révocation. En principe, la banque n'accepte que les ordres jour et les ordres valables pour une certaine période. Les ordres intérieurs sont en principe valables pour quinze jours, sauf convention contraire. Les 'ordres au mieux' font exception. Ces ordres restent valables jusqu'à leur exécution ou révocation. La validité d'un ordre permanent n'est pas illimitée, mais est soumise à un terme à fixer par la banque (voir le premier alinéa de l'article 26). Souvent ce terme échoit le dernier jour de bourse du mois qui suit le mois dans lequel la banque a reçu l'ordre du client. Le premier alinéa dit en outre qu'un ordre est en principe permanent. Si un client a un ordre jour en vue, il doit donc le faire savoir explicitement. [Selon le traitement de l'ordre, vous avez le choix entre le deuxième ou le troisième alinéa de ce commentaire, car des différences existent d'une banque à l'autre.] Le deuxième alinéa de l'article 26 concerne une limite fixée par le client pour l'achat

7 - 7 - ou la vente de valeurs. Dans le cas d'un ordre d'achat, la limite est le cours le plus haut auquel le client veut acheter et, dans le cas d'un ordre de vente, le cours le plus bas auquel le client veut vendre. Cette limite est automatiquement baissée dès que les valeurs en question sont cotées ex-dividende ou ex-droit. La restriction prévue à la fin du deuxième alinéa signifie que le système d'abaissement automatique de la limite s'applique dans la pratique principalement aux valeurs néerlandaises. Article 27 En conséquence de l'adoption de la Loi sur les transactions de valeurs par virements, il n'est pas nécessaire d'enregistrer dans l'administration de la banque, pour chaque client individuel, les numéros des valeurs introduits dans les transactions de valeurs par virements. Le fait que cette 'individualisation par client' n'a pas lieu, implique que l'importance de l'article 27 a diminué fortement. En effet, la question de savoir si une valeur a un défaut importe surtout au client, si cette valeur est gardée expressément pour lui - et est donc individualisée. La catégorie des valeurs qui relèvent de la responsabilité de la banque est spécifiée au premier alinéa. Comme exemple de valeurs qui n'entrent pas dans cette catégorie, on peut nommer les valeurs que la banque a achetées sur l'ordre du client à une bourse étrangère. Article 28 Le premier alinéa de cet article stipule qu'en ce qui concerne les frais d'assistance judiciaire en fait de litiges entre le client et la banque, les règles ordinaires de procédure sont applicables. La condamnation aux dépens par le juge ou la commission du contentieux est donc décisive, sans considérer si la banque ou le client a fait plus de frais que le montant adjugé par le juge ou la commission du contentieux. Cependant, s'il s'agit d'un litige entre le client et des tiers, les frais que doit faire la banque incombent, selon le deuxième alinéa, entièrement au client. En effet, dans ce cas, la banque n'est pas impliquée dans le litige. Les autres frais sont, dans les limites du raisonnable, pour le compte du client. Article 29 Un client qui a un différend avec la banque peut soumettre ce différend au juge compétent néerlandais. Dans certains cas, le client peut s'adresser à la commission du contentieux Affaires bancaires. Cette commission traite presque toutes les réclamations relatives aux services bancaires. Pour des réclamations au sujet de services qui concernent des valeurs, il y a plusieurs commissions du contentieux auxquelles on peut s'adresser, à savoir : Klachtencommissie Effectenbedrijf (valeurs), Klachtencommissie Optiebeurs

8 - 8 - (marché à option), Klachtencommissie FTA (marché financier à terme d'amsterdam). Il existe en outre une commission du contentieux Bureau d'enregistrement des crédits. Pour tout renseignement au sujet des procédures à suivre et autres questions semblables vous pouvez vous adresser à la banque. Article 31 La Banque traite quotidiennement des millions de transactions très diverses. On peut imaginer des circonstances qui troublent ce processus de traitement. Etant donné le grand volume de transactions, l'effet peut aussi être relativement grand, quand de telles circonstances se présentent. Aussi serait-il irresponsable de mettre les suites de ces circonstances tout simplement sur le compte de la banque. La stipulation du deuxième alinéa de l'article doit être lue sous ce point de vue. Dans les situations décrites dans cet article, la banque est obligée de rechercher s'il existe d'autres voies éventuelles qui permettent de poursuivre le processus de traitement. Dans ce cas, la banque doit prendre les mesures qui peuvent raisonnablement être demandées d'elle. Article 33 Il peut arriver à un certain moment - par exemple en conséquence de nouveaux développements techniques ou autres - qu'il soit désirable de modifier ou de compléter les ABV. L'article 33 indique comment les modifications et suppléments fixés par la banque deviennent fermes. Alors, la possibilité de participation d'organisations de consommateurs et de syndicats est importante. En effet, les modifications et suppléments ne deviennent fermes qu'après consultation de ces organisations à ces sujets.

CONDITIONS GENERALES BANCAIRES (Traduction* du texte original en néerlandais, version du premier février 1996)

CONDITIONS GENERALES BANCAIRES (Traduction* du texte original en néerlandais, version du premier février 1996) CONDITIONS GENERALES BANCAIRES (Traduction* du texte original en néerlandais, version du premier février 1996) * Cette traduction n'a été réalisée que pour la commodité du client. Le texte original en

Plus en détail

Conditions débit argent DEGIRO

Conditions débit argent DEGIRO Conditions débit argent DEGIRO Table de matières Article 1. Definitions... 3 Article 2. Relation contractuelle... 3 Article 3. Enregistrement de crédit... 4 Article 4. Débit argent... 4 Article 5. Execution

Plus en détail

Conditions Générales pour le Commerce de Gros des Produits Floricoles.

Conditions Générales pour le Commerce de Gros des Produits Floricoles. Conditions Générales pour le Commerce de Gros des Produits Floricoles. établies par la "Vereniging van Groothandelaren in Bloemkwekerijprodukten" (VGB - Association des Grossistes en Produits Floricoles)

Plus en détail

RÈGLEMENT COMPTES D ÉPARGNE START2BANK. Annexe 12 au Règlement Général des Opérations.

RÈGLEMENT COMPTES D ÉPARGNE START2BANK. Annexe 12 au Règlement Général des Opérations. RÈGLEMENT COMPTES D ÉPARGNE START2BANK. Annexe 12 au Règlement Général des Opérations. Le présent règlement régit les droits et obligations du client et de la Banque relatifs à l ouverture et l'utilisation

Plus en détail

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation La présente version annule et remplace toute version précédente. Elle a été enregistrée à Bruxelles le 28 septembre

Plus en détail

Conditions générales de vente des produits et prestations d'études de meteolien sur www.meteolien.eu

Conditions générales de vente des produits et prestations d'études de meteolien sur www.meteolien.eu Conditions générales de vente des produits et prestations d'études de meteolien sur www.meteolien.eu 1er Octobre 2011 Les présentes conditions générales s'appliquent à la vente ou à la fourniture, par

Plus en détail

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. )

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ARTICLE 1 : FORMATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er Juillet

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

Ordonnance concernant les procédures d'encaissement et de recouvrement du 28 juin 2006

Ordonnance concernant les procédures d'encaissement et de recouvrement du 28 juin 2006 - 1-611.104 Ordonnance concernant les procédures d'encaissement et de recouvrement du 28 juin 2006 Le Conseil d'etat du Canton du Valais vu l'article 57 de la Constitution cantonale; vu les articles 34bis

Plus en détail

ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation. Conditions générales

ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation. Conditions générales ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation Conditions générales La présente demande ainsi que le crédit documentaire ouvert par la Banque sont régis par les Règles et Usances uniformes de la Chambre

Plus en détail

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364)

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364) Loi du 2 août 2003 portant - modification de la loi modifiée du 5 avril 1993 relative au secteur financier; - modification de la loi modifiée du 23 décembre 1998 portant création d'une commission de surveillance

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES La convention entre actionnaires est un contrat écrit, conclu entre tous les actionnaires d une entreprise incorporée et régissant les droits, pouvoirs et obligations de ceux-ci

Plus en détail

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé Compte d épargne réglementé Donnez un stimulant supplémentaire à votre argent avec Start2Save CBC Mettez chaque mois un montant de côté et votre fidélité sera récompensée! Un investissement sûr en ces

Plus en détail

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY 1. Définitions Dans ces Conditions, les notions suivantes ont la signification qui suit: Demandeur de crédit : la personne (personne physique) qui présente une Demande de

Plus en détail

SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986

SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 PROPOSITION DE LOI adoptée le N 18 SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 PROPOSITION DE LOI MODIFIÉE PAR LE SÉNAT modifiant la loi n 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de

Plus en détail

Les crédits à la consommation

Les crédits à la consommation Les crédits à la consommation Billet du blog publié le 16/03/2015, vu 244 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code de la consommation (Valable à partir du 18 mars 2016) Avis du 24 juin 2014 relatif à l'application

Plus en détail

SUPPLEMENT TRADING ELECTRONIQUE

SUPPLEMENT TRADING ELECTRONIQUE ActivTrades Plc est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority SUPPLEMENT TRADING ELECTRONIQUE Ces conditions supplémentaires doivent être lues conjointement avec les Contrats Clients

Plus en détail

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 1/9 Comité sectoriel du Registre national Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 Objet : demande d'avis relatif au projet d'arrêté royal autorisant la Banque Nationale de Belgique et les établissements

Plus en détail

ING Business Account Règlement

ING Business Account Règlement I. Objet et cadre du présent règlement ING Business Account Règlement Version 01/08/2015 Le présent règlement relatif à l'ing Business Account (ci-après dénommé le "Règlement") régit les relations entre

Plus en détail

Texte de l'arrêté "Site e-business"

Texte de l'arrêté Site e-business Texte de l'arrêté "Site e-business" Arrêté relatif à l'octroi d'une prime aux entreprises qui créent un site e-business tel que modifié par l'arrêté du 15 juin 2006 (MB 12.07.2006) Le Gouvernement wallon,

Plus en détail

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur»)

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur») ACCORD DE PRÊT INTERVENU CE jour du mois de 20. N o de prêt du Prêteur : ENTRE : La Société canadienne d'hypothèques et de logement ou Un prêteur approuvé par la Société canadienne d'hypothèques et de

Plus en détail

Situation: 01.08.2012

Situation: 01.08.2012 Conditions pour l exécution de travaux sur des véhicules automobiles, des remorques, des agrégats et sur leurs pièces constitutives ainsi que sur des fauteuils roulants et sur leurs pièces constitutives

Plus en détail

Recommandation n 22 relative à l ouverture d un compte bancaire ou postal séparé (06 novembre 2001).

Recommandation n 22 relative à l ouverture d un compte bancaire ou postal séparé (06 novembre 2001). Recommandation n 22 relative à l ouverture d un compte bancaire ou postal séparé (06 novembre 2001). La Commission, Considérant la 14e recommandation de la Commission portant sur le libellé de la question

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE.

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. EN LISANT ET ACHETANT SUR LE SITE EN LIGNE DE SAS TEESHIRT- MINUTE.COM, LE CLIENT CERTIFIE AVOIR LU ET APPROUVÉ CES PRESENTES CONDITIONS GENERALES DE VENTES. I. GENERALITÉS.

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

Instruction n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse

Instruction n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Instruction n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Article 1er: La présente instruction a pour objet de fixer les modalités

Plus en détail

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014 Tarifs des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013

Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013 TARIF Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

DÉCLARATION DES RISQUES

DÉCLARATION DES RISQUES DÉCLARATION DES RISQUES Tenant compte du fait que CM Marketing Associates Ltd accepte de conclure, à la base de gré à gré ( OTC ) des contrats financiers pour différences ( CFD ) et contrats de change

Plus en détail

COMMUNICATION N D. 134

COMMUNICATION N D. 134 71.074/PERM.FIN/CV. Bruxelles, le 18 avril 1995. COMMUNICATION N D. 134 Objet : Utilisation des "créances sur réassureurs" comme valeurs représentatives. Application de l'article 10 3-8 de l'arrêté royal

Plus en détail

Précisions à propos des services de placement. Ordres et politique d'exécution des ordres

Précisions à propos des services de placement. Ordres et politique d'exécution des ordres Précisions à propos des services de placement Ordres et politique d'exécution des ordres Introduction Dans les Précisions à propos des services de placement, DEGIRO donne le contenu détaillé des accords

Plus en détail

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d information pour les copropriétaires Le décret comptable Quelques repères......pour mieux comprendre Juin 2007 Plan du guide

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

Table des matières. Le chèque

Table des matières. Le chèque Le chèque Table des matières L utilisation...2 Le délai de validité...2 Les mentions obligatoires...2 Le montant :...2 La signature :...2 L'opposition...3 Les cas d'opposition :...3 La procédure :...3

Plus en détail

1.2 Les présentes conditions peuvent uniquement être utilisées par des membres de Metaalunie.

1.2 Les présentes conditions peuvent uniquement être utilisées par des membres de Metaalunie. CONDITIONS Conditions 1. Applicabilité 1.1 Les présentes conditions s'appliquent à toutes les offres faites par des membres de Metaalunie, à tous les contrats qu'ils concluent et à toutes les conventions

Plus en détail

INFORMATIONS EUROPEENNES NORMALISEES EN MATIERE DE CREDIT DE TITRES

INFORMATIONS EUROPEENNES NORMALISEES EN MATIERE DE CREDIT DE TITRES INFORMATIONS EUROPEENNES NORMALISEES EN MATIERE DE CREDIT DE TITRES 1 IDENTITE ET COORDONNEES DU PRETEUR Prêteur : DEGIRO B.V. Adresse : Herengracht 442 1017 BZ Amsterdam Numéro de téléphone : 020 535

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété.

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété. CONVENTION D ASSISTANCE ADMINISTRATIVE, INFORMATIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIERE SOUMISE A L ASSEMBLEE GENERALE DES COPROPRIETAIRES, EN CAS DE CHARGES IMPAYEES, APRES MISE EN DEMEURE PAR LE SYNDIC ARTICLE

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT AUTOMATIQUE (POUR LE REGLEMENT DES FACTURES D'EAU)

REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT AUTOMATIQUE (POUR LE REGLEMENT DES FACTURES D'EAU) M A I R I E D E REPUBLIQUE FRANCAISE Seyne-les-Alpes ALPES DE HAUTE PROVENCE : 04.92.35.00.42 : 04.92.35.18.98 : mairie@seynelesalpes.fr EXEMPLAIRE CLIENT (à conserver) REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE

Plus en détail

Parole in Cucina - Conditions Générales de Vente Cours de cuisine pour clients consommateurs ou non professionnels

Parole in Cucina - Conditions Générales de Vente Cours de cuisine pour clients consommateurs ou non professionnels 1 Parole in Cucina - Conditions Générales de Vente Cours de cuisine pour clients consommateurs ou non professionnels Les présentes conditions générales déterminent les conditions contractuelles applicables

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT Entre les soussignés : BANQUE ATTIJARI DE TUNISIE, société anonyme au capital de 150 Millions de dinars, dont le siége social est à Tunis 95 Avenue de la liberté,

Plus en détail

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme La loi ALUR réforme notamment la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. En voici les principales nouveautés. ALUR et statut de la copropriété Par Séverine Antunes, consultante à la

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5653-4530 No du rôle : 28.d-C-15 Date : 28 août 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur STÉPHANIE AIRAUD ET BERNHARD AINETTER REQUÉRANTS

Plus en détail

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015 Tarifs des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

CONVENTION COMPTES DE TIERS HUISSIERS DE JUSTICE. La CHAMBRE NATIONALE DES HUISSIERS DE JUSTICE DE BELGIQUE Avenue Henri Jaspar 93 1060 Bruxelles

CONVENTION COMPTES DE TIERS HUISSIERS DE JUSTICE. La CHAMBRE NATIONALE DES HUISSIERS DE JUSTICE DE BELGIQUE Avenue Henri Jaspar 93 1060 Bruxelles Entre: Et: CONVENTION COMPTES DE TIERS HUISSIERS DE JUSTICE La CHAMBRE NATIONALE DES HUISSIERS DE JUSTICE DE BELGIQUE Avenue Henri Jaspar 93 1060 Bruxelles représentée par son Président MARCEL MIGNON dénommée

Plus en détail

Guide explicatif à l'intention des assurés désireux d'obtenir un versement anticipé

Guide explicatif à l'intention des assurés désireux d'obtenir un versement anticipé Guide explicatif à l'intention des assurés désireux d'obtenir un versement anticipé complétant la formule "Demande de versement anticipé" dans le cadre de la loi sur l'encouragement à la propriété du logement.

Plus en détail

Politique sur l accès aux documents et sur la protection des renseignements personnels

Politique sur l accès aux documents et sur la protection des renseignements personnels Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1511-00-12 Nombre de pages : 6 Politique sur l accès aux documents et sur la protection des renseignements personnels Amendée par le Comité exécutif le 4 octobre 2006

Plus en détail

Conditions générales de vente et de livraison 2014 Knapzak Benelux BV Kraaivenstraat 36-09 5048 AB Tilburg (Pays-Bas)

Conditions générales de vente et de livraison 2014 Knapzak Benelux BV Kraaivenstraat 36-09 5048 AB Tilburg (Pays-Bas) Conditions générales de vente et de livraison 2014 Knapzak Benelux BV Kraaivenstraat 36-09 5048 AB Tilburg (Pays-Bas) Article 1. Dispositions générales 1.1. Les présentes conditions s appliquent à toutes

Plus en détail

Règlement de CBC-Mobile Business Banking

Règlement de CBC-Mobile Business Banking Règlement de CBC-Mobile Business Banking Cette version a été enregistrée à Louvain le 5 décembre 2012. Elle comprend 5 pages. Le présent règlement régit la relation contractuelle entre le contractant et

Plus en détail

Mentions obligatoires: Article 7 : Information du client

Mentions obligatoires: Article 7 : Information du client CONVENTION D INTERMEDIATION ENTRE LES SOUSSIGNES: ICF AL WASSIT, Société de Bourse agréée par le Ministère de l Economie et des Finances sous le n 3 / 583 du 2 0-01-1998, constituée en S.A. à Directoire

Plus en détail

Convention Beobank Online et Beobank Mobile

Convention Beobank Online et Beobank Mobile Convention Beobank Online et Beobank Mobile Lisez attentivement cette Convention ("la Convention"). Lisez en tout cas la Section 1 - Conditions générales Beobank Online et Beobank Mobile. Ces conditions

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 50, du 7 juillet 2006 Délai référendaire: 16 août 2006 Loi sur l'assistance pénale, civile et administrative (LAPCA) Le Grand

Plus en détail

2.3. Toute modification ou tout complément apporté au contrat nécessite impérativement un accord préalable écrit entre les deux parties.

2.3. Toute modification ou tout complément apporté au contrat nécessite impérativement un accord préalable écrit entre les deux parties. CONDITIONS générales de vente Poelmann Huizen B.V. Siège social : 7 Handelsweg - 1271 EJ Huizen Pays-Bas. I. GENERALITES Article 1 Applicabilité des conditions générales de vente 1.1. Ces conditions générales

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

A r t i c le 3 Information à charge de l'organisateur et / ou de l'intermédiaire de voyages

A r t i c le 3 Information à charge de l'organisateur et / ou de l'intermédiaire de voyages C O N D IT I O N S G E NE RA LE S DE L A CO M M ISSI O N DE L I T I G E S VOY A G E S A r t i c le 1 Champ d'application Ces conditions générales sont d application aux contrats d organisation et d intermédiaire

Plus en détail

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques L arrêté du 24 décembre 2012, publié au JORF n 0301 du 27 décembre 2012 texte 13, portant application

Plus en détail

D E C R E T S. 28 Moharram 1430 25 janvier 2009 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06

D E C R E T S. 28 Moharram 1430 25 janvier 2009 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06 D E C R E T S Décret exécutif n 09-18 du 23 Moharram 1430 correspondant au 20 janvier 2009 fixant la réglementation relative à l exercice de la profession

Plus en détail

Conditions d ouverture de crédit lombard

Conditions d ouverture de crédit lombard Conditions d ouverture de crédit lombard Article 1. Objet des présentes conditions 1.1 Les présentes conditions régissent les ouvertures de crédit lombard qui sont octroyées par Keytrade Bank Luxembourg

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

AVIS DE REUNION VALANT AVIS DE CONVOCATION

AVIS DE REUNION VALANT AVIS DE CONVOCATION S.O.I.TEC SILICON ON INSULATOR TECHNOLOGIES Société anonyme au capital de 8 275 839,20 Euros Siège social : Parc Technologique des Fontaines, Chemin des Franques, 38190 BERNIN 384 711 909 RCS GRENOBLE

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C.

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. Le Gouvernement de la République du Cameroun, Le Gouvernement de la République Centrafricaine, Le Gouvernement de la République du

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

SGMAROC-ONLINE Particuliers Conditions générales de fonctionnement

SGMAROC-ONLINE Particuliers Conditions générales de fonctionnement SGMAROC-ONLINE Particuliers Conditions générales de fonctionnement Article 1 Objet du service Sur abonnement, la Société Générale Marocaine de Banques met à la disposition de ses clients Particuliers (ci-après

Plus en détail

Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST

Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST Valables à partir du 31 mars 2012 (Version 2.1/2012) Table des matières 1 Objet

Plus en détail

Département DEPOSITAIRE CENTRAL INSTRUCTION N 2 PROJET ADMISION DES INTERMEDIAIRES DE MARCHE

Département DEPOSITAIRE CENTRAL INSTRUCTION N 2 PROJET ADMISION DES INTERMEDIAIRES DE MARCHE Département DEPOSITAIRE CENTRAL INSTRUCTION N 2 PROJET ADMISION DES INTERMEDIAIRES DE MARCHE La présente instruction a pour but de définir la procédure d adhésion des Intermédiaires de marché au Dépositaire

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Bruxelles, le 18 décembre 1997 CIRCULAIRE D1 97/9 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT CIRCULAIRE D4 97/4 AUX ENTREPRISES D INVESTISSEMENT Madame, Monsieur, En vertu de l article 57, 3 de la loi du 22 mars 1993

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION DE DEPOT

MODELE DE CONVENTION DE DEPOT MODELE DE CONVENTION DE DEPOT La présente convention est conclue entre: 1. l'entreprise d'assurances / le fonds de pension... dont le siège social est établi à..., ci-après dénommée l'entreprise d'assurances

Plus en détail

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des adultes I. Préambule... 2 II. Gestion du patrimoine dans

Plus en détail

BAREME DES CONDITIONS DE BANQUE

BAREME DES CONDITIONS DE BANQUE BAREME DES CONDITIONS DE BANQUE I TAUX D'INTERET CATHEGORIES TAUX A - TAUX D'INTERETS DEBITEURS (*) I - FINANCEMENT A COURT TERME T 1. - Escompte d'effets de transaction inférieur ou égal à 90 jours T

Plus en détail

Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre

Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre A - Notion sur la tenue des livres : 1) Notions Générales : La tenue des livres consiste à inscrire sur des registres comptables les différentes

Plus en détail

4 Formulaires de virement standard disponibles auprès de nos guichets ou en appelant votre conseiller.

4 Formulaires de virement standard disponibles auprès de nos guichets ou en appelant votre conseiller. I. Compte à vue FRAIS DE TENUE DE COMPTE TAUX CREDITEURS (taux annuels) / (CHF: taux négatifs) Ouverture/fermeture de compte Forfait annuel incluant l'ouverture de comptes additionnels dans toutes les

Plus en détail

2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007. Projet BANQUE

2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007. Projet BANQUE 2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007 Projet BANQUE 1. Explications L'examen comprend un projet à réaliser à domicile et à documenter : - structure des données, - objets utilisés, - relations de dépendance

Plus en détail

Conditions générales de vente sur le site

Conditions générales de vente sur le site Conditions générales de vente sur le site www.sunna.club Les dispositions suivantes ont pour objet de définir les conditions générales de vente sur le site internet disponible à l'adresse suivante : www.sunna.club,

Plus en détail

1.1 La comptabilité pour un syndicat de copropriétaires : qu est-ce que c est?

1.1 La comptabilité pour un syndicat de copropriétaires : qu est-ce que c est? On a souvent tendance à voir la comptabilité comme quelque chose d inaccessible ou d inutile «parce que çà marche bien dans sa copropriété jusqu à présent». Il est cependant nécessaire de plus de rigueur

Plus en détail

Conditions générales.

Conditions générales. Conditions générales. Les services présentés sur le site www.net-style.fr sont fournis par NetStyle, propose à une clientèle de professionnels et de particuliers des services dédiés à la création de sites

Plus en détail

Vu la demande de l'agentschap Binnenlands Bestuur, reçue le 24/02/2012 ;

Vu la demande de l'agentschap Binnenlands Bestuur, reçue le 24/02/2012 ; 1/7 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 39/2012 du 9 mai 2012 Objet : demande d'autorisation formulée par l'agentschap voor Binnenlands Bestuur (Agence des Affaires intérieures) de

Plus en détail

Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION

Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION 1.1 Objet. La présente politique de l'acei en matière de règlement

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES POUR L'ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE

CONDITIONS GÉNÉRALES POUR L'ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE Édition 2014 CONDITIONS GÉNÉRALES POUR L'ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE SOMMAIRE 1. Bases du contrat 2 2. Déclaration obligatoire 2 2.1 Conséquences d'une réticence 2 3. Droit de révocation 2 4. Début de la

Plus en détail

Contrat d'enregistrement d'un nom de domaine qui dépend du domaine ".ch"

Contrat d'enregistrement d'un nom de domaine qui dépend du domaine .ch Contrat d'enregistrement d'un nom de domaine qui dépend du domaine ".ch" Entrée en vigueur: 14 février 2013 (version 4) 1 DÉFINITIONS 2 2 CONCLUSION ET PARTIES INTÉGRANTES DU CONTRAT D'ENREGISTREMENT D'UN

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

MDI Chèque de Allégroupe Réclamation

MDI Chèque de Allégroupe Réclamation Introduction MDI Chèque de Allégroupe Réclamation MDIChèques est une suite logique d' Allégroupe Réclamation. Une fois que l'adjudicateur a pris la décision de payer le lot, il fait une Requête de paiement

Plus en détail

Guide pratique des Actions

Guide pratique des Actions 2010 Guide pratique des Actions Service Educations des Epargnants CDVM 22/10/2010 QU EST CE QU UNE ACTION? COMMENT LES ACQUERIR? Actions Ouvrir un «compte-titres» chez un intermédiaire agrée Passer des

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 9 - Le louage

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 9 - Le louage Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 9 - Le louage Réponses aux questions 9.1 Le louage de meubles est le contrat par lequel une personne, le locateur,

Plus en détail

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993 COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS 17 juin 1993 Modifié le 20 octobre 2000, le 19 octobre 2001, le 18 octobre 2002, le 17 octobre 2003, le 13 octobre 2006, le 26 octobre 2007, le 29 octobre

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Feuille de route du copropriétaire

Feuille de route du copropriétaire Feuille de route du copropriétaire Que vous soyez déjà copropriétaire dans un immeuble géré par le cabinet IFNOR ou que vous veniez juste de faire l acquisition d un bien immobilier, nous avons voulu au

Plus en détail

Limites régissant les engagements importants

Limites régissant les engagements importants Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

Description des services CBC-Mobile Banking

Description des services CBC-Mobile Banking Description des services CBC-Mobile Banking Vous trouverez ci-dessous un aperçu des services. Le contractant qui utilise CBC-Mobile Banking à des fins non seulement privées mais également professionnelles,

Plus en détail

Directive 8: Sponsored Access

Directive 8: Sponsored Access SIX Swiss Exchange SA Directive 8: Sponsored Access du 9..0 Entrée en vigueur: 07.04.04 Directive 8: Sponsored Access 07.04.04 Sommaire. But et fondement.... Définitions.... Sponsored Access (SA).... Sponsoring

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Recouvrement CE créances,cotisations,taxes et autres mesures Loi du 20 décembre 2002 concernant l'assistance mutuelle en matière de recouvrement dans la Communauté européenne des créances relatives à certains

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION

DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la sécurité et de l'économie Service du commerce DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION

Plus en détail

Conditions Générales ING Life Optima

Conditions Générales ING Life Optima Conditions Générales ING Life Optima Table des matières I. Description de l'assurance 1. Constitution du capital 2. Capitalisation de la prime 2.1. Taux d'intérêt garanti 2.2. Participation bénéficiaire

Plus en détail

Convocation à l'assemblée Générale

Convocation à l'assemblée Générale RECOMMANDEE A.R. IMMEUBLE LE SQUARE DES ARTS II 59/61RUE DU CHATEAU DES RENTIERS 75013 PARIS Convocation à l'assemblée Générale Madame, Mademoiselle, Monsieur, Nous vous remercions de bien vouloir participer

Plus en détail