Comité Interprofessionnel du Bois Energie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comité Interprofessionnel du Bois Energie"

Transcription

1 Impact d une écotaxe sur la rentabilité des projets bois-énergie La combustion des énergies fossiles conventionnelles génère des émissions de CO 2 dans l atmosphère. La lutte contre le réchauffement climatique nécessite la mise en place de mécanismes permettant de limiter les consommations de combustibles fossiles par : - la maîtrise de besoins énergétiques, tant au niveau de la production d énergie (efficacité énergétique des systèmes de production) que dans son utilisation (amélioration des rendements des équipements, isolation thermique, évolution comportementale ) ; - l utilisation d énergies non émettrices de gaz à effet de serre en substitution de combustibles fossiles carbonés (gaz, fioul, charbon). Plusieurs mécanismes existants peuvent ainsi être cités : - aides publiques à l investissement dans des solutions permettant d isoler le bâti (crédit d impôt, aides régionales ) ou d utiliser une énergie renouvelable (crédit d impôt, fonds chaleur ) ; - mesures fiscales incitatives (TVA à 5,5 % sur les abonnements aux réseaux de chaleur et sur l énergie calorifique issue des réseaux majoritairement renouvelables) ; - mécanismes d appels d offres pour la production d électricité d origine renouvelable (CRE) ; - tarifs de rachat d électricité (cogénération, méthanisation) ; - En ce qui concerne le chauffage collectif au bois, c est principalement le mécanisme de l aide publique à l investissement et la réduction de TVA à 5,5 % qui favorisent la mise en place des projets. Il apparaît néanmoins que, malgré ces aides, l aboutissement d un projet de création de réseau de chaleur au bois (dont on observe généralement qu il ne peut voir le jour que si le coût complet de la chaleur bois présente une décote d environ 10 % par rapport à la situation de référence) est intimement lié au cours des énergies fossiles, qui représentent plus des trois quarts du coût global de référence gaz ou fioul.

2 Figure 1 : Comparaison des factures énergétiques situation de référence : chaufferies collectives au gaz naturel / Projet bois : réseau de chaleur de forte puissance ( TTC / an) % Impact de l aide à l investissement % % 21 % 28 % 17 % Financement Entretien maintenance Combustible gaz Combustible bois % - Référence gaz Réseau bois (56 % aide publique) La mise en œuvre d un nouveau mécanisme de type écotaxe permettant de renchérir le prix des énergies conventionnelles en fonction de leur impact environnemental peut être un élément supplémentaire favorisant le développement de la maîtrise des besoins énergétiques et des énergies renouvelables, de façon à contribuer à l accélération escomptée pour atteindre les objectifs ambitieux que la France s est fixés. 1. Comparaison aide publique à l investissement / Ecotaxe 1.1. Le cas de figure étudié Dans le cadre de ses travaux, la Commission 6 du CIBE («Montage des projets aux plans administratif, financier et fiscal») a établi un outil informatique permettant de simuler l influence de la variation de paramètres techniques et économiques sur la rentabilité des projets de chauffage collectif au bois. A partir du recensement d installations en fonctionnement, la Commission a établi plusieurs cas-types, pour lesquels elle a défini des paramètres techniques (quantité de chaleur produite, longueur du réseau de chaleur, taux de charge moyen de la chaudière bois ) et économiques (prix de l énergie de référence, prix du bois, niveau d investissement ) moyens, ainsi qu une plage de variation de chacun de ces paramètres (zone de pertinence). Les simulations présentées ci-après concernent un réseau de chaleur de forte puissance (cas-type), dont les caractéristiques sont les suivantes : - besoins thermiques totaux : MWh utiles / an ; - puissance de la chaudière bois : 3,6 MW ; - taux de couverture des besoins par le bois : 85 % ; - linéaire de réseau : ml ; - prix du bois : 17 HT / MWh PCI ;

3 - investissement : HT ; - montage du projet : concession de service public (la conception, la construction, le financement et l exploitation du service sont délégués à une entreprise privée suite à mise en concurrence dans le cadre de la loi Sapin). La situation de référence à laquelle est comparé le projet de réseau de chaleur au bois correspond à des chaudières collectives au gaz naturel. Le prix du gaz considéré dans l approche correspond à une moyenne du tarif B2S de niveau 3 (65 % des consommations en période hivernale) sur la période août 2008 janvier 2009, période pendant laquelle le prix moyen du baril de pétrole a été en moyenne de l ordre de 70 $. La rentabilité du projet bois est considérée avérée lorsque que le projet présente à la fois : - une économie en coût global et en moyenne de 10 % par rapport à la facture énergétique de référence ; - un taux de rentabilité interne (TRI) 1 de 10 % Les simulations Les aides publiques à l investissement restent nécessaires Rappelons que le montage d un projet de réseau de chaleur au bois nécessite la mobilisation d une aide publique à l investissement. Celle-ci constitue de fait la variable d ajustement permettant d atteindre ou non le seuil de rentabilité du projet (l économie pour l usager et le TRI étant fixés). Les résultats présentés ci-dessous présentent l influence d une écotaxe affectée au gaz naturel (en situation de référence comme en appoint-secours de la chaufferie bois) sur le niveau d aide à l investissement nécessaire pour assurer la rentabilité du projet. La valeur de l écotaxe est exprimée en / t CO 2. Notons que l analyse vise à étudier l influence d une augmentation du prix du gaz naturel sur la rentabilité des projets de réseau de chaleur au bois, quelle qu en soit la cause (Ecotaxe, augmentation conjoncturelle liée à l évolution du cours du baril ). On présente donc également l équivalence en termes d augmentation du cours du gaz et de valeur du cours du baril correspondante (Tableau 1). Notons qu il est envisagé que l écotaxe, fixée initialement à 32 / t CO 2, augmente de 5 % tous les ans. Sa valeur serait donc de 50 / t CO 2 au bout de 10 ans, 80 / t CO 2 au bout de 20 ans et atteindrait 100 / t CO 2 au bout de 24 ans, période correspondant généralement à la durée d une concession de service public pour une chaufferie bois associée à un réseau de chaleur. En moyenne sur la durée de la concession, l écotaxe s élèverait, sous réserve qu elle soit effectivement maintenue sur le long terme et que son augmentation perdure, à 60 / t CO 2 environ. Il semble cependant délicat d anticiper cette augmentation progressive dès la genèse du projet bois, le maître d ouvrage 1 Le TRI (normatif, en l occurrence, calculé après impôt et avec financement sur fonds propres) d une opération de création d un réseau de chaleur au bois en concession sert à évaluer l intérêt de l investissement compte tenu de son risque

4 porteur de projet argumentant que de multiples facteurs conjoncturels pourraient éventuellement être amenés à remettre en question l augmentation annuelle. On propose donc de conduire les simulations sur la base de 32 / t CO 2, tout en présentant dans le tableau suivant les principales conclusions concernant les valeurs évoquées ci-dessus. Tableau 1 : L influence d une écotaxe sur le niveau d aide publique nécessaire pour assurer la rentabilité d un projet de réseau de chaleur au bois de forte puissance (encadré : situation de référence) Ecotaxe Ecotaxe / t CO 2 2 Augmentation équivalente du coût du gaz naturel Augmentation équivalente du coût du gaz par rapport à la situation considérée en référence Niveau du cours du baril correspondant 3 Taux d aide publique nécessaire ( aide / investissement) 0 0 % 70 $ 56 % % 90 $ 43 % % 100 $ 36 % % 108 $ 32 % % 120 $ 25 % % 133 $ 17 % Une écotaxe fixée à 32 / t CO 2 correspondant à une augmentation de 14 % du prix du gaz naturel permettrait, dans le cas de figure étudié, de réduire le niveau d aide publique nécessaire pour assurer la rentabilité du projet d environ 13 points (de 56 % à 43 %). Comme on le voit sur la figure 2 suivante (courbe rouge, baril à 70 $), la suppression de toute aide publique par une écotaxe nécessiterait un niveau de l ordre de 140 / tco 2. Notons que les écotaxes appliquées par les autres pays européens varient généralement entre 20 et 50 / tco 2 (Royaume Uni, Finlande, Norvège), voire entre 80 et 100 / tco 2 (Danemark, Suède), soit bien en dessous des 140 permettant de s affranchir de l aide publique à l investissement. On constate donc que la mise en œuvre d une taxe carbone autour de 32 / tco 2 ne permettra pas de s affranchir des aides publiques à l investissement (si le baril demeure autour de 70 $) L écotaxe et la volatilité du cours des énergies fossiles Entre juillet 2008 et janvier 2009, le prix du baril a varié de 140 $ à 40 $ environ, soit 250 % de variation en 6 mois. Or, l évolution du cours du baril impacte le prix du gaz naturel et plus encore celui du fioul domestique, dont on rappelle qu ils représentent plus de 75 % de la facture énergétique de référence. La grande volatilité du baril a donc un impact direct et décisif sur la 2 1 tep de gaz naturel émet 2,343 tonnes de CO 2 3 On considère ici de manière approchée que le prix de vente du gaz naturel est composé à 50 % d achat de matière première, ellemême totalement indexée sur le cours du baril à taux de change / $ constant (cours du fioul domestique, cours du fioul lourd). Une augmentation de 40 % du cours du baril se traduit donc par une augmentation de 20 % du prix du gaz naturel. Cette relation est rarement observée de manière aussi directe en France, du fait de la régulation. Cependant, un maintien durable du cours du baril aux niveaux évoqués conduirait à un ajustement (probablement progressif) du prix du gaz jusqu aux valeurs indiquées.

5 rentabilité des projets de chaufferie bois. Elle interdit par ailleurs aux maîtres d ouvrage la visibilité sur le long terme de l équilibre du projet, pourtant généralement appréciée lorsque des investissements lourds sont à engager. Il convient de noter qu une écotaxe de valeur fixe ne permet pas de s affranchir de l instabilité du cours des énergies fossiles. Si le baril atteint 130 $ et s y maintient durablement, aucune taxe ni subvention ne seront nécessaires pour soutenir les projets de chaufferie bois (tout au moins dans le cas de figure étudié). A contrario, si le baril se maintient durablement dans la zone de 60 à 70 $, une écotaxe de l ordre de 32 / tco 2 ne sera pas suffisante pour que le projet puisse se concrétiser sans aide publique à l investissement (qui restera donc la variable d ajustement indispensable au soutien de la filière). Figure 2 : Evolution du taux d aide publique et de l écotaxe nécessaires pour assurer la rentabilité d un projet de réseau de chaleur au bois de forte puissance en fonction de l évolution du baril Niveau de subvention nécessaire pour rentabiliser le projet (%) 90% 80% 70% 56 % 60% 50% 40% 30% 20% 43 % Baril à 40 $ Baril à 70 $ Baril à 100 $ Baril à 130 $ 10% 0% Valeur de l'écotaxe ( / tco2)

6 2. Le cas de la Suède 4 En Suède, le prix du gaz (profil de consommation : catégorie D3 5 au 1 er janvier 2009) s élève à 90,7 TTC / MWh PCI (72 HT / MWh PCI), contre 53,4 TTC / MWh PCI en France dans le cadre des hypothèses considérées (tarif B2S de niveau 3 moyenné entre août 2008 et janvier 2009, hors écotaxe). Cette grande différence est due : - à un coût intrinsèque du gaz (partie minérale et partie transport) légèrement plus élevé ; - à une taxe carbone évaluée à environ 100 / tco 2 ; - à une TVA à 25 % sur l ensemble. Figure 3 : Comparaison de la décomposition du prix du gaz naturel en Suède et en France 6 TTC / MWh PCI ,7 TTC / MWh PCI / tco2 53,4 TTC / MWh PCI 61,2 TTC / MWh PCI 32 / tco2 TVA Ecotaxe Transport 30 Minéral (1er janvier 2009) catégorie D3 sans écotaxe écotaxe à 32 / tco2 Suède France (moyenne août janvier 2009) La mise en œuvre d une écotaxe à 32 / tco 2 en France conduirait à renchérir le prix du gaz à hauteur d environ 60 TTC / MWh PCI, soit 14 % de plus environ qu actuellement, mais 30 % de moins qu en Suède. La pratique de tarifs du gaz du même ordre de grandeur qu en Suède autoriserait une réduction importante du niveau de l aide publique à l investissement nécessaire pour rentabiliser les projets, sans pour autant permettre de s en affranchir totalement. Ainsi, sur le cas de figure étudié, on 4 Source : Sveriges officiella statistik 5 Consommation supérieure à kwh / an 6 On considère que le prix du gaz se décompose en France à parts égales entre le transport et la matière première

7 observe qu une écotaxe à hauteur de 100 / tco 2 (valeur de l écotaxe en Suède) permettrait de réduire l aide publique à 17 % du montant de l investissement. Un prix du gaz naturel au niveau du gaz suédois (écotaxe et TVA comprises, tout autre paramètre technique ou économique restant égal par ailleurs) pourrait permettre de s affranchir de l aide publique à l investissement tout en générant une économie supérieure à 10 % pour l usager final. Tableau 2 : L influence de l écotaxe sur les projets de réseau de chaleur au bois Prix du gaz transport + minéral + abonnement France : situation actuelle France : écotaxe à 32 / tco 2 France : écotaxe à 100 / tco 2 (niveau suédois) Suède : prix du gaz suédois (TVA et écotaxe comprises) 44,8 44,8 44,8 51,7 Ecotaxe 0,0 6,4 20,1 20,9 TVA 8,6 10,0 12,9 18,1 Total TTC / MWh PCI 53,4 61,2 77,4 90,7 Aide à l investissement nécessaire pour assurer la rentabilité du projet 56 % 43 % 17 % -6 %

8 3. Synthèse et perspectives Une écotaxe de valeur fixe, en permettant de renchérir le prix des énergies fossiles pris en compte dans la comparaison avec les projets de chaufferies collectives au bois, contribuera à renforcer l intérêt économique de ces projets. On peut cependant craindre que la mise en œuvre d une écotaxe conduise à une diminution des aides publiques à l investissement à due proportion de son impact positif sur la rentabilité du projet bois. Deux remarques méritent d être formulées sur ce point : - La mise en œuvre d une écotaxe à hauteur de 32 / tco 2 ne permettra pas de s affranchir totalement des aides publiques à l investissement, puisque cette taxe est équivalente, pour un projet de réseau de chaleur de forte puissance, à une aide publique à l investissement de l ordre de 13 %, alors que le projet en nécessite environ 56 % pour atteindre sa rentabilité. - Par ailleurs, une taxe fixe ne permet pas de s affranchir des inconvénients de la volatilité du cours des énergies fossiles. C est un obstacle majeur : A la mise en œuvre des projets de chauffage collectif au bois, dont la gestation s étale sur plusieurs années et dont la rentabilité varie au cours de son développement, au risque de décalages de leur réalisation dans le temps (ce que l on constate en pratique actuellement), voire d abandon pur et simple lorsque le cours des énergies fossiles est bas (effet de cycle). A la bonne gestion des budgets de chauffage (stabilité des charges locatives sociales ). Enfin, il convient de prendre garde à ne pas favoriser artificiellement le chauffage électrique direct, a priori moins émetteur de gaz à effet de serre que le gaz et le fioul domestique, mais présentant un rendement global médiocre, ce qui est contradictoire avec les objectifs de maîtrise des besoins énergétiques, qui passent autant par la réduction des consommations que par l optimisation des moyens de production (cf. graphique en annexe 1). Ainsi, si l écotaxe est présentée ci-dessus en / t CO 2, notamment pour faciliter la comparaison avec les présentations de la conférence des experts, elle pourrait dans les faits être scindée en deux termes, l un représentant le contenu de CO 2 de l énergie et l autre lié à la consommation énergétique primaire.

9 Annexe 1 Energie nécessaire pour produire 1 MWh utile Figure 4 : Energie nécessaire pour produire 1 MWh utile (Source Biomasse Normandie et Bio Intelligence Service, extrait du cahier du bois-énergie n 42 édités par le Bois International : Efficacité énergétique du chauffage au bois) 3,5 MWh 3,0 2,5 Chauffage collectif au bois Chauffage Chauffage aux aux énergies énergies conventionnelles fossiles et fissile 2,90 * 2,0 1,5 1,25 1,35 1,35 * 1,35 * 1,0 0,5 0,0 Chaufferie dédiée Réseau de chaleur Gaz naturel Fioul Electricité * : chiffres approximatifs Energie utile Perte distribution de chaleur Perte production de chaleur Electricité (mise à disposition incluse) Mise à disposition combustible CIBE, Juillet 2009

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois La question des charges récupérables et non récupérables dans les logements collectifs CIBE Commission

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

Club Chaleur renouvelable. Les propositions pour le développement de la chaleur renouvelable

Club Chaleur renouvelable. Les propositions pour le développement de la chaleur renouvelable Comité opérationnel énergies renouvelables 1 Club Chaleur renouvelable Les propositions pour le développement de la chaleur renouvelable ASSOCIATION DES MAITRES D OUVRAGE EN GEOTHERMIE AGEMO Préambule

Plus en détail

Réseau de chaleur de Beauvais

Réseau de chaleur de Beauvais Réseau de chaleur de Beauvais Témoignage d un d abonné Gabriel CANTEINS Chargé de mission développement durable 22/11/2010 (v2) 1/13 Réseau de chaleur de Beauvais (témoignage) Rendez-vous de l ADEME 25

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

une énergie d avenir dans le Puy-de-Dôme

une énergie d avenir dans le Puy-de-Dôme une énergie d avenir dans le Puy-de-Dôme Les atouts du bois énergie Une énergie renouvelable Le bois est considéré comme une énergie renouvelable dans la mesure où la forêt est gérée de façon durable.

Plus en détail

SEGMENTATION DU PARC FRANÇAIS PAR TRANCHES DE PUISSANCES

SEGMENTATION DU PARC FRANÇAIS PAR TRANCHES DE PUISSANCES MICRO-COGENERATION Etat des lieux de la filière micro-cogénération en France Préconisations du Club Cogénération de l ATEE pour le déploiement de cette filière SEGMENTATION DU PARC FRANÇAIS PAR TRANCHES

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers

Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers S U I V I D E X P L O I T A T I O N Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers Nantes-métropole Gestion Equipements/ exercice 2011 1 SOMMAIRE Présentation

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens

www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens COLLOQUE atee - CIBE du 18 et 19 septembre 2007 XYLOWATT, la société XYLOWATT a été crée

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

SYNTHÈSE. Soutiens financiers aux énergies renouvelables et à la maîtrise de l énergie. Coûts et enjeux pour les collectivités

SYNTHÈSE. Soutiens financiers aux énergies renouvelables et à la maîtrise de l énergie. Coûts et enjeux pour les collectivités SYNTHÈSE Soutiens financiers aux énergies renouvelables et à la maîtrise de l énergie Coûts et enjeux pour les collectivités Série Politique ENP 34 Septembre 2014 Présentation de la méthode d analyse Si

Plus en détail

Le bois énergie : Economie

Le bois énergie : Economie Le bois énergie Le bois énergie : Economie Pour les maîtres d ouvrages: Une décote d au moins 5% du coût de la chaleur Une facture plus stable Des projets bientôt rentabilisés : Vendresse, Sécheval, Atelier

Plus en détail

Le logement social. Colloque du CIBE le 9 octobre 2012 à Toulouse. Fabrice BOUZEREAU

Le logement social. Colloque du CIBE le 9 octobre 2012 à Toulouse. Fabrice BOUZEREAU Le logement social et le bois énergie Colloque du CIBE le 9 octobre 2012 à Toulouse Fabrice BOUZEREAU Sommaire 1. Le groupe SNI 2. Bases juridiques 3. Les montages juridiques envisageables 4. Les propositions

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009 Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement Le Grenelle de l Environnement La genèse, les lois, les objectifs 2 Du Grenelle de l Environnement Juillet 2007 : 6 Groupes

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Le bois-énergie, une opportunité pour l industrie et le tertiaire

Le bois-énergie, une opportunité pour l industrie et le tertiaire Le bois-énergie, une opportunité pour l industrie et le tertiaire Stéphane COUSIN CIBE 5 mars 2015 Salon ENR / Be Positive Lyon Le bois-énergie, une opportunité pour l industrie et le tertiaire I. Atouts

Plus en détail

D une production centralisée à une production décentralisée, rendons les énergies renouvelables plus flexibles sur le réseau.

D une production centralisée à une production décentralisée, rendons les énergies renouvelables plus flexibles sur le réseau. e l e c tree D une production centralisée à une production décentralisée, rendons les énergies renouvelables plus flexibles sur le réseau le projet : Donnons à l Europe connectée les outils pour réussir

Plus en détail

Pointe et chauffage électrique

Pointe et chauffage électrique Pointe et chauffage électrique Enquête et décryptage sur une bien curieuse singularité française Association négawatt 1 er déc 2009 011209e Pour commencer, un petit lexique Pour caractériser la puissance,

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT D UNE COGÉNÉRATION BIOMASSE

DIMENSIONNEMENT D UNE COGÉNÉRATION BIOMASSE DIMENSIONNEMENT D UNE COGÉNÉRATION BIOMASSE Jacques Haushalter Responsable Commercial France et Suisse, Correspondant pour la Belgique francophone Wärtsilä France sas - Power 1 rue de la Fonderie BP1210

Plus en détail

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 *

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * * La limitation du réchauffement climatique implique dans les pays développés une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre par rapport

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour réseaux de chaleur Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

AVENANT N 2 A LA DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU RESEAU DE CHALEUR DU QUARTIER DES PROVINCES

AVENANT N 2 A LA DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU RESEAU DE CHALEUR DU QUARTIER DES PROVINCES POLE OPERATIONS ET SERVICES TECHNIQUES RAPPORTEUR : M. BAUDIN DÉLIBÉRATION D_2015_138 SÉANCE DU 26 JUIN 2015 AVENANT N 2 A LA DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU RESEAU DE CHALEUR DU QUARTIER DES PROVINCES

Plus en détail

Performance Énergétique et Bâtiments Existants

Performance Énergétique et Bâtiments Existants Performance Énergétique et Bâtiments Existants LE CONSTAT??? IL EST FAIT!!! Enjeux Outils Concepts Méthodes Exemples LES SOLUTIONS??? ELLES EXISTENT!!! ALTERÉCO 1 Performance énergétique et patrimoine

Plus en détail

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts Commission Wallonne Pour l Energie Version 2.3. Juin 2003 LE REGIME DES CERTIFICATS VERTS dans le cadre de l ouverture du Marché de l Electricité en Wallonie Sommaire Les objectifs poursuivis Les principes

Plus en détail

Chaufferies bois et réseaux de chaleur

Chaufferies bois et réseaux de chaleur Chaufferies bois et réseaux de chaleur Analyse statistique de 45 opérations (de 1 à 10 MW) réalisées au Nord et au Sud et de la Loire Chaufferie Tra le Bos à Egletons (Corrèze) Chaufferie régie communale

Plus en détail

1. SCHÉMA D ENSEMBLE DE LA RÉFORME

1. SCHÉMA D ENSEMBLE DE LA RÉFORME Assiette carbone et rééquilibrage de la taxation essence-diesel Propositions de mise en œuvre sur la période 2014-2020 Projet, préparé sous la responsabilité du président, à débattre le 13 juin en séance

Plus en détail

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113 Jean-Marie Harribey CESE 3 avril 2013 Version révisée 7 novembre 2013 Le financement de la transition écologique Jean-Marie Harribey http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques/blogs/harribey.fr

Plus en détail

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Cofely Services Le choix de la condensation biomasse Fonctionnement

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages François MOISAN Directeur exécutif de la stratégie et de la recherche Directeur scientifique ADEME Agence de l environnement

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Le secteur hospitalier en France

Le secteur hospitalier en France Jeudi 12 juin 2008 - Région Basse-Normandie Le chauffage au bois dans les hôpitaux Témoignage Marie-France Clave, Biomasse Normandie Le secteur hospitalier en France Nombre d établissements (2 856) Nombre

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

Mission d Observation de la Biomasse

Mission d Observation de la Biomasse Les synthèses de l AREC Mission d Observation de la Biomasse ENQUETE REGIONALE SUR LES CHAUFFERIES COLLECTIVES A BOIS DECHIQUETE (Saison de chauffe 2008-2009) 2009) Chiffres clés 114 chaufferies collectives

Plus en détail

Le gaz naturel, facteur essentiel de l évolution vers une économie faiblement contributive à l effet de serre

Le gaz naturel, facteur essentiel de l évolution vers une économie faiblement contributive à l effet de serre 5 février 2010 Le gaz naturel, facteur essentiel de l évolution vers une économie faiblement contributive à l effet de serre L évolution du bouquet énergétique français vers une économie faiblement carbonée

Plus en détail

Bilan des Emissions de GES. Restitution finale

Bilan des Emissions de GES. Restitution finale Bilan des Emissions de GES Restitution finale 19/11/2012 Agenda Synthèse de la collecte des données Modifications vs. restitution intermédiaire Présentation des résultats actualisés Plan d actions de réduction

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

Statistiques énergétiques France

Statistiques énergétiques France Statistiques énergétiques France Avril 2001 180 160 140 120 Indice base 100 en 1973 Produit intérieur brut en volume Consommation totale d'énergie primaire 100 80 Consommation Émissions de CO2 60 de produits

Plus en détail

énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne

énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne seine-et-marne.fr fo p03 Édito p04 Les émissions de gaz à effet de serre (GES) en Seine-et-Marne

Plus en détail

Conversion biomasse et production énergétique

Conversion biomasse et production énergétique Conversion biomasse et production énergétique Actionnariat S.I.D.E.S.U.P. 15 % S.V.I 5 % Naples Investissement 80 % Planteurs de betteraves Historique Création en 1970 Pour déshydrater les pulpes de la

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles La nouvelle génération de centrales thermiques I. Le contexte de l élevage français II. L influence du coût du combustible Faible

Plus en détail

Stratégie d achat de gaz naturel du Conseil Général de l Hérault (CG34) pour son patrimoine bâti

Stratégie d achat de gaz naturel du Conseil Général de l Hérault (CG34) pour son patrimoine bâti Stratégie d achat de gaz naturel du Conseil Général de l Hérault (CG34) pour son patrimoine bâti Prestation P1 des marchés d exploitation de chauffage Auteur : Caroline CANALE, expert énergie, Direction

Plus en détail

L expérience du Campus de Beaulieu

L expérience du Campus de Beaulieu Réunion ATEE La cogénération L expérience du Campus de Beaulieu Sommaire Les besoins du Campus de Beaulieu et le Projet de cogénération L outil: la turbine Mercury 50 : Caractéristiques et particularités

Plus en détail

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :..

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. S APP ANA Compétences évaluées Extraire l information utile Exploiter l information

Plus en détail

ENQUÊTE. Le prix de vente de la chaleur. en 2010. Série Économique RCE 14. Mars 2012. Réalisé avec le soutien technique et financier de

ENQUÊTE. Le prix de vente de la chaleur. en 2010. Série Économique RCE 14. Mars 2012. Réalisé avec le soutien technique et financier de ENQUÊTE Le prix de vente de la chaleur en 2010 Série Économique Réalisé avec le soutien technique et financier de RCE 14 Mars 2012 AMORCE/ADEME SOMMAIRE Prix de vente de la chaleur en 2010 mars 2012 1/51

Plus en détail

Ses objectifs sont à l'horizon 2020 : une réduction de 30 % des émissions

Ses objectifs sont à l'horizon 2020 : une réduction de 30 % des émissions Décision 2015CP0247 de la Commission Permanente du 25 septembre 2015 Publication de la Région Poitou-Charentes / n 13, septembre 2015 ENVIRONNEMENT Le soutien régional au développement des énergies renouvelables

Plus en détail

Bilan de l opération de Cogénération de 1999 Les Nouveaux Contrats d Energie

Bilan de l opération de Cogénération de 1999 Les Nouveaux Contrats d Energie Bilan de l opération de Cogénération de 1999 Les Nouveaux Contrats d Energie Historique de l opération cogénération Le Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Montpellier est un établissement

Plus en détail

Les messages clés du scénario énergétique développé par le CIRED et le RAC dans le cadre du projet européen ENCI- Lowcarb

Les messages clés du scénario énergétique développé par le CIRED et le RAC dans le cadre du projet européen ENCI- Lowcarb Les messages clés du scénario énergétique développé par le CIRED et le RAC dans le cadre du projet européen ENCI- Lowcarb Contact : Meike Fink - Chargée de mission climat & énergie - meike@rac-f.org -

Plus en détail

LA REGLEMENTATION DES CHAUDIÈRES

LA REGLEMENTATION DES CHAUDIÈRES Roger Cadiergues MémoCad ml21.a LA REGLEMENTATION DES CHAUDIÈRES SOMMAIRE ml21.1. Les éléments de base ml21.2. Les chaudières de 4 à 400 kw ml21.3. Les chaudières de 0,4 à 20 MW : rendements et équipements

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

en hiver, maîtriser sa facture d électricité

en hiver, maîtriser sa facture d électricité en hiver, maîtriser sa facture d électricité DOSSIER DE presse 2014 Contact presse service-de-presse@edf.fr Tél. : 01 40 42 46 37 Contact presse service-de-presse@edf.fr Tél. : 01 40 42 46 37 L arrivée

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec :

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? UN OUTIL pour la maîtrise des charges locatives

Plus en détail

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques.

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques. La Principauté de Monaco a signé, à Rio de Janeiro, la Convention Cadre sur les Changements Climatiques ; cette Convention est entrée en vigueur par la publication de l Ordonnance Souveraine n 11.260 du

Plus en détail

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat 1 INTRODUCTION Par la loi du 13 juillet 2005, la France s est dotée d une nouvelle stratégie énergétique. Dès 2010, 10% de ses besoins devront être couverts par des sources renouvelables, contre 7% aujourd

Plus en détail

Le coût de l'énergie thermique

Le coût de l'énergie thermique Le coût de l'énergie thermique Le prix payé par les français pour le kwh thermique rendu dans leurs pièces de vie diffère selon le type de générateur de chaleur adopté. Ce générateur peut être privatif

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Communes forestières LE BOIS, VOTRE SOLUTION DE CHAUFFAGE ECONOMIQUE ET RENOUVELABLE CONFORT ECONOMIE RENOUVELABLE. L essentiel du bois énergie

Communes forestières LE BOIS, VOTRE SOLUTION DE CHAUFFAGE ECONOMIQUE ET RENOUVELABLE CONFORT ECONOMIE RENOUVELABLE. L essentiel du bois énergie Communes forestières LE BOIS, VOTRE SOLUTION DE CHAUFFAGE ECONOMIQUE ET RENOUVELABLE AUTOMATISME CIRCUIT COURT CONFORT ECONOMIE RENOUVELABLE L essentiel du bois énergie Je construis un nouveau bâtiment,

Plus en détail

Production combinée de chaleur et d électricité à partir de bois

Production combinée de chaleur et d électricité à partir de bois Strasbourg 18 & 19 septembre 2007 Production combinée de chaleur et d électricité à partir de bois Contraintes, cibles, modalités de soutien Etude de cas dans l industrie et les réseaux de chaleur Serge

Plus en détail

d études Etude comparative des choix de Master 2 Gestion des Ressources Naturelles et de l Environnement

d études Etude comparative des choix de Master 2 Gestion des Ressources Naturelles et de l Environnement Rapport de stage de fin d études Etude comparative des choix de desserte énergétique Antoine GEFFROY Master 2 Gestion des Ressources Naturelles et de l Environnement Plan de la soutenance Introduction

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

Bilan Carbone TM de la CAVDS Volet Patrimoine et Services. Dossier de Synthèse

Bilan Carbone TM de la CAVDS Volet Patrimoine et Services. Dossier de Synthèse Bilan Carbone TM de la CAVDS Volet Patrimoine et Services Dossier de Synthèse 1 - Bilan global Les activités de la Communauté d Agglomération Val de Seine, hors logements sociaux, ont émis plus de 24.000

Plus en détail

RAPPORT SUR LES INSTALLATIONS DE COGÉNÉRATION SOUS OBLIGATION D ACHAT

RAPPORT SUR LES INSTALLATIONS DE COGÉNÉRATION SOUS OBLIGATION D ACHAT Inspection générale des Finances N 2006-M-060-01 Conseil général des Mines N 01/2007 RAPPORT SUR LES INSTALLATIONS DE COGÉNÉRATION SOUS OBLIGATION D ACHAT Établi par Maxence LANGLOIS-BERTHELOT Inspecteur

Plus en détail

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues Sommaire 1. Etat des lieux 2. Un contexte favorable à une optimisation énergétique 3. Maximiser la production de biogaz 4. Quelques

Plus en détail

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2012. Série Économique RCE 19 & ENE 05.

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2012. Série Économique RCE 19 & ENE 05. ENQUÊTE Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2012 Série Économique Réalisé avec le soutien technique et financier de RCE 19 & ENE 05 Février 2014 AMORCE/ADEME Comparatif modes

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Réseau de Chaleur Biomasse Val de Ranguin chaufferie bois de l est la région PACA. INAUGURATION le 30 mars 2012

Réseau de Chaleur Biomasse Val de Ranguin chaufferie bois de l est la région PACA. INAUGURATION le 30 mars 2012 Réseau de Chaleur Biomasse Val de Ranguin La plus importante chaufferie bois de l est la région PACA INAUGURATION le 30 mars 2012 1 1 réseau de chaleur pour 900 équivalents logements Au sein du quartier

Plus en détail

Nouveau dispositif de soutien à la méthanisation

Nouveau dispositif de soutien à la méthanisation . MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT DOSSIER DE PRESSE Nouveau dispositif de soutien à la méthanisation www.developpement-durable.gouv.fr SOMMAIRE o Qu est

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE RESEAUX DE CHALEUR ET DE FROID. Rapport 2014 ILE-DE-FRANCE

ENQUETE NATIONALE RESEAUX DE CHALEUR ET DE FROID. Rapport 2014 ILE-DE-FRANCE ENQUETE NATIONALE SUR LES RESEAUX DE CHALEUR ET DE FROID Rapport 2014 Restitution régionale des statistiques ILE-DE-FRANCE Syndicat national du chauffage urbain et de la climatisation urbaine 28 rue de

Plus en détail

OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC

OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC Production d énergie et consommations finales en Basse-Normandie Etat des lieux 2011 Evolution 2008-2011 Unité de méthanisation de Cavigny (50),

Plus en détail

Evaluation de l impact économique de la filière hydroélectrique française

Evaluation de l impact économique de la filière hydroélectrique française Evaluation de l impact économique de la filière hydroélectrique française Emploi, bilan carbone, balance commerciale, recettes publiques 11 janvier 2013 BIPE 2012 Evaluation de l impact économique de la

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois Avec le soutient de Les atouts du bois-énergie Une combustion neutre vis-à-vis des émissions de gaz à effet de serre

Plus en détail

Boîte à outils pour les entreprises

Boîte à outils pour les entreprises Boîte à outils pour les entreprises A chacun de s en saisir Je suis spécialisé dans le secteur du bâtiment 1. Secteur du bâtiment stimulé par la rénovation énergétique Les règles d'urbanisme sont simplifiées

Plus en détail

Tables des figures et des tableaux

Tables des figures et des tableaux Tables des figures et des tableaux 1. Table des figures Figure 1 : Priorités de la démarche négawatt... 7 Figure 2 : Démarche de modélisation du scénario négawatt 2011... 11 Figure 3 : Diagramme de Sankey

Plus en détail

OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC

OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC Production d énergie et consommations finales en Basse-Normandie Etat des lieux 2010 Evolution 2004-2010 Unité de méthanisation de Cavigny (50),

Plus en détail

Schéma synthétique du bilan énergétique d un territoire (réalisation : Etheis Conseil)

Schéma synthétique du bilan énergétique d un territoire (réalisation : Etheis Conseil) F ENERGIE CHAMPS ABORDES Schéma synthétique du bilan énergétique d un territoire (réalisation : Etheis Conseil) Le schéma ci-dessus représente les éléments à analyser pour l évaluation du bilan énergétique

Plus en détail

TRansition. La Chantrerie en Transition. Dès que possible! PROJET POWER TO GAS. Energétique & Sociétale. vers des Energies Renouvelables

TRansition. La Chantrerie en Transition. Dès que possible! PROJET POWER TO GAS. Energétique & Sociétale. vers des Energies Renouvelables La Chantrerie en Transition vers des Energies Renouvelables TRansition Energétique & Sociétale Une transition énergétique à engager Dès que possible! Parmi les différents enjeux sociétaux qui se présentent

Plus en détail

Des menaces sur la cogénération gaz

Des menaces sur la cogénération gaz Des menaces sur la cogénération gaz ; Rappel des enjeux : La puissance de 3 EPR 1,7 Mtep/an économisées Près de 10 Mt de CO 2 /an évitées 30 000 emplois industriels concernés Préserver des actifs performants

Plus en détail

Modes de chauffage dans l habitat individuel

Modes de chauffage dans l habitat individuel Modes de chauffage dans l habitat individuel Contenu Enjeux... 1 Description... 1 Chiffres clés... 2 Etat des lieux du parc de chauffage... 2 Evolution... 2 Performances énergétiques, économiques et environnementales

Plus en détail

Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat

Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat Maison Basse mmation Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat Constructeur responsable et engagé dans la préservation de l environnement, Maisons Ericlor s est depuis longtemps

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014 DE TABLEAU de bord l énergie en île-de-france Énergies renouvelables Superficie Produits pétroliers Habitat 78-yvelines 95-val-d oise Électricité 92-hauts-de-seine m 2 93-seine-saint-denis Tep 75-paris

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Présentation du dispositif des certificats d économies d énergie

Présentation du dispositif des certificats d économies d énergie Présentation du dispositif des certificats d économies d énergie Contexte et objectifs Principes de fonctionnement Exemples 1 La maîtrise des émissions de GES Une nécessité clairement illustrée par le

Plus en détail