L exclusion bancaire. L absence totale de compte bancaire?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L exclusion bancaire. L absence totale de compte bancaire?"

Transcription

1 L exclusion bancaire. L absence totale de compte bancaire? L Observatoire National de la Pauvreté et l Exclusion Sociale dans son dessein d améliorer sa connaissance des phénomènes de pauvreté a consacré dans son dernier rapport un chapitre concernant l étude sur l exclusion bancaire. La prise en compte de ce sujet témoigne le besoin d inclure de nouveaux domaines dans l approche de la pauvreté et de l exclusion pour approfondir de façon rigoureuse l analyse et dégager des indicateurs pertinents. Il s avère que l exclusion bancaire concerne des personnes appartenant à des catégories sociales très différentes. Les difficultés rencontrées dans l usage des services bancaires ne sont pas liées aux conditions de revenus. Il es par conséquent difficile d isoler une population dite pauvre qui sera en tout cas incluse dans l étude présentée. Néanmoins, dans le cas de ménage pauvres, ces difficultés peuvent aggraver leur situation économique puisque les effets d une mauvaise utilisation d un service bancaire sont plus importants. Le, chapitre présenté ci-après est basé sur le rapport du Centre Walras publié en 2004 ainsi que les travaux et le rapport de l Observatoire de Ce chapitre à été préparé par Ana Masullo

2 Tableau 1. Les différents profils de personnes en risque d exclusion bancaire. Même si l absence de compte et de services bancaires touche moins de 1% des ménages en France, les difficultés d accès et d usage concernent une population plus large. Jolivet montre l importance de ne pas considérer l exclusion dans sa définition la plus restreinte en soulignant que : «Finalement, le simple accès à un compte bancaire ne va pas de soi dans un univers qui reste marqué par l asymétrie dans la relation entre les banques et leurs clients. Cet état de choses est d autant moins acceptable que la détention d un tel compte, outre le fait qu elle est souvent obligatoire mensualisation, paiement légalement réalisables uniquement par chèque- est extrêmement discriminante pour qui n y a pas accès (paiements à distance, difficultés de fonctionnement, risques liées au maniement exclusif des espèces pour réaliser des paiements etc.) et accroît encore le sentiment d exclusion.» 38. Ainsi, la recherche sur les relations entre les populations les plus démunies et les banques ou institutions bancaires a montré que celle-ci peut aboutir à une exclusion vues ses conséquences sur les trois composantes du lien social : l estime de soi, les liens de famille et aux proche, et les liens économiques et civiques 39. Dans le rapport du centre Walras, sont considérées aussi, mais de manière plus générale, les difficultés résultant de la demande de prêts, de crédit et de surendettement. Ces derniers sont considérés en partie comme conséquence des difficultés d usage du service bancaire. Le centre Walras décrit l exclusion bancaire de la manière suivante : «L exclusion bancaire est le processus par lequel une personne rencontre de telles difficultés d accès et/ou d usage dans ses pratiques bancaires qu elle ne peut pas ou plus mener une vie sociale normale dans la société qui est la sienne. Une situation d exclusion n est donc définissable que par rapport aux 38 JOLIVET Benoît, «Conclusion générale», In Exclusion et liens financiers. L exclusion bancaire des particuliers, Rapport du centre Walras, Economica, Paris, 2004, p Cf. Gloukoviezoff, «Introduction», In Exclusion et liens financiers. L exclusion bancaire des particuliers, Rapport du centre Walras, Economica, Paris, 2004, p.16.

3 conséquences sociales des difficultés d accès et d usage qui la composent.» 40. En suivant cette définition l étude sur l exclusion bancaire a suivi trois lignes d analyse. La première fait une approche des différents formes que peut prendre l exclusion tant en termes d accès que d usage, ainsi que les interactions entre les deux. La seconde ligne d étude se propose de montrer le rôle central de la relation bancaire dans le développement ou non d un processus d exclusion bancaire. Finalement elle met au jour les conséquences de l exclusion bancaire sur les clients, en considérant les stratégies de contournement, les aspects psychologiques et financiers, et les différents vécus face à cette exclusion. LES FORMES D EXCLUSION : DIFFICULTES D ACCES ET DIFFICULTES D USAGE Difficultés d accès Les difficultés d accès sont les formes généralement connues pour étudier l exclusion bancaire et contre lesquelles le droit prévoit des normes pour assurer la possibilité d avoir un compte en banque. Néanmoins, il existe différentes façons de contourner les lois. Dans certains cas l interprétation de ces normes peut être en elle-même un obstacle à l intégration bancaire (lois sur le surendettement, interdictions bancaires, etc.). Pour l étude de l exclusion, il est impératif d élargir le cadre et les définitions des termes car cette exclusion est mal appréhendée et donc sous-estimée sous le principe qu elle pourrait se réduire à l absence totale de compte en banque. Trois éléments doivent être pris en compte pour comprendre les difficultés d accès aux services bancaires : l accès différentié aux produits et services bancaires, la sélectivité des banques et finalement l auto-exclusion ou l exclusion volontaire. Les difficultés d accès relèvent pour Gilles Lazuech et Pascale Moulévrier d une «désaffiliation», en reprenant les concepts de Castels, plutôt que de l exclusion proprement dite car «cette désaffiliation se traduit moins par une absence que par un difficulté d accès à la banque et d usage des différents services et produits bancaires (compte courant, compte épargne, chéquier, carte de crédit, prêt, par exemple) 41. Pour les raisons citées plus haut, il est nécessaire de ne pas limiter l approche à l accès au compte ou aux pratiques de sélection des banques. Ceci surtout tenant compte que moins de 1% de la population en France a une absence totale de compte et de services bancaires. Un premier constat est la différentiation dans l accès aux différents réseaux bancaires. Ainsi les personnes ayant des difficultés à ouvrir un compte pourront accéder à un compte par le biais de La Poste. Celle-ci tenue pour dernier recours est fortement stigmatisante par son image de «banque des pauvres». Ce sentiment, pour Jean-Michel Servet, serait un élément constitutif de l exclusion bancaire ainsi que la mise à l écart sur des critères de risque ou de rentabilité et le refus des clients en raison de motifs extérieurs à la personne Gloukoviezoff, Georges, «L exclusion bancaire des particuliers en France», In Exclusion et liens financiers. L exclusion bancaire des particuliers, Rapport du centre Walras, Economica, Paris, 2004, P Lazuech Gilles, Moulévier Pascale, «L exclusion monétaire. Les conduites économiques des populations économiquement marginales», In Exclusion et liens financiers. L exclusion bancaire des particuliers, Rapport du centre Walras, Economica, Paris, 2004, p Pour ces auteurs le terme Exclusion monétaire inclut la «désaffiliation bancaire» ainsi que une faiblesse de revenus qui empêche la participation au système d échanges marchands. 42 Servet J.-M, Guérin I. (éd.), Exclusion et liens financiers. Rapport du centre Walras Paris, 2002, Economica, p

4 La différentiation d accès aux services bancaires doit aussi tenir compte des différents services bancaires. Ainsi si on compare le compte dépôt et le compte livret on constate que les comptes sur livret limitent les actions des usagers par rapport à ce que propose un compte dépôt. L exclusion définie dans ces termes toucherait 8% de la population qui n aurait pas de compte ou seulement un compte sur livret. L accès au crédit témoigne de cette exclusion puisque c est un besoin élémentaire pour les ménages aux ressources modestes et très fluctuantes. L accès au compte et aux produits et services qui l accompagnent est donc marqué par une forte discrimination reflétant la politique de sélection des établissements bancaires. Tableau 2. Les difficultés d accès. Pour garantir la rentabilité des relations nouées avec ses clients et réduire les risques de défaillance, les banquiers choisissent les clients selon leur «expérience» et des indicateurs comme le niveau social, la nature des revenus, la domiciliation, l âge, etc. Ainsi la FORS- Recherche Sociale 43 souligne un fort risque de discrimination difficile à contrôler par une loi qui ne fait pas référence aux services spécifiques, mais aussi l ignorance des procédures et les difficultés des démarches auprès de la Banque de France. Le manque d information délivrée par les banques ou l absence de lettres de refus rend ce type d exclusion moins appréhendable. Il existe cependant une autre forme d exclusion encore plus difficile à repérer : l autoexclusion ou l exclusion volontaire. L auto-exclusion correspond à un processus par lequel une personne réduit progressivement les services dont elle dispose à mesure que sa situation professionnelle ou familiale se dégrade. La façon dont le compte est utilisé se modifie peu à peu jusqu à atteindre une gestion du budget en dehors du système bancaire. Les motifs de cette exclusion volontaire peuvent être dus à des raisons morales ou religieuses, l intégration du discours des banques et leurs critères de sélection, la complexité et l incompréhension liée 43 Brunet F., Robert C., Siganos F., Toutes les études de la FORS sont disponibles à l adresse suivante :

5 à l usage des services bancaires ou à des expériences passées négatives. Cette exclusion met en évidence la relation directe entre exclusion en termes d accès et d usage. Ainsi le souligne un directeur financier d un réseau bancaire mutualiste «un exclu bancaire n est pas forcément un exclu des banques, cela peut être quelqu un qui est dans la banque mais qui n y comprend rien» 44. Cette auto exclusion peut être mise en évidence par les réponses données par les enquêtes par rapport à certains services. L absence de chéquier peut être dû a un refis de la part de la banque a en donner ce service, mais la plupart de ceux qui n en on pas c est par un refus volontaire qui peut être le résultat de l auto exclusion. Tableau 3. Auto exclusion et accès aux chéquier Difficultés d usage Les difficultés d usage se traduisent entre autres par un retrait progressif du système bancaire. Néanmoins en France, la nécessité de conserver ce lien pour le versement des prestations sociales «force» à la bancarisation l ensemble de la population. L étude de l exclusion bancaire en France doit donc tenir compte du caractère obligatoire du lien bancaire et de là sa spécificité. Pour cette raison, une approche des difficultés d usage d un compte en banque sachant, que celui-ci est rendu difficile par la rigidité et la complexité des services, reste néanmoins nécessaire. Chez les exclus bancaires, dans certains cas, on repère un décalage entre le rapport personnel à l argent et le recours obligatoire au système bancaire. Décalage dû à la difficulté de maîtrise de leurs avoirs. Mais ces difficultés ne sont pas seulement subies par des personnes avec un niveau d instruction bas. Les études sur ce sujet soulignent un manque de repères du à la complexité des procédures, le formalisme du vocabulaire, l opacité de la tarification des services et les variations d une banque à l autre. Ce manque de repères est renforcé par le peu d attention pédagogique que témoignent les banques pour des clients aux revenus modestes et donc peu rentables. 44 Directeur financier d un réseau bancaire mutualiste rapporté par Economie et Humanisme ; Ebermeyer S., Clément M., Sévin M., op. cit., 2003, p. 46.

6 Des «barrières» sont mises en place et agissent comme filtre pour décourager certains clients et ainsi les sélectionner par auto-exclusion. Dans ce sens, des stratégies renforcent ce système. Des exemples, sont la localisation géographique. Sachant que ce sont en général les clients les plus démunis qui se rendent le plus souvent dans les banques, la fermeture de certaines agences dans des régions limite l accès aux guichets et aux banquiers. Parallèlement, la mise en place de distributeurs automatiques plus rentables remplace l accès aux guichets. En termes de rentabilité ces clients, au moment de l ouverture du compte, sont incités à souscrire à d autres services plus profitables pour la banque. Ces pratiques peuvent arriver jusqu à la proposition de produits à risque en profitant du manque de connaissance des clients. Cette stratégie est renforcée par un surcoût de certains services utilisés par les personnes à faibles revenus. Surcoûts plus difficilement gérables pour les ménages à faible revenus. Des stratégies sont mises en place par les banques en cas de difficultés financières. Celles-ci dépendent de la solvabilité du client et de sa «profitabilité» en situation de risque donnant lieux à une inégale application de la règle. D autre part, l inadaptation de services face aux variations des ressources d un mois à l autre qui frappent plus fortement les clients a revenus modestes. Cette inadaptation parfois volontaire se présente aussi dans les cas où «une porosité entre gestion du budget professionnel et personnel» est encouragée. Dans les cas des prêts cette «porosité» peut mettre en péril non seulement le patrimoine professionnel mais également le patrimoine personnel. Tableau 4. Les pratiques causes d exclusion bancaire LA RELATION BANCAIRE La qualité de la relation bancaire est déterminante du processus d exclusion. Ainsi dans le cas de situations financières modestes, la relation banquier-client est souvent basée sur une suite d incompréhensions qui peut mener à une exclusion bancaire ou du moins avoir de lourdes

7 conséquences sur les budgets les plus modestes. Pour Gloukoviezoff, il est nécessaire de réconcilier les attentes des clients et des banquiers même face à la difficulté que présentent les fortes différences socio-économiques. «Le partenaires doivent parvenir à se mettre d accord sur ce que le client peut attendre du banquier en termes de produits, services et conseils, et sur ce que le banquier peut espérer comme comportement de la part du client.» 45. Des représentations illustrant une méconnaissance réciproque Il existe en décalage entre les attentes de clients et de banquiers. D autant plus que cette relation est une relation «commerciale» définie par des critères de rentabilité. Il est essentiel de comprendre ce décalage en faisant une approche de l image d une par des banquiers et de l autre des clients. La plupart des banquiers méconnaissent la clientèle à revenus modestes. Cette méconnaissance donne lieu à des préjugés qui sous-tendent les critères d accès aux services bancaires et biaisent le déroulement de la relation bancaire. Trois présupposés sont utilisées de manière injuste et stigmatisent les clients à revenus modestes : incompréhension réelle ou voulue du système bancaire, malhonnêteté et risque de reproduire les difficultés du passé. Ces images des clients à revenus modestes entravent les discussions et les négociations en cas de difficultés financières. Les clients, de leur côté, voient la banque comme un service public et ont des attentes de cogestion qui ne correspondent pas aux vraies fonctions des banquiers. Ces attentes à l égard des banques sont irréalistes. Ainsi face à des difficultés avec le système bancaire se sentent trahis. La banque représente à la fois une institution qui permet de préserver ses ressources et une source de méfiance car elle peut aggraver une situation déjà précaire. Des contraintes de part et d autre Face aux difficultés, les réactions des clients aux revenus modestes sont inadaptées et perçues comme malhonnêtes. Cependant elles peuvent être comprises à la lumière de trois éléments : un manque de compétences pour résoudre des problèmes complexes, l instabilité de parcours bancaires chaotiques ne leur permet pas de nouer des relations «d ancienneté» avec leurs banquiers. Finalement, une pression de la précarité constitue une contrainte pour faire des choix, qui, associé aux deux précédents, peut fausser la relation avec les banquiers, réduisant la possibilité de négocier ou de chercher des solutions communes. D autant plus que les décalages des intérêts et les contraintes de part et d autre limitent les possibilités d une entente. En outre, ces clients sont perçus comme des clients qui représentent un coût trop élevé par rapport revenus qu ils rapportent. C est donc à eux de s adapter aux conditions de la banque. Ainsi se crée une relation hiérarchique où le client à revenus modestes doit être subordonné au banquier. De l inadéquation des représentations et des contextes socio-économiques des protagonistes découle une «inégalité patente» au sein de la relation bancaire. Les conséquences sont 45 Georges Gloukoviezoff, «L exclusion bancaire et financière de sparticuliers», in Les travaux de l observatoire national de la pauvreté et de l exclusion sociale Paris, La documentation Française, 2004, p. 182.

8 l exercice d une violence symbolique et l enfermement dans l assistance qui rend encore plus difficile l autonomisation des clients les plus démunis. Ce caractère hiérarchique ajouté au fait que ces clients doivent de l argent à leur banque, peut se traduire par la saisie de ressources, même celles qui sont insaisissables pour couvrir les dettes ou le non-respect du surendettement. Cette relation peut avoir des conséquences non seulement sur le plan budgétaire mais aussi sur le plan symbolique par les humiliations subies par les clients. Cette violence symbolique se manifeste par mépris à l égard des clients et même l immixtion dans la vie privée par l accès à des informations sur les dépenses des clients. La gestion du budget familial est donc soumise au jugement du banquier. Cette relation hiérarchique est souvent niée en termes d autonomie et responsabilité des clients. Elle peut également se présenter comme un paternalisme où la banque rejetera un chèque ou un prélèvement pour prévenir les clients des dangers. Gloukoviezoff définit cette relation hiérarchique en rapport avec une autorité qui «découle d une moindre maîtrise des mécanismes bancaires, d un déficit de confiance en soi, ou encore de la pression de la précarité, elle conduit une partie de la clientèle à devoir accepter plus ou moins facilement les décisions de la banque, décisions n apportant le plus souvent qu une réponse partielle en dépit des éventuels efforts individuels des banquiers. Cette mauvaise qualité de la relation bancaire, facteur central de l exclusion bancaire, découle des conséquences économiques et sociales qui participent au développement du procès d exclusion sociale.» 46 CONSEQUENCES DE L EXCLUSION BANCAIRE DES PARTICULIERS Cette relation hiérarchique dominée par les banques pousse les clients les plus démunis en cas de difficultés économiques à chercher des stratégies de contournement vue l impossibilité de renoncer à tous les services bancaires. Ces stratégies de contournement témoignent d une marge de manœuvre où les clients, même avec des contraintes ont un rôle actif. Mais, en général, ces stratégies de contournement ont de conséquences aggravantes. Stratégies pour faire face Face au besoin urgent de liquidité et à la décision de ne pas en parler aux banquiers, les clients en difficulté cherchent d autres voies de financement. Les proches et les établissements de crédit spécialisés s offrent comme option mais non sans des difficultés. Ainsi dans les travaux de l Observatoire il est constaté que «les conséquences d un échec du prêt sont bien plus importantes lorsqu il a été accordé par un proche, car il pourrait entraîner la rupture d une relation amicale ou familiale dont la valeur est supérieure à la celle de la relation bancaire.» 47 D autre part, les institutions spécialisées qui, avec des campagnes publicitaires, des simplifications de démarches, des offres de sommes rapidement disponibles, des mensualités d un faible montant et un relatif anonymat ; se présentent comme des options viables. Cependant les coûts de ces prêts, les difficultés de négociation et une absence totale de suivi, font de celle-ci une option à grand risque. Ainsi ces deux stratégies ne 46 Georges Gloukoviezoff, «L exclusion bancaire et financière de sparticuliers», in Les travaux de l observatoire national de la pauvreté et de l exclusion sociale Paris, La documentation Française, 2004, p Ibid., p. 193.

9 sont pas la cause directe des difficultés de ces ménages, mais il est impératif de souligner leur effet aggravant en cas de situation difficile. Vécu de ces situations Les clients à revenus modestes ont différents vécus et réactions face à ce type de difficultés. Trois types ont été repérés : la rationalisation qui permet de subvenir à la honte en se justifiant par des motifs déresponsabilisant qui leur permettent de dialoguer face à face avec les banquiers et chercher des solutions communes. La revendication marquée par l agressivité et l insouciance. Et en troisième lieu la honte qui peut être transformée en culpabilité. Ces deux dernières situations surtout, en plus de l aggravation de la situation économique ont des conséquences psychologiques comme la dégradation de l estime de soi, dépression, etc. Ces conséquences psychologiques peuvent même mener à l exclusion sociale. Des conséquences sur la vie quotidienne se font aussi évidentes (manque de moyens de paiement scripturaux, difficultés d usage des services, etc). Les dettes bancaires grèvent lourdement des budgets serrés, rendant tout écart difficilement supportable. De surcroît, ces problèmes ont des conséquences directes sur la consommation, sur la maigre épargne -elle qui donnent à ces ménages le sentiment de sécurité- et finalement sur la santé psychique et physique. D autres sphères de la vie sociale ressentent aussi les effets de cette exclusion comme l accès au logement ou la vie privée et professionnelle. Ainsi, solliciter des prêts à des proches, demander leurs chéquiers, une carte bancaire ou la disposition d un compte n est jamais une démarche facile d autant plus qu elle engendre une dette morale qui peut être difficilement supportée. Les problèmes à l intérieur du couple deviennent aussi fréquents. Moins fréquemment, mais à souligner, l exclusion bancaire peut même inciter certaines personnes à sortir du cadre de l économie légale (travail au noir, prostitution, etc.) CONCLUSION L étude de l exclusion bancaire se présente comme un sujet indispensable pour comprendre les difficultés des ménages aux revenus modestes. Ces études montrent comment, même si elle n est pas la cause de la pauvreté, l exclusion bancaire peut être un facteur aggravant des situations instables ou précaires. De plus, le lien des difficultés subies par ce type de ménages dans la vie quotidienne à cause de cette exclusion s ajoute à un cumul de handicaps repéré par plusieurs études (logement, santé, éducation, etc.). L absence de compte bancaire, ou simplement de chéquier, carte de retrait ou de paiement, d accès au crédit, ou de possibilité de préserver leur épargne peuvent créer des difficultés pour trouver un emploi, louer un appartement ou simplement faire face à des accidents de vie. D autre part, cette exclusion peut mener à une détérioration des réseau sociaux à cause des demandes de prêts aux proches ou simplement des difficultés à partager des situations d échange sociale (ne pas avoir des moyen scripturaux de paiement). Trouver des solutions à des situations ponctuelles de difficulté financière peut alors engendrer une exclusion plus que bancaire, sociale.

10 Sources principales utilisées Jolivet Benoît, «Conclusion générale», In Exclusion et liens financiers. L exclusion bancaire des particuliers, Rapport du centre Walras, Economica, Paris, Gloukoviezoff, «Introduction», In Exclusion et liens financiers. L exclusion bancaire des particuliers, Rapport du centre Walras, Economica, Paris, Gloukoviezoff, Georges, «L exclusion bancaire des particuliers en France», In Exclusion et liens financiers. L exclusion bancaire des particuliers, Rapport du centre Walras, Economica, Paris, Lazuech Gilles, Moulévier Pascale, «L exclusion monétaire. Les conduites économiques des populations économiquement marginales», In Exclusion et liens financiers. L exclusion bancaire des particuliers, Rapport du centre Walras, Economica, Paris, Servet J.-M, Guérin I. (éd.), Exclusion et liens financiers. Rapport du centre Walras, Paris, Economica, Brunet F., Robert C., Siganos F., Georges Gloukoviezoff, «L exclusion bancaire et financière de sparticuliers», in Les travaux de l observatoire national de la pauvreté et de l exclusion sociale Paris, La documentation Française, 2004.

ALORS qu il y aurait aujourd hui en France environ un million et demi de

ALORS qu il y aurait aujourd hui en France environ un million et demi de L exclusion bancaire et financière des particuliers Georges Gloukoviezoff (Centre Walras, Université Lumière Lyon 2) ALORS qu il y aurait aujourd hui en France environ un million et demi de ménages dont

Plus en détail

De la bancarisation de masse à l exclusion bancaire puis sociale

De la bancarisation de masse à l exclusion bancaire puis sociale De la bancarisation de masse à l exclusion bancaire puis sociale Georges Gloukoviezoff* Introduction Qu ont en commun une personne qui ne peut percevoir ses prestations sociales faute de compte bancaire,

Plus en détail

La médiation de proximité, une réponse à l exclusion bancaire?

La médiation de proximité, une réponse à l exclusion bancaire? La médiation de proximité, une réponse à l exclusion bancaire? Introduction Georges Gloukoviezoff Doctorant en économie au Centre Walras, Université Lumière Lyon 2 Chargé d étude à la Fédération Nationale

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Conseil national de l information statistique

Conseil national de l information statistique Conseil national de l information statistique Commission Système financier et financement de l économie Accessibilité et inclusion bancaire 25 septembre 2014 1 Pourquoi la Croix-Rouge française s occupe-t-elle

Plus en détail

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Résumé de l étude France Bénévolat pour la Caisse des dépôts (FCS) Auteur : Jean Beaujouan Décembre 2007 1 Présentation

Plus en détail

Le nombre de personnes concernées

Le nombre de personnes concernées LES GRANDS DOSSIERS D ÉTHIQUE FINANCIÈRE L EXCLUSION BANCAIRE ET FINANCIÈRE 1 PEUT-ON CHIFFRER L EXCLUSION BANCAIRE? GEORGES GLOUKOVIEZOFF* Le nombre de personnes concernées par l exclusion bancaire est

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

L'accès aux soins en milieu précaire : un défi pour la protection sociale

L'accès aux soins en milieu précaire : un défi pour la protection sociale L'accès aux soins en milieu précaire : un défi pour la protection sociale Caroline Despres (chercheur associé à l IRDES) - 1 - Deux recherches L analyse repose sur deux recherches réalisées deux années

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

Glossaire. Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque

Glossaire. Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque Glossaire Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque A COMME... AGIOS Également appelés «intérêts débiteurs», les agios sont les intérêts dus à la banque, lorsqu un compte présente un solde débiteur

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Programme «Finance et cohésion sociale» : Recherche action pour améliorer les relations entre les organismes financiers et les personnes en difficulté

Programme «Finance et cohésion sociale» : Recherche action pour améliorer les relations entre les organismes financiers et les personnes en difficulté Programme «Finance et cohésion sociale» : Recherche action pour améliorer les relations entre les organismes financiers et les personnes en difficulté Rapport final Résumé Septembre 2002 Isabelle Guérin

Plus en détail

é p a r g n e r é t h i q u e

é p a r g n e r é t h i q u e Introduction «Ne choisissez pas les placements éthiques pour l éthique. Il faut en attendre des performances similaires aux placements classiques, auxquelles nous ajoutons gratuitement un supplément éthique.»

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité. Une étude du Crédit Foncier

Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité. Une étude du Crédit Foncier Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité Une étude du Crédit Foncier synthèse En avant-première du Salon National de l Immobilier (3-6 avril 2014, Paris), le Crédit Foncier

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Les banques face à leurs clients fragiles : entre exclusion et accompagnement pédagogique 1

Les banques face à leurs clients fragiles : entre exclusion et accompagnement pédagogique 1 jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 06 76 70 02 61 Les banques face à leurs clients fragiles : entre exclusion et accompagnement pédagogique 1 Les banques, qui gèrent le compte de près de 99 %

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 22 mai 2013 N de pourvoi: 12-17651 ECLI:FR:CCASS:2013:CO00514 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Chapitre 2. Économiser

Chapitre 2. Économiser Chapitre 2 Économiser 2. L essentiel 1. Constituez votre épargne progressivement et sans efforts. 2. Comprenez les mécanismes du taux d intérêt. 3. Augmentez au cours du temps le niveau de votre épargne.

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

DIVERSITE, DISCRIMINATION ET EGALITE DES CHANCES DANS LE VAL D OISE. - Présentation - Mai 2006

DIVERSITE, DISCRIMINATION ET EGALITE DES CHANCES DANS LE VAL D OISE. - Présentation - Mai 2006 LA PREFECTURE DU VAL D OISE DIVERSITE, DISCRIMINATION ET EGALITE DES CHANCES DANS LE VAL D OISE - Présentation - Mai 2006 1 Sommaire Fiche Technique I. La diversité II. Les discriminations III. L égalité

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Nouvelle édition valable à compter du 28 avril 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

CMP-Banque, une banque municipale et sociale

CMP-Banque, une banque municipale et sociale CMP-Banque, une banque municipale et sociale Un acteur de la politique sociale CMP-Banque, la banque du Crédit Municipal de Paris, est une institution bancaire ancienne et singulière où la responsabilité

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Note de synthèse de l étude qualitative

Note de synthèse de l étude qualitative Note de synthèse de l étude qualitative Colloque interrégional de Marseille «Accueil et accompagnement des personnes âgées» 7 Juin 2011 TNS Sofres Emmanuel Rivière Laure Salvaing Clément Nicola Gwennaig

Plus en détail

Dossier de demande d agrément

Dossier de demande d agrément ASSILASSIME SOLIDARITE 1165 rue Défalè BP 13 979 Lomé TOGO Téléphone : (+) 228 22 21 12 34 N de récépissé : 1537/MATDCL-SG-DLPAP-DOCA du 28 décembre 2012 Dossier de demande d agrément Document n 11 Code

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Dossier de presse. Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp

Dossier de presse. Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp Dossier de presse Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp Secrétaire d Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale à la

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Le droit au compte. w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le droit au compte. w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Le droit au compte. w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le droit au compte. w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent 014 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le droit au compte L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF - 18 rue La Fayette -

Plus en détail

Programme «Finance et cohésion sociale» : Recherche action pour améliorer les relations entre les organismes financiers et les personnes en difficulté

Programme «Finance et cohésion sociale» : Recherche action pour améliorer les relations entre les organismes financiers et les personnes en difficulté Programme «Finance et cohésion sociale» : Recherche action pour améliorer les relations entre les organismes financiers et les personnes en difficulté Rapport final Partie I. Qu est-ce que l exclusion

Plus en détail

Le droit au compte. Nouvelle édition Février 2011. FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr

Le droit au compte. Nouvelle édition Février 2011. FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Les déterminants de la qualité de vie au travail dans l économie sociale et solidaire

Les déterminants de la qualité de vie au travail dans l économie sociale et solidaire Les déterminants de la qualité de vie au travail dans l économie sociale et solidaire Une étude réalisée à partir des résultats du baromètre QVT ESS 2014 Rédaction : Emmanuelle Paradis, Chef de projet

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Fragilité financière : une offre spécifique Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

ACTES COMITE PARTENARIAL. Marseille le 07 Décembre 2010

ACTES COMITE PARTENARIAL. Marseille le 07 Décembre 2010 ACTES COMITE PARTENARIAL Marseille le 07 Décembre 2010 1 Gaby Olmeta : «Nous invitons Manuel Pinto, Directeur des petits frères des Pauvres. Les petits frères des Pauvres, c est 17 salariés, 350 bénévoles

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Fragilité financière : une offre spécifique sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter

Plus en détail

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature Direction de la stratégie Service de Veille et d Intelligence économiques et stratégiques du Groupe Mission de la Recherche @res @rgos Note de synthèse La relation bancaire avec la clientèle des particuliers

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) SEPTEMBRE 2014 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

PLAN. A) Les cautions qui évitent les sorties de fonds. I) Les cautions bancaires

PLAN. A) Les cautions qui évitent les sorties de fonds. I) Les cautions bancaires PLAN I) Les cautions bancaires A) Les cautions qui évitent les sorties de fonds 1) Les cautions de marchés publics a. La caution pour adjudication ou la caution provisoire b. La caution pour soumission

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin Politique économique Une nouvelle vision de l épargne des ménages André Babeau Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine La notion d épargne, et plus spécifiquement d épargne des ménages, est

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Analyse de la structure financière d une entreprise.

Analyse de la structure financière d une entreprise. Analyse de la structure financière d une entreprise. Il n existe pas de structure financière type. Il existe par contre des structures plus ou moins dangereuse pour l autonomie voire la survie d une entreprise.

Plus en détail

être sociétaire c est être acteur d une banque différente

être sociétaire c est être acteur d une banque différente être sociétaire c est être acteur d une banque différente être sociétaire... C est être copropriétaire de sa banque. En souscrivant des Parts Sociales du Crédit Agricole de Normandie-Seine, vous détenez

Plus en détail

DÉCEMBRE 2015 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2

DÉCEMBRE 2015 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2 DÉCEMBRE 2015 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le droit au compte sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com Le

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

Note préparatoire Petit déjeuner du 27/05/13

Note préparatoire Petit déjeuner du 27/05/13 Note préparatoire Petit déjeuner du 27/05/13 L exclusion bancaire Contexte et enjeux de l exclusion bancaire L utilisation de biens et services bancaires est devenu une nécessité pour chacun dans sa vie

Plus en détail

Propension moyenne et marginale

Propension moyenne et marginale Propension moyenne et marginale Les ménages utilisent leur revenu soit pour consommer (tout de suite), soit pour épargner (et consommer plus tard). On appelle propension moyenne à consommer (PMC) la part

Plus en détail

Le fonds de roulement (FR)

Le fonds de roulement (FR) Mois AAAA Mois décembre AAAA 2009 Préambule (FR) La majeure partie des associations du secteur social et médico-social gère un ou plusieurs établissements ou services et propose des prestations de services

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 15 4 février 2010. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 15 4 février 2010. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 227 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 15 4 février 2010 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 1 er février

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

BANQUE NATIONALE D ALGERIE LE DROIT AU COMPTE. Mieux Comprendre Pour Mieux Agir LES MINI-GUIDES DE LA BNA INSPECTION GENERALE N 01/ EDITION MAI 2013

BANQUE NATIONALE D ALGERIE LE DROIT AU COMPTE. Mieux Comprendre Pour Mieux Agir LES MINI-GUIDES DE LA BNA INSPECTION GENERALE N 01/ EDITION MAI 2013 BANQUE NATIONALE D ALGERIE LE DROIT AU COMPTE Mieux Comprendre Pour Mieux Agir LES MINI-GUIDES DE LA BNA INSPECTION GENERALE N 01/ EDITION MAI 2013 SOMMAIRE Le droit au compte 3 Une banque peut-elle vous

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Qu est-ce qu être pauvre aujourd hui? Comment évolue la pauvreté? Activités pour l élève

Qu est-ce qu être pauvre aujourd hui? Comment évolue la pauvreté? Activités pour l élève Qu est-ce qu être pauvre aujourd hui? Comment évolue la pauvreté? Activités pour l élève Répondez par vrai ou faux 1. Être pauvre, c est avoir des difficultés de paiement 2. Être pauvre signifie vivre

Plus en détail

OBSERVATIONS INTRODUCTION

OBSERVATIONS INTRODUCTION Comité d experts gouvernementaux d UNIDROIT sur l applicabilité des clauses de compensation avec déchéance du terme Deuxième session FR UNIDROIT 2013 C.E.G/Netting/2/W.P. 5 Original: anglais Rome, 4-8

Plus en détail

q u estions santé d économie de la analyse Repères Précarités, risque et santé Enquête menée auprès des consultants de centres de soins gratuits

q u estions santé d économie de la analyse Repères Précarités, risque et santé Enquête menée auprès des consultants de centres de soins gratuits Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé analyse Repères Le CREDES a réalisé de septembre 1999 à mai 2000 une enquête sur l état de santé et les logiques de recours

Plus en détail

CONTEXTE ; FORME ; CONTENU ET PERSPECTIVES DES MESURES DE GRATUITE DE SERVICES BANCAIRES POUR LA CLIENTELE DES BANQUES DE L UMOA.

CONTEXTE ; FORME ; CONTENU ET PERSPECTIVES DES MESURES DE GRATUITE DE SERVICES BANCAIRES POUR LA CLIENTELE DES BANQUES DE L UMOA. 1 CONTEXTE ; FORME ; CONTENU ET PERSPECTIVES DES MESURES DE GRATUITE DE SERVICES BANCAIRES POUR LA CLIENTELE DES BANQUES DE L UMOA. Monsieur Cheickh Mbacké Diokhané Secrétaire exécutif de l Association

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque JUIN 2015 N 30 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque Ce mini-guide vous est offert par

Plus en détail

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) constituent

Plus en détail

Le fonds de roulement (FR)

Le fonds de roulement (FR) Mois AAAA Mois décembre AAAA 2009 mise à jour décembre 2010 Préambule Les associations du secteur social et médico-social qui gèrent un ou plusieurs établissements ou services et proposent des prestations

Plus en détail

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Attention! Seules les côtes + et ++ désignent des domaines satisfaisants de la gestion et les véritables points forts de l entreprise. La côte +/-

Plus en détail

ADIL 33. ETUDE en 2011. Accédants à la propriété en difficulté

ADIL 33. ETUDE en 2011. Accédants à la propriété en difficulté ADIL 33 ETUDE en 2011 Accédants à la propriété en difficulté Agence Départementale d Information Logement - 105 avenue Emile Counord 33300 BORDEAUX ETUDE en 2011 ACCEDANTS A LA PROPRIETE EN DIFFICULTE

Plus en détail

Le droit au compte. Les Mini-Guides Bancaires. Mai 2012

Le droit au compte. Les Mini-Guides Bancaires. Mai 2012 014 Le droit au compte Les Mini-Guides Bancaires Mai 2012 2 Sommaire Introduction Une banque peut-elle refuser de m ouvrir un compte bancaire? Est-il utile de contacter plusieurs banques? En quoi consiste

Plus en détail

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL

LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL 1. INTRODUCTION Depuis la nuit des temps, les peuples ont immigré d un espace vers un autre.

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) JANVIER 2015 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) Ce

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE D'ÉCONOMIE-DROIT ÉLÉMENTS DE CORRIGÉ

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE D'ÉCONOMIE-DROIT ÉLÉMENTS DE CORRIGÉ BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR Session 2013 ÉPREUVE D'ÉCONOMIE-DROIT ÉLÉMENTS DE CORRIGÉ La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

PRÊT AU LOGEMENT PRÊT JEUNE MÉNAGE PRÊT À L INSTALLATION

PRÊT AU LOGEMENT PRÊT JEUNE MÉNAGE PRÊT À L INSTALLATION NOTICE D INFORMATION Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr

Plus en détail

BP Coiffure. d un salon de coiffure COMPTABILITÉ. GESTION et. Didier MEYER Hervé MEYER

BP Coiffure. d un salon de coiffure COMPTABILITÉ. GESTION et. Didier MEYER Hervé MEYER BP Coiffure GESTION et COMPTABILITÉ d un salon de coiffure Didier MEYER Hervé MEYER 1 LES PRINCIPES DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Un salon de coiffure est un agent économique, combinant des facteurs de production

Plus en détail

Présentation à l ORHL copropriété du 16 mars 2012

Présentation à l ORHL copropriété du 16 mars 2012 Ville de MONTPELLIER - DAP - Service renouvellement urbain OBSERVATOIRE des COPROPRIETES Présentation à l ORHL copropriété du 16 mars 2012 PACT Hérault Sommaire Présentation : cadrage du champ de l étude

Plus en détail

DEPARTEMENT DE LA CHARENTE-MARITIME

DEPARTEMENT DE LA CHARENTE-MARITIME DEPARTEMENT DE LA CHARENTE-MARITIME REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DE LA CHARENTE-MARITIME Approuvé par l Assemblée Départementale le 14 décembre 2007 Après avis du comité

Plus en détail

Observatoire de l opinion des Français sur la microfinance 3ème vague Une enquête Ipsos/Logica Business Consulting Mars 2012

Observatoire de l opinion des Français sur la microfinance 3ème vague Une enquête Ipsos/Logica Business Consulting Mars 2012 Observatoire de l opinion des Français sur la microfinance 3ème vague Une enquête Ipsos/Logica Business Consulting 2012 Ipsos. Fiche technique Sondage effectué pour : Convergences 2015 Échantillon : 1006

Plus en détail

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix. particuliers professionnels professionnels entreprises. entreprises

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix. particuliers professionnels professionnels entreprises. entreprises particuliers professionnels professionnels entreprises entreprises L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix document non contractuel à caractère publicitaire. les garanties peuvent donner

Plus en détail

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix particuliers PROFESSIONNELS professionnels entreprises entreprises GÉNÉRATION RESPONSABLE Être un assureur responsable, c est donner à chacun les moyens de faire les bons choix pour protéger ce qui lui

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE octobre 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com LES MINI-GUIDES BANCAIRES SEPTEMBRE 2012 N 14. Le site pédagogique sur la banque et l argent

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com LES MINI-GUIDES BANCAIRES SEPTEMBRE 2012 N 14. Le site pédagogique sur la banque et l argent SEPTEMBRE 2012 N 14 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le droit au compte FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr sec_01-1

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues Juillet 2013 SOMMAIRE I. L utilité du crédit à la consommation Quel est le rôle du crédit dans l économie? Le marché du crédit à la consommation. A

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION ÉPREUVE de Droit et d'économie Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 Indications de correction La commission de choix de sujets a rédigé

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail