Communiqué de presse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Communiqué de presse"

Transcription

1 Communiqué de presse r Orlando, le 2 juin 2009 Roche-EDIFICE : de nouvelles données publiées dans le cadre du congrès de l ASCO confirment l intérêt d un programme structuré de dépistage systématique dans le cancer colorectal et montrent l importance de l implication des médecins généralistes dans le dépistage du cancer de la prostate en France. De nouveaux résultats de l observatoire Roche-EDIFICE (Etude sur le DépIstage des cancers et ses Facteurs de compliance) sont présentés dans le cadre du congrès annuel de l ASCO. Menées par téléphone dans toutes les régions de France sur un échantillon représentatif de la population générale et de médecins généralistes, l observatoire Roche-EDIFICE permet d apporter à trois ans d intervalle un éclairage inédit sur les comportements face au dépistage des cancers en France. Les données inédites publiées dans le cadre du congrès de l ASCO portent sur deux des principaux cancers en termes de fréquence et de mortalité : le cancer de la prostate et cancer colorectal. Un suivi régulier et une méthode originale L observatoire Roche-EDIFICE comprend deux principales caractéristiques : les enquêtes réalisées dans le cadre de l observatoire comportent d abord l intérêt d être menées à trois ans d intervalle ( ) avec une méthodologie quasiidentique, ce qui permet d examiner comment évoluent non seulement la proportion de la population cible ayant recours à ces dépistages, mais aussi l acceptabilité (motivations et réticences) à leur égard. Surtout, explique le Pr Jérôme Viguier, gastro-entérologue à Tours, un des membres du comité scientifique de Roche-EDIFICE et rapporteur de l étude sur le dépistage du cancer colorectal, «elles ont la grande originalité de s intéresser à la fois la population cible et aux médecins généralistes, ce qui ne se fait pratiquement jamais dans les autres études. De plus, au lieu d être une évaluation classique de l impact d un programme, elles montrent ce qui se passe en routine.» En outre, le rapprochement des résultats, en tenant compte de ceux qui avaient été obtenus précédemment pour le cancer du sein, incitent quelques préconisations pour améliorer l efficacité des dépistages de cancers.

2 Cancer colorectal : l importance d un programme structuré de dépistage systématique De 2005 à 2008, une augmentation sensible du taux de dépistage déclaré du cancer colorectal a été observée (sujets âgés de 50 à 74 ans) : de 25 à 38 %. Cette augmentation se produit pour tous les groupes d âges (surtout entre 65 et 69 ans). Elle est plus nette dans les départements qui ont entamé un programme de dépistage systématique plus tôt que les autres (dès 2003 ; le dépistage est aujourd hui généralisé depuis fin 2008) : 21 % en moyenne. Dans ces départements, le taux moyen de dépistage est à présent de 54 %, soit meilleur que le taux de 50 % qui est considéré comme efficient (efficacité rapportée au coût, avec une diminution attendue de mortalité de 20 %). 32 % de ceux qui n ont pas fait le dépistage ont l intention de le faire, ce qui laisse augurer de progrès futurs quasi automatiques pourvu que les programmes soient maintenus. Les deux freins au dépistage les plus fréquents sont : le fait de ne pas se sentir concerné et le fait que son médecin généraliste ne l ait pas recommandé. Bien qu elle ait augmenté, la proportion de médecins recommandant le test de dépistage systématiquement n est que de 30 % en 2008 (15 % en 2005). Cancer de la prostate : un taux de dépistage élevé associé à la forte implication des médecins généralistes Ces derniers résultats peuvent être rapprochés de ceux obtenus avec le dépistage du cancer de la prostate. En effet, alors qu il n existe aucune recommandation et aucun programme de dépistage systématique, le taux de dépistage déclaré dans la population cible (hommes âgés de 50 à 75 ans) a augmenté, passant de 36 % en 2005 à 49 % en Cette augmentation se produit dans toutes les classes d âge, avec un maximum entre 50 et 54 ans, c est-à-dire l âge auquel le dépistage doit être débuté s il est jugé utile. Il est probable qu elle va se poursuivre, atteignant 70 % en 2011 : 57 % des sujets n ayant pas fait un dépistage ont l intention de le faire et seuls 16 % de ceux qui l ont fait n ont pas l intention de le poursuivre. Elle est associée à l implication des médecins généralistes, dont les deux tiers recommandent le dépistage systématiquement (proportion en augmentation : de 58 % en 2005 à 65 % en 2008), quels que soient leur âge et leur sexe. En effet, la raison la plus fréquemment avancée (55 %) pour effectuer le dépistage chez ceux l ayant fait est qu il a été recommandé par un médecin (chez 49 %, il s agit d un généraliste). Bien que les généralistes soient partagés sur l utilité du dépistage organisé (59 % en sa faveur), ils sont en grande majorité convaincus de l utilité d un dépistage précoce (88 % plutôt ou tout-à-fait convaincus).

3 Le dépistage organisé de certains cancers peut inciter à celui d autres cancers En 2008, 94 % des femmes de 50 à 74 ans déclarent avoir réalisé un test de dépistage du cancer du sein, proportion remarquablement stable par rapport à 2005 (93 %). Pour les auteurs de l enquête Roche-EDIFICE 2 (2008) sur le cancer de la prostate, ce résultat est à rapprocher de celui obtenu dans le cancer colorectal : l incitation au dépistage de ces deux cancers par des campagnes de sensibilisation et des programmes organisés encourage la population à penser que le dépistage est souhaitable quel que soit le cancer ciblé. En quelque sorte, il y aurait un effet «tâche d huile», qui serait une des explications possibles du taux élevé d hommes déclarant avoir effectué un dépistage du cancer de la prostate. L implication des généralistes est liée à leur information En ce qui concerne le cancer du sein, on observe également une stabilité de l implication des généralistes : 67 % (68 % en 2005) recommandent systématiquement le test à leurs patientes de cette tranche d âge. On note là aussi que la consultation d un médecin (généraliste ou gynécologue) est un des raisons avancés par les femmes pour pratiquer un test. Comment expliquer alors le moins bon score du dépistage du cancer colorectal? Une importante proportion de patients (36 %) et de médecins (17 %) avancent la même explication : les patients ne se sentent pas concernés. En revanche, pour beaucoup de médecins, les patients ont peur de l examen et de son résultat (27 %), alors que ceux-ci sont peu nombreux (8 %) à donner cette raison. Pour Jérôme Viguier, il est là aussi intéressant de rapprocher les résultats des trois enquêtes : «Plus l implication des généralistes est importante, plus les taux de dépistage sont élevés.» Cette implication passe vraisemblablement par l amélioration de l information donnée aux médecins : en contraste avec ce qui se passe pour les deux autres cancers étudiés, seuls 30 % des généralistes recommandent le dépistage du cancer colorectal et seulement la moitié d entre eux s estiment suffisamment informés à son propos. Jérôme Viguier fait également remarquer l importance de l entourage dans la décision de se faire dépister (encouragement par la famille, par le ou la conjointe, antécédent de cancer dans la famille sont des facteurs favorisants). Il avance une explication supplémentaire, difficile à mettre en évidence dans une enquête : «Pour le cancer colorectal, le test implique une manipulation des selles, ce qui en soi n est pas un facteur favorisant la fidélisation à ce dépistage. Mais il implique aussi que le médecin ait le temps d expliquer les gestes à son patient et qu auparavant, il ait eu celui de le convaincre. Or le temps est ce qui leur manque le plus.» En conclusion, il est manifeste qu un des grands intérêts des enquêtes Roche-EDIFICE est de porter sur trois cancers dont le dépistage est suivi régulièrement, ce qui permet des comparaisons et suggère quelques enseignements : Un dépistage organisé est plus efficace qu un dépistage individuel. Quel que soit le mode de dépistage, l implication des généralistes est fondamentale. Celle-ci est favorisée par la qualité de l information qui leur est délivrée. Le dépistage de certains cancers favorise celui des autres. Le rôle déterminant de l entourage fait penser qu il est fondamental de créer un «climat» d encouragement mutuel patient-famille-médecin à promouvoir le dépistage. Il n est donc pas surprenant que le comité d organisation de l ASCO 2009 ait retenu pour la seconde fois la présentation de deux enquêtes Roche-EDIFICE sous la forme d abstracts et posters.

4 A propos des enquêtes Roche-EDIFICE L observatoire Roche-EDIFICE a pour objectif d identifier les leviers et les freins vis-à-vis des dépistages de trois cancers (sein, côlon, prostate). Sa méthodologie de travail est supervisée par un comité scientifique indépendant. Les travaux de l observatoire sont complémentaires de ceux de l InVS (Institut de veille sanitaire) et de l INPES (Institut national de prévention et d éducation pour la santé). Ses travaux ont fait l objet de communications dans les principaux congrès internationaux de cancérologie (dont l ASCO en 2006) et de publications dans des revues à comité de lecture. L enquête Roche-EDIFICE 2 a été réalisée par téléphone du 11 décembre 2007 au 9 janvier 2008 sur un échantillon de personnes (928 pour le cancer du côlon) âgées de 40 à 85 ans et 600 médecins généralistes, par la TNS-Sofrès. A propos du cancer colorectal Il est la deuxième cause de mortalité par cancer en France (près de morts par an), c est-à-dire 4 fois plus que le nombre de tués par accidents de la route. Il survient 4 fois sur 5 sur un polype, qui peut être enlevé au cours d une coloscopie, chez des hommes et des femmes de plus de 50 ans. Diagnostiqué à un stade précoce, son pronostic est le plus souvent favorable (90 à 97 % de survie à 5 ans au stade I) : mais seuls 15 % des cancers sont diagnostiqués à ce stade. Leur dépistage est donc crucial. Il se réalise simplement par un test pratiqué sur les selles à la recherche de traces de sang (Hémocult ) qui, s il est positif, est suivi d une coloscopie. Ce dépistage permet de réduire la mortalité de 33 % chez les personnes ayant suivi le protocole. Après avoir été expérimenté dans quelques départements pilotes depuis 2003 et progressivement étendu, le dépistage organisé concerne l ensemble du territoire français depuis décembre A propos du cancer de la prostate Avec plus de décès par an, il est la deuxième cause de mortalité par cancer chez les hommes en France. Il survient le plus souvent après 50 ans. Son dépistage repose sur un examen biologique sanguin (transaminases). Mais son utilité est l objet d une controverse : il évolue lentement ; son traitement, chirurgical, comporte un risque importante d altération de la qualité de vie (troubles urinaires et de l érection). A propos du cancer du sein Le cancer du sein est la première cause de mortalité par cancer chez les femmes (près de décès en 2005). Son taux global de survie à 5 ans après diagnostic est de 85%. Plus il est dépisté tôt, meilleur est son pronostic. Le dépistage organisé repose sur la mammographie effectuée gratuitement tous les deux ans chez les femmes de plus de 50 ans.

5 A propos de Roche Roche, dont le siège est à Bâle, Suisse, figure parmi les leaders de l industrie pharmaceutique et diagnostique axée sur la recherche. Numéro un mondial de la biotechnologie, Roche produit des médicaments réellement différenciés pour le traitement du cancer, des maladies virales et inflammatoires ainsi que des maladies du métabolisme et du système nerveux central. Roche est aussi le leader mondial du diagnostic in vitro ainsi que du diagnostic histologique du cancer, et une entreprise pionnière dans la gestion du diabète. Sa stratégie des soins personnalisés vise à mettre à disposition des médicaments et des outils diagnostiques permettant d améliorer de façon tangible la santé ainsi que la qualité et la durée de vie des patients. En 2008, Roche, qui comptait plus de employés dans le monde, a consacré à la R&D près de 9 milliards de francs. Son chiffre d affaires s est élevé à 45,6 milliards de francs. Genentech, Etats-Unis, appartient entièrement au groupe Roche, qui détient en outre une participation majoritaire au capital de Chugai Pharmaceutical, Japon. Pour de plus amples informations, consulter le Contact presse : Roche Direction de la Communication Service Relations Presse Dany Bonnet Tél : Fax :

Communiqué de presse. Bâle, le 12 décembre 2009

Communiqué de presse. Bâle, le 12 décembre 2009 Communiqué de presse Bâle, le 12 décembre 2009 Meilleures chances de guérison pour les patientes souffrant de cancer du sein HER2- positif de stade précoce lorsqu elles reçoivent Herceptin pendant un an

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 17 août 2011

Communiqué de presse. Bâle, le 17 août 2011 Communiqué de presse Bâle, le 17 août 2011 La FDA homologue Zelboraf (vémurafénib) et son test diagnostique compagnon, tous deux des produits Roche, pour la prise en charge du mélanome métastatique à gène

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

emtansine sera offerte aux personnes du groupe de l étude EMILIA traitées par l association lapatinib plus Xeloda.

emtansine sera offerte aux personnes du groupe de l étude EMILIA traitées par l association lapatinib plus Xeloda. Communiqué de presse Bâle, le 27 août 2012 De nouvelles données issues de l étude de phase III EMILIA montrent que le trastuzumab emtansine (T-DM1), médicament de Roche, a permis d améliorer significativement

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 er octobre 2012

Communiqué de presse. Bâle, le 1 er octobre 2012 Communiqué de presse Bâle, le 1 er octobre 2012 L analyse finale de l étude de phase III HERA a confirmé Herceptin administré pendant un an comme traitement standard du cancer du sein HER2-positif de stade

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL 11 septembre 2015 DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Nouveau test, nouvelle organisation 1 Communiqué 11 septembre 2015 Dépistage organisé du cancer colorectal Nouveau test, nouvelle organisation

Plus en détail

Roche: une entreprise en position unique pour générer de la croissance à long terme

Roche: une entreprise en position unique pour générer de la croissance à long terme Communiqué de presse Bâle et New York, le 18 mars 2010 Roche: une entreprise en position unique pour générer de la croissance à long terme Présentation, à la conférence des investisseurs, du pipeline exceptionnel

Plus en détail

Herceptin homologué dans l UE contre le cancer de l estomac HER2-positif de stade avancé

Herceptin homologué dans l UE contre le cancer de l estomac HER2-positif de stade avancé Communiqué de presse Bâle, le 28 janvier 2010 Herceptin homologué dans l UE contre le cancer de l estomac HER2-positif de stade avancé Première biothérapie ciblée témoignant d un avantage en termes de

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 14 mai 2015

Communiqué de presse. Bâle, le 14 mai 2015 Communiqué de presse Bâle, le 14 mai 2015 L alectinib, médicament expérimental de Roche, a réduit la taille des tumeurs chez près de la moitié des patients présentant un type spécifique de cancer du poumon

Plus en détail

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL Dossier réalisé par l Observatoire Régional de la Santé du Mai 22 avec la collaboration du Registre Général des Cancers en région La santé observée en O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers),

Plus en détail

Mars bleu, mois de mobilisation contre le cancer colorectal

Mars bleu, mois de mobilisation contre le cancer colorectal Dossier de presse Mars bleu, mois de mobilisation contre le cancer colorectal La fondation A.R.CA.D organise, avec le soutien de Roche, son 7 ème Forum Patients pour favoriser les échanges entre patients,

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 26 juin 2015

Communiqué de presse. Bâle, le 26 juin 2015 Communiqué de presse Bâle, le 26 juin 2015 L UE recommande l approbation de Perjeta, médicament de Roche, pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein HER2-positif de stade précoce Le protocole

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 4 juin 2010

Communiqué de presse. Bâle, le 4 juin 2010 Communiqué de presse Bâle, le 4 juin 2010 Roche présente, au congrès de l ASCO, les premières données concernant la nouvelle génération d anticorps à visée thérapeutique et d autres traitements ciblés

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Symposium Plan cancer Bruxelles, 26 novembre 2012 Catherine Morin, responsable du suivi du Plan cancer - INCa Sommaire de la présentation

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

4.08 Action Cancer Ontario

4.08 Action Cancer Ontario MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.08 Action Cancer Ontario (Suivi de la section 3.08 du Rapport annuel 1999) CONTEXTE La création d Action Cancer Ontario (ACO) en 1997 avait pour but

Plus en détail

GUSTAVE ROUSSY À L ASCO

GUSTAVE ROUSSY À L ASCO GUSTAVE ROUSSY À L ASCO COMMUNIQUÉ DE PRESSE 30 MAI 03 JUIN CANCER www.gustaveroussy.fr/asco 30 MAI 03 JUIN 14 GUSTAVE ROUSSY À L ASCO COMMUNIQUÉ DE PRESSE ASCO 30 MAI - 03 JUIN 50 e congrès American Society

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES OBJECTIFS ET MÉTHODES L évaluation de l action a pour objectif de mesurer l efficacité de la campagne en termes de santé, l intérêt financier à engager une telle action, d appréhender le degré de compréhension

Plus en détail

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par Dépistage organisé du cancer du sein : le cahier des charges et son bilan après deux ans du Plan cancer Breast cancer screening: the protocol and its evaluation two years after the national plan for cancer

Plus en détail

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La méthodologie Page 3 La méthodologie Etude

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie

Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie 2015 marque une véritable avancée dans le dépistage du cancer colorectal avec la mise à disposition, depuis le mois d avril, d un

Plus en détail

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal SYMPOSIUM SCIENTIFIQUE Coloscopie de pre vention du cancer colorectal Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal Pr. Christophe Cellier Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille Le Syndrome de Lynch Brochure d info pour les patients et leur famille Table des matières Introduction... 3 Le cancer colorectal... 4 Le cancer colorectal héréditaire: syndrome de Lynch... 5 Risque de

Plus en détail

La vie écrit les questions Nous cherchons les réponses

La vie écrit les questions Nous cherchons les réponses La vie écrit les questions Nous cherchons les réponses La vie écrit les questions. 1 Qu est-ce qui m aidera? L espoir est-il permis? Quand est-ce que les autres s en apercevront? C est long six mois? Faut-il

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Indicateurs de qualité : cancer du sein. Cliniques Universitaires Saint-Luc (2001-2006)

Indicateurs de qualité : cancer du sein. Cliniques Universitaires Saint-Luc (2001-2006) Indicateurs de qualité : cancer du sein (2001-2006) 1 1 Survie observée Dans le cadre du projet du KCE sur l évaluation d indicateurs de qualité pour le cancer du sein, la survie observée et relative à

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE CANCER Causes de décès - Nombre de décès - Taux comparatifs - Survie à 5 ans Nombre de décès (Sénat) La France se caractérise par une mortalité encore excessive avant 65 ans

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 22 mars 2011 Contacts Presse :

DOSSIER DE PRESSE 22 mars 2011 Contacts Presse : Contacts Presse : DOSSIER DE PRESSE 22 mars 2011 DOSSIER DE PRESSE Le CÔLON GEANT à Paris 22 mars 2011 SOMMAIRE Dépistage organisé du cancer colorectal, plus de participation attendue pour une meilleure

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Contacts: sanofi-aventis + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97

Contacts: sanofi-aventis + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97 Contacts: sanofi-aventis CIRG Anne Bancillon Emmanuelle Mékercke + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97 DES TRAITEMENTS A BASE DE TAXOTERE ET HERCEPTINE DÉMONTRENT CHEZ LES FEMMES ATTEINTES DE FORME

Plus en détail

Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES

Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES CAS - Déchiffrer les dépenses de santé Comment bien dépenser

Plus en détail

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Grandes lignes Pourquoi les soins en cancérologie sont-ils un enjeu de santé important? Les

Plus en détail

Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette forme rare et sévère d arthrite

Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette forme rare et sévère d arthrite Communiqué de presse Bâle, 18 avril 2011 La FDA homologue Actemra dans le traitement de l arthrite juvénile idiopathique systémique (AJIS) Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette

Plus en détail

Cancer de la prostate et dépistage

Cancer de la prostate et dépistage Date 15 mars 2012 Cancer de la prostate et dépistage Pour l AFU, la pratique du PSA pour le dépistage individuel ne doit pas être remise en question. Les urologues intensifient leurs actions d information,

Plus en détail

GUSTAVE ROUSSY / ASTRAZENECA

GUSTAVE ROUSSY / ASTRAZENECA DOSSIER DE PRESSE GUSTAVE ROUSSY / ASTRAZENECA Une alliance au service des patients CONTACTS PRESSE : Véronique Simon 01.45.03.56.58 / 06.68.86.32.30 / v.simon@ljcom.net GUSTAVE ROUSSY Christine Lascombe

Plus en détail

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance PAOLA- Cancer de l ovaire ère ligne-maintenance Etude randomisée de phase III, en double aveugle, comparant olaparib vs placebo chez des patientes atteintes de cancer séreux ou endométrioïde de haut grade

Plus en détail

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Dr Reto Auer, Dr Kevin Selby, Pr Jacques Cornuz, PMU Dr Jean-Luc Bulliard, IUMSP Dr Cristina Nichita, Pr Gian

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Une patrouille de parapluies roses pour promouvoir le dépistage organisé du cancer du sein

DOSSIER DE PRESSE. Une patrouille de parapluies roses pour promouvoir le dépistage organisé du cancer du sein DOSSIER DE PRESSE Une patrouille de parapluies roses pour promouvoir le dépistage organisé du cancer du sein Contact presse : Cécile ESPAIGNET 01 55 07 57 85 cespaignet@mutualite-idf.fr 1 Mutualité française

Plus en détail

La participation au dépistage du cancer du sein des femmes de 50 à 74 ans en France

La participation au dépistage du cancer du sein des femmes de 50 à 74 ans en France RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE La participation au dépistage du cancer du sein des femmes de 50 à 74 ans en France Situation actuelle et perspectives d évolution Synthèse et recommandations Novembre

Plus en détail

Plan cancer 2009. Synthèse 5 axes 30 mesures 118 actions

Plan cancer 2009. Synthèse 5 axes 30 mesures 118 actions Plan cancer 2009 2013 Synthèse 5 axes 30 mesures 118 actions 2 Les 6 mesures «phare» AXE RECHERCHE Mesure 1 Renforcer les moyens de la recherche pluridisciplinaire. Labelliser 5 sites de recherche pluridisciplinaire

Plus en détail

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER Le secteur de la Recherche scientifique et de la biotechnologie connaît un fort dynamisme, attesté par

Plus en détail

Incidence 75 à 90 /100 00 femmes. Après 35 ans une femme sur 6 ou 7 fera un cancer du sein En France 40 000 Nouveaux cas / an 12 000 décès / an

Incidence 75 à 90 /100 00 femmes. Après 35 ans une femme sur 6 ou 7 fera un cancer du sein En France 40 000 Nouveaux cas / an 12 000 décès / an Dépistage du cancer du sein J Lansac Département de gynécologie Obstétrique Reproduction Médecine foetale CHU de Tours Pourquoi le dépistage du cancer du sein? C est un cancer fréquent Incidence 75 à 90

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

Roche en Suisse Berceau de l innovation

Roche en Suisse Berceau de l innovation Roche en Suisse Berceau de l innovation Les sites de Roche en Suisse Contexte Le 1 er octobre 1896, Fritz Hoffmann-La Roche fonde Roche. Il est l un des premiers à reconnaître que la production industrielle

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Cycle Risques, assurances, responsabilités 2008-2009. Bonne foi et assurance

Cycle Risques, assurances, responsabilités 2008-2009. Bonne foi et assurance Cycle Risques, assurances, responsabilités 2008-2009 Bonne foi et assurance Cour de Cassation Paris 19 juin 2008 Conséquences pour l'industrie de l'assurance des restrictions d'information concernant le

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA SURVEILLANCE DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES DE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN TROISIÈME ÉDITION

LIGNES DIRECTRICES POUR LA SURVEILLANCE DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES DE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN TROISIÈME ÉDITION Rapport du Groupe de travail sur les indicateurs d évaluation LIGNES DIRECTRICES POUR LA SURVEILLANCE DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES DE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN TROISIÈME ÉDITION Agence de la santé

Plus en détail

Les grands principes de prévention. Corinne Alberti Unité d Épidémiologie Clinique Hôpital Robert Debré

Les grands principes de prévention. Corinne Alberti Unité d Épidémiologie Clinique Hôpital Robert Debré Les grands principes de prévention Corinne Alberti Unité d Épidémiologie Clinique Hôpital Robert Debré Introduction La plupart des médecins sont attirés par la médecine car ils essaient de guérir les malades

Plus en détail

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin PARLONS CANCER Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin QUELQUES DONNÉES Selon l Association canadienne du cancer colorectal, le cancer colorectal constitue la deuxième cause de décès par

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail

Protocole PREMTES PREvention,, Médecine du Travail, Examens de Santé

Protocole PREMTES PREvention,, Médecine du Travail, Examens de Santé Protocole PREMTES PREvention,, Médecine du Travail, Examens de Santé Partenariat Médecine du travail, Centres d examens de santé, Cetaf Cetaf PREMTES, février 2009 V11-1 Faciliter l accès à la prévention

Plus en détail

Cependant, les étapes de préparation des budgets et leur analyse sont maintenues et continueront à être réalisées par le niveau régional.

Cependant, les étapes de préparation des budgets et leur analyse sont maintenues et continueront à être réalisées par le niveau régional. Annexe 4 : Règles de financement des structures de gestion en charge des programmes de dépistage organisé des cancers du sein et du colorectal pour l année 2007 A partir des remontées des budgets 2006,

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal :

Dépistage du cancer colorectal : Dépistage du cancer colorectal : Quels enjeux? Robert Benamouzig Gastro-entérologie Hôpital Avicenne Bobigny Le cancer colorectal dans le monde 3ème cause de cancer Augmentation 1975 : 500 000 cas 1990

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Oncogériatrie Faut-il évaluer toutes les personnes âgées atteintes de cancer? Docteur Jean Goyard, UPCOG, Clermont-Ferrand

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Rappels : troubles fonctionnels intestinaux Score diagnostique : les critères de Rome

Plus en détail

Cristalliser la réflexion dans la santé

Cristalliser la réflexion dans la santé Cristalliser la réflexion dans la santé BIOMERIEUX GUERBET IPSEN LFB PIERRE FABRE SANOFI SERVIER STALLERGENES LES LABORATOIRES THEA www.g5.asso.fr Le G5 Santé est l association des entreprises françaises

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Présentation pratique du dépistage du cancer colorectal. par le Dr Martine VALETTE. FMC de La Châtre mardi 06 octobre 2009

Présentation pratique du dépistage du cancer colorectal. par le Dr Martine VALETTE. FMC de La Châtre mardi 06 octobre 2009 Présentation pratique du dépistage du cancer colorectal par le Dr Martine VALETTE FMC de La Châtre mardi 06 octobre 2009 ASPECTS PRATIQUES DU DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL POUR LES MÉDECINS GÉNÉRALISTES

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

en passe de connaître une véritable avancée avec l arrivée du test immunologique

en passe de connaître une véritable avancée avec l arrivée du test immunologique PAGES SPÉCIALES N 9421 JEUDI 18 JUIN 2015 mise au point Retrouvez en ligne sur www.lequotidiendumedecin.fr Dépistage du CCR : Place au test immunologique CAS CLINIQUES INTERACTIFS 1 2 3 CCR, 2 e cause

Plus en détail

Accès des registres aux données de l assurance maladie

Accès des registres aux données de l assurance maladie Colloques registres et politiques de santé publique : Accès des registres aux données 6 et 7 décembre 2012 Accès des registres aux données de l assurance maladie Dr Jean-Paul Prieur, direction du réseau

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES Femmes porteuses ou ex-porteuses de prothèses mammaires et survenue de lymphomes anaplasiques à grandes cellules (LAGC)

QUESTIONS-REPONSES Femmes porteuses ou ex-porteuses de prothèses mammaires et survenue de lymphomes anaplasiques à grandes cellules (LAGC) QUESTIONS-REPONSES Femmes porteuses ou ex-porteuses de prothèses mammaires et survenue de lymphomes anaplasiques à grandes cellules (LAGC) 17 mars 2015 LE CONTEXTE ET LA SITUATION On estime à 400 000 le

Plus en détail

L innovation dans le commerce

L innovation dans le commerce L innovation dans le commerce Xavier Reif* Pour une entreprise commerciale, l innovation est un levier servant à consolider sa position par rapport à ses concurrentes. Elle contribue à conquérir de nouveaux

Plus en détail

Les femmes africaines se mobilisent contre le Sida

Les femmes africaines se mobilisent contre le Sida Les femmes africaines se mobilisent contre le Sida Projet existant depuis 2005 et soutenu par l INPES et l ARS IledeFrance 1 Vision d ensemble sur le projet Origine du projet : Les communautés africaines

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Avec plus de 29 000 en 2007, le revenu net imposable moyen des habitants du Sud de l Oise est le

Plus en détail

Réseau du cancer du Nouveau Brunswick. Rendement du système de lutte contre le cancer 2012

Réseau du cancer du Nouveau Brunswick. Rendement du système de lutte contre le cancer 2012 Réseau du cancer du Nouveau Brunswick Rendement du système de lutte contre le cancer 2012 Janvier 2014 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE Le contexte au Nouveau-Brunswick... 1 Réseau du cancer du Nouveau-Brunswick...

Plus en détail

ADEME. Les Français et les Energies Renouvelables. Baromètre 2010

ADEME. Les Français et les Energies Renouvelables. Baromètre 2010 ADEME Les Français et les Energies Renouvelables Baromètre Contexte de l étude La France mise sur le développement des énergies et matières renouvelables pour : Réduire sa dépendance à la fois sur le plan

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse. Jeudi 20 octobre 2005, 11h00 à la Cpam de la Nièvre 50 rue Paul Vaillant Couturier 58 000 NEVERS

DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse. Jeudi 20 octobre 2005, 11h00 à la Cpam de la Nièvre 50 rue Paul Vaillant Couturier 58 000 NEVERS DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse Jeudi 20 octobre 2005, 11h00 à la Cpam de la Nièvre 50 rue Paul Vaillant Couturier 58 000 NEVERS Les Français face au médicament Vers un changement des comportements?

Plus en détail

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Dossier de presse - 10 août 2009 Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie lance à compter du 10 août 2009

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Définition et Généralités

Définition et Généralités LE CANCER PRIMITIF DU COLON Docteur Jean-Baptiste Bachet, fédération des pathologies digestives, Hôpital Ambroise Paré, APHP, Boulogne Billancourt & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004

Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004 OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL BRUXELLES OBSERVATORIUM VOOR GEZONDHEID EN WELZIJN BRUSSEL Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 23-24 2 8 Commission communautaire commune 2 COLOPHON

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Le carnet de santé des Français

Le carnet de santé des Français Le carnet de santé des Français Sondage réalisé par pour Levée d embargo le 15 mai 2015 à 06h00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet les 7 et

Plus en détail

Besoins d innovation et attente des entreprises

Besoins d innovation et attente des entreprises Besoins d innovation et attente des entreprises ExonHit Therapeutics Fabien Rouet Directeur Système d information/bioinformatique France/US fabien.rouet@exonhit.com http://www.linkedin.com/in/fabienrouet

Plus en détail

Ce courrier a pour objet de vous informer d une action corrective urgente sur le produit suivant : produit

Ce courrier a pour objet de vous informer d une action corrective urgente sur le produit suivant : produit 20 mai 2015 NOTIFICATION ACTION CORRECTIVE URGENTE Apparition d artefacts dans la galerie d images pour CELLSEARCH Circulating Tumor Cell Kits (IVD), (Code produit 7900001) Cher client, Ce courrier a pour

Plus en détail

Impacts du cancer sur l activité et la situation professionnelle

Impacts du cancer sur l activité et la situation professionnelle C A N C E R E T E M P L O I La lettre de valorisation de l ORS PACA - SE4S (UMR 912 Inserm-IRD- Université Aix-Marseille) Impacts du cancer sur l activité et la situation professionnelle N 2 4 2 0 1 1

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail