Communiqué de presse

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Communiqué de presse"

Transcription

1 Communiqué de presse r Orlando, le 2 juin 2009 Roche-EDIFICE : de nouvelles données publiées dans le cadre du congrès de l ASCO confirment l intérêt d un programme structuré de dépistage systématique dans le cancer colorectal et montrent l importance de l implication des médecins généralistes dans le dépistage du cancer de la prostate en France. De nouveaux résultats de l observatoire Roche-EDIFICE (Etude sur le DépIstage des cancers et ses Facteurs de compliance) sont présentés dans le cadre du congrès annuel de l ASCO. Menées par téléphone dans toutes les régions de France sur un échantillon représentatif de la population générale et de médecins généralistes, l observatoire Roche-EDIFICE permet d apporter à trois ans d intervalle un éclairage inédit sur les comportements face au dépistage des cancers en France. Les données inédites publiées dans le cadre du congrès de l ASCO portent sur deux des principaux cancers en termes de fréquence et de mortalité : le cancer de la prostate et cancer colorectal. Un suivi régulier et une méthode originale L observatoire Roche-EDIFICE comprend deux principales caractéristiques : les enquêtes réalisées dans le cadre de l observatoire comportent d abord l intérêt d être menées à trois ans d intervalle ( ) avec une méthodologie quasiidentique, ce qui permet d examiner comment évoluent non seulement la proportion de la population cible ayant recours à ces dépistages, mais aussi l acceptabilité (motivations et réticences) à leur égard. Surtout, explique le Pr Jérôme Viguier, gastro-entérologue à Tours, un des membres du comité scientifique de Roche-EDIFICE et rapporteur de l étude sur le dépistage du cancer colorectal, «elles ont la grande originalité de s intéresser à la fois la population cible et aux médecins généralistes, ce qui ne se fait pratiquement jamais dans les autres études. De plus, au lieu d être une évaluation classique de l impact d un programme, elles montrent ce qui se passe en routine.» En outre, le rapprochement des résultats, en tenant compte de ceux qui avaient été obtenus précédemment pour le cancer du sein, incitent quelques préconisations pour améliorer l efficacité des dépistages de cancers.

2 Cancer colorectal : l importance d un programme structuré de dépistage systématique De 2005 à 2008, une augmentation sensible du taux de dépistage déclaré du cancer colorectal a été observée (sujets âgés de 50 à 74 ans) : de 25 à 38 %. Cette augmentation se produit pour tous les groupes d âges (surtout entre 65 et 69 ans). Elle est plus nette dans les départements qui ont entamé un programme de dépistage systématique plus tôt que les autres (dès 2003 ; le dépistage est aujourd hui généralisé depuis fin 2008) : 21 % en moyenne. Dans ces départements, le taux moyen de dépistage est à présent de 54 %, soit meilleur que le taux de 50 % qui est considéré comme efficient (efficacité rapportée au coût, avec une diminution attendue de mortalité de 20 %). 32 % de ceux qui n ont pas fait le dépistage ont l intention de le faire, ce qui laisse augurer de progrès futurs quasi automatiques pourvu que les programmes soient maintenus. Les deux freins au dépistage les plus fréquents sont : le fait de ne pas se sentir concerné et le fait que son médecin généraliste ne l ait pas recommandé. Bien qu elle ait augmenté, la proportion de médecins recommandant le test de dépistage systématiquement n est que de 30 % en 2008 (15 % en 2005). Cancer de la prostate : un taux de dépistage élevé associé à la forte implication des médecins généralistes Ces derniers résultats peuvent être rapprochés de ceux obtenus avec le dépistage du cancer de la prostate. En effet, alors qu il n existe aucune recommandation et aucun programme de dépistage systématique, le taux de dépistage déclaré dans la population cible (hommes âgés de 50 à 75 ans) a augmenté, passant de 36 % en 2005 à 49 % en Cette augmentation se produit dans toutes les classes d âge, avec un maximum entre 50 et 54 ans, c est-à-dire l âge auquel le dépistage doit être débuté s il est jugé utile. Il est probable qu elle va se poursuivre, atteignant 70 % en 2011 : 57 % des sujets n ayant pas fait un dépistage ont l intention de le faire et seuls 16 % de ceux qui l ont fait n ont pas l intention de le poursuivre. Elle est associée à l implication des médecins généralistes, dont les deux tiers recommandent le dépistage systématiquement (proportion en augmentation : de 58 % en 2005 à 65 % en 2008), quels que soient leur âge et leur sexe. En effet, la raison la plus fréquemment avancée (55 %) pour effectuer le dépistage chez ceux l ayant fait est qu il a été recommandé par un médecin (chez 49 %, il s agit d un généraliste). Bien que les généralistes soient partagés sur l utilité du dépistage organisé (59 % en sa faveur), ils sont en grande majorité convaincus de l utilité d un dépistage précoce (88 % plutôt ou tout-à-fait convaincus).

3 Le dépistage organisé de certains cancers peut inciter à celui d autres cancers En 2008, 94 % des femmes de 50 à 74 ans déclarent avoir réalisé un test de dépistage du cancer du sein, proportion remarquablement stable par rapport à 2005 (93 %). Pour les auteurs de l enquête Roche-EDIFICE 2 (2008) sur le cancer de la prostate, ce résultat est à rapprocher de celui obtenu dans le cancer colorectal : l incitation au dépistage de ces deux cancers par des campagnes de sensibilisation et des programmes organisés encourage la population à penser que le dépistage est souhaitable quel que soit le cancer ciblé. En quelque sorte, il y aurait un effet «tâche d huile», qui serait une des explications possibles du taux élevé d hommes déclarant avoir effectué un dépistage du cancer de la prostate. L implication des généralistes est liée à leur information En ce qui concerne le cancer du sein, on observe également une stabilité de l implication des généralistes : 67 % (68 % en 2005) recommandent systématiquement le test à leurs patientes de cette tranche d âge. On note là aussi que la consultation d un médecin (généraliste ou gynécologue) est un des raisons avancés par les femmes pour pratiquer un test. Comment expliquer alors le moins bon score du dépistage du cancer colorectal? Une importante proportion de patients (36 %) et de médecins (17 %) avancent la même explication : les patients ne se sentent pas concernés. En revanche, pour beaucoup de médecins, les patients ont peur de l examen et de son résultat (27 %), alors que ceux-ci sont peu nombreux (8 %) à donner cette raison. Pour Jérôme Viguier, il est là aussi intéressant de rapprocher les résultats des trois enquêtes : «Plus l implication des généralistes est importante, plus les taux de dépistage sont élevés.» Cette implication passe vraisemblablement par l amélioration de l information donnée aux médecins : en contraste avec ce qui se passe pour les deux autres cancers étudiés, seuls 30 % des généralistes recommandent le dépistage du cancer colorectal et seulement la moitié d entre eux s estiment suffisamment informés à son propos. Jérôme Viguier fait également remarquer l importance de l entourage dans la décision de se faire dépister (encouragement par la famille, par le ou la conjointe, antécédent de cancer dans la famille sont des facteurs favorisants). Il avance une explication supplémentaire, difficile à mettre en évidence dans une enquête : «Pour le cancer colorectal, le test implique une manipulation des selles, ce qui en soi n est pas un facteur favorisant la fidélisation à ce dépistage. Mais il implique aussi que le médecin ait le temps d expliquer les gestes à son patient et qu auparavant, il ait eu celui de le convaincre. Or le temps est ce qui leur manque le plus.» En conclusion, il est manifeste qu un des grands intérêts des enquêtes Roche-EDIFICE est de porter sur trois cancers dont le dépistage est suivi régulièrement, ce qui permet des comparaisons et suggère quelques enseignements : Un dépistage organisé est plus efficace qu un dépistage individuel. Quel que soit le mode de dépistage, l implication des généralistes est fondamentale. Celle-ci est favorisée par la qualité de l information qui leur est délivrée. Le dépistage de certains cancers favorise celui des autres. Le rôle déterminant de l entourage fait penser qu il est fondamental de créer un «climat» d encouragement mutuel patient-famille-médecin à promouvoir le dépistage. Il n est donc pas surprenant que le comité d organisation de l ASCO 2009 ait retenu pour la seconde fois la présentation de deux enquêtes Roche-EDIFICE sous la forme d abstracts et posters.

4 A propos des enquêtes Roche-EDIFICE L observatoire Roche-EDIFICE a pour objectif d identifier les leviers et les freins vis-à-vis des dépistages de trois cancers (sein, côlon, prostate). Sa méthodologie de travail est supervisée par un comité scientifique indépendant. Les travaux de l observatoire sont complémentaires de ceux de l InVS (Institut de veille sanitaire) et de l INPES (Institut national de prévention et d éducation pour la santé). Ses travaux ont fait l objet de communications dans les principaux congrès internationaux de cancérologie (dont l ASCO en 2006) et de publications dans des revues à comité de lecture. L enquête Roche-EDIFICE 2 a été réalisée par téléphone du 11 décembre 2007 au 9 janvier 2008 sur un échantillon de personnes (928 pour le cancer du côlon) âgées de 40 à 85 ans et 600 médecins généralistes, par la TNS-Sofrès. A propos du cancer colorectal Il est la deuxième cause de mortalité par cancer en France (près de morts par an), c est-à-dire 4 fois plus que le nombre de tués par accidents de la route. Il survient 4 fois sur 5 sur un polype, qui peut être enlevé au cours d une coloscopie, chez des hommes et des femmes de plus de 50 ans. Diagnostiqué à un stade précoce, son pronostic est le plus souvent favorable (90 à 97 % de survie à 5 ans au stade I) : mais seuls 15 % des cancers sont diagnostiqués à ce stade. Leur dépistage est donc crucial. Il se réalise simplement par un test pratiqué sur les selles à la recherche de traces de sang (Hémocult ) qui, s il est positif, est suivi d une coloscopie. Ce dépistage permet de réduire la mortalité de 33 % chez les personnes ayant suivi le protocole. Après avoir été expérimenté dans quelques départements pilotes depuis 2003 et progressivement étendu, le dépistage organisé concerne l ensemble du territoire français depuis décembre A propos du cancer de la prostate Avec plus de décès par an, il est la deuxième cause de mortalité par cancer chez les hommes en France. Il survient le plus souvent après 50 ans. Son dépistage repose sur un examen biologique sanguin (transaminases). Mais son utilité est l objet d une controverse : il évolue lentement ; son traitement, chirurgical, comporte un risque importante d altération de la qualité de vie (troubles urinaires et de l érection). A propos du cancer du sein Le cancer du sein est la première cause de mortalité par cancer chez les femmes (près de décès en 2005). Son taux global de survie à 5 ans après diagnostic est de 85%. Plus il est dépisté tôt, meilleur est son pronostic. Le dépistage organisé repose sur la mammographie effectuée gratuitement tous les deux ans chez les femmes de plus de 50 ans.

5 A propos de Roche Roche, dont le siège est à Bâle, Suisse, figure parmi les leaders de l industrie pharmaceutique et diagnostique axée sur la recherche. Numéro un mondial de la biotechnologie, Roche produit des médicaments réellement différenciés pour le traitement du cancer, des maladies virales et inflammatoires ainsi que des maladies du métabolisme et du système nerveux central. Roche est aussi le leader mondial du diagnostic in vitro ainsi que du diagnostic histologique du cancer, et une entreprise pionnière dans la gestion du diabète. Sa stratégie des soins personnalisés vise à mettre à disposition des médicaments et des outils diagnostiques permettant d améliorer de façon tangible la santé ainsi que la qualité et la durée de vie des patients. En 2008, Roche, qui comptait plus de employés dans le monde, a consacré à la R&D près de 9 milliards de francs. Son chiffre d affaires s est élevé à 45,6 milliards de francs. Genentech, Etats-Unis, appartient entièrement au groupe Roche, qui détient en outre une participation majoritaire au capital de Chugai Pharmaceutical, Japon. Pour de plus amples informations, consulter le Contact presse : Roche Direction de la Communication Service Relations Presse Dany Bonnet Tél : Fax :

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 12 décembre 2009

Communiqué de presse. Bâle, le 12 décembre 2009 Communiqué de presse Bâle, le 12 décembre 2009 Meilleures chances de guérison pour les patientes souffrant de cancer du sein HER2- positif de stade précoce lorsqu elles reçoivent Herceptin pendant un an

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Sous-indicateur n 2-3-1 : taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes âgées de 50 à 74 ans

Sous-indicateur n 2-3-1 : taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes âgées de 50 à 74 ans 108 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 2 : Développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer Sous-indicateur n 2-3-1 : taux de participation au dépistage organisé

Plus en détail

Roche annonce ses plans pour la mise en œuvre de l initiative «Operational Excellence»

Roche annonce ses plans pour la mise en œuvre de l initiative «Operational Excellence» Communiqué de presse Bâle, le 17 novembre 2010 Roche annonce ses plans pour la mise en œuvre de l initiative «Operational Excellence» Renforcement de la capacité d innovation et du succès durable de l

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, 22 octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, 22 octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, 22 octobre 2013 Roche obtient de la FDA l homologation de la nouvelle formulation sous-cutanée d ACTEMRA pour une utilisation chez des patients adultes atteints de polyarthrite

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 17 août 2011

Communiqué de presse. Bâle, le 17 août 2011 Communiqué de presse Bâle, le 17 août 2011 La FDA homologue Zelboraf (vémurafénib) et son test diagnostique compagnon, tous deux des produits Roche, pour la prise en charge du mélanome métastatique à gène

Plus en détail

Rituxan/MabThera a réduit de 80% le risque de devoir recourir ultérieurement à un traitement supplémentaire par chimiothérapie ou radiothérapie

Rituxan/MabThera a réduit de 80% le risque de devoir recourir ultérieurement à un traitement supplémentaire par chimiothérapie ou radiothérapie Communiqué de presse Bâle, le 5 décembre 2010 Une étude de phase III montre que Rituxan/MabThera utilisé en continu après son administration en traitement d induction a permis de différer la nécessité

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL 11 septembre 2015 DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Nouveau test, nouvelle organisation 1 Communiqué 11 septembre 2015 Dépistage organisé du cancer colorectal Nouveau test, nouvelle organisation

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Bâle, le 26 mars 2007 Herceptin reçoit des autorités européennes un avis favorable préconisant son utilisation en association avec un inhibiteur de l aromatase dans le traitement du

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

LE CANCER DU COLON et du RECTUM

LE CANCER DU COLON et du RECTUM LE CANCER DU COLON et du RECTUM Quelle fréquence et gravité en France? Comment le dépister? Comment le prévenir? Qui est à risque? Service de Gastro Entérologie Nutrition Hôpital Rangueil CHU de Toulouse

Plus en détail

emtansine sera offerte aux personnes du groupe de l étude EMILIA traitées par l association lapatinib plus Xeloda.

emtansine sera offerte aux personnes du groupe de l étude EMILIA traitées par l association lapatinib plus Xeloda. Communiqué de presse Bâle, le 27 août 2012 De nouvelles données issues de l étude de phase III EMILIA montrent que le trastuzumab emtansine (T-DM1), médicament de Roche, a permis d améliorer significativement

Plus en détail

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané Rapport d orientation sur les facteurs de retard au diagnostic du Mélanome cutané RAPPORT D ORIENTATION Facteurs de retard au diagnostic du mélanome cutané Juillet 2012 SYNTHESE Ce rapport d orientation

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 er octobre 2012

Communiqué de presse. Bâle, le 1 er octobre 2012 Communiqué de presse Bâle, le 1 er octobre 2012 L analyse finale de l étude de phase III HERA a confirmé Herceptin administré pendant un an comme traitement standard du cancer du sein HER2-positif de stade

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

La situation du cancer, quelques chiffres clés. La recherche avance, la vie progresse.

La situation du cancer, quelques chiffres clés. La recherche avance, la vie progresse. La situation du cancer, quelques chiffres clés Les candidats médicaments 375 composés en phase II, III Les classes thérapeutiques à large spectre restent privilégiées (56%) Mais l innovation se trouve

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 6 juin 2012

Communiqué de presse. Bâle, le 6 juin 2012 Communiqué de presse Bâle, le 6 juin 2012 RoACTEMRA de Roche, administré à titre d agent thérapeutique unique, a entraîné une régression plus significative des signes et symptômes de polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

«Le côlon géant à Paris» -

«Le côlon géant à Paris» - Du 22 au 24 mars 2011 «Le côlon géant à Paris» - Visiter l intérieur de l intestin et tout comprendre du dépistage ADECA 75 En résumé... Conférence de presse le 22 mars 2011 Agence de presse : 1 retombée

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie.

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Mahnane A. Hamdi Cherif M. Registre du Cancer de Sétif. Laboratoire Santé Environnement des Hauts Plateaux Sétifiens. INTRODUCTION Le cancer du sein est le cancer

Plus en détail

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON FICHE 1 : Le dépistage organisé du cancer du sein : pour les femmes de 50 à 74 ans Chaque année en France, ce sont près de 49 000 femmes chez qui un cancer

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, le 1 Octobre 2013 La FDA accorde une homologation accélérée à Perjeta, médicament Roche, pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein HER2-positif de stade précoce

Plus en détail

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 SOUS EMBARGO JUSQU AU mercredi 29 mai 2013, 3 h 1, HAE Mai 2013 Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 En 2013 : On estime que 48 700 nouveaux cas de cancer seront

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Oncogériatrie Faut-il évaluer toutes les personnes âgées atteintes de cancer? Docteur Jean Goyard, UPCOG, Clermont-Ferrand

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Dépistage du cancer de la prostate chez les populations d hommes présentant des facteurs de risque Questions / Réponses Quelques données sur le cancer de la prostate en France Nombre de nouveaux cas estimés

Plus en détail

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 CONTEXTE Le dépistage est défini par l OMS comme «l identification présomptive de maladies ou troubles non reconnus, par l application de tests, d examens ou d autres

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

1. Argumentation du choix de la population

1. Argumentation du choix de la population III. Enquête de santé publique 1. Argumentation du choix de la population Lors de nos recherches concernant les femmes ménopausées touchées par l'ostéoporose nous avons pu constater par des données chiffrées

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Herceptin homologué dans l UE contre le cancer de l estomac HER2-positif de stade avancé

Herceptin homologué dans l UE contre le cancer de l estomac HER2-positif de stade avancé Communiqué de presse Bâle, le 28 janvier 2010 Herceptin homologué dans l UE contre le cancer de l estomac HER2-positif de stade avancé Première biothérapie ciblée témoignant d un avantage en termes de

Plus en détail

Les biothérapies : connaissance et attentes du grand public et des médecins généralistes

Les biothérapies : connaissance et attentes du grand public et des médecins généralistes : connaissance et attentes du grand public et des médecins généralistes Rapport d'étude - Juillet 2005 - Contacts TNS Sofres France Santé 68GM75 Nadia Auzanneau 01.40.92.45.57 nadia.auzanneau@tns-sofres.com

Plus en détail

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La méthodologie Page 3 La méthodologie Etude

Plus en détail

Le plan «bien vieillir» = 9 axes de travail et 29 mesures

Le plan «bien vieillir» = 9 axes de travail et 29 mesures Plan National «BIEN-VIEILLIR» 2007-2009 Commission économique pour l Europe: Groupe de travail sur le vieillissement 1ère réunion - Genève 1er décembre 2008 Dr. Anne-Marie TAHRAT, Chargée de mission Direction

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, Juillet 31, 2015

Communiqué de presse. Bâle, Juillet 31, 2015 Communiqué de presse Bâle, Juillet 31, 2015 Un protocole à base de Perjeta, médicament de Roche, a été homologué en Europe pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein agressif de stade

Plus en détail

«Perception des utilisateurs de Vélo v»

«Perception des utilisateurs de Vélo v» «Perception des utilisateurs de Vélo v» JCDecaux a mandaté BVA pour mener une enquête sur la «Perception des utilisateurs de Vélo v». Ce service unique au monde de vélos en libre service a été mis en place

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Dr Reto Auer, Dr Kevin Selby, Pr Jacques Cornuz, PMU Dr Jean-Luc Bulliard, IUMSP Dr Cristina Nichita, Pr Gian

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES

Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES Inégalités de recours aux soins préventifs : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot LEDA-LEGOS (Univ. Paris-Dauphine) - IRDES CAS - Déchiffrer les dépenses de santé Comment bien dépenser

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire 2 Sommaire Présentation de Next Content... 9 Nos activités... 9 NC Etudes... 9 NC Event... 10 NC Factory... 11 NC Formation... 12 NC Conseil... 13 Qui sommes-nous?... 13 L Observatoire des décideurs de

Plus en détail

OCTOBRE ROSE 2013 Nouvelle mobilisation des partenaires du dépistage du cancer du sein

OCTOBRE ROSE 2013 Nouvelle mobilisation des partenaires du dépistage du cancer du sein OCTOBRE ROSE 2013 Nouvelle mobilisation des partenaires du dépistage du cancer du sein Dossier de presse CONFÉRENCE DE PRESSE Lundi 23 septembre 2013 à 11h00 Hôtel du Département Ancien bureau du Président

Plus en détail

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL Le cancer colo-rectal (ccr) 3è cancer, 42000 cas/an 2è cause de décès après le cancer du poumon 17500/an (accidents de la route 3200 décès ) 1 homme/14 et

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 Une enquête réalisée sur la nutrition en médecine générale * pour l montre que la nutrition est un sujet

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Dossier de presse - 10 août 2009 Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie lance à compter du 10 août 2009

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 1 RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 2 Le présent rapport constitue le rapport final des résultats provenant

Plus en détail

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG Dossier de presse 11 février 2014 Enquête santé / Vie étudiante / Chiffres clés La sexualité des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal :

Dépistage du cancer colorectal : Dépistage du cancer colorectal : Quels enjeux? Robert Benamouzig Gastro-entérologie Hôpital Avicenne Bobigny Le cancer colorectal dans le monde 3ème cause de cancer Augmentation 1975 : 500 000 cas 1990

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Helena Mooser Theler, Promotion Santé Valais. Le point de vue d une femme

Helena Mooser Theler, Promotion Santé Valais. Le point de vue d une femme Helena Mooser Theler, Promotion Santé Valais Le point de vue d une femme Le deuxième attribut féminin Un symbole de féminité, de beauté, et d érotisme Est importante pour l intégrité physique Est le type

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments. Ifop pour Groupe PHR

Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments. Ifop pour Groupe PHR Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments FD/GM N 113338 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d'entreprise TEL : 01 45 84 14 44

Plus en détail

Dossier de Presse. MARS BLEU 2012 : Mobilisation contre le cancer colorectal A Châlons en Champagne Le 23 mars 2012

Dossier de Presse. MARS BLEU 2012 : Mobilisation contre le cancer colorectal A Châlons en Champagne Le 23 mars 2012 Dossier de Presse MARS BLEU 2012 : Mobilisation contre le cancer colorectal A Châlons en Champagne Le 23 mars 2012 Promoteurs : - Les Etablissements de soins, professionnels de santé - L ADPS 51, département

Plus en détail

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome Un essai contrôlé randomisé en cluster Financement : INCa INSERM / IRESP Cédric RAT, G. QUEREUX, C. RIVIERE, S.

Plus en détail

L Observatoire de l accès aux soins Vague 2

L Observatoire de l accès aux soins Vague 2 Octobre 2012 JALMA N 110750 Contact Damien Philippot Directeur de clientèle Département Opinion damien.philippot@ifop.com L Observatoire de l accès aux soins Vague 2 1 La méthodologie 2 NOTE MÉTHODOLOGIQUE

Plus en détail

Arbres de Décision. Pr Roch Giorgi. roch.giorgi@univ-amu.fr

Arbres de Décision. Pr Roch Giorgi. roch.giorgi@univ-amu.fr Arbres de Décision Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr Analyse de

Plus en détail

Développement et mise en ligne d un outil d observation : le portail des données sur le cancer et la cancérologie (www.lesdonnees.e-cancer.

Développement et mise en ligne d un outil d observation : le portail des données sur le cancer et la cancérologie (www.lesdonnees.e-cancer. Développement et mise en ligne d un outil d observation : le portail des données sur le cancer et la cancérologie (www.lesdonnees.e-cancer.fr) L Lafay, N Vongmany, M Laanani, M Lequellec-Nathan, PJ Bousquet

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ;

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ; Association reconnue d Intérêt général et agréée au niveau national par le Ministère de la Santé et des Solidarités agrément n N2006AGD43 - Siret : 50880038000026 Association Loi 1901 n W 751190228 site

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

Où les Canadiens envisagent-ils de vivre à leur retraite et pourquoi?

Où les Canadiens envisagent-ils de vivre à leur retraite et pourquoi? Où les Canadiens envisagent-ils de vivre à leur retraite et pourquoi? L Institut Info-Patrimoine offre de l information et propose des stratégies relatives à la planification du patrimoine et aux décisions

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail