Perspectives des entreprises d'alimentation en électricité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Perspectives des entreprises d'alimentation en électricité"

Transcription

1 MANUFACTURING, TECHNOLOGY & ENERGY Perspectives des entreprises d'alimentation en électricité Première enquête auprès des entreprises électriques communales et régionales

2

3 Avant-propos Avec la libéralisation annoncée du marché de l'électricité, les entreprises électriques se trouvent devant un défi de taille. De par ses activités de conseil, l'entreprise Ernst & Young s'est vue impliquée de plusieurs manières dans le processus de réflexion aux côtés des centrales électriques. Il nous est rapidement apparu qu'il manquait une vue d'ensemble sur la façon dont les entreprises électriques suisses envisagent leur avenir. D'autre part, l'intérêt manifesté par les dirigeants de ces entreprises a achevé de nous convaincre de la nécessité de réaliser un sondage. L'étude que nous vous offrons ici représente le résultat d'un travail d'enquête auprès des petites et moyennes entreprises électriques. Nous espérons ainsi contribuer à la transparence du marché, un préalable essentiel lorsqu'on se trouve au devant de choix stratégiques importants. Ernst & Young s'engage activement dans la préparation des entreprises au nouveau marché de l'électricité. Nos services de conseils ont acquis une grande expérience dans ce domaine. Nos spécialistes sauront conseiller les dirigeants des entreprises électriques et répondre à leurs questions avec beaucoup de compétence, dans les domaines suivants: Conseil aux entreprises électriques en vue d'une transformation en société anonyme Aide à la réalisation du changement de statut juridique Evaluation d'entreprises Conseil juridique et fiscal Comptabilité analytique d'exploitation / Controlling Comptabilité financière et présentation des comptes Révision / vérification des comptes L'entreprise Ernst & Young se tient à votre disposition pour examiner avec vous les résultats de l'enquête. Michael Sarbach Ingénieur diplômé EPFZ Expert-comptable diplômé

4 Table des matières 1. Management Summary 5 2. Perspectives des entreprises communales de distribution dans le commerce d'électricité Faut-il considérer que peu d'entreprises électriques resteront actives dans le commerce d'électricité? Analyse des perspectives en fonction de la taille de l'entreprise Appréciation des perspectives en fonction du prix d'achat actuel du courant Appréciation des perspectives en fonction de la marge brute Appréciation des perspectives en fonction du débit de courant par employé de l'entreprise Facteurs de succès dans le commerce de courant La coopération comme moyen de s'imposer dans le commerce de l'électricité 9 3. Compétitivité Compétitivité par segments de clients Eléments permettant d'apprécier la compétitivité Compétitivité et moyens de fidéliser la clientèle La coopération Coopération en vue de l'achat du courant Coopération en vue de diminuer les coûts d'exploitation Pistes pour fidéliser la clientèle Argumentation pour et contre la politique de l'offre diversifiée Diversification actuelle des entreprises communales d'alimentation Les concentrations et les changements de forme juridique Détermination de la valeur des activités Forme juridique Conversion aux prescriptions de la future loi sur le marché de l'électricité (LME) Unbundling Comptabilité selon la nouvelle loi sur le marché de l'électricité (LME) Caractéristiques de l'enquête 23

5 1. Management Summary Lors d'une enquête auprès des entreprises électriques régionales et communales, nous avons récolté l'avis de leurs dirigeants à propos de: Marché de l'électricité Choix stratégiques et perspectives Facteurs critiques de succès Marketing Organisation actuelle et future Notre but est d'offrir aux dirigeants et aux propriétaires d'usines électriques des données et des arguments pour étayer leur propre démarche stratégique, en vue de la libéralisation du marché de l'électricité. Environ 130 entreprises électriques ont répondu à notre questionnaire Ce qui ressort comme un fil rouge de toutes les réponses, c'est la grande incertitude quant à l'avenir. L'incertitude se lit également dans certaines affirmations contradictoires. Par exemple, de nombreuses entreprises sont convaincues que leurs chances restent intactes auprès des clients de moins de 10GWh par an. Dans le même temps, la moitié des entreprises qui fournissent au total moins de 30 GWh par an à leurs clients, ne peuvent aujourd'hui encore se prononcer sur leur capacité à rester actives à long terme dans le commerce de l'électricité. Les avis ne semblent pas fixés et traduisent le malaise général face à l'avenir. Dans les réponses, le prix d'achat du courant est donné comme le facteur déterminant pour qu'une entreprise puisse se maintenir dans le marché libéralisé de l'électricité. Le prix de vente, quant à lui, semble moins important. Dans le même temps, presque la totalité des répondants pensent pouvoir renforcer la fidélité de leur clientèle en lui offrant des prestations complémentaires. Au vu de ces considérations, on peut s'attendre à ce que la compétition sur le marché ne se jouera pas uniquement au niveau des prix, mais également au niveau des produits et des prestations. La plupart des entreprises envisagent la coopération avec d'autres entreprises électriques comme la meilleure façon de maintenir leur compétitivité, tout en sauvegardant leur indépendance. D'autres options, comme par exemple la fusion ou la vente pure et simple, sont beaucoup moins souvent citées. Cette approche ne reflète pas seulement l'attitude du directeur de l'usine, mais aussi celle des autorités politiques en tant que propriétaires et représentantes du Souverain. Les prochains temps verront de nombreuses coopérations se mettre en place. On envisage cette forme de collaboration pour le réseau, c'est-à-dire sa planification, sa construction, son entretien ou son exploitation. Cependant, on envisage tout particulièrement la coopération pour les produits et les prestations, dont le développement ou la vente menacent de dépasser les possibilités des petites et moyennes entreprises. Les entreprises d'alimentation en courant montrent une forte tendance à se transformer en sociétés anonymes. D'après les indications recueillies, on peut estimer que d'ici quelques années, plus des trois quarts de ces entreprises seront des sociétés par actions. Les entreprises ainsi transformées en sociétés anonymes gardent les mêmes activités que dans leur forme antérieure (établissements de droit public). Le changement de forme juridique ne se borne pas au domaine de l'électricité, mais continue d'englober la totalité des services industriels (gaz, eau, électricité, etc...). Son but principal est d'accroître la flexibilité de la gestion tout en gardant les mêmes propriétaires. Certaines entreprises envisagent de séparer leurs domaines d'activités (courant, eau, gaz, etc...) en autant de sociétés anonymes réunies en holding.

6 2. Perspectives des entreprises communales de distribution dans le commerce d'électricité 2.1 Faut-il considérer que peu d'entreprises électriques resteront actives dans le commerce d'électricité? Un tiers seulement des entreprises interrogées pense pouvoir s'imposer à long terme dans le commerce de courant, respectivement dans la vente de celui-ci. Plus de 40% des entreprises déclarent ne pas pouvoir faire de prévisions à long terme pour le commerce d'électricité. Ceci confirme la grande incertitude des entreprises quant à l'avenir du commerce de l'électricité. Perspectives des entreprises électriques à long terme commerce de courant également 37% uniquement acheminement 20% ne se prononcent pas 43% Cette insécurité contredit l'appréciation des entreprises sur elles-mêmes, puisque presque toutes estiment être concurrentielles dans leur forme actuelle, dans le segment des clients privés (ménages) (voir chapitre 3.1). De même, l'optimisme domine quant à leur chance auprès des clients de l'industrie et de l'artisanat en dessous de 10 GWh par an. Ainsi, soit l'incertitude est exagérée, soit elle reflète le malaise face au futur. Par conséquent, il faut examiner les éléments sur lesquels les entreprises s'appuient pour juger de leur capacité à survivre dans un marché libéralisé. Pour ce faire, nous prenons en compte et analysons différents critères tels que la taille de l'entreprise, le prix d'achat du courant, la marge brute ou la quantité de courant vendu par employé. L'analyse montre quels sont les facteurs critiques de succès dans le commerce du courant. Elle cherche également à déterminer si les entreprises estiment devoir fusionner ou coopérer pour réussir à s'affirmer dans le futur marché. 2.2 Analyse des perspectives en fonction de la taille de l'entreprise La taille de l'entreprise électrique est un indicateur considéré comme fiable pour juger de sa capacité à s'imposer dans le marché de l'électricité. Plus une entreprise est petite, plus elle risque de devoir restreindre son activité à l'acheminement de l'électricité uniquement. Cependant, l'enquête met en évidence le fait que les entreprises les plus petites ne le redoutent pas outre mesure. Deux explications peuvent être retenues: 1) Ces entreprises fournissent principalement des ménages privés, lesquels sont supposés ne pas avoir envie de changer de fournisseur. 2) Ces entreprises ne se sont pas encore vraiment penchées sur la question de l'ouverture du marché de l'électricité. Souvent, elles sont gérées accessoirement, en complément d'autres activités professionnelles. Leur gestion est plutôt réactive que basée sur une pensée stratégique.

7 100% Perspectives à long terme en fonction de la taille de l'entreprise 80% 60% 40% 20% pas encore connu transport et commerce d'électricité transport uniquement 0% >316 débit en GWh Environ la moitié des entreprises qui déclarent un débit annuel de moins de 30 GWh (correspond à un chiffre d'affaires de 5 millions de Fr. environ) n'ont pas encore une idée claire des conséquences de la libéralisation sur les activités de leur entreprise. Elles représentent environ un quart des entreprises ayant répondu à notre questionnaire. 2.3 Appréciation des perspectives en fonction du prix d'achat actuel du courant 20 Perspectives à long terme en fonction du prix d'achat actuel du courant nombre de réponses commerce et distribution encore indéterminé ou uniquement distribution prix d'achat moyen en cts par kwh On pourrait attendre des entreprises qui déclarent bénéficier d'un prix d'achat du courant particulièrement avantageux qu'elles soient naturellement plus confiantes quant à leur capacité à s'imposer dans le commerce de l'électricité. Les réponses au questionnaire ne sont toutefois pas si nettes, même si l'on peut en dégager une certaine tendance allant dans ce sens. Il est toutefois hasardeux de prédire ce que sera le prix du courant à l'avenir en se basant sur le prix actuel. Les entreprises qui achètent leur courant à un prix élevé (plus de 12 centimes par kwh) sont clairement moins confiantes quant à leur capacité à s'imposer dans le commerce de l'électricité. Par contre, un prix d'achat de 12 centimes par kwh est jugé positif.

8 2.4 Appréciation des perspectives en fonction de la marge brute Si la marge brute (la marge entre le prix d'achat et le prix de vente du courant) est bonne, l'entreprise se montre confiante. Ceci rejoint l'idée qu'une marge brute élevée permettrait une plus grande liberté d'action si la situation devait se dégrader à l'avenir. La marge brute moyenne n'est pas un secret d'entreprise bien gardé. Souvent, on la trouve dans les comptes annuels publiés. Ceci rend la comparaison d'autant plus aisée, et les entreprises qui bénéficient d'une marge brute élevée peuvent vite se persuader de leur position avantageuse. nombre de réponses Pourtant, l'incertitude est répandue. Ceci se reflète dans le fait que de nombreuses entreprises bénéficiant pourtant d'une marge brute confortable n'osent pas encore se prononcer quant à leur capacité à survivre dans le futur commerce de l'électricité. Perspectives à long terme en fonction de la marge brute < >50 marge brute en pourcentage commerce et distribution encore indéterminé ou uniquement distribution Les variations de la marge brute entre les entreprises interrogées sont très grandes. Les données recueillies ne nous permettent cependant pas de dégager les causes de telles variations. Il pourrait s'agir par exemple de la situation géographique de l'entreprise ou de sa taille. Il est possible également que la constitution de réserves par certaines entreprises modifie artificiellement leur marge brute. 2.5 Appréciation des perspectives en fonction du débit de courant par employé de l'entreprise 2.6 Facteurs de succès dans le commerce de courant Il n'est pas possible de tirer des conclusions à ce sujet à partir des réponses obtenues. En effet, les données recueillies ne permettent pas de dégager un quelconque lien entre ces deux chiffres. On peut ainsi supposer que le rapport entre le débit et le nombre d'employés n'apparaît pas comme un critère significatif aux yeux des dirigeants de l'entreprise. Cela aurait un sens dans la mesure où la plus grande partie du personnel de l'entreprise électrique est attribuée au réseau et non au commerce. Etant donné que le commerce de l'électricité demande moins de personnel que le réseau, on ne peut pas juger de la compétitivité de l'entreprise en se basant sur le débit par employé. Nous avons interrogé les entreprises sur les facteurs de succès qu'elles jugent les plus importants pour le commerce du courant. Loin devant les autres, les frais d'achat du courant représentent le facteur le plus important. Ceci montre à quel point le rythme de la libéralisation sera déterminant. Si les entreprises d'alimentation en courant peuvent dès le début de la libéralisation acheter librement 20% du courant dont elles ont besoin, elles auront ainsi plus d'influence sur les frais d'acquisition du courant. Il est frappant de constater que les prestations sont perçues comme étant nettement moins importantes. Ceci laisse entendre que les clients, dans le commerce de l'électricité, choisiraient leur fournisseur d'abord en fonction du prix du courant offert. Cette appréciation est pourtant relativisée par les réponses faites en ce qui concerne les moyens envisagés pour fidéliser les clients (chapitre 3.3).

9 20 Principaux facteurs critiques de succès pour le maintien de la compétitivité dans le commerce de courant nombre de réponses commerce également uniquement distribution pas encore déterminé 0 frais d'acquisition du courant prix de vente du courant prestations complémentaires facteurs de succès coûts d'exploitation autres 2.7 La coopération comme moyen de s'imposer dans le commerce de l'électricité 30 Coopérations et fusions en vue de rester compétitif dans le commerce de l'électricité nombre de réponses commerce de courant également distribution uniquement pas encore déterminé 0 ni fusion, ni coopération besoin probablement une d'examens complémentaires coopération préalables probablement une fusion réalisation Seule une petite minorité des entreprises est récalcitrante à l'idée d'une coopération ou d'une fusion. Il est généralement admis que dans le marché de l'électricité, le maintien du statu quo n'est pas possible. Nombreuses sont les entreprises communales d'alimentation en courant qui considèrent devoir s'allier pour survivre dans le marché libéralisé. Pour la plupart, elles envisagent cette alliance sous la forme d'une coopération. C'est le moyen de s'approprier une clientèle fixe qui existe déjà du fait de l'exploitation du réseau. En matière d'acheminement du courant, il existe un droit, pour le propriétaire du réseau, à servir prioritairement ses clients. L'entreprise peut ainsi tirer profit des synergies entre le réseau et le commerce. La coopération permet à l'entreprise de garder son indépendance. Très peu d'entreprises interrogées envisagent une fusion. Du reste, on peut difficilement attendre des chefs d'entreprises électriques qu'ils considèrent la cessation ou la vente de leur propre entreprise comme la meilleure solution. Il faut ajouter que dans beaucoup de cas, les autorités politiques propriétaires ont des idées moins claires quant à la stratégie à adopter que les dirigeants de l'entreprise. En ce qui concerne les différentes formes de coopérations possibles, cette étude les détaille au chapitre 4.

10 3. Compétitivité 3.1 Compétitivité par segments de clients Le sondage distingue quatre catégories de clients, sur le modèle de celles prises en compte dans la loi sur le marché de l'électricité (LME). On a demandé aux entreprises, dans quelle mesure elles estiment être compétitives dans leur forme actuelle et dans ces différents segments de clients. Pour quels segments de clients l'entreprise peut-elle actuellement soutenir la concurrence? 100% 80% 60% 40% 20% inconnu non oui 0% ménages industrie et artisanat GWh plus de 20 GWh segments de clients Conformément à nos attentes, la compétitivité pour les segments de clients est diversement évaluée en fonction de la taille de l'entreprise. Cependant, et c'est une surprise, même les entreprises d'une certaine taille estiment être faiblement compétitives pour les clients de plus de 10 GWh. L'expérience montre pourtant qu'il est possible de garder ses gros clients sans subir une perte de marge insupportable. pourcentage des réponses 100% 80% 60% 40% 20% 0% Pour quels segments de clients l'entreprise peut-elle actuellement soutenir la concurrence? >316 débit en GWh ménages industrie et artisanat GWh plus de 20 GWh Parallèlement, les entreprises estiment être déjà compétitives dans leur forme actuelle pour le segment des plus petits clients, à savoir les ménages. La plupart des répondants s'accorde pour ne pas craindre une trop grande concurrence au niveau de ce segment de clients. Ce qui se passe sur le marché de l'électricité en Allemagne semble d'ailleurs leur donner raison. En ce qui concerne les clients de moins de dix GWh, les entreprises électriques suisses sont optimistes.

11 3.2 Eléments permettant d'apprécier la compétitivité Comme il est difficile pour une entreprise de se prononcer sur sa compétitivité future dans le marché libéralisé, nous avons voulu savoir sur quelle base elle le faisait. Elements permettant d'apprécier la compétitivité dans le commerce du courant comptabilité analytique 30% autres 11% nouveaux contrats 16% tarifs actuels 25% prévisions externes quant au prix 18% 3.3 Compétitivité et moyens de fidéliser la clientèle La compétition, en ce qui concerne les plus grands clients, se jouera avant tout au niveau du prix du courant, mais pas exclusivement. C'est pourquoi les répondants devraient s'appuyer, dans un premier temps, sur la comptabilité analytique de l'entreprise pour juger de leur compétitivité auprès des différents segments de clients. Les nouveaux contrats peuvent ensuite compléter l'analyse. Un quart des entreprises cite les tarifs actuels comme élément d'appréciation. Cette attitude, à la lumière de l'orientation que pourrait prendre la situation dans le futur, est discutable. Ce d'autant plus qu'il est très hasardeux de prédire les tarifs futurs en fonction des tarifs actuels, sans réel examen. La haute valeur de renseignement que l'on accorde aux nouveaux contrats montre clairement que la dynamique du marché libre fait déjà sentir ses effets, ceci avant même l'entrée en vigueur de la nouvelle loi. Les entreprises électriques qui, en raison de leur forme juridique, n'ont pas la possibilité de conclure des contrats individuels, auront de la peine à réagir rapidement à cette dynamique. Presque toutes les entreprises interrogées sont convaincues de pouvoir fidéliser leur clientèle au moyen de prestations supplémentaires. Plus loin, le chapitre 4.3 analyse en détail ce sujet en rapport avec la coopération. Pourtant il faut relativiser cette idée en la mettant en parallèle avec les facteurs critiques de succès donnés comme les plus importants (voir chapitre 2.6): comme on l'a vu, le prix d'achat du courant et le prix de vente viennent largement en tête, dans le commerce d'électricité, cela s'entend.

12 4. La coopération L'étude a clairement montré que la plupart des centrales électriques refusent d'abandonner leur indépendance. La majorité des répondants compte ainsi sur l'établissement de coopérations pour se maintenir dans le marché libéralisé (voir à ce sujet le chapitre 2.7: La coopération comme moyen de s'imposer dans le commerce de l'électricité). Cette volonté rejoint la pensée largement partagée qu'il faut garder le plus près possible des citoyens des institutions telles que l'alimentation en électricité. nombre de réponses ni coopération, ni fusion Maintien de l'indépendance de l'entreprise besoin probablement d'informations une coopération complémentaires préalables probablement une fusion Les grandes entreprises électriques présentent certains avantages déterminants par rapport aux plus petites: les économies d'échelle qu'elles peuvent réaliser, leur savoir-faire et le nombre de leurs employés. Par contre, elles sont souvent plus éloignées de leur clientèle, de sorte que celle-ci ne se sent pas vraiment émotionnellement liée à son fournisseur. La coopération des grandes entreprises avec de plus petites peut donc se révéler utile pour les deux, en réunissant les avantages de chacune d'elles. Certaines grandes entreprises ont déjà reconnu le potentiel de ces coopérations et commencent à offrir des services pratiquement en sous-traitance. Les coopérations sont possibles dans les domaines suivants: Pour l'achat du courant Pour le réseau et donc la diminution des coûts d'exploitation Au niveau du marketing, pour accroître la fidélité de la clientèle Nous détaillons ci-dessous ces différentes formes de coopération dans la mesure où les réponses obtenues le permettent.

13 4.1 Coopération en vue de l'achat du courant Au chapitre 2.6, nous avons vu que le prix d'achat du courant est considéré comme le premier facteur critique de succès dans le commerce de l'électricité. On pourrait donc s'attendre à ce que la coopération vise principalement à obtenir un prix d'achat plus avantageux. Pourtant, seuls 40% des répondants disent coopérer avec une ou plusieurs autres entreprises pour l'achat du courant. On peut y voir les raisons suivantes: De par le passé, le choix de son fournisseur était imposé. Cette approche statique a des raisons historiques. Les obstacles juridiques: la part du chiffre d'affaire qui peut être réalisée dans un premier temps sur le marché libre de l'électricité ne peut être changée même si l'on coopère ou si l'on crée une société d'achat. Ainsi par exemple, trois entreprises qui présentent ensemble un débit de plus de 10 GWh, ne peuvent pas -comme le ferait un client industriel qui utiliserait la même quantité de courant- profiter de la deuxième étape de la libéralisation autant que l'industrie. Malgré tout, il existe des arguments importants en faveur d'une coopération pour l'achat du courant: La coopération permet à une société d'achat d'acheter de plus grandes quantités. Son pouvoir de négociation augmente tendanciellement, ce qui devrait conduire à l'obtention de meilleurs prix d'achat. A l'avenir, le courant sera vendu sous différentes appellations et non plus simplement comme courant "sans nom". Les éléments de distinction seront par exemple la variation de puissance, le moment de la demande ou l'origine du courant. Chacun de ces nouveaux produits doit être développé, puis commercialisé et cela demande des moyens dont les petites et moyennes entreprises électriques ne disposent pas. Il est difficile de prévoir le rôle des coopérations pour l'achat du courant à long terme. 4.2 Coopération en vue de diminuer les coûts d'exploitation Il existe pour le moment encore beaucoup d'entreprises électriques qui disent ne pas recourir à la coopération, que ce soit pour la construction, l'exploitation ou l'entretien du réseau. Seuls 41% des répondants coopèrent déjà avec d'autres entreprises pour les services suivants: Coopération pour l'exploitation ou l'entretien du réseau 40% pourcentage des réponses 30% 20% 10% construction/entretien du réseau achat de matériel service de dépannage entreposage de matériel 0% débit en GWh

14 En principe, tous les domaines proposés dans l'enquête se prêtent à une coopération, à savoir: Planification du réseau, sa construction et son entretien Achat de matériel Service de dépannage (piquet) Entreposage de matériel et de pièces de rechange (stock) Les domaines de coopération changent selon la taille de l'entreprise. L'entreposage de matériel et de pièces de rechange prendrait de l'importance si la présentation des comptes annuels devait suivre les principes du "true and fair" et si le refinancement des actifs devait se faire sur le marché du capital. Aujourd'hui les achats pour le stock sont encore souvent comptabilisés dans les dépenses des comptes annuels. L'entretien et l'élargissement du réseau jouent déjà un rôle primordial. Chaque entreprise doit, dans ce domaine, acquérir ou maintenir un savoir-faire, afin de se perfectionner dans la planification, la réalisation et le contrôle. On peut penser que la coopération dans le domaine du réseau va se développer. C'est en effet un bon moyen de diminuer les coûts. Les réponses au questionnaire permettent de dégager un rapport entre la marge brute que réalise une entreprise et sa décision de coopérer pour le réseau. Toutefois, ce lien n'est pas causal. Certaines entreprises peuvent à la fois augmenter leur marge brute et réduire les coûts par une bonne gestion du réseau. On pourrait dire de ces entreprises qu'elles sont dirigées plus efficacement. L'entreprise coopère-t-elle pour l'exploitation ou l'entretien du réseau? 100% pourcentage de réponses 80% 60% 40% 20% 0% marge brute en pourcentage non, pas de coopération pour le réseau oui, coopération pour le réseau

15 Nombre des entreprises qui pourraient diminuer leurs coûts en coopérant avec d'autres avouent ne pas avoir recours à cette possibilité. Ce constat se retrouve à un niveau plus détaillé. On peut lire le même parallélisme entre la marge brute et la coopération pour chacun des domaines où la coopération est possible. Détail des coopérations pour l'entretien ou l'exploitation du réseau nombre de réponses marge brute en pourcentage construction et entretien du réseau achat de matériel service de dépannage/piquet autres entreposage de matériel Les économies réalisées seront proportionnellement plus grandes si la coopération est plus large et à plus long terme. Dans notre enquête, nous avons rencontré le cas d'une petite entreprise électrique qui a donné la quasi-totalité de ses activités sur le réseau en sous-traitance. Autrefois, elle était dirigée de façon annexe, en marge d'autres activités. Ni les prestations, ni la sécurité ne pouvaient plus être garanties. La vente du réseau, dans ce cas, aurait été une solution probablement plus rentable que celle choisie par les dirigeants et qui était dictée par des considérations politiques. Il est probable que d'autres centrales, plus grandes, vont suivre le même chemin.

16 4.3 Pistes pour fidéliser la clientèle Presque toutes les entreprises sont convaincues de l'utilité d'offrir des prestations supplémentaires ou des conditions particulières (comme par exemple la tradition) pour fidéliser leur clientèle. La concurrence ne se jouera donc pas uniquement au niveau des prix du courant. Les prestations complémentaires sont une des ressources du marketing. La fidélisation de la clientèle a en outre des répercussions sur la constance du chiffre d'affaire. conseils techniques offre de plusieurs produits différents gestion de la puissance du réseau conseils financiers tradition courant certifié écologique prix de l'acheminement contre-affaires il n'y en a pas Moyens de fidéliser la clientèle nombre de réponses Pour fidéliser la clientèle, le fait d'offrir simultanément plusieurs produits différents (eau, gaz, électricité, etc...) a été jugé par nos répondants comme un argument de poids. Cependant, cette façon de voir prête à controverse. D'un côté, le développement dans ce sens laisse penser que c'est effectivement le cas. De nombreuses entreprises offrent en effet, en plus de l'approvisionnement en courant électrique, l'eau, le gaz etc... Il faut toutefois considérer que ces approvisionnements se faisaient souvent à travers l'administration communale pour laquelle un regroupement de ces diverses prestations simplifiait les choses. On peut encore ajouter au nombre des arguments favorables, le fait que les petites unités travailleraient ainsi plus efficacement. De l'autre côté, il ne faut pas négliger l'avantage que représenterait la possibilité de réaliser des économies d'échelle. Les coûts par pièce, pour les marchandises en vrac sont bien plus avantageux lorsque celles-ci sont produites en grande quantité. Une grande entreprise électrique qui veut s'offrir à la collaboration a des avantages à faire valoir: L'argument marketing qui consiste à offrir simultanément plusieurs produits (eau, gaz, électricité, etc...) reste valable. Les économies d'échelle peuvent être réalisées. Sous réserve d'analyser chaque situation particulière de ce point de vue. Bien que presque toutes les entreprises semblent convaincues de l'importance d'offrir des prestations complémentaires, seuls 38 % des répondants disent coopérer avec d'autres entreprises dans ce but. Les entreprises de grande taille sont proportionnellement nettement plus actives dans ce domaine.

17 100% L'entreprise coopère-t-elle pour offrir des prestations supplémentaires? nombre de réponses 80% 60% 40% 20% non oui 0% >316 débit en GWh On ne peut pas attendre des petites entreprises qu'elles réussissent à offrir individuellement ces prestations complémentaires. On doit en conclure que les petites entreprises offrent moins de services.

18 5. Argumentation pour et contre la politique de l'offre diversifiée 5.1 Diversification actuelle des entreprises communales d'alimentation 78% des entreprises communales interrogées disent offrir d'autres services, en plus de l'alimentation en courant. Ont été cités: Activités parallèles usine de distribution d'eau installations électriques encaissement pour prestations communales TV / radio gaz autres activités magasin canalisations chauffage à distance usine de traitement des eaux usées nombre de réponses Ce regroupement de diverses activités a des racines historiques déterminées par le mode d'organisation des communes. On peut voir cette situation de deux manières opposées: les compétences spécifiques à chacun des domaines et qui permettraient une gestion séparée font défaut on voulait offrir aux clients plusieurs produits essentiels en même temps Souvent, on fait valoir le fait qu'en matière de réseau, il existe des synergies entre le courant, l'eau et le gaz. Les coopératives apparaissent comme étant plus volontiers centrées sur le courant seulement. 100% L'entreprise se concentre-t-elle sur l'approvisionnement de courant uniquement? 80% 60% 40% 20% non oui 0% SA coopérative établissement de droit public forme juridique

19 On peut expliquer cette tendance entre autres par le fait que de nombreuses sociétés anonymes étaient hier encore des entreprises rattachées à l'administration communale. Elles ont donc changé de forme juridique tout en gardant les mêmes activités. Ce changement de forme n'avait de toute évidence pas pour but une réorientation des activités telles que pratiquées dans le cadre communal, mais bien une nouvelle enveloppe organisationnelle (voir aussi chapitre 6). Par contre, les coopératives qui disent ne s'occuper que de la distribution du courant, ont été fondées dans ce but uniquement, dès le départ. 5.2 Les concentrations et les changements de forme juridique On peut se demander si le changement de forme des entreprises communales d'alimentation s'accompagne d'une dispersion des différentes activités. 100% 80% 60% 40% 20% 0% L'entreprise a-t-elle des activités autres que l'approvisionnement en électricité? aujourd'hui à l'avenir non autres non connu oui 5.3 Détermination de la valeur des activités On ne voit pas apparaître de séparation des activités (eau gaz, électricité) à l'occasion d'un changement de forme juridique. On pourrait s'attendre à une transformation de forme juridique ne touchant que la partie "électrique" de l'approvisionnement, voire même ne touchant que le commerce de courant, respectivement la vente de celui-ci. Mais plusieurs raisons plaident pour garder ensemble les différentes activités: Les communes ne veulent pas avoir plusieurs entreprises d'approvisionnement distinctes, une pour le courant électrique, une autre pour le gaz, l'eau, etc... Le marché du gaz suit aujourd'hui déjà partiellement les lois du marché libre. On peut penser que d'autres activités, l'eau par exemple, feront à leur tour l'objet d'une libéralisation partielle. Par le changement de forme juridique, il ne s'agit pas du tout d'aboutir à une privatisation, mais l'on recherche uniquement une nouvelle organisation pour la gestion de l'entreprise d'approvisionnement. Cette dernière gagne ainsi en liberté de gestion et en flexibilité, mais la commune reste propriétaire. Lorsqu'on fait estimer la valeur de l'entreprise, les différentes activités sont en règle générale évaluées séparément. Le fait de faire évaluer l'entreprise montre donc que l'on s'intéresse à l'avenir des activités, chacune pour elle-même. Un peu plus de la moitié des répondants affirment avoir fait estimer la valeur de leur entreprise au cours des deux dernières années.

20 6. Forme juridique La plupart des entreprises d'approvisionnement communales sont encore actuellement des établissements de droit-public. Cependant, quelques-unes d'entre elles déclarent avoir déjà décidé leur transformation en société par actions. On peut ainsi estimer que la proportion des sociétés anonymes va augmenter jusqu'à 20% en une année. 100% Formes juridiques choisies 80% 60% 40% 20% de droit public société anonyme coopérative 0% il y a trois ans aujourd'hui dans une année dans trois ans De nombreuses entreprises disent examiner actuellement la possibilité d'un changement de forme juridique. Si l'on part du principe que la plupart d'entre elles envisagent la forme de la société anonyme, on peut constater qu'il existe une forte tendance dans ce sens. En valeurs absolues et en différenciant les diverses formes juridiques actuelles, on obtient le graphique suivant: nombre d'entreprises électriques Un changement juridique est-il décidé ou en cours? coopérative établissement de droit public changement en société anonyme décidé ou en cours changement examiné changement non examiné Dans quelques cas, le changement de forme juridique a été refusé en votation. Ces entreprises examinent actuellement d'autres options, comme par exemple: La vente pure et simple de l'entreprise électrique Attendre et remettre le projet légèrement modifié en votation, en espérant qu'une meilleure compréhension du problème sera alors disponible. Présenter un projet modifié en ce sens que le réseau reste sous la houlette de la commune.

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section M Division 70

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section M Division 70 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section M Division 70 70 ACTIVITÉS DES SIÈGES SOCIAUX ; CONSEIL DE GESTION Cette division comprend le conseil et l'assistance à des entreprises et autres organisations

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

Utilisation d Internet pour les approvisionnements dans les grandes entreprises suisses (situation 2000) Bilan des résultats

Utilisation d Internet pour les approvisionnements dans les grandes entreprises suisses (situation 2000) Bilan des résultats Université de Berne Institut d Informatique Economique Service de Gestion de l Information Prof. Dr. Joachim Griese Engehaldenstrasse 8, 3012 Berne Tél. +41 (0)31-631 47 85 Fax +41 (0)31-631 46 82 E-Mail:

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Le DSI au service de l'expérience Client

Le DSI au service de l'expérience Client 1/24 Cette étude a été réalisée et publiée à l'occasion de la conférence «Le DSI au service de l'expérience Client» organisée par CIO le 18 mars 2014 au Centre d'affaires Paris Trocadéro. La rédaction

Plus en détail

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Business Analytics The way we see it The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Ecrit par A propos de l'étude À la demande de Capgemini, l'economist Intelligence Unit a rédigé le rapport intitulé

Plus en détail

"Les Suisses séduits par la mobilité électrique" Résultat d'un sondage en ligne de l'académie de la mobilité

Les Suisses séduits par la mobilité électrique Résultat d'un sondage en ligne de l'académie de la mobilité Communiqué de presse "Les Suisses séduits par la mobilité électrique" Résultat d'un sondage en ligne de l'académie de la mobilité Berne, 27 mai 2010. Au printemps 2010, l'académie de la mobilité a lancé

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00090679 1 EXTRAIT DU REGLEMENT INTERNE APPLIQUE PAR L'ADMINISTRATION DANS L'ATTRIBUTION DES MARCHES DU CERN 1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS 1.0 Ouverture et évaluation

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel.

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel. un rapport des services d analyse de harvard business review L agilité de l entreprise dans le Cloud Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

INFOGERANCE. 1. Présentation de l infogérance... 2. 1.1. Définition... 2 1.2. Pourquoi l infogérance?... 2

INFOGERANCE. 1. Présentation de l infogérance... 2. 1.1. Définition... 2 1.2. Pourquoi l infogérance?... 2 INFOGERANCE 1. Présentation de l infogérance... 2 1.1. Définition... 2 1.2. Pourquoi l infogérance?... 2 2. Les différentes formes d infogérance. 2.1. Infogérance de fonction... 3 2.2. Infogérance d'exploitation...

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

Supply chain management NESTLE. Les Rois de la Supply Chain 2010

Supply chain management NESTLE. Les Rois de la Supply Chain 2010 áå ΩINSTITUT SUPERIEUR DU MANAGEMENT Supply chain management NESTLE Les Rois de la Supply Chain 2010 Cabinet ISM Abidjan, Cocody,Bvd F. Mitterand, Riviera Bonoumin, Immeuble La Paix 22 BP 876 Abidjan 22

Plus en détail

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Une étude personnalisée commandée par Cisco Systems Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Juillet 2013 Déploiement d'une large gamme

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Accès des PME au financement dans les nouveaux États membres

Accès des PME au financement dans les nouveaux États membres Gallup Flash EB N o 184 Accès des PME au financement dans les NEM Flash Eurobaromètre Commission Européenne Accès des PME au financement dans les nouveaux États membres Résumé Travail de terrain: avril

Plus en détail

1 Pourquoi mesurer la satisfaction de vos clients?

1 Pourquoi mesurer la satisfaction de vos clients? A l heure où la compétitivité est exacerbée, conquérir un client représente un investissement, le fidéliser également. L un des objectifs majeurs consiste à bien répartir vos investissements afin de capitaliser

Plus en détail

La reprise d'activité après sinistre est-elle assez prise en compte par les PME?

La reprise d'activité après sinistre est-elle assez prise en compte par les PME? Technology Adoption Profile personnalisé réalisé pour Colt Septembre 2014 La reprise d'activité après sinistre est-elle assez prise en compte par les PME? Introduction Les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Par jugement en date du 15 juin 1999, le tribunal de grande insrtance de NANTERRE s'est déclaré incompétent au profit de la présente juridiction.

Par jugement en date du 15 juin 1999, le tribunal de grande insrtance de NANTERRE s'est déclaré incompétent au profit de la présente juridiction. FAITS ET PROCEDURE Par acte du 3 décembre 1998, Mèmeric THIBIERGE a assigné devant le Tribunal de grande instance de NANTERRE la société ARJO WIGGINS pour entendre : -Dire et juger que l'invention de M.THIBIERGE

Plus en détail

Découvrir rapidement la création d'une entreprise

Découvrir rapidement la création d'une entreprise Découvrir rapidement la création d'une entreprise Pour construire un projet de création d'entreprise et augmenter ses chances de succès, il est recommandé d'agir avec méthode en respectant des étapes chronologiques.

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Aucun prêteur, c'est entendu, n'octroie de crédit à une personne qu'il ne considérerait pas comme potentiellement solvable.

Plus en détail

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data!

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Pierre Jouniaux http://www.safety line.fr CV : Pierre Jouniaux, ingénieur aéronautique, pilote

Plus en détail

Le rôle croissant de la mobilité au travail

Le rôle croissant de la mobilité au travail Un profil du choix de technologie personnalisée commandé par Cisco Systems Février 2012 Les initiatives liées à la mobilité des entreprises se développent Les employés sont de plus en plus mobiles et une

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

Crédit photo : FAIE MÉTIERS DE L ÉLECTRICITÉ

Crédit photo : FAIE MÉTIERS DE L ÉLECTRICITÉ ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Crédit photo : FAIE MÉTIERS DE L ÉLECTRICITÉ SEPTEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 759 électriciens en 20 012 soit 7% des salariéss de la production

Plus en détail

Management partie 2 : Marketing

Management partie 2 : Marketing Management partie 2 : Marketing Marketing 1. L'approche marketing S'est le contexte économique qui a induit la fonction marketing. Elle est née des contraintes que rencontre l'entreprise sur son marché,

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Page 1. Page 2. Système de gestion de la vérification - HempAge AG - Juin 2011 2/10 Indice 1. Introduction. 2. Résumé. 3. Des résultats positifs

Page 1. Page 2. Système de gestion de la vérification - HempAge AG - Juin 2011 2/10 Indice 1. Introduction. 2. Résumé. 3. Des résultats positifs Object 1 Page 1 Traduction web du document officiel de la fair wear foundation Dixième Rapport de gestion du système d'audit Hempage Juin 2011 Membre depuis FWF 1 Octobre 2009 Sources d'information Entretien

Plus en détail

Baromètre ORI 2013 - Executive summary

Baromètre ORI 2013 - Executive summary Baromètre ORI 2013 - Executive summary Sondage sur le climat général du secteur des bureaux d'ingénierie et de consultance 1. Explication Dans cet executive summary, ORI, l'organisation professionnelle

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Réseaux sociaux et recrutement Qu en est-il de leur utilisation et de leur rentabilité? Rapport 2010

Réseaux sociaux et recrutement Qu en est-il de leur utilisation et de leur rentabilité? Rapport 2010 Les réseaux sociaux sont-ils rentables en matière de recrutement? Une étude paneuropéenne de StepStone Réseaux sociaux et recrutement Qu en est-il de leur utilisation et de leur rentabilité? Rapport 2010

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000 A Hydro-Québec Requête R-3401-98 RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Original : 2000-11-21 HQT-13, Document 1.1.2 (En liasse) 1 1. PRINCIPES ET RÈGLES DE FACTURATION INTERNE

Plus en détail

Consultation réforme des normes CSIAS Analyse des résultats du sondage et recommandations à l'attention de la CDAS

Consultation réforme des normes CSIAS Analyse des résultats du sondage et recommandations à l'attention de la CDAS Consultation réforme des normes CSIAS Analyse des résultats du sondage et recommandations à l'attention de la CDAS 2 1 Introduction La révision prévue des normes CSIAS est motivée d'une part par le fait

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPLOYEURS DE BLIND RIVER

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPLOYEURS DE BLIND RIVER ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPLOYEURS DE BLIND RIVER 2 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPLOYEURS DE BLIND RIVER Un groupe d'entreprises locales prospère apporte non seulement un avantage économique à une communauté, mais

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Module 02 - Leçon 04 : Evaluation des stocks

Module 02 - Leçon 04 : Evaluation des stocks Module 02 - Leçon 04 : Evaluation des stocks L'article L 123-12 du Code de commerce oblige toute personne physique ou morale ayant la qualité de commerçant de réaliser au moins une fois tous les 12 mois

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes

Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes principaux résultats de l'étude Artiscan 4000 conduite par DEVELOPPEMENT CONSTRUCTION sur les artisans du bâtiment L'artisanat du bâtiment

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Prévoyance collective, assurance santé et dépendance

Prévoyance collective, assurance santé et dépendance Juin 2012 Prévoyance collective, assurance santé et dépendance La Comarep vient de publier un état des lieux de la protection sociale complémentaire des branches à fin 2011. C est l occasion d en tirer

Plus en détail

Enquête sur les complémentaires santé

Enquête sur les complémentaires santé Enquête sur les complémentaires santé La réforme des contrats responsables : Evolution ou révolution? 4 juin 2014 - Page 1 Au travers de la réforme des contrats responsables, Nexialog Consulting a souhaité

Plus en détail

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013 Point de situation ti Libéralisation des marchés électricité et gaz Ecube -6 décembre 2013, Auberge communale de Puidoux Xavier Righetti responsable de l unité étude énergétiques SILCom - Direction des

Plus en détail

Commissions Interbancaires de Paiement 2011

Commissions Interbancaires de Paiement 2011 www.sdi-pme.fr SYNDICAT DES INDÉPENDANTS Organisation interprofessionnelle patronale regroupant 25.000 artisans, commerçants, TPE et professionnels libéraux PANORAMA DES TPE Contact : Jean-Guilhem DARRÉ

Plus en détail

Enquête sur le télétravail (2010)

Enquête sur le télétravail (2010) Enquête sur le télétravail () Définition ANI, 9 juill., art. er étendu par Arr. mai, JO 9 juin " Le télétravail est une forme d'organisation et/ou de réalisation du travail, utilisant les technologies

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

Bulletin Focus. Démarrage d entreprise. Novembre 2013. Votre plan d affaires est-il le reflet de votre vision et de vos attentes?

Bulletin Focus. Démarrage d entreprise. Novembre 2013. Votre plan d affaires est-il le reflet de votre vision et de vos attentes? Démarrage d entreprise Novembre 2013 Bulletin Focus Votre plan d affaires est-il le reflet de votre vision et de vos attentes? Bien souvent considéré à tort comme une suite de chiffres plus ou moins fictifs

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

~AISSE D'EPARGNE D'ALSACE

~AISSE D'EPARGNE D'ALSACE ~AISSE D'EPARGNE D'ALSACE DEFINITION D'EMPLOI: Gestionnaire de Clientèle Patrimoniale Code emploi: Filière d'activité: Métier: Rôle: Ventes et Services -- Gestionnaire de Clientèle Spécialiste Clients

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA MAINTENANCE INFORMATIQUE

PRÉSENTATION DE LA MAINTENANCE INFORMATIQUE 1000. PRÉSENTATION DE LA MAINTENANCE INFORMATIQUE En informatique, la notion de maintenance n'est pas figée et comporte des prestations de natures forts différentes qui vont du simple dépannage des équipements

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCES POUR LA RÉDACTION DE PLAN D AFFAIRES

CADRE DE RÉFÉRENCES POUR LA RÉDACTION DE PLAN D AFFAIRES CADRE DE RÉFÉRENCES POUR LA RÉDACTION DE PLAN D AFFAIRES Préambule Le cadre de références pour la rédaction de plan d'affaires est un document de travail qui a pour but de vous guider dans la rédaction

Plus en détail

Scénarios d'évolution du prix de l'énergie et investissement dans les économies d'énergie

Scénarios d'évolution du prix de l'énergie et investissement dans les économies d'énergie Scénarios d'évolution du prix de l'énergie et investissement dans les économies d'énergie Comparatif en fonction de la performance des bâtiments et un peu de prospective... La plupart des retours d'expériences

Plus en détail

CONCOURS REGIONAL "CREATION D'ENTREPRISE" ILE-DE-FRANCE

CONCOURS REGIONAL CREATION D'ENTREPRISE ILE-DE-FRANCE CONCOURS REGIONAL "CREATION D'ENTREPRISE" Les Banques Populaires de la région parisienne ont fondé, en 1978 : avec la participation de l'association des Banques Populaires pour la Création d'entreprise,

Plus en détail

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année (Aucun document autorisé) Février 2010 Epreuve d Economie générale [2 heures] Questions de cours : A partir de vos connaissances de cours, répondez aux questions suivantes

Plus en détail

STATUTS L'ASSOCIATION ROMANDE DES METIERS DE LA BIJOUTERIE (ASMEBI)

STATUTS L'ASSOCIATION ROMANDE DES METIERS DE LA BIJOUTERIE (ASMEBI) STATUTS L'ASSOCIATION ROMANDE DES METIERS DE LA BIJOUTERIE (ASMEBI) DE Article premier CONSTITUTION ET DENOMINATION Sous la dénomination "Association romande des métiers de la bijouterie" (ASMEBI) il est

Plus en détail

Les Entreprises du Libre. Cartographie des Entreprises du Logiciel Libre du CNLL

Les Entreprises du Libre. Cartographie des Entreprises du Logiciel Libre du CNLL Les Entreprises du Libre Cartographie des Entreprises du Logiciel Libre du CNLL Page 2 AVANT PROPOS «Le Conseil National du Logiciel Libre a été créé en février 2010, par les grandes associations du Logiciel

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR L enquête L UFC-Que Choisir vient de réaliser une enquête sur les

Plus en détail

Instructions sur la manière de remplir la déclaration pour les associations et fondations 2011

Instructions sur la manière de remplir la déclaration pour les associations et fondations 2011 Instructions sur la manière de remplir la déclaration pour les associations et fondations 2011 Mesdames, Messieurs, Nous vous remettons, en annexe, la déclaration d impôt pour la période fiscale 2011.

Plus en détail

Gestion de la Relation Client (GRC)

Gestion de la Relation Client (GRC) Techniques de DM pour la GRC dans les banques Page 2 I.1 Introduction La gestion de la relation client est devenue un processus essentiel dans les institutions bancaires. Ils essaient toujours d améliorer

Plus en détail

FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS D ÉNERGIE : QUELLE DÉMARCHE ADOPTER?

FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS D ÉNERGIE : QUELLE DÉMARCHE ADOPTER? NOTE DE Note VEILLE de veille règlementaire REGLEMENTAIRE N 1 N 1 FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS D ÉNERGIE : QUELLE DÉMARCHE ADOPTER? SEPTEMBRE 2014 Document réalisé par : Marie Durand Ce document s inscrit

Plus en détail

Ouverture du marché de l électricité: Effets pour le canton de Berne

Ouverture du marché de l électricité: Effets pour le canton de Berne Condensé Ouverture du marché de l électricité: Effets pour le canton de Berne Etude commanditée par l Office fédéral de l énergie (OFEN) et la Direction des travaux publics, des transports et de l énergie

Plus en détail

POUR 2010, cap sur les compétences. L info du mois. Editorial. LETTRE MENSUELLE N 75 Novembre - Décembre 2009

POUR 2010, cap sur les compétences. L info du mois. Editorial. LETTRE MENSUELLE N 75 Novembre - Décembre 2009 ZITOUN LETTRE MENSUELLE N 75 Novembre - Décembre 2009 L info du mois > EDITORIAL Pour 2010, Cap sur les compétences > Loi sur la formation professionnelle > La portabilité du DIF > L emploi des seniors

Plus en détail

Watts et volt-ampères : comprendre les différences majeures

Watts et volt-ampères : comprendre les différences majeures Watts et volt-ampères : comprendre les différences majeures Par Neil Rasmussen Livre blanc n 15 Résumé de l'étude Ce document a pour objectif d'expliquer les différences entre les watts et les volt-ampères

Plus en détail

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Livre Blanc Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Sponsorisé par : Microsoft Sebastien Lamour mai 2014 QUELS SONT LES NOUVEAUX BENEFICES POTENTIELS ISSUS

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Les mutuelles de santé en 1999 : une typologie qui reflète des différences de résultats économiques et financiers

Les mutuelles de santé en 1999 : une typologie qui reflète des différences de résultats économiques et financiers 542 mutuelles de santé ont été étudiées à partir des caractéristiques de leur activité et de leur situation économique et financière en 1999. Elles représentent près de 90 % de l'activité mutualiste française

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation Niveau Code Module Intitulé Unité d Enseignement Objectifs B B AF 2 Agro-fourniture Agro-ressources Acquérir une connaissance approfondie du marché des céréales alimentaires et non alimentaires dans un

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail