Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 2 de 57

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 2 de 57"

Transcription

1

2 Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 2 de 57

3 Table des matières Sommaire exécutif 4 Recommandations 9 Introduction 11 Des objectifs globalement partagés 12 Une politique qui doit appuyer le secteur manufacturier 14 Une entreprise qui évolue dans un marché mondial en évolution 22 Rentabilité mise à mal 22 L aluminium : un choix stratégique pour le Québec 24 L apport des usagers grande puissance à l économie du Québec 24 Achats d électricité auprès d Hydro-Québec 28 Le tarif L, structure et coût réel 30 Ramener le tarif L au premier quartile 35 Les bénéfices 37 L approvisionnement post Efficacité énergétique 41 La fiabilité du réseau 42 L approvisionnement en gaz naturel 44 Conclusion 46 Annexe 1 Rio Tinto et Rio Tinto Alcan : leader de l aluminium dans un grand groupe minier 47 Annexe 2 Un géant au cœur québécois 48 Rio Tinto Alcan, le plus grand producteur privé d hydroélectricité au Québec 49 AP60 : le futur de l aluminium se conjugue au Québec 50 Annexe 3 - Des retombées dans toutes les régions 52 Annexe 4 - Bureau de développement économique régional 54 Annexe 5 Centre de recherche et développement Arvida (CRDA) 56 Annexe 6 L aluminium et la réduction des émissions dans le secteur du transport 57 Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 3 de 57

4 Sommaire exécutif Rio Tinto Alcan (RTA) remercie la Commission d entendre son point de vue sur le renouvellement de la politique énergétique du Québec. Cette discussion est pertinente dans un contexte où : Le gouvernement veut réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) du Québec d ici un objectif accepté et sur lequel nous insistons, l aluminium étant une solution durable pour l atteinte de cet objectif. L environnement énergétique nord-américain a été transformé par l arrivée massive de gaz et de pétrole de schiste alors que le Québec est en situation de surplus énergétique. La concurrence internationale et une économie mondiale en difficulté présentent des opportunités, mais commandent aussi la prudence afin de préserver nos entreprises et ne pas ajouter à leur fardeau tarifaire, réglementaire et fiscal. Cette discussion est de première importance pour RTA qui est notamment : le plus important producteur privé d électricité au Québec; le plus important transporteur privé d électricité à haute tension; un important client «grande puissance» d Hydro-Québec; le plus important consommateur de gaz naturel au Québec; un important employeur privé au Québec, qui y assure une présence industrielle en région depuis plus de 100 ans; une entreprise manufacturière québécoise de taille mondiale ayant investi largement au Québec et qui a des options de croissance; un leader de la R&D dans le secteur de la production d aluminium par sa technologie AP60; et un leader en matière de développement durable et de réduction des gaz à effet de serre. *** Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 4 de 57

5 Dans le cadre de ces consultations, Rio Tinto Alcan vise à ce que la nouvelle politique énergétique du Québec lui assure un approvisionnement stable en énergie, à coût prévisible et concurrentiel, lui permettant de poursuivre un développement de ses activités au bénéfice de ses employés, des communautés où elle est présente et du Québec tout entier. Par ce mémoire, Rio Tinto Alcan : Fera valoir l apport structurant de ses activités sur l économie du Québec et l envergure de ses projets : 100 ans d histoire, des dizaines de milliards de dollars investis et à investir; employés, majoritairement en région; Démontrera que le prix de l électricité vendue aux alumineries québécoises n est plus concurrentiel à l échelle internationale : le prix offert aux alumineries, de 4,25 /kwh, place les coûts de l énergie payés par l industrie de l aluminium dans le 4 e et dernier quartile, une position insoutenable; Fera la démonstration de la possibilité économique et de la pertinence stratégique pour le Québec de réduire significativement ce prix et de le repositionner au 1 er quartile pour ainsi attirer de nouveaux investissements et donner un nouvel élan à l industrie de l aluminium et à l économie québécoise. Les objectifs du gouvernement Rio Tinto Alcan s étonne que le premier objectif énoncé dans le document de consultation publique soit la réduction des gaz à effet de serre. En effet, il apparaît à l entreprise que la future politique énergétique du Québec doit rechercher en priorité à contribuer à la prospérité des Québécois par des choix judicieux et stratégiques en matière d énergie afin de soutenir et stimuler un développement économique durable et créateur de richesse. Rio Tinto Alcan partage et participe à plusieurs des objectifs avancés par le document de consultation sur les enjeux énergétiques du Québec. Ces objectifs font d ailleurs partie des priorités de l entreprise. Soulignons entre autres qu au niveau de la réduction des gaz à effet de serre, Rio Tinto Alcan atteint les objectifs du Protocole de Kyoto. En matière d efficacité énergétique, les efforts de Rio Tinto Alcan lui ont valu le statut de membre Élite du réseau Écolectrique d Hydro-Québec. Et en matière d électrification des transports, l utilisation de l aluminium est un incontournable et est partie prenante de la solution, tout particulièrement dans le secteur de l automobile. Soutien au secteur manufacturier Rio Tinto Alcan déplore le manque d intérêt du gouvernement envers le secteur manufacturier dans son document de consultation. Alors que la part des industries de fabrication dans le PIB du Québec est passée de 22,9 % en 2000 à 14,1 % en 2012, l emploi dans le secteur manufacturier suivait une courbe presque semblable. Ce secteur fournissait 18,5 % des emplois de la main-d œuvre québécoise en 2000, contre 12,5 % en Les économies les plus performantes du monde comptent sur un secteur manufacturier en santé puisqu il maximise la croissance de l emploi, procure des salaires élevés, augmente positivement la balance commerciale d une économie et dépense plus en recherche et développement que quiconque. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 5 de 57

6 L aluminium, valeur ajoutée à l énergie : un matériau d avenir Dans la foulée d une électrification des transports et d une réduction des GES, l aluminium, par ses propriétés physiques : légèreté, recyclable à l infini, la chaîne de valeur de l expertise québécoise et de son électricité propre et renouvelable et l aluminium est un avantage concurrentiel manifeste pour le Québec. Le succès du Québec dans le domaine de l aluminium démontre d ailleurs l impact du levier énergétique comme facteur de création de richesse pour tous les Québécois. En 2010, les expéditions québécoises d aluminium sur les marchés étrangers ont représenté une valeur de 6,2 milliards de dollars, ce qui en fait le premier domaine d exportation du Québec. Un contexte économique difficile mais optimiste La conjoncture actuelle de l aluminium est difficile. Les inventaires à l échelle mondiale s accumulent et les prix sont bas. L aluminium qui se vendait dollars la tonne avant l éclatement de la crise financière de 2008 ne valait que dollars la tonne en 2009 et oscille aujourd hui autour de dollars la tonne. L impact de cette dépréciation de l aluminium est énorme. La conjoncture actuelle ne change toutefois pas les perspectives à long terme. La demande mondiale hors Chine pour l aluminium devrait croître à un rythme de 4 à 5 % par année. Les grands consommateurs d électricité enrichissent le Québec Les usagers du tarif grande puissance d Hydro-Québec que sont les alumineries, les entreprises du secteur des pâtes et papiers, le secteur de la sidérurgie, de la pétrochimie et les mines, contribuent à hauteur d environ 14 milliards au PIB du Québec, environ 4 % du total. Leurs activités génèrent pour le gouvernement des revenus fiscaux annuels de quelque 4 milliards de dollars, soit 6 % de l ensemble des recettes fiscales de l État québécois. L industrie de l aluminium : plus sensible au coût de l énergie Parmi les grands consommateurs d énergie, l industrie de l aluminium est celle qui dépend le plus d un accès à de l électricité à coût compétitif : d abord à cause de l importance des coûts d énergie dans leurs coûts de fonctionnement - de 25 à 30 %, et parce que ce sont des entreprises qui exportent environ 70 % de leur production et qui évoluent, de ce fait, dans un marché mondial. Le tarif L n est plus concurrentiel Le tarif L est actuellement de 4,25 cents / kwh pour les grands consommateurs livrés à haute tension. Ce tarif de 4,25 cents / kwh place les coûts d électricité du Québec dans le quatrième quartile de l industrie mondiale de l aluminium. Cela signifie que pour près des trois-quarts des installations de production d aluminium dans le monde, le tarif de l électricité est plus faible que celui maintenant demandé au Québec. Soulignons que depuis l adoption de l actuelle politique énergétique du Québec, en 2006, aucun projet d investissement au tarif L n a été réalisé au Québec. Ce tarif n est donc plus un argument de vente pour le Québec. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 6 de 57

7 Le tarif L est trop élevé en regard du coût de production réel d Hydro- Québec La Régie de l énergie établit le tarif L à partir d un coût pour son bloc patrimonial de 2,79 cents / kwh. Pour établir ce coût de production, la Régie de l énergie se base sur le prix fixé par la loi en Une étude indépendante réalisée pour le compte de Rio Tinto Alcan selon la méthode utilisée par la Régie de l énergie du Québec, établit aujourd hui le coût réel de production de cette électricité à 2,27 cents / kwh pour l ensemble du parc d Hydro-Québec, et à 1,79 cents pour le parc historique. La différence est imposante et il en résulte un prix insoutenable pour notre industrie. L écart s explique notamment par l amortissement des grands barrages d Hydro-Québec payés par les usagers québécois et par la baisse du coût du capital d Hydro-Québec. Ainsi, le rendement requis pour permettre à Hydro-Québec de rembourser ses emprunts et l investissement de son actionnaire, le gouvernement du Québec, est passé de 9,8 % en 2001 à 6,7 % aujourd hui. Ramener le prix de l électricité au rang des meilleurs Rio Tinto Alcan propose au gouvernement de diminuer le prix de l électricité offerte aux alumineries et de le positionner dans le premier quartile des coûts de l industrie. Cette hypothèse longuement murie et étudiée est basée sur les coûts réels de production et de transport d Hydro- Québec. Elle permettra au gouvernement d atteindre ses cibles budgétaires et de participer de manière constructive au développement économique de la province. L occasion stratégique de procéder à un ajustement à la baisse est d autant plus grande, que même avec un prix réduit, les revenus du gouvernement demeureraient supérieurs aux revenus tirés de l exportation d énergie au cours des dernières années ainsi que du revenu espéré dans les années à venir. De plus, cet objectif proposé au gouvernement n est pas différent de la discipline que Rio Tinto Alcan s impose à ellemême, ayant retiré plus de tonnes de capacité de production dans le monde, avec notamment l arrêt de production anticipée de l Usine Shawinigan, le tout dans le but d assurer sa compétitivité à long terme. Rio Tinto Alcan propose au gouvernement de l accompagner dans cette transition. Une occasion stratégique Rio Tinto Alcan estime que la nouvelle politique énergétique du Québec doit affirmer la volonté de l État québécois d utiliser à des fins stratégiques de développement économique le levier que représente son énergie renouvelable de source hydroélectrique. Un tel positionnement est d autant plus possible que le Québec se retrouve actuellement en situation de surplus d énergie, que la valeur des exportations d électricité vers les États-Unis est en baisse, et que l entrée en service prochaine des aménagements hydroélectriques de la Romaine ajoutera au portefeuille d Hydro-Québec. Les bénéfices À travers le monde, les pays qui ont vu leur industrie de l aluminium connaître la plus forte croissance ont en commun des tarifs d électricité plus bas que ceux demandés au Québec. Cela vaut pour le Moyen- Orient, mais aussi pour des pays comme l Islande, la Norvège ou l Australie qui peuvent être comparés au Québec sur le plan des charges sociales et du fardeau fiscal. En abaissant le prix de l électricité pour le ramener dans le premier quartile, le Québec pourrait éviter de perdre son 4 e rang de producteur à l échelle mondiale et se hisser parmi les sociétés occidentales où l industrie de l aluminium est promise à une croissance des plus dynamiques. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 7 de 57

8 Efficacité énergétique Depuis quelques années, les grandes entreprises électro-intensives sont privées des programmes d efficacité énergétique d Hydro-Québec. Étant donné les cibles élevées du gouvernement à cet égard et le potentiel que recèle notre secteur industriel, il est grand temps que le ministère des Ressources naturelles prenne les devants et remédie à cette lacune. Fiabilité des réseaux de transport d électricité L adoption de normes de fiabilité obligatoires donnant lieu à des sanctions élevées augmente inutilement le risque d affaires des entreprises, sans pour autant augmenter la fiabilité des réseaux de transport d électricité qui existaient déjà. Pire, elle cherche à placer Rio Tinto Alcan en situation conflictuelle envers Hydro-Québec, en mettant un frein au climat de collaboration qui leur a si bien réussi par le passé. Il est temps de prendre nos distances du régime policier américain et de revoir le système québécois. Protéger l approvisionnement en gaz naturel Environ 17 % des besoins en énergie de Rio Tinto Alcan sont comblés par le gaz naturel pour sa raffinerie d alumine Vaudreuil, au Complexe Jonquière, pour ses centres de coulée, pour des fours à cuisson d anode et pour le chauffage de certaines de ses installations. Or, l accès à la partie ontarienne du pipeline de TransCanada Pipelines est entravé, de telle sorte que durant l hiver les usines situées au Complexe Jonquière, à Saguenay ont subi 38 interruptions de service. Cette situation est inacceptable et ne va que s aggraver avec le projet Énergie Est de TransCanada qui prévoit la conversion au transport du pétrole de l Ouest une section du pipeline principal de transport de gaz naturel. Rio Tinto Alcan presse le gouvernement du Québec d intervenir auprès des autorités concernées afin de protéger les conditions nécessaires à l approvisionnement en gaz naturel du Québec à prix concurrentiel. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 8 de 57

9 Recommandations Afin d appuyer le développement de l industrie québécoise de l aluminium, qui représente un des plus grands succès industriels au Québec et dont les impacts structurants bénéficient à toute la collectivité, Rio Tinto Alcan recommande au gouvernement de : Réaffirmer le lien historique entre la politique énergétique et le développement économique régional, notamment pour le retour d un secteur manufacturier florissant. Utiliser stratégiquement le levier de l énergie du Québec en fonction de l importance des coûts d énergie pour les entreprises et leur exposition aux marchés mondiaux. Offrir aux grandes entreprises électro-intensives comme les alumineries un bloc d énergie à un prix permettant d attirer au Québec des investissements structurants et d assurer l avenir et la croissance dans les régions du Québec. Réaffirmer sa volonté d offrir une énergie compétitive dédiée à la croissance du secteur de l aluminium, moteur économique du Québec, qui le place dans le premier quartile de l industrie. Offrir dans les meilleurs délais, par le biais du ministère des Ressources naturelles, des programmes en efficacité énergétique ciblés permettant de puiser les gains recherchés dans le potentiel de la grande industrie électro-intensive. Modifier le régime actuel de sanctions des normes de fiabilité des réseaux pour supprimer un risque inéquitable causé aux entreprises et renforcer le partenariat avec Hydro-Québec. Agir immédiatement auprès des autorités et des entreprises concernées afin de protéger l approvisionnement en gaz naturel compromis par le projet Énergie Est de TransCanada Pipelines. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 9 de 57

10 Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 10 de 57

11 Introduction Le gouvernement du Québec a entrepris une discussion publique afin de mettre à jour la politique énergétique du Québec, qui date de Des changements importants, survenus dans les dernières années, justifient cette réflexion collective sur les implications économiques, environnementales et sociales de nos choix en matière d énergie. Cette discussion sera teintée par plusieurs facteurs internes et externes qui viendront influencer les choix du Québec. Trois éléments doivent ainsi être considérés comme toile de fond de ces consultations : L objectif du gouvernement du Québec de réduire de 20 % (et non 25 % 1) les émissions québécoises de gaz à effet de serre d ici 2020, soit la cible la plus ambitieuse en Amérique du Nord. La transformation de l environnement énergétique nord-américain, principalement provoquée par le boum de la production de gaz et de pétrole de schiste aux États-Unis, ainsi que l émergence de surplus d électricité due à une diminution de la consommation industrielle au Québec et à une baisse de valeur des exportations vers les États-Unis liée à ce boum gazier. Une concurrence internationale très vive dans une économie mondiale en difficulté. Un tel contexte présente des opportunités pour le Québec, mais commande aussi la prudence afin de préserver le caractère concurrentiel de nos entreprises et ne pas ajouter à leur fardeau tarifaire, réglementaire et fiscal. Cette discussion revêt un intérêt capital pour Rio Tinto Alcan puisqu il est tout à la fois : le plus important producteur privé d électricité au Québec; le plus important transporteur privé d électricité à haute tension; un important client «grande puissance» d Hydro-Québec; le plus important consommateur de gaz naturel au Québec; l un des plus importants employeurs privés au Québec, qui y assure une présence industrielle en région depuis plus de 100 ans; l une des rares entreprises manufacturières québécoises de taille mondiale ayant des options de croissance représentant plusieurs milliards de dollars; un leader de la R&D dans le secteur de la production d aluminium par sa technologie AP; et un leader québécois en matière de développement durable et de réduction des gaz à effet de serre (GES). Rio Tinto Alcan remercie le gouvernement de prendre en considération son point de vue dans ce dossier complexe. 1 La cible acceptée est présentement de 20 %. L énoncé d une nouvelle cible de 25 % dans un document de consultation sur l énergie peut surprendre et inquiéter. Il n est pas opportun de changer un tel objectif, déjà ambitieux, pour le porter plus haut sans une évaluation des impacts importants qui en résulteront pour le Québec, ses entreprises et ses emplois. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 11 de 57

12 Des objectifs globalement partagés Rio Tinto Alcan partage et participe à plusieurs des objectifs avancés par le document de consultation sur les enjeux énergétiques du Québec. Ces objectifs font d ailleurs partie des priorités de l entreprise. Que ce soit au niveau de la réduction des gaz à effet de serre, l électrification des transports et l efficacité énergétique, Rio Tinto Alcan est prêt à s engager à poursuivre ses efforts et atteindre des résultats tangibles. Depuis 1990, les émissions totales de GES de Rio Tinto Alcan au Québec ont diminué de 50 % pendant que la production d aluminium augmentait de 50 %. Rio Tinto Alcan a endossé et atteint les objectifs du Protocole de Kyoto. La nouvelle cible de 25 % n a fait l objet ni d un débat ni d un consensus et risque d amener le gouvernement à se tourner vers l industrie si le secteur du transport n atteint pas les réductions espérées. Ceci placerait les objectifs environnementaux seuls, avant le développement économique, en porte-àfaux avec ses objectifs de développement durable. Les mesures d efficacité énergétique de Rio Tinto Alcan ont permis une économie d énergie de 267 GWh, soit l équivalent de la consommation annuelle de ménages. Rio Tinto Alcan est reconnu comme un leader en efficacité énergétique. Il est membre Élite du réseau Écolectrique d Hydro-Québec. Il a reçu le prix Énergia de l AQME et le prix Innovation de l ADRIQ. Il est partenaire de chaires de recherche de l Université de Sherbrooke, de l École des Hautes études commerciales (HEC- Montréal) et d entreprises solidement engagées en efficacité énergétique. Rio Tinto Alcan appuie le projet structurant que représente l électrification des transports pour le Québec. Rio Tinto Alcan croit d autre part qu un surplus d énergie propre représente une occasion unique pour le Québec de se donner un avantage concurrentiel afin d attirer de nouveaux projets industriels et de faciliter l essor des entreprises manufacturières existantes. L utilisation de l aluminium est en forte croissance dans le secteur du transport, tout particulièrement dans le secteur de l automobile. En Amérique du Nord, les véhicules actuels contiennent en moyenne 155 kg d aluminium par véhicule et devraient en contenir 250 kg en Cette augmentation s explique en partie par le fait que les constructeurs utilisent de plus en plus l aluminium pour réduire le poids des véhicules dans le but de rencontrer les standards de consommation de carburants qui devront passer de 11,56 km au litre en 2011 à 23,15 km au litre en Ducker Worldwide 2011, p p.5. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 12 de 57

13 Cette croissance bénéficiera au Québec d un point de vue économique, puisqu une part importante de notre production d aluminium est destinée au marché de l industrie de l automobile nord-américain. Cela aura également un impact important sur les émissions de GES du secteur du transport car l aluminium vient de plus en plus remplacer l acier, un métal trois fois plus lourd. Et on le sait bien, un véhicule plus léger consomme moins de carburant puisqu il nécessite moins d énergie pour accélérer. De plus, plusieurs composantes, telles que le moteur et les freins, peuvent être réduites, ce qui réduira encore davantage les émissions. Une récente étude conduite pour l Aluminium Association Transportation Group a démontré que le poids d une Toyota Venza pouvait être réduit de 28 % grâce à un changement de design maximisant l aluminium. Les émissions totales de GES sur la vie de chaque véhicule pourraient ainsi être réduites de 15 tonnes de CO 2 e 4. À l échelle du Québec, cela représente un potentiel de réduction de 75 millions de tonnes de CO 2 e 5. L automobile n est pas le seul moyen de transport où l aluminium réduit les émissions. La même logique de substitution s applique pour les autobus urbains et les véhicules lourds. En effet, dans le cas du transport de marchandises lourdes, chaque tonne d aluminium remplaçant une tonne d acier permet une économie moyenne de 20 tonnes de CO 2 e 6 sur la durée de vie du véhicule puisqu il pourra transporter une cargaison plus importante, tout en respectant les limites de poids sur les routes. Dans le cas d un autobus urbain, l économie est encore plus grande puisque le véhicule est constamment en mode arrêtdépart (40 à 45 tonnes de CO 2 e économisées par tonnes d aluminium) 7. De plus, si on utilise de l aluminium québécois, on réduit encore plus les émissions (potentiellement jusqu à 10 tonnes de CO 2 e de réductions additionnelles par tonne d aluminium utilisée) en raison de la faible empreinte de notre aluminium en comparaison avec la moyenne de l industrie. Dans le cas des avions et des trains à grande vitesse, le potentiel de réductions des émissions liées à l utilisation accrue de l aluminium ne passe pas par la substitution de certains métaux, puisque ces véhicules ont déjà un fort contenu en aluminium 8. Dans ce secteur, la contribution future de notre industrie passera plutôt par le développement d alliages plus légers et plus performants, tel que l aluminium-lithium, qui aidera notamment à réduire les émissions de GES des avions de la série C de Bombardier. Notons que Rio Tinto Alcan, avec son Centre de recherche et de développement Arvida, participe activement au développement de ces nouveaux alliages pour le marché de l aéronautique et de l aviation. Finalement, l utilisation croissante de l aluminium facilitera l adoption des voitures et des autobus électriques puisque la réduction du poids du véhicule permet également une réduction des dimensions de la batterie, ce qui a pour effet de réduire le coût de fabrication du véhicule 9. Malgré tout ceci, Rio Tinto Alcan s étonne que le premier objectif de la future politique énergétique du gouvernement soit la réduction des gaz à effet de serre. Ne serait-ce pas là le premier objectif d une politique environnementale? 4 p.9 et 14, pour une durée de vie de km de véhicules. 6 p p p.15. Voir aussi annexe 6 au présent mémoire. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 13 de 57

14 Si Rio Tinto Alcan souscrit à cet objectif et assume un leadership en matière de réduction des GES, il lui apparaît que la future politique énergétique du Québec doit chercher en priorité à contribuer à la prospérité des Québécois par des choix judicieux et stratégiques en matière d énergie afin de soutenir et stimuler un développement économique durable et créateur de richesse. Cet axe traditionnel, qui a forgé le Québec moderne, celui de l énergie comme levier de prospérité, est relégué au second plan. Agissant en rupture avec des décennies d histoire, le gouvernement semble voir l énergie comme un mal nécessaire plutôt que comme une ressource pouvait porter le progrès de notre société. Une politique qui doit appuyer le secteur manufacturier Rio Tinto Alcan recommande : De réaffirmer le lien historique entre la politique énergétique et le développement économique régional, notamment pour le retour d un secteur manufacturier florissant. Cette future politique énergétique devra notamment traduire un souci du gouvernement à l égard du secteur manufacturier. Un secteur manufacturier fort contribue plus que tout autre au développement économique. Il s agit du segment économique qui possède l effet multiplicateur le plus important. Ainsi, pour chaque emploi dans le secteur manufacturier, trois emplois non-manufacturiers sont créés. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 14 de 57

15 Dans les pays où ce secteur constitue 20 % du PIB, il représente de 60 à 90 % à des exportations dans les pays de l OCDE. Enfin, c est le secteur qui investit le plus en R&D. Encore pour les pays de l OCDE où le secteur atteint 20 % du PIB, le secteur génère plus de 80 % des dépenses en R&D. Dans une société qui se veut de plus en plus innovante, c est un atout clef. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 15 de 57

16 Or, la part des industries de fabrication dans le PIB du Québec est passée de 22,9 % en 2000 à 14,1 % en Et les emplois dans le secteur manufacturier ont suivi une courbe presque semblable. Alors que ce secteur fournissait 18,5 % des emplois de la main-d œuvre québécoise en 2000, il n en fournit plus que 12,5 % en Dans cette chute alarmante, des secteurs entiers ont été presque décimés. 10 Source : Institut de la statistique du Québec 11 Ibid. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 16 de 57

17 Ce déclin du secteur manufacturier fragilise l économie québécoise toute entière. Les économies les plus performantes du monde comptent sur un secteur manufacturier en santé dont le seuil ne devrait pas baisser sous la barre des 20 %. Les entreprises de fabrication représentent un segment stratégique de l économie, parce qu elles fournissent de bons emplois, parce qu elles mettent en œuvre la capacité d innovation d une société et parce qu elles sont un trait d union entre les secteurs des ressources et des services. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 17 de 57

18 Or, dans le secteur manufacturier plus que tout autre, le prix et la disponibilité de l énergie peuvent faire la différence entre grandir et périr. Le document de consultation du gouvernement est à toutes fins pratiques silencieux sur cet enjeu stratégique d importance, se limitant au vague souhait «d attirer et développer des entreprises manufacturières à valeur ajoutée», figurant en page 68. Rio Tinto Alcan s inquiète vivement du manque d intérêt pour le secteur manufacturier dans le document de consultation. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 18 de 57

19 Le cas de nos voisins du sud Les États-Unis, sensibles à cette même problématique, relancent leur secteur manufacturier basé sur deux constats : l écart des coûts de main-d œuvre avec la Chine diminue et le prix de l énergie peut servir de moteur de relance. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 19 de 57

20 Un impact économique structurant sur l économie du Québec Aluminerie Arvida, Centre technologique AP60 : le futur de l aluminium se conjugue au Québec Rio Tinto Alcan réalise au Québec des investissements qui sont parmi les plus importants de l industrie. En tête de liste soulignons celui de l Aluminerie Arvida, Centre technologique AP60, l appellation officielle de cette usine pilote située au Complexe Jonquière. Cette installation est présentement en démarrage, le premier lingot d aluminium y ayant été produit le 7 septembre dernier. Cette plateforme expérimentale à l échelle industrielle est une vision du futur de l industrie. Elle repose sur une technologie exclusive à Rio Tinto Alcan développée au Québec et en France. Dans son appellation, le chiffre 60 évoque sa puissance sans précédent de ampères. Cette puissance, toute en énergie propre, fait de cette usine la plus moderne, parmi les plus efficaces et écologiques au monde. Chaque cuve produira 40 % plus d aluminium que les cuves de générations précédentes. Cette usine, qu on viendra visiter de partout dans le monde, a été construite au cours des cinq dernières années grâce à un investissement de 1,2 milliard $, dont 50 % ont été dépensés au Saguenay Lac-Saint-Jean et 75 % au Québec. Même si le chantier AP60 a été un très gros chantier comportant plusieurs risques, ses performances en santé-sécurité figurent parmi les meilleures de l industrie de la construction au Québec. Un exemple concret est l atteinte d un jalon remarquable de d heures sans accident consignable. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 20 de 57

21 Le Bureau de développement économique régional : l engagement, selon Rio Tinto Alcan Afin de maximiser l impact régional de ses activités dans les communautés où elle est présente, Rio Tinto Alcan a mis sur pied il y a dix ans son tout premier Bureau de développement économique régional 1. Nous sommes la seule entreprise au Québec dotée d un tel outil ayant pour mission de renforcer l économie locale en favorisant la diversification économique, le développement des liens d affaires entre des partenaires (réseautage) et le développement durable. Ce bureau est un partenaire des communautés offrant à des entreprises locales des services techniques et financiers aidant à leur démarrage ou à leur croissance. Ce ne sont pas ici que de vaines paroles. Rio Tinto Alcan a démontré ses convictions lors de ses deux plus importants investissements au Québec : les dépenses au Québec lors de la construction de la première phase de l Aluminerie Arvida, Centre technologique AP60, atteignent 912 millions de dollars sur un total de 1,2 milliard de dollars. De la même manière, la construction de la 13 e turbine à la centrale hydroélectrique de Shipshaw, un investissement de plus de 282 millions de dollars dont 60 % ont été dépensés au Saguenay Lac-Saint-Jean et 92 % ont été dépensés ici, au Québec, des résultats dont peu de grands chantiers peuvent se targuer. Le CRDA : l un des plus importants centres de R&D privés au Canada Rio Tinto Alcan est reconnu à travers le monde pour son leadership technologique et sa capacité d innovation, qui se révèlent dans la mise au point de la technologie AP60, mais qui s expriment aussi dans toutes les facettes de l entreprise. Parmi ses réalisations, le CRDA est directement responsable de la mise au point de technologies antipollution et de procédés d efficacité énergétique qui ont permis à Rio Tinto Alcan (et aux autres alumineries opérant la technologie AP) d augmenter sa production de 50 % depuis 1990 tout en diminuant d autant les émissions de gaz à effet de serre liées à ses opérations. 1 Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 21 de 57

22 Une entreprise qui évolue dans un marché mondial en mutation Rio Tinto Alcan recommande : D utiliser stratégiquement le levier de l énergie du Québec en fonction de l importance des coûts d énergie pour les entreprises et leur exposition aux marchés mondiaux. Les retombées des activités de Rio Tinto Alcan sont majeures, nombreuses et structurantes pour le Québec. Elles s appuient sur des relations étroites avec la communauté. Rio Tinto Alcan est une entreprise internationale qui valorise son enracinement local. Mais la réalité de Rio Tinto Alcan est également celle d une entreprise qui évolue dans un marché mondial tributaire de la situation économique internationale. Les alumineries sont des partenaires de confiance pour les Québécois. Elles sont présentes depuis plus de 100 ans. Elles investissent à long terme. Elles sont ici pour rester. Mais si l environnement dans lequel elles évoluent n est plus concurrentiel à l échelle mondiale, ce sont d autres pays qui s accapareront la croissance de la demande et bénéficieront des retombées qui y sont associées. Cette perte de vitesse du Québec dans le monde de l aluminium est déjà débutée, notamment lorsque les pays concurrents possèdent des avantages concurrentiels au niveau des coûts d investissement ou de la main-d œuvre. Dans cette industrie où le mot clé est «énergie», la relation est directe : plus l énergie est concurrentielle, plus la croissance est forte. Rentabilité mise à mal Dans les mois suivant l éclatement de la crise économique et financière en 2008, le prix de l aluminium a plongé de 60 %. Après un regain d optimisme en 2010 puis, en 2011, de nouvelles inquiétudes ont surgi, principalement en provenance d Europe avec l éclatement de problèmes liés à l endettement des États. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 22 de 57

23 Variation du prix de l aluminium (US$/tonne) 12 La crise européenne et la faiblesse de la reprise américaine ont participé à un ralentissement de la croissance des pays émergents, notamment en raison de la diminution des achats de biens manufacturés en Asie. L économie mondiale tourne aujourd hui au ralenti et son plein rétablissement prendra du temps. Dans cette mouvance, les inventaires d aluminium s accumulent et les prix sont bas. La tonne d aluminium qui se vendait dollars avant l éclatement de la crise financière de 2008 ne valait que dollars en 2009 et oscille toujours autour de dollars la tonne au moment d écrire ces lignes, en septembre L impact de cette dépréciation de l aluminium est énorme. Depuis le début de l année 2013, l aluminium a perdu 350 dollars la tonne. Pour Rio Tinto Alcan, cela correspond à une perte annuelle de revenus de plus de 525 millions de dollars, et cela en quelques mois seulement. 12 London Metal Exchange (www.lme.com/en-gb/metals/non-ferrous/aluminium/#tab2 ). Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 23 de 57

24 L aluminium : un choix stratégique pour le Québec L industrie de l aluminium est confrontée à une conjoncture défavorable. Toutefois, la force de ces vents contraires ne change en rien les perspectives à long terme de l industrie. Selon Rio Tinto Alcan, la demande mondiale hors Chine pour l aluminium devrait croître à un rythme moyen de 4 à 5 % par année. Plusieurs facteurs soutiennent cette prévision. Rio Tinto Alcan et l industrie envisagent l avenir avec confiance. Mais pour traverser les turbulences actuelles et pour profiter du retour à la croissance, Rio Tinto Alcan doit évoluer avec une structure de coûts et dans un environnement fiscal et réglementaire qui lui permettent de faire face à une concurrence internationale extrêmement vive. Dans cet esprit, la question du coût de l énergie, premier intrant dans la fabrication de l aluminium, est éminemment stratégique. L apport des usagers grande puissance à l économie du Québec Les grands consommateurs d électricité, dont fait partie Rio Tinto Alcan, sont malgré tout mal perçus par le public en général. Ils sont pourtant parmi les plus grands contributeurs à la prospérité du Québec. Grâce à l énergie et au savoir-faire de notre main-d œuvre, le Québec s est hissé parmi les leaders d une industrie mondiale pleine d avenir. Et cette industrie est payante pour le Québec. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 24 de 57

25 En 2010, les expéditions québécoises d aluminium sur les marchés étrangers ont représenté une valeur de 6,2 milliards de dollars, ce qui en fait le premier domaine d exportation du Québec 13, partageant ce premier rang, en alternance, avec l industrie aéronautique, loin devant tous les autres secteurs 14. Les alumineries, les entreprises du secteur des pâtes et papiers, le secteur de la sidérurgie, de la pétrochimie et les mines, contribuent à hauteur d environ 14 milliards de dollars au PIB du Québec, environ 4 % du total. Leurs activités génèrent pour le gouvernement des revenus fiscaux annuels directs de quelque quatre milliards de dollars, soit 6,3 % de l ensemble des recettes fiscales de l État québécois. Parmi les grands consommateurs d énergie, l industrie de l aluminium est celle qui dépend le plus d un accès à de l électricité à coût compétitif : d abord à cause de l importance de l énergie dans ses coûts d opération, soit d environ 25 à 30 %, et ensuite, parce que ce sont des entreprises qui exportent environ 70 % de leur production et qui évoluent, de ce fait, dans un marché mondial. 13 Institut de la statistique du Québec, Principaux produits d exportation, Québec, 2010, 14 Valeur des exportations de marchandises, selon les secteurs du SCIAN1, Québec, , Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 25 de 57

26 L aluminium est particulièrement exposée aux conditions de marché, tant pour la vente de son produit que sa structure de coûts. De fait, en devise associée à ses revenus, le coût effectif du tarif L a augmenté de 85 % en 10 ans. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 26 de 57

27 L aluminium est, comme on le constate à l étude, sensible à ces facteurs comme nulle autre industrie présente au Québec. Dis autrement, l aluminium est l industrie qui souffre le plus du prix élevé de l électricité. Elle est aussi celle qui répond positivement le mieux à un prix compétitif. Dans la lignée de ce qui a été largement documenté dans le cadre du régime carbone, le Québec a tout intérêt à cibler l utilisation stratégique de son levier énergétique en relation avec ce qu on a appelé, en anglais, les «energy intensive, trade exposed enterprises», en raison du degré d exposition des entreprises envers le coût de l électricité et du marché extérieur. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 27 de 57

28 Achats d électricité auprès d Hydro-Québec Rio Tinto Alcan recommande : D offrir aux grandes entreprises électro-intensives comme les alumineries un bloc d énergie à un prix permettant d attirer au Québec des investissements structurants et d assurer l avenir et la croissance dans les régions du Québec. Rio Tinto Alcan est un important producteur d électricité mais, pour combler ses besoins, est aussi un important client d Hydro-Québec. Pour ses propres usines, Rio Tinto Alcan achète environ 10 % de son électricité auprès d Hydro-Québec. À cela s ajoutent les contrats des alumineries Alouette à Sept-Îles et ABI à Bécancour, dont Rio Tinto Alcan est respectivement partenaire à 40 % et 25 %. Enfin, pour croître, Rio Tinto Alcan estime qu elle aura besoin de consommer 225 MW additionnels, sinon un autre 400 MW pour ses projets potentiels à Arvida et Alma. Mises ensemble, les alumineries du Québec achètent présentement pour quelque 750 millions de dollars d électricité auprès d Hydro-Québec à chaque année, ce qui participe de façon substantielle au dividende qu Hydro-Québec verse au gouvernement du Québec pour le bénéfice de l ensemble des Québécois 15. Ces ventes d électricité aux alumineries sont faites en fonction de contrats basés sur le tarif grande puissance d Hydro-Québec, le tarif L, ajusté pour certains utilisateurs selon des considérations particulières telles le cours de l aluminium ou des devises ou encore en fonction de l inflation. Le tarif L est actuellement fixé à 4,25 cents le kilowattheure pour les grands consommateurs livrés à haute tension. Ce tarif de 4,25 cents positionne le Québec dans le quatrième et dernier quartile des coûts de l énergie de l industrie de l aluminium. Cela signifie que pour trois-quarts des installations de production d aluminium, le prix de l électricité est plus faible que celui demandé au Québec. 15 Voir le mémoire de l Association de l aluminium du Canada à la Commission sur les enjeux énergétiques pour le détail de ces achats et de leur impact positif pour le Québec. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 28 de 57

29 Sources : CRU, Hydro-Québec, Régie de l énergie La comparaison des coûts d énergie explique notamment pourquoi des pays du Moyen-Orient se sont fait une place rapidement dans le monde de l aluminium. Sources : CRU, Hydro-Québec Il faut briser le mythe tenace selon lequel le Québec offre des tarifs d électricité extraordinaires. Ce n est plus vrai. À ce prix, le Québec est aujourd hui en arrière du peloton. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 29 de 57

30 Le tarif L, structure et coût réel Le tarif L est trop élevé. Il n est plus concurrentiel. Il est aussi trop élevé par rapport au coût réel de production de cette énergie par Hydro-Québec. La marge de manœuvre du gouvernement pour abaisser ce tarif est réelle, et c est tout le Québec qui y gagnera au change. Le tarif L d Hydro-Québec est présentement de 4,25 cents / kwh. Il comprend le prix pour la production d Hydro-Québec, tel que fixé par la loi, les achats des producteurs privés (éolien, biomasse, etc.), et le coût de son transport sur les lignes à haute tension ainsi que certains frais de distribution et de service à la clientèle 16. Qu est-ce que le bloc patrimonial «Ce dernier [est] constitué de l énergie produite à partir du parc d équipements en service au moment de l adoption de la loi [an 2000], soit 165 TWh Ce qui comprend tous les barrages et toutes les centrales construits depuis plus de 60 ans dont plusieurs étaient pleinement amortis et d autres à la veille de l être.» Blog de Jacques Brassard, ancien ministre des Ressources naturelles La Régie de l énergie établit les tarifs d électricité d Hydro-Québec à partir d un coût d énergie pour le bloc patrimonial (voir l encadré) de 2,79 cents / kwh, tel que l exige sa loi constitutive depuis Une étude indépendante réalisée pour le compte de Rio Tinto Alcan selon la méthode utilisée par la Régie de l énergie du Québec, établit aujourd hui le coût réel de production de cette électricité à 1,79 cents / kwh pour le parc historique d Hydro- Québec et à 2,27 cents / kwh pour l ensemble du parc d Hydro-Québec La différence est imposante et il en résulte un prix insoutenable pour notre industrie. 16 Pour les clients industriels, le coût pour les servir est moindre pour Hydro-Québec que pour alimenter un domicile. Pour un client domestique, il faut alors ajouter le coût du réseau de distribution pour descendre la tension de centaines de milliers de volts à aussi peu que 110 volts pour la consommation de nos appareils domestiques. 17 Ajusté au facteur de charge élevé des usagers grande puissance, le prix imputé pour le bloc patrimonial de 2,79 cents / kwh devient 2,47 cents / kwh pour le tarif L. Le raisonnement reste le même puisque le coût réel de 1,79 passe alors à 1,59 /kwh. De même, le coût pour le parc complet actuel d Hydro-Québec pour la grande puissance de 2,27 devient 2,01. C est ce montant qui nous utiliserons par la suite dans ce mémoire. 18 Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 30 de 57

31 Coût de production vs prix payé Tarif L L écart s explique par un profit excessif sur la production provenant des grands barrages d Hydro-Québec payés par les usagers québécois, par leur amortissement depuis plus de 10 ans, et par la baisse du coût de la dette d Hydro-Québec. Comme il en est pour une maison, plus les ans passent plus la portion de capital à rembourser diminue sur l actif que constituent les centrales hydroélectriques. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 31 de 57

32 Janvier 2000 Juin Novembre Avril Septembre Février Juillet Décembre Mai Octobre Mars Août Janvier 2005 Juin Novembre Avril Septembre Février Juillet Décembre Mai Octobre Mars Août Janvier 2010 Juin Novembre Avril Septembre Février Juillet Décembre De même, plus le taux d intérêt baisse, plus le rendement requis pour rembourser les emprunts et l investissement du gouvernement du Québec baisse, passant de 9,8 % en 2001 à 6,7 % en On constate aisément cette tendance à la baisse par la diminution de plus de 4 % du taux d intérêt sur les bons du trésor de 2000 à maintenant Bank of Canada Interest Rates ( ) 19 Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 32 de 57

33 L interfinancement, cet autre mythe persistant L interfinancement mérite aussi examen. Bien que l on persiste à croire au Québec que l industrie paie son électricité moins cher que les clients résidentiels et qu il en découle que ceux-ci subventionnent l industrie, rien n est plus faux. Au Québec c est l industrie qui subventionne les Québécois. Au prix du tarif L à 4,25 cens / kwh, les grands consommateurs contribuent aux revenus d Hydro-Québec à un niveau plus élevé que ce qu il en coûte de les servir. Ce montant excédentaire permet de réduire le prix de l électricité aux Québécois, au tarif domestique. Les données d Hydro-Québec elles-mêmes démontrent que le prix exigé des usagers du tarif L est supérieur aux coûts, alors que pour la clientèle domestique, le tarif de distribution est inférieur aux coûts. L interfinancement met donc à contribution les grands utilisateurs pour compenser la distribution domestique qui serait, autrement, déficitaire. On pense, de manière simpliste, que si je paie 7,5 à la maison et que l industrie paie 4,7, que je la subventionne. Or s il en coûte 8,9 pour m alimenter, Hydro-Québec perd de l argent alors que s il en coûte 4,1 pour alimenter l industrie, elle y gagne! Il est grand temps que la politique énergétique du Québec fasse état de cette réalité. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 33 de 57

34 Au coût véritable de production de 1,79 /kwh pour le parc historique, ou même de 2,27 /kwh pour l ensemble du parc de production d Hydro-Québec, s ajoutent les frais et les pertes de transport à haute tension ainsi que les coûts de distribution et de service à la clientèle. Au total, le prix livré au client de l électricité d Hydro-Québec est de 2,85 /kwh pour l ensemble du parc de production d Hydro-Québec, incluant le rendement sur l investissement du gouvernement auprès d Hydro-Québec. Il serait de 3,34 /kwh pour livrer de l électricité à une industrie qui ne fournirait pas les équipements de transformation à partir du réseau d Hydro-Québec. Si on prend en considération le coût réel de l énergie produite par Hydro-Québec en 2013, on voit apparaître une marge de manœuvre d au moins 1,4 /kwh permettant au Québec de faire le choix stratégique de réduire le tarif offert aux industries électro-intensives pour appuyer le développement économique. Le gouvernement du Québec doit oser s inscrire dans la tradition née avec la nationalisation de l électricité, de faire de notre énergie un levier de développement et de prospérité. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 34 de 57

35 Ramener le tarif L au premier quartile Rio Tinto Alcan recommande : De réaffirmer sa volonté d offrir une énergie compétitive dédiée à la croissance du secteur de l aluminium, moteur économique du Québec, qui le place dans le premier quartile de l industrie. Rio Tinto Alcan estime que la nouvelle politique énergétique du Québec doit affirmer la volonté de l État québécois d utiliser à des fins stratégiques de développement économique le levier que représente son hydroélectricité. Un tel positionnement est d autant plus envisageable que le Québec se retrouve actuellement en situation de surplus énergétique, que la valeur des exportations d électricité vers les États-Unis est en baisse à cause de la concurrence ravivée sur le marché américain des centrales thermiques au gaz naturel et que l entrée en service prochaine des aménagements hydroélectriques de la Romaine ajoutera au portefeuille d Hydro-Québec. Pour ces raisons, Rio Tinto Alcan recommande au gouvernement du Québec de se donner pour cible de ramener le prix de l électricité offert aux grandes entreprises électro-intensives aussi près que possible du 1 er quartile sur le plan international, soit parmi les pays du monde qui offrent l électricité au meilleur coût aux grandes entreprises créatrices de richesse. Cet objectif de se positionner parmi les meilleurs n est pas différent de celui que s impose Rio Tinto Alcan dans l ensemble de ses opérations à l égard de l ensemble de sa structure de coûts. Ce ne sont pas que des vœux pieux. Pour assurer sa viabilité, l entreprise aura retiré, avec notamment l arrêt de production anticipée de l Usine Shawinigan, plus de tonnes de capacité de production d aluminium à travers le monde, toujours lors de période difficile : en 2009 : fermeture complète de Beauharnois et Anglesey (U.K.) et fermeture partielle de Søral (Norvège) et St-Jean-de-Maurienne (France); en 2012 : fermeture complète de Lynemouth (U.K.) et Lannemazan (France); et en 2013 : arrêt des opérations de Shawinigan. Pour prospérer et grandir dans cette économie tumultueuse, Rio Tinto Alcan propose au gouvernement d offrir par contrat spécial des blocs d énergie qui le place dans le premier quartile de la structure de coût de l industrie. Nous savons que le gouvernement dispose, au sein d Hydro- Québec, une marge de manœuvre lui permettant d offrir dès maintenant cette électricité à 2,85 cents / kwh. L écart restant pour atteindre le premier quartile appartient alors au gouvernement par le biais des autres leviers qu il possède ou peut développer. Cette proposition longuement murie et étudiée est basée sur les coûts réels de production et de transport d Hydro- Québec. Elle permettrait au gouvernement d atteindre ses cibles budgétaires et de participer de manière constructive au développement économique du Québec. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 35 de 57

36 En vendant à un prix compétitif, le gouvernement et le Québec gagnent sur deux plans. Ils reçoivent un juste prix pour l électricité, y compris un profit raisonnable sur l investissement. Le gouvernement augmente ensuite la richesse des Québécois qui se trouvent alors à payer plus d impôts sur les profits de leurs entreprises et sur leurs salaires. Selon le modèle de l Institut de la Statistique du Québec, le revenu total pour le gouvernement excèdera toujours le bénéfice escompté de l exportation de notre électricité et éviter de créer ces emplois ailleurs. L occasion stratégique de procéder à un ajustement à la baisse est d autant plus grande, que même avec un prix concurrentiel, les revenus du gouvernement demeureront supérieurs aux revenus tirés de l exportation d énergie au cours des dernières années, ainsi que du prix espéré dans les années à venir en fonction des phénomènes de marché présents à l échelle continentale. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 36 de 57

37 Les bénéfices Le jeu en vaut la chandelle. À travers le monde, les pays qui ont vu leur industrie de l aluminium connaître la plus forte croissance ont en commun des coûts d électricité plus bas que ceux du Québec. Cela vaut pour des pays comme l Islande, la Norvège ou l Australie qui peuvent être comparés au Québec sur le plan des charges sociales et du fardeau fiscal De nombreux pays ont été ciblés en fonction de leur contexte économique et social, de leur industrie et des sources de production d énergie. Six principaux ont été retenus pour une étude approfondie pour en tirer des enseignements transposables au Québec. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 37 de 57

38 L exemple de l Islande est particulièrement intéressant. Petit producteur d aluminium jusqu au début des années 2000, ce pays a misé sur un prix d électricité dans le deuxième quartile pour se hisser en quelques années parmi les joueurs d importance sur la scène internationale. En abaissant le coût d approvisionnement en électricité pour la grande industrie pour le ramener le plus près possible du 1 er quartile, le Québec pourrait éviter de glisser et perdre son 4 e rang de producteur à l échelle mondiale. Il pourrait au contraire se hisser parmi les sociétés occidentales (ce qui fait exception de la Chine) où l industrie de l aluminium est promise à la croissance la plus dynamique. Cette croissance est tout à fait envisageable. Et à eux seuls, les projets dans les cartons de Rio Tinto Alcan seraient rentables pour le gouvernement. L Aluminerie Arvida, Centre technologique AP60, actuellement en démarrage 21, a une capacité de production annuelle de tonnes; les phases 2 et 3 y ajouteraient tonnes; Le projet de croissance de l aluminerie d Alma prévoit l ajout de tonnes de production. De surcroît, le Québec se donnerait un argument de poids pour accélérer les autres projets de développement de l industrie pour s accaparer une part grandissante d un marché croissant. Mais nous n y sommes pas encore. 21 Le 7 septembre 2013, Rio Tinto Alcan a souligné la première coulée de métal à l aluminerie Arvida, Centre technologique AP60 : Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 38 de 57

SOMMAIRE DE LA DÉCISION

SOMMAIRE DE LA DÉCISION Communiqué La Régie de l'énergie rend sa décision relative à la demande de modifier les tarifs de distribution d Hydro-Québec, en appliquant une hausse tarifaire de2,9 % pour l ensemble des tarifs et de

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC Le 27 mars 2015 La voiture électrique au Québec Une solution durable et rentable pour réduire la pollution

Plus en détail

HYDRO-QUÉBEC EN BREF Octobre 2014

HYDRO-QUÉBEC EN BREF Octobre 2014 HYDRO-QUÉBEC EN BREF Octobre 2014 Hydro-Québec - 1 Plan de la présentation Production d électricité aux États-Unis, au Canada et au Québec Survol historique Bilan financier Structure d Hydro-Québec Orientations

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

De déchets à biocarburants et produits chimiques verts

De déchets à biocarburants et produits chimiques verts Révolutionne la gestion des déchets et le secteur des carburants de transport, dans les communautés et à travers le monde De déchets à biocarburants et produits chimiques verts octobre 2011 Confidentiel

Plus en détail

L émergence d une culture en maîtrise de l énergie au Québec : un équilibre offre demande?

L émergence d une culture en maîtrise de l énergie au Québec : un équilibre offre demande? L émergence d une culture en maîtrise de l énergie au Québec : un équilibre offre demande? Présenté par Éric Le Couédic, ing., M.Sc.A. Directeur Démarches d accompagnement en efficacité énergétique Congrès

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Éthanol cellulosique: Développements au Québec. Conférence CanBio

Éthanol cellulosique: Développements au Québec. Conférence CanBio Éthanol cellulosique: Développements au Québec Conférence CanBio Mai 2011 Confidentiel Enerkem 2011. Tous droits réservés. Répond aux enjeux économiques, énergétiques et environnementaux du Québec Confidentiel

Plus en détail

Rénovons nos maisons, pas la centrale nucléaire!

Rénovons nos maisons, pas la centrale nucléaire! Rénovons nos maisons, pas la centrale nucléaire! Nos calculs montrent qu en fermant la centrale nucléaire plutôt qu en la relançant pour les 25 ans à venir, le Québec pourrait consacrer les sommes non

Plus en détail

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE [R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE Perspectives énergétiques pour un monde plus durable Synthèse du rapport 2015 image : Gemasolar, tour solaire de 15 MW, Espagne. CONTEXTE Cette année, la lutte contre les changements

Plus en détail

Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011

Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011 Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011 L Alliance canadienne pour les véhicules au gaz naturel 350 Sparks Street,

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance

Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance 1 Introduction À la mi-2014, l économie canadienne demeure robuste. Le gouvernement du Canada est solidement

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation Questionnement Si, aujourd hui, vous voulez savoir exactement : le

Plus en détail

Mieux intégrer le Québec aux marchés de l énergie Nord Américain

Mieux intégrer le Québec aux marchés de l énergie Nord Américain Mieux intégrer le Québec aux marchés de l énergie Nord Américain Pierre Olivier Pineau, HEC Montréal Mardi 24 septembre 2013 Sommet sur l énergie Les grandes conférences Les Affaires Hôtel Hyatt Regency,

Plus en détail

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET UNE INITIATIVE DE LA FILIÈRE PORCINE QUÉBÉCOISE UN CONTEXTE PROPICE À L INVESTISSEMENT L es perspectives économiques entourant l industrie

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

Projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs

Projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs Projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs Mémoire présenté par l Association des Ingénieurs-Conseils du Québec (AICQ) au bureau d audiences publiques sur l environnement

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

Regional economic development. Développement économique régional

Regional economic development. Développement économique régional Regional economic development REDER Développement économique régional La vision du DER est de contribuer au développement socio économique des communautés qui nous accueillent, afin de soutenir leur croissance

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

» Premier Tech au Québec

» Premier Tech au Québec » Premier Tech au Québec Plus de 1 050 équipiers répartis : Bas-St-Laurent/Gaspésie Centre du Québec Chaudière/Appalaches Côte-Nord Lanaudière Région de Montréal » Premier Tech» Créée en 1923» Équipe multidisciplinaire

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget (2015)

Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Préparé pour : le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Préparé par : La Canadian Independent Petroleum Marketers Association Sommaire

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité?

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? «Aperçu de la transformation alimentaire» Pour mieux comprendre la compétitivité au sein de diverses industries 1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? Le présent rapport fait appel

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec Rapport d analyse Sommaire Aéro Montréal, forum de concertation stratégique de la grappe aérospatiale du Québec, a demandé à PwC

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Objet : Lettre ouverte sur une nouvelle politique énergétique pour le Québec : hydrocarbures fossiles

Objet : Lettre ouverte sur une nouvelle politique énergétique pour le Québec : hydrocarbures fossiles Produits Suncor Énergie, S.E.N.C. 11701, rue Sherbrooke Est Montréal QC H1B 1C3 Tél. : 514 640 8000 Téléc. : 514 640 8015 www.suncor.com Jean Côté Direct 514 640 8217 jcote@suncor.com Le 15 juillet 2015

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Rio Tinto Alcan et le Saguenay Lac-Saint-Jean : un partenariat tourné vers l avenir

Rio Tinto Alcan et le Saguenay Lac-Saint-Jean : un partenariat tourné vers l avenir Sommet économique régional 2015 Rio Tinto Alcan Centre opérationnel aluminium 1655, rue Powell Jonquière (Québec) G7S 2Z1 Mémoire de Rio Tinto Alcan Rio Tinto Alcan et le : un partenariat tourné vers l

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE 1 LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : «CONSOMMER MOINS - CONSOMMER MIEUX» Évolutions du mix énergétique (Monde / Europe /

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux présenté à la Régie de l énergie à l égard des approvisionnements électriques et de la construction du projet du Suroît Avril 2004 Table des matières

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent Tournant vert Le Parti libéral du Canada a publié récemment de l information plus détaillée sur son plan pour un Tournant vert. La Fédération canadienne de l agriculture (FCA) constate avec plaisir que

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

L énergie au service du Québec

L énergie au service du Québec PLAN STRATÉGIQUE 2004-2008 L ÉNERGIE AU SERVICE DU QUÉBEC L énergie au service du Québec Mission d «a pour objets de fournir de l énergie et d œuvrer dans le domaine de la recherche et de la promotion

Plus en détail

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE La chaleur renouvelable : c est quoi? Au sens de la directive européenne1

Plus en détail

Les opportunités sur le marché des énergies renouvelables en Irlande

Les opportunités sur le marché des énergies renouvelables en Irlande Les opportunités sur le marché des énergies renouvelables en Irlande Après les technologies de l information et les biotechnologies, les énergies renouvelables sont la troisième matière de recherche gratifiée

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable

à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable Le Plan Nord à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable définitif) 2 Territoire du Plan Nord Baie d Ungava Tracé de 19 27 du Conseil priv é (non Baie d Hudson Mer du Labrador

Plus en détail

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG)

Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG) Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG) Déposé dans le cadre des consultations publiques au sujet des évaluations environnementales stratégiques sur

Plus en détail

L enjeu de l énergie au Saguenay Lac St-Jean

L enjeu de l énergie au Saguenay Lac St-Jean L enjeu de l énergie au Saguenay Lac St-Jean L hydro-électricité, une ressource naturelle publique au service du développement économique et du partage de la richesse. 1 Production d aluminium: le Québec

Plus en détail

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS L ALÉNA APRÈS HUIT ANS DES ASSISES POUR LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE L ALÉNA APRÈS HUIT ANS Des Assises Pour La Croissance Économique L ENGAGEMENT ENVERS L ALÉNA En dépit du ralentissement qu a connu l économie

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

Lumière sur l énergie électrique du Québec

Lumière sur l énergie électrique du Québec Plan de la présentation Lumière sur l énergie électrique du Québec Le 14 novembre 2013 Production d électricité Structure d Hydro-Québec Préoccupations environnementales L électricité du Québec et ses

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015

Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015 L honorable Céline Hervieux-Payette, c.p. Sénateur Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015 Nécessité d'une action nationale Préparé par : David E. Hamilton 9/15/2015

Plus en détail

ASSOCIATION DES INGÉNIEURS-CONSEILS DU QUÉBEC (AICQ) PROJET D AMÉNAGEMENT HYDROÉLECTRIQUE DE LA PÉRIBONKA PAR HYDRO-QUÉBEC

ASSOCIATION DES INGÉNIEURS-CONSEILS DU QUÉBEC (AICQ) PROJET D AMÉNAGEMENT HYDROÉLECTRIQUE DE LA PÉRIBONKA PAR HYDRO-QUÉBEC ASSOCIATION DES INGÉNIEURS-CONSEILS DU QUÉBEC (AICQ) PROJET D AMÉNAGEMENT HYDROÉLECTRIQUE DE LA PÉRIBONKA PAR HYDRO-QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) OCTOBRE

Plus en détail

Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec

Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec Séminaire sur les perspectives démographiques, économiques et financières du Québec, 2009-2030 27 novembre 2009 Hôtel Plaza, Québec Marie-Christine

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Énergie NB Rapport trimestriel - Depuis le début de l année 2011-2012 T3

Énergie NB Rapport trimestriel - Depuis le début de l année 2011-2012 T3 Énergie NB Rapport trimestriel - Depuis le début de l année 2011-2012 T3 Pour la période prenant fin le 31 décembre 2011 Message du président du Conseil d administration et du président directeur général

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Le 2 février 2012 CREPUQ PRÉSENTATION DE LA CREPUQ AU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DES RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Le marché de l énergie : mode d emploi Le marché de l énergie Un marché concurrentiel avec les garanties du Service Public L énergie

Plus en détail

LES SOLUTIONS DE MOBILITÉ DANS LE TRANSPORT À LA LUMIÈRE DES EXPÉRIENCES RÉCENTES. par. Rachel Bériault

LES SOLUTIONS DE MOBILITÉ DANS LE TRANSPORT À LA LUMIÈRE DES EXPÉRIENCES RÉCENTES. par. Rachel Bériault LES SOLUTIONS DE MOBILITÉ DANS LE TRANSPORT À LA LUMIÈRE DES EXPÉRIENCES RÉCENTES par Rachel Bériault Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement en vue de l obtention du grade

Plus en détail

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015 Université d Ottawa Cadre de référence Budget 2014-2015 L Université d Ottawa souhaite communiquer à la communauté universitaire les priorités, les enjeux et les défis auxquels elle fera face pour la préparation

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale CADRE FINANCIER D OPTION NATIONALE POUR L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC Autorisé et payé par Sylvain Gauthier, agent officiel du parti Document préparé par l équipe économique d Option nationale Vers un Québec

Plus en détail