Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 2 de 57

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 2 de 57"

Transcription

1

2 Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 2 de 57

3 Table des matières Sommaire exécutif 4 Recommandations 9 Introduction 11 Des objectifs globalement partagés 12 Une politique qui doit appuyer le secteur manufacturier 14 Une entreprise qui évolue dans un marché mondial en évolution 22 Rentabilité mise à mal 22 L aluminium : un choix stratégique pour le Québec 24 L apport des usagers grande puissance à l économie du Québec 24 Achats d électricité auprès d Hydro-Québec 28 Le tarif L, structure et coût réel 30 Ramener le tarif L au premier quartile 35 Les bénéfices 37 L approvisionnement post Efficacité énergétique 41 La fiabilité du réseau 42 L approvisionnement en gaz naturel 44 Conclusion 46 Annexe 1 Rio Tinto et Rio Tinto Alcan : leader de l aluminium dans un grand groupe minier 47 Annexe 2 Un géant au cœur québécois 48 Rio Tinto Alcan, le plus grand producteur privé d hydroélectricité au Québec 49 AP60 : le futur de l aluminium se conjugue au Québec 50 Annexe 3 - Des retombées dans toutes les régions 52 Annexe 4 - Bureau de développement économique régional 54 Annexe 5 Centre de recherche et développement Arvida (CRDA) 56 Annexe 6 L aluminium et la réduction des émissions dans le secteur du transport 57 Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 3 de 57

4 Sommaire exécutif Rio Tinto Alcan (RTA) remercie la Commission d entendre son point de vue sur le renouvellement de la politique énergétique du Québec. Cette discussion est pertinente dans un contexte où : Le gouvernement veut réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) du Québec d ici un objectif accepté et sur lequel nous insistons, l aluminium étant une solution durable pour l atteinte de cet objectif. L environnement énergétique nord-américain a été transformé par l arrivée massive de gaz et de pétrole de schiste alors que le Québec est en situation de surplus énergétique. La concurrence internationale et une économie mondiale en difficulté présentent des opportunités, mais commandent aussi la prudence afin de préserver nos entreprises et ne pas ajouter à leur fardeau tarifaire, réglementaire et fiscal. Cette discussion est de première importance pour RTA qui est notamment : le plus important producteur privé d électricité au Québec; le plus important transporteur privé d électricité à haute tension; un important client «grande puissance» d Hydro-Québec; le plus important consommateur de gaz naturel au Québec; un important employeur privé au Québec, qui y assure une présence industrielle en région depuis plus de 100 ans; une entreprise manufacturière québécoise de taille mondiale ayant investi largement au Québec et qui a des options de croissance; un leader de la R&D dans le secteur de la production d aluminium par sa technologie AP60; et un leader en matière de développement durable et de réduction des gaz à effet de serre. *** Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 4 de 57

5 Dans le cadre de ces consultations, Rio Tinto Alcan vise à ce que la nouvelle politique énergétique du Québec lui assure un approvisionnement stable en énergie, à coût prévisible et concurrentiel, lui permettant de poursuivre un développement de ses activités au bénéfice de ses employés, des communautés où elle est présente et du Québec tout entier. Par ce mémoire, Rio Tinto Alcan : Fera valoir l apport structurant de ses activités sur l économie du Québec et l envergure de ses projets : 100 ans d histoire, des dizaines de milliards de dollars investis et à investir; employés, majoritairement en région; Démontrera que le prix de l électricité vendue aux alumineries québécoises n est plus concurrentiel à l échelle internationale : le prix offert aux alumineries, de 4,25 /kwh, place les coûts de l énergie payés par l industrie de l aluminium dans le 4 e et dernier quartile, une position insoutenable; Fera la démonstration de la possibilité économique et de la pertinence stratégique pour le Québec de réduire significativement ce prix et de le repositionner au 1 er quartile pour ainsi attirer de nouveaux investissements et donner un nouvel élan à l industrie de l aluminium et à l économie québécoise. Les objectifs du gouvernement Rio Tinto Alcan s étonne que le premier objectif énoncé dans le document de consultation publique soit la réduction des gaz à effet de serre. En effet, il apparaît à l entreprise que la future politique énergétique du Québec doit rechercher en priorité à contribuer à la prospérité des Québécois par des choix judicieux et stratégiques en matière d énergie afin de soutenir et stimuler un développement économique durable et créateur de richesse. Rio Tinto Alcan partage et participe à plusieurs des objectifs avancés par le document de consultation sur les enjeux énergétiques du Québec. Ces objectifs font d ailleurs partie des priorités de l entreprise. Soulignons entre autres qu au niveau de la réduction des gaz à effet de serre, Rio Tinto Alcan atteint les objectifs du Protocole de Kyoto. En matière d efficacité énergétique, les efforts de Rio Tinto Alcan lui ont valu le statut de membre Élite du réseau Écolectrique d Hydro-Québec. Et en matière d électrification des transports, l utilisation de l aluminium est un incontournable et est partie prenante de la solution, tout particulièrement dans le secteur de l automobile. Soutien au secteur manufacturier Rio Tinto Alcan déplore le manque d intérêt du gouvernement envers le secteur manufacturier dans son document de consultation. Alors que la part des industries de fabrication dans le PIB du Québec est passée de 22,9 % en 2000 à 14,1 % en 2012, l emploi dans le secteur manufacturier suivait une courbe presque semblable. Ce secteur fournissait 18,5 % des emplois de la main-d œuvre québécoise en 2000, contre 12,5 % en Les économies les plus performantes du monde comptent sur un secteur manufacturier en santé puisqu il maximise la croissance de l emploi, procure des salaires élevés, augmente positivement la balance commerciale d une économie et dépense plus en recherche et développement que quiconque. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 5 de 57

6 L aluminium, valeur ajoutée à l énergie : un matériau d avenir Dans la foulée d une électrification des transports et d une réduction des GES, l aluminium, par ses propriétés physiques : légèreté, recyclable à l infini, la chaîne de valeur de l expertise québécoise et de son électricité propre et renouvelable et l aluminium est un avantage concurrentiel manifeste pour le Québec. Le succès du Québec dans le domaine de l aluminium démontre d ailleurs l impact du levier énergétique comme facteur de création de richesse pour tous les Québécois. En 2010, les expéditions québécoises d aluminium sur les marchés étrangers ont représenté une valeur de 6,2 milliards de dollars, ce qui en fait le premier domaine d exportation du Québec. Un contexte économique difficile mais optimiste La conjoncture actuelle de l aluminium est difficile. Les inventaires à l échelle mondiale s accumulent et les prix sont bas. L aluminium qui se vendait dollars la tonne avant l éclatement de la crise financière de 2008 ne valait que dollars la tonne en 2009 et oscille aujourd hui autour de dollars la tonne. L impact de cette dépréciation de l aluminium est énorme. La conjoncture actuelle ne change toutefois pas les perspectives à long terme. La demande mondiale hors Chine pour l aluminium devrait croître à un rythme de 4 à 5 % par année. Les grands consommateurs d électricité enrichissent le Québec Les usagers du tarif grande puissance d Hydro-Québec que sont les alumineries, les entreprises du secteur des pâtes et papiers, le secteur de la sidérurgie, de la pétrochimie et les mines, contribuent à hauteur d environ 14 milliards au PIB du Québec, environ 4 % du total. Leurs activités génèrent pour le gouvernement des revenus fiscaux annuels de quelque 4 milliards de dollars, soit 6 % de l ensemble des recettes fiscales de l État québécois. L industrie de l aluminium : plus sensible au coût de l énergie Parmi les grands consommateurs d énergie, l industrie de l aluminium est celle qui dépend le plus d un accès à de l électricité à coût compétitif : d abord à cause de l importance des coûts d énergie dans leurs coûts de fonctionnement - de 25 à 30 %, et parce que ce sont des entreprises qui exportent environ 70 % de leur production et qui évoluent, de ce fait, dans un marché mondial. Le tarif L n est plus concurrentiel Le tarif L est actuellement de 4,25 cents / kwh pour les grands consommateurs livrés à haute tension. Ce tarif de 4,25 cents / kwh place les coûts d électricité du Québec dans le quatrième quartile de l industrie mondiale de l aluminium. Cela signifie que pour près des trois-quarts des installations de production d aluminium dans le monde, le tarif de l électricité est plus faible que celui maintenant demandé au Québec. Soulignons que depuis l adoption de l actuelle politique énergétique du Québec, en 2006, aucun projet d investissement au tarif L n a été réalisé au Québec. Ce tarif n est donc plus un argument de vente pour le Québec. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 6 de 57

7 Le tarif L est trop élevé en regard du coût de production réel d Hydro- Québec La Régie de l énergie établit le tarif L à partir d un coût pour son bloc patrimonial de 2,79 cents / kwh. Pour établir ce coût de production, la Régie de l énergie se base sur le prix fixé par la loi en Une étude indépendante réalisée pour le compte de Rio Tinto Alcan selon la méthode utilisée par la Régie de l énergie du Québec, établit aujourd hui le coût réel de production de cette électricité à 2,27 cents / kwh pour l ensemble du parc d Hydro-Québec, et à 1,79 cents pour le parc historique. La différence est imposante et il en résulte un prix insoutenable pour notre industrie. L écart s explique notamment par l amortissement des grands barrages d Hydro-Québec payés par les usagers québécois et par la baisse du coût du capital d Hydro-Québec. Ainsi, le rendement requis pour permettre à Hydro-Québec de rembourser ses emprunts et l investissement de son actionnaire, le gouvernement du Québec, est passé de 9,8 % en 2001 à 6,7 % aujourd hui. Ramener le prix de l électricité au rang des meilleurs Rio Tinto Alcan propose au gouvernement de diminuer le prix de l électricité offerte aux alumineries et de le positionner dans le premier quartile des coûts de l industrie. Cette hypothèse longuement murie et étudiée est basée sur les coûts réels de production et de transport d Hydro- Québec. Elle permettra au gouvernement d atteindre ses cibles budgétaires et de participer de manière constructive au développement économique de la province. L occasion stratégique de procéder à un ajustement à la baisse est d autant plus grande, que même avec un prix réduit, les revenus du gouvernement demeureraient supérieurs aux revenus tirés de l exportation d énergie au cours des dernières années ainsi que du revenu espéré dans les années à venir. De plus, cet objectif proposé au gouvernement n est pas différent de la discipline que Rio Tinto Alcan s impose à ellemême, ayant retiré plus de tonnes de capacité de production dans le monde, avec notamment l arrêt de production anticipée de l Usine Shawinigan, le tout dans le but d assurer sa compétitivité à long terme. Rio Tinto Alcan propose au gouvernement de l accompagner dans cette transition. Une occasion stratégique Rio Tinto Alcan estime que la nouvelle politique énergétique du Québec doit affirmer la volonté de l État québécois d utiliser à des fins stratégiques de développement économique le levier que représente son énergie renouvelable de source hydroélectrique. Un tel positionnement est d autant plus possible que le Québec se retrouve actuellement en situation de surplus d énergie, que la valeur des exportations d électricité vers les États-Unis est en baisse, et que l entrée en service prochaine des aménagements hydroélectriques de la Romaine ajoutera au portefeuille d Hydro-Québec. Les bénéfices À travers le monde, les pays qui ont vu leur industrie de l aluminium connaître la plus forte croissance ont en commun des tarifs d électricité plus bas que ceux demandés au Québec. Cela vaut pour le Moyen- Orient, mais aussi pour des pays comme l Islande, la Norvège ou l Australie qui peuvent être comparés au Québec sur le plan des charges sociales et du fardeau fiscal. En abaissant le prix de l électricité pour le ramener dans le premier quartile, le Québec pourrait éviter de perdre son 4 e rang de producteur à l échelle mondiale et se hisser parmi les sociétés occidentales où l industrie de l aluminium est promise à une croissance des plus dynamiques. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 7 de 57

8 Efficacité énergétique Depuis quelques années, les grandes entreprises électro-intensives sont privées des programmes d efficacité énergétique d Hydro-Québec. Étant donné les cibles élevées du gouvernement à cet égard et le potentiel que recèle notre secteur industriel, il est grand temps que le ministère des Ressources naturelles prenne les devants et remédie à cette lacune. Fiabilité des réseaux de transport d électricité L adoption de normes de fiabilité obligatoires donnant lieu à des sanctions élevées augmente inutilement le risque d affaires des entreprises, sans pour autant augmenter la fiabilité des réseaux de transport d électricité qui existaient déjà. Pire, elle cherche à placer Rio Tinto Alcan en situation conflictuelle envers Hydro-Québec, en mettant un frein au climat de collaboration qui leur a si bien réussi par le passé. Il est temps de prendre nos distances du régime policier américain et de revoir le système québécois. Protéger l approvisionnement en gaz naturel Environ 17 % des besoins en énergie de Rio Tinto Alcan sont comblés par le gaz naturel pour sa raffinerie d alumine Vaudreuil, au Complexe Jonquière, pour ses centres de coulée, pour des fours à cuisson d anode et pour le chauffage de certaines de ses installations. Or, l accès à la partie ontarienne du pipeline de TransCanada Pipelines est entravé, de telle sorte que durant l hiver les usines situées au Complexe Jonquière, à Saguenay ont subi 38 interruptions de service. Cette situation est inacceptable et ne va que s aggraver avec le projet Énergie Est de TransCanada qui prévoit la conversion au transport du pétrole de l Ouest une section du pipeline principal de transport de gaz naturel. Rio Tinto Alcan presse le gouvernement du Québec d intervenir auprès des autorités concernées afin de protéger les conditions nécessaires à l approvisionnement en gaz naturel du Québec à prix concurrentiel. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 8 de 57

9 Recommandations Afin d appuyer le développement de l industrie québécoise de l aluminium, qui représente un des plus grands succès industriels au Québec et dont les impacts structurants bénéficient à toute la collectivité, Rio Tinto Alcan recommande au gouvernement de : Réaffirmer le lien historique entre la politique énergétique et le développement économique régional, notamment pour le retour d un secteur manufacturier florissant. Utiliser stratégiquement le levier de l énergie du Québec en fonction de l importance des coûts d énergie pour les entreprises et leur exposition aux marchés mondiaux. Offrir aux grandes entreprises électro-intensives comme les alumineries un bloc d énergie à un prix permettant d attirer au Québec des investissements structurants et d assurer l avenir et la croissance dans les régions du Québec. Réaffirmer sa volonté d offrir une énergie compétitive dédiée à la croissance du secteur de l aluminium, moteur économique du Québec, qui le place dans le premier quartile de l industrie. Offrir dans les meilleurs délais, par le biais du ministère des Ressources naturelles, des programmes en efficacité énergétique ciblés permettant de puiser les gains recherchés dans le potentiel de la grande industrie électro-intensive. Modifier le régime actuel de sanctions des normes de fiabilité des réseaux pour supprimer un risque inéquitable causé aux entreprises et renforcer le partenariat avec Hydro-Québec. Agir immédiatement auprès des autorités et des entreprises concernées afin de protéger l approvisionnement en gaz naturel compromis par le projet Énergie Est de TransCanada Pipelines. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 9 de 57

10 Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 10 de 57

11 Introduction Le gouvernement du Québec a entrepris une discussion publique afin de mettre à jour la politique énergétique du Québec, qui date de Des changements importants, survenus dans les dernières années, justifient cette réflexion collective sur les implications économiques, environnementales et sociales de nos choix en matière d énergie. Cette discussion sera teintée par plusieurs facteurs internes et externes qui viendront influencer les choix du Québec. Trois éléments doivent ainsi être considérés comme toile de fond de ces consultations : L objectif du gouvernement du Québec de réduire de 20 % (et non 25 % 1) les émissions québécoises de gaz à effet de serre d ici 2020, soit la cible la plus ambitieuse en Amérique du Nord. La transformation de l environnement énergétique nord-américain, principalement provoquée par le boum de la production de gaz et de pétrole de schiste aux États-Unis, ainsi que l émergence de surplus d électricité due à une diminution de la consommation industrielle au Québec et à une baisse de valeur des exportations vers les États-Unis liée à ce boum gazier. Une concurrence internationale très vive dans une économie mondiale en difficulté. Un tel contexte présente des opportunités pour le Québec, mais commande aussi la prudence afin de préserver le caractère concurrentiel de nos entreprises et ne pas ajouter à leur fardeau tarifaire, réglementaire et fiscal. Cette discussion revêt un intérêt capital pour Rio Tinto Alcan puisqu il est tout à la fois : le plus important producteur privé d électricité au Québec; le plus important transporteur privé d électricité à haute tension; un important client «grande puissance» d Hydro-Québec; le plus important consommateur de gaz naturel au Québec; l un des plus importants employeurs privés au Québec, qui y assure une présence industrielle en région depuis plus de 100 ans; l une des rares entreprises manufacturières québécoises de taille mondiale ayant des options de croissance représentant plusieurs milliards de dollars; un leader de la R&D dans le secteur de la production d aluminium par sa technologie AP; et un leader québécois en matière de développement durable et de réduction des gaz à effet de serre (GES). Rio Tinto Alcan remercie le gouvernement de prendre en considération son point de vue dans ce dossier complexe. 1 La cible acceptée est présentement de 20 %. L énoncé d une nouvelle cible de 25 % dans un document de consultation sur l énergie peut surprendre et inquiéter. Il n est pas opportun de changer un tel objectif, déjà ambitieux, pour le porter plus haut sans une évaluation des impacts importants qui en résulteront pour le Québec, ses entreprises et ses emplois. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 11 de 57

12 Des objectifs globalement partagés Rio Tinto Alcan partage et participe à plusieurs des objectifs avancés par le document de consultation sur les enjeux énergétiques du Québec. Ces objectifs font d ailleurs partie des priorités de l entreprise. Que ce soit au niveau de la réduction des gaz à effet de serre, l électrification des transports et l efficacité énergétique, Rio Tinto Alcan est prêt à s engager à poursuivre ses efforts et atteindre des résultats tangibles. Depuis 1990, les émissions totales de GES de Rio Tinto Alcan au Québec ont diminué de 50 % pendant que la production d aluminium augmentait de 50 %. Rio Tinto Alcan a endossé et atteint les objectifs du Protocole de Kyoto. La nouvelle cible de 25 % n a fait l objet ni d un débat ni d un consensus et risque d amener le gouvernement à se tourner vers l industrie si le secteur du transport n atteint pas les réductions espérées. Ceci placerait les objectifs environnementaux seuls, avant le développement économique, en porte-àfaux avec ses objectifs de développement durable. Les mesures d efficacité énergétique de Rio Tinto Alcan ont permis une économie d énergie de 267 GWh, soit l équivalent de la consommation annuelle de ménages. Rio Tinto Alcan est reconnu comme un leader en efficacité énergétique. Il est membre Élite du réseau Écolectrique d Hydro-Québec. Il a reçu le prix Énergia de l AQME et le prix Innovation de l ADRIQ. Il est partenaire de chaires de recherche de l Université de Sherbrooke, de l École des Hautes études commerciales (HEC- Montréal) et d entreprises solidement engagées en efficacité énergétique. Rio Tinto Alcan appuie le projet structurant que représente l électrification des transports pour le Québec. Rio Tinto Alcan croit d autre part qu un surplus d énergie propre représente une occasion unique pour le Québec de se donner un avantage concurrentiel afin d attirer de nouveaux projets industriels et de faciliter l essor des entreprises manufacturières existantes. L utilisation de l aluminium est en forte croissance dans le secteur du transport, tout particulièrement dans le secteur de l automobile. En Amérique du Nord, les véhicules actuels contiennent en moyenne 155 kg d aluminium par véhicule et devraient en contenir 250 kg en Cette augmentation s explique en partie par le fait que les constructeurs utilisent de plus en plus l aluminium pour réduire le poids des véhicules dans le but de rencontrer les standards de consommation de carburants qui devront passer de 11,56 km au litre en 2011 à 23,15 km au litre en Ducker Worldwide 2011, p p.5. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 12 de 57

13 Cette croissance bénéficiera au Québec d un point de vue économique, puisqu une part importante de notre production d aluminium est destinée au marché de l industrie de l automobile nord-américain. Cela aura également un impact important sur les émissions de GES du secteur du transport car l aluminium vient de plus en plus remplacer l acier, un métal trois fois plus lourd. Et on le sait bien, un véhicule plus léger consomme moins de carburant puisqu il nécessite moins d énergie pour accélérer. De plus, plusieurs composantes, telles que le moteur et les freins, peuvent être réduites, ce qui réduira encore davantage les émissions. Une récente étude conduite pour l Aluminium Association Transportation Group a démontré que le poids d une Toyota Venza pouvait être réduit de 28 % grâce à un changement de design maximisant l aluminium. Les émissions totales de GES sur la vie de chaque véhicule pourraient ainsi être réduites de 15 tonnes de CO 2 e 4. À l échelle du Québec, cela représente un potentiel de réduction de 75 millions de tonnes de CO 2 e 5. L automobile n est pas le seul moyen de transport où l aluminium réduit les émissions. La même logique de substitution s applique pour les autobus urbains et les véhicules lourds. En effet, dans le cas du transport de marchandises lourdes, chaque tonne d aluminium remplaçant une tonne d acier permet une économie moyenne de 20 tonnes de CO 2 e 6 sur la durée de vie du véhicule puisqu il pourra transporter une cargaison plus importante, tout en respectant les limites de poids sur les routes. Dans le cas d un autobus urbain, l économie est encore plus grande puisque le véhicule est constamment en mode arrêtdépart (40 à 45 tonnes de CO 2 e économisées par tonnes d aluminium) 7. De plus, si on utilise de l aluminium québécois, on réduit encore plus les émissions (potentiellement jusqu à 10 tonnes de CO 2 e de réductions additionnelles par tonne d aluminium utilisée) en raison de la faible empreinte de notre aluminium en comparaison avec la moyenne de l industrie. Dans le cas des avions et des trains à grande vitesse, le potentiel de réductions des émissions liées à l utilisation accrue de l aluminium ne passe pas par la substitution de certains métaux, puisque ces véhicules ont déjà un fort contenu en aluminium 8. Dans ce secteur, la contribution future de notre industrie passera plutôt par le développement d alliages plus légers et plus performants, tel que l aluminium-lithium, qui aidera notamment à réduire les émissions de GES des avions de la série C de Bombardier. Notons que Rio Tinto Alcan, avec son Centre de recherche et de développement Arvida, participe activement au développement de ces nouveaux alliages pour le marché de l aéronautique et de l aviation. Finalement, l utilisation croissante de l aluminium facilitera l adoption des voitures et des autobus électriques puisque la réduction du poids du véhicule permet également une réduction des dimensions de la batterie, ce qui a pour effet de réduire le coût de fabrication du véhicule 9. Malgré tout ceci, Rio Tinto Alcan s étonne que le premier objectif de la future politique énergétique du gouvernement soit la réduction des gaz à effet de serre. Ne serait-ce pas là le premier objectif d une politique environnementale? 4 p.9 et 14, pour une durée de vie de km de véhicules. 6 p p p.15. Voir aussi annexe 6 au présent mémoire. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 13 de 57

14 Si Rio Tinto Alcan souscrit à cet objectif et assume un leadership en matière de réduction des GES, il lui apparaît que la future politique énergétique du Québec doit chercher en priorité à contribuer à la prospérité des Québécois par des choix judicieux et stratégiques en matière d énergie afin de soutenir et stimuler un développement économique durable et créateur de richesse. Cet axe traditionnel, qui a forgé le Québec moderne, celui de l énergie comme levier de prospérité, est relégué au second plan. Agissant en rupture avec des décennies d histoire, le gouvernement semble voir l énergie comme un mal nécessaire plutôt que comme une ressource pouvait porter le progrès de notre société. Une politique qui doit appuyer le secteur manufacturier Rio Tinto Alcan recommande : De réaffirmer le lien historique entre la politique énergétique et le développement économique régional, notamment pour le retour d un secteur manufacturier florissant. Cette future politique énergétique devra notamment traduire un souci du gouvernement à l égard du secteur manufacturier. Un secteur manufacturier fort contribue plus que tout autre au développement économique. Il s agit du segment économique qui possède l effet multiplicateur le plus important. Ainsi, pour chaque emploi dans le secteur manufacturier, trois emplois non-manufacturiers sont créés. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 14 de 57

15 Dans les pays où ce secteur constitue 20 % du PIB, il représente de 60 à 90 % à des exportations dans les pays de l OCDE. Enfin, c est le secteur qui investit le plus en R&D. Encore pour les pays de l OCDE où le secteur atteint 20 % du PIB, le secteur génère plus de 80 % des dépenses en R&D. Dans une société qui se veut de plus en plus innovante, c est un atout clef. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 15 de 57

16 Or, la part des industries de fabrication dans le PIB du Québec est passée de 22,9 % en 2000 à 14,1 % en Et les emplois dans le secteur manufacturier ont suivi une courbe presque semblable. Alors que ce secteur fournissait 18,5 % des emplois de la main-d œuvre québécoise en 2000, il n en fournit plus que 12,5 % en Dans cette chute alarmante, des secteurs entiers ont été presque décimés. 10 Source : Institut de la statistique du Québec 11 Ibid. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 16 de 57

17 Ce déclin du secteur manufacturier fragilise l économie québécoise toute entière. Les économies les plus performantes du monde comptent sur un secteur manufacturier en santé dont le seuil ne devrait pas baisser sous la barre des 20 %. Les entreprises de fabrication représentent un segment stratégique de l économie, parce qu elles fournissent de bons emplois, parce qu elles mettent en œuvre la capacité d innovation d une société et parce qu elles sont un trait d union entre les secteurs des ressources et des services. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 17 de 57

18 Or, dans le secteur manufacturier plus que tout autre, le prix et la disponibilité de l énergie peuvent faire la différence entre grandir et périr. Le document de consultation du gouvernement est à toutes fins pratiques silencieux sur cet enjeu stratégique d importance, se limitant au vague souhait «d attirer et développer des entreprises manufacturières à valeur ajoutée», figurant en page 68. Rio Tinto Alcan s inquiète vivement du manque d intérêt pour le secteur manufacturier dans le document de consultation. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 18 de 57

19 Le cas de nos voisins du sud Les États-Unis, sensibles à cette même problématique, relancent leur secteur manufacturier basé sur deux constats : l écart des coûts de main-d œuvre avec la Chine diminue et le prix de l énergie peut servir de moteur de relance. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 19 de 57

20 Un impact économique structurant sur l économie du Québec Aluminerie Arvida, Centre technologique AP60 : le futur de l aluminium se conjugue au Québec Rio Tinto Alcan réalise au Québec des investissements qui sont parmi les plus importants de l industrie. En tête de liste soulignons celui de l Aluminerie Arvida, Centre technologique AP60, l appellation officielle de cette usine pilote située au Complexe Jonquière. Cette installation est présentement en démarrage, le premier lingot d aluminium y ayant été produit le 7 septembre dernier. Cette plateforme expérimentale à l échelle industrielle est une vision du futur de l industrie. Elle repose sur une technologie exclusive à Rio Tinto Alcan développée au Québec et en France. Dans son appellation, le chiffre 60 évoque sa puissance sans précédent de ampères. Cette puissance, toute en énergie propre, fait de cette usine la plus moderne, parmi les plus efficaces et écologiques au monde. Chaque cuve produira 40 % plus d aluminium que les cuves de générations précédentes. Cette usine, qu on viendra visiter de partout dans le monde, a été construite au cours des cinq dernières années grâce à un investissement de 1,2 milliard $, dont 50 % ont été dépensés au Saguenay Lac-Saint-Jean et 75 % au Québec. Même si le chantier AP60 a été un très gros chantier comportant plusieurs risques, ses performances en santé-sécurité figurent parmi les meilleures de l industrie de la construction au Québec. Un exemple concret est l atteinte d un jalon remarquable de d heures sans accident consignable. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 20 de 57

21 Le Bureau de développement économique régional : l engagement, selon Rio Tinto Alcan Afin de maximiser l impact régional de ses activités dans les communautés où elle est présente, Rio Tinto Alcan a mis sur pied il y a dix ans son tout premier Bureau de développement économique régional 1. Nous sommes la seule entreprise au Québec dotée d un tel outil ayant pour mission de renforcer l économie locale en favorisant la diversification économique, le développement des liens d affaires entre des partenaires (réseautage) et le développement durable. Ce bureau est un partenaire des communautés offrant à des entreprises locales des services techniques et financiers aidant à leur démarrage ou à leur croissance. Ce ne sont pas ici que de vaines paroles. Rio Tinto Alcan a démontré ses convictions lors de ses deux plus importants investissements au Québec : les dépenses au Québec lors de la construction de la première phase de l Aluminerie Arvida, Centre technologique AP60, atteignent 912 millions de dollars sur un total de 1,2 milliard de dollars. De la même manière, la construction de la 13 e turbine à la centrale hydroélectrique de Shipshaw, un investissement de plus de 282 millions de dollars dont 60 % ont été dépensés au Saguenay Lac-Saint-Jean et 92 % ont été dépensés ici, au Québec, des résultats dont peu de grands chantiers peuvent se targuer. Le CRDA : l un des plus importants centres de R&D privés au Canada Rio Tinto Alcan est reconnu à travers le monde pour son leadership technologique et sa capacité d innovation, qui se révèlent dans la mise au point de la technologie AP60, mais qui s expriment aussi dans toutes les facettes de l entreprise. Parmi ses réalisations, le CRDA est directement responsable de la mise au point de technologies antipollution et de procédés d efficacité énergétique qui ont permis à Rio Tinto Alcan (et aux autres alumineries opérant la technologie AP) d augmenter sa production de 50 % depuis 1990 tout en diminuant d autant les émissions de gaz à effet de serre liées à ses opérations. 1 Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 21 de 57

22 Une entreprise qui évolue dans un marché mondial en mutation Rio Tinto Alcan recommande : D utiliser stratégiquement le levier de l énergie du Québec en fonction de l importance des coûts d énergie pour les entreprises et leur exposition aux marchés mondiaux. Les retombées des activités de Rio Tinto Alcan sont majeures, nombreuses et structurantes pour le Québec. Elles s appuient sur des relations étroites avec la communauté. Rio Tinto Alcan est une entreprise internationale qui valorise son enracinement local. Mais la réalité de Rio Tinto Alcan est également celle d une entreprise qui évolue dans un marché mondial tributaire de la situation économique internationale. Les alumineries sont des partenaires de confiance pour les Québécois. Elles sont présentes depuis plus de 100 ans. Elles investissent à long terme. Elles sont ici pour rester. Mais si l environnement dans lequel elles évoluent n est plus concurrentiel à l échelle mondiale, ce sont d autres pays qui s accapareront la croissance de la demande et bénéficieront des retombées qui y sont associées. Cette perte de vitesse du Québec dans le monde de l aluminium est déjà débutée, notamment lorsque les pays concurrents possèdent des avantages concurrentiels au niveau des coûts d investissement ou de la main-d œuvre. Dans cette industrie où le mot clé est «énergie», la relation est directe : plus l énergie est concurrentielle, plus la croissance est forte. Rentabilité mise à mal Dans les mois suivant l éclatement de la crise économique et financière en 2008, le prix de l aluminium a plongé de 60 %. Après un regain d optimisme en 2010 puis, en 2011, de nouvelles inquiétudes ont surgi, principalement en provenance d Europe avec l éclatement de problèmes liés à l endettement des États. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 22 de 57

23 Variation du prix de l aluminium (US$/tonne) 12 La crise européenne et la faiblesse de la reprise américaine ont participé à un ralentissement de la croissance des pays émergents, notamment en raison de la diminution des achats de biens manufacturés en Asie. L économie mondiale tourne aujourd hui au ralenti et son plein rétablissement prendra du temps. Dans cette mouvance, les inventaires d aluminium s accumulent et les prix sont bas. La tonne d aluminium qui se vendait dollars avant l éclatement de la crise financière de 2008 ne valait que dollars en 2009 et oscille toujours autour de dollars la tonne au moment d écrire ces lignes, en septembre L impact de cette dépréciation de l aluminium est énorme. Depuis le début de l année 2013, l aluminium a perdu 350 dollars la tonne. Pour Rio Tinto Alcan, cela correspond à une perte annuelle de revenus de plus de 525 millions de dollars, et cela en quelques mois seulement. 12 London Metal Exchange (www.lme.com/en-gb/metals/non-ferrous/aluminium/#tab2 ). Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 23 de 57

24 L aluminium : un choix stratégique pour le Québec L industrie de l aluminium est confrontée à une conjoncture défavorable. Toutefois, la force de ces vents contraires ne change en rien les perspectives à long terme de l industrie. Selon Rio Tinto Alcan, la demande mondiale hors Chine pour l aluminium devrait croître à un rythme moyen de 4 à 5 % par année. Plusieurs facteurs soutiennent cette prévision. Rio Tinto Alcan et l industrie envisagent l avenir avec confiance. Mais pour traverser les turbulences actuelles et pour profiter du retour à la croissance, Rio Tinto Alcan doit évoluer avec une structure de coûts et dans un environnement fiscal et réglementaire qui lui permettent de faire face à une concurrence internationale extrêmement vive. Dans cet esprit, la question du coût de l énergie, premier intrant dans la fabrication de l aluminium, est éminemment stratégique. L apport des usagers grande puissance à l économie du Québec Les grands consommateurs d électricité, dont fait partie Rio Tinto Alcan, sont malgré tout mal perçus par le public en général. Ils sont pourtant parmi les plus grands contributeurs à la prospérité du Québec. Grâce à l énergie et au savoir-faire de notre main-d œuvre, le Québec s est hissé parmi les leaders d une industrie mondiale pleine d avenir. Et cette industrie est payante pour le Québec. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 24 de 57

25 En 2010, les expéditions québécoises d aluminium sur les marchés étrangers ont représenté une valeur de 6,2 milliards de dollars, ce qui en fait le premier domaine d exportation du Québec 13, partageant ce premier rang, en alternance, avec l industrie aéronautique, loin devant tous les autres secteurs 14. Les alumineries, les entreprises du secteur des pâtes et papiers, le secteur de la sidérurgie, de la pétrochimie et les mines, contribuent à hauteur d environ 14 milliards de dollars au PIB du Québec, environ 4 % du total. Leurs activités génèrent pour le gouvernement des revenus fiscaux annuels directs de quelque quatre milliards de dollars, soit 6,3 % de l ensemble des recettes fiscales de l État québécois. Parmi les grands consommateurs d énergie, l industrie de l aluminium est celle qui dépend le plus d un accès à de l électricité à coût compétitif : d abord à cause de l importance de l énergie dans ses coûts d opération, soit d environ 25 à 30 %, et ensuite, parce que ce sont des entreprises qui exportent environ 70 % de leur production et qui évoluent, de ce fait, dans un marché mondial. 13 Institut de la statistique du Québec, Principaux produits d exportation, Québec, 2010, 14 Valeur des exportations de marchandises, selon les secteurs du SCIAN1, Québec, , Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 25 de 57

26 L aluminium est particulièrement exposée aux conditions de marché, tant pour la vente de son produit que sa structure de coûts. De fait, en devise associée à ses revenus, le coût effectif du tarif L a augmenté de 85 % en 10 ans. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 26 de 57

27 L aluminium est, comme on le constate à l étude, sensible à ces facteurs comme nulle autre industrie présente au Québec. Dis autrement, l aluminium est l industrie qui souffre le plus du prix élevé de l électricité. Elle est aussi celle qui répond positivement le mieux à un prix compétitif. Dans la lignée de ce qui a été largement documenté dans le cadre du régime carbone, le Québec a tout intérêt à cibler l utilisation stratégique de son levier énergétique en relation avec ce qu on a appelé, en anglais, les «energy intensive, trade exposed enterprises», en raison du degré d exposition des entreprises envers le coût de l électricité et du marché extérieur. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 27 de 57

28 Achats d électricité auprès d Hydro-Québec Rio Tinto Alcan recommande : D offrir aux grandes entreprises électro-intensives comme les alumineries un bloc d énergie à un prix permettant d attirer au Québec des investissements structurants et d assurer l avenir et la croissance dans les régions du Québec. Rio Tinto Alcan est un important producteur d électricité mais, pour combler ses besoins, est aussi un important client d Hydro-Québec. Pour ses propres usines, Rio Tinto Alcan achète environ 10 % de son électricité auprès d Hydro-Québec. À cela s ajoutent les contrats des alumineries Alouette à Sept-Îles et ABI à Bécancour, dont Rio Tinto Alcan est respectivement partenaire à 40 % et 25 %. Enfin, pour croître, Rio Tinto Alcan estime qu elle aura besoin de consommer 225 MW additionnels, sinon un autre 400 MW pour ses projets potentiels à Arvida et Alma. Mises ensemble, les alumineries du Québec achètent présentement pour quelque 750 millions de dollars d électricité auprès d Hydro-Québec à chaque année, ce qui participe de façon substantielle au dividende qu Hydro-Québec verse au gouvernement du Québec pour le bénéfice de l ensemble des Québécois 15. Ces ventes d électricité aux alumineries sont faites en fonction de contrats basés sur le tarif grande puissance d Hydro-Québec, le tarif L, ajusté pour certains utilisateurs selon des considérations particulières telles le cours de l aluminium ou des devises ou encore en fonction de l inflation. Le tarif L est actuellement fixé à 4,25 cents le kilowattheure pour les grands consommateurs livrés à haute tension. Ce tarif de 4,25 cents positionne le Québec dans le quatrième et dernier quartile des coûts de l énergie de l industrie de l aluminium. Cela signifie que pour trois-quarts des installations de production d aluminium, le prix de l électricité est plus faible que celui demandé au Québec. 15 Voir le mémoire de l Association de l aluminium du Canada à la Commission sur les enjeux énergétiques pour le détail de ces achats et de leur impact positif pour le Québec. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 28 de 57

29 Sources : CRU, Hydro-Québec, Régie de l énergie La comparaison des coûts d énergie explique notamment pourquoi des pays du Moyen-Orient se sont fait une place rapidement dans le monde de l aluminium. Sources : CRU, Hydro-Québec Il faut briser le mythe tenace selon lequel le Québec offre des tarifs d électricité extraordinaires. Ce n est plus vrai. À ce prix, le Québec est aujourd hui en arrière du peloton. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 29 de 57

30 Le tarif L, structure et coût réel Le tarif L est trop élevé. Il n est plus concurrentiel. Il est aussi trop élevé par rapport au coût réel de production de cette énergie par Hydro-Québec. La marge de manœuvre du gouvernement pour abaisser ce tarif est réelle, et c est tout le Québec qui y gagnera au change. Le tarif L d Hydro-Québec est présentement de 4,25 cents / kwh. Il comprend le prix pour la production d Hydro-Québec, tel que fixé par la loi, les achats des producteurs privés (éolien, biomasse, etc.), et le coût de son transport sur les lignes à haute tension ainsi que certains frais de distribution et de service à la clientèle 16. Qu est-ce que le bloc patrimonial «Ce dernier [est] constitué de l énergie produite à partir du parc d équipements en service au moment de l adoption de la loi [an 2000], soit 165 TWh Ce qui comprend tous les barrages et toutes les centrales construits depuis plus de 60 ans dont plusieurs étaient pleinement amortis et d autres à la veille de l être.» Blog de Jacques Brassard, ancien ministre des Ressources naturelles La Régie de l énergie établit les tarifs d électricité d Hydro-Québec à partir d un coût d énergie pour le bloc patrimonial (voir l encadré) de 2,79 cents / kwh, tel que l exige sa loi constitutive depuis Une étude indépendante réalisée pour le compte de Rio Tinto Alcan selon la méthode utilisée par la Régie de l énergie du Québec, établit aujourd hui le coût réel de production de cette électricité à 1,79 cents / kwh pour le parc historique d Hydro- Québec et à 2,27 cents / kwh pour l ensemble du parc d Hydro-Québec La différence est imposante et il en résulte un prix insoutenable pour notre industrie. 16 Pour les clients industriels, le coût pour les servir est moindre pour Hydro-Québec que pour alimenter un domicile. Pour un client domestique, il faut alors ajouter le coût du réseau de distribution pour descendre la tension de centaines de milliers de volts à aussi peu que 110 volts pour la consommation de nos appareils domestiques. 17 Ajusté au facteur de charge élevé des usagers grande puissance, le prix imputé pour le bloc patrimonial de 2,79 cents / kwh devient 2,47 cents / kwh pour le tarif L. Le raisonnement reste le même puisque le coût réel de 1,79 passe alors à 1,59 /kwh. De même, le coût pour le parc complet actuel d Hydro-Québec pour la grande puissance de 2,27 devient 2,01. C est ce montant qui nous utiliserons par la suite dans ce mémoire. 18 Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 30 de 57

31 Coût de production vs prix payé Tarif L L écart s explique par un profit excessif sur la production provenant des grands barrages d Hydro-Québec payés par les usagers québécois, par leur amortissement depuis plus de 10 ans, et par la baisse du coût de la dette d Hydro-Québec. Comme il en est pour une maison, plus les ans passent plus la portion de capital à rembourser diminue sur l actif que constituent les centrales hydroélectriques. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 31 de 57

32 Janvier 2000 Juin Novembre Avril Septembre Février Juillet Décembre Mai Octobre Mars Août Janvier 2005 Juin Novembre Avril Septembre Février Juillet Décembre Mai Octobre Mars Août Janvier 2010 Juin Novembre Avril Septembre Février Juillet Décembre De même, plus le taux d intérêt baisse, plus le rendement requis pour rembourser les emprunts et l investissement du gouvernement du Québec baisse, passant de 9,8 % en 2001 à 6,7 % en On constate aisément cette tendance à la baisse par la diminution de plus de 4 % du taux d intérêt sur les bons du trésor de 2000 à maintenant Bank of Canada Interest Rates ( ) 19 Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 32 de 57

33 L interfinancement, cet autre mythe persistant L interfinancement mérite aussi examen. Bien que l on persiste à croire au Québec que l industrie paie son électricité moins cher que les clients résidentiels et qu il en découle que ceux-ci subventionnent l industrie, rien n est plus faux. Au Québec c est l industrie qui subventionne les Québécois. Au prix du tarif L à 4,25 cens / kwh, les grands consommateurs contribuent aux revenus d Hydro-Québec à un niveau plus élevé que ce qu il en coûte de les servir. Ce montant excédentaire permet de réduire le prix de l électricité aux Québécois, au tarif domestique. Les données d Hydro-Québec elles-mêmes démontrent que le prix exigé des usagers du tarif L est supérieur aux coûts, alors que pour la clientèle domestique, le tarif de distribution est inférieur aux coûts. L interfinancement met donc à contribution les grands utilisateurs pour compenser la distribution domestique qui serait, autrement, déficitaire. On pense, de manière simpliste, que si je paie 7,5 à la maison et que l industrie paie 4,7, que je la subventionne. Or s il en coûte 8,9 pour m alimenter, Hydro-Québec perd de l argent alors que s il en coûte 4,1 pour alimenter l industrie, elle y gagne! Il est grand temps que la politique énergétique du Québec fasse état de cette réalité. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 33 de 57

34 Au coût véritable de production de 1,79 /kwh pour le parc historique, ou même de 2,27 /kwh pour l ensemble du parc de production d Hydro-Québec, s ajoutent les frais et les pertes de transport à haute tension ainsi que les coûts de distribution et de service à la clientèle. Au total, le prix livré au client de l électricité d Hydro-Québec est de 2,85 /kwh pour l ensemble du parc de production d Hydro-Québec, incluant le rendement sur l investissement du gouvernement auprès d Hydro-Québec. Il serait de 3,34 /kwh pour livrer de l électricité à une industrie qui ne fournirait pas les équipements de transformation à partir du réseau d Hydro-Québec. Si on prend en considération le coût réel de l énergie produite par Hydro-Québec en 2013, on voit apparaître une marge de manœuvre d au moins 1,4 /kwh permettant au Québec de faire le choix stratégique de réduire le tarif offert aux industries électro-intensives pour appuyer le développement économique. Le gouvernement du Québec doit oser s inscrire dans la tradition née avec la nationalisation de l électricité, de faire de notre énergie un levier de développement et de prospérité. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 34 de 57

35 Ramener le tarif L au premier quartile Rio Tinto Alcan recommande : De réaffirmer sa volonté d offrir une énergie compétitive dédiée à la croissance du secteur de l aluminium, moteur économique du Québec, qui le place dans le premier quartile de l industrie. Rio Tinto Alcan estime que la nouvelle politique énergétique du Québec doit affirmer la volonté de l État québécois d utiliser à des fins stratégiques de développement économique le levier que représente son hydroélectricité. Un tel positionnement est d autant plus envisageable que le Québec se retrouve actuellement en situation de surplus énergétique, que la valeur des exportations d électricité vers les États-Unis est en baisse à cause de la concurrence ravivée sur le marché américain des centrales thermiques au gaz naturel et que l entrée en service prochaine des aménagements hydroélectriques de la Romaine ajoutera au portefeuille d Hydro-Québec. Pour ces raisons, Rio Tinto Alcan recommande au gouvernement du Québec de se donner pour cible de ramener le prix de l électricité offert aux grandes entreprises électro-intensives aussi près que possible du 1 er quartile sur le plan international, soit parmi les pays du monde qui offrent l électricité au meilleur coût aux grandes entreprises créatrices de richesse. Cet objectif de se positionner parmi les meilleurs n est pas différent de celui que s impose Rio Tinto Alcan dans l ensemble de ses opérations à l égard de l ensemble de sa structure de coûts. Ce ne sont pas que des vœux pieux. Pour assurer sa viabilité, l entreprise aura retiré, avec notamment l arrêt de production anticipée de l Usine Shawinigan, plus de tonnes de capacité de production d aluminium à travers le monde, toujours lors de période difficile : en 2009 : fermeture complète de Beauharnois et Anglesey (U.K.) et fermeture partielle de Søral (Norvège) et St-Jean-de-Maurienne (France); en 2012 : fermeture complète de Lynemouth (U.K.) et Lannemazan (France); et en 2013 : arrêt des opérations de Shawinigan. Pour prospérer et grandir dans cette économie tumultueuse, Rio Tinto Alcan propose au gouvernement d offrir par contrat spécial des blocs d énergie qui le place dans le premier quartile de la structure de coût de l industrie. Nous savons que le gouvernement dispose, au sein d Hydro- Québec, une marge de manœuvre lui permettant d offrir dès maintenant cette électricité à 2,85 cents / kwh. L écart restant pour atteindre le premier quartile appartient alors au gouvernement par le biais des autres leviers qu il possède ou peut développer. Cette proposition longuement murie et étudiée est basée sur les coûts réels de production et de transport d Hydro- Québec. Elle permettrait au gouvernement d atteindre ses cibles budgétaires et de participer de manière constructive au développement économique du Québec. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 35 de 57

36 En vendant à un prix compétitif, le gouvernement et le Québec gagnent sur deux plans. Ils reçoivent un juste prix pour l électricité, y compris un profit raisonnable sur l investissement. Le gouvernement augmente ensuite la richesse des Québécois qui se trouvent alors à payer plus d impôts sur les profits de leurs entreprises et sur leurs salaires. Selon le modèle de l Institut de la Statistique du Québec, le revenu total pour le gouvernement excèdera toujours le bénéfice escompté de l exportation de notre électricité et éviter de créer ces emplois ailleurs. L occasion stratégique de procéder à un ajustement à la baisse est d autant plus grande, que même avec un prix concurrentiel, les revenus du gouvernement demeureront supérieurs aux revenus tirés de l exportation d énergie au cours des dernières années, ainsi que du prix espéré dans les années à venir en fonction des phénomènes de marché présents à l échelle continentale. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 36 de 57

37 Les bénéfices Le jeu en vaut la chandelle. À travers le monde, les pays qui ont vu leur industrie de l aluminium connaître la plus forte croissance ont en commun des coûts d électricité plus bas que ceux du Québec. Cela vaut pour des pays comme l Islande, la Norvège ou l Australie qui peuvent être comparés au Québec sur le plan des charges sociales et du fardeau fiscal De nombreux pays ont été ciblés en fonction de leur contexte économique et social, de leur industrie et des sources de production d énergie. Six principaux ont été retenus pour une étude approfondie pour en tirer des enseignements transposables au Québec. Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 37 de 57

38 L exemple de l Islande est particulièrement intéressant. Petit producteur d aluminium jusqu au début des années 2000, ce pays a misé sur un prix d électricité dans le deuxième quartile pour se hisser en quelques années parmi les joueurs d importance sur la scène internationale. En abaissant le coût d approvisionnement en électricité pour la grande industrie pour le ramener le plus près possible du 1 er quartile, le Québec pourrait éviter de glisser et perdre son 4 e rang de producteur à l échelle mondiale. Il pourrait au contraire se hisser parmi les sociétés occidentales (ce qui fait exception de la Chine) où l industrie de l aluminium est promise à la croissance la plus dynamique. Cette croissance est tout à fait envisageable. Et à eux seuls, les projets dans les cartons de Rio Tinto Alcan seraient rentables pour le gouvernement. L Aluminerie Arvida, Centre technologique AP60, actuellement en démarrage 21, a une capacité de production annuelle de tonnes; les phases 2 et 3 y ajouteraient tonnes; Le projet de croissance de l aluminerie d Alma prévoit l ajout de tonnes de production. De surcroît, le Québec se donnerait un argument de poids pour accélérer les autres projets de développement de l industrie pour s accaparer une part grandissante d un marché croissant. Mais nous n y sommes pas encore. 21 Le 7 septembre 2013, Rio Tinto Alcan a souligné la première coulée de métal à l aluminerie Arvida, Centre technologique AP60 : Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques - octobre 2013 Page 38 de 57

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC Le 27 mars 2015 La voiture électrique au Québec Une solution durable et rentable pour réduire la pollution

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD Désenclavement nordique du pétrole par un jumelage éolien - micrognl

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS?

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL L électricité est appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans les transports collectifs et

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

allianceautopropane.com

allianceautopropane.com allianceautopropane.com QUI EST ALLIANCE AUTOPROPANE? LE PLUS GRAND RÉSEAU D AUTOPROPANIERS EN AMÉRIQUE Alliance AutoPropane est un réseau de propaniers qui se consacre à la distribution et à la vente

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

Transport maritime courte distance

Transport maritime courte distance Transport maritime courte distance Nicole Trépanier ZIP Ville-Marie Stratégies Saint-Laurent Longueuil - 7 juin 2006 Armateurs du Saint-Laurent 19 membres actifs (transporteurs maritimes) 55 membres associés

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Présentation aux investisseurs. Le 3 juin 2009

Présentation aux investisseurs. Le 3 juin 2009 Présentation aux investisseurs Le 3 juin 2009 Énoncés prospectifs MISE EN GARDE RELATIVEMENT AUX DÉCLARATIONS PROSPECTIVES Cette présentation peut contenir des informations prospectives au sens des lois

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Performance commerciale du Canada

Performance commerciale du Canada Document de travail des Performance commerciale du Canada Examen de huit indicateurs Dylan Moeller d EDC Le 1 er août 2012 11 Table des matières Résumé... 3 1. Croissance des exportations... 5 2. Croissance

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Rôle clé dans la structuration de l industrie du CR Modèle de création d emplois de qualité et

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

Réalisation. Diffusion

Réalisation. Diffusion Édition 2004 Édition 2004 Réalisation Cette publication a été préparée par la Direction des politiques et des technologies de l énergie, Secteur de l énergie et des changements climatiques, ministère

Plus en détail

HUIT RAISONS DE FAIRE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC ET DE VOTER POUR LE BLOC QUÉBÉCOIS.

HUIT RAISONS DE FAIRE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC ET DE VOTER POUR LE BLOC QUÉBÉCOIS. HUIT RAISONS DE FAIRE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC ET DE VOTER POUR LE BLOC QUÉBÉCOIS. Chères Québécoises, chers Québécois, Dans le cadre de sa campagne permanente de promotion de l indépendance, le Bloc Québécois

Plus en détail

L émergence d une culture en maîtrise de l énergie au Québec : un équilibre offre demande?

L émergence d une culture en maîtrise de l énergie au Québec : un équilibre offre demande? L émergence d une culture en maîtrise de l énergie au Québec : un équilibre offre demande? Présenté par Éric Le Couédic, ing., M.Sc.A. Directeur Démarches d accompagnement en efficacité énergétique Congrès

Plus en détail

Soumission à la consultation pré-budgétaire du Nouveau-Brunswick janvier 2011

Soumission à la consultation pré-budgétaire du Nouveau-Brunswick janvier 2011 1 Soumission à la consultation pré-budgétaire du Nouveau-Brunswick janvier 2011 La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau-Brunswick apprécie cette occasion de présenter les priorités budgétaires

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Paris, le 20 février 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Un renforcement substantiel des gains de productivité et une nette progression des résultats en 2014 par rapport

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité]

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Province du Manitoba Climate Change Planning Resource Guide Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Élaboré par : Remerciements : P. ex. conseil municipal, conseil d administration,

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

AUTOBUS HYBRIDES ET ÉLECTRIQUES BILAN ET PROSPECTIVE

AUTOBUS HYBRIDES ET ÉLECTRIQUES BILAN ET PROSPECTIVE AUTOBUS HYBRIDES ET ÉLECTRIQUES BILAN ET PROSPECTIVE Notre expertise fait votre force 4 ième Journée transport de l ACMÉ, 26 novembre 2013 AVT, Qui sommes-nous? Société en nom collectif dont les actionnaires

Plus en détail

LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ

LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ JEUX DU COMMERCE 2008 CAS COMPTABILITÉ FINANCIÈRE LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ Éric Déry, CA, MBA Département des Sciences comptables Université du Québec à Trois-Rivières 2007 Toute reproduction, en

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Assemblée annuelle de Industries Lassonde inc. 15 mai 2012. Résultats financiers de l exercice 2011 et du premier trimestre 2012

Assemblée annuelle de Industries Lassonde inc. 15 mai 2012. Résultats financiers de l exercice 2011 et du premier trimestre 2012 Assemblée annuelle de Industries Lassonde inc. 15 mai 2012 Résultats financiers de l exercice 2011 et du premier trimestre 2012 Faits saillants Année 2011 : Résultats En millions $ (sauf le BPA) Exercices

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Hausse des tarifs d'électricité au Québec : éléments de problématique

Hausse des tarifs d'électricité au Québec : éléments de problématique Hausse des tarifs d'électricité au Québec : éléments de problématique Charles A. Carrier 1 ASDEQ, Comité des politiques publiques Document CPP 2004-01 La société Hydro-Québec a récemment proposé à la Régie

Plus en détail

Recommandations du Forum jeunesse de l Île de Montréal en matière d économie et d emploi

Recommandations du Forum jeunesse de l Île de Montréal en matière d économie et d emploi Recommandations du Forum jeunesse de l Île de Montréal en matière d économie et d emploi DANS LE CADRE DES CONSULTATIONS PRÉBUDGETAIRES BUDGET 2014-2015 PRIORITÉ EMPLOI Ministère des Finances et de l Économie

Plus en détail

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands UNIDEN UNION DES INDUSTRIES UTILISATRICES D'ENERGIE 19.04.04 DIRECTIVE «QUOTAS D EMISSION» : COMMENT EVITER DE DESASTREUSES CONSEQUENCES? La mise en œuvre de la Directive «Quotas d émission», via son impact

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Le recul des marchés et les pressions sur les coûts des intrants affaiblissent le résultat Le résultat sous-jacent de Hydro pour les activités continuées s établit à 968 millions NOK pour le 3e trimestre,

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Rapport d enquête 24 octobre 2008

Rapport d enquête 24 octobre 2008 Impact du management de la qualité sur la performance financière des entreprises lauréates des Grands Prix québécois de la qualité Rapport d enquête 24 octobre 2008 Table des matières 1. Introduction 3

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

Schneider Electric. Lyon. 30 mars 2015

Schneider Electric. Lyon. 30 mars 2015 Schneider Electric Lyon 30 mars 2015 1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations, établies sur la base des estimations actuelles de la Direction

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

par Maxime Lalonde-Filion

par Maxime Lalonde-Filion ANALYSE DES IMPACTS ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIÉS À L'IMPLANTATION MASSIVE DES VÉHICULES HYBRIDES ÉLECTRIQUES RECHARGÉS PAR LE RÉSEAU (PLUG-IN HYBRID ELECTRIC VEHICLE : PHEV) AUX ÉTATS-UNIS

Plus en détail

Forum d EL MOUDJAHID. Mr Ali Hached. Conseiller du Ministre

Forum d EL MOUDJAHID. Mr Ali Hached. Conseiller du Ministre Forum d EL MOUDJAHID Intervention du Ministère de l Energie et des Mines présentée par Mr Ali Hached Conseiller du Ministre 26 août 2012 Monsieur le Directeur Général, Je vous remercie pour l invitation

Plus en détail

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Face à des budgets de plus en plus serrés, des inquiétudes sur l empreinte écologique, ainsi que des coûts de plus en plus élevés

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile.

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles Mémoire Présenté par l Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec

Plus en détail

Points de repère n 4 8ème session du Forum économique et financier franco-vietnamien. Assistance Technique France. 17-18 novembre 2009 à Ha Long

Points de repère n 4 8ème session du Forum économique et financier franco-vietnamien. Assistance Technique France. 17-18 novembre 2009 à Ha Long Points de repère n 4 8ème session du Forum économique et financier franco-vietnamien Assistance Technique France public experts in economics & finan La politique vietnamienne de l énergie dans une stratégie

Plus en détail

ROULEZ ÉLECTRIQUE Cadre normatif 14 janvier 2014

ROULEZ ÉLECTRIQUE Cadre normatif 14 janvier 2014 ROULEZ ÉLECTRIQUE Cadre normatif 14 janvier 2014 Ce document a une valeur légale. Il prévaut sur les dépliants et les autres renseignements publiés sur le programme Roulez électrique. Entrée en vigueur

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Pointe et chauffage électrique

Pointe et chauffage électrique Pointe et chauffage électrique Enquête et décryptage sur une bien curieuse singularité française Association négawatt 1 er déc 2009 011209e Pour commencer, un petit lexique Pour caractériser la puissance,

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

L énergie en Wallonie et à Bruxelles

L énergie en Wallonie et à Bruxelles L énergie en Wallonie et à Bruxelles Yves Marenne - ICEDD Forum étopia «Kyoto 2» du 16 février 2005 étopia_ 1 Introduction : L état des lieux de la situation énergétique en Wallonie et à Bruxelles donne

Plus en détail

Détails de notre performance environnementale

Détails de notre performance environnementale Détails de notre performance environnementale Émissions de gaz à effet de serre Émissions totales de gaz à effet de serre (en tonnes d équivalent CO) 03 03 0 00 009 008 Activités au Canada 07 69 7 73 9

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail