L électricité et l eau en Afrique Panorama, Enjeux et Perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L électricité et l eau en Afrique Panorama, Enjeux et Perspectives"

Transcription

1 Panorama, Enjeux et Perspectives Publication PMC Janvier 2008

2 ! " $ % & &

3 ' ( ) * ) * ) % ' '+, '+,, -,. /., '+., 0, + 0, 0, 0, 0, % ' ( $ $,,. * $ $ /1, /1, /( / /0 / 2 /0 // 2 (( & $ *1 $ *1, % *1, 3 *-, 3 1, 3 ' / / 2& $ (, & (, &. ( & -, 4) -0, 52 $ 678 $ 9 -, 52 $ %7 2$%9./, 52 $ $7:$ 9.(, ) $ 78 $8 )9.(, 8 3 ' *, ). $.- ; $ :'.-, $ ' ".0, "<.0, 01 / 6 $ 0/, & = 0/, /1/ 0/, < 0(, 0* % 0-

4 >' /?A $ /11*... >' (?: >8 >' > '?%7B 9 /11... >' -?% /11*>8 '... 7>8 '9$.*/11*... > ' 0?2 ' C8 ' $... >'?% C8 > ' 1?D7 9 ' &... >'?;"< $ /11*... >' /?;"< $ /11*... > ' /11*... > ' *?%' /11*... > '?;"< 3 2=6$ /11... > ' -?... >'.? '9... ;/2 F32=6$%2=$%... ;(? ' 8 $... E?%' E /?%' E (?A ' 2$... E -?%' "<... E.?%' F32=6$... E 0?%' F32=6$%2=$%... E?"< H... E 1?% 8 $... 2?% 3 2=6$ 2/? ' $ 2(?: $ :' 2*?I ' 2?$ 6 2-? ? 3 2=6$ 20?A $ "< 2?A5 A% 21?$ 4 '?F 78 $> 9 78 $ 9 2? & = %5) 2/? F3 2=6$ 2(?2 :)A;2

5 " " $% &$$ '+ % % %& & '%&& ' JJ) " ' < < " E< ' '+ < '+? < 5 "! K '+ 5 " + H 2 $ < &( ) &$$* & +, & %, +$+ -% %%$ %,-% $ % + +. &% )%$+.% $ + $+ % % / 0, % ++, ) %$'++$ +' = '! & 3 $ <. % %$ $ ) 1 %, -1 ' %$'++ %+ + '++'%&$' ',

6 2 +-$ 0+ % ' % & %+, +. * %& $ $ '+

7 2 "!" L électricité et l eau en Afrique 1. Présentation descriptive des secteurs de l électricité et de l eau et cartographies des différentes chaînes de valeur 1.1. L électricité $ %3 %' '+ 7*9? +% * +* %, " ' 456+%3 %'%7$$ " 8** ',9 " " " " " "4" 4" +% < %7$ ' 7 9F %&$ ', " 7 'L9

8 +' : &< +%, & $% %& $ % $1 $ 7$$%+;, 1$-1&)& %; $2 '?$% % +* $ % $+ 7/ (01//19 +$ %<+ -6 $ % % + %& 0 7$ $1% %+% * $1*0= % 2 % " M ; ) ' / $%$+ < % % $ % ' % %, 7 9 > N < "' 7;M;9 <' 47M; ( < ( % % %, '? >N<%+% M; 4,$ 7M;$/ ;*11/(1 9 +%& $) +, %+% 1 - >%&$ 2 ' " : H

9 7$$ : +*+% %*) *? $) 2% %% %%+% %7$$ + %$$+ $.( 7%+ + + %2 7'$%' %7$$0 * 1)7 %, 2 2? % %$.+ % 7 L9 %.+%&7 9 %%&'$ %+ % %(%, + % (% %%& % + %&+$ %%$+ $ 1.2. L eau $ %3 %' < < <' :? + * 3 %&'* +% %&+, *%, $ +( 2

10 4A6+% %'% " 3%&' +% %&+,, $ + 2 < "< 3%&' 2 < 2 +% %& +, < ' ' " 3 7F''9 %, %$ ' & ' F 2 ' 2 2 O " ' " < '+ *< <

11 & << & 7 L9 < " "L % ' F '+ % 4P E Q / 6R2$ ( 2' :$3 AE Connaissance et analyse des différents marchés de l eau et de l électricité 1.3. Analyse de l offre en utilities en Afrique &%&$$ 1* +% %&$$ $$ +$ + B % % (%$ B ' +. %CD +156' %+% %7$$% %$ $ %71 BAABA CAB5FA <IE<HE 5AH5<C 5HEAHC 5HC 5EI 5I AIII AIIB 1 CC5E FCE< E5E AEH 1%7 AEHA <HEE H<H 5IHIH 5BBF 1%7 EB 5BBA AAABH AEHHB <B<FI 1%" % AICIB <I<< E<FE 5B<<FA 5EC5CF 1 EABH 55<A 5EBFF A<CAEE AHHAEI :? = / 5' %' 5 '% ( 6 R 2$ * =

12 +1A6$+ %+% $1 1 AIIB 1 1%7 AD <D 1%7 HD 1 C<D 1%" % <CD :? = : +% $1% % $+&1 &1% % AIIB*%08A9$ +%+(%ID %+% %&$$ 1 7(9 $ $ $ 2.B(B/B %$$1,,'$ '%8<9$ + & %+% %$ % ' %& ', $ &, %& % $ + % %$ $1%$1 (%+% $12 1 % &* +% $1 " $ "-1B/11*" $* >%7' + %+%%7$$ 1%7 $" R @$P D< 01P "5 $ *7 %7$$%, >%7' +.$$' * : 4* $ *8< $1 * : 4 " ++( +' (%7$ %' % %0$ %+% +), $ $1 " 5, $* * $ " "

13 $ &+$ (%&$$% ' $% %$'++ %%+$ $ $11+%, %$ +% $1 ) % % % 2, ) '$ & $ $ %+.%&1%& $&(%. )%'%&$$, *,, %, 2 %$56+$ $ $1 %& Projet d interconnexion électrique entre Mali et Côte d Ivoire Le projet d interconnexion électrique en cours entre la Côte d Ivoire et le Mali s inscrivant dans le cadre de l intégration économique au sein de l UEMOA est en phase de démarrage avec un financement presque bouclé de l ordre de 64 milliards de FCFA. Cette ligne haute tension qui partira de Ferkessédougou (Côte d Ivoire) jusqu à Ségou (Mali) en passant par Sikasso et Koutchala, des villes maliennes 5. De plus l`interconnexion avec le réseau ivoirien va permettre à la société Energie du Mali (EDM), en difficulté, d`améliorer sa fourniture à un moment où l`entretien de la principale centrale thermique du pays exige des dépenses par heure estimées à 3 millions de FCFA. EDM estime qu`elle vend le KWh à grande perte, d`un prix d`achat à 198 francs CFA pour un prix de vente de 95 FCFA. L interconnexion de réseaux électriques entre le Bénin et le Nigeria Depuis des mois, les Béninois subissent des délestages intempestifs qui leur causent d énormes désagréments. Le Chef de l Etat béninois Thomas Boni Yayi a négocié avec le Nigeria une interconnexion qui soulagera en partie les populations béninoises qui souffrent depuis plusieurs mois d interruptions intempestives de la fourniture d électricité. L interconnexion des réseaux électriques de la Communauté Electrique du Bénin (CEB) et de la Transmission Company of Nigeria (TCN) a été mise en service en février dernier, à Sakété, localité située à cent kilomètres de la capitale béninoise, Cotonou. Le site a été inauguré en présence du président nigérian Olusegun Obasanjo, de son homologue ghanéen, John Kufuor, également président en exercice de l Union Africaine(UA), et du président togolais Faure nassingbé. Cette interconnexion assure désormais la continuité entre les réseaux du Nigeria, du Bénin, du Togo, de la Côte d Ivoire, du Niger et du Burkina. La TCN apporte à la CEB une puissance supplémentaire de 75 Mégawatts, ce qui éloigne sensiblement le spectre du délestage qui tourmente les populations du Bénin et du Togo. D un coût global de 13 milliards de F CFA, le projet a été financé par la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), la Banque Régionale d Investissement de la Communauté économique des Etats de l Afrique de l Ouest (BRIC) et la Banque africaine de développement (BAD). Le coût de la nouvelle source d électricité, du fait de la proximité entre le Bénin et le Nigeria, sera moins élevé pour l Etat béninois, comparé à l énergie fournie par la Côte d Ivoire et le hana. E = 1SS/11.

14 L électricité et l eau en Afrique %$+%' $%+$ $ $11+ '% +.%& *&, %' % ++%+.*%+, + % %7$$2 % + % + $* % 7++ % +% %$+ % $ + +.*%+ 2,56%7$ $1% +.%7 AIIC8 J9 % + $ 0(( : -/ /( >%&' -./ 1 / 1.* -- " /1- (( $ $ * * / --* ' ' +1<6%+% $1 J% +.%7 AIIC EHFF >%&' CHFF $ $ 5C5B : " $ HCB C5F AIA E< C5 5C 1.%$1 ' 2 = 7.B9 7/.B9 4P 7B9 " * +% 1 +%.%$1 7 %% ( $* %7( +%%7

15 2$ ' </*111=8 < 1BR > %5) >'<& -B - 4<6$+ %+.%$1 1%7 AFD $ $, $ 5D $ : " <ED 5<D CD CD, > %&' " CHD 55D 5ID 55D $+ %+.%$1 $+ %+ 0+$ 85FD9 $ $*+% $1 1*)-$1 %$+ % % %%+$* % ) %+, $% & $12 &0 '% &1 %&%& + $'$%$ $ %&$ ), K+%? '++)%$+ % +$($+ %)& 2 - ) A;25 "<

16 L électricité et l eau en Afrique %$A6+% %&.%$$ 1 La production d hydro-électricité est la principale source d énergie alternative actuellement exploitée en Afrique, mais les possibilités dans ce domaine restent énormes. Contrairement au pétrole, cette source d énergie n est pas consommée lors de la production d électricité; elle est donc considérée comme renouvelable et durable. L hydroélectricité est produite à partir d hydro-turbines, généralement incorporées dans les barrages construits sur certains des nombreux fleuves du continent. Le projet hydro-électrique du fleuve Volta, au hana, est l un des plus anciens et des plus connus d Afrique. Selon le Ministère ghanéen de l énergie, il a généré environ 83 % de la production énergétique totale du pays en La centrale principale d Akosombo a produit Wh et celle de Kpong 910 Wh La construction du barrage de MANANTALI dans la région de Kayes (Mali) a commencé en Le barrage est administré conjointement par le Mali, la Mauritanie et le Sénégal dans le cadre de l Organisation régionale pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS). A l origine, l objectif était d irriguer km² de terre et d assurer la navigabilité sur le fleuve entre Saint-Louis au Sénégal et Ambidédi au Mali. Des hydro-turbines d une puissance installée de 200 MW ont ensuite été construites avec l assistance financière de la Banque mondiale, et le premier mégawatt a alimenté le Mali en Depuis, l énergie produite de 800 Wh est également distribuée en Mauritanie et au Sénégal. Deux barrages d une capacité installée de 1775 MW ont été construits aux chutes d Inga (République démocratique du Congo). L énergie qui s y dégage par an est de l ordre de Wh 7. Un projet de troisième barrage à Inga, une énorme centrale hydroélectrique d une capacité installée de MW, est également à l étude. Les partisans du NEPAD estiment qu il pourrait fournir de l électricité à l ensemble de la région, notamment à l Afrique du Sud, à condition que les lignes électriques d Inga soient rattachées aux réseaux électriques de l Angola et de la Namibie voisines. Les coûts de construction étant estimés à six milliards de dollars environ, le projet pourrait produire l équivalent de la production électrique de tous les pays de l Afrique australe combinés. Le Barrage hydroélectrique de Kaléta dans la ligne de mire de l OMV 8. La salle de conférence du ministère de l énergie et de l hydraulique a été le 6 novembre 2007 dernier à Conakry le cadre choisi pour le lancement des réunions techniques sur les modèles financiers, institutionnels et les modalités d intégration de l aménagement hydroélectrique de Kaléta au Projet Energie de l Organisation de la Mise en Valeur du Fleuve ambie (OMV). Ces réunions qui se tiendront jusqu au 10 novembre prochain, regroupe les participants venus de la sous-région notamment de la ambie, de la uinée Bissau et du Sénégal. Pour Monsieur Amadou Moustapha Fall, le représentant du secrétaire exécutif de l Organisation de la Mise en Valeur du Fleuve ambie, ce projet constitue un début de solution à la crise énergétique dont sont confrontés nos pays respectifs. Il pense qu avec de telles performances, le projet Energie devrait combler le déficit énergétique de nos pays dès la mise en service des ouvrages en 2012, de couvrir près de 25% de la demande totale en électricité à un coût plus compétitif que la solution thermique.. )R 3;% ;$/11 0 RA > 10/11.

17 !" L électricité et l eau en Afrique &8 % +%%&$ 19 <&( &?, % % ' * @ % %7$ )+%1 7$ $1 < < ' 4' $ %70+$ %7 * $%% +% * + %, %7$ $1 %+,(%7 $?$ $ 10+' +% +. ' % +% * % + % %, %&$ $1

18 4B6+%%7$$,%7 L électricité et l eau en Afrique "L " M "J " " " " " " " " " O L P"" P L P

19 & +,!!" $ 2.B (B& " +1B6 %%+,$%7 1 $ <' ' 2$

20 ++ %&1 '% % % %& ' D*BICI: < M 2 % % $+ $ ) ' * &1 % - % +$ &1 % "%* % &1&12 $+, 1%$1% % +( % ACD %. * ', % &1 <C : < M $ +. + * )' * &1I*B: < M I*I5D%%&1 1 %+,$. %& % C HAI < M, M *+$). %%HFII < M, M * 0% 2 %+,$%&% 1$ $+ '0 0? ', % +$+ 2 %, % + %$+ % % +++$1+ +%&% %$; +%FID%+ % +++$1 CD., % $ 2 = =$ :; <& %$ $+$+ %), 5A 2 " 7 ' 9 % $ ' $1 '$ % 8<9% (%$ ( F' '.(0* % $ :' $ ' %' &' $1 % +% % ++ * % &0+ % &, * % %$'++ $ 1 2 3>2 6P7>269 1&)&= AIAC*QAC +. %' )% %$%+$ %&R* 1&1%" %$ +$ 1 $. %&%+,+, 1 $%AAEC < 5CC)CE < 5I*%' %FIA < ' AIAC 5B 2 R3 R324 ) /111 1 R3/111 R3/111 / R3/111 ( 6E$/111 * AA $ E=

21 2 $ $$+'%%, %& $ %%$ % % "<II %+ 1 %IC* %&, 5C %+ +%&(), ' <5<,$ $ +%.(%& +++$ ' < +1C6'8D%++ 9 (%%, %7 AIIC 5F*H 5E <I AB E <I 5I <B B <F <H 5B 5< BI < BI A BI E BA <C B F< C5 B CA B5 CF BC CE CE FI <C FB 5H FC 5C : $ $ % " = S P. =, 1 S % "$ L, % + % ' ' :?3 R 2 +1% $%0% %0%'% 11+. * AIIC+++0,0$% %% 2 +., '*+++*,+%& ) + &++' 2 ER 3

22 1.4. Analyse de la demande en utilities en Afrique % %%&$$ 2 $ ' $ % %$'++ $$ + % % &$$* &() &$ $1 $ +$ (, ',+$ $ % '$++($%% %&$$% % $ $1 %$<6 %&$ 1, 5F En Afrique subsaharienne, l accès aux énergies modernes demeure une équation complexe que semblent figer les multiples contraintes auxquelles les populations et les unités économiques sont confrontées : faiblesse des revenus, dispersion de l habitat, hausse des prix sur les marchés internationaux, faibles disponibilités en devises, etc. Le bois de feu demeure la source d énergie domestique par excellence. Le secteur de l électricité confirme cette règle générale. Avec 35,5 % de la population électrifiée en 2002, l Afrique présente les taux d électrification les plus faibles du monde en développement : 42,8 % en Asie du Sud, 89,2 % en Amérique Latine, 88,1 % en Asie de l Est et 91,8 % au Moyen Orient 17 Des disparités importantes existent entre l Afrique du Nord électrifiée à 93,6 % et l Afrique subsaharienne dont seulement 23,6 % des ménages ont accès à l électricité. Or, à l intérieur des États de l Afrique subsaharienne, les disparités sont particulièrement affirmées entre le monde des villes et celui des villages, à ce point que les taux d électrification rurale sont généralement inférieurs à 5 %. Ce constat est effectué dans un contexte historiquement marqué par : - Un opérateur national unique dans chaque pays, traditionnellement constitué par une société à capitaux publics concessionnaire de l ensemble du service national de l électricité ; - Un faible intérêt commercial pour l opérateur national dans un contexte de péréquation tarifaire qui ne reflète pas les coûts réels de l électricité en milieu rural ; - Une source de financement unique des projets d électrification rurale : l État dont les ressources financières sont limitées ; - Des choix techniques pratiquement réduits aux solutions conventionnelles, en particulier l extension du réseau ; - Plusieurs années d une politique d ajustement structurel que les institutions de Bretton Woods et les principaux partenaires au développement considéraient comme incontournables pour amorcer le développement. L ensemble de ces problématiques sont de nature à faire «balbutier» le développement de l électrification rurale en Afrique Subsaharienne. - ) E' $ '. 4$ %6%2 $ /11/11-

23 L électricité et l eau en Afrique +1F6 '% % $$ AIIB J 1 1%" % 5CEAFB ACEEFE %7 1%7 1 ABEC AAC IAEB :? = % ' % %&$$ 1 1%"%< 7/9 +$ ID %, %&$$ 1 $ %&1%&*%&%&1 % '% &$' % 2 +? $0, 0%&()&$$%++ % = 2 +1H6' % %7$$8 J9 1 5HBAIIB ACEEFE 5CEAFB E<CF 5IAEB CBEB 5AAC 5HIF ABEC EIFH 5EICE 1 1 % 7 1 % 7 1 % "% 1 5HC AIIB :? =

24 +1E6' % %&$$+, P J'&$' % 0%&, 1 FII CI CII BII <II AII 5II ACD AEB AHD <CF <<D B<E <ED BHA BID C<I BI <I AI 5I I 5HC 5EI 5I AIII AIIB I Consommation par Hab en Kwh Taux d'urbanisation :? = +1 % %&$$ 1, $'$ 8. % AD + 9 % % ( %$ )&%0%&, *10$ $'$%AD + 2 1*% % % %&$$$+&, 12 2$ %22$6 % $1 ', % %&$ $1 +,, %%. %$)ACIIPJ C8 ' +16 $1 P J%11+. 1%7 AIIB 5IB ABH 5HF 5HF FH EH " %7' $ $ $ :?% = 0 ) = >TEU" V4P /11 W$

25 % %. % ' %&. $ +, + - % %$ $ % % 01& AB %&1& $ %"% -+ 5C 1& +$ 2 % %$$1, +' 0 +. %" %+.%%2 +15I6N %&. 8 9$+, +-% %$ $ % % FII FII <HC HC HC AC 1 %" % O+ + 1 %% 1 :?> X/11- & "$, +?%1& %$+% &, % % & $ +.$1 ' $+$+ %) % %% + + CD % %+, 1, +$'$*$%, ++ /1 2&1, 1$+ +$ %&$ 1 ) %$ % + 1,. 1 &()&2 ' % &0 %%+$ '% +.%&1% & ++% +.,, %%%+$ +.10$)5III < M, M < R = <' &< /1 E$6/11-

26 &$$$ $$ % %& 1 %& + %$ %. ), + %%+, & ' %++ % %+1$ (%&()&+, %& +1+$, '$% = %$$ 12 4C6 %7%. +, 1%7 " < ++ + :?3R2 5III AIII CIII 5CIII CIIII FICIII, $ $ $ $,$ > %&' : 4 $ "!!! &. % % + &1 1 +( %&5 <<BD%++ )()& %, FID, %&()& %,% $ %&1 AIIB <D FAD BAD <CD A<D CD <AD CHD B5D CBD AAD H5D 1 1 1% 7 1% 7 1% 7 1% "%, :?6%2 2 $

27 &()& %, %$ 1 %& 1%& < $ R 'F 7.B9 % +- $% %% 1&++ %$'++ % &.%1'+ %$ ' %+, (1&$' % % %, & '+&()&) & $9 EID%'%++ *+%AHH %+ *%&)AI5C A5 2 " < '., %E<D, FAD +15A60%&()&+,% $ %&1 AIIB AD FFD H<D BHD HED C5D CED BBD HBD CAD FD HD 1 1 1% 1% 1% 1% "%, :?6%2 2 $ %&1%& ()&+, % &, * % % $ %&1 2 5, %&1 % & %0 ( ) & +, % 1B$ &(, HBD%++ +',$ $%&+, " 0(B / W$ U= VE &

28 +15<6+ %7()7+, 1%7 1 AIIB 74% 83% 52% 50% (, ( 1%7 1 :?6%2 2 $ ' " <$ + % %'%% )%$+. + $ &() & +, +15B6+%7()7+, 0, 1%7 AIIB 0%7( I EI HI FI CI BI <I AI 5I (, = %7(, 4, %7(, >' R 4P E > 4 : > ; R = > %D : $ )+'+$7()7 I I AI BI FI EI 5II Taux d'accès Milieu Urbain :?6%2 2 $ 1%&*%' ''%. + %$+ % )% %%&+, 2 '%&(, *$+( $* % &%' +' %& ' + $ %' 0%&(2

29 %$B6 1&& D'ici le milieu du XXIème siècle, la population mondiale aura augmenté de 50%, passant de 6 milliards fin 1999 à près de 9 milliards en 2050, représentant une augmentation de 60 millions d individus chaque année. * 1,4 milliards d habitants n ont pas accès à l eau potable et 2,3 milliards d habitants manquent d assainissement adéquat. * 7 millions d habitants meurent chaque année de maladies induites par l eau. * La consommation quotidienne en eau par habitant dans les zones résidentielles s élève à 600 litres en Amérique du Nord et au Japon, et entre 250 et 350 litres en Europe. * La consommation quotidienne en eau par habitant en Afrique sub-saharienne est de 10 à 20 litres. * La moyenne mondiale de consommation d'eau annuelle est de 600 m 3 d'eau par habitant, dont environ 50 m 3 d'eau potable, soit 137 litres par jour. * Au cours de ces 100 dernières années, la population mondiale a triplé alors que la consommation d'eau destinée à l'utilisation humaine a été multipliée par 6. * Répartition de la population mondiale privée d'accès à un système sanitaire amélioré, par région : Europe (2%), Afrique (13%), Asie (80%) Amérique latine et les Caraïbes (5%) soit un total de 2.4 milliards de personnes Aujourd'hui, la pénurie d'eau affecte 250 millions de personnes dans 26 pays, pour un volume annuel de moins de 1,000 m3 par personne. :?T T T

30 2. Panorama des évolutions et des bouleversements dans le secteur des utilities 2.1. Evolution et impacts au niveau mondial %. 1%&$' %$%&$$, '$% ( $ ++3%08A9 % -6, $ +%%$% &$$&$ $1 ' '$ Y &<%$$ %% ( $ $$$' %& $ $2% ' < ' < <?+' % $ $ 2 % +(%& (*$1$$ %$$ +> % +1 +.= ' < $ ' *% %$ ' %(% - + +$ $1 1 %' +$+ ) ) ' %+' %& 1 $ +>% & %+$( )&T '$% &$$ % < " < " " % % &$$ % ) +$ % $+ '$ % +% 8; %9% '$% %%, $ )++1% '$ 1%$ &(0$0% %%, K%' +$0 $% +1 +,F $% (, 0' %+0 + 1&1 %$ ), ' '' 7 S 9%&3 & % & % % + %, %+0 ). W< '?% * ' 3 $

31 %, % +0, 9 1& % ' % % $ $ 81$1%" %9 '%$$ +(%$%=%&$$ % $I*Q ' R%' %&%%& % $1 ' F H N' ' F ' 2 F F 2 ' '< % ' $%&%$1& % =(* & % $1* + + '$% %$0 ++ % $1 =( &% $ % +( 1 % $ % '$2 %$ '* +',$ % $1 / + )%' -+ ) & % ' % ' * 1 & + $ + + < F " 5 F " '% ' 5H :S 8$$9. +28=9.. Z < F +* ' = &$$ % & + & % -% $ +$ 1 '' % =%+ 1 = %& $ + $ % &$$2 Q $1 '.+%& $ '+'+%' Q % $ $1R2% " %4 AA 4 A< 4 ' +,% 2 7/9 & & " < F < Q F // 2 E /( >FE

32 * 1& ' % +. %$* % % &$$ '$ + %& + %$$ 1) '' +. ' % %$'++ * % ' % $ '% +.%$'++$* ' $$%, &$ :4= /* %+-$ $1&%' $% +. '%%$'++ 1% +.%$'++$ + % $I +. '%%$'++ *& $1 1&, $ ++ % 01 %+' %+ $1'%& %$ + %%$ "' $ : $ 4 / < &" 2 $ Q " "? [ % % % %+% $1U [ $ '% '$% +% *%%, % U [ '%$0 % %$ %,(% U [ $ % '0$ %$ U [ $ % ' %$ U [ ' +%+ +, 1 %" ' & F $ /*?& 463%3 I %= /11

33 '+1 %? &%+ % 1 % % %$$ % % % $* " % 1$ :62%) / > %&' 00 :$3A:2 /- :$3 A %$ &+ %+ +1$% % '8 9? % : 4 % 7 9 K %$ $ ' % +% * % %, % & 7E 4:L9K + %& % $ 8$ $ 1* $ ' 09?E) 4$L $ $ %8 $$% 9? ' < K ' %+ +0 '+1* % - ' $ '& %,- $)&+, )& % 2 / :62%)?: 2%5) /- :2?: 2:

34 + $ 1$ ' %$-) %' %& ' +'$ % %? $ % ' +'$ % + % + +$$ % & & < ' %:$3 A:62%)>%&' :2$ $D)D2R)" /. $ $ %.( % ++' % +' %$ '7 92$ : % ++' % % &'$ $ 1 % +.? ' < < 7L9 = % E = " %$$ T % $8 9 " D26)$ 2R D)A6R R 2=2R; /11(&' + * ' ' ' ''? % + %,% % % & 8% +.%$'++$96 K ' /0 %0% * '%'' %,%&$ 3 +% +,12 \/.B $ ' \B$ \-B.1/11- / %)+$ % 2 /. 4 ]E/11- /0 = /11 / 3R2:%6/11-

35 2.2. Evolution et impacts au niveau africain ' $ ) ' % % $ ) %. %&$ $1 2 $ &< %( * %, %$ +( %$+ +2 $1 %$ ' + % + $1 1 %& + %' 1*$ 1 2 $' ' % %&$$ ' % ++%& '% %$, % $I ' '$+%& + % $% +%2 %>%&', $L= " < ' " <+1+'$% % %%& %$1, $ "5&+ %+% %$+ % " $ ' F3 2=6$%2=$% '% * +% +' % +% ' +, $0% +$,, $*+ %7+ %$ % '%%$'++ +.2, %$ % ' $ %7 ' * ++%7 '

36 $ % ++1$M+0 %+ +'% ++, $ %%$ $ %+%'$? 1 < < K 1% $' % 7 H " K + % ++,+ ++'$1% +$$ +7$+%'%7 $'K 7 % %$+ % $ ( K ' :6R2 $2:S:6R $% %7 $ +1+ U 7'%0+$ %$+ % %, -%1 U $ %7 % $ % % 7$$ 89* 1 $, +,%$%+ $-%1%7 * >'% '$%0+ %+$% $ %7 ' *% > % * %7 + % %$+% +$ $0% +%7$$

37 2? < K < & K 5" K < $ $ + %7 %,-* ', $ $ %* )1 )7()7$$ =, *, 1 %7 892, %$ " : 2 2> 7:22> 9 " $ = < O > F H 2 %H ' * $ % +0*, +%1$%'% &$ %= *,%+% %& % %+%& + $ &, %$ &++%) %0%& %(%$ > " < " % $%$% %&$ 1 $'% $' %$12 +1*% %$, )2 %% %, *+$ ( ) '+++%+.2

38 '%+.%& < 1 := >? $ '%+.% & ' %$% % $ 0+$ >%&' 1 + '%&0+* 7$' %$, ' $%%$'++ % $12, %$$ $ :0 < & +$% % $ I 1 + % +( % %&$ $ $*V) '%' % %-%1 $ * 1 %1*%.%, %&$$% < (1 " :7:2R 22%9 O 2 : 0 & $ /11 & /11/ % <? $ % ++$$ % 72 < < 9K %$'++ %+% 7 < 9K %$ %>%+, $%%$ K %$ % $1*) + &' % + % " & < : K (1 0/*& 0

39 $ %& %$ < K = ' :2R 22% '? " < K K " < L $ ' 0/ &? K < < < K < < K " K " &.%$ $++3%0'%+' % & +,2 ' % $ $ $ % ) ' % $ ) % +% %$+ % 2 % = +*+$' +' % "', ($$*% $ 2, %$ >%&' %5) $ ' Q '? H K K H FK H ' )4' K FF

40 % $1 $ $$%+ $FI+ +$ 1$$+&W+( +$%%+(+%%+$%$ +%<C J 5FI)<H J 5EB*%(% $+'$%$%$ 01 < 01? % %$$%* %+$)&$' % K$ %$ $ ' " % ' %$ % &W %& ' ' %$ %2 08A9 - $$ +*+( 5I % 5E + % % 5I $$ % ++$$ % %&+$ Y Y %5) 722%)9 < %)27% ) Y 9 %)2 & :$3 A2E %)2? < K ' ' $" *$ 1 (+$1 % +% 1 + % + $$ $% % ( '*+ %CI+ +, $85E9)5< 5H, + %'$%,0 ' % +% * +%, %&$$ 1% + %&$ =" 3 &+$ % ( '0 %& '0 % ' F" 22%)%)23 & %& ' $1++0; 7(9 Y " &% '$) %%& *1,$) % 1% %&0+ %.(

41 %" < ' %$, 5E* ;, %& ' $$ % $ 8& $$ %9>% $$0%$ & % $+ %$ % %'+,%&$$ % $ ' +%&$ $) $$ %&+$ ' %&W$ 89 ' $$ &'% +% 0 +$ +'$ 1 %) %$-) $ %+%$'++ % 5<%" X 8L9 5E = < " 1 "& %+%+% ++ )&W % ++$ % %.( 2 ' U;P V ( + % + %.($1 %&$% $ $1*% 1$%% 1 ) &$ $% & % % +% %, %5) &< 5?' '& % $ O " < 7%5 ) > :;9 &, %& ++%+% % %%$1 $), % & ' *% &$% $ 0*%, 0 % $0 $1 02 K % $'$ % +$ % 7 % % % &0 %$+( +,10 $2 * $ $* $ %7$ %'%70 %$'= $ (+ (/ $ &+,(% T ' %& %$ ++$ %%$' ' $), %$ (( ( : >F Q F (/ A F /11- (( $ '?%2=$%32=6$

42 " O! " 4 1. Problématiques du secteur de l électricité et de l eau en Afrique " ) " ' "< '%7$$ 1 %%08A9.+%022 ()% ' +, % ' 1$*)% '% K 2 <%%$ %+ $ 1 +$ + + %&, % %$1 T '* ' + +$ % +% + % %+ % ' %7$$% % % %$1 $ < & %. + &()&+, & +& % 2 $ % +. +$ -17)ID%, $ $1 %+.%$1 %710+$) CD2 $ % %+ +, $ $1*71$ % %; -$% ()7$$2 : AID+%++ *% +.CD)+ * % ()7$$2++ $% ' % ) AD %7 $ 1 0 U < <

43 % '? )%$ %.+ ', 8*$ Y 9++.$ %+1' % 'U & %,, +& % 1 U, %+0+'$)- %$ U * +.%$1( 0+$ 7, % +1 $ 1 % % $0 $ $ 0 0, %$ $ '%$ 2 $ <%%$ %' % % % % %$1 %7 ' % 7 * %+$ % +% ( 0 '%7$$% " < < H (* 7, %7$ % $1, 0 %7( % ++ ) 7$ $1 "U K$'$%7$ $1 < ' U % % % % 7$$ +, 1 %73% %,0+.'%+0% +$ % &++' $ ' + %7+ $ $1*.%$1 8= *, * 29+$ $%7$ $1) %K2% > 11=8 ' 7 $.C8 'S^&9 (* A $?Y " $2'3 %;T & /11

44 1 % % % +- 0* $ 0 0 < 2 1 %+,$ % 7$ * +$ $1* $ ( % ++ $ % %$'++ $ 1, ) $% % +'$ 17)7 %,-% $ +$'++ *%,0 +. % + % ( %$'++ % 2 &, % * &- $ $1 $ ) 0 %&( ) &$$,2 &()&$ & % % %%$'++ $ &+ %% $-%&+ ++ $1 %%$ 22 " _ % " H_ $ $1 % ++% +. 2& %%+$ %%&,, %$$%+% %&$$)% (, 2 +' $+ %K%+% $1 % $$ ( ", '$ '% 7++' < '$$ % % +% % + %7$$, %$'++ %

45 %$C6&1%& + %&$ ( La flambée des cours mondiaux du brut n explique pas, à elle seule, la profonde crise énergétique de l Afrique de l Ouest, d abord liée à la vétusté des infrastructures de production et de distribution, et à des aléas endogènes. A Lomé, comme à Bissau ou encore à Dakar et dans presque toutes les capitales et autres villes secondaires ouestafricaines, il n est pratiquement plus un seul jour sans que les entreprises et les ménages ne soient sevrés d électricité, pendant de longues heures. Faute de pouvoir répondre à une demande qui dépasse, de très loin, leur capacité de production et de distribution, les compagnies nationales ne trouvent de solution que dans les «délestages». Ce néologisme, passé dans le langage courant depuis des années, se traduit, dans les faits, par des coupures intempestives de courant pratiquées, certes de façon tournante, mais sans que nul abonné ne soit averti de quand et où elles doivent avoir précisément lieu. Un lourd handicap économique Ces «délestages» ralentissent considérablement les activités économiques dans la région. Des grandes sociétés aux plus petits ateliers, il n y a pas d entreprise de production ou de service qui n en souffre pas. Chaque heure passée sans électricité représente un manque à gagner énorme, en termes d outils de production altérés, de produits détériorés, de commandes non satisfaites dans les délais. Les ménages ne sont pas logés à meilleure enseigne. En plus de torturer leurs appareils électroménagers, les coupures brutales et longues de courant ruinent leurs provisions en produits frais et les font retourner à l âge de la lampe-tempête et de la bougie. Les «délestages» à l origine de ces graves distorsions préjudiciables aux économies des pays de l Afrique de l'ouest, mais également au fonctionnement de leurs administrations, résultent, de prime abord, de la profonde crise structurelle de leur système de production énergétique. La plupart des centrales thermiques et réseaux de transport d'électricité de la région ont été mis en place dans les années 50 et 60, voire bien avant cette période. Faute d investissements conséquents pour leur modernisation et entretien, ils sont devenus vétustes et sont aujourd hui au bord de l obsolescence. Privatisations peu efficaces Dans le contexte des politiques d ajustement structurel imposées par les Institutions de Bretton Woods, les contreperformances des compagnies nationales d électricité avaient été attribuées à l inefficacité de la gestion étatique. La privatisation devait en être la solution miracle. La privatisation n a point donné les résultats escomptés. Au Sénégal, la Société nationale d électricité (SENELEC) est restée moins de deux ans entre les mains de son repreneur, le groupe HYDROQUEBEC HELYOS. Contrairement aux engagements auxquels il avait initialement souscrit, ce consortium a très peu investi dans la modernisation de la SENELEC. L entreprise a plutôt continué à s enfoncer dans l ornière, jusqu à ce que le gouvernement ne dénonce, à grands frais, le contrat passé avec HYDROQUEBEC HELYOS, pour limiter les dégâts. La situation de la compagnie sénégalaise s est dégradée ces dernières années. Au Cameroun, la privatisation de la SONEL n a guère amélioré la situation. Dans certains pays, ce sont les conflits internes qui ont exacerbé la crise énergétique. Il en a été ainsi au Libéria dont l infrastructure de production et de distribution de l électricité a été, en grande partie, détruite durant la guerre civile. Selon les estimations les plus optimistes, c est quelque 107 millions de dollars US qu il faudra investir, sur au moins cinq ans, pour remettre le système en état. En Sierra Leone, la guerre a également mis une lourde hypothèque sur le projet hydroélectrique de Bumbuna, alors que les travaux tiraient à leur fin. Si ce n est pas la guerre, c est la sécheresse qui s en mêle pour limiter les possibilités internes de diversifier et d augmenter l approvisionnement en énergie par le biais hydroélectrique. Au hana, en Côte d Ivoire, ou entre les pays membres de l Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (Sénégal, Mali et Mauritanie), l'hydroélectricité produite a diminué et sa distribution a dû être rationnée. A l heure actuelle, pour pallier, tant soit peu, les insuffisances des compagnies d électricité, de plus en plus d entreprises et de ménages font recours à des groupes électrogènes et ne sont pas forcément à la portée de toutes les bourses. Selon leur puissance et qualité, leur coût varie de 400 à euros, voire plus pour le haut de gamme. Ils requièrent des investissements que seules les familles et les sociétés qui ont des moyens importants peuvent se permettre. D autant qu à leur prix d acquisition il faut ajouter le coût de plus en plus onéreux de l essence ou du gasoil dont les groupes électrogènes sont fortement consommateurs., *$ $)&$% $I 7 + %$ $ ) & * +$) %%7$$+ %$+ % 0, %++ 2 ( $EW$ P

46 2*%$ %%$ -$)&, %&0 * %7 $ % + %$1 % $0 % %, % % & % &$$ ' % ) 0+ & %7$'%%, %&%&$$, 1* %$,%, %7 ' %+ $*1 + %$%+, V) %*)% '%7 ' <F + T '%, '$892 T '%+ +, +'$+%%+%& % +% + %,+$ $ '%+'$*% &+1% %' +, %1$+$ 1% % +++$ %$F6+ +,+'89 L'expression partenariats public-privé 37 désigne tout type d'accord (partenariat) entre acteurs publics et privés. Ils ne doivent pas être confondus avec les opérations de privatisation où la gestion et la propriété des infrastructures d'eau sont transférées au secteur privé. Il existe une grande diversité de formules pour assurer la participation du secteur privé à l'amélioration des performances des systèmes d'eau et d'assainissement. Certaines consistent à laisser l'exploitation (et la propriété) aux mains du secteur public, mais à faire participer le secteur privé à la conception et à la construction des infrastructures. D'autres formules font intervenir des acteurs privés dans la gestion, l'exploitation et/ou le financement des actifs. Elles impliquent donc une répartition variable des compétences entre secteur public et secteur privé dans la fourniture des services. Toutefois, dans toutes ces formules, les autorités publiques conservent un rôle de supervision et doivent en définitive veiller à la satisfaction des besoins des usagers. Elles restent responsables en dernier ressort de la définition et de l'application des normes de performance. De par la situation de monopole naturel local qui caractérise le secteur de l'eau, celui-ci doit faire l'objet d'une stricte réglementation de façon à assurer le respect des normes de performance et la protection des intérêts des consommateurs. Le PPP comme levier de développement stratégique 38 Bien conçus, les partenariats public-privé (PPP) représentent l un des débouchés les plus prometteurs de l aide publique au développement (APD). Les PPP supposent un partage de responsabilité et de propriété, entre gouvernement et secteur privé un partage garanti par contrat de longue durée. Parmi les secteurs typiquement ou potentiellement concernés : l eau potable, l assainissement, les transports, les infrastructures de communication, la santé, l éducation. C est notamment le cas dans le domaine des NTIC en Tunisie du Forum international en Tunisie sur les technologies de la communication et de l information dont l objectif est d échanger les bonnes expériences dans le domaine des PPP. Cet échange permettra d offrir une opportunité pour les entreprises exerçant dans les TIC pour présenter leurs produits au sein du forum. Il permettra également de présenter les modalités opérationnelles et les nouvelles approches pour l'établissement et la réussite des PPP permettant de faciliter la tenue de rencontres d'affaires entre responsables d'entreprises participants dans ce domaine. Les PPP ne sont pas une «recette» que le Nord réserve au Sud. De nombreux pays riches ont adopté cette démarche dans l intérêt de leur propre population. Deux motivations fondamentales expliquent ce choix. D abord la recherche d une plus grande efficacité dans l utilisation des fonds publics, d un meilleur rapport qualité/prix de certains services d intérêt commun. Pour des raisons dues à la connaissance des marchés ou à la structure des incitations, les bonnes décisions technologiques et managériales seront souvent plus facilement et plus rapidement prises lorsqu un capital privé est en jeu. De là une réduction des coûts, à qualité constante, dont le contribuable entend bénéficier. (- (. (0 W : ' <$E! /11(

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org Table Ronde pour le financement du développement du Bénin 17-19 juin 2014 - Paris www.tablerondebenin2014.org LE MOT DU PRÉSIDENT La Table Ronde, occasion unique d échanges et de partage sur les opportunités

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

LA PLACE DE L ENERGIE SOLAIRE DANS LA POLITIQUE ENERGETIQUE DE L UNION

LA PLACE DE L ENERGIE SOLAIRE DANS LA POLITIQUE ENERGETIQUE DE L UNION UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE Bénin 40 e Anniversaire de la BOAD La croissance verte : Quels défis pour les pays de l UEMOA. Mali Burkina Faso Opportunités, domaines et moyens de développement

Plus en détail

Office National des Produits Pétroliers ******** NOT AN OFFICIAL UNCTAD RECORD APPROVISIONNEMENT ET DISTRIBUTION DES PRODUITS PETROLIERS AU MALI

Office National des Produits Pétroliers ******** NOT AN OFFICIAL UNCTAD RECORD APPROVISIONNEMENT ET DISTRIBUTION DES PRODUITS PETROLIERS AU MALI Email : onapmali@afribone.net.ml Site Web : www.onapmali.co napmali.com Ministère de l Economie, de l Industrie et du Commerce ******** Office National des Produits Pétroliers ******** NOT AN OFFICIAL

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

ENERGIE. Ministère de l Energie. par Mr. Ibrahima NIANE Directeur de l Electricité

ENERGIE. Ministère de l Energie. par Mr. Ibrahima NIANE Directeur de l Electricité République du Sénégal Un peuple Un but Une foi - - - - - - - - - - - Ministère de l Energie ENERGIE par Mr. Ibrahima NIANE Directeur de l Electricité Dakar, le 10 mars 2014 CONTEXTE Important retard d

Plus en détail

NOTE SUR LA SITUATION ENERGETIQUE DU BENIN

NOTE SUR LA SITUATION ENERGETIQUE DU BENIN NOTE SUR LA SITUATION ENERGETIQUE DU BENIN présentée par M. KOULETIO C. E. Herbert Coordonnateur Volet GERBES/ Projet de Développement de l'accès à l'énergie Moderne (DAEM) dans le cadre du Projet Energie,

Plus en détail

www.iavs-energie.org

www.iavs-energie.org Notes de recherche de l IAVS www.iavs-energie.org ---------------- administration@iavs-energie.org iavsmail@gmail.com ---------------- Cadre de référence indicatif pour la promotion de l efficacité énergétique

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI

SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI POUR LE FINANCEMENT DE LA BONIFICATION PARTIELLE DES INTERETS

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire

FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire GNIGBOGNIMA Siriki N CHO Pâcome Chargés d études à la Direction Générale de l Energie Dakar, 18-21 octobre

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social»

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Extrait de Un Aperçu de la Situation de l Eau Potable et de l'assainissement en Afrique Une perspective régionale s'appuyant sur des données récentes

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- ------------------ Union-Discipline-Travail FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

Forum régional pour les END de l'afrique francophone.

Forum régional pour les END de l'afrique francophone. Forum régional pour les END de l'afrique francophone. 24-26 Juin 2015- Saly, Sénégal Siré A. Diallo Program Coordinator West African Clean Cooking Alliance (WACCA), WWW.ECRE ECREEE EE.ORG WWW.ECREEE.ORG

Plus en détail

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC Sommaire de la présentation MAROC EN CONSTANTE EVOLUTION DES RÉFORMES ET DES VISIONS STRATÉGIQUES TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: ENJEUX ET DÉFIS

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 [Include National Partner logo] www.afrobarometer.org www.crop-africa.org 1 [Include National Partner logo] Afrobaromètre:

Plus en détail

Energies renouvelables et développement durable

Energies renouvelables et développement durable Energies renouvelables et développement durable Christian de Gromard AFD/TED, Transport et Energie Durable «Les Energies Renouvelables au service de l humanité» 40 ème anniversaire du congrès international

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS)

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Exposé succinct I. Introduction II. Objet de la gestion des données du secteur des transports III. Efforts passés et présents par le SSATP

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Fonds. Soutien aux Entreprises en Afrique

Fonds. Soutien aux Entreprises en Afrique Fonds d Investissement et de Soutien aux Entreprises en Afrique Paul Kabré S impliquer et investir aux côtés des entreprises africaines PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L EMPLOI EN AFRIQUE FISEA est un fonds

Plus en détail

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD À l approche de l échéance 2015 pour la réalisation des OMD, il est essentiel de faire le point sur les progrès accomplis par l Afrique.

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN FEUILLE DE ROUTE POUR L ASSAINISSEMENT, LE REDRESSEMENT ET LA DYNAMISATION DU SECTEUR DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION

TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ATELIER III L'AVENIR DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION par Vincent Geronimi Séminaire sur la prospective africaine 65 Les enjeux : l Internet comme facilitateur du développement? Accès aux informations

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION AU MALI SUR LA CONCEPTION TARIFAIRE DE L'ELECTRICITE ET DE L'EAU

PROGRAMME DE FORMATION AU MALI SUR LA CONCEPTION TARIFAIRE DE L'ELECTRICITE ET DE L'EAU PROGRAMME DE FORMATION AU MALI SUR LA CONCEPTION TARIFAIRE DE L'ELECTRICITE ET DE L'EAU Le tient à apporter une contribution significative à la restructuration du secteur des infrastructures de ses membres.

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

Electrification Rurale au Mali. Technologies et financement

Electrification Rurale au Mali. Technologies et financement Electrification Rurale au Mali Technologies et financement Meeting of the SREP Pilot Countries Kenya 05 mar s 2012 Electrification rurale au Mali Plan de présentation le concept institutionnel le concept

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

L énergie n est pas au rendez-vous: État du Secteur énergétique en Afrique Sub-saharienne

L énergie n est pas au rendez-vous: État du Secteur énergétique en Afrique Sub-saharienne RESUME DU DOCUMENT DE REFERENCE 6 DIAGNOSTICS DES INFRASTRUCTURES NATIONALES EN AFRIQUE L énergie n est pas au rendez-vous: État du Secteur énergétique en Afrique Sub-saharienne Anton Eberhard, Vivien

Plus en détail

Programme Biotechnologie et Biosécurité

Programme Biotechnologie et Biosécurité Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles CEDE AO Communauté Éco nomique des État s d Af rique de l Ou es t ECOW AS Economic Communit y of W est Af rican S ta t es

Plus en détail

LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN

LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN INTRODUCTION Dès 2006, les parties au protocole de Kyoto ont reconnu l'importance d'une répartition équilibrée des projets

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Commission juridique et fiscale Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Réunion du 3 février 2010 au Cabinet CMS Bureau Francis Lefebvre CEMAC = 40,11 millions habitants UEMOA = 92,087 millions

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

Les infrastructures en quête d investissements. Rapport Post Événement FAI 2012 FORUM AFRICAIN DES INFRASTRUCTURES FORUM AFRICAIN DES INFRASTRUCTURES

Les infrastructures en quête d investissements. Rapport Post Événement FAI 2012 FORUM AFRICAIN DES INFRASTRUCTURES FORUM AFRICAIN DES INFRASTRUCTURES Organisateur Sous le parrainage de SE Monsieur le Premier Ministre, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice Sous l égide du Ministère de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire PArtenaire

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

ACCES A L ENERGIE : LES ACTIONS D EDF

ACCES A L ENERGIE : LES ACTIONS D EDF ACCES A L ENERGIE : LES ACTIONS D EDF Installation de panneaux solaires chez un client en zone rurale projet d électrification à partir d énergies renouvelables dans la province de Gaborone au Botswana

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE DE L ENERGIE 2014-2025

POLITIQUE SECTORIELLE DE L ENERGIE 2014-2025 Burkina Faso ------------ Unité Progrès Justice Ministère des Mines et de l Energie POLITIQUE SECTORIELLE DE L ENERGIE 2014-2025 Mai 2013 AVANT PROPOS La politique sectorielle de l énergie est un instrument

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN Le secteur privé LE SECTEUR PRIVE : UN VECTEUR ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT Promouvoir une croissance durable et partagée... La croissance économique est un

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE MINISTERE DE L ENERGIE ET REPUBLIQUE DU MALI DE L HYDRAULIQUE Un Peuple Un But Une Foi ***** ***** DIRECTION NATIONALE DE L ENERGIE ***** PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Trente-et-unième réunion 18 avril 2015 Déclaration de Mr. Regis Immongault Ministre de l économie, de la promotion des investissements et de la prospective Gabon

Plus en détail

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne Perspectives économiques régionales de l Afrique subsaharienne FMI, Département Afrique

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

L action publique a conduit à l élaboration de type top down la politique agrocarburant et permis la construction de quatre modèles de filières

L action publique a conduit à l élaboration de type top down la politique agrocarburant et permis la construction de quatre modèles de filières Perceptions et Jeu d acteurs dans la construction de l action publique et des modes de gouvernance dans la filière agrocarburant burkinabé et les effets structurants potentiels sur le développement du

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

Les besoins d investissement dans l irrigation en Afrique subsaharienne

Les besoins d investissement dans l irrigation en Afrique subsaharienne RÉSUMÉ DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 9 DIAGNOSTICS DES INFRASTRUCTURES NATIONALES EN AFRIQUE Les besoins d investissement dans l irrigation en Afrique subsaharienne Liang Zhi You Juin 28 Ce rapport a été produit

Plus en détail

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** 3 ème Conférence internationale sur le financement du développement --------- Communication de Monsieur Amadou BA, Ministre de l Economie, des

Plus en détail

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Mohamed Amine NAHALI Ministry of Industry, Energy and Mining - TUNISIA Istanbul, 15-16 juin 2015 Consommation M tep Croissance

Plus en détail

8 ème Forum germano-africain de l Energie Hambourg Lundi 14 avril 2014

8 ème Forum germano-africain de l Energie Hambourg Lundi 14 avril 2014 8 ème Forum germano-africain de l Energie Hambourg Lundi 14 avril 2014 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Discours 8 ème Forum germano-africain

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ

IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ Perspectives et recommandations de l Afrique au G20 Un rapport du Comité des Ministres

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité» Fédération mondiale des travailleurs scientifiques World Federation of scientifique Workers 85ème session du Conseil exécutif Symposium «Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN.

FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN. FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN. LES RECOMMANDATIONS ISSUES DES ATELIERS Ateliers 1.1 Création d un cadre incitatif

Plus en détail