Etude Préalable Opération Collective de Modernisation de l Artisanat, du Commerce et des Services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude Préalable Opération Collective de Modernisation de l Artisanat, du Commerce et des Services"

Transcription

1 Etude Préalable Opération Collective de Modernisation de l Artisanat, du Commerce et des Services Partie 1 - Diagnostic du territoire Partie 2 - Programme d actions et plan de financement Avril 2010

2 Préambule Le a fait du développement économique sa priorité dans le nouveau Contrat de Pays signé avec la Région Aquitaine. Ainsi, afin d assurer la mise en place sur le territoire d une Opération Collective de Modernisation (OCM) de l Artisanat, du Commerce et des Services. L OCM a pour objet de soutenir la rénovation des outils de production des petites et moyennes entreprises artisanales et commerciales du, et de conforter le dynamisme de son tissu économique par la mise en place d animations collectives. Cette opération est mise en place pour 3 tranches opérationnelles de 12 mois sous la maîtrise d ouvrage du Syndicat Mixte du. Ainsi, afin d assurer la mise en place sur le territoire de cette OCM, une chargé de mission développement économique a été recrutée. Le montage d une telle opération passe en premier lieu par la réalisation d une étude préalable ayant pour objectif de tracer les grands traits du territoire en terme économique (partie 1) et de présenter un programme d actions (Partie 2). Aussi, afin de réaliser cette étude, le choix des élus du Syndicat Mixte du Pays du Haut Entre Deux Mers s est porté sur leur chargée de mission développement économique plutôt que sur un bureau d études. En effet, une telle démarche permet à la recrue d être rapidement identifiée par les entreprises, les associations de commerçants et les clubs d entreprises du territoire. De même, la réalisation de cette étude en interne lui a permis d être proche du territoire de façon permanente et d intégrer au mieux les problématiques locales. 2

3 Sommaire Partie 1 : Diagnostic 1. Un territoire riche en paysages et patrimoines bénéficiant d une accessibilité remarquable Le et ses Communautés de Communes Un territoire rural bien desservi Une densité de population faible Des terres dominées par les vignobles Un territoire organisé autour de ses bassins de vie Une répartition de la population liée à la zone d emploi la plus proche Des équipements et services présents de manière polarisée sur chaque intercommunalité L activité économique : une majorité de TPE/PME dans un contexte agricole Une part prépondérante de l activité agricole : Des entreprises de petite taille : Des emplois salariés dominés par les ouvriers et employés : La problématique de la transmission d entreprise : les plus de 55 ans Les offres et demandes d emploi : Les besoins en formation Synthèse Analyse statistique de l activité artisanale, commerciale et de services Evolution récente de l activité commerciale Analyse du secteur commercial sur le Pays HE2M : Tendances générales des commerçants ciblés par l OCM : Evolution récente de l activité artisanale Les entreprises artisanales par CDC et par secteur : Les entreprises commerciales par CDC et par secteur : Estimation du nombre d artisans et de commerçants concernés par l OCM : Répartition sectorielle des artisans et commerçants : Etude qualitative du tissu artisanal et commercial L économie de proximité selon les acteurs locaux Méthodologie des entretiens : Synthèse des entretiens et analyse de terrain : Des marchés hebdomadaires très fréquentés lors de la saison estivale Des associations et club d entreprises en plein renouveau Problématiques clés du tissu artisanal et commercial du Pays HE2M Les niveaux d attractivité du territoire Les divergences des pôles économiques de proximité Synthèse et enjeux de l économie de proximité sur le Pays HE2M

4 Partie 1 : Diagnostic 1. Un territoire riche en paysages et patrimoines bénéficiant d une accessibilité remarquable 1.1 Le et ses Communautés de Communes Créé en 2005 sous forme de Syndicat Mixte, cet Etablissement Public de Coopération Intercommunale couvre un territoire de projets situé dans l Entre Deux Mers, à l est du département de la Gironde. Ses objectifs s articulent autour d une volonté d assurer une politique cohérente de développement du territoire pour ce qui concerne tout particulièrement le soutien et le développement de l économie (Mise en place d un schéma de développement économique en 2006, étude sur les besoins en formation en 2007, mise en place d un plan de développement de l emploi, de la formation et des compétences en 2009). Ses actions se portent également en faveur de l équilibre des bassins de vie en matière d équipements et de services (mise en place d un schéma de services à la population en juin 2009). Tout cela permet ainsi de valoriser l image du pays à l échelle régionale (création d un site internet en 2009) Le (Pays HE2M) se compose de 63 communes réparties en 4 Communautés de Communes : Source : Atlas de l Aquitaine, Conseil Régional 4

5 - La Communauté de Communes du Monségurais (Créée le 15/12/2004), composée de 15 communes (Monségur, Saint-Vivien de Monségur, Le Puy, Dieulivol, Taillecavat, Cours-de-Monségur, Saint- Sulpice-de-Guilleragues, Roquebrune, Rimons, Sainte-Gemme, Mesterrieux, Neuffons, Landerrouet-sur-Ségur, Coutures, Castelmoron-d Albret), ce canton situé à l est du territoire compte de nombreux services et équipements publics structurants répondants aux besoins de la vie quotidienne. S ajoutent à cela un tissu de petites entreprises de proximité dynamiques, qui en plus de faire vivre leurs commerces, organisent des animations faisant la promotion de leurs activités, notamment par le biais des associations locales très vivantes tout au long de l année. - La communauté de Communes du Sauveterrois (créée le 29/12/1997), composée de 16 communes situées à l ouest du Pays (Blasimon, Castelviel, Caumont, Cleyrac, Coirac, Daubèze, Gornac, Mauriac, Mourens, Sauveterre de Guyenne, Saint-Brice, Saint-Félix-de-Foncaude, Saint-Hilaire-du-Bois, Saint-Martin-de-Lerm, Saint-Martin-du-Puy, Saint-Sulpice-de- Pommiers) comporte une offre complète de services et équipements destinés à la population locale. Le maillage d entreprises présentes est très diversifié, ce qui permet de mettre en place des manifestations ponctuelles de promotion des produits locaux. Le patrimoine local de grande qualité permet à ce groupement de communes de mettre également en avant son histoire et sa culture. - La communauté de Communes du Pays de Pellegrue (créée le 29/12/1997), composée de 9 communes (Pellegrue, Saint-Ferme, Massugas, Cazaugitat, Landerrouat, Soussac, Auriolles, Listrac-de-Durèze, Saint-Antoine-du-Queyret) au nord-est du territoire, présente un patrimoine architectural riche implanté dans un paysage très rural. Celui-ci s accompagne d équipements proposant une offre de services complète à ses habitants. De plus, le classement de ces communes en ZRR (Zone de Revitalisation Rurale) permet à de nouvelles entreprises de venir s installer plus facilement et de compléter l offre de commerces et services de proximité existante. - La Communauté de Communes du Réolais (créée le 28/11/2003) composée de 23 communes (La Réole, Gironde-Sur- Dropt, Lamothe-Landerron, Fontet, Mongauzy, Morizès, Camiran, Hure, Casseuil, Loupiac-de-la-Réole, Loubens, Saint-Hilaire-de-la-Noaille, Noaillac, Blaignac, Saint-Michel-de-Lapujade, Les Esseintes, Saint-Sève, Bagas, Fossès-et- Baleyssac, Montagoudin, Saint-Exupéry, Floudès, Bourdelles) se distingue comme unité urbaine du Pays HE2M (50% de la population du Pays). Accessible rapidement par l autoroute ou par le train, ses plus de habitants bénéficient d un panel de services et équipements destinés à répondre aux problématiques de la vie courante (logement, santé, formation ). Le tissu économique développé comporte aussi bien des grosses entreprises industrielles que des artisans et commerçants de petite taille qui participent régulièrement à des actions de promotion de leurs produits. Le patrimoine local est également très présent sur ce canton où sont mises en place de nombreuses manifestations sportives et culturelles. 5

6 1.2 Un territoire rural bien desservi Sa localisation géographique, à la limite départementale, est intéressante puisqu elle permet d accéder à ce secteur rapidement depuis la métropole Bordelaise ou les grandes villes alentours, telles que Libourne, Marmande ou Langon. Il est en effet accessible par : - L autoroute A62 reliant Bordeaux et Toulouse et situé à proximité de La Réole - La D1113, reliant la Réole à Langon puis Bordeaux (et relié à Marmande à L Est) - La D670, traversant le Pays HE2M et reliant La Réole et Sauveterre de Guyenne à Libourne - Le train avec la Ligne TER Bordeaux-Agen proposant un arrêt à la Réole Source : traitement : Pays HE2M Source : Pays HE2M 6

7 1.3 Une densité de population faible Populations Part Population Pays HE2M au 1er Janvier Population Pays HE2M au 1er Janvier (+0,7%) Population Pays HE2M au 1er Janvier (+8,3%) 100% Dont : CDC du Monségurais % CDC du Pays de Pellegrue % CDC du Sauveterrois % CDC du Réolais % Source : INSEE : Populations légales 2006, traitement : Pays HE2M De superficie égale à la CUB (Communauté Urbaine de Bordeaux), le Pays HE2M avec ses habitants a une densité très peu élevée qui s explique par le caractère très rural de ce territoire : 46 habitants au km², alors que la moyenne départementale est de 142 hab/km². CDC Monségurais CDC Sauveterrois CDC Pays de Pellegrue CDC Réolais Pays HE2M Gironde Superficie (en km²) Population Densité de la population (nb d'habitants au km²) (Source : INSEE) Densité lissée de population en 2006 Seule la CDC du Réolais, qui comprend à elle seule la moitié de la population du Pays (12860 habitants), présente une densité deux, voire trois fois plus élevée que les autres CDC. 7

8 Cela s explique notamment par sa position géographique lui conférant une accessibilité captivante. Le taux d évolution de la population de + 8,3% entre 1999 et 2006 se justifie par les arrivées dues au solde migratoire, et non pas par l accroissement naturel dont le taux d évolution est négatif (plus de décès que de naissances). 8

9 1.4 Des terres dominées par les vignobles Fort de sa diversité géographique, le Pays du Haut Entre Deux Mers offre un cadre de vie très agréable et particulièrement bien desservi. Alliant terres viticoles de qualité et petites collines encore sauvages, ce territoire présente des vues imprenables sur un patrimoine local de grande valeur. Les ¾ du territoire sont majoritairement destinés aux cultures, ce qui justifie la faible densité de population sur ses secteurs. Le Nord du Dropt est dominé par la viticulture (en violet sur la carte suivante), avec une appellation de qualité «Entre deux mers». Quant aux terres de la partie Sud et Est, elles, font plutôt l objet de polyculture (en jaune et vert sur la carte) : Orientation technico-économique des exploitations en 2000 (OTEX) : 9

10 1.5 Un contexte économique actuel difficile : Crises viticole et financière Depuis de nombreuses années le secteur viticole connaît la crise : la production de vin se développant dans de nombreux pays (vignobles étrangers du «nouveau monde»), cela a profondément modifié le marché, avec des ventes de moins en moins nombreuses pour les produits français. Une fois cette concurrence installée sur le marché mondial, les stocks s alourdirent, les producteurs étant déjà dans une période de surproduction structurelle liée aux grandes campagnes de plantations pendant l âge d or, notamment des cépages rouges. Les investissements technologiques effectués à cette époque n ont ainsi pas pu être rentabilisés. S ajoute à cela l évolution à l export des habitudes d achat, avec une baisse générale de la consommation de vin, notamment due à la répression contre l alcool sur les routes, et au vieillissement des consommateurs habituels (aujourd hui, la consommation moyenne par personne et par an est de 30L, il y a 10 ans elle était de 60L, et de 100L dans les années 1960!). Tout cela a transformé les comportements des français qui achètent désormais de la meilleure qualité en plus petite quantité. Cela a ainsi produit des effets négatifs sur le nombre d exploitations, particulièrement celles de petites tailles qui sont de moins en moins nombreuses. En ce qui concerne le Pays HE2M, près de la moitié des emplois concerne la viticulture. En 2008, c est la crise financière qui vient compléter le phénomène et touche alors tous les secteurs d activité. Provenant des Etats-Unis où une relance de l économie avait été mise en œuvre par le biais de crédits hypothécaires dédiés aux ménages les plus pauvres (les subprimes), ce dispositif a éclaté en 2006 avec des ménages endettés qui se sont vus être en possession de biens immobiliers d une valeur inférieure à celle d achat. Les coûts des crédits ont alors très fortement augmenté et de nombreux logements furent saisis par les banques, causant ainsi une faillite des entreprises de prêts hypothécaires. S en suivi alors l effondrement du prix des actions de l industrie du crédit qui provoqua une perte de confiance des investisseurs. Sans eux, les banques se retrouvent sans liquidités pour continuer à fonctionner correctement et vue la hausse du taux des prêts interbancaires, celles-ci font alors appel aux banques centrales qui déboursent des milliards d euros afin de rééquilibrer le marché et attirer des investisseurs. La crise financière devient alors une crise économique globale en France, avec de nombreuses faillites, une hausse du taux de chômage, et des répercussions sur l économie en général. Les Français, de nature très prudents, consomment moins et préfèrent épargner (source «Observatoire CETELEM 2009»), ce qui a un impact nonnégligeable sur l économie domestique. Le territoire du Haut Entre Deux Mers se retrouve ainsi affecté en un temps rapproché par ces deux crises qui touchent des clients d entreprises locales (commerces, artisanat et services de proximité) qui en subissent alors les conséquences. 10

11 2. Un territoire organisé autour de ses bassins de vie 2.1 Une répartition de la population liée à la zone d emploi la plus proche La croissance de la population du Pays est assez faible, deux fois moins élevée que la moyenne Girondine. Pop 1999 Pop 2006 Pays HE2M au 1er Janvier (+8,3 %) Dont : CDC du Monségurais (+ 7,3 %) CDC du Pays de Pellegrue (+ 9 %) CDC du Sauveterrois (+ 3,4 %) CDC du Réolais (+ 4,5%) Gironde (+ 13,2%) Source : INSEE : Populations légales 2006, traitement : Pays HE2M Comme le montrent les cartes suivantes (issues de la Charte du Pays), la population se concentre autour de la D1113 et au sein des chefs lieux de cantons. Même si l augmentation est plus importante pour les CDC de Monségur et de Pellegrue, l impact reste faible, ces communes ayant peu d habitants. Evolution de la population entre 1990 et 1999 Répartition de la population en 1999 Source : Charte du Pays HE2M

12 Le Pays est situé aux limites de trois zones d emplois, et mise à part l Ouest du territoire (CDC du Sauveterrois) qui touche celle de l Entre Deux Mers (zone périurbaine), la partie Nord-Est du Pays (CDC du pays de Pellegrue) se situe dans une «zone à faible attractivité» en terme d emploi (soldes négatifs à tous les âges) et se retrouve ainsi dépendante des bassins d emploi voisins. Bordeaux Médoc Bordeaux - Cubzacais Périgueux Pays du Haut Entre Deux Mers Libourne Montpon Ste Foy la Grande Bordeaux Arcachonnais Bordeaux zone centrale Bordeaux Entre-Deux mers Langon Bazas La Réole Marmande Casteljaloux Bergerac Haute Lande Mont de Marsan La Réole fait partie des zones considérées comme «petits pôles urbains». Cette commune et celle de Gironde sur Dropt constituent la seule unité urbaine du Pays, ce qui lui confère un rôle de pôle de centralité, notamment grâce au niveau élevé de services présents sur cette zone (Cf Schéma de Services à la population du Pays HE2M réalisé en juin 2009). Cette partie du territoire est d ailleurs intégrée au bassin d emploi de Langon-Bazas-La Réole. 12

13 Ces petits pôles urbains sont caractérisés par des migrations spécifiques, tels que les départs pour les études et les arrivées de retraités. La structure de la population reflète en effet ce phénomène lorsque l on compare la part de la population par tranche d âge du Pays HE2M avec celle de la moyenne Girondine : 25% 20% 15% 10% 5% 0% Population par tranche d'âges du Pays HE2M Moins de 3 ans 3 à 5 ans 6 à 10 ans 11 à 17 ans 18 à 24 ans 25 à 39 ans 40 à 54 ans 55 à 64 ans 65 à 79 ans 80 ans ou Plus Source : INSEE, RP 2006, traitement : Pays HE2M Pays Haut Entre Deux Mers Gironde Répartition de la population du Pays HE2M par tranche d'âge et par CDC Moins de 3 ans 6 à 10 ans 18 à 24 ans 40 à 54 ans 65 à 79 ans Source : INSEE, RP 2006, traitement : Pays HE2M CDC Monségurais CDC Pays de Sauveterre CDC Pays de Pellegrue CDC Réolais Répartition de la population par CDC et par tranches d âge : Source : INSEE, RP 2006 Moins de 3 ans 6 à 10 ans 3 à 5 ans 11 à 17 ans 18 à 24 ans 25 à 39 ans 40 à 54 ans 55 à 64 ans 65 à 79 ans Total CDC Monségurais CDC Sauveterrois CDC Pays de Pellegrue CDC Réolais Pays HE2M Part 3,3% 3,4% 6,0% 8,1% 5,9% 17,4% 21,7% 12,1% 15,4% 6,7% 100% Gironde Part 3,4% 3,5% 5,8% 8,3% 9,9% 20,3% 21,1% 11,4% 11,3% 5,0% 100% 80 ans ou Plus On remarque alors un écart important entre les deux courbes pour les tranches d âges des : ans qui représentent une part presque 2 fois moins importante que la moyenne Girondine. Cela peut s expliquer par les départs de jeunes pendant leurs études. Les plus de 55 ans et particulièrement la tranche des ans ont un taux qui atteint plus de 15% de la population totale du Pays HE2M, alors qu ils sont 11% en Gironde. 13

14 L évolution de la population montre bien que le territoire a plutôt tendance à attirer des personnes âgées : Enfin, c est La Réole qui concentre une grande partie des personnes en âge de travailler, notamment en raison du nombre important d entreprises implantées sur cette partie du bassin d emploi Langon Bazas La Réole. C est de plus le secteur le plus étoffé en matière de services à la population. 14

15 2.2 Des équipements et services présents de manière polarisée sur chaque intercommunalité La situation du Pays aux limites de trois zones d emplois a des répercussions sur les habitudes de consommation des habitants, notamment en ce qui concerne l utilisation des équipements et services qui leurs sont destinés. En effet, comme l indique le Schéma de services, la Réole constitue le bassin de services de centralité du Pays. Cependant les autres chefs-lieux de cantons contribuent également à la structuration du territoire avec une offre de services de proximité assez complète. Celle-ci permet de répondre aux besoins d une grande partie des communes situées alentours qui ne possèdent pas ou peu d équipements équivalents (27% des communes du Pays ne disposent d aucun service de proximité). (Source : Schéma de services à la population du Pays HE2M, Juin 2009) NB : Ne figurent sur ce graphique que les communes comptant au moins un des 30 services de l échantillon utilisé. La localisation au Sud du Pays de ce pôle de services qu est La Réole, conduisent certains habitants des communes situées aux extrémités à se diriger vers une zone d attraction plus proche, telle que Sainte-Foy pour le Nord-Est, ou Marmande pour les communes de l Est. Les enjeux exprimés lors de l élaboration de ce schéma sont d ailleurs le renforcement des pôles de services de proximité au niveau des 4 pôles de services intermédiaires et intercommunaux. D une part en termes de santé et d accueil de la petite enfance en ce qui concerne les enjeux prioritaires, d autre part, des investissements touchant à la mobilité, la culture et le dynamisme commercial afin de rendre le territoire plus attractif et maintenir une qualité de vie locale. 15

16 2.3 L activité économique : une majorité de TPE/PME dans un contexte agricole Répartition des établissements1 par activité et par CDC (secteur agricole et public inclus) : CDC du CDC CDC de CDC du Libellé secteur d'activité NES16 Monségurais Sauveterrois Pellegrue Réolais Pays HE2M Agriculture, sylviculture, pêche ,60% Industries agricoles et alimentaires ,64% Industries des biens de consommation ,74% industrie automobile ,07% industrie des biens d'équipement ,97% Industrie des biens intermédiaires ,34% Energie ,33% Construction ,67% commerce ,38% Transports ,21% Activités financières ,47% Activités immobilières ,14% Services aux entreprises ,66% Services aux particuliers ,81% Education, Santé, Action Sociale ,37% Administration ,60% Total général % (Source : INSEE, 2006) Agric., Sylv., Pêche Industrie Construction Commerces Services Services Publics, administrations Ensemble des activités CDC Monségurais 47,60% 5,40% 7,50% 7,70% 18,40% 13,40% % CDC Pellegrue 62,70% 3,20% 4,30% 8,40% 13,10% 8,40% % CDC Sauveterrois 54,40% 2,80% 5,40% 8,50% 16,40% 12,50% % CDC Réolais 30,60% 6,90% 10% 12,90% 23,40% 16,20% % Pays HE2M 43,60% 5,10% 7,70% 10,40% 19,30% 14% % Evolution ,30% -2,60% 4,60% 2,30% 19% 3,20% -4,3% 100% Source : INSEE fichier SIRENE, 2006 Source : INSEE fichier SIRENE, 2006, traitement Pays HE2M 1 L'établissement est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'entreprise. L'établissement, unité de production, constitue le niveau le mieux adapté à une approche géographique de l'économie. 16

17 Répartition des Etablissements par CDC et secteur d'activité 70,00% 60,00% Agriculture, sylviculture, pêche 50,00% Industrie 40,00% Construction 30,00% Commerces 20,00% Services 10,00% 0,00% CDC Monségurais CDC Pellegrue CDC Sauveterre de Guyenne CDC Réolais Pays HE2M Services Publics et administrations Comme le montre la répartition des établissements sur le territoire, le secteur de l agriculture, sylviculture et pêche domine (43,6%) malgré une baisse significative du nombre d établissements depuis l an 2000 (- 16,3%). Le secteur des services est lui en plein expansion avec une augmentation de 19% du nombre d établissements. On remarque encore ici une part importante d entre eux situés sur la CDC du Réolais. Une part prépondérante de l activité agricole : Selon la MSA, le territoire détient 1129 exploitants agricoles, soit 12% du nombre d exploitants girondins. La répartition est à peu près égale sur les CDC, sauf pour la CDC du Sauveterrois qui concentre plus du tiers des exploitants du Pays sur son territoire. Nombre d'exploitants agricoles par CDC (Sources : MSA 2005) % % % % CDC Monségurais CDC Pays de Sauveterre CDC Pays de Pellegrue CDC Réolais Source : MSA, 2005, traitement : Pays HE2M 17

18 Nombre de salariés agricoles par type de contrat en 2005 : CDD % CDI % Total % Population Totale Part des salariés agricoles dans la population totale de chaque CDC Part des salariés agricoles dans le total des actifs du Pays HE2M CDC du Monségurais % 99 18% % % 5% CDC du Pays de Pellegrue % % % % 13% CDC du Sauveterrois % % % % 14% CDC du Réolais % % % ,30% 8% Pays HE2M % % % % 41% Source : MSA, 2005, traitement : Pays HE2M En ce qui concerne les salariés agricoles, ceux-ci sont surtout présents dans les CDC les moins denses et qui possèdent des terres agricoles. La part qu ils représentent par rapport à la population totale sur la CDC du Réolais n est que de 6,3%. Cependant, la CDC de Pellegrue a elle près d un salarié sur deux qui travaille dans le domaine agricole Part des salariés agricoles par rapport à la population totale par CDC en 2005 (Sources : MSA) 12% CDC Monségurais 49% 25% 6,3% CDC Pays de Pellegrue CDC Pays de Sauveterre CDC Réolais Nombre de salariés Population Totale Source : MSA 2005, Traitement : Pays HE2M Le graphique suivant montre que la majorité des salariés agricoles sont embauchés en CDD, ce qui s explique notamment par les besoins dus à la saisonnalité. Cela permet alors de relativiser quant au nombre de salariés agricoles, qui lorsqu il est calculé en UTA (Unité de Travail Annualisé, à savoir l équivalent du temps de travail pour un temps plein) diminue fortement : en 2000, la masse de travail réalisée équivalait à 2735 temps pleins (toutes mains d œuvre confondues). Ce mode de calcul permet également de confirmer la baisse d activité du secteur agricole ces 20 dernières années, le nombre d UTA étant de 3300 en Nombre de salariés agricoles selon le type de contrat par CDC en 2005 (sources : MSA) CDC Monségurais CDC Pays de Pellegrue CDC Pays de Sauveterre CDC Réolais Source : MSA 2005, Traitement : Pays HE2M CDD CDI 18

19 Des entreprises de petite taille : Répartition des établissements par tranche d effectifs (secteur agricole et établissements publics inclus): CDC CDC CDC Pays de CDC Pays Tranche d'effectif Monségurais Sauveterrois Pellegrue Réolais HE2M % 0 salariés ,21% 1 à 5 salariés ,52% 6 à 9 salariés ,61% 10 à 19 salariés ,94% 20 à 49 salariés ,65% 50 à 99 salariés ,23% 100 à 199 salariés ,13% 200 à 499 salariés ,03% 500 salariés et plus % Non déclaré ,68% Total général % Source : INSEE, fichier SIRENE, % 60% Répartition des établissements par tranche d'effectifs salariés 50% Part 40% 30% 20% 10% 0% Aucun 1 à 5 6 à 9 10 à à à à à et plus Non déclaré Tranche d'effectifs salariés Source : INSEE, fichier SIRENE, 2006 La majorité des établissements implantés sur le territoire sont des TPE-PME avec peu ou pas de salariés : 86 % ont moins de 5 salariés et 65% n en ont aucun. 19

20 Répartition des établissements selon les trois sphères de l'économie au 31 déc 2006 : Nombre d'ets Postes salariés Sphère productive ,6% ,4% Economie résidentielle ,6% ,0% Fonction publique ,9% ,6% TOTAL % % Agriculture TOTAL (sect agricole inclus) Source INSEE, CLAP 2006 Comme la plupart des territoires ruraux, le Pays se compose de petites entreprises qui constituent le tissu économique de proximité (produits et services consommés localement) : c est le cas ici pour 60% des établissements. Des emplois salariés dominés par les ouvriers et employés : Comme l a démontré l étude économique de 2007, c est sur la CDC du Réolais que se trouve près de la moitié des emplois du Pays, avec une forte concentration sur le petit pôle urbain formé par La Réole-Gironde-Sur-Dropt : 1/3 des emplois du Pays. 1 La sphère productive concerne principalement les secteurs de l'industrie, l'énergie, les services aux entreprises, le transport de marchandises, le commerce de gros et une partie des activités immobilières. 2 Les services aux particuliers, la construction, l'éducation (hors fonction publique), la santé, l'action sociale, le commerce de détail, les activités financières et le transport de voyageurs. 3 La sphère publique regroupe l'ensemble des emplois de la fonction publique (fonction publique d'état, fonctions publiques territoriale et hospitalière). 20

21 L évolution de l emploi privé entre confirme la forte attractivité de ce petit pôle urbain, et particulièrement de la Commune de Gironde sur Dropt où plusieurs entreprises se sont installées : - Evolution de l emploi privé Secteur La Réole - Gironde-Sur-Dropt : + 9% - Evolution de l emploi privé CDC du Réolais : - 4% (Source : Schéma de développement économique, Cohéo, Juin 2007) Répartition de l emploi sur le territoire : 21

22 Effectifs salariés par secteur d'activité (hors secteur Public) : Industrie Construction Commerces Services Sous- Total Salariés agricoles TOTAL ,4% 12,0% 16,7% 58,0% 100% Pays HE2M 56% 44% 100% Gironde 13,8% 8,6% 18,5% 59,1% 100% Source : URSSAF 2007 Effectifs salariés par secteurs d'activités Pays HE2M Industrie Construction Commerces Services Source : INSEE 2006, traitement : Pays HE2M Même si les entreprises du Pays HE2M n ont en général que très peu de salariés, c est le secteur des services qui emploie plus de la moitié des salariés (hors secteurs publics agricoles, qui emploie lui près de 45% de la population active). C est sur la CDC du Réolais que se concentrent près de 55% des emplois liés aux services à la personne, comme l a démontré le Schéma de Services à la population qui définit la commune de la Réole comme pôle de services de centralité du Pays. Population active de 15 ans ou plus par CSP en 2006 : Cadres, Artisans, Agriculteurs commerçants, professions intellectuelles Professions exploitants chefs entreprise sup. intermédiaires Employés OuvriersTOTALRépartition CDC Monségurais % CDC Pellegrue % CDC Sauveterrois % CDC Réolais % Pays HE2M % Part 12% 8% 7% 16% 24% 33% 100% /// (Source : INSEE, RP2006 exploitation complémentaire, Traitement : Pays HE2M) 22

23 Répartition de la population active par Catégories socioprofessionelles en 2006 Ouvriers 33% Agriculteurs exploitants 12% Artisans, commerçants, chefs entreprise 8% Cadres, professions intellectuelles sup. 7% Employés 24% Professions intermédiaires 16% (Source : INSEE, RP 2006, Traitement : Pays HE2M) L activité agricole étant prédominante, la part d ouvriers présents sur le Pays HE2M s en ressent : Ces derniers réunis représentent plus d un tiers des actifs environ du territoire. L autre catégorie se démarquant est celle des employés (24% des actifs), notamment grâce au secteur des services qui s est relativement développé sur le secteur ces dernières années. 23

24 La problématique de la transmission d entreprise : les plus de 55 ans Population active par tranches d âge du Pays HE2M : CDC CDC CDC CDC Pays Part dans la population Monségurais Pellegrue Sauveterrois Réolais HE2M active totale du Pays Moins de 20 ans % 20 à 24 ans % 25 à 39 ans % 40 à 54 ans % 55 à 64 ans % 65 ans ou plus % Pays HE2M % Source : INSEE, RP 2006, Traitement Pays HE2M Les personnes âgées de 55 ans à 64 ans représentent 12% des actifs du Pays. Ce constat est préoccupant lorsque l on voit dans l étude réalisée en 2007 qu un tiers des chefs d entreprises, artisans et commerçants font partie de cette tranche d âge et sont donc amenés à être confrontés à la problématique de la transmission de leur entreprise. Nombre et part d'établissements commerciaux et nombre de salariés dont le dirigeant a plus de 55 ans : Nb d'ets Part du Nb total d'ets Nb de salariés concernés CDC du Monségurais 13 13,7% 4 CDC du Sauveterrois 19 13,2% 22 CDC du Réolais 59 15,6% 385 CDC du pays de Pellegrue 21 25,0% 7 Pays HE2M ,3% 418 Gironde ,7% Sources CCIB, CCIL 2006, traitement : Pays HE2M 24

25 Nb d'ets Nb de salariés concernés CDC du Monségurais CDC Pays de Sauveterre CDC du Réolais CDC pays de Pellegrue Sources CCIB, CCIL 2006, traitement : Pays HE2M En 2006, ce sont 112 entreprises commerciales du Pays HE2M (sur 687, soit 16,4%) qui sont dirigées par une personne de plus de 55 ans. Cela concerne alors 418 salariés sur l ensemble du territoire, dont plus de 90% travaillant sur la CDC du Réolais. Il en va de même pour les entreprises artisanales (1/4 des artisans a plus de 55 ans). Pour les autres CDC, les chiffres laissent à penser que les entreprises concernées ont peu ou pas de salariés, étant donné que le nombre d établissements est soit à peu près égal, soit supérieur au nombre de salariés concernés. La problématique de la reprise de l activité sera donc d autant plus préoccupante puisqu il s agira pour le dirigeant de trouver une personne compétente et spécialiste de l activité, particulièrement pour les artisans, contrairement aux grosses entreprises où les compétences en matière de management et de ressources humaines seront plus appréciées. Le fait de gérer seul son activité peut également être un facteur dissuasif pour le repreneur, d autant plus en période délicate comme celle de la crise économique de fin 2008-début En effet, comme le montre le graphique suivant où plus de 60% des entreprises du territoire ont plus de 5 ans d existence, les jeunes entreprises ont du mal à se maintenir, peut-être par manque d expérience ou un marché mal ciblé Age des entreprises au 1er janvier 2007 : Le fait de reprendre une entreprise ancrée sur le territoire depuis de nombreuses années est de ce fait plus sûr. Il apparaît donc important pour les personnes de plus de 55 ans d anticiper la reprise de leur activité, notamment en se faisant aider par les chambres consulaires. 25

26 En effet, l étude relative au développement économique réalisée en 2006 avait mis en avant la fermeture de commerces sans reprises, notamment 10 (identifiés dans un diagnostic de la CDC du réolais), situés dans le centre ville de La Réole qui ont cessé leur activité entre 2003 et Cette problématique avait alors été analysée lors de l étude sur le «recensement des besoins des entreprises en terme de qualification et de main d œuvre» réalisée par le Pays HE2M en Elle mettait en avant que 34% des entrepreneurs avaient plus de 50 ans et que 75% de ceux ayant plus de 56 ans se sentaient concernés par la question de la transmission (Etude réalisée avec un échantillon de 164 entrepreneurs). Selon l étude, les 34% concernés par la transmission représentent 57 entreprises dont l activité ne sera pas maintenue si la reprise n est pas organisée. Même si 40% d entre eux envisagent de transmettre leur activité à leurs enfants, il reste tout de même 46% qui souhaitent une reprise hors contexte familial. Enfin, sur les 57 entreprises, seulement 14% ont entrepris des démarches sérieuses en contactant des professionnels de ce domaine (chambres consulaires, chargés de mission économie ) En effet, le manque de temps et d information ne motive pas les entrepreneurs à effectuer les démarches en temps voulu. Les offres et demandes d emploi : Le Pays HE2M connaît un taux de chômage légèrement supérieur à la moyenne Girondine : Le nombre de chômeurs en 2006 s élevait à 1145 personnes, soit 10% de la population active (contre 9,8% en Gironde). Chômage en 2006 : Nombre Chômeurs Pop active Part de la population active CDC Monségurais % CDC Pellegrue % CDC Sauveterrois % CDC Réolais % Pays HE2M % Source : Insee, RP2006, exploitation principale, traitement : Pays HE2M Taux de chômage (au sens su recensement) des ans par sexe et par âge en 2006 : 26

27 En ce qui concerne les demandes d emplois, celles-ci ont pour motifs principaux en 2007 la fin de contrats à durée limitée (36,6%) et les licenciements (23,3%). Les personnes les plus demandeuses sont âgées de 50 ans ou plus. Evolution des Demandes d Emploi en Fin de Mois (DEFM) selon l âge, entre 1998 et 2007 : Le graphique ci-dessus expose une baisse importante des DEFM entre 2005 et 2007 due à une forte reprise économique pendant cette période. Offres et demandes d emploi en 2007 : Demandes d emploi Part des actifs Offres d emplois Part des actifs CDC du Monségurais 101 1,0% 89 0,9% CDC du Pays de Pellegrue CDC du Sauveterrois 53 0,5% 204 2,0% 129 1,2% 246 2,4% CDC du Réolais 383 3,7% 408 3,9% Pays HE2M 646 6,2% 871 8,4% Source : ANPE 2007, traitement : Pays HE2M 27

28 Part des offres et demandes d'emploi dans l'emploi total par CDC 4,0% 3,0% 2,0% 1,0% part des demandes d'emplois part des offres d'emplois 0,0% CDC du M onségurais CDC du Pays de Pellegrue CDC du Pays de Sauveterre CDC du Réolais Source : ANPE 2007, traitement : Pays HE2M On remarque que les offres sont plus nombreuses que les demandes d emplois. Cela peut-être du à des offres d emplois nécessitant de la main d œuvre qualifiée, peu présente sur le territoire, notamment en raison du manque de formations proposées localement. 2.4 Les besoins en formation Le Pays propose un nombre important d établissements scolaires, répartis sur tout le territoire de la maternelle au collège. Etablissements scolaires du Pays HE2M (publics et privés) (Sources : CG33, Rectorat de l'académie de Bordeaux 2008) 4 1 Ecoles Maternelles (939 élèves) 19 Ecoles Primaires (1539 élèves) Collèges (1324 élèves) Lycées (367 élèves) 23 Source : Rectorat de Bordeaux, CG33, traitement : Pays HE2M On constate un éclatement de l offre de formation sur le territoire, ce qui rend peu identifiables les lieux destinés à l apprentissage. 28

29 C est sur la commune de La Réole que se trouve le seul lycée du Pays qui regroupe près de 370 lycéens. Avec les centres de formations également très représentés sur la CDC du Réolais (CFA, MFR Beauséjour, INSUP, GRETA ), ce sont environ 500 jeunes qui fréquentent chaque jour ce secteur et deviennent des consommateurs potentiels des commerces du centre ville. Etablissements scolaires et effectifs : CDC Monségurais Nb Effectif d'ets s CDC Sauveterrois Nb Effectif d'ets s CDC Pays de Pellegrue CDC Réolais Pays HE2M Nb Effectif Nb Nb d'ets s d'ets Effectifs d'ets Effectifs Ecoles Maternelles Ecoles Primaires Collèges Lycées Total Général Source : Rectorat de Bordeaux, CG33, traitement : Pays HE2M La Charte du Pays rédigée en 2004 a fait l état des lieux des organismes de formations présents sur le territoire et il en ressort une absence ou une sous-représentation de structures accueillant des apprentis dans certains secteurs tels que le bâtiment, l industrie métallurgique ou les transports (malgré des offres d emplois régulières). En effet, un quart de la population ayant 15 ans ou plus n a aucun diplôme, et est ainsi potentiellement candidate à des formations ou apprentissage leur permettant de se spécialiser dans un domaine. 29

30 Diplôme le plus élevé de la population non-scolarisée de 15 ans ou plus : Selon les chiffres de la Chambre des métiers de la Gironde, seulement une centaine de jeunes sont formés par le biais d un contrat d apprentissage mis en œuvre par la CMA33 sur l ensemble du Pays. Contrats d apprentissages élaborés par la CMA33 : NOMBRE DE CONTRATS D APPRENTISSAGE EN COURS PAR CANTON Secteur Artisanat - GIRONDE Nombre de contrats en cours au 31/12/ en Gironde LA REOLE MONSEGUR PELLEGRUE SAUVETERRE DE GUYENNE Pays HE2M Source : CM 33, avril 2009 C est pourquoi, en 2007, le Pays a réalisé une étude concernant le «recensement des besoins des entreprises en terme de qualification et de main d œuvre». Celle-ci a mis en avant des difficultés pour les entreprises à déterminer leurs besoins en main d œuvre ou trouver des personnes ayant une qualification en adéquation avec les postes proposés, notamment pour les entreprises du bâtiment et de la construction. Cela rejoint un problème plus général ressenti et exprimé sur le territoire qui est celui du manque de formation, qui plus est répondant aux besoins des entreprises locales. En effet, selon l étude, seul 5% des qualifications ont été obtenues sur le Haut-Entre-Deux- Mers et 40% des salariés sont sans qualification, notamment en raison du peu de formations proposées localement. L étude avait alors émis des préconisations pour aider les entreprises à mieux s organiser et gérer les emplois (réalisation de diagnostics d entreprises, définition des postes de travail, accompagnement dans le processus de recrutement) ainsi que de résoudre les problèmes liés au manque de formation (mises en place de formations, mises à niveau ). Cela passe avant 30

31 tout par une meilleure connaissance des entreprises entre elles, mais aussi par une bonne perception du tissu économique par les acteurs intervenant localement. Sensibilisé par cette problématique, le Pays HE2M s est mobilisé pour mettre en œuvre des actions permettant de répondre aux besoins exprimés par les entreprises. Ainsi, le Pays a initié, courant 2008, un programme de développement territorial stratégique en étroite collaboration avec la Mission Formation Emploi du Conseil Régional et l AGEFOS-PME afin d élaborer un plan local de formation. Il en ressort aujourd hui différents projets qui sont en cours de mise en œuvre : - Des Points d Accès à la Téléformation qui permettent d avoir une offre large de formation et de résoudre en partie les problèmes de mobilité. Le est un dispositif souple de formation organisé en fonction de besoins individuels ou collectifs (individus, entreprises, territoires). Il comporte des apprentissages individualisés et l accès à des ressources et compétences locales ou à distance. Cette formation n est pas exécutée nécessairement sous le contrôle permanent d un formateur. Particulièrement bien adapté aux cours théoriques ou à la conduite de projets, ce mode de formation répond aux attentes de trois catégories sociales présentes sur le territoire du Pays HE2M : > Les étudiants de l enseignement supérieur éloignés de leur campus universitaire, > Le public à mobilité réduite de tout niveau, > les personnes éloignées des lieux de formation. - Un Chantier-Ecole qui apporte une réponse concrète en matière d emploi aux personnes du territoire identifiées comme en difficulté dans un parcours d accès à l entreprise dans un secteur professionnel en forte tension de main d œuvre : le bâtiment. Le chantier école est un support de formation grandeur nature, utile au territoire et à ses habitants qui se donne pour objectif principal la progression et l insertion professionnelle des personnes éloignées de l emploi. Les objectifs poursuivis concernent des savoir-être afin d atteindre les comportements attendus en entreprise, des savoirs de base nécessaires à la poursuite d un parcours en formation, et des savoir-faire qui sont indispensables pour accéder à un emploi et s y maintenir. Le Pays s est ainsi inscrit dans une démarche participative exemplaire avec les entreprises Bâtiment du territoire afin de déterminer avec précision leurs besoins en main d oeuvre 31

32 qualifiée et ainsi définir clairement les objectifs du chantier école en termes de préqualification et de qualification. Ainsi, la formation retenue pour la mise en place du 1 er chantier-ecole qui a débuté fin 2009 (14 places) est celle de Maçon du Bâti Ancien (gros œuvre : rénovation de façade, béton armé, enduit à la chaux, carrelage ) qui s effectue sur un bâtiment public intercommunal situé sur la CDC du Réolais (Centre de loisirs). Ce projet permettra ainsi : - la résolution de déficit récurrent de main d œuvre des secteurs d activité repérés du bâtiment, - l adaptation du bassin d emploi à l économie locale, - la valorisation du cadre de vie et de l émergence de solidarité au sein du territoire. - La mutualisation d informations permettant une meilleure connaissance des besoins du tissu économique local. Ce projet basé principalement sur des rencontres entre les acteurs/organismes intervenant sur le territoire permet à tous d échanger sur les besoins et pratiques des entreprises dans le but d améliorer la connaissance du tissu économique local. Cela se traduit concrètement par la création d une base de données des entreprises qui sera alimentée par chaque personne ayant des informations nouvelles sur celles-ci. Le Pays a ici un rôle de coordination et de relais entre les entreprises exprimant des besoins et les organismes pouvant y répondre. De plus, ces rencontres pourront également d informer les entreprises sur tous les dispositifs d aides qui leur sont destinés et les organismes compétents en la matière. 32

33 2.5 Synthèse La situation du Pays à cheval sur plusieurs zones d emplois pousse ses habitants à consommer de manière diffuse, excepté pour ceux résidant dans les environs du petit pôle urbain constitué par les communes de la Réole et Gironde-sur-Dropt. De petits pôles de proximité sont cependant présents sur chaque canton et répondent aux besoins de base des habitants. Une des préconisations émise par le Schéma de Services à la population est le renforcement de ces pôles afin de maintenir un certain dynamisme et une qualité de vie locale. L omniprésence de l agriculture se ressent aussi bien dans les paysages présents que dans les caractéristiques de la population, ce secteur embauchant presque 50% du nombre total de salariés travaillant sur le Pays. Le territoire est ainsi assimilé à ces activités agricoles et il semble important pour le Pays de maintenir et développer de nouvelles activités pour avoir une image dynamique attirant tout type de population. En effet, le territoire dispose de peu de main d œuvre qualifiée (les ouvriers et employés sont les plus représentés) en raison du manque de formations variées proposées localement. Cette situation pose problèmes à plusieurs niveaux : - aux entrepreneurs lorsqu ils souhaitent recruter, ne trouvant pas de main d œuvre adaptée aux postes proposés, - aux chefs d entreprises de plus de 55 ans (plus du tiers du nombre total) souhaitant transmettre leur activité qui trouvent difficilement des repreneurs. Des actions sont ainsi en cours de mise en œuvre afin de résoudre certains de ces problèmes et répondre aux besoins des entreprises. Enfin, une volonté de soutenir et dynamiser l économie locale se ressent, l objectif étant de maintenir la population actuelle tout en assurant les commerces et services de proximité qui leur sont nécessaires. 33

34 3. Analyse statistique de l activité artisanale, commerciale et de services Le CECOCEG (Centre Consulaire de Gestion Agrée de Bordeaux) réalise depuis cinq ans une évaluation de la santé des TPE en Gironde à partir des situations comptables des entreprises adhérentes de trois centres de Gestion Agrées Girondins (CECOGEB, CECOGIR, CEGAL), soit environ 4500 déclarations fiscales prises en compte. Cinq points clés sont analysés pour chaque entreprise (performance commerciale, rentabilité économique, performance économique, équilibre d exploitation, équilibre financier) et permettent ensuite de déterminer un score qui la situe sur le baromètre de la santé de l entreprise. Sources : Guide de la TPE en Gironde, édition CECOGEB Ce dernier se réparti en 7 classes : - En difficulté (Rouge) - Fragile - A surveiller - Stable (Orange) - En progression - En bonne santé - Excellent (Vert) Trois grandes catégories se distinguent en Gironde (cf Annexe 2) : - En vert, des TPE en bonne santé, affichant de bons résultats économiques et financiers et ne présentant aucun signe d essoufflement à ces niveaux. Les chiffres d affaires des TPE de ces zones croissent de plus de 3% en 2008, et les trésoreries sont saines. - En orange, des TPE jugées comme stables avec des indicateurs économiques et financiers équivalents à ceux de l année En rouge, des TPE à surveiller, en raison de leurs difficultés et de leurs trésoreries fragiles. Leurs performances économiques et financières se sont dégradées ou sont insuffisantes (chiffre d affaires croissant de moins de 3%) induisant alors un risque de défaillance d un secteur d activité ou géographique à moyen terme et inévitablement la pérennité des entreprises. 34

35 Le ressort comme un secteur «à surveiller», avec une évolution des chiffres d affaires passant de + 4,6% en 2007 à + 0,5% en 2008 (inférieure à la moyenne départementale (+2,7%) et nationale (+ 0,6%). En nombre d habitants et en superficie, le Pays HE2M peut être comparé à un autre territoire rural situé à proximité : le Pays des Landes de Gascogne qui est lui aussi à surveiller. L évolution moyenne du chiffre d affaires en 2007 était de +3,4% pour + 1,9% en La rentabilité des TPE diminue (baisse de la valeur ajoutée pour 55%) et 1/5 ont un découvert bancaire. Le secteur du Cœur Entre 2 Mers, attenant au Pays HE2M, est lui considéré comme étant «en bonne santé», avec une évolution des chiffres d affaires de 3,6%, supérieure à la moyenne départementale (2,7%) et nationale (+0,6). 35

36 Sur ce secteur, il a été constaté que les TPE empruntaient et investissaient moins que sur le reste du territoire Girondin ce qui leur a conféré de meilleures capacités de résistance pendant la crise économique. De plus, il a été démontré lors d une étude réalisée par la CCIB en 2006, que ce secteur subissait moins la concurrence des grandes surfaces, avec 1/3 des dépenses alimentaires effectuées sur le Pays par une population fortement attachée à ses terres. Enfin, le dynamisme démographique explique également les bons résultats émanant de cette zone, (+ 10,6% en 10 ans), ce qui a drainé l arrivée d artisans et commerçants de proximité répartis de manière diffuse sur le territoire. Le Pays HE2M apparaissant dans cette analyse comme un secteur à surveiller, il paraît pertinent d approfondir la connaissance du tissu économique local artisanal et commercial. 3.1 Evolution récente de l activité commerciale Analyse du secteur commercial sur le Pays HE2M : L analyse de l activité commerciale est ici basée sur l ensemble des entreprises commerciales inscrite à la CCIB. Répartition des établissements par activité : Industrie Commerces Services TOTAL CDC Monségurais 20 21,1% 27 28,4% 48 50,5% % CDC Pellegrue 18 21,4% 29 34,5% 37 44,0% % CDC Sauveterrois 27 18,8% 42 29,2% 75 52,1% % CDC Réolais 88 23,2% ,8% ,0% % Pays HE2M ,0% ,7% ,3% % Sources : CCIB 2006, Le secteur des services occupe près de la moitié des établissements sur les 4 CDC. Ce sont ensuite les commerces qui sont présent à hauteur de 30% en moyenne, et enfin l industrie qui représentent environ 20% des établissements inscrits au RCS par CDC. 36

37 La répartition des établissements par activité est quasi identique sur les 4 CDC Répartition des entreprises commerciales par CDC et par activité Industrie Commerces Services CDC du Monségurais CDC du Pays de Pellegrue CDC du Pays de Sauveterre CDC du Réolais Pays HE2M Sources : CCIB 2006, Traitement : Pays HE2M Répartition des établissements Commerciaux par tranche de salariés et selon le secteur d'activité : CDC CDC CDC CDC Gironde Monségurais Sauveterre Pellegrue Réolais Pays HE2M hors CUB Gironde Industrie 15,8% 8,3% 15,5% 11,3% 82 11,9% 13,4% 10,8% Moins de Commerce 24,2% 22,2% 31,0% 20,3% ,6% 23,5% 21,9% 2 salariés Services 43,2% 43,1% 40,5% 38,3% ,6% 39,2% 40,0% Industrie 5,3% 7,6% 4,8% 7,1% 46 6,7% 4,8% 4,2% 3 à 9 Commerce 3,2% 4,2% 3,6% 5,8% 34 4,9% 5,7% 6,0% salariés Services 5,3% 7,6% 2,4% 8,7% 51 7,4% 6,7% 8,4% Industrie 0,0% 2,1% 1,2% 4,0% 19 2,8% 2,3% 2,3% 10 à 49 Commerce 1,1% 2,1% 0,0% 2,1% 12 1,7% 1,6% 2,0% salariés Services 2,1% 1,4% 1,2% 0,8% 8 1,2% 1,9% 3,1% Industrie 0,0% 0,7% 0,0% 0,8% 4 0,6% 0,4% 0,5% Plus de 50 Commerce 0,0% 0,7% 0,0% 0,5% 3 0,4% 0,3% 0,4% salariés Services 0,0% 0,0% 0,0% 0,3% 1 0,1% 0,2% 0,6% Total Général 100% 100% 100% 100% % 100% 100 Sources : CCIB, CCIL 2006 Les TPE sont majoritaires au sein des entreprises commerciales, particulièrement celles de moins de 2 salariés du secteur des services qui représentent 40% de la totalité des établissements commerciaux. Viennent ensuite les commerces de moins de 2 salariés qui occupent près de 23% des établissements inscrits au RCS. 37

38 Commerces de plus de 300 m² (GMS) : CDC Monségurais CDC Sauveterrois CDC Pays de Pellegrue CDC Réolais Pays HE2M Gironde Commerce de gros Commerces alimentaires commerces non alimentaires Établissements multi-rayons Total général Sources : CCIB 2002 Inventaire commercial des magasins de plus de 300 m² : Ville Classe Enseigne Adresse principale Surface de vente GIRONDE-S / DROPT Bricolage-sans-jardinerie ESPACE-EMERAUDE 130 AV DU GAL DE GAULLE 1680 GIRONDE-S / DROPT Meubles BUT 128 AV GENERAL DE GAULLE 2500 LA-REOLE Habillement CREATION 7 RUE ANDRE BENAC 400 LA-REOLE Fleurs-jardinerie MR.BRICOLAGE PLATEAU DE FRIMONT 1430 LA-REOLE Mag-non-spéc-non-alim LA-FOIR'FOUILLE Z.I. DE FRIMONT 960 LA-REOLE Bricolage-sans-jardinerie GARONNE-BRICOLAGE 19 AVE DE LA VICTOIRE 600 LA-REOLE Meubles INTERCONFORT D1113 FRIMONT 825 LA-REOLE Hypermarché INTERMARCHE FRIMONT OUEST 3998 LA-REOLE Supermarché CASINO 4 RUE ARMAND CADUC 600 LA-REOLE Electroménager-Hifi-TV ABRIBAT D1113 ZI FRIMONT 1600 LA-REOLE Mat-bureau-ordinateur-logiciel BUROMAT ZI FRIMONT 450 LA-REOLE Bricolage-avec-jardinerie MR.BRICOLAGE PLATEAU DE FRIMONT 1400 LA-REOLE Supermarché LIDL ZI FRIMONT OUEST 300 LA-REOLE Fleurs-jardinerie GAMM-VERT Zone industrielle de Frimont 2985 LA-REOLE Autres-surfaces-du-CC Autres-surfaces CC-INTERMARCHE 482 LA-REOLE Equipt-auto-neuf-occasion ROADY 36 AV FRIMONT OUEST 600 LA-REOLE Supermarché NETTO ROUTE DE MONSEGUR 600 MONSEGUR Supermarché SHOPI RUE JEAN-PAUL GLANET 881 PELLEGRUE Supermarché ECOMARCHE 11 ROUTE DE STE FOY 917 SAUVETERRE-DE-G. Hypermarché SUPER-U PLACE DE LA REPUBLIQUE 2715 SAUVETERRE-DE-G. Brico-matériaux-sanitaires BIGMAT 2 LIEU-DIT PRINGIS 816 SAUVETERRE-DE-G. Fleurs-jardinerie POINT-VERT ROUTE DE LIBOURNE 740 (Sources : Ministère de l économie et des finances) Le territoire dispose de peu de grandes surfaces commerciales. Les grandes enseignes se concentrent dans les chefs lieux de cantons et essentiellement sur la ville de La Réole. 38

39 Nombre d'établissements inscrits au registre du commerce par CDC et par ancienneté : CDC Monségurais CDC Sauveterrois CDC Pellegrue CDC Réolais Pays HE2M moins de 2 ans à 10 ans à 20 ans Plus de 20 ans Total Sources : CCIB, CCIL 2006 La majorité des établissements commerciaux du Pays ont entre 2 et 10 ans d ancienneté. Nombre d'établissements inscrits au RCS, par CDC et par ancienneté Nombre d'établissements moins de 2 ans 50 2 à 10 ans 11 à 20 ans Plus de 20 ans 0 CDC CDC Monségurais Sauveterre CDC Pellegrue CDC Réolais Pays HE2M Sources : CCIB 2006, Traitement : Pays HE2M Taux de pérennité 1 à 5 ans des Etablissements commerciaux : Industrie Commerce Services Tous Secteurs CDC Monségurais 100% 40% 50% 54% CDC Sauveterrois 100% 60% 31% 42% CDC Réolais 43% 9% 46% 36% CDC Pellegrue 100% 25% 20% 30% Pays HE2M 64% 29% 42% 41% Gironde Hors CUB 52% 25% 32% 32% Gironde 44% 26% 36% 33% Sources : CCIB, CCIL Proportion d'établissements créés en 2001 et ayant atteint leur 5ème anniversaire 39

40 Taux de pérennité des établissements commerciaux 100% 90% 80% 70% Industrie Commerce Services Tous Secteurs 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% CDC Monségurais CDC Sauveterre CDC Réolais CDC Pellegrue Pays HE2M Gironde Sources : CCIB 2006, Traitement : Pays HE2M Par ailleurs, il semblerait que ce soient les commerces qui aient une durée de vie susceptible d être écourtée, particulièrement sur la CDC du Réolais (taux de pérennité à 9%). Cependant, il faut relativiser quant à la pertinence de ces données car ils ne tiennent pas compte du taux de transformation, à savoir les entreprises qui sont radiées pour se transformer en une autre activité. Créations et radiations d'établissements commerciaux en 2007 : CDC Monségurais CDC Sauveterrois CDC Pellegrue CDC Réolais Pays HE2M Part en % Part en % Industrie-BTP ,8% 10,7% Commerce ,4% 40% Services ,8% 49,3% Total % 100% Sources : CCIB : Créations - : Radiations C r é a t i o n s Créations et radiations d'établissements commerciaux en 2007 (Source : CCIB 2006) R a d i a t i o n s C r é a t i o n s R a d i a t i o n s C r é a t i o n s R a d i a t i o n s C r é a t i o n s R a d i a t i o n s C r é a t i o n s R a d i a t i o n s Industrie-BTP Commerce Services Total 20 0 CDC Monségurais CDC du Pays de Sauveterre CDC du Pays de Pellegrue CDC du Réolais Pays HE2M Sources : CCIB 2006, Traitement : Pays HE2M 40

41 Ce sont les secteurs des services et du commerce qui ont connu les plus grands nombres de créations et de radiations sur le territoire : 55 établissements de services créés contre 37 radiés et 43 commerces créés contre 37 radiés. On remarque une certaine régularité entre les créations et les radiations sur chaque territoire. Enfin, sur la totalité des créations, 61% concerne des entreprises individuelles. Répartition des établissements par tranches d âge du dirigeant : Même si la moyenne départementale est plus élevée, c est tout de même près d un quart des établissements du territoire (inscrits au RCS) qui sont dirigés par une personne de plus de 55 ans, et qui seront donc concernés très prochainement par la problématique de la reprise de leur entreprise. Tendances générales des commerçants ciblés par l OCM : Estimation du nombre d entreprises commerciales potentiellement bénéficiaire de l OCM : Nombre d'ets Répartition Commerce de détail alimentaire 48 7% Entreprises Autres commerces de détail et services % Commerciales Artisans-commerçants du bâtiment % (doubles inscrits inclus) potentiellement éligibles Commerce et réparation automobile, carburant 44 6% à l'ocm Restaurants et cafés 37 5% TOTAL % Autres entreprises commerciales % Total entreprises commerciales inscrites à la CCIB % Sources : CCIB 2006, Traitement : Pays HE2M Les entreprises potentiellement bénéficiaires de l OCM représentent la moitié de l ensemble des établissements commerciaux du Pays. Les artisans-commerçants du bâtiment et les commerces de détail et services représentent un peu plus de 30% du secteur commercial. 41

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

forum transmission reprise

forum transmission reprise La rencontre entre cédants et repreneurs d ents haute gironde forum JEUDI SALLE FÊTES DES 15H-20HPugnac 21 octobre haute gironde forum Le Syndicat Mixte du Pays de la Haute Gironde (plus de 80 000 habitants,

Plus en détail

Fiche synthétique Commune du Tampon MAISON DE L EMPLOI DU GRAND SUD REUNION MDEGSR

Fiche synthétique Commune du Tampon MAISON DE L EMPLOI DU GRAND SUD REUNION MDEGSR 2015 Fiche synthétique Commune du Tampon MAISON DE L EMPLOI DU GRAND SUD REUNION Présentation du portrait communal La fiche synthétique communale correspond à un état des lieux concernant l emploi et l

Plus en détail

Phase 1: Elaboration du diagnostic

Phase 1: Elaboration du diagnostic Élaboration du SCOT du Pays Santerre Haute Somme Phase 1: Elaboration du diagnostic Fiche N 3: Economie et commerce 1. Les grandes caractéristiques socio-économiques de la population La population active

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

Enseignement et formation

Enseignement et formation TERRITOIRE Enseignement et formation Un réseau éducatif dense marqué par l importance de l enseignement Il existe un lien étroit entre la répartition spatiale des équipements d enseignement et la localisation

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Département des Landes (40) - Dossier complet

Département des Landes (40) - Dossier complet Département des Landes (4) - Dossier complet Chiffres clés Évolution et structure de la population Département des Landes (4) POP T - Population par grandes tranches d'âges 211 26 Ensemble 387 929 1, 362

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

udesté on it ecl Col 1 1

udesté on it ecl Col 1 1 Collection études 1 ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE Evolution démographique 1 550 000 1 434 661 1 450 000 1 350 000 1 287 535 1 250 000 1 213 499 1 150 000 1 127 546 1 050 000 950 000 1 009 390 1 061 480 850 000

Plus en détail

Entreprises de La filière numérique

Entreprises de La filière numérique Observatoire économique Entreprises de La filière numérique Bilan 2013 et anticipations 2014 L Espace Économie Emploi du Bergeracois a pour mission de développer des actions en faveur de l économie et

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population Description des variables de la base de données a. Attractivité démographique pour les différents types de population Sources : Recensements de 1962 à 2006 et Clap 2007 - a01_popmoy62, a01_popmoy68, a01_popmoy75,

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LA COMMUNAUTE D AGGLOMÉRATION PÔLE AZUR PROVENCE & LES COMMUNAUTES DE COMMUNES MONTS D AZUR ET TERRES DE SIAGNE. Avril 2010 POLE AZUR PROVENCE CA DU PAYS DE GRASSE 499

Plus en détail

Taux de pérennité annuel entre le premier et le troisième anniversaire des entreprises créées en 2002 Ages. 2002 2003 2004 2005 Années

Taux de pérennité annuel entre le premier et le troisième anniversaire des entreprises créées en 2002 Ages. 2002 2003 2004 2005 Années Taux de pérennité à 3 ans des créations pures de la génération 2002 Le taux de pérennité à trois ans des entreprises créées (créations pures) en 2002 est de 66 %. Autrement dit, pour 100 entreprises créées

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire. FISAC : Action n 4

Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire. FISAC : Action n 4 Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire FISAC : Action n 4 L Artisanat en Maurienne Quelques chiffres 1 152 entreprises artisanales (11,5% des entreprises artisanales de Savoie)

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

788 établissements ( + 22% entre 2007 et 2011) 40% des établissements emploient 1 ou plusieurs salariés Chiffres

788 établissements ( + 22% entre 2007 et 2011) 40% des établissements emploient 1 ou plusieurs salariés Chiffres Données de cadrage Terres de Lorraine Un secteur qui compte sur le territoire Terres de Lorraine 788 établissements ( + 22% entre 2007 et 2011) 40% des établissements emploient 1 ou plusieurs salariés

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

Panorama Economique CDC du Pays d Evran. Démographie / Activité économique globale / Commerce

Panorama Economique CDC du Pays d Evran. Démographie / Activité économique globale / Commerce Panorama Economique CDC du Pays d Evran Démographie / Activité économique globale / Commerce 2013 Démographie : population recensement 2009 Population moyenne par EPCI en côtes d Armor : 14 600 / Nombre

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais CHIFFRES CLÉS 2013 Éditorial du Président de la Chambre de métiers et de l artisanat de

Plus en détail

2009-2011: une première mission de prospection exogène

2009-2011: une première mission de prospection exogène 2009-2011: une première mission de prospection exogène Le contexte Dès 2007, les acteurs institutionnels (Etat, Conseil Régional d'aquitaine, Conseil Général des Landes, Communautés de Communes d Hagetmau,

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Face aux solutions recherchées par le gouvernement au regard des milliards de dettes sociales et fiscales accumulées dans les DOM

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Observatoire des SARL à libre capital à Paris

Observatoire des SARL à libre capital à Paris Observatoire des SARL à libre capital à Paris Bilan de juin 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire, créé au lendemain de la

Plus en détail

CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES

CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Diagnostic Arrondissement de MONT-DE-MARSAN CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES POPULATION (SOURCE INSEE RP 2006) Les cantons Population 2006 Aire-sur-l'Adour 9 655 Gabarret 3 598 Geaune 4 353 Grenade-sur-l'Adour

Plus en détail

Lancement du site internet de l URMA Midi Pyrénées Université Régionale des Métiers et de l Artisanat. www.urma-mp.fr

Lancement du site internet de l URMA Midi Pyrénées Université Régionale des Métiers et de l Artisanat. www.urma-mp.fr Lancement du site internet de l URMA Midi Pyrénées Université Régionale des Métiers et de l Artisanat www.urma-mp.fr 15 avril 2013 La Chambre Régionale de Métiers et de l Artisanat de Midi-Pyrénées lance

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

SCOT DU SAUMUROIS. Diagnostic Territorial Septembre 2014

SCOT DU SAUMUROIS. Diagnostic Territorial Septembre 2014 SCOT DU SAUMUROIS Diagnostic Territorial Septembre 2014 SOMMAIRE I. LE TERRITOIRE II. LES HOMMES III. LES ENTREPRISES 2 LE TERRITOIRE 3 Le SCOT du SAUMUROIS 4 Les projets structurants Projets urbains :

Plus en détail

Synthèse territoriale Emploi Formation. Zone d emploi Carcassonne. Dynamiques socio-démographiques

Synthèse territoriale Emploi Formation. Zone d emploi Carcassonne. Dynamiques socio-démographiques Edition juillet 2015 Synthèse territoriale Emploi Formation Méthodologie : ce portrait met en avant les traits saillants de la zone au regard de l ensemble régional et hiérarchise ainsi les zones les unes

Plus en détail

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais CPRDFP Document d orientation État 1/5 ARTISANAT 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais 1.1 Panorama des métiers de l artisanat Les coiffeurs, les

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

26ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

26ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 5 182 emplois en LR dont 80%

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur?

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur? Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. C est simple, il suffit de remplacer les textes grisés à compléter par votre texte. Votre cahier d acteurs sera mis en forme avant publication

Plus en détail

L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010

L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010 L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010 I. Chiffres généraux Année 2010 Nombre d'établissements Effectifs au 31/12 Nombre d'etp Rémunération brute annuelle en Associations

Plus en détail

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain La fin de l année est l occasion pour chacun de faire le point sur la situation économique

Plus en détail

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006 Eléments de diagnostic territorial en Zone d emploi Décembre 2006 Contrat de plan Etat-Région 2000-2006 Eléments de diagnostic territorial : zone d emploi de La zone d emploi de TOULOUSE La zone d emploi

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2012. Région Poitou-Charentes

Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2012. Région Poitou-Charentes Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2012 Région Poitou-Charentes Edito Avec les chiffres clés de l artisanat au 30 juin 2012, l observatoire économique régional de l

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

Présentation de la Communauté d'agglomération de Saint-Dizier, Der & Blaise

Présentation de la Communauté d'agglomération de Saint-Dizier, Der & Blaise Présentation de la Communauté d'agglomération de Saint-Dizier, Der & Blaise Composition de la Communauté d Agglomération : 39 communes (dont 4 situées dans la Marne) Sources : IGN BD Topo, Francième Réalisation

Plus en détail

OBSERVATION PACA CRISE. Panorama sectoriel : Commerce n 0 / 19 juin 2009. Un secteur sensible. Faits marquants. Chiffres-clés

OBSERVATION PACA CRISE. Panorama sectoriel : Commerce n 0 / 19 juin 2009. Un secteur sensible. Faits marquants. Chiffres-clés 1 Panorama sectoriel : Commerce n 0 / 19 juin 2009 Faits marquants Un secteur sensible Le commerce occupe une place stratégique dans l économie régionale par le nombre de ses emplois. Il joue, en temps

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015

Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015 PRÉFET DES LANDES Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015 1 La Huitième édition de ce forum organisé par les

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération www.contrat-generation.gouv.fr 1. Emploi des seniors et gestion des âges Outil-Ages RH Pour soutenir la compétitivité de l entreprise

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 861 452 934 499 995 498 1 52 183 1 134 493 1 266 358 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 55 364 569 81 571 852 559 413 544 891 554 72 Densité moyenne (hab/km2) 64,2 66,5

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 2 418 847 2 511 478 2 52 526 2 531 855 2 554 449 2 571 94 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 1 397 99 1 42 295 1 412 413 1 433 23 1 441 422 1 461 257 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Communiqué de presse Saint-Denis Le 19 février 2015 Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Dominique

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Cahier des charges pour un appel à proposition de formation POE Collective 2014

Cahier des charges pour un appel à proposition de formation POE Collective 2014 Cahier des charges pour un appel à proposition de formation POE Collective 2014 INTITULE DE LA FORMATION : Assistant commercial en vins (agent de vente) Région : Languedoc Roussillon Références : CDC-018/05/2014

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

ETUDE TPE Evolution de l emploi et pratiques RH

ETUDE TPE Evolution de l emploi et pratiques RH VERS UNE GESTION PREVISIONNELLE TERRITORIALE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES Evolution de l emploi et pratiques RH Cellule de veille Aire Urbaine ORDRE DU JOUR Ordre du jour Ouverture par Gérard BAILLY

Plus en détail

Panorama des bases de données sur l activité économique

Panorama des bases de données sur l activité économique Panorama des bases de données sur l activité économique Revue (non exhaustive) de l INSEE Lionel Doisneau INSEE, Pôle Etudes économiques régionales Comment observer l activité économique sur les territoires?

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL Emploi et relations employeurs/employés CDC Entreprises, en tant que société de gestion agréé AMF, est soumise au respect de la réglementation de l'autorité des Marchés

Plus en détail

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Points clés n Le projet de loi de finances 2014 donne au ministère de l éducation nationale les moyens de mettre en œuvre la

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD 2015 1 ORDRE DU JOUR Rapport d activité 2014 Les comptes 2014 Orientations & Budget prévisionnel 2015 Questions diverses 2 LE TERRITOIRE DE COMPETENCES 3 RAPPORT D'ACTIVITE

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES SERVICES À LA PERSONNE. Département de l Orne ORNE. de Flers. Bassin d Alençon. Bassin. Bassin d Argentan.

OBSERVATOIRE DES SERVICES À LA PERSONNE. Département de l Orne ORNE. de Flers. Bassin d Alençon. Bassin. Bassin d Argentan. - JANVIER 2014 - OBSERVATOIRE DES SERVICES À LA PERSONNE SUR LE DÉPARTEMENT DE DE L O ORNE Bassin d Argentan Bassin de l Aigle - Mortagne Bassin de Flers Bassin d Alençon Pays d Alençon Département de

Plus en détail

et de l Artisanat de Saint-André

et de l Artisanat de Saint-André Ville de Saint-André-Lez-Lille U n i on C o mmerc i a l e & A rt i s a n a l e D e S a i n t - An d ré Charte de Développement du Commerce et de l Artisanat de Saint-André CHARTE DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL

Plus en détail

Diagnostic sanitaire et social du Lot

Diagnostic sanitaire et social du Lot Diagnostic sanitaire et social du Lot Présentation du diagnostic territorial 2014 Ce document est un support de présentation, pour des informations plus complètes, vous pouvez vous référer au diagnostic

Plus en détail

Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France

Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France C. Piquet 1 Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France Christian Piquet France Bois

Plus en détail

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS SCHEMA DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL 2006-2012 RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS Le Roannais apparaît comme un territoire homogène constitué autour d un pôle d attraction central : l agglomération de Roanne.

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

DOSSIER INDICATEURS STATISTIQUES DU TRANSPORT. CESR Aquitaine Conjoncture février 2006 Indicateurs Statistiques du Transport

DOSSIER INDICATEURS STATISTIQUES DU TRANSPORT. CESR Aquitaine Conjoncture février 2006 Indicateurs Statistiques du Transport DOSSIER INDICATEURS STATISTIQUES DU TRANSPORT 125 INDICATEURS STATISTIQUES DU TRANSPORT I Les activités de transports en Aquitaine 127 II Tableaux statistiques 166 126 I Les activités de transports en

Plus en détail

Pays de Retz Stratégie de développement économique. Cahier3. Emploi & Formation. octobre 2015

Pays de Retz Stratégie de développement économique. Cahier3. Emploi & Formation. octobre 2015 Pays de Retz Stratégie de développement économique Emploi & Formation octobre 2015 Cahier3 Édito Le syndicat mixte du SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) a décidé de conduire une étude de stratégie

Plus en détail

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic SauveterredeGuyenne Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire PLU Phase 1 diagnostic Agglomération bordelaise Libourne CastillonlaBataille SteFoylaGrande Bergerac SauveterredeGuyenne

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire en Pays Sud Bourgogne. Chiffres-clés

L Economie Sociale et Solidaire en Pays Sud Bourgogne. Chiffres-clés L Economie Sociale et Solidaire Chiffres-clés Préambule : l'economie Sociale et Solidaire et la Chambre Régionale de l'economie Sociale et Solidaire L'Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population Lyon 7e Arroissement (69387 - Arroissement municipal) Évolution et structure de la population Mise à jour le 3 juin 211 Géographie au 1/1/21 POP T1M - Population 1968 1975 1982 199 1999 Population 62 2

Plus en détail