Pondération du Panel suisse des ménages. PSM I Vague 6 PSM II Vague 1 PSM I et PSM II combinés. Description détaillée des tâches

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pondération du Panel suisse des ménages. PSM I Vague 6 PSM II Vague 1 PSM I et PSM II combinés. Description détaillée des tâches"

Transcription

1 Pondération du Panel suisse des ménages PSM I Vague 6 PSM II Vague 1 PSM I et PSM II combinés Description détaillée des tâches Caroline Cauchon et Michel Latouche Statistique Canada 16 mars 2006

2 Tables des matières 0. Sommaire Collecte des données Concepts relatifs à la pondération Étapes de la pondération Étapes communes pour tous les types de poids Poids initial du PSM I et poids initial du PSM II Classement des individus Ajustement pour la non-réponse Grille Pondération longitudinale Ajustement pour la non-réponse questionnaire individuel Calage Pondération transversale individuelle Partage des poids pour le PSM I Ajustement pour la non-réponse questionnaire individuel Calage Pondération transversale ménage Partage des poids Ajustement pour la non-réponse questionnaire ménage Calage Pondération transversale combinée PSM I et PSM II Combinaison des deux panels Pondération combinée transversale individuelle Partage des poids Ajustement pour la non-réponse questionnaire individuel Calage Pondération combinée transversale ménage Partage des poids Ajustement pour la non-réponse questionnaire ménage Calage Comparaison des poids des vagues 1, 2, 3, 4, 5 et 6 du PSM I Conclusion Fichiers finaux Bibliographie ANNEXE A - Fichiers de données du PSM I et II ANNEXE B - Dérivation des variables et classement des individus ANNEXE C Modélisation de la non-réponse à la grille du PSM I ANNEXE D - Modélisation de la non-réponse au questionnaire individuel, pondération longitudinale du PSM I ANNEXE E - Modélisation de la non-réponse au questionnaire individuel, pondération transversale individuelle du PSM I et du PSM II ANNEXE F -Modélisation de la non-réponse au questionnaire ménage, pondération transversale ménage du PSM I et II ANNEXE G - Modélisation de la non-réponse au questionnaire individuel, pondération transversale individuelle combinée du PSM I et du PSM II ANNEXE H -Modélisation de la non-réponse au questionnaire ménage, pondération transversale ménage combinée du PSM I et II ANNEXE I - Histogrammes de distribution des poids au niveau des individus pour le PSM I ANNEXE J - Histogrammes de distribution des poids au niveau des individus pour le PSM II.. 58 ANNEXE K Histogrammes de distribution des poids au niveau des individus pour le PSM I et II combinés

3 Notes : Ce document est une mise à jour du document portant le même titre et qui avait été produit lors de la pondération des vagues 2, 3, 4 et 5. Un document intitulé «Panel suisse de ménages, pondération de la vague 2, description générale et points en suspens» avait aussi été fourni à la vague 2. Étant donné que la méthodologie utilisée aux vagues 3, 4, 5 et 6 est pratiquement la même, ce dernier n a pas été mis à jour. La documentation sur SILC et les combinaisons du PSM I et II avec SILC n est pas décrite dans le présent document, elle a été faite séparément de la documentation du PSM. 3

4 Pondérations du Panel suisse de ménages I et II Description détaillée des opérations 0. Sommaire Le présent document est une description détaillée du processus de production des poids de la vague 6 du PSM I, des poids de la vague 1 du PSM II et la pondération transversale combinée du PSM I et du PSM II. On y présente les différents poids de production pour les deux panels tels que : Le poids longitudinal du PSM I Le poids transversal individuel du PSM I Le poids transversal ménage du PSM I Le poids transversal individuel du PSM II Le poids transversal ménage du PSM II Le poids transversal individuel du PSM I et II combinés Le poids transversal ménage du PSM I et II combinés Lors de la production des poids de la vague 6 du PSM I, nous avons pu observé en faisant l'ajustement de non-réponse à la grille que nos critères pour former les groupes homogènes de réponses (GHR) étaient difficiles à satisfaire étant donné le taux de réponse actuel du PSM I. En effet lors de la modélisation de la non-réponse, nous exigeons un minimum de 30 unités dans le groupe ainsi qu'un taux de réponse d au moins 50%. Le taux de réponse à la grille en 2004 est de 51,6% comparativement à 58,9 % l'an passé. Nous n'avons pas modifié ces critères afin de ne pas compromettre les échéanciers. En effet en révisant le taux de réponse minimal à la baisse on risque de créer des poids extrêmes qui auraient fallu étudier et peut-être même corriger. Le tableau suivant illustre le taux de réponse longitudinal au questionnaire individuel pour le PSM I. Le taux de réponse de chaque vague y est illustré. Taux (%) Tableau 1 Taux de réponse longitudinal du PSM I au questionnaire individuel 0 Vague 1 Vague 2 Vague 3 Vague 4 Vague 5 Vague 6 Comme le taux de réponse du PSM I diminue de manière non négligeable de vague en vague, il faut garder en tête que les critères de la modélisation de la non-réponse doivent être absolument revus avant la pondération de la prochaine vague du PSM I. Le taux de réponse à la grille risque fort d être sous le seuil minimale de 50%. Il faudrait aussi garder en tête les tâches à faire pour la prochaine année. Il faudra développer une stratégie pour la pondération longitudinale combinée à deux ou trois panels et évaluer à quel niveau on effectue la combinaison des panels. En effet, il faudrait vérifier si le fait de combiner les panels par région donne des facteurs d allocation différents comparativement à combiner toutes les régions ensemble. Tout ça s en oublier l étude à faire sur les critères de la modélisation de la non-réponse. 4

5 1. Introduction La pondération de la vague 6 du PSM I est très semblable à celle des vagues 2, 3, 4 et 5. Il y a cependant une différence à noter. La première différence réside dans le fait que des données de cinq vagues antérieures, plutôt qu une, deux, trois ou quatre sont disponibles pour effectuer la modélisation de la nonréponse à la grille. La deuxième différence consiste à considérer les enfants longitudinaux comme des longitudinaux et non des cohabitants initialement absents pour tenir compte des enfants de moins de 14 ans à la vague 1 qui ont maintenant plus de 14 ans et qui sont les seuls répondants longitudinaux dans un ménage. Comme pour les vagues 2, 3, 4 et 5, trois différents poids ont été produits : un poids longitudinal individuel, un poids transversal individuel et un poids transversal ménage. Pour toutes les pondérations, les individus sont d abord classés selon leur statut et leur réponse aux différents questionnaires du PSM. Par la suite, un ajustement pour la non-réponse à la grille est effectué incluant (pour la deuxième fois) les enfants longitudinaux. Pour la pondération longitudinale du PSM I, un ajustement pour la non-réponse au questionnaire individuel est fait, puis les poids sont calés sur les effectifs de la population de la Suisse en Il y a une nouveauté en ce qui concerne les totaux de population pour l année 2004, le nombre de personnes mariées et non mariées est maintenant disponible. Ces nouveaux totaux démographiques seront utilisés lors des calages du poids transversal individuel et du poids transversal ménage pour la pondération du PSM I, du PSM II et la combinaison des deux panels. Pour la pondération transversale individuelle, un partage des poids est d abord effectué, puis les poids des longitudinaux et des cohabitants sont ajustés pour la non-réponse au questionnaire individuel. Enfin, un calage sur marge ajuste les poids pour que les effectifs estimés correspondent à la population de la Suisse en Pour la pondération transversale ménage, un partage des poids est fait, puis les poids sont ajustés pour la non-réponse au questionnaire ménage. Enfin, un facteur d ajustement est appliqué au poids pour que le nombre total de personnes soit équivalent à l effectif de la population de la Suisse en Plusieurs choix méthodologiques qui avaient été fait à la vague 2 du PSM I demeurent valides. Pour tous les ajustements pour la non-réponse, la méthode de l analyse par segmentation a été utilisée. De plus, pour les deux poids individuels, aucun ajustement n a été effectué pour la non-réponse au questionnaire ménage. L ajustement pour la non-réponse au questionnaire individuel a donc été fait sur tous les répondants à la grille. Enfin, pour la pondération transversale individuelle, les longitudinaux et les cohabitants ont dû être modélisés ensemble. Toutes les raisons de ces choix sont expliquées en détails dans les sections correspondantes du document. Enfin, aucun ajustement analytique, avant ou après calage, n a été effectué sur les poids. La distribution des poids n a pas été tronquée aux 2 e et 98 e centiles comme cela avait été fait à la vague 1. En ce qui concerne le PSM II, la pondération de la vague 1 est fait de manière semblable à la pondération de la vague 6 du PSM I mise à part le fait qu il n y a pas de pondération longitudinale et que l échantillon transversal ne comporte pas encore de cohabitants 1. Pour les étapes semblables, la pondération du PSM II sera expliquée en même temps que la pondération du PSM I tandis que la pondération combinée fera l objet d une section distincte (voir section 9). La structure du document est la suivante : la façon dont les données ont été collectées sera brièvement décrite pour chacun des panels, puis les différents concepts liés à la pondération seront définis. Ensuite, les étapes de la pondération seront présentées, puis décrites une à une pour chacun des panels également. On distingue les étapes communes à toutes les pondérations des étapes propres à chacune d elles. Une section complète fera l objet de la pondération combinée du PSM I et PSM II. Finalement, une comparaison entre la distribution des poids des vagues 1, 2, 3, 4, 5 et 6 du PSM I et une description du fichier final de chacun des panels seront présentées. En annexe, pour le PSM I, le PSM II et la combinaison des deux panels, se trouvent les détails de la modélisation de la non-réponse ainsi qu une description des variables dérivées et des fichiers utilisés. 1 Voir la section 3 : Concepts relatifs à la pondération pour la définition de cohabitants. 5

6 2. Collecte des données. Le Panel suisse de ménages (PSM) est une enquête qui comporte 3 questionnaires : la grille, le questionnaire ménage et le questionnaire individuel. Tout comme cela avait été fait pour les quatre vagues précédentes du PSM I, on a tenté de contacter, à la vague 6, tous les individus qui faisaient partie des ménages qui, à la vague 1, avaient répondu à la grille, au questionnaire ménage et dont au moins un membre avait répondu au questionnaire individuel. Ces individus sont appelés les «longitudinaux» du PSM I. On a aussi ajouté à l échantillon toutes les nouvelles personnes qui s étaient jointes aux ménages des longitudinaux. Celles-ci sont appelées les «cohabitants». Pour le PSM II, on a procédé de la même façon qu à la vague 1 du PSM I, c est-à-dire qu on a contacté le nombre nécessaire de ménages afin d obtenir le nombre visé (3000) de ménages répondants à la grille. Il y a exactement 3236 ménages répondants à la vague 1. Ces individus sont appelés les «longitudinaux» du PSM II. Comme le PSM II en est à sa première vague de collecte des données, il n y a pas de cohabitants. Comme aux vagues 1, 2, 3, 5 et 5, tous les ménages de la vague 6 devaient répondre d abord à la grille. Puis, les ménages répondants à la grille avaient la possibilité de répondre au questionnaire ménage et les membres de ces ménages pouvaient répondre au questionnaire individuel. La même procédure s applique aussi pour la vague 1 du PSM II. Une description des fichiers de données utilisés pour la pondération de la vague 6 du PSM I et de la vague 1 du PSM II se trouve à l Annexe A. 3. Concepts relatifs à la pondération. Les concepts généraux suivants et leur définition sont à la base de la production des poids longitudinaux de la vague 6 du PSM I. Pour le PSM II, la pondération longitudinale sera fait seulement à la vague 2. Population longitudinale cible et observée La population longitudinale cible est composée de tous les individus vivant dans des ménages privés de la Suisse en septembre 1999, date à laquelle la collecte des données a commencé. La base de sondage utilisée est l'annulaire téléphonique de la Suisse. La population longitudinale observée est composée de tous les individus vivant dans des ménages privés de la Suisse qui avaient un numéro de téléphone valide en mai 1999, date à laquelle l'échantillon a été sélectionné. La base est sujette aux erreurs suivantes : - sous-couverture : certains ménages ne figuraient pas dans l'annulaire au temps de la sélection. Ce problème peut produire des biais, c'est à dire des différences entre les estimations produites à partir de la population observée et celles qu'on aurait produites à partir de la population cible. - sur-couverture : certains ménages figuraient plus d'une fois dans l'annulaire. Le problème conduit à une détermination erronée des probabilités initiales de sélection. - Sélection d'unités hors de la population cible. Unité longitudinale À la sélection de l'échantillon, toutes les personnes faisant partie des ménages choisis pour le PSM et étant âgées de 14 ans et plus lors de la sélection, deviennent des membres de l'échantillon longitudinal. Ces personnes sont considérées comme des membres de l'échantillon longitudinal pendant la durée de vie du panel. La durée de vie prévue est d'au moins cinq ans. Si une personne longitudinale déménage, décède ou quitte la population cible, elle fera toujours partie de la population cible et aura un poids longitudinal. En effet, les totaux de contrôle utilisés pour le calage considèrent toutes les unités de la population de 1999 sans égard à ce qui peut leur arriver dans le futur. On se doit donc d'être conséquent et d'assigner un poids à toutes les unités même si elles n'ont aucune utilité analytique. De plus, il est avantageux que toutes estimations produites soient cohérentes avec 6

7 celles provenant d'autres sources. De cette manière, il est possible d'évaluer la représentativité de l'échantillon au fil du temps. Aucune autre personne ne devient membre de l'échantillon longitudinal du panel. Ainsi, l'échantillon longitudinal est constitué au moment de l'introduction du panel et reste tel quel pendant toute la durée du panel. La population ciblée par l'échantillon longitudinal demeurera la même pour toute la durée de vie du panel. Du point de vue longitudinal, l'unité d'intérêt est l'individu; le ménage pouvant difficilement servir d'outil d'analyse longitudinale à cause de sa nature dynamique dans le temps. De plus, le calcul d'un poids longitudinal au niveau du ménage demanderait du développement théorique supplémentaire. En effet, un grand nombre de définitions de ménage longitudinal sont à considérer avant de faire un choix. Éligibilité longitudinale Une personne de l'échantillon original est éligible à la pondération longitudinale si elle faisait partie de la population cible lors de la sélection de l échantillon originale (en 1999 pour le PSM I) et a rempli le questionnaire individuel pour l'année courante. Les concepts généraux suivants et leur définition sont à la base de la production des poids transversaux de la vague 6 du PSM I et des poids transversaux de la vague 1 du PSM II. Population transversale cible et observée La population transversale cible pour la vague 6 du PSM I est composée des ménages privés de la Suisse existant en septembre La population transversale observée pour la vague 6 est composée des ménages privés vivant en Suisse en septembre 2004 et dont au moins un membre faisait partie de la population longitudinale observée. En particulier, cette population exclut donc les ménages composés exclusivement d'immigrants qui sont arrivés en Suisse après septembre 1999 ainsi que certaines personnes qui étaient institutionnalisées en septembre La population transversale cible pour la vague 1 du PSM II est composée des ménages privés de la Suisse existant en septembre La population transversale observée pour la vague 1 est composée des ménages privés vivant en Suisse en septembre 2004 et dont au moins un membre faisait partie de la population longitudinale observée. En particulier, cette population exclut donc les ménages composés exclusivement d'immigrants qui sont arrivés en Suisse après septembre 2004 ainsi que certaines personnes qui étaient institutionnalisées en septembre Unité transversale Du point de vue transversal, on s'intéresse aussi bien aux individus âgés de 14 ans et plus qu'aux ménages. Le PSM interviewe toutes les personnes habitant avec au moins un individu longitudinal. L'échantillon transversal pour une année donnée est alors constitué de toutes les personnes longitudinales dans le champ de l'enquête à l'année de référence correspondante, et de toutes les personnes qui habitent avec elles au moment de l entrevue et qui sont dans le champ de l'enquête. Unité dans le champ de l enquête transversalement Un ménage de l'échantillon est considéré dans le champ de l'enquête pour la vague s'il est situé dans une des sept régions échantillonnées et fait partie de la population cible. Toute personne longitudinale qui est dans le champ de l'enquête transversalement fera aussi partie de l'échantillon transversal. Éligibilité transversale Une personne dans l échantillon est éligible à la pondération transversale si elle fait partie de la population cible pour l année de référence traitée et a rempli le questionnaire individuel pour l'année courante. De même, un ménage dans l échantillon est éligible à la pondération transversale s'il fait partie de la population cible pour l année de référence traitée et a rempli le questionnaire ménage ainsi que la grille pour l'année courante. Individu répondant Une personne est considérée comme répondante si elle a rempli le questionnaire individuel. Ménage répondant Ménage pour lequel la grille et le questionnaire ménage ont été remplis. 7

8 4. Étapes de la pondération. La production des différents poids de la vague 6 du PSM I s est faite en plusieurs étapes que l on peut regrouper en 4 groupes : les étapes initiales qui sont communes à tous les poids, puis les étapes particulières à chacun des 3 poids. Ces étapes sont les mêmes que pour les vagues 2, 3, 4 et 5. Le processus est pratiquement identique. Pour le PSM II, c est la première vague de données, les étapes du processus de pondération ressemblent beaucoup à celles du PSM I, pour les étapes semblables, les panels seront traités en parallèle. Pour la vague 6 du PSM I, 3 types de poids ont été produits. 1 poids longitudinal. - représentant la population de 14 ans et plus en 1999 (vague 1). 2 poids transversal ménage. - représentant les ménages en 2004 (vague 6). 3 poids transversal individuel. - représentant la population de 14 ans et plus en 2004 (vague 6). Pour la vague 1 du PSM II, 2 types de poids ont été produits. 1 poids transversal ménage. - représentant les ménages en 2004 (vague 1). 2 poids transversal individuel. - représentant la population de 14 ans et plus en 2004 (vague 1). Les trois premières étapes de la pondération sont communes pour tous les types de poids, mais les suivantes sont spécifiques à chacun. La figure 1 montre le processus de la pondération de la vague 6 du PSM I alors que la figure 2 montre le processus de la pondération de la vague 1 du PSM II. Figure 1 Étapes de la pondération du premier Panel suisse de ménages (PSM I) Poids initial (POIDINIT) (poids ménage vague 1) Classement des individus et flags de poids Ajustement pour la N-R Grille (P_NRGRIL) Longitudinale Transversale individu Transversale ménage Ajustement pour la NR Quest. Individu. (PL_NRQI) Partage des poids (PTI_PAR) Partage des poids (PTM_PAR) Calage (POIDLONG) Ajustement pour la N-R Quest. Individu (PTI_NRQI) Calage (POIDTRIN) Ajustement pour la N-R Quest. Mén. (PTM_NRQM) Calage (POIDTRME) 8

9 Figure 2 Étapes de la pondération du deuxième Panel suisse de ménages (PSM II) Poids initial (POIDINIT) (poids ménage vague 1) Classement des individus et flags de poids Transversale individu Transversale ménage Ajustement pour la N-R Quest. Individu (PTI_NRQI) Calage (POIDTRIN) Ajustement pour la N-R Quest. Ménage (PTM_NRQM). Calage (POIDTRME) Pour la pondération combinée du PSM I et du PSM II, 2 types de poids ont été produits. 1 poids transversal ménage. - représentant les ménages en poids transversal individuel. - représentant la population de 14 ans et plus en Il y a une étape supplémentaire comparativement à la pondération séparée par panel. Cette étape supplémentaire est commune à la pondération transversale ménage et transversale individu, il s agit de la combinaison des panels. Les panels ne seront combinés qu une seule fois telle que convenu. Le calcul des poids initiaux et le classements des individus sont les mêmes que ceux calculés lors de la pondération séparée des panels. Ils n ont donc pas été inclus dans le schéma. Figure 3 Étapes de la pondération combinée des Panels suisses des ménages (PSM I et II) Poids initial (P_NRGRIL pour PSM I et POIDINIT pour PSM II) Combinaison des panels (P_COMBPAN) Transversale individu Transversale ménage Partage des poids (PTI_PAR) Partage des poids (PTM_PAR) Ajustement pour la N-R Quest. Individu (PTI_NRQI) Ajustement. pour la N-R Quest. Mén. (PTM_NRQM) Calage (POIDTRIN) Calage (POIDTRME) 9

10 Note sur l ajustement pour la non-réponse : comme très peu de données proviennent du questionnaire ménage (seulement des données sur le logement lui-même), il a été décidé de ne pas faire un ajustement pour la réponse au questionnaire ménage dans la pondération longitudinale et transversale individuelle. Aussi, ceci est cohérent avec la collecte étant donné qu un individu peut répondre au questionnaire individuel dès que le ménage a rempli la grille, peu importe qu il soit ou non répondant au questionnaire ménage. De plus, comme le taux de réponse au questionnaire ménage est très élevé chez les ménages ayant répondu à la grille cet ajustement supplémentaire ne serait pas utile. 5. Étapes communes pour tous les types de poids. Cette section décrit les étapes qui sont communes aux trois poids de la vague 6 du PSM I ainsi que les étapes qui sont communes aux deux poids de la vague 1 du PSM II. On y traite d abord du poids initial, puis de la façon dont les individus sont classés selon leur statut et leur réponse et, enfin, de l ajustement pour la non-réponse à la grille. 5.1 Poids initial du PSM I et poids initial du PSM II. Telles que décrites par Cornali et Vonlanthen (1999) pour le PSM I les étapes de la pondération de la vague 1 sont : Étape 0 : Étape 1 : Étape 2 : Étape 3 : Étape 3bis : Étape 4 : Étape 4bis : Étape 5 : Poids de sondage (design) des ménages. Probabilité du ménage de réponse au 1 er niveau (grille) Probabilité du ménage de répondre au 2 ème niveau (questionnaire ménage) Probabilité du ménage de répondre au 3 ème niveau (un répondant au questionnaire individuel dans le ménage) Facteur de correction des ménages Probabilité de réponse des individus Facteur de correction des individus Ajustement analytique Le poids de départ pour la pondération de la vague 6 est le poids ménage (avant calage) calculé à l étape 3 de la pondération de la vague ménages avaient un poids non-nul à la vague 1. Seuls ces ménages ont été suivis aux vagues 2, 3, 4, 5 et 6. Comme ce poids n était pas disponible et que le facteur appliqué pour obtenir le poids de l étape 3bis était unique pour toute la population, c est ce dernier poids qui a en fait été utilisé. Pour les vagues subséquentes, les mêmes ménages seront suivis, qu ils aient ou non répondus aux vagues 2, 3, 4, 5 et 6. Seuls les ménages ayant explicitement exprimé leur désir de ne plus faire partie du PSM I ou encore qui auront été non-répondants pour deux vagues successives ne seront pas re-contactés. Ainsi, le poids de base de la pondération sera toujours le même, soit le poids transversal ménage de la vague 1. Pour le PSM II, le poids de départ pour la pondération de la première vague (POIDINIT) correspond en fait à l étape 1 ci-haut, c est-à-dire que c est le poids qui correspond à la probabilité de répondre au premier niveau. C est le poids de sondage (poids de design) qui a été ajusté pour la non-réponse totale à la grille et à l enquête non-réponse. Ce qui veut dire que les répondants à l enquête non-réponse auront aussi un poids initial positif. 5.2 Classement des individus. Cette étape a pour but de créer un fichier de base pour la pondération qui contiendra tous les individus et des variables de classification qui serviront lors des étapes subséquentes. Le fichier contient tous les individus de INDIVIDUS 1999, INDIVIDUS 2004 et LONGOUT (ces fichiers sont décrits à l Annexe A). Les variables sont les suivantes : IDPERS : identificateur de la personne. 10

11 IDHOUS99 : identificateur du ménage à la vague 1. IDHOUS04 : identificateur du ménage à la vague courante soit à la vague 6 pour le PSM I ou à la vague 1 pour le PSM II. POIDINIT : poids initial (étape 3bis de la vague 1 pour le PSM I, probabilité d inclusion ajusté pour la non-réponse total dans le cas du PSM II). LONGST : statut de l individu (longitudinal / cohabitant). CODEREP : code de réponse (vague 6 pour PSM I et vague 1 pour PSM II). CR_V2 : code de réponse à la vague 2 du PSM I (non disponible pour PSM II). CR_V3 : code de réponse à la vague 3 du PSM I (non disponible pour PSM II). CR_V4 : code de réponse à la vague 4 du PSM I (non disponible pour PSM II). CR_V5 : code de réponse à la vague 5 du PSM I (non disponible pour PSM II). F_PLONG : indicateur de poids longitudinal (égal à F_PTRIN pour PSM II). F_PTRME : indicateur de poids transversal ménage. F_PTRIN : indicateur de poids transversal individuel. On peut trouver les détails sur la manière dont ces variables ont été dérivées à l Annexe B. Voici les distributions des individus selon leur statut, leur code de réponse et s ils auront ou non un poids non-nul. Tableau 2 Distribution des individus du PSM I et du PSM II selon leur statut 2 Statut de l individu LONGST Fréquence PSM I Vague 6 Fréquence PSM I Vague 5 Fréquence PSM I Vague 4 Fréquence PSM I Vague 3 Fréquence PSM I Vague 2 Fréquence PSM II Vague 1 1 Longitudinal adulte Longitudinal enfant Cohabitant initialement présent Cohabitant initialement absent Total Tableau 3 Distribution des individus du PSM I et du PSM II selon leur code de réponse 3 Code de réponse CODEREP Fréquence PSM I Vague 6 Fréquence PSM I Vague 5 Fréquence PSM I Vague 4 Fréquence PSM I Vague 3 Fréquence PSM I Vague 2 Fréquence PSM II Vague 1 0 < 14 ans à la vague courante Hors-cible transversalement Non-répondant total Répondant grille seulement Répondant grille et questionnaire ménage seulement, dans un ménage où tous les individus sont non-répondants au questionnaire individuel Répondant grille et questionnaire ménage seulement, dans un ménage où au moins un individu est répondant au questionnaire individuel Les nombres de longitudinaux adultes et enfants pour le PSM I sont légèrement différents de ce qu ils étaient aux vagues 2 et 3 en raison de l âge de certains individus qui a été modifié, les faisant passer le la catégorie «adulte» à celle d «enfant», ou l inverse. 3 Les enfants de moins de 14 ans sont tous classés hors-cible transversalement. 4 Le code 0 est une nouveauté de cette année, avant les enfants de moins de 14 ans étaient codés 1 soient hors-cible transversalement. 5 Pour le PSM II, le nombre de répondants à la grille seulement inclus aussi le nombre de répondants à l enquête non-réponse. 11

12 6 Répondant grille, questionnaire ménage et questionnaire individuel. 7 Répondant grille et questionnaire individuel seulement Total Tableau 4 Distribution des individus du PSM I et du PSM II selon leur indicateur de poids longitudinal 6 Indicateur de poids longitudinal F_PLONG Fréquence PSM I Vague 6 Fréquence PSM I Vague 5 Fréquence PSM I Vague 4 Fréquence PSM I Vague 3 Fréquence PSM I Vague 2 Fréquence PSM II Vague 1 0 Poids longitudinal = N-D 1 Poids longitudinal > N-D Total N-D Indicateur poids trans. Ménage F_PTRME Tableau 5 Distribution des individus du PSM I et du PSM II selon leur indicateur de poids transversal ménage 7 Fréquence PSM I Vague 6 Fréquence PSM I Vague 5 Fréquence PSM I Vague 4 Fréquence PSM I Vague 3 Fréquence PSM I Vague 2 Fréquence PSM II Vague 1 0 Poids transversal ménage = 0. 1 Poids transversal ménage > 0. Total Indicateur poids trans. individuel F_PTRIN Tableau 6 Distribution des individus du PSM I et du PSM II selon leur indicateur de poids transversal individuel Fréquence PSM I Vague 6 Fréquence PSM I Vague 5 Fréquence PSM I Vague 4 Fréquence PSM I Vague 3 Fréquence PSM I Vague 2 Fréquence PSM II Vague 1 0 Poids transversal individuel = 0. 1 Poids transversal individuel > 0. Total Ajustement pour la non-réponse Grille. À la vague 6 du PSM I, on a tenté de retracer tous les longitudinaux, qu ils vivent toujours ou non dans le même ménage qu à la vague 1, et qu ils aient ou non été répondants aux vagues 2, 3, 4 et 5. Tous les ménages dans lesquels des longitudinaux vivaient à la vague 6 étaient susceptibles de répondre à la grille. Toutefois, comme l unité longitudinale est l individu et non le ménage, la probabilité de réponse à la grille a été modélisée au niveau de l individu. On modélise donc la probabilité qu un individu fasse partie d un ménage ayant répondu à la grille. Depuis la vague 5, les longitudinaux adultes et enfants sont utilisés. Ils sont cependant divisés selon qu ils soient ou non des enfants dès la première étape de modélisation. Ainsi, 6 L indicateur de poids longitudinal (F_PLONG) pour le PSM II sera le même que l indicateur de poids transversal (F_PTRIN). 7 Les enfants de moins de 14 ans ont F_PTRME=0 même si leur ménage a POIDTRME > 0. 12

13 la pondération longitudinale sera en tous points la même que si l on utilisait le processus des vagues précédentes. La somme des poids longitudinaux avant l ajustement pour la non-réponse à la grille et après restera le même pour les enfants et pour les adultes. La modélisation est faite à partir des données ménage et individuelles de la vague 1. Pour la vague 1 du PSM II, il n y a pas de modélisation à faire pour la non-réponse à la grille car on possède pas d autres informations sur les ménages non-répondants que leur région. L ajustement fait pour la nonréponse à la grille a été fait comme à la vague 1 du PSM I (Cornali et Vonlanthen, 2000). Cet ajustement est compris dans le poids POIDINIT (voir section 5.1). La modélisation de la non-réponse à la grille pour le PSM II sera faite à partir de la deuxième vague. Processus On crée un fichier ne contenant que les longitudinaux adultes (LONGST=1) et enfants (LONGST=2). On définit : REPGRIL = 0. Non-répondant à la grille. (CODEREP=2). 1. Répondant à la grille. (CODEREP=3, 4, 5, 6 ou 7). Tableau 7 Distribution des longitudinaux adultes selon la réponse à la grille PSM I Vague 6 PSM I Vague 5 PSM II Vague 1 Réponse à la grille (REPGRIL) Nombre de longitudinaux (Proportion %) 0 Non-répondant à la grille (49,03) 1 Répondant à la grille (50,97) Nombre de longitudinaux (Proportion %) Nombre de longitudinaux (Proportion %) Adultes Enfants Adultes Enfants Adultes Enfants 390 (41,45) 551 (58,55) (41,43) (58,57) 251 (33,83) 491 (66,17) Total N-D N-D La méthode utilisée pour la modélisation de la non-réponse est l analyse par segmentation (Kass, 1980). Pour plus de détails sur le choix de cette méthode, se référer à la documentation de la vague 2, Naud et Latouche (2001) et Latouche et Naud (2001). La modélisation de la non-réponse mène à la création d un certain nombre de groupes homogènes de réponse (GHR). Les individus répondants de chaque GHR voient leur poids initial multiplié par un facteur correspondant à l inverse du taux de réponse pondéré de leur GHR. Nous avons imposé un minimum de 30 personnes et un taux minimal de réponse de 50% dans chacun des groupes homogènes de réponse (GHR). La modélisation est faite à partir des données pondérées. Le modèle de non-réponse du PSM I créé avec l analyse par segmentation a conduit à la création de 11 groupes homogènes de réponse (GHR), dont le taux de réponse pondéré varie approximativement entre 50 et 90%. Aucun ajustement pour la non-réponse n a été fait pour les individus hors-cible transversalement (CODEREP=1). Leur poids ajusté pour la non-réponse sera identique au poids initial. Le poids ajusté pour la non-réponse (grille) est P_NRGRIL. Il y a individus avec P_NRGRIL>0. Il y a longitudinaux adultes faisant partie d un ménage ayant répondu à la grille et 141 adultes hors-cible transversalement pour un total de adultes parmi les N-D N-D N-D N-D 13

14 7 531 individus et un total de enfants composé de hors-cible transversalement et 551 faisant partie d un ménage ayant répondu à la grille. Les détails sur la modélisation de la non-réponse à la grille se trouvent à l annexe C. 6. Pondération longitudinale. Une fois que les poids des longitudinaux adultes ont été ajustés pour la non-réponse à la grille, la pondération longitudinale se poursuit avec des étapes distinctes de la pondération transversale. Les poids des longitudinaux adultes ajustés pour la non-réponse à la grille sont ajustés pour la non-réponse au questionnaire individuel. Puis, un calage sur marge permet que les effectifs de population estimés correspondent à certains totaux de contrôle de la population suisse de Ajustement pour la non-réponse questionnaire individuel. Une fois que le ménage avait rempli la grille, les individus pouvaient répondre au questionnaire individuel, peu importe que le questionnaire ménage ait été rempli ou non. Pour être cohérent avec le processus de collecte, parce que peu de ménages répondants à la grille ne répondent pas au questionnaire ménage et parce que peu d information du questionnaire ménage s avérerait utile pour la modélisation, nous faisons l ajustement pour la non-réponse au questionnaire individuel directement à partir du poids ajusté pour la non-réponse à la grille. Processus On crée un fichier contenant les individus longitudinaux adultes (LONGST=1) qui ont répondu à la grille ou qui sont hors-cible transversalement (CODEREP=1, 3, 4, 5, 6 ou 7), i.e. tous ceux qui ont P_NRGRIL > 0. On définit : REPQI = 0. Non-répondant au questionnaire individuel. (CODEREP=3, 4 ou 5). 1. Répondant au questionnaire individuel. (CODEREP=6 ou 7). Réponse au QI (REPQI) Tableau 8 Distribution des longitudinaux adultes répondants à la grille selon la réponse au questionnaire individuel Nombre de longitudinaux adultes PSM I Vague 6 PSM I Vague 5 Proportion (%) Nombre de Proportion (%) longitudinaux adultes 0 Non-répondant au Q.I , ,54 1 Répondant au Q.I , ,46 Total , ,00 Aucun ajustement pour la non-réponse ne sera fait pour les individus hors-cible transversalement (141 personnes). L ajustement se fait au niveau des individus. La modélisation est basée sur la grille du PSM I de la vague 6 uniquement. Le modèle obtenu avec l analyse par segmentation comporte 18 GHR. Comme pour l ajustement pour la non-réponse à la grille, un taux de réponse pondéré d au moins 50 % et un effectif minimal de 30 individus étaient exigés dans chaque GHR. Le poids ajusté pour la non-réponse (questionnaire individuel) est PL_NRQI. Les individus ayant un PL_NRQI non-nul sont ceux qui auront un poids longitudinal final non-nul (F_PLONG=1). 14

15 Pour plus de détails sur la modélisation de la non-réponse au questionnaire individuel (pondération longitudinale), se rapporter à l Annexe D. 6.2 Calage. Le poids longitudinal ajusté pour la non-réponse au questionnaire individuel (PL_NRQI) représente la population au moment de la sélection de l échantillon du PSM I à la vague 1. L étape du calage ajustera ces poids pour que les totaux selon certaines variables de contrôle soient identiques à ceux de la population suisse en Les totaux sont présentés dans le tableau 9. Notez que ces totaux sont différents de ceux utilisés à la pondération de la vague 1 car les enfants de 14 ans sont inclus. Poids avant calage : Totaux de contrôle : Poids final : PL_NRQI. 1. Sexe*(14-24 ans; ans; ans; ans; 55 ans et plus). 2. Nationalité (suisse; étranger). 3. Région (région lémanique & Suisse centrale & Tessin; espace Mitteland & Suisse du Nord-Est & Zürich & Suisse orientale). POIDLONG. Le facteur d ajustement du calage (POIDLONG / PL_NRQI) est en moyenne de 1,01, et varie de 0,52 à 3,10. L écart type est de 0,48. POIDLONG est le poids longitudinal final. Il est en moyenne de 1493 et varie entre 306 et Son écart type est de 950. Tableau 9 Effectifs de population en 1999 estimés avant et après le calage Poids longitudinal Variable Estimation avec le poids avant calage (PL_NRQI). Population (et estimation avec le poids après calage POIDLONG). Homme ans Homme ans Homme ans Homme ans Homme 55 ans et plus Femme ans Femme ans Femme ans Femme ans Femme 55 ans et plus Suisse Étranger Lémanique, centrale et Tessin Mitteland, N-O, Zürich, orientale Total Pondération transversale individuelle. Le poids de départ de la pondération transversale individuelle est le poids ajusté pour la non-réponse à la grille des longitudinaux adultes et enfants qui ont maintenant 14 ans ou plus. Pour le PSM I, l étape du partage des poids permet d attribuer un poids aux cohabitants qui se sont joints aux ménages des longitudinaux entre les vagues 1 et 6. Cette étape n est pas nécessaire pour le PSM II, car il n y a pas de cohabitants pour la première vague d un panel, les cohabitants existent seulement à partir de la vague 2. Ensuite, comme pour la pondération longitudinale, on procède à un ajustement pour la non-réponse au questionnaire individuel et, finalement, à un calage sur marge, mais en utilisant des totaux de contrôle pour la population de la Suisse en

16 7.1 Partage des poids pour le PSM I. Après l étape de l ajustement pour la non-réponse à la grille, tous les longitudinaux des ménages répondants à la grille ont un poids P_NRGRIL non-nul. L étape du partage des poids consiste à attribuer une partie de ces poids aux cohabitants qui se sont joints aux ménages des longitudinaux entre les vagues 1 et 6. Les cohabitants sont classés en deux catégories : les cohabitants initialement présents, qui faisaient partie de la population cible au moment de la sélection du panel, et les cohabitants initialement absents, qui se sont joints à la population cible entre les vagues 1 et 5. Ces derniers sont des immigrants. Note : à partir de la vague 5, les enfants longitudinaux qui ont atteint 14 ans sont traités comme des longitudinaux, et non pas comme des cohabitants initialement absents comme aux vagues précédentes, pour tenir compte de la possibilité qu à un enfant longitudinal de plus de 14 ans d être le seul individu longitudinal d un ménage. Processus On utilise tous les individus faisant partie de la population cible transversale et répondants à la grille (CODEREP = 3, 4, 5, 6 ou 7). Le poids de base est P_NRGRIL. Le poids avant le partage est P_NRGRIL. Le poids après le partage est PTI_PAR. Ce poids peut être différent pour les individus d un même ménage. Le poids partagé se calcule de la manière suivante : - si le ménage comporte des cohabitants initialement présents, le poids partagé est le même pour tous et est égal à la somme des poids des longitudinaux divisée par le nombre de longitudinaux et de cohabitants initialement présents dans le ménage. - s il n y a aucun cohabitant initialement présent dans le ménage, alors les poids des longitudinaux demeurent les mêmes et ceux des cohabitants initialement absents sont égaux à la moyenne des poids des longitudinaux. 7.2 Ajustement pour la non-réponse questionnaire individuel. Une fois que le ménage avait rempli la grille, les individus pouvaient répondre au questionnaire individuel, peu importe que le questionnaire ménage ait été rempli ou non. Pour être cohérent avec le processus de collecte, parce que peu de ménages répondants à la grille ne répondent pas au questionnaire ménage et parce que peu d information du questionnaire ménage s avérerait utile pour la modélisation, nous faisons l ajustement pour la non-réponse au questionnaire individuel directement à partir du poids partagé qui représente les individus des ménages ayant répondu à la grille. Processus Pour le PSM I,on crée un fichier contenant les individus (longitudinaux adultes et cohabitants) qui ont répondu à la grille et qui font partie de la population cible transversale, i.e. tous ceux qui ont PTI_PAR > 0. Pour le PSM II, on crée un fichier contenant les individus (longitudinaux adultes) qui ont répondu à la grille et qui font partie de la population cible transversale, i.e. tous ceux qui ont POIDINIT > 0 et qui ont le code de réponse approprié (CODEREP=3, 4, 5, 6 ou 7). On définit : REPQI = 0. Non-répondant au questionnaire individuel. (CODEREP=3, 4 ou 5). 1, Répondant au questionnaire individuel. (CODEREP=6 ou 7). 16

17 Tableau 10 Distribution des adultes faisant partie de la population cible transversale et répondants à la grille selon la réponse au questionnaire individuel PSM I PSM I PSM II Réponse au QI (REPQI) Nombre de personnes Vague 6 Proportion (%) Nombre de personnes Vague 5 Proportion (%) Nombre de personnes Vague 1 Proportion (%) 0 Non-répondant au , , ,83 Q.I. 1 Répondant au Q.I , , ,17 Total , , ,00 L ajustement se fait au niveau des individus. Étant donné que le nombre de cohabitants est très faible dans le PSM I (410 / 6130), il a été nécessaire de faire la modélisation des longitudinaux et des cohabitants ensemble, comme cela avait été fait lors de la pondération des vagues 2, 3, 4 et 5. Les données provenant de la grille de la vague courante ont été utilisées pour la modélisation de chaque panel. Le modèle obtenu avec l analyse par segmentation pour le PSM I comporte 20 GHR et pour le PSM II 14 GHR. Comme pour l ajustement pour la non-réponse à la grille, un taux de réponse pondéré d au moins 50 % et un effectif minimal de 30 individus étaient exigés dans chaque GHR. Le poids ajusté pour la non-réponse (questionnaire individuel) est PTI_NRQI. Pour plus de détails sur la modélisation, se rapporter à l Annexe E. 7.3 Calage. Le poids transversal ajusté pour la non-réponse au questionnaire individuel (PTI_NRQI) représente la population de la Suisse à la vague courante. L étape du calage ajustera ces poids pour que les totaux selon certaines variables de contrôle soient identiques à ceux de la population suisse en Cette étape est produite deux fois, une fois pour chaque panel. Les totaux se trouvent dans le tableau 11 pour le PSM I et dans le tableau 12 pour le PSM II. Poids avant calage : Totaux de contrôle : Poids final : PTI_NRQI. 1. Sexe*(14-24 ans; ans; ans; ans; 55 ans et plus). 2. Nationalité (suisse; étranger). 3. Région (région lémanique & Suisse centrale & Tessin; espace Mitteland & Suisse du Nord-Ouest & Zürich & Suisse orientale). 4. État civil (marié; pas marié) POIDTRIN. Le facteur d ajustement du calage (POIDTRIN / PTI_NRQI) pour le PSM I est en moyenne de 0,97, et varie de 0,51 à 2,82. Son écart type est de 0,40. POIDTRIN est le poids transversal individuel final du PSM I. Il est en moyenne de 1380 et il varie de 205 à Son écart type est de

18 Tableau 11 Effectifs de population estimés avant et après calage pour le PSM I Poids transversal individuel Variable Estimation avec le poids avant Population (et estimation avec le calage (PTI_NRQI). poids après calage POIDTRIN). Homme ans Homme ans Homme ans Homme ans Homme 55 ans et plus Femme ans Femme ans Femme ans Femme ans Femme 55 ans et plus Suisse Étranger Lémanique, centrale et Tessin Mitteland, N-O, Zürich, orientale Pas Marié Marié Total Le facteur d ajustement du calage (POIDTRIN / PTI_NRQI) pour le PSM II est en moyenne de 0,88, et varie de 0,54 à 1,61. Son écart type est de 0,23. POIDTRIN est le poids transversal individuel final du PSM II. Il est en moyenne de 1667 et il varie de 570 à Son écart type est de 556. Tableau 12 Effectifs de population estimés avant et après calage pour le PSM II Poids transversal individuel Variable Estimation avec le poids avant Population (et estimation avec le calage (PTI_NRQI). poids après calage POIDTRIN). Homme ans Homme ans Homme ans Homme ans Homme 55 ans et plus Femme ans Femme ans Femme ans Femme ans Femme 55 ans et plus Suisse Étranger Lémanique, centrale et Tessin Mitteland, N-O, Zürich, orientale Pas Marié Marié Total Pondération transversale ménage. Le poids de départ de la pondération transversale ménage est aussi le poids ajusté pour la non-réponse à la grille des longitudinaux adultes. Pour le PSM I, l étape du partage des poids permet d attribuer un poids aux cohabitants qui se sont joints aux ménages des longitudinaux entre les vagues 1 et 6 et d obtenir un poids au 18

19 niveau du ménage. Pour le PSM II, le partage des poids n est pas fait car il n y a pas de cohabitants à la vague 1, le partage des poids sera fait lors de la pondération de la prochaine vague. Ensuite, on procède à un ajustement pour la non-réponse au questionnaire ménage et, finalement, à un calage (qui correspond en fait à l application d un facteur d ajustement) en utilisant la population totale de la Suisse pour l année Partage des poids. Après l étape de l ajustement pour la non-réponse à la grille, tous les longitudinaux des ménages répondants à la grille ont un poids P_NRGRIL > 0. L étape du partage des poids consiste à attribuer une partie de ces poids aux cohabitants qui se sont joints aux ménages des longitudinaux entre les vagues 1 et 6. Les cohabitants sont classés en deux catégories : les cohabitants initialement présents, qui faisaient partie de la population cible au moment de la sélection du panel, et les cohabitants initialement absents, qui se sont joints à la population cible entre les vagues 1 et 6. Ces derniers sont des immigrants. Note : à partir de la vague 5, les enfants longitudinaux qui ont atteint 14 ans sont traités comme des longitudinaux, et non pas comme des cohabitants initialement absents comme aux vagues précédentes, pour tenir compte de la possibilité qu à un enfant longitudinal de plus de 14 ans d être le seul individu longitudinal d un ménage. Processus On utilise tous les individus faisant partie de la population cible transversale et répondants à la grille (CODEREP = 3, 4, 5, 6 ou 7). Le poids de base est P_NRGRIL. Le poids avant le partage est P_NRGRIL. Le poids après le partage est PTM_PAR. Ce poids est le même pour tous les individus d un ménage. Le poids ménage partagé est égal à la somme des poids des longitudinaux (P_NRGRIL) divisée par le nombre de longitudinaux et de cohabitants initialement présents dans le ménage. Le fichier résultant est au niveau du ménage (identificateur IDHOUS04). 8.2 Ajustement pour la non-réponse questionnaire ménage. Après l étape du partage des poids, tous les ménages ayant répondu à la grille ont un poids transversal. Comme seuls les ménages qui ont répondu au questionnaire ménage auront un poids transversal final, il faut procéder à un autre ajustement pour la non-réponse. Contrairement aux autres, celui-ci a été effectué au niveau du ménage. Ainsi, seules des données de la grille (vague courante) ont été utilisées pour la modélisation. La modélisation est faite pour chacun des panels. Processus Pour chaque panel, on crée un fichier contenant les ménages qui ont répondu à la grille et qui font partie de la population cible transversale, i.e. pour le PSM I tous ceux qui ont PTM_PAR > 0 et pour le PSM II tous ceux qui ont POIDINIT > 0 et qui ont le bons code de réponse (CODEREP=3, 4, 5, 6 ou 7). On définit : REPQM= 0 non-répondant au questionnaire ménage. (CODEREP = 3 ou 7 pour tous les individus). 1 répondant au questionnaire ménage. (CODEREP = 4, 5 ou 6 pour tous les individus). 19

20 Tableau 13 Distribution des ménages faisant partie de la population cible transversale et répondants à la grille selon la réponse au questionnaire ménage PSM I Vague 6 PSM I Vague 5 PSM II Vague 1 Réponse au Q.M. (REPQM) Nombre de Proportion Nombre de Proportion Nombre de Proportion ménages (%) ménages (%) ménages (%) 0 Non-répondant au Q.M. 82 2, , ,50 1 Répondant au Q.M , , ,43 Total , , ,00 L ajustement se fait au niveau des ménages. La modélisation est basée sur la grille de la vague courante soit la vague 6 pour le PSM I et la vague 1 pour le PSM II. Le modèle obtenu avec l analyse par segmentation comporte 3 GHR pour le PSM I et 21 pour le PSM II. Comme pour l ajustement pour la non-réponse à la grille, un taux de réponse pondéré d au moins 50 % et un effectif minimal de 30 individus étaient exigés dans chaque GHR. Le poids ajusté pour la non-réponse (questionnaire ménage) est PTM_NRQM. Pour plus de détails sur la modélisation, se rapporter à l Annexe F. 8.3 Calage Comme pour les vagues 1, 2, 3, 4 et 5, on veut que le nombre de personnes dans les ménages représente le total de la population de la Suisse. Pour ce faire, il y a deux options. La première option est de faire comme pour les vagues 1 à 5 et appliquer un facteur d ajustement au poids ménage après l ajustement pour la nonréponse au questionnaire ménage (PTM_NRQM). Ce facteur est unique pour toute la population (soit 0,9511 selon le tableau ci bas). La deuxième option est de faire un calage sur marges pour le poids ménage en utilisant les comptes de population de la Suisse en Les résultats sont présentés dans les tableaux 14 et 15. PSM I ajusté PSM I PSM II après calage Effectifs de la population Suisse en 2004 : Effectifs estimés (PTM_NRQM) : Facteur d ajustement : 0, Poids transversal ménage final: POIDTRME_NO_INT POIDTRME POIDTRME Le poids transversal ajusté pour la non-réponse au questionnaire ménage (PTM_NRQM) représente la population de la Suisse à la vague courante. L étape du calage ajustera ces poids pour que les totaux selon certaines variables de contrôle soient identiques à ceux de la population suisse en Cette étape est produite deux fois, une fois pour chaque panel. Les totaux se trouvent dans le tableau 14 pour le PSM I et dans le tableau 15 pour le PSM II. Poids avant calage : Totaux de contrôle : Poids final : PTM_NRQM. 1. Sexe*(moins de 14; ans; ans; ans; ans; 55 ans et plus). 2. Nationalité (suisse; étranger). 3. Région (région lémanique & Suisse centrale & Tessin; espace Mitteland & Suisse du Nord-Ouest & Zürich & Suisse orientale). 4. État civil (marié; pas marié) POIDTRME_INT pour le PSM I; POIDTRME pour le PSM II 20

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration Recueil du Symposium 2014 de Statistique Canada Au-delà des méthodes traditionnelles d enquêtes : l adaptation à un monde en évolution Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION La Deuxième Enquête Démographique et de Santé au Cameroun (EDSC-II) a prévu un échantillon d environ 6 000 femmes âgées de 15 à 49 ans

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Contenu, collecte, qualité et diffusion

Contenu, collecte, qualité et diffusion Enquête nationale auprès des ménages Enquête nationale auprès des ménages (ENM) Contenu, collecte, qualité et diffusion Octobre 2012 Aperçu de la présentation Contexte de l'enquête nationale auprès des

Plus en détail

...5 1.1 Description...5. 1.0 Introduction...5....5 1.2 Conditions d utilisation...5....5 1.3 Pour ouvrir le module...5

...5 1.1 Description...5. 1.0 Introduction...5....5 1.2 Conditions d utilisation...5....5 1.3 Pour ouvrir le module...5 Guide de l utilisateur Module d extraction de coefficients de variation Enquête sur les changements à l égard de l emploi Cohortes 1 à 10 Table des matières 1.0 Introduction...5...5 1.1 Description...5...5

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Annexe technique à la Note Économique

Annexe technique à la Note Économique Annexe technique à la Note Économique «Les effets pervers des taxes sur le tabac, l alcool et le jeu» publiée par l Institut économique de Montréal le 22 janvier 2014 Dans le cadre de la publication d

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête Fiche qualité SRCV 2009 Nom Carte d identité de Enquête Statistique sur les ressources et les conditions de vie Année de Les données de sont relatives à 2009 La première enquête SRCV a démarré en 2004.

Plus en détail

Note de cours de Méthodes Quantitatives 360-300-RE. Éric Brunelle et Josée Riverin

Note de cours de Méthodes Quantitatives 360-300-RE. Éric Brunelle et Josée Riverin Note de cours de Méthodes Quantitatives 360-300-RE Éric Brunelle et Josée Riverin Table des matières Chapitre 1. Méthodes scientifiques en sciences humaines 1 1. Introduction 1 2. La méthode scientifique

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Pondération du Panel suisse de ménages. Vague 2. Description détaillée des tâches.

Pondération du Panel suisse de ménages. Vague 2. Description détaillée des tâches. , Espace de l Europe Case postale CH- Neuchâtel Tél. + 7 Fax + 7 e-mail : swiss.panel@unine.ch Pondération du Panel suisse de ménages. Vague. Description détaillée des tâches. Working Paper _* Swiss Household

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse

Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Mise à jour des données SILC pour l année 2010 (Traduction du rapport allemand 2012) Sur mandat d Employés Suisse : Hansjörg Schmid, communication

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Rapport sur la méthodologie

Rapport sur la méthodologie Sondage des votants et des non-votants 2002 Rapport sur la méthodologie Établi pour : Élections Canada Date : Juin 2002 Centre de recherche Décima, 2002 Table des matières Introduction...1 Méthodologie

Plus en détail

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse Le nombre de mariages est en baisse tendancielle. Il passe de 2 236 en 196 à 1 714 en 211. Inversement, le nombre de divorces a augmenté fortement en passant de 13 en 196 à 1 27 en 211. Les mariages entre

Plus en détail

Qualité et limites des données

Qualité et limites des données Qualité et limites des données Le Registre des entreprises s appuie en grande partie sur les données obtenues au cours de l inscription à un numéro d entreprise (NE) auprès de l Agence de revenu du Canada

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

Information sur le traitement des notes des élèves

Information sur le traitement des notes des élèves EXTRAITS du GUIDE DE GESTION DE LA SANCTION DES ÉTUDES ET DES ÉPREUVES MINISTÉRIELLES (MÉLS) Les notes finales obtenues pour les matières associées à des épreuves uniques tiennent compte, en général, du

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Cahier méthodologique, tableau récapitulatif 2009-2013 et Matrices importance/performance Mars 2014 Service Études et Statistiques Table

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique

Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique 28 juin 2001 Préparé par : La Division des méthodes des enquêtes auprès des entreprises et La Division

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World Résumé Dans le Plan d action de Madrid sur le vieillissement, 2002, 1 la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement appelait à étudier les avantages et les inconvénients de diverses conditions de

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

Guide de l utilisateur Ecaro

Guide de l utilisateur Ecaro Guide de l utilisateur Ecaro Page1 Contenu 1. Introduction...3 2. Comment accéder au service en ligne?...4 3. Ecran de sélection...5 Ecran de sélection employeur...5 Ecran de sélection mandataire...5 Options,

Plus en détail

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Romain Guignard, Jean-Louis Wilquin, Jean-Baptiste Richard,

Plus en détail

La cote de rendement au collégial (CRC) (explications du calcul)

La cote de rendement au collégial (CRC) (explications du calcul) La cote de rendement au collégial (CRC) (explications du calcul) La cote de rendement au collégial (CRC) est une méthode de classement aux fins de la sélection des candidatures dans des programmes universitaires

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Méthodologie d'estimation dans l'enquête Sans-Domicile 2012. Alexandre Lebrère

Méthodologie d'estimation dans l'enquête Sans-Domicile 2012. Alexandre Lebrère Méthodologie d'estimation dans l'enquête Sans-Domicile 2012 Alexandre Lebrère 05/12/2013 Plan Introduction: Le problème posé 1. L apurement des questionnaires 2. Le calage des prestations 3. L'imputation

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

COTE LAVAL. Cette méthode de calcul de la cote Laval est utilisée pour fin d admission depuis la session d automne 2010.

COTE LAVAL. Cette méthode de calcul de la cote Laval est utilisée pour fin d admission depuis la session d automne 2010. COTE LAVAL Cette méthode de calcul de la cote Laval est utilisée pour fin d admission depuis la session d automne 010. TABLE DES MATIÈRES 1. COTE LAVAL : DÉFINITIONS ET CONTEXTE... 1 1.1 Finalité de la

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Services de logement du cycle 2011 du PCI

Services de logement du cycle 2011 du PCI Programme de Comparaison Internationale Services de logement du cycle 2011 du PCI Matériel Opérationnel Table des matières Services de logement du cycle 2011 du PCI... 3 Introduction... 3 Estimer les dépenses

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Test de Poisson à 1 échantillon et à 2 échantillons

Test de Poisson à 1 échantillon et à 2 échantillons Test de Poisson à 1 échantillon et à 2 échantillons Sous-menus de Minitab 15 : Stat>Statistiques élémentaires>test de Poisson à 1 échantillon Stat>Statistiques élémentaires>test de Poisson à 2 échantillons

Plus en détail

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Hubert Verreault, Agence métropolitaine de transport Daniel Bergeron,

Plus en détail

GAZIFÈRE INC. RAPPORT ANNUEL SUR LE SONDAGE DE SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE FERMETURE DES LIVRES 2014

GAZIFÈRE INC. RAPPORT ANNUEL SUR LE SONDAGE DE SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE FERMETURE DES LIVRES 2014 1. BRÈVE DESCRIPTION DE L OBJECTIF DU SONDAGE Le sondage administré par Gazifère vise à mesurer le niveau de la satisfaction globale de sa clientèle. Les données résultant de ce sondage sont nécessaires

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 36455 FRA Québec, le : 17 février 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et 9061 1674 Québec inc. (connue sous le nom

Plus en détail

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN ANNEXE LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN Dans le cadre de son mandat pour 2001, le Comité de protection social (CPS) a présenté un rapport recommandant une série initiale de dix indicateurs primaires et

Plus en détail

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX Novembre 2005 L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX (articles 60 à 68) La Loi sur l équité salariale vise à corriger les écarts salariaux dus à la discrimination systémique fondée sur le sexe à l égard des

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010 non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 La population étudiée est celle des étudiants ayant obtenu un M1 à en 2009-2010 (hors formation continue,

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Roger Armand WAKA MODJO Institut d Etudes Démographiques de l Université de Bordeaux IV. Introduction L Afrique subsaharienne reste de nos jours la sous région

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

Quelques données statistiques sur la clientèle adulte au Cégep@distance

Quelques données statistiques sur la clientèle adulte au Cégep@distance Quelques données statistiques sur la clientèle adulte au Cégep@distance Cégep@distance Septembre 2006 Recherche et rédaction : Lyne Forcier, Diane Laberge Table des matières Introduction... 5 La méthodologie...

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

D É P A R T E M E N T D E S S T A T I S T I Q U E S, D E S É T U D E S E T D E L A D O C U M E N T A T I O N

D É P A R T E M E N T D E S S T A T I S T I Q U E S, D E S É T U D E S E T D E L A D O C U M E N T A T I O N D É P A R T E M E N T D E S S T A T I S T I Q U E S, D E S É T U D E S E T D E L A D O C U M E N T A T I O N Infos migrations Secrétariat général à l immigration et à l intégration Numéro 21 - février

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion CNRACL Octobre 2014 Résumé La Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) est un régime de retraite complet

Plus en détail

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante.

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Essai de détermination du nombre de prélèvements à effectuer lors d un diagnostic amiante afin d assurer une représentativité

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE Le but d une expérience de laboratoire est souvent de vérifier un résultat théorique à l aide d un montage. Puisqu il est impossible (sinon très rare)

Plus en détail

SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES

SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES La réglementation organisant la location des logements gérés par la Société wallonne du Logement ou par les sociétés de logement de service public prévoit

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Les règles spéciales décrites dans les articles qui suivent s appliquent en particulier au pari Sporttip One.

Les règles spéciales décrites dans les articles qui suivent s appliquent en particulier au pari Sporttip One. x Annexe 2 au règlement Sporttip 2e édition - novembre 2012 Sporttip One est l un des types de participation proposés par la Loterie Romande. Il s agit pour le participant de pronostiquer l issue, respectivement

Plus en détail

Communiqué de presse 1 9. Embargo: mardi 10 juillet 2007, 11h.00

Communiqué de presse 1 9. Embargo: mardi 10 juillet 2007, 11h.00 Communiqué de presse 1 9 Communiqué de presse Lieu: St-Gall / Zurich Date: lundi 9 juillet 2007 Embargo: mardi 10 juillet 2007, 11h.00 Aperçu 1 Augmentation dramatique des faillites des privés... 2 1.1

Plus en détail

Note de service À : De : Date : Le 12 juillet 2011 Objet :

Note de service À : De : Date : Le 12 juillet 2011 Objet : À : De : Note de service Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées A. David Pelletier, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

1. Les types d enquêtes

1. Les types d enquêtes La conduite d une enquête par questionnaire La conception d un questionnaire ne doit pas être réalisée de façon hasardeuse. Elle suit une méthodologie stricte qui permet d atteindre des résultats utilisables

Plus en détail

Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2

Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2 Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2 22 Novembre 2013 - Valérie Rousvoal Direction Etudes Commerciales Sommaire de la rencontre Présentation de la Caisse d épargne Rhône Alpes Présentation

Plus en détail

Augmenter l activité physique (principalement la marche) et améliorer l alimentation, chez les aînés.

Augmenter l activité physique (principalement la marche) et améliorer l alimentation, chez les aînés. Efficacité d un programme pilote d intervention basé à domicile et appuyé par téléphone/courrier, pour l activité physique et la nutrition chez les aînés Fiche No 3 Lee AH, Jancey J, Howat P, Burke L,

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 2013 Ipsos. Tous droits réservés. Contient des informations confidentielles et propriétaires d Ipsos

Plus en détail

EVALUATION DES FORMATIONS PAR LES ETUDIANTS MANUEL UTILISATEUR 2011

EVALUATION DES FORMATIONS PAR LES ETUDIANTS MANUEL UTILISATEUR 2011 EVALUATION DES FORMATIONS PAR LES ETUDIANTS MANUEL UTILISATEUR 2011 Ce document présente les différentes étapes de l utilisation de l application «Evaluation des formations». Il est destiné aux référents

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

Sondage Senergis Le Devoir

Sondage Senergis Le Devoir Sondage Senergis Le Devoir L intérêt des Québécois à l égard des véhicules hybrides et électriques RAPPORT 7 JANVIER 2011 Cette étude a été réalisée par la firme de recherche Senergis. Pour toute question

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Séance 1 : Prise en main de STATA CORRECTION. http://www.worldvaluessurvey.org/wvs.jsp. Allouer la mémoire nécessaire pour pouvoir ouvrir la base

Séance 1 : Prise en main de STATA CORRECTION. http://www.worldvaluessurvey.org/wvs.jsp. Allouer la mémoire nécessaire pour pouvoir ouvrir la base Marianne Tenand - TD d introduction à STATA Département d économie de l ENS (2015 2016) Séance 1 : Prise en main de STATA CORRECTION Base de données : World Values Survey (WWS) Issue d un projet de recherche

Plus en détail

Trajectoires d emploi et chômage

Trajectoires d emploi et chômage Trajectoires d emploi et chômage Séminaire SACEI 15 septembre 2011 Alice Hui PENG Bruno MASSONNET AS-Consultant b.massonnet@as-consultant.com Plan 1. L enquête emploi de l INSEE 3 2 Taux de chômage BIT

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail