C est encore le moment d acheter

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C est encore le moment d acheter"

Transcription

1 magenta cyan jaune noir VOTRE HEBDO ECONOMIE Nicole Notat : «Les entreprises changent» ENQUETE 7 LUNDI DECEMBRE 200 N IMMOBILIER (PHOTOPQR/«LE MIDI LIBRE»/MAX BERULLIER.) C est encore le moment d acheter ARGENT. Après avoir atteint leur niveau le plus bas, les taux d intérêt repartent depuis peu à la hausse. Cependant, ils restent encore suffisamment attractifs pour ceux qui veulent se loger ou faire des placements. Nos conseils pour profiter des meilleures offres du marché. Pages 2 et 3 Asloum : l'heure de v rit BOXE. La carri re de Brahim Asloum va conna tre un tournant ce soir au POPB, Paris, avec un premier Championnat du monde WBA des mouche face au redoutable V n zu lien Lorenzo Parra. D termin comme jamais, Asloum r ve de devenir le premier boxeur fran ais transformer un titre olympique en titre mondial. Page 18 (DR.) Saf Bourada. Les aveux d un terroriste en France MAJORITE Pages 12 et 13 Sarkozy souhaite le retour de Jupp Hiersoir,leministredel Intérieur, plus déterminé que jamais, s est réjoui d un possible retour politique d Alain Juppé. Page 4 SOLIDARITE LesRestosducœur ouvrent aujourd hui Alors que débute la campagne hivernale,lesrestosdoiventencore se battre pour trouver des lieux d accueil et de distribution. Page 7 et cahier central FONCTIONNAIRES Maintien du pouvoir d achat Demain le gouvernement va proposer une série de mesures afin que l augmentation annuelle s approche de l inflation. Page 9 MISS FRANCE La folle nuit des 44 autres miss Pages 36 et 37 magenta cyan jaune noir

2 LE FAIT DU JOUR Malgr la hausse, les taux IMMOBILIER. Fini les emprunts à 3 % pour acheter un logement. Depuis peu, les taux d intérêt augmentent. Une progression pour l heure modérée quinedevraitpasremettreencauselesinvestissements dans la pierre. Enquête. AGE D OR du crédit immobilier pas cher est révolu. Comme prévu, la Banque centrale euro- Lpéenne (BCE) a décidé la semaine dernière de relever son taux de 2 % à 2,2 %. Une mauvaise nouvelle pour les emprunteurs qui, jusqu à présent, bénéficiaient de conditions exceptionnellement favorables. En baisse depuis plus de dix ans, les taux d intérêt avaient en effet atteint des niveaux historiquement bas. La décision de la BCE sonne le glas de cette période faste. «Les particuliers ne doivent pas paniquer» CLES transactions effectuées cette année à Paris. Un quart du revenu des ménages français a été cette année consacré à l immobilier contre un cinquième en % :c estla progression des prix de l immobilier depuis En 7 ans, lenombrede prêts a été multiplié par trois. 3 % des nouveaux prêts sont contractés avec un taux variable, contre seulement 10 % avant ,7 % :c estaujourd hui le taux d apport personnel des acheteurs. Il était de 26,3 % en Despr visionsimpr visibles VOIX EXPRESS/ Depuis 1998, le nombre des pr ts immobiliers a t multipli par trois. (LP/OLIVIER CORSAN.) «Le taux à 3 %, c est aujourd hui bien fini», constate Christophe Crémer, PDG du courtier en crédits immobiliers Meilleurtaux.com. Désormais, les particuliers pourront espérer au mieux décrocher un crédit à 3,4 % pour un prêt de dix ans, ou à 4, % pour un endettement sur vingt ans. Soit comme se sont empressées de le souligner les banques une simple augmentation de remboursement de 12 par mois en moyenne. La hausse s avère ainsi particulièrement mesurée : «Les particuliers ne doivent pas paniquer. Le crédit reste malgré tout très avantageux, moins cher qu en début d année, assure Christophe Crémer. Si vous empruntez ,mêmeà3,80%, pour acheter un petit appartement à Colombes (Hauts-de-Seine), votre mensualité de remboursement de 800 n excédera pas le montant du loyer. En outre, poursuit ce professionnel des taux, si vous avez remboursé votre crédit lorsque vous avez atteint l âge de la retraite, votre pouvoir d achat s en trouve d autant amélioré. L achat de sa résidence principale reste le meilleur investissement qui soit», estime-t-il. Reste toutefois une inconnue de taille : l impact de la hausse des taux d intérêt sur les prix de l immobilier. Dopéspardescréditsparticulièrement alléchants et une demande soutenue, ces derniers ont littéralement flambé : % en moyenne depuis Une envolée spectaculaire et sans précédent. Privés de leur principal moteur la faiblesse des IRE dans la boule de cristal n est L décidément pas chose aisée. Même si les experts s appuient sur des éléments tangibles comme la hausse du taux directeur de la Banque centrale européenne, les taux d intérêt peuvent en quelques mois et contre toute attente baisser ou monter, ruinant du même coup les prévisions des dits experts. Quelques exemples. En mars 200, «lenouvelobservateur» titrait «Crédits immobiliers : la baisse est terminée». Pour la première fois depuis trois ans, les taux (il était alors possible de souscrire un crédit à moins de 3,70 %) amorçaient une remontée progressive. Christophe Cremer, fondateur du courtier Meilleurtaux.com, prédisait alors : «Les taux fixes à long terme pourraient atteindre 4,90 % en juin 200 et même sans doute,1 % en fin d année 200.» Neuf mois plus tard, il indique : «On devrait finir l annéeà3,7%.» En juin 2004, les experts redoutaient une répercussion de la hausse du taux directeur en Grande-Bretagne sur les taux d intérêt français. Alors que la plupart des banques proposaient en juin des crédits à 4,40 %, des experts redoutaient des tauxà4,70voire%.enfait,après une légère remontée, les taux sont repartisàlabaisse,aprèsl annoncedes très mauvais chiffres de créations d emplois aux Etats-Unis. Et en septembre 2004, on trouvait des taux à peine supérieurs à 3 % sur 1 ans! Quels sont vos projets immobiliers? taux d intérêt les prix ne risquentils pas ainsi de s effondrer brutalementdanslesmoisquiviennent? Une hypothèse balayée par la plupart des experts du secteur : «Pour constater un réel impact sur le marché, il faudrait que la BCE relève au minimum de 100 points de base son taux directeur», affirme Michel Mouillart, professeur à l université Paris-X Nanterre. D autant que le marché immobilier donne depuis quelques mois des signes de ralentissement. Et ce, avant mêmequelabcen ébruitesesintentions. En Ile-de-France, les prix ont certes grimpé de,3 % au troisième trimestre 200, mais l année dernière à la même époque, ils avaient bondi de 17,4 % La décélération est donc bel et bien enclenchée. La décision de la Banque centrale pourrait ainsi accompagner ce phénomène et permettre un atterrissage en douceur. Une vision très optimiste que ne partagent pas toutefois tous les économistes. «Si la BCE continue d augmenter ses taux, ce qui n est pas à exclure, on assistera à une chute brutale des prix», estime Marc Touati, économiste chez Natexis-Banque populaire. On n en est heureusement pas encore là. V.H et B.M. En mai 1999, Michel Mouillart, professeur d économie à l université Paris-X Nanterre, prévoyait une poursuite de la baisse des prix et espéraitque«leniveau(alorsà6,1%) tombe à,1 % en 1999». Il faut dire qu exception faite d une pause au premier semestre 1997 la baisse des taux n avait pas cessé depuis 199. Mais à l automne, les taux étaient plus proches des 6 que des %. N.P. LE FAIT DU JOUR 2 et 3 LA POLITIQUE 4 et VIVRE MIEUX 6 8 VOTRE ECONOMIE 9 et 10 LES FAITS DIVERS LES SPORTS 1 21 LE SPORT HIPPIQUE LES ANNONCES CLASSEES LE CARNET 31 LES SPECTACLES 32 LA TELEVISION LES JEUX 39 LE KENO, LE LOTO 21 LA METEO, L HOROSCOPE 40 Les informations départementales et la circulation sont en cahier central. Audrey Bachou 26 ANS COMPTABLE COURBEVOIE (92) «Enattendantdepouvoir acheter un logement, dans un an environ, je reste locataire. Je pense que de toute façon les prix de l immobilier vont stagner, mais pas augmenter. Si les taux d intérêt des prêts montent dans les mois à venir, cela ne me dissuadera pas de devenir propriétaire : je veux acheterpourpouvoirfaire des projets à long terme dans mon futur appartement.» Patricia Lemoine 42 ANS AIDE À DOMICILE NANGIS (77) «Hausse des taux ou pas, je vais quand même acheter, en principe l an prochain. Il faut bien, lorsque l on a un tel projet, trouver une solution de financement! Il vaut mieux payer un peu plus et devenir propriétaire que de rester en location, même si cela représente un vrai sacrifice au quotidien. Mais c est pourassurerl avenirde mes enfants» J r me Piedtenu 27 ANS «De toute façon, pour l instant, les prix de l immobilier sont trop élevés pour un célibataire commemoi,mêmeavec les taux d intérêt actuels. Si je pouvais emprunter, je crois que cette augmentation me refroidirait. Mais j estime qu aujourd hui, il faut être un couple avec deux salaires pour pouvoir se lancer de manière moins risquée dans une telle aventure.» «Jesuispropriétaired un appartement et locataire d une maison. Pour un deuxième investissement, la hausse des taux me fera réfléchir. Mais dans ce cas je pense faire le tour des banques afin de bénéficier du meilleur taux. La pierre reste un placement valable, même si les prix ont augmenté. Mais je devrais me rabattre sur un logement en province car je ne pourrai pas, faute de moyens, investir à Paris.» «J ai acheté voici cinq ans avec un prêt immobilier à,3%,alors,mêmeavec une hausse des taux de 0,2 %, emprunter aujourd hui, cela reste quand même moins cher! Je suis actuellement davantagefreinéparles prix de l immobilier en Ile-de-France! J ai acheté à1400 le m 2,et aujourd hui, le m 2 coûte le double dans le secteur de Montfort-L Amaury, c est du jamais-vu!» Propos recueillis par B n dicte Agoudets 2 LUNDI DECEMBRE 200 CHÔMEUR LAGNY/MARNE (77) Nevencka Nond 44 ANS INFIRMIÈRE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE (1) Alain Richard ATTACH DEGROUPE 49 ANS GAMBAIS (78) (LP/ALAIN AUBOIROUX.)

3 LE FAIT DU JOUR d intérêt restent attractifs Les quatre questions clés Faut-il encore acheter 1 un bien immobilier? «La phase des taux exceptionnellement bas est finie. Mais le niveau des taux reste très faible. Il est donc toujours intéressant d acheter, surtout s il s agit d une résidence principale», estime Christophe Crémer, PDG du site Internet Meilleurtaux com. «Les crédits immobiliers restent trois fois moins chers qu en 1992, rappelle Michel Mouillart, économiste à l université Paris-Nanterre. Pour un prêt moyen de sur vingt ans, cette hausse d un quart de point répercutée sur le taux d un crédit immobilier entraînera un renchérissement des remboursements de moins de 10 par mois.» Les banques ayant anticipé la hausse, le taux pour un crédit immobilier à taux fixe sur quinze ans est d ores et déjà passé depuis octobre de 3,0 % à3,2%etpourraitgrimperà3,7% d ici à la fin de l année. «C est encore peu comparé à ce que la France a connu. Si on table sur une inflation à 2-3 %, l addition est presque indolore», ajoute Philippe Chalmin, économiste à l université Paris-Dauphine. Taux fixe ou variable? 2 Plus que jamais, le taux fixe s impose. «Il faut privilégier les emprunts à taux fixe, moins risqués, car le montant des mensualités ne change pas. On évite ainsi les retombées d une probable hausse des taux, explique Vincent Lemaire, président d Empruntis, courtier en prêts immobiliers. La différence de prix avec un emprunt à taux variable est par ailleurs faible et ne justifie pas cette prise de risque (NDLR : ce dernier est en général un demi-point 0,0% moinscher).la sanction est en tout cas immédiate pour les 30 % de ménages à avoir opté pour les taux variables, puisque ces derniers ont augmenté dans la foulée de la décision de la BCE. Les prix peuvent-ils s ef- 3 fondrer brutalement? Le risque existe à en croire Marc Touati, économiste chez Natexis Banques populaires. Un scénario catastrophe qui pourrait devenir réalité si la Banque centrale européenne (BCE) décidait de relever à nouveau ses taux. «Même si la BCE s en défend, cette hypothèse ne doit pas être L épargne logement dans le collimateur T DE TROIS! En décidant d im- E poser à 27 % les intérêts des Plans d épargne logement (PEL) de plus de douze ans, les sénateurs viennent de porter une nouvelle estocade contre l un des placements préférés des Français (1 ménage sur 3 en possède un). Certes, avant d être applicable l an prochain, cet amendement au projet de loi de finances 2006 destiné à faire rentrer dans les caisses de l Etat 200 millions d euros par an doit être confirmé par les députés. Et même si le ministre du Budget, Jean- François Copé, a voulu rassurer «les gens modestes» qui intégreront les intérêts du plan à leurs revenus en précisant qu ils «ne seront pas imposables», cette décision constitue la troisième attaque en trois ans. De l argent frais dans les caisses de l Etat Déjà, tous les détenteurs de plan de plus de dix ans au 31 décembre 200 devront, le 1 février prochain, s acquitter des prélèvements sociaux dussurlesintérêtsacquisdepuis l origine. Une ponction par anticipation, puisque ces prélèvements actuellement de 11 % n étaient jusqu ici dus qu à la clôture du contrat. La mesure décidée en octobre dernier, et également destinée à récupérer au plus vite de l argent pour combler le déficit de la Sécurité sociale, devrait rapporter près de 900 millions d euros. Enfin, il y a trois ans (en décembre 2002), la primed Etataétésubordonnéeàun projet immobilier. En clair, pour en bénéficier, le détenteur du PEL doit exercer ses droits à prêt (emprunter) pour acheter un logement ou effectuer des travaux immobiliers. Une prime qui, bien que plafonnée à 12 et suspendue après dix ans, améliore nettement le rendement du PEL (mieux que le Livret A ou le Codevi à 2 %). Alors aujourd hui, que faut-il faire de son «vieux» plan? Exercer ses droits à prêt et acheter un logement? «Les taux d intérêt actuels sont tellement bas qu il n est pas intéressant de souscrire un emprunt adossé à un plan d épargne logement», estime Thierry Desclos, directeur au Crédit foncier de France. En clair, il vaut mieux souscrire un emprunt sur le marché«libre»etgardersonpel qui demeure compétitif. Exemple à l appui avec les plans concernés, ceux ouverts avant 1994 et dans la plus mauvaise des hypothèses, à savoir l imposition de 27 % des intérêts : «Sans la prime d Etat, ces plans rapportent au minimum 4,62 %, précise Philippe Gohorel, du cabinet de gestion de patrimoine Prospering. Si vous enlevez 27 %, vous obtenez un rendement minimum net de 3,37 %. C est bien mieux que les Sicav monétaires (1,32 % net), le Livret A ou le Codevi (2 %). Société générale Crédit lyonnais BNP Paribas Crédit agricole Ile-de-France Caisse d épargne Ile-de-France Caisse d épargne Provence - Côte d Azur Crédit mutuel de Bretagne Crédit du Nord Paris La Poste Taux sur 1 ans * Au 2 décembre 200 avec un apport de 10 % et hors assurance. écartée. Si les taux augmentent de 0,7 point, l impact se fera sentir à plein régime pour les ménages. Les crédits immobiliers oscilleraient alors autour de, %, soit leur niveau d avant l an 2000», explique Marc Touati. Résultat, les particuliers ne pourront plus acheter avec autant de facilité. De quoi gripper le dynamisme du marché immobilier. D autant qu à l heure actuelle, les prix sont particulièrement élevés. «Nous sommes dans une situation de bulle immobilière. En l espace de sept ans, les prix ont bondi de 106 %, LES MEILLEURS TAUX* Taux sur 20 ans En % Taux sur 2 ans Fixe Révisable Fixe Révisable Fixe Révisable 3,60 3,00 3,80 3,2 3,9 3,3 3,0 3,0 3,70 3,0 3,90 3,0 3,4 2,90 3,70 3,10 3,90 3,30 3,0 3,00 3,6 3,1 3,90 3,3 3, 2,90 3,80 3,10 4,00 3,30 3,70 3,10 3,90 3,2 4,10 3,40 3,60 2,9 3,80 3,1 3,9 3,2 3,4 2,90 3,6 3,10 nd nd 3,60 3,0 3,80 nd nd nd Moyenne 3, 2,98 3,76 3,14 3,96 3,29 (Source : «le Parisien».) Claire SACY Même si les prêts à taux variable paraissent plus intéressants, il faut plus que jamais privilégier le taux fixe qui présente beaucoup moins de risques pour l emprunteur. alors que le PIB français n a augmenté que de 2 % Si la croissance ne repart pas, et que dans le même temps les taux augmentent sensiblement, il y a un réel risque de crack immobilier.» Les propriétaires ont-ils 4 intérêt à vendre? Cette stratégie peut se relever payante pour ceux qui ont acquis leur bien avant «Il est préférable de vendre dès maintenant, puisque les prix sont toujours très élevés. A condition de ne pas racheter dans la foulée, mais d attendre une baisse importante des prix. Dans l intervalle, mieux vaut louer et placer son argent sur d autres types d épargne tels que le marché boursier, qui apparaît plus rentable et moins risqué», estime Marc Touati. Pas question toutefois d opter pour cette solution si vous avez contracté récemment un crédit immobilier, puisqu il faut déjà avoir remboursé une partie de son crédit avant de sauter le pas. Val rie Hacot et Nathalie Perrier «J ai accéléré ma décision» VINCENT, 24 ans, a acheté un deux-pièces à Suresnes (Hauts-de-Seine) IEN ENTENDU, le fait de savoir que les taux «Bd intérêtsontentrain de remonter a accéléré ma décision. Afin d anticiper la hausse, je m étais d ailleurs donné une échéance, à savoir avant la fin de l année, pour acheter mon logement» Non seulement Vincent n a pas traîné pour signer son contrat de prêt immobilier, mais il a opté pour un emprunt à taux fixe plutôt qu à taux variable. «J ai un ami trader boursier qui connaît bien tous ces problèmes et qui m avait averti que le mouvement de baisse des taux touchait probablement à sa fin. Pour moi, il n était pas question d attendre encore six mois-un an» explique encore ce jeune créateur d une entreprise spécialisée dans les nouvelles technologies. «Une bonne affaire» Après avoir examiné plusieurs propositions par l intermédiaire d un courtier en ligne, Vincent a pris un prêt à 3,67 % hors assurance sur 2 ans. «J avais mieux, du 3, % sur 23 ans ou même du 3,10 % sur 1 ans, mais les remboursements mensuels étaient dans ce cas supérieurs à ce que je m étais fixé comme montant», commente-t-il, précisant qu il ne voulait justement pas de trop fortes mensualités «pour continuer à bien vivre. Là, je vais rembourser 82 par mois, ce qui correspond à peu près au loyer que je devrais payer pour le type de logement que PARIS, LE 10 NOVEMBRE. Vincent, aujourd hui propriétaire, a anticipé la hausse des taux d intérêt. (LP/OLIVIER LEJEUNE.) je viens d acheter» Et si les taux remontent, obtenu qu une légère remise sur le la mensualité de Vincent prix demandé par le vendeur, cet restera identique. Pour ,il achat représente un bon investissement s est offert un ancien deux-pièces de : «L immobilier dans ce quar- 40 m 2 transformé en grand studio en tier de Suresnes a pris près de 20 % plein centre-ville de Suresnes. «Une en un an, et en achetant, j évite de jeter bonne affaire, estime-t-il, après plusieurs l argent à fonds perdu dans un semaines de recherche et de loyer.» B.M. visites». Car pour Vincent, qui n a Bruno Mazurier LUNDI DECEMBRE 200 3

4 LA POLITIQUE * Sarkozy défie l Elysée MAJORITE. Nicolas Sarkozy a réaffirmé hier sa volonté catégorique de faire désigner le candidat UMP pour 2007 par les militants lors de primaires. Il se moque des avocats d un dialogue direct entre un homme et le peuple. Halte au «guide suprême», dit-il. U MOMENT où Jacques Chirac quittait hier le Mali, Nicolas Sarkozy, à Paris, dressait imperturbablement le constat de ses désac- Acordsaveclechefdel Etat.Invité du «Grand Jury RTL - le Figaro -LCI»,leministre de l Intérieur et président de l UMP oppose désormais à la légitimité élyséenne celle du parti qu il préside. Desprimaires,quoiqu ilarrive.alors que, juste avant, les chiraquiens Renaud Dutreil (président de la commission permanente des statuts de l UMP et ministre du Commerce) et, au micro d Europe 1, Jean-François Copé (porte-parole du gouvernement et ministre du Budget) rappelaient avec force leur opposition au système des primaires, qu ils ne tiennent pas pour gaulliste, Sarkozy a une nouvelle fois affirmé que le candidat de l UMP devra être impérativement désigné par les quelque adhérents de son parti. «Ceux qui ne sont pas d accord iront l expliquer aux militants», lâche-t-il, bien décidé à faire modifier en ce sens les statuts du parti. Et de réfuter la vieille règle gaulliste du lien direct entrelepeupleetlecandidat:«ilfautenfinir avec une conception qui consisterait à dire qu on cherche un guide suprême, infaillible.» EST DEMAIN 6 décembre qu Alain Juppé, condamné Cen appel dans l affaire des «emplois fictifs» de l ex-rpr à 14 mois de prison avec sursis et surtout à une année d inéligibilité, en aura fini avec cette peine, qu il a vécu, dit-on, comme particulièrement douloureuse, et même humiliante. Cela signifie-t-il que Juppé, à court terme, va regagner Paris (ou Bordeaux)? Sûrement pas. Avec sa famille, Juppé est installé à Montréal. Il y donne des cours (prévus jusqu en juin 2006). Il y voit du Sommet France-Afrique Au Mali, Chirac s émeut du sort des banlieues Mali Bamako Bamako (Mali) DE NOTRE ENVOYE SPECIAL Bras de fer. Rappelant au détour d une phrase qu il n a «pas soutenu» Chirac en 199, le ministre de l Intérieur invite le président à ne pas «se mêler du fonctionnement de l UMP». D ailleurs, croit-il savoir, «il ne le voudrait pas». Entre les deux hommes, c est plus que jamais la guerre froide. Témoin cette confidence sur leurs tête-à-tête : «On parle de beaucoup de choses, et ce n est pas parce qu on parle qu on est toujours d accord.» Le nerf de la guerre. A ceux qui, comme Dutreil ou Copé, imaginent qu un membre de l UMP pourrait se porter candidat à la présidentielle sans l aval du parti, Sarkozy réplique sèchement que seul celui ou celle qui aura obtenu l investiture du congrès «aura droit au financement et au soutien de l UMP». Une façon d indiquer que c est lui, Sarkozy, qui détient les cordons de la bourse (bien remplie) de l UMP. Un calendrier. Preuve ultime de sa détermination, il annonce déjà un calendrier : sélection du candidat de l UMP «à l automne», élection par les militants en «janvier 2006». Hier, Copé estimait pourtant qu il était urgent de «prendre le temps». Philippe Martinat Quand Juppé est courtisé monde. Il se refait une santé. Et chacun sait qu il tient sur Internet un blog très fréquenté. qu il y ait un lien avec la polygamie même si la polygamie est interdite en France», a d abord souligné le président de la République. Avant de revenir longuement sur la situation des banlieues : «Nous avons laissé se développer un certain nombre de quartiers que nous n avons pas contrôlésetoùlesmisèressesont accumulées. Un urbanisme qui n était pas humain. L impression, à juste titre, que l on était au bord du chemin. Que les écoles que l on fréquentait n étaient pas aussi bonnes. Quel onn avaitpasaccèsàlamême considération que les autres. Tout ceciacréédesressentiments.nous avons d importants progrès à faire et nous les ferons». Une mise au point claire, Nicolas Sarkozy et certains députés UMP ne cessant de répéter que les troubles sont le fait de bandes organisées, de délinquants déjà fichés par les services de police. En l absence remarquée de Laurent Gbagbo, les dirigeants africains ontbiensûrparlédelacriseivoirienne. Accusé de néo-colonialisme en Côte d Ivoire, Jacques Chirac a rappelé que les soldats français de la force Licorne (4 000 hommes) Une certitude, en revanche : un jour, Juppé reviendra. Il va compter, et peut-être même peser lourd. D où l appel que lui a lancé hier, au «GrandJuryRTL-Le Figaro -LCI», Nicolas Sarkozy, qui intègre désormais le «joker Juppé» dans ses scénarios de Après avoir évoqué le coup de téléphone qu il a passé à la Pythie de Montréal, le président de l UMP a dit souhaiter le retour de Juppé en politique : «Il est bienvenu,ceseraunebonnenouvelle». Et Sarkozy, habilement, d exprimer le tout avec une telle chaleur que certains ont pu croire à un accord passé entre les deux hommes. C est, au minimum, prématuré. Le précédent Balladur Outre que Juppé réserve au téléphone à chacun un bon accueil et apprécie d être courtisé, il n entend être, aujourd hui comme demain, instrumentalisé par personne. Et puis tout indique qu il reste entre les étaient sous mandat de l ONU. Une opération de maintien de la paix qui, selon lui, «coûte très cher» à la France. «Je préfèrerais que cet argent aille aux paysans ivoiriens». Perte d influence Encoulisse,lesommetdeBamako aura néanmoins permis de mesurer la perte d influence de Paris dans certains secteurs. Les délégations des 3 pays africains présentes au Mali (un record) ont beaucoup discuté entre elles de l intérêt croissant LE STUDIO DU «GRAND JURY», PARIS (VIII e ), HIER SOIR. Un Sarkozy d termin. (LP/OLIVIER LEJEUNE.) montré par les Américains et les Chinois pour le continent. «A Washington, on a une vision globale du monde dont l Afrique fait désormais partie, la langue anglaise progresse partout», reconnaît un diplomate du Quai d Orsay. Il ajoute : «Pékin investit massivement ici. La Chine se positionne sur des marchés pétroliers très prometteurs au Gabon, au Soudan, au Nigeria ou en Angola». Tout de même, une partie de l organisation et du financement du sommet de Bamako a été prise en charge par la France (à hauteur de millions d euros) et c est aussi l armée française qui a assuré la surveillance militaire en installant une «bulle aérienne» au-dessus de la capitale malienne ( euros supplémentaires). Tout au long des débats, Jacques Chirac a insisté sur le rôle de la France, «avocat inlassable» de l Afrique, dans les négociations de l OMC, au G 8 ou encore quand elle tente d imposer aux Européens une augmentation de l aide publique au développement. «Vous avez changé, nous aussi. Notre relation ne sera jamais banale», a dit Chirac aux Africains. Fr d ric Gerschel Konan Banny, Premier ministre ivoirien L puisplusd unmoiss estter- deuxhommesbiendesmotifsde fâcherie. Leurs relations sont, d ailleurs, assure un témoin, «franches et directes». Traduction : pas toujours consensuelles. Le camp Juppé fait ainsi remarquer que l idée de primaires n est pas neuve, et a jusqu ici toujours divisé la droite. Bien avant la présidentielle de 199, Balladur et Pasqua s en faisaient les avocats. En 199, Balladur et Sarkozy souhaitaient, à défaut, que le candidat soit désigné par un collège d élus. Quant à l argent qui irait en 2007 au seul candidat que choisirait l UMP, ce serait, dit-on, une première, puisque Balladur a eu droit en 199 à une partie des fonds du RPR, le plus gros allant à Chirac. Enfin, en novembre 2002, lorsque l UMP a été créée sous la houlette de Juppé, tout le monde s était mis d accord pour «geler» la question de la désignation du futur candidat àlaprésidentielle.objectif:éviter un clash. Juppé aurait-il, depuis, changé d avis, se ralliant à l idée de primaires? Peu probable. Mais lui seul le dira. DominiquedeMontvalon et Bernard Mazi res A QUESTION des banlieues E FEUILLETON qui durait de qui dirige toujours le parti. Considéré comme un brillant technocrate et un habile négociateur, il s est invitée de façon inatten- Charles Konan Banny, qui a fait Ldue hier après-midi à Bamako. Profitant de la conférence de miné hier soir. Charles Konan toute sa carrière au sein la Banque n entretient pas d inimitiés avec la Banny, 63 ans, a été nommé Premier ministre de Côte d Ivoire en l ouest (BCEAO), en est devenu le ivoiriens, ni avec le président centrale des Etats de l Afrique de plupart des dirigeants politiques presse finale du 23 e sommet Afrique-France, les journalistes africains ont plusieurs fois interrogé remplacement de Seydou Diarra. gouverneur depuis Un poste Gbagbo qui devrait lui laisser «suffisamment de liberté et d autorité Membre du PDCI, l ancien parti quiluiapermisdecotoyerdepuis Jacques Chirac sur les émeutes ur- unique du défunt président Félix quinze ans tous les chefs d Etat de pour faire le désarmement et préparer l élection présidentielle», baines.etlechefdel Etats estnette- ment démarqué de l analyse défen- Houphouët-Boigny, il a pris ses distances avec Henri Konan Bédié, lui avait prêté l intention de se lan- comme l a recommandé Jacques la région. Il y a quelques mois, on dueparunepartiedeladroiteces l ancien président renversé en cer dans la course à la présidence. Chirac hier à Bamako. Ph.D. derniers jours. «Non, je n estime pas 4 LUNDI DECEMBRE 200

5 Sondage L Iran inquiète les Français ASSIVEMENT, les Français M condamnent les récentes philippiques du nouveau président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, qui vient publiquement d appeler par deux fois à «rayer Israël de la carte». Desdéclarationsquinesontpas passées inaperçues puisque 9 % des sondés en avaient entendu parler. Au total, à des degrés divers, 8 % des personnes interrogées y sont hostiles. On notera tout de même que 8 % des sympathisants de l extrêmedroiteet10%desélecteurs communistes disent les «comprendre». Il y a même 7 % des proches de l extrême droite pour approuver l appel de l Etat iranien, par le biais de son chef, à détruire un autre Etat. L Egypte a la cote... Israël... l'ensemble de la communauté internationale... Les Etats-Unis Une condamnation massive Vous les approuvez Vous les comprenez Vous les désapprouvez Vous les condamnez fortement La différence avec 100 correspond chaque fois aux sans-opinion. A propos des déclarations du président iranien, quelle est votre opinion? La différence avec 100 correspond aux sans-opinion. Un danger pour tout le monde 1% 4% 23% 62% Réalisé à la demande du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) qui nous en a transmis les résultats, cette enquête de la Sofrès contient plusieurs autres révélations. Question posée au sujet de cinq pays (Egypte, Palestine, Israël, Etats-Unis, Iran) : avez-vous pour eux de la sympathie ou de l antipathie? Résultats (dans l ordre) : de la sympathie pour l Egypte (62 %), pour la Palestine (4 %), pour Israël (42%),pourlesEtats-Unis(42%), pour l Iran (16 %). Le Crif note qu en avril 2004, dans une enquête similaire, il n y avait que 38 % des Français à déclarer avoir de la sympathie pour Israël : une cote à la hausse qui doit probablement beaucoup à l action d Ariel Sharon. En revanche, le programme nucléaire iranien inquiète énormément, et bien au-delà des clivages classiques : s il vise d abord Israël, c est toute la communauté internationale qui, outre Israël, est en danger, estiment 79 % des sondés. Y compris la Palestine, insistent 71 % des personnes interrogées. D. de M. Diriez-vous que le programme nucléaire iranien représente un vrai danger ou pas un vrai danger pour... Un vrai danger 83% 79% 72 % Pas un vrai danger % 10% 1%... La Palestine 71% 14%... L'Iran 70% 14%... la France 69% 19% LA POLITIQUE Election présidentielle «Je suis candidate» ARLETTE LAGUILLER, porte-parole de Lutte ouvri re IER, les militants de Lutte ouvrière (LO) ont désigné Hleur candidat à la présidentielle de Sans surprise, c est Arlette Laguiller, pour la sixième fois d affilée. Un record! Ne craignez-vous pas le scrutin de trop? Arlette Laguiller. Les idées que je défends sont plus que jamais d actualité. A la prétendue usure, on peut opposer l expérience, la fidélité à ses idées. Les camarades ont tenu à ce que je participe à cette élection. J en avais également envie. Pour LO, désigner une femme est une question de principe. La classe politique est jug e vieillissante. Le 18 mars 2007, vous aurez 67 ans L âge n est pas du tout un handicap. Lang ou Kouchner sont parmi les personnalités les plus populaires et appartiennent à ma génération. Mes idées et celles de Lutte ouvrière n ont pas pris une ride. Qu est-ce que vous proposez de nouveau? Face aux attaques du patronat et du gouvernement, un plan d urgence pour le monde du travail est plus que jamais nécessaire. C est d abord l interdiction des licenciements dans toutes les entreprises qui font des profits. Puis une revalorisation du Smic d au moins 300.Certainstravailleurs aujourd hui sont des travailleurs pauvres qui ne peuvent même pas payer un loyer. Je n oublie pas la construction de logements sociaux : ilfautquel Etatlaprenneencharge en réquisitionnant des terrains. On a bien su trouver du jour au lendemain des terrains pour les JO de Tout cela dans le cadre d une conomie mondialis e En1968,laFrancen étaitdéjàplus un village gaulois. Cela n a pas empêché les travailleurs en lutte d obtenir une hausse du salaire minimum de 33 %. Mais énoncer les seules mesures d urgence ne suffit pas. Pour les imposer, il faut évidemment une lutte d ensemble des travailleurs. «Brûler les voitures, c est un manque de solidarité» Quelles sont vos r ponses la crise des banlieues? Cette révolte, je la comprends. La pauvreté, le chômage, le racisme, la dégradation de l habitat rendent la vie difficile pour les habitants des cités. Les besoins sont énormes, notamment dans le domaine de l éducation et l Etat n y répond pas. Mais je regrette la forme : brûler les voitures de leurs proches ou des équipements publics, des écoles, révèle un manque de solidarité avec les siens. Dites-vous toujours que droite et gauche, c est pareil? Je ne dis pas exactement cela. Quand elles sont au pouvoir, elles gouvernent contre les intérêts des travailleurs. Jospin n est pas revenu sur l allongement des durées de cotisations pour les retraites décidé par Edouard Balladur en Pour les grandesorientationspolitiques,économiques et sociales, elles mènent la même politique au bénéfice des plus riches. Je rappelle que, contrairement aux grands partis de gauche, tout en faisant voter contre Le Pen, nous n avons pas pour autant fait voterpourchiracen2002.etj espère que ceux qui ont plébiscité Chirac Arlette Laguiller se pr sente pour la sixi me fois d affil e. (LP/CORSAN.) sont contents car ils ont plébiscité Sarkozy par la même occasion qui, par certains côtés, vaut bien Le Pen. Quel score esp rez-vous? En 199, j ai dépassé les %. En 2002, j ai atteint,7 % bien que d autres candidats d extrême gauche se soient présentés. Je suis confiante. Propos recueillis par Eric Hacquemand Enquête réalisée les 8 et 9 novembre par l Institut TNS Sofrès pour le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) auprès d un échantillon national représentatif de personnes, âgées de 18 ans et plus. Méthode des quotas. Présidentielle Mam re renonce. Dans une lettre adressée hier aux Verts, Noël Mamère, député-maire de Bègles (Gironde), renonce à briguer l investiture du mouvement écologiste pour l élection présidentielle de Il fait valoir que les violences dans les banlieues imposent une action sur le terrain et à l Assemblée et refuse d abandonner ses deux mandats. Déjà en lice, la sénatrice Dominique Voynet juge «estimables» les motifs avancés par Noël Mamère. D autres Verts rappellent que, pour la présidentielle de 2002, le députémaire avait annoncé de façon «irrévocable» qu il ne serait pas candidat, avant de revenir rapidement sur cette décision. EN BREF PS Arnaud Montebourg, députéps de Saône-et-Loire, a estimé hier sur Canal + que Jacques Chirac aurait «des comptes à rendre» lorsqu il ne serait plus président, qu il ne pourrait plus bénéficier de «la tolérance totale» qu il applique. Irak Lesforcesdes curit irakiennes ont déjoué un plan d attaque contre le Haut Tribunal pénal qui juge Saddam Hussein et sept de ses lieutenants, ont révélé hier les autorités de Bagdad à la veille de la reprise du procès de l ex-dictateur irakien. Des membres des Brigades de la Révolution de 1920 comptaient lancer des roquettes contre le tribunal. LUNDI DECEMBRE 200

6 VIVRE MIEUX Ski : comparez les prix! TOURISME. Ruineuses, les vacances laneige?selonune tude, la France qui poss de le plus vaste domaine pratique destarifsd h bergement plus lev s que ses voisins. (LP/MATTHIEU DE MARTIGNAC.) ASAISONdessportsd hiver a déjà commencé grâce à des chutes de neige précoces. Les réser- Lvations s affichent pour l instant à un niveau correct, malgré un calendrier peu favorable puisque Noël et la Saint-Sylvestre tombent un samedi. L Hexagone, numéro un de la glisse avec le plus vaste domaine skiable (un tiers du domaine skiable européen) et 7, millions d usagers chaque année (dont 2 millions d étrangers), souffre pourtant de plus en plus de la concurrence de ses voisins : une solide étude comparative* la première aussi complète réalisée pour le ministère du Tourisme montre «plusieurs faiblesses dans l offre française», à commencer par les prix. Chaque touriste français dépense en moyenne 64,70 par jour dans le cadre d un long séjour (plus de 4 nuits), soit 42,90 la semaine, transport compris**. L enquête, qui compare les prix dans les stations françaises avec ceux pratiqués en Autriche, en Italie et en Suisse, évalue les écarts allant du simple au double en matière d hébergement. Un fabuleux domaine skiable. Très favorisée par sa géographie, la France offre un choix incomparable de 37 stations (soit 9 % du parc mondial), sur une surface totale de km 2. Ces sites bénéficient eux-mêmes d un bon équipement, pas moins de remontées mécaniques (18 % de l ensemble en fonction dans le monde). Plusieurs domaines se sont aussi interconnectés, donnant naissance à des géants qui constituent «l un des atouts majeursdel offrefrançaisepourséduire la clientèle étrangère». L h bergement trop cher. Les vacanciers s en plaignent régulièrement, l étude le confirme chiffres à l appui (lire nos infographies). Ainsi, pour l accueil en hôtel 3 étoiles, la France affiche systématiquement des prix nettement plus élevés que ses concurrents. L écart est vertigineux : 717,08 pour se loger une semaine en demi-pension en chambre double, contre seulement 260,23 en Autriche, un écart de plus de 63 %. Concernant les locations à la semaine, l étude relève que «là aussi, pour des superficies égales, la France pratique des tarifications supérieures à la moyenne». Même la Suisse, réputée chère, se révèle plus compétitive que notre pays. Quelle que soit la surfaceconsidérée(de28à100m 2 ), la location dans une station suisse s affiche au minimum un tiers moins cher.lafranceneretrouvel avantage que face à l Autriche, et uniquement pour les plus petites surfaces. «La France manque d atouts pour les clientèles étrangères face à l Autriche, la Suisse et l Italie, qui proposent des offres moins chères et de meilleurs rapports qualité-prix», assènent les auteurs du rapport. Ils observent que l offre immobilière «ne correspond plus à la demande, soucieuse de confort et d espace», qu elle est «en voie d obsolescence, une partie du parc hôtelier et des meublés a vieilli ou n a pas été renouvelée». Desforfaitsint ressants.la France reste relativement modérée, et plusinventiveenlamatièrequeses voisins européens. Elle «dispose (encore?) d un avantage concurrentiel», relève prudemment l étude. Grâce à une large palette d offres, l Hexagone sait proposer de nombreux passes économiques : le moins cher pour les adultes s établit chez nous à 126 pour 6 jours, contre 190 en Suisse (0,79 % plus cher) ou 134 en Autriche (+ 6,3 %). Pour les enfants, seule l Autriche réalise mieux, avec un forfait 28,04 % moins cher à 77, contre 107 de ce côté-ci des Alpes. Michel Valentin * «Le Positionnement de l offre française de sports d hiver», direction du Tourisme. ** Direction du Tourisme, Les hôtels 3 étoiles France Autriche Suisse Italie (pour un séjour d une semaine en chambre double avec demi-pension) Prix en euros 717,08 260,23 314,23 309,31 Ecart de prix avec la France -63,71 % -6,18 % -6,87 % «Des stations ne sont pas compétitives» Autriche Suisse Italie Chalet - 9,8 % - 34,8 % - 30,4 % LA FRANCE TROP CHÈRE? CHRISTIAN MANTEI, directeur g n ral d Odit-France*. «Nous savons que laquestiondesprixestcentrale,etquecertainesstationsouproduitsnesontpas compétitifs. Mais certaines stations très chères font aussi constamment le plein. En fait, il y a deux manières d aller à la neige dans notre pays. La première concerne une trentaine de très grandes stations, dont la réputation fait qu elles constituent de vraies marques commerciales, connues à travers le monde. La question des prix ne se pose pas sur ses sites, qui attirent une clientèle qui place le ski dans ses priorités. Et puis il existe une clientèle qui procède à un arbitrage. Elle a envie de la montagne, mais examine aussi les offres des pays concurrents, et se demande s il n est pas moins coûteux d aller en hiver sous les tropiques. Le risque existe donc, pour les stations moins réputées qui veulent elles aussi jouer dans la cour des grandes, mais ne disposent pas des mêmes atouts de perdre ce public. Certaines s aperçoivent déjà de leur erreur, car le client sanctionne très vite.» M.V. * Observatoire travaillant pour le compte du ministère du Tourisme Pays France Autriche Suisse Italie Les forfaits de ski (6 jours) Forfait Adulte Ecart de prix avec la France Enfant Le plus cher Le moins cher Les prix des locations par rapport à la France Appart. 2 personnes 4 % - 46 % - 48 % Ecart de prix avec la France Le plus cher ,43 % ,9 % Le moins cher ,3 % 77-28,04 % Le plus cher ,87 % 169-0,9 % Le moins cher ,79 % ,74 % Le plus cher ,30 % 12-10,9 % Le moins cher 114-9,2 % ,67 % Si la France dispose de forfaits de ski int ressants, nos voisins europ ens proposent de meilleurs prix pour les h bergements, notamment les h tels 3 toiles. (à la semaine) Appart. 4 personnes 26 % -39 % -24 % O trouver des bons plans ES GUIDES, sur papier ou D sur Internet, aident à dénicher des séjours à moindre coût : Le guide Curien de la neige est une référence. Ses 312 pages couleurs passent au crible plus de 400 destinations en France, avec les tarifs des locations, le prix des forfaits, mais aussi les horaires, le nombre de pistes... Bref, une vraie «Bible blanche» (12,0 en kiosques). Le guide Ski France existe en deux versions, papier (à demander au ), ou Web (www.skifrance.fr). Avantageàlaversionélectronique: elle permet de se connecter au site de la station de votre choix. Ski Horizon est un site spécialisé (www.skihorizon.com), qui affiche constamment les dernières promotions et sélectionne les meilleures offres. Il ne se limite d ailleurs pas à la France. Voyager moins cher vient de lancer un moteur de recherche comparatif pour les séjours aux sports d hiver (www.voyagermoinscher.com). Le principe est simple : vous formulez une demande et la machine vous ressort ce qui est disponible chez les voyagistes. M.V. «Aucun autre pays ne dispose d une telle diversité» JACQUES GUILLOT, porte-parole de Ski France*. «LaFrance propose des prix au-dessus de la moyenne pour l hébergement à la neige. Mais il faut aussi comparer ce qui est comparable. Skier à Courchevel ou dans le Jura, ce n est pas du tout pareil, cela ne se pratique pas au même tarif. La clientèle a le choix entre plus de 300 stations, aucun autre pays ne dispose d une telle diversité. Nous sommes aussi les seuls à proposer une large variété de forfaits, certains de 4 heures, d autres à la demi-journée, d autres encore pour les étudiants, cela n existe pas dans tous les pays. Et les stations ne cessent d améliorer ces formules, avec la possibilité, par exemple, de recharger son forfait via son portable ou Internet, pour éviter les files d attente aux caisses.» M.V. * Groupement des stations de ski françaises. 6 LUNDI DECEMBRE 200

7 VIVRE MIEUX Restos du cœur «Les municipalités ne jouent pas le jeu» OLIVIER BERTHE, pr sident de l association fond e par Coluche ES RESTOS du cœur entament aujourd hui, pour la vingt et unième année, la campagne Lhivernale de distribution de repas : bénévoles sont à pied d œuvre pour venir en aide aux plus démunis. L an dernier, personnes en ont bénéficié et 66, millions de repas ont été distribués. En vingt ans, le visage de la misère a bien changé dans les files d attente des Restos. On y trouve désormais des travailleurs pauvres, des personnes âgées aux retraites trop maigres, des mères célibataires à mitemps et de plus en plus de jeunes qui n étaient pas encore nés au moment où Coluche lançait son idée d une cantine gratuite, le 26 septembre 198 sur l antenne d Europe 1. Si les dons et les approvisionnements en nourriture ne manquent pas pour entamer cette saison, les locaux disponibles et adaptés font cruellement défaut à l association. Comment abordez-vous cette campagne ? Olivier Berthe. Notreplusgrossouciaujourd hui est de nous faire entendre par les collectivités locales qui font de plus en plus la sourde oreille quand on leur demande de nous mettre des locaux à disposition. Les municipalités ne jouent pas le jeu. J ai envie de leur dire «aideznous autant que les particuliers et les entreprises nous aident». C est très énervant parce que nous faisons tout de même une partie de leur job! Cesr ticencess expliquentcomment selon vous? L objectif de certaines communes est de cacher la misère et de l exporter au-delà des frontières de leur centre-ville. Elles ferment les locaux les plus exposés pour nous proposer ensuite d autres lieux plus éloignés et mal adaptés pour l accueil des bénéficiaires. Cette situation complique Gr ce la mobilisation de b n voles, la vingt et uni me campagne hivernale de distribution de repas des Restos du cœur d marre aujourd hui. (LP/ALAIN AUBOIROUX.) énormément notre travail de suivi. Il faut que les élus se rendent compte que la pauvreté est partout et qu il ne sert à rien de planquer les pauvres en banlieue. On a vu le résultat d une telle politiquedecréationdeghettosilyaunmois.les banlieues se sont embrasées et on sait pourquoi. Il vous manquait 200 b n voles Paris il y a quelques jours. Avez-vous lesmêmes besoins partout? C est un problème spécifique à Paris. Le centre de distribution de Rambuteau, le seul qui était situé dans le cœur de la capitale, a dû fermer puisque la mairie a entrepris un programme immobilier à la place. Nous avons dû nous battre comme des chiens pour réussir à ouvrir trois nouveaux centres. C est chose faite, mais avec beaucoup de retard puisque ces lieux sont opérationnels depuis un mois seulement. Nous sommes donc en train de recruter des bénévoles pour ces nouvelles structures, les bonnes volontés peuvent se faire connaître. Propos recueillis par Aymeric Renou EN BREF Homosexualité Le «mariage» homosexuel entre en vigueur aujourd hui au Royaume-Uni, mais à la différence du Pacs français, ouvert aux concubins hétérosexuels, seuls des gens du même sexe peuvent contracter un partenariat civil. En raison du délai légal de publication des bans, les premières unions auront lieu le 19 décembre en Irlande du Nord, le 20 en Ecosse et le 21 en Angleterre et au pays de Galles. Elton John a annoncé qu il convolera ce jour-là avec son compagnon, le producteur canadien David Furnish. Grippe aviaire Un nouveau foyer de grippe aviaire a été découvert en Roumanie où le virus H a été détecté sur quatre poules. Des mesures de quarantaine ont été instaurées dès samedi soir à Cioacile, un village de 800 habitants qui compte environ volailles de basse-cour. Pour la seule journée de jeudi, trois nouveauxfoyersdegrippeaviaireontété découverts en Roumanie. Religion Le p re Antoine Girardin areçu hier, trente-quatre ans après sa mort, le titre de Juste parmi les nations, décerné par le mémorial Yad Vashem de Jérusalem aux non-juifs ayant sauvé la vie de juifs au péril de leur propre vie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le prêtre avait caché, dans son presbytère, à Saint- Jean-la-Vêtre (Loire), un bourg de 387 habitants, un commerçant israélite recherché par la Gestapo. LUNDI DECEMBRE 200 7

8 magenta cyan jaune VIVRE MIEUX Chirurgie La greff e juge son visage «mieux qu avant» LLE VA impeccablement bien. Elle est très heureuse.» Selon le médecin qui l a opérée, «EIsabelle D., cette mère de famille de 38 ans quiabénéficiélasemainedernièreàamiens(somme)de la première greffe partielle de visage au monde, entame une convalescence prometteuse. «L aspect du greffon est normal, a assuré hier le professeur Dubernard, chef du service chirurgie à l hôpital Edouard-Herriot de Lyon (Rhône), où la patiente a été transportée pour la phase postopératoire. Elle trouve même son visage mieux qu avant, voilà de quoi balayer les controverses éthiques.» La jeune femme, originaire de Valenciennes (Nord) et mère de deux enfants, avait été gravement défigurée par son chien en mai dernier. Lors de cette intervention inédite,onluiaapposéletrianglenez-lèvres-mentonprovenant d une donneuse, dont il faut maintenant s assurer qu ilneserapasrejeté.sasortiedel établissementn est donc pas prévue avant quatre à six semaines. Mais elle n en aura pas fini pour autant puisque, selon les spécialistes, il lui faudra au moins six mois avant de retrouver les mêmes motricité et sensibilité que sur son visage précédent, sans compter les effets psychologiques à surmonter. «Cette opération ne s est pas faite dans les règles» PROFESSEUR LANTIERI, chirurgien l h pital Henri-Mondor noir A POLEMIQUE enfle sur les L conditions dans lesquelles ont été obtenues les autorisations pour réaliser cette première greffe partielle du visage. Le plus en colère est le professeur Laurent Lantiéri, chirurgien plasticien au centre hospitalier universitaire Henri-Mondor, qui avait le premier déposé une demande pour effectuer une greffe du visage devant le Comité d éthique, lequel lui avait réponduparlanégativele6février «Cette opération ne s est pas faite dans les règles. On a fait prendre des risques majeurs pour la santé de la patiente en la transférant de l hôpital d Amiens à celui de Lyon, uniquement pour qu elle arrive dans le service de Jean-Michel Dubernard, dont je ne conteste pas l excellence par ailleurs», estime le professeur Lantiéri, quiaccuseledéputélyonnaisd avoir voulu «faire un coup». «Je suis tomb des nues» De fait, selon plusieurs sources, le professeur Dubernard n aurait pas participé techniquement à l opération mais aurait donné des consignes. Dubernard, en pionnier delagreffe,etaubagoutpolitique éprouvé, a-t-il un peu forcé les portes? Le feu vert pour cette première médicale de l équipe Devauchelle-Dubernard à Amiens a été donné par Carine Camby, directrice de l agence de biomédecine, mais celle-ci admet n avoir pas prévenu les responsables de l éthique «pour des questions de temps». Le ministère de la Santé affirme avoir été prévenu au préalable et a simplement exigé «que tout soit bordé sur le plan légal». Le professeur Lantiéri accuse aussi l équipe d Amiens de lui avoir pris son protocole scientifique transmis, selon lui, «pour information». L équipe amiénoise nie le plagiat. Lantiéri affirme être «tombé des nues» en apprenant que l opération avait eu lieu. «Je souhaite un bon rétablissement à la malade, mais ces pratiques ne font pas avancer la science», conclut-il. Marc Payet Un cadeau à... Moins de 100 IDÉE est toute L simple mais ravira les ados que l on voit souvent envoiture,dans le train, dans le métro écouter de la musique sur le même baladeur avec un écouteur Un MP3 pour deux chacun dans l oreille. Le Medion est un minilecteur MP3 qui possède deux prises casque, de quoi satisfaire quatre oreilles en même temps. Autre atout majeur de ce microbaladeur : un emplacement pour carte mémoire (SD ou MMC) qui permet d augmenter à volonté la capacité de stockage interne de base de 12 Mo (soit 240 morceaux de musique). Il peut également servir d aidemémoire grâce à une fonction dictaphone. Baladeur Medion MD : 79 (livré avec un seul casque d écoute) dans les magasins Leclerc. COURRIER/VOS DROITS A.R. R Déménagement Je vais d m nager dans les prochaines semaines. Je dois avertir les administrations de mon changement d adresse. Quelle est la solution la plus rapide? L.E. (Reims) Vous avez la possibilité d avertir la Sécurité sociale, les impôts enfin toutes les administrations de votre changement d adresse par Internet, en une seule fois, en tapant : Pour de plus amples renseignements, appelez le (0,12 /min). (LP/AURELIE AUDUREAU.) LES OFFRES DE LÉGENDE. CRÉDIT À ACTUELLEMENT AU CINÉMA * SUR L'OPEL TIGRA. LA LÉGENDE DE ZORRO * Exemple de financement en Crédit Classique sur 40 mois pour un capital emprunté de euros. Remboursement en 40 mensualités de 2 euros TTC hors assurance(s) facultative(s), TEG hors assurance : 0,00 %. Le coût total du crédit, hors assurance facultative, est pris en charge par votre Distributeur Opel. Escompte de 900 euros pour paiement comptant. Conditions au 01/10/200 strictement réservées aux Particuliers, pour tout achat d un Opel Tigra neuf dans le réseau participant à partir de 17 0 euros (hors peinture métallisée : 400 euros), prix catalogue, sous réserve d acceptation du dossier par GMAC Banque - 1, avenue du Marais, 9100 Argenteuil RCS Pontoise - avant le 31/12/200. Offre non cumulable, valable pour un capital emprunté jusqu à euros sur 40 mois maximum. Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d un particulier avant l obtention d un ou plusieurs prêts d argent. Opel Tigra Twintop 1.4 Twinport conso mixte 1.3 CDTI/1.8 (l/ 100km) : 4.6/7.7 et CO 2 (g/km) : 124/18. TM & 200 Columbia Pictures Industries, Inc. Tous droits réservés, 200, Zorro Productions, Inc. Tous droits réservés, Zorro, le personnage est une marque déposée de Zorro Productions, Inc. 8 LUNDI DECEMBRE 200 magenta cyan jaune noir

9 magenta cyan jaune VOTRE ECONOMIE * Cequelegouvernement va proposer aux fonctionnaires SALAIRES. Une revalorisation proche de 1 % et de nombreuses mesures sociales, dont un coup de pouce aux basses catégories : voilà comment le gouvernement, qui rencontre demain les syndicats, entend garantir le pouvoir d achat des fonctionnaires. OUR GARANTIR le maintien du pouvoir d achat des quelque,2 millions de fonction- Pnaires (Etat, secteurs hospitaliers et collectivités locales) en , le gouvernement fera, demain, plusieurs propositions sonnantes et trébuchantes aux syndicats de fonctionnaires. Le point d indice qui sert de base de calcul aux traitements sera bien revu à la hausse mais en-dessous du niveau de l inflation. Selon nos informations, Christian Jacob, le ministre de la Fonction publique, pourrait ainsi fixer à 1 % environ cette future hausse généralisée (coût estimé : 1, milliard d euros). Une augmentation qui devrait être complétée par des mesures sociales représentant potentiellement un coup de pouce complémentaire de 0,8 % ou 1 %. Au menu de ces aides : une participation supplémentaire de l Etat aux frais de garde des enfants via le nouveau chèque emploi service universel, la revalorisation de 20 % de l indemnité de déménagement pour les agents faisant l objet d une mutation, un prêt immobilier à taux zéro spécial fonctionnaires, l augmentation des indemnités de déplacements pour les agents utilisant leur voiture dans le cadre de leur travail. Dans la foulée, Christian Jacob proposera également l amélioration des possibilités de promotion interne via la création d une nouvelle échelle pour les fonctionnaires de catégorie C (la plus basse). A terme, 20 % des bas salaires se verraient ainsi sensiblement revalorisés. Enfin,leministreproposeradefavoriser la «reconnaissance des acquis de l expérience professionnelle». «Siledossierestcreux, nous irons tout droit au conflit» Est-ce que ce catalogue sera suffisantauxyeuxdesorganisationssyndicales? Pas sûr Après six mois de consultations tous azimuts au ministère de la Fonction publique, les syndicats revendiquent toujours une revalorisation minimale des traitementsde1,8%pour2006etlerattrapage des pertes de pouvoir d achat estimées à % ces dernières années. Ce qui représenterait une facture proche de 10 milliards d euros. «L aspect salarial est un préalable, a expliqué hier à notre journal Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU. Christian Jacob doit arriver avec des propositions chiffrées. Si c est le cas, on pourra discuter du reste, comme de la mobilité ou du rattrapage du pouvoir d achat. A l inverse, si le dossier est creux, nous Airbus P kin prêt signer un contrat de 6 milliards d euros E PREMIER jour de la visite en L France du Premier ministre chinois Wen Jiabao a été marqué par la signature, hier à Toulouse, d un accord de coopération entre Airbus et la Chine. Un prélude à l annonce aujourd hui à Paris d un important contrat de vente d avions à Pékin qui pourrait atteindre près de 6 milliards d euros. De sources proches du dossier, une commande d une centaine d A-320 (,1 millions d euros l unité), devrait être annoncée lors des entretiens de Wen Jiabao avec le président Jacques Chirac et le Premier ministre Dominique de Villepin. Le protocole d accord signé hier par le PDG d Airbus, Gustav Humbert,etlevice-présidentdelaCommission chinoise de réforme et de développement (NDRC), Zhang noir EN BREF Xiaoqiang, envisage l implantation en Chine d une chaîne d assemblage final pour les appareils monocouloir. Ce protocole d accord «est le pointfortdelajournée(d hier), la coopération industrielle avec la Chine», a commenté Gustav Humbert, ajoutant : «Lundi, il y aura la contrepartie pour avoir plus de contrats». Selon le PDG d Airbus, ce transfert de technologie est «normal si vous voulez avoir une bonne qualité de travail en Chine». Airbus prévoit que la demande chinoise dans les vingt prochaines années sera d environ appareils dont monocouloirs. Avec plus de 320 avions en Chine continentale, l avionneur envisage à long termedes octroyerlamoitiédumarché contre un tiers actuellement. S.E. Assurances banlieues Le ministre du Budget, Jean- François Copé, a déclaré hier sur Europe 1 que l indemnisation des dégâts liés aux violences urbaines «relevait»descompagniesd assurances et que l Etat n interviendrait pas «financièrement». Le coût total assuré est estimé à 200 millions d euros, dont 80 % issus de dégâts aux collectivités locales. La plupart des assureurs se préparent à engager les procédures pour obtenir de l Etat le remboursement des sommes versées à leurs assurés. Manifestation Quelque 200 p cheurs du Nord- Pas-de-Calais bloquaient, cette nuit, l accès du port de Boulognesur-Mer aux camions, pour dénoncer les restrictions de pêche proposées par la Commission européenne. Le ministre de la Fonction publique, Christian Jacob, va devoir «arriver avec des propositions chiffr es» pour convaincre les syndicats de fonctionnaires. (WOSTOK PRESS/THIBAULT CAMUS.) irons tout droit au conflit.» Il est vrai que l Etat ne peut pas jouer les grands seigneurs s il veut rester endessous de la barre d un déficit inférieur à 3 % du produit intérieur brut etalorsqueladettedelafranceserait de milliards d euros si l on tient compte des dépenses à venir pour financer les futurs départs en PAYEZ JUSTE LES CHARGES ET LES TAXES 19,99 SEULEMENT Querelle de chiffres OUR les syndicats, les fonc- P tionnaires ont perdu % de pouvoir d achat depuis l an Pour ce faire, les organisations se basent sur la progression de l indice commun qui sert de base aux salaires des agents. Celui-ci a été bloqué en 2003 alors que l inflation était de 1, %. En 2004, la revalorisation a été de 0, point pour une augmentation des prix de 1,8 %. L an passé, le gouvernement avait lâché du lest avec un léger rattrapage de 1,8 point alors que les prix avaient grimpé de 1, %. Reste que ce calcul ne tient pas compte des différentes primes et de l ancienneté. Ainsi, selon le gouvernement, le «revenu moyen des personnels» aurait enréalitéaugmentéde4%en 2003 et de 3 % en retraites des fonctionnaires, soit 900 millions d euros. Cependant, pour éviter que ces négociations se soldent encore par un échec surtout en période préélectorale, Christian Jacob garde, paraît-il, des atouts dans sa manche. En particulier sur «le volet social» selon Matignon. Reste que le gouvernement ne souhaite, à l évidence, pas se montrer trop généreux vis-à-vis desagentsdel Etat.Lenon-aboutissementdesderniersconflits(SNCF, RTM, SNCM ) pourrait l encourager dans ce sens. Jean-Marc Plantade et Guillaume Zambaux ALLER SIMPLE (TOUTES CHARGES COMPRISES) RÉSERVEZ JUSQU À JEUDI MINUIT CHEQUES CADEAUX RYANAIR POUR NOËL À PARTIR DE 10 EUROS SUR <HTTP://WWW.RYANAIRVOUCHERS.COM> Réservez jusqu au Voyagez du jusqu au Pas de voyage possible lors d'évènements sportifs majeurs et de vacances scolaires. Offre soumise à la disponibilité des vols et à certaines conditions. Frais de paiement par carte bancaire : 2.0 par passager pour un trajet simple. Valable sur les routes indiquées. Vols au départ de Paris (Beauvais). LUNDI DECEMBRE magenta cyan jaune noir

10 VOTRE ECONOMIE Automobile Pourquoi le haut de gamme tricolore ne marche pas OUR CE GÉRANT de société P immobilière, les «belles voitures»c estforcémentdesmercedes ou des BMW. «Il y a quelques mois, raconte Thierry Barette, j ai été contacté par Citroën dans une réunion avec d autres propriétaires de voiture haut de gamme pour donner mon sentiment sur la nouvelle C 6. Dans l assistance, tout le monde reconnaissait que ce véhicule était plutôt bien fait et que les qualités techniques étaient au rendez-vous. Mais à la question : Seriez-vous acheteur?, tout le monde a répondu non.» Pour Thierry, en effet, le haut de gamme français «manque de brio». «Il n est pas admissible de voir sur une C 6 des pièces qui sont de série sur une 307 ou un 407 Peugeot. Un ES CONSTRUCTEURS français ont-ils la scoumoune Lavec le haut de gamme? Depuis le début de l année en France, la Vel Satis de Renault n a pas dépassé les 000 immatriculations et même si elle parvient à faire le double, la 607 Peugeot est distancée par la Mercedes classe C et se retrouve talonnée par l Audi A 6, la Mercedes classe E ou encore par la BMW série. Plus grave, contrairement aux allemandes, les fleurons nationaux ne parviennent pas à séduire les acheteurs en s imposant sur les autres grands marchés en Europe et dans le monde. Depuis des années, les expériences des limousines françaises se soldent généralement par des demiéchecs ou des flops retentissants à l image de l Avantime Renault. Seule l Espace et son concept novateur fait figure d exception. D ficit de notori t Pourtant les marques françaises persistentetsignent.citroënvientd investir près de 600 millions d euros pour sortir son nouveau vaisseau amiral C6. De son côté, Carlos Ghosn, le patron de Renault, est aussi convaincu que son avenir passe par le haut de gamme. Un premier 4 x 4 devrait faire son apparition au second semestre «Renault peut vendre à la fois des utilitaires Kangoo et des voitures de luxe», affirme-t-il avec force sans s étendre sur les motifs réels des «Lesfrançaises manquent de brio» THIERRY BARETTE, propri taire d une Mercedes propriétaire de haut de gamme a des exigences et ne veut surtout pas de l habillage», précise-t-il. Il faut dire que, dans le passé, Thierry a eu une mauvaise expérience avec une Citroën CX Pallas. «J avais craqué pour cette voiture. Mais,auboutdedeuxans,lorsque j ai voulu la revendre, j ai perdu beaucoup d argent. Avec une Mercedes, la valeur de revente reste toujours importante. Pour un particulier, l achat d une voiture haut de gamme est un investissement importantde40000à0000. L achat d une Mercedes ou d une BMW représente une sorte de garantie», admet-il. C est pourquoi Thierry, qui chercheàrevendresaclasses,est sur le point de rependre la nouvelle échecs à répétition dans le haut de gamme bleu-blanc-rouge. «Le problème des généralistes français est surtout une question de notoriété par rapport à Mercedes, Audi ou BMW», explique un expert du marché. Même si techniquement, la 607, la Vel Satis et la nouvelle C6 peuvent, hormis peut-être un problème récurrent de sous-motorisation, aisément tenir la comparaison avec les grosses berlines allemandes. «Un déficit d images qui entraîne des conséquences importantes» note le spécialiste. A la revente, les Mercedes ou BMW gardent leur cote alors qu une voiture française Classe S ou la CLK. «Contrairement aux constructeurs français, les marques allemandes assurent un bon suivi de leur clientèle. Je suis régulièrement contacté par la marque pour savoir si je suis satisfait de ma voitureetpourmeprésenterles nouveaux modèles. Sur ce point, les peut rapidement perdre la moitié de sa valeur. Par ailleurs, un constructeur qui parvient à afficher son savoir-faire dans l excellence peut largement en tirer partie sur l ensemble des autres véhicules de sa gamme. Exemple : BMW impose sa Mini à partir de alors que la nouvelle Clio de Renault bénéficiant d un très bon niveau de qualité et d une meilleure habitabilité ne peut s afficher qu à partir de Au final, les généralistes dégagent des marges moins importantes sur chaque véhicule vendu mais aussi sur l ensemble du service aprèsvente facturé moins cher ou encore sur les pièces détachées. Que faut-il faire pour remédier à ce problème de prestige? Toyota a trouvé la parade avec sa marque de luxe Lexus dont les ventes rivalisent avec BMW ou Mercedes aux Etats- Unis. Peugeot est convaincu que le travail amorcé avec la 407 sur la qualitéetlestylevadanslebonsens. Pour Carlos Ghosn, l équation est plus simple : «Un constructeur peut être à la fois généraliste et spécialiste. C est le cas de Nissan. Il faut pour celaàlabaseoffrirdesproduits convaincants et attractifs.» A voir Guillaume Zambaux PANTIN (SEINE-SAINT-DENIS), LE 22 NOVEMBRE. Thierry va revendre sa Mercedes pour prendre un autre mod le de la firme allemande : «Contrairement aux constructeurs fran ais, les marques allemandes assurent un bon suivi de leur client le», assure-t-il. (LP/GUY GIOS.) constructeurs français doivent beaucoup travailler pour séduire la clientèle du haut de gamme.» G.Z. RENAULT VEL SATIS Février Sur les bords du Léman, Renault 1annonce la couleur : «Elle plaira à ceux qui ne veulent pas être prisonniers des conformismes. C est la voiture des bobos (bourgeois bohèmes), des gens qui ont réussi parce qu ils n imitaient pas les autres», assure à l époque Louis Schweitzer, le patron de Renault. Il est vrai que cetteberlineromptcomplètement avec l idée qu une voiture de luxe doit forcément jouer la partition du classicisme. Si, à cette date, les prétentions industrielles sont de l ordre de exemplaires par an, les ventes n ont jamais décollé. En 200, moins de 000 exemplaires ont été vendus en France. (PHOTOS : DR.) QUATRE FLOPS RETENTISSANTS CITROËN XM Présentée en 1989, élue «voiture 3de l année» en 1990, la XM de Citroën devait être la digne descendantedeladsoudelacx.pourtant dès son lancement commercial, les critiques sont au rendez-vous. Les motorisations sont jugées trop faibles et moyennement fiables, sans compter de nombreuses pannes électriques. Les améliorations apportées par Citroën jusqu en 2000 ne suffiront pas pour redresser ce déficit d images. RENAULT AVANTIME Rarementvoitureauraeuunecarrièreaussicourte!Seizemoisd existenceet 2à peine 000 exemplaires fabriqués. Fort du succès de l Espace, les ingénieurs de Matra imaginent un véhicule à la lisière entre le monospace et le coupé de luxe. Mais, à cause de problèmes de conception, Renault est obligé de repousser à plusieurs reprises son lancement commercial. Par ailleurs, dès sa sortie, l Avantime souffre d un prix prohibitif alors qu il n existe qu un seul choix de motorisation. Cet échec se soldera en fait par la fermeture des usines Matra automobiles. PEUGEOT 60 En 1989, Peugeot sort la 4remplaçante de la 0 qui avaitsuccédéàla604dontles ventes avaient été un flop. A l époque, la 60, qui devait lutter contre la Renault Safrane, est séduisante et semble armée pour rivaliser dans le haut de gamme : bois, cuir, vitres électriques, excellente tenue de route Mais la voiture est loin de tenir ses promesses sur la fiabilité. Sa réputation est faite. Elle arrêtera sa carrière en LUNDI DECEMBRE 200

11 LES FAITS DIVERS Le combat pour la v rit des avocats d Outreau FRANK BERTON 43 ans Avocat d Odile Mar caux puis de Franck Lavier «Socialement, professionnellement, culturellement, mes 2 clients étaient totalement opposés. Ils ont pourtant été happés par le même dossier et, pour l une comme pour l autre, il a fallu attendre l audience publique pour établir leur innocence. On sort forcément enrichi d une pareille expérience. On sera beaucoup plus vigilant, désormais, dans l analyse des PV. En revanche, je ne crois pas que je rééditerais l expérience d une minute de silence en guise de plaidoirie. J ai eu peur, un avocat n est pas fait pour se taire. Mais quel verdict magnifique!» ERIC DUPOND-MORETTI 43 ans Avocat de Roselyne Godard puis du fils Legrand JUSTICE. Ils sont sept à s être battus pour leurs clients pendant quatre ans. Défenseurs d une cause qui semblait perdue d avance, les avocats d Outreau ont lutté pied à pied. Ils tirent aujourd hui les leçons de ces procès hors norme. LS ONT «fait Outreau» comme d autres participent à des campagnes militaires. De l instruction au verdict du procès en appel, 7 avocats ont livré toutes les batailles de cette affaire extraordinaire. Jeunes ou aguer- Iris, malgré une justice le plus souvent sourde à leurs demandes, malgré l épouvantable réputation de leurs clients «pédophiles», ils n ont jamais baissé la garde. Cette lutte, menée pied à pied pendant quatre ans, aura aussi été un combat collectif dans un but unique : faire triompher la vérité et sauver des innocents. Premiers enseignements. «L acquittement, c est la moindre des choses. Ce qui est sidérant, c est qu il y ait eu des condamnations en première instance, alors que le dossier était strictement identique. J ai tout de suite vu que les manquements du juge et de la chambre de l instruction étaient des fautes lourdes, ce qui m a permis de réclamer des indemnisations conséquentes à la Chancellerie. Aller voir Villepin, c est une reconnaissance de la Nation. Mais s il n y a pas de réforme en profondeur de l instruction, cela ne servira à rien. Cela fait vingt-cinq ans qu on en parle, personnen aencoreeucecourage.» HUBERT DELARUE 6 ans Avocat d Alain Mar caux «Sanssejeterdesfleurs, la défense n aura pas démérité! Nous avons longtemps été, tout comme l ont été nos clients, des pestiférés. Et, très vite, nous avons travaillé en équipe. Dès février 2002, M e Berton et moi avions demandé la délocalisation de l affaire après avoir listé les extravagances du dossier. Mon souvenir le plus fort? Quand mon client, qui a toujours été un excellent partenaire, a failli mourir en détention. Optimiste de nature, j ai toujours pensé que l évidence que ce dossier ne tenait pas la route éclaterait. Il a fallu quatre ans» BLANDINE LEJEUNE 43 ans Avocate de l abb Dominique Wiel «Entre le curé et moi, ça n a pas toujours été simple. Il paraissait plus froid et détaché que les autres, il refusait de se prêter au jeu de la larme à l œiletdel émotion.jene pouvais pas lui donner tort mais, en même temps, j avais peur pour lui. Pendant quatre ans, il afalluquejesupporte des phrases du genre Les curés, c est toujours un peu pédophile. Mais ce n est pas parce qu on a un caractère de cochon qu on est coupable! Parvenir à gérer cette pression folle, finalement, cela m a donnédel assuranceetdelaforcepourlasuite.j aimêmeécrit un livre! (1)» (1) Une femme parmi les hommes. Editions Ramsay. JULIEN DELARUE 31 ans Avocat de Daniel Legrand p re, puis du fils «J ai beaucoup appris, notamment sur le degré d aveuglement que pouvait atteindre l institution judiciaire. Certains magistrats sont respectueux, d autres non. J espère que ces procès leur auront appris jusqu où pouvait menerlemanqued humanité et que ce désastre, finalement, profitera à tous. C est une grande fierté d avoir participé à cette aventure mais, maintenant,ilfautretomber sur terre. La réalité judiciaire, ce n est pas tout le temps Outreau. Après la rencontre de Villepin, j ai hâte de passer à d autres dossiers.» CAROLINE MATRAT 30 ans Avocate de Thierry Dausque «Au plan professionnel, ce fut une expérience formidable. Méthode de travail ou technique à l audience, j ai beaucoup appris en côtoyant des pointures. J ai le sentiment d avoir tout donné. Cette affaire est aussi une vraie aventure humaine. Jamais je n ai eu une relation aussi longue avec un client. Des liens très forts se sont aussi tissés avec lesautresaccusés.ona tellement vécu de choses ensemble, joie comme détresse, qu on forme une grande famille, pour longtemps encore. Je n en sors pas indemne.» «Leverdictaété une énorme libération» PHILIPPE LESCÈNE, d fenseur de Sandrine Lavier EST À LA FOIS le premier avocat de l af- C faire d Outreau et le seul qui ne soit pas du Nord-Pas-de-Calais. C est aussi l un des plus discrets. «Je suis assez distant», reconnaît Philippe Lescène, 3 ans, l incisif défenseur de Sandrine Lavier. Inscrit depuis plus de quinze ans au barreau de Rouen (Seine-Maritime), il est entré dans le dossier en mai 2001, à la faveur de l incarcération sur place de la jeune mère de famille. «Comme la plupart des détenus, elle m a dit qu elle était innocente, relate-til. Dès que j ai eu accès aux déclarations des enfants Delay, je m en suis convaincu.» Une t che titanesque Textes : Elisabeth Fleury et Geoffroy Tomasovitch (PHOTOS : AFP/JACK GUEZ, DENIS CHARLET, PHILIPPE HUGUEN ; LP/GUY GIOS.) affaire, c est le seul couple qui n a pas explosé.» Confronté à la pression médiatique et à l autisme des magistrats, la tâche de l avocat devient, au fil de l instruction, titanesque. «Il a falluattendreleprocèsdesaint-omeretlalibertédeparolequ ilnousoffraitpourquenotre travail commence véritablement». Il y découvre ses confrères, boulonnais et lillois, avec lesquels une défense collective s instaure très vite. Il y éprouve, aussi, une révolte infinie. «Le verdict, pour Sandrine, c était des larmes, des larmes, des larmes. Je me revois dans cette nuit, essayant de la consoler tandis que Franck, sonné, repartait en prison.» Jeudi dernier, à Paris, ce sont ses larmes à lui qui ont inondé le prétoire au moment de l acquittement général. «C était, plus intensément que d habitude, une énorme libération», dit-il. S il reconnaît avoir un peu de mal à reprendre les affaires courantes, il affirme avoir «énormément appris» de ces deux procès. Notamment de la part de M e Dupond-Moretti : «Il a un sens de l à-propos, une façon d interroger et de s im- Une relation particulière s installe. «Je la vouvoyais,maiselleauraitpuêtremafille»,sourit l avocat. Dans la famille de Sandrine, on ne roule pas sur l or. Son père vient la voir une fois par trimestre. Sa mère, malade, ne le peut pas. Pour Sandrine, les parloirs avocats deviennent vite le seul contact avec l extérieur. «Elle me PARIS, HIER. «Je la vouvoyais, mais elle aurait pu tre ma fille», avoue, non sans faisait lire les lettres des enfants. Elle me montrait motion, M e Lesc ne en repensant ces quatre ans de lutte aupr s de Sandrine Lavier. leurs photos. Elle me parlait de Franck, poser à l audience dont j ai tiré parti, depuis, (LP/ALAIN AUBOIROUX.) son mari, dont elle n a jamais douté. Dans cette dans d autres affaires.» E.F. LUNDI NOVEMBRE

12 Enquête LES FAITS DIVERS AQUESTIONn estplus de savoir si un attentat «Laura lieu en France, mais quand cela se produira.» Cette affirmation, qui émane d un haut responsable policier, résume l état d esprit des services de police. En présentant le projet de loi de lutte contre le terrorisme le 29 novembre, Nicolas Sarkozy, ministre de l Intérieur, a confirmé : «Les ingrédients de la menace existent ( ). Les scénarios d actions violentes sont réels.» Selon le ministre, le terrorismeachangé.leprofildesjihadistes des années 1990 n est plus celui des années Cependant, ces deux générations ne s excluent pas et ont même tendance à fusionner. Les «vétérans» qui ont combattu en Bosnie ou en Afghanistan sortent peu à peu de prison et sont susceptibles de fédérer autour d eux de nouvelles recrues. Des fidèles recrutés en prison Le cas de Safé Bourada est exemplaire. Interpellé en septembre dernier dans les Yvelines, il avait déjà été condamnéàdixansdeprisonen 1998 pour sa participation au réseau terroriste de Chasse-sur-Rhône (Rhône). A l époque, pendant sa détention, il a constitué le groupe Ansar al Fath et recruté une partie de ses fidèles en prison. A sa sortie, il a Al-Qa da en France : les sises de Douai, renvoie également aux années 1990, qui ont ensanglanté la France. Il est poursuivi pour une série de braquages (supermarchés, transports de fonds ) commis en février et mars 1996 par le gang de Roubaix, au cours desquels un automobiliste a été tué et des policiers blessés. Il est aussi accusé d avoir pris part à une tentative d attentat manqué à la voiture piégée contre le commissariat de Lille. Lionel Dumont a reconnu sa participation à une partie des faits. «Mais il n a jamais utilisé d armes, soutient son avocat, M e Thierry Levy. Il n a tué ou blessé personne.» Dumont est soupçonnéd êtrerestépendantsa cavale en contact avec la mouvance islamiste, notamment en Asie et en Europe. Une illustration de la nébuleuse que constituent des réseaux islamistes radicaux. Au-delà des «vétérans», les services de renseignements constatent l arrivée de nouvelles recrues de plus en plus jeunes, en échec scolaire, d un niveau religieux faible, qui basculent très vite dans le radicalisme. GARE DU NORD (PARIS X e ). Des militaires patrouillent dans le cadre du plan Vigipirate. La menace Lerôledesfemmesetdesconvertis d attentats sur le sol fran ais est bien r elle, selon les services de police. (LP/DELPHINE GOLDSZTEJN.) constitue également une source d inquiétude grandissante. La jeune monté une cellule très structurée. Sa chid Ramda, financier présumé des Ramdarouvrelapagedesattentats Belge, première Européenne kamikaze en Irak, qui a péri il y a quelques confession, inédite, éclaire ses motivations complexes et dangereuses (GIA), qui vient d être extradé d An- avaient fait huit morts dans le métro jours dans un attentat suicide, dé- attentats du Groupe islamique armé de 199, revendiqués par le GIA, qui (lire page 13).Bouradaaréussiàfaire gleterre vers la France. Le juge des libertés et de la détention doit d ail- Le procès de Lionel Dumont, l acte des «fous de Dieu» concerne parisien. montreàquelpointlepassageà le lien entre la nouvelle et l ancienne génération des jihadistes. Il est soupçonné d avoir été en contact avec Ra- mandat de dépôt. Le retour de partir d aujourd hui par la cour d as- Christophe leurs statuer aujourd hui sur son Français converti à l islam, jugé à désormais les pays européens. Dubois Proc s de Lionel Dumont, routard de la guerre sainte L COMPARAITRA ce lundi devant les assises du Nord, à Douai, pour un procès Iprévu jusqu au 16 décembre. Il avait été condamné par contumace pendant sa cavale, en 2001, à la prison à perpétuité, avant d être arrêté à Munich (Allemagne) en Aujourd hui, dans sa cellule, Lionel Dumont lit le Coran, «Newsweek» et «Courrier international». Il prend des cours d allemand et de philosophie. Agé de 34 ans, yeux bleus, cheveux châtains, visage glabre, il laisse à ceux qui l ont croisé récemment l image d un garçon ouvert, souriant et paisible. Loin des violences du gang de Roubaix, dont une partie des membres ses amis ont préféré mourir carbonisés dans leur maison en mars 1996 plutôt que de se rendre aux policiers du Raid. Qui est vraiment Lionel Dumont? «Un homme intelligent, qui cherche à se cultiver et antiviolent», assure un membre de sa famille. «Un routard du terrorisme, qui ne s est jamais écarté des chemins du jihadisme international», réplique un responsable des services antiterroristes. «Il n y a pas de liens entre Lionel Dumont et des groupes terroristes actifs», insiste M e Thierry Levy. «Unsoldatperdu» La réalité est plus complexe. Issu d une famille de huit enfants, le jeune homme habitant le nord de la France est tombé dans le chaudron islamiste à l âge de 20 ans. Après son service militaire, il fréquente la mosquée fondamentaliste DawaàRoubaix.En1991,ilseconvertitetdevientchauffeurroutierpourl ONGAidedirecte en Croatie. En 1994, il rejoint le bataillon des moujahidine arabes dirigé à Zenica par l émir algérien Abou el-maali. Après les accords de Dayton en 199, qui partagèrent la Bosnie-Herzégovine en deux entités, Dumont «a eu le sentiment d être trahi par les politiciens, explique M e Levy. C est devenu un soldat perdu». En 1996 à Roubaix, lors de l assaut du Raid, il réussit à s enfuir. Retour en Bosnie via l Italie. Il participedenouveauàplusieursbraquages.arrêté, il s évade de la prison de Sarajevo. En septembre 1999, il rejoint le Japon sous l identité ZENICA (BOSNIE), JUILLET En contact avec des islamistes chevronn s, Lionel Dumont est arrêt pour une s rie de braquages. Un an et demi auparavant, il avait chapp l assaut du Raid contre le gang de Roubaix ( droite). (AP/HIDAJET DELIC ET AFP/PHILIPPE PAUCHET.) de Christophe Dhooghe. Il multiplie les allersretours entre Singapour, la Malaisie, la Thaïlande. Au cours de sa cavale, il maintient le contact avec des islamistes chevronnés. Au Japon, Dumont rencontre Djamel Hamouni, responsable d une entreprise d import-export de voitures. Hamouni est en contact avec Zouheir Choulah, vétéran bosniaque et membre du groupe Fateh Kamel, qui dirigeait depuis le Canada une structure logistique de jihadistes. Un réseau étroitement lié au gang de Roubaix. Dans le même temps, Dumont garde le contact avec sa famille : «Je lui ai envoyé des mandats pour l aider à subsister, raconte un de ses proches. Je l avais régulièrement au téléphone.» Lorsqu il rentre en Allemagne en 2003, Dumont rencontre à plusieurs reprises dans un hôtel Andrew Rowe, alias Youssef le Jamaïcain, ancien moujahidin bosniaque. Rowe, considéré comme un expert en explosifs d Al-Qaïda, a connu Dumont en 1994 en Bosnie. Un véritable caméléon Le 24 octobre 2003, Rowe est interpellé dans la zone britannique de Coquelles (Pas-de-Calais), alors qu il vient de rendre visite à Dumont. «De pures rencontres fortuites», assure M e Lévy. Cependant, les policiers trouvent sur lui une paire de chaussettes portant des traces d explosifs et un carnet d adresses avec le numéro de l épouse portugaise de Dumont. A son domicile, ils découvrent des instructions manuscrites pour faire fonctionner un lance-roquettes. L arrestation de Rowe mène au Nordiste, qui s apprête à réceptionner de Bangkok des documents d identité falsifiés. Dumont le caméléon a vécu sous une dizaine d identités. Quel était l objet des rencontres entre les deux hommes? Une enquête, confiée au juge Bruguière, a été ouverteenfrancepouréclaircirlalonguecavale de Dumont. En mars 2004, une synthèse de la DST s interroge sur sa «dangerosité persistante» et conclut à la possible préparation d une «action violente en Europe». Andrew Rowe a été condamné en septembre à quinze ans de prison par la justice londonienne. C.D. 12 LUNDI DECEMBRE 200

13 LES FAITS DIVERS * confessions d un terroriste «Il faut être prêts à mourir en martyrs» SAF BOURADA, terroriste pr sum interpell dans les Yvelines ENDANT DES HEURES, il s est expliqué. Safé Bou- Prada,3ans,chefprésumé du groupe Ansar al Fath, a été incarcéré en septembre dernier en région parisienne. Mis en examen pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste», il a détaillé devant les enquêteurs les projets de son groupe. Une cellule islamiste, basée entre Trappes (Yvelines) et l Eure, soupçonnée d avoir préparé des attentats visant le métro, l aéroport d Orly et la DST (Direction de la surveillance du territoire). Gourou islamiste ou chef terroriste? Son témoignage illustre les motivations de la nouvelle génération des «fous de dieu». Français d origine algérienne, ex-éducateur et ancien militant socialiste, Bourada rêve d un grand soir islamiste. «Le sens de l islam est de s appliquer à la terre entière, explique-t-il aux enquêteurs. Nous désirons être acteurs de cette victoire, participer à cette œuvred islamisationdelaplanète.» Déjà condamné en 1998 pour sa participation au réseau terroriste de Chasse-sur-Rhône (Rhône), Bourada a écrit en prison la charte de son groupe, Ansar al Fath. Un document d une trentaine de pages. Une sorte de manifeste syndical «révolutionnaire». Bourada est allé à bonneécole:ilseprésentecommele«sergentrecruteur» d Ali Touchent, l homme-orchestre des attentats du Groupe islamique armé (GIA) en 199. Un combat qui reste d actualité : «J aspirerai jusqu à ma mort à l établissement d un Etat islamique en Algérie. Il n est qu un seul pouvoir, le pouvoir religieux.» Bourada ne limite pas ses projets à l Algérie : «Le message divin est transnational. Il dépasse les frontières. Cela prendra du temps.» Avait-il des projets d attentats en France? Il nie formellement à plusieurs reprises, tout en expliquant qu elle peut devenir un pays cible : «Le ralif (calife) et lui seul peut 1. Le sergent recruteur demander à un pays non musulman comme la France de faire allégeance. En cas de refus, il y a effectivement conquête, conflit et jihad (guerre sainte) possible.» Bouradalâche:«LaFranceestterredemécréance.»Etprécise:«Lesinstitutionsfrançaisesetplusparticulièrement la police font partie de la liste de nos ennemis.» «J ai donn des cours mes cod tenus» Bourada explique comment il a recruté en prison : «J ai donné des cours à tous mes codétenus. Il m est arrivé de convertir des personnes en prison.» Il rencontre Kaïs Melliti au centre de détention du Val-de-Reuil, où ce dernier purge une peine pour viol. Samir Bouhali, condamné pour meurtre. Stéphane Hadoux, petit délinquant. A leur sortie de prison, ces «fidèles» ouvrent des cybercafés, des pizzerias, des garages, à la demande de Bourada. Interpell en septembre, Saf Bourada affirme : «Les institutions fran aises font partie de la liste de nos ennemis.» (DR.) 2. A chaque homme sa mission L une des missions du réseau est ce que «l émir» Bourada appelle la «réappropriation des biens». Tous les moyens sont légitimes. Les membres d Ansar al Fath se livrent à l extorsion de fonds. Une partie du groupe a ainsi été interpellée en juillet, alors qu elle venait de braquer un transsexuel à Paris. «Leur activité entrait pleinement dans les fonctions de la section de l appropriation des biens», se félicite Bourada. Autre projet : la création d un «centre de formation des moudjahidine» : «Si nous l avions créé, nous l aurions fait àlacampagnedanslarégionparisienne ou en Normandie.» «Aider les fr res en Irak» L une des missions les plus délicates et des plus inquiétantes consiste à chercher des appuis au sein du gotha du terrorisme international. Cette tâche est confiée à Mohamed Benyamina, actuellement détenu en Algérie : «Il avait pour instruction de prendre attache avec des groupes en Irak, Tchétchénie et Algérie. Mon but était d aider les frères enirakàcombattrelesforcesdela coalition.» Au passage, les policiers sondentl étatd espritdebourada. Que penser des civils touchés lors des attentats? Navré, il évoque des «dommages collatéraux». «Mais c est une nécessité impérieuse de chasser les Américains et les Anglais.» Les consignes de Bourada sont respectées. Mohamed Benyamina établit un contact en Syrie avec Mohamed al-tounsi début Ce Tunisien est un vétéran de la guerre de Bosnie, tué en juin 200 à la frontière syro-libanaise. 3. Projets d attentats en France Selon les services de renseignements, Al-Tounsi envisageait d installer un laboratoire de fabrication de produits chimiques. Il était également chargé d organiser une filière de combattants à destination de l Irak. Al-Tounsi dispose de nombreux contacts en Irak au sein du groupe Al-Zarkaoui et en Algérie avec le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC). Selon les services spécialisés, le Tunisien a constitué un réseau en Europe, dont l objectif est de commettre à la demande d Al-Zarkaoui des attentats. Al-Tounsi aurait ainsi désigné Mohamed Benyamina comme «responsable pour mobiliser une équipe d une dizaine d individus en vue de réaliser des actions sur le territoire français». Les craintes des services ont été renforcées par un communiqué du GSPC, diffusé mi-septembre sur un site salafiste. Il qualifie la France d «ennemi n o 1». Voyages au Liban Pendant que les contacts sont pris à l étranger, le groupe s organise en France. Bourada se charge de motiver ses troupes. Il leur explique qu ils doivent être prêts à «aller jusqu au sacrifice ultime et accepter de mourir en martyrs». En octobre 2004, Bouradadécidedeserendredans uneécolecoraniqueenegyptepour parfaire ses connaissances religieuses. Benyamina lui succède à la tête du groupe, et exerce une influence grandissante. Le groupe semble, alors, entrer dans une phase plus opérationnelle : certains de ses membres se rendent au Liban pour suivre des formations en explosifs et produits chimiques. 4. Poisons mortels et explosifs L un des membres présumés d Ansar al Fath, Mohamed Badaoui, envisage ainsi de se rendre au Liban, mais renonce. «Un simple voyage de noces», assure son avocate, M e Isabelle Coutant-Peyre, qui a demandé la mise en liberté de son client. Kaci Ouarab,28ans,s est,lui,rendudans la région de Tripoli en février 200. «Un séjour touristique», plaide-t-il. Pour les enquêteurs, il aurait suivi une formation accélérée en «poisons mortels et explosifs» à partir de produits de beauté, d engrais chimique, d eau oxygénée... A son retour, Ouarab achète deux talkieswalkies, un fer à souder, du fil d étain, des diodes, des piles. Dans le salon, il «bricole». A son domicile, les enquêteurs saisissent des substances qui peuvent servir de liant pour des produits explosifs, mais aussi de médicaments. Sur son ordinateur, Kaci Ouarab télécharge des documents donnant des recettes de bombes et de poisons. «A titre informatif», se défend-il. Son fond d écran est à l effigiedebenladen.surleweb,iltélécharge les discours d Al-Zarkaoui pour les écouter sur son lecteur MP3 «dans le RER ou dans la rue». «C est ma culture», assure-t-il. «Je me suis sacrifi» Bourada est ravi : «Je suis très fier de la mise en place d une formation militaire.» Il poursuit : «C est comme un jardinier qui voit le résultat de son travail.» Benyamina lui confie au téléphone : «Tu verras, le travail est bien avancé.» Cependant, après l arrestation fortuite d une partie du groupe en juillet, Bourada se sentait surveillé:«jemesuissacrifiéetacceptedefaireplusieursannéesde prison.» Benyamina a, lui, été interpellé en Algérie, alors qu il s apprêtait à rentrer en France. Une situation dénoncée pour son avocat, M e Salah Djemaï, qui devrait déposer dans les jours qui viennent une plainte pour «enlèvement et séquestration». M e Alexandre Duval-Stalla, avocat de Bourada, explique de son côté qu il n y a eu aucun projet d action concrète en France : «Tout cela est resté au niveau de l intention et du discours.» Christophe Dubois CLÉS 000:le nombre de salafistes, adeptes d un islam rigoriste, recensés en France. Selon les RG, ils sont présents sur l ensemble du territoire national et contribuent au phénomène de radicalisation islamiste. Sur lieux de culte, 7 avaient fait l objet d une tentative de déstabilisation en La moitié est passée sous le contrôle des salafistes. 100 : le nombre de détenus condamnés ou poursuivis dans des affaires de terrorisme islamiste en prison. 3 ans : l âge moyen des recruteurs islamistes, souvent connus des services de police, d un niveau scolaire supérieur à leur «cible», modèles de la réussite grâce à l islam, qui exploitent le sentiment de frustration des jeunes et rejettent la culture occidentale. 19 : le nombre d islamistes expulsés depuis janvier 200. LUNDI DECEMBRE

14 Accident Fauch e par un chauffard NE MÈRE DE FAMILLE de U 46 ans, fauchée par un chauffard samedi à Orléans alors qu elle faisait son footing, est décédée dimanche au centre hospitalier de la ville. La victime courait sur le trottoir lorsqu elle a été heurtée par une voiture. Le conducteur s est enfui à pied. Un peu plus tard, la police a interpellé un jeune homme de 23 ans, souffrant d une fracture du col du fémur et manifestement sous l emprise de l alcool, qui se cachait dans l enceinte d une école. Hospitalisé et placé en garde à vue, le suspect, connu des services de police, n a pour le moment pas été entendu par les enquêteurs. EN BREF Violences urbaines Le ministre de l Int rieur a assur, hier,que7procéduresd expulsion d étrangers ayant participé aux émeutes dans les banlieues étaient «en train d aboutir». Parmi les 78 personnes écrouées, 83 sont des étrangers, a précisé Nicolas Sarkozy. Le Mrap demande l amnistie pour les condamnés. Condamnation Un supporteur d un club de basket-ball amateur a été condamné par la cour d assises du Lot-et-Garonne à dix ans de réclusion criminelle pour avoir été l instigateur en 2003 du viol collectif d une joueuse, ivre et droguée au Temesta. L homme, âgé de 49 ans, a reconnu avoir versé un puissant anxiolytique dans le verre de la jeune femme et l avoir violée. Quatre joueursdel équipedesérignacont aussi été reconnus coupables de viol en réunion. Enquête Le magistrat fran ais Patrick Rama l, venu enquêter au Maroc sur la disparition en 196 Mehdi Ben Barka, est rentré hier bredouille à Paris, mais pourrait revenir prochainement, a indiqué l avocat de la famille de l opposant marocain, M e Buttin. «J ai rencontré des responsables du ministère marocain de la Justice, qui ont regretté une incompréhension entre les magistrats français et marocain», précise-t-il. Meurtre Le corps du touriste fran ais, tu par balles vendredi au Niger, était hier «en cours de rapatriement en France», a indiqué un porte-parole du ministère des Affaires étrangères. L homme, âgé d une quarantaine d années, a été tué près d Assa, un village situé à 60 km au nord d Agadez, lorsque le véhicule dans lequel il se trouvait a été mitraillé par un groupe armé, selon ce porte-parole. Ce dernier n était pas en mesure de dévoiler l identité de la victime. ECRIVAINS Les Editions Persée recherchent de nouveaux auteurs Envoyez vos écrits : Editions Persée 67 Cours Mirabeau Aix-en-Provence Tél Assises Disparition LES FAITS DIVERS * Proc s des tortionnaires d Am lie, viol e au lyc e N mes (Gard) DE NOTRE CORRESPONDANT ENDANT DEUX MOIS, une adolescente, scolarisée au ly- Pcée Jean-Baptiste-Dumas d Alès (Gard), a été victime de viols en réunion dans son établissement. Cinq anciens élèves, aujourd hui majeurs, comparaissent à partir jusqu à la fin de la semaine devant la cour d assises des mineurs du Gard pour «viols et agressions sexuelles». Des milliers de lycéens empruntent tous les jours les couloirs de cet immense établissement composé de L inconscience d une fillette met Montlu on en moi Montlu on (Allier) DE NOTRE CORRESPONDANTE E FUT une grosse frayeur, mais tout est «Cbien qui finit bien!» Soulagé, le major Capon, du commissariat central de Montluçon (Allier), hier après-midi, après la folle journée de samedi. Hier, les enquêteursontdénouélesconditionsdela disparition, durant huit heures, de la petite Franceline, âgée de 10 ans. A11h30samedi,l enfantquitte l école Jean-Racine. Mais elle ne rentre pas chez elle. Elle avait décidé d aller«joueràl ordinateur»chez Dimitri, un enfant de 6 ans, «une simple connaissance sur le trajet du bus» selon le procureur. Elle s y était trois blocs distincts, (enseignements général, technique et professionnel) sans imaginer un instant le calvaire que vivait une des leurs De décembre 2002 à février 2003, tous les lundis à l issue d un cours de sport, Amélie*, 16 ans à l époque des faits, a été abusée dans les toilettes. La peur des représailles Les agresseurs ont-ils repéré leur proie, plus fragile que les autres, pour commettre leur crime? Très choquée, âgée aujourd hui de 19 ans, elle a vécu un véritable cauchemar. déjà rendue une première fois la veille au soir, ne rentrant à son domicile que vers 18 h 4. Un horaire inhabituellement tardif qui avait déjà intrigué ses parents. «Je me suis promenée», avait-elle menti pour se dédouaner. Les deux appartements sont distants de 200 m dans le quartier populaire de Fontbouillant, mais les familles ne se connaissent pas. Interpellation l aube Samedi, après une nouvelle disparition de l enfant constatée vers 13 h 30, ses parents préviennent la police. D autant que la découverte du cartable de la petite, en bas de l immeuble, laisse craindre le pire En fait, Franceline et Dimitri avaient été récupérés en voiture, à la sortie Un cours de sport, des menaces verbales pressantes et sa vie bascule. Amélie, par peur de représailles, par crainted êtrefrappée,commeledira plus tard une de ses amies aux enquêteurs, se soumet aux volontés des cinq adolescents qui l obligent à prendre le chemin des toilettes du lycée. Là, ils commencent par des attouchements, puis au fil des semaines, les comportements s aggravent Les uns après les autres, ils violent la jeune fille. Dans cettecitéscolairegigantesque,aucun surveillant, aucun élève ne perçoit ce qui se déroule et n alerte la direction. Jusqu à ce qu une amie de la de l école, par l ex-concubin de la mère du petit garçon. Quand cet hommedemandeàlafillettesises parents «sont au courant», Franceline fait mine d aller les prévenir, abandonnant son cartable au bas de l immeuble! Alors qu un vaste plan de recherches est lancé via les médias locaux, la police et la gendarmerie, la petite était tranquillement retournée jouer chez Dimitri. Finalement, vers 20 h 30, quand le nouveau compagnon de la mère de Dimitri rentre ivre mort, Franceline demande si on peut «la ramener à la maison». Ce qu il fait. Il est alors interpellé, totalement ivre (1,60 g/l de sang) et placé en garde à vue pour enlèvement. Les examens pratiqués sur la petite montreront qu elle n a victime, voyant les élèves d une classe différente interpeller sa copine, pressente le danger. Elle suit le groupe Arrivée à l étage, elle tente de s interposer. Les garçons menacent de la frapper si elle ne quitte pas les lieux. Ce n est que début février 2003, deux mois après le début de son calvaire, qu Amélie refuse de venir en cours. Elle se confie alors à un membre de l équipe éducative, dévoilant en partie les faits et déclenchant des investigations. Boris De La Cruz *Le prénom de la victime a été modifié. Quatre spéléologues arrachés au piège du gouffre LONS-LE-SAUNIER (JURA), NUIT DE SAMEDI A DIMANCHE. Quatre sp l ologues belges, bloqu s vendredi apr s-midi dans une grotte pr s de Lons-le-Saunier (Jura) apr s avoir t surpris par la mont e des eaux, sont sortis sains et saufs avant-hier vers 22 h 30. Selon la pr fecture du Jura, les quatre hommes, qui ont t examin s sur place par des m decins, paraissaient en bonne forme leur sortie. Ces sp l ologues se sont retrouv s bloqu s dans une cavit, une poche d eau leur coupant la sortie. «Ils ont t surprisparlamont edeseaux dans la grotte. Pourtant, la crue taitannonc eetunbulletin d alerte m t orologique avait t mis»,a-t-onexpliqu la pr fecture. Un dispositif de secours, r unissant vingt-cinq pompiers, neuf secouristes sp l ologues, deux plongeurs, une quipe m dicale et des gendarmes, avait t mis en place samedi apr s-midi. (PHOTOPQR/«LE PROGRES»/PHILIPPE TRIAS.) été victime d aucune violence. Quant à la mère de Dimitri, lorsque les policiers sonnent chez elle, elle fait la sourde oreille. «Il était trop tard. On a attendu l heure légale» explique, agacé, le procureur. Interpellée à 6 heures hier matin, elle a été placée en garde à vue, avant d être relâchée à 14 heures, tout comme son concubin enfin dégrisé. «Si ce dernier n était pas rentré, combien de temps la mère aurait-elle gardé l enfant?» s interroge le procureur, qui ne compte pas en rester là. «On va mener des investigations éducatives, mais elle sera poursuivie», sans doute pour soustraction d enfant mineur de moins de 1 ans. Genevi ve Colonna d Istria 14 LUNDI DECEMBRE 200

15 LES SPORTS * La belle affaire des Lensois FOOTBALL, LIGUE 1/LENS - SAINT-ETIENNE 2-1. Battus par Nantes lors de la première journée, les Sang et Or n ont plus perdu depuis. Beaux vainqueurs des Verts, hier soir, les voilà quatrièmes du classement. Il va falloir compter avec eux... Lens (Pas-de-Calais) DE NOTRE CORRESPONDANT ENS est de retour dans le haut du classement et occupe aujourd hui une place au pied du podium. LUne semaine après leur victoire à Paris (4-3), les Sang et Or ont confirmé leur déclic en s imposant à domicile devant Saint- Etienne, au terme d une rencontre remportée au courage (2-1). «On est sur la lancée de notre bonne performance au Parc des Princes, plaide le Lensois Alou Diarra. Après une première période où Saint-Etienne nous a été supérieur, on a su relever la tête ; on a montré de grosses qualités morales sur cette rencontre. Nous voilà à une quatrième place plus conforme à nos ambitions. J espère que c est le débutd unebonnesérie.onneva pas s arrêter là.» Un bijou de Thomert En panne de victoire depuis trois rencontres, les Verts attaquent pourtant le match par le bon bout. Devant un adversaire emmêlé dans des problèmes de construction, les hommes de Baup trouvent rapidement la solution pour harceler les Artésiens. Avec un jeu rapide et fluide à la fois, Saint-Etienne donne le ton en dégainant aux 20 mètres. Si les premiers essais de Gomis (1 re ) puis Sablé (6 e )manquentdejustesse, le missile d Hellebuyck force en revanche Itandje à sortir le grand jeu d une claquette (12 e ). Nancy - Marseille 1-1 Les Olympiens peuvent s en vouloir ANCY était à la recherche hier N soir d un match référence contre un des ténors du championnat. Les attaquants marseillais étaient en quête de confirmation après deux succès acquis «à la maison» devant Nantes puis Monaco. Mais aucun de ces objectifs n a été atteint (1-1) malgrélabonnevolontéévidentedes deux équipes. «Quand on regarde la physionomiedelarencontre,avecnancyqui fait un bon match et Marseille une bonne deuxième mi-temps, je pense que le résultat est positif et le nul logique, avoue Jean Fernandez, le coach olympien. Bien sûr, on peut regretter les occasions que nous ne marquons pas en fin de match, avec un attaquant qui ne trouve pas le chemin des filets aux 6 mètres. Maintenant,ilnousrestetroismatchsavant la trêve, nous devons bien les négocier. Nous verrons alors dans quelles L OM acc l re pour Ciss JIBRIL CISSÉ, l attaquant D de Liverpool, se rapproche de Marseille. Déjà explorée cet été, cette piste a récemment été réactivée par les dirigeants phocéens en vue du mercato hivernal (1 er au 31 janvier 2006). Selon un proche du dossier, le joueur et le club seraient déjà tombés d accord pour un prêt jusqu en juin Il resterait maintenant à s entendre avec Liverpool sur la prise en charge du salaire de l international estimé à brut mensuels. Insatisfait de son statut chez les champions d Europe, Cissé, qui est entré en fin de match face à Wigan samedi, a répété à maintesreprisesquel OMétait Les Stéphanois insistent et se montrent diablement dangereux sur chacune de leurs occasions. Gomis, d un plat du pied, oblige une nouvelle fois le portier lensois à jouer les pompiers de service (13 e ). Seul devant le but, l attaquant stéphanois manque encore le cadre (14 e ). Devant la passivité lensoise, les Verts récoltent logiquement le fruit de leur domination. Sur un mauvais renvoi de Diarra, Perrin contrôle de la poitrine puis arme dans la foulée une magnifique reprise du droit imparable pour Itandje (0-1, 2 e ). Bollaert gronde et Lens se réveille enfin. Retrouvant un jeu un peu plus saignant, certes loin de celui produit au Parc la semaine passée, les Lensois deviennent plus menaçants pour Janot qui doit tout d abord faire face à une frappe sans conséquencedekeita(28 e ). Le Racing prend enfin la situation en main et son jeu, avec Cousin et Dindane à la baguette, oblige les Stéphanois à commettre de nombreuses fautes. STADE FELIX-BOLLAERT (LENS), HIER SOIR. Aruna Dindane et les Lensois se sont impos s sur de vaillants St phanois (ici Zokora) qui ont jou vainement le contre. (PHOTOPQR/«LA VOIX DU NORD»/SAMI BELLOUMI.) dispositions nous pouvons attaquer la deuxième partie de saison.» Les Nancéiens débutent bien la rencontre, avec deux coups de tête de Kim et Puygrenier. Mais la formation alignée par Jean Fernandez, proche de l équipe type, avec une défense à cinq, va lentement affirmer son emprise sur le match. Une contre-attaque éclair menée par Ribéry et Niang prend de vitesse la défense adverse. Bracigliano effectue alors une bonnesortie(20 e ). Maladroit Mendoza L OM démarre la seconde période avec une défense à quatre. Un changement tactique qui semble peu judicieux car, dès la 49 e minute, Zerka ouvrelescoreenbattantdeprèsbarthez après une série de bévues de la défense phocéenne. A l heure de jeu, l OM réagit grâce à la classe de son milieu de terrain. Nasri ouvre pour Ribéry qui centre vers Niang. L attaquant sénégalais égalise. Jusqu au bout, Marseille manquera de peu de prendre un avantage définitif. Mendoza remplace Niang et rate par deux fois la cible. «On manque de réalisme», conclura Jean Fernandez. C est si vrai Pierre-Etienne Minonzio SAMEDI Lyon - PSG Buts : Fred ( e ), Carew (90 e + 3). Ajaccio - Troyes But : Amzine (79 e ). Auxerre - Nantes Buts : Luyindula (3 e,39 e ), Pieroni (30 e ), Be. Cheyrou (90 e + 2). Bordeaux - Lille But : Fernando (81 e ). Metz - Toulouse Buts. Metz : Proment (14 e s.p., 66 e ). Toulouse : Moreira (40 e ), Santos (90 e ). Monaco - Le Mans Buts : Modesto (11 e ), Sorlin (42 e ). Strasbourg - Sochaux HIER Nancy - Marseille Rennes - Nice Lens - Saint-Etienne LIGUE 1/17 e JOURN E Comme celle d Hognon sur Cousin, aux 3 mètres, plein axe. Thomert s élance et décoche un bijou de coup franc qui finit sa course dans la lucarnedroitedejanot(1-1,33 ).Ce cinquième but de la saison de Thomertaledondeboosterlessiens. Même si Gomis, seul devant Itandje, manque une occasion en or de refroidir les ardeurs artésiennes (42 e ), les hommes de Gillot gardent le bon tempo et font le siège de la défense stéphanoise. Incapable de sortir des ballons propres, Saint-Etienne subitetmanquemêmed êtrepuni sur une nouvelle offensive artésienne. Dindane, seul aux 6 mètres, oblige Janot à un sauvetage miracle (64 e ). Cousin, lui, ne laisse pas passer l aubaine et donne l avantage au Racing, une minute plus tard, d une lourde frappe (2-1, 6 e ). Lens tient sa victoire et peut sourire aujourd hui à la lecture du classement LA FICHE Francis Robi LENS - SAINT-ETIENNE 2-1 (1-1) Spectateurs : Arbitre : M. Piccirillo. Buts. Lens : Thomert (34 e ), D. Cousin (64 e ) ; Saint-Etienne : L. Perrin (2 e ). Lens : Itandje - Hilton (cap), Gillet, Demont,Assou-Ekotto-A.Diarra,Se. Keita, Thomert, Jussi - Dindane, D. Cousin. Saint-Etienne : Janot - F. Diawara, Hognon, Z. Camara, Ilunga - L. Perrin, Sabl (cap), Zokora, Hellebuyck (F. Mendy, 40 e ) - B. Gomis, P. Feindouno. CLASSEMENT Pts J. G. N. P. bp bc Diff. 1Lyon Auxerre Bordeaux Lens Monaco ParisSG Lille Rennes St-Etienne Marseille LeMans Nancy Nantes Sochaux Nice Toulouse Troyes AjaccioAC Metz Strasbourg RENNES - NICE 1-0 (0-0) LE CLASSEMENT OFFICIEL DES BUTEURS. Arbitre : M. Ennjimi. 10 buts : Pauleta (PSG). 7 buts : Cousin But : Frei (62 e ). (Lens), Pieroni (Auxerre). 6buts:Luyindula Avertissements. Rennes : E. Didot (33 e ), Edman (4 e ), K llstr m (89 e ). Nice : Vahirua (Lyon), Frei (Rennes), Rib ry (Marseille), Fred (Auxerre). buts : Carew (Lyon), Wiltord (30 e ), Echouafni (38 e ), Tchato (49 e ), Balmont (Lyon),Thomert(Lens),Moreira(Toulouse), LA FICHE (3 e ), Rool (74 e ). Ilan (Sochaux), Kroupi (Nancy). NANCY - MARSEILLE 1-1 (0-0) Expulsion. Nice : Tchato (61 e,2 e jaune). Spectateurs : Arbitre : M. Thual. Rennes : Pouplin - Ouaddou, J. Faty, Edman, LA PROCHAINE JOURNEE (18 e ). Buts. Nancy : Zerka (49 e ). Marseille : Niang (61 e ). Mbia - Gourcuff (Mvuemban, 46 e ), E. Didot Samedi 10 d cembre, 17 h 1 : Lille - Lens. Avertissements. Nancy : Kim (76 e ). Marseille : Cesar (3 e ), Barthez (4 e ), Rib ry (4 e ). (Bourillon, 68 e ),K llstr m,utaka,monterrubio (cap.) - Frei (Hadji, 90 e ). Auxerre, Nancy - Strasbourg, Nice - Ajaccio, 20 heures : Le Mans - Bordeaux, Marseille - Nancy : Bracigliano (cap.) - Chr tien (Adailton, 62 e ), Puygrenier, Diakhat, L cluse, Biancalani - Zerka, B renguer, Duchemin, Sarkisian (Chouleur, 71 e )-Kim. Nice : Gr gorini - Fanni, S. Traor (cap.), Abardonado, Tchato - Balmont, Echouafni (S. Ca- Troyes. Dimanche 11 d cembre, 18 heures : PSG - Rennes, Sochaux - Metz, Toulouse - Marseille : Barthez (cap.) - Beye, D hu, Andre Luis (Nasri, 46 e ), Cesar, Taiwo - Rib ry, le seul club «qui pourrait le faire Lamouchi, Cana, Oruma - Niang (Mendoza, 87 e ). quitter Liverpool». H.M. mara, 79 e ), Rool - Kon, Bagayoko, Vahirua Nantes - Monaco. 21 heures : Saint-Etienne - (Jarjat, 63 e ). Lyon. LUNDI DECEMBRE 200 1

16 magenta cyan jaune noir Football, Ligue 1/PSG LES SPORTS Mais qu arrive-t-il Rothen? OI,jenedisrien.» Quelle que soit «Mla question, Jérôme Rothen renvoie cette courte et unique réponse. Hier encore, au lendemain d une nouvelle prestation décevante à Lyon, le milieu de terrain international n a pas souhaité s exprimer. Mais finalement, que pourrait-il dire? L international, connu pour prendre son métier très à cœur, est le premier à savoir qu il n est tout simplement pas en forme depuis plusieurs semaines. Au stade de Gerland, samedi, sous les yeux du sélectionneur national Raymond Domenech, il est une fois de plus passé à côté de son match. Son calvaire a pris fin à la 7 e minute de la rencontre lorsque l Uruguayen Cristian Rodriguez l a suppléé. Ilaalorsregagnélebanc,tête basse, sans croiser le regard de Laurent Fournier, son entraîneur, ni lui serrer la main. Hier matin au camp des Loges, celui-ci a d abord cherché à soutenir son joueur. «Jérôme est moins performant en ce moment, reconnaît Laurent Fournier. Mais ce n est pas parce qu un mec est moins bien ces derniers temps que je vais le lâcher. C est le genre de choses qui arrive. La saison dernière, on lui a posé une vis à la cheville droite et on ne s arrête pas près de neuf mois (NDLR : quatre en réalité, d octobre 2004 à février 200) sans en subir le contrecoup et avoir un petit passage à vide.» «Le problème est aussi mental» Que va-t-il désormais se passer pour l ancien joueur monégasque victime d une fracture de la cheville la saison passée et de deux blessures à une cuisse en septembre? A en croire Cyril Moine, préparateur physique du PSG, le staff compte rapidement reprendre la situation en main. «Nous allons l aider, explique-t-il. Nousallonsessayerdesavoirce qui va et ce qui ne va pas, de voir comment il ressent les choses. Ce matin (hier), c était difficile d en parler car Jérôme doit digérer la déception de sa prestation sur la pelouse lyonnaise et de sa sortie avant la fin de la rencontre. Mais nous allons entreprendre un petit dialogue avec lui et essayer de lui apporter des solutions.» Le point de vue de Cyril Moine apporte un éclairage pertinent sur la situation du milieu gauche parisien dont les performances à l entraînement n ont présenté «aucun signal d alerte». Les derniers bilans médicaux effectués sont également très bons. «Aujourd hui, raconte Moine, Rothen subit un petit contrecoup lié à ses blessures. Mais le problème n est pas simplement physique. Il est aussi mental : Jérôme doit arrêter de se poser des questions par rapportàsasituationouàcequ il peut entendre sur ses performances. Il traverse simplement une mauvaise passe. Nous allons vers lui car nous sentons qu il est en train de s enfermer.» Sûr que si Jérôme Rothen retrouvait son niveau, la formation parisienne gagnerait en efficacité. L inverse est sans doute tout aussi vrai. David Opoczynski STADEDEGERLAND(LYON),SAMEDI.J r me Rothen est sorti en deuxi me p riode. Il a alors regagn le banc, t te basse, sans croiser le regard de Laurent Fournier, son entra neur. (LP/OLIVIER LEJEUNE.) Classement Matchs du champioannat de Diff. L Auxerre Lyon Lens Monaco Bordeaux Nancy Toulouse Paris SG Nice Le Mans Strasbourg Ajaccio V N D Pts n.p Paris seizi me sur les cinq derni res journ es EPUIS le but victorieux de l international ivoi- D rien Bonaventure Kalou en fin de match contre Nancy (1-0), le 22 octobre, le PSG a vécu cinq journées difficiles. Le classement calculé uniquement sur les cinq dernières sorties des équipes deligue1permetdemesurerlenombredepoints abandonnés par l équipe parisienne sur ses concurrents directs en un peu plus d un mois. Au soir de la 12 e journée, Paris comptait 7 points de retard sur l Olympique lyonnais, 2 d avance sur les Girondins de Bordeaux, 4 sur les Auxerrois et 6 sur les Monégasques. Ce matin, le PSG a plus que doublé son retard sur Lyon (16 points), Auxerre a récupéré la seconde place qualificative à la Ligue des champions et compte désormais longueurs d avance. Enfin, les formations de Bordeaux et Monaco sont elles aussi passées devant. Battu par Auxerre (2-0), Lens (4-3) et Lyon (2-0), accroché par Monaco (0-0) et victorieux à Bordeaux (2-0), Paris a connu un pâle mois de novembre à l inverse de ses rivaux, beaucoup plus réguliers et performants. S il ne se reprend pas très vite contre Rennes au Parc des Princes et à Ajaccio, le club de la capitale méritera le bonnet d âne decettefind année200. Fournier au chevet de ses joueurs HYSIQUEMENT, quelques joueurs ne vont pas bien. PMentalement, d autres n y arrivent plus. Tactiquement, certains n adhèrent pas. Parfois, ce sont les mêmes que l on retrouve dans ces trois catégories. Depuis un mois, et hormis l éclair bordelais, Laurent Fournier observe les dérives de son groupe. Devant l urgence, une deuxième défaite d affilée, l entraîneur parisien compte se transformer en psychologue dès cette semaine. «On est en difficulté mais cela me motive encore plus, disait-il hier matin. On traverse un passage à vide, on va mettre les bouchées doubles et faire ledosrond.enbossantetenpréparant la réception de Rennes pour gagner ce match. On va discuter.» Il annonce des entretiens individuels. Objectif : recréer une osmose de groupe, rappeler ses devoirs à chacun,soignerlesâmestristesdu PSG. «Il y a peut-être un petit doute dans les têtes, confirme Laurent Fournier. Mais comme je le leur ai dit ce matin (hier), je suis avec eux et je vais tout faire pour les aider. Je n ai pas envie de lâcher. Ce serait dommage par rapport au début de saison. A Paris, il y a toujours des moments difficiles, on a l habitude, on les accepte. Dans ces momentslà, on ne s en sort qu avec une grosse solidarité. C est là qu on voit les joueurs de tempérament, ceux prêts à relever le défi. Ce n est pas facile et on aime quand ce n est pas facile.» «Je ne les lâcherai pas», martèle-t-il. Unedémarchesalutairefaceàla morosité d ensemble de l effectif. Et puis, l entraîneur est confronté à une vague de sceptiques et de déçus. Il y a ceux qui ne l aiment plus, ceux qui le critiquent en privé, ceux qui ne le comprennent plus. Ceuxlà ne constituent pas la majorité du groupe mais, parmi ceux-là, certains jouent régulièrement. «Il faut être constant» A qui s adressera-t-il en priorité? A l écouter, «on est à Paris et non plus dans un club où il y a moins de pression, où l on peut faire un match de temps en temps. Ici, il faut être constant», son message semble s adresser prioritairement aux recrues : Rozehnal (ex-bruges), Landrin (ex-lille) et Kalou (ex-auxerre), surtout Kalou. Dhorasoo, venu de Lyon et du Milan AC, est également concerné (surtout pour ses prestations à l extérieur) même si le staff est plutôt satisfait de son rendement. Kalou, qui n était pas présent au PSG EXPRESS moment où Fournier a rassemblé ses joueurs avant le décrassage matinal, racontait avant de connaître l existence de ces entretiens : «En ce moment,celanevapas.celanesert àriendechercherunresponsable. On est tous responsables. Il n y a pas grand-chose à se dire. Les discours, on en a assez fait.» Dominique S v rac Hier. Décrassage. Kalou et Rozehnal sont restés en salle de soins. Aujourd hui. Repos. Reprise de l entraînement demain. Infirmerie. Cissé (adducteurs), Piètre (réhabilitation). Suspendu. MBami contre Rennes. Rendez-vous. PSG - Rennes, samedi 10 décembre, à 20 heures, au Parc des Princes (Foot +). 16 LUNDI DECEMBRE 200 magenta cyan jaune noir

17 Football, équipe de France LES SPORTS * «Domenech a été réceptif» ROBERT PIRES, international fran ais Londres (Royaume-Uni) DE NOTRE CORRESPONDANT IER MATIN dans l émission de TF 1 «Téléfoot», Robert Pires, H32 ans, s est excusé auprès de l équipe de France et de son staff. Le milieu de terrain d Arsenal, qui n a plus été retenu chez les Bleus depuis le 13 octobre 2004 contre Chypre, avait notamment déclaré aprèslesuccèsànicosie(2-0):«onaurait besoin que Domenech nous libère, or il nous crispe par ses attitudes, ses paroles, ses commentaires.» Pires s explique sur les raisons de cette décision, sur la teneur de sa conversation avec Raymond Domenech et sur le rôle tenu par son ami le rugbyman Thomas Castaignède dans cette démarche. Pourquoi avoir d cid de pr senter vos excuses l quipe de France et son staff? Robert Pires. Lorsque j ai fait des déclarations sur les Bleus et le sélectionneur l an dernier, je ne voulais blesser personne. Mais ces déclarations étaient malvenues. Aujourd hui, pour le mal, entre guillemets, que j ai fait, je présente mes excuses aux joueurs de l équipe de France et au staff. Esp rez-vous toujours participer lacoupedumonde? Oui,biensûr.MavolontéestquelaFrance soit championne du monde. J ai décidé de faire le premier pas et j espère être de cette aventure pour revivre les moments magiquesde1998.jeneveuxpasvivreavec des regrets et me dire dans dix ans, «Oh! si j avais su en 200 ou 2006, j aurais dû faire mes excuses.» ESPAGNE/14 e JOURN E Real: Luxemburgo viré! ENTRAÎNEUR brésilien du L Real Madrid, Vanderlei Luxemburgo, a été démis de ses fonctions et remplacé par Juan Ramon Lopez Caro, entraîneur de l équipe réserve, a annoncé hier la télévision du club espagnol. En poste depuis le 30 décembre 2004, Luxemburgo paye les mauvais résultats madrilènes. Samedi : Celta Vigo - Betis S ville 2-1 ; Real Madrid - Getafe 1-0 (but de Ronaldo) ; Athletic Bilbao - Atletico Madrid 1-1. Hier : Cadix - Saragosse 1-2 ; Espanyol Barcelone - Valence 1-3 ; Alav s - Majorque 0-3 ; Santander - Real Sociedad 2-2 ; Malaga - Osasuna 1-2 ; Villarreal - FC Barcelone 0-2 ; FC S ville - La Corogne 0-2. CLASSEMENT. 1. FC Barcelone, 31 pts (+ 24) ; 2. Osasuna, 31 (+ 7) ; 3. Celta, 26 ; 4. Real Madrid, 2 (+ 9) ;. Valence, 2 (+ ) ; 6. Villarreal, 23 (+ 8) ; 7. FC S ville, 23 (+ 7) ; 8. La Corogne, 23 (+ ) ; 9. Getafe, 21 ; 10. Real Sociedad, 18 ; 11. Atletico Madrid, 17 ; 12. Malaga, 1 (+ 1) ; 13. Majorque, 1 (- 8) ; 14. Saragosse, 14 (- 4) ; 1. Cadix, 14 (- ) ; 16. Espanyol, 13 ; 17. Santander, 12 ; 18. Athletic Bilbao, 11 (- 6) ; 19. Alav s, 11 (- 9) ; 20. Betis, 11 (- 12). GSP STADIUM (NICOSIE), LE 13 OCTOBRE Robert Pires s est excus de ses propos tenus sur l quipe de France et son staff apr s la victoire Chypre, son dernier match avec les Bleus. (LP/MATTHIEU DE MARTIGNAC.) LES CHAMPIONNATS EUROPEENS ITALIE/14 e JOURN E Samedi : Chievo V rone - Milan AC 2-1 ; Inter Milan - Ascoli 1-0. Hier : Fiorentina - Juventus 1-2 ; Lazio - Sienne 3-2 ; Palerme - Cagliari 2-2 ; Reggina - Parme 2-1 ; Sampdoria G nes - Empoli 2-0 ; Tr vise - Messine 0-0 ; Udinese - Livourne 0-2 ; Lecce - AS Rome 2-2. CLASSEMENT. 1. Juventus, 39 pts ; 2. Milan AC, 31 ; 3. Inter, 29 (+ 14) ; 4. Fiorentina, 29 (+ 13) ;. Livourne, 2 ; 6. Chievo, 24 ; 7. Sampdoria, 23 ; 8. Lazio, 22 ; 9. AS Rome, 20 (+ 4) ; 10. Udinese, 20 (- 4) ; 11. Palerme, 19 (+ 1) ; 12. Empoli, 17 ; 13. Reggina, 16 ; 14. Sienne, 1 ; 1. Ascoli, 13 ; 16. Messine, 9 (- 9) ; 17. Cagliari, 9 (- 10) ; 18. Parme, 9 (- 13) ; 19. Tr vise, 8 (- 13) ; 20. Lecce, 8 (- 14). ANGLETERRE/1 e JOURN E Samedi : Liverpool - Wigan 3-0 ; Blackburn - Everton0-2;Bolton-Arsenal2-0;Chelsea- Middlesbrough 1-0 ; Newcastle - Aston Villa 1-1 ; Tottenham - Sunderland 3-2 ; West Bromwich - Fulham 0-0 ; Manchester Utd - Portsmouth 3-0. Hier : Charlton - Manchester City 2-. Aujourd hui : Birmingham - West Ham. CLASSEMENT. 1. Chelsea, 40 pts ; 2. Manchester Utd, 30 ; 3. Liverpool, 28 ; 4. Tottenham, 27 ;. Arsenal (+ 10) ; 6. Bolton, 26 (+ 4) ; 7. Wigan, 2 ; 8. Manchester City, 21 ; 9. West Ham (+ 4), 19 ; 10. Middlesbrough, 19 (- 1) ; 11. Newcastle, 19 (- 2) ; 12. Charlton, 19 (- 4) ; 13. Blackburn, 18 ; 14. Fulham, 16 (- 4) ; 1. Aston Villa, 16 (- 8) ; 16. Everton, 16 (- 9) ; 17. West Bromwich, 13 ; 18. Portsmouth, 10 ; 19. Birmingham, 9 ; 20. Sunderland,. ALLEMAGNE/1 e JOURN E Samedi : Moenchengladbach - Nuremberg 0-1 ; Dortmund - Hanovre 0-2 ; Hambourg - Cologne 3-1 ; Br me - Duisbourg 2-0 ; Stuttgart - Bayern Munich 0-0 ; Bielefeld - Schalke 0-1. Hier : Leverkusen - Hertha Berlin 1-2 ; Mayence - Wolfsburg -1. Le 14 d cembre : Kaiserslautern - Francfort. CLASSEMENT. 1. Bayern Munich, 38 pts ; 2. Hambourg, 34 ; 3. Br me, 32 ; 4. Schalke, 28 ;. Berlin, 2 ; 6. Dortmund, 21 (+ 2) ; 7. Moenchengladbach, 21 (+ 2) ; 8. Hanovre, 19 (+ 3) ; 9. Stuttgart, 19 (+ 1) ; 10. Wolfsburg, 18 ; 11. Leverkusen, 17 ; 12. Bielefeld, 16 ; 13. Mayence, 1 (- 1) ; 14. Francfort, 1 (- ) ; 1. Nuremberg, 12 ; 16. Cologne, 11 ; 17. Duisbourg, 9 (- 16) ; 18. Kaiserslautern, 9 (- 20). PORTUGAL/13 e JOURN E Thomas Castaign de a-t-il t important dans votre d cision? Nous avons eu une longue discussion mercredi soir dernier. Lui aussi, il a connu une période sans équipe de France. Et il avait sentileschoses.ilasentiquelesbleusme manquaient beaucoup. Il m a raconté son retour le mois dernier. Cela m a rappelé des souvenirs. Il m a encouragé à m excuser. Avez-vous parl avec le s lectionneur? Oui, nous avons essayé de nous joindre mutuellement mais nous sommes chacun tombéssurlamessageriedel autre.puis enfin, nous nous sommes parlé. Nous avons eu avec Raymond Domenech une vraie discussion d homme à homme. C est quelque chose que nous attendions depuis desmois.ilaétéàl écoute,réceptifàce que je lui disais. De quoi avez-vous parl? Beaucoup de choses resteront entre lui et moi. Mais ce que je peux vous dire, c est quenousavonsmisleschosesaupoint.il voulait entendre ma version, pourquoi j avais fait ces déclarations. Je lui ai expliqué. Je suis content parce que ça s est vraiment bien passé entre nous deux. Maintenant, tout dépend de mes performances. Je dois être bon sur le terrain et ensuite on verra s il me rappelle ou pas. Propos recueillis par Julien Laurens Joint au t l phone, Raymond Domenech n a pas voulu commenter les excuses de Robert Pires. «Depuis le début, je n ai rienàdirelà-dessus.jejugelesjoueurssur leur capacité à apporter un plus à la sélection», a-t-il seulement expliqué. Vendredi : FC Porto - Sporting Portugal 1-1. Samedi : Belenenses - Nacional Mad re 1-0 ; Maritimo Funchal - Benfica Lisbonne 0-1. Hier : Rio Ave - Pa os Ferreira 2-2 ; Naval - Academica Coimbra 0-1 ; Estrela Amadora - Gil Vicente 1-0 ; Boavista Porto - Penafiel 2-1 ; Sporting Braga - Vitoria Setubal 0-1 Aujourd hui : Vitoria Guimaraes - Uniao Leiria. CLASSEMENT. 1. FC Porto, 28 pts ; 2. Nacional Mad re, 27 ; 3. Braga, 26 ; 4. Vitoria Setubal, 26 ;. Sporting Portugal, 24 ; 6. Benfica, 22, 7. Boavista Porto, 22 ; 8. Pa os Ferreira, 18 ; 9. Academica, 17 ; 10. Rio Ave, 16 ; 11. Maritimo, 1 ; 12. Belenenses, 14 ; 13. Estrela Amadora, 13 ; 14. Uniao Leiria, 12 ; 1. Naval, 11 ; 16. Gil Vicente, 11 ; 17. Vitoria Guimaraes, 10 ; 18. Penafiel, 7. LIGUE 2/18 e JOURNEE Valenciennes accroch ALENCIENNES et Sedan n ont V pu se départager (1-1), hier. Les deux leaders de la L 2 restent à égalité de points, même si les Nordistes gardentuneunitéd avanceàladifférence de buts, qui leur permet d être premiers, et que les Ardennais comptent un match de retard. La pluie qui s est abattue sur Valenciennes n a pas freiné l ardeur sedanaise. Mokaké exploite rapidement un ballon en retrait de Belhadj (10 e ). Mais devant un stade plein, les Valenciennois réussissent à égaliser par Dufresne (34 e ). Plus rien ne sera marqué en seconde période. L.D. Hier Valenciennes - Sedan Ce soir, 20 h30 Le Havre - Bastia (Eurosport) Vendredi Amiens - Lorient Brest - Grenoble Châteauroux - Caen Créteil - Dijon Guingamp - Clermont Laval - Sète Montpellier - Gueugnon Reims - Istres CLASSEMENT Pts J. G. N. P. bp bc Diff. 1Valenciennes Sedan Lorient Bastia Créteil-Lus Châteauroux Brest Caen AmiensSC Grenoble Dijon LeHavre Reims Laval Montpellier Gueugnon Istres Guingamp Clermont Sète LA PROCHAINE JOURN E (19 e ). Vendredi 16 d cembre, 20 h 30 : Caen - Brest;Clermont-Laval;Dijon-Amiens; Gueugnon - Ch teauroux ; Istres - Le Havre ; Sedan - Reims ; S te - Guingamp. Samedi 18 d cembre, 1 h 4 : Lorient - Valenciennes. 20 h 30 : Bastia - Montpellier. Lundi 19 d cembre, 20 h 30 : Grenoble - Cr teil. PROPRIETAIRES A PARIS Louez votre appartement vacant en toute sérénité En bénéficiant de : - solides garanties locatives, - subventions et prêts attractifs pour vos travaux éventuels. APPEL GRATUIT LUNDI DECEMBRE

18 LES SPORTS Boxe/Championnat du monde WBA (poids mouche) «Jenesuisplusunmôme» BRAHIM ASLOUM, challenger mondial au titre WBA des poids mouche A partir de 21 heures ES SUPERSTITIEUX et les amateurs d histoire apprécie- Lront. Le 10 décembre 1984, il y a presque vingt et un ans, Louis Acariès disputait une demi-finale mondiale IBF des poids moyens. Les caméras de Canal + diffusaient alors leur première réunion en direct. Ce soir,«loulou»seradanslecoinde Brahim Asloum pour son premier Championnat du monde (WBA) des poids mouche, face à l anguille vénézuélienne Lorenzo Parra, tenant du titre. Après cinq années de professionnalisme, l échéance semble arriver à point nommé pour le champion olympique de Sydney Quelle r percussion pourrait avoir un titre mondial sur votre vie future? Brahim Asloum. Cela ne changera ni mon état d esprit ni ma vie, mais ce serait un symbole après mon titre olympique. Il n y a que 26 personnes qui ont réalisé ce doublé dans notre sport et aucun Français. Le côté symbolique me plaît. Sur le ring, cela pourrait me donner encore plus confiance en moi. D un autre côté, je considère la boxe comme un tremplin qui peut me permettre de mener à bien d autres projets dans une vie future, comme le cinéma même s il n y a rien de défini. Aujourd hui, toutes mes envies tournent autour de la boxe. «Ilferaitbiendenepas me sous-estimer» A quoi songez-vous en particulier? Je me donne encore quatre ou cinq ans et je poursuis quatre projets bien précis. Je veux boxer sous la tour Eiffel et à Alger en plein air, me pro- duireaumoinsunefoisàbourgoin- Jallieu, ma ville. Et puis avoir la chance de pouvoir montrer mon sport dans un grand stade de football. Julio Cesar Chavez et Oscar De La Hoya l ont fait mais il faut avoir une sacrée dimension pour ambitionnercela.carunifierletitred une catégorie ou être champion dans plusieurscatégories,celaadéjàété fait et d autres le feront encore. D o vous vient cette s r nit nouvelle? Je suis un peu plus conscient de mes forces. Avant, j avais tendance à me sous-estimer. C est un nouvel état d esprit. Mais attention, je n en ai jamais autant bavé que pour préparer ce combat. Mesurez-vous le chemin parcouru depuis les Jeux olympiques de Sydney? J ai bien grandi. Je ne suis plus un môme. Je me suis construit dans différentes circonstances, en particulier les plus négatives. Après Sydney, je n ai jamais ressenti autant de pression. Il a fallu absorber tout cela dont l installation à Paris. Louis Acari s dit que vous avez eu du mal apprivoiser le statut de vedette? Il y a tout de même plus d aspects positifs que négatifs. C est vrai que par moments, j ai eu l impression de ne pas me reconnaître dans ce que je lisais ou ce que je subissais lorsqu une partie du public me sifflait. Cela n a pas toujours été rose Championnat du monde WBA femmes (super-l gers) Myriam Lamare doit se m fier S pas un visage de guerrière. Hier soir à la pesée ES LONGUES nattes blondes ne masquent de la réunion, l Anglaise Jane Couch (36 ans), adversaire de Myrian Lamare ce soir, titre mondial WBA des poids super-légers en jeu, a marqué les esprits. L Anglaise au regard sec transpire la dureté et répond au doux surnom de «l Assassin de Fleetwood».L histoirenarremêmequ ellecassaune côteàsandrageigerlorsd uncombatdekick-boxing, pour une couronne mondiale, en Geiger passa ensuite trois jours à l hôpital. PARIS, LE 3 MARS. Cinq ans apr s son titre olympique, Brahim Asloum se voit offrir une chance de remporter un premier Championnat du monde, ce soir, contre Lorenzo Parra. (PRESSE SPORTS/RONDEAU.) Mais Jane Couch possède une place à part dans l histoire sportive de son pays pour une autre raison. Elle a remporté un procès de plus de six mois contre les instances locales, lui permettant la tenued uncombatdeboxeprofessionnelleféminine, à Londres, en Premier du genre depuis 1929! Mais de tout cela, Myriam Lamare, championne en titre, ne se soucie guère : «Je ne suis encore qu a 60 % de mon potentiel. La marge de progression est là. J ai pris conscience également dansmaviemêmesiçasemblebizarreàdirecarjenegagnepasle Smic et je ne suis globalement pas à plaindre. Mais ce sont des épreuves à passer. Que vous inspire votre adversaire v n zu lien? C est un bon. Il frappe, sait tout faire. Ce n est pas spécialement mon type de boxeur car il est aussi grand que moi (1,6 m), et il bouge bien. Je ne vais pas, d entrée, me jeter sur lui mais si je veux gagner, je vais devoir me montrer offensif. Il ferait bien de ne pas me sous-estimer car je suis invaincu, et je pense le rester. Propos recueillis par Bertrand-R gis Louvet du chemin qu il me reste à accomplir.» Très féminine en dehors des rings, il sera encore curieux d observer la Parisienne établie à Marseille à l approche de l heure H : «De femme à boxeuse, la transformation s effectue naturellement. Deux heures avant mon combat, je ne suis plus la même. C est comme un mécanisme. Mes amis ne me reconnaissent pas quand je monte sur un ring. Ils découvrent quelqu un avec un regard creusé, dans un autre monde. Ils n ont pas l impression de voir la même personne.» B.-R.L. Tous dingues de Brahim A «BRAHIMANIA» prend L de l ampleur. Il suffit de consulter les «people» attendus ce soir pour s en convaincre. Du jamais-vu depuis trente ans pour un gala de boxe en France. «Onnesaitplusoùdonnerde latête»,avoueelodiemalatrait, chargéedecesecteurchezami production, la société de Michel Acariès. «Il y aura aussi 17 journalistes, un record.» Bernard Tapie s installera aux côtés d Alain Delon, Guillaume Canet, Bruno Putzulu, Samuel Le Bihan, Clovis Cornillac. Le mondedelatéléserareprésenté par Jean-Luc Delarue, proche du jeune boxeur, mais aussi Charles Villeneuve, patron des sports de la «Une» et l aéropage decanal+,quiamiséilyacinq ans sur le champion olympique. Les grands patrons seront aussi Bercy Au rayon des comiques, on pourra voir Djamel Debouze, Mickaël Youn, Eric et Ramzy. Parmi les chanteurs, on attend Calogero et le producteur-rapeur Kool Shen. Côté sport, ou ex, David Douillet, Christophe Dugarry, Eric Cantona et Mahyar Monshipour, le spectaculaire champion du monde WBA des poids super-coq. Preuve de l aura naissante d Asloum, les grands patrons seront aussi à Bercy : Robert Louis-Dreyfus, intime de Louis Acariès,aconviésonamiSepp Blatter, président de la Fédération internationale de football. Mais aussi Franck Riboud, patron de Danone. La sublime Adriana Karembeu et son époux ont également prévu d assister au combat. B.-R.L. AU POPB À PARTIR DE 19 H 30 Championnat WBO mouche (12x3) : Narvaez (Arg) - INOM. Championnat WBA mouche (12x3) : Parra (Ven) - ASLOUM. Championnat WBA super-l gers femmes (10x2) : LAMARE - Couch (Ang). Plume (8x3) : AKTAS - Rojas (Ven) ; Super-plume (8x3) : Valero (Ven) - Ramazian (Arm). Welters (8x3) : BELHADJA - Linares (Ven). 18 LUNDI DECEMBRE 200

19 magenta cyan Football Des insultes racistes contre Vieira E RACISME gagne du terrain en L Italie. Le Brésilien de la JuventusEmersonarévéléhiersoirque des insultes racistes avaient été proférées par les supporters de la Fiorentina à l encontre de son coéquipier Patrick Vieira, lors du succès de la Juve (2-1). «Pendant le match, il (Vieira) a été insulté, a déclaré le milieu de terrain brésilien. C est triste d être toujours confrontés aux mêmes vieux problèmes alors qu on est presque en 2006.» Vieira, irrité par le comportement des supporters toscans, a manifesté sa colère par un geste en fin de rencontre. Cet incident intervient une semaine après les cris racistes des tifosi de l Inter visant le défenseur ivoirien de Messine, Mark Zoro, lors du match de L 1 remporté par les Milanais (2-0). Zoro, 21 ans, en larmes, avait menacé de quitter le terrain, et demandéàl arbitredesuspendrele match. Sans réussite. D autre part, jeudi soir, en huitièmedefinaleallerdelacoupe d Italie, la rencontre Fiorentina-Juventus avait été interrompue à la e minute suite à des incidents dans les tribunes avant de reprendre quelque quarante minutes plus tard Lilian Thuram, défenseur de l équipe de France et membre du Haut Conseil à l intégration, a estimé qu il fallait une réelle volonté politique pour combattre le racisme dans les stades. «On ne peut pas continuer comme ça. Mes enfants ne peuvent pas jouer au football et entendredesbruitsdesinge»,a-t-il notamment déclaré. L.D. jaune noir LES SPORTS Rugby, Top 14/Stade Fran ais «Le calendrier nous est favorable» FABIEN GALTHI, entra neur du Stade Fran ais ASSÉS LES MOMENTS DE DOUTE et d inquiétude liés à une infirmerie bien Premplie, Fabien Galthié a retrouvé le sourire après la victoire à Pau (32-9), rehaussée d un bonus, qui positionne son club dans le quatuor de tête du Top 14. Place à la Coupe d Europe avec un duel franco-français face à Montferrand. Estimez-vous que cette victoire Pau efface la d faite de Narbonne en ouverture de saison? Fabien Galthi. Ce n est pas ainsi que je vois les choses. Je comptabilise 10 points pris en deux matchs, contre Bayonne et Pau, puisqu à chaque fois,ilyaeulebonusàlaclé.jesaisaussiquele calendrier nous est maintenant franchement favorable, ce qui n est pas le cas de nos principaux rivaux. Donc en championnat, je ne suis pas trop inquiet A condition bien sûr de ne pas compter de nouveaux blessés qui seraient susceptibles de perturber, à nouveau, le bon rendement de l équipe et nuire à son homogénéité. a change quoi de pouvoir aligner pour la premi re fois de la saison le trio Hernandez-Dominici-Corleto? Quand trois talents sont ensemble sur le terrain, ça ne peut que poser des problèmes à la défense d en PARIS, LE 24 SEPTEMBRE. Fabien Galthi n est pas trop inquiet pour le championnat. (LP/MATTHIEU DE MARTIGNAC.) face. Pour l heure, Hernandez est le seul à être pleinement dans le coup, puisque Corleto mais surtout Dominici reviennent à peine. Je pense qu on peut imaginer une équipe franchement intéressante, si tout le monde est là O en est Brian Liebenberg? J aimerais le savoir avec plus de précision. Il souffre toujours d une inflammation des disques vertébraux et cela dure sans se régler. Il est certain qu unjoueurdesatrempemanqueaucollectif, car lui aussi, avec sa solidité, pèse sur les défenses En l absence de Pichot, qu avez-vous pens de la prestation de Fillol? J aimerais qu il apporte encore plus d animation dans le jeu de l équipe. Nous parlons beaucoup tous les deux, il sait ce que je veux. Votre touche a manqu d efficacit Pau. N est-ce pas un point am liorer dans la perspective du match contre l AS montferrandaise? Oui. Pourtant, nous avons tout. A la fois le lanceur Szerzewski et les sauteurs. Ce qui reste à régler, c estlaclartédanslechoixdesannonces.nousallons travailler ça cette semaine. A Pau, on a laissé souffler Rémy Martin tandis que Pieter De Villiers n a joué que vingt-cinq minutes. Les deux hommes devraient être pleins d énergie samedi. Les deux matchs avec l ASM sont des quitte ou double pour les deux clubs. En cas de petits écarts, les deux peuvent se planter et faire le jeu de Leicester. J espère que l un des deux clubs passera et, vous vous en doutez, j espère que ce sera nous Propos recueillis par Jean Cormier EN BREF Cyclisme Ivan Basso, coureur italien de la CSC, sera finalement au départ du prochain Tour d Italie, qui s élancera le 8 mai 2006 de Seraing, en Belgique. Equitation Florian Angot a remporté le Concours international de saut d obstacles de Paris, sur First de Launay, étalon des Haras nationaux. Avec un double sans-faute, le Français a été le plus rapide du barrage, précédant au temps l Allemand Franke Sloothaak et un autre Tricolore, Eric Navet. Football La F d ration allemande aengagé une procédure disciplinaire contre le joueur turc de Cologne Özalan Alpay, soupçonné d avoir donné un coup de coude au visage du défenseur ivoirien de Hambourg, Guy Demel. Alpay, 32 ans, était déjà impliqué dans les incidentssurvenuslorsdumatchde barragepourlemondial2006turquie - Suisse, le 16 novembre à Istanbul. Ski nordique Jason Lamy Chappuis, skieur français de combiné nordique, s est classé 12 e de la deuxième étape de la Coupe du monde de la spécialité à Lillehammer (Norvège). A 19 ans, il s est qualifié grâce à ce résultat pour les Jeux olympiques d hiver de Turin (du 10 au 26 février 2006). LUNDI DÉCEMBRE magenta cyan jaune noir

20 LES SPORTS Natation Record d Europe pour Manaudou AURE MANAUDOU a battu L hier le record d Europe du 400 m nage libre en petit bassin. Elle s est imposée en 4 minutes et 20 centièmes en finale des Championnats de France, à Chalon-sur- Saône. L ancien record (4 1 26) appartenait à l Ukrainienne Yana Klochkova depuis le avril Il s agit du deuxième record amélioré par la championne olympique et du monde du 400 m nage libre au cours de la compétition, après son record de France du 800 m porté à , vendredi. «Jepensequelerecorddumonde (NDLR : par l Américaine Lindsay Benko) n était pas très loin, explique Manaudou qui devance Sophie Huber (4 8 12) et Sarah Bey ( ). J espère que cela ne va pas tarder. Je pense pouvoir encore m améliorer. J attends vraiment les Championnats d Europe (du 8 au 11 décembre à Trieste en Italie).»La nageuse du CN Melun Val de Seine s est adjugé son septième titre de championne de France en petit bassin ce week-end et détient aussi les records de France du 0 m, du 100 m dos en petit bassin et le record du monde du 1 00 m en petit bassin. Par ailleurs, Aurore Mongel a battulerecorddefrancedu200m papillon dames en petit bassin en s imposant en 2 minutes 8 secondes et 26 centièmes. L.D. Handball féminin/championnat du monde «On est en difficulté» OLIVIER KRUMBHOLZ, s lectionneur des Bleues A partir de 18 h 30 ENANTE du titre, l équipe de France entame le Mondial Taujourd hui à Saint-Pétersbourg (Russie) face à la Macédoine, contre laquelle elle n a jamais perdu. Mais ces Bleues-là n ont plus grandchose à voir avec celles qui avaient été couronnées en 2003 (elles ne sont plus que cinq de cette belle aventure). Le sélectionneur Olivier Krumbholz ne croit pas aux chances de podium de son équipe. Championne du monde en titre, la France vise officiellement aujourd hui une place dans les huit premi res. N est-ce pas d cevant? Olivier Krumbholz. Les choses n ont pas tourné comme on pouvait l espérer il y a un an. Certaines filles ne sont pas au rendez-vous. A 24 ans, Stéphanie Fiossonangay (arrière droite gauchère) par exemple accumule les problèmes physiques. C est une vraie déception. Je compose avec ça. Le titre mondial en 2003 suivi de la quatri me place aux JO d Ath nes en 2004 refl taient-ils le niveau du handball f minin en France? Evidemment non. Ces résultats étaient flatteurs. Comme on vous a habitués au meilleur, il est normal que la demande soit de plus en plus ATHÈNES (GRÈCE), LE 28 AOÛT Olivier Krumbholz trouve que les clubs fran ais ne sont pas assez exigeants avec les joueuses. (PRESSE SPORTS/ST PHANE RONDEAU.) forte. Et forcément, ça pèse. Le travail effectu dans les clubs fran ais est-il suffisant et vous convient-il? Ça se structure Mais les clubs sont beaucoup trop dépendants de certaines joueuses. On n est pas assez exigeant avec elles et on se heurte à de mauvaises habitudes. Le niveau d exigence demandé, voilà notre principal problème! Vu la situation dans laquelle vous vous trouvez, regrettez-vous d avoir pouss certainesfillesverslasortie l issue des JO d Ath nes? On est en difficulté, mais je ne regrette pas mes choix. Je ne vois pas vraiment ce que j aurais pu faire de différent depuis ces Jeux sans compromettre le futur. Même quand vousêtes oblig de rappeler Myriam Borg-Korfanty, qui a accouch de jumelles il y a seulement quatre mois Ecoutez, maintenir des gens qui ne sont pas bons en espérant qu à 28 ou 30 ans ils vont se reprendre, ça n a pas de sens. Il faut de l enthousiasme et de la volonté pour jouer en équipe de France. Quant à Myriam, elle vient avec ses moyens. Elle n est pas au top, c est logique, mais elle va se battre. Elle apporte son expérience et sa bonne humeur. En 2007, la France organise le Mondial f minin. Pensez-vous que d ici l l quipedefranceseraprête jouer les premiers r les? On a du temps pour améliorer la situation. Peut-être pas assez pour se présenter dans la peau d un favori. Mais je sais qu on aura les moyens pour bien se préparer. Est-ce l inqui tude qui domine avant d aborder ce Mondial en Russie? Plutôt l excitation mais il y a aussi beaucoup d humilité! On est avertis de la difficulté de la tâche qui nous attend. Propos recueillis par Fr d ric Michel L quipe de France. Gardiennes de but : Joseph-Mathieu, Nicolas, Maho. Joueuses de champ : Lambert, Kanto, Goudjo, Spincer, Baudouin, Herbrecht, Wendling,Borg-Korfanty,Legenty,Demangeon,Gomis,Vanparys,Tervel. Groupe D (le tour pr liminaire rassemble 4 groupes de 6 quipes) : FRANCE, Ukraine, Roumanie, Mac doine, Argentine, Cameroun. Au programme aujourd hui : Ukraine - Cameroun, Roumanie - Argentine, FRANCE - Mac doine (18 h 30, heure fran- aise). 20 LUNDI DECEMBRE 200

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 Dossier semestriel Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 BILAN DE L ANNÉE 2013 : Evolution mensuelle des taux en 2013 : baisse de 0,10% du taux d intérêt sur 20 ans Evolution des taux depuis

Plus en détail

Laurence BELLON laurence.bellon@grenoble-em.com. Grenoble Ecole de Management. Echange universitaire à :

Laurence BELLON laurence.bellon@grenoble-em.com. Grenoble Ecole de Management. Echange universitaire à : Laurence BELLON laurence.bellon@grenoble-em.com Grenoble Ecole de Management Echange universitaire à : Memorial University of Newfoundland (St. John s, NL, Canada) Janvier à Avril 2011 Entre janvier et

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Valeurs, identité et aspirations des jeunes avant l élection présidentielle Mars 2012 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Glamour

Plus en détail

La réduction du temps de travail

La réduction du temps de travail Activité pour la classe : CFTH La réduction du temps de travail Cette fiche contient : un texte informatif sur la «RTT» des questions ouvertes sur ce texte une activité de compréhension et d expression

Plus en détail

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat Pour défendre le pouvoir d achat > revalorisation de + 25 % de l allocation de rentrée scolaire grâce à un quotient

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier 16 ème Observatoire du Crédit Immobilier LES BANQUES ONT-ELLES ARRÊTÉ DE PRÊTER? «BANQUES CHERCHENT EMPRUNTEURS». C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 5 n o v e m b r e 2 0 1 2 INTRODUCTION : UN MARCHE

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

ENQUête 2012 auprès des hypothécaires

ENQUête 2012 auprès des hypothécaires ENQUête 2012 auprès des emprunteurs hypothécaires La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION principales constatations de l Enquête 2012 auprès des emprunteurs hypothécaires Les emprunteurs

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité. Une étude du Crédit Foncier

Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité. Une étude du Crédit Foncier Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité Une étude du Crédit Foncier synthèse En avant-première du Salon National de l Immobilier (3-6 avril 2014, Paris), le Crédit Foncier

Plus en détail

Semestre d étude à l Université de Limerick

Semestre d étude à l Université de Limerick Camille DESTOMBES Rapport fin de séjour Semestre d étude à l Université de Limerick Année 2013-2014 J ai passé le semestre d automne 2013-2014 dans l université de Limerick dans le sud-ouest de l Irlande

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Savoir/agir numéro 3, mars 2008. Plus longtemps, plus flexible, moins cher. Michel Husson, chercheur à l IRES

Savoir/agir numéro 3, mars 2008. Plus longtemps, plus flexible, moins cher. Michel Husson, chercheur à l IRES Savoir/agir numéro 3, mars 2008 Plus longtemps, plus flexible, moins cher Michel Husson, chercheur à l IRES Chapô : Travailler plus pour gagner plus : on connaît la chanson. Mais cet hymne à la valeur

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME QUESTIONS REPONSES sur la REFORME Age de départ à la retraite Je suis à la retraite. Est ce que je suis concerné par la réforme? Si vous êtes déjà à la retraite. Vous n êtes pas concerné par la réforme.

Plus en détail

Vous avez l opportunité de devenir propriétaire

Vous avez l opportunité de devenir propriétaire Vous avez l opportunité de devenir propriétaire Une grande majorité des Français souhaitent acquérir leur logement car devenir propriétaire est synonyme de placement financier, de sécurité pour l avenir

Plus en détail

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 1- Profil des acquéreurs, tous dossiers Immoprêt confondus A quel âge achète-t-on, quel est le budget et l apport moyen, seul ou en couple? 2- Profil

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali A la demande du Cercle des Epargnants et de Generali, le Centre d Etudes et de Connaissances

Plus en détail

Perp. vous? est-il fait pour. Le très attendu. plan d épargne-retraite populaire,

Perp. vous? est-il fait pour. Le très attendu. plan d épargne-retraite populaire, Le très attendu plan d épargneretraite populaire est désormais disponible. Faut-il pour autant se jeter dessus? Réponse dans ce premier vrai banc d essai, avec des simulations exclusives selon votre âge

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANÇAIS ET LES QUESTIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES : RETRAITES, DEPENDANCE, FISCALITE L enquête annuelle CECOP/CSA pour le Cercle des épargnants

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite 11, boulevard Haussman. 75009 Paris 01 58 38 65 87 / 37 www.cercledesepargnants.com contact@cercledesepargnants.com Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Décembre 2013 RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Article Page 1 Gestion financière de la Caisse nationale de grève...1 2 Définition du terme «grève»...1 3 Droit aux indemnités de la Caisse nationale

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Mënscherechter: Och fir Mënsche mat enger Behënnerung!

Mënscherechter: Och fir Mënsche mat enger Behënnerung! 1 Les personnes en situation de handicap doivent pouvoir vivre de manière indépendante. Elles doivent pouvoir décider librement de leur vie. Elles doivent avoir les mêmes droits que les personnes qui n

Plus en détail

La révision de la CCN 51. en 15 points. Evolution. Adaptation. Masse salariale constante. Marges. Négociations locales

La révision de la CCN 51. en 15 points. Evolution. Adaptation. Masse salariale constante. Marges. Négociations locales La révision de la CCN 51 en 15 points Masse salariale constante Marges Evolution Négociations locales Adaptation Edito Les évolutions importantes des secteurs sanitaire, social et médico-social (adaptation

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 LE MARCHÉ IMMOBILIER AU 1 er SEMESTRE 2015 @JFBuet @FNAIM fnaim.fr VOLUME DES VENTES DANS L EXISTANT 2 LÉGÈRE REPRISE DES VENTES DANS L EXISTANT Sources : CGEDD

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DES RETRAITES CGT SEMITAN SYNDICAT DES RETRAITES CGT DE LA SEMITAN LA REVOLTE

CONFERENCE DE PRESSE DES RETRAITES CGT SEMITAN SYNDICAT DES RETRAITES CGT DE LA SEMITAN LA REVOLTE CONFERENCE DE PRESSE DES RETRAITES CGT SEMITAN SYNDICAT DES RETRAITES CGT DE LA SEMITAN LA REVOLTE Y a-t-il une différence entre la politique d austérité qu a mené Nicolas Sarkozy envers le monde du travail

Plus en détail

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite LE PROJET DE LA DROITE DÉCRYPTÉ Travailler plus longtemps pour gagner moins L âge légal de départ à la retraite est porté à 62 ans. Les victimes de ce recul

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 BILAN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 Avec la participation de A Jean-François INTRODUCTION BUET, Président FNAIM BASE DE DONNEES FNAIM 2 millions de logements 1

Plus en détail

Les moins de 30 ans et le crédit en 2015

Les moins de 30 ans et le crédit en 2015 Les moins de 30 ans et le crédit en 2015 Ont-ils vraiment accès au crédit? Quel est le profil des emprunteurs et leur projet? Quels bons conseils leur apporter? Empruntis accompagne les ménages dans leur

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE SUISSE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME Données économiques et touristiques : Population globale : 7,7 millions d habitants Densité de population : 186 habitants/km2

Plus en détail

L organisation syndicale

L organisation syndicale L organisation syndicale 1 Les questions sociales sont en Belgique de la compétence du gouvernement fédéral Les syndicats sont donc organisés à ce niveau. Il existe trois principaux syndicats en Belgique

Plus en détail

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6 Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6 N 111871 Vos contacts Ifop : Fabienne Gomant fabienne.gomant@ifop.com Marion Chasles-Parot marion.chasles-parot@ifop.com Janvier 2014 1 La méthodologie

Plus en détail

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Prenez vos finances en main DIX conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Si vous vous sentez dépassé à l idée de prendre vos finances en main pour

Plus en détail

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT Faites le bon choix et appréciez le bonheur d une vie sans dette C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute

Plus en détail

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon (Caisse nationale de prévoyance de la fonction

Plus en détail

23ème rapport annuel. Tableau de bord

23ème rapport annuel. Tableau de bord L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 25 Janvier 2011 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 23 ième

Plus en détail

Tout savoir sur la démutualisation du Crédit Mutuel Par Bernard Viboud

Tout savoir sur la démutualisation du Crédit Mutuel Par Bernard Viboud Tout savoir sur la démutualisation du Crédit Mutuel Par Bernard Viboud Voici une Idée simple pour gagner un point annuel de croissance en France, en renforçant le secteur bancaire, en distribuant une richesse

Plus en détail

6 mois d action de la majorité. Chaynesse KHIROUNI Députée de Meurthe-et-Moselle. www.chaynessekhirouni.com

6 mois d action de la majorité. Chaynesse KHIROUNI Députée de Meurthe-et-Moselle. www.chaynessekhirouni.com 6 mois d action de la majorité Chaynesse KHIROUNI Députée de Meurthe-et-Moselle www.chaynessekhirouni.com 6 mois de travail et d actions Chères Amies, Chers Amis Je sais que vous vous interrogez parfois

Plus en détail

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 Ifop Fiducial / Europe 1 Bilan de l action de François Hollande un an après l élection présidentielle de 2012 BILAN DE L ACTION DE FRANÇOIS HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 La méthodologie

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE 1 «Je n ai pas le temps de m arrêter pour penser à ma retraite. Je dois continuer à avancer pour ne pas tomber!» LE FUNAMBULE En équilibre au-dessus du vide! Le type funambule a devant lui un rêve lointain,

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Intervention générale

Intervention générale PROPOSITION DE LOI N 909 PORTANT DEBLOCAGE EXCEPTIONNEL DE LA PARTICIPATION ET DE L INTERESSEMENT Intervention générale Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur, Chers collègues, Nous sommes appelés

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT 1 Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

Les jeunes et l accès au logement

Les jeunes et l accès au logement Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Directeur du Pôle / jerome.sainte-marie@csa.eu / 01 44 94 59 10-11 Yves-Marie CANN Directeur d études / yves-marie.cann@csa.eu / 01 44 94 34 14

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Gare à la variable fiscale. Sommaire du dossier > Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre dossier exclusif

Gare à la variable fiscale. Sommaire du dossier > Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre dossier exclusif 1 sur 6 26/09/2014 15:01 Sommaire du dossier > Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre dossier exclusif Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Election présidentielle 2017 L intérêt pour des primaires ouvertes à droite et à gauche, à 1 an de la primaire de la droite et du centre

Election présidentielle 2017 L intérêt pour des primaires ouvertes à droite et à gauche, à 1 an de la primaire de la droite et du centre Election présidentielle 2017 L intérêt pour des primaires ouvertes à droite et à gauche, à 1 an de la primaire de la droite et du centre CONTACTS BVA - DEPARTEMENT OPINION Adélaïde ZULFIKARPASIC Directrice

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 41-15 novembre 2013 Les complémentaires santé font encore «la Une» de l actualité de cet automne parlementaire. Serge Lavagna Secrétaire national

Plus en détail

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur).

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur). Introduction Contrairement à une idée répandue, la préretraite a encore cours en France aujourd hui : non sous la forme des préretraites publiques peu à peu disparues depuis le début des années 2000, mais

Plus en détail

Pourquoi faire le choix de construire sa maison?

Pourquoi faire le choix de construire sa maison? GUIDE PRATIQUE : CONSTRUIRE SA MAISON Pourquoi faire le choix de construire sa maison? Construire, ou faire construire son habitation sur un terrain que l on a soi-même choisi ne se fait pas par hasard.

Plus en détail

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?»

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» Lien avec la finance pour tous : à quoi sert une banque? (http:///-la-banque-a-quoi-ca-sert-.html) sur le site Synthèse commune sous forme de schéma ROLE

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

Trousse des nouveaux arrivants. Impôt sur le revenu. Feuilles de travail

Trousse des nouveaux arrivants. Impôt sur le revenu. Feuilles de travail Trousse des nouveaux arrivants Impôt sur le revenu Feuilles de travail Ottawa Community Loan Fund Fonds d emprunt Communautaire d Ottawa 22 O Meara St., Causeway Work Centre, Ottawa, ON K1Y 4N6 Tel: 613-594-3535

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Cartes de crédit à vous de choisir. Choisir la carte de crédit qui vous convient

Cartes de crédit à vous de choisir. Choisir la carte de crédit qui vous convient Cartes de crédit à vous de choisir Choisir la carte de crédit qui vous convient À propos de l Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) À l aide de ses ressources éducatives et de

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

Guides de Tangerine sur les finances personnelles. Prise de possession. Points à considérer lors de l achat d une première propriété

Guides de Tangerine sur les finances personnelles. Prise de possession. Points à considérer lors de l achat d une première propriété Guides de Tangerine sur les finances personnelles Prise de possession Points à considérer lors de l achat d une première propriété «Les acheteurs sont souvent surpris d apprendre que les maisons neuves

Plus en détail

1 % logement : un service qui ne se dément pas

1 % logement : un service qui ne se dément pas 1 % logement : un service qui ne se dément pas Depuis la signature de la convention quinquennale du 3 août 1998, qui verra sa fin en 2003, le 1 % a bien changé. Claude COURTY [courty@cfecgc.fr] 48 Chargé

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

LES CREDITS IMMOBILIERS

LES CREDITS IMMOBILIERS LES CREDITS IMMOBILIERS Actualisée le : 21/05/ 2011 TYPOLOGIE DES PRETS Les prêts réglementés Prêt à taux Zéro (PTZ) Prêt à l accession sociale (PAS) Prêt conventionné (PC) Prêt Epargne Logement (PEL)

Plus en détail

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et 1 InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et reconnus, InvestirLoiPinel.fr vous met en relation avec

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement»

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement» Intervention de Mme Christine BOUTIN Ministre du Logement et de la Ville Conférence de presse jeudi 10 juillet 2008, 14h00 Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

CONJONCTURE LOGEMENT DATA MARCHÉS ET CHIFFRES NEXITY ÉDITO

CONJONCTURE LOGEMENT DATA MARCHÉS ET CHIFFRES NEXITY ÉDITO ÉDITO PAR ALAIN DININ PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL DE NEXITY Les chiffres du premier semestre montrent une reprise du logement neuf. Ce mieux, après un creux spectaculaire, ne suffit cependant pas car mises

Plus en détail

Le vieillissement de la population: une évolution génératrice d opportunités d investissement!

Le vieillissement de la population: une évolution génératrice d opportunités d investissement! LA SILVER ECONOMY UNE OPPORTUNITE DE MARCHE Les retraités de demain seront de plus en plus nombreux à rechercher des logements adaptés au vieillissement: des résidences services séniors Le vieillissement

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires :

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : l état des lieux après un an de crise Observation Le baromètre 2009 poursuit la mission engagée l an dernier, à savoir : «comprendre et mesurer les attentes

Plus en détail

Est-ce le bon moment pour renégocier votre crédit immobilier?

Est-ce le bon moment pour renégocier votre crédit immobilier? Est-ce le bon moment pour renégocier votre crédit immobilier? Par Virginie Franc Jacob L express Votre Argent Avec des taux de crédits frôlant les 2 %, vous avez sans doute intérêt à renégocier votre crédit

Plus en détail