LES MÉTIERS DE LA MER DOSSIER RETRAITE ET PRÉVOYANCE X-TOURAINE : LA DOUCEUR DE VIVRE. La France, une puissance maritime de premier plan

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES MÉTIERS DE LA MER DOSSIER RETRAITE ET PRÉVOYANCE X-TOURAINE : LA DOUCEUR DE VIVRE. La France, une puissance maritime de premier plan"

Transcription

1 AVRIL N 644 REVUE MENSUELLE DE L ASSOCIATION DES ANCIENS ÉLÈVES ET DIPLÔMÉS DE L ÉCOLE RETRAITE ET PRÉVOYANCE DOSSIER LES MÉTIERS DE LA MER La France, une puissance maritime de premier plan Un demi-siècle de construction navale à Saint-Nazaire Conduire depuis la terre des navires sans équipage FOCUS X-TOURAINE : LA DOUCEUR DE VIVRE JR couverture_644.indd 1 24/03/09 7:46:37

2 La CNP c est vous. CNP ASSURANCES - Société Anonyme au capital de euros entièrement libéré - Siège social : 4 place Raoul Dautry Paris Cedex RCS Paris - Entreprise régie par le Code des assurances Vous faites sûrement partie de nos 14 millions d assurés. Assurance vie, assurance prévoyance, assurance retraite, CNP Assurances protège, améliore et assure la vie de 14 millions de personnes. Ce savoir-faire de plus de 150 ans fait de CNP Assurances le 1er assureur de personnes en France.

3 P A la Maison des olytechniciens Assemblées générales... séminaires, colloques, conférences de presse Cadre d exception pour valoriser l image d une entreprise, notre Maison met à votre disposition son savoir-faire pour l organisation d événements : journées de travail, séminaires, conventions, banquets de stimulation ou de récompense, soirées de gala, dîners de réception, lancements de produits... Des forfaits ajustés sans être rigides comprennent la mise à disposition des salons de 9 heures à 18 heures, avec des salles annexes pour les pauses. Le matériel nécessaire à ces manifestations peut être mis à disposition : sonorisation, vidéo-projecteur, écran, connexion wi-fi. sur RÉSERVATIONS Tel : (00 33) Groupes et sociétés les plus prestigieux sont des habitués de ces salons de travail. Leurs collaborateurs y trouvent le calme et la clarté propices aux échanges créatifs. A l heure des repas, une gastronomie spécialement étudiée est proposée pour marquer la transition entre la séance de travail du matin et celle de l après-midi, sans en perturber l efficacité. Mais en fin de journée, c est le jardin qui l emporte. Les douces soirées d été y sont bercées par le rafraichissant murmure de la fontaine... A LA GRANDE MAISON Journée d étude 3 forfaits avec déjeuner 92 HT 97 HT 101 HT demi-journée d étude 81,25 HT 84,25 HT 87,25 HT gh Déjeuner ou dîner 4 menus au choix servis sur tables rondes de 10 couverts : 1. Orsay 2. Montalembert 3. Poulpry 4. Verneuil RESTAURANT GASTRONOMIQUE «Le Poulpry» Réservez auprès de Sébastien Sévila au X Maison des X - Hôtel de Poulpry - 12, rue de Poitiers Paris Pour tout renseignement, contactez Didier Argence au courriel : X

4 Sommaire avril 2009 n 644 GRAND ANGLE Les métiers de la mer 5 > La mer et ses métiers éditorial de Patrice Urvoy (65) 8 > La France maritime, un atout déterminant par Francis Vallat 12 > Un demi-siècle de construction navale par Jean-Noël d Acremont (55) 16 > Mesurer la mer par Gilles Bessero (71) 18 > La construction navale de défense, moderne et performante par Jean-Marie Carnet (63) 21 > La Mer est ronde par Jean-François Deniau 22 > Officier de marine par Philippe Durteste (58) et Claire Pothier (96) 28 > Les facettes du transport maritime par Philippe Louis-Dreyfus 31 > Travailleurs de la mer au XXI e siècle par Bernard Dujardin 34 > Les câbles sous-marins, cœur des réseaux de télécommunications par Alain Suard (70) 38 > Le naufrage de la marine marchande par Yves Tréméac 40 > Droit maritime et océanique : la fin de l aventure et de la liberté? par Patrick Chaumette DCNS POUR EN SAVOIR + Rendez vous sur le site de La Jaune et la Rouge pour accéder aux informations complémentaires, réagir sur les forums et consulter les numéros déjà parus. Courriel :

5 Le Conseil donne, à l unanimité des Le groupe X-Média a pour objet de créer un espace d échange et de partage d information sur le secteur des médias : presse écrite, audiovisuel, Internet, de diffusion. Il sera ouvert à ceux qui portent un intérêt personnel au secteur des médias que cela constitue leur commente le projet de budget 2009 préalablement transmis aux membres du Conseil. Il insiste tout particulièrement sur le niveau important des provisions pour moins-values latentes sur les valeurs mobilières qui fait que le résultat de l exercice 2008 sera fois pas lieu de s inquiéter outre mesure, la trésorerie de l Association et les besoins de trésorerie étant tels EXPRESSIONS RETRAITE ET PRÉVOYANCE 49 > Répartition ou capitalisation : un débat renouvelé par Raoul Briet FORUM SOCIAL 54 > Agir pour le droit et la dignité des migrants par Dominique Moyen (57) VIE DE L ÉCOLE 56 > Une conférence de Valéry Giscard d Estaing, Pour une réussite collective de l Europe par Philippe Goubeaux (54) IN MEMORIAM 58 > Georges-Yves Kervern (55), Un infatigable chercheur de sens et de vérité par Michel Gérard (55), Bernard Esambert (54) et Gérard Worms (55) POINT DE VUE 60 > Égalité des chances ou égalitarisme compte rendu d une conférence de Lionel Stoleru par Michel Tardieu EMPLOI 61 > Bien mener une recherche d emploi par Michel Prudhomme (64) FOCUS X-Touraine 62 > Michel Blusseau (62), président du groupe X-Touraine, «Une auberge espagnole placée sous le signe de la découverte» propos recueillis par Jean-Marc Chabanas (58) 64 > La mesure des plaisirs Annick Bataille (veuve de Maurice Bataille, 43) Revue mensuelle de l Association des anciens élèves et diplômés de l École polytechnique Directeur de la publication : Daniel DEWAVRIN (58) Rédaction en chef : Jean-Marc CHABANAS (58), Hubert JACQUET (64) Secrétaire de rédaction : Michèle LACROIX Assistante : Françoise BOURRIGAULT Correctrice : Catherine AUGÉ ÉDITEUR : Association des anciens élèves et diplômés de l École polytechnique 5, rue Descartes, Paris Tél. : Courriel : Fax : COMITÉ ÉDITORIAL : Christian MARBACH (56), président, Pierre LASZLO, Philippe ALQUIER (E.P.), JEAN DESCHARD (E.P.), Gérard PILÉ (41), Maurice BERNARD (48), Jean DUQUESNE (52), Michel HENRY (53), Michel GÉRARD (55), Charles-Henri PIN (56), Jacques-Charles FLANDIN (59), Jacques PARENT (61), François Xavier MARTIN (63), Gérard BLANC (68), Alexandre MOATTI (78), Jean-Philippe PAPILLON (90) WEBMESTRE : Rachel COUDRAY ABONNEMENTS, ANNUAIRE, COTISATIONS : Tél. : ou ANNONCES IMMOBILIÈRES : Tél. : Fax : BUREAU DES CARRIÈRES : Tél. : Fax : RÉDACTION : 5, rue Descartes, Paris Tél. : Courriel : TARIFS 2009 : Prix du numéro : 8 euros Abonnements : 10 numéros par an : 40 euros Promos 1999 à 2002 : 30 euros Promos postérieures : PUBLICITÉ : FFE, 18, avenue Parmentier BP 169, Paris Cedex 11 Tél. : CONCEPTION, RÉALISATION : Key Graphic IMPRESSION : Groupe MAURY Imprimeur COMMISSION PARITAIRE n 0109 G ISSN n TIRAGE : 9400 exemplaires N 644 AVRIL 2009 EN COUVERTURE : Bâtiment de projection et de commandement Tonnerre. FRANCK SEUROT/MARINE NATIONALE ARTS, LETTRES ET SCIENCES 65 > Théâtre par Philippe Oblin (46) PAGE > Musique en images par Marc Darmon (83), Récréations scientifiques par Jean Moreau de Saint-Martin (56) 67 > Discographie par Jean Salmona (56) 68 > Livres, Solutions des récréations scientifiques Procès-verbal de la réunion du Conseil d administration du 11 décembre 2008 Étaient présents : DEWAVRIN D. (58) PÉLIER Y. (58) CASTILLON P. (62) BERRY M. (63) MARTIN F. X. (63) DUBOIS B. (64) LEVAUX J.-M. (64) YOLIN J.-M. (65) BONGRAND J. (68) MIZRAHI R. (70) VILAIN D. (72) SÉGUIN P. (73) BOU- QUOT B. (76) DAILLANCE J.-M. (77) MARTIN O. (77) HERZ O. (79) NEUMANN F. (81) SEREY B. (81) BILLÈS- GARABÉDIAN L. (83) DUVERNEUIL B. (83) VOLATIER M. (91) PANIÉ G. (95) CHAUMEL F. (00) LANDRY S. (01) BÉGON-LOURS J.-P. (62) MARTRE H. (47) BOUTTES J. (52) PACHE B. (54). Étaient excusés : ESAMBERT B. (54) GOURGEON P.-H. (65) BONNEVIE E. (73) CHARON B. (76) NICOLAS D. (81) DEMIGNÉ P. (82) BEUNARDEAU J. (83) CHARLES N. (84) SCHIMEL S. (84) DELEVILLE S. (89) LOGAK P. (89) de SINGLY B. (95) DUJARDIN T. (65) BOUYSSONNIE J.-P. (39) ROULET M. (54) AILLERET F. (56). Assistaient également à la réunion : P. MARY (60), délégué général Y. STIERLÉ (65), délégué général adjoint H. JAC- QUET (64), rédacteur en chef adjoint de La Jaune et la Rouge Q.-A.TRAN (62), informatique de l AX C. MARBACH (56). La séance du conseil est ouverte à 18 heures par le président Daniel DEWA- VRIN (58). 1. APPROBATION DU PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL DU 16 OCTOBRE 2008 Le procès-verbal, préalablement envoyé, est approuvé. 2. AGRÉMENT DU GROUPE X-MÉDIA ET DU GROUPE X-RENOUVELABLES Le groupe X-Renouvelables a pour objet: de mettre en réseau, pour leurs études et leurs discussions en commun, tous les renseignements relatifs aux énergies renouvelables, à la maîtrise de l énergie et de manière générale au développement de nouveaux modes de production et de consommation d énergie respectueux de l environnement; de créer et pérenniser des liens entre les différents membres du groupe et d encourager le financement de programmes de recherche et développement indispensables au développement des énergies renouvelables et des politiques de maîtrise de l énergie. Les agréments de ces deux groupes seront soumis à la ratification de l Assemblée générale de juin APPROBATION DU BUDGET 2009 Jean-Marie LEVAUX, trésorier de l AX, membres présents, son agrément aux groupes X-Média et X-Renouvelables. entre membres intéressés de la communauté polytechnicienne sur les sujets sus-désignés; opérateurs de télécommunication et maîtrise de l énergie; fortement déficitaire. Il n y a toute- cœur de métier ou non. de favoriser par tous moyens appropriés l accession à des compétences dans les différents domaines concernant les énergies renouvelables et la de promouvoir les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie auprès du public intéressé et notamment de la communauté polytechnicienne; qu il n y a pas nécessité de vendre des titres présentant des moinsvalues. 69

6 Le Collège de Polytechnique s adresse aux populations-clés de l entreprise. Executive managers, dirigeants, hauts potentiels Élaboration et animation de parcours de développement professionnel Accompagnement lors de changements de grande envergure Développement de compétences spécifiques : leadership, management, innovation, conduite de projet Notre prochaine formation : Charisme, développez votre autorité naturelle juin 2009 Managers et chefs de projet Accompagnement et parcours de développement professionnel fondés sur la dimension humaine du management Nos prochains séminaires de formation : Animer et conduire une équipe technique mai 2009 L art de la négociation raisonnée juin 2009 Business plan juin 2009 Experts, ingénieurs, chercheurs, managers techniques Développement de la performance technologique Nos prochains séminaires de formation : Interactions fluide-structure avril 2009 La combustion et sa modélisation mai 2009 Piloter l innovation mai 2009 La créativité au service de l innovation juin 2009 Fusion de données et exploitation des systèmes multicapteurs juin 2009 Les Entretiens de Toulouse, la formation par le débat pour le secteur aérospatial 7 et 8 avril 2009 Notre offre se décline en : Dispositifs sur mesure Accompagnement personnalisé, coaching individuel ou collectif Formations interentreprises 4

7 ÉDITORIAL par Patrice URVOY (65), président du groupe X-Mer D.R. La mer et ses métiers POUR BEAUCOUP d entre nous la mer est une passion! Cette passion, ces passions sont très diverses, elles vont du touriste qui aime la plage au curieux d histoire maritime, du plaisancier du dimanche à l officier de marine embarqué, du gestionnaire de transport public maritime à l armateur au long cours, du maquettiste amateur au responsable de chantier naval. Notre pays est une puissance maritime de premier plan qui s ignore! Il est vrai que l histoire a compté dans cet état de fait : nos «grands dirigeants» ont souvent concentré leurs actions vers le continent et nos voisins britanniques nous ont aidés dans nos convictions «terriennes» (Britannia rules the waves). Donner la parole aux acteurs des métiers de la mer, c est peut-être, et modestement, contribuer à inverser la tendance. Capitaine au long cours, patron pêcheur, gardien de phare, telles sont probablement les trois réponses spontanées des «terriens». On ne dit plus capitaine au long cours mais capitaine de première classe de la navigation maritime, on ne dit plus vraiment patron pêcheur mais plutôt capitaine de pêche. Quant aux gardiens de phare ils sont en voie de disparition. En fait, le spectre des métiers de la mer est beaucoup plus large. Quelles problématiques? Pour naviguer sur la mer, il faut construire des navires, les armer en apparaux divers, en hommes et femmes compétents, en cartes et documents nautiques; il faut aussi disposer de rades et de ports; enfin, comme, vite dit, la «mer est à tout le monde», il faut un droit maritime international. Nous mettons en avant l économie, dans le dossier Grand angle du présent numéro, et nous donnons la plume à des constructeurs de navires, à des armateurs, à un officier de la marine marchande. Mais, en rester là serait réducteur. La sécurité de nos approvisionnements maritimes, la lutte contre le terrorisme ou la piraterie, le narcotrafic, tout cela requiert l action de l État en mer et le témoignage d officiers de marine, ils sont polytechniciens. Il faudrait, bien sûr, et nous le ferons sans doute dans les prochains mois, évoquer d autres métiers liés à la mer : directeurs de grand port maritime (anciennement port autonome), historiens de marine, coureurs professionnels, assureurs maritimes, peintres de la Marine, médecins embarqués, commissaires de bord, etc. Les questions environnementales et la préservation de la ressource halieutique, enfin, sont primordiales alors que vient d être lancé il y a quelques semaines un «Grenelle de la mer». Conduira-t-il à une révision significative des politiques publiques concernant la mer? 5

8 L Agence en quelques mots L Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail (Afsset) est une agence publique d expertise scientifique. Elle vise à assurer la protection de la santé humaine et a pour mission de : évaluer les risques sanitaires dans les domaines de l environnement et du travail. L Agence exerce également le rôle principal dans la coordination de l expertise française pour évaluer les risques liés aux substances et aux produits chimiques au niveau européen (Biocides, REACh). Elle sera fusionnée à l été 2009 avec le BERPC, qui partage avec elle l évaluation administrative des risques sanitaires des produits chimiques. La plupart des expertises de l Agence concernent des sujets sensibles (amiante, fibres céramiques réfractaires, particules diesel, produits cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction, champs électromagnétiques, etc.) ou sujets émergents (nanotechnologies, résidus de médicaments dans l eau). fournir un appui technique aux ministères pour préparer la réglementation ; coordonner un réseau de 21 organismes publics scientifiques et de conduire avec eux toute analyse nécessaire d évaluation des risques sanitaires (organismes cités par l article R du code de la santé publique : Afssa, InVS, Ineris, INRS, Ifremer, Météo France ) exercer une veille scientifique sur les connaissances nouvelles ; financer des programmes de recherche scientifique dans les domaines de sa compétence. L Agence est devenue le principal organisme public de financement de la recherche en santé au travail et santéenvironnement (17 M versés depuis sa création ; un appel à projets de recherche par an). contribuer à l information, à la formation et à la diffusion d une documentation scientifique et technique et au débat public sur la sécurité sanitaire liée à l environnement et au travail ; L Agence travaille selon les principes de l expertise collective : tous ses travaux sont validés par un de ses sept comités d experts spécialisés. Chacun réunit une fois par mois une vingtaine de scientifiques de toutes les disciplines pertinentes. Au total 400 scientifiques extérieurs collaborent aux travaux de l Agence. L Afsset applique la norme NFX de qualité en expertise. La liste complète des saisines auxquelles l Agence répond, les appuis scientifiques et le programme de travail 2009 sont disponibles sur le site de l Agence, n Martin Guespereau est nommé directeur général de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail (Afsset) par décret du Président de la République en date du 31 décembre Ancien élève de l Ecole polytechnique, ingénieur du génie rural, des eaux et des forêts et diplômé du Massachusetts Institute of Technology (MIT), M. François Fillon, Premier ministre, lui donne comme feuille de route de faire de l Agence un acteur public français majeur dans le domaine de l expertise en sécurité sanitaire au niveau européen, pour cela il doit conforter sans délai le travail des équipes, consolider la production des expertises, développer l information du public et sa participation au débat public suivant les objectifs du Grenelle de l environnement et les plans santé au travail (PST) et santé-environnement (PNSE).

9 GRAND ANGLE Les métiers de la mer La France maritime, un atout déterminant par Francis Vallat p. 8 À l aube d un siècle qui sera le plus maritime de l histoire de l humanité, la France a impérativement besoin d une stratégie maritime intégrée. Ses faiblesses sont connues, ses atouts et son image plus souvent méconnus. Mais un souffle nouveau, largement porté par «Le Cluster maritime français», amène les acteurs à se mobiliser autour d initiatives marquées par de fortes ambitions pour la France. Un demi-siècle de construction navale par Jean-Noël d Acremont (55) p. 12 La construction en Europe des grands navires est aujourd hui concentrée dans une vingtaine de sites. L essentiel de cette activité s est déplacé en Asie à partir des années soixante, d abord au Japon, puis en Corée, et maintenant commence à l être vers la Chine. En France seul le chantier de Saint-Nazaire a réussi à survivre. Mesurer la mer par Gilles Bessero (71) p. 16 À l ère des technologies de la communication et de l information omniprésentes, et alors que nous célébrons cette année le 40 e anniversaire du premier pas de l homme sur la Lune, prétendre que notre planète, plus Océan que Terre, a encore besoin d être mesurée peut paraître saugrenu. Pourtant, il reste encore beaucoup à découvrir. La construction navale de défense, moderne et performante par Jean-Marie Carnet (63) p. 18 L industrie navale de défense est un pôle technologique et industriel de premier rang, l un des piliers de l indépendance stratégique de la France. Elle contribue au rayonnement politique et économique. Elle attire les talents. Elle contribue de façon significative à la balance commerciale et génère des coopérations internationales de longue durée. La Mer est ronde par Jean-François Deniau p. 21 Dans un petit livre oublié (Recettes pour ne pas être un cafouilleux), l ancien président du Cercle de la voile de Paris raconte qu un jour, arrivant aux Mureaux pour courir une régate, il trouve un message de son équipier habituel déclarant forfait. Il va donc tristement renoncer à participer à la course quand il avise au bar un jeune homme bien sous tous les rapports et qui sirote en fumant une cigarette. Il lui demande s il veut bien servir d équipier. Officier de marine par Philippe Durteste (58) et Claire Pothier (96) p. 22 Le métier de marin d'état présente de nombreuses facettes, autant qu en contient le large spectre des missions de la Marine nationale. Il est à la fois marin et militaire, mais aussi policier, ambassadeu, humanitaire pour porter assistance à des populations sinistrées en zone côtière. Les facettes du transport maritime par Philippe Louis-Dreyfus p. 28 Le transport maritime est une activité aux multiples facettes. Dans un environnement hostile qui fait de chaque traversée une aventure, le recrutement et la formation des hommes sont des éléments clés de réussite. La pénurie d officiers et de marins qualifiés oblige les armateurs à développer de nouvelles filières de formation et à rendre les carrières plus attractives. Travailleurs de la mer au XXI e siècle par Bernard Dujardin p. 31 Le métier de matelot embarqué tend à disparaître. Les personnels qualifiés de haut niveau sont de plus en plus difficiles à trouver pour conduire les navires. Solution d avenir, le navire conduit depuis la terre améliore la sécurité et la sûreté de la navigation, augmente la capacité commerciale, diminue les coûts de construction et de fonctionnement. Les câbles sous-marins, cœur des réseaux de télécommunications par Alain Suard (70) p. 34 La flotte mondiale de navires câbliers n a jamais été aussi importante qu au lendemain de l éclatement de la bulle Internet en 2001 ; elle se composait alors de cent unités. Les premiers câbliers furent armés dans les années 1850 ; ils ont depuis sillonné les mers et les océans pour poser ce support, le câble sous-marin, qui est devenu le vecteur quasi unique de nos communications interactives, véhiculant au commencement des mots, puis la voix, la vidéo, et maintenant les échanges sur le Web. Le naufrage de la marine marchande par Yves Tréméac p. 38 Dérégulation et mondialisation conduisent à un monde maritime dominé par le profit immédiat. La France, dans ce contexte, n arrive pas à trouver une politique qui protège son capital humain et économique : les mesures prises relèvent plus des effets retardateurs que d un vrai plan de sauvegarde. Droit maritime et océanique : la fin de l aventure et de la liberté? par Patrick Chaumette p. 40 Jusqu à la découverte du Nouveau Monde, à la fin du xv e siècle, les humains ne connaissaient guère que la navigation côtière et les mers intérieures. Vinrent la découverte des océans, de la planète Mer, des périls de la mer, le développement des expéditions maritimes, du commerce international, des évolutions techniques. Vinrent le conteneur, le commandant Cousteau, Éric Tabarly. La mer s est rétrécie, mondialisée, et l aventure maritime semble s être banalisée. 7

10 LES MÉTIERS DE LA MER GRAND ANGLE PAR FRANCIS VALLAT président de l'institut français de la Mer et du Cluster maritime français La France maritime, un atout déterminant À l aube d un siècle qui sera le plus maritime de l histoire de l humanité, la France a impérativement besoin d une stratégie maritime intégrée. Ses faiblesses sont connues, ses atouts et son image plus souvent méconnus. Mais un souffle nouveau, largement porté par «Le Cluster maritime français», amène les acteurs à se mobiliser autour d initiatives marquées par de fortes ambitions pour la France. En 2030, notre planète sera économiquement bleue. La mer est l avenir de la terre. Elle présente des potentialités et des enjeux majeurs qui vont bien au-delà du transport : dans l énergie, l alimentation, la recherche pharmaceutique. On parle avec raison d épuisement des ressources à terre mais on connaît seulement 20 % de la flore et de la faune marines. exclusive de 11 millions de km 2, plus de 50 milliards d euros de valeur de production, plus de emplois directs hors industries portuaires et hors tourisme du littoral terrestre, soit autant que l industrie automobile tout entière, équipementiers compris. Dans une dizaine d industries ou de métiers internationaux, les opérateurs français sont sur le podium mondial, tant sur le plan quantitatif que qualitatif : assurances maritimes des navires et cargaisons ; financements shipping dans le monde entier ; courtage d affrètements ou surtout d achat et vente de navires ; classification ; construction et industrie nautiques ; armement de ligne ; recherche océanographique ; offshore, en particulier pétrolier ; construction navale civile et militaire à forte valeur ajoutée avec 25% de croissance annuelle (alors que chacun a en tête l image d un secteur subventionné); et bien sûr marine de guerre (la Marine nationale étant la seule, avec l US Navy évidemment, à disposer à ce jour de toute la gamme possible de bâtiments, et étant au surplus l une de celles dont les unités sont en moyenne le plus souvent à la mer). Première au monde en matière de qualité REPÈRES La mondialisation de l économie est en marche et va de pair avec la maritimisation. Les flux de cargaisons maritimes ont été multipliés par 5 en trente ans. En 2020 le transport maritime représentera 14 à 15 milliards de tonnes (7 aujourd hui) à comparer aux transportées par avion ( aujourd hui). Quand l économie croît par exemple de 3 %, le commerce peut progresser de 5%, et le transport maritime de 6 ou 7 %. Autant que l industrie automobile Or la France maritime Hexagone mais aussi DOM-TOM est souvent et surtout bêtement ignorée, alors qu elle est déjà une force et un atout déterminant : une zone économique Un enjeu de emplois Même dans les secteurs où la France paraît faible, elle a malgré tout de solides atouts à faire valoir. Notre flotte de commerce sous pavillon national n est certes pas à la hauteur de la 5 e puissance économique et commerciale du monde, avec seulement 220 navires (mais maintenant plus de mille unités supplémentaires «contrôlées» par les armateurs français), mais elle est en revanche incontestablement la première du monde et ce depuis deux ans au niveau de la qualité et de la sécurité (cf. synthèse officielle des contrôles effectués dans le monde entier par les États du port). Quant aux grands ports français, qui sont eux aussi globalement en retard par rapport à nos voisins européens immédiats, ils sont maintenant engagés grâce à la réforme en cours dans 8

11 Une organisation au service du secteur maritime «Le Cluster maritime français», né début 2006, réunit 160 adhérents et cotisants (fédérations professionnelles et entreprises). C est le premier effort jamais tenté par les acteurs maritimes marchands de notre pays ceux qui sont les vrais «talents maritimes français», pour se battre mieux ensemble hic, nunc, demain et ailleurs. L effort du CMF, et c est pour cela qu il a quelques chances de succès, repose sur la volonté de ses membres, la foi de ceux qui dans toutes les professions l ont porté publiquement et le soutiennent, ainsi que sur une coopération d envergure avec le bras séculier marin à la fois le plus traditionnel et le plus novateur : une Marine nationale qui veut aider au rayonnement des talents maritimes français, entre autres en les promouvant (en français et en anglais) dans tous les ports du monde. un processus lourd de transformation du management, de modernisation et d extension, et sont souvent à la pointe dans bien des domaines d exploitation particuliers. L un des enjeux de l effort actuel est la création de emplois. Une image faussée culturellement La France maritime souffre soit de l ignorance de l opinion publique et de nombre de responsables politiques, soit de la mise en avant démobilisatrice de ses faiblesses et de la sousestimation de ses forces objectives. Or, un sondage IFOP de 2007, commandé par l Institut français de la Mer et le Cluster maritime français, a montré que 67 % des Français pensent que notre pays aurait intérêt à tirer davantage parti des ressources de notre domaine maritime. De plus, notre économie maritime a les moyens de croître bien plus encore, maintenant qu elle s est mise en mouvement et veut de plus en être un «cluster» au sens du Livre vert de la Commission européenne, autrement dit un ensemble plus solidaire, mieux respecté, plus écouté! La France peut conquérir de nouvelles positions internationales dans quasiment tous les domaines, comme le démontre à l envi ce que ses meilleurs opérateurs ont déjà réussi à bâtir, seuls ou quasiment face à la compétition mondiale, c est-à-dire sans que jouent vraiment les solidarités maritimes nationales, volontaristes, certes naissantes chez nous mais mises en pratique avec constance et depuis des années par et chez nos grands voisins anglo-saxons, vikings ou italiens. Ajoutons que le Cluster maritime national a pâti longtemps de notre indéniable tempérament gaulois, qui nous pousse à agir d abord individuellement, en oubliant trop souvent que l union quand elle est incontestable, fondée sur des réalités économiques et s appuie sur une recherche d initiatives communes concrètes peut faire la force, en l occurrence la force d une vraie «place maritime française», force qui peut et pourra elle-même profiter GRAND ANGLE Le poids culturel de la terre Dans un pays dont l histoire et la puissance se rattachent avant tout à la terre, au fief (et dont la culture séculaire est marquée par la richesse, la diversité et la solidité du sol, et donc par la puissance traditionnelle de sa paysannerie puis de son industrie), le secteur maritime français a longtemps souffert de la méfiance naïve, coupable, étroite, qu inspirent encore confusément et trop souvent chez nous «le commerce» et l ouverture vers le grand large. Sans parler de l image fausse bien sûr, et perverse que négoce et transport sont des activités non pas subalternes (quoique!) mais en tout cas moins éthiques, moins sociales, et pour tout dire moins nobles. Une exception française, heureusement en train de changer, mais qui a longtemps réjoui et fait sourire bien des pays amis, pourtant tout aussi soucieux que le nôtre du bien-être et de l emploi de leurs citoyens à l ère de la mondialisation! La France peut conquérir de nouvelles positions internationales 9

12 LES MÉTIERS DE LA MER GRAND ANGLE en retour à chacun des acteurs maritimes qui y contribuent. Un souffle nouveau Ces perspectives ont amené les professionnels du maritime à bouger. Avec tout le poids de leur économie, ils veulent être plus et mieux entendus, et c est pour cela qu ils se sont associés avec enthousiasme et efficacité aux Assises de l économie maritime en décembre 2007 à Marseille et les 2 et 3 décembre 2008 au Havre, devenues des rendez-vous aussi incontournables pour les Pouvoirs publics POIDS DU MARITIME DANS L ÉCONOMIE FRANÇAISE maritimes français et européens que pour les acteurs économiques maritimes eux-mêmes. Plus qu un signe. Car, autre évolution marquante, le politique français semble désormais s intéresser au fait maritime. Naguère, le rapport du groupe Poséidon, commandé par le Premier ministre, et s intitulant Une ambition maritime pour la France, avait semblé marquer le début d une réflexion pour une politique maritime intégrée et synergique. Las, le gouvernement ne s en était jamais vraiment «emparé» et il est vite tombé aux oubliet- Domaine d activité Emplois directs Valeur de la production (Mds d euros) Précisions Flotte de commerce Ports ,5 102 millions de tonnes de marchandises et 15 millions de passagers sont transportés par an 41 % du commerce extérieur total (en volume) Constructions navales et équipementiers marins ,2 Un positionnement sur les navires à forte valeur ajoutée (paquebots, navires furtifs...) Le politique français semble désormais s intéresser au fait maritime Parapétrolier offshore ,5 Industrie nautique Pêche et produits de la mer ,6 Action de l État en mer ,3 Instituts de recherche Organismes et formation ,6 Autres activités** Exploitation des hydrocarbures jusqu à m de profondeur d eau 4 millions de plaisanciers recensés en bateaux (et pour les DOM) tonnes de produits vendus Du sauvetage en mer aux porte-avions Des pôles aux grandes profondeurs Préparer les hommes Le soutien des autres branches Administrations maritimes (DAM...) La fonction publique au service de la mer TOTAL ,7* * Total dont achats croisés. ** Incluant des chiffres non recoupés par les emplois et la valeur de production d activités émergentes. Étant donné la dispersion des données statistiques, ces chiffres sont des évaluations. Cependant, ce tableau s en tient de façon restrictive aux emplois dépendant de façon quasi exclusive de la mer. Ainsi les activités du tourisme littoral, qui pèsent à elles seules 21 Mds d euros et emplois, n ont pas été intégrées au Cluster. De même les activités portuaires à proprement parler ne tiennent pas compte des emplois indirects, comme ceux des zones industrielles portuaires ou des emplois induits dans le commerce, qui équivalent à eux seuls à emplois. Le Cluster des industries maritimes représente environ 1,5 % de la population active tandis que la production (hors comptes doubles, c est-à-dire nette d échanges internes entre les secteurs du Cluster) pèse entre 2 et 2,5 % du produit national brut. 10

13 GRAND ANGLE tes. Or l année 2008 a bien été l amorce d un tournant, démontrée par des initiatives importantes lancées sur différents fronts : la réorganisation du grand ministère MEEDAT et surtout la réforme portuaire bien sûr, mais aussi la fin positive de la concertation sur la réforme de l enseignement maritime et l annonce de la création d un grand établissement d envergure internationale ; le combat mené par la France en Europe sur la responsabilité du pavillon; la reconnaissance donnée à la construction navale civile et militaire ; la clarification des règles de responsabilité en particulier pour les armateurs; certains aspects encore à préciser et à améliorer du Grenelle de l environnement; le dialogue avec l industrie nautique, les choix difficiles enfin faits en matière de Défense (avec l espoir que le deuxième porte-avions ne soit pas complètement abandonné); les initiatives saluées de l État et de la «Royale» en matière de protection des routes maritimes. Hormis la pêche, où la situation des professionnels est encore détériorée par les interférences européennes, on peut dire objectivement que le cru 2008 a été transversalement et globalement satisfaisant, et ce pour la première fois depuis des lustres. La nécessité d une vision à long terme En fait, la France a enfin bougé certes, mais elle a dorénavant impérativement besoin d une stratégie maritime intégrée, ou plus encore d une vision maritime clarifiant les choix de l État à long terme et le cadre pérenne dans lequel les opérateurs français peuvent et pourront se développer. En Allemagne, en Norvège, au Danemark et en Hollande les États eux-mêmes, conscients de cette nécessité depuis quelques années, ont suscité voire assurent directement la coordination des clusters de la mer. Or le Cluster maritime français a lancé un groupe de travail synergique «Attractivité de la France maritime» qui s est réuni pendant treize mois avec de nombreux professionnels de tous horizons, qui a terminé ses travaux fin novembre et a corédigé un rapport justement intitulé Pour que la France ait une vision maritime. Ses phrases les plus importantes sont «L affichage d une vision maritime à long terme (par l État) est une priorité et même un préalable» et «(Le besoin fondamental pour aller de l avant) est la définition d une vision à long terme par l État afin de démultiplier les efforts des acteurs privés.» La Marine nationale aide au rayonnement des talents maritimes français 11

14 LES MÉTIERS DE LA MER GRAND ANGLE PAR JEAN-NOËL D'ACREMONT (55) ancien président de la Chambre de commerce et d industrie de Saint- Nazaire Un demi-siècle de construction navale REPÈRES La construction navale, souvent considérée comme stratégique, a été l objet dans la plupart des pays, sauf la Grande-Bretagne, d un soutien constant des pouvoirs publics essentiellement par des garanties de crédit pour couvrir une partie des risques inhérents aux contrats de construction des grands navires payés, presque en totalité, à la livraison. La construction en Europe des grands navires est aujourd hui concentrée dans une vingtaine de sites. L essentiel de cette activité s est déplacé en Asie à partir des années soixante, d abord au Japon, puis en Corée, et maintenant commence à l être vers la Chine. Cette activité semble donc être systématiquement accaparée par des pays en développement industriel récent, en France seul le chantier de Saint-Nazaire a réussi à survivre. La construction navale, au moins pour la construction des navires de charge, ceux transportant des marchandises, utilise beaucoup de main-d œuvre pour un investissement par emploi très inférieur aux industries plus capitalistiques comme les industries mécaniques. Cette activité peut de plus être implantée dans n importe quel pays maritime, les armateurs pouvant la plupart du temps sans surcoût prendre livraison de leur navire n importe où dans le monde. La totalité des chantiers de grande construction navale en France, à l exception des Chantiers de l Atlantique à Saint-Nazaire, a été rayée de la carte dans les années quatre-vingt. Les trois piliers : investissement, organisation et politique sociale 12

15 On peut analyser, sur la base d une expérience de près de quarante ans au chantier de Saint- Nazaire, pourquoi ce dernier bastion a pu franchir jusqu à nos jours le parcours d obstacles de la compétition internationale. Les résultats de la société actionnaire d un chantier dépendent évidemment d autres paramètres que la seule performance du site de construction. Cela dit, comme dans la plupart des autres activités industrielles, la performance d un chantier de construction navale repose sur trois piliers : l investissement, l organisation et la politique sociale. L investissement C est à Pierre Loygue (34) que l on doit la décision de reconstruction et modernisation des infrastructures et moyens de production du chantier dans les années soixante. À cette époque, les chantiers japonais avaient construit plusieurs gigantesques chantiers modernes qui pulvérisaient les performances de leurs concurrents européens en utilisant les techniques de construction en blocs préfabriqués assemblés sous un portique dans une grande forme de construction. Une mission d une vingtaine d ingénieurs du chantier avait été organisée pour s imprégner de leur technique. À partir de ces constatations, les grands travaux de transformation du chantier ont été réalisés entre 1962 et 1968 pour en faire un chantier moderne disposant de grands ateliers de préfabrication, d une forme de construction de neuf cents mètres équipée d un portique de 750 tonnes de capacité de levage et d un grand bassin d armement. À partir de cette date et pour dix ans, le chantier s est spécialisé dans la construction des grands navires, principalement pétroliers et méthaniers qui sont sortis du chantier à la cadence d un navire toutes les six semaines, ce qui a fait la fortune du chantier dans cette période et a permis son regroupement avec Alsthom en Ces installations n ont été que peu complétées depuis pour les adapter à la taille croissante des navires et au volume de production. C est à cette même époque que le nombre d ingénieurs a été considérablement augmenté pour disposer de bureaux d études et d une capacité de recherche suffisante, en particulier dans le domaine du calcul et de l architecture navale. L organisation Les évolutions principales des méthodes de construction des navires ont été le développement de la préfabrication et du préarmement. L idée consiste à introduire le plus tôt possible, en atelier ou sur des blocs préfabriqués, le maximum d équipements habillant la coque métallique. Cela permet des progrès importants de productivité dus à l amélioration des conditions de travail et une réduction considérable des délais de construction. L exemple suivant illustre cette évolution : le paquebot France livré en 1961 a été construit en soixante et un mois avant la modernisation du chantier. Vingt-cinq ans plus tard, le paquebot Sovereign of the Seas de taille comparable l était en vingtsept mois. Un facteur trois La préfabrication et le montage des équipements le plus en amont possible dans le processus de construction du navire ont permis de diviser par un facteur trois les heures et les délais de construction. Ces évolutions ont évidemment conduit à une décomposition des tâches et des approvisionnements beaucoup plus fine et donc à une complexité croissante de l ordonnancement des tâches, des études, de l approvisionnement des matériels et équipements, des travaux sous-traités à des entreprises spécialisées, jusqu aux essais et la livraison du navire. Cela n a été rendu possible que grâce à des investissements importants en informatique pour assurer la cohérence de l ensemble. Il est certain que la construction d un paquebot en vingt-sept mois, de la commande à la livraison clés en main, navire qui incorpore la totalité des technologies modernes, suppose une organisation des tâches que peu de domaines d activité ont à résoudre. La politique sociale Au début des années soixante, Saint-Nazaire était le théâtre de luttes sociales sévères qui se renouvelaient tous les ans à l occasion de négociations salariales. Les discussions étaient d autant plus dures que leur résultat servait de référence à toute la métallurgie régionale. Ces négociations se déroulaient au siège de la direction générale rue Auber à Paris. Elles s accompagnaient de démonstrations de force Les armateurs peuvent prendre livraison de leur navire n importe où dans le monde GRAND ANGLE 13

16 LES MÉTIERS DE LA MER GRAND ANGLE Les efforts de productivité se perdaient dans un climat permanent de lutte de classes à Saint-Nazaire, grèves générales ponctuées par l invasion des bureaux, des ateliers et parfois des navires en construction, et se poursuivaient par un arrêt de l activité pendant deux à trois semaines sur décision de la direction au vu des affrontements et des risques sur la sécurité des personnes et des installations. L encadrement vivait ces événements très difficilement, non pas tant pour les agressions la plupart du temps verbales dont il était l objet, mais en raison d une absence totale d information et d implication Les trois pouvoirs La performance d une unité de production tient au bon équilibre entre le pouvoir de la direction, le pouvoir de l encadrement intermédiaire et le pouvoir des syndicats. dans l évolution du conflit. Les informations ne nous parvenaient que par les tracts syndicaux régulièrement distribués aux portes de l entreprise. Dans ce contexte les efforts de productivité nécessaires se perdaient dans un climat permanent de lutte de classes. Cette situation traduisait clairement que les trois pouvoirs sur le personnel, qui coexistent aujourd hui dans la plupart des activités à savoir la direction, l encadrement et les syndicats, étaient totalement déséquilibrés au profit des syndicats, réduisant le rôle de l encadrement au domaine uniquement technique. À partir de 1980, la décision fut prise de lancer un grand programme de perfectionnement de tout l encadrement à son rôle social. Il apparut rapidement que l une des bases de l autorité tenait à la qualité de l information et l utilisation qu en fait chaque membre de l encadrement vers ceux dont il a la charge. À partir de ce constat, une organisation très contraignante a été mise en place. Elle consistait à imposer à tous les membres de l encadrement la tenue d une réunion, chaque mercredi matin, avec les personnes directement placées sous leur autorité. La première réunion était celle du comité de direction qui établissait la liste de toutes les informations de nature à intéresser le personnel, ainsi l ensemble du personnel de l entreprise recevait, de son responsable direct, tous les mercredis avant 12 h 30 les mêmes informations sur la vie de l entreprise. Cette procédure, qui a été dénommée«la messe du mercredi», s est maintenue sans interruption pendant quinze ans car elle a été rapidement revendiquée à tous les niveaux de l entreprise. Simultanément des initiatives ont été prises pour donner au personnel des moyens d action sur l organisation et les méthodes de travail en mettant en place des groupes de discussion qui permettaient aux volontaires d une même équipe de travail de proposer des modifications d organisation, des investissements en outillage ou autres mesures permettant d améliorer leurs performances et leurs conditions de travail. Dans le même esprit, la possibilité de participer aux essais à la mer et de visiter les navires en achèvement avec les familles a été régulièrement organisée. Cette politique nouvelle accompagnée d une décentralisation de pouvoirs réels de décision dans le domaine social, en particulier la pratique des entretiens individuels annuels avec leur impact sur la gestion des salaires et des carrières, a redonné à l encadrement une auto- La base de l autorité L information est la base de l autorité : le chef est celui qui sait et qui informe. 14

17 rité permettant à l entreprise d accélérer les évolutions indispensables. Cette expérience montre qu il est possible de modifier l équilibre des pouvoirs à l intérieur d une entreprise, même dans une grande structure, à condition de mettre en œuvre une politique sociale cohérente en commençant par l information interne et la responsabilisation de l encadrement intermédiaire. Elle nécessite aussi un contre-pouvoir pour éviter les dérives car, comme le dit Montesquieu : «C est une vérité éternelle que tout homme qui a du La flexibilité L adaptation rapide aux nouveaux marchés suppose une flexibilité qui ne s obtient que par une délégation effective des pouvoirs à tous les niveaux et dans tous les domaines. pouvoir est porté à en abuser.» Il faut donc parallèlement permettre aux syndicats de débattre avec la direction de toutes questions touchant aux intérêts collectifs des salariés. Le marché des croisières Les Chantiers de l Atlantique, malgré les transformations décrites ci-dessus, n auraient pas traversé le vingtième siècle si des présidents comme René Regard (38), et surtout Alain Grill (51), avec le soutien de Jean-Pierre Desgeorges (51), président d Alsthom, n avaient pas eu la vision prémonitoire de saisir dès son émergence le marché des paquebots de croisière qui depuis vingt ans se développe régulièrement au rythme de 7 % par an. C est en 1985 qu Alain Grill signait la commande du Sovereign of the Seas, premier paquebot de croisière de nouvelle génération qui fut livré vingt-sept mois plus tard à son armateur Royal Caribbean Cruise Line au prix d une reconversion complète de l entreprise. Ce marché, qui ne représente que quelques pour cent de la construction navale mondiale, est le seul que les chantiers européens ont réussi jusqu à présent à conserver car il suppose une flexibilité et une autonomie de décision à tous les niveaux, qui demeurent un point fort de notre héritage culturel. Les chantiers de Saint-Nazaire ont su en vingt ans se positionner comme un des leaders dans ce secteur de haute technologie. GRAND ANGLE La fierté des acteurs Dans la compétition mondiale qui s est étendue à toutes les activités, qu elles soient productives de biens ou de services, une condition essentielle de la réussite, sinon la principale, tient au bon équilibre des pouvoirs à l intérieur de l entreprise. Personne ne conteste la nécessité de syndicats puissants pour exercer le contre-pouvoir indispensable à la défense des intérêts des salariés mais les syndicats n ont pas pour rôle de diriger l entreprise. Une entreprise se dirige avec une direction et une hiérarchie responsables. Les grands chantiers navals du sud de la France se sont écroulés du fait de l hypertrophie du pouvoir syndical. Le secteur public, qui a donné, pour des raisons essentiellement politiques, une place trop importante aux syndicats dans les organes de direction au détriment du rôle de la hiérarchie, se révèle en grande difficulté pour s adapter suffisamment vite aux évolutions nécessaires. L Éducation nationale en est malheureusement la meilleure illustration. Rien n est jamais définitivement acquis, surtout à notre époque, il n est donc pas du tout certain que les Chantiers de l Atlantique, aujourd hui STX France Cruise SA, surmontent les crises qui ne manqueront pas de surgir dans l avenir. Il faut espérer que la fierté des acteurs qui vivent cette épopée les aidera à la poursuivre aussi longtemps qu ils en auront la volonté. Il est possible de modifier l équilibre des pouvoirs à l intérieur d une entreprise 15

18 LES MÉTIERS DE LA MER GRAND ANGLE PAR GILLES BESSERO (71) directeur général du service hydrographique et océanographique de la Marine Environ 95 % du fond des mers sont encore inexplorés Mesurer la mer À l ère des technologies de la communication et de l information omniprésentes, et alors que nous célébrons cette année le 40 e anniversaire du premier pas de l homme sur la Lune, prétendre que notre planète, plus Océan que Terre, a encore besoin d être mesurée peut paraître saugrenu. Pourtant, il reste encore beaucoup à découvrir. L hydrographie se décline en trois volets, faisant chacun appel aux techniques les plus modernes : le recueil de données géoréférencées par des levés systématiques en mer et concernant un large éventail de renseignements : profondeur, dangers potentiels (épaves, hauts-fonds, etc.), nature du fond, marée et courants, propriétés physiques de la colonne d eau (profils de température et de salinité par exemple), configuration de la côte et infrastructures (aides à la navigation, ports ) ; le traitement des informations recueillies et leur intégration dans des bases de données organisées et tenues à jour (systèmes d informations géographiques) ; la production, la diffusion et la mise à jour de produits ou services adaptés aux besoins des différentes catégories d usagers : cartes marines (sous forme imprimée ou électronique), ouvrages nautiques (instructions nautiques, annuaires de marée, atlas de courants, etc.), avertissements de navigation, «géoportails» et autres services accessibles par Internet. Une coopération internationale Développée progressivement pour répondre aux besoins de la navigation, l hydrographie s est organisée d abord au niveau de chaque puissance maritime, la France créant en 1720 REPÈRES Dans son acception maritime, l hydrographie est définie comme la branche des sciences appliquées traitant du mesurage et de la description des éléments physiques des zones maritimes et côtières, ainsi que de la prédiction de leur changement au cours du temps, dans l intérêt premier de la sécurité de la navigation et pour le soutien de toutes les autres activités maritimes, incluant développement économique, sécurité et défense, recherche scientifique et protection de l environnement. le premier service hydrographique national. L intérêt de la coopération dans ce domaine a été reconnu dès la fin du XIX e siècle, conduisant à la création en 1921 du Bureau hydrographique international, actuel secrétariat de l Organisation hydrographique internationale. L hydrographie relève depuis 2002 d une obligation régie par la Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer qui prescrit notamment aux gouvernements contractants de «prendre des dispositions en vue de rassembler et de compiler des données hydrographiques et de publier, diffuser et tenir à jour tous les renseignements nautiques nécessaires à la sécurité de la navigation». Elle répond à des usages de plus en plus variés, constituant une «infrastructure de base» indispensable à la mise en œuvre des politiques maritimes et du littoral. Du sondage mécanique au sondage acoustique Si on se limite à la mesure de la profondeur de la mer, c est-à-dire à la bathymétrie, la faible transparence de l eau de mer est une contrainte majeure. Jusqu à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les levés hydrographiques reposaient sur la localisation optique des bâtiments ou embarcations employés pour les sondages, avec les limitations de distance à la côte et de précision inhérentes à ce procédé, et sur un 16

19 moyen mécanique de sondage (plomb de sonde lestant une ligne graduée, remplacé à partir de 1920 par un plomb poisson remorqué). Le caractère ponctuel de la mesure ne permettait ni de garantir que la cote obtenue sur un hautfond correspondait bien à son sommet ni que tous les hauts-fonds présents le long du profil suivi par le bâtiment avaient été détectés. À partir de 1945, la généralisation de l utilisation du sondeur acoustique vertical et le développement de la localisation radioélectrique permirent d observer la profondeur en continu le long du profil suivi et d étendre l emprise des zones susceptibles d être explorées tout en améliorant considérablement la précision des mesures. L apparition au début des années 1970 des sondeurs latéraux offrit la possibilité de compléter le sondage linéaire par l enregistrement d une image acoustique du fond de part et d autre du profil suivi pour détecter la présence d épaves ou de hauts-fonds entre profils adjacents. Des décennies pour une couverture complète Le développement à partir des années 1960 de la localisation par satellites (Transit puis GPS) et du sondeur acoustique multifaisceau capable de mesurer la profondeur sur toute une fauchée perpendiculaire à l axe du navire atteignant sept à huit fois la profondeur a révolutionné l hydrographie. Il est désormais possible de réaliser des levés continus et précis des fonds marins. La connaissance de la bathymétrie est cependant encore très incomplète car la vitesse des navires, une dizaine de nœuds (20 km/heure) en sondage, reste un élément limitant devant l immensité des espaces océaniques. La technique plus récente du laser bathymétrique aéroporté n offre pas de perspective d accélération significative car sa mise en œuvre est limitée à la bande côtière. En dehors des eaux très claires où la portée peut atteindre exceptionnellement 70 m, la pénétration du laser est souvent limitée, du fait de la turbidité, à environ 20 m. Le rappel par la «US Commission on Ocean Policy», dans son rapport publié en 2004, qu environ 95 % du fond des mers sont encore inexplorés, reste d actualité. Une quarantaine de formations d hydrographes homologuée La profession d hydrographe s est développée au sein des services hydrographiques qui se Détection d une épave dans le Pas-de-Calais. sont généralement dotés de leurs propres structures de formation. Le développement de la coopération ainsi que l essor d une activité hydrographique de nature commerciale, répondant à des besoins liés aux aménagements portuaires et côtiers, à la pose des câbles sous-marins et à l exploration offshore, voire à l externalisation des levés d intérêt général, incitèrent la Fédération internationale des géomètres et l Organisation hydrographique internationale à s associer pour élaborer et entretenir des normes de compétence en matière d hydrographie qui soient acceptées par tous les pays. Après la création en 1977 d un comité spécialisé conjoint, la première édition des normes de compétence pour les hydrographes fut publiée en Le comité fut étendu à l Association cartographique internationale en 2001 afin de développer des normes de compétence pour les cartographes. Outre la révision périodique des normes, ce comité est également chargé d homologuer les programmes des établissements d enseignement. Une quarantaine de formations d hydrographes est aujourd hui homologuée en catégorie A (niveau ingénieur) ou B (niveau technicien). La durée de validité de l homologation, initialement fixée à dix ans, est désormais réduite à six ans. Deux cursus français sont actuellement homologués : celui des ingénieurs des études et techniques de l armement de la filière hydrographie (catégorie A) et celui des officiers mariniers de la spécialité hydrographie (catégorie B). L homologation des individus reste de la responsabilité des pays. Les normes recommandent que cette homologation soit centralisée, ce qui est le cas en France où les certificats sont délivrés par le directeur général du SHOM. Outre une formation théorique et pratique homologuée, les normes imposent une période d au moins deux ans d expérience pratique variée pour atteindre le niveau de compétence minimum requis. D.R. La France a créé en 1720 le premier service hydrographique national GRAND ANGLE 17

20 LES MÉTIERS DE LA MER GRAND ANGLE PAR JEAN-MARIE CARNET (63) ingénieur de l armement (branche génie maritime), délégué général du Groupement industriel des constructions et armements navals (Gican) La construction navale de défense, moderne et performante L industrie navale de défense est un pôle technologique et industriel de premier rang, l un des piliers de l indépendance stratégique de la France. Elle contribue au rayonnement politique et économique. Elle attire les talents. Fortement exportatrice, elle contribue de façon significative à la balance commerciale et génère des coopérations internationales de longue durée. REPÈRES Avec la création en 1374 du premier arsenal de la Marine au clos des Galées à Rouen par Charles V et en 1631 des forêts royales dédiées à la production du bois de chêne nécessaire à la construction des navires par Richelieu, la France s est dotée très tôt d une industrie navale, capable de fournir à l État l outil performant dont il avait besoin. Cette compétence dans le domaine d une industrie complexe a été caractérisée dès le début de son existence par la capacité de mise en œuvre de moyens lourds, de processus complexes et de compétences humaines, développées et entretenues au fil du temps. Avec 5500 km de côtes, auxquelles s ajoute aujourd hui le deuxième espace maritime du monde couvrant 11 millions de km 2, la France a toujours eu besoin d assurer la sécurité de ses approches maritimes. De tout temps, la place primordiale qu elle avait au sein des nations européennes, le besoin économique et politique d avoir un empire colonial, de le défendre, de gérer et protéger le commerce maritime qui en découlait, ont rendu indispensable que la France possède une force navale performante, redoutée et importante en nombre. Il est aujourd hui aisé d imaginer ce que représentait pour les architectes navals, les ingénieurs et les compagnons de toutes spécialités la construction d un galion quand on voit comment la reconstruction avec les techniques de l époque de l Hermione à Rochefort est longue et complexe. Il aura fallu près de dix ans pour refaire à l identique un tel navire. Cela aura nécessité de retrouver les métiers et les techniques d autrefois : charpentier, menuisier, calfateur, voilier, cordeur, compagnon, etc., et de les faire travailler ensemble dans un espace limité et confiné. Mille fois plus silencieux Le premier sous-marin de l ère moderne, imaginé par l ingénieur du Génie maritime Laubeuf dans les années 1900, était en lui-même une révolution : on allait enfin naviguer sous l eau, tout en emportant des armements. Mais il y a autant d évolution technologique entre les premiers sous-marins nucléaires lanceurs d engins (Le Redoutable) et ceux d aujourd hui (Le Terrible, mis à l eau il y a quelques mois et aujourd hui en essais à la mer), en particulier dans la discrétion acoustique (il est mille fois plus silencieux), qu il n y en avait entre le sousmarin conçu par Laubeuf au début du siècle dernier et les plus récents sous-marins classiques, ce qui souligne l accélération du progrès technologique et l évolution des métiers. Une industrie de haute technologie Certes les technologies ont évolué, grâce aux hommes, à leur inventivité, à leur volonté de progrès ; du bois on est passé à l acier, de la voile au moteur et de la plate-forme armée de canons aux systèmes de combat intégrés, mais il s agit toujours de métiers d avant-garde à 18

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE. Pour un transport et des services maritimes responsables

CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE. Pour un transport et des services maritimes responsables CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE Pour un transport et des services maritimes responsables PREAMBULE Véritables acteurs de la mondialisation, les armateurs français œuvrent au quotidien pour un transport

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Un salon BtoB fédérateur. Un carrefour pertinent pour la filière maritime européenne. 100% des exposants nous font confiance pour 2015

Un salon BtoB fédérateur. Un carrefour pertinent pour la filière maritime européenne. 100% des exposants nous font confiance pour 2015 C eux qui étaient là, si nombreux, s en souviennent. Alors que le rideau tombait sur la première édition d Euromaritime, nous parlions d émotion, de bonheur d être ensemble, de succès partagé. Car telle

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

Un salon BtoB fédérateur. Un carrefour pertinent pour la filière maritime européenne. 100% des exposants nous font confiance pour 2015

Un salon BtoB fédérateur. Un carrefour pertinent pour la filière maritime européenne. 100% des exposants nous font confiance pour 2015 C eux qui étaient là, si nombreux, s en souviennent. Alors que le rideau tombait sur la première édition d Euromaritime, nous parlions d émotion, de bonheur d être ensemble, de succès partagé. Car telle

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Information Secrétariat général Service des ressources humaines Sous-direction du développement professionnel et des relations sociales 78, rue de Varenne 75349 PARIS 07 SP 0149554955 Note de service SG/SRH/SDDPRS/2015-206

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée Livre bleu Vers une politique maritime nationale intégrée Rouen, 30 mars 2010 France et politique maritime Jusqu en 2009, pas de véritable politique maritime en France superposition de politiques sectorielles,

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE sociale utilité & transparence financière Au service des Comités d Entreprise Actualité CE Établissement et certification des comptes annuels des Comités d Entreprise

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne entre l Etat, Ministère de la défense représenté par Monsieur le

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Demande de devis de l Agence de Développement Touristique des Alpes de Haute Provence. Révision «Bancaire» de l ADT 04. Contexte

Demande de devis de l Agence de Développement Touristique des Alpes de Haute Provence. Révision «Bancaire» de l ADT 04. Contexte Demande de devis de l Agence de Développement Touristique des Alpes de Haute Provence Révision «Bancaire» de l ADT 04 Contexte L Agence de Développement Touristique des Alpes de Haute Provence _ (Sigle

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris

Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris Paris le 15 avril 2008 AGIR MAGAZINE fêtera son deuxième anniversaire en juillet 2008. Il est né de la volonté d améliorer la

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005)

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (SEA) est un service interarmées relevant du Chef d Etat Major des armées et doté d un compte

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Klépierre. Nos engagements pour un Développement Durable

Klépierre. Nos engagements pour un Développement Durable Klépierre Nos engagements pour un Développement Durable Notre vision Notre métier Nos valeurs Nos 10 engagements Editorial Notre Groupe est porté par une puissante dynamique. Si aujourd hui de solides

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Fédérateur de compétences

Fédérateur de compétences www.uimmauvergne.org L UIMM D AUVERGNE Fédérateur de compétences REPRÉSENTER I DÉFENDRE I ACCOMPAGNER LA MÉTALLURGIE EN AUVERGNE Les Chiffres clés Entreprises salariés Reṕartition des effectifs Source

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Fiche 6 Enjeux Face aux changements importants que connaissent les entreprises : évolution du contenu des métiers, des technologies et des

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR)

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) Notre démarche ISR La gestion dite de "stock-picking" de Financière de l Echiquier est une gestion qui s appuie avant tout sur la connaissance approfondie

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE Contact Presse : Aurélie CARAYON / Amandine VERDASCA 2 DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL SOMMAIRE 1 Aficar simplifie l automobile d entreprise

Plus en détail

/ SEPTEMBRE 2015. Charte de mobilisation des entreprises agroalimentaires à l international

/ SEPTEMBRE 2015. Charte de mobilisation des entreprises agroalimentaires à l international / SEPTEMBRE 2015 Charte de mobilisation des entreprises agroalimentaires à l international ENSEMBLE A L INTERNATIONAL Les industries agroalimentaires exportent 43,4 Milliards d euros soit 27% du chiffre

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

Catalogue de formation 2012

Catalogue de formation 2012 Catalogue de formation 2012 www.h-conseil.com H comme Humain H Conseil est une société de conseil et de formation basée à Saint Nazaire et opérant partout, aussi bien en France qu à l étranger. La conviction

Plus en détail

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Atelier Communication Managériale Entreprises

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

PROCEDURE DE DEPLACEMENT DES ADMINISTRATEURS

PROCEDURE DE DEPLACEMENT DES ADMINISTRATEURS PROCEDURE DE DEPLACEMENT DES ADMINISTRATEURS 1. Principe de déplacement des administrateurs Il est souhaitable que tout administrateur puisse constater la réalité sur le terrain des missions ACF ainsi

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 %

Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 % Communiqué de presse Paris, le 1 er juillet 2015 Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 % Malakoff Médéric réalise une

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

Une énergie d avenir pour votre territoire

Une énergie d avenir pour votre territoire Une énergie d avenir pour votre territoire CARTE d implantation du parc éolien en mer de Fécamp CHERBOURG Parc éolien en mer de Fécamp 83 éoliennes espacées de une puissance de 498 MW entre 1 km entre

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Dossier de presse. Pionnier du bien-être en entreprise

Dossier de presse. Pionnier du bien-être en entreprise Dossier de presse Pionnier du bien-être en entreprise «La qualité de vie et le bien-être au travail sont les nouveaux enjeux entreprises. Ces conditions sont désormais fondamentales pour attirer de nouveaux

Plus en détail