Ce bulletin est rédigé et diffusé par la Pharmacologie Médicale et le CHU de Montpellier sans aide de l'industrie pharmaceutique.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ce bulletin est rédigé et diffusé par la Pharmacologie Médicale et le CHU de Montpellier sans aide de l'industrie pharmaceutique."

Transcription

1 2012 NUMERO 24 Ce bulletin est rédigé et diffusé par la Pharmacologie Médicale et le CHU de Montpellier sans aide de l'industrie pharmaceutique. Quoi de neuf depuis juillet au niveau de l'ansm? Adenuric (fébuxostat) : Risque de survenue de réaction d hypersensibilité grave, incluant le syndrome de Stevens- Johnson et des chocs anaphylactiques. Le febuxostat est un inhibiteur de la xanthine oxydase, enzyme responsable de la synthèse endogène d acide urique. Il est indiqué dans le traitement de l hyperuricémie chronique où un dépôt d urate s est déjà produit. Attention aux potentielles «réactions crisées» avec l allopurinol..http://ansm.sante.fr/s-informer/actualite/adenuric-r-febuxostat-risque-de-survenue-dereaction-d-hypersensibilite-grave-incluant-le-syndrome-de-stevens-johnson-et-des-chocs-anaphylactiques-aigus-lettre-auxprofessionnels-de-sante Restriction d utilisation : Syndromes d hypersensibilité graves et atteintes auto-immunes Désormais, les spécialités à base de minocycline doivent être réservées, à l adulte ou l enfant de plus de 8 ans, dans le traitement des infections microbiologiquement documentées de souches bactériennes résistantes aux autres cyclines et sensibles à la minocycline et pour lesquelles aucun autre antibiotique par voie orale ne paraît approprié. Nexen et génériques (nimesulide) : Restriction d indication dans le traitement de la douleur aiguë et des dysménorrhées primaires, en seconde intention, et de courte durée (<15 jours). En effet, si son efficacité et son profil de tolérance sur le plan gastro-intestinal est comparable à celui des autres AINS, sa toxicité hépatique est plus importante. Protopic pommade 0,03 % et 0,1 % (tacrolimus) : A la suite de la notification de cas de tumeurs malignes, incluant des lymphomes et des cancers cutanés, chez des patients traités par le tacrolimus pommade et de la publication d'études épidémiologiques suggérant une augmentation du risque de lymphome chez les patients traités par les inhibiteurs de la calcineurine topiques, dont le tacrolimus pommade, l ANSM souhaite rappeler aux professionnels de santé d importantes mesures de minimisation du risque concernant le traitement de la dermatite atopique modérée à sévère par le tacrolimus pommade. pommade-recommandations-importantes-de-bon-usage-afin-de-minimiser-les-risques-lettre-aux-professionnels-desante/(language)/fre-fr Pradaxa (dabigatran) et Xarelto (rivaroxaban) : Ces nouveaux anticoagulants oraux, peuvent être une alternative aux anti-vitamine K (AVK), particulièrement en cas de fluctuations de l INR en dehors de la zone thérapeutique. A ce jour, il n y a pas de surveillance biologique de routine proposée ni d antidote spécifique. La fréquence des saignements est globalement similaire sous dabigatran ou rivaroxaban et sous warfarine (COUMADINE). Il n y a pas d étude comparative avec la fluindione (PREVISCAN) ou l acénocoumarol (SINTROM). Directeurs de la Rédaction : Dr D.HILLAIRE-BUYS, Dr. V. PINZANI-HARTER Ont participé à la rédaction de ce journal : Dr C. CONDEMINE-PIRON, Dr C. EIDEN, Dr J.L. FAILLIE, Dr D. GRAU, Dr H. PEYRIERE, Dr C. PHILIBERT, Dr. V. PINZANI-HARTER, Dr M.A. THOMPSON-BOS Département de Pharmacologie Médicale et Toxicologie Hôpital Lapeyronie MONTPELLIER Cedex 5 Tél. : Secrétariat : Internes : Fax : Mails: Site internet: 1

2 Anticancéreux et dispensation de ville attention aux risques d'erreur, exemple du Xéloda A la suite de la sortie des médicaments de la réserve hospitalière en 2004 et au développement des hospitalisations à domicile, les patients atteints de cancer se voient souvent prescrire des anticancéreux oraux dispensés en officine de ville. Or les anticancéreux sont des molécules complexes qui nécessitent des conditions particulières de prescription, de manipulation et d'administration. Le pharmacien doit pouvoir s'informer auprès du patient de son état de compréhension de sa maladie et du traitement proposé ; fournir aux patients des conseils simples leur permettant de mieux gérer les effets indésirables de la chimiothérapie et disposer de documentation à remettre au patient. Le Centre de Pharmacovigilance est régulièrement consulté par le biais de demandes de renseignements sur des erreurs de délivrance, de compréhension du malade de la posologie ou de la notion de cycle de prises. Ces mésusages ou erreurs peuvent avoir des conséquences gravissimes en termes d'efficacité et/ou de toxicité. Nous rapportons ici une expérience d'erreur de délivrance de capécitabine (Xéloda ). Il a été délivré au patient des comprimés à 500 mg au lieu des comprimés à 150 mg durant 14 jours. Le patient a présenté une mucite grade 4 et une toxicité médullaire grade 4. Le Xéloda est une prodrogue qui se transforme en 5-Fluorouracile dans l'organisme. Ses indications incluent le cancer du colon,du sein, digestif, ORL La pharmacocinétique du 5-FU expose le sujet à un surdosage potentiel lorsqu'il est porteur génétiquement d'un déficit en dihydropyrimidine deshydrogenase (DPD), enzyme clé de son métabolisme. Les effets secondaires habituels du 5-FU sont hématologiques (leucopénie 54 %), digestifs (nausées, vomissements 30 %, stomatites 48 %, diarrhées 64 %), cutanés (alopécie, dermatose, acrosyndrome) et plus rarement neurologiques (ataxie cérébelleuse 3 %), oculaires et cardiaques (ischémie cardiaque). Selon l'ema (Agence Européenne du Médicament), un surdosage surviendrait chez environ 0,2 pour patients traités en Europe soit environ cas par an (document EMA /COMP /231352/2009). Peu de cas sont notifiés aux Centres Régionaux de Pharmacovigilance. Les traitements classiques du surdosage en 5-FU comportent une diurèse forcée, une dialyse, ou une hémoperfusion pour épurer le fluorouracile. Ceci est peu réaliste pour le 5-FU car sa demi-vie est de 15 mn, plus bénéfique en cas d intoxication à la capécitabine pour éliminer les précurseurs du 5FU, en particulier le 5 -DFUR. des facteurs de croissance myéloïde à commencer dès que possible. Il a été proposé des suppléments glutaminiques par voie orale pour réduire les diarrhées et limiter la toxicité gastrointestinale ; des inhibiteurs de l enzyme de conversion de l angiotensine (IEC) pour réduire le risque de dysfonctionnement cardiaque. L'uridine est un antidote connu du 5-FU mais sa cinétique n'est pas favorable à son utilisation en tant que telle. La vistonuridine ou triacétate d uridine est un antidote possible en cas de surdosage aigu ou d erreur médicamenteuse. Elle est donnée au patient dans un délai minimum de 3 heures après le surdosage pour ne pas interférer avec l'activité anti-tumorale du 5-FU. Par contre le délai maximum entre l intoxication au FU et l'administration de l antidote est actuellement fixé à 4 jours dans les diverses publicationss. En France, cette ATU 2

3 nominative permet une délivrance de cet antidote jusqu à 5 jours après l intoxication. En ce qui concerne la capécitabine, ce délai n a pas été précisé, faute de cas rapportés jusqu à présent. Molécules anticancéreuses disponibles en ville (non exhaustif) Cytotoxiques Cytotoxiques Les thérapeutiques ciblées Methotrexate* (Methotrexate) Endoxan* (Cyclophosphamide) Natulan* (Procarbazine) Purinethol* (Mercaptopurine) Fludara* (Fludarabine) Chloraminophène* (Chlorambucil) Alkeran* (Melphalan) Hydrea* (Hydroxycarbamide) Estracyt* (Estramustine) Myleran* (Busulfan) UFT* gél. (100g Tegafur et 224 mg Uracile) Celltop/Vépésidecaps. (Etoposide) Aracytine* (Cytarabine) IV / SC Xeloda* (capécitabine), Navelbine* (vinorelbine), Xagrid* (anagrélide) Glivec* (Imatinib), Tarceva* (erlotinib), Nexavar* (sorafenib), Sutent* (sunitinib), Sprycel(Dasatinib): Tasigna* (Nilotinib) Dr Véronique Pinzani ANTI-HYPERTENSEURS, GROSSESSE ET ALLAITEMENT Environ 10 à 15% des grossesses se compliquent d'une hypertension artérielle, avec une morbimortalité maternelle élevée et un risque fœtal et périnatal majoré. L'hypertension artérielle peut exister chez la future mère avant la grossesse, le traitement devant alors parfois être adapté en prévision de la grossesse. Elle peut se révéler en cours de grossesse et se compliquer de prééclampsie (hypertension avec protéinurie associée > 0.3 g/24h) et d'éclampsie (pré-éclampsie accompagnée de crise convulsive). La pré-éclampsie et l'éclampsie résultent d'une maladie placentaire avec anomalies trophoblastiques entraînant une hypoperfusion placentaire et le relargage de facteurs responsables d'une dysfonction endothéliale étendue conduisant à une atteinte multi-organique. Un traitement est donc presque toujours nécessaire. D'une manière générale, un traitement compatible avec la grossesse ne l'est pas forcément avec l'allaitement, ce qui nécessite d'envisager la possibilité ou non de l'allaitement maternel pendant la grossesse de façon à adapter éventuellement un traitement avant la naissance de l'enfant. Cependant, en ce qui concerne les anti-hypertenseurs, la grande majorité d'entre eux peuvent être utilisés à la fois pendant la grossesse et l'allaitement. L'administration d'un seul anti-hypertenseur est à privilégier, en s'orientant vers les molécules pour lesquelles on dispose du plus large recul d'utilisation et/ou les plus étudiés. Au cours de la grossesse, les diurétiques sont à éviter et les inhibiteurs de l'enzyme de conversion ainsi que les antagonistes de l'angiotensine II sont contre-indiqués, après le 1 er trimestre. Au cours de l'allaitement, la discussion se fait le plus souvent au cas par cas, en fonction : - de l état général du nouveau-né : âge, terme (prématurité, immaturité enzymatique au cours de la 1 ère semaine de vie, donc fonctions de détoxification et d élimination des médicaments modifiées), terrain - des caractéristiques de la molécule : demi-vie, biodisponibilité orale, pharmacodynamie - des médicaments associés - des données spécifiques concernant la mère : prise de médicaments pendant la grossesse, posologie, durée de traitement 3

4 Le tableau de synthèse proposé ci après est un petit guide simple, qui contient des informations élaborées grâce à une synthèse des données disponibles au moment de la rédaction. Des variations interindividuelles peuvent être observées. Attention, un grand nombre d'anti-hypertenseurs sont sur le marché sous forme d'association de molécules de classes différentes. Pour toute précision, contacter le Centre Régional de Pharmacovigilance du Languedoc- Roussillon. Classe médicamenteuse DCI/Spécialité Beta-bloquants : Propranol : Avlocardyl Labétalol : Trandate Tous les autres Centraux : Alphaméthyldopa : Aldomet Clonidine : Catapressan.. Diurétiques Furosémide : Lasilix Hydrochlorothiazide : Esidrex Spironolactone : Aldactone Inhibiteurs calciques Nicardipine : Loxen Nifédipine : Adalate Vérapamil : Isoptine Inhibiteurs de l'enzyme de conversion Captopril : Lopril Enalapril : Renitec Antagonistes de l'angiotensine II ou Sartans Losasartan, : Cozaar Valasartan : Tareg Recommandation Grossesse si nécessaire (moins de données), en évitant l'aténolol : Tenormine (risque de retard de croissance intra-utérin (RCIU) plus élevé) (2 ème intention) Dans tous les cas Déconseillés dans l'hta (hypovolémie induite pouvant diminuer la perfusion placentaire) Spironolactone : effet anti-androgénique Eviter 1 er trimestre par précaution, surtout pour la nifédipine, la félodipine (anomalies digitales +/- cardiaques chez l'animal) Dans tous les cas Contre-indiqués 2 ème et 3 ème trimestre (toxicité rénale fœtale : dysplasie tubulaire, IR, oligoamnios, hypoplasie des os du crâne, déformations extrémités, hypoplasie pulmonaire secondaires) Déconseillés 1 er trimestre Surveillance fœtale et/ou néonatale Dans tous les cas - Possibilité de RCIU - Surveillance les trois premiers jours de vie : hypotension, bradycardie, hypoglycémie _ Hyponatrémie Hypo/hyperkaliémie Thrombopénie (selon les molécules) _ Si exposition après le 1 er trimestre : Arrêt immédiat du traitement Surveillance de la fonction rénale fœtale (liquide amniotique, échographie, beta-2 microglobuline fœtale) Bilan rénal, examen clinique spécifique à la naissance Allaitement maternel Recommandation Contre-indiqués Déconseillé Dans tous les cas Déconseillés (sauf posologies faibles, au cas par cas) Dans tous les cas A éviter en particulier chez le prématuré Dans tous les cas Contre-indiqués Surveillance de l'enfant Exposition très importante de l'enfant. Possibilité d'hypotension, bradycardie, hypoglycémie Peut diminuer la sécrétion de prolactine chez la mère Peu ou Pas de données Le furosémide peut diminuer la sécrétion lactée chez la mère Peu de données mais le passage semble modéré Toxicité rénale potentielle, en particulier chez le prématuré et le nouveau-né Pas de données Toxicité rénale potentielle, en particulier chez le prématuré et le nouveau-né Bibliographie : Jonville-Béra AP et al; Médicaments et grossesse : Prescrire et évaluer le risque, Elsevier Masson 2012 Briggs G et al. Drugs in pregnancy and lactation. Ninth edition, 2011 Hale TW. Medications and mother milk. Fourteenth edition, 2010 Marie-Andrée Thompson-Bos 4

5 Quoi de neuf en phytothérapie? Réglisse et risque de surconsommation! En cet période estivale, où il est important de bien s hydrater, nous voulions mettre en avant une plante largement consommée dans notre région : la réglisse. La glycyrrhizine est un terpène extrait de la racine de la réglisse (Glycyrrhiza glabra). Le suc naturel de réglisse en contient de 5 à 20%. Elle est principalement connue comme édulcorant d'où son utilisation dans les confiseries et boissons. La teneur en glycyrrhizine des produits "alimentaires" disponibles dans le commerce est extrêmement variable. Elle dépend de la teneur intrinsèque du suc naturel de réglisse et de la quantité de suc naturel introduite dans ces produits. Très utilisée en confiserie, on retrouve la réglisse dans toutes sortes de bonbons et pastilles ("Cachou Lajaunie", "Zan" contenant de 4.6 à 10% de glycyrrhizine), dans l Antésite (boisson la plus concentrée 23 g/l), mais aussi dans les gommes à mâcher indiquées dans le sevrage tabagique et dans un grand nombre de spécialités contre l halitose. Elle entre également dans la composition de liqueurs et de boissons apéritives comme le pastis en particulier dans le pastis sans alcool (pouvant contenir de à 1.27 g/l de glycyrrhizine soit une concentration pouvant être 6 fois plus élevée que celle du pastis avec alcool). Les intoxications sont, à l heure actuelle, principalement le fait d une consommation excessive et prolongée de confiseries à base de réglisse ou de pastis sans alcool édulcoré à la réglisse. Cette surconsommation est favorisée par un sevrage tabagique ou éthylique. Le seuil toxique généralement admis serait de 700 mg à 1.4 g d'apport journalier de glycyrrhizine pendant plusieurs mois mais des intoxications ont été rapportées pour des consommations moindres durant une période plus courte chez des patients ayant des antécédents d intoxication alcoolique (hyperminéralocorticisme, hypokaliémie). L intoxication par la glycyrrhizine entraîne un pseudohyperaldostéronisme primaire. Elle exerce sa toxicité par le biais d une inhibition enzymatique portant sur la 11-ß-hydroxystéroïde déshydrogénase. Le cortisol qui ne peut être converti en cortisone au niveau rénal, se lie aux récepteurs minéralocorticoïdes reproduisant les symptômes de l hyperaldostéronisme (élimination rénale de potassium et rétention hydro-sodée) alors qu'il existe une freination globale du système rénine-angiotensine-aldostérone plasmatique. D un point de vue clinique, les symptômes sont les mêmes que lors de tumeur de la corticosurrénale sécrétant un excès d aldostérone : paresthésies pouvant évoluer vers une paralysie notamment chez un sujet alcoolique, crise de tétanie, myasthénie, polyurie et polydipsie, HTA avec hypokaliémie. L hypernatrémie et l alcalose métabolique sont plus inconstantes. L arrêt de l intoxication est suivi d une normalisation de la tension artérielle et de la kaliémie en quelques semaines mais la suppression de l axe réninealdostérone peut persister plusieurs mois. Le traitement par les IEC est inefficace en raison du faible niveau d activité rénine plasmatique, les diurétiques sont à proscrire car ils peuvent aggraver l hypokaliémie. La concentration exacte en glycyrrhizine des confiseries et boissons n'étant jamais mentionnée, la législation française impose certains repères permettant de guider le consommateur, mais aussi le médecin confronter à 5

6 l'évaluation étiologique d'une symptomatologie évocatrice. Les fabricants doivent apposer la mention «réglisse» sur tout produit contenant de la glycyrrhizine à une concentration supérieure ou égale à 100 mg/kg ou 10 mg/l, et doivent y ajouter une "alerte", destinée aux personnes hypertendues, lorsque cette concentration est supérieure ou égale à 4 g/kg pour les confiseries et à 50 mg/l pour les boissons contenant moins de 1.2% en volume d'alcool (pour les boissons alcoolisées, cette alerte n'est requise que pour des concentrations en glycyrrhizine supérieure ou égale à 300 mg/l). En pratique, la consommation de réglisse (sous toutes ses formes) doit rester occasionnelle chez le sujet hypertendu ou souffrant d un syndrome du QT long congénital (hypokaliémie). Christelle Philibert 1-CAUMES JL et al. Hyperminéralocorticisme secondaire à la consommation de très faibles quantités de"pastis sans alcool". Gastroenterol Clin Biol 2004;28: LUCHON L et al. Hypokaliémie sans hypertension artérielle par intoxication à la réglisse. Néphrologie 1993;14: Vigitox 2009, N 39: BRAHIMI M, LESPERRES B. Hypertension artérielle par intoxication à la réglisse. Correspondance en risque cardiovasculaire.2004;2 (2):87. Pioglitazone et risque de cancer de la vessie : le point de vue d'un épidémiologiste La pioglitazone (ACTOS, COMPETACT ) est un médicament de la classe des thiazolidinediones (TZD), utilisées dans le traitement du diabète de type 2. Le mécanisme d'action des TZD passe par l'activation des récepteurs nucléaires PPAR qui jouent un rôle dans l'expression des gènes impliqués dans le métabolisme des lipides et du glucose. Contrairement à la metformine, l'efficacité clinique de la pioglitazone sur la réduction de survenue d'événements cardiovasculaires n'a pas été clairement mise en évidence mais il a été montré qu'elle réduisait de manière significative le taux d'hba1c. La pioglitazone a été autorisée sur le marché Européen en 2000, l'exposition à la pioglitazone a été estimée à plus de 20 millions de patients-années dans le monde. A la suite d une alerte de l'agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) concernant un risque de cancer de la vessie chez les patients traités, la pioglitazone a été suspendue en France et en Allemagne depuis juin A ce jour, le rapport bénéfice/risque est toujours qualifié de favorable par l'agence Européenne des Médicaments (EMA) et par la Food and Drug Administration (FDA) aux Etats-Unis. Dans une étude récemment publiée dans le British Medical Journal, Azoulay et ses collègues ont constaté que l'exposition quotidienne de plus de deux ans à la pioglitazone doublait le risque de cancer de la vessie. Ils ont également constaté une association entre le cancer de la vessie et à la fois la dose et la durée du traitement par pioglitazone. Par rapport aux précédentes études, les auteurs soulignent de nombreux avantages méthodologiques. Cette étude permet donc de tirer des conclusions fiables et de confirmer l'existence d'un risque de cancer de la vessie associée à la prise prolongée de pioglitazone. En réalité, ce risque était suspecté depuis bien longtemps. En effet, les données précliniques sur la pioglitazone signalaient l'apparition de cancers de la vessie chez les rats mâles. Cette observation avait comme explication avancée par le fabricant la formation de cristaux urinaires entrainant l'irritation chronique de la vessie chez les rats, 6

7 et était considérée comme spécifique à cette espéce. Les études cliniques bien souvent trop courtes et non adaptées n'ont pas évalué ce type d'effet indésirable. Le produit a donc été mis sur le marché, les données de carcinogenèse animale ayant été ajoutées au Résumé des Caractéristiques du Produit dans la section "Sécurité Préclinique", mais aucune recommandation n'avait été adressée aux prescripteurs, en particulier pour la sélection et le suivi des patients potentiellement à risque. Aucune modification réglementaire n a été effectuée entre 2000 et 2011 alors que le faisceau d'arguments en faveur de l existence de ce risque se resserrait : - des études animales montraient que le risque carcinogène concernait également d'autres espèces que le rat et que l'hypothèse des cristaux urinaires ne pouvait pas à elle seule rendre compte de l hyperplasie; - dans l'essai clinique randomisé PROactive publié en 2005, qui a comparé la pioglitazone à un placebo, une augmentation non significative des cancers de la vessie était signalée. Il s'avèrera plus tard que le nombre de cancer dans le groupe placebo était erroné et que de ce fait la différence devenait significative; - les autorités américaines et européennes enregistraient un nombre croissant de déclarations spontanées de cas de cancer de la vessie ; - les résultats d'études épidémiologiques devenaient inquiétants : une cohorte prospective américaine (la cohorte Kaiser Permanente Northern California) montrait un risque significatif pour une durée d'exposition supérieure à deux ans (HR 1,4 IC95%: 1,03-2,0) et une cohorte rétrospective de la base de données d'assurance maladie française suggérait un risque global augmenté de 22% (HR 1,22 IC95%: 1,03-2,0), les résultats de cette dernière a étude ayant conduit à la suspension de la pioglitazone en France et en Allemagne en Juin En décembre 2011, soit plus de 10 ans après l'autorisation de mise sur le marché, l'agence Européenne des Médicaments a jugé que le rapport bénéfice/risque de la pioglitazone restait favorable (le produit est toujours commercialisé dans les autres pays européens) mais les prescripteurs ont été informés et le RCP actualisé avec les recommandations suivantes : la pioglitazone est contre-indiquée pour les patients atteints d'un cancer de la vessie en cours ou présentant des antécédents de cancer de la vessie ou une hématurie macroscopique. Il est également conseillé de commencer le traitement avec la dose la plus faible disponible et de vérifier l'adéquation de la réponse au traitement (sur la réduction du taux d'hba1c) 3 à 6 mois après l'initiation du traitement. Des mesures équivalentes ont été prises aux Etats-Unis et au Canada. Quel que soit le devenir de cette molécule sur le plan réglementaire international, nous pouvons d'ores et déjà retenir plusieurs leçons de cette affaire. Il semble clair qu'en 2000, avant la commercialisation, le doute sur un risque de cancer de la vessie existait. Devant ce doute, le respect du principe de précaution aurait du amener à restreindre initialement la prescription aux patients ne présentant pas de facteurs de risque. En 2005, une analyse correcte de l'essai PROactive aurait du conduire aux mêmes conclusions. Il a fallu attendre 2011 pour que les éléments en faveur du risque soient suffisamment nombreux et probants afin que les restrictions de prescription soient ordonnées. Pendant ce délai, des patients ont été exposés et de nombreux cas sont survenus. 7

8 Aujourd'hui, l'augmentation du risque de cancer de la vessie associée à la prise de pioglitazone est désormais clairement mise en évidence. Cependant le risque absolu reste relativement faible. Le risque basal de cancer de la vessie chez le patient diabétique est estimé à 50 à 100/ personne-années c'est à dire inférieur à 1 cas pour 1000 patients traités pendant une année. Un doublement de ce risque basal dû à l'exposition à la pioglitazone ne semble donc pas, à première vue, représenter un impact majeur en terme de santé publique. De plus, la majorité des cas associés à la pioglitazone présentaient des lésions de bas grade, souvent curables et avec une bonne survie à 5 ans. En réalité, ce risque n'est pourtant pas acceptable car il semble, la plupart du temps, évitable sans une grande perte de chance pour le patient. En effet, à ce jour, aucune étude n'est venue confirmer le bénéfice réel de la pioglitazone sur le plan cardiovasculaire. Face à un produit dont l'efficacité est faible ou au mieux variable selon les sujets, les médecins qui engagent leur responsabilité dans leurs choix thérapeutiques doivent pouvoir traiter le patient bon répondeur / bon tolérant et ne pas prescrire dans les autres cas. Sans que leur soit donné tous les éléments nécessaires à l'évaluation de ce rapport bénéfice/risque, cette tâche n'est pas facilitée. Antenne Médicale de Prévention du dopage Dr JL Faillie L'AFNOR (Agence Française de Normalisation) vient de publier en juin 2012 une nouvelle norme relative aux compléments alimentaires et autres denrées alimentaires destinés aux sportifs, la norme NF V La norme NF V «Prévention du dopage dans le sport - Compléments alimentaires et autres denrées alimentaires destinés aux sportifs - Bonnes pratiques de développement et de fabrication visant l'absence de substances dopantes» résulte d un travail conduit par le Ministère des Sports, en collaboration avec des institutions publiques, des représentants du secteur industriel, des professionnels de santé et du monde sportif. Ce document spécifie un cadre de bonnes pratiques dont l'objectif est d'assurer la conformité du produit aux exigences de la réglementation anti-dopage à sa date de libération. Le document peut servir de base à une démarche de certification, ou d'auto-certification par le fabricant lui-même qui s'engage à en respecter les spécifications. Parmi les exigences clés de la norme, l industriel s engage à conserver les échantillons des produits finis pour aider les autorités compétentes, en cas de suspicion de non-conformité. La norme propose également des bonnes pratiques pour sélectionner les ingrédients, choisir les fournisseurs et organiser la fabrication des produits. Elle aide aussi à prévenir toute contamination fortuite, lors de la fabrication et du transport des ingrédients et des produits finis. La norme NF V permet aux industriels qui garantissent l'absence de produits dopants dans leurs compléments alimentaires d'en faire mention écrite sur le conditionnement du produit : «le produit est conforme à la date de libération du lot, à la norme AFNOR NF V ». Un développement de cette norme au niveau européen, porté par AFNOR (2ème contributeur au niveau du Comité Européen de Normalisation - CEN), pourrait être envisagé, à la demande du Ministère des Sports. Dr Claire Condemine-Piron 8

9 ADDICTOVIGILANCE Baclofène point sur les effets indésirables et le potentiel d'abus et dépendance notifiés dans le sevrage alcoolique (indication hors AMM) Dans l'attente d'une évaluation clinique dans le cadre de son utilisation dans le sevrage alcoolique, la prescription de baclofène pour son effet anti-craving (réduire l'envie) reste hors-amm en addictologie. Les résultats du suivi national de pharmacovigilance en vigueur depuis début 2011, ont montré un profil d effets indésirables typique des molécules GABAergiques (principalement sédation, somnolence, myorelaxation, ataxie, anxiolyse, troubles mnésiques). Cependant il s en distingue par : Un risque convulsif en cours de traitement Un syndrome des jambes sans repos Des troubles musculaires paradoxaux Un risque d'accumulation en cas d'insuffisance rénale Des troubles cardio-vasculaires Un syndrome de sevrage (non dose-dépendant, attention peut-être confondu avec un sevrage en alcool), avec un risque de syndrome sérotoninergique Abus, pharmacodépendance, désinhibition, euphorie, recherche d'effet plaisant Depuis 2008, patients seraient traités par baclofène pour une dépendance à l'alcool en France, 100 cas d'effets indésirables ont été décrits dans le cadre de la notification spontanée (69 cas d'effets indésirables dont la moitié jugés graves par le clinicien). Il existe donc une sous-notification (< 0,5%) qui ne permet pas à l'heure actuelle d'évaluer précisément le risque. Dans la littérature, peu de données sont disponibles concernant ces effets indésirables. Une poursuite de la surveillance est donc nécessaire. Effets indésirables du baclofène dans le traitement des addictions - suivi national pharmacovigilance (24/04/2012) : Patients abuseurs de Kétamine : pensez aux complications urinaires! Une augmentation du nombre de notifications spontanées d'abus, de dépendance et d'usage détourné de kétamine a été constatée par le réseau des Centres d'addictovigilance [1]. La kétamine, molécule de la famille des arylcyclohexylamines, est un anesthésique général non barbiturique d'action rapide qui entraîne une anesthésie dite dissociative. Elle possède des indications thérapeutiques chez l'homme et est également utilisée en tant qu' anesthésique vétérinaire. Réservée à l'usage hospitalier ou aux situations d'urgence, elle est détournée de son utilisation et consommée à des fins récréatives. Dans ce contexte, son administration se fait majoritairement par voie nasale et une polyconsommation est souvent retrouvée. Parallèlement, depuis 2007, de nombreux cas de symptômes urologiques (principalement dysurie, pollakiurie, hématurie et altération de la fonction rénale) secondaires à l'usage chronique de kétamine, sont rapportés dans la littérature. Les auteurs décrivent une vessie érythémateuse et très inflammatoire, pouvant être associée à une cystite ulcérante [2,3]. Ces troubles urinaires semblent être liés à la dose ainsi qu'à la fréquence de la consommation de kétamine [3]. Le mécanisme physiopathologique reste encore méconnu. A ce jour, aucun cas de complication urologique liée à la consommation/abus de kétamine n'a été déclaré au réseau français des Centres d'addictovigilance. 9

10 [1] Actualisation des données sur l'abus, la dépendance et l'usage détourné de la Kétamine. CEIP de Marseille. Comité technique des CEIP Compte rendu du 24 mai 2012 [2] Shahani R. et al. Ketamine-associated ulcerative cystitis: a new clinical entity. Urology. 2007,69: [3] Winstock AR et al. The prevalence and natural history of urinary symptoms among recreational ketamine users. BJU Int Actualités en Addictovigilance Détournement des bombes-aérosol L'usage détourné de bombes-aérosol (dépoussiérants informatiques, déodorants, laques ) par les adolescents qui recherchent une euphorie, semble être une pratique en augmentation. Les solvants organiques présents dans ces conditionnements agissent sur le système nerveux central, provoquant un syndrome ébrio-narcotique avec sensation d'ivresse, d'excitation, d'euphorie et effets hallucinogènes. Une toxicité cardiaque, marquée par certains solvants chlorés, est également rapportée. Ces effets sont rapidement réversibles quand l'exposition cesse. En cas d'exposition chronique, une encéphalopathie, voire en cas de consommation massive, une détérioration intellectuelle avec signes neurologiques déficitaires peuvent apparaître. La toxicomanie aux solvants doit alerter sur des troubles psychologiques sous-jacents et d'éventuelles consommations associées. Dans la plupart des cas, cette pratique reste transitoire et le passage à une véritable addiction avec les substances volatiles demeure rare [1]. [1]. Vigitox 2007; 34: 4. Modification des conditions de prescription du Stablon (tianéptine) Les données actualisées de l'enquête d'addictovigilance de la tianeptine (Stablon ) a montré la persistance de cas d'abus et de pharmacodépendance malgré les mesures qui avaient été mises en place en 2007 (modification de l'information médicale du Stablon avec mise en garde des professionnels de santé et des patients contre ce risque). La fréquence du risque d'abus et de pharmacodépendance a été estimée à 1 cas pour 1000 patients traités. La Commission d AMM du 2 février 2012 a considéré que le rapport bénéfice/risque de Stablon restait favorable sous réserve de la mise en place d actions de minimisation du risque afin de limiter le risque d abus et de pharmacodépendance. Les mesures proposées comprennent notamment le renforcement et la sécurisation des conditions de prescription et de délivrance du Stablon et des actions de communication et d information vers les professionnels de santé et les patients pour les sensibiliser sur le risque de pharmacodépendance Dans ce contexte une modification des conditions de prescription à partir de septembre 2012 sont à prévoir, avec notamment une prescription sur ordonnance sécurisée, en toutes lettres, pour une durée maximale de 28 jours. Actualisation de l'enquête d'addictovigilance du Stablon (Tianeptine). CEIP de Nancy Commission Nationale des Stupéfiants et Psychotropes. Compte rendu du 14 février Delphine Grau, Céline Eiden & Hélène Peyrière La déclaration d un effet indésirable médicamenteux (EIM) ou d'une dépendance est une obligation légale qui permet de détecter et d'évaluer la fréquence de survenue de ces effets (Décret du 13 mars 1995). Il faut considérer cette déclaration obligatoire non pas comme une contrainte administrative, mais comme un devoir de santé publique dont les patients et le corps médico-pharmaceutique sont les bénéficiaires directs 10

11 11

12 12

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez aliskirène Rasilez CV111 Pour le traitement de l hypertension artérielle, en association avec au moins un agent antihypertenseur, si échec thérapeutique, intolérance ou contre-indication à un agent de

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Objectifs : Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Diagnostiquer et connaître les principes de prévention et de prise en charge de l hypertension

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien Folia veterinaria Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien Les principaux traitements à instaurer chez le chien insuffisant cardiaque sont passés en revue en insistant sur les critères de

Plus en détail

Données de Pharmacovigilance et les NOACs. Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr

Données de Pharmacovigilance et les NOACs. Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr Données de Pharmacovigilance et les NOACs Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr Dabigatran (Pradaxa) Rivaroxaban (Xarelto) Apixaban (Eliquis ) Effet Attendu (A) Effet Inattendu (B) Hémorragie - Hépatotoxicité

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Docteur Marie-Josèphe JEAN-PASTOR Centre Régional Pharmacovigilance Marseille-Provence-Corse Hôpital Sainte Marguerite AP-HM Tél :

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Dulcolax bisacodyl 5 mg comprimés enrobés (bisacodyl)

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Dulcolax bisacodyl 5 mg comprimés enrobés (bisacodyl) NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Dulcolax bisacodyl 5 mg comprimés enrobés (bisacodyl) Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Pharmacovigilance. Brèves en

Pharmacovigilance. Brèves en Brèves en Pharmacovigilance Centre Régional de Pharmacovigilance Nord Pas de Calais C.H.R.U. Place de Verdun 59037 Lille Cedex Ligne directe : 03 20 96 18 18 Ligne CHRU : 03 20 44 54 49 Fax : 03 20 44

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 PEDIAVEN AP-HP G15, solution pour perfusion 1000 ml de solution en poche bi-compartiment, boîte de 4 (CIP: 419 999-0) PEDIAVEN AP-HP G20, solution pour

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium

Carnet de suivi Lithium Carnet de suivi Lithium Brochure d information sur les troubles bipolaires et leur traitement par lithium Nom : Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse cidessous

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé. RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. Dé nomination du mé dicame nt Bisolax 5 mg comprimés enrobés. 2. Composition qualitative e t quantitative Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS Avertissement Le 30 janvier 2013, l'ansm a annoncé qu'elle engageait une procédure de suspension de Diane

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg, comprimé sécable Flunarizine Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

NOTICE Advantage pour chats

NOTICE Advantage pour chats NOTICE Advantage pour chats 1. NOM ET ADRESSE DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ ET DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE FABRICATION RESPONSABLE DE LA LIBÉRATION DES LOTS, SI DIFFÉRENT Titulaire

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Article 1 er. Code de la santé publique Texte précédent. Nouveau texte. 28/11/2012 Evelyne Pierron Consultants. Article R5121-25

Article 1 er. Code de la santé publique Texte précédent. Nouveau texte. 28/11/2012 Evelyne Pierron Consultants. Article R5121-25 Tableau comparatif Décret n 2012-1244 du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis à autorisation de mise sur le marché et à

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM

Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM Octobre 2012 2 Sommaire Préambule 3 Identification du

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

Médicaments en vente libre : Considérations pour la pratique de la thérapie physique au Canada

Médicaments en vente libre : Considérations pour la pratique de la thérapie physique au Canada Médicaments en vente libre : Considérations pour la pratique de la thérapie physique au Canada Contexte L utilisation de médicaments par un professionnel de la santé n étant pas médecin évolue et dépend

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Traitements de substitution aux opiacés et travail Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Le contexte «politique» Politique de réduction des risques infectieux

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Nurofen 400 Fastcaps, 400 mg capsules (molles) Ibuprofène

Nurofen 400 Fastcaps, 400 mg capsules (molles) Ibuprofène NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Nurofen 400 Fastcaps, 400 mg capsules (molles) Ibuprofène Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

BETADINE DERMIQUE 10 POUR CENT, solution pour application locale

BETADINE DERMIQUE 10 POUR CENT, solution pour application locale BETADINE DERMIQUE 10 POUR CENT, solution pour application locale Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement.

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 7 janvier 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 7 janvier 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 7 janvier 2009 ZANEXTRA 20 mg/10 mg, comprimés pelliculés B/30, code CIP : 385 967.4 B/90, code CIP : 387 392.9 Laboratoires BOUCHARA RECORDATI Enalapril/Lercanidipine

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

LE POINT TOX. N 7 - Juillet 2013. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion L ÉVOLUTION TEMPORELLE DU NOMBRE D INTOXICATIONS

LE POINT TOX. N 7 - Juillet 2013. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion L ÉVOLUTION TEMPORELLE DU NOMBRE D INTOXICATIONS LE POINT TOX Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion N - Juillet 213 Dans ce bulletin d information, nous vous présentons l évolution temporelle du nombre d intoxications à la Réunion recensées

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés. Bisacodyl

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés. Bisacodyl NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail