Maladie thrombo embolique veineuse IADE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maladie thrombo embolique veineuse IADE"

Transcription

1 Maladie thrombo embolique veineuse IADE Didier SCARLATTI Praticien hospitalier mi temps - Rythmologie Département pédagogique faculté de médecine de Nice Rythmologie Interventionnelle Club des cardiologues du sport

2 PLAN 1/ Physiopathologie 2/ facteurs de risque 3 / TVP 4/ EP 5/ Situations particulières

3 1/ Physiopathologie

4 TVP = thrombus dans les veines (M.inf le plus souvent) Abolition partielle ou totale du retour veineux RISQUE EVOLUTIF Extension du thrombus vers les artères pulmonaires : l EP L EP vient presque toujours d une TVP CONSEQUENCES D UNE EP Effet «shunt» = territoire non embolisé Perfusion des territoires sains ventilation (bronchoconstriction) des territoires embolisés Espace mort = territoire embolisé : zones ventilées non perfusées

5 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 0.6/1000 par an (EP) et 1.2/1000 par an (TVP) décés par an en France EP 10% MORT SUBITE 30% DIAGNOSTIQUEES < 8% MORTALITE 90% SURVIVANTS 70% NON DIAGNOSTIQUEES > 35% MORTALITE

6 EPIDEMIOLOGIE Arrêts cardiaques chez des sujets sans ATCDS AVEC trouble du rythme (TV/FV) SANS trouble du rythme (Asystolie) 36% Embolie Pulmonaire

7 Ne pas retenir (pour infos): CAUSES.

8 LA THROMBOSE VEINEUSE est différente de la THROMBOSE ARTERIELLE THROMBOSE VEINEUSE = Fibrine Les traitements antiplaquettaires sont inefficaces Les traitements anticoagulants (= antifibrine) sont efficaces THROMBOSE ARTERIELLE = plaquettes puis fibrine Les traitements antiplaquettaires sont efficaces Les traitements anticoagulants (= antifibrine) sont moins efficaces

9 Les AAP empêchent le thrombus «artériel» TICLID PLAVIX EFIENT BRILIQUE ADP ASPIRINE TXA2 Plaquettes GP IB VAISSEAU LESE PLAQUETTE Thrombine (IIa) Etait utilisé pour «compenser» les hypo-répondeurs au Plavix GPIIBIIIA AGRASTAT, REOPRO, INTEGRILIN AUTRES PLAQUETTES

10 Les AC empêchent le thrombus «veineux» Facteur tissulaire VIIa Activation plaquettaire Xa HEPARINE SC ou IV ( X et II) AVK ( X,IX,VII,II) (PO) ARIXTRA (SC) XARELTO (PO) ELIQUIS (PO) Thrombine (IIa) PRADAXA Fibrinogène (I) Fibrine (Ia) Plasmine Produit de dégradation de fibrine METALYSE ACTILYSE Pas d AMM des nouveaux ACO en cas de valves mécaniques et grossesse.

11 2/ Facteurs de risque

12 Facteurs de risque de MTEV ATCD de thrombose veineuse OR= 16 à 35 Traumatisme 13 Chirurgie 6 à 22 Grossesse 10 Cancer 6 Voyage 2 à 4 Obésité 2 à 4 Contraception estro-progestative 3 à 7 Traitement hormonal de la ménopause 2 à 3 Groupe sanguin non-o 2 Thrombophilie 2 à 50 Age > 40 ans

13 Je prends la pilule est ce que je vais faire une embolie pulmonaire?

14 Très souvent une association de facteurs de risque

15 3/Thrombose veineuse profonde

16 LA «PHLEBITE» (TVP) Facteur déclenchant : Lupus (MAI) Facteur déclenchant : Cancer (sein?) Facteur déclenchant : Immobilisation Facteur déclenchant : Grossesse Facteur déclenchant : Chirurgie

17 DIAGNOSTIC CLINIQUE 50% des TVP sont Asymptomatiques Les autres se présentent avec - Douleur du membre inférieur - Induration - Fébricule - Douleur palpation du mollet - Dilatation des veines - Œdème de la cheville L ODEDEME INFLAMMATOIRE (rouge) évoque une infection (Erysipèle=DHBNN) et non une phlébite!!!

18 EXAMEN CLINIQUE Signes généraux : Fébricule Signes d examen : - Abolition du pouls homolatéral avec M.inf bleu, froid (à rechercher) - Douleur à la palpation et dorsiflexion - Dilatation des veines superficielles, diminution du ballottement - Œdème de la cheville (tardif)

19 EXAMEN CLINIQUE

20 BIOLOGIE D-diméres - positifs si > ng/ml - BONNE VPN +++ *Très utile si négatifs (élimine une TVP dans 99% des cas) *Inutile si positifs (peu spécifique) sauf si taux > chez un sujet ambulatoire

21 DIAGNOSTIC DE TVP Echo doppler veineux des M inférieurs - Positif si incompressibilité de la veine Bonne sensibilité pour les TVP proximales (> 90%), mauvaise pour les distales (60%)

22 ANATOMIE DES VEINES PROFONDES

23 ANATOMIE DES VEINES SUPERFICIELLES Grande Saphène Pet it e Saphène

24 ANATOMIE THROMBOSES VEINEUSES PROFONDES THROMBOSES VEINEUSES SUPERFICIELLE Retour veineux exclusivement par la circulation superficielle Retour veineux exclusivement par la circulation profonde Contre indication de toute chirurgie des «varices» Risque «rare» d extension au réseau profond

25 DIAGNOSTIC DE TVP SCORE DE PROBABILITE CLINIQUE EVALUATION CLINIQUE Probabilité de TVP PROBABILITE FAIBLE PROBABILITE FORTE D-Dimères D-Dimères + Echo Doppler D-Dimères Doppler - D-Dimères Présence D-Dimères d une TVP + Doppler + Doppler - D-Dimères + Doppler + Pas de TVP TVP Refaire l échodoppler à J7 TVP

26 TRAITEMENT DE TVP TRAITEMENT DES TVP proximales : Lever précoce recommandé Anticoagulation curative 3 à 6 mois * HBPM/Anti-Xa ou HNF avec relais AVK * XARELTO (Rivaroxaban) Dose de charge 3 semaines puis dose fixe * PRADAXA (Dabigatran). Après 5 jours d héparine Bas de contention veineuse * Classe III pendant 2 ans minimum Filtre cave si contre indication aux anticoagulants

27 TRAITEMENT DE TVP CAS PARTICULIER DES TVP distales : Risque d extension faible (<10%) et précoce (1 ère semaine) En France : Anticoagulation curative plus courte (6 semaines) Dans d autres pays : Pas d AC et contrôle échodoppler à J7 Anticoagulation curative «courte» : 6 semaines CAS PARTICULIER DES TV SUPERFICIELLES (sauf post VVP) : Anticoagulation préventive pendant 6 semaines

28 ANTICOAGULATION Aider à la reperfusion «Lyser le caillot» mais surtout éviter l EP CONTRE INDICATIONS - Saignement actif Si CI aux AC ou récidive sous AC : FILTRE CAVE Temporaire ++ (ou définitif)

29 COMPLICATIONS Extension de la thrombose - Extension notamment iliaque avec SF urinaires - EMBOLIE PULMONAIRE +++ Maladie post phlébitique = Insuffisance veineuse Récidives +++ (10% si idiopathique) Complications locales (rare ++) Phlébite «bleue» (phlegmatia caerulea) Phlegmatia alba dolens (Impotence fonctionnelle)

30 TRAITEMENT DE TVP

31 Les NACOs dans la MTEV : Xarelto et bientôt Pradaxa Contre indications : Insuffisance rénale (ClCr<30) Grossesse Valve mécanique Efficacité AVK bien conduits Tmax en 0,5 à 2h Tolérance 50% des hémorragies intracraniennes Hémorragies digestives Infarctus (Dabigatran)

32 NACO et MTEV Jeune femme de 34 ans post partum. Vient à votre cabinet pour un diagnostic de TVP fémorale gauche confirmée par un echo doppler veineux. Elle est traitée depuis 8 jours par Enoxaparine par son MG à dose curative.

33 NACO et MTEV Elle a entendu parler des nouveaux anticoagulants oraux. Pouvez vous lui prescrire? Lequel utiliser? A quelle dose? Quelles précautions? Situations particulières (Cancer, thrombophilie, thromboses superficielles, au long cours)

34 NACO et MTEV Elle a entendu parler des nouveaux anticoagulants oraux. Pouvez vous lui prescrire? Lequel utiliser? A quelle dose? Quelles précautions? Situations particulières (Cancer, thrombophilie, thromboses superficielles, au long cours)

35 Schéma de référence Heparine (minimum 5 j) Warfarin INR > 2

36 2 options stratégiques Heparine (minimum 5 j) NACO : Dabigatran AMM en cours Warfarine

37 2 options stratégiques Heparine AVK ou Rivaroxaban 15mgx2/j pendant 3 semaines puis 20mg/j ou (bientôt) Heparine Pradaxa 150mgx2/j

38 Pourquoi ces différents protocoles? Le risque de récidives d EP diminue après 1-3 semaines

39 NACO et MTEV Elle a entendu parler des nouveaux anticoagulants oraux. Pouvez vous lui prescrire? Lequel utiliser? A quelle dose? Quelles précautions? Situations particulières (Cancer, thrombophilie, thromboses superficielles, au long cours)

40 NON!! il vous faut la fonction rénale Pas de NACO si CL Creat < 30 ml/mn. Adaptation de dose pour Edoxaban si Cl <50 ml/mn

41 NACO et MTEV Bilan récent (Fonction rénale normale) Lequel utiliser? A quelle dose? Quelles précautions? Situations particulières (Cancer, thrombophilie, thromboses superficielles, au long cours)

42 Quel NACO pouvez vous prescrire pour une MTEV à ce jour (Mai 2014)? AMM Dabigatran PRADAXA En cours Rivaroxaban XARELTO oui Apixaban ELIQUIS En cours

43 Relais Passage d'une HBPM à NACO : Le NACO doit être administré 0 à 2 heures avant l heure prévue d administration de l HBPM NACO 43

44 Tmax des NACOs = 2h Début d action rapide TP 15% TP 50% TP 80% 44

45 NACO et MTEV Elle a entendu parler des nouveaux anticoagulants oraux. Pouvez vous lui prescrire? Lequel utiliser? A quelle dose? Quelles précautions? Situations particulières (Cancer, thrombophilie, thromboses superficielles, au long cours)

46 Contre indications Contre indiqués chez femme enceinte Contraception efficace nécessaire. Insuffisance rénale sévère (ClCr<30) Valves mécaniques (FA)

47 Adaptation des doses des NACO dans la TVP-EP Dabigatran 150 x2 150 x2 150 x2 Rivaroxaban 30 puis 20 Apixaban 5 x2 puis 2.5 x2 30 puis 20 5 x2 puis 2.5 x2 30 puis 20 5 x2 puis 2.5 x2 Edoxaban 60 mg 30 mg 30 mg ClCreat ml/mn <15 Cl creat calculée par le Cockroft

48 Patient bien équilibré sous AVK AVK bien équilibrés = Mauvaise indication des NACOs

49 NACO et MTEV Elle a entendu parler des nouveaux anticoagulants oraux. Pouvez vous lui prescrire? Lequel utiliser? A quelle dose? Quelles précautions? Situations particulières (Antidotes, Cancer, thrombophilie, thromboses superficielles, au long cours)

50 Interactions alimentaires NON

51 Interactions médicamenteuses OUI

52

53 Résumé : La TVP Causes communes avec l EP Notion de facteurs de risques Souvent asymptomatiques Signes cliniques aspécifiques D-Dimères négatives excluent une TVP Diagnostic en écho doppler : Incompressibilité de la veine Traitement : Anticoagulation curative par Héparine puis AVK Pour aider la reperfusion et éviter l extension +++ Si contre indication : Filtre cave Nouveaux antithrombotiques sans surveillance de l INR

54 4/Embolie pulmonaire

55 DIAGNOSTIC CLINIQUE 50% des EP sont Asymptomatiques Les autres se présentent avec - Douleur thoracique pariétale (fréquent, EP distales) ou angineuse (rare, EP grave) - Lipothymie/Syncope (EP grave) - Hémoptysie (Infarctus pulmonaire) - Dyspnée - Choc

56 EXAMEN CLINIQUE Signes généraux : Fébricule, tachycardie voir PA basse, pouls paradoxal Signes d examen : - Insuffisance cardiaque droite (OMI, TJ, hépatomégalie) - Examen pulmonaire normal - TVP

57 CLINIQUE 3 types d EP de gravité croissante - EP mineure = pas de retentissement cardiaque droit + pas de signes de choc - EP à risque intermédiaire = Retentissement cardiaque droit - clinique (OMI, TJ) - biologie (BNP et troponine +) - ECG (ondes T négatives) - Echo cœur (dilatation cœur droit, HTAP) + pas de signes de choc - EP à haut risque = Retentissement cardiaque droit + signes de choc (hypotension)

58 Angioscanner +++ DIAGNOSTIC DE L EP Défect segmentaire de PC Très spécifique Moins sensible (Visualise mal les EP distales) PB liés à l injection d Iode Eviter si grossesse

59 DIAGNOSTIC D EP Scintigraphie pulmonaire de V/P «Miss match» entre les clichés en ventilation et en perfusion Très sensible Peu spécifique (Peu interprétable si lésions pulmonaires) Non dispo en urgence CI si grossesse

60 ECHO COEUR Echo cœur Dilatation des cavités droites, thrombus OD/VD, IT/HTAP, Dysfonction VD Faible rentabilité diagnostique sauf pour les EP avec droit Intérêt pour rechercher un retentissement cardiaque droit ou un thrombus résiduel dans les cavités droites

61 DIAGNOSTIC DE L EP SCORE DE PROBABILITE CLINIQUE EVALUATION CLINIQUE Probabilité de EP PROBABILITE FAIBLE ou INTERMEDIAIRE PROBABILITE ELEVE D-Dimères SCANNER Pulmonaire Suivi Pas de TRT HBPM

62 CAS PARTICULER DU CHOC AVEC DEFAILLANCE CARDIAQUE DROITE SCANNER pulmonaire réalisable en urgence? ECHOCARDIOGRAPHIE SCANNER Pulmonaire Compatible avec une EP? Autre cause de choc droit (tamponnade, IDM du VD) THROMBOLYSE Autre cause de choc droit (tamponnade, IDM du VD)

63 TRAITEMENT DE L EP Idem TVP sauf dans les EP «graves» Si retentissement cardiaque droit : +/- Remplissage si hypovolémie +/- Inotropes (Dobutamine) - voir THROMBOLYSE ( saignements (5%) mais choc) Si retentissement cardiaque droit avec signes de choc : - Traitement symptomatique avec vasopresseurs - THROMBOLYSE précoce Embolectomie chirurgicale si thrombolyse CI

64 EP AVEC RETENTISSEMENT CARDIAQUE («Intermédiaire» ou «à risque élevé») EMBOLIE PULMONAIRE AIGUE AVEC CHOC EMBOLIE PULMONAIRE CHRONIQUE AVEC HTAP MAINTENIR LA PRECHARGE VG - REMPLISSAGE - INOTROPES + (VD) HTAP fixée, bas débit «chrnonique» Eviter l IVD - DIURETIQUES HAS 2008

65 THROMBOLYSE But : Reperfusion «Lyser le caillot» ALTEPLASE (IVSE / 2h) CONTRE INDICATIONS - ATCD d AVC hémorragique - AVC ischémique < 6mois - saignement actif - Chirurgie/Trauma < 3 semaines - Saignement digestif < 1 mois - Tumeur SNV Si CI : EMBOLECTOMIE CHIRURGICALE

66 DUREE DE TRAITEMENT

67 COMPLICATIONS Choc cardiogénique / Décés Embolie paradoxale si FOP Infarctus pulmonaire - Syndrome inflammatoire - Hémoptysie de sang noir (élimination du foyer de nécrose) Récidives Cœur pulmonaire chronique (HTAP) - Complication tardive - Insuffisance cardiaque droite - Thromboendartériectomie chirurgicale

68 Résumé : L EP Signes cliniques aspécifiques Diagnostic difficile +++ D-Dimères négatives excluent une EP Diagnostic en Angioscanner : Défect de perfusion segmentaire sinon scintigraphie pulmonaire Traitement : Anticoagulation curative par Héparine puis AVK Nouveaux antithrombotiques sans surveillance de l INR Pour aider la reperfusion et éviter l extension +++ Si «choc» : Thrombolyse pour aider la reperfusion +++ Si contre indication : Embolectomie chirurgicale

69 RESUME : EMBOLIE PULMONAIRE RECHERCHER DES SIGNES DE RETENTISSEMENT CARDIAQUE DROIT ECG (ondes T négatives en antérieur/inferieur) Elevation de troponine et/ou BNP (H0, H8) ETT (Dysfonction VD) HOSPITALISATION EN USIC EP A FAIBLE RISQUE - HD stable - Pas de retentissement cardiaque droit EP A RISQUE INTERMEDIAIRE - HD stable - Retentissement cardiaque droit EP A HAUT RISQUE - HD instable (hypo TA) -Retentissement cardiaque droit ANTICOAGULATION CURATIVE HBPM ou HNF si IRC (Cl < 30) Traitement ambulatoire possible surtout si pas de TVP résiduelle Lever précoce autorisé ANTICOAGULATION CURATIVE Si thrombus OD/VD : Discuter THROMBOLYSE CI THROMBOLYSE (ESC 2008) : -ATCD d AVC H, AVC I <6mois, -saignement actif, -Chirurgie/Trauma < 3 semaines, -Saignement digestif < 1 mois, -Tumeur SNV ANTICOAGULATION CURATIVE REMPLISSAGE DOBUTAMINE THROMBOLYSE (ou EMBOLECTOMIE)

70 J ai fait 3 phlébites Je suis sous anticoagulant (XARELTO) à vie Je dois être opéré Je peux arrêter mon traitement sans risques?

71 Gestion périopératoire des anticoagulants Risque hémorragique faible Cataracte, buccodentaire, rhumato, endoscopie digestive, cutané, cardio interventionnelle (PM/DAI, coro) Poursuite des AVK/NACO (ou arrêt J-2) Risque hémorragique modéré à élevé Toutes les autres chirurgies Arrêt des AVK/NACO J-5 «Relais par héparine» si risque thrombotique élevé

72 Quand faire un «Relais» Chirurgie nécessitant arrêt des anticoagulants ARRET J - 5 Valve mécanique MTEV < 3 mois ou récidivante FA ayant embolisé (AVC) Valve mécanique MTEV < 3 mois ou récidivante FA ayant embolisé (AVC) RELAIS DE L ANTICOAGULANT PAR HEPARINE PAS DE RELAIS HAS 2008

73 Gestion périopératoire Exemple Femme de 78 ans FA persistante (Pas d AVC, pas de valve mécanique) ARRET DU PRADAXA J-5 Pas de relais (pas d AVC) * INTERVENTION J0 Reprise PRADAXA 75mg x 2 le soir pendant 48 72h Ou HBPM ou rien Reprise PRADAXA 110mg x 2 après 48-72h

74 Gestion périopératoire

75 Gestion périopératoire

76 Gestion périopératoire

77 Gestion périopératoire

78 Gestion périopératoire

79 Cas des AVK en périopératoire

80 Gestion des surdosages en AVK

81 Mon patient présente une hématome extradural qui doit être opéré en urgences Son TP est à 25% sous Xarelto Que puis je faire?

82 Hemorragie et NACO

83 Hémorragie et AVK

84 Mon patient a un œdème du bras après retrait de la VVC sous clavière. Le doppler retrouve une thrombose de cette veine Que faut il faire?

85 Thromboses veines superieurs post perfusions VVP Veine superficielle (médiane) VVC Veine profonde (sous clavière ou fémorale) Pas de traitement AC Anticoagulation curative 3 mois après le retrait du KT HAS 2008

86 Veines profondes V.sous clavière V.Humérale (profonde) V.Brachiale (profonde)

87 Veines superficielles

88 5/Situations particulières

89 SITUATIONS PRATIQUES 1/ Contraception et MTEV RAPPEL CO estro-progestative (orale, classique) Estrogène : éthinyl-estradiol 15 à 50 µg Progestatif : 2e ou 3e génération, ou autre Contraception progestative Voie orale : Lutéran, Cérazette, Microval, Androcur Voie non-orale : implant Implanon stérilet avec progestatif Miréna Contraceptions combinées plus récentes Avec éthinyl-estradiol : patch Evra, anneau vaginal Avec valérate d estradiol (naturel) : voie orale Qlaira

90 SITUATIONS PRATIQUES 1/ Contraception et MTEV LA CONTRACEPTION «OESTROPROGESTATIVE» Est associée à une augmentation du risque veineux (x4) Risque augmenté si thrombophilie et ATCD personnel ou familial de MTEV avant 45 ans Le risque est plus élevé la 1ère année Le risque existe avec toutes les contraceptions à base d EE surtout les 3 ème et 4 ème G : comprimés, patch, anneau vaginal LA CONTRACEPTION «PROGESTATIVE» (comprimés, implants) N est pas associée à une augmentation du risque veineux LA CONTRACEPTION PAR «STERILET» (cuivre ou progestatif) N est pas associée à une augmentation du risque veineux

91 SITUATIONS PRATIQUES 2/ THM et MTEV LE TRAITEMENT SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE Avec l œstrogène par voie ORALE est associée à une augmentation du risque veineux (x4) Avec l estrogène en patch/gel il n y a pas d augmentation du risque veineux

92 SITUATIONS PRATIQUES 3/ Thrombophilie et MTEV Anomalies biologiques associées à un sur risque de MTEV Ne pas retenir (pour infos): - AT, PC, PS - FV Leiden (resistance à la protéine C activée) - FII G20210A - FVIII - Homocysteinemie - Anticardiolipine + lupus anticoagulant

93 SITUATIONS PRATIQUES 3/ Thrombophilie et MTEV Chez qui les dépister? Sujet SYMPTOMATIQUE - Thrombose du sujet jeune (< 45 ans). - Thrombose récidivante. - Thrombose insolite. Surtout si TVP spontanée ATCDs familiaux de MTEV (> 2 apparentés avec MTEV). Sujet ASYMPTOMATIQUE - Chez les apparentés au 1er degré des patients ayant une anomalie, l exploration peut être envisagée en fonction du type d anomalie et des circonstances à risque.

94 SITUATIONS PRATIQUES 3/ Thrombophilie et MTEV Comment les traiter? THROMBOPHILIE NECESSITE DE POURSUIVRE LE TRAITEMENT AC PLUS LONGTEMPS? Heterozygote FII G20210A Non Heterozygote FV Leiden Non Heterozygote PC or PS deficiency Non Heterozygote AT déficit? (probablement pas) FV + autre thrombophilie? (probablement pas) Homozygote FV Leiden? (probablement pas) Homozygote PC or PS deficit ou Oui Heterozygotes composites Homozygote AT deficiency Oui

95 SITUATIONS PRATIQUES 3/ Grossesse et MTEV GROSSESSE = Immobilité relative = Risque plus élevé de MTEV TVP surtout à gauche, 1er trimestre Problème liés aux examens complémentaires : scintigraphie contre indiquée, scanner (Iode+ RX) Facteurs de risque modérés HBPM ou bas de contention : Ne pas retenir, pour infos : Age > 35 ans, Obésité (BMI>30), Multiparité (>3), Varices, Infection en cours, Pré eclampsie Immobilisation, Césarienne en urgence Facteurs de risque majeurs HBPM et bas de contention : > 2 FR ou ATCD de TVP ou thrombophilie

96 Suspicion de TVP Suspicion d EP Doppler veineux Doppler veineux D-Dimères SUIVI Pas de TRT RXT Suspicion de TVP iliaque? SUIVI Pas de TRT SCANNER Pulmonaire IRM M.INF Doppler veineux À J5-J7 ou SCANNER M.INF HBPM SUIVI Pas de TRT HBPM

97 SITUATIONS PRATIQUES 5/ Voyage en avion et risque de MTEV Vol aérien > 4 h : Mesures symptomatiques - éviter de porter des vêtements trope serrés - éviter l alcool - éviter les hypnotiques - port de chaussettes de compression élastiques - mouvements réguliers des Minf - hydratation (1 verre d eau/heure) - déambulation toutes les 2, 3 heures

98 SITUATIONS PRATIQUES 5/ Voyage en avion et risque de MTEV Vol aérien > 4 h et FR : mesures symptomatiques et HBPM/Fondaparinux préventif (1 à 2 h avant le vol) FR (Ne pas retenir, pour infos): - ATCD de TVP (< 10 jours = voyage aérien non recommandé) - Thrombophilie familiale - Maladie post phlébitique évoluée - Diminution de mobilité (gonathrose ) - Cancer évolutif

Maladie thrombo embolique veineuse IADE. D.SCARLATTI Praticien Hospitalier Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr

Maladie thrombo embolique veineuse IADE. D.SCARLATTI Praticien Hospitalier Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr Maladie thrombo embolique veineuse IADE D.SCARLATTI Praticien Hospitalier Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr 1 Prétest 1/ Au retrait d un KT sous clavier, vous constatez un œdème persistant du bras

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse La Société de Pharmacie de Lyon, le 17 novembre 2011 Le risque thrombo-embolique : actualités thérapeutiques et sa prise en charge La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions.

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. 1. Qu est-ce qu un contraceptif oral combiné? 2. De quelle génération est ma pilule? 1 ère, 2 ème, 3 ème ou 4 ème génération?

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions.

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. Mis à jour le 23/01/2013 Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. 1. Quelles sont les récentes recommandations émises par le Ministère de la Santé concernant

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE MTEV PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE Dr Jean-Mathieu Pujalte Hôpital Saint-Louis TVP Risque d embolie pulmonaire 50% si TVP proximale Mortalité? 10 à 1% Laroche JP. JEMU 1995;16(4):

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015)

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015) EPU-95 Montmorency Formation Médicale Continue du Val d'oise - Agrément provisoire DPC ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY Siège social : 1 rue Jean Moulin

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs B08-1 B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs 1. I n t r o d u c t i o n La thrombose veineuse profonde (TVP) des membres inférieurs est indissociable de sa complication

Plus en détail

Anticoagulants et cérébro-lésé

Anticoagulants et cérébro-lésé Anticoagulants et cérébro-lésé Gérard Audibert Université de Lorraine-NANCY Les points importants Les traitements anticoagulants sont à l origine d hématomes intracraniens spontanés: Hématome sous duraux

Plus en détail

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF?

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? Chokri Ben Hamida Service de réanimation médicale de Sfax La Thrombose une réalité qui tue La maladie thrombo-embolique

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

Actualités et thromboses

Actualités et thromboses Actualités et thromboses 6 novembre 2012 Soirée multidisciplinaire AMNC Marie BENICHOU, Corinne BRAUNSTEIN, Cécile CAZORLA, Erwan CHOBLET, Rachid EL BELGHITI, Michèle-Paule FIORENTINO, Hervé LEVENES, Jessyca

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Pas traitement fibrinolytique ni de filtre cave pour les thromboses du membre supérieur. Recommandation 9.2.1

Pas traitement fibrinolytique ni de filtre cave pour les thromboses du membre supérieur. Recommandation 9.2.1 CAS N 1 : Thrombose du membre supérieur Monsieur A présente un KT sous clavier droit mis en place pour l'instauration d'une chimiothérapie. Il vous est adressé pour un œdème du membre supérieur droit.

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench HCL : Gestion en urgence des patients sous anticoagulants oraux directs (AOD) ou nouveaux anticoagulants (NACO) en péri-opératoire et/ou dans le cadre des complications

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Phlébites: les pièges et ses nouveaux traitements Chris8ne Jurus Charles Nédey

Phlébites: les pièges et ses nouveaux traitements Chris8ne Jurus Charles Nédey Clinique du Tonkin Phlébites: les pièges et ses nouveaux traitements Chris8ne Jurus Charles Nédey Conflits d intérêts AUCUN Histoire clinique Femme 32 ans secrétaire 2 enfants 6 et 8 ans Implanon (8 ans

Plus en détail

NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale. Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles

NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale. Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Les problèmes Savoir gérer la balance des risques? d un patient sous NACO et/ou AAP du chirurgien de

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

MEET - Nice Dimanche 8 Juin 2014. Christian BRETON Nancy (France) 1

MEET - Nice Dimanche 8 Juin 2014. Christian BRETON Nancy (France) 1 MEET - Nice Dimanche 8 Juin 2014 Christian BRETON Nancy (France) 1 Le Docteur Christian BRETON déclare les conflits d intérêts suivants : - ASTRA ZENECA, BAYER, BIOPHARMA, BOEHRINGER, DAICHI-SANKYO, MSD,

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Céline Moch Docteur en pharmacie Cours infirmier 30 octobre 2012 Epidémiologie En 2011, environ 4% de la population française affiliée au régime général de la

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique

Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique Geneviève Plu-Bureau Gynécologie Endocrinologie, Hôpitaux universitaires Paris Centre, Port-Royal Unité d hémostase, Hôpital Cochin

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse

Maladie thrombo-embolique veineuse SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse 28/04/2014 DUPESSEY Florence L3 Système Cardiovasculaire Dr. SARLON-BARTOLI (fait par le CCA du Pr.HABIB) 32 pages, Relecteur 7 Maladie thrombo-embolique

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2012 XARELTO 15 mg, comprimés pelliculés B/14 (CIP: 34009 219 225 1 6) B/28 (CIP: 34009 219 226 8 4) B/42 (CIP: 34009 219 227 4 5) B/10 (CIP: 34009 219 228 0

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Le cancer est un FDR établi de TV X 4.1 Heit JA Arch Int Med 2000 Délai diagnostic

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE Pierre-Marie Roy Professeur de Thérapeutique & Médecine d Urgence L UNAM Université d Angers Département de Médecine

Plus en détail

Données de Pharmacovigilance et les NOACs. Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr

Données de Pharmacovigilance et les NOACs. Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr Données de Pharmacovigilance et les NOACs Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr Dabigatran (Pradaxa) Rivaroxaban (Xarelto) Apixaban (Eliquis ) Effet Attendu (A) Effet Inattendu (B) Hémorragie - Hépatotoxicité

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse

Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse D. Boutarene Service de Médecine Interne Hopital Bachir Mentouri Kouba Introduction Depuis plus de 40 ans le trt anticoagulant est dominé par

Plus en détail