Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle"

Transcription

1 Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1

2 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays en développement qui souhaitent un renforcement des capacités des industries et créateurs et de la gouvernance de la diversité des expressions culturelles. C est pourquoi la Fédération est intervenue activement lors du débat sur les directives opérationnelles de l article 18 concernant la mise en œuvre du FIDC, en concertation avec les autres ONG internationales. La Fédération a été un témoin privilégié de la mise en œuvre du fonds, en appuyant la rédaction de certaines demandes, en saluant le financement des projets des coalitions pour la diversité culturelle du Mali, du Togo et de jeunes du réseau U40 du Mexique et du Bangladesh. La Fédération a offert à ses membres et autres organisations de la société civile la collaboration bénévole d experts de 7 pays différents pour réviser et renforcer la rédaction des demandes au FIDC. Ce service s est avéré sous-utilisé et n a pas été poursuivi. 2

3 Objectifs Les remarques et observations dans ce document sont basées sur les objectifs suivants : 1. S assurer que le FIDC produit des effets structurants, en s inspirant de l expérience et des meilleures pratiques de l aide internationale au développement. 2. Contribuer au renforcement de la gouvernance de la diversité des expressions culturelles, qui est une condition essentielle de développement et de mise en œuvre de toute politique et entreprise culturelles. 3. Rechercher une plus grande efficacité administrative, afin de réduire les coûts transactionnels et dégager un maximum de ressources pour les projets. 4. Contribuer au renforcement des capacités des demandeurs : la recherche de financement est une compétence essentielle au développement des industries culturelles. 5. Chercher à attirer des financements complémentaires par des synergies avec d autres fonds internationaux dans des domaines similaires et complémentaires qui pourraient également contribués à la protection et à la promotion de la diversité des expressions culturelles. 3

4 1. Effets structurants La FICDC accueille très favorablement la proposition que l objectif principal du FIDC soit d investir dans des projets conduisant à un changement structurel (art. 2 de l avant-projet révisé des Orientations). Elle salue également la proposition de renforcer les infrastructures institutionnelles, y compris les structures professionnelles et organisationnelles, jugées nécessaires pour soutenir les industries culturelles (art. 7.2). Le secteur culturel est victime d un sous-financement chronique qui ne fait que s aggraver avec la crise des finances publiques. L UNESCO se doit de mettre en place un mécanisme pour assurer la pérennité des projets et des opérateurs en cherchant en amont la collaboration des autres fonds internationaux : Mettre en place un mécanisme consultatif entre grands bailleurs de fonds de projets culturels dans les pays en développement, y compris les institutions régionales de crédit. Viser une complémentarité des priorités, des critères et de mécanismes de sélection permettant d identifier les projets structurants et les opérateurs qui méritent d être soutenus dans la durée. Exiger pour tout projet présenté une planification de l effet structurant afin de prévoir la suite des projets lorsque le financement FIDC prendra fin (art et 19.6). 4

5 2. Renforcement de la gouvernance de la culture L accès au FIDC est actuellement réservé aux pays en développement signataires de la Convention sans distinction. On peut toutefois souhaiter que le Fonds intervienne en priorité dans des pays aux conditions favorables à des projets aux effets structurels durables. Pour ce faire, le FIDC devrait tenir compte de critères de sélection sociaux et politiques, et pas uniquement économiques. Priorité pourrait en conséquence être accordée aux projets issus des pays se consacrant à des réformes de la gouvernance de la culture destinées notamment à valoriser le rôle de la société civile et le renforcement des industries culturelles. Une partie du FIDC devrait être consacrée à des interventions urgentes destinées à protéger les expressions à risque, incluant les situations d abus à la liberté d expression artistique et autres formes de restrictions aux expressions culturelles. 5

6 3. Efficacité administrative L évaluation interne du FIDC a mis en lumière la nécessité d un meilleur encadrement du comité de sélection et une révision du rôle des commissions nationales pour l UNESCO, à propos desquelles plusieurs coalitions ont pu constater combien elles ne disposaient ni des ressources, ni de l expertise, ni parfois même de la volonté de faciliter l accès au Fonds. La FICDC accueille favorablement la recommandation de créer des comités de présélection des projets sur lesquels siègeraient des représentants de la société civile. (Art. 12.2) L évaluation a également montré que le grand nombre de petits projets engendrait des frais de transaction élevés pour un secrétariat aux ressources limitées. Recommandation: le Secrétariat du Fond devrait pouvoir s associer avec des organismes disposant d une masse critique et de l expertise nécessaire en gestion de financements de projets, en s inspirant par exemple du partenariat entre la Fondation du Commonwealth et le Fonds Prince Claus pour le financement de projets de médiation culturelle en situation postconflit. 6

7 4. Renforcement des capacités L UNESCO devrait faire du FIDC un instrument de renforcement de la capacité de la société civile et des entrepreneurs culturels à soumettre des demandes de financement avec succès. La nouvelle plateforme en ligne donnant accès à la documentation complète pour toutes les demandes recommandées, non recommandées et non éligibles est une excellente initiative. Des ressources devraient être dégagées pour : Développer un mécanisme de jumelage entre demandeurs ayant connu des succès et ceux en recherche de mentorat. Créer un centre de référence (interne ou externe), permettant notamment de diriger les demandeurs vers d autres fonds complémentaires ou mieux appropriés. Proposer des formations en ligne ou in situ, développées par l UNESCO ou des tiers, sous forme par exemple d un modèle schématique expliquant pour chaque question du formulaire d application ce qui est souhaitable et à éviter. Offrir des explications claires aux demandeurs dont la demande est refusée, en les référant à des ressources de formation et de conseils. 7

8 5. Synergies avec d autres fonds internationaux Les ressources limitées dont dispose le FIDC restreignent sa capacité de soutenir des projets aux effets structurants. La culture est le quatrième pilier du développement durable. A travers des synergies et une action concertée, le Fonds peut servir de levier pour aider à atteindre les objectifs de la Convention. La promotion du Fonds devrait chercher à attirer des projets soutenu par des fonds internationaux actifs dans des domaines similaires de même que dans des domaines complémentaires qui poursuivent les mêmes objectifs que la Convention (coopération Nord-Sud et Sud-Sud, développement durable, accès des créateurs du Sud aux marchés du Nord, etc.) Le Fonds pourrait également offrir un part minoritaire dans le plan de financement d initiatives comprenant une volet de protection et de promotion de la diversité des expressions culturelles, mais qui sont principalement soutenues par des institutions régionales de crédit ou des fonds privés. L objectif plus large de la coopération, qui est au cœur de la Convention, devrait être poursuivi en encourageant les demandeurs à présenter des projets de collaboration régionale, Nord-Sud et Sud- Sud. La FICDC a publié une compilation d une trentaine de sources de financement de projets culturels dans les pays en développement. L UNESCO est possiblement la seule à avoir une perspective mondiale et une présence sur le terrain dans autant de pays à travers le commissions nationales. Elle devrait envisager prendre l initiative d organiser un sommet annuel des principaux donateurs et institutions régionales de crédit. 8

9 La Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle compte 43 coalitions nationales réparties sur les cinq continents. Elle est reconnue par l UNESCO comme partenaire officiel avec statut consultatif et siège au comité de liaison avec les ONG. Ce diaporama est mis à la disposition des membres de la Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle et des organismes ou individus intéressés à présenter la position de la société civile sur la mise en œuvre de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l UNESCO. Secrétariat 154 rue Laurier Ouest, Pièce 240, Montréal, Québec H2T 2N7 T (514) F (514)

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Considérations stratégiques et objectifs 1. L objet du Fonds international pour la diversité

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

LOCAUX ET RÉGIONAUX 2014-2015

LOCAUX ET RÉGIONAUX 2014-2015 APPEL DE PROJETS LOCAUX ET RÉGIONAUX 2014-2015 GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE FINANCEMENT DATE LIMITE DE DÉPÔT : 19 SEPTEMBRE 2014, 17 h APPEL DE PROJETS dans le cadre de l entente spécifique ADAPTATION

Plus en détail

Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale

Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale Plan de la présentation Le secteur Recherche, innovation et science citoyenne

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Programmation quadriennale

Programmation quadriennale NOS ORIENTATIONS L Agence universitaire de la Francophonie (AUF) fonde sa programmation sur un thème central, L Université : moteur du développement des sociétés. Elle réactualise sa mission : L Agence

Plus en détail

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP [Septembre 2009] Table des matières CONTEXTE ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE PARTENARIATS STRATÉGIQUES EN MATIÈRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE PARTENARIATS STRATÉGIQUES EN MATIÈRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE PARTENARIATS STRATÉGIQUES EN MATIÈRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE REGLES ET PROCEDURES Conseil franco-québécois de coopération universitaire 2014-2015 Date limite pour soumettre

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS. Programme d aide aux études

FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS. Programme d aide aux études Ville de Montréal Service de la culture Division des quartiers culturels 2014 FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS Programme d aide aux études Conditions et exigences pour les études de besoins et de faisabilité

Plus en détail

Emblème seul. 7. L emblème en association est représenté ci-dessous :

Emblème seul. 7. L emblème en association est représenté ci-dessous : Directives opérationnelles régissant l utilisation de l emblème de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles I. Considérations générales 1. Afin d augmenter

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement. Préambule

Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement. Préambule Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement Préambule Le Plan d'action africain pour l'efficacité du développement avec des priorités clés pour

Plus en détail

Fiche de mise en œuvre du type d opération

Fiche de mise en œuvre du type d opération Fiche de mise en œuvre du type d opération «7.6.6 - Soutien aux opérations d aménagement et de mise en valeur dans une démarche d excellence patrimoniale et touristique» 1. Description Dans la continuité

Plus en détail

Portfolio des services du ROHSCO Mot de la direction C est avec un immense plaisir que nous vous remettons ce portfolio; fidèle portrait des services du ROHSCO. Au fil des années le Regroupement s est

Plus en détail

Avocats sans frontières: Là où la justice n a plus la parole

Avocats sans frontières: Là où la justice n a plus la parole Avocats sans frontières: Là où la justice n a plus la parole À propos d ASF Organisation non gouvernementale, non partisane et à but non lucratif Action entièrement bénévole Branche canadienne d un mouvement

Plus en détail

GLOBAL A GRICULTURE and FOOD S ECURITY PROGRAM. NOTE D INFORMATION sur le GAFSP

GLOBAL A GRICULTURE and FOOD S ECURITY PROGRAM. NOTE D INFORMATION sur le GAFSP GLOBAL A GRICULTURE and FOOD S ECURITY PROGRAM NOTE D INFORMATION sur le GAFSP Présentée par Ndiogou Fall Comité de pilotage GAFSP Aout 2010 1 La crise alimentaire de 2008 a relancé le débat sur la situation

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat ERASMUS+ 2014-2020 ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation 12 février 2015 UM5 Rabat INTRODUCTION Le programme Erasmus + soutient les EES afin de réaliser des projets

Plus en détail

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Communiqué de presse Paris, le 24 avril 2014 RESULTATS 2013 Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Initiative

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Édition Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Direction de l organisation des services,

Plus en détail

Plan d action d Équiterre 2015

Plan d action d Équiterre 2015 Plan d action d Équiterre 2015 (présenté au Conseil d administration le 25 novembre 2014) (adopté le 15 janvier 2015) Version du 25 novembre 2014 LA MISSION L énoncé de mission d une organisation définit

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

1 er FORUM NATIONAL DU TOURISME RESPONSABLE- SENEGAL 7 décembre 2012 Parc forestier et zoologique de Hann Dakar (6 ème Sommet Africités)

1 er FORUM NATIONAL DU TOURISME RESPONSABLE- SENEGAL 7 décembre 2012 Parc forestier et zoologique de Hann Dakar (6 ème Sommet Africités) 1 er FORUM NATIONAL DU TOURISME RESPONSABLE- SENEGAL 7 décembre 2012 Parc forestier et zoologique de Hann Dakar (6 ème Sommet Africités) COMPTE RENDU DES TRAVAUX Le 1 er Forum National du Tourisme Responsable

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE Plan de la présentation Élaboration du projet de politique Objet de la Politique Fondements de la Politique Définition de patrimoine Axes d intervention 1 Élaboration

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES Groupe Affaires corporatives et secrétariat général 19 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE GÉNÉRAL...3 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL...3 1.2 Imputabilité...3

Plus en détail

Appel à candidatures. Audit de l organisation, de la planification et du pilotage des systèmes d information

Appel à candidatures. Audit de l organisation, de la planification et du pilotage des systèmes d information Appel à candidatures Audit de l organisation, de la planification et du pilotage des systèmes d information Version 0.6 20 mars 2015 Statut Validé 1 Introduction 1.1 Présentation de l Agence universitaire

Plus en détail

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Soixante-troisième

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Mode d emploi. voyager en groupe avec DM-échange et mission. 1. Qui est DM-échange et mission? 2. DM-échange et mission et les voyages de groupe

Mode d emploi. voyager en groupe avec DM-échange et mission. 1. Qui est DM-échange et mission? 2. DM-échange et mission et les voyages de groupe Voyager en groupe avec DM-échange et mission Mode d emploi Vous souhaitez découvrir un pays du Sud? Vous avez envie de découverte de projets et d échanges interculturels? Vous avez soif de partages spirituels

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

L'EXERCICE DU LEADERSHIP

L'EXERCICE DU LEADERSHIP L'EXERCICE DU LEADERSHIP Enjeu 9 Édition Chargée de projet : Line Blackburn Rédaction : Line Blackburn et Stéphanie Bonaventure Édition : Guylaine Boucher Mise en page : Patricia Gaury Révision linguistique

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Société : Les Violons du Roy et La Chapelle de Québec Date du profil : janvier 2011 Mandat de la

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

APPEL D'OFFRES n 201004

APPEL D'OFFRES n 201004 APPEL D'OFFRES n 201004 CAHIER DES CHARGES POUR LA SOUS-TRAITANCE RELATIVE À L'EXPERTISE EXTERNE PROJET : «Dialogue social européen : Bilan et perspectives» 1. Objet du contrat. La CES souhaite lancer

Plus en détail

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sciences et technologies, œuvres de culture Mémoire présenté par Septembre 2006 Sciences et technologies, œuvres de culture Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Plus en détail

Convention cadre de partenariat entre. Le Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Convention cadre de partenariat entre. Le Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Nf-~ A3o)L. ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Conseil Supérieur FRANCE ACTIVE FINANGEUR SOLIDAIRE POUR LEMPtOI Convention cadre de partenariat entre Le Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Et

Plus en détail

en collaboration avec Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale

en collaboration avec Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale en collaboration avec Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale 15 000 $ La Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale a pour but d aider financièrement les jeunes ayant une déficience visuelle et la fibre

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

DIALOGUE SUR LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT AXÉ SUR LES RESSOURCES NATURELLES

DIALOGUE SUR LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT AXÉ SUR LES RESSOURCES NATURELLES DIALOGUE SUR LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT AXÉ SUR LES RESSOURCES NATURELLES 1 En mai 2012, le Conseil de l OCDE au niveau des ministres adoptait la Stratégie de l OCDE pour le développement. La Stratégie

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES Période du 1 er avril 2013 au 31 mars 2015 PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE

Plus en détail

Développement de l organisation artistique et culturelle

Développement de l organisation artistique et culturelle 2 Stratégie sectorielle 2 : Développement de l organisation artistique et culturelle 99 Développement de l organisation artistique et culturelle Table des matières 1. Définition... 99 2. État des lieux

Plus en détail

DEPARTEMENT PROJETS ET FORMATION CONTINUE

DEPARTEMENT PROJETS ET FORMATION CONTINUE UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR CENTRE D ETUDES DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE L INFORMATION (CESTI) Tél : (221) 824.68.75 / 824.93.66 Fax : (221) 824.24.17 E.mail : eugenieraw@hotmail.com DEPARTEMENT

Plus en détail

Cadre de gestion du portail intranet de la Régie du bâtiment

Cadre de gestion du portail intranet de la Régie du bâtiment Direction Direction des communications Cadre de gestion du portail intranet de la Régie du bâtiment Patrick Parent, édimestre intranet 9 février 2004 Introduction Le portail intranet de la Régie du bâtiment

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

L instrumentation dans la collecte des données

L instrumentation dans la collecte des données L instrumentation dans la collecte des données L étude des documents écrits par la méthode des traceurs Danielle Paquette INTRODUCTION La méthode des traceurs est une méthode qualitative utilisée en sciences

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies Atelier n 15 Organisateurs : Conseil de l Europe (Centre d expertise sur la réforme de l administration locale

Plus en détail

Loi sur les LANGUES OFFICIELLES

Loi sur les LANGUES OFFICIELLES Mise en œuvre de l article 41 de la partie VII Loi sur les LANGUES OFFICIELLES pour les régions du Québec for Quebec Regions Mise en œuvre de l article 41 de la partie VII Loi sur les LANGUES OFFICIELLES

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS

ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS Évaluation externe à mi-parcours Campagne CULTIVONS d Oxfam Résumé CAMPAGNE CULTIVONS D OXFAM Résumé Glenn O Neil & Patricia Goldschmid, Owl RE Octobre 2013 Le présent

Plus en détail

Premier symposium régional sur la pêche artisanale durable en Méditerranée et en mer Noire

Premier symposium régional sur la pêche artisanale durable en Méditerranée et en mer Noire CONTACTS ET LIENS Pour toute information supplémentaire sur le symposium, consulter le site internet: www.ssfsymposium.org Secrétariat de la CGPM Via Vittoria Colonna 1 00193 Rome, Italie tél. +39 06 57055730

Plus en détail

Le nouveau paysage du financement du développement : le point de vue des pays en développement Résumé Exécutif

Le nouveau paysage du financement du développement : le point de vue des pays en développement Résumé Exécutif Le nouveau paysage du financement du développement : le point de vue des pays en développement Résumé Exécutif Des changements majeurs dans le paysage international de financement du développement ont

Plus en détail

Institutionnalisation du modèle PNR à l étranger le cas de la Suisse

Institutionnalisation du modèle PNR à l étranger le cas de la Suisse Institutionnalisation du modèle PNR à l étranger le cas de la Suisse Crédit images : Netzwerk Schweizer Pärke Réseau des parcs suisses 01/2015 Quelle/Source: swisstopo (5704002947 1 La Suisse possède une

Plus en détail

Séminaire national d informations/formation sur la Convention Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

Séminaire national d informations/formation sur la Convention Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles Séminaire national d informations/formation sur la Convention Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles Sommaire I Contexte 3 II - Descriptif général 4 II.1.

Plus en détail

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM CHAPITRE 8 l S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM évolution des attentes ne cesse de pousser les entreprises

Plus en détail

TABLE RONDE DES ORGANISMES DE SOUTIEN AUX ARTS ET À LA CULTURE DE MONTRÉAL COMPTE RENDU DES DÉBATS 31 MAI 2012

TABLE RONDE DES ORGANISMES DE SOUTIEN AUX ARTS ET À LA CULTURE DE MONTRÉAL COMPTE RENDU DES DÉBATS 31 MAI 2012 TABLE RONDE DES ORGANISMES DE SOUTIEN AUX ARTS ET À LA CULTURE DE MONTRÉAL COMPTE RENDU DES DÉBATS 31 MAI 2012 Présenté par : Julie Arsenault et Lara Evoy Préparé pour les affaires pour les arts et le

Plus en détail

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION»

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» Février 2012 1. INTRODUCTION Depuis quelques années, la Justice s interroge sur la qualité de son fonctionnement. En novembre 2010, le

Plus en détail

Pas à pas. partenariat. Sommaire. vers le. Le mécénat... Fiche 1 Le sponsoring... Fiche 2 Les outils... Fiche 3 Les démarches...

Pas à pas. partenariat. Sommaire. vers le. Le mécénat... Fiche 1 Le sponsoring... Fiche 2 Les outils... Fiche 3 Les démarches... Pas à pas vers le partenariat Sommaire Le mécénat... Fiche 1 Le sponsoring... Fiche 2 Les outils... Fiche 3 Les démarches... Fiche 4 Aide méthodologique Check list... Fiche 5 Les étapes... Fiche 6 La fiche

Plus en détail

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Fonds dédié aux projets citoyens initiés et portés par des jeunes de 12 à 17 ans dans la région de la Capitale-Nationale Parrainage d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Une initiative de

Plus en détail

APPEL D OFFRES Mise en place d un système de gestion de contenu et création d un nouveau site Web.

APPEL D OFFRES Mise en place d un système de gestion de contenu et création d un nouveau site Web. APPEL D OFFRES Mise en place d un système de gestion de contenu et création d un nouveau site Web. Chambre de commerce et d'industrie de Québec 17, rue Saint-Louis, Québec, Québec, G1R 3Y8 Table des matières

Plus en détail

UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE

UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE OBJECTIFS DE LA CAMPAGNE La Campagne UN sur CINQ a été lancée à Rome

Plus en détail

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION BUT POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION En vue de répondre à ses besoins et de développer les compétences particulières des salariés, le Collège fournit à tous ses salariés les possibilités réelles

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Réforme humanitaire: Série de dépliants d information de base 1 Mécanismes de financement

Réforme humanitaire: Série de dépliants d information de base 1 Mécanismes de financement Réforme humanitaire: Série de dépliants d information de base 1 Mécanismes de financement 1 Cette brochure fait partie d une série de dépliants produits par le Projet ONG et Réforme humanitaire pour fournir

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

Europe. Les priorités de l Uniopss

Europe. Les priorités de l Uniopss Europe Le single market act et la stratégie Europe 2020 imposent un rythme de réformes dense à l Europe, particulièrement dans cette période de crise. L Acte pour le marché unique, adopté par la Commission

Plus en détail

GUIDE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE DON. Appel mondial à propositions

GUIDE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE DON. Appel mondial à propositions GUIDE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE DON Appel mondial à propositions Table des matières A. Appel à propositions : pays participants 2 B. Objectifs et portée du GPSA 3 C. Critères d admission des OSC

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE. Programmation quadriennale 2014-2017 et indicateurs stratégiques

AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE. Programmation quadriennale 2014-2017 et indicateurs stratégiques AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE Programmation quadriennale 2014-2017 et indicateurs stratégiques PREFACE...P. 4 ORIENTATIONS...P. 6 LES AXES DE LA PROGRAMMATION...P. 11 DEUX AXES TRANSVERSAUX...P.

Plus en détail

Lignes directrices pour le programme des Chaires de l UNESCO au Canada

Lignes directrices pour le programme des Chaires de l UNESCO au Canada Lignes directrices pour le programme des Chaires de l UNESCO au Canada Le 8 octobre 2014 Dates à retenir : 30 septembre : Présentation d une lettre d intention à la CCU 31 janvier : Soumission de la demande

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE 29 SEPTEMBRE 2015 RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... i PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC (UMQ)... 1 INTRODUCTION... 2 1

Plus en détail

RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999. Cette résolution est appliquée telle qu elle a été adoptée.

RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999. Cette résolution est appliquée telle qu elle a été adoptée. RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999 Voici un sommaire des mesures prises par le conseil d administration et le personnel pour donner suite aux résolutions examinées

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1326111L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l accord ou convention.

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1326111L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l accord ou convention. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord instituant le Consortium des centres internationaux de recherche agricole en qualité d organisation

Plus en détail

I. Introduction... 3. II. Historique de la démarche... 3. III. Les objectifs... 4. IV. Le calendrier... 4. V. Le logiciel Osiris...

I. Introduction... 3. II. Historique de la démarche... 3. III. Les objectifs... 4. IV. Le calendrier... 4. V. Le logiciel Osiris... Observation Sociale Intégrée Régionale pour l Insertion Sociale Un Système d Information pour le dispositif Accueil Hébergement Insertion (AHI) I. Introduction... 3 II. Historique de la démarche... 3 III.

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Planification de la relève : préparer une nouvelle génération d'artistes et de gestionnaires culturels - Une proposition

Planification de la relève : préparer une nouvelle génération d'artistes et de gestionnaires culturels - Une proposition Planification de la relève : préparer une nouvelle génération d'artistes et de gestionnaires culturels - Une proposition Susan Annis, directrice général, Conseil des ressources humaines du secteur culturel

Plus en détail

SPORTSQUÉBEC est heureux de

SPORTSQUÉBEC est heureux de Club médaille d or Fondation Nordiques SPORTSQUÉBEC est heureux de vous présenter le programme d assistance financière pour les athlètes des catégories «Excellence, Élite, Relève et Espoir». Ce programme

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

POLITIQUE INVESTISSEMENT RESPONSABLE

POLITIQUE INVESTISSEMENT RESPONSABLE POLITIQUE INVESTISSEMENT RESPONSABLE TABLE DES MATIÈRES 1. Contexte et mission... 1 2. Objectifs de la politique... 2 3. Fondements de la politique... 2 4. Approche d investissement responsable... 3 4.1

Plus en détail

Politique relative au site Web

Politique relative au site Web SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique relative au site Web Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 25 avril 2000 226-CA-3242 Modification(s)

Plus en détail

Diriger une association dans le secteur culturel

Diriger une association dans le secteur culturel Diriger une association dans le secteur culturel une affaire de compétence et d'engagement Les faits saillants du résultat de l analyse de la profession Dirigeante ou dirigeant d association Avec la collaboration

Plus en détail

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Septembre 2003 Analyse et rédaction Lynda Bouthillier Agente de recherche et de planification socioéconomique

Plus en détail

FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP)

FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP) FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP) SUBVENTION D ÉQUIPE POUR DES TRAVAUX DE RECHERCHE COOPÉRATIFS MULTICENTRIQUES (subvention d équipe) GUIDE SUR LE PROGRAMME Document révisé en

Plus en détail

SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS EN MATIÈRE D ORGANISATION DE DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE POUR LA MRC D ABITIBI 21 SEPTEMBRE 2015

SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS EN MATIÈRE D ORGANISATION DE DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE POUR LA MRC D ABITIBI 21 SEPTEMBRE 2015 SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS EN MATIÈRE D ORGANISATION DE DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE POUR LA MRC D ABITIBI 21 SEPTEMBRE 2015 ACRONYMES ADL : Agent de développement local (à l emploi des municipalités)

Plus en détail