DE GRAVITE. DESC de réanimation Septembre 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DE GRAVITE. DESC de réanimation Septembre 2008"

Transcription

1 INTERETS ET LIMITES DES SCORES DE GRAVITE Mélanie RIEDEL DESC de réanimation Septembre 2008

2 Elaboration des Scores de Gravité Etablis à partir de paramètres cliniques et biologiques Outils épidémiologiques Prédire moins intuitivement la mortalité Comparer

3 Quels types de SG

4 Scores de gravité généralistes Scores spécialisés Scores concernants plus d une maladie: APACHE I et II IGS MPM Score de défaillance viscérale MODS, LOD SOFA Score de charge en soins OMEGA et TISS Score de Glasgow ASA POSSUM Tauma Score RTS TRISS EUROSCORE

5 Scores de gravité généralistes

6 Acute Physiologie And Chronic Health Evaluation APACHE I: 34 variables Knaus W and all: Crit Care Med 1981 ; 9 : Pas le résultat d une recherche de corrélation statistique mais choix d expert APACHE II: 12 variables + âge+ état de santé Knaus W and all: Crit Care Med 1985 ; 13 : Facteur pondérant: contexte médical, post opératoire, urgence APACHE III: 17 variables Knausand all: Chest 1991 ; 100 : 1619 Knausand all: Chest 1991 ; 100 : 1619 Mortalité observée proche mortalité calculée Compléxité

7

8 Index de Gravite Simplifié 1 et 2 Le Gall J and all: Lancet 1983 ; 2 : 741 Le Gall JR et coll. A new simplified acute physiology score (SAPS II) based on a European/North American multicenter study. JAMA. 1993; 270: A partir d APACHE Pires valeurs dans les 24 premières heures 15 variables dont le poids varie 3 types d entrées 3 facteurs de gravité Obligatoire depuis 1997

9

10 Modèle de probabilité de mortalité II Lemeshow and all: JAMA 1993 ; 270 : Mortalité hospitalière Comparaison des différentes unités de réa MPM 0, MPM 24, 48, 72 «Dynamique»

11

12 Scores de défaillance d organes OSF (5 organes) Knaus et al Ann Surg 1985;205: MODS et LOD Marshall J and all: Multiple organ dysfunction score: a reliable descriptor of a complex clinical outcome. Crit Care Med 1995 ; 2310 : Le Gall J, Klar J, Lemeshow S, Saulnier F, Alberti C, Artigas A, et al. Logistic Organ Dysfunction System [LOD]. JAMA 1996 ; : SOFA JL Vincent et Coll. The SOFA (Sepsis related Organ Failure Assessment) score to describe organ Dysfunction / failure. Intensive Care Med 1996;22: Mortalité à partir du nombre, de la profondeur et de la durée des défaillances d'organes 6 organes étudiés Suivi au jour plus que prédiction de la mortalité Peu utilisés

13 Scores spécialisés

14 Score de Glasgow : participe à l IGS et APACHE Teasdale G, Jennett B. Assessment of coma and impaired consciousness: a practical scale. Lancet 1974 ; 2 : Trauma score, RTS, TRISS, ISS Champion H, Sacco W, Carnazo A. Trauma score. Crit Care Med 1981 ; 9 : Baker SP et coll. The injury severity score: a method for describing patients with multiple injuries and evaluating emergency care. J Trauma 1974;14: Champion HR et coll. A Revision of the Trauma Score. J Trauma 1989;29: Boyd CR et coll. Evaluating Trauma Care : The TRISS Method. J Trauma 1987;27: ASA: le plus pratiqué Aklad M. Grading of patients for surgical procedures. Anesthesiology 1941 ; 2 :

15 ASA Physical Status Classification System 1 : Patient normal 2 : Patient avec anomalie systémique é modérée é 3 : Patient avec anomalie systémique sévère 4 : Patient avec anomalie systémique sévère représentant une menace vitale constante 5 : Patient moribond dont la survie est improbable sans l'intervention 6 : Patient déclaré en état de mort cérébrale dont on prélève les organes pour greffe

16 Scores spécialisés POSSUM Prytherch D and all: predicting mortality Physiolgy and Operative Severity Score for the enumeration of Mortality and morbidity. Br J Surg 1998 ; 85 : EUROSCORE Nashef and al. Risk factors and outcome in european cardiac surgery: analysis of the EUROSCORE multinational database of patients. In: Girardet P, Isetta C, eds. Nice: European Workgroup of Cardiothoracic Intensivists [ESICM]; 1998 La durée de ventilation n est pas à la portée de la plupart des scores Sepsis Pas utiles dans la pancréatite aïgue

17 Quels sont les intérêts potentiels des SG? Donnent une probabilité de décès: mortalité observée/prédite édit Recherche clinique? Evaluation et amélioration continue de la qualité des soins? Intérêt économique? Intérêts individuels? id

18 Recherche clinique Indispensable Comparer des groupes de patients t homogènes Constituer des bases de données

19 Evaluations des soins, des thérapeutiques Rapoport J and al A method for assessing the clinical performance and cost effectiveness ofintensive care units: a multicenter inception cohort study. Crit Care Med 1994 ; 229 : Teres D, Lemeshow S. Using severity measures to describe high performance ICU. Crit Care Clin 1994 ; 21 : Mortalité et durée de séjour Comparer l'efficacité de systèmes ou de structures de soins Mais nécessité de taux de ré intubation, réadmission..

20 Evaluations des soins, des thérapeutiques Groupes de patients de gravité homogènes pour évaluer les différentes thérapeutiques mises en œuvre Publication annuelle de rapports de services

21 Intérêts économique PMSI est basé sur l IGS 2

22 Limitesi Ne prévient pas l avenir individuel Laurence L and all. Intensive care unit pronostic scoring systems to predictdeath: a cost effectiveness analysis. Crit Care Med 1998 ; 2611 : Lemeshow S and all. Outcome prediction for individual intensive care patients: useful, misused, or abused? Intensive Care Med 1995 ; 21 : B. Riou, P. Landais, B. Vivien, P. Stell, I. Labbene and P. Carli, Distribution of the probability of survival is a strategic issue for randomized trials in critically ill patients. Anesthesiology 95 (2001), pp Très bonnes spécificité mais sensibilité mauvaise Pas d intérêt pour une décision de triage, admission, sortie ou abstention thérapeutique

23 Limites N intègrent pas la survenue de phénomènes intercurrents, ne sont pas répétitifs: scores dynamiques? Pas calculables dès l entrée en réanimation Ne prennent pas en compte toutes les caractéristiques du patient Inhomogénéité du recueil N é l t l bidité l lité d i t l N évaluent pas la morbidité, la qualité de vie et le handicap en sortie de réanimation

24 Limites des scores de défaillance viscérale Inhomogénéité de la définition des défaillances Pas de différences entre les différentes défaillances

25 Conclusion Tentative de prédiction de la mortalité Outils épidémiologiques Intérêt scientifique Intérêt êtépidémiologique i i Intérêt économique Intérêt individuel TRES limité (pronostic, triage)

SEMINAIRE LES TRAUMATISMES GRAVES

SEMINAIRE LES TRAUMATISMES GRAVES CAPACITE DE MEDECINE d URGENCE 2008 SEMINAIRE LES TRAUMATISMES GRAVES 15 et 16 Janvier 2008 Pr. B. RIOU Lieu : Département d Anesthésie-Réanimation, CHU Pitié-Salpêtrière, Pavillon de l Enfant et de l

Plus en détail

Rapid response team (Equipe mobile d urgence)

Rapid response team (Equipe mobile d urgence) Rapid response team (Equipe mobile d urgence) D. Benoit, MD, PhD Department of Intensive Care Medicine Ghent University Hospital Chaine de survie intra hospitalière Intervention précoce avant l admission

Plus en détail

Mortalité? Durée de séjour?

Mortalité? Durée de séjour? Surmortalité et excès s de durée e de séjours liés à la survenue d une d infection acquise en réanimation Analyse de la littérature Propositions pour le réseau REA RAISIN Dr Th. LAVIGNE pour le Comité

Plus en détail

Les scores en réanimationr

Les scores en réanimationr Les scores en réanimationr Scores (biostatistique( biostatistique) Grades (observation) GRADE PEAU - MUQUEUSES Ia GASTRO- INTESTINAL RESPIRATOIRE CARDIO- VASCULAIRE Erythème Localisé Aucun Aucun Aucun

Plus en détail

Aspects socio-économiques des traumatismes graves

Aspects socio-économiques des traumatismes graves Aspects socio-économiques des traumatismes graves Hocine FOUDI Urgences-SAMU-SMUR CH Marc Jacquet D.U. Médecine d urgence, Traumatismes graves, prise en charge des premières heures Epidemiologie Mortalité

Plus en détail

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Le contrôle glycémique aux Urgences Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Plan Régulation glycémique Stress et glycémie Le contrôle glycémique Les AVC

Plus en détail

Y a-t-il une place pour la planche à masser dans la prise en charge des arrêts cardiaques? Marc FOURNIER SAMU 13 AP-HM

Y a-t-il une place pour la planche à masser dans la prise en charge des arrêts cardiaques? Marc FOURNIER SAMU 13 AP-HM Y a-t-il une place pour la planche à masser dans la prise en charge des arrêts cardiaques? Marc FOURNIER SAMU 13 AP-HM Les recommandations de l ERC l MCE précoce l DSA précoce l Priorité au MCE par rapport

Plus en détail

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte?

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? A. Toumi, C. Loussaïef, H. B. Brahim, F.B. Romdhane, N. Bouzouaia, M. Chakroun. Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

Ne perdez pas l avenir de vue

Ne perdez pas l avenir de vue Ne perdez pas l avenir de vue B. Braun Space GlucoseControl Innovation Les défis actuels Besoin d insulinothérapie intensive en soins intensifs Les patients très malades développent une hyperglycémie induite

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

AGE ET ACCÈS AUX SOINS LOURDS la réanimation comme paradigme

AGE ET ACCÈS AUX SOINS LOURDS la réanimation comme paradigme Les Rendez-Vous de l Urgence AGE ET ACCÈS AUX SOINS LOURDS la réanimation comme paradigme Michel Hasselmann Professeur des Universités - Médecin des Hôpitaux Chef de Service Réanimation Médicale - NHC

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Les logiciels de réanimations : Quelles fonctionnalités pour quel service (Réanimation, Soins Intensifs, Unité de Soins Continus)

Les logiciels de réanimations : Quelles fonctionnalités pour quel service (Réanimation, Soins Intensifs, Unité de Soins Continus) Les logiciels de réanimations : Quelles fonctionnalités pour quel service (Réanimation, Soins Intensifs, Unité de Soins Continus) Fabrice Hérault : DSI CHRU LILLE Agenda Les grandes fonctionnalités attendues

Plus en détail

Mise en place de l ECMO en réanimation pédiatrique.

Mise en place de l ECMO en réanimation pédiatrique. MEMOIRE DE DES Mise en place de l ECMO en réanimation pédiatrique. Expérience d une unité de réanimation polyvalente. A propos de 3 cas. LANG Mathieu CHU de Clermont-Ferrand 9 Octobre 2009 Cas 1 : SDRA

Plus en détail

Intensive Care medicine, mai Aurèle BUZANCAIS DES Nephrologie DESC Réanimation 3 Juin 2013

Intensive Care medicine, mai Aurèle BUZANCAIS DES Nephrologie DESC Réanimation 3 Juin 2013 Intensive Care medicine, mai 2013 Aurèle BUZANCAIS DES Nephrologie DESC Réanimation 3 Juin 2013 PLAN Introduction Objectif Matériel et méthodes Résultats Limites Conclusion Introduction Amélioration de

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge

Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge Pronostic du patient atteint de cancer en réanimation et l impact sur la prise en charge À partir de l exemple du cancer bronchique Wirtz Gil CHU de Strasbourg Éléments déterminants dans la discussion

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique.

Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique. Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique. Jean Lachaine, professeur agrégé, Faculté de pharmacie, Université de Montréal Pourquoi avoir des critères économiques

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest Pancréatite aiguë sévère Le pronostic d'une pancréatite aiguë dépend de 2 facteurs la défaillance d'un organe la nécrose pancréatique

Plus en détail

Critères d admission SIPO et soins continus

Critères d admission SIPO et soins continus Critères d admission SIPO et soins continus G. Lebuffe Pôle d anesthésie-réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille, France Soins intensifs: Décret 2002 D 124-104 Unité prenant en charge les patients

Plus en détail

Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne?

Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne? COPACAMU 2011 Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne? Laurent JACQUIN Pôle RUSH, AP-HM. Critères d admission à l UHCD Groupe 1 : Retour à domicile dans les 24 heures Groupe 2

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

Epidemiology and outcome of major postoperative infections following cardiac surgery : Risk factors and impact of pathogen type

Epidemiology and outcome of major postoperative infections following cardiac surgery : Risk factors and impact of pathogen type Epidemiology and outcome of major postoperative infections following cardiac surgery : Risk factors and impact of pathogen type Luke F. Chen et al. American Journal of Infection Control, 2012, December

Plus en détail

ÉVALUATION CRITIQUE DE LA DOCUMENTATION SCIENTIFIQUE

ÉVALUATION CRITIQUE DE LA DOCUMENTATION SCIENTIFIQUE ÉVALUATION CRITIQUE DE LA DOCUMENTATION SCIENTIFIQUE Appréciation critique d une analyse coût-efficacité : Utilisation de la protéine C activée (drotrecogin alfa) pour le sepsis sévère Manns BJ, Lee H,

Plus en détail

Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand

Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand MARSEILLE 22/03/2013 Damien Bouvier / Jean- Benoît Dauphin / Mathilde Fournier Pôle de Pédiatrie (Pr. Labbé) Laboratoire de Biochimie

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE P. Beuret Réanimation polyvalente C.H. Roanne AER 11/2014 LESIONS SOUVENT ASSOCIEES Pneumothorax Contusion pulmonaire Hémothorax Fractures costales

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Traitement prophylactique des levures en réanimation

Traitement prophylactique des levures en réanimation Traitement prophylactique des levures en réanimation Pr Hervé Dupont Pôle Anesthésie-Réanimation CHU d Amiens Sepsis sévère et choc septique Etude multicentrique européenne (n=1177) en réanimation 15,2%

Plus en détail

Pronostic des patients cirrhotiques admis en réanimation

Pronostic des patients cirrhotiques admis en réanimation Pronostic des patients cirrhotiques admis en réanimation Delphine Weil-Verhoeven Service d Hépatologie et Soins intensifs digestifs CHRU J. Minjoz, BESANCON L admission en réanimation: un événement fréquent

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Cet article provient du SNIA en date du 31 mars 2010

Cet article provient du SNIA en date du 31 mars 2010 Cet article provient du SNIA en date du 31 mars 2010 Très souvent on entend citée en référence une étude américaine qui mettrait en avant que les infirmiers anesthésistes sont plus dangereux que les médecins

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT Score au MMSE et capacité à conduire SANDRA DEMERS, R1 UMF ST-HUBERT Quelques statistiques Accidents automobiles chez les 75 ans et plus: 9,7% des accidents avec décès au Québec 8% des accidents avec blessés

Plus en détail

Intérêt de la biopsie pulmonaire chirurgicale en réanimation. DESC Réanimation médicale 2009 Mathilde ROL (Toulouse)

Intérêt de la biopsie pulmonaire chirurgicale en réanimation. DESC Réanimation médicale 2009 Mathilde ROL (Toulouse) Intérêt de la biopsie pulmonaire chirurgicale en réanimation DESC Réanimation médicale 2009 Mathilde ROL (Toulouse) Technique : en théorie 2 possibilités chirurgicales : Thoracotomie Thoracoscopie 2 localisations

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

Initial assessment of severity of trauma patient. Karim Tazarourte Pôle Urgences-SAMU 69 GH Edouard Herriot

Initial assessment of severity of trauma patient. Karim Tazarourte Pôle Urgences-SAMU 69 GH Edouard Herriot Initial assessment of severity of trauma patient Karim Tazarourte Pôle Urgences-SAMU 69 GH Edouard Herriot karim.tazarourte@chu-lyon.fr Karim Tazarourte M.D.,Ph.D Emergency Medicine and Critical Care Department

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions?

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Laurent ARGAUD Réanimation Médicale Groupement Hospitalier Edouard Herriot laurent.argaud@chu-lyon.fr Incidents lors des relais de seringues

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Isabelle DURAND ZALESKI Utilisation du SIH Pour identifier

Plus en détail

Evaluation DES pratiques

Evaluation DES pratiques Evaluation DES pratiques ProfessionnellES : Arrêt Cardiaque Vincent Piriou Service d Anesthésie Réanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, 69495 Pierre- Bénite Cedex. E.Mail : vincent.piriou@chu-lyon.fr

Plus en détail

Chirurgie bariatrique :

Chirurgie bariatrique : Association Nationale Française de Formation Continue en Hépato-Gastro-Entérologie Chirurgie bariatrique : Quel patient opérer? J. Gugenheim Université de Nice - Sophia Antipolis Service de Chirurgie Digestive,

Plus en détail

Évolution de la mise en oeuvre des LATA en Réanimation Pédiatrique

Évolution de la mise en oeuvre des LATA en Réanimation Pédiatrique Évolution de la mise en oeuvre des LATA en Réanimation Pédiatrique vers plus d'anticipation Dr G.BOUSSICAULT / Mmes C.AUGUSTE (IDE) et S.CHARBONNIER (IDP) Service de Réanimation Pédiatrique - CHU ANGERS

Plus en détail

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION DESC Réanimation Médicale LYON Janvier 2010 HAUTIN Etienne PLAN Introduction Evaluation Recommandations Mesures cliniques Mesures biophysiques Marqueurs biologiques

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA DOULEUR AIGUË CHEZ L ENFANT

ÉVALUATION DE LA DOULEUR AIGUË CHEZ L ENFANT ÉVALUATION DE LA DOULEUR AIGUË CHEZ L ENFANT JULIE BROUILLARD, ICS ANNIK OTIS, ICS Hôpital de Montréal pour enfants 24 Novembre 2010 Historique Avant 1970, aucune littérature scientifique sur la douleur

Plus en détail

Evènements indésirables graves en maternité.

Evènements indésirables graves en maternité. Evènements indésirables graves en maternité. Bilan de 4 années de recueil prospectif au CHU de Toulouse. Pr. O. Parant, M.Herman, E.Delon, C fleury CHU Toulouse Introduction (1) Améliorer la qualité en

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda OBJECTIFS 1. Comprendre les protocoles de soins des blessures 2. Définir et comprendre

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 juin 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 juin 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 juin 2016 carvédilol KREDEX 6,25 mg, comprimé sécable B/28 (CIP : 34009 342 344 5 3) KREDEX 12,5 mg, comprimé sécable B/28 (CIP : 34009 342 347 4 3) KREDEX 25 mg,

Plus en détail

Classification de la densité mammaire selon BIRADS: de 4 à d

Classification de la densité mammaire selon BIRADS: de 4 à d Prof Jean-Yves Meuwly Service de Radiodiagnostic et radiologie interventionnelle, CHUV Lausanne Classification de la densité mammaire selon BIRADS: de 4 à d Densité mammaire Quantité de tissu dense par

Plus en détail

Pronostic des bactériémies au cours de péritonites postopératoires. Mémoire DESAR 08/09/2016 Adel ALQARNI

Pronostic des bactériémies au cours de péritonites postopératoires. Mémoire DESAR 08/09/2016 Adel ALQARNI Pronostic des bactériémies au cours de péritonites postopératoires Mémoire DESAR 08/09/2016 Adel ALQARNI INTRODUCTION Bactériémies Les bactériémies constituent une cause majeure de morbidité et de mortalité

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on?

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? Eric Bonnefoy Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 - Université Lyon 1 1 D-dimères, quelle proposition est fausse? 1 - L

Plus en détail

Quelle place pour la VNI dans le SDRA? Frédéric Vargas, Gilles Hilbert

Quelle place pour la VNI dans le SDRA? Frédéric Vargas, Gilles Hilbert Quelle place pour la VNI dans le SDRA? Frédéric Vargas, Gilles Hilbert Réanimation Médicale Groupe Hospitalier Pellegrin (Bordeaux) Quelle place pour la ventilation non invasive dans le SDRA? Il s agit

Plus en détail

Le monitoring des biomarqueurs de l immunité en cancérologie

Le monitoring des biomarqueurs de l immunité en cancérologie Le monitoring des biomarqueurs de l immunité en cancérologie Professeur François Ghiringhelli INSERM UMR866 Cancer et réponse immunitaire adaptive Service d oncologie médicale. Centre GF Leclerc DIJON

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Insuffisance Cardiaque Aigue Quel score de risque utiliser?

Insuffisance Cardiaque Aigue Quel score de risque utiliser? Insuffisance Cardiaque Aigue Quel score de risque utiliser? Dr SERONDE MF CHU Besançon Quel score utiliser? Intérêt d un score de risque De quel risque parlons nous: Risque de mortalité en intra-hospitalier,

Plus en détail

Avis 22 janvier 2014

Avis 22 janvier 2014 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 janvier 2014 TEMERIT 5 mg, comprimé quadrisécable B/30 (CIP 34009 374 203 8 9) B/90 (CIP 34009 374 204 4 0) Laboratoire MENARINI DCI Code ATC (2012) Motif de l examen

Plus en détail

Les Urgentistes devraient-ils utiliser la Procalcitonine?

Les Urgentistes devraient-ils utiliser la Procalcitonine? Les Urgentistes devraient-ils utiliser la Procalcitonine? Débat Pro-Con Yann-Erick Claessens Service d Urgences Adultes et Equipe Immunité Innée Hôpital Cochin, APHP, Université Paris Descartes, Inserm

Plus en détail

Chirurgie et patients âgés. Le point de vue du chirurgien et de l anesthésiste CHUV,

Chirurgie et patients âgés. Le point de vue du chirurgien et de l anesthésiste CHUV, Chirurgie et patients âgés Le point de vue du chirurgien et de l anesthésiste CHUV, 09.03.2017 Madame Ka Charmante patiente de 79 ans En BSH, institutionnalisée pour démence, anémie sévère à 50g/l. Diagnostic:

Plus en détail

Facteurs pronostiques chez les malades de réanimation

Facteurs pronostiques chez les malades de réanimation Facteurs pronostiques chez les malades de réanimation 2e Conférence de Consensus Européenneen Réanimation et Médecine d'urgence 9-10 décembre 1993 Maison de la Chimie PARIS (France) Cette conférence a

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Etude TACT Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Arrêt cardiaque traumatique Survie

Plus en détail

Jennifer Margier Economiste de la santé Cellule d évaluation médico-économique CHU Grenoble Jmargier@chu-genoble.fr

Jennifer Margier Economiste de la santé Cellule d évaluation médico-économique CHU Grenoble Jmargier@chu-genoble.fr Jennifer Margier Economiste de la santé Cellule d évaluation médico-économique CHU Grenoble Jmargier@chu-genoble.fr 1 Contexte (1) Contexte économique Croissance faible + Augmentation constante des dépenses

Plus en détail

15/05/2013 CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada

15/05/2013 CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada INTRODUCTION À L ÉVALUATION ÉCONOMIQUE PLAN DU COURS CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada Rôle de l évaluation économique

Plus en détail

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Pr Raffaèle FAUVET Service de Gynécologie Obstétrique CHU CAEN Cancer de l endomètre - Cancer gynécologique le plus fréquent (13,6/100.000 femmes) - 3 ème

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

www.aspicu.org Coordonnateur pour la France : Benoît Misset Service de Réanimation Polyvalente, Groupe Hospitalier Paris saint Joseph, Paris, France.

www.aspicu.org Coordonnateur pour la France : Benoît Misset Service de Réanimation Polyvalente, Groupe Hospitalier Paris saint Joseph, Paris, France. Projet Aspic Page 1 sur 6 PROJET «ASPIC» : Registre européen d infections à Aspergillus dans les unités de soins intensifs www.aspicu.org Investigateurs principaux : S. Blot, Département de Réanimation,

Plus en détail

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG 21.02.2002 CONTEXTE Evolution des connaissances Evaluation de nouvelles approches thérapeutiques, de nouvelles

Plus en détail

By the American College of Emergecy Physicians (2013) Presented by :Sabrina Chaouch

By the American College of Emergecy Physicians (2013) Presented by :Sabrina Chaouch By the American College of Emergecy Physicians (2013) Presented by :Sabrina Chaouch Les adultes âgés sont fréquemment hospitalisés après un épisode de syncope inexpliquée. Les admissions actuelles sont

Plus en détail

Chimiothérapie aux soins intensifs

Chimiothérapie aux soins intensifs Chimiothérapie aux soins intensifs Dr Thierry Berghmans Service des soins Intensifs et urgences oncologiques & Clinique d oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Aucun conflit d intérêt à déclarer Littérature

Plus en détail

Evaluation des ingesta. Magali PONS Cadre diététicienne Gustave Roussy

Evaluation des ingesta. Magali PONS Cadre diététicienne Gustave Roussy Evaluation des ingesta Magali PONS Cadre diététicienne Gustave Roussy 2 Définition Latin, ingesta (choses introduites) Matières alimentaires introduites dans l'organisme (Larousse) Pourquoi? Perte pondérale

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Choc septique et cortico-surr. -surrénale

Choc septique et cortico-surr. -surrénale Choc septique et cortico-surr -surrénale Du concept au traitement François Fourrier EA 2689 Université de Lille 2 Réanimation polyvalente CHRU Lille Le concept biochimique Les voies métaboliques des stéroïdes

Plus en détail

Ventilation Non Invasive et Oedeme aigu du poumon. Frédéric ric Vargas Service de Réanimation Bordeaux

Ventilation Non Invasive et Oedeme aigu du poumon. Frédéric ric Vargas Service de Réanimation Bordeaux Ventilation Non Invasive et Oedeme aigu du poumon Frédéric ric Vargas Service de Réanimation R Bordeaux La VNI au cours de l OAPl cardiogénique débute avec.un aspirateur 1936 1936 The «pulmonary plus pressure

Plus en détail

Utilisation du Xigris. neuf ans après J. DURAND-GASSELIN

Utilisation du Xigris. neuf ans après J. DURAND-GASSELIN Utilisation du Xigris neuf ans après J. DURAND-GASSELIN Quel est le débat autour de la Protéine C activée? Pas de conflit d intérêt Historique la voie de la protéine C protége des défaillances polyviscérales

Plus en détail

Prédiction de l incidence des infections du site opératoire (ISO) par un modèle hiérarchique

Prédiction de l incidence des infections du site opératoire (ISO) par un modèle hiérarchique Prédiction de l incidence des infections du site opératoire (ISO) par un modèle hiérarchique L. Saunders (Interne de santé publique, CCLIN Ouest) M. Perennec-Olivier (Epidémiologiste, CCLIN Ouest) Pr J-F.

Plus en détail

Romain Barthélémy DESC de Réanimation Médicale Toulouse, Mars 2008

Romain Barthélémy DESC de Réanimation Médicale Toulouse, Mars 2008 Romain Barthélémy DESC de Réanimation Médicale Toulouse, Mars 2008 Cortisol R NFκB A D N TNFα IL 1 IL 6 + Signaux oxydatifs LPS Rhen, et al. Antiinflammatory action of glucocorticoids new mechanisms for

Plus en détail

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU JENCK Sophie Lyon BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU DEFINITION Hydrolyse du pont amide du cycle Blactame Résistance le plus souvent d origine plasmidique à : - toutes les pénicillines - céphalosporines de

Plus en détail

4 ÈME ÂGE ET USI : LE GRAND PARADOXE?

4 ÈME ÂGE ET USI : LE GRAND PARADOXE? 4 ÈME ÂGE ET USI : LE GRAND PARADOXE? Dr Almpanis Carole Gériatrie CHU Ambroise Paré Cas clinique: Homme 83 ans Admis la veille en gériatrie pour bilan chutes 24h après admission: T 39 C, TA 7/4, FC 120/min,

Plus en détail

Insuffisance cardiaque aiguë. Est-il temps de changer de «nitrés + diurétiques» Non, c est bien ainsi

Insuffisance cardiaque aiguë. Est-il temps de changer de «nitrés + diurétiques» Non, c est bien ainsi Insuffisance cardiaque aiguë. Est-il temps de changer de «nitrés + diurétiques» Non, c est bien ainsi Pr P. Ray SAU, Hôpital Tenon et UPMC Univ Paris 06 COLMU 2014 biomérieux B.R.A.H.M.S Roche Diagnostics

Plus en détail

FLASH INFO. Asma HACHANI. Service de réanimation médicale Ariana

FLASH INFO. Asma HACHANI. Service de réanimation médicale Ariana FLASH INFO Asma HACHANI Service de réanimation médicale Ariana Collège de Réanimation : 12 Juin 2013 1 INTRODUCTION L'admission en réanimation des patients ayant une hémopathie maligne reste controversé.

Plus en détail

IRM d un seul poignet

IRM d un seul poignet IRM d un seul poignet SAMIS : un score simplifié pour évaluer la polyarthrite rhumatoïde dans la pratique quotidienne C.Cyteval 1, A. Miquel 2, D.Hoa 1, J.Daures 1, X.Mariette 2, B.Combe 1 1 Montpellier

Plus en détail

Pronostic et critères d admission des patients cirrhotiques en Réanimation. Vincent Das CHI André Grégoire, Montreuil

Pronostic et critères d admission des patients cirrhotiques en Réanimation. Vincent Das CHI André Grégoire, Montreuil Pronostic et critères d admission des patients cirrhotiques en Réanimation Vincent Das CHI André Grégoire, Montreuil Introduction : La cirrhose 2000-3000 cas/million d individus en France 8000 décès par

Plus en détail

Indications des produits de remplissage vasculaire dans le choc septique : Pour l ALBUMINE. Sébastien Oger DESC de Réanimation Médicale 24/03/2010

Indications des produits de remplissage vasculaire dans le choc septique : Pour l ALBUMINE. Sébastien Oger DESC de Réanimation Médicale 24/03/2010 Indications des produits de remplissage vasculaire dans le choc septique : Pour l ALBUMINE Sébastien Oger DESC de Réanimation Médicale 24/03/2010 L albumine (alb) Protéine de 68,5kDa, 1/2 vie de 21 jours

Plus en détail

Créez votre réseau de gestion de la coagulation Système CoaguChek Pro II

Créez votre réseau de gestion de la coagulation Système CoaguChek Pro II Créez votre réseau de gestion de la coagulation Système CoaguChek Pro II Mise à disposition rapide du statut de coagulation pour tous les services La disponibilité de résultats de coagulation sur place

Plus en détail

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA Dominique Combarnous (CSS) Dr Alain Lepape, Réanimation Nord Centre Hospitalier Lyon Sud JLPR 2006 Introduction - Notion

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES DESC réa, dec.2006 H.VINOUR Epidémiologie Traumatisme abdominal: fréquent AVP 75%, chutes, accidents de sport Rate: 46% Foie: 33% Gravité: Hémorragie+++ Lésions associées

Plus en détail

INDICATION DE LA BIOPSIE PULMONAIRE CHIRURGICALE AU LIT DU PATIENT EN REANIMATION

INDICATION DE LA BIOPSIE PULMONAIRE CHIRURGICALE AU LIT DU PATIENT EN REANIMATION INDICATION DE LA BIOPSIE PULMONAIRE CHIRURGICALE AU LIT DU PATIENT EN REANIMATION ALOPH VALERIE (Bordeaux ) DESC REANIMATION TOULOUSE INTRODUCTION SYNDROME DE DETRESSE RESPIRATOIRE AIGUE ( SDRA) d éd étiologies

Plus en détail

Organisation et critères de décision en France et en Angleterre: HAS versus NICE?

Organisation et critères de décision en France et en Angleterre: HAS versus NICE? Organisation et critères de décision en France et en Angleterre: HAS versus NICE? FREROT Mathilde Interne de santé publique Université de Bourgogne 27/01/2014 Séminaire inter-régionale 2014- Économie de

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris RÉARRANGEMENTS ERG ET RÉSULTATS CLINIQUES CHEZ DES PATIENTS TRAITES PAR ACÉTATE D ABIRATÉRONE: RÉSULTATS DE L ÉTUDE COU-AA- 302 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE RESISTANT A LA CASTRATION NON

Plus en détail

BACTERIEMIE CHEZ UN PATIENT AYANT UN CATHETER VEINEUX CENTRAL : conduite à tenir

BACTERIEMIE CHEZ UN PATIENT AYANT UN CATHETER VEINEUX CENTRAL : conduite à tenir BACTERIEMIE CHEZ UN PATIENT AYANT UN CATHETER VEINEUX CENTRAL : conduite à tenir DESC Réanimation médicale Septembre 2009 - Limoges Corine VUILLAUME Colonisation extraluminale cvc courte durée 3 problématiques:

Plus en détail