AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009"

Transcription

1 AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS Dr Y Moreau 2009

2 Surdosage asymptomaeque des AVK INR cible entre 2 et 3 INR < 4 : adaptaeon seule INR entre 4 et 6 : saut d une prise et adapter INR entre 6 et 10 : arrêt temporaire du traitement et Vit K per os ( 1 à 2 mg soit ½ à 1 ampoule pédiatrique buvable) puis adapter. INR > 10 : arrêt du traitement et 5 mg per os de vit K ( ½ ampoule buvable adulte) et adapter. (jamais de Vit K en injectable: grosses difficultés à obtenir un rééquilibre rapide de l INR)

3 Surdosage asymptomaeque des AVK INR cible entre 3 et 4,5 (rappel: valve mécanique + AC/FA; RM + AC/FA, sont très emboligènes) INR entre 4 et 6 : adapter INR entre 6 et 10 : saut d une prise et adapter ; contacter le cardiologue pour discuter de la prise éventuelle de 1 à 2 mg per os de Vit K. INR > 10 : avis spécialisé ou hospitalisaeon

4 Hémorragies spontanées ou traumaeques Reconnaitre une hémorragie grave car hospitalisaeon : hémorragie non contrôlable par les moyens usuels avec instabilité hémodynamique (choc, PAS < 9, chute de plus de 4 cm Hg de la PAS). nécessitant des transfusions nécessitant un geste hémostaeque urgent localisaeons à risques : intra crânienne ou intra rachidienne, intra oculaire ou rétro oculaire, hémothorax, hémopéricarde, hémo ou rétro péritoine, hémarthrose, digeseve aiguë, hématome musculaire profond, syndrome des loges.

5 Hémorragies spontanées ou traumaeques S il n y a aucun signe de gravité : prise en charge en ambulatoire dosage en urgence de l INR geste local d hémostase adapter les doses d AVK si surdosage + ou Vit K rechercher la cause du saignement ou du surdosage la non réponse aux mesures usuelles impose l hospitalisaeon. un trauma crânien impose l hospitalisaeon

6 GesEon des AVK en cas d actes invasifs Certains actes peuvent ne pas nécessiter l arrêt des AVK : chirurgie cutanée chirurgie de la cataracte certains actes de chirurgie buco dentaire certains actes d endoscopie digeseve certains actes de rhumatologie Un contact avec le spécialiste permet au mieux d adapter la geseon des AVK Dans tous les cas, il faut un INR stable, contrôlé (24 h) et < 3.

7 Relais à l arrêt des AVK Les actes invasifs nécessitent des INR < 1,5 voire < 1,2 pour la chirurgie intracrânienne et intra rachidienne. Bien que n ayant pas l AMM, les trois types d héparines peuvent être uelisées, à doses curaeves (niveau 1C) : L héparine en perfusion conenue L héparine sous cutanée fraceonnée Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM)

8 Relais à l arrêt des AVK Mesurer l INR 7 à10 jours avant l acte invasif Dernière prise des AVK à J 5 J 4 : rien J 3 : INR si INR n 1 était hors limites, sinon pas d INR débuter Lovenox curaef le soir J 2 : Lovenox curaef ( 0,1ml /10 kg 2 fois /24 h. nb : 0,1 ml = 10 mg) (le lovenox 2 fois par jour a une meilleure souplesse d uelisaeon) J 1 : hospitalisaeon et INR Lovenox curaef le maen, pas le soir si INR > 1,5 donner 5 mg vit K per os. J 0 : chirurgie, plutôt le maen.

9 Cas pareculier de la FA Sont considérés à hauts risques thrombo emboliques, les paeents en fibrillaeon auriculaire et : porteurs de valves cardiaques mécaniques avec rétrécissement mitral aux ATCD d accident embolique systémique ou cérébral. L arrêt des AVK impose dans ces cas la méthode précédente.

10 Arrêt des AVK et FA Dans les autres cas, l interrupeon temporaire des AVK peut être envisagée SANS subsetueon à condieon : d arrêter les AVK 4 jours avant l acte de vérifier l INR de reprendre dès que possible les AVK si ceci n est pas possible dans les 24 à 48 h les HBPM ou HNF curaeves doivent être débutées. une couverture par HBPM préveneves peut être discutée.

11 AVK et chirurgie bucco dentaire Les saignements buccaux après chirurgie dentaire n ont jamais entraîné de décès ou de séquelles L arrêt intempesef des AVK s est accompagné de décès ou de séquelles. La poursuite du traitement par AVK est recommandée en cas de chirurgie buccale, parodontale ou implantaire ( classe I A) sous réserve de la coopéraeon du paeent et d un centre de repli en cas de besoin.

12 AVK et chirurgie bucco dentaire La prise en charge en praeque de ville peut se faire pour ce type de paeent à la condieon : que le praecien dispose du plateau technique nécessaire (hémostase locale) que le risque hémorragique soit faible ou modéré ( avulsion de 1 ou 2 dents max, implant unitaire, surfaçage, soins conservateurs, détartrage, anesthésie para apicale, intra septale ou intra ligamentaire, prothèses supra gingivales). que les techniques d hémostase soient systémaeques que l INR soit stable, < 3 et contrôlé la veille. que le paeent puisse contacter son deneste en cas de problème

13 AVK et chirurgie bucco dentaire Les anesthésies loco régionales sont déconseillées Les anesthésiques locaux doivent comporter un vasoconstricteur En cas d avulsions dentaires, un matériau hémostaeque résorbable intra alvéolaire doit être uelisé Toute plaie intra buccale doit être suturée par des points séparés Une compression locale par compresse pendant 10 mn est nécessaire Il faut éviter les AINS au profit des corecoïdes Un protocole comparable au précédent (cf. chirurgie) peut être établi sinon

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Gestion périopératoire des AVK

Gestion périopératoire des AVK Gestion périopératoire des AVK Jacqueline Conard Service d Hématologie Biologique Avec la collaboration de Marc Samama Service d Anesthésie-Réanimation Hôtel-Dieu, Paris Taux d hospitalisation pour effet

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Prise en charges des hémorragies graves sous AVK. B Tremey, Hôpital Foch

Prise en charges des hémorragies graves sous AVK. B Tremey, Hôpital Foch Prise en charges des hémorragies graves sous AVK B Tremey, Hôpital Foch Efficacité des AVKs Seules molécules anticoagulantes par voie orale Nombreuses indications ACFA - PVM - TVP/EP Efficacité démontrée

Plus en détail

Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités

Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités Les anti-thrombotiques : indications - Les héparines (non-fractionnées, de bas poids moléculaires, pentasaccharide) : Prévention

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT GESTION PERI-OPERATOIRE et (2002 20) DECLARATIONS d'accidents : 39 DECES : (28 %) 2 GESTION PERI-OPERATOIRE

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Arrêt AVK et relais par héparine

Arrêt AVK et relais par héparine Arrêt AVK et relais par héparine Risque thrombo-embolique élevé Relais pré et postopératoire par héparine (HNF ou HBPM) à doses curatives Autres cas : en post-opératoire, relais par héparine à doses curatives

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 1 T. LECOMPTE J.C. FAVIER P. LELARGE M. PICHENE Questions Quels sont les gestes agressifs qui justifient

Plus en détail

Anticoagulants et cérébro-lésé

Anticoagulants et cérébro-lésé Anticoagulants et cérébro-lésé Gérard Audibert Université de Lorraine-NANCY Les points importants Les traitements anticoagulants sont à l origine d hématomes intracraniens spontanés: Hématome sous duraux

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE MINEUR MINEUR Césarienne sans facteur de risque ou 1 facteur mineur Age >35 ans ; Obésité (IMC > 30 ou poids > 80kg)

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

en antivitamines K, des situations a risque hemorragique et des accidents hemorragiques

en antivitamines K, des situations a risque hemorragique et des accidents hemorragiques Prise en charge des surdosages en antivitamines K, des situations a risque hemorragique et des accidents hemorragiques chez les patients traites par antivitamines K en vrlle et en milieu hospitalier :.r..!:..

Plus en détail

Un beau relais. Par Alexis Regnault Anesthésiste à la Polyclinique d Aguiléra Biarritz

Un beau relais. Par Alexis Regnault Anesthésiste à la Polyclinique d Aguiléra Biarritz Un beau relais Par Alexis Regnault Anesthésiste à la Polyclinique d Aguiléra Biarritz La consultation Rdv anesthésiste pour chirurgie réglée d un canal carpien gauche La patiente habituelle Femme de 66

Plus en détail

Gestion péri-opératoire des anticoagulants. Dr Fiant Anne-Lise 15 Octobre 2011

Gestion péri-opératoire des anticoagulants. Dr Fiant Anne-Lise 15 Octobre 2011 Gestion péri-opératoire des anticoagulants Dr Fiant Anne-Lise 15 Octobre 2011 Introduction Anticoagulants nécessaires en postopératoire ou déjà présents comment les gérer?? Gestion des patients sous AVK

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 6 T. LECOMPTE J.C. FAVIER P. LELARGE J. LEMOINE Questions Quel est le degré d'anticoagulation nécessaire

Plus en détail

Référentiel NACO. COSEPS AP-HM Pr. B. Vialettes

Référentiel NACO. COSEPS AP-HM Pr. B. Vialettes Référentiel COSEPS AP-HM Pr. B. Vialettes Médicaments cardiovasculaires Agonistes adrénergiques Antagonistes adrénergiques Antiarythmiques Inotropes (cardiotoniques) Douleur Agonistes opioïdes Sédatifs

Plus en détail

AVK et chutes aux urgences : une morbidité accrue?

AVK et chutes aux urgences : une morbidité accrue? UNIVERSITE DE STRASBOURG FACULTE DE MEDECINE DE STRASBOURG RDV Urgences 26 janvier 2012 AVK et chutes aux urgences : une morbidité accrue? Dr Christelle PATARIN Assistante - Urgences Colmar Dr Pascal BILBAULT

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Rappel Burke, 1961 Démonstration sur modèle animal de l efficacité de l ABP si débutée

Plus en détail

AOD et actes invasifs : que faire en pratique?

AOD et actes invasifs : que faire en pratique? Jour AOD et actes invasifs : que faire en pratique? Pr Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne, Clinique Médicale B, CHRU de Strasbourg Laboratoire de Recherche en Pédagogie des Sciences de la Santé,

Plus en détail

PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS

PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juillet 2001 RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Afin de limiter la

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

G es tes inva s ifs et a ntithro m bo tiques AMMPPU 31.03.2009

G es tes inva s ifs et a ntithro m bo tiques AMMPPU 31.03.2009 G es tes inva s ifs et a ntithro m bo tiques AMMPPU 31.03.2009 V o tre patient e s t s o us a s pirine. P uis -je lui ex tra ire s a dent? E lle es t tra itée pa r A V K.. Q ua nd fa ire s a g a s tro

Plus en détail

Contexte d élaboration. Objectifs de ces recommandations : RECOMMANDATIONS Juillet 2015. Grade des recommandations

Contexte d élaboration. Objectifs de ces recommandations : RECOMMANDATIONS Juillet 2015. Grade des recommandations RECOMMANDATIONS Juillet 2015 Contexte d élaboration Ces dernières années, la thérapeutique antithrombotique a considérablement évolué avec l arrivée de nouveaux médicaments. Deux nouveaux agents antiplaquettaires

Plus en détail

CHIRURGIENS-DENTISTES NOUVELLE-CALÉDONIE OUTILS D AIDE À LA PRESCRIPTION ANTIBIOTHÉRAPIE

CHIRURGIENS-DENTISTES NOUVELLE-CALÉDONIE OUTILS D AIDE À LA PRESCRIPTION ANTIBIOTHÉRAPIE CHIRURGIENS-DENTISTES NOUVELLE-CALÉDONIE OUTILS D AIDE À LA PRESCRIPTION ANTIBIOTHÉRAPIE 1 RECOMMANDATIONS AFSSAPS - juillet 2001 RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHÉRAPIE CURATIVE SYSTÉMIQUE RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHÉRAPIE

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Syndrome hémorragique sous anticoagulant... 3 I.1 Diagnostiquer un accident des anticoagulants...3 I.2

Plus en détail

Surveillance du traitement par héparines et AVK

Surveillance du traitement par héparines et AVK Surveillance du traitement par héparines et AVK 1 Suivi du ttt par héparine 1.1 Classification et mode d action (Cf section V) 1.2 Suivi et valeur cible Numération plaquettaire o SYSTEMATIQUE!! o Tous

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1 PARTIE 4 LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable : En présence d une personne qui présente un saignement abondant, de réaliser une compression directe de

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

Semaine Sécurité des patients «Le mystère de la chambre des erreurs!»

Semaine Sécurité des patients «Le mystère de la chambre des erreurs!» Semaine Sécurité des patients «Le mystère de la chambre des erreurs!» Vous avez été X à prendre le risque d entrer dans notre chambre des erreurs, à présent découvrez les erreurs ou risques potentiels

Plus en détail

Maladie de Willebrand. Informations et conseils

Maladie de Willebrand. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Willebrand Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

CAS CLINIQUES AVK Transfert de compétences. Formation destinée aux Infirmières, Pharmaciens et Biologistes Dr Brangers,Dr Deeb,Dr Mazard,Dr Thoué

CAS CLINIQUES AVK Transfert de compétences. Formation destinée aux Infirmières, Pharmaciens et Biologistes Dr Brangers,Dr Deeb,Dr Mazard,Dr Thoué CAS CLINIQUES AVK Transfert de compétences Formation destinée aux Infirmières, Pharmaciens et Biologistes Dr Brangers,Dr Deeb,Dr Mazard,Dr Thoué Cas clinique n 1 Laurence 34 ans Pas antécédents particuliers

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

BON USAGE DES ANTI-VITAMINES K

BON USAGE DES ANTI-VITAMINES K BON USAGE DES ANTI-VITAMINES K ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES ET MÉDICO- ÉCONOMIQUES DE LA PRESCRIPTION D AVK Environ 1 % de la population en France sous AVK, (soit 900 000 personnes en 2008) Accidents hémorragiques

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades Antibiothérapie en chirurgie dentaire Principes généraux Profil des malades Sujets considérés comme sains Cardiopathies sans risque d endocardite infectieuse Risque A (sujets à risque d infection locale

Plus en détail

Rapport. Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK)

Rapport. Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Rapport Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation Juillet 2012 Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation Juillet 2012 MESSAGES CLÉS 1. La prescription ne se conçoit

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Rechercher la cause du surdosage : introduction d un nouveau traitement, automédication/observance,

Rechercher la cause du surdosage : introduction d un nouveau traitement, automédication/observance, Thème : Prise en charge de toutes les situations nécessitant un arrêt des AVK chez les patients anti coagulés pour une thrombose veineuse profonde : accidents hémorragiques graves, traumatismes crâniens,

Plus en détail

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Limites et intérêt de l activité anti-xa pour la surveillance des traitements au long cours Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Suivi biologique des traitements anticoagulants

Plus en détail

Les anticoagulants. Rappels : DEFINITIONS

Les anticoagulants. Rappels : DEFINITIONS Les anticoagulants Dr Foudad Rappels : DEFINITIONS Hémostase primaire Clou plaquettaire 3 étapes Coagulation Caillot de fibrino-cruorique Fibrinolyse Dissolution du caillot Catégories des anticoagulants

Plus en détail

Épistaxis. Chapitre Épidémiologie. 2. Anatomie et vascularisation. 3. Prise en charge en urgence Apprécier la gravité

Épistaxis. Chapitre Épidémiologie. 2. Anatomie et vascularisation. 3. Prise en charge en urgence Apprécier la gravité Chapitre 43 Épistaxis R. KANIA, K. ALTABAA 1. Épidémiologie La plus fréquente des urgences ORL (SAU Larib : 13 % des motifs de consultation et 15 % des causes hospitalisations). 95 % ne nécessitent pas

Plus en détail

Protocole AVK Mode opératoire «Prise en charge des patients traités par AVK»

Protocole AVK Mode opératoire «Prise en charge des patients traités par AVK» Contexte : La prescription d AVK est fréquente : environ 600 000 patients sont traités par une anti vitamine K (AVK) en France chaque année (soit environ 1 % de la population). Les accidents hémorragiques

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

Les antithrombotiques ont pris

Les antithrombotiques ont pris Gestion d un surdosage et d un accident en anticoagulants Résumé : Les antithrombotiques, AVK et nouveaux anticoagulants oraux (NACO), ont apporté, apportent et apporteront des bénéfices majeurs lorsque

Plus en détail

Recommandations régionales de prise en charge bucco-dentaire des patients sous anti vitamine K (AVK) Sfax

Recommandations régionales de prise en charge bucco-dentaire des patients sous anti vitamine K (AVK) Sfax Recommandations régionales de prise en charge bucco-dentaire des patients sous anti vitamine K (AVK) Sfax - 2015 Sommaire Composition des groupes de travail..... 02 Méthodologie de travail........ 03 Recommandations..........04

Plus en détail

Prise en charge du porteur de prothèse mécanique cardiaque

Prise en charge du porteur de prothèse mécanique cardiaque Prise en charge du porteur de prothèse mécanique cardiaque Brahim Harbaoui Hôpital de la Croix Rousse Urgences cardio- chirurgicales Patients porteurs de prothèse mécanique aux urgences Problèmes liés

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

Dents de sagesse : quand les enlever?

Dents de sagesse : quand les enlever? 45èmes Journées de Formation Médicale M Continue Jeudi 13 septembre 2007 Dents de sagesse : quand les enlever? Florent Sury Service de Chirurgie Maxillo-faciale et Stomatologie Pr D.Goga,, Dr B. Hüttenberger

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

John, 63 ans: -FA -Hypercholesterolémie -Tabagisme actif à 50PA -HTA -OH chronique

John, 63 ans: -FA -Hypercholesterolémie -Tabagisme actif à 50PA -HTA -OH chronique Maria Ahmad John, 63 ans: -FA -Hypercholesterolémie -Tabagisme actif à 50PA -HTA -OH chronique A. Faible? B. Modéré? C. Elevé? A. Faible? B. Modéré? C. Elevé? John, 63 ans: -FA -Hypercholesterolémie -Tabagisme

Plus en détail

dabigatran ou rivaroxaban, au long cours présentant une hémorragie ou nécessitant une chirurgie urgente

dabigatran ou rivaroxaban, au long cours présentant une hémorragie ou nécessitant une chirurgie urgente dabigatran ou rivaroxaban, au long cours présentant une hémorragie ou nécessitant une chirurgie urgente Gilles Pernod et Pierre Albaladejo, pour le Mise en garde Ce texte concerne la prise en charge des

Plus en détail

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Traumatologie du Membre Inférieur Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Fractures du col du fémur Fractures du col de fémur Fracture très fréquente chez le sujet âgé Ostéoporose

Plus en détail

AVK - HEPARINES GENERALITES :

AVK - HEPARINES GENERALITES : AVK - HEPARINES GENERALITES : Indications validées (AMM) 600 000 patients (1 % de la population) Respect posologies, durées de traitement HBPM -> remplace HFN sous cutanée Indications fonction dossier

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 29 septembre 2004 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par avis de renouvellement du 30 novembre

Plus en détail

CHIRURGIE de la COLONNE VERTÉBRALE LOMBAIRE

CHIRURGIE de la COLONNE VERTÉBRALE LOMBAIRE CHIRURGIE de la COLONNE VERTÉBRALE LOMBAIRE Livret d information péri opératoire destiné au patient Centre Orthopédique SANTY 24, avenue Paul SANTY 69008 LYON - FRANCE Hôpital Privé Jean MERMOZ 55, avenue

Plus en détail

Traitement anticoagulant par AVK chez l enfant

Traitement anticoagulant par AVK chez l enfant Traitement anticoagulant par AVK chez l enfant Journée Régionale Cardioscope Lyon, 30 nov 2012 Dr Stéphanie Douchin, Grenoble Indications Mise en route du traitement Surveillance de l INR Interactions

Plus en détail

ACFA GENERALITES : ETIOLOGIES: HTA, valvulopathie, cardiopathie, cardiomyopathie, péricardite, embolie CONSEQUENCES : CLINIQUE/PARACLINIQUE:

ACFA GENERALITES : ETIOLOGIES: HTA, valvulopathie, cardiopathie, cardiomyopathie, péricardite, embolie CONSEQUENCES : CLINIQUE/PARACLINIQUE: ACFA GENERALITES : - 5 % population âgée >65 ans (1-2% population générale) - 50 % des patients ayant une AC/FA ont une autre pathologie cardiaque (insuffisance cardiaque, maladie coronarienne, valvulopathie

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Consultation Multidisciplinaire Maladie de Rendu-Osler

Consultation Multidisciplinaire Maladie de Rendu-Osler Consultation Multidisciplinaire Maladie de Rendu-Osler RECOMMANDATATIONS SUR L ANTIBIOPROPHYLAXIE CHEZ LES PERSONNES ATTEINTES D UNE MALADIE DE RENDU OSLER AVEC MALFORMATIONS ARTERIO-VEINEUSES PULMONAIRES

Plus en détail

A. Morin, H. Desmurs Clavel, T. Vial, P. Ffrench, V. Chamouard, A. Long, J. Ninet

A. Morin, H. Desmurs Clavel, T. Vial, P. Ffrench, V. Chamouard, A. Long, J. Ninet Hémorragies graves sous Anticoagulants Oraux Directs Étude épidémiologique sur 18 mois aux Hospices Civils de Lyon A. Morin, H. Desmurs Clavel, T. Vial, P. Ffrench, V. Chamouard, A. Long, J. Ninet Service

Plus en détail

TABLEAU DES CODES DE PROCÉDÉS SOINS DENTAIRES

TABLEAU DES CODES DE PROCÉDÉS SOINS DENTAIRES Catégorie «A» - de base remboursables à 100% (re : article 26A) 1. Diagnostic Examen complet Examen de rappel ou périodique Examen d urgence Examen d un aspect particulier Examen parodontal complet Examen

Plus en détail

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes 20% des polytraumatiséont une fracture du bassin EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

GESTION PERI-OPERATOIRE DES PATIENTS RECEVANT DES ANTICOAGULANTS AU LONG COURS

GESTION PERI-OPERATOIRE DES PATIENTS RECEVANT DES ANTICOAGULANTS AU LONG COURS GESTION PERI-OPERATOIRE DES PATIENTS RECEVANT DES ANTICOAGULANTS AU LONG COURS XXIVème JOURNEE d ANESTHESIE-d REANIMATION de PICARDIE Dr MP GUILLAUMONT Département d Anesthésie Réanimation Chirurgicale

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES

LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question,

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 24 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 24 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS DE LA COMMISSION 24 avril 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour un durée de trois ans par arrêté du 11 mars 1999 (J.O. du 19 mars

Plus en détail

Modalites de prise en charge

Modalites de prise en charge Modalites de prise en charge Dr Ruxandra Cojocaru Services des Urgences Adultes Hopitaux Universitaires de Strasbourg MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE MTEV incidence 1,8 /1000 habitants (Europe, EU ) TVP et EP

Plus en détail

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Introduction Qu est-ce qu un traitement anticoagulant par AVK? La vitamine K joue un rôle dans la coagulation

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011 Recommandations formalisées d experts Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire Actualisation 2011 NOM DE LA PRESENTATION 1 Facteurs de risque de MTEV Les recommandations concernant

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE

FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE Révolution des indications? Drs MH CELLI CAMILLERI PRIAM - 11 juin 2009 PLAN DEFINITIONS DIAGNOSTIC DE GRAVITE OBJECTIFS DE LA PRISE EN CHARGE CAT DEVANT

Plus en détail