de l Union européenne...43

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "de l Union européenne...43"

Transcription

1 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes Sommaire Introduction La définition de la notion de preuve...24 A L approche classique de la notion de preuve...24 B L approche fonctionnelle de la notion de preuve La preuve au regard de la garantie des droits dans le droit de l Union européenne...32 A La problématique de la garantie des droits dans le droit de l Union...33 B La fonction de la preuve et la garantie des droits dans le droit de l Union européenne La problématique de la recherche La méthode d analyse retenue et le plan adopté...39 Partie I L appréhension de la preuve dans le droit de l Union européenne...43 Titre 1. Les principes appliqués à la preuve dans le droit de l Union européenne...47 Chapitre 1. La reconnaissance d un principe de l autonomie procédurale en matière de preuve Section 1. La reconnaissance d une compétence normative des États membres en matière de preuve La compétence des États membres pour la détermination des règles de preuve...51

2 720 la preuve dans le droit de l union européenne A. Le renvoi aux droits nationaux pour la détermination des règles de preuve La définition de la preuve par référence aux droits nationaux...51 a) La nature procédurale de la preuve, justification d une absence de compétence explicite de l Union...52 b) La nature procédurale de la preuve, obstacle à la reconnaissance d une compétence générale à l Union Le principe de l autonomie procédurale, élément essentiel de la définition de la notion de preuve...59 B. Le système probatoire national, source principale en matière de preuve La consécration des principes généraux de droit relatifs à la preuve Des principes généraux de droit relatifs à la preuve adaptés à la spécificité du droit de l Union européenne L obligation des États membres d assurer le plein effet du droit de l Union européenne en matière de preuve...71 A. L obligation de mise en œuvre du droit de l Union européenne en matière de preuve L article 4 3, TUE, fondement de l obligation de mise en œuvre nationale en matière de preuve La signification de l obligation de mise en œuvre nationale en matière de preuve...74 B. L instrumentalisation de l action normative nationale en matière de preuve Les limites quant au choix des modalités procédurales de preuve Les limites quant à l exercice spontané de l action normative en matière de preuve...80 Section 2. Le tempérament à l exercice de la compétence normative des États membres en matière de preuve au moyen de l intervention du législateur de l Union La justification de l intervention du législateur de l Union en matière de preuve...83 A. La justification de l intervention du législateur de l Union en matière de preuve par la théorie des compétences implicites La consécration de la théorie des compétences implicites dans le droit de l Union européenne La transposition de la théorie des compétences implicites en matière de preuve...86 B. La justification de l intervention du législateur de l Union en matière de preuve par la théorie de connexité matérielle...90

3 table des matières L intervention du législateur de l Union justifiée par la connexité matérielle de la preuve avec les traités L intervention du législateur de l Union en matière de preuve justifiée par voie prétorienne...93 a) La démarche prétorienne et la connexité matérielle de la preuve avec les traités...93 b) La conséquence d une connexité matérielle de la preuve établie par voie prétorienne...94 i) La politique sociale...95 ii) La politique de la concurrence L étendue de l intervention du législateur de l Union en matière de preuve A. Le rapprochement des règles nationales de preuve dans le droit de l Union européenne Le rapprochement des règles nationales de preuve, une question de méthode Le choix de la base juridique du rapprochement des règles nationales de preuve B. La particularité du rapprochement des règles nationales de preuve en matière de preuve Le caractère subsidiaire du rapprochement des règles nationales de preuve Le choix des mesures proportionnées à l objectif poursuivi par le rapprochement des modalités nationales de preuve Conclusion Chapitre Chapitre 2. L encadrement de l autonomie institutionnelle et procédurale en matière de preuve Section 1. L interdiction de principe de modalités nationales de preuve entravant les libertés de circulation Les réglementations nationales imposant le recours à des modes de preuve préconstitués à titre exclusif A. L interdiction d exiger à titre exclusif de modes de preuve nationaux préconstitués L affirmation du caractère fondamental des libertés de circulation L interdiction de principe de subordonner la réalisation des libertés de circulation à des formalités écrites particulières B. Les libertés de circulation et le caractère exclusif des modes de preuve exigés...128

4 722 la preuve dans le droit de l union européenne 1. La libre circulation des marchandises et les formalités nationales de circulation La libre prestation des services et la liberté d établissement et les titres de qualifications professionnelles a) La liberté d établissement et la possibilité pour les États d exiger des formalités particulières écrites à titre de preuve b) La libre prestation des services et l interdiction de toute formalité particulière écrite exigée ne présentant pas un caractère purement formel La libre circulation des capitaux et les autorisations de paiement préalables La libre circulation des personnes et les titres nationaux de séjour a) Les titres nationaux de séjour et les ressortissants des États membres de l Union européenne b) Les titres nationaux de séjour et les ressortissants des États tiers Les réglementations nationales imposant une condition spécifique A. La reconnaissance de l effet restrictif des réglementations nationales imposant une condition spécifique Une présomption générale de non-respect de la condition spécifique exigée Une présomption générale privant l opérateur économique de la possibilité d apporter la preuve de la condition spécifique exigée B. Le caractère disproportionné des réglementations nationales imposant une condition spécifique Section 2. La preuve des justifications des dérogations aux libertés fondamentales Le fondement de l exigence d apporter la preuve du bien-fondé de la dérogation A. La possibilité reconnue aux États membres de déroger aux règles établies par les dispositions des traités La compétence des États membres de déroger aux dispositions des traités pour des motifs économiques La compétence des États membres de déroger aux dispositions des traités pour des motifs d intérêt général non économiques B. Une possibilité de déroger aux dispositions des traités soumise à une exigence de preuve L exigence de preuve et les mesures nationales sauvegardant un intérêt économique L exigence de preuve et les mesures nationales dérogatoires fondées sur un intérêt non économique...169

5 table des matières 723 a) L exigence de preuves scientifiques nouvelles en cas d une réglementation au niveau de l Union b) L exigence de la preuve du caractère nécessaire et proportionné de la mesure nationale en l absence d une réglementation au niveau de l Union L application de l exigence de preuve de la dérogation A. La signification de l exigence de la preuve de la dérogation pour l État qui l invoque B. La mise en œuvre effective de l exigence de preuve de la dérogation La reconnaissance du caractère systématique de l exigence de preuve en amont de la mesure nationale Le caractère systématique de l exigence de preuve de la justification d une dérogation, tributaire d une méconnaissance aux règles relatives aux libertés de circulation Conclusion Chapitre Conclusion Titre Titre 2. Les principes garantissant l effectivité de la preuve dans le droit de l Union européenne Chapitre 1. La coopération dans la recherche des preuves Section 1. L organisation de la recherche des preuves au titre de la coopération Une intervention de l Union limitée à la coopération administrative dans la recherche des preuves A. La nature de la compétence de l Union en matière de recherche administrative des preuves B. Le champ matériel de l action de l Union en matière de recherche administrative des preuves L approche sectorielle de la recherche des preuves a) La recherche des preuves, élément indispensable d un dispositif anti-fraude efficace b) La généralisation des mécanismes de la recherche des preuves à la réalisation du marché intérieur La nature exclusivement administrative de la recherche des preuves Une action normative de l Union fondée sur une approche différenciée de la recherche des preuves au titre de la coopération judiciaire A. Une action normative restreinte quant à la recherche judiciaire des preuves en matière civile et commerciale...214

6 724 la preuve dans le droit de l union européenne 1. Une intervention normative limitée à la matière civile et commerciale Une intervention normative limitée à la possibilité d exécuter un acte d instruction B. Une action normative fondée sur l intégration progressive de la recherche judiciaire des preuves en matière pénale Le choix d une coopération fondée sur une coordination des enquêtes judiciaires pénales nationales Les difficultés liées à l utilisation des preuves obtenues par la centralisation des enquêtes en matière pénale Section 2. L instauration d un cadre spécifique à la recherche des preuves au titre de la coopération L instauration des mécanismes de recherche des preuves spécifiques au droit de l Union A. Les mécanismes administratifs de l assistance mutuelle dans la recherche des preuves Le choix de l assistance mutuelle dans la recherche administrative des preuves L étendue de l assistance mutuelle dans la recherche administrative des preuves B. Les mécanismes judiciaires de l assistance mutuelle dans la recherche des preuves Les mécanismes de communication et d exécution directe instaurés en matière civile et commerciale a) La coopération directe de juridiction à juridiction au sens du règlement n 1206/ b) La portée de la coopération directe d obtention judiciaire des preuves i) L interprétation stricte des causes de refus à l exécution d une mesure d instruction ii) Le recours à la mesure d instruction la plus appropriée La technique de mandat et l obtention judiciaire pénale des preuves Les principes appliqués à la recherche des preuves dans le droit de l Union européenne A. Une obligation de collaboration dans la recherche des preuves Une obligation d information quant aux preuves recueillies Une obligation d exécuter des enquêtes B. L application du principe de reconnaissance mutuelle à la recherche des preuves Conclusion Chapitre

7 table des matières 725 Chapitre 2. Les garanties instaurées en matière de preuve Section 1. L exigence d une preuve loyale Les garanties appliquées à la recherche des preuves au titre de la loyauté de la preuve A. Le respect des garanties découlant des droits de la défense L application des droits de la défense à la recherche des preuves Les garanties découlant des droits de la défense au titre de la loyauté de la preuve B. La protection des données à caractère personnel au titre de la loyauté de la preuve L instauration d un régime de protection des données à caractère personnel spécifique à l Union européenne L obligation d assurer une protection des données à caractère personnel Les garanties appliquées à l utilisation des preuves obtenues au titre de la loyauté A. Une utilisation loyale des preuves recueillies Une utilisation des preuves en vue d une finalité précise La protection du caractère confidentiel des preuves obtenues B. Une utilisation des preuves obtenues dans le respect du principe non bis in idem Section 2. L exigence d un contrôle juridictionnel en matière de preuve Le droit de soumettre à un juge toute violation en matière de preuve A. Le droit de soumettre toute violation en matière de preuve devant le juge de l Union L accès direct aux juridictions de l Union en matière de preuve a) La recevabilité restreinte du recours en annulation en matière de preuve i) La recevabilité du recours en annulation à l encontre d une décision de rejet d une plainte ii) La recevabilité du recours en annulation en matière de preuve à l encontre d une décision de gel de fonds iii) La recevabilité du recours en annulation à l encontre des actes de transmission des preuves dans le cadre des mécanismes administratifs de recherche des preuves b) La possibilité ouverte par le recours en indemnité en matière de preuve L accès indirect en matière de preuve : le renvoi préjudiciel devant la Cour de justice...306

8 726 la preuve dans le droit de l union européenne B. Le droit de soumettre toute violation en matière de preuve devant le juge national L accès au juge national en matière de preuve Le renforcement de l office du juge national en matière de preuve Le droit à un examen juridictionnel effectif en matière de preuve A. L obligation d un examen effectif en matière de preuve devant les juridictions de l Union L obligation d un contrôle juridictionnel de la régularité des preuves L obligation d un examen effectif des éléments de preuve a) Le délai raisonnable dans l utilisation et l appréciation des preuves et l obligation de motivation b) La dénaturation des éléments de preuve B. L obligation d un examen effectif en matière de preuve devant les juridictions nationales L obligation d interprétation conforme en matière de preuve La responsabilité de l État et les violations du droit de l Union imputables aux juridictions nationales en matière de preuve a) Le manquement judiciaire b) Le droit à réparation pour les dommages causés aux particuliers du fait de l application des règles de preuve par les juridictions nationales Conclusion Chapitre Conclusion Titre Conclusion Partie Partie II L émergence d un droit de la preuve dans le droit de l Union européenne Titre 1. L affirmation de la liberté de la preuve dans le droit de l Union européenne Chapitre 1. La liberté dans le choix des modes de preuve Section 1. La diversité des modes de preuve admissibles Les preuves écrites A. L admissibilité des documents préconstitués à des fins probatoires Le système douanier et de libre échange de l Union, justification de l exigence des certificats comme preuve exclusive...355

9 table des matières Le nécessaire assouplissement de l exigence des certificats comme preuve exclusive B. L admissibilité des documents non constitués à des fins probatoires La preuve documentaire et la méthode comparative La preuve documentaire et la méthode empirique Les preuves non écrites et celles issues de nouvelles technologies A. Les preuves orales L utilisation de la preuve orale en amont du procès L utilisation de la preuve orale durant le procès B. Les preuves issues des nouvelles technologies Section 2. L absence d une hiérarchie des modes de preuve en termes de force probante Le principe de la crédibilité des preuves A. La signification du principe de crédibilité des preuves La notion de valeur probante La notion de crédibilité des preuves B. L affirmation du principe de crédibilité des preuves La consécration jurisprudentielle du principe de crédibilité des preuves La reconnaissance de la compétence des États membres pour la détermination de la valeur probante L application du principe de la crédibilité des preuves A. Les critères d appréciation de la crédibilité des preuves Le critère lié à l auteur du moyen de preuve Les critères liés au contenu de la preuve B. La reconnaissance d une valeur probante équivalente des modes de preuve, conséquence de l application du principe de crédibilité Le lien entre le principe de crédibilité et la reconnaissance mutuelle La reconnaissance d une valeur probante équivalente des modes de preuve Conclusion Chapitre Chapitre 2. La liberté dans l appréciation des preuves Section 1. La libre appréciation de l admissibilité des preuves Le pouvoir de décider de la recevabilité des preuves A. L appréciation du caractère tardif des preuves par les juridictions de l Union...412

10 728 la preuve dans le droit de l union européenne B. L appréciation du caractère tardif des preuves par les juridictions nationales La possibilité de produire des preuves et les délais nationaux de procédure La possibilité de produire des preuves à l encontre d une situation ayant donné lieu à une décision juridictionnelle revêtue de l autorité de la chose jugée Le pouvoir de décider de l exclusion des preuves A. Les hypothèses d exclusion des preuves Une exclusion motivée par la protection d un intérêt légitime Une exclusion motivée par la protection d un droit conféré par le droit de l Union européenne B. Les obligations pesant sur le juge dans la prise d une décision d exclusion de certaines preuves Section 2. La libre appréciation des preuves au fond Un contrôle juridictionnel de la pertinence des preuves A. La nature du contrôle juridictionnel de la pertinence des preuves Une controverse doctrinale sur le lien de la pertinence avec l examen au fond La pertinence des preuves, un contrôle de l utilité des preuves pour l issue du litige dans le droit de l Union B. La teneur du contrôle juridictionnel de la pertinence des preuves L appréciation de la pertinence des allégations des parties a) Les moyens inopérants b) Les moyens manquant en fait L appréciation de la pertinence des preuves avancées a) L appréciation de la pertinence des preuves et les allégations des parties b) La pertinence des preuves et la distinction preuve directe preuve indirecte L intensité du contrôle juridictionnel sur la pertinence des preuves A. Un contrôle systématique de l exactitude matérielle des faits dans l appréciation de la pertinence des preuves Le contrôle de l exactitude matérielle des faits, le contrôle minimum de la pertinence des preuves La signification du contrôle de l exactitude matérielle des faits dans l appréciation de la pertinence des preuves B. Un contrôle systématique de l exactitude matérielle des faits d une intensité variable dans l examen de la pertinence des preuves...468

11 table des matières Un contrôle de l exactitude matérielle des faits limité aux faits contestés La spécificité du contrôle de l exactitude matérielle des faits, limite à l appréciation de la pertinence des preuves Conclusion Chapitre Conclusion Titre Titre 2. La régulation pragmatique de la charge de la preuve dans le droit de l Union européenne Chapitre 1. La répartition équilibrée de l administration de la preuve Section 1. L affirmation de l obligation d apporter la preuve des faits La preuve des faits, un élément inhérent à l exercice de la fonction juridictionnelle dans le droit de l Union européenne A. La preuve des faits, justification de la compétence juridictionnelle dans le droit de l Union La preuve des faits et la compétence du juge national pour appliquer le droit de l Union La preuve des faits et la compétence préjudicielle de la Cour de justice..486 B. Le rôle actif du juge dans la détermination des faits, objet de preuve La pertinence des faits et la marge d appréciation reconnue au juge dans le droit de l Union La pertinence des faits, tributaire de leur nature a) L examen de la pertinence au regard de l ensemble des faits i) Les faits subjectifs et les faits objectifs ii) Les faits négatifs et les faits positifs b) La détermination des faits dispensés de preuve i) Les faits notoires ii) Les faits présumés La preuve de la règle juridique applicable, conséquence de l obligation d apporter la preuve des faits A. La preuve du droit non issu des traités et du droit dérivé devant les juridictions de l Union La preuve du droit national devant les juridictions de l Union a) Le droit national dans la question préjudicielle et le recours en manquement b) Le droit national contenu dans une clause compromissoire La preuve du droit international devant les juridictions de l Union B. La preuve du droit de l Union européenne devant le juge national...518

12 730 la preuve dans le droit de l union européenne 1. La connaissance du contenu du droit de l Union européenne et le relevé d office L évolution de la position des juridictions nationales françaises Section 2. La consécration d une obligation de collaborer à la preuve dans le droit de l Union La consécration prétorienne d une obligation de collaborer à la preuve A. L administration de la preuve, une question de procédure devant le juge L administration de la preuve devant les juridictions de l Union L administration de la preuve devant les juridictions nationales B. L obligation de collaborer à la preuve et l obligation générale de collaborer La coopération loyale entre les États membres et les institutions et l administration de la preuve a) Dans le cadre du recours en annulation b) Dans le cadre du recours en manquement L obligation de collaborer à la preuve et les particuliers L intervention active du juge dans l administration de la preuve A. L appréciation souveraine de l opportunité d ordonner des mesures d instruction Le pouvoir des juridictions de l Union d ordonner des mesures d instruction Le pouvoir des juridictions nationales d ordonner des mesures d instruction B. Le régime juridique des mesures d instruction susceptibles d être ordonnées Conclusion Chapitre Chapitre 2. L attribution dynamique de la charge de la preuve Section 1. L attribution de la charge de la preuve et le principe actori incumbit probatio L affirmation du principe actori incumbit probatio dans le droit de l Union A. La transposition du principe actori incumbit probatio dans le droit de l Union B. L interprétation du principe actori incumbit probatio La signification du principe actori incumbit probatio Les considérations liées à l application du principe actori incumbit probatio quant à la charge de la preuve dans le droit de l Union...567

13 table des matières L application du principe actori incumbit probatio dans le droit de l Union A. L application du principe actori incumbit probatio devant les juridictions de l Union Le principe actori incumbit probatio et la recevabilité de la requête Le principe actori incumbit probatio et l examen au fond de la requête a) La preuve du préjudice i) La preuve du préjudice dans le cadre de référé ii) La preuve du préjudice dans le cadre du recours en indemnité b) La preuve de l illégalité des actes des institutions c) La preuve du manquement B. L application du principe actori incumbit probatio devant les juridictions nationales Le caractère non opérationnel du renvoi aux droits nationaux pour l attribution de la charge de la preuve L effectivité du droit de l Union européenne et le principe actori incumbit probatio Section 2. L attribution de la charge de la preuve et l évaluation des preuves par le juge Le recours à la technique de standard de preuve A. Le standard de preuve, une technique fonctionnelle La fonction de régulation du standard de preuve Une fonction régulatrice variable : les différents standards de preuve B. Les limites tenant à l application du standard de preuve L attribution de la charge de la preuve et la conviction du juge A. L insuffisance des preuves et l imputation du risque de la preuve B. L insuffisance des preuves et la justification de la décision juridictionnelle Conclusion Chapitre Conclusion Titre Conclusion Partie Conclusion générale Bibliographie thématique (sélective) Index alphabétique Index de jurisprudence Table des matières

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27 I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le marché intérieur et l espace de liberté, de sécurité et de justice...32 II. L objectif

Plus en détail

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46 Table des matières Préface 7 Remerciements 13 Sommaire 17 Introduction générale 19 Prélude 29 Introduction 31 Chapitre I. L e gouvernement 33 Introduction 33 Section 1. Des techniques nouvelles 38 I. De

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

Préparation au concours d attaché territorial. Fiche de Synthèse. La justice administrative et les recours contentieux

Préparation au concours d attaché territorial. Fiche de Synthèse. La justice administrative et les recours contentieux La justice administrative et les recours contentieux Droit administratif - Avril 2011 L action de l administration est encadrée par le droit. Elle est même conditionnée par sa soumission au principe de

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources...

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources... TABLE DES MATIÈRES Remerciements......................................................................... 7 Préface.................................................................................... 9

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION DIPLOMATIQUE...

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION DIPLOMATIQUE... TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... VII PRÉFACE....IX LISTE DES ABRÉVIATIONS... XXVII INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION

Plus en détail

Numéro du rôle : 1620. Arrêt n 48/99 du 20 avril 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1620. Arrêt n 48/99 du 20 avril 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1620 Arrêt n 48/99 du 20 avril 1999 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 17, 1er, alinéas 2 et 4, et 18, antépénultième alinéa, des lois coordonnées sur

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

Le licenciement en France

Le licenciement en France Le licenciement en France La décision de l employeur de licencier un salarié employé à durée indéterminée ne peut pas être fondée sur n importe quel motif au libre choix de l employeur. Le droit français

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Commentaire Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011 (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Par arrêt en date du 24 mars 2011 (n 490), la troisième chambre civile de la Cour

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

TGI de Montpellier. Ordonnance de référé du 28 octobre 2010. Marie C. / Google France et Inc. FAITS ET PROCEDURE

TGI de Montpellier. Ordonnance de référé du 28 octobre 2010. Marie C. / Google France et Inc. FAITS ET PROCEDURE TGI de Montpellier Ordonnance de référé du 28 octobre 2010 Marie C. / Google France et Inc. Source : http://legalis.net/ FAITS ET PROCEDURE Par acte d huissier en date du 27 septembre 2010, Madame Marie

Plus en détail

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61 Table des matières Introduction 13 Chapitre I L objet et la finalité du droit du travail 14 Section I L objet du droit du travail 15 Section II La fonction du droit du travail 16 Chapitre II Histoire du

Plus en détail

Preuve et pouvoirs exorbitants de l administration en droit italien.

Preuve et pouvoirs exorbitants de l administration en droit italien. 1 Preuve et pouvoirs exorbitants de l administration en droit italien. 1. Afin d analyser le thème de la preuve et des pouvoirs de l administration en droit italien, il faut remarquer tout d abord deux

Plus en détail

LES DROITS DE LA PERSONNALITE

LES DROITS DE LA PERSONNALITE UNIVERSITE Faculté de Droit et de Science Politique Laboratoire de droit privé et de sciences criminelles ANTLPPAS LES DROITS DE LA PERSONNALITE DE L'EXTENSION AU DROIT ADMINISTRATIF D'UNE THÉORIE FONDAMENTALE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Remerciements... 9 Préface... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Introduction... 19

TABLE DES MATIÈRES. Remerciements... 9 Préface... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Introduction... 19 TABLE DES MATIÈRES Remerciements... 9 Préface... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Introduction... 19 PREMIÈRE PARTIE L IMPLICATION CONSACRÉE Titre I - L implication fondée sur

Plus en détail

Numéro du rôle : 5705. Arrêt n 123/2014 du 19 septembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5705. Arrêt n 123/2014 du 19 septembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5705 Arrêt n 123/2014 du 19 septembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 62, alinéa 8, des lois relatives à la police de la circulation routière,

Plus en détail

L essentiel de l Officiel

L essentiel de l Officiel LA FIN DE L «AUTOLICENCIEMENT» Décision de la Cour de cassation Cour de cassation Chambre sociale Décisions n 01-42-335, n 01-43-578, n 01-42-679, 01-40-235, n 01.41-150 Arrêts n 1780, n 1782, n 1783,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Sommaire... V Liste des principales abréviations... VII Introduction... 1 PREMIERE PARTIE UN FONDEMENT COMMUN

TABLE DES MATIÈRES. Sommaire... V Liste des principales abréviations... VII Introduction... 1 PREMIERE PARTIE UN FONDEMENT COMMUN TABLE DES MATIÈRES Sommaire... V Liste des principales abréviations... VII Introduction... 1 PREMIERE PARTIE UN FONDEMENT COMMUN TITRE 1 LA RECHERCHE D UN FONDEMENT COMMUN CHAPITRE 1 LE CHOIX PRÉCOCE D

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

LES POURVOIS EN CASSATION 1 Divergences et convergences

LES POURVOIS EN CASSATION 1 Divergences et convergences LES POURVOIS EN CASSATION 1 Divergences et convergences DENIS GARREAU Colloque de la Faculté de droit de Nice du 20 juin 2013 La comparaison des procédures contentieuses judiciaire et administrative ne

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES COLLECTION RENCONTRES EUROPÉENNES UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES Éditeur : Catherine FLAESCH-MOUGIN 2 0 0 9 ISBN 978-2-8027-2696-8 D / 2009 / 0023 / 34 2009 Etablissements

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 5 Avril 2006 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy L Obligation de conformité à la lumière du droit communautaire L ordonnance du 17 février 2005 relative à la garantie

Plus en détail

INDEX ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. -A-

INDEX ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. -A- INDEX ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages. -A- Accessibilité à la justice Problématique coût/bénéfice/ délai, 9 Tribunaux, 68 Accusation, 71, 72, 74 Voir aussi Contradiction, Justice

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 187, alinéa 2, du Code d instruction criminelle, posée par la Cour de cassation.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 187, alinéa 2, du Code d instruction criminelle, posée par la Cour de cassation. Numéro du rôle : 5744 Arrêt n 163/2014 du 6 novembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 187, alinéa 2, du Code d instruction criminelle, posée par la Cour de cassation.

Plus en détail

Numéro du rôle : 5911. Arrêt n 96/2015 du 25 juin 2015 A R R E T

Numéro du rôle : 5911. Arrêt n 96/2015 du 25 juin 2015 A R R E T Numéro du rôle : 5911 Arrêt n 96/2015 du 25 juin 2015 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de

Plus en détail

Application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux produits de construction non munis du marquage CE

Application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux produits de construction non munis du marquage CE FR COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES ET DE L INDUSTRIE Document d orientation 1 Bruxelles, le 13 octobre 2011 - Application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux produits

Plus en détail

Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image

Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image Table des matières Préface... 7 Remerciements... 9 Introduction... 13 Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image Introduction... 17 I. Le droit de propriété... 19 II. La protection de la vie privée...

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal,

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1200818 M. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M me Corouge Présidente AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal,

Plus en détail

Charte des droits de l étudiant

Charte des droits de l étudiant Charte des droits de l étudiant Revisée : Sénat 21 janvier 2009 Résolution 3 L historique complet en fin de document. PARTIE I : DROITS ET LIBERTÉS FONDAMENTAUX 1 Chaque étudiant jouit à l Université de

Plus en détail

Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer.

Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer. Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer. On distingue toujours, en droit, entre les règles qui traitent du fond d un litige, autrement dit

Plus en détail

Numéro du rôle : 5755. Arrêt n 167/2014 du 13 novembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5755. Arrêt n 167/2014 du 13 novembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5755 Arrêt n 167/2014 du 13 novembre 2014 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 31 des lois sur le Conseil d Etat, coordonnées le 12 janvier 1973, posées

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières».

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Dans le règlement sur la marque communautaire (ci-après «le RMC»), l expression

Plus en détail

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.»

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.» 1 FBE MADRID Me Dominique ATTIAS 23-25/9/10 Avocat Membre du Conseil de l Ordre du Barreau de Paris (France) AFFAIRE ANDRE et autres contre FRANCE REQUETE N 18630/03 ARRET CEDH DU 24.7.2008 «Le secret

Plus en détail

La clause pénale en droit tunisien 1

La clause pénale en droit tunisien 1 La clause pénale en droit tunisien 1 Frej LOKSAIER Maître-assistant à la Faculté de Droit de Sousse La clause pénale est considérée en droit tunisien comme étant une convention accessoire par laquelle

Plus en détail

a médiation INTRODUCTION La médiation

a médiation INTRODUCTION La médiation L a médiation INTRODUCTION L objectif de ce guide est de familiariser à la médiation les dirigeants d entreprises et leurs salariés, leurs conseils, les avocats et experts-comptables. Il leur permet ainsi

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/04/2013 COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 12LY01332 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. du BESSET, président Mme Aline SAMSON DYE, rapporteur Mme VINET, rapporteur public

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats)

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Commentaire Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2011 par la première chambre civile

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE CADÈNE c. FRANCE. (Requête n o 12039/08) ARRÊT STRASBOURG. 8 mars 2012

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE CADÈNE c. FRANCE. (Requête n o 12039/08) ARRÊT STRASBOURG. 8 mars 2012 CINQUIÈME SECTION AFFAIRE CADÈNE c. FRANCE (Requête n o 12039/08) ARRÊT STRASBOURG 8 mars 2012 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44 2 de la Convention. Il peut subir

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5763 Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE

CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE 05/09/2014 La clause de non-concurrence est une clause aux termes de laquelle l une des parties à un contrat s engage à ne pas exercer d activité

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS KG N 1402316 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme Ali R. M. Ellie Rapporteur M. Salvi Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Poitiers (2 ème chambre)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 17/04/2015 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 25 avril 1985 N de pourvoi: 85-91324 Publié au bulletin Cassation Pdt. M. Ledoux, président Rapp. M. Monnet, conseiller apporteur

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1314533/9 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ASSOCIATION PARENTS CONTRE LA DROGUE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1314533/9 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ASSOCIATION PARENTS CONTRE LA DROGUE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1314533/9 ASSOCIATION PARENTS CONTRE LA DROGUE Mme Régnier-Birster Juge des référés Audience du 30 octobre 2013 Ordonnance du 31 octobre 2013 54-035-02-03 C RÉPUBLIQUE

Plus en détail

Délibération n 2010-296 du 13 décembre 2010. Origines ultramarines Cautions Accès aux crédits Rappel à la loi Recommandations

Délibération n 2010-296 du 13 décembre 2010. Origines ultramarines Cautions Accès aux crédits Rappel à la loi Recommandations Délibération n 2010-296 du 13 décembre 2010 Origines ultramarines Cautions Accès aux crédits Rappel à la loi Recommandations Le réclamant, d origine antillaise souhaitait souscrire un prêt afin de financer

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM [Traduction] 1. J ai voté en faveur des points 1 à 3 et du point 5 du dispositif de l arrêt, mais contre le point 4 dudit dispositif. Je considère la caution de 8 millions

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 20/03/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 3 mars 2015 N de pourvoi: 13-23857 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00362 Non publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président SCP Meier-Bourdeau

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

LES NOUVEAUTÉS EN DROIT SOCIAL. Droit du travail Droit des assurances sociales. Anne-Sylvie Dupont Avocate, chargée d enseignement

LES NOUVEAUTÉS EN DROIT SOCIAL. Droit du travail Droit des assurances sociales. Anne-Sylvie Dupont Avocate, chargée d enseignement LES NOUVEAUTÉS EN DROIT SOCIAL Droit du travail Droit des assurances sociales Anne-Sylvie Dupont 0 Avocate, chargée d enseignement SOMMAIRE 1. Arrêt 4A_553/2011 du 28 avril 2011 (Résiliation immédiate

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 16/03/2014 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 février 2014 N de pourvoi: 13-10174 ECLI:FR:CCASS:2014:C300128 Publié au bulletin Cassation M. Terrier (président), président Me

Plus en détail

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.)

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 9 juillet 2010 une question prioritaire

Plus en détail

Le contentieux des dommages de construction

Le contentieux des dommages de construction Jean-Louis SABLON Le contentieux des dommages de construction Analyse et stratégie Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13399-8 Table des matières Introduction... 1 I. Le contentieux... 1 A. Diversité...

Plus en détail

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Luxembourg, le 13 mai 2014 Presse et Information Arrêt dans l'affaire C-131/12 Google Spain SL, Google Inc. / Agencia Española de Protección

Plus en détail

R. Bouchez : Le Conseil d Etat et le contrôle de la régulation économique

R. Bouchez : Le Conseil d Etat et le contrôle de la régulation économique COLLOQUE DE L ACA-EUROPE 15-17 JUIN 2014 2 ème table ronde : Le contrôle de la régulation économique par le juge administratif suprême R. Bouchez : Le Conseil d Etat et le contrôle de la régulation économique

Plus en détail

Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon)

Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon) 1 TC Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon) Rapp. Y. Maunand Séance du 7 juillet 2014 La question de compétence qui vous a été renvoyée par

Plus en détail

Gan Vie Privée Annexe protection juridique

Gan Vie Privée Annexe protection juridique Gan Vie Privée Annexe protection juridique Protection juridique Conséquences des accidents de la vie Cette annexe, conforme aux lois n 2007-210 du 19 février 2007 et n 89 1014 du 31.12.1989 ainsi qu au

Plus en détail

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Les instruments préprocéduraux Médiateur d entreprise Mandataire de justice Administrateur provisoire La réorganisation judiciaire 30

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71 SIGNATURE ELECTRONIQUE ET CRYPTOGRAPHIE Sommaire A- Signature électronique I - Textes luxembourgeois 1. Code civil (Extrait: Articles

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT DANS L ACCORD ECONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL ENTRE L UE ET LE CANADA (AECG) L Accord économique et commercial global entre l UE et le (AECG) marque un tournant

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1208057 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme Lareille LM AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Reymond-Kellal Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1208057 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme Lareille LM AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Reymond-Kellal Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1208057 Mme Lareille LM M. Reymond-Kellal Rapporteur M. Stillmunkes Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Lyon (formation

Plus en détail

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2.

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2. Commentaire Décision n 2012-232 QPC du 13 avril 2012 M. Raymond S. (Ancienneté dans l entreprise et conséquences de la nullité du plan de sauvegarde de l emploi) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique Guide-160x230-V2 2/10/06 11:35 Page 1 L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité Intégration Compétences Emploi Guide juridique et pratique sommaire Préambule Différence entre

Plus en détail

L égalité de traitement entre les hommes et les femmes en dehors de l emploi accès à des biens et services

L égalité de traitement entre les hommes et les femmes en dehors de l emploi accès à des biens et services L égalité de traitement entre les hommes et les femmes en dehors de l emploi accès à des biens et services Kristina Koldinská Faculté de droit, Charles Université de Prague L égalité de traitement entre

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Le droit de la concurrence au service des entreprises

Le droit de la concurrence au service des entreprises Le droit de la concurrence au service des entreprises édité par : Le Conseil de la concurrence www.concurrence.lu 2013 index 1 2 3 Le droit de la concurrence au Luxembourg L autorité de concurrence luxembourgeoise

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vers une conception fonctionnelle de la cause du paiement

PREMIÈRE PARTIE Vers une conception fonctionnelle de la cause du paiement TABLE DES MATIÈRES 741 PAGES Préface........................................................... 5 Remerciements.................................................... 13 Liste des principales abréviations

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19 du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19 du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Mons. Numéro du rôle : 4873 Arrêt n 16/2011 du 3 février 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19 du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Fiche pratique Les délais de prescription

Fiche pratique Les délais de prescription Fiche pratique Les délais de prescription La prescription désigne la durée au-delà de laquelle une action en justice, civile ou pénale, n est plus recevable. La prescription est un mode légal d acquisition

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle Table des matières Préface 7 Ann Jacobs Postface 9 Paul Martens Introduction générale 1. Le Code d instruction criminelle 14 2. La jurisprudence de la Cour constitutionnelle 17 3. La jurisprudence de la

Plus en détail

Conditions Générales de Prestations de Services (mise à jour le 1 mai 2015)

Conditions Générales de Prestations de Services (mise à jour le 1 mai 2015) Conditions Générales de Prestations de Services (mise à jour le 1 mai 2015) Champ d application : Les présentes conditions générales de prestations de services sont portées à la connaissance du client

Plus en détail

Statistiques sur le contentieux devant la Cour européenne des droits de l Homme

Statistiques sur le contentieux devant la Cour européenne des droits de l Homme Statistiques sur le contentieux devant la Cour européenne des droits de l Homme La Cour européenne des droits de l Homme est compétente pour connaître des requêtes adressées par les particuliers ou les

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. COUR D APPEL DE PARIS Pôle 1 - Chambre 2 ARRET DU 31 OCTOBRE 2013., 6 pages)

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. COUR D APPEL DE PARIS Pôle 1 - Chambre 2 ARRET DU 31 OCTOBRE 2013., 6 pages) Grosses délivrées aux parties le : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COUR D APPEL DE PARIS Pôle 1 - Chambre 2 ARRET DU 31 OCTOBRE 2013 (n, 6 pages) Numéro d inscription au répertoire général

Plus en détail

LOI INFORMATIQUE & LIBERTES ET DROIT DU TRAVAIL

LOI INFORMATIQUE & LIBERTES ET DROIT DU TRAVAIL LOI INFORMATIQUE & LIBERTES ET DROIT DU TRAVAIL La loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés a été modifiée par la Loi du 6 août 2004 relative à la protection des personnes

Plus en détail

Huissiers de Justice La saisie-contrefaçon

Huissiers de Justice La saisie-contrefaçon Huissiers de Justice La saisie-contrefaçon La contrefaçon est un mal endémique qui touche aujourd hui tous les secteurs d activité, qu il s agisse des médicaments, des pièces détachées d avion ou d automobile,

Plus en détail