Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7"

Transcription

1 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal européen... 9 A. Aux origines : la «coopération judiciaire pénale»... 9 B. De la «coopération judiciaire pénale» à l établissement d un «espace judiciaire pénal européen» Les grandes étapes vers l émergence d un véritable espace judiciaire pénal européen a. Le lancement Les années soixante-dix et le début des années quatre-vingt-dix : le projet français d «espace judiciaire pénal européen» Les années quatre-vingt et le début des années quatre-vingt-dix : la relance de la coopération judiciaire pénale en tant que mesure compensatoire à la suppression des contrôles aux frontières intérieures b. Le traité de Maastricht c. Le traité d Amsterdam et ses suites... 18

2 398 TABLE DES MATIÈRES d. Le projet de traité établissant une constitution pour l Europe Un espace judiciaire pénal européen au service de la lutte contre la criminalité C. D un «espace judiciaire pénal européen» à un «espace européen de justice pénale» D. D un «espace pénal européen» à un «territoire pénal européen»? II. Hypothèse de travail et objet central de la recherche, le rapprochement des législations pénales A. Hypothèse de travail B. L objet central de la recherche La notion de rapprochement des législations pénales a. La notion de «rapprochement» b. L objet du rapprochement : les «législations pénales» Le caractère délicat du rapprochement des législations pénales a. Le rapprochement au cœur de la dialectique unité diversité b. Le pénal et ses spécificités III. Méthode et articulation de l étude PARTIE I. Le rapprochement des législations pénales entre les Etats membres de l Union européenne : vue d ensemble Chapitre I. Bilan du rapprochement des législations pénales entre les Etats membres et l Union européenne : un acquis non négligeable mais limité Section 1. Les sources directes de rapprochement des législations pénales. 46 I. Identification A. Le Conseil de l Europe Les sources contraignantes de rapprochement Les sources non contraignantes de rapprochement B. L Union européenne Les sources contraignantes de rapprochement Les sources non contraignantes de rapprochement II. Les limites A. Les limites liées au contenu des instruments de rapprochement En ce qui concerne le droit pénal matériel a. Les incriminations b. Les sanctions En ce qui concerne les procédures pénales... 63

3 TABLE DES MATIÈRES 399 B. Les limites liées à l effectivité des instruments de rapprochement En ce qui concerne les instruments contraignants En ce qui concerne les sources non contraignantes de rapprochement Section 2. Les sources marginales de rapprochement des législations pénales I. Un impact en termes de rapprochement II. mais limité Section 3. Les sources indirectes de rapprochement des législations pénales I. La convention européenne des droits de l homme et la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme A. L impact de la convention européenne des droits de l homme et de la jurisprudence de la Cour européenne dans le domaine pénal Quelques secteurs dans lesquels cet impact s est principalement manifesté Les incidences concrètes sur les législations pénales : quelques illustrations B. Les limites II. Le droit communautaire A. L effet négatif du droit communautaire sur le droit pénal interne et sa contribution limitée au rapprochement des législations B. L effet positif du droit communautaire sur le droit pénal interne et sa contribution limitée au rapprochement des législations Chapitre II. Le rapprochement des législations : sa faisabilité et ses difficultés Section 1. La faisabilité du rapprochement Section 2. Les raisons des limites du rapprochement ou les difficultés auxquelles il est confronté I. Le rapprochement des législations : point de cristallisation des tensions quant à la conception du rôle de l Union européenne dans le domaine pénal A. Les divergences entre les droits nationaux des Etats membres Le droit pénal matériel a. Quelques exemples de divergences relatives aux incriminations b. Quelques exemples de divergences en matière de sanctions

4 400 TABLE DES MATIÈRES 2. Le droit de procédure pénale B. Les résistances des Etats à revoir leur droit interne II. La lettre du traité sur l Union A. Les dispositions du traité relatives au rapprochement B. Les caractéristiques institutionnelles et décisionnelles du troisième pilier III. L absence de réflexion sur l utilité et les fonctions du rapprochement des législations pénales IV. La pluralité des sources : entre complémentarité et concurrence A. De la complémentarité, certes B. mais de la concurrence ou des incohérences aussi Les relations Conseil de l Europe/Union européenne Au sein même de l Union européenne PARTIE II. De la nécessité de développer le rapprochement des législations pénales pour mettre sur pied un espace de liberté, de sécurité et de justice au sein de l Union Chapitre III. Les fonctions du rapprochement des législations pénales dans l Union européenne Section 1 Les fonctions auxiliaires du rapprochement des législations pénales I. Le rapprochement des législations pénales en tant que condition de la coopération judiciaire pénale et de la reconnaissance mutuelle A. La fonction auxiliaire classique du rapprochement des législations matérielles et son maintien en dépit de l évolution de la condition de la double incrimination B. Vers une fonction auxiliaire classique élargie Le rapprochement des législations matérielles et procédurales en tant que condition de l instauration de la confiance mutuelle et de sa légitimité a. L instauration de la confiance mutuelle b La légitimité de la confiance mutuelle Confirmation à travers les deux expériences qui ont servi de modèle au processus de la reconnaissance mutuelle dans le domaine pénal : la «nouvelle approche» et le processus de reconnaissance mutuelle en matière civile et commerciale a. La «nouvelle approche»

5 TABLE DES MATIÈRES 401 i. Présentation ii. La confiance mutuelle et l importance du rapprochement des législations iii. Le rapprochement est d autant plus nécessaire à la réalisation et à la légitimité de la confiance mutuelle dans le domaine pénal b. La reconnaissance mutuelle dans le domaine civil et commercial i. Présentation ii. La confiance mutuelle et l importance du rapprochement des législations iii. Le rapprochement est d autant plus nécessaire à la réalisation et à la légitimité de la confiance mutuelle dans le domaine pénal II. Le rapprochement des législations pénales en tant que condition de la mise sur pied d acteurs et d organes A. A propos des acteurs européens B. A propos d éventuels organes européens Section 2. Les fonctions autonomes du rapprochement des législations pénales I. Le rapprochement comme condition d une lutte efficace contre la criminalité ou la réalisation du pôle épée du droit pénal II. Les autres fonctions autonomes du rapprochement des législations pénales Chapitre IV. Les enseignements de quelques expériences dans le domaine pénal issues de cadres juridiques divers Section 1. La coopération intergouvernementale nordique I. La coopération nordique et l importance de la convergence des législations II. La confirmation des fonctions du rapprochement des législations pénales Section 2. Le cas de trois Etats fédéraux choisis pour leur degré différent de centralisation législative pénale I. Les Etats-Unis, modèle de décentralisation, et le Canada, modèle de centralisation A. Présentation des deux modèles Les Etats-Unis Le Canada B. La confirmation des diverses fonctions du rapprochement

6 402 TABLE DES MATIÈRES 1. Les fonctions auxiliaires a. A propos des mécanismes de coopération i. L interstate co-operation aux Etats-Unis ii. La coopération entre provinces canadiennes b. A propos des organes Les fonctions autonomes II. Le cas particulier de la Suisse, modèle intermédiaire A. Un droit pénal matériel unifié De l apparition de l idée à sa réalisation Les arguments en faveur et en défaveur de l unification du droit pénal matériel a. Principaux arguments b. Qu en est-il de la coopération intercantonale? B. Le processus d unification de la procédure pénale Le lancement et ses perspectives Les arguments des uns et des autres a. Principaux arguments b. Qu en est-il de la coopération intercantonale? C. Et au-delà de l adoption d un code de procédure pénale? D. La confirmation des diverses fonctions du rapprochement PARTIE III. Du contenu et de la forme du rapprochement des législations pénales au sein de l Union européenne : constatations critiques et pistes de réflexion Chapitre V. Constatations critiques Section 1. Les constats I. Les constats liés à la substance des travaux de rapprochement des législations pénales A. Le manque de cohérence des travaux de rapprochement des législations pénales et la tendance à réagir à l événementiel B. Des définitions élargies d infractions préexistantes et le recours à des infractions au caractère imprécis II. Le constat lié à la forme des travaux de rapprochement : leur déficit démocratique Section 2. Ces constats ne sont pas propres à l Union européeenne mais correspondent, au contraire, à des tendances générales I. Des tendances générales

7 TABLE DES MATIÈRES 403 A. Un manque de cohérence généralisé et une tendance générale à réagir à l événementiel comme manifestations de l accélération du temps B. Des incriminations larges et le recours à des concepts vagues comme manifestations des «flous» et de l extension du pénal C. Un déficit démocratique généralisé II. mais qui sont à certains égards plus fortes dans le cadre de l Union européenne A. Plus d incohérence et une plus grande tendance à réagir à l événementiel B. Une inclination plus forte à définir largement les infractions et à recourir aux concepts faîtiers C. Un déficit démocratique plus important III. et qui contribuent à, participent ou renforcent la tendance générale constatée A. Quant à la substance des travaux de rapprochement B. Quant au déficit démocratique Chapitre VI. Pistes de réflexion pour l avenir Section 1. En ce qui concerne la substance des travaux de rapprochement des législations pénales au sein de l Union I. Pistes pour corriger l incohérence et la tendance à réagir à l événementiel : un programme en matière de rapprochement des législations pénales A. De la nécessité d adopter un programme en matière de rapprochement des législations pénales B. Un programme qui devrait se nourrir d une réflexion approfondie C. Les limites du programme II. A propos des définitions larges des infractions et du recours à des incriminations élastiques : de la centralité du principe de légalité et du développement d un espace européen de justice pénale A. Sur la centralité du principe de légalité et l importance du contrôle de son respect B. De la nécessité d une réflexion sur l orientation principalement sécuritaire des travaux menés dans le secteur pénal au sein de l Union européenne et de l opportunité de développer un espace plus global de justice Section 2. Au plan de la forme des travaux de rapprochement : une réflexion à avoir sur les méthodes permettant de les démocratiser

8 404 TABLE DES MATIÈRES I. Le renforcement de la démocratie représentative A. Le renforcement des pouvoirs du Parlement européen B. L amélioration de l implication des Parlements nationaux et le développement de la coopération interparlementaire II. Le recours à la démocratie participative A. La démocratie participative et l Union B. L intérêt de la démocratie participative dans le secteur du rapprochement des législations pénales C. Les limites et conditions du recours à la démocratie participative Conclusion I. L importance du rapprochement des législations pénales et la nécessité de le développer II. Le contenu et la forme des travaux de rapprochement : critiques et pistes de réflexion Bibliographie I. Doctrine A. Monographies B. Ouvrages collectifs C. Articles dans des revues scientifiques D. Articles dans des ouvrages collectifs II. Actes adoptés dans le cadre du Conseil de l Europe et de l Union européenne A. Conseil de l Europe B. Union européenne III. Jurisprudence A. Conseil de l Europe : Cour européenne des droits de l homme B. Union européenne IV. Listes des personnes interviewées Index Table des matières

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES COLLECTION RENCONTRES EUROPÉENNES UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES Éditeur : Catherine FLAESCH-MOUGIN 2 0 0 9 ISBN 978-2-8027-2696-8 D / 2009 / 0023 / 34 2009 Etablissements

Plus en détail

Table des matières. Table des sigles et des principales abréviations 9. Partie I. Les épreuves du concours externe

Table des matières. Table des sigles et des principales abréviations 9. Partie I. Les épreuves du concours externe Table des matières Remerciements 5 Préface 7 Table des sigles et des principales abréviations 9 Programme du concours externe 13 Partie I. Les épreuves du concours externe Chapitre 1 Maîtrise des savoirs

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources...

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources... TABLE DES MATIÈRES Remerciements......................................................................... 7 Préface.................................................................................... 9

Plus en détail

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46 Table des matières Préface 7 Remerciements 13 Sommaire 17 Introduction générale 19 Prélude 29 Introduction 31 Chapitre I. L e gouvernement 33 Introduction 33 Section 1. Des techniques nouvelles 38 I. De

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27 I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le marché intérieur et l espace de liberté, de sécurité et de justice...32 II. L objectif

Plus en détail

Table des matieres LARCIER

Table des matieres LARCIER Table des matieres Table des matieres 559 Pages Dédicace............................................................ 5 Remerciements... 7 Préface... 11 Principales abréviations... 15 Sommaire... 23 Introduction

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 86 final 2015/0043 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Sommaire... V Liste des principales abréviations... VII Introduction... 1 PREMIERE PARTIE UN FONDEMENT COMMUN

TABLE DES MATIÈRES. Sommaire... V Liste des principales abréviations... VII Introduction... 1 PREMIERE PARTIE UN FONDEMENT COMMUN TABLE DES MATIÈRES Sommaire... V Liste des principales abréviations... VII Introduction... 1 PREMIERE PARTIE UN FONDEMENT COMMUN TITRE 1 LA RECHERCHE D UN FONDEMENT COMMUN CHAPITRE 1 LE CHOIX PRÉCOCE D

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vers une conception fonctionnelle de la cause du paiement

PREMIÈRE PARTIE Vers une conception fonctionnelle de la cause du paiement TABLE DES MATIÈRES 741 PAGES Préface........................................................... 5 Remerciements.................................................... 13 Liste des principales abréviations

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Actes du colloque. L Europe du droit face aux entreprises planétaires... 17

Actes du colloque. L Europe du droit face aux entreprises planétaires... 17 Table des matières In Memoriam Xavier de Roux... 5 Comité d organisation du colloque Les Entretiens d Amboise 2015... 7 Participants au colloque... 9 Sommaire... 13 Partie I Actes du colloque Colloque

Plus en détail

LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL La protection des données à caractère personnel et le respect de la vie privée sont des droits fondamentaux majeurs. Le Parlement européen insiste sur la

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. Avant-propos 7 Isabelle Andoulsi

Table des matières. Sommaire 5. Avant-propos 7 Isabelle Andoulsi Table des matières Table des matières Sommaire 5 Avant-propos 7 Isabelle Andoulsi Partie I L enquête et les poursuites 9 La coopération policière 11 Nathalie Pensaert Introduction 11 I. L échange d informations

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Maitre de conférénces à l Université panthéon-assas (paris ii) Professeur à l Université de l Insubria

Maitre de conférénces à l Université panthéon-assas (paris ii) Professeur à l Université de l Insubria Avant-propos par Cristina Mauro Maitre de conférénces à l Université panthéon-assas (paris ii) et Francesca Ruggieri Professeur à l Université de l Insubria Espace pénal européen et multilinguisme, tel

Plus en détail

Precis de droit europeen

Precis de droit europeen Roland Bieber, Dr. iur. Professeur ordinaire ä l'universite de Lausanne, Directeur du Centre de droit compare, de droit europeen et de legislations etrangeres (CDCE) Francesco Maiani, LL.M Assistant de

Plus en détail

Vivre dans un espace de liberté, sécurité et justice

Vivre dans un espace de liberté, sécurité et justice FR CONSEIL DE L UNION EUROPÉENNE 1 ER JANVIER 2005 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DG F - COMMUNICATION Vivre dans un espace de liberté, sécurité et justice CONSEIL DE L UNION EUROPÉENNE Vivre dans un espace de liberté,

Plus en détail

Démarchage bancaire ou financier & Conseillers en investissements financiers (CIF) ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES

Démarchage bancaire ou financier & Conseillers en investissements financiers (CIF) ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES Démarchage bancaire ou financier & Conseillers en investissements financiers (CIF) ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES La loi de sécurité financière, dix ans après PHILIPPE ARESTAN 5 e édition augmentée et

Plus en détail

Partie 1 Connaître le métier d éducateur spécialisé

Partie 1 Connaître le métier d éducateur spécialisé Sommaire Partie 1 Connaître le métier d éducateur spécialisé Chapitre 1 L évolution socio-historique du métier d éducateur spécialisé à travers l évolution du travail social... 3 1. Avant la révolution

Plus en détail

Table des matières. Remerciements... 7. Préface... 9

Table des matières. Remerciements... 7. Préface... 9 Table des matières Sommaire................................................................ 5 Remerciements........................................................... 7 Préface.................................................................

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

0(02. 4XHOOHVVRQWOHVSULQFLSDOHVFDUDFWpULVWLTXHVGHODSURSRVLWLRQ"

0(02. 4XHOOHVVRQWOHVSULQFLSDOHVFDUDFWpULVWLTXHVGHODSURSRVLWLRQ 0(02 Bruxelles, le 20 février 2002 3URSRVLWLRQ GH GLUHFWLYH FRQFHUQDQW OD EUHYHWDELOLWp GHV LQYHQWLRQV PLVHV HQ XYUH SDU RUGLQDWHXU ² TXHVWLRQVIUpTXHPPHQWSRVpHV (voir également IP/02/277) 4XHOOHVVRQWOHVSULQFLSDOHVFDUDFWpULVWLTXHVGHODSURSRVLWLRQ"

Plus en détail

L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014

L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014 L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014 Introduction Union bancaire européenne (UBE) : décision du conseil européen de décembre

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

Cadre de réglementation et gestion des risques

Cadre de réglementation et gestion des risques Cadre de réglementation et gestion des risques Lors du lancement d une entreprise au Canada, les propriétaires d entreprise et exploitants ainsi que leurs dirigeants doivent être sensibilisés au risque

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

Les dispositifs de lutte contre les organisations criminelles

Les dispositifs de lutte contre les organisations criminelles SÈRIE SCIENCE ET SOCIÉTÉ Les dispositifs de lutte contre les organisations criminelles Une législation sous influence? Maria Luisa CESONI Avec la collaboration de: Samuel D'ORAZIO Roelof Jan BOKHORST Catherine

Plus en détail

Déclaration de Paris

Déclaration de Paris IV e Conférence des ministres francophones de la Justice Déclaration de Paris 14 février 2008 Déclaration de Paris - - 1 Nous, ministres de la justice des pays ayant le français en partage, Réunis à Paris,

Plus en détail

Coopération policière et judiciaire Cycle de formations franco-allemand à l Euro-Institut

Coopération policière et judiciaire Cycle de formations franco-allemand à l Euro-Institut Coopération policière et judiciaire Cycle de formations franco-allemand à l Euro-Institut Margot Bonnafous, Euro-Institut 1 1. Contexte Le marché unique et les quatre libertés ont constitué un pas décisif

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique I. INTRODUCTION Tout comme il appuie les instruments juridiques internationaux tels que

Plus en détail

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Synthèse Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Alain PELLET Professeur à l Université de Paris X-Nanterre Olivier de FROUVILLE Maître de conférences à

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR LA PASSATION DES MARCHES PUBLICS Mars 2012 Maison européenne des

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles.

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. 4 ème assises de la protection de l enfance 28 et 29 juin 2010 Version définitive du 25 juin 2010 Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. Damien Mulliez,

Plus en détail

Mandat du Comité ad hoc sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique (PC-ISP)

Mandat du Comité ad hoc sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique (PC-ISP) 1031e réunion 2 juillet 2008 Annexe 29 (Point 10.3c) Mandat du Comité ad hoc sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique (PCISP) Fiche synoptique Nom

Plus en détail

La construction métropolitaine en Ile-de-France

La construction métropolitaine en Ile-de-France 1 La construction métropolitaine en Ile-de-France Eléments d actualité: La réforme territoriale Le devenir du Grand Paris 29 Novembre 2012 Intercommunalité et Métropolisation en Ile-de-France 2 Eléments

Plus en détail

Dans ce cadre, cette communication poursuit au moins un triple objectif :

Dans ce cadre, cette communication poursuit au moins un triple objectif : 3.2.4 La gouvernance démocratique et l évaluation des politiques publiques : enjeux, contraintes, et ressources Fred CONSTANT, Recteur de l université Senghor. Ces dernières décennies, la réflexion concernant

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

Le cadre institutionnel transfrontalier du Grand Genève

Le cadre institutionnel transfrontalier du Grand Genève Le cadre institutionnel transfrontalier du Grand Genève Nicolas LEVRAT Professeur à la Faculté de droit et directeur du Global studies Institute de l Université de Genève 1 L évolution des fonctions des

Plus en détail

LA MODIFICATION DU NOMBRE D ECTS N EST PAS POSSIBLE!

LA MODIFICATION DU NOMBRE D ECTS N EST PAS POSSIBLE! LICENCE 1 Grands concepts du droit privé (+ 7 Pas d oral Droit constitutionnel : théorie de l Etat (+ 7 Pas d oral Formation historique du droit (+ 7 Pas d oral Droit de la famille 3 Pas d oral Institutions

Plus en détail

la reconnaissance mutuelle en matière pénale

la reconnaissance mutuelle en matière pénale Le futur de la reconnaissance mutuelle en matière pénale au sein de l Union européenne Prof. Dr. Gert Vermeulen Conférence doctorale Université de Poitiers 21 janvier 2010 1 Affiliations et lignes de recherche

Plus en détail

Plan du cours de Droit des Affaires

Plan du cours de Droit des Affaires Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Plan du cours de Droit des Affaires Licence 2 Droit Monsieur le Professeur BUREAU www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier, très sincèrement,

Plus en détail

Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique. Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche

Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique. Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique Protection des Systèmes d Information: Aspects Juridiques Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche Introduction La décentralisation des

Plus en détail

Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires

Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires Soumis pour adoption par le Comité du CSEE à la Conférence du CSEE, la Conférence régionale de l'internationale de

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image

Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image Table des matières Préface... 7 Remerciements... 9 Introduction... 13 Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image Introduction... 17 I. Le droit de propriété... 19 II. La protection de la vie privée...

Plus en détail

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61 Table des matières Introduction 13 Chapitre I L objet et la finalité du droit du travail 14 Section I L objet du droit du travail 15 Section II La fonction du droit du travail 16 Chapitre II Histoire du

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I. LES MANIFESTATIONS DE L ABUS DE DROIT EN DROIT DE L UNION EUROPÉENNE

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I. LES MANIFESTATIONS DE L ABUS DE DROIT EN DROIT DE L UNION EUROPÉENNE TABLE DES MATIÈRES Pages Membres du jury................................................... Remerciements..................................................... Table des abréviations.............................................

Plus en détail

97.- LA TENSION ENTRE L ÉLARGISSEMENT ET L APPROFONDISSEMENT DE

97.- LA TENSION ENTRE L ÉLARGISSEMENT ET L APPROFONDISSEMENT DE e n l a r g E d u c a t i o n V A L I S E P É D A G O G I Q U E " É L A R G I S S E M E N T D E L U N I O N E U R O P É E N N E " Cofinancée par l Union européenne VALISE PÉDAGOGIQUE "ÉLARGISSEMENT DE

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

L EUROPE ET LE SPORT Colin MIEGE

L EUROPE ET LE SPORT Colin MIEGE L EUROPE ET LE SPORT Colin MIEGE I - Les institutions sportives en Europe : davantage de disparités que de similitudes I La contribution de l Europe à l émergence du mouvement sportif et de l olympisme

Plus en détail

du 12 août 2015 2015... 1

du 12 août 2015 2015... 1 Rapport explicatif concernant le projet destiné à la consultation relatif à la modification de la loi sur l harmonisation des impôts directs des cantons et des communes (mise en œuvre de la motion 13.3728,

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

Code de conduite Notification et Retrait

Code de conduite Notification et Retrait Code de conduite Notification et Retrait NB : Ceci est une traduction non officielle ; le texte néerlandais prévaut. Gedragscode Notice-and-Take-Down, versie 1.04, 9 oktober 2008 1 Code de conduite Notification

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Sécurité alimentaire : articulation des compétences européennes et nationales, contrôle juridictionnel des décisions prises en cette matière ***

Sécurité alimentaire : articulation des compétences européennes et nationales, contrôle juridictionnel des décisions prises en cette matière *** Sécurité alimentaire : articulation des compétences européennes et nationales, contrôle juridictionnel des décisions prises en cette matière Séminaire de l Association des Conseils d État et des juridictions

Plus en détail

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois)

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Tout d abord, je voulais remercier Monsieur Marique de m avoir invité à donner mon point de vue lors de la table ronde

Plus en détail

Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne

Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne RR/tm 312 Berne, le 31 mai 2011 Modification de la Constitution,

Plus en détail

Partage des coûts vs gratuité

Partage des coûts vs gratuité Assurance maladie et gratuité des soins en Afrique subsaharienne : quelles bases pour une couverture universelle? Alain Letourmy (CNRS et animateur du réseau RAMUS (Réseau d appui aux mutuelles de santé))

Plus en détail

LA CONSTITUTION CANADIENNE

LA CONSTITUTION CANADIENNE Objectifs d apprentissage Présenter aux élèves la notion de loi constitutionnelle. Comprendre l histoire et la nature de la Constitution canadienne. Mieux connaître les responsabilités des divers ordres

Plus en détail

Master complémentaire en droit de l environnement et droit public immobilier. Master. Année académique. Horaire décalé

Master complémentaire en droit de l environnement et droit public immobilier. Master. Année académique. Horaire décalé Master complémentaire en droit de l environnement et droit public immobilier Master Horaire décalé Année académique 2014-2015 Introduction A qui s adresse le programme? Introduction La faculté de droit

Plus en détail

Charles-Etienne LAGASSE LES NOUVELLES INSTITUTIONS POLITIQUES DE LA BELGIQUE ET DE L'EUROPE

Charles-Etienne LAGASSE LES NOUVELLES INSTITUTIONS POLITIQUES DE LA BELGIQUE ET DE L'EUROPE Charles-Etienne LAGASSE LES NOUVELLES INSTITUTIONS POLITIQUES DE LA BELGIQUE ET DE L'EUROPE TABLE DES MATIERES LISTE DES ABREVIATIONS.. 6 AVERTISSEMENT 7 INTRODUCTION 9 PREMIERE PARTIE L'Etat, la societe

Plus en détail

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne Traité sur le fonctionnement de l Union européenne TITRE V L'ESPACE DE LIBERTÉ, DE SÉCURITÉ ET DE JUSTICE (in Troisième partie : les politiques et actions internes de l Union européenne) CHAPITRE 1. DISPOSITIONS

Plus en détail

7éme REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DU PROGRAMME DE JUMELAGE RELATIF A LA CONCURRENCE

7éme REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DU PROGRAMME DE JUMELAGE RELATIF A LA CONCURRENCE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION GENERALE DE LA REGULATION ET DE L ORGANISATION DES ACTIVITES DIRECTION DE LA CONCURRENCE JUMELAGE RELATIF A LA CONCURRENCE

Plus en détail

Administration de la preuve électronique Les principes de Sedona Canada

Administration de la preuve électronique Les principes de Sedona Canada Administration de la preuve électronique Les principes de Sedona Canada Steve Accette Peg Duncan Ministère de la Justice 9 avril 2008 Page 1 Introduction à la communication des documents électroniques

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX

TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX Agence internationale de l énergie atomique Résolutions adoptées par la Conférence générale de l AIEA (2004)* La 48 ème session de la Conférence générale de l AIEA

Plus en détail

Les réformes des systèmes de santé, ici et ailleurs

Les réformes des systèmes de santé, ici et ailleurs Les réformes des systèmes de santé, ici et ailleurs Sciences Po (Paris, 27, rue St-Guillaume) 6 mai 2010 1961-2010 50 ans d évolution du système de santé du Québec vus par le prisme de ses réformes Jean

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction au droit des contrats... 1 I. La notion d obligation... 1 A. Les caractères de l obligation... 1 B. Les sources des obligations... 2 C. La typologie des obligations...

Plus en détail

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE NÉGOCIATION D ENTENTES INTERNATIONALES DE RECONNAISSANCE MUTUELLE Définition des principaux aspects à prendre en considération Cette section définit et interprète les principaux aspects à prendre en considération

Plus en détail

Strasbourg, le 7 mai 2013 PC-OC (2013)07 [PC-OC/Documents 2013/ projet OJ1F] http://www.coe.int/tcj/

Strasbourg, le 7 mai 2013 PC-OC (2013)07 [PC-OC/Documents 2013/ projet OJ1F] http://www.coe.int/tcj/ Strasbourg, le 7 mai 2013 PC-OC (2013)07 [PC-OC/Documents 2013/ projet OJ1F] http://www.coe.int/tcj/ COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) COMMITÉ D EXPERTS SUR LE FONCTIONNEMENT DES CONVENTIONS

Plus en détail

3. Libre circulation des marchandises (y compris l Union douanière)

3. Libre circulation des marchandises (y compris l Union douanière) X. DROIT EUROPEEN 0. Revues 1. Ouvrages généraux : traités, manuels encyclopédies, dictionnaires sur l Union européenne a. Recueils de textes de droit européen (primaire et dérivé) 2. Libertés de circulation

Plus en détail

Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles

Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles Le 23 novembre 2009 1 Aperçu Examen stratégique du gouvernement

Plus en détail

Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004)

Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004) Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004) adoptés par le CDCJ lors de sa 79 e plénière (11-14 mai 2004) INTRODUCTION Les comités du Conseil

Plus en détail

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10)

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 11404 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 19 mars 2014 Projet de loi modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Compte-rendu de l'atelier 5. http://jaga.afrique-gouvernance.net. Créer les conditions d une sécurité pour tous et d une paix durable

Compte-rendu de l'atelier 5. http://jaga.afrique-gouvernance.net. Créer les conditions d une sécurité pour tous et d une paix durable Compte-rendu de l'atelier 5 http://jaga.afrique-gouvernance.net Créer les conditions d une sécurité pour tous et d une paix durable Contexte et problématique Conformément aux termes de référence, l atelier

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE TABLE DES MATIÈRES PLAN................................................................ 5 LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...................................... 7 LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT

Plus en détail

Catalogue. Nos formations mandataires. Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation Rue des Deux Églises, 45-1000 Bruxelles www.cpcp.

Catalogue. Nos formations mandataires. Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation Rue des Deux Églises, 45-1000 Bruxelles www.cpcp. Catalogue Nos formations mandataires Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation Rue des Deux Églises, 45-1000 Bruxelles www.cpcp.be Comment participer à nos formations? Deux possibilités

Plus en détail

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace LA SÉCURITÉ DES CITOYENS PAR LA PROTECTION DES VICTIMES DE LA CRIMINALITÉ DANS L UE UE Muriel RAMBOUR Université de Haute-Alsace 18 mai 2011 présentation par la Commission européenne de ses propositions

Plus en détail

Table des matières. Propos introductifs 7 Benoît Hoc. L élément moral des infractions 9 Nathalie Colette-Basecqz et France Lambinet

Table des matières. Propos introductifs 7 Benoît Hoc. L élément moral des infractions 9 Nathalie Colette-Basecqz et France Lambinet Table des matières Propos introductifs 7 Benoît Hoc L élément moral des infractions 9 Nathalie Colette-Basecqz et France Lambinet Introduction 9 Section 1. Le rejet de la théorie des infractions matérielles

Plus en détail

1. L'Europe fait face à une demande croissante de qualité de la justice

1. L'Europe fait face à une demande croissante de qualité de la justice Intervention de Monsieur Jean-Marie CAVADA, Président de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen, devant le séminaire de travail des membres

Plus en détail

La gestion de la compliance du point de vue du Conseil d administration Aperçu à la lumière des nouvelles recommandations suisses et internationales

La gestion de la compliance du point de vue du Conseil d administration Aperçu à la lumière des nouvelles recommandations suisses et internationales AUDIT COMMITTEE NEWS Numéro 50 / T3 2015 La gestion de la compliance du point de vue du Conseil d administration Aperçu à la lumière des nouvelles recommandations suisses et internationales Gestion des

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Consolider un État unitaire et décentralisé en Europe Promouvoir la cohésion sociale et territoriale

Consolider un État unitaire et décentralisé en Europe Promouvoir la cohésion sociale et territoriale Mars 2012 cahier d acteurs Le cahier d acteur du Conseil économique social et environnemental sur les états généraux de la démocratie locale (CESE) Consolider un État unitaire et décentralisé en Europe

Plus en détail

Appel à Projets vague C

Appel à Projets vague C Appel à Projets vague C Programme international de recherche ISD Information System Dynamics 2010-2012 Ouverture de la campagne : 06 février 2012 Date limite pour la soumission des propositions : 06 avril

Plus en détail

Table des matières. Table des matières. Le cadre institutionnel des agglomérations en Suisse... 9

Table des matières. Table des matières. Le cadre institutionnel des agglomérations en Suisse... 9 Table des matières Sommaire... 5 Avant-propos... 7 Thierry Tanquerel Le cadre institutionnel des agglomérations en Suisse... 9 I. Introduction... 9 II. Le cadre juridique... 10 A. Le droit fédéral... 10

Plus en détail

Résumé comparatif des différents plans élaborés en vue de la création d une Union économique et monétaire (Luxembourg, 5 juin 1970)

Résumé comparatif des différents plans élaborés en vue de la création d une Union économique et monétaire (Luxembourg, 5 juin 1970) Résumé comparatif des différents plans élaborés en vue de la création d une Union économique et monétaire (Luxembourg, 5 juin 1970) Légende: Le 5 juin 1970, la direction générale des commissions et des

Plus en détail